Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre III. Le mouvement ouvrier pendant l’expédition du Nord (juillet 1926-février 1927)

Texte intégral

  • 1 Sur ces opérations militaires, cf. L. Wieger, Chine Moderne, tome VII, « éphémérides » ; cf. aussi (...)

1Dès l’été et l’automne 1926, la Bei-fa remporte des succès décisifs. Les armées cantonaises arrivent à Changsha le 17 juillet, et prennent le 22 août Yuezhou, clef du bassin du Moyen-Yangzi ; elles occupent dès le 6 septembre Hankou et Hanyang et au début d’octobre Wuchang, dont les murailles fortifiées offraient plus de résistance. Le Jiangxi est atteint dès septembre, mais la résistance de Sun Chuan-fang y est plus tenace que celle de Wu Pei-fu au Hubei ; Jiujiang et Nanchang tombent en novembre après l’échec d’un premier coup de main qui n’aboutit en septembre qu’à une occupation éphémère de la capitale provinciale. D’autres troupes, longeant la côte, s’assurent du Fujian en novembre et en décembre et arriveront au Zhejiang en février1 (Cf. la carte n° 10).

  • 2 Sur les mouvements des armées Guo-min-jun, cf. L. Wieger, op. cit., « éphémérides » ; cf. aussi XD (...)
  • 3 Cf. le témoignage oculaire de H. O. Chapman, The Chinese revolution, p. 20 : « On constate que les (...)
  • 4 Hu Hua, Exposé, p. 150 ; SCMP, 2 juillet 1926. Au total, l’armée révolutionnaire aurait compté à s (...)
  • 5 SCMP, 15 octobre 1926.
  • 6 SCMP, 30 septembre 1926, qui note de ce fait une certaine raréfaction de la main-d’œuvre à Changsh (...)
  • 7 N. Wales, Red dust, p. 83 (Souvenirs du mineur Tsai Shu-fan).
  • 8 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 319-328.
  • 9 Ibid., cf. aussi A. Strong, China’s millions, p. 100 (Souvenirs du mineur Tang Chou-yi).

2L’ampleur de ces succès peut être attribuée partiellement à l’organisation supérieure des armées sudistes, et en particulier à la valeur de l’encadrement par les cadets de Huangpu, partiellement aussi au manque de cohésion et de coordination entre les différents chefs nordistes, en particulier Wu Pei-fu et Sun Chuan-fang, qu’aggravaient encore, surtout en Chine centrale, les ralliements de leurs lieutenants aux armées révolutionnaires. Il ne faut pas non plus négliger l’importance du « second front » du Nord-Ouest, et de la diversion qu’y opèrent les débris des Guo-min-jun pendant toute cette période ; les Armées nationales du peuple, qui sont encore à Nankou, près de Pékin, quand est lancée la Bei-fa, font lentement retraite le long du chemin de fer du Jing-sui ; en août, elles abandonnent le siège de Datong et elles évacuent successivement Nankou en août, Suiyuan en septembre et Baotou en décembre. Plus au Sud, en revanche, elles réussissent en novembre à faire lever aux armées de Wu Pei-fu le siège de Xi’an menacée depuis avril 1926, et elles reprennent l’offensive en direction du Henan ; elles occupent en décembre le défilé de Dongguan, porte orientale de cette province, et semblent ainsi sur le point d’opérer leur liaison avec les armées cantonaises, arrivées depuis septembre aux passes de Wushengguan, sur la frontière du Hubei et du Henan. Leur retraite au Nord et leur contre- offensive au Centre ont certainement détourné à un moment opportun une part notable des forces dont disposait Wu Pei-fu2. Mais à côté de ces diverses considérations d’ordre militaire, il faut faire place à un fait fondamental qui est d’ordre politique : l’armée sudiste est une armée révolutionnaire qui est soutenue comme telle par la population civile3, alors que ses adversaires, loin de pouvoir compter sur un appui égal de l’arrière, sont eux-mêmes aux prises avec les éléments populaires des zones qu’ils contrôlent encore. On ne s’arrêtera ici que sur l’intervention du mouvement ouvrier dans ces opérations militaires. Dès son départ de Canton, l’armée de la Bei-fa bénéficie du soutien du puissant Comité de grève de Canton-Hongkong, qui constitue des détachements de porteurs, de brancardiers, de propagandistes, recrutés parmi les grévistes4. Quant en octobre la grève-boycott prend fin, le corps des piquets sera intégré en bloc dans l’armée nationale5 ; sur le passage de celle-ci, de nombreux ouvriers et coolies rejoignent ses rangs, en particulier à la traversée du Hunan6. Des mineurs de Anyuan s’engagent dans l’armée et participent à l’assaut contre Wuhan7. Les ouvriers se mettent aussi à la disposition des forces cantonaises comme auxiliaires ; ainsi au Hunan, la Fédération provinciale des syndicats, reconstituée dès l’arrivée de l’armée, organise cinq sections de porteurs, confiées aux principaux syndicats intéressés, dockers, tireurs de voitures, etc., et qui sont chargées en même temps de distribuer des tracts sur leur passage8 ; des mineurs de Anyuan, des cheminots du Yue-han, jouent aussi ce rôle de porteurs et d’éclaireurs de l’armée9.

