Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XV. Conclusion : Huit années de luttes ouvrières

Texte intégral

  • 1 Sur la situation politique en Chine pendant les mois qui suivirent le coup de force du 12 avril, cf (...)
  • 2 Congrès du Travail, p. 170.
  • 3 Ibid.

1C’est avec les coups de force perpétrés en Chine du Sud-Est et du Sud à la mi-avril que s’achève cette étude, bien que l’intense activité publique qui caractérisait depuis 1919 le mouvement ouvrier chinois se soit prolongée quelque temps encore dans les régions contrôlées par le gouvernement de Wuhan, c’est-à-dire au Hunan et au Hubei1. Dans les semaines qui suivent les coups de force de Changhai, de Canton et des autres provinces du Sud-Est, le Guo-min-dang de Wuhan continue en effet à mener la politique de soutien au mouvement ouvrier et paysan préconisée par les Congrès de 1924 et de 1926 du parti. Le ministre du travail du gouvernement national est le président du Syndicat général pan-chinois, Su Zhao-zheng, et les Fédérations provinciales du Hunan et du Hubei affiliées à ce dernier restent extrêmement actives. En mai se tient à Wuhan, sous le patronage de l’Internationale Syndicale Rouge et en présence de son dirigeant Lozovski, une Conférence syndicale du Pacifique, à laquelle participent des délégués de neuf pays2. En juin se réunit, à l’appel du Syndicat général pan-chinois, le IVe Congrès national du travail dont les 300 délégués déclarent représenter encore 2 800 000 syndiqués, la majorité de ces effectifs provenant toutefois de régions où les syndicats étaient déjà rentrés dans la clandestinité3.

  • 4 Cf. H. Isaacs, Tragedy, p. 208 ; Ho Kan-chih, Modern revolution, p. 159.
  • 5 Song Quin-ling ne cessera depuis lors de s’opposer activement à Jiang Jie-shi, et occupe aujourd’hu (...)
  • 6 Ho Kan-chih, op. cit., p. 162.
  • 7 Ibid., pp. 155 et 162-64.
  • 8 H. Isaacs, op. cit., pp. 210-212 ; Ho Kan-chih, op. cit., p. 165.

2Mais le gouvernement de Wuhan ne tarde pas à s’effondrer, et avec lui les organisations syndicales de gauche qui depuis 1924 avaient connu en Chine du Sud, puis en Chine du Centre, un si rapide développement à la faveur de la coopération du Guo-min-dang et du Parti communiste. Cet effondrement n’est pas seulement dû à la crise économique provoquée par le blocus des provinces centrales, à l’arrêt des activités occidentales, à la raréfaction du métal-argent thésaurisé par la bourgeoisie, à la hausse des prix4 ; il est aussi le fruit de l’irrésolution du groupe « de gauche » du Guo-min-dang resté maître du parti et du gouvernement depuis la rupture avec Jiang Jie-shi. Ce groupe ne comprend en fait qu’un très petit nombre de partisans décidés des « trois nouvelles politiques » de Sun Yat-sen, comme sa veuve Song Qing-ling ou Deng Yan-da, responsable de la section politique du Conseil militaire5. Ses membres les plus en vue, tels Wang Jing-wei ou Chen Gong-bo, ne sont que des politiciens indécis. La plupart de ceux qui les entourent ne sont au fond opposés à Jiang Jie-shi que par des rivalités individuelles ; des personnalités comme le général Tang Sheng-zhi, comme Tan Yan-kai, fils d’un ancien vice-roi de Wuchang, comme Sun Ke ou Song Zi-wen, sont liés presque aussi étroitement que leurs adversaires de Nanchang au grand capital changhaien ou aux éléments féodaux des campagnes. Le soutien au mouvement ouvrier et paysan, la coopération avec le Parti communiste et l’Union soviétique ne représentaient, pour eux aussi, que des pis-aller auxquels il fallait mettre fin le plus tôt possible. Leur principale préoccupation est en fait la même que celle de leurs adversaires de Nanchang, à savoir conserver dans les villages les anciens rapports agraires ; dès le début du printemps, ils sont assez influents pour entraver sérieusement les activités des Unions paysannes en Chine centrale6. De son côté le Parti communiste, et avec lui les principaux dirigeants du Syndicat général et de ses organisations, ne semblent pas avoir tiré la leçon des événements de la mi-avril. Le Ve congrès du Parti, réuni à la fin d’avril 1927, a bien appelé à « intensifier » la révolution et particulièrement le mouvement paysan ; mais le Parti communiste reste profondément divisé. Chen Du-xiu, qui a été réélu secrétaire général, n’a pas renoncé à se concilier les éléments modérés du gouvernement national et la grande bourgeoisie urbaine et rurale, et continue donc toujours à freiner ce qu’on appelle de plus en plus les « excès paysans », ainsi que les revendications ouvrières7. Les dirigeants communistes des syndicats, par conviction peut-être et en tout cas par discipline de parti, suivent la même ligne ; ils acceptent par exemple de mettre en veilleuse les milices ouvrières8.

  • 9 Ho Kan-chih, Modern China, pp. 166-67 ; L. Wieger, op. cit.

3Ainsi miné de l’intérieur, et s’interdisant volontairement de recourir aux larges masses populaires dont tant de fois au cours des huit dernières années l’intervention s’était révélée décisive dans les luttes politiques chinoises, le gouvernement de Wuhan voit se rétrécir comme une peau de chagrin le territoire qu’il contrôle. Dès le 21 mai, à Changsha un coup de force d’un militaire nominalement soumis à son autorité aboutit à la mise hors la-loi des associations ouvrières et paysannes et du Parti communiste au Hunan. Vers la fin de juin, Wang Jing-wei ne contrôle guère plus que la ville de Wuhan et sa banlieue ; le 15 juillet, tandis que le Parti communiste décide de lui retirer son soutien, le Guo-min-dang de gauche négocie son ralliement au gouvernement de Nankin que Jiang Jie-shi avait officiellement constitué depuis avril9. Pour le mouvement ouvrier de Chine centrale, le bref sursis dont il avait bénéficié du fait de l’éphémère rivalité entre Wuhan et Nankin s’achève alors. Le Syndicat général pan-chinois et les Fédérations syndicales du Hunan et du Hubei entrent à leur tour dans la nuit de la clandestinité, comme l’avaient fait avant eux les groupements ouvriers de Canton, de Changhai et des régions voisines.

4On semble donc fondé à placer à la mi-avril 1927 la charnière principale de l’histoire du mouvement ouvrier chinois pendant cette période. La rupture brutale entre le mouvement ouvrier et la direction du Guo-min-dang et l’abandon de la politique d’unité définie en 1924 avaient certes des racines plus anciennes, telles que l’affaire du 20 mars 1926. On vient de voir que les séquelles de cette rupture se sont en Chine centrale prolongées jusqu’au bout de l’été. Mais c’est bien à la mi-avril que s’est décidé le sort du mouvement ouvrier chinois et celui de la révolution chinoise tout entière. Une fois mise en œuvre la répression anti-ouvrière dans le principal centre financier et industriel de la Chine, comme cela s’était passé dans la nuit du 12 avril, les choses ne pouvaient plus revenir en arrière. Il ne pouvait plus être question de replâtrer une nouvelle fois, comme cela avait été tenté à plusieurs reprises à la fin de 1926 et au début de 1927, l’entente entre communistes et Guo-min-dang, ni de restaurer la coopération politique entre le mouvement ouvrier et la bourgeoisie. L’importance cardinale de la date du 12 avril 1927 découle logiquement du rôle décisif que joue alors Changhai dans la vie politique et sociale chinoise, et dans la stratégie politique des forces en présence.

5C’est donc à cette date qu’il convient de faire le bilan des huit années de luttes ouvrières qui s’étaient ouvertes avec les grandes grèves et les manifestations du Mouvement du 4 mai.

***

  • 10 CEJ, octobre-décembre 1927 (Analysis of strikes in China from 1918 to 1927) ; on en a soustrait dan (...)

6Ces huit années se présentent d’abord comme une période d’intenses luttes économiques. L’enquête de Chen Da, portant sur les années 1919 à 1926 inclus, et donc très largement représentative de la période considérée ici, met bien ce fait en lumière10 (Tableau XXVI).

TABLEAU XXVI : Grèves de la période 1919-1927 (pour toute la Chine)

TABLEAU XXVI : Grèves de la période 1919-1927 (pour toute la Chine)
  • 11 Grèves et lockouts, p. 63 (on a également soustrait des chiffres ci-dessus les grèves de 1918).
  • 12 CEJ, mars 1927 (Strikes in Shanghai in 1926).
  • 13 Yu Qi-zhong, Guang-zhou lao-zi zheng-ji-de fen-xi, Min-guo 12-nian-22-nian (Analyse des conflits du (...)
  • 14 MDN, 21 juillet 1925 (enquête de la police du Gouvernement général du Guandong).

7Ces grèves économiques sont principalement provoquées par des questions de salaires. Sur les 1 207 grèves recensées par Chen Da, 584 appuient des demandes de hausse de salaires ou de versement de diverses primes ou allocations, ainsi que des protestations contre des baisses de salaires. A Changhai, pour les années 1919 à 1926, 267 grèves sur 469 ont trait aux questions de salaires, d’après le recensement publié en 1933 par la municipalité de la ville11. Dans cette même ville, l’enquête très fouillée effectuée pour l’année 1926 par le Bureau d’Information économique de Pékin12 relève, sur 169 grèves, 146 pour lesquelles les questions de salaires constituent tout ou partie des revendications présentées. A Canton, au cours des quatre années 1923 à 1926, 64 grèves sur 118 ont la même origine13. Dans la zone japonaise du Nord-Est (territoire du Guandong et Sud-mandchourien), sur 206 grèves qui sont recensées entre 1917 et 1925, 146 sont suscitées par ces questions de salaires14.

  • 15 A Changhai en 1926 (CEJ, op. cit.), trois grèves ont trait à la base monétaire du salaire, cinq à l (...)
  • 16 A Changhai en 1926 (ibid), dix-neuf grèves concernent des allocations supplémentaires de nourriture (...)
  • 17 Cf. ci-dessus, p. 285.
  • 18 Cf. ci-dessus, p. 474.
  • 19 Cf. ci-dessus, p. 485.

8Bien souvent, par exemple à Changhai au cours de la crise du riz du printemps 1920, et maintes fois par la suite, il ne s’agit encore que de la demande élémentaire d’une hausse du taux des salaires bruts. Mais fréquemment aussi, les revendications ont porté sur la périodicité du paiement des salaires, sur l’unité monétaire employée (surtout en période d’instabilité monétaire), sur l’abolition ou la diminution des amendes, sur l’augmentation du tarif pour certains travaux dangereux ou plus fatigants15. En revanche, il semble bien que pendant toute cette période et encore en 1926-1927, la notion du salaire net et unifié ne soit pas très clairement dégagée ; les ouvriers continuent à revendiquer, en sus du salaire principal, des allocations de nourriture ou des primes annuelles héritées de l’antique hua-li des guildes16. Mais le principe du salaire minimum, signe incontestable de la maturité croissante du prolétariat, apparaît déjà dans le programme de législation ouvrière élaboré pendant l’été 1922 par le Secrétariat du travail, et sera repris en 1925 et 1926 par les Congrès nationaux du travail17 ; il figure dans les revendications des grévistes de Hongkong en juin 1925 et dans celles des ouvriers de Changhai pendant l’été 192618. Le principe de l’échelle mobile des salaires apparait en mars 1927 dans le « programme immédiat » du Syndicat général pan-chinois19.

  • 20 CEJ, octobre-novembre 1927, op. cit.
  • 21 CEJ, mars 1927, op. cit.

9Les conditions de travail dans l’entreprise viennent sans doute au second rang par ordre d’importance, après les questions de salaires. Un très grand nombre de grèves sont provoquées par des revendications relatives aux heures de travail, aux châtiments corporels, à la brutalité des contremaîtres et des cadres, aux règlements de travail et aux normes de production ; maints exemples en ont été cités dans les chapitres précédents, et le recensement de Chen Da relève 213 grèves de cette catégorie (sur un total de 1 207 pour la période 1919-1926)20. L’enquête sur les grèves de Changhai en 1926 en compte vingt-quatre motivées par une demande de réduction du temps de travail journalier, hebdomadaire ou mensuel, treize par l’installation matérielle de l’usine, dix par des mauvais traitements, neuf par des règlements divers21. On a vu que la journée de huit heures avait été très tôt, dès le lendemain du Mouvement du 4 mai, une revendication fondamentale des organisations ouvrières sur le plan économique.

  • 22 CEJ, octobre-décembre 1927, op. cit.
  • 23 Cf. ci-dessus, p. 275.

10Fréquents également sont les mouvements qui ont trait aux questions d’embauche et de recrutement. Chen Da relève de 1919 à 1926 trente-six grèves protestant contre les renvois sans motif22. Toutes celles qui sont relatives au système du bao-gong peuvent aussi être rangées dans cette catégorie, comme celles des cheminots de Chine centrale ou des mineurs de Anyuan en 192223.

11Enfin toute une série de grèves sont particulièrement significatives pour l’histoire du mouvement ouvrier et de la conscience de classe du prolétariat pendant cette période : ce sont celles qui, dépassant les problèmes économiques élémentaires tels que les bas salaires, les longues heures de travail ou la brutalité des contremaîtres, revendiquent pour les travailleurs une certaine sécurité, une certaine dignité dans la société.

  • 24 Cf. ci-dessus, p. 278.
  • 25 Cf. ci-dessus, p. 410.
  • 26 Cf. ci-dessus, p. 422.
  • 27 CEJ, mars 1927, op. cit.

12C’est ainsi que les cheminots de Changxindian réclament pendant l’été 1922 la création de maisons de repos par la compagnie du Jing-han24, que les grévistes de Hongkong en juin 1925 réclament un barême d’indemnités d’accident et de remboursement des frais médicaux25, que les ouvriers de la centrale électrique de Canton demandent en 1926 à être désignés par leur nom et non plus seulement par un numéro d’ordre26 ; à Changhai en 1926, on relève neuf grèves réclamant des indemnités pour les accidents du travail, huit pour obtenir le paiement des frais médicaux, quatre contre l’usage des photographies d’identité et autres pratiques de contrôle jugées infamantes27. Ces aspirations à la sécurité et à la dignité s’expriment d’ailleurs, autant que par les grèves, par les manifestes des syndicats et les résolutions de leurs Congrès ; on a noté la place que les questions de protection des femmes et des enfants travailleurs, d’assurances ouvrières, d’amélioration de l’hygiène et de la sécurité, d’éducation ouvrière, tenaient dans les textes des trois premiers Congrès nationaux du travail. Le programme de législation ouvrière élaboré dès l’été 1922 pour le Secrétariat du travail y attachait lui aussi une grande importance, de même que le « programme immédiat » du Syndicat général pan-chinois en mars 1927.

  • 28 Cf. ci-dessus, p. 454.

13Les cas de grèves et de mouvements revendicatifs demandant directement pour les travailleurs des responsabilités de gestion économique et le droit d’intervenir dans la vie économique et financière des entreprises restent au contraire très rares. C’est seulement au Hubei et au Hunan après l’arrivée de la Bei-fa qu’on en rencontre quelques-uns, à l’automne 1926 et pendant l’hiver 1926-192728.

  • 29 A Hankou, en septembre 1924, des milliers de tireurs de rickshaws mettent à sac les locaux et les (...)
  • 30 CEJ, décembre 1927, op. cit. Cf. aussi ci-dessus, p. 473, des exemples de da-chang au cours des grè (...)

14Ce bilan de l’action revendicative du prolétariat chinois pendant ces huit années doit aussi prendre en considération la stratégie des grèves, leur « style de lutte ». De 1919 à 1927, un progrès très net se dessine dans ce domaine. Quand éclate le Mouvement du 4 mai, l’expérience de la classe ouvrière chinoise se limitait en fait à de soudaines révoltes contre la misère, qui ne visaient guère qu’à obtenir de maigres augmentations de salaires ou le renvoi d’un contremaître particulièrement détesté. Les accès de fureur, de da-chang, des ouvriers des cotonnières de Changhai, étaient très caractéristiques de ce stade. Certes la tradition de da-chang reste vivante à Changhai après 1919, ainsi que dans d’autres centres industriels comme Wuhan ou Tianjin. Elle continue aussi à n’être que très rarement l’expression d’une concurrence économique directe entre grandes entreprises modernes et petits producteurs, et seuls des incidents comme les attaques des tireurs de rickshaws contre les compagnies de trolleybus ou d’autobus s’apparentent vraiment au luddisme classique29 ; le da-chang, duquel Chen Da relève encore treize cas pour l’année 1926, dont huit pour le textile30, continue à représenter plutôt l’hostilité élémentaire que ressent envers ses employeurs un prolétariat semi-paysan, fraîchement implanté à la ville.

  • 31 Cf. ci-dessus p. 473.

15Mais la capacité de discipline des ouvriers en grève s’est renforcée d’année en année, par exemple à Changhai à partir du Mouvement du 30 mai ; le Syndicat général de Changhai, dont on connaît l’autorité, prend ouvertement position en 1926 contre les pratiques de da-chang31. L’apparition en 1926 de la tactique de la « grève perlée » (dai-gong) est un autre exemple des progrès de cette maturité. Celle-ci se manifeste aussi par l’aptitude des grévistes et de leurs représentants à tenir tête aux pressions et aux répressions patronales et gouvernementales, par leur aptitude à s’imposer de facto sinon de jure et à négocier de puissance à puissance un règlement satisfaisant. Les négociations du syndicat des marins avec les autorités et les firmes britanniques de Hongkong en 1922, celles de Liu Hua avec les cotonnières japonaises au printemps 1925, ou de Li Li-san avec le consulat général japonais de Changhai dans l’été 1925, sont caractéristiques de l’autorité acquise par les organisations ouvrières au cours des grèves qu’elles animent. La spontanéité, qui caractérisait toutes les batailles économiques livrées par le prolétariat chinois avant 1919, a en effet fait place progressivement à une ferme direction par les syndicats, surtout pendant la vague de 1922 et à partir de 1925.

16Un autre exemple des progrès accomplis entre 1919 et 1927 dans le domaine des luttes économiques est fourni par l’ampleur croissante des plateformes revendicatives. La classe ouvrière manifeste clairement ainsi sa capacité à embrasser simultanément des problèmes de plus en plus complexes. Rares sont certes les grèves qui ne continuent pas à revendiquer des hausses de salaires, et la comparaison de la courbe mensuelle du prix du riz à Changhai et de celle du nombre des grèves montre sans équivoque la place que les préoccupations élémentaires de simple survie continuent à tenir dans le déclenchement des conflits du travail ; cette courbe souligne en particulier le caractère critique de la « soudure » des mois de mai et de juin, avant la récolte, période qui entraîne assez régulièrement une pointe saisonnière de grèves, par exemple en 1920, 1922, 1924, 1926 (figure n° 8). Mais les listes imposantes des demandes formulées pendant l’été 1922 par les mineurs de Anyuan ou les cheminots du Yue-han, en août 1925 par les ouvriers des Presses commerciales ou de la Poste centrale de Changhai, pendant l’été 1926 par ceux des cotonnières japonaises de Changhai, constituent autant de chartes des aspirations des travailleurs de ces entreprises ; elles dépassent très largement le souci élémentaire du « bol de riz », auquel bien des employeurs étrangers continuaient alors à identifier sommairement le mouvement ouvrier chinois.

Fig. 8. — Évolution du prix du riz et du (Prix du riz d’après PDR, nombre de grèves à Changhai de 1919 à 1927 de grèves d’après Grèves et locskouts).

  • 32 Cf. CEJ, décembre 1927, op. cit.

17Mais cette discipline et cette maturité croissante n’excluent pas, bien loin de là, la combativité dont continue à faire preuve le jeune prolétariat chinois ; sur 5 3 3 grèves recensées en 1926 dans toute la Chine par Chen Da, on relève 44 interventions armées de la police, 15 interventions de l’armée, 13 interventions des forces étrangères32.

18Toutes ces remarques sur les luttes revendicatives menées par les ouvriers chinois entre 1919 et 1927 gagneraient à être encore nuancées, en tenant compte de toute une série de facteurs. En ce qui concerne leurs variations dans le temps, le plan chronologique selon lequel ont été exposées les présentes recherches dispense de revenir longuement sur l’importance de la vague revendicative de 1922 et de la poussée plus vigoureuse encore de 1925-1927, séparées par le reflux momentané de 1923-1924 (figure n° 9). Mais les luttes économiques du prolétariat méritent aussi d’être analysées en fonction du lieu, du métier, de la nationalité des entreprises.

  • 33 QHXB, juin 1926 (Jin-ba-nian-lai guo-nei ba-gong-de fen-xi. Analyse des grèves dans le pays pendant (...)
  • 34 Grèves et lockouts, p. 61.

19Changhai, premier centre industriel de Chine, reste en même temps et de loin le principal foyer des luttes revendicatives. Chen Da y compte 374 grèves de 1918 à 192533, et l’enquête postérieure de la municipalité en compte 469 de 1919 à 192634, chiffres très voisins en raison de l’importance des conflits du printemps et de l’été 1926. A l’instar de Changhai, le reste de la zone du Bas-Yangzi et les cinq autres grandes régions où est concentré alors le prolétariat chinois sont secouées de puissants mouvements de grèves ; c’est ce que font ressortir les quelques enquêtes régionales dont on dispose. Le recensement de Chen Da, basé sur la presse de Changhai et donc manifestement incomplet pour les autres régions, conduit à la même conclusion ; on doit s’en contenter pour la Chine centrale et le Shandong (Tableau XXVII).

Fig. 9. — Évolution du nombre de grèves de 1919 à 1926
(d’après Chen Da, CEJ, op. cit.)

20A ne considérer que les mouvements revendicatifs, le prolétariat des diverses régions industrielles de la Chine a donc fait preuve pendant cette période d’une ardeur égale ou du moins comparable. Rien ne fait présager ici le retard que les régions du Nord ont pris sur celles du Sud, dans les domaines de l’organisation et de la lutte politique.

21Dans quels secteurs industriels les grèves ont-elles été les plus actives ? Ici encore on ne dispose que de recensements portant sur le nombre de mouvements, non sur leur durée ou leurs effectifs (Tableau XXVIII).

22Il est intéressant d’enregistrer l’importance relative et absolue des grèves du textile en premier rang, puis de celles des transports (chemins de fer, navigation) et des services urbains. Par rapport au total, le nombre de grèves qui éclatent dans ces secteurs est en effet proportionnellement plus élevé que celui des ouvriers qui y sont employés. Il semble bien, d’une façon générale, que ce soient les branches d’industrie où est réalisée la plus forte concentration ouvrière qui jouent le rôle moteur dans les mouvements revendicatifs, pendant la vague de 1922 comme pendant celle de 1925-1927 : marins de Hongkong et du Yangzi, cheminots du Centre et du Nord, mineurs de la K. M. A. et de Anyuan-Ping-xiang en 1921-1922 ; ouvriers des cotonnières de Changhai, Qingdao, Tianjin, postiers, ouvriers des manufactures de la B. A. T. de Changhai et de Wuhan, dockers de Changhai, cheminots et marins du Sud en 1925-1927. Il faut y inclure, bien qu’il s’agisse souvent de petits ateliers, les travailleurs du livre, qui en Chine pendant toutes ces années, à Canton, à Changhai, à Changsha, font preuve de la même combativité et de la même cohésion que leurs confrères d’Occident. Il faut aussi y ajouter l’ardente et batailleuse corporation des tireurs de rickshaws qui, pour n’être pas groupés dans de vastes unités modernes de production au sens strict, n’en ont pas moins été au premier rang des luttes revendicatives pendant toute la période considérée ici, en particulier à Changhai et à Wuhan.

TABLEAU XXVII : Distribution régionale des grèves de la période 1919-1927.

TABLEAU XXVII : Distribution régionale des grèves de la période 1919-1927.
  • 35 Grèves et Iockouts, p. 63.
  • 36 Yu Qi-zhong, op. cit., p. 13.
  • 37 CSPSR, avril 1931 (Industrialisation and labor in Hopei).
  • 38 MDN, 21 juillet 1925.

Note (1)35
Note (2)36
Note (3)37
Note (4)38

TABLEAU XXVIII : Distribution par industrie des grives de la période 1919-1927.

TABLEAU XXVIII : Distribution par industrie des grives de la période 1919-1927.
  • 39 CEJ, octobre 1927, op. cit.
  • 40 Grèves et lockouts, p. 64.
  • 41 CEJ, décembre 1927, op. cit.
  • 42 CEJ, mars 1927, op. cit.

Note (1)39
Note (2)40
Note (3)41
Note (4)42

  • 43 Grèves et lockouts, p. 70. L’enquête relève aussi 17 grèves dans des entreprises de nationalité « i (...)
  • 44 H. D. Fong, Cotton industry in China, p. 164.

23En ce qui concerne la nationalité des entreprises, il semble bien que les ouvriers des usines et compagnies étrangères aient été les plus actifs. A Changhai par exemple, de 1919 à 1926, l’enquête de la municipalité compte 272 grèves dans les entreprises chinoises et 180 dans les entreprises étrangères43, ce qui traduit en réalité une avance au profit de la seconde catégorie dans la mesure où beaucoup d’entreprises chinoises n’étaient en réalité que de tout petits ateliers. Dans les cotonnières, de fait, là où la dimension des entreprises est comparable, on compte à Changhai, de 1919 à 1926, 85 grèves dans les usines japonaises et 20 dans les usines britanniques, contre 34 dans les usines chinoises, pourtant plus nombreuses44. L’étude des vagues de 1921-1922 et de 1925-1926, même sans comporter de données numériques, a confirmé le rôle d’avant-garde des travailleurs des usines étrangères dans les luttes revendicatives : marins des compagnies étrangères de Hongkong, mécaniciens des chantiers de construction de Hongkong, mineurs de la K. M. A. et du Peking Syndicate, ouvriers de la B. A. T., dockers des grandes compagnies anglaises et japonaises de navigation, ouvriers des cotonnières japonaises de Changhai, Qingdao, Tianjin, Wuhan.

  • 45 CEJ, octobre-décembre 1927, op. cit.
  • 46 Yu Qi-zhong, op. cit., p. 19.

24Il semble bien que la majorité des luttes économiques de cette période aient été au moins partiellement victorieuses, comme le font ressortir les divers recensements dont on dispose. Celui de Chen Da relève pour les années 1918 à 1926, pour 691 grèves dont le résultat est connu, 448 succès (ce mot étant entendu comme l’acceptation d’au moins 60 % des demandes des grévistes), soit 64,83 % du total, 129 succès partiels (18,68 %), et 114 échecs complets (16,49 %)45. A Canton, de 1923 à 1926, et donc dans un lieu et un temps particulièrement favorables au mouvement ouvrier, un auteur a relevé, sur 75 grèves dont le résultat est connu, 63 succès complets, 11 succès partiels et un seul échec46. A Changhai, où la conjoncture politique et sociale était pourtant beaucoup moins avantageuse, le recensement municipal établit que les succès dépassent largement les échecs, en particulier au cours des vagues revendicatives de 1919-1920, de 1922, de 1925-1926 ; seule l’année 1923, dont se confirme encore une fois le caractère d’année de reflux, présente un excédent de défaites (figure n° 10). Au moins à Changhai, il semble que les succès aient été plus rares dans les entreprises étrangères, et particulièrement japonaises, que dans les entreprises chinoises, comme le montre l’exemple des années 1925 et 1926 ; pour l’une et l’autre de ces années, en effet, la proportion des échecs dans les usines japonaises est approximativement le double de celle des échecs dans les entreprises chinoises (figure n° 11).

Fig. 10. — Proportion des succès et des échecs dans les grèves de Changhai de 1919 à 1927 (Grèves et lockouts, p. 71).

Fig. 11. — Proportion des succès et des échecs dans les usines de Changhai en 1925 et 1926 (Grèves et lockouts, p. 71).

  • 47 Cf. ci-dessus, p. 228 et p. 372.
  • 48 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 4.

25Mais un véritable bilan des luttes économiques menées entre 1919 et 1927 par le prolétariat chinois ne peut se contenter d’examiner l’ampleur des revendications présentées, la conduite des grèves ou le pourcentage des succès et des échecs. Dans quelle mesure le sort de la classe ouvrière chinoises s’est-il effectivement amélioré pendant la période considérée ici ? Il est malheureusement beaucoup moins aisé de répondre à cette question fondamentale. Il faut, de ce point de vue, distinguer nettement la question des salaires de celles du temps de travail, de la stabilité de l’emploi, ou des conditions générales de travail. Les augmentations de salaires souvent importantes obtenues au cours des vagues de grèves de 1921-1922 et de 1925-1927 n’ont sans doute même pas suffi à compenser les effets de la dévalorisation de la monnaie de cuivre et de la hausse des prix, dont on a vu l’importance dans les centres comme Changhai47 ; on doit pourtant, dans la plupart des cas, renoncer à évaluer numériquement l’évolution comparée des salaires et des prix. A Canton, où cette étude a été faite en 1926 par les syndicats, on constate depuis 1919 une constante dégradation du salaire réel, sauf en 1919-1920 ; cette enquête, qui réunit les informations fournies par trente-huit syndicats48, met en évidence le fait que, sauf pendant cette année privilégiée, le nombre des industries où le salaire réel a diminué est toujours supérieur à celui des industries où il a augmenté (Tableau XXIX).

TABLEAU XXIX : Variations du salaire réel à Canton de 1919 à 1927.

TABLEAU XXIX : Variations du salaire réel à Canton de 1919 à 1927.
  • 49 CEB, 7 août 1926.
  • 50 CEB, 4 septembre 1926.
  • 51 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghai).

26Les avantages obtenus en matière d’heures de travail et de jours de congé, et dont de nombreux exemples ont été donnés dans les chapitres précédents, sont par nature moins précaires que les augmentations des salaires ou des rémunérations accessoires. Il semble qu’en ce domaine des progrès limités certes, mais déjà notables, aient été réalisés au cours des vagues de grèves successives. A Changhai par exemple, au début de l’été 1926, les ouvriers de trois imprimeries chinoises obtiennent le repos du dimanche avec un horaire de huit heures du matin à six heures du soir49, et ceux de l’imprimerie missionnaire américaine Presbyterian Press des journées de 10 heures du matin à 9 h. 40 du soir, avec une heure de repos (ils avaient aussi réclamé, en vain, le repos du dimanche)50. La journée de douze heures reste pourtant la règle, par exemple dans les cotonnières, et même après leur grève de juin 1926 les femmes des filatures de soie n’obtiennent qu’un bien mince avantage, la journée de treize ou quatorze heures étant ramenée à douze, dont une heure de repos pour le repas de midi51.

  • 52 CWR, 28 janvier 1928.
  • 53 IPC, 14 juillet 1927 ; PPW, n° 4, With the Chinese trade unions (récits de syndicalistes occidentau (...)
  • 54 CEJ, novembre 1927 (op. cit.).
  • 55 IPC, 14 juillet 1927.
  • 56 PPW, n° 7, 18 octobre 1927, The wages of the Wuban workers (d’après des données recueillies par les (...)

27Le principe de la journée de huit heures figurait au programme du Guo-min dang, et avait par exemple été affirmé en janvier 1926 au 11e Congrès du parti. A Canton, territoire où s’est exercée le plus durablement l’autorité du gouvernement national à cette époque, on peut observer de fait une tendance réelle à la réduction de la journée de travail. Une enquête effectuée à la fin de 1927 par la municipalité montre que sur 71 usines examinées, 65 avaient un règlement limitant la journée de travail ; 33, soit près de la moitié, la fixaient à dix heures ou moins (12 à huit heures ou moins, 13 à neuf heures, 8 à dix neures) ; mais 10 usines pratiquaient toujours la journée de onze heures, 12 celle de douze heures, 10 celle de treize heures ou plus52. Au Hubei et au Hunan, à partir de l’arrivée des troupes nationalistes, le repos du dimanche semble avoir été assez largement appliqué, et parfois aussi la journée de dix heures, dont le gouvernement provincial avait posé le principe dans son réglement industriel de janvier 192753 ; les imprimeurs de Wuhan obtiennent même, après leur grève de novembre, la journée de neuf heures, le repos du dimanche, et douze jours de congé au Nouvel An lunaire54, et ceux du Hunan, ainsi que les cheminots, la journée de huit heures55. Mais bien des usines du territoire nationaliste, en 1926-1927, travaillaient encore onze, douze et treize heures par jour, comme la cotonnière de Wuchang et la plupart des autres usines textiles56.

  • 57 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghai).
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid.
  • 60 CEB, 31 juillet 1926.
  • 61 NCH, 31 décembre 1926.
  • 62 NCH, 3 octobre 1925.
  • 63 Cf. ci-dessus, p. 267 et p. 275.

28Ces huit années de luttes n’ont pas seulement rapporté à la classe ouvrière des augmentations de salaires, vite absorbées il est vrai par la hausse des prix, et quelques mesures partielles de limitation du temps de travail, surtout dans les régions contrôlées par le gouvernement national. On peut considérer qu’elles ont aussi amorcé dans beaucoup d’entre prises une modification sérieuse des rapports de classe et de l’équilibre des forces entre patronat et prolétariat. Les travailleurs, par toute une série de batailles partielles, ont pu faire admettre qu’ils n’étaient pas seulement une foule anonyme prête à tout accepter pour son « bol de riz », mais qu’ils avaient des droits à mener une vie plus humaine. Certes, on est resté très loin des vastes programmes revendicatifs élaborés par les syndicats ; mais les quelques avantages gagnés çà et là ont suffi pour encourager le prolétariat dans la voie de la lutte et lui faire mieux prendre conscience de ses droits et de ses possibilités. En juin 1926, à la cotonnière Nord-Ouest de la Naigai, à Changhai, les ouvriers obtiennent la promesse qu’une enquête sera faite sur un contremaître très impopulaire57 ; le même mois, les ouvriers d’une imprimerie chinoise de la ville obtiennent l’assurance que le patron renoncera aux châtiments corporels et aux renvois sans motifs58, et les femmes des filatures de soie de Zhabei obtiennent l’accès pour tout le personnel au dispensaire patronal jusque-là réservé à certaines catégories privilégiées59. En juillet 1926, la grève des ateliers de Pudong de la compagnie Nan-yang assure aux ouvriers le paiement des congés et des jours de maladie60, et en décembre 1926 celle des tramways français avait obtenu l’abolition des empreintes digitales et la fourniture de manteaux de pluie61. L’année précédente, les accords entre les syndicats et le patronat par lesquels s’était terminé le Mouvement du 30 mai comportaient la garantie que les employés et contremaîtres étrangers renonceraient au port d’armes dans l’usine, pratique qui avait entraîné en mai 1925 l’assassinat de Gu Zheng-hong et qui avait été ainsi à l’origine immédiate du mouvement62. Il est de même significatif que le système du bao-gong ait été effectivement mis en échec à plusieurs reprises, par exemple par les marins de Hongkong après leur grève de février 1922, ou par les mineurs de Anyuan à l’automne de la même année63.

  • 64 Cf. ci-dessus, p. 295 et p. 328.
  • 65 Annuaire, III, pp. 64-66.
  • 66 MDN, 3 octobre 1925. L’ouvrier devait verser 40 sen par mois et avait droit aux soins médicaux grat (...)
  • 67 Zhu Xin-fan, Zhong-guo zi-ben-zhu-yi fa-zhan (Le développement du capitalisme en Chine), p. 62. Cet (...)
  • 68 The British and American Tobacco Company in China, p. 37.
  • 69 Cf. ci-dessus, p. 298.
  • 70 Cf. ci-dessus p. 329.
  • 71 H. D. Lamson, Social pathology in China, p. 179. Cf. aussi, sur ce village modèle de Pudong, un dép (...)

29Ce bilan des luttes économiques du prolétariat chinois entre 1919 et 1927 est enfin l’occasion de souligner à nouveau, comme l’occasion s’en est déjà maintes fois présentée, l’échec total de toute politique patronale à caractère réformiste. Si minces que soient les avantages économiques obtenus par les mouvements de grève successifs, ils l’emportent encore de beaucoup sur les concessions accordées de plein gré par le patronat chinois ou étranger. Ni en 1921-1922 alors que la première grande vague de grèves battait son plein, ni en 1923-1924 malgré la conjoncture favorable que représentait le reflux momentané du mouvement ouvrier, le patronat de Chine n’a guère pris d’initiatives destinées à améliorer la condition ouvrière64. La liste de celles-ci reste aussi brève pour la période de grèves de 1925-1927 : création d’un système de caisses d’épargne par les Presses commerciales65, création par la Compagnie du Sud-mandchourien d’assurances-maladies, d’ailleurs aux frais exclusifs des ouvriers66, institution dans les cotonnières de Changhai de primes d’assiduité mensuelles, dont la moitié était effectivement payée et dont la moitié s’accumulait jusqu’au départ de l’usine de l’ouvrier67, établissement par la B.A.T. de dispensaires dans ses usines68, tout cela ne pesait guère. Les efforts officiels ou officieux des groupements protestants pour promouvoir diverses réformes sociales n’avaient guère compté davantage. Le patronat chinois et le patronat occidental avaient fait la sourde oreille aux suggestions du Conseil national chrétien relatives au repos dominical69, suggestions auxquelles même la Presbyterian Press de Changhai était restée indifférente ; le mouvement pour l’abolition du travail de nuit des enfants, pour lequel s’étaient mobilisés pendant plusieurs années tous les milieux protestants libéraux de Changhai, avait été un échec total70. Le « Mouvement pour un Village modèle », lancé en 1926, met à nouveau en évidence la vanité des espoirs réformistes : tous les efforts de l’Y.M.C. A. de Changhai pour améliorer les conditions de logement des ouvriers n’aboutit qu’à la création à Pudong en 1926 d’une minuscule unité d’habitation de douze maisons, pour lesquelles on arrive péniblement à collecter les quelques 11 000 yuans nécessaires ; l’achat du terrain à lui seul représentait 6 000 yuans, ce qui soulignait encore une fois combien le contexte économique général de Changhai, et dans ce cas précis la spéculation foncière, interdisait tout succès aux tenants du réformisme social71.

  • 72 Cf. ci-dessus, p. 234.
  • 73 Archives du B.I.T., n° 206/1/13/1.
  • 74 Il est significatif par exemple que l’envoyé du B.I.T. en Chine, P. Henry, ne mentionne dans son ra (...)

30Le bilan des activités du B.I.T. en Chine, de 1919 à 1927, fait bien ressortir cette impossibilité radicale de transplanter dans ce pays les méthodes de collaboration de classe chères au patronat d’Occident et à certains milieux syndicaux d’Occident depuis la fin du xixe siècle. Ces activités se limitent à l’échange de quelques lettres, à la publication de quelques études dans la Revue Internationale du Travail et les autres publications du Bureau, à l’envoi en 1924 d’une mission d’enquête sans mandat et sans pouvoir, et dont on s’abstint prudemment de publier le rapport. Les activités du B.I.T. en Chine étaient en effet frappées d’une tare congénitale, dans la mesure où celui-ci s’alignait docilement sur les thèses de la S.D.N. en matière coloniale, et dans la mesure où il refusait de mettre en question le statut politique de dépendance des pays d’outre-mer et ses répercussions sur la condition ouvrière. Dès 1919, la Conférence inaugurale du B.I.T. avait en effet accepté de ranger la Chine parmi les « pays spéciaux », auxquels les normes des pays occidentaux n’étaient pas applicables72 ; le puissant essor du mouvement national en Chine entre 1924 et 1927 ne modifia guère cette position, et il est significatif qu’encore en 1929 Albert Thomas, secrétaire général du Bureau, démente catégoriquement dans une lettre au Times des déclarations hostiles aux traités inégaux, que lui avaient prêtées certains journaux chinois73. La position du B.I.T. en matière syndicale, ses sympathies pour Amsterdam, son hostilité fondamentale envers les méthodes et les objectifs des syndicats révolutionnaires de l’I.S.R., lui interdisaient par ailleurs tout contact avec les forces vraiment représentatives du mouvement ouvrier chinois, et donc toute intervention un peu efficace74.

31Un des axiomes fondamentaux sur lesquels reposait la politique du B.I.T. était la possibilité d’amener l’Etat, quelle que soit sa base économique, à réglementer progressivement la condition ouvrière. Mais les gouvernements chinois se montrent parfaitement incapables, à cette époque, du moindre effort effectif en ce sens. On a vu le peu de sérieux qu’il faut accorder par exemple au « règlement sur les usines » de mars 1923, ou aux mesures prises à la même époque par certaines autorités provinciales ; les autorités de la concession internationale, quant à elles, n’avaient même pas été capables de promulguer, sur une question d’urgence aussi flagrante que le travail de nuit des enfants de moins de douze ans, un règlement quelconque. Seul le gouvernement national, à Canton puis à Wuhan, avait à l’époque de la première guerre civile révolutionnaire ébauché une législation du travail qui avait reçu au moins un commencement d’application.

32Les luttes économiques des ouvriers chinois entre 1919 et 1927 se situent donc dans un contexte historique extrêmement différent de celles que livraient les ouvriers français ou anglais depuis la fin du xixe siècle. Elles ont été livrées contre des adversaires (patronat privé chinois, autorités chinoises, patronat et autorités étrangères), que ni leurs bases de classe, ni la structure économique et financière de leurs entreprises, ni leurs vues politiques, n’orientaient vers des réformes et des concessions ; par ailleurs, nulle aristocratie ouvrière n’appelait celles-ci de ses vœux et n’était prête à les soutenir de son action. Dans la Chine semi-féodale et semi-coloniale de 1919-1927, les luttes économiques, pour importantes qu’elles soient, n’ont pu constituer un objectif en soi. Elles ont été beaucoup plus une étape de la prise de conscience ouvrière et l’occasion pour les forces organisées du prolétariat de s’initier à l’action, qu’une solution directe aux problèmes fondamentaux de la classe ouvrière. Elles n’ont presque jamais détourné le mouvement ouvrier des luttes politiques.

***

33La période qui s’étend du 4 mai 1919 au 12 avril 1927, des grèves de protestation contre le traité de Versailles jusqu’au coup de force de la droite du Guo-min-dang contre les milices ouvrières de Changhai, est en effet caractérisée avant tout par l’ampleur et l’intensité des luttes politiques livrées alors par la classe ouvrière. Le mouvement ouvrier chinois effectue ainsi une entrée tumultueuse et hardie sur la scène politique ; cette entrée en scène modifie radicalement l’équilibre des forces en Chine et le cours même de la politique chinoise.

34Les organisations ouvrières, pendant cette période, jouent un rôle de premier plan dans les luttes et les mouvements populaires dirigés contre les forces d’Ancien Régime, les chefs militaires, les cliques civiles de politiciens et autres porte-parole des intérêts fonciers et féodaux. On a vu que les grèves du Mouvement du 4 mai, dirigées contre le parti Anfu au pouvoir à Pékin, avaient déjà ce caractère, sous une forme encore spontanée. Le rude coup du 7 février 1923, asséné par un groupe de militaristes qui avait jusque là maintenu habilement l’équivoque quant à ses intentions réelles, porte à un niveau plus élevé la lutte du prolétariat contre les du-jun et leurs auxiliaires. Désormais, le renversement des forces militaires et féodales sera un des objectifs principaux des luttes politiques ouvrières, dans les résolutions des Congrès du travail comme dans les manifestations et les batailles de rue. Le prolétariat de Changhai, en 1925-1927, se heurtera directement aux forces militaires qui tiennent le port, celles du Fengtian d’abord, celles de Sun Chuan-fang ensuite, celles de Zhang Zong-chang enfin, aux dépens desquelles est remportée l’éphémère victoire du 22 mars 1927. Les luttes des ouvriers cantonais contre les condottiere du Guangdong, celles des ouvriers du Hunan contre Zhao Heng-ti, celles des ouvriers de Wuhan au moment de l’arrivée de la Bei-fa, ont été autant de coups portés au pouvoir médiéval des du-jun chinois par le mouvement ouvrier.

35Le mouvement ouvrier a participé non moins activement aux luttes nationales menées alors contre les privilèges des Puissances étrangères et contre les grands intérêts étrangers établis en Chine. Certes, il ne s’agit pas d’une orientation complètement nouvelle, car le prolétariat avait déjà acquis dès avant 1919 une certaine expérience de la lutte nationale contre les bénéficiaires de traités inégaux, autant que de la lutte contre les forces d’Ancien Régime. Mais ici encore, la période 1919-1927 représente un pas décisif, un progrès qualitatif. La participation ouvrière au Mouvement du 4 mai, encore fortement teintée de l’idéologie de « salut national » des intellectuels et de la petite bourgeoisie, représentait déjà une démonstration d’une ampleur sans précédent en direction des Puissances habituées à mener à leur guise les affaires de Chine. Les grèves des entreprises étrangères des années 1922-1923, sans non plus formuler encore un programme explicitement « anti-impérialiste », avaient le même caractère ; c’est le cas par exemple de celles des marins de Hongkong en janvier-mars 1922. C’est sans doute dans les entreprises étrangères de Wuhan pendant l’hiver 1922-1923, à la veille du coup de force du 7 février, que s’amorce dans le mouvement ouvrier le passage à une lutte plus consciente contre l’impérialisme en tant que système de relations internationales basé sur l’inégalité ; dès l’été 1922 d’ailleurs, la propagande du Parti communiste chinois et celle de l’I.S.R. avaient déjà commencé à diffuser ces thèmes, au moins dans le prolétariat changhaien. Pendant la grande poussée de luttes politiques et sociales des années 1925-1927, le combat contre l’impérialisme tient lui aussi une place considérable dans les activités du mouvement ouvrier. Il suffit ici de rappeler le Mouvement du 30 mai, à Changhai et dans toute la Chine, la grève de Canton-Hongkong, la reprise en janvier 1927 des concessions britanniques de Hankou et de Jiujiang. Dans les cotonnières japonaises de Changhai, pendant cette seconde période, les grèves économiques prennent elles aussi une coloration politique beaucoup plus nette que par le passé, par exemple en février 1925 ou pendant l’été 1926.

36Le cours incertain et les infortunes de la Révolution chinoise, des Tai-ping à la chute de la monarchie mandchoue, avaient tenu pour beaucoup à ce que la lutte contre l’Ancien Régime politique et social et la lutte contre les grands intérêts étrangers étaient restées, pendant ce demi-siècle, presque continuellement dissociées ; ni la paysannerie, ni la bourgeoisie, n’avaient réussi à mener de front ces deux missions historiques, au moins à l’échelle du pays tout entier. On a noté qu’une des originalités du Mouvement du 4 mai est au contraire de réaliser pour la première fois l’union de ces deux objectifs fondamentaux de la Révolution chinoise. Cette conjonction de la lutte anti-féodale et de la lutte anti-impérialiste continue jusqu’en 1927 à caractériser l’activité politique du prolétariat chinois ; l’essor du syndicalisme en Chine centrale à la fin de 1922 menace par exemple autant les grands intérêts étrangers que les du-jun, et le coup de force du 7 février 1923, s’il est exécuté au grand jour par les seconds, a été préparé en étroit accord avec les premiers. Certes en 1925, en raison des circonstances, le Mouvement du 30 mai et la grève-boycott de Canton-Hongkong sont surtout dirigés contre les Puissances étrangères. Mais l’Expédition du Nord fournit en 1926-1927 au mouvement ouvrier une nouvelle occasion de mener de front ses deux combats fondamentaux. Comme la direction du Guo-min-dang et celle du Parti communiste, les Congrès du travail de 1925 et de 1926 affirment constamment, eux aussi, cette unité indivisible de la lutte contre les forces d’Ancien Régime et de la lutte contre les privilèges des Puissances.

37Ces luttes politiques livrées entre 1919 et 1927 ne doivent pas seulement être analysées à l’échelle de la classe ouvrière chinoise dans son ensemble. Plus nettement encore que les luttes économiques, elles doivent être nuancées en fonction des régions, des secteurs d’industrie, de la nationalité des entreprises. Certes, la vague de grèves et de manifestations ouvrières par laquelle s’exprime l’adhésion du prolétariat au Mouvement du 4 mai entraîne, sous des formes diverses, les centres industriels de l’ensemble du pays, Mais dans les années suivantes, le polycentrisme, le caractère itinérant, qui caractérisaient déjà les luttes politiques chinoises de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, continuent à marquer fortement les activités ouvrières. En 1920-1922, c’est la classe ouvrière cantonaise qui est la plus avancée dans la voie de l’action politique ; elle soutient les entreprises de Sun Yat-sen et prend son parti au cours de ses démêlés avec les militaristes du Sud. Pendant l’hiver 1922-1923, le centre des luttes politiques ouvrières se déplace très temporairement à Wuhan, et après deux ans d’éclipse c’est à Changhai, ainsi que de nouveau à Canton, qu’il se fixe avec le Mouvement du 30 mai et la grève de Canton-Hongkong. Mis à part l’éphémère épisode des Guo-min-jun en Chine du Nord en 1925-1926, c’est de nouveau le prolétariat de Wuhan qui se trouve à l’avant-garde pendant l’hiver 1926-1927, et enfin, pour une durée plus brève encore, celui de Changhai au printemps 1927.

38Cette succession si originale de foyers géographiquement très distincts reflète d’abord la mobilité même de la conjoncture politique chinoise. Le prolétariat cantonais est privilégié, dans la mesure où il s’est trouvé à peu près continuellement sous l’autorité d’un gouvernement plus libéral, plus lié à la bourgeoisie et aux masses populaires, et qui a su assez largement l’associer à ses combats. De même, c’est à la faveur des déplacements de l’armée révolutionnaire cantonaise qu’en 1926-1927 les ouvriers de Wuhan puis ceux de Changhai ont été en mesure de se lancer hardiment dans la lutte politique. A l’inverse, il est certain que la Chine du Nord et du Nord-Est, où les activités politiques ouvrières sont restées peu importantes, était la principale base des grands du-jun, celle où leur pouvoir n’a pratiquement jamais été mis en péril par les forces politiques de progrès, celle en même temps où les Puissances, en particulier l’Angleterre et le Japon, occupaient des positions très solides.

39Mais pour expliquer de façon pleinement satisfaisante l’inégalité de niveau des luttes politiques ouvrières dans les différentes régions, il faut à côté de la conjoncture politique générale faire intervenir la structure de classe du prolétariat lui-même. La classe ouvrière cantonaise, restée largement semi-artisanale, a été très vite pénétrée par les idées politiques de la petite et moyenne bourgeoisie et associée à son action, dans le sillage de Sun Yat-sen et du Guo-min-dang. En ce qui concerne les régions de grande industrie, il n’est pas surprenant non plus que le prolétariat de Chine centrale, plus anciennement constitué, lié à l’industrie lourde et aux chemins de fer, comportant un plus grand nombre d’hommes adultes, formé à l’école de luttes revendicatives déjà anciennes, se soit plus vite et plus vigoureusement éveillé à la vie politique que celui de Tianjin ou à plus forte raison celui du Nord-Est, desservis par leur jeunesse sociologique, leur caractère encore largement paysan, leur plus faible capacité de résistance en face du patronat. Le prolétariat de Changhai lui-même, fraîchement transplanté de ses villages du Kompo et comportant une très forte proportion de femmes et d’enfants, n’a manifesté que tardivement et comme par brusques poussées de fièvre sa combativité politique, au lendemain du 30 mai 1925 et de nouveau au printemps 1927.

40La même diversité s’observe en ce qui concerne les branches d’industrie. Marins, cheminots, dockers, tireurs de rickshaws sont dès l’époque du 4 mai, et constamment par la suite, au premier rang des luttes politiques ; en effet, c’est dans l’accomplissement même de leur travail professionnel qu’ils font directement l’expérience des deux forces auxquelles s’attaque la révolution chinoise ; la position privilégiée des Puissances dans l’économie chinoise, la brutalité des forces féodales d’Etat sont pour eux des réalités concrètes. Ces ouvriers des transports et de la manutention sont en outre en mesure d’intervenir très efficacement contre les mouvements des forces militaires et contre ceux des marchandises étrangères ; leur participation au Mouvement du 4 mai, aux luttes de 1922-1923, aux mouvements de 1925-1927 a été souvent considérable et parfois décisive. A ces corporations, il faut ajouter les imprimeurs, plus curieux intellectuellement, mieux informés des problèmes politiques généraux, et qui au cours des grandes vagues d’agitation politique comme celle du 30 mai 1925 renonceront sans balancer aux tendances apolitiques et corporatives qui s’étaient parfois manifestées dans leurs rangs. En revanche, le rôle des mineurs dans les luttes politiques, sans avoir été négligeable, n’a pas été très considérable. Sans doute faut-il ici prendre en considération la localisation géographique des mines, assez éloignées des grands centres industriels et des grands ports, et situées pour la plupart en Chine du Nord et du Nord-Est où le pouvoir des du-jun et des Puissances était mieux assuré qu’ailleurs. L’exception qui confirme la règle est à cet égard constituée par les mineurs du Hunan (houillères de Anyuan, mines d’étain de Shuikoushan), qui furent si actifs en 1922 1923 et de nouveau en 1926 et 1927. Mais les mineurs représentaient aussi une couche du prolétariat encore très mal dégagée de ses attaches rurales, moins évoluée socialement que les ouvriers des transports ou que ceux des industries des grandes villes, et donc plus lente à s’engager dans l’action proprement politique. Leur participation au Mouvement du 30 mai s’était par exemple limitée à la grève des houillères du Peking Syndicate au Henan, et à quelques autres manifestations peu importantes.

  • 75 Cf. ci-dessus, p. 474.

41De la masse considérable des ouvriers de l’industrie légère urbaine, il semble bien que ce soit les ouvriers des grandes cotonnières, particulièrement des cotonnières japonaises, qui aient atteint le plus haut niveau de conscience politique, au moins à partir de 1925. Les répercussions d’un incident comme l’affaire Chen A-tang, en août 192675, en sont caractéristiques. Au contraire les ouvriers des filatures de soie, des manufactures de tabac et d’allumettes, des usines alimentaires diverses, n’ont participé que très épisodiquement aux luttes politiques, et seulement au cours des mouvements d’une ampleur exceptionnelle, comme la grève des 20-22 mars 1927 ; on a noté l’abstention des ouvrières des filatures de soie de Changhai au cours du Mouvement du 30 mai.

42Les analyses précédentes ont déjà mis en évidence à maintes reprises le rôle d’avant-garde, dans la lutte politique, des ouvriers travaillant dans les grandes entreprises étrangères : marins, dockers, ouvriers des cotonnières ; on peut y ajouter les cheminots, même ceux des lignes d’Etat, dans la mesure où celles-ci employaient un grand nombre de cadres supérieurs étrangers, et les postiers pour la même raison. Cette section du prolétariat chinois est, de par la nature même de ses rapports de classe et de ses intérêts économiques, directement mêlée à la lutte politique contre les intérêts étrangers ; c’est elle qui fournit, dès le Mouvement du 4 mai, de nouveau en 1922-1923 et plus nettement encore à Changhai et à Hongkong en 1925-1926 ou à Wuhan en 1926-1927, les plus actifs combattants ouvriers contre le pouvoir des du-jun et les privilèges des Puissances.

43La réalité de ces différences de région à région, d’industrie à industrie, d’entreprise à entreprise, ne doit pourtant pas faire perdre de vue les traits communs qui caractérisent ces luttes politiques du mouvement ouvrier, et en premier lieu la combativité, le dynamisme, l’intrépidité. Ces qualités humaines, que déploient les grévistes de février 1922 à Hongkong, ceux de la K.M.A. en octobre 1922, ceux du Jing-han en février 1923, ceux de Changhai en février et mars 1927, sont sans doute le reflet de la jeunesse du prolétariat chinois en tant que classe, en même temps que de la jeunesse individuelle de beaucoup de ses membres. Cette combativité et ce dynamisme sont particulièrement manifestes au cours des puissantes vagues de tond ou « mouvements » (yun-dong), comme celui de mai et juin 1919, comme à un moindre degré ceux de l’été 1922 pour la promulgation d’une législation ouvrière ou du printemps 1925 pour la convocation d’une Assemblée nationale, comme celui du 30 mai 1925, qui entraîne 500 000 grévistes à Changhai et dans toute la Chine. Ces yun-dong, dont l’ampleur soudaine contraste souvent avec l’apparente inaction de la période qui précède immédiatement et qui, on y reviendra, sont en même temps l’expression publique d’alliances de classe souvent très larges, sont un trait original du « style politique » du mouvement ouvrier chinois à cette époque ; ils sont restés, on le sait, une caractéristique de la Révolution chinoise, avant comme après le jie-fang de 1949.

  • 76 Cf. ci-dessus, p. 453. Le militant communiste anglais Tom Mann, relatant son voyage au Hunan en avr (...)
  • 77 Un texte souvent cité de Mao ze-dong (Œuvres choisies, t. II, p. 252) souligne comment, de Yuan Shi (...)

44L’importance que le mouvement ouvrier chinois, dès cette époque, attache à l’organisation de ses propres détachements d’intervention est un autre trait original de son activité. Les premières « sections de surveillance » (jiu-cha-dui) des syndicats sont apparues pendant l’été et l’automne 1922, essentiellement pour maintenir la discipline dans des grèves économiques comme celles de la K.M.A., des mineurs de Anyuan ou des marins de Changhai et pour tenir en respect les xin-gong et autres agents patronaux. A Changhai en juin et juillet 1925, sans être encore armés, ces détachements assurent déjà des fonctions plus politiques ; ils encadrent les masses ouvrières en lutte contre les grands intérêts étrangers et leur permettent de soutenir un effort prolongé, dont avaient été incapables les grèves encore quasi spontanées de juin 1919. C’est à Canton, en raison de la conjoncture politique, que ces détachements deviennent de véritables milices syndicales en armes ; cette évolution, qui s’esquisse dès l’été 1924 au moment de la lutte de Sun Yat-sen et de Liao Zhong-kai contre les Volontaires marchands, aboutit en juillet 1925 à ce que le Comité de grève de Canton-Hongkong possède ses propres forces armées, ainsi que son tribunal et ses geôles. La pratique des milices ouvrières armées se généralise alors en 1926 chez tous les syndicats cantonais de gauche, ainsi d’ailleurs que chez leurs adversaires comme les mécaniciens. Après le succès de la Marche vers le Nord, on a vu les progrès accomplis par ces « sections de surveillance », en particulier au Hunan et au Hubei ; ce sont par exemple elles qui à Hankou maintiennent l’ordre en janvier 1927, après la reprise de la concession anglaise. A Changhai enfin, ces milices ouvrières jouent un rôle décisif dans l’insurrection de la fin du mois de mars, et l’armement qu’elles ont pris aux nordistes leur confère un pouvoir de fait qui est considérable. Certes, même dans les territoires soumis à l’autorité du gouvernement national, ce mouvement pour la constitution de forces ouvrières armées n’a pu s’épanouir pleinement ; les milices ouvrières ne jouèrent par exemple au cours de la Bei-fa qu’un rôle somme toute assez effacé, et il semble bien que le commandement des troupes cantonaises les ait volontairement maintenues dans des fonctions subalternes, (santé, propagande, transports) sans les laisser participer aux combats. Même au Hubei et au Hunan pendant l’hiver 1926-1927, le gouvernement national semble avoir freiné leur développement, comme le laisse entendre la résolution relative à ces milices que vote en décembre le premier congrès provincial des syndicats du Hunan76. Il n’en reste pas moins que pendant toute cette période, et en particulier à partir de 1925, les masses ouvrières aspirent ouvertement à posséder leurs propres forces armées et leur propre pouvoir armé, et donc à intervenir dans les luttes politiques chinoises sur un pied d’égalité avec les autres couches sociales77.

45Cette intervention de la classe ouvrière, de fait, se révèle décisive pendant toute cette période. Dès mai-juin 1919, les grèves de Changhai pèsent beaucoup plus lourd que les manifestations d’étudiants de Pékin ou même l’agitation des commerçants, et ce sont elles qui décident le gouvernement Anfu à faire quelques concessions comme le renvoi des trois ministres pro-japonais. En 1922, le succès de la grève des marins de Hongkong contribue fortement à la nouvelle orientation de Sun Yat-sen et à son rapprochement avec le communisme, à l’intérieur et à l’extérieur. Le Mouvement du 30 mai, même si dans l’immédiat et sur le plan local il est en définitive un échec, affaiblit considérablement la position et le crédit des Puissances en Chine, et les contraint sans tarder à des concessions au moins formelles sur l’exterritorialité et l’autonomie douanière. La grève de Canton-Hongkong, outre qu’elle a coûté à la Grande-Bretagne des sommes considérables, donne au mouvement révolutionnaire du Sud l’élan nécessaire pour entreprendre et réussir la Bei-fa depuis si longtemps annoncée, et pour renverser dans le bassin du Yangzi moyen le pouvoir des du-jun. A Changhai, en mars 1927, c’est la grève générale insurrectionnelle organisée par les syndicats qui permet aux armées nationales d’occuper la ville sans coup férir. L’intervention de la classe ouvrière dans les luttes politiques chinoises entre 1919 et 1927 a bien été le fait nouveau le plus important de cette période.

  • 78 On reviendra ci-dessous, p. 559, sur la signification de la rupture du front uni en 1927.

46Pourtant, cette intervention ne s’effectue presque jamais dans l’isolement ; du fait de sa faiblesse numérique, la classe ouvrière est amenée à conclure dans le domaine politique des alliances de classe qui ne sont aisées ni à définir ni à réaliser. Parmi ses partenaires possibles, c’est la paysannerie pauvre et moyenne qui offre certainement les plus vastes ressources. On a pourtant vu que, à part de rares épisodes, la coopération concrète entre ouvriers et paysans dans la lutte révolutionnaire était restée bien en deçà des décisions des congrès syndicaux, et que ceux-ci n’avaient eu eux-mêmes le plus souvent qu’une vue assez restrictive de cette coopération ; ce n’est qu’en 1926 et 1927, surtout au Guangdong et au Hunan, qu’ouvriers et paysans ont engagé ensemble des luttes politiques sur une grande échelle. Avec la petite bourgeoisie des villes, le petit commerce, les artisans, les employés, les intellectuels surtout, les choses ont été au contraire plus faciles ; aux cours de ses luttes contre les du-jun, aussi bien que contre les positions privilégiées des Puissances, la classe ouvrière les a maintes fois retrouvés à ses côtés, à Changhai et à Canton en particulier. Avec la bourgeoisie nationale, la conclusion d’une alliance, justifiée sur le terrain politique, se compliquait d’un antagonisme économique qu’il était vain de se dissimuler et qui ne pouvait que rendre précaire cette alliance, au sein d’une société où prédominaient les rapports capitalistes. Dès le Mouvement du 4 mai, la classe ouvrière a pourtant pratiqué cette politique d’alliance avec la bourgeoisie en vue du « salut national » ; elle l’a poursuivie avec persévérance pendant la première guerre civile révolutionnaire, tant à Changhai pendant le Mouvement du 30 mai que dans les territoires occupés peu à peu par le gouvernement national ; elle lui a consenti de gros sacrifices. C’est du fait de la bourgeoisie que le front uni s’est néanmoins rompu, car elle restait moins rassurée par les concessions qu’on lui consentait qu’effrayée de l’ardeur combative que le prolétariat mettait à réaliser les objectifs définis en commun78.

  • 79 Cette prise de conscience se manifeste par exemple dans un texte peu connu et qui préfigure déjà, e (...)

47L’activité politique du prolétariat et des syndicats chinois entre 1919 et 1927 a donc été, sauf en 1921-23, une activité révolutionnaire menée en alliance avec d’autres classes sociales et d’autres organisations. C’est pendant cette période que le prolétariat chinois a déjà fait concrètement l’expérience de la nécessité de ces alliances, en même temps que des difficultés qu’elles comportaient79.

  • 80 Sur les rapports entre la classe ouvrière et le Parti communiste chinois pendant cette période, cf. (...)

48Mais les rapports de force entre les différents partenaires du front uni ont par ailleurs bien évolué pendant ces huit années. En 1919, pour décisif que soit son apport, la classe ouvrière n’en reste pas moins dans une position subalterne ; elle n’a pas l’initiative du mouvement, qui appartient aux étudiants et aux commerçants ; elle n’ambitionne elle-même que de jouer un rôle « d’arrière-garde » (hou-dun), selon une expression fréquemment utilisée à ce moment. Six ans après, c’est au contraire à la classe ouvrière qu’appartient l’initiative des opérations ; ce sont ses propres combats, dans les cotonnières de Changhai, qui sont à l’origine du puissant mouvement qui bouleverse pendant trois mois le plus grand centre industriel et commercial de Chine, qui entraîne des grèves et des manifestations de solidarité dans tout le pays, et qui suscite par ricochet la grève de seize mois de Canton-Hongkong. Il est significatif que cette fois l’organisme de front uni qui mène la lutte à Chan-gha en juin et juillet 1925 mette dans son titre le caractère gong (ouvrier) avant les caractères shang (commerce) et xue (étude) pour désigner les groupes sociaux fédérés dans ce comité d’action. Au cours de cette ascension, comme l’a montré l’étude du Mouvement du 30 mai ou celle de la grève-boycott de Canton-Hongkong, l’éveil propre du prolétariat est inséparable de l’action organisée, de la propagande, du travail d’encadrement effectué au sein de ce dernier par le Parti communiste80. Il résulte de la conjugaison de ces deux facteurs que le mouvement ouvrier est bien devenu un élément dirigeant de la lutte révolutionnaire en Chine.

***

49Au cours de ces luttes économiques comme de ces luttes politiques, la classe ouvrière chinoise s’est, entre 1919 et 1927, profondément transformée de l’intérieur. Si elle a pu livrer tous ces combats, c’est que, parallèlement, sa conscience de classe et ses organisations de classe évoluaient et se renforçaient à une cadence très rapide.

  • 81 Cf. ci-dessus, p. 252 et p. 485.

50On a déjà noté, en faisant le bilan des mouvements de grève pendant cette période, l’importance croissante des revendications relatives à la dignité des travailleurs, et le refus des coups, des injures, des signes infamants d’identification. On a également noté comment, d’année en année, les revendications économiques et les aspirations politiques du prolétariat se font à la fois plus amples et plus précises. Pour mesurer le chemin parcouru pendant ces huit ans, il suffit de comparer un texte comme la lettre écrite à l’automne 1920 au journal Lao-dong-jie par l’ouvrier métallurgiste changhaien Li Zhong, et le « programme immédiat » élaboré en mars 1927 par le Syndicat général pan-chinois81 ; l’une n’est encore qu’une initiative individuelle aux formulations bien confuses, alors que les vingt-cinq points du second reposent sur une analyse très approfondie de la condition économique et des problèmes politiques du prolétariat chinois à cette époque.

  • 82 CEJ, mars 1927, Strikes in Shanghai in 1926.

51Cette conscience qui ne cesse de s’affermir s’exprime aussi par les manifestations de solidarité dont sont l’objet, au cours des mouvements revendicatifs, les militants ouvriers qui se trouvent sanctionnés, licenciés, voire arrêtés. A Changhai pendant l’année 1926, on compte 35 grèves demandant la réintégration d’ouvriers licenciés, ce motif étant ainsi le second par ordre d’importance pour les 169 grèves recensées cette année-là, après les questions de salaires (72 grèves) ; encore faut-il y ajouter 10 grèves pour la libération d’ouvriers arrêtés et une contre l’éventuel licenciement de grévistes82.

  • 83 Cf. ci-dessus, pp. 270, 369, etc.
  • 84 Shanghai publicity bureau, News bulletin, août 1928, p. 21.

52Cette conscience de classe s’est en même temps enrichie par les luttes mêmes qu’a menées le prolétariat pendant cette période. Une tradition ouvrière, faite du souvenir des victoires arrachées comme de la mémoire des militants tombés au combat, s’est peu à peu dégagée, alors qu’en 1919 les ouvriers ne connaissaient guère, comme les artisans et les paysans des rangs desquels ils sortaient à peine, que les festivals traditionnels du calendrier lunaire. Le 1er mai, la Journée internationale des travailleurs, est tout naturellement un élément important de cette tradition ouvrière et d’année en année, à part la brève période de reflux de 1923-1924, sa célébration a pris plus d’ampleur à travers tout le pays83. Il s’y ajoute les anniversaires, déjà nombreux, des luttes menées en Chine même par le prolétariat depuis 1919. En 1928, alors qu’est encore tout frais dans les esprits le souvenir de ces événements, la police anglaise de Changhai énumérera dans un rapport privé trente-six « journées dangereuses », pendant lesquelles « des troubles sont susceptibles d’éclater sur le territoire de la concession internationale » : 17 janvier (exécution à Changsha en 1922 des militants anarchistes Huang et Pang) ; 7 février (massacre des cheminots du Jing-han en 1923) ; 1er mai ; 4 mai (anniversaire du mouvement de 1919) ; 30 mai (fusillade de Nanking Road en 1925) ; 15 juillet (lancement de la Bei-fa en 1926) ; 17 décembre (exécution à Changhai en 1925 du dirigeant syndicaliste Liu Hua), etc.84.

  • 85 En 1923, par exemple, les ouvriers de l’usine de Hongkong de la Nan-yang demandent le bénéfice d’av (...)
  • 86 Cf. ci-dessus, carte p. 387.

53Cette conscience ouvrière et ces traditions ouvrières prennent de plus en plus nettement, surtout à partir de 1925, un caractère national, sinon international, alors que reculent les tendances régionalistes encore si vivantes en 1919. L’échec en 1922 des tentatives de recrutement à Changhai de marins ningponais, pour briser la grève des marins cantonais de Hongkong, montre bien comment la rivalité traditionnelle entre ces deux groupes régionaux commençait déjà à appartenir au passé. On a de même noté qu’à Changhai les rixes régionalistes, sans complètement disparaître, se font plus rares, par exemple entre gens du Kompo et du Shandong dans les cotonnières. Sur le plan des organisations, ce recul du régionalisme se traduit par l’échec des amicales ouvrières de province, en lesquelles en 1923-1924 les éléments droitiers de la « Fédération » mettaient tous leurs espoirs, et qui disparaissent en 1925 sans laisser de traces. En revanche, la cohésion nationale de la classe ouvrière ne cesse de s’affirmer. Une des originalités de la participation ouvrière au Mouvement du 4 mai est déjà que pour la première fois le prolétariat se met simultanément en mouvement, de Pékin à Canton et de Changhai à Wuhan et à Chongqing. Par la suite, la vigueur de cette solidarité de région à région se manifeste à chaque crise grave et à chaque démarche importante du mouvement ouvrier : manifestations de solidarité aux grévistes de Hongkong et de la K.M.A. en 1922, campagne pour la législation ouvrière pendant l’été 1922, protestation contre le massacre du Jing-han en février 1923. De même, s’esquisse une coordination des mouvements revendicatifs de région à région, en particulier entre les ouvriers des diverses entreprises dépendant d’une même firme85. A partir de 1925, cette cohésion nationale est chose définitivement acquise, et les 500 000 grévistes du Mouvement du 30 mai représentent pratiquement toutes les grandes régions industrielles de Chine86.

54Ces progrès de la conscience de classe ne sont pas seulement le fruit d’un mouvement objectif ; ici encore, l’évolution propre du prolétariat a été accélérée, amplifiée, par l’action et la propagande des militants communistes et des organismes qu’ils animent ; le rôle du Secrétariat du travail, en particulier, semble avoir été fondamental. La même dualité, la même combinaison d’un processus de maturation en profondeur et de l’intervention directe et systématique des cadres communistes, caractérisent aussi les progrès qu’accomplissent pendant ces huit années les organisations syndicales chinoises.

  • 87 N. Wales, Chinese labor movement, p. 164.

55Alors qu’en 1919, à part sans doute les groupements de marins, la grande majorité des organisations ouvrières restaient apparentées aux guildes traditionnelles, ou gravitaient autour des groupements de « promotion industrielle » du petit patronat, le syndicalisme industriel moderne s’affirme huit ans plus tard comme une force indépendante, imposante par ses effectifs comme par ses capacités d’action ; le Syndicat général pan-chinois, fondé en mai 1925, se réclame à cette date de 540 000 adhérents, et de 1 240 000 au Congrès de mai 1926 ; il en revendiquera 2 800 000 au Congrès de juin 192787. Le syndicalisme organisé, depuis 1919, s’est surtout développé, on l’a noté, chez les marins, les cheminots, les postiers, qui ont réussi les uns après les autres à former de puissantes fédérations nationales d’industrie, ainsi que chez les imprimeurs, chez les tireurs de rickshaws, et jusqu’à un certain point chez les mineurs et chez les dockers. Dans l’industrie légère, seules les grandes cotonnières ont vu naître de véritables syndicats, et seulement à Changhai, tardivement, ou à Wuhan après l’arrivée de la Bei-fa ; les ouvriers des autres manufactures et usines (soie, tabac, allumettes, minoteries, etc.) sont restés sensiblement à l’écart du mouvement malgré l’importance de leurs effectifs, sauf dans les régions contrôlées par le gouvernement national.

  • 88 Sur les progrès des organisations syndicales à Changhai entre 1919 et 1927, cf. Qiu-Shi, Shang-hai (...)

56Sur le plan régional, c’est à Canton que les progrès de l’organisation ont été les plus réguliers et les plus rapides, essentiellement en raison de la conjoncture politique et en dépit de la dispersion de la classe ouvrière ; il n’y a guère d’année, voire de trimestre, qui n’ait vu apparaître de nouveaux syndicats dans la grande ville du Sud ; mais c’est en 1921-1922, grâce à la tolérance des autorités « constitutionnalistes » et en 1925-1926, dans l’élan d’enthousiasme provoqué par la grève-boycott, que ce mouvement d’organisation a été le plus intense (figure N° 12). Le prolétariat du Hubei et du Hunan, de son côté, pouvait sembler le mieux préparé au syndicalisme moderne, en raison de l’importance des entreprises industrielles de la région et de leur relative ancienneté ; ces facteurs internes n’ont cependant pu jouer que pendant deux brèves périodes, pendant les mois qui précèdent le 7 février 1923 et de nouveau après l’arrivée de la Bei-fa ; à ces deux reprises, se sont effectivement constituées dans cette région de puissantes fédérations provinciales, ainsi qu’une fédération d’industrie à caractère original, celle des ouvriers du combinat de Han-ye-ping. A Changhai, la très forte proportion des femmes et des enfants et le caractère encore semi-paysan de la grande masse du prolétariat a longtemps retardé la naissance d’un syndicalisme industriel véritable ; le prolétariat changhaien constituait un terrain favorable aux entreprises des gong-zei, des affairistes et des professionnels du syndicalisme. C’est seulement avec la grande vague de fond du 30 mai 1925 que ce prolétariat bouillant et inexpérimenté commence à se discipliner, à s’organiser en puissants syndicats fédérés eux-mêmes dans leur « Syndicat général de Changhai » ; celui-ci dirige désormais avec autorité la lutte économique, par exemple pendant l’été 1926, et prendra la tête des grèves insurrectionnelles du printemps 1927, jusqu’à devenir pour quelques jours seulement la principale force politique locale88. Au contraire dans le Shandong, le Zhili, et plus encore le Nord-Est, le mouvement d’organisation est resté très incertain, très faible. Ce retard du Nord est sans doute l’expression de la conjoncture politique dans ces régions où le militarisme des du-jun, épaulé par les Puissances, domine sans contrepoids ; il correspond en même temps, comme déjà le retard pris en matière de luttes politiques, à la jeunesse du prolétariat de ces régions et à son instabilité.

Fig. 12. — Fondation de nouveaux syndicats à Canton entre 1920 et 1926
(Annuaire, II, p. 73-79).
(Chaque colonne correspond à un mois).

57Ces fondations syndicales, qu’elles aient été plus ou moins solides ou plus ou moins durables, se caractérisent toutes par leur nouveauté. Elles ne procèdent en rien de la société chinoise traditionnelle et de ses formes classiques d’organisation. Il faut en particulier souligner leur rupture, en dépit de certaines survivances comme à Canton, avec la tradition corporative des guildes. Par leur caractère de classe, par les progrès de la notion de syndicalisme d’industrie à partir de 1921, par leurs statuts organisant un appareil à trois degrés inconnu jusque-là en Chine, autant que par leur orientation idéologique, ces syndicats ouvriers se différencient en effet complètement des anciennes gong-suo. Aussi nouvelle, pour l’histoire sociale chinoise, est leur capacité d’organisation et d’action sur le plan national ; les anciens groupements d’artisans se caractérisaient au contraire par leur base étroitement régionale, reflet du caractère arriéré et limité des échanges économiques. On a vu que la bourgeoisie chinoise, même dans ses sections les plus modernes, n’avait guère dépassé non plus des formes locales ou régionales d’organisation, et que par exemple son rêve d’une puissante fédération nationale des Chambres de commerce, vers 1920-1925, n’avait pu se réaliser. Par l’existence d’une forte organisation syndicale « pan-chinoise » (quan-guo), le prolétariat s’affirme comme la classe la plus détachée de l’ancienne société, la plus avancée dans la voie de cette cohésion nationale à laquelle aspirent aussi la bourgeoisie, les intellectuels ou les classes moyennes des villes, et à laquelle font obstacle les entreprises centrifuges des militaires et des conservateurs qui les soutiennent.

  • 89 Cf. PPW, n° 7, 1er octobre 1927, Amsterdam and China. En août 1925, par exemple, après avoir repous (...)
  • 90 Cf. ci-dessus, p. 377.
  • 91 Cf. par exemple le récit de Tom Mann (What I saw in China), qui relate en détail l’accueil enthousi (...)
  • 92 SCMP, 11 septembre 1926.

58Enfin, la classe ouvrière s’est affirmée comme la plus avancée dans la voie des contacts internationaux et des affiliations internationales. Le rôle dirigeant que jouent les communistes dans les organisations syndicales, dès 1920-1921, orientent tout naturellement celles-ci vers l’Internationale syndicale rouge ; des relations se sont nouées avec elle dès 1922, et en 1925 le Syndicat général pan-chinois s’y affilie lors de sa constitution. L’hostilité dédaigneuse que témoigne aux syndicats chinois la Fédération syndicale internationale d’Amsterdam, en particulier au cours des grands mouvements de 1925-192789 ne fait que renforcer cette orientation. Ces contacts avec le syndicalisme révolutionnaire sont loin de rester formels. L’influence de l’I.S.R. est par exemple très sensible dans les structures nouvelles que se donnent les syndicats chinois. De même, pendant l’été 1925, l’aide financière de l’I.S.R. et des syndicats soviétiques aux grévistes de Changhai a été considérable90. La visite de la délégation syndicale soviétique à Changhai et à Canton pendant l’été 1925, et plus encore celle de la délégation internationale de l’I.S.R. en Chine du Sud et du Centre au printemps 1927, ont aussi été l’occasion de manifestations de masse d’une grande ampleur91. C’est pendant ces années que la conscience des ouvriers chinois, pour la première fois dans l’histoire, a débordé vraiment les frontières de l’Empire du Milieu, qu’elle s’est éveillée authentiquement à la solidarité prolétarienne internationale. Il est significatif que pendant l’été 1926 les syndicats cantonais, mieux informés sans doute des affaires de l’Europe que ne l’était la Fédération d’Amsterdam des affaires de Chine, collectent plus de 10 000 yuans au bénéfice des grévistes de la grève générale britannique92.

  • 93 Cf. ci-dessus, p. 272.

59C’est essentiellement l’action revendicative et l’action politique qui, pendant toute cette période, absorbent le plus clair de l’activité des syndicats révolutionnaires. Ceux-ci ne dédaignent pourtant pas non plus, chaque fois que le leur permet la conjoncture politique, les tâches de caractère social ou culturel et l’organisation de « services » gérés par les ouvriers eux-mêmes dans leur propre intérêt. Leur opposition au syndicalisme réformiste porte non sur le principe de telles activités, mais sur la nécessité de mener simultanément la lutte de masse. C’est ainsi que, de 1922 à 1925, les œuvres sociales du Club ouvrier des mineurs de Anyuan93 pouvaient rivaliser avec celles dont s’enorgueillissait au même moment le syndicat réformiste des mécaniciens de Canton. De même, le Comité de grève de Canton-Hongkong, de sa création en juin 1925 jusque pendant l’hiver 1926-1927, anime des activités éducatives et culturelles de toute sorte, des cantines, des dispensaires, et gère à cet effet des sommes considérables. De tous ces services d’intérêt ouvrier, c’est certainement aux « écoles complémentaires », aux cours du soir, aux « écoles pour pauvre gens », que le mouvement ouvrier chinois s’est consacré de la façon la plus durable. Ces écoles ouvrières offrent en effet des facilités d’organisation matérielle dont ne peuvent profiter des fondations plus importantes ; elles sont souples et mobiles, elles ne nécessitent que des investissements très réduits. Elles offrent aussi l’avantage d’une relative sécurité vis-à-vis de la police, dans les moments et les régions où les organisations syndicales proprement dites sont réduites à une existence clandestine. C’est souvent, on l’a vu, par le biais d’une école ouvrière ou d’un cours du soir que naissent les véritables syndicats, par exemple à Changxindian en 1920, à Tianjin en 1924, ou chez les ouvriers des cotonnières de Changhai pendant l’hiver 1924-1925. Mais ce serait une erreur que de considérer ces œuvres éducatives comme un simple artifice, une « couverture » pour des activités plus militantes. Le désir de se libérer de l’analphabétisme est et reste pendant toute cette période une aspiration fondamentale des masses ouvrières chinoises ; ce désir est sans doute d’autant plus vif que l’écriture idéographique constitue une barrière plus difficile à franchir que dans d’autres sociétés, et que le prestige social de l’homme instruit est particulièrement grand en Chine. Quand les syndicats sont débarrassés des problèmes de sécurité et de clandestinité, par exemple à Canton, ou après octobre 1926 à Wuhan, les activités éducatives, loin de dépérir, fleurissent largement.

60Que représentent réellement ces syndicats que l’on a vu pousser en rangs serrés, « comme les champignons après la pluie », à Canton à partir de 1920 et surtout de 1924, en Chine du Nord et du Centre en 1921-1925 sous l’impulsion du Secrétariat du travail, à Changhai grâce à l’élan du Mouvement du 30 mai, dans le Nord sous l’éphémère protection des Guo-min-jun, en 1925-1926, dans le bassin moyen et inférieur du Yangzi après l’arrivée de la Bei-fa ? Dans quelle mesure ont-ils effectivement une vie organisée, un appareil stable, des adhérents solidement encadrés ? A quel point ont-ils réellement l’appui du plus grand nombre, et surtout l’appui conscient ? Certes, toute comparaison avec l’appareil du T.U.C. britannique ou celui de la C.G.T. française serait fallacieuse. Il n’est pas douteux que, pendant toute la période considérée ici, la capacité d’organisation en profondeur du mouvement ouvrier chinois reste très en deçà de sa capacité d’action. Il suffira de mentionner à ce point de vue la grande vague de grèves du 30 mai 1925 ; une fois le reflux venu, elle est loin de laisser derrière elle, sauf peut-être à Changhai, un appareil syndical d’une ampleur correspondante. Les effectifs annoncés par ces syndicats ne sont sans doute pas à prendre à la lettre, non plus que ceux des groupements représentés aux divers Congrès nationaux du travail. Mais les syndicats de gauche peuvent néanmoins, le plus souvent, être considérés comme véritablement représentatifs de la classe ouvrière chinoise ; c’est un des traits qui les différencient de leurs adversaires de droite, de ces « syndicats à pancarte », comme ils les appelaient dédaigneusement, dont les dirigeants, exception faite des mécaniciens de Canton, ne parlaient guère que pour eux-mêmes.

61Ces syndicats ont dans l’opinion ouvrière un prestige certain, qu’attestent les grèves motivées par la demande que le patronat les reconnaisse officiellement, ou par la protestation contre des sanctions prises contre eux et leurs militants. Les revendications relatives au droit syndical tiennent par exemple une grande place dans les vagues de grèves de 1921-1923 en Chine centrale, ou de 1926 à Changhai.

62Ces syndicats, même si leur structure interne reste probablement assez floue, se montrent effectivement capables d’influencer les masses, de les encadrer, de les entraîner à l’action. Leur autorité de fait se mesure par exemple à la discipline avec laquelle sont conduites les grèves économiques de Changhai en 1925-1926, ou les soulèvements armés du printemps 1927 ; elle s’exprime plus fortement encore, en février 1923, sur les quais des gares du Jing-han, par le refus obstiné des cheminots de reprendre le travail si le syndicat lui-même, « la seconde vie des ouvriers », n’en donne pas l’ordre.

  • 94 Cf. ci-dessus, p. 249.
  • 95 Cf. ci-dessus, p. 483.

63La presse ouvrière, dans les périodes d’essor du mouvement ouvrier et même dans les périodes de lutte clandestine difficile, contribue fortement à resserrer ces liens entre l’appareil des syndicats et la masse des ouvriers. On a noté son rôle dans l’activité des petits groupes communistes en 1920, et un peu plus tard dans celle du Secrétariat du travail. Un journal comme Lao-dong-jie94, à lire les nombreuses lettres d’ouvriers qu’il recevait et publiait, pénétrait effectivement dans les entreprises industrielles de Changhai et de Chine centrale. A Canton à partir de la fondation des syndicats de gauche, à Wuhan un peu plus tard avec l’arrivée de la Bei-fa, la presse ouvrière atteint des tirages très importants95.

  • 96 CWR, 11 novembre 1922.

64Mais le meilleur certificat d’autorité et de représentativité est encore celui que délivrent aux syndicats les employeurs et les autorités civiles et militaires, qu’ils soient étrangers ou chinois. Même quand est légalement contesté le droit des ouvriers à s’organiser en syndicats, c’est-à-dire dans toute la Chine sauf dans les zones contrôlées par le gouvernement national, c’est avec ces syndicats que les autorités acceptent souvent de traiter, pour obtenir le règlement des conflits revendicatifs. En novembre 1922, c’est une entrevue entre le directeur, J. Gilliam, et deux délégués du syndicat de l’usine, en présence du président de la Fédération provinciale des syndicats du Hubei, qui permet de régler la grève de la British Cigarette Co à Hankou96. A Changhai, en février 1925 et plus nettement encore pendant l’été, les patrons des cotonnières et le consulat général japonais accordent à Liu Hua, à Li Li-san et aux syndicats qu’ils animent une véritable reconnaissance de facto, dont il serait aisé de citer maints autres exemples semblables.

  • 97 Cf. ci-dessus p. 478.

65Certes, ces organisations syndicales qui forment alors l’ossature du mouvement ouvrier chinois manquent souvent de stabilité et de continuité. Si leurs rapports avec les masses ouvrières étaient souvent excellents, ils pouvaient aussi se distendre, et ces organisations elles-mêmes s’effacer ou disparaître. C’est ainsi qu’à Changhai le syndicalisme de gauche, avant de s’épanouir à partir de l’été 1925, avait déjà connu en 1922 une première phase de développement, mais la répression l’avait pratiquement contraint à disparaître pendant deux ans. L’histoire de la Fédération provinciale des syndicats du Hunan révèle la même succession de phases d’intense activité en 1922-1923 et de nouveau en 1926-1927, séparées par une longue éclipse. Plus net encore est le cas des cheminots des lignes de Chine du Nord, qui en 1921-1923 furent les pionniers du syndicalisme moderne chinois, qui après la phase de reflux consécutive au 7 février 1923 tentent à l’automne 1924 une ambitieuse « restauration syndicale », mais chez qui à partir de la fin de 1925 n’existe pratiquement plus d’organisation capable d’agir97. C’est essentiellement par l’instabilité de la situation politique, d’année en année et de région en région, que s’explique cette instabilité des syndicats eux-mêmes.

66Mais il demeure que, de 1919 à 1927, la classe ouvrière chinoise a effectivement fait l’expérience, même d’une façon intermittente et brève, du pouvoir dont peut disposer une organisation syndicale de masse à caractère révolutionnaire, dans les luttes économiques comme dans les luttes politiques.

  • 98 On ne dispose pas de données systématiques sur l’origine sociale des membres du Comité exécutif du (...)
  • 99 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 23 et 170.
  • 100 Lei Jia, Hai-yuan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting), pp. 77 et 215.
  • 101 Congrès du Travail, p. 125.
  • 102 Cf. Su Zhao-zheng (biographie éditée en 1930 par le Syndicat général) et Nym Wales, The Chinese lab (...)
  • 103 Cf. He-bei ge-ming lie-shi shi-liao (Matériaux historiques sur les martyrs révolutionnaires du Hebe (...)
  • 104 Li Rui, Mao Ze-dong, pp. 212-216.
  • 105 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 73, 118, 170.
  • 106 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 406.
  • 107 Cf. entretien avec le vieil ouvrier Lin Mao-xiang, frère de Lin Xiang-qian.
  • 108 XGS, 1957, n° 3, op. cit.
  • 109 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 101.
  • 110 XGS, op. cit.
  • 111 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 170.
  • 112 MGRB, 21 septembre 1925.
  • 113 Cf. ZGGR, 27 mars 1957, Liu Hua lie-shi er-san-shi (Quelques actions du héros Liu Hua).
  • 114 A. Strong, China’s millions, p. 96.

67La question des cadres est particulièrement importante, pour un mouvement ouvrier qui se trouvait encore en 1919 dans la phase initiale de son activité, et dont les traditions d’organisation étaient à cette date extrêmement réduites ; à ce stade initial, les cadres non-prolétariens sont inévitablement appelés à jouer un rôle important, en attendant la promotion de cadres d’origine effectivement prolétarienne. Certes, pendant cette période, le mouvement ouvrier chinois est parvenu à susciter en son sein la montée de cadres venus du prolétariat. Malgré le caractère fragmentaire des informations disponibles98, on peut avancer que c’est surtout chez les marins, les mécaniciens, les cheminots, les imprimeurs, c’est-à-dire dans les branches d’industrie les plus qualifiées, que se sont affirmées de fortes personnalités syndicalistes. Ces militants d’origine ouvrière ont occupé, dès la période du Secrétariat du travail et plus nettement encore à partir de 1925 dans le Syndicat général pan-chinois et ses organisations, des postes responsables, y compris les plus élevés. Chez les marins, Lin Wei-min, animateur en 1922 de la grève des marins de Hongkong et président en 1925 du Syndicat général pan-chinois99 ; Zhu Bao-ting, organisateur à Changhai en 1922 de la solidarité aux marins de Hongkong, dirigeant des « sections de surveillance » des syndicats de Changhai pendant le Mouvement du 30 mai100, membre suppléant du Comité exécutif du Syndicat général pan-chinois en mai 1926101 ; et surtout Su Zhao-zheng, organisateur de la grève de 1922, président du Syndicat général pan-chinois en 1926, président du Comité de grève de Canton-Hongkong en 1925-1926, ministre du travail du gouvernement de Wuhan en avril 1927102. Chez les mécaniciens, Deng Pei, Cantonais venu à Tianjin comme apprenti en 1898 à l’âge de quatorze ans, entré en 1901 aux ateliers mécaniques de Tangshan, organisateur de manifestations ouvrières dans cette ville au moment du 4 mai, délégué au début de 1922 au Congrès des travailleurs de l’Extrême-Orient à Moscou, animateur des grèves de l’automne 1922 aux ateliers de chemin de fer de Tangshan, à la cimenterie de Tangshan et aux mines de la K.M.A., parti ensuite à Canton et devenu en 1926 membre du Comité exécutif du Syndicat général pan-chinois103 ; Liu Dong-xuan, mécanicien de la mine de Shuikoushan, fondateur du club ouvrier de cette entreprise en 1922, et qui participe à sa réorganisation en 1926 à l’arrivée de la Bei-fa104 ; et Xu Bai-hao, délégué par le syndicat des mécaniciens de Canton au premier Congrès national du travail en mai 1922, animateur en 1924 du mouvement de restauration syndicale chez les cheminots, membre du comité exécutif du Syndicat général pan-chinois en 1925,105 président de la Fédération provinciale du Hubei en 1926-27106. Chez les cheminots, Lin Xiang-qian, apprenti d’un atelier mécanique de Fuzhou entré sur la ligne du Jing-han107, animateur du bang coutumier des originaires du Fujian sur ce réseau108, secrétaire du club ouvrier, puis de la section syndicale de Jiang’an, décapité sur le quai de cette gare en février 1923 pour avoir refusé de donner l’ordre de reprise du travail109 ; ou Liu Wen-song, fondateur en 1922 du club des cheminots de Zhengzhou110, vice-président en mai 1925 du Syndicat général pan-chinois111, fondateur pendant l’été 1925 de la Fédération provinciale des syndicats du Henan112. Chez les imprimeurs, Liu Hua, apprenti aux Editions de Chine, entré ensuite comme aide technique à l’Université de Changhai où il fait la connaissance d’intellectuels communistes, animateur de la grève des cotonnières japonaises de Changhai en février 1925 et du club ouvrier de l’Ouest de Changhai, dirigeant du Syndicat général de Changhai à partir de sa fondation le 31 mai 1925, arrêté le 18 septembre par la police internationale de la concession et remis aux autorités chinoises qui le font mettre à mort en novembre113 ; ou Ma Chao-fan, fils d’un artisan du Guangdong dont la faillite avait interrompu son éducation classique, apprenti dans une imprimerie, organisateur d’un syndicat des imprimeurs sur une large base industrielle à Hongkong puis à Canton, et un des dirigeants de la Conférence des délégués ouvriers de la ville114.

  • 115 N. Wales, The Chinese labor movement, p. 212 sq. (biographie rédigée sur la base d’entretiens perso (...)
  • 116 IPC, 1er août 1931 (nécrologie de Xiang Zhong-fa).
  • 117 JFRB, 21 mars 1957.

68Aux côtés de ces marins, de ces mécaniciens, de ces cheminots, de ces imprimeurs, s’affirment d’ailleurs aussi des cadres issus de professions moins qualifiées : Xiang Ying, ouvrier des cotonnières de Wuhan amené en 1922 au Secrétariat du Travail par la lecture de L’hebdomadaire ouvrier, et qui deviendra un des principaux dirigeants du Syndicat général pan-chinois à partir de 1925115 ; Xiang Zhong-fa, coolie des péniches de minerai de la compagnie Han-ye-ping, dirigeant de la fédération d’industrie de cette entreprise, puis des syndicats du Hubei à la fin de 1922, et de nouveau en 1926116 ; le docker Tao Jing-xuan, chef des sections de surveillance du Syndicat général de Changhai pendant le Mouvement du 30 mai117.

69Mais le simple rappel du développement des activités du Secrétariat du travail en 1921-1923 ou du Syndicat général à partir de 1925 suffit à mettre en évidence le rôle essentiel, dans le mouvement ouvrier chinois, des intellectuels communistes affectés par leur parti au travail syndical. Ces intellectuels et étudiants communistes ont tenu une place de premier plan dans la période initiale de la vie des syndicats, et encore par la suite, au cours de toutes les grandes batailles livrées par la classe ouvrière ; c’est ce qu’illustre la carrière des trois plus éminents d’entre eux, Deng Zhong-xia, Li Li-san et Liu Shao-qi.

  • 118 Martyrs du Hunan, pp. 20-26.
  • 119 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 30, 136, 218 sq. Cf. aussi PDR, juin-septembre 1925, passim.
  • 120 Congrès du Travail, p. 125.
  • 121 Cf. HNLSZL, 1958, n° 2 Dui ju-le-bu guo-ju-de pi-ping he jiang-lai-de ji-hua. (Critique du passé du (...)
  • 122 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 120 ; Congrès du Travail, p. 125.
  • 123 PDR, juin-août 1925, passim.
  • 124 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 383.

70Deng Zhong-xia, fils de notables ruraux du Henan et gagné au marxisme en fréquentant le groupe de Li Da-zhao à Pékin, est au début de 1921 le fondateur avec Zhang Guo-tao du club ouvrier de Changxin-dian, il participe en mai 1922 au premier Congrès du travail et dirige ensuite le Secrétariat du travail, toujours avec Zhang Guo-tao ; il est en particulier l’animateur du mouvement pour une législation ouvrière en août 1922, et se rend aux mines de la K.M.A. en octobre pour tenter de sauver la grève qui vient d’y être déclenchée. Il est en 1923-1924 dans le Parti communiste un des principaux adversaires de la tendance « liquidatrice » et un des animateurs avec Zhang Guo-tao, à partir d’octobre 1924, de la revue Zhong-guo gong-ren (l’ouvrier chinois). En février 1925, le Parti communiste l’envoie diriger la grève des cotonnières de Changhai ; à la fondation du Syndicat général pan-chinois, il entre à son secrétariat comme délégué à la propagande, et sera à partir de juillet 1925 « haut conseiller » du Comité de grève de Canton-Hongkong, où il représente directement le Parti communiste118. Li Li-san, étudiant hounanais venu en France dans le cadre du mouvement « Travail et Etude », est un des fondateurs au printemps 1922 du club ouvrier des mines de Anyuan. Venu à Changhai avec Deng Zhong-xia pour diriger en février la grève qui venait d’éclater dans les cotonnières, il y reste et assure la direction du Syndicat général de Changhai pendant toute la durée du Mouvement du 30 mai ; il mène à ce titre des négociations quasi officielles avec la Chambre de commerce chinoise de la ville et avec les usines japonaises et britanniques119 ; en mai 1926, il prend la charge de la section d’organisation du Syndicat général pan-chinois120. Liu Shao-qi, étudiant hounanais lui aussi, assure jusqu’en automne 1923 la direction du club ouvrier des mines de Anyuan121. Il est vice-président du Syndicat général pan-chinois en mai 1925, et sera chargé en 1926 du secrétariat de cette organisation122. Il est avec Li Li-san un des dirigeants du Syndicat général de Changhai pendant le Mouvement du 30 mai123 et arrive à Wuhan à l’automne 1926 en même temps que toute la direction du Syndicat général pan-chinois ; en janvier 1927, il est l’organisateur de la manifestation populaire qui aboutit à la reprise de la concession britannique de Hankou124.

  • 125 ZGGR, 27 avril 1957 (Wei zhong-guo gong-ren yun-dong di-yi-ge gong-chan-dang-yuan. Le premier commu (...)
  • 126 Cf. sa biographie dans GMRB, 18 octobre 1954.
  • 127 Martyrs du Hunan, p. 22 (biographie de Guo Liang).
  • 128 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, Chronologie de Nanchang) ; cf. aussi sa nécrologie dans XD, (...)
  • 129 ZGGR, 27 avril 1957 (Ge-ming xian-Iie Li Da-zhao-de ji-ge gu-shi. Quelques épisodes concernant le p (...)

71La carrière syndicale de Deng Zhong-xia, de Li Li-san et de Liu Shao-qi est particulièrement significative du rôle que jouent les cadres d’origine intellectuelle dans le mouvement ouvrier chinois ; ils y ont en effet exercé tour à tour les plus importantes responsabilités dans les principaux secteurs de l’action. A un niveau moins élevé, on retrouve dans chaque région industrielle la même intervention décisive des jeunes intellectuels marxistes. A Changhai, par exemple, la figure de l’étudiant hounanais Li Qi-han est associée aux premières écoles du soir dans le quartier des cotonnières à la fin de 1920, à la fondation du Secrétariat du travail en 1921, à la célébration du 1er mai en 1921 et 1922, à l’organisation des grèves des marins, des postiers, des ouvriers du textile de Pudong en 1922125. A Wuhan, l’avocat Shi Yang est en 1920 le fondateur d’écoles ouvrières ; il dirige en 1921-1922 le bureau local du Secrétariat du travail ; il est l’animateur de la grève des rickshaws et de celle des cheminots du Yue-han, et joue près des syndicats nouvellement formés dans le Hubei le rôle d’un conseiller juridique ; il est arrêté et mis à mort au moment de l’affaire du 7 février 1923126. Au Hunan c’est l’étudiant Guo Liang qui organise en 1921 la grève des rickshaws de Changsha, qui anime en 1922 des grèves et des clubs ouvriers dans les principales gares du Hunan, et qui en novembre 1922 est un des principaux dirigeants, aux côtés de Mao Ze-dong, de la Fédération provinciale des syndicats qui se constitue alors ; en 1926-27, il reconstitue la Fédération provinciale à l’arrivée de la Bei-fa127. A Nanchang, arrive en octobre 1922 l’étudiant changhaien Zhao Xing-nong, envoyé par le Parti communiste pour organiser au Jiangxi la jeunesse et les syndicats ; il fonde en 1924 plusieurs syndicats et sera arrêté et exécuté en août 1926, au moment de la débâcle des troupes de Sun Chuan-fang128. En Chine du Nord, le prestige intellectuel et universitaire de Li Da-zhao lui permet facilement, en 1921-1922, d’orienter vers l’action syndicale un certain nombre d’étudiants de son entourage, pour les mettre à la disposition du Secrétariat du travail129. Il serait aisé de multiplier ces exemples d’intellectuels marxistes qui sont ainsi venus fournir au mouvement ouvrier chinois, de 1919 à 1927, la majorité de ses cadres syndicaux. Mais la fusion est rapide entre cadres d’origine intellectuelle et cadres d’origine prolétarienne, et aucun antagonisme ne semble s’être manifesté pendant toute la période considérée ici. Pour briser la grève des cheminots du Jing-han en février 1923, Wu Pei-fu fait à la fois exécuter le mécanicien Lin Xiang-qian et l’avocat Shi Yang.

72Ce rôle prépondérant joué dans les syndicats par les cadres recrutés parmi les intellectuels marxistes pose, plus généralement, la question de l’orientation idéologique du mouvement ouvrier et des syndicats chinois et de leurs relations avec le Parti communiste chinois.

  • 130 CYB, 1929, Who’s who.
  • 131 En juin 1924, par exemple, la direction du syndicat fait avorter une grève préparée et décidée par (...)
  • 132 Nym Wales, op. cit., p. 212 sq.
  • 133 Hebei ge-ming lie-shi shi-liao (Matériaux historiques sur les martyrs révolutionnaires du Hebei), o (...)
  • 134 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 151. Toutefois, Su Zhao-zheng s’était dès mars 1922 déclaré marxiste (...)
  • 135 C’est ce caractère que relève par exemple, en 1927, un observateur non-communiste comme T.C. Woo (T (...)
  • 136 T.C. Woo, ibid., p. 196 sq. Les indications numériques sur la composition sociale du Guo-min-dang à (...)

73Ces relations sont d’autant plus étroites que, à très peu d’exceptions près, la période qui s’étend du Mouvement du 4 mai à la répression d’avril 1927 a vu simultanément la défaite des autres courants politiques ou idéologiques qui avaient un moment influencé la classe ouvrière ou tenté de l’influencer. Les anarchistes, qui avaient pour un temps devancé les marxistes en direction du prolétariat, par exemple avec le magazine Travail qu’ils publiaient à Changhai dès 1918, et dont le prestige avait été réel en 1920-1922 au Hunan, à Canton et dans d’autres centres, s’effacent progressivement au cours des années de reflux de 1923 et 1924 ; on n’en trouve plus de traces en 1925-1927, et ils ne semblent pas avoir joué le moindre rôle au moment du Mouvement du 30 mai ou de la grève de Canton-Hongkong. Aussi radical est l’échec des organisations réformistes changhaiennes qui en 1919-1921 avaient exercé une réelle influence sur certaines sections du prolétariat de la ville, surtout chez les ouvriers qualifiés ; leur idéologie de « promotion industrielle » et leurs espoirs d’une collaboration économique entre patrons et ouvriers à l’avantage des deux parties se transforment, à partir de 1922, en hostilité radicale envers les communistes, avec qui elles avaient un moment coopéré. La période de répression de 1923-1924 leur permet d’occuper temporairement le devant de la scène ; mais dès que les luttes économiques et politiques ouvrières reprennent à Changhai un caractère de masse, leur défaite est consommée ; elles ne réapparaissent guère qu’en 1926 comme agents directs du patronat, et surtout en avril 1927 quand Jiang Jie-shi cherchera des auxiliaires pour la « réorganisation » des syndicats dont les cadres communistes viennent d’être brutalement éliminés. Plus rapide encore est l’échec du réformisme chrétien, illustré par les efforts de groupements comme l’Y.M.C.A. ou le Conseil national chrétien ; ses promoteurs, comme Zhu Yu-cang, secrétaire industriel de l’Y.M.C.A., que les Presses Commerciales emploient en 1927 pour s’occuper de leurs problèmes de main-d’œuvre130, n’ont d’ailleurs même pas cherché à mettre sur pied de véritables organisations ouvrières, dont les « départements industriels » de l’Y.M.C.A. formés en 1920 avaient un moment paru annoncer la création ; ils se contentent d’œuvres à caractère charitable comme le « Village modèle » de Pudong, et de programmes de réformes qui n’ébranlent guère le patronat occidental ou chinois. Le corporatisme apolitique traditionnel, pourtant fort de tout l’héritage des guildes, a lui aussi perdu constamment du terrain de 1919 à 1927. Il n’y a que chez les mécaniciens de Canton que ce courant idéologique a réellement conservé une large audience, un caractère de masse. Leur base sociale est constituée d’un côté par une véritable aristocratie ouvrière, celle des rares ouvriers qualifiés des entreprises modernes de Canton et de Hongkong, de l’autre par les petits patrons et compagnons des nombreux ateliers mécaniques semi-artisanaux de la région ; leur syndicat (qui ne prendra ce nom qu’en 1926), est capable de faire accepter à ses adhérents sa stratégie temporisatrice dans les conflits du travail131 et son hostilité farouche aux initiatives politiques de la gauche du Guo-min-dang et du Parti communiste ; cette hostilité les entraîne en 1926 à de véritables batailles rangées contre les syndicats de gauche, comme les cheminots des lignes du Guangdong. Mais dans le reste de la Chine, par exemple à Changhai ou au Hubei, le corporatisme ne compte plus guère. Enfin le nationalisme modéré, représenté par les éléments de droite du Guo-min-dang, n’a pas non plus, malgré ses efforts répétés, réussi à s’implanter dans le monde du travail. Pendant la vague de grèves de 1921-1923, ses tenants n’ont pas pu, sauf à Canton, concurrencer sérieusement les militants communistes du Secrétariat. A partir de 1924, alors que l’anarchisme, l’idéologie de promotion industrielle ou le réformisme chrétien avaient pratiquement perdu toute influence dans les masses ouvrières, ce sont ces syndicalistes liés à la droite du Guo-min-dang et à la « Société pour l’étude du sunyatsenisme » qui se sont révélés les adversaires les plus acharnés du mouvement ouvrier révolutionnaire ; ils se réclamaient habilement de la politique de « soutien du mouvement ouvrier » définie par le Congrès du Guo-min-dang. La lutte contre les agents syndicaux de la bourgeoisie, les gong-zei (jaunes), a ainsi pris en Chine une allure très originale ; elle se confond étroitement avec la lutte politique qui oppose le prolétariat et la bourgeoisie, en vue de conquérir l’hégémonie dans le mouvement national. Mais ces gong-zei ne sont pas arrivés à détourner les masses ouvrières du Syndicat général pan-chinois et des organisations qui lui étaient affiliées ; Ma Chao-jun et ses amis n’ont pas pu faire pénétrer sérieusement dans le prolétariat les thèses de Dai Ji-tao niant la réalité des antagonismes de classe au profit d’un patriotisme intransigeant et chauvin. Sauf à Canton, les courants idéologiques opposés au marxisme n’ont donc guère compté dans l’histoire du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927. Le mouvement ouvrier et les organisations ouvrière, ont, dans l’ensemble, évolué en étroite union avec le Parti communiste et dans la direction politique préconisée par lui. Le Parti communiste a consacré une grande partie de son activité, un grand nombre de ses meilleurs cadres à soutenir et à développer l’action ouvrière, les mouvements de grèves même économiques, l’organisation de syndicats. Malgré l’origine intellectuelle de la plupart de ses fondateurs et de ses premiers dirigeants, il s’est très tôt implanté dans le monde du travail. Les militants syndicaux d’origine ouvrière qui se sont dégagés au cours des luttes de 1921-1922 ou de 1925-1927 étaient presque tous membres du Parti communiste ; certains y entrèrent dès l’époque du Secrétariat du travail, comme Xiang Ying, animateur des syndicats de Wuhan132, ou Deng Pei, ce mécanicien de Tangshan qui fut à la fin de 1921 le premier adhérent ouvrier du parti en Chine du Nord133. D’autres, comme les marins Su Zhao-zheng, Lin Wei-min ou Zhu Bao-ting y adhéreront au moment du réveil du mouvement ouvrier au printemps 1925134. Le Parti communiste apparaît donc bien pendant toute cette période comme le groupement politique le plus étroitement lié à la classe ouvrière135. En lui s’incarnent les aspirations du prolétariat chinois à posséder son propre parti politique, tendances qui s’étaient déjà manifestées confusément au lendemain de la Révolution républicaine de 1911, par exemple avec le Parti du travail de Xu Qi-wen. Pendant toute cette période, les objectifs politiques des communistes et ceux de la classe ouvrière se sont étroitement identifiés. Les ouvriers ont par exemple soutenu la politique de coopération entre le Parti communiste et le Guo-min-dang ; avant 1924, ce dernier n’avait guère de base ouvrière qu’à Canton, et c’est seulement après le congrès de réorganisation qu’il reçoit des adhésions ouvrières dans l’ensemble de la Chine136. De même, quand on analyse les origines du Mouvement du 30 mai à Changhai, on ne peut dissocier l’intervention des masses ouvrières, en particulier des ouvriers des cotonnières, et celle de la direction du Parti communiste à qui revient l’initiative immédiate de la manifestation de Nanking Road. En 1926, les syndicats soutiennent sans réserve, comme le parti lui-même, le lancement de la Bei-fa. De même, au cours des insurrections armées des ouvriers de Changhai en février et mars 1927, l’action du Parti communiste en tant que tel et de ses cadres est inséparable de celle du prolétariat de la ville dans son ensemble.

  • 137 Ces tendances opportunistes, cette incapacité à mener de front l’alliance bourgeoise et l’alliance (...)

74L’intervention du Parti communiste au sein du mouvement ouvrier n’a pourtant pas que des côtés positifs, au moins dans l’immédiat. Ce parti a aussi ses faiblesses, tant dans le travail pratique que dans l’élaboration même de sa stratégie politique. Ces faiblesses sont le fruit de sa jeunesse et de son inexpérience, mais elles reflètent aussi le niveau de compréhension atteint alors par le mouvement ouvrier mondial. L’apport du marxisme au mouvement ouvrier chinois s’est effectué de l’extérieur, et cette extériorité se maintient au stade initial de la lutte. On a par exemple noté que l’orientation opportuniste de la direction du Parti communiste137, en particulier ses hésitations à riposter au coup du 20 mars 1926 et la politique de conciliation envers Jiang Jie-shi qu’il mène à Changhai au début d’avril 1927, se sont directement reflétées dans la stratégie politique du mouvement ouvrier et des syndicats.

  • 138 T.C. Woo, ibid., p. 166.

75En Chine, pendant toute cette période, se réalise donc de façon quasi complète, sauf dans certains secteurs du prolétariat qualifié de Canton, la fusion entre l’idéologie communiste et marxiste et le mouvement ouvrier. « Le Parti communiste chinois, déclare en juillet 1924 le comité exécutif central du Guo-min-dang, n’est ni le fruit de la spéculation de quelques individus ni le produit d’une transplantation artificielle de l’étranger en Chine. Le Parti communiste chinois est une organisation politique qui s’est cristallisée à partir des luttes de classe naturelles du prolétariat industriel, qui apparaît aujourd’hui en Chine... Même si nous étions capable de détruire par la force le Parti communiste chinois tel qu’il existe, nous ne pourrions détruire le prolétariat chinois, et il s’organiserait de nouveau »138.

  • 139 Cf. ci-dessus, chap. vi.

76C’est bien d’une fusion qu’il s’agit, d’une fusion entre deux forces dont chacune a sa réalité propre. Le mouvement ouvrier chinois et les organisations syndicales ont en effet accompli sous l’impulsion du Parti communiste des progrès considérables et décisifs, mais ils ne sont en aucune manière la création pure et simple de ce parti. Celui-ci s’est officiellement fondé en juillet 1921, à partir de petits groupes communistes qui n’étaient eux-mêmes vieux que de quelques mois au plus. Or la classe ouvrière, à cette date, disposait d’une expérience historique non négligeable et, avait déjà à son actif sa participation au Mouvement du 4 mai ; elle disposait d’un grand nombre d’organisations ouvrières139, dont certaines sans doute étaient largement sous l’influence de la bourgeoisie ou de contremaîtres, dont d’autres n’étaient que des groupements d’aide mutuelle à l’idéologie très incertaine, mais dont d’autres encore, comme les groupements de marins du Sud ou de mécaniciens de Changhai, avaient un caractère de classe bien tranché. C’est seulement parce qu’existe déjà en 1920-1921 au sein du prolétariat cette amorce d’un authentique mouvement ouvrier, que le Parti communiste sera en mesure de s’associer si rapidement à lui pour lui donner une vigoureuse impulsion.

***

77Il reste, pour conclure, à situer ces huit années de luttes ouvrières dans l’évolution générale du mouvement ouvrier chinois et de toute la Chine moderne.

78Par rapport aux années qui précèdent, on est frappé de la brusque ampleur avec laquelle se développe le mouvement ouvrier. Certes, avant 1919, le prolétariat chinois avait déjà accumulé une certaine expérience historique ; il avait mené des grèves, amorcé la constitution de groupements à caractère syndical, et esquissé une première intervention dans les luttes politiques chinoises aux côtés des républicains. Mais la minceur même de ce bilan ne fait que mieux ressortir l’importance de celui qu’on vient de présenter pour la période 1919-1927, en matière de lutte économique, de lutte politique, d’organisation syndicale, de progrès de la conscience de classe. Ce cas typique « d’accélération de l’histoire » doit certes être replacé dans son contexte international ; le mouvement ouvrier chinois a largement profité, au lendemain de la Grande Guerre, de l’exemple stimulant des grands mouvements de grèves et des grandes luttes ouvrières qui se déclenchent un peu partout dans le monde ; il a en particulier bénéficié de la Révolution d’octobre et de la naissance de l’Internationale communiste, et ses rapides progrès doivent beaucoup à cette introduction soudaine dans ses rangs d’une idéologie qui lui était à l’origine extérieure, à savoir le marxisme tel que viennent de l’enrichir Lénine et son entourage.

79Mais ce développement si soudain du mouvement ouvrier chinois reflète en même temps la rapide décomposition de la société traditionnelle ; une bourgeoisie classique, de type occidental, ne peut se développer en son sein et espérer y prendre la direction des affaires publiques, du fait de la situation prépondérante que les étrangers occupent dans la vie politique et économique de la Chine. L’échec de la Révolution de 1911, l’échec à un certain point de vue du Mouvement du 4 mai, ou au moins des espoirs d’expansion industrielle que la bourgeoisie chinoise formule à cette époque, ont souligné l’importance de cet état de disponibilité que présente la Chine vers 1919. Ainsi, le mouvement ouvrier se trouve placé, sur le plan intérieur, dans des conditions presque anormalement favorables. Son brusque essor a quelque chose de prématuré, et l’ampleur de ses succès en 1921-1923 et de nouveau en 1925-1927, la facilité avec laquelle il monte sur la scène politique pour y jouer d’emblée les premiers rôles, ne sont pas sans entraîner en contrepartie une certaine fragilité, une certaine précarité. L’échec, au printemps 1927, est sévère et soudain.

  • 140 Dans son rapport, présenté au IVe Congrès national du travail en juin 1927, le Syndicat général de (...)
  • 141 Congrès du Travail, pp. 238-358.
  • 142 Ibid. pp. 360-436.
  • 143 Cf. Nym Wales, The Chinese labor movement, chap. v et vi, et I. Epstein, Labor problems in national (...)

80La rupture du front uni des communistes et du Guo-min-dang qui survient à cette date, la rupture qui s’ensuit entre le mouvement ouvrier et le gouvernement national qui est en train de devenir maître de l’ensemble de la Chine, a bien en effet, à court terme, le caractère d’une défaite très grave. Le mouvement ouvrier est physiquement décimé ; bon nombre de ses meilleurs cadres sont mis à mort, contraints à l’exil ou à une vie errante140. Une fois terminé le bref répit dont il bénéficie à Wuhan pendant quelques mois, il est condamné dans tous les grands centres industriels, et pour une longue période, à une stricte clandestinité dont il ne sortira plus qu’en 1949. Un Ve Congrès national du travail se réunira bien à Changhai en novembre 1929141, mais il vit au moins autant de souvenirs que de possibilités concrètes d’action, et le VIe Congrès ne se réunira que dix-neuf ans plus tard à Harbine en mars 1948, en pleine guerre civile, alors que les armées populaires contrôlent de vastes « régions libérées » comprenant des zones industrielles importantes et que le succès final se profile déjà à l’horizon142. Sans doute, pendant toute cette période, le prolétariat chinois continuera à mener, à Changhai par exemple, des grèves économiques, et il s’y heurtera encore avec force aux autorités du Guo-min-dang ou aux Japonais143. Mais il demeure que pendant plus de vingt ans, à partir de la défaite de 1927 » les luttes ouvrières cesseront d’être le front principal et le moteur principal de la Révolution chinoise.

  • 144 « Le système des guildes et la psychologie de guilde sont encore prépondérants et profondément enra (...)

81Pour analyser de façon satisfaisante le mécanisme de cette défaite, il serait sans doute dangereux de s’orienter exclusivement dans la voie du « sociologisme », et d’attribuer les responsabilités essentielles à la structure propre de la classe ouvrière chinoise. Certes, ses dirigeants eux-mêmes ne se dissimulaient pas sa faiblesse numérique, son inexpérience, l’importance des éléments marginaux qui formaient sa couche inférieure, ou la persistance des traditions corporatives et régionalistes144. Mais on a déjà noté que la faiblesse des effectifs était compensée et au-delà par la concentration économique et géographique. Si la classe ouvrière était encore mal stabilisée et incomplètement unifiée, elle n’avait à cet égard rien à envier à la bourgeoisie et à plus forte raison aux éléments militaires et féodaux, et elle pouvait au contraire revendiquer un degré supérieur d’homogénéité et donc une capacité politique supérieure.

82La défaite de 1927 doit s’interpréter en termes de stratégie politique, et elle apparaît comme la conséquence de la rupture du « front uni » établi avec la bourgeoisie en 1924. Certes, cette alliance a tenu bon pendant trois ans, et a porté ses fruits : Mouvement du 30 mai, grève-boycott de Canton-Hongkong, liquidation du pouvoir des du-jun en Chine centrale, progrès du mouvement revendicatif à Canton, à Changhai et à Wuhan. Ce sont là des succès du prolétariat en tant que tel, et qui n’ont été obtenus que parce que l’alliance avec le Guo-min-dang n’a jamais amené le mouvement ouvrier à renoncer à ses propres organisations de classe, syndicales et politiques ; celles-ci ont constamment, après 1924, maintenu leur indépendance, conformément aux recommandations faites dès 1922 par l’Internationale communiste.

  • 145 Ces erreurs « opportunistes », qui feront plus tard l’objet d’une critique approfondie du Parti com (...)

83Mais le front uni a néanmoins été en définitive un échec. Du côté de la bourgeoisie, il y a eu volonté très nette de rupture. Le mouvement ouvrier, après le Mouvement du 30 mai et la grève-boycott de Canton-Hongkong, n’était plus le partenaire docile de l’époque du 4 mai, ni la force d’appoint qu’en 1924 on avait cru possible de cantonner dans un rôle subordonné. Pour la bourgeoisie chinoise, les réflexes de défense de classe, de défense du régime social existant, ont joué à fond en 1926-1927, et cela d’autant plus que les liens de cette bourgeoisie avec les notables ruraux la rendaient particulièrement sensible à la levée en masse de la paysannerie pauvre et moyenne. Ces craintes ont été plus fortes que l’inquiétude née du désordre militariste et de la concurrence étrangère, au nom de laquelle la bourgeoisie s’était en 1924 alliée au prolétariat. Le mouvement ouvrier, de son côté, n’a pu dépasser ce désir de rupture de ses alliés, et maintenir le mouvement révolutionnaire de masse au niveau atteint au moment de la Bei-fa. De cet échec, l’heure n’est peut-être pas encore venue de mesurer en pleine connaissance de cause toutes les responsabilités internationales. Mais il n’est pas douteux qu’il a traduit l’incapacité du mouvement ouvrier à résoudre correctement les contradictions nées de l’alliance avec la bourgeoisie, et en particulier la contradiction qui pouvait exister entre l’alliance avec la bourgeoisie et l’alliance avec la paysannerie. A l’égard de la bourgeoisie, il serait certes très exagéré de dire que les organisations prolétariennes ont purement et simplement capitulé ; la prolongation de la grève-boycott, l’essor du mouvement revendicatif à Changhai en 1925-1927 y compris dans les entreprises chinoises, la lutte contre les gong-zei liés à la droite du Guo-min-dang, le déclenchement des insurrections ouvrières de Changhai avant l’arrivée des armées cantonaises, sont autant d’exemples des efforts du prolétariat pour gagner et consolider son hégémonie politique dans le mouvement national, en refusant de n’être qu’une simple force d’appoint de la bourgeoisie. Mais cette lutte pour l’hégémonie politique n’a sans doute pas été menée avec intransigeance ; la direction du Parti communiste, et donc les militants communistes des syndicats par discipline de parti, ont certainement pratiqué, surtout à partir de l’affaire du 20 mars 1926, une tactique de conciliation à tout prix envers la bourgeoisie, dont on a cité maints exemples à Canton, à Wuhan, à Changhai, dans le domaine des luttes politiques comme dans celui de l’action revendicative immédiate145.

84Cette politique conciliatrice ne réduisait pas seulement la capacité de lutte du prolétariat, mais elle sacrifiait l’alliance paysanne, puisqu’elle rendait les « excès paysans » responsables de l’irrésolution de la bourgeoisie et de sa défection éventuelle. Mais cette sous-estimation de la capacité politique de la paysannerie pauvre et moyenne, il faut le noter, ne semble pas être un simple sous-produit de la tactique de compromis avec la bourgeoisie ; elle est en même temps le fruit de conceptions un peu abstraites, un peu mécaniquement empruntées à l’expérience politique de l’Occident, et selon lesquelles ce sont les grandes villes industrielles qui sont le moteur essentiel et l’enjeu essentiel de la lutte. Dans la Chine de 1919-1927, les choses étaient sans doute différentes ; la présence de l’Occident dans les centres industriels, la présence de son appareil de répression, de son potentiel d’intervention militaire, et ses capacités de corruption aussi, par l’intermédiaire des comprador des des gong-zei, venait y fausser l’équilibre des forces, pour autant que la lutte politique et sociale restait circonscrite à ces seuls centres urbains et que la paysannerie n’était considérée que comme une « arrière-garde ».

85Ces conceptions ne s’élimineront pas sans hésitations ni sans heurts ; en 1930-1931, et de nouveau en 1934-1935, la direction du Parti communiste préconisera le « Li Li-sanisme », la priorité donnée à des insurrections urbaines vouées à la défaite comme l’avait été en décembre 1927 l’éphémère « Commune de Canton ». Mais pour l’essentiel, c’est à partir de 1927 que s’effectue un changement d’orientation fondamental de la Révolution chinoise en direction des campagnes. Dès 1927, a lieu dans le Jiangxi l’insurrection paysanne de la « récolte d’automne » ; l’Armée rouge est formée peu après par Mao Ze-dong et Zhu De, et grâce à son action se constituent au Sud du Yangzi de vastes « districts soviétiques » qui à leur tour, après leur destruction temporaire en 1934 et après la « Longue Marche », se continueront sous la forme de zones paysannes de guérillas et de zones libérées, dont on sait le rôle dans la préparation du jie-fang de 1949.

  • 146 Sur le rôle joué par les militants ouvriers rescapés de la répression de 1927, dans les districts s (...)

86Mais ce déplacement décisif du centre de gravité de la Révolution chinoise dans les campagnes, à partir de 1927, n’a été préparé et rendu possible que par les luttes, mêmes si elles ont été temporairement infructueuses, qu’a menées la classe ouvrière chinoise entre 1919 et 1927. Ces luttes ont éveillé la conscience politique de la paysannerie pauvre et moyenne, alors que la Révolution républicaine de 1911 n’avait guère compté pour celle-ci. Les progrès de l’armée nationale en Chine du Sud, liés directement aux grands mouvements ouvriers de Changhai, de Canton et de Wuhan, ont constitué pour la paysannerie de ces régions un ferment qui ne tardera pas à lever. Par ailleurs, pendant ces huit années de luttes, s’est formé un noyau de militants ouvriers et d’intellectuels liés à la classe ouvrière qui sont expérimentés, trempés dans la lutte, et qui viendront à partir de 1927 fournir à la paysannerie des cadres dont elle n’aurait pu se passer et qu’elle n’aurait pu produire spontanément. La carrière de Mao Ze-dong, animateur vers 1919 des groupements de jeunes intellectuels radicaux au Hunan, secrétaire général en 1922 de la Fédération provinciale des syndicats de cette province, et organisateur à partir de 1927 de l’infléchissement vers les campagnes des activités du Parti communiste, est caractéristique de cet enchaînement. De la classe ouvrière à la paysannerie pauvre et moyenne s’effectue ainsi vers 1927 un transfert d’expérience politique et de capital humain146, qui permet à son tour à la paysannerie de brûler les étapes et d’assurer la victoire de la Révolution.

87Ces huit années de luttes ouvrières, si importantes pour l’histoire de la Révolution chinoise, ne sont pas non plus sans intérêt pour l’appréciation de la place tenue par le mouvement ouvrier chinois dans le monde moderne.

88Elles soulignent d’abord l’unité profonde, de Changhai à Londres et de Lille à Wuhan, du prolétariat moderne né de la grande industrie capitaliste et machiniste. Les déterminismes de classe ont la priorité sur les conditions de lieu et de temps, et l’historien des mouvements ouvriers « classiques », français ou anglais par exemple, en abordant à l’autre extrémité de l’ancien continent, est sans doute moins dépaysé qu’il ne pourrait s’y attendre ; il y retrouve le conflit entre les traditions corporatives en recul et la montée du syndicalisme d’industrie, le rôle du mutualisme comme précurseur du syndicalisme revendicatif, la forte capacité d’organisation des cheminots ou des imprimeurs, l’essor du réformisme dans les périodes de reflux de la lutte ouvrière. En Chine comme en Occident, la classe ouvrière s’est affirmée comme une force neuve capable d’intervenir de façon décisive dans les luttes sociales et politiques.

89Mais le mouvement ouvrier chinois d’alors se distingue en même temps des pays industrialisés d’Occident par un certain nombre de traits, qu’on retrouverait sans doute dans le mouvement ouvrier de la plupart des pays sous-développés ou peu industrialisés. Le prolétariat chinois présente par exemple une stratification sociale originale, où l’atrophie de l’aristocratie ouvrière est comme compensée par l’hypertrophie de la couche ouvrière inférieure, mal dégagée encore de la paysannerie. Dans le domaine idéologique, le mouvement ouvrier chinois n’a été pénétré par le marxisme qu’au stade du léninisme ; il ignore donc la scission entre communistes et socialistes qui joue depuis quarante ans un si grand rôle dans la vie ouvrière de l’Occident ; il s’est d’emblée et sans secousse identifié au communisme. En matière de stratégie politique, il n’est pas besoin de revenir à nouveau sur les problèmes que posaient aux organisations ouvrières la coopération avec la bourgeoisie nationale et l’alliance avec la paysannerie pauvre et moyenne dans la lutte contre les grands intérêts étrangers et les forces féodales, sinon pour souligner leur originalité par rapport à l’expérience des mouvements ouvriers d’Occident.

90Enfin, et ce n’est pas contradictoire avec les deux séries de remarques que l’on vient de présenter, le mouvement ouvrier chinois des années 1919-1927 apparaît aussi comme spécifiquement chinois, comme fortement enraciné dans la terre chinoise, la société chinoise, la réalité historique chinoise. Cet enracinement national ne se manifeste pas seulement dans les survivances de la société pré-capitaliste, dont on a noté tant d’exemples dans la vie sociale du prolétariat et des organisations ouvrières. Il se manifeste aussi dans les modes de développement du mouvement ouvrier lui-même. C’est le cas par exemple des différences considérables de structure et de rythme qu’on a pu maintes fois relever entre les organisations ouvrières et les activités ouvrières de Changhai et de Canton, de Wuhan et de la Chine du Nord ; ce pluralisme régional, fruit de l’immensité géographique du pays, de la difficulté des communications, du développement inégal de l’économie, se retrouve à bien d’autres stades de l’évolution de la Chine moderne ; il caractérisait déjà dans une certaine mesure les luttes politiques de la fin de la dynastie mandchoue, et se manifestera à nouveau de 1928 à 1949 par l’apparition des « bases révolutionnaires » et des « zones libérées », qui permettront alors à la Révolution de s’implanter de façon stable dans certaines régions sans attendre d’avoir triomphé dans l’ensemble du pays. Par ailleurs, le mouvement ouvrier, et ceci encore l’apparente étroitement à toutes les luttes politiques et sociales de la Chine depuis la fin du xixe siècle, a très vite appris, comme avant lui les forces conservatrices à la Yuan Shi-kai ou les révolutionnaires du Tong-meng-hui, comme après lui les paysans des Soviets chinois et des guérillas anti-japonaises, qu’en Chine les ambitions politiques ne comptent guère si elles ne s’appuient pas sur la force armée ; les « sections de surveillance » des syndicats et les milices ouvrières sont de ce point de vue un trait fondamental et non un simple épisode.

91Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927 appartient bien à l’histoire de la Révolution chinoise moderne, en même temps qu’il s’insère dans tout le mouvement de libération politique des pays afro-asiatiques au xxe siècle, et qu’il est partie intégrante des luttes historiques livrées contre le Capital depuis plus d’un siècle par les prolétaires de tous les pays.

Notes

1 Sur la situation politique en Chine pendant les mois qui suivirent le coup de force du 12 avril, cf. Ho Kan-chih, Modern Revolution, p. 153 sq ; H. Isaacs, Tragedy, chap. 13 à 16 ; L. Wieger, Chine moderne, tome VII, pp. 78 à 84.

2 Congrès du Travail, p. 170.

3 Ibid.

4 Cf. H. Isaacs, Tragedy, p. 208 ; Ho Kan-chih, Modern revolution, p. 159.

5 Song Quin-ling ne cessera depuis lors de s’opposer activement à Jiang Jie-shi, et occupe aujourd’hui une situation importante dans le gouvernement de la Chine populaire (cf. son Struggle for new China, recueil de ses écrits politiques depuis 1927). Deng Yan-da, réfugié avec elle à Moscou après la débâcle de juillet, tentera de revenir en Chine pour y organiser une opposition à Jiang et sera exécuté par la police en 1931 (Perleberg, Who’s who in modern China, p. 208).

6 Ho Kan-chih, op. cit., p. 162.

7 Ibid., pp. 155 et 162-64.

8 H. Isaacs, op. cit., pp. 210-212 ; Ho Kan-chih, op. cit., p. 165.

9 Ho Kan-chih, Modern China, pp. 166-67 ; L. Wieger, op. cit.

10 CEJ, octobre-décembre 1927 (Analysis of strikes in China from 1918 to 1927) ; on en a soustrait dans le tableau ci-dessous les chiffres relatifs à l’année 1918. Les données de ce recensement relatives à la répartition des grèves par années, par industries, par région, ne portent que sur le nombre de mouvements, et non sur le nombre de grévistes ; il en est de même pour les autres enquêtes utilisées ci-dessous. Il faut s’en contenter, et supposer que les variations des uns et des autres ont été sensiblement parallèles.

11 Grèves et lockouts, p. 63 (on a également soustrait des chiffres ci-dessus les grèves de 1918).

12 CEJ, mars 1927 (Strikes in Shanghai in 1926).

13 Yu Qi-zhong, Guang-zhou lao-zi zheng-ji-de fen-xi, Min-guo 12-nian-22-nian (Analyse des conflits du travail à Canton de l’an XII à l’an XXII de la République), p. 13.

14 MDN, 21 juillet 1925 (enquête de la police du Gouvernement général du Guandong).

15 A Changhai en 1926 (CEJ, op. cit.), trois grèves ont trait à la base monétaire du salaire, cinq à la périodicité du paiement et à sa régularité, huit aux amendes, quatre au doublement du taux du salaire pour certains travaux (de nuit par exemple).

16 A Changhai en 1926 (ibid), dix-neuf grèves concernent des allocations supplémentaires de nourriture et treize le paiement de primes.

17 Cf. ci-dessus, p. 285.

18 Cf. ci-dessus, p. 474.

19 Cf. ci-dessus, p. 485.

20 CEJ, octobre-novembre 1927, op. cit.

21 CEJ, mars 1927, op. cit.

22 CEJ, octobre-décembre 1927, op. cit.

23 Cf. ci-dessus, p. 275.

24 Cf. ci-dessus, p. 278.

25 Cf. ci-dessus, p. 410.

26 Cf. ci-dessus, p. 422.

27 CEJ, mars 1927, op. cit.

28 Cf. ci-dessus, p. 454.

29 A Hankou, en septembre 1924, des milliers de tireurs de rickshaws mettent à sac les locaux et les véhicules d’une compagnie d’autobus qui venait de s’y établir (CEJ, octobre 1927, op. cit.). De même à Shantou en 1926, les rickshaws démolissent les voitures d’une ligne de trolleybus le jour de son inauguration (SCMP, 15 déc. 1926). L’action des porteurs d’eau de Pékin livrant bataille en 1926 aux ouvriers posant les nouvelles tuyauteries de la compagnie des eaux (CEB, 3 juillet 1926) présente le même caractère.

30 CEJ, décembre 1927, op. cit. Cf. aussi ci-dessus, p. 473, des exemples de da-chang au cours des grèves de l’été 1926 à Changhai.

31 Cf. ci-dessus p. 473.

32 Cf. CEJ, décembre 1927, op. cit.

33 QHXB, juin 1926 (Jin-ba-nian-lai guo-nei ba-gong-de fen-xi. Analyse des grèves dans le pays pendant les huit dernières années) ; cette étude régionale ne figure pas dans l’enquête plus complète publiée l’année suivante en anglais par le même auteur (CEJ, octobre-décembre 1927).

34 Grèves et lockouts, p. 61.

35 Grèves et Iockouts, p. 63.

36 Yu Qi-zhong, op. cit., p. 13.

37 CSPSR, avril 1931 (Industrialisation and labor in Hopei).

38 MDN, 21 juillet 1925.

39 CEJ, octobre 1927, op. cit.

40 Grèves et lockouts, p. 64.

41 CEJ, décembre 1927, op. cit.

42 CEJ, mars 1927, op. cit.

43 Grèves et lockouts, p. 70. L’enquête relève aussi 17 grèves dans des entreprises de nationalité « incertaine ».

44 H. D. Fong, Cotton industry in China, p. 164.

45 CEJ, octobre-décembre 1927, op. cit.

46 Yu Qi-zhong, op. cit., p. 19.

47 Cf. ci-dessus, p. 228 et p. 372.

48 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 4.

49 CEB, 7 août 1926.

50 CEB, 4 septembre 1926.

51 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghai).

52 CWR, 28 janvier 1928.

53 IPC, 14 juillet 1927 ; PPW, n° 4, With the Chinese trade unions (récits de syndicalistes occidentaux ayant visité l’un le Hubei et l’autre le Hunan).

54 CEJ, novembre 1927 (op. cit.).

55 IPC, 14 juillet 1927.

56 PPW, n° 7, 18 octobre 1927, The wages of the Wuban workers (d’après des données recueillies par les syndicats et présentées en mai à la Conférence syndicale pan-pacifique).

57 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghai).

58 Ibid.

59 Ibid.

60 CEB, 31 juillet 1926.

61 NCH, 31 décembre 1926.

62 NCH, 3 octobre 1925.

63 Cf. ci-dessus, p. 267 et p. 275.

64 Cf. ci-dessus, p. 295 et p. 328.

65 Annuaire, III, pp. 64-66.

66 MDN, 3 octobre 1925. L’ouvrier devait verser 40 sen par mois et avait droit aux soins médicaux gratuits, à une allocation de 25 sen en cas de maladie, à une pension pour sa famille en cas de décès. Les sommes versées n’étaient restituées en cas de départ qu’au-dessus de trois ans d’ancienneté.

67 Zhu Xin-fan, Zhong-guo zi-ben-zhu-yi fa-zhan (Le développement du capitalisme en Chine), p. 62. Cette prime mensuelle était en moyenne de 1, 2 yuans.

68 The British and American Tobacco Company in China, p. 37.

69 Cf. ci-dessus, p. 298.

70 Cf. ci-dessus p. 329.

71 H. D. Lamson, Social pathology in China, p. 179. Cf. aussi, sur ce village modèle de Pudong, un dépliant publicitaire de l’Y.M.C.A. de Changhai.

72 Cf. ci-dessus, p. 234.

73 Archives du B.I.T., n° 206/1/13/1.

74 Il est significatif par exemple que l’envoyé du B.I.T. en Chine, P. Henry, ne mentionne dans son rapport que des syndicalistes modérés comme ceux de la « Fédération » et des clubs patronaux (rapport Henry, passim). Quand en 1925 le directeur général adjoint demande au service de documentation du B.I.T. ce que sont les organisations ouvrières qui soutiennent le Mouvement du 30 mai, il lui est répondu que « les vagues groupements que l’on trouve dans les ports ouverts sont truffés de propagande communiste... Amsterdam n’est certainement en rapport avec aucun syndicat véritablement organisé » (Archives B. I. T., 1925, Minute sheet n° 200/1/23).

75 Cf. ci-dessus, p. 474.

76 Cf. ci-dessus, p. 453. Le militant communiste anglais Tom Mann, relatant son voyage au Hunan en avril 1927, note la pression « de la base » en vue d’obtenir davantages d’armes et de munitions pour les milices syndicales de la province (Tom Mann, What I saw in China, p. 24).

77 Un texte souvent cité de Mao ze-dong (Œuvres choisies, t. II, p. 252) souligne comment, de Yuan Shi-kai au Guo-min-dang et au Parti communiste, seuls les partis et groupes disposant de la force armée ont pu intervenir effectivement dans les luttes politiques chinoises depuis le début du xxe siècle. Cf. ci-dessus, p. 40.

78 On reviendra ci-dessous, p. 559, sur la signification de la rupture du front uni en 1927.

79 Cette prise de conscience se manifeste par exemple dans un texte peu connu et qui préfigure déjà, en 1926, la théorie de la Nouvelle Démocratie telle qu’elle sera formulée en 1940. Il s’agit de la conclusion de Deng Zhong-xia à son ouvrage La vague ouvrière, pp. 93 et 94. Ce militant syndicaliste, après avoir condamné les tendances à l’hostilité envers le Guo-min-dang, souligne l’importance de la lutte politique à l’intérieur de celui-ci pour la conquête des classes « intermédiaires », paysans et petits bourgeois ; iront-ils vers le prolétariat ou vers le capitalisme ? Il termine en ces termes : « la voie de la révolution chinoise n’est ni purement capitaliste ni purement prolétarienne ; elle prend une « troisième forme » ; pour le succès de la révolution, il faut nécessairement fonder une dictature démocratique unie de la classe ouvrière, de la paysannerie et de la petite bourgeoisie ; il faut fonder un pouvoir politique révolutionnaire du front uni anti-impérialiste... Avec un tel pouvoir, la révolution ne tombera pas aux mains des capitalistes ».

80 Sur les rapports entre la classe ouvrière et le Parti communiste chinois pendant cette période, cf. ci-dessous, p. 554-58.

81 Cf. ci-dessus, p. 252 et p. 485.

82 CEJ, mars 1927, Strikes in Shanghai in 1926.

83 Cf. ci-dessus, pp. 270, 369, etc.

84 Shanghai publicity bureau, News bulletin, août 1928, p. 21.

85 En 1923, par exemple, les ouvriers de l’usine de Hongkong de la Nan-yang demandent le bénéfice d’avantages récemment accordés aux ouvriers de Changhai de cette firme. Ces derniers leur avaient envoyé une délégation, et ils avaient aussi été informés par la presse des succès remportés à Changhai (SCMP, 9 janv. 1923).

86 Cf. ci-dessus, carte p. 387.

87 N. Wales, Chinese labor movement, p. 164.

88 Sur les progrès des organisations syndicales à Changhai entre 1919 et 1927, cf. Qiu-Shi, Shang-hai gong-ren zai ji-ge li-shi shi-qi-shong-de ge-ming dou-zheng. Les luttes révolutionnaires des ouvriers de Changhai pendant quelques périodes historiques.

89 Cf. PPW, n° 7, 1er octobre 1927, Amsterdam and China. En août 1925, par exemple, après avoir repoussé une proposition de l’I.S.R. d’aide commune aux grévistes chinois, la Fédération se déclare incapable d’aider financièrement ceux-ci « en raison du manque d’informations satisfaisantes ». En avril 1927, son organe officiel déclare : « les ouvriers d’Europe ne peuvent donner à la Chine une aide matérielle ni les aider par l’action, si un pays d’une population de plus de 300 millions d’habitants (sic) ne peut s’aider lui-même ».

90 Cf. ci-dessus, p. 377.

91 Cf. par exemple le récit de Tom Mann (What I saw in China), qui relate en détail l’accueil enthousiaste de la délégation par les ouvriers de Wuhan et du Hunan.

92 SCMP, 11 septembre 1926.

93 Cf. ci-dessus, p. 272.

94 Cf. ci-dessus, p. 249.

95 Cf. ci-dessus, p. 483.

96 CWR, 11 novembre 1922.

97 Cf. ci-dessus p. 478.

98 On ne dispose pas de données systématiques sur l’origine sociale des membres du Comité exécutif du Syndicat général pan-chinois, et il n’a été possible de retrouver celles-ci que pour un petit nombre d’entre eux.

99 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 23 et 170.

100 Lei Jia, Hai-yuan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting), pp. 77 et 215.

101 Congrès du Travail, p. 125.

102 Cf. Su Zhao-zheng (biographie éditée en 1930 par le Syndicat général) et Nym Wales, The Chinese labor movement, pp. 208-211.

103 Cf. He-bei ge-ming lie-shi shi-liao (Matériaux historiques sur les martyrs révolutionnaires du Hebei), pp. 61-62.

104 Li Rui, Mao Ze-dong, pp. 212-216.

105 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 73, 118, 170.

106 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 406.

107 Cf. entretien avec le vieil ouvrier Lin Mao-xiang, frère de Lin Xiang-qian.

108 XGS, 1957, n° 3, op. cit.

109 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 101.

110 XGS, op. cit.

111 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 170.

112 MGRB, 21 septembre 1925.

113 Cf. ZGGR, 27 mars 1957, Liu Hua lie-shi er-san-shi (Quelques actions du héros Liu Hua).

114 A. Strong, China’s millions, p. 96.

115 N. Wales, The Chinese labor movement, p. 212 sq. (biographie rédigée sur la base d’entretiens personnels).

116 IPC, 1er août 1931 (nécrologie de Xiang Zhong-fa).

117 JFRB, 21 mars 1957.

118 Martyrs du Hunan, pp. 20-26.

119 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 30, 136, 218 sq. Cf. aussi PDR, juin-septembre 1925, passim.

120 Congrès du Travail, p. 125.

121 Cf. HNLSZL, 1958, n° 2 Dui ju-le-bu guo-ju-de pi-ping he jiang-lai-de ji-hua. (Critique du passé du club et plans d’avenir).

122 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 120 ; Congrès du Travail, p. 125.

123 PDR, juin-août 1925, passim.

124 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 383.

125 ZGGR, 27 avril 1957 (Wei zhong-guo gong-ren yun-dong di-yi-ge gong-chan-dang-yuan. Le premier communiste emprisonné pour le mouvement ouvrier). Li Qi-han, arrêté en juin 1922 par les autorités de la concession internationale et remis à la police chinoise en septembre, restera en prison à Changhai jusqu’à la chute du parti Zhili en 1924 ; il partira alors à Canton où il participera à la direction du mouvement syndical sous le nom de Li Sen (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 170).

126 Cf. sa biographie dans GMRB, 18 octobre 1954.

127 Martyrs du Hunan, p. 22 (biographie de Guo Liang).

128 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, Chronologie de Nanchang) ; cf. aussi sa nécrologie dans XD, 16 octobre 1926).

129 ZGGR, 27 avril 1957 (Ge-ming xian-Iie Li Da-zhao-de ji-ge gu-shi. Quelques épisodes concernant le précurseur révolutionnaire Li Da-zhao).

130 CYB, 1929, Who’s who.

131 En juin 1924, par exemple, la direction du syndicat fait avorter une grève préparée et décidée par les ouvriers des chantiers navals de Butterfield et Swire à Hongkong (SCMP, 30 mai 1924).

132 Nym Wales, op. cit., p. 212 sq.

133 Hebei ge-ming lie-shi shi-liao (Matériaux historiques sur les martyrs révolutionnaires du Hebei), op. cit.

134 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 151. Toutefois, Su Zhao-zheng s’était dès mars 1922 déclaré marxiste dans une interview donnée à un journaliste de Hong-kong (SCMP, 10 mars 1922).

135 C’est ce caractère que relève par exemple, en 1927, un observateur non-communiste comme T.C. Woo (The Kuomintang and the future of the Chinese revolution, p. 140) ; cet auteur, militant du Guo min dang opposé à Jiang Jie-shi, déclare : « les professeurs et les étudiants des universités furent parmi les premières recrues du parti communiste. A un stade ultérieur de son développement, les ouvriers commencèrent à adhérer, du fait que le parti est essentiellement celui des ouvriers et des paysans... Son influence chez les travailleurs de Changhai, Hankou et Canton, ainsi que de nombreux autres centres commerciaux comme Changsha dans l’intérieur, est très puissante. On peut assurément dire que toutes les grandes grèves à Changhai et ailleurs sont dirigées d’une façon ou de l’autre par ce parti, car il est le parti des travailleurs ».

136 T.C. Woo, ibid., p. 196 sq. Les indications numériques sur la composition sociale du Guo-min-dang à cette époque font défaut ou semblent trop contradictoires pour être utilisables. D’après le Canton Gazette (cité par IPC, 31 décembre 1926), on aurait compté en 1926 dans la province du Guangdong 158 085 membres du Guo-min-dang, dont 20 % d’ouvriers, soit environ 31 500. Mais d’après une enquête de la municipalité de Canton sur les syndicats de la ville, effectuée la même année, 78 000 syndiqués (sur un total de 290 000) se seraient déclarés membres du Guo-min-dang (CYB, 1928, p. 1028 sq).

137 Ces tendances opportunistes, cette incapacité à mener de front l’alliance bourgeoise et l’alliance paysanne, n’étaient sans doute pas limitées au seul Parti communiste chinois (cf. chap. X et chap. XIV) ; on a déjà indiqué que la présente étude n’abordait pas les problèmes de l’Internationale communiste.

138 T.C. Woo, ibid., p. 166.

139 Cf. ci-dessus, chap. vi.

140 Dans son rapport, présenté au IVe Congrès national du travail en juin 1927, le Syndicat général de Changhai estime qu’en avril et mai 1927 ses pertes parmi les cadres ouvriers se montent à 200 morts, 300 blessés, 1 200 arrêtés, 3 000 licenciés (Congrès du Travail, p. 189).

141 Congrès du Travail, pp. 238-358.

142 Ibid. pp. 360-436.

143 Cf. Nym Wales, The Chinese labor movement, chap. v et vi, et I. Epstein, Labor problems in nationalist China (Pour la période de la guerre contre le Japon).

144 « Le système des guildes et la psychologie de guilde sont encore prépondérants et profondément enracinés ; les préjugés d’un métier contre un autre et d’une région contre une autre sont encore très forts. De plus, la dispersion et la diversité des métiers artisanaux rend l’organisation très difficile ; des millions d’ouvriers sont des migrants temporaires », déclarera en juin 1927 le syndicaliste Xu Te-li au IVe Congrès national du travail (PPW, n° 2, A visit to Hunan province).

145 Ces erreurs « opportunistes », qui feront plus tard l’objet d’une critique approfondie du Parti communiste chinois (Cf. Mao ze-dong, Œuvres choisies, t. IV, p. 203, « Décisions concernant certaines questions de l’histoire de notre parti »), étaient déjà relevées à la fin de l’été 1927 par la délégation de l’I.S.R. en Chine. « Il n’est pas exagéré de dire que certains dirigeants de la classe ouvrière chinoise ont même négligé à ce moment la défense des revendications immédiates et des intérêts de classe fondamentaux du prolétariat, par peur de briser le front uni avec la bourgeoisie à un moment où d’importantes batailles contre les militaristes du Nord se livraient. C’était là certainement une faute » (PPW, oct. 1927, The Trade Union movement in Canton).

146 Sur le rôle joué par les militants ouvriers rescapés de la répression de 1927, dans les districts soviétiques du Jiangxi et plus tard à Yanan, cf. par exemple A. Smedley, The great Road, ou E. Snow, Red Star over China, passim.

Table des illustrations

Titre TABLEAU XXVI : Grèves de la période 1919-1927 (pour toute la Chine)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8. — Évolution du prix du riz et du (Prix du riz d’après PDR, nombre de grèves à Changhai de 1919 à 1927 de grèves d’après Grèves et locskouts).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 9. — Évolution du nombre de grèves de 1919 à 1926(d’après Chen Da, CEJ, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABLEAU XXVII : Distribution régionale des grèves de la période 1919-1927.
Légende Note (1)35Note (2)36Note (3)37Note (4)38
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre TABLEAU XXVIII : Distribution par industrie des grives de la période 1919-1927.
Légende Note (1)39Note (2)40Note (3)41Note (4)42
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 10. — Proportion des succès et des échecs dans les grèves de Changhai de 1919 à 1927 (Grèves et lockouts, p. 71).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 11. — Proportion des succès et des échecs dans les usines de Changhai en 1925 et 1926 (Grèves et lockouts, p. 71).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TABLEAU XXIX : Variations du salaire réel à Canton de 1919 à 1927.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 12. — Fondation de nouveaux syndicats à Canton entre 1920 et 1926(Annuaire, II, p. 73-79).(Chaque colonne correspond à un mois).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/485/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search