Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XIV. L’éphémère victoire des syndicats changhaiens au printemps 1927

Texte intégral

1En moins de deux mois, de la mi-février au début d’avril 1927, le rythme des luttes politiques chinoises et des luttes ouvrières va brusquement se précipiter ; leur centre va en même temps se déplacer de Wuhan vers Changhai, comme il s’était déplacé pendant l’été 1926 de Canton à Wuhan. Les insurrections victorieuses des syndicats changhaiens, tout autant que le coup de force de Jiang Jie-shi qui chasse presque immédiatement ceux-ci du pouvoir dont ils s’étaient à peine approché, ne peuvent s’expliquer indépendamment du nouvel équilibre des forces sociales et politiques qui tend à s’établir en Chine à la fin de l’hiver 1927 ; il vaut donc la peine d’en dresser sommairement un tableau.

  • 1 Faute d’un recensement effectué à la date envisagée ici, il faut se contenter des effectifs annonc (...)
  • 2 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 66.
  • 3 Dès décembre, alors que les armées sudistes étaient aux portes de la ville, s’était constitué un S (...)
  • 4 CEB, 4 septembre 1926.
  • 5 SSXB, 15 mars 1927.
  • 6 Annuaire, II, pp. 392-393 ; ses revendications portent sur les indemnités en cas d’accident ou de (...)
  • 7 SSXB, 15 mars 1927.
  • 8 Annuaire, II, pp. 99-100.

2Le Syndicat général pan-chinois est parvenu à cette date, à la faveur des victoires successives de l’armée sudiste, à une cohésion et à une vigueur jamais atteintes jusqu’alors. Moins de deux ans après sa fondation à Canton en mai 1925, il est une véritable organisation de masse qui influence des centaines de milliers de travailleurs industriels et plus d’un million d’artisans et d’employés de boutiques1. Sur le plan géographique, les positions gagnées en 1925-1926 dans le Zhili et le Hunan pendant l’éphémère domination des Guo-min-jun ont été perdues ; le Syndicat général n’avait par ailleurs jamais pris pied sérieusement dans la zone industrielle du Nord-Est ; mais il est très solidement implanté au Guangdong, au Hunan, au Hubei et au Jiangxi par l’intermédiaire des fédérations régionales qui se sont constituées ou reconstituées à mesure que s’étendait l’influence du gouvernement national. En dépit de sa semi-clandestinité, le Syndicat général de Changhai a lui aussi une très forte audience, et quand en février l’armée nationale occupe le Zhejiang2, c’est pour y susciter à nouveau un essor des organisations ouvrières et des mouvements revendicatifs3. Par ailleurs, le Syndicat général pan-chinois s’appuie sur un certain nombre de solides Fédérations nationales d’industrie ; les plus anciennes sont celles des marins et des cheminots (bien que les sections de cette dernière situées dans la zone d’influence des du-jun soit pratiquement démantelées). Au début de mars s’y ajoute une Fédération nationale des postiers, dont la fondation avait été discutée depuis plusieurs mois au cours de pourparlers entre les divers syndicats de postiers des principales villes4 ; une Conférence constitutive se tient à Wuhan avec la participation de cinquante-quatre délégués de dix provinces, y compris de la Chine du Nord5, et elle contribue à étendre encore l’influence du Syndicat général pan-chinois, en dépit du caractère très corporatif du programme qu’elle élabore6 ; à la séance d’ouverture, on lit le testament de Sun Yat-sen, devant le portrait duquel on s’incline trois fois, et le président appelle les délégués à soutenir la révolution nationale et le Guo-min-dang7. A la même époque, se constitue un « Comité préparatoire du Syndicat général pan-chinois des mineurs » ; le Syndicat général pan-chinois en confie la gestion aux organisations de mineurs du Hubei et du Hunan, qui convoquent à Wuhan le 25 mars une première séance de travail ; la fondation de la nouvelle fédération d’industrie est prévue pour le 1er mai 19278

  • 9 Indications fournies par Li Li-san (DSZL, 1954, n° 4, op. cit.).

3Ces différentes fédérations régionales et fédérations d’industrie élargissent encore leur influence en éditant, comme le Syndicat général lui- même, des périodiques dont plusieurs ont une diffusion notable : l’hebdomadaire du Syndicat général, L’ouvrier chinois, tire à 5 000 exemplaires, et celui du bureau de Canton du Syndicat général, La voie ouvrière, à 10 000 ; L’illustré ouvrier, publié par la Fédération provinciale du Hubei, tire à 50 000, de même que La semaine ouvrière de la Fédération nationale des cheminots ; la Fédération nationale des postiers publie Le postier chinois, diffusé à 20 000 exemplaires, et celle des marins publie Le marin chinois9. Par ailleurs, dans les diverses provinces comme dans les diverses branches d’industrie, il faut noter que le Syndicat général ne rencontre pratiquement nulle part en face de lui, à l’exception des mécaniciens de Canton et de la Fédération provinciale du Guangdong, d’organisations concurrentes ayant effectivement réussi à faire pénétrer dans les masses ouvrières l’idéologie réformiste et corporative et l’anticommunisme.

  • 10 Cf. sur ces divers personnages, chap. xv.
  • 11 Cf. la résolution sur le mouvement ouvrier votée au plenum de Changhai de juillet 1926 du Parti co (...)
  • 12 PDR, 8 novembre 1926.
  • 13 NCH, 29 janvier 1927 ; des tracts distribués à cette occasion par le Syndicat général déclarent : (...)
  • 14 SCMP, 22 février 1927.
  • 15 Cf. Tom Mann, What I saw in China, passim.

4En ce printemps 1927, en effet, les patients efforts des militants communistes, au cours de cette période de six années qui s’était ouverte avec les débuts de Deng Zhong-xia chez les cheminots de Changxindian et avec la fondation du Secrétariat du travail, ont porté leurs fruits, et le mouvement ouvrier chinois organisé est uni par des liens très étroits au Parti communiste chinois et par delà lui à tout le mouvement communiste international. La plupart de ses dirigeants, qu’ils soient ou non d’origine prolétarienne, sont des communistes : Liu Shao-qi, Li Li-san, Su Zhao-zheng et Deng Zhong-xia, animateurs du Syndicat général pan-chinois ; Zhu Bao-ting, Chen Quan et Deng Fa, dirigeants de la Fédération des marins, Guo Liang, secrétaire de la Fédération provinciale du Hunan, Liu Er-song, dirigeant de la Conférence des délégués ouvriers de Canton, Sun Liang-hui et Wang Shou-hua, dirigeants du Syndicat général de Changhai10. A tous les échelons, les communistes sont parmi les plus actifs animateurs des syndicats, par l’intermédiaire des « fractions » organisées par les échelons correspondants du parti11. Sur le plan international, les rapports du mouvement ouvrier chinois avec le communisme sont tout aussi étroits ; c’est ainsi que le Syndicat général de Changhai célèbre en son nom propre l’anniversaire de la Révolution d’Octobre en novembre 192612 et celui de la mort de Lénine en janvier 192713. La visite en Chine d’une délégation de l’Internationale syndicale rouge, composée intentionnellement d’un Français (Jacques Doriot), d’un Britannique (Tom Mann), et d’un Américain (Earl Browder) pour symboliser la solidarité du prolétariat d’Occident avec le mouvement révolutionnaire chinois, est au printemps 1927 une nouvelle manifestation spectaculaire de cette orientation. La délégation arrive à Canton en février14, puis se rend au Jiangxi et à la fin de mars à Wuhan, saluée constamment sur son passage par de puissantes manifestations populaires15.

  • 16 Au printemps 1927, d’après le gouvernement de Wuhan, les Unions paysannes comprennent 10 000 000 d (...)
  • 17 SCMP, 19 novembre 1926.
  • 18 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 366.
  • 19 Ibid., pp. 399-435
  • 20 Cf. ci-dessous, p. 493.

5S’ils sont bons, les rapports qu’entretient le Syndicat général pan- chinois avec le mouvement paysan ne sont pas aussi intimes qu’on pourrait le penser. Les Unions paysannes s’étaient pourtant multipliées à partir de l’été 1926 sur tout le territoire du gouvernement national, en même temps que se faisaient plus pressantes les revendications des petits exploitants et des ouvriers agricoles et que se durcissait, surtout au Hunan, leur lutte de masse contre la domination des propriétaires fonciers16. Mais, en dépit des affirmations de principe des Congrès syndicaux de 1925 et de 1926, il ne semble pas que la coopération pratique entre les Unions paysannes et les syndicats se soit développée au même rythme ; des épisodes comme celui de l’intervention des Unions paysannes et de leurs milices pour soutenir les cheminots de la région de Canton, alors qu’en novembre 1926 ceux-ci étaient attaqués par les hommes de main du Syndicat des mécaniciens, restent relativement rares17. Si le Congrès de la Fédération provinciale du Hunan, en décembre 1926, demande des mesures vigoureuses contre les tu-hao et les lie-shen (c’est-à-dire les notables ruraux les plus hostiles au mouvement paysan), ainsi que l’institution de tribunaux d’exception pour juger ceux-ci, avec la participation des syndicats18, le Congrès provincial des syndicats du Hubei en janvier 1927 n’attache guère d’importance aux luttes paysannes19. Cette réserve ne peut en fait s’expliquer qu’en tenant compte de celle que manifeste au même moment le parti communiste à l’égard des « excès paysans »20.

  • 21 Exemples cités dans le Rapport de Liu Shao-qi au IVe Congrès sur le fonctionnement de la direction (...)
  • 22 CB, 2 mars 1927 ; Congrès du travail, p. 167.
  • 23 DSZL, 1954, n° 4, op. cit.

6Le Syndicat général pan-chinois est aussi à la fin de l’hiver 1927 une organisation nationale au plein sens du terme, une organisation qui étend son influence sur l’ensemble de la classe ouvrière chinoise, et ce trait contribue encore à lui assurer une position de premier plan dans la vie sociale et politique du pays. Il souffre certes de la difficulté des communications en Chine, de la lenteur des transmissions (une lettre met parfois jusqu’à deux mois pour être acheminée), du fait que les principaux membres de sa direction nationale sont en même temps absorbés par des tâches locales : Su Zhao-zheng à Canton, où il préside sept syndicats différents, Li Li-san à Changhai, Liu Shao-qi à Wuhan21 ; mais la grève générale symbolique d’une heure qu’il lance le 28 février pour protester contre les débarquements en Chine de troupes occidentales et japonaises, et à laquelle participent 2 000 000 travailleurs dans les sept provinces contrôlées par le Gouvernement national, donne la mesure de ses moyens22. Le « programme général d’action immédiate de la classe ouvrière dans toute la Chine », que sa direction élabore au début de mars 1927 et diffuse dans tout le pays, est également un bon témoignage de la maturité et de la cohésion qu’a maintenant atteintes le mouvement ouvrier chinois. Si on le compare à des textes tels que le manifeste du Secrétariat du travail en 1921, ou au programme de législation ouvrière de l’été 1922, ou même aux résolutions du second Congrès du travail, on ne peut manquer de relever à la fois son ampleur, et le réalisme avec lequel il aborde l’ensemble des problèmes politiques et sociaux dont la classe ouvrière chinoise avait progressivement pris conscience à travers toutes les luttes de ces dernières années. Des vingt- six articles de ce document23, certains concernent en effet l’orientation générale de la lutte politique, et appellent les ouvriers à s’opposer à toute attaque des Puissances, spécialement de la Grande-Bretagne (point 1), à achever la révolution chinoise en s’opposant à tout compromis avec l’impérialisme et les féodaux et à toute dictature personnelle représentant les forces féodales (points 2 et 3), à soutenir le gouvernement national et à poursuivre jusqu’au bout la Bei-fa·, d’autres appellent à renforcer la coopération avec les alliés de classe du prolétariat, paysans et artisans (points 5 et 12), et à soutenir leurs luttes économiques. D’autres articles reprennent les revendications économiques essentielles des ouvriers : journée de huit heures, et repos du dimanche, échelle mobile des salaires, salaires égaux pour les femmes et les enfants, interdiction du travail des enfants de moins de treize ans, protection des femmes et des enfants (points 6 à 11), abolition du bao-gong (point 22) ; ce texte précise par ailleurs comment doit s’unifier strictement la double hiérarchie territoriale et industrielle des syndicats (points 14 et 15), et comment ceux-ci doivent strictement conserver un caractère de classe (point 18) ; il revendique pour eux l’entière liberté de s’organiser et de taire grève en temps de paix comme de guerre (points 13 et 17), refuse tout organisme gouvernemental d’arbitrage obligatoire (point 19), demande l’institution d’assurances-chômages et de secours aux chômeurs, aux frais exclusifs de l’État (point 23), et le droit pour les délégués des syndicats de participer aux organismes d’État compétents en matière ouvrière et à la gestion des entreprises d’État (points 24 et 25) ; vis-à-vis du patronat, le texte dénonce le réformisme, le capitalisme, et les procédés tels que la distribution d’actions aux ouvriers, exige la signature de contrats collectifs et le contrôle de l’embauche par les syndicats, ainsi qu’une fiscalité d’État pesant exclusivement sur les riches (points 20, 21, 26).

  • 24 A la fin de 1926, le Guo-min-dang comportait 29 % d’ouvriers et 7,5 % de paysans (T. C. Woo, The K (...)
  • 25 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 35.
  • 26 Ibid., p. 29.
  • 27 Tang Leang-li, Inner history, pp. 260-261.
  • 28 Ibid.
  • 29 M. Wilbur, Matériaux, p. 381 ; Tang Leang-li, Inner history, pp. 260-262.

7Sur le plan politique, les progrès du mouvement ouvrier et paysan dans les provinces libérées par les armées nationales se traduisent sans tarder par un retour en force des éléments de gauche du Guo-min-dang. Au début de l’année 1927, ils ont largement regagné le terrain perdu par eux au printemps 1926, au lendemain de l’affaire du 20 mars. L’aide manifeste et spectaculaire que les éléments populaires ont apportée au gouvernement national et à ses armées depuis le départ de la Bei-fa vient redonner une vigueur nouvelle aux thèses de la gauche, qui profite aussi de la progression des éléments d’origine ouvrière dans les rangs même du Guo-min-dang24. L’adhésion officielle de Feng Yu-xiang et de son armée à ce parti, en août 1926, avait déjà renforcé à ce momentla tendance de gauche, et était venue concurrencer le prestige individuel, politique et militaire, de Jiang Jie-shi25. A la tête du parti, les éléments modérés que le même Jiang Jie-shi avait mis en place en juillet au moment de son départ, tel que Zhang Jing-jiang26, sont progressivement évincés pendant l’été, et la session plénière du Comité exécutif central tenue le 15 octobre sanctionne cette évolution en demandant le retour d’urgence de Wang Jing-wei, exilé volontaire depuis le succès remporté par la droite au printemps précédent27 ; le Comité central renouvelle aussi les résolutions précédentes du parti sur la protection du travail, le droit de grève et d’organisation des travailleurs, et préconise une baisse de 25 % de la rente foncière et la limitation à 20 % du loyer de l’argent28. En décembre, le transfert à Wuhan des organismes centraux du gouvernement national (techniquement, ce n’est pas le gouvernement national lui-même qui s’y installe, mais un « Conseil mixte » du Comité central et du gouvernement), s’accompagne d’un nouveau glissement vers la gauche, et les personnalités les plus marquantes du régime de Wuhan sont Xu Qian, Song Qing-ling, Deng Yan-da, Eugène Chen, ainsi que Borodine, dont le crédit et l’influence ne semblent jamais avoir été aussi grands29.

8Mais, au début de l’année 1927, les forces politiques et sociales hostiles à la gauche du Guo-min-dang, au communisme, au mouvement ouvrier et paysan, se sont elles aussi renforcées.

  • 30 L’attitude de la C.M.S.N.Co, qui met encore en novembre ses bateaux à la disposition de Sun Chuan- (...)
  • 31 SCMP, 28 juillet 1926.

9Si la bourgeoisie s’est maintenant, beaucoup plus nettement encore qu’en 1925-1926, rangée du côté du gouvernement national, si les succès de la Bei-fa ont achevé de rallier les hésitants presque sans exception30, si par exemple le président de « l’Union des marchands, paysans, ouvriers et intellectuels du Guangdong » est un des richissimes propriétaires de la manufacture de tabac Nan-yang et si à ce titre il dirige à Canton une campagne de solidarité et de collectes en faveur de la Bei-fa31, si la Chambre de commerce de Changhai et Yu Xia-qing ont participé à l’automne 1926 au mouvement autonomiste dirigé contre Sun Chuan-fang, les classes possédantes sont pourtant bien loin d’approuver sans réserve l’orientation du mouvement révolutionnaire chinois pendant l’été 1926. Elles s’inquiètent de l’ampleur croissante du mouvement revendicatif non seulement dans les entreprises étrangères mais aussi dans leurs propres usines et ateliers, et de la vigueur avec laquelle les syndicats interviennent de plus en plus dans les affaires publiques. Dans la mesure où tant de ses membres ont conservé des attaches avec les notables ruraux, la bourgeoisie se sent visée non moins directement par l’essor des Unions paysannes, et ceci s’applique tout particulièrement aux éléments militaires de la droite du Guo-min-dang, ralliés à ce parti depuis l’époque de Sun Yat-sen, et dont beaucoup sont eux-même originaires des milieux de shen-shi. Les théories de Dai Ji-tao, un des principaux idéologues de la droite du Guo-min-dang, avaient exprimé dès avant le départ de la Bei-fa cette hostilité de la bourgeoisie à l’égard des mouvements sociaux qu’entraînait avec elle la révolution nationale ; cette hostilité ne fait que croître pendant l’hiver 1926-1927, au rythme même des progrès du syndicalisme ouvrier en Chine centrale et des Unions paysannes au Hunan.

  • 32 MDN, 9 avril 1927.
  • 33 H. O. Chapman, The Chinese révolution, pp. 124-123.

10L’intervention de plus en plus active des Puissances et des grands intérêts étrangers en Chine contribue aussi, pendant cet hiver 1926-1927, à détacher la bourgeoisie et la droite du Guo-min-dang des éléments populaires. Aux pressions directes, aux menaces plus ou moins déguisées d’intervention en force, se combinent habilement des ouvertures en vue d’un compromis acceptable pour les deux parties. Dès la fin de 1926 en effet, et plus encore après la reprise spontanée des concessions britanniques de Hankou et de Jiujiang, les Puissances et en particulier la Grande-Bretagne concentrent en Chine, surtout sur le Bas-Yangzi, des forces militaires et navales considérables ; il y aura au début d’avril 1922 à Changhai 22 400 hommes de troupes étrangères, dont 16 000 Britanniques, 3 000 Américains, 2 000 Japonais, 1 000 Français32, et 42 navires de guerre dont 14 japonais, 13 américains, 8 britanniques, 3 français, et 129 autres bâtiments dans le reste de la Chine33.

  • 34 Cf. par exemple un tract distribué en anglais, en février 1927, parmi les troupes britanniques de (...)
  • 35 LCT, 16 décembre 1926.
  • 36 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, pp. 62-63.
  • 37 Rapport Fetham, IIe partie, p. 129.
  • 38 L. Wieger, ibid., pp. 31 et 58.
  • 39 SCMP, 22 février 1927.
  • 40 Dans quelle mesure cette nouvelle orientation de la bourgeoisie chinoise en 1926-1927 est-elle seu (...)

11Si ce sont ces préparatifs militaires qui frappent alors l’opinion chinoise et internationale, s’ils provoquent en particulier de la part du mouvement ouvrier chinois, de l’Internationale communiste et de ses sections d’Occident une vigoureuse réaction qui se traduit par une campagne contre l’intervention (« Hands off China ») et pour une éventuelle fraternisation des troupes d’Occident avec le mouvement révolutionnaire chinois34, il n’y a là pourtant qu’un seul volet du diptyque, et la politique des Puissances cherche autant à manœuvrer qu’à frapper. L’Angleterre, qui est responsable de l’affaire de Wanxian et qui prend la tête du mouvement de concentration de troupes, est aussi la première à se mettre en relation dès décembre 1926 avec le gouvernement national, et le ministre britannique à Pékin, Sir M. Lampson, se rend alors à Wuhan après avoir conféré à Jiujiang avec Jiang Jie-shi35. Un éditorial du 23 décembre 1926 du China Express and Telegraph, organe des milieux d’affaires britanniques en Chine, s’intitule significativement : « The new move in China » et s’annonce prêt « à aider les aspirations nationalistes pour autant que la Chine elle-même montre qu’elle a le contrôle de ce que l’usage international exige de chaque nation. » La déclaration du 29 janvier de Sir A. Chamberlain, chef du gouvernement de Londres, exprime son intention, une fois l’ordre revenu en Chine, de renoncer progressivement et dans un délai raisonnable, aux droits et privilèges des étrangers en Chine, et le Secrétaire d’État Kellogg s’exprime dans le même sens36. De fait, depuis la fin de 1926, le Conseil municipal de la concession internationale de Changhai a consenti à admettre des membres chinois37, tandis que, le 1er janvier 1927, une autre revendication traditionnelle de la bourgeoisie changhaienne, la restitution du Tribunal mixte aux autorités chinoises, était satisfaite en application d’un accord intervenu dès le mois d’août38 ; le 19 février, un accord signé entre Eugène Chen et le diplomate britannique O’Malley entérinait l’abandon par la Grande- Bretagne de ses concessions de Hankou et de Jiujiang39. La bourgeoisie chinoise, et tout particulièrement les éléments compradors qui étaient toujours restés en étroites relations d’affaires avec les Occidentaux, pense désormais possible de faire l’économie d’une alliance avec les forces populaires, et d’éviter de faire une place à celles-ci dans la conduite des affaires publiques ; elle espère obtenir à l’amiable le rajustement de ses rapports avec les Puissances et des traités inégaux40.

  • 41 Il s’y installe le 11 novembre (L. Wieger, op. cit., p. 30).
  • 42 Sur la grève insurrectionnelle de février, cf. ci-dessous, p. 494-95.
  • 43 Dès octobre 1926, se sont ralliés à Jiang les du-jun du Fujian, de l’Anhui et aussi du Yunnan (SCM (...)

12Depuis plusieurs mois, plusieurs années déjà, ces diverses préoccupations avaient amené la bourgeoisie chinoise à louvoyer, à nuancer de restrictions diverses sa participation au mouvement de révolution nationale et son alliance avec les éléments populaires. Il suffit de rappeler à ce propos les événements de Canton du 20 mars et les mesures qui les avaient suivis, telles que la restriction de l’activité des communistes et des syndicats ou l’abolition du monopole pétrolier du gouvernement. Mais dans les premiers mois de 1927, c’est un changement de front radical qui est envisagé par les milieux d’affaires chinois, par les personnalités politiques et militaires de la droite du Guo-min-dang avec qui ils sont en relations, et tout particulièrement par Jiang Jie-shi et son entourage. La personnalité même de Jiang se prête parfaitement à la manœuvre, dans la mesure où ses attaches anciennes avec les milieux financiers de Changhai donnent toutes garanties à ceux-ci, tandis que la confiance que lui avait témoignée Sun Yat-sen et sa participation active à la direction du Guo-min-dang et des armées nationales depuis 1926 entretiennent l’équivoque dans l’opinion. Dès la fin de 1926, et plus nettement en janvier et février 1927, Jiang donne à l’installation de son quartier-général à Nanchang41 la signification d’une rupture à la fois militaire et politique avec Wuhan. A la poursuite immédiate des armées en déroute des du-jun en direction de Pékin, la capitale nordiste, il préfère une « déviation » vers Changhai, base des étrangers en Chine et de la bourgeoisie chinoise ; l’ampleur en février de la grève insurrectionnelle infructueuse lancée par le Syndicat général de Changhai confirme l’acuité de cette « lutte pour Changhai » qui va ainsi s’ouvrir entre les deux ailes du camp national42. La position en flanc du Jiangxi et particulièrement de Nanchang est favorable aux visées de Jiang ; elle permet de couper l’une de l’autre les deux principales bases du mouvement ouvrier, soit le Hubei et Changhai, et de garder le contact avec Canton, où Li Ji-shen et les autres éléments de droite contrôlent le Gouvernement provincial depuis le départ pour Wuhan de l’autre tendance, et avec les petits du-jun locaux du Fujian, de l’Anhui et du Zhejiang, ralliés à Jiang depuis la défaite de Sun Chuan-fang43.

  • 44 Ho Kan-chih, Modern revolution, p. 146.
  • 45 L. Wieger, op. cit., tome VII, pp. 51 et 66.
  • 46 Tang Leang-li, Inner history, p. 263.
  • 47 JDSZL, 1957, n° 4, Nanchang da-shi-ji (Chronique de Nanchang).
  • 48 SCMP, 16 mars 1927.
  • 49 L. Wieger, ibid., tome VII, 133.

13Une « politique de Nanchang » tend désormais à contrecarrer sur tous les terrains la politique de Wuhan, et cette redistribution géographique des forces en présence rend tout à fait manifeste la crise interne du camp national ; elle fait présager la rupture ouverte qui s’effectuera en mars et avril entre les deux tendances. Jiang et les dirigeants de la droite, dont certains font partie depuis plusieurs années de la « clientèle » politique des Puissances en Chine (tels Dai Ji-tao pour le Japon, Wu Zhi-hui et Li Yu-ying pour la France, Song Zi-wen (T. V. Soong) pour les États- Unis)44, multiplient les assurances envers celles-ci. Jiang, qui le 19 novembre déclarait encore à un journaliste américain avoir comme objectif « la suppression absolue en Chine de toute juridiction étrangère, des concessions, des traités inégaux », ainsi que « la ruine de l’impérialisme », appelle le 10 février à respecter les vies et les biens des étrangers, et en particulier des missionnaires45. En politique intérieure, s’il conserve quelques semaines encore la fiction de son allégeance au gouvernement de Wuhan, il s’oriente et laisse son entourage s’orienter plus nettement encore vers les attaques contre les communistes, qui sont pourtant un des principaux soutiens de ce même gouvernement de Wuhan46. Dès la fin de 1926, un de ses conseillers, Chen Guo-fu, anime au Jiangxi une « Ligue A. B. » (anti-bolchevique)47 ; en février 1927, Jiang lui-même choisit une occasion significative, celle du quatorzième anniversaire de l’unification de la Chine du Nord et du Sud par Yuan Shi-kai, pour s’en prendre directement à « l’attitude agressive » du Parti communiste et de ses alliés de Wuhan, et pour affirmer « c’est à moi qu’il revient de briser leur activité »48. Le discours qu’il prononce à Nanchang le 7 mars reprend les mêmes violentes attaques contre ceux qui « prétendent gouverner le parti avec insolence et brutalité », tout en protestant de sa fidélité à l’alliance soviétique, « tant que la Russie nous traitera en amis »49.

  • 50 Annuaire, II, pp. 274-276.
  • 51 « Le Guo-min-dang, étant un parti représentant tous les intérêts du peuple, respecte la classe mar (...)
  • 52 Cf. ci-dessus, p. 367 (présence de Sun Ke à la cérémonie de fondation de la « Fédération pan-chino (...)
  • 53 Cf. ci-dessus, p. 455.
  • 54 JDSZL, 1957, n° 4, op. cit. Un premier coup de main sur le Syndicat général de Ganzhou avait eu li (...)
  • 55 JDSZL, 1957, n° 4, op. cit.
  • 56 JDSZL, ibid.
  • 57 NCH, 2 avril 1927.
  • 58 JDSZL, op. cit.
  • 59 H. Isaacs, Tragedy, p. 144.
  • 60 NCH, 12 mars 1927.
  • 61 PP, 3 avril 1927.

14Cette « politique de Nanchang » comporte en même temps une rupture brutale avec le mouvement ouvrier et le syndicalisme de gauche ; on ne se contente plus seulement de prudentes tentatives pour freiner l’activité de celui-ci, comme l’avait fait le règlement de janvier 1927 du gouvernement provincial de Canton sur les conflits du travail, règlement que le gouvernement provincial du Jiangxi promulgue sans grands changements le 14 février50 ; on ne se borne plus, comme le faisait encore Jiang le 16 décembre dans un message aux marchands et ouvriers de Wuhan ou le 18 janvier 1927 dans un discours prononcé au banquet donné en son honneur à Wuhan par la guilde de Ningbo, à reconnaître le bien-fondé des revendications ouvrières et à exhorter ouvriers et marchands à la compréhension mutuelle51. La droite du Guo-min- dang va maintenant se heurter de front au mouvement ouvrier, et elle va utiliser dans ce but les éléments anticommunistes du monde du travail, les gong-zei avec lesquels elle était déjà en étroites relations, et sur lesquels elle s’appuyait depuis quelques années pour tenter de contrecarrer l’orientation à gauche du syndicalisme chinois52. Au Hubei et au Hunan, cette manœuvre avait échoué au lendemain de l’arrivée de la Bei-fa en raison de la forte position des syndicats et de l’appui que leur accordaient les autorités de Wuhan53. Mais le Jiangxi, province où la classe ouvrière est numériquement faible, et où le syndicalisme de gauche ne peut s’appuyer sur des cadres et des traditions solides, offre de plus grandes possibilités de manœuvre. En janvier, la Ligue A. B. y organise une « Fédération syndicale des employés de boutiques », dotée d’un important service d’ordre armé54. Au début de mars, le président communiste du Syndicat général de Ganzhou, centre de batellerie du Sud du Jiangxi, est assassiné à l’instigation d’éléments de droite du Guo- min-dang55 ; des coups de force analogues ont lieu les jours suivants dans le district de poterie de Jingdezhen56, et dans plusieurs autres centres de la province, en particulier à Jiujiang. Dans ce port, le 17 mars, le siège du Syndicat général est pris d’assaut par des groupes armés qui font de nombreux morts et blessés ; les troupes privées des notables ruraux de la région avaient participé à l’opération, que Jiang Jie-shi aurait personnellement dirigée d’après le correspondant du North China Herald57. Le même jour, à Nanchang, Jiang fait dissoudre manu militari le Comité de ville du Guo-min-dang, remplace ses dirigeants de gauche par des membres de la Ligue A. B. et dissout les syndicats58. A Anqing, a heu dans les mêmes circonstances un coup de force contre le comité du Guo-min-dang, lui aussi contrôlé par la gauche, et contre les syndicats, sous l’égide d’un « Syndicat général de l’Anhui » créé pour la circonstance59. A Fuzhou, au début de mars, les organisations syndicales modérées lancent une manifestation anticommuniste avec l’appui des autorités militaires locales60, tandis qu’à Canton un membre du gouvernement provincial dénonce la « tyrannie syndicale » et les Chambres de commerce y propagent le slogan « il n’y a pas de loi su trerre qui fasse des ouvriers une classe privilégiée »61. Ainsi, la politique de répression directe du mouvement ouvrier a déjà été mise en œuvre ou au moins mise à l’épreuve dans la zone contrôlée par Jiang et ses alliés, quand le Syndicat général de Changhai devient le 23 mars maître de la plus grande ville de Chine après deux jours d’insurrection.

  • 62 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 400.
  • 63 Cf. ci-dessus, p. 485.
  • 64 Cf. ci-dessus, p. 461 et 491.
  • 65 SCMP, 15 mars 1927 ; Ho Kan-chih, Modem revolution, p. 132.
  • 66 SCMP, 18 mars 1927 ; Tang Leang-li, Inner history, pp. 264-265 (dont il est surprenant qu’il nomme (...)

15Comment réagissent le Parti communiste chinois, le mouvement syndical organisé, la gauche du Guo-min-dang, à cette contre-offensive de la droite ? Il serait très exagéré de dire qu’ils y demeurent indifférents. Déjà au début de janvier, le Congrès provincial des syndicats du Hubei avait dans son manifeste dénoncé « la minorité de propriétaires d’usines et de patrons de boutiques qui s’opposent aux grèves et s’entendent avec les impérialistes et les réactionnaires », et déclarait que « quiconque frappe le mouvement ouvrier, non seulement fait obstacle aux progrès de la Révolution, mais s’identifie avec les impérialistes, militaristes, et autres réactionnaires »62. Plus nets encore étaient les articles du programme de mars du Syndicat général pan-chinois63, qui mettaient en garde contre toute dictature personnelle représentant les forces féodales, demandaient le droit d’organisation et de grève sans restriction même en temps de guerre, et s’opposaient à toute mesure d’arbitrage obligatoire ; il y avait là en effet une critique à peine voilée des mesures prises au début de 1927 par les gouvernements provinciaux du Guangdong puis du Jiangxi64. Dès le 11 mars, à la IIIe session du Comité exécutif central du Guo-min-dang, la majorité de gauche avait aboli la présidence du Conseil militaire et celle du Conseil politique, postes cumulés par Jiang que le riche marchand Zhang Jing-jiang suppléait au Conseil politique depuis le départ de la Bei-fa65. La gauche reprend aussi en mains le Conseil militaire, le Conseil politique et la majorité des postes du gouvernement, tout en conservant à Jiang une place dans ces divers organismes. Quelques jours après, deux communistes entrent pour la première fois au gouvernement national, Tan Ping-shan pour l’agriculture et Su Zhao-sheng pour le travail66.

  • 67 Il n’entre pas dans notre propos de faire ici la part des responsabilités directes du Parti commun (...)
  • 68 XD, 25 septembre 1926.
  • 69 XD, 6 janvier 1927.
  • 70 XD, 7 juillet 1926.
  • 71 Cf. par exemple XD, 10 septembre 1926.
  • 72 Ho Kan-shih, Modem revolution, pp. 131-132.
  • 73 Cf. le récit de Mao Ze-dong lui-même à E. Snow (Red star over China, p. 138).
  • 74 M. Wilbur, op. cit., p. 375.

16Mais le simple fait que Jiang continuait à faire partie des organismes dirigeants du gouvernement et du parti montrait clairement que ni la gauche du Guo-min-dang ni le Parti communiste ne souhaitaient alors rupture brutale avec la droite, mais qu’ils conservaient des illusions sur les possibilités d’un compromis. Chen Du-xiu et son entourage67 semblent avoir été surtout préoccupés de ne pas s’aliéner la bourgeoisie, de ne pas « lutter avec elle pour la direction de la Révolution »68 ; c’est ce qu’illustre la timidité avec laquelle Xiang-dao polémique en janvier 1927 avec le Shang-bao de Changhai (Journal du commerce) pour tenter de justifier les grèves ouvrières de Wuhan69. Le scepticisme de la direction du Parti communiste à l’égard de la capacité de lutte politique des masses populaires s’était manifesté dès juillet 1926 par une sous- estimation de l’importance et de l’opportunité de la Bei-fa, qualifiée seulement de « réaction défensive du Sud », dépourvue de caractère « véritablement révolutionnaire »70 ; même quand ses rédacteurs rendent compte des victoires de l’été et de l’automne, Xiang-dao s’abstient d’y souligner la participation des ouvriers et des paysans du Hunan et du Hubei71. La tendance est au contraire à mettre en garde contre les « excès paysans »72, et les biographes de Mao Ze-dong ont fréquemment souligné le caractère quasi marginal de l’activité de ce dernier parmi les Unions paysannes de sa province natale73. Parallèlement, Chen Du-xiu manifeste le plus vif souci, encore en mars, de ne pas s’aliéner Jiang Jie-shi ; c’est seulement à son entourage, et en particulier à Chen Guo-fu et à Zhang Jing-jiang, que s’adressent les critiques du Parti communiste74, et Xiang-dao ne répond aux discours anticommunistes de Jiang du 21 février et du 7 mars que tardivement et modérément, le 18 mars, c’est-à-dire après les mesures prises le 11 mars à Wuhan par la gauche du Comité exécutif central.

  • 75 Liu Shao-qi, dans une conversation avec Nym Wales, admettra plus tard que ce fut une des principal (...)
  • 76 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 364 et 424.
  • 77 Cf. ci-dessus, p. 470.

17Il n’est pas douteux que cette orientation politique très prudente prépare mal le mouvement ouvrier à résister aux attaques directes dont il est déjà l’objet au Jiangxi en mars, et qui se généraliseront à la fin du mois et au début d’avril. Il est possible que la direction du Syndicat général pan-chinois ait été tentée de prendre des positions plus nettes, comme le fait pressentir son programme de mars ; mais les liens étroits qui unissaient ses dirigeants à ceux du Parti communiste ne lui permettaient pas d’adopter en politique intérieure une attitude fondamentalement différente. Le mouvement syndical lui-même s’abstient donc, au début de 1927, de poser la question du pouvoir politique et de la participation de la classe ouvrière à ce pouvoir politique75 ; les Conférences provinciales des syndicats du Hunan et du Hubei s’étaient contentées sur ce point de demander la convocation d’assemblées populaires de province, à rôle seulement consultatif76. C’est de même la recherche d’un accord à tout prix avec la bourgeoisie qui détermine l’attitude des syndicats de gauche de Canton dans l’affaire des congés de Nouvel An77, et l’on a noté que le compromis qui met fin à cette affaire se termine par un appel à la « coopération entre marchands et ouvriers », sans poser à celle-ci aucune condition.

***

18A la fin du mois de mars, la victoire de la grève insurrectionnelle de Changhai constitue pour le mouvement ouvrier chinois un succès d’une importance considérable sur le plan national comme sur le plan international ; mais ce succès va précipiter la réaction de l’aile droite du mouvement révolutionnaire, alarmée de voir aux mains de ses adversaires le principal centre des milieux d’affaires chinois et le principal point d’appui de la finance internationale en Extrême-Orient.

  • 78 Annuaire, II, p. 457.
  • 79 Ibid., II, pp. 457-458. Il n’est donc pas exact de dire, comme le fait H. Isaacs (Tragedy, p. 133) (...)

19Dès la mi-février, le « second soulèvement » des ouvriers de Changhai leur avait déjà permis d’affirmer leur solidarité active avec les armées nationales et leur volonté de prêter main forte à celles-ci, en arrière des lignes nordistes. Hangzhou avait été prise le 17 février par les nationalistes, qui le 18 février étaient à moins de 75 kilomètres de Changhai. Le Syndicat général, après avoir réuni 500 délégués de ses divers syndicats en une Conférence clandestine, lance le 19 un ordre de grève générale78. A côté d’objectifs proprement politiques, tels que le départ de Sun Chuan-fang, la solidarité avec les armées révolutionnaires, la formation à Changhai d’un gouvernement populaire, la garantie des libertés civiles, les dix-sept points qu’il propose comme objectif à l’action ouvrière comportent aussi les revendications traditionnelles des syndicats (hausses de salaires, reconnaissance des syndicats, repos payés pour les dimanches et fêtes, assurances ouvrières, etc.)79.

  • 80 Annuaire, II, p. 458. Les sources varient d’autant plus entre elles que certaines entreprises comm (...)
  • 81 Cf. par exemple une lettre du syndicat des marins au NCH (26 février 1927), revendiquant le droit (...)
  • 82 Annuaire, II, p. 438.
  • 83 NCH, 26 février 1927.

20Rapidement, la grève prend une grande ampleur, dans les cotonnières et les filatures de soie, les transports en commun et les services municipaux, le grand et le petit commerce, le port. Changhai est plongé brusquement dans le silence et l’immobilité, et on peut estimer le nombre des grévistes à plusieurs centaines de milliers80. Le Syndicat général et les organisations qui lui étaient affiliées avaient pris le plus grand soin, par des tracts, des prises de parole, des communiqués, d’expliquer le caractère véritable de la grève, tant aux ouvriers eux-mêmes qu’au public81, et à maintenir celle-ci dans un ordre parfait. La consigne avait été donnée de respecter les installations des usines et des ateliers et de ne pas s’en prendre aux étrangers82 ; elle fut parfaitement observée83.

  • 84 NCH, ibid.
  • 85 PP, 6 mars 1927 ; onze militants syndicaux des Presses commerciales sont ainsi arrêtés et exécutés (...)
  • 86 Congrès du travail, p. 201.
  • 87 NCH, 26 février 1927.
  • 88 JFRB, 22 mars 1957 (article commémoratif des trois soulèvements armés).
  • 89 Ibid.
  • 90 NCH, 12 mars 1927 ; H. Isaacs, Tragedy, p. 135.
  • 91 Annuaire, II, p. 24.
  • 92 Cf. NCH, 19 mars 1927 (revendications des ouvriers des cotonnières et des marins) ; Annuaire, II, (...)
  • 93 On a noté la recrudescence d’activité des gong-zei à Changhai en 1926-1927 (cf. ci-dessus p. 472). (...)
  • 94 Annuaire, II, p. 399.
  • 95 A la mi-mars, on exécute la femme de l’inspecteur en chef des tramways de la concession internatio (...)
  • 96 NCH, 19 mars 1927.

21Mais le général Li Bao-zhang, commandant de Changhai pour le compte de Sun Chuan-fang, a immédiatement recours à une répression brutale : vingt personnes sont publiquement décapitées dès le second jour de la grève et leurs têtes sont exposées aux carrefours84 ; le bourreau circule en automobile de quartier en quartier, tandis que la troupe disperse tous les rassemblements ouvriers85 et arrête tous les dirigeants du mouvement, soit plus de 300 en cinq jours86. C’est seulement le 22 février, alors que les manufactures de tabac, les filatures de soie, les artisans et maintes autres corporations ont déjà repris le travail87, que le Syndicat général lance un ordre de soulèvement armé auquel participent plusieurs milliers de membres des sections de surveillance88. C’est un échec, tant en raison du retard apporté à transformer la grève en soulèvement armé qu’à cause de l’isolement de la classe ouvrière, que la Chambre générale de commerce et la Fédération des associations marchandes de rues avaient refusé d’appuyer par une grève du commerce89 ; par ailleurs les armées nationalistes, sur instructions de Jiang, s’étaient arrêtées le 21 février alors qu’elles étaient arrivées à 40 kilomètres de Changhai, et les éléments de droite du Guo-min-dang n’avaient pas été fâchés de ce que Li Bao-zhang profite de ce délai pour intensifier la répression contre l’élite du mouvement ouvrier changhaien90. Mais ce second soulèvement a en même temps constitué les « grandes manœuvres » de l’insurrection victorieuse du 21 mars. Au cours du mois de mars, le Syndicat général et les syndicats qui lui sont affiliés se préparent à l’ultime épreuve de force ; ils sont décidés en effet à rechercher une nouvelle fois celle-ci, et à jouer leur rôle dans la liquidation par les armes du pouvoir des du-jun dans la région de Changhai. Le 6 mars, sont édictées des règles vigoureuses de discipline syndicale, enjoignant aux syndicats de base de ne cesser ou de ne reprendre le travail que sur ordre du Syndicat général, interdisant les rixes entre ouvriers ou le recours au da-chang, appelant au versement régulier des cotisations91. L’action revendicative se poursuit en même temps dans plusieurs entreprises importantes, et l’ampleur des demandes présentées par le syndicat des marins, celui des cotonnières, ceux des tramways chinois, des dockers, des téléphonistes, témoigne de leur esprit offensif et du niveau élevé auquel se maintient la conscience de classe du prolétariat changhaien au lendemain de l’échec de février92 ; si ces demandes présentées pour la plupart à la mi-mars ne s’accompagnent pas de mouvements de grève, il ne fait pas de doute qu’elles préludent à une vaste action de masse qui permettra au prolétariat d’améliorer sensiblement son propre sort, en même temps que de contribuer à la défaite des nordistes. L’action contre les dissidents syndicaux, les gong-zei, est par ailleurs vigoureusement poursuivie93 ; tantôt, comme à la compagnie chinoise de tramways, les syndicats se contentent d’exiger leur renvoi94, tantôt ils prennent le parti de régler eux-mêmes leurs comptes avec ces agents du patronat infiltrés dans leurs rangs, et n’hésitent pas à procéder à des expéditions punitives95. Enfin les préparatifs du soulèvement sont poussés avec un soin particulier chez les cheminots de la région, dont l’intervention peut être décisive en coupant les lignes de communication de Sun à une période critique. Dès le 12 mars, les mécaniciens de l’atelier de réparations du Changhai-Nankin à Wusong ont fait grève, de même que le 15 mars les chauffeurs de locomotives du Changhai-Hangzhou96.

  • 97 JFRB, ibid.
  • 98 NCH, 19 mars 1927.
  • 99 Ces points figurent par exemple sur un tract distribué le 7 mars dans les grands magasins de Nanki (...)
  • 100 JFRB, 23 mars 1957.

22Le Syndicat général peut maintenant compter sur 5 000 membres des « sections de surveillance », dont plusieurs centaines sont armés97. En vue d’un nouveau soulèvement, il fait un large usage de la propagande par tracts et affiches, et augmente la diffusion de sa feuille clandestine, le « Journal des pauvres gens »98. Il y rappelle les objectifs politiques de son action : éviction des militaristes, organisation d’un gouvernement populaire autonome, soutien du gouvernement national, garantie des libertés civiles, contrôle des impôts dans les concessions et sur le territoire chinois99. La formulation même de ces tracts reflète manifestement le souci de reconstituer la large alliance de classes qui avait fait la force du Mouvement du 30 mai et du mouvement pour l’autonomie des trois provinces à l’automne 1926, et dont la défaillance avait largement contribué à l’écrasement de la grève insurrectionnelle de février. De fait, des contacts sont pris avec la Chambre de commerce et avec les Associations marchandes de rues pour ranimer l’organisme d’union créé en décembre 1926, le « Congrès municipal populaire de Changhai ». Le 20 mars, se réunissent 300 délégués de diverses associations favorables au gouvernement national, syndicats et groupements des classes moyennes, et un comité provisoire de 31 membres est formé, parmi lesquels Luo Yi-nong, secrétaire régional du Parti communiste, et Wang Shou-hua, président du Syndicat général de Changhai100 ; il se transformera en gouvernement municipal provisoire de Changhai après le succès de l’insurrection.

  • 101 Annuaire, II, pp. 31-33.

23Mais la propagande du Syndicat général ne met pas seulement en avant des mots d’ordre d’unité avec les classes moyennes et la bourgeoisie ; elle fait en même temps large place aux préoccupations propres du prolétariat. Dès le 16 mars, est élaboré un programme général de grève qui, comme cela avait été le cas le 19 février, comporte des revendications économiques telles que les congés payés du dimanche, les assurances ouvrières, la protection des femmes et des enfants, des hausses de salaires, qui affirme le droit des ouvriers à l’instruction et qui expose aussi un vaste plan de cantines, de dortoirs et de coopératives de consommation101.

  • 102 NCH, 12 et 19 mars 1927.

24La recrudescence de la répression à laquelle ont recours Li Bao- zhang, puis après le 18 mars son successeur, le beau-frère de Zhang Zong-chang, ainsi que la police de la concession internationale, ne freine guère le prolétariat changhaien mais renforce plutôt son vigoureux élan. La police internationale arrête le 6 mars vingt-quatre dirigeants du syndicat des employés du commerce de détail, et le 9 mars soixante-dix-huit postiers, dont cinquante-deux facteurs en uniforme, accusés d’avoir discuté d’une éventuelle grève générale102.

  • 103 Sur ce troisième soulèvement, cf. XD, 6 avril 1927 (récit détaillé de l’insurrection dans chaque s (...)
  • 104 Annuaire, II, p. 460.
  • 105 Cf. Martyrs de la révolution, p. 223 sq (Biographie de Luo Yi-nong).
  • 106 Congrès du travail, p. 202.
  • 107 SB, 22 mars 1927.
  • 108 JFRB, 24 mars 1957.
  • 109 Liu Li-kai, 1919-1927 Zhong-guo gong-ren yun-dong (Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927), p (...)

25C’est le 21 mars que cette grève générale commence, alors que les avant-gardes de Bai Chong-xi, commandant des troupes nationales chargées par Jiang Jie-shi de l’offensive contre Changhai, étaient arrivées à Longhua, dans la banlieue même de la ville103. La veille, s’était tenue une conférence d’urgence de 300 délégués du Syndicat général, qui avait approuvé les propositions d’action des militants communistes104. Ceux-ci, Luo Yi-nong, Zhou En-lai, Zhao Shi-yan, Wang Shou-hua105, prennent personnellement la tête du mouvement et déclenchent simultanément la grève générale et l’insurrection armée, évitant ainsi de répéter l’erreur commise en février. L’arrêt de travail est annoncé à midi et est effectif quelques heures plus tard à peine, tandis que des équipes de propagandistes des syndicats parcourent la ville en répandant la nouvelle de l’arrivée de Bai à Longhua (la censure nordiste en avait interdit la publication aux journaux de Changhai). Il y a 600 000 grévistes d’après l’estimation du Syndicat général lui- même106, 800 000 d’après la presse de Changhai107, c’est-à-dire que toutes les grandes industries, tous les services municipaux, les ateliers d’artisans, le grand et le petit commerce, suspendent unanimement le travail. Simultanément, les différents détachements des milices syndicales prennent position dans les différents secteurs de la ville et attaquent les seize objectifs prévus. L’électricité, le téléphone et le télégraphe sont coupés. Partout sauf à Zhabei, centre du dispositif militaire nordiste, les postes de police sont pris dès le premier soir. A Nanshi, les ouvriers victorieux occupent l’arsenal du Jiangnan et le Tribunal chinois et délivrent les détenus de la prison voisine ; ils s’installent aussi dans la gare du Sud abandonnée par sa garnison. A Pudong, à Wusong, à Hongkou, dans l’Ouest de Changhai, le succès est aussi rapide et aussi complet. Ce n’est qu’à Zhabei que les combats se prolongent ; Zhang Zong-chang y dispose non seulement de l’élite de ses troupes du Shandong, mais d’un train blindé manœuvré par des mercenaires blancs. C’est là que vont tomber la plupart des deux cents morts et des milliers de blessés des milices syndicales108, quand il leur faut prendre de haute lutte et un par un les derniers locaux tenus par l’adversaire : l’immeuble des Presses commerciales, les postes de police du quartier, le siège de l’Amicale régionale de Huzhou, et surtout la gare du Nord, dont les défenseurs ne capitulent que le lendemain 22 mars à la fin de l’après- midi. Tout est terminé quand arrive la 1ere division de l’armée de Bai Chong-xi dont le commandant, favorable aux éléments populaires, a poursuivi sa marche malgré la défense de son chef, vraisemblablement désireux de laisser les forces du syndicat s’user seules dans la lutte contre les nordistes109.

  • 110 Congrès du travail, p. 180.
  • 111 NCH, 26 mars 1957.
  • 112 NCH, ibid.
  • 113 Cf. Archives CF, op. cit. Le gouvernement provisoire de Changhai appuie par écrit la protestation (...)

26Mais ce calcul s’est retourné contre lui ; il a permis aux organisations ouvrières et au Parti communiste de jouer un rôle décisif dans la lutte nationale, et de participer au pouvoir politique et militaire dans le plus grand centre industriel de Chine. Dès le 22 mars en effet, le Comité exécutif du Congrès municipal populaire s’est transformé en un « gouvernement provisoire municipal de Changhai », dirigé par une commission de dix-neuf membres où à côté de représentants de la grande bourgeoisie siègent Luo-Yi-nong et les syndicalistes Wang Shou-hua, Li Pa-zhi et Wang Jing-yun110. Ce gouvernement populaire consent immédiatement à prendre en considération le large programme revendicatif élaboré le 16 mars par le Syndicat général à la veille de la grève (les « vingt-deux demandes »), et le Syndicat général donne le lendemain l’ordre de la reprise du travail, considérant que ses principaux objectifs politiques et économiques étaient atteints. « La grève qui a été déclenchée à Changhai par les ouvriers, déclare son communiqué, dans le but d’accueillir les armées du Sud et d’éliminer les militaristes du Nord, s’est révélée un succès manifeste et le gouvernement provisoire a été constitué. Nous sommes heureux d’affirmer que ce succès est le résultat des efforts de nos ouvriers »111. Le Syndicat général renouvelle en même temps ses consignes de discipline et de respect de l’ordre, et interdit à ses membres tout acte de pillage, tout geste agressif à l’égard des étrangers et des marchands, toute action de caractère illégal112. Son ordre de reprise du travail est immédiatement suivi, et les quelques entreprises étrangères qui refusaient de réintégrer les grévistes, telles que la Compagnie française des tramways ou la centrale électrique de la concession internationale, s’inclinent finalement113.

  • 114 Annuaire, II, p. 23.
  • 115 NCH, 2 avril 1927.
  • 116 IPC, 7 avril 1927.

27C’est maintenant, et pour la première fois dans l’histoire du mouvement syndical changhaien si on néglige l’éphémère floraison d’organisations ouvrières au caractère encore incertain qu’avait entraînée au début de 1912 le succès de la révolution républicaine, la voie de l’activité légale et publique qui s’ouvre au Syndicat général et aux syndicats qui lui sont affiliés. Dès le 24 mars, le Syndicat général annonce officiellement sa réouverture et se réinstalle à Zhabei dans les locaux de l’Amicale régionale de Huzhou. Il convoque le lendemain une conférence de presse où ses porte-parole relatent en détail la grève insurrectionnelle du 21 et du 22114 ; le 27 mars, en présence de 1 000 délégués représentant 300 groupements, le nouveau siège est inauguré solennellement ; une Commission exécutive de quarante et un membres et un Comité permanent de cinq membres sont élus115 et la présidence est confiée au communiste Wang Shou-hua, étudiant originaire du Zhejiang, qui avait un certain temps séjourné à Vladivostok et que le Parti communiste avait affecté depuis quelques mois au travail syndical dans la région de Changhai116.

  • 117 Annuaire, II, pp. 36 à 39.
  • 118 Congrès du travail, pp. 191-192 et 195-196 (Rapport du Syndicat général au IVe Congrès).

28Le 31 mars, la nouvelle direction du Syndicat général publie des règles très strictes d’organisation, permettant de renforcer la discipline, de préciser la hiérarchie des divers syndicats et sections syndicales, d’unifier la nomenclature. Des statuts-type des syndicats de base sont également publiés, qui prévoient en détail les attributions des organismes dirigeants et leur composition, les conditions d’exercice de la discipline syndicale, les cas d’exclusion...117. L’ensemble des syndicats adhérant au Syndicat général sont regroupés en huit « Fédérations de syndicats » (gong-hui lian-he-hui, en abrégé gong-lian), celles de l’Est de Changhai, de l’Ouest de Changhai, de Zhabei, de Nanshi, de Pudong, de la concession française, de Hongkou, et de Wusong, et en seize Syndicats généraux d’industrie (chan-ye zong-gong-hui, en abrégé chan-zong). Ces seize Syndicats généraux d’industrie sont destinés à encadrer l’ensemble des salariés changhaiens, qu’il s’agisse ou non de travailleurs d’industrie proprement dit : on constitue ainsi des Syndicats généraux du bâtiment, des employés de boutique des travailleurs de la pharmacie et des hôpitaux, des artisans, des domestiques, des artistes. D’autres syndicats généraux sont le résultat d’un remaniement de groupements déjà existants et déjà liés au Syndicat général depuis 1925, tels ceux des marins, des imprimeurs, ou des ouvriers de la métallurgie. Le Syndicat général du textile avec ses trois branches (cotonnières, filatures de soie, textiles divers), le Syndicat général des services municipaux (téléphones, postes, tramways, centrales électriques, etc.), et le Syndicat général des transports locaux (dockers, portefaix, tireurs de petites voitures, etc.) sont des créations nouvelles, mais qui regroupent des syndicats eux aussi solidement implantés depuis un certain temps à Changhai. Par contre les Syndicats généraux du tabac, des industries alimentaires et des industries chimiques n’ont encore qu’une organisation assez lâche, et il en est de même du Syndicat général des cheminots constitué par le personnel des lignes Changhai-Nankin, Changhai-Wusong, et Changhai-Hangzhou118.

  • 119 Liste dans l’Annuaire, II, pp. 67-69.
  • 120 On y relève par exemple la création d’un syndicat des employés du commerce des légumes, du sucre e (...)
  • 121 Congrès du travail, pp. 192-193.

29Cet effort d’encadrement des troupes du Syndicat général et de normalisation de ses structures était motivé par un nouvel afflux, spontané et quelque peu désordonné, des syndicats de base depuis la victoire de la grève insurrectionnelle. 75 nouveaux syndicats sont constitués entre le 21 mars et le 12 avril, surtout dans les petites et moyennes entreprises, telles que les huileries, les manufactures de tabac ou d’allumettes, les imprimeries119. La presse de Changhai fait large place, en ces journées d’essor rapide du mouvement ouvrier, aux « nouvelles des divers syndicats », qui remplissent par exemple une demi-page du Shi-shi xin-bao du 26 mars120. Les effectifs d’ensemble du Syndicat général, d’après les déclarations de ses propres dirigeants, atteignent à la fin de mars 821.282 syndiqués et 499 syndicats121. La progression par rapport au début de 1927 ou à plus forte raison par rapport à juin 1926, à la veille de la Bei-fa, est particulièrement frappante pour le textile, la métallurgie, l’imprimerie et les services publics :

TABLEAU XXV : Progression des effectifs du Syndicat général de Changhai en 1926-1927

TABLEAU XXV : Progression des effectifs du Syndicat général de Changhai en 1926-1927
  • 122 C’est d’ailleurs ce que laisse entendre le rapport du Syndicat général au IVe Congrès (Congrès du (...)

30Il est bien probable que, en raison de la brièveté de la période d’activité légale des syndicats de Changhai, ces chiffres représentent plutôt des indications d’influence que des effectifs réellement organisés, régulièrement inscrits, et participant statutairement à la vie intérieure de ces syndicats122. Mais le Syndicat général n’en apparaît pas moins comme ayant atteint une puissance jamais égalée jusque-là par les autres organisations syndicales chinoises.

  • 123 Annuaire, II, pp. 399, 409, 410, 415, 416, 419-420, 421, 422, 423, 426.
  • 124 NCH, 9 avril 1927.

31Cet essor du mouvement ouvrier changhaien, au lendemain de la victoire du 22 mars, se traduit aussi nettement sur le plan des revendications que sur celui de l’organisation. Sans recourir à la grève, maints syndicats et syndicats généraux présentent à leurs employeurs, publics ou privés, chinois ou étrangers, des demandes dont l’ampleur est bien significative. C’est le cas du personnel de la centrale électrique chinoise, de celui des fabriques de bas de Nanshi, des teintureries de Zhabei, des relieurs, du personnel des journaux, des cheminots du Changhai- Hangzhou, du personnel de l’arsenal et de celui des chantiers du Jian-gnan, des employés de la C.M.S.N.C., des ouvriers des fonderies de fer123 et des imprimeries124 ; toutes ces revendications sont déposées dans la dernière semaine de mars et, mises à part quelques questions particulières comme l’hygiène dans les teintureries, les permis gratuits de transport sur les chemins de fer ou le port de la « veste à la Sun Yat-sen » revendiqué par le personnel de la centrale électrique chinoise, leur contenu est sensiblement le même dans tous les cas ; on y trouve toujours en tête la question de la reconnaissance du syndicat comme organisme représentatif du personnel, et il s’y ajoute parfois une demande de subvention patronale pour le fonctionnement de ses services (les ouvriers des chantiers du Jiangnan et ceux de l’arsenal réclament zoo yuans par mois). D’autres demandes concernent l’augmentation du salaire principal, et souvent aussi l’amélioration des primes de hua-li et de leur système de distribution (comme chez les imprimeurs, les relieurs, les ouvriers de la centrale électrique) ; on rencontre également des revendications relatives aux congés de maladie et aux frais de maladie, aux indemnités en cas d’accident, et à l’interdiction des amendes et des mauvais traitements. La demande de la journée de 8 heures et des congés payés pour les dimanches et fêtes est également générale, et les problèmes de l’emploi continuent à figurer parmi les préoccupations les plus pressantes des ouvriers : ils revendiquent le droit pour les syndicats de contrôler l’embauche et les licenciements, réclament la suppression du bao-gong, par exemple dans les fabriques de bas, les ateliers de reliure, les journaux, chez les cheminots, les ouvriers de l’arsenal et des chantiers du Jiangnan, les métallurgistes. Plusieurs catégories se soucient de l’apprentissage, à la fois pour assurer une meilleure rémunération et un meilleur traitement aux apprentis, et pour limiter leur nombre par rapport aux ouvriers adultes ; c’est ce que demandent les métallurgistes (pas plus de quatre apprentis dans un atelier de dix hommes), les ouvriers des fabriques de bas, les relieurs.

  • 125 C’est ainsi que les imprimeurs demandent qu’on leur attribue 40 % des profits de l’entreprise (NCH (...)
  • 126 NCH, 9 avril 1927.
  • 127 NCH, 26 mars 1927.

32Il est néanmoins nécessaire de souligner que, malgré son ampleur, cette vague de revendications ouvrières reste modérée dans son principe ; elle laisse intacts les rapports socio-économiques qui existent alors dans les entreprises chinoises et étrangères et ne remet pratiquement pas en question, à quelques exceptions près125, le régime du salariat capitaliste. Ce que le patronat britannique dénonce comme « des exigences ridicules présentées par des agitateurs à la solde du Syndicat général »126 est en réalité le fruit d’une volontaire temporisation des dirigeants du Syndicat général, qui restent bien en-deçà de l’enthousiasme de leurs troupes. Dès le lendemain de la grève, le Syndicat général recommandait à ses syndiqués d’éviter tout conflit avec les marchands127, et il faut noter qu’aucune des revendications résumées ci-dessus n’a été appuyée par une grève, mais que toutes au contraire ont été présentées par voie de négociations avec le patronat ou l’administration.

  • 128 XD, 6 avril 1927.
  • 129 NCH, 26 mars 1927.
  • 130 NCH, 2 avril 1927.
  • 131 XWB, 2 avril 1927 ; NCH, 2 avril 1927.

33Le même souci de modération se manifeste dans les prises de position du Syndicat général en politique internationale. Certes, le principe de la lutte contre « l’impérialisme » et pour l’abolition des traités inégaux est maintenu, par exemple dans la « lettre aux ouvriers du monde » publiée le 26 mars par le Syndicat général128 et dès le 24 mars, l’appel pour la reprise du travail propose aux ouvriers comme objectif la reprise des concessions étrangères de Changhai et leur administration par les autorités nationales129 ; la même position est adoptée le 27 mars à la réunion publique qui célèbre la réouverture officielle du Syndicat général, et une demande en ce sens est adressée à Jiang Jie-shi130. Mais il ne s’agit que d’une revendication de principe, et le Syndicat général déclare à plusieurs reprises qu’il attendra les résultats des négociations entreprises par le gouvernement national sur cette question des concessions, et qu’aucune action précipitée ne sera déclenchée131.

  • 132 NCH, 2 avril 1926.

34Sur deux points cependant s’esquisse dès la fin de mars un conflit entre le mouvement ouvrier et les autorités militaires qui représentent Jiang Jie-shi à Changhai depuis le 22 mars. La création d’un gouvernement municipal provisoire, issu du Congrès municipal populaire, et auquel participaient les communistes, ne pouvait satisfaire Bai Chong-xi, en dépit de la position minoritaire de ces derniers, qui ne détenaient que cinq sièges sur dix-neuf au Comité provisoire formé dès le jour de la Libération de Changhai. Le Syndicat général se prononce sans équivoque en faveur du maintien de cette municipalité démocratique et demande à plusieurs reprises qu’elle entre sans tarder en fonctions. De fait, elle est inaugurée le 29 mars en présence d’un important rassemblement, mais la majorité de ses membres ont obéi aux injonctions de Jiang Jie-shi et se sont dérobés sous diverses excuses, comme Yu Xia-qing, Niu Yong-jian, dirigeant local du Guo-min-dang, ou Francis Xia du China Courrier132.

  • 133 Après leur désarmement le 12 avril, on recensera à leur quartier général de Zhabei 20 mitrailleuse (...)
  • 134 NCH, 26 mars 1927.
  • 135 Congrès du travail, p. 182.
  • 136 SSXB, 31 mars 1927 ; Annuaire, II, p. 25.
  • 137 PDR, 28 mars 1927.

35Plus sérieuse encore est la question des « sections de surveillance », des milices ouvrières qui avaient joué dans le succès de l’insurrection un rôle décisif. Ces milices sont fortes du crédit qu’elles ont ainsi gagné, fortes aussi des armements et des munitions dont elles se sont emparées pendant l’action, en particulier dans les divers postes de police133. Le Syndicat général, dès le 23 mars, pose le principe de leur maintien en activité, et spécifie que l’ordre de reprise du travail ne s’adresse pas à leurs membres134. A Zhabei, est installé un centre d’entraînement militaire135, et le 5 avril a lieu une grande parade de ces milices, pour laquelle chaque syndicat avait reçu l’ordre d’envoyer son propre contingent136. La police de la concession internationale évalue leur force à 3 000 hommes137.

36Dès le début d’avril, se précise ainsi à Changhai l’antagonisme entre les forces ouvrières et l’aile droite du mouvement national. Quelques jours à peine vont suffire à celle-ci pour éliminer celles-là.

37Le mouvement ouvrier de Changhai se trouvait en effet en plein cœur de la « zone d’influence » des éléments de droite du Guo-min- dang, à plus de 1 000 kilomètres des provinces du Moyen-Yangzi tenues par la gauche, et sans espoir d’effectuer sa liaison avec elles. Le principal centre du prolétariat de Chine était en même temps le principal centre d’affaires de la bourgeoisie chinoise et la principale base économique et militaire des Occidentaux en Chine ; l’infléchissement vers Changhai de la marche des armées de la Bei-fa avait précisément, on l’a déjà noté, reflété le double désir de Jiang de se rapprocher de ses amis chinois et étrangers et de surveiller puis de mettre à la raison leurs adversaires ouvriers. Les quelque vingt jours qui séparent l’arrivée des armées nationales de la nuit du 12 avril, s’ils offrent au mouvement ouvrier changhaien l’occasion de nouveaux progrès en matière d’organisation et d’action revendicative, permettent en même temps à Jiang Jie-shi et à Bai Chong-xi de s’assurer tous les appuis nécessaires pour le coup de force qu’ils méditent.

  • 138 PDR, 23 mars 1927.
  • 139 NCH, 30 mars 1927.
  • 140 Au IVe Congrès du travail (Congrès du travail, p. 183), on a avancé le chiffre de 15 millions de y (...)
  • 141 NCH, 26 mars 1927 (réception par Bai des Consuls de France, du Japon et d’Angleterre et du Commiss (...)
  • 142 H. Isaacs, Tragedy, p. 145, sans indication de source ; sans doute s’agit-il d’une tradition orale
  • 143 La première division de l’armée de Bai passait pour particulièrement ouverte aux idées de la gauch (...)
  • 144 H. Isaacs, ibid., p. 143. Cf. aussi CYB, 1928, p. 1361 qui rapporte sans les préciser l’existence (...)
  • 145 H. Isaacs, ibid., p. 143.
  • 146 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 142 (rapport du Syndicat général sur les événements du 12 a (...)
  • 147 PDR, 3 avril 1927.
  • 148 PDR, 7 avril 1927.
  • 149 Annuaire, II, pp. 41-42 (Statuts de cette Association) ; PDR, 4 avril 1927.
  • 150 Congrès du travail, p. 182.

38Jiang Jie-shi, arrivé à Changhai le 26 mars, quatre jours après l’armée de Bai, reprend rapidement contact non seulement avec les chefs de la droite du Guo-min-dang installés dans la ville depuis leur éviction par Wuhan, comme le riche marchand Zhang Jing-jiang, l’ancien anarchiste Wu Zhi-hui, le grand éducateur Cai Yuan-pei, les doctrinaires nationalistes Chen Guo-fu et Dai Ji-tao, mais aussi avec les milieux d’affaires, chinois de Changhai. Dès le 23 mars, Bai avait reçu Fu Zong-yao, dirigeant de la Chambre générale de commerce138. Le 29 mars, se constitue une « Fédération du commerce et de l’industrie » qui groupe les Chambres de commerce, l’Association des banquiers chinois, celle des propriétaires chinois des cotonnières, et à la tête de laquelle on retrouve les grands compradors comme Yu Xia-qing ; elle envoie immédiatement une délégation à Jiang qui la reçoit très cordialement139, et il semble bien qu’une aide financière importante ait été non seulement envisagée, mais encore versée effectivement aux futurs instigateurs du coup du 12 avril140. Du côté des Occidentaux, le même rapprochement s’esquisse avec les autorités consulaires auxquelles, dès le 23 mars, Bai donne l’assurance que « les civils armés ne sont pas associés à l’armée nationale et que tout ce qui sera possible sera fait pour les éliminer141 ». Jiang, dès son arrivée, prend de son côté contact avec un représentant de la police internationale, qui lui remet un laissez-passer spécial lui permettant de circuler librement dans les concessions142. Mais dans la perspective d’un coup de force contre le mouvement ouvrier et les communistes, il est nécessaire de s’assurer d’auxiliaires qui ne risquent pas de heurter le sentiment national chinois comme le ferait une intervention directe des troupes étrangères de Changhai, et qui soient plus sûrs que les unités de l’armée régulière, encore influencées par leur fraternisation avec les éléments populaires tout au cours de la Bei-fa143. C’est ici que les contacts déjà anciens de Jiang avec la pègre changhaienne interviennent de façon décisive dans la préparation du coup de force. Seuls ses chefs comme Huang Jin-rong, dirigeant redouté de la Bande verte, ou Du Yue-sheng, ce dernier ayant d’étroits contacts avec le Consulat général de France à Changhai, peuvent fournir les troupes nécessaires à l’opération. Jiang, qui avait sans doute lui-même été affilié à la Bande verte quand il n’était dix ans plus tôt qu’un petit courtier douteux de la Bourse de Changhai144, avait renoué avec Huang et ses associés dès son arrivée à Nanchang, à la fin de 1926145. A la fin de mars et au début d’avril, c’est par leur entremise qu’il recrute plusieurs centaines d’hommes de main bien armés146 ; il les organise en une « Société du progrès commun » dont le siège provisoire est établi dans la concession française au domicile de Huang147. Il ne semble même pas s’être soucié de garder un secret absolu, au moins à l’égard de la police internationale dont le rapport mentionne dès le 7 avril « les préparatifs de la Société pour le progrès commun, afin d’effectuer une attaque par surprise contre le siège du Syndicat général et de désarmer ses occupants, l’attaque étant menée par des membres de la Bande verte avec l’aide de soldats en civil148 ». Le 2 avril, est également fondée, avec l’appui de Jiang et dans le but de faire une diversion sur le plan proprement syndical, une « Association générale fédérative du monde de l’industrie »149, à la tête de laquelle on retrouve un certain nombre de professionnels du syndicalisme de droite comme Tong Li-zhang, l’ancien animateur de la « Société amicale des ouvriers et des marchands » en 1921-1924150.

  • 151 CWR, 2 avril 1927.
  • 152 SK, 1958, n° 3, op. cit.
  • 153 H. Isaacs, op. cit., p. 173.
  • 154 NCH, 26 mars 1927.
  • 155 NCH, 26 mars et 9 avril 1927 ; XWB, 6 avril 1927.
  • 156 NCH, 9 avril 1927.
  • 157 PDR, 8 avril 1927 (dix-neuf communistes sont arrêtés à cette occasion par la police de Jiang).

39En même temps que se poursuivent ces préparatifs, une série de mesures manifestent clairement les intentions de Bai et de Jiang à l’égard du mouvement ouvrier changhaien. Dès le 24 mars, Bai Chong-xi dans une conférence de presse annonce la création d’un Bureau d’arbitrage pour les conflits du travail, et invite les syndicats à limiter leurs activités aux questions de salaires151. A la place du gouvernement municipal provisoire né de l’insurrection, mais que la bourgeoisie a boycotté sur l’ordre de Jiang et que les syndicats renoncent a maintenir en activité152, est constituée au début d’avril une « Commission municipale provisoire » dont la direction est confiée à Wu Zhi-hui, un des principaux chefs de la droite153. Bai avait par ailleurs, dès le jour de son arrivée, pris à partie publiquement les milices ouvrières et avait désavoué leurs activités154. A plusieurs reprises, à la fin de mars et au début d’avril, il leur donne l’ordre de déposer leurs armes et de venir s’intégrer directement à l’armée régulière155 ; comme ces appels ne sont pas entendus, il envoie sa police effectuer des raids sur plusieurs sièges de syndicats, et des coups de feu sont échangés, le 2 avril à Zhabei156 et le 8 avril à Nanshi157.

  • 158 JDSZL, 1957, n° 4 (op. cit.).
  • 159 Cf. ci-dessus, p. 482.
  • 160 Annuaire, II, pp. 398-399.
  • 161 Ibid., pp. 411 et 413-414.
  • 162 Annuaire, II, p. 88.
  • 163 Ibid., p. 487.
  • 164 Ibid., p. 88.

40La dégradation des rapports entre le mouvement ouvrier et les armées de Jiang n’est pas moins nette dans les autres provinces tenues par ces dernières, Zhejiang, Jiangxi, Fujian, Guangdong ; la politique de répression amorcée dès le mois de mars au Jiangxi se poursuit dans ces régions avec d’autant moins de retenue que, sauf à Canton, Jiang et ses généraux n’y avaient affaire qu’à des organisations ouvrières toutes récentes et sans solide base industrielle (carte n° 12). A Nanchang, la Ligue A. B. organise de nouveau une attaque contre le Syndicat général de la ville, de tendance de gauche, ce qui suscite le 3 avril une importante manifestation populaire de protestation158. Au Zhejiang, la vie syndicale avait pris depuis l’arrivée des sudistes en février le même essor que précédemment au Hunan, au Hubei ou au Jiangxi. Le Syndicat général du Zhejiang, formé dès la fin de 1926 et réorganisé dans l’hiver159, prend en mars une orientation nettement à gauche. Il affirme sa volonté de pousser au développement des luttes revendicatives, et élabore une plate-forme générale d’action en trente-neuf points (protection de l’emploi, reconnaissance des syndicats, libertés civiles, assurances ouvrières, repos hebdomadaire)160, qui sont aussitôt repris et présentés au patronat par plusieurs de ses syndicats comme ceux des tisserands de métiers mécaniques et des fabriques de tissus161. Il annonce aussi à la fin de mars son intention de fonder une école de cadres syndicaux, dont le programme publié alors montre clairement où vont ses sympathies : on doit y étudier les questions d’organisation et de discipline, le rôle des syndicats et des milices ouvrières, les méthodes de propagande, l’analyse du système capitaliste, le rôle de la classe ouvrière chinoise dans la révolution chinoise et la révolution mondiale162. Ce Syndicat général peut compter sur 50 syndicats de base forts de 100 000 adhérents ou sympathisants163 ; mais il ne s’agit la plupart du temps, en raison de la structure de l’industrie locale, que de groupements d’artisans très émiettés et on compte par exemple dix syndicats différents de tisserands, qui se distinguent selon les qualités de tissus fabriqués164. C’est dire que sa base sociale ne correspond que très incomplètement à son orientation syndicale et politique.

CARTE N° 12. Coups de force du Guo-min-dang de droite contre les syndicats au printemps 1927.
(N.B. pour Ningbo, lire : 1er avril)

  • 165 Ibid.
  • 166 CWR, 9 avril 1927 ; SCMP, 11 avril 1927 ; Annuaire, II, p. 487.
  • 167 SCMP, 2 avril 1927.

41En face de ce Syndicat général du Zhejiang, s’organise à la fin de mars une « Fédération des ouvriers et employés », qui bénéficie de l’appui du patronat, des autorités militaires, et de la direction provinciale du Guo-min-dang. Il est significatif qu’elle cherche à prendre appui sur les rivalités régionalistes qui opposent traditionnellement les tisserands originaires des différents xian de la province ; une « Amicale ouvrière des originaires de Dongyang », important xian artisanal, lui est par exemple affiliée165. Le 30 mars, cette Fédération des ouvriers et employés, renforcée d’hommes de main professionnels, organise un défilé qui vient proférer des menaces contre les locaux du Syndicat général ; le lendemain, ce dernier organise une grande manifestation de protestation qui se heurte à ses adversaires ; l’intervention de la police aux côtés de ceux-ci coûte aux organisations ouvrières plusieurs morts et des dizaines de blessés. Les autorités ayant prononcé aussitôt la dissolution des milices ouvrières du Syndicat général, une grève générale de protestation, qui demandait des réparations, la dissolution de la Fédération et l’arrestation de ses dirigeants, n’obtient qu’une vague promesse d’enquête et de dommages et intérêts pour les dégâts subis par les locaux syndicaux166. Des incidents analogues ont lieu à Ningbo le 1er avril, aux dépens des syndicats de gauche167.

  • 168 Au lendemain de la prise de Nankin par les armées nationalistes et dans des circonstances obscures (...)
  • 169 RT, Chungking, 1927, p. 1 ; IPC, 23 juin (1927 qui rapporte les chiffres de 200 tués et 800 blessé (...)

42A Chongqing, dans le lointain Sichuan dont le du-jun Yang Sen s’était à la fin de 1926 rallié aux éléments de droite du gouvernement national, les syndicats de gauche entrent eux aussi en conflit avec les autorités. Le 31 mars, une manifestation populaire dans le quartier des consulats, organisée pour protester contre le bombardement de Nankin par les flottilles des Puissances168, se heurte à la police qui tire et fait de nombreux tués et blessés. Les dirigeants des syndicats sont arrêtés et les réunions publiques interdites169.

  • 170 Annuaire, II, p. 91.
  • 171 Ibid., pp. 92-93 (liste de ces syndicats).
  • 172 Ibid., p. 404.
  • 173 Ibid., pp. 489-490.
  • 174 SCMP, 14 avril 1927.

43Au Fujian, comme au Zhejiang, l’arrivée des troupes nationalistes avait suscité la multiplication des syndicats « comme les champignons après la pluie »170 ; mais ici encore la prédominance de l’artisanat et des petites manufactures condamne à l’émiettement corporatif le « Syndicat général de Fuzhou », fondé en janvier. Les quelque soixante-quinze syndicats formés dans la ville pendant les trois premiers mois de 1927 étaient presque tous artisanaux171 ; il est caractéristique que les 1 000 ouvriers d’une entreprise moderne comme la compagnie générale d’électricité de Fuzhou se soient groupés eux aussi en cinq syndicats différents, selon leur activité technique : personnel de la centrale électrique, mécaniciens, télégraphistes, téléphonistes, etc.172. Cet émiette- ment, ici encore, favorisait le travail de division des adversaires du mouvement ouvrier ; à partir de la fin de mars, avec l’appui de la direction provinciale du Guo-min-dang, des syndicats dissidents sont créés dans les principales industries (imprimeurs, mécaniciens, dockers), et ils s’en prennent aux organisations affiliées au Syndicat général173. A Xia- men, le 9 avril, se précise aussi l’offensive anti-ouvrière. Le commandant militaire, un officier de marine, prend prétexte de récentes grèves des bateliers et des postiers pour proclamer la loi martiale, dissoudre les principaux syndicats et arrêter leurs dirigeants174.

  • 175 CWR, 30 avril 1927.
  • 176 SCMP, 7 avril 1927.
  • 177 SCMP, 9 avril 1927.
  • 178 SCMP, 9 et 11 avril 1927.
  • 179 Hongkong government gazette, 1er avril 1927.

44A Canton, longtemps la principale place forte du mouvement ouvrier, la même offensive se développe au début d’avril en dépit de la puissance que conservent la Conférence des délégués ouvriers, le Comité de grève de Canton-Hongkong et tout le syndicalisme de gauche. Le syndicat des mécaniciens intervient de tout son poids, propose ses propres adhérents pour remplacer les cheminots que licencient progressivement les autorités175 et organise le 5 avril une manifestation des syndicats dirigés par des éléments de droite, pour réclamer des mesures de répression contre ses adversaires en prenant prétexte de rixes récentes entre les cheminots et les mécaniciens176 ; les cheminots répliquent par une grève générale des chemins de fer le 8 avril177, mais les autorités provinciales ne cachent pas leur intention d’en finir d’autant plus rapidement avec le syndicalisme de gauche qu’elles sont maintenant en révolte presque ouverte contre le gouvernement de Wuhan178. Cette évolution du climat politique dans le Sud ne passe pas inaperçue des autorités coloniales de Hongkong ; elles ferment le 31 mars l’Association générale des groupements ouvriers de l’île, qu’elles avaient pourtant respectée tout au long des seize mois de la grève-boycott179.

  • 180 STSB, 3 avril 1927.
  • 181 YSB (Pékin), 31 mars 1927.
  • 182 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 134.
  • 183 PP, 10 avril 1927. Cette perquisition entraîne la saisie d’une masse considérable de documents don (...)
  • 184 XD, passim. Cf. une protestation des organisations de gauche de Canton (Parti communiste, Conféren (...)

45Pendant les premiers jours d’avril 1927, se précisent donc, aussi bien à Changhai que dans l’ensemble du territoire tenu par les armées nationales, Hubei et Hunan exceptés, les menaces à l’égard des victoires remportées par le mouvement ouvrier depuis le départ de la Bei-fa. A ces menaces fait écho la presse conservatrice chinoise, qui salue comme un « réveil du monde du travail » les incidents de Hangzhou et de Ning-bo180, ou qui annonce dès le 31 mars l’imminente dissolution des milices ouvrières de Changhai181. Sur le plan politique, les attaques des dirigeants de droite du Guo-min-dang établis à Changhai, Chen Guo-fu, Wu Zhi-hui, Cai Yuan-pei, Zhang Jing-jiang, redoublent de violence à l’égard du gouvernement de Wuhan et des communistes ; le 4 avril, ils présentent à Wang Jing-wei, qui vient de rentrer de France où il s’était retiré depuis le printemps 1926, un mémoire accusant leurs adversaires d’être infidèles à l’héritage de Sun Yat-sen et aux décisions du Congrès de 1924, et « de créer partout des syndicats ouvriers et paysans... auxquels ils lâchent entièrement la bride »182. La vague de répression qui s’abat le 6 avril sur les communistes de Pékin, et qui aboutit à l’arrestation de Li Da-zhao et de trente-sept autres responsables par la police de Zhang Zuo-lin en même temps qu’à une perquisition au siège de l’ambassade soviétique183, n’était peut-être pas non plus qu’une simple coïncidence ; depuis quelque temps en effet couraient avec insistance des bruits de compromis entre Jiang et Zhang aux dépens de l’aile gauche du mouvement national184.

  • 185 SCMP, 2 et 6 avril 1927.
  • 186 JDSZL, 1957, n° 4, op. cit.
  • 187 XD, 6 avril 1927.
  • 188 PDR, 11 avril 1927.

46Devant cette montée des périls, comment réagissent la gauche, et tout particulièrement les organisations ouvrières ? Il serait inexact de parler de passivité complète. Wuhan s’efforce au début d’avril de reprendre en mains le contrôle politique des provinces occupées par les armées de Jiang et des généraux qui le soutiennent ; un nouveau comité provincial du Guo-min-dang est nommé au Guangdong, un nouveau gouvernement provincial en Anhui185, et même à Nanchang, quartier général de Jiang, on envoie des cadres chargés de réorganiser le parti et d’écarter les éléments de la Ligue A.B.186. Le Parti communiste de son côté poursuit sa campagne contre les « compradors, fonctionnaires corrompus, militaristes, perfides membres de la gentry, et autres réactionnaires », qui poussent l’aile droite du Guo-min-dang à la rupture avec la gauche et à l’attaque directe contre le mouvement ouvrier ; il publie en ce sens une « lettre à l’ensemble de la classe ouvrière chinoise », qui souligne le caractère fragile de la victoire du prolétariat changhaien et les dangers d’une politique de conciliation avec la droite187. L’activité croissante des hommes de main de la « Société pour le progrès commun » conduit de son côté le Syndicat général à interdire aux ouvriers imprimeurs, et donc aux journaux, de publier ses communiqués188.

  • 189 Cf. par ex. NCH, 26 mars 1927 et Annuaire, II, p. 23 (Manifestations populaires organisées par le (...)
  • 190 NCH, 2 avril 1927.
  • 191 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 134.

47Mais la tendance générale est pourtant à l’apaisement, et l’on recherche jusqu’au dernier moment à ne pas briser l’entente avec les éléments civils et militaires liés à la grande bourgeoisie de Changhai, et tout particulièrement l’entente avec Jiang Jie-shi. Aucun des divers documents publics des organisations ouvrières et communistes ne met ce dernier nommément en cause quand il s’agit de critiquer la droite, et cela, quelle que soit la progression des menaces et des coups de force contre le mouvement ouvrier dans les provinces que Jiang contrôle. Le Syndicat général multiplie au contraire les manifestations de courtoisie et proteste de son désir de continuer à soutenir Jiang189. Les assurances que ce dernier donne avec habileté, de même que ses gestes ostentatoires d’hommage à l’effort militaire des syndicats changhaiens, n’en rendent d’ailleurs que plus aisée l’attitude conciliatrice de ces derniers ; dès son arrivée à Changhai, il déclare dans une interview au North China Daily News qu’il n’envisage qu’une activité purement militaire et laisse à Wuhan la direction politique, et qu’il n’est pas question d’une scission du camp révolutionnaire190 ; les mêmes assurances sont répétées à l’arrivée de Wang Jing-wei191.

  • 192 NCDN, 1er avril 1927.
  • 193 Nous avons déjà indiqué à plusieurs reprises que, de propos délibéré, les présentes recherches lai (...)
  • 194 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 482 et 485.

48Au moins dans ses déclarations publiques, le Syndicat général se montre avant tout soucieux d’éviter des frictions avec les troupes de Jiang et de Bai, et dément solennellement le 31 mars l’éventualité d’un conflit avec celles-ci192. Il semble redouter davantage, et avec lui l’Internationale communiste et tout le mouvement ouvrier mondial, une intervention armée des Puissances contre la révolution chinoise193, et s’efforce de faire appel à la solidarité internationale dans sa « lettre aux ouvriers du monde » du 26 mars, qu’accompagne bientôt une « lettre du Parti communiste à la classe ouvrière mondiale »194.

  • 195 SK, 1958, n° 3, op. cit. Cette étude souligne fortement, en s’appuyant sur des textes de Mao Ze-do (...)
  • 196 NCH, 2 avril 1927.
  • 197 SK, 1958, n° 3, op. cit.
  • 198 Texte de la déclaration Chen-Wang, XWB, 5 avril 1927 ; L. Wieger, op. cit., p. 135 (résumé) ; Huma (...)
  • 199 SK, 1958, n° 3, op. cit.
  • 200 Congrès du travail, p. 182.

49Le même souci conciliateur qu’avait déjà manifesté le Syndicat général quand il avait accepté au lendemain de sa victoire de freiner le mouvement revendicatif, de renoncer à maintenir en activité le gouvernement municipal provisoire, et d’abandonner la lutte politique pour la rétrocession des concessions de Changnai195, caractérise son attitude dans l’affaire de la 1re division de l’armée de Bai Chong-xi. Cette division était connue pour ses sympathies envers les organisations populaires, et ses supérieurs décident de l’éloigner de Changhai avant l’exécution de leurs plans. Le Syndicat général avait à plusieurs reprises demandé officiellement son maintien dans la ville, par exemple au cours de la grande manifestation publique organisée le 27 mars à Zhabei196, mais au début d’avril il la laisse partir sans intervenir197. C’est à ce moment que Wang Jing-wei revient à Changhai, se rendant à Wuhan, et qu’il publie le 5 avril une déclaration commune avec Chen Du-xiu ; le caractère vague de ce texte, et sa volontaire réserve à l’égard de Jiang Jie-shi et du potentiel danger qu’il constituait, n’étaient pas faits non plus pour préparer le prolétariat changhaien à se défendre et à défendre les fruits de son éphémère victoire du 21 mars198 ; ce dernier restait « moralement désarmé »199. Au IVe Congrès du travail, en mai 1927, le Syndicat général de Changhai, reconnaîtra « ne pas s’être alarmé des plans réactionnaires des nouveaux militaristes », avoir témoigné à ces derniers « une confiance excessive », et « ne pas s’être mis en garde contre leurs complots »200.

  • 201 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 294.
  • 202 NCH, 16 avril 1927.
  • 203 PDR, 14 avril 1927.
  • 204 Cf. le récit détaillé du coup de force, Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 494- 498.

50De fait, l’attaque concertée qui est déclenchée le 12 avril à 4 heures du matin contre les principaux locaux syndicaux prend complètement par surprise les quelque 2 700 hommes armés qui composent l’effectif des sections de surveillance201. L’opération est menée par les hommes de Huang Jin-rong et de Du Yue-sheng, porteurs en signe de reconnaissance d’un brassard marqué du caractère gong (travail) et vêtus d’un uniforme bleu202. Au nombre de quelques dizaines, dans certains cas, et de plusieurs centaines dans les engagements les plus importants, ils attaquent la Guilde de Huzhou, siège du Syndicat général à Zhabei, les locaux du syndicat des Presses commerciales et du club de cette entreprise, qui servait de quartier général aux milices ouvrières, le siège des tramways chinois de Nanshi, ainsi qu’une vingtaine d’autres points de Zhabei, Pudong, Nanshi, et de l’Ouest de Changhai203. Profitant de l’effet de surprise, et appuyés par des unités de l’armée nationale et de la police, ils parviennent en quelques heures à désarmer toutes les sections de surveillance et à s’emparer de la personne d’un certain nombre de dirigeants ouvriers, en particulier de Wang Shou- hua, président du Syndicat général204.

  • 205 Ibid., pp. 507-509.
  • 206 Ibid., pp. 513-515.
  • 207 NCH, 21 mai 1927.

51Dès l’après-midi du 12 avril, Bai s’efforce de justifier ce coup de force en présentant les agressions de la nuit comme le fruit de dissensions à l’intérieur même du mouvement ouvrier et en arguant de la nécessité de défendre l’ordre public par le désarmement des deux parties ; de fait, les bandes de la Société pour le progrès commun, une fois terminée l’exécution du scénario prévu, avaient ostensiblement rendu leurs armes à l’armée régulière et à la police. Tandis qu’une petite minorité seulement de syndicalistes et de membres des sections de surveillance avaient participé aux combats du matin, la riposte ouvrière a un caractère de masse. Spontanément, les ouvriers quittent le travail et s’assemblent par petits groupes. Dans l’après-midi du 12, se tient à Zhabei un grand meeting de plein air où l’on rappelle les services rendus par les sections de surveillance à la cause de la révolution nationale, et où l’on demande la restitution des armes, la punition des agresseurs, la protection des syndicats et des sanctions contre les fonctionnaires ayant ordonné le désarmement des milices. A Nanshi, se tient une manifestation semblable205. Mais les premières protestations des syndicats, de même que celles de l’Association des étudiants ou de ce qui subsiste du gouvernement municipal provisoire formé après l’insurrection, hésitent encore à aller chercher plus haut les responsabilités206 ; le silence fait, encore le lendemain du coup de force, sur le nom de Jiang Jie-shi montre bien que les illusions et les espoirs de la période précédente ne se dissipaient pas aisément. C’est seulement le 13, alors que se sont rendus les derniers défenseurs du club des Presses commerciales, où s’étaient prolongés les combats, que la riposte devient plus vigoureuse. La direction du Syndicat général passée dans la clandestinité lance un ordre de grève qui est largement suivi dans les cotonnières, le port, les imprimeries207.

  • 208 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 516-517.
  • 209 Congrès du travail, pp. 184-195. La police internationale évaluera à 400 le nombre des morts dans (...)
  • 210 NCH, 16 avril 1927.
  • 211 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 498.
  • 212 PDR, 16 avril 1927 ; IPC, 23 juin 1927.
  • 213 Matériaux sur le mouvement ouvrier, ibid.

52Le même jour, se tient à Zhabei une nouvelle manifestation de protestation qui groupe ouvriers, étudiants, et petites gens de toutes conditions, au nombre de plus de 100 000208. Mais quand les participants décident d’aller présenter leurs doléances au commandement militaire de la zone Nord de Changhai, ils sont accueillis par des tirs de mitrailleuse qui fauchent impitoyablement hommes, femmes et enfants désarmés. Il y a 100 morts et plusieurs centaines de blessés, qui s’ajoutent aux 300 ouvriers tombés pendant l’assaut initial contre les locaux syndicaux et aux autres victimes de la journée du 13209. Cette répression s’effectue, comme déjà le coup de force du 12 avril, avec l’entier appui des autorités de la concession internationale et de la concession française. Celles-ci, dès minuit, avaient été tenues au courant de la réalisation imminente des projets de Jiang et de Bai210. C’était de la concession française qu’étaient parties les bandes qui avaient attaqué les locaux syndicaux de Nanshi211, et c’est sur son territoire qu’avait été arrêté Wang Shou-hua, attiré au domicile d’un dirigeant de la Bande verte212 ; la police internationale avait de son côté prêté main- forte aux troupes de Bai pour la recherche ou l’arrestation des syndicalistes échappés de Zhabei ou de Nanshi au matin du 12213.

  • 214 Cf. ci-dessus, p. 487. On ne peut accepter ici la critique « de gauche » d’H. Isaacs reprochant au (...)
  • 215 NCH, 21 mai 1927.
  • 216 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 525.
  • 217 Ibid., p. 523.
  • 218 Cf. ses statuts dans l’Annuaire, II, p. 42.
  • 219 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 530-533.

53Placé devant cette épreuve de force, le mouvement ouvrier n’est pas en mesure de prolonger la lutte. Il a pour lui le nombre, mais aux troupes bien armées dont Jiang et Bai disposent à Changhai même s’ajoutent les autres corps d’armée de la région du Bas-Yangzi, et aussi les très importants contingents de troupes occidentales et japonaises que les Puissances n’avaient cessé depuis plusieurs mois de concentrer à Changhai214 ; celles-ci pèsent fortement dans la balance, en dépit de la réserve qu’elles ont manifestée jusque-là. La grève générale se ralentit progressivement : 104 000 grévistes le 13 mai, 111 000 le 15, 63 000 le 16215. La mise hors-la-loi des organisations de gauche se poursuit simultanément dans les jours qui suivent le coup de force, que ce soit l’Association des étudiants ou le gouvernement municipal provisoire, dont les membres sont arrêtés et conduits au quartier général de Bai216. Dès le 13 au soir, s’est installée dans les locaux du Syndicat général, à Zhabei, la Fédération générale des ouvriers et employés217 créée les jours précédents à l’instigation de Jiang et qui prend le nom de « Commission pour l’unification des organisations syndicales »218. Il ne reste plus au Syndicat général qu’à donner l’ordre de reprise du travail le 15 avril, en même temps qu’à lancer au gouvernement national de Wuhan un dernier cri de protestation et d’appel qui, cette fois, n’hésite pas à désigner nommément tous les responsables de ses infortunes219.

  • 220 CWR, 23 avril 1927.
  • 221 NCH, 16 avril 1927.
  • 222 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 535-536 ; cf. aussi SCMP, 18 avril 1927.
  • 223 A. Lozovski, Revolution und Konterrevolution, p. 68 (texte du communiqué de la police).
  • 224 Cf. le récit d’un syndicaliste soviétique se trouvant alors à Canton (ibid., pp. 66- 67).
  • 225 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 535.
  • 226 Ibid., p. 536.
  • 227 SCMP, 18 avril 1927.

54La défaite du Syndicat général de Changhai entraîne avec elle, dans les jours qui suivent, la chute des organisations ouvrières de gauche dans l’ensemble des provinces où dominaient les éléments de droite du Guo-min-dang. Dans les autres centres du Jiangsu, comme à Suzhou220 ou à Nankin221, les syndicats sont dissous par force. Au Fujian, au Jiangxi, au Zhejiang, l’essentiel de la répression était déjà accompli depuis la fin de mars ou le début d’avril. A Canton, dont les organisations ouvrières s’étaient l’année précédente placées à l’avant-garde de tout le mouvement ouvrier chinois, le général Li Ji-shen leur porte un dernier coup le 15 avril avec l’appui actif du Syndicat des mécaniciens et de la Fédération provinciale ; il fait brusquement arrêter les dirigeants syndicalistes et communistes comme Liu Er-song, Li Sen, He Yao-quan et désarme les sections de surveillance de la Conférence des délégués ouvriers ; les tentatives de résistance armée, comme celle des cheminots, sont rapidement brisées. Il y a plus de 2 000 arrestations, y compris parmi les dirigeants des groupements de femmes, d’étudiants, de paysans, et une centaine au moins d’exécutions sommaires dont celles de Liu, de Li, de He et d’autres militants syndicaux. Plus de 2 000 cheminots sont licenciés et remplacés par des membres du Syndicat des mécaniciens222. Les autorités ne s’étaient même pas donné la peine comme à Changhai d’organiser une mise en scène destinée à justifier leur coup de force ; la police se contente d’appeler les travailleurs à rester fidèles au Guo-min-dang et de dénoncer « les traîtres et les agitateurs »223. La surprise, ici encore, semble avoir été complète du côté des organisations ouvrières224 et l’ampleur de la répression, qui décapite complètement celles-ci, rend difficile une riposte analogue aux grèves et aux manifestations populaires des 13 et 14 mai à Changhai ; quelques groupes de marins, d’imprimeurs, de tireurs de rickshaws, esquissent une grève de protestation le 23 avril, qui ne dure que quelques heures225. Comme à Changhai, les locaux des groupements dissous sont repris en main par une organisation nouvelle, la « Fédération ouvrière révolutionnaire » à laquelle participent naturellement les mécaniciens et les groupements de la Fédération provinciale226. A Shantou, second centre industriel du Guangdong, un coup de force analogue a lieu le 15 avril contre les syndicats des marins et des dockers ; leurs locaux sont forcés et leurs dirigeants arrêtés227. La page est désormais tournée et, à l’exception du Hubei et du Hunan, la répression contre le mouvement ouvrier est désormais complète sur l’ensemble du territoire chinois.

Notes

1 Faute d’un recensement effectué à la date envisagée ici, il faut se contenter des effectifs annoncés par le Syndicat général pan-chinois un peu plus tard, à la Conférence syndicale pan-pacifique tenue en mai à Wuhan (CEJ, oct. 1930, A statistical study of industry and labor in China). Le total en était de 3 065 000 personnes, dont 180 000 ouvriers des cotonnières, 160 000 marins, 35 000 cheminots, 50 000 imprimeurs, 60 000 mineurs, 150 000 coolies et portefaix, 120 000 ouvriers des filatures de soie, 60 000 rickshaws, auxquels s’ajoutaient 2 000 000 d’artisans et d’employés de boutiques. Sur le plan géographique, les gros contingents étaient ceux de Changhai (800 000), de Hongkong (250 000), du Hunan (250 000), du Guangdong (400 000), de Wuxi (120 000), du Hubei (400 000), du Jiangxi (200 000), du Zhejiang (300 000). Ces chiffres n’ont qu’une valeur indicative de l’influence du Syndicat général, sans qu’il faille les prendre à la lettre. On peut par ailleurs estimer qu’en février cette influence était beaucoup plus faible qu’en mai, surtout à Changhai, à Wuxi, et au Zhejiang (qui alors étaient encore soumis à la domination des du-jun) ; mais il serait trop hasardeux de chiffrer avec plus de précision les effectifs effectivement encadrés par le Syndicat général pan-chinois à la fin de l’hiver dans l’ensemble de la Chine.

2 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 66.

3 Dès décembre, alors que les armées sudistes étaient aux portes de la ville, s’était constitué un Syndicat général de Hangzhou, sur l’initiative de syndicats d’imprimeurs, de portefaix, de téléphonistes, de cheminots (XWB, 21 déc. 1926). En février, de nouveaux syndicats se forment dans la ville, par exemple chez les postiers et les rickshaws (YSB, Pékin, 1er mars 1927), tandis que se produisent des grèves pour demander des hausses de salaires chez les ouvriers de la soie de Hangzhou, de Shaoxing, de Huzhou (CEJ, févr. 1927, Labor conditions in Chekiang).

4 CEB, 4 septembre 1926.

5 SSXB, 15 mars 1927.

6 Annuaire, II, pp. 392-393 ; ses revendications portent sur les indemnités en cas d’accident ou de maladie, sur la limitation des heures de travail à 8 heures par jour, de l’itinéraire des facteurs à 60 lis par jour, et du poids du courrier à transporter à 50 catties, sur l’abolition du système d’épargne obligatoire alors en vigueur ; la Conférence demande aussi que le Ministère accorde des congés pour les réunions syndicales et ne puisse changer de poste sans leur accord les dirigeants des syndicats, et que ceux-ci participent au jury d’examen pour le recrutement des postiers.

7 SSXB, 15 mars 1927.

8 Annuaire, II, pp. 99-100.

9 Indications fournies par Li Li-san (DSZL, 1954, n° 4, op. cit.).

10 Cf. sur ces divers personnages, chap. xv.

11 Cf. la résolution sur le mouvement ouvrier votée au plenum de Changhai de juillet 1926 du Parti communiste (M. Wilbur, Matériaux, pp. 288-295) ; cette résolution insiste sur la nécessité de passer « du stade du monopole du travail syndical par les fractions communistes au stade d’un mouvement ouvrier dans lequel la masse des membres du parti influence les masses οuvrières ».

12 PDR, 8 novembre 1926.

13 NCH, 29 janvier 1927 ; des tracts distribués à cette occasion par le Syndicat général déclarent : « acceptons le léninisme et développons le mouvement révolutionnaire en Chine et dans le monde entier ; étudions la doctrine de Lénine ; soyons énergiques dans le soutien que nous apportons à la révolution nationale ».

14 SCMP, 22 février 1927.

15 Cf. Tom Mann, What I saw in China, passim.

16 Au printemps 1927, d’après le gouvernement de Wuhan, les Unions paysannes comprennent 10 000 000 de membres, dont 4 517 000 au Hunan, 2 502 000 au Hubei, 705 000 au Shenxi, 700 000 au Guangdong, 382 000 au Jiangxi, 245 000 au Henan, (Matériaux sur le mouvement paysan, pp. 18-19). Sur la lutte menée à cette époque par ces groupements contre les propriétaires fonciers, cf. le rapport classique de Mao Ze-dong sur le mouvement paysan au Hunan (Œuvres choisies, pp. 23-71).

17 SCMP, 19 novembre 1926.

18 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 366.

19 Ibid., pp. 399-435

20 Cf. ci-dessous, p. 493.

21 Exemples cités dans le Rapport de Liu Shao-qi au IVe Congrès sur le fonctionnement de la direction du Syndicat général (Congrès du travail, p. 165).

22 CB, 2 mars 1927 ; Congrès du travail, p. 167.

23 DSZL, 1954, n° 4, op. cit.

24 A la fin de 1926, le Guo-min-dang comportait 29 % d’ouvriers et 7,5 % de paysans (T. C. Woo, The Kuomintang and the future of the Chinese révolution, p. 207).

25 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 35.

26 Ibid., p. 29.

27 Tang Leang-li, Inner history, pp. 260-261.

28 Ibid.

29 M. Wilbur, Matériaux, p. 381 ; Tang Leang-li, Inner history, pp. 260-262.

30 L’attitude de la C.M.S.N.Co, qui met encore en novembre ses bateaux à la disposition de Sun Chuan-fang pour des transports de troupes sur le Yangzi, ce qui provoque une grève de son personnel organisée par le syndicat des marins (NCH, 20 nov. 1926), semble avoir été exceptionnelle. Cet épisode confirme l’orientation conservatrice de cette compagnie fondée par Li Hong-zhang et restée liée aux milieux de la haute gentry.

31 SCMP, 28 juillet 1926.

32 MDN, 9 avril 1927.

33 H. O. Chapman, The Chinese révolution, pp. 124-123.

34 Cf. par exemple un tract distribué en anglais, en février 1927, parmi les troupes britanniques de Changhai : « Ne nous considérez pas, nous les masses laborieuses de Chine comme des Chinks que vous abattrez comme du bétail. Cette époque est révolue à jamais. Ne vous mêlez pas de notre révolution ; c’est notre affaire... » (NCH, 1927). En Occident, le « Congrès anti-impérialiste » de Bruxelles, auquel participent en février 1927 Henri Barbusse, Félicien Challaye, Jawarlal Nehru, Léopold Senghor, Mohammed Hatta, et pour la Chine Song Qing-ling, Shao Li-zi, directeur d’un journal Guo-min-dang de Changhai, Chen Quan, du Comité de grève de Canton-Hongkong, lance un appel contre l’intervention en Chine (Humanité, 4 mars 1927). En février-mars 1927, la campagne que poursuit l’Humanité pour la « fraternisation » des troupes occidentales de Chine avec la révolution chinoise, à l’exemple des marins de la Mer Noire, lui vaut des poursuites du gouvernement français (Humanité, 30 mars 1927). Il semble bien que les amis étrangers de la Révolution chinoise aient été beaucoup plus sensibles au danger d’une intervention armée de l’Occident contre elle qu’au risque d’une volte-face de la bourgeoisie chinoise.

35 LCT, 16 décembre 1926.

36 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, pp. 62-63.

37 Rapport Fetham, IIe partie, p. 129.

38 L. Wieger, ibid., pp. 31 et 58.

39 SCMP, 22 février 1927.

40 Dans quelle mesure cette nouvelle orientation de la bourgeoisie chinoise en 1926-1927 est-elle seulement le fruit d’une évolution politique, par peur du mouvement ouvrier et paysan, et par recherche d’un compromis avec les Puissances ? Dans quelle mesure est-elle aussi l’aboutissement d’une modification de ses rapports économiques avec ces dernières ? On se rappelle que la crise des industries nationales chinoises en 1923-1924 avait notablement contribué à la formation de l’alliance entre la bourgeoisie et le mouvement ouvrier contre « l’impérialisme ». Il semble que, dans certaines branches au moins, s’amorce en 1926-1927 une relative reprise, par exemple dans l’industrie cotonnière de Changhai (RT, 1926, Shanghai, p. 2). Mais cette reprise est loin d’être générale, et il semble bien que ce soient les préoccupations politiques de la bourgeoisie qui aient surtout contribué à la détacher du mouvement populaire, en dépit des rivalités qui continuaient sur le plan économique à l’opposer aux étrangers.

41 Il s’y installe le 11 novembre (L. Wieger, op. cit., p. 30).

42 Sur la grève insurrectionnelle de février, cf. ci-dessous, p. 494-95.

43 Dès octobre 1926, se sont ralliés à Jiang les du-jun du Fujian, de l’Anhui et aussi du Yunnan (SCMP, 20 oct. 1926). Leur entrée dans le camp des armées nationales vient y renforcer la tendance hostile au mouvement populaire, et tout particulièrement à l’activité des Unions paysannes.

44 Ho Kan-chih, Modern revolution, p. 146.

45 L. Wieger, op. cit., tome VII, pp. 51 et 66.

46 Tang Leang-li, Inner history, p. 263.

47 JDSZL, 1957, n° 4, Nanchang da-shi-ji (Chronique de Nanchang).

48 SCMP, 16 mars 1927.

49 L. Wieger, ibid., tome VII, 133.

50 Annuaire, II, pp. 274-276.

51 « Le Guo-min-dang, étant un parti représentant tous les intérêts du peuple, respecte la classe marchande. Mais vous devez coopérer avec les ouvriers si vous voulez vivre et être libérés de l’oppression des militaristes et des impérialistes » (Message de Jiang aux marchands de Wuhan, PP, 9 janv. 1927). « La chose la plus importante est de ne pas considérer les marchands comme vos ennemis, mais de coopérer avec eux », (Message de Jiang aux ouvriers, ibid.). « Les marchands devraient sympathiser avec les ouvriers à cause de leur ignorance ; souvenez-vous que la révolution a pour but de sauver les souffrants et les malheureux » (Discours au banquet de la Guilde de Ningbo, PP, 6 févr. 1927).

52 Cf. ci-dessus, p. 367 (présence de Sun Ke à la cérémonie de fondation de la « Fédération pan-chinoise des syndicats des diverses régions et provinces » à Pékin en mars 1925) ; p. 373 (contacts entre Ma Chao-jun et la Société pour l’étude du Sunyatsenisme) ; p. 403 (appui de la droite du Guo-min-dang aux groupements ouvriers anti-communistes de Changxindian en février 1926), etc.

53 Cf. ci-dessus, p. 455.

54 JDSZL, 1957, n° 4, op. cit. Un premier coup de main sur le Syndicat général de Ganzhou avait eu lieu en février (XD, 12 mars 1927).

55 JDSZL, 1957, n° 4, op. cit.

56 JDSZL, ibid.

57 NCH, 2 avril 1927.

58 JDSZL, op. cit.

59 H. Isaacs, Tragedy, p. 144.

60 NCH, 12 mars 1927.

61 PP, 3 avril 1927.

62 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 400.

63 Cf. ci-dessus, p. 485.

64 Cf. ci-dessus, p. 461 et 491.

65 SCMP, 15 mars 1927 ; Ho Kan-chih, Modem revolution, p. 132.

66 SCMP, 18 mars 1927 ; Tang Leang-li, Inner history, pp. 264-265 (dont il est surprenant qu’il nomme Su « un ancien boucher de Hongkong »).

67 Il n’entre pas dans notre propos de faire ici la part des responsabilités directes du Parti communiste chinois et de celles de l’Internationale communiste ou des conseillers soviétiques en Chine.

68 XD, 25 septembre 1926.

69 XD, 6 janvier 1927.

70 XD, 7 juillet 1926.

71 Cf. par exemple XD, 10 septembre 1926.

72 Ho Kan-shih, Modem revolution, pp. 131-132.

73 Cf. le récit de Mao Ze-dong lui-même à E. Snow (Red star over China, p. 138).

74 M. Wilbur, op. cit., p. 375.

75 Liu Shao-qi, dans une conversation avec Nym Wales, admettra plus tard que ce fut une des principales fautes commises alors (Chinese labor movement, p. 49).

76 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 364 et 424.

77 Cf. ci-dessus, p. 470.

78 Annuaire, II, p. 457.

79 Ibid., II, pp. 457-458. Il n’est donc pas exact de dire, comme le fait H. Isaacs (Tragedy, p. 133), que la grève n’avait aucun objectif proprement ouvrier et se limitait au soutien de l’armée de Jiang.

80 Annuaire, II, p. 458. Les sources varient d’autant plus entre elles que certaines entreprises comme les filatures de soie ne firent grève que le troisième jour, alors que le travail avait déjà repris chez les artisans ou dans les cotonnières. Un calendrier détaillé de la grève est fourni par XD, 28 février 1927. L’estimation de la police internationale, soit 106 000 grévistes (CYB, 1928, p. 996) est certainement trop faible. Le Rapport présenté au IVe congrès par le Syndicat général de Changhai (Congrès du travail, pp. 200-201) estime que c’est le second jour (20 février) que le nombre des grévistes a été le plus élevé, soit 250 000 personnes.

81 Cf. par exemple une lettre du syndicat des marins au NCH (26 février 1927), revendiquant le droit de « poursuivre les mîmes objectifs que l’ensemble du peuple chinois, à savoir balayer les obstacles qui se trouvent sur la route de la libération nationale ». Cf. aussi un manifeste du syndicat des tramways français, priant cette société de ne pas intervenir dans la grève puisque celle-ci n’est qu’un mouvement politique dirigé contre Sun (Archives C.F., dossier n° 23, MS 1019).

82 Annuaire, II, p. 438.

83 NCH, 26 février 1927.

84 NCH, ibid.

85 PP, 6 mars 1927 ; onze militants syndicaux des Presses commerciales sont ainsi arrêtés et exécutés immédiatement.

86 Congrès du travail, p. 201.

87 NCH, 26 février 1927.

88 JFRB, 22 mars 1957 (article commémoratif des trois soulèvements armés).

89 Ibid.

90 NCH, 12 mars 1927 ; H. Isaacs, Tragedy, p. 135.

91 Annuaire, II, p. 24.

92 Cf. NCH, 19 mars 1927 (revendications des ouvriers des cotonnières et des marins) ; Annuaire, II, pp. 399, 400, 404 (revendications des tramways chinois, des téléphonistes, des dockers). Ces revendications ne concernent pas seulement les questions de salaires, de durée de la journée de travail, de congés payés, d’assurances ouvrières, mais la reconnaissance des syndicats et de leur droit à contrôler l’embauche et les licenciements, l’abolition du bao-gong et de l’apprentissage industriel, la réintégration de tous les ouvriers licenciés depuis le 30 mai 1925, le financement d’écoles et d’hôpitaux ouvriers par les usines.

93 On a noté la recrudescence d’activité des gong-zei à Changhai en 1926-1927 (cf. ci-dessus p. 472). Encore en janvier 1927, les patrons métallurgistes fondent, sous la présidence du banquier Fu Zong-yao, une « Union générale des capitalistes et des travailleurs de l’industrie métallurgique » (SCMP, 11 janvier 1927).

94 Annuaire, II, p. 399.

95 A la mi-mars, on exécute la femme de l’inspecteur en chef des tramways de la concession internationale, dont le prédécesseur avait déjà subi ce sort en janvier (NCH, 19 mars 1927). La tradition syndicale rapporte le chiffre de dix-neuf expéditions punitives pour la période qui sépare les deux soulèvements (JFRB, 23 mars 1957)

96 NCH, 19 mars 1927.

97 JFRB, ibid.

98 NCH, 19 mars 1927.

99 Ces points figurent par exemple sur un tract distribué le 7 mars dans les grands magasins de Nanking Road (NCH, 12 mars 1927).

100 JFRB, 23 mars 1957.

101 Annuaire, II, pp. 31-33.

102 NCH, 12 et 19 mars 1927.

103 Sur ce troisième soulèvement, cf. XD, 6 avril 1927 (récit détaillé de l’insurrection dans chaque secteur), Congrès du travail, pp. 179-180 (rapport du Syndicat général de Changhai au IVe Congrès), JFRB, 24 mars 1957 (op. cit.). et Zhou Guo-qiang, Hui-yi Shang-hai gong-ren-de san-ci wu-zhuang qi-yi (Souvenirs sur le troisième soulèvement armé des ouvriers de Changhai). Cf. aussi SK, 1958, n° 3 (Geroiceskoe vostanie sanhaiskogo proletaryata v’marte 1927 g. Le soulèvement héroïque du prolétariat de Changhai en 1927).

104 Annuaire, II, p. 460.

105 Cf. Martyrs de la révolution, p. 223 sq (Biographie de Luo Yi-nong).

106 Congrès du travail, p. 202.

107 SB, 22 mars 1927.

108 JFRB, 24 mars 1957.

109 Liu Li-kai, 1919-1927 Zhong-guo gong-ren yun-dong (Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927), p. 56.

110 Congrès du travail, p. 180.

111 NCH, 26 mars 1957.

112 NCH, ibid.

113 Cf. Archives CF, op. cit. Le gouvernement provisoire de Changhai appuie par écrit la protestation adressée à la Compagnie par son syndicat, à la suite de la non-réintégration des grévistes des tramways.

114 Annuaire, II, p. 23.

115 NCH, 2 avril 1927.

116 IPC, 7 avril 1927.

117 Annuaire, II, pp. 36 à 39.

118 Congrès du travail, pp. 191-192 et 195-196 (Rapport du Syndicat général au IVe Congrès).

119 Liste dans l’Annuaire, II, pp. 67-69.

120 On y relève par exemple la création d’un syndicat des employés du commerce des légumes, du sucre et des fruits, d’un syndicat du personnel de la Compagnie des tramways chinois, d’un syndicat des blanchisseurs, d’un syndicat général des filatures de soie, d’un syndicat d’une raffinerie de sucre de Wusong, du syndicat des chantiers de construction navale du Jiangnan, etc.

121 Congrès du travail, pp. 192-193.

122 C’est d’ailleurs ce que laisse entendre le rapport du Syndicat général au IVe Congrès (Congrès du travail, pp. 195-196).

123 Annuaire, II, pp. 399, 409, 410, 415, 416, 419-420, 421, 422, 423, 426.

124 NCH, 9 avril 1927.

125 C’est ainsi que les imprimeurs demandent qu’on leur attribue 40 % des profits de l’entreprise (NCH, 9 avril 1927) et que les télégraphistes demandent au commandement militaire de prendre eux-mêmes en charge la gestion permanente du service du télégraphe, dont le directeur s’était enfui avec Sun Chuan-fang (NCH, 2 avril 1927)

126 NCH, 9 avril 1927.

127 NCH, 26 mars 1927.

128 XD, 6 avril 1927.

129 NCH, 26 mars 1927.

130 NCH, 2 avril 1927.

131 XWB, 2 avril 1927 ; NCH, 2 avril 1927.

132 NCH, 2 avril 1926.

133 Après leur désarmement le 12 avril, on recensera à leur quartier général de Zhabei 20 mitrailleuses, 3 000 fusils, 200 pistolets Mauser, 1 000 000 cartouches, 2 000 lances (SMCR, 1927, p. 53).

134 NCH, 26 mars 1927.

135 Congrès du travail, p. 182.

136 SSXB, 31 mars 1927 ; Annuaire, II, p. 25.

137 PDR, 28 mars 1927.

138 PDR, 23 mars 1927.

139 NCH, 30 mars 1927.

140 Au IVe Congrès du travail (Congrès du travail, p. 183), on a avancé le chiffre de 15 millions de yuans. « Les banquiers concourent eux-mêmes de leurs fonds à la campagne anti-communiste » rapporte la PP (10 avril 1927), sans citer de chiffre, et d’autres sources (CWR, 9 avril 1927 et New York times, 15 avril 1927) font état de deux versements effectués au début d’avril, l’un de 7 millions et l’autre de 3 millions.

141 NCH, 26 mars 1927 (réception par Bai des Consuls de France, du Japon et d’Angleterre et du Commissaire aux douanes).

142 H. Isaacs, Tragedy, p. 145, sans indication de source ; sans doute s’agit-il d’une tradition orale.

143 La première division de l’armée de Bai passait pour particulièrement ouverte aux idées de la gauche (H. Isaacs, op. cit., pp. 170-171).

144 H. Isaacs, ibid., p. 143. Cf. aussi CYB, 1928, p. 1361 qui rapporte sans les préciser l’existence de contacts entre Jiang et les sociétés secrètes de Changhai.

145 H. Isaacs, ibid., p. 143.

146 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 142 (rapport du Syndicat général sur les événements du 12 avril).

147 PDR, 3 avril 1927.

148 PDR, 7 avril 1927.

149 Annuaire, II, pp. 41-42 (Statuts de cette Association) ; PDR, 4 avril 1927.

150 Congrès du travail, p. 182.

151 CWR, 2 avril 1927.

152 SK, 1958, n° 3, op. cit.

153 H. Isaacs, op. cit., p. 173.

154 NCH, 26 mars 1927.

155 NCH, 26 mars et 9 avril 1927 ; XWB, 6 avril 1927.

156 NCH, 9 avril 1927.

157 PDR, 8 avril 1927 (dix-neuf communistes sont arrêtés à cette occasion par la police de Jiang).

158 JDSZL, 1957, n° 4 (op. cit.).

159 Cf. ci-dessus, p. 482.

160 Annuaire, II, pp. 398-399.

161 Ibid., pp. 411 et 413-414.

162 Annuaire, II, p. 88.

163 Ibid., p. 487.

164 Ibid., p. 88.

165 Ibid.

166 CWR, 9 avril 1927 ; SCMP, 11 avril 1927 ; Annuaire, II, p. 487.

167 SCMP, 2 avril 1927.

168 Au lendemain de la prise de Nankin par les armées nationalistes et dans des circonstances obscures, les flottilles occidentales avaient ouvert le feu sur les quartiers chinois de Nankin, alléguant des actes de violence commis aux dépens des étrangers ; cf. Ho Kan-chih, Modem revolution, p. 145.

169 RT, Chungking, 1927, p. 1 ; IPC, 23 juin (1927 qui rapporte les chiffres de 200 tués et 800 blessés).

170 Annuaire, II, p. 91.

171 Ibid., pp. 92-93 (liste de ces syndicats).

172 Ibid., p. 404.

173 Ibid., pp. 489-490.

174 SCMP, 14 avril 1927.

175 CWR, 30 avril 1927.

176 SCMP, 7 avril 1927.

177 SCMP, 9 avril 1927.

178 SCMP, 9 et 11 avril 1927.

179 Hongkong government gazette, 1er avril 1927.

180 STSB, 3 avril 1927.

181 YSB (Pékin), 31 mars 1927.

182 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 134.

183 PP, 10 avril 1927. Cette perquisition entraîne la saisie d’une masse considérable de documents dont l’authenticité a été et reste fort controversée (Cf. M. Wilbur Documents, introduction).

184 XD, passim. Cf. une protestation des organisations de gauche de Canton (Parti communiste, Conférence des délégués ouvriers, Comité de grève de Hongkong- Canton, Fédération des marins, Congrès provincial des Unions paysannes) contre l’annonce d’un accord entre Jiang et Zhang (SCMP, 30 mars 1927). Cf. aussi XD, 6 avril 1927, qui s’élève contre un éventuel compromis avec le Nord.

185 SCMP, 2 et 6 avril 1927.

186 JDSZL, 1957, n° 4, op. cit.

187 XD, 6 avril 1927.

188 PDR, 11 avril 1927.

189 Cf. par ex. NCH, 26 mars 1927 et Annuaire, II, p. 23 (Manifestations populaires organisées par le Syndicat général pour accueillir triomphalement Jiang et son armée).

190 NCH, 2 avril 1927.

191 L. Wieger, Chine moderne, tome VII, p. 134.

192 NCDN, 1er avril 1927.

193 Nous avons déjà indiqué à plusieurs reprises que, de propos délibéré, les présentes recherches laissent de côté le rôle de l’Internationale communiste dans la conduite de la révolution chinoise de 1924-1927. Il suffira de souligner ici que l’ensemble du mouvement communiste mondial, en avril 1927, tendait lui aussi à donner priorité au danger d’intervention étrangère, alors qu’il envisageait avec confiance l’avenir de l’alliance entre le prolétariat et la bourgeoisie. Cf., par exemple, Humanité, 27 mars 1927 (reproduction d’un article de la Pravda, intitulé « Les masses ouvrières et paysannes chinoises ont déjoué les intrigues impérialistes au sein de l’aile droite du Guo-min-dang »). Cf. ibid., 12 avril 1927 (article de P. Semard « pour l’unité du front révolutionnaire chinois » : « ... le parti Kouomintang sera assez fort pour surmonter ces difficultés et pour poursuivre la lutte libératrice jusqu’à la victoire »).

194 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 482 et 485.

195 SK, 1958, n° 3, op. cit. Cette étude souligne fortement, en s’appuyant sur des textes de Mao Ze-dong et de Cai He-sen, les responsabilités de Chen Du-xiu et de son groupe, et les considère comme les inspirateurs directs de l’attitude temporisatrice du Syndicat général de Changhai en ces diverses occasions (luttes revendicatives, gouvernement municipal, rétrocession des concessions, etc.).

196 NCH, 2 avril 1927.

197 SK, 1958, n° 3, op. cit.

198 Texte de la déclaration Chen-Wang, XWB, 5 avril 1927 ; L. Wieger, op. cit., p. 135 (résumé) ; Humanité, 8 avril 1927 (d’après une dépêche de son correspondant de Changhai) ; mettant en parallèle les bruits d’un coup de force communiste contre les concessions et d’un coup de force Guo-min-dang contre les syndicats, Chen et Wang déclaraient : « il n’y a pas lieu pour le moment d’examiner la question de ces bruits malfaisants » et se satisfaisaient de ce que « le pouvoir militaire à Changhai a déclaré se soumettre au pouvoir central ».

199 SK, 1958, n° 3, op. cit.

200 Congrès du travail, p. 182.

201 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 294.

202 NCH, 16 avril 1927.

203 PDR, 14 avril 1927.

204 Cf. le récit détaillé du coup de force, Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 494- 498.

205 Ibid., pp. 507-509.

206 Ibid., pp. 513-515.

207 NCH, 21 mai 1927.

208 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 516-517.

209 Congrès du travail, pp. 184-195. La police internationale évaluera à 400 le nombre des morts dans son rapport sur les événements d’avril (NCH, 21 mai 1927).

210 NCH, 16 avril 1927.

211 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 498.

212 PDR, 16 avril 1927 ; IPC, 23 juin 1927.

213 Matériaux sur le mouvement ouvrier, ibid.

214 Cf. ci-dessus, p. 487. On ne peut accepter ici la critique « de gauche » d’H. Isaacs reprochant au Syndicat général d’avoir reculé devant une lutte armée dans laquelle il possédait la supériorité militaire.

215 NCH, 21 mai 1927.

216 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 525.

217 Ibid., p. 523.

218 Cf. ses statuts dans l’Annuaire, II, p. 42.

219 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 530-533.

220 CWR, 23 avril 1927.

221 NCH, 16 avril 1927.

222 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 535-536 ; cf. aussi SCMP, 18 avril 1927.

223 A. Lozovski, Revolution und Konterrevolution, p. 68 (texte du communiqué de la police).

224 Cf. le récit d’un syndicaliste soviétique se trouvant alors à Canton (ibid., pp. 66- 67).

225 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 535.

226 Ibid., p. 536.

227 SCMP, 18 avril 1927.

Table des illustrations

Titre TABLEAU XXV : Progression des effectifs du Syndicat général de Changhai en 1926-1927
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende CARTE N° 12. Coups de force du Guo-min-dang de droite contre les syndicats au printemps 1927.(N.B. pour Ningbo, lire : 1er avril)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site