CARTE N° 10. Opérations militaires entre l’été 1926 et le printemps 1927.

  • 10 Dès le printemps, Zhao Heng-ti avait été renversé par un soulèvement populaire combiné à des intri (...)
  • 11 Ho Kan-chih, Modem revolution, p. 124.
  • 12 Red dust, p. 90 (Souvenirs du cheminot Wang Cheng).
  • 13 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 319-328.
  • 14 Hu Hua, Exposé, p. 151.
  • 15 PP, 5 septembre 1926.
  • 16 Cf. Wieger, op. cit., tome VII, p. 41.
  • 17 Ibid., p. 48.

3Dès avant l’arrivée des armées révolutionnaires, les éléments ouvriers interviennent déjà en leur faveur. A Changsha, aussitôt connue la fuite du commandant militaire nordiste, qui évacue la ville sans combattre10, les syndicats organisent une milice qui garde les portes et les principales artères en attendant l’arrivée des troupes sudistes11 ; les cheminots de leur côté chassent l’ingénieur en chef britannique du Yue-han et prennent eux-mêmes en charge le transport des troupes sudistes12. Au Hubei, quand les troupes de Wu Pei-fu tiennent encore la province, les cheminots de la même ligne sabotent le trafic13, tandis que les ouvriers de l’arsenal de Wuchang se mettent en grève à l’approche de l’armée nationale et gênent l’approvisionnement des nordistes en armes et munitions14 ; c’est en vain qu’à la fin d’août Wu Pei-fu fait exécuter un certain nombre de Cantonais accusés de fomenter des troubles dans les milieux ouvriers15. De même à Nanchang, en septembre, c’est l’action des ouvriers et des étudiants à l’intérieur de la ville qui permet aux troupes sudistes d’occuper celle-ci, provisoirement d’ailleurs16 ; la prise de Jiujiang en novembre s’effectue aussi en liaison avec les partisans du gouvernement national qui sont dans la ville17. Les soulèvements de Changhai en février et mars, sous la direction du Syndicat général, souligneront à nouveau l’importance de cette coopération entre les organisations ouvrières en arrière des lignes et les troupes sudistes.

***

  • 18 C’est le 15 octobre 1926 qu’une session du Comité central du Guo-min-dang décide d’organiser dans (...)
  • 19 Le Hankou Sbangbao titre le 14 septembre 1926 : » les syndicats de Hankou se lèvent comme le vent (...)
  • 20 CEB, 27 novembre 1926.
  • 21 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 399.
  • 22 CEJ, novembre 1927 (Analysis of strikes in China).
  • 23 SCMP, 7 janvier 1927.
  • 24 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 3 20.
  • 25 Li Rui, op. cit., p. 226.
  • 26 NCH, 11 décembre 1926 ; cf. Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 331 à 372 (résolutions votées (...)
  • 27 ΡΡW, n° 2 (A visit to Hunan province).

4En retour, le mouvement ouvrier profite sans tarder du succès des armées nationales. A mesure que dans les provinces conquises l’autocratie des du-jun fait place à une nouvelle organisation des pouvoirs publics inspirée du régime cantonais18, les groupements syndicaux s’y multiplient19. C’est au Hubei, centre d’industrie lourde et de nombreuses manufactures où déjà en 1921 et 1922 le Secrétariat du travail avait réussi à organiser d’importants syndicats, que cet essor du mouvement ouvrier est le plus net et le plus vigoureux. Une liste de syndicats publiée en novembre 192620 donne les noms de cinquante-huit groupements à Hankou, onze à Wuchang, quatre à Hanyang et six à Dayé, respectivement avec 46 000, 21 000, 15 000, et 11 000 syndiqués. La grande majorité d’entre eux s’était constituée en septembre et octobre, immédiatement après l’arrivée des Cantonais. Dès le 10 octobre, ils s’unifient en une Fédération provinciale21, dont les effectifs continuent de croître pendant l’automne et l’hiver. A la fin de 1926, 200 syndicats groupant 200 000 syndiqués se seraient fait enregistrer auprès des autorités pour la seule ville de Wuhan22, et quand en janvier 1927 la Fédération provinciale tient son Ier congrès, 580 délégués de 341 syndicats du Hubei y assistent, représentant 393 000 syndiqués23. La même poussée d’organisation se manifeste au Hunan. Dès l’arrivée de l’armée sudiste, des syndicats se forment ou se reconstituent dans 18 centres industriels ou manufacturiers de la province, tels que Changsha, Hengyang, Yuezhou, Shuikoushan, et les préparatifs se poursuivent activement dans 32 autres xian dans ce but24 (Cf. carte n° 11). A Shuikoushan, le vieux club est réorganisé chez les mineurs sur l’initiative de l’étudiant Jiang Xian-yun et du mécanicien Liu Dong-xuan, ceux-là mêmes qui avaient été ses fondateurs en 192225. Une Fédération des syndicats est également reconstituée au Hunan, et tient son Ier Congrès en décembre 192626. Au printemps 1927, ses effectifs auraient dépassé 400 000 personnes, dont 90 000 ouvriers d’industrie27.

CARTE N° 11. Progrès des organisations syndicales au Hunan à l’automne 1926.

  • 28 NCH, 31 décembre 1926.
  • 29 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, Chronique de Nanchang).
  • 30 Ibid.
  • 31 Annuaire, II, pp. 88-89. Cf. ci-dessous, p. 494.

5Au Jiangxi, à partir du mois de novembre, un Syndicat général apparaît de même à Jiujiang28 ; à Nanchang, des syndicats de téléphonistes, d’imprimeurs, etc... constituent le 1er janvier un Syndicat général de la ville, fort de 73 syndicats de métiers groupant 40 000 membres29. En janvier, on envisage la formation d’une Fédération provinciale, sur la base des groupements formés ou en formation à Nanchang, à Jiujiang, aux mines de Anyuan, dans les districts potiers de Jing- dezhen, dans le relais de batellerie de Ganzhou30. Au Zhejiang, des syndicats de tisserands, de téléphonistes, de portefaix, de postiers, de cheminots, sont signalés au début de 1927, et ils forment en février une Fédération provinciale quand la région est définitivement occupée par les troupes nationales31.

  • 32 CEB, 27 novembre 1926.
  • 33 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 399 sq. Xu, ancien dirigeant du syndicat des cheminots (Den (...)
  • 34 Ibid., p. 331 ; Guo Liang, président de la Fédération du Hunan, avait en 1922 assisté Mao Ze-dong (...)
  • 35 Cf. leur liste dans CEB, 27 novembre 1926.
  • 36 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 425-432.
  • 37 IPC, 2 juin 1927.
  • 38 CEB, 27 novembre 1926.

6Certes, ce mouvement d’organisation syndicale est trop rapide pour avoir le temps de pénétrer en profondeur et la structure économique des régions libérées par les armées nationales était telle que ces nouvelles Fédérations provinciales ne pouvaient représenter que très inégalement le prolétariat industriel proprement dit. Au Jiangxi, et aussi au Hunan et au Zhejiang, mis à part les travailleurs des transports et des communications (cheminots, postiers, téléphonistes, portefaix, rick-shaws) et les ouvriers des cotonnières de Changsha ou de Hangzhou, la grosse masse de leurs effectifs était formée par les artisans, les employés de boutiques, les travailleurs des petits métiers. Même au Hubei, centre d’industrie lourde où l’arsenal de Hanyang avait un syndicat de 13 500 membres et les grandes cotonnières des syndicats de 9 000, 4 000 et 3 000 membres32, la majorité des troupes de la Fédération provinciale était formée également de ces catégories liées à la petite production. Mais ce qui semble bien établi, et ce qui est déjà significatif de la vitalité du mouvement ouvrier dans le bassin du Yangzi et des espoirs qu’y éveillait l’arrivée des sudistes, c’est la façon spontanée, sinon même désordonnée, dont se constituent ces multiples syndicats grands et petits. Les cadres communistes des Fédérations provinciales, comme Xu Bai-hao et Liu Shao-qi au Hubei33, ou comme Guo Liang au Hunan34, semblent avoir été amenés dans les mois qui suivent à faire de grands efforts pour canaliser ce mouvement. Les statuts et les résolutions votés par les Congrès provinciaux du Hunan et du Hubei en décembre et en janvier révèlent clairement ce souci de regrouper et de dicipliner des organisations syndicales réellement nées « comme des champignons après la pluie ». C’est ainsi que le Congrès provincial du Hubei décide de mettre fin à l’émiettement des syndicats des cotonnières, des syndicats des métaux (au nombre de dix-neuf), des syndicats des services publics, des syndicats des dockers (dont il existait autant que de compagnies de navigation)35, des syndicats de transport par voitures (morcelés selon les différents types de véhicules) et de constituer des « Syndicats généraux d’industrie » dans chacune de ces branches36. Le Congrès provincial du Hunan, celui du Hubei le mois suivant adoptent des statuts fortement centralisés, qui prescrivent de créer dans chaque localité et dans chaque industrie un organisme unique et représentatif, mais qui accordent en même temps de très larges pouvoirs, dans chaque syndicat, à une Conférence des délégués ouvriers. Les Congrès provinciaux proposent en outre la mise sur pied d’une double hiérarchie très stricte, à la fois géographique et technique ; le syndicat de base établi dans chaque entreprise, est à la fois affilié au Syndicat général de sa localité et au Syndicat provincial d’industrie, et ces deux organismes sont tous deux affiliés à leur tour à la Fédération provinciale. Le Congrès du Hubei insiste en outre sur le fait que dans les industries où il existe un syndicat national, comme les chemins de fer, la navigation, ou bientôt les postes, les Syndicats provinciaux d’industrie ne doivent pas pour autant négliger la Fédération provinciale dont ils dépendent. Certes, il est bien difficile de préciser jusqu’à quel point cette structure assez lourde a effectivement pu fonctionner. Mais il n’est pas douteux que, au moins dans les grands centres et dans les grandes industries, les Fédérations provinciales du Hubei, du Hunan et plus tard du Jiangxi se sont appuyées sur des organisations conformes au schéma défini dans ces Congrès. C’est ainsi qu’en avril 1927, selon le témoignage de la délégation internationale de l’I.S.R.37, fonctionne à Wuhan un Syndicat général du textile, qui a absorbé les six syndicats autonomes constitués dans chaque cotonnière de la ville à l’automne précédent38, ainsi que les syndicats particuliers des tisserands, des teinturiers, des fabriques de lingerie, des filatures et tissages de soie ; ces anciens groupements forment maintenant les 11 sections du Syndicat général ; dans chaque entreprise existent autant de « branches » que de services techniques, et chaque branche élit son délégué à l’échelon supérieur.

  • 39 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 335.
  • 40 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 407.
  • 41 Le Comité exécutif de chaque « branche » du Syndicat général du textile du Wuhan, en avril 1927, c (...)
  • 42 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 417.
  • 43 Ibid., p. 338 sq.

7Ces syndicats du Moyen-Yangzi, en 1926-1927, ont un caractère de classe très marqué. Les statuts de la Fédération provinciale du Hunan interdisent l’adhésion des patrons, ingénieurs, surveillants, entrepreneurs de main-d’œuvre39, et ceux du Hubei restreignent de façon très stricte l’entrée des contremaîtres et employés de haut rang dans les syndicats, et leurs droits à l’intérieur de ceux-ci40. Des mesures sont prises en revanche pour renforcer systématiquement la participation des femmes et des enfants à l’activité des syndicats et même à leur direction41 ; le Congrès provincial du Hubei souligne qu’à défaut d’un effort sérieux en ce sens, femmes et enfants tendent à se désintéresser des syndicats ou à former des syndicats séparés42, et le Congrès provincial du Hunan vote deux longues résolutions sur les droits des femmes travailleuses et sur la jeunesse ouvrière ; il appelle à une réforme du statut des apprentis, « qui ne reçoivent aucune qualification technique, mais remplacent les domestiques privés pour toute sorte de travaux divers » ; il demande la limitation de l’apprentissage à deux ans, la garantie d’un emploi après cette date, l’application du principe « à travail égal, salaire égal » et l’interdiction des mauvais traitements43.

  • 44 Ibid., p. 407.
  • 45 NCH, 24 décembre 1926.
  • 46 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 345-349.
  • 47 IPC, 2 juin 1927.
  • 48 SCMP, 19 novembre 1926. (Ce sont les milices syndicales qui occupent les bureaux de la B.A.T. de H (...)
  • 49 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 420-421.
  • 50 NCH, 18 décembre 1926.
  • 51 H. O. Chapman, op. cit., p. 91. Cf. aussi NCH, 12 février 1927 (le syndicat des domestiques des ét (...)

8Plus nettement encore qu’à Canton à l’époque de la grève-boycott, un véritable « pouvoir ouvrier » tend à apparaître au Hubei et au Hunan en la personne des syndicats. Ceux-ci disposent de ressources financières importantes, provenant non seulement des cotisations, dont le taux et la répartition entre les divers échelons syndicaux étaient minutieusement fixés par les Congrès provinciaux44, mais aussi des contributions versées en cas de succès d’un mouvement revendicatif ; chaque fois en effet qu’un syndicat obtenait une augmentation de salaire, par la grève ou par la négociation, la masse globale de l’augmentation obtenue pendant le premier mois qui suivait lui revenait intégralement45. Les syndicats de Chine centrale disposent en même temps, comme ceux de Canton depuis 1925, de sections de surveillance ou piquets, armées et bien entraînées. Ces milices ouvrières sont organisées par province, par syndicat général de localité ou d’industrie, par syndicat de base ; tel est du moins le schéma ambitieux qu’élabore en décembre le Congrès provincial du Hunan, qui réclame en même temps des autorités 1 000 fusils et 100 000 balles pour ses troupes46. De fait, il semble bien qu’au moins dans les grands syndicats, ces milices aient été effectivement très actives. En avril 1927, celles du Syndicat général du textile de Wuhan sont composées de 500 membres, dont 60 permanents qui changent tous les trois mois et sont payés par les usines, par l’intermédiaire du syndicat47. Ces milices interviennent activement pour assurer le succès des grèves, en particulier dans les entreprises étrangères de la région48. Il semble même que leurs interventions aient été parfois jugées excessives, puisque le Congrès provincial du Hubei, dans la résolution qui les concerne, décide d’unifier leur direction et limite leur rôle à la lutte contre les éléments contre-révolutionnaires ; cette résolution leur prescrivait en effet de ne pas intervenir dans la vie intérieure des syndicats, par exemple pour lever des cotisations49. Dans l’ensemble, les syndicats du Hubei et du Hunan, et ceux du Jiangxi un peu plus tard, sont donc devenus de véritables puissances. Ils font strictement respecter la discipline, et un ouvrier d’une cotonnière de Wuhan, ayant volé du coton et ayant été découvert par le syndicat, est expulsé de celui-ci après avoir été promené dans toute la ville, coiffé d’un bonnet infamant50. Ces syndicats étaient devenus, rapporte un observateur anglais, « pratiquement des services gouvernementaux avec pleine autorité administrative sur leurs propres membres. Ils promulguaient des édits et règlements, et arrêtaient, jugeaient, punissaient ceux-ci »51.

  • 52 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 335.
  • 53 CEJ, novembre 1927 (An analysis of strikes in China).
  • 54 NCH, 15 janvier 1927.
  • 55 Matériaux sur le mouvement ouvrier, 375-377.
  • 56 SCMP, 25 janvier 1927.
  • 57 NCH, 24 décembre 1926.
  • 58 NCH, 12 février 1927.

9Ces syndicats se consacrent en premier lieu, on y reviendra, à élaborer les revendications ouvrières et à conduire les luttes économiques jusqu’à un règlement satisfaisant avec le patronat et les autorités locales ; ici encore, la plus grande discipline est de rigueur ; les statuts de la Fédération provinciale du Hunan interdisent par exemple aux syndicats de base de déclencher une grève sans l’accord du Syndicat général de la localité52. Ceux du syndicat des imprimeurs de Wuhan interdisent aux syndiqués d’entrer en rapports avec les patrons pendant la durée d’une grève, et prévoient qu’après le succès d’une grève, les ouvriers devront verser une certaine somme au syndicat ; les contrevenants seront chassés du syndicat et ne pourront plus trouver de travail à Wuhan53. Mais l’intervention des syndicats dans la vie économique locale est loin de se limiter à la conduite des grèves et leurs ambitions vont beaucoup plus loin. Bon nombre de grèves obtiennent le droit pour le syndicat de contrôler l’embauche et le renvoi des ouvriers, telles celle des cheminots de la ligne Nanchang-Jiujiang54 ou celle des marins des compagnies japonaises et anglaises de Hankou et du Hunan55. Dans d’autres cas, l’intervention dans la gestion financière et technique des entreprises est plus directe encore, comme quand le syndicat des usines de mise en balle de coton de Hankou demande dix pour cent sur les profits de celles-ci56, ou quand celui des employés des firmes étrangères exige de faire pénétrer les inspecteurs sur les lieux de travail57. Aux mines de charbon de Anyuan, dont l’activité était suspendue quand y arrivèrent les armées nationales, c’était le syndicat qui avait pris le contrôle de la production et vendait lui-même 300 tonnes de charbon par jour58.

  • 59 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 402.
  • 60 Cf. par ex. STSB, 25 novembre 1926 (nombreuses écoles ouvrières instituées par la Fédération provi (...)

10Ces syndicats cherchent aussi à répondre par eux-mêmes aux principaux besoins des ouvriers. Les statuts de la Fédération provinciale du Hubei prévoient de créer des banques coopératives, des caisses d’épargne, des coopératives de production et de consommation, des organismes d’assurances, des centres d’éducation et d’activités culturelles59. Ici encore il est difficile de préciser jusqu’à quel point ce programme était passé dans les faits. Malgré la brièveté de la période pendant laquelle les syndicats ont pu s’épanouir librement, il semble pourtant qu’ils avaient déjà un certain nombre de réalisations à leur actif, en particulier dans le domaine culturel60.

  • 61 Xiu Wen-tian, Zhong-guo gong-ren yun-dong-shi chu-gao (Esquisse d’histoire du mouvement ouvrier ch (...)
  • 62 Guo Liang, Hunan gong-renyun-dong-zhi guo-qu yu xian-zai (Le passé et le présent du mouvement ouvr (...)
  • 63 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), p. 578.

11Cette poussée vigoureuse du syndicalisme de gauche au Hubei et au Hunan interdit pratiquement toute activité aux éléments de droite du mouvement ouvrier. A Changsha, ce sont les autorités provinciales elles-mêmes qui s’opposent à la réorganisation de la vieille « Association des travailleurs du Hunan » par Wang Guang-hui et Shen Xiao- cen, deux anciens compagnons de Huang et de Pang qui étaient étroitement liés aux milieux anticommunistes de la « Fédération » de Changhai61. Des tentatives analogues échouent également chez les cheminots du Yue-han et les mineurs de Shuikoushan62. Au Hubei, c’est le département politique de l’armée, dirigé par Deng Yan-da, un des chefs de la gauche du Guo-min-dang, qui fait arrêter Guo Pin-bo et Yuan Zi-ying, deux anciens militants du syndicat du Jing-han qui après le 17 février 1923 étaient passés du côté des gong-zei et étaient liés à la « Société pour l’étude du sunyatsenisme » de Wuhan63.

12Les syndicats de Chine centrale, dont l’élan était né du combat des armées nationales contre les forces d’ancien régime et du succès de la Bei-fa, participent non moins activement à la lutte sur le second front du mouvement révolutionnaire. Ils en viennent aux prises avec les grands intérêts étrangers en Chine, et cela d’autant plus aisément que, pour beaucoup d’entre eux, marins, ouvriers des usines des concessions de Hankou, portefaix et débardeurs, ces grands intérêts sont leurs propres employeurs. Ainsi, la lutte politique au service des objectifs de la révolution nationale va largement se confondre pour les ouvriers de Chine centrale avec la lutte économique.

  • 64 Cf. la chronologie des grèves de l’Annuaire, II, pp. 154 à 282 ; cf. aussi NCH passim.
  • 65 Annuaire, II, p. 290.
  • 66 PP, 16 janvier 1927.
  • 67 Matériaux sur le mouvement ouvrier pp. 375-377.
  • 68 Annuaire, II, pp. 290-292.
  • 69 La menace de l’introduction de nouvelles machines, et du chômage qui en résulterait était une des (...)

13De novembre à mars, on compte dans les entreprises étrangères de la région une quinzaine de grèves importantes : usines de la B.A.T. de Hankou, usines britanniques de mise en balle du coton de Hankou, employés de la municipalité française de Hankou, employés des dépôts de marchandises des firmes britanniques de navigation sur le Yangti, postiers de Wuhan, marins et dockers de Jiujiang, marins des navires étrangers desservant Changsha, marins de Yichang, coolies des compagnies pétrolières anglo-saxonnes de Wuhan, employés des banques occidentales et des journaux de Hankou, etc.64. Le caractère anti-étranger de ces grèves est toujours très nettement marqué, comme à l’usine de la B.A.T., où c’est le renvoi d’ouvriers par un surveillant anglais qui déclenche le mouvement65 ; les postiers de Changsha, sans arrêter le travail, cessent de reconnaître l’autorité du commissaire provincial de Jaurias, un Français assez peu populaire, et n’obéissent plus qu’au commissaire-adjoint, un Chinois66. La plupart du temps, ces grévistes obtiennent satisfaction ; les marins des compagnies japonaises de Wuhan, après leur grève de décembre, reçoivent une augmentation de quatre yuans par mois (au lieu des huit yuans demandés), une prime de deux semaines de salaire en décembre (au lieu d’un mois), deux dimanches chômés et payés par mois (au lieu de quatre), la prise en charge des frais de maladie par les employeurs, le contrôle de l’embauche par le syndicat (qui avait aussi demandé de contrôler les renvois)67. La liste des avantages obtenus à la fin de décembre par les ouvriers de la B.A.T., après une grève de près de deux mois, est plus significative encore du niveau auquel s’élève pendant cet hiver 1926-1927 l’activité ouvrière et la conscience de classe des syndicats68 : les salaires sont augmentés de trois yuans par mois, des congés payés sont assurés aux ouvrières en couches, ainsi que pour les périodes de maladie, pour les festivals lunaires, et pour les grands anniversaires politiques ; des abris seront construits pour protéger les ouvriers du froid et de la pluie pendant qu’ils prennent leurs repas, les ouvriers ne seront engagés et renvoyés qu’après accord du syndicat, aucune nouvelle machine ne sera désormais installée69, deux mois supplémentaires de salaires seront versés chaque année en décembre, et la compagnie allouera 1 500 yuans par mois pour les dépenses éducatives du syndicat.

14Dans les premiers jours de janvier 1927, la tension entre le mouvement ouvrier et les grands intérêts étrangers de Chine centrale prend une forme beaucoup plus spectaculaire que les grèves économiques des mois précédents : elle aboutit, fait sans précédent dans l’histoire chinoise depuis les guerres de l’opium, à l’évacuation par la Grande-Bretagne de ses concessions de Hankou et de Jiujiang, sous la pression organisée des forces populaires.

  • 70 Sur la reprise de la concession britannique de Hankou, cf., du côté chinois, Matériaux sur le mouv (...)
  • 71 H. O. Chapman, op. cit., p. 34.
  • 72 C’est Li Li-san qui dirige la grande manifestation du 26 décembre contre les arrestations de Tianj (...)

15A Hankou70, le point de départ de l’affaire est une grande manifestation organisée le 26 décembre par les syndicats du Hubei, les associations d’étudiants, la Chambre de commerce, pour protester contre l’arrestation de militants du Guo-min-dang par les autorités de la concession britannique de Tianjin ; on y exige la libération des emprisonnés et la réouverture du bureau du Guo-min-dang dans cette ville, ainsi que d’éventuelles représailles sur les sujets britanniques se livrant à des activités contre-révolutionnaires sur le territoire du gouvernement national et la rupture des relations économiques avec la Grande-Bretagne. L’agitation anti-britannique continue dans les premiers jours de janvier ; le 3, plus de 100 000 personnes s’assemblent autour de la concession et un choc avec la police anglaise fait plusieurs morts et blessés du côté chinois, tandis que Eugène Chen, ministre des Affaires étrangères du gouvernement national, demande au nom de celui-ci l’évacuation immédiate des Marines britanniques de la concession. Le lendemain, les autorités anglaises s’inclinent et la foule chinoise envahit celle-ci, où l’ordre est assuré par les milices de la Fédération provinciale des syndicats et par les troupes du gouvernement national, avec une rigueur qui a frappé même les observateurs les moins prévenus en faveur du mouvement populaire71. Une administration provisoire s’installe à la place du conseil municipal britannique. Alors que les timides efforts des gouvernements chinois conservateurs depuis 1919 n’avaient réussi qu’à ouvrir de bien faibles brèches dans l’appareil des traités inégaux, telles que l’abolition en 1922 des privilèges postaux des étrangers, et la reprise en 1925 des négociations sur l’autonomie douanière et l’exterritorialité, le succès avait été cette fois rapide et complet. La pression des masses ouvrières, encadrées par les organisations syndicales et entraînées par l’effort personnel de dirigeants du Syndicat général pan-chinois comme Li Li-san et Liu Shao-qi72, avait pour la première fois contraint à reculer sans combattre la première des Puissances étrangères établies en Extrême-Orient.

  • 73 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 389 sq. et NCH, 15 et 22 janvier 1927.
  • 74 NCH, 20 février 1927 et SCMP, 8 mars 1927.
  • 75 RT, 1927, Changsha, p. 1.
  • 76 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, Chronique de Nanchang).

16A Jiujiang, le Syndicat général de la ville lance à la fin de décembre une grève de la navigation, dirigée nettement contre les compagnies étrangères et qui cherche aussi à obtenir des hausses de salaire. Les navires étrangers restent bloqués au milieu du Yangzi par les sections de surveillance des syndicats, tandis que dans la ville le Syndicat général organise un défilé qui se termine par la récitation collective du testament de Sun Yat-sen et l’appel à la lutte contre les forces militaires et économiques étrangères. Un choc avec les Marines gardant la concession anglaise fait plusieurs blessés ; le Syndicat général de Jiujiang demande des indemnités, la restitution à la Chine de la concession, ainsi que des services des douanes et des postes, gérés eux aussi par des Britanniques. Le 7 janvier, la foule occupe sans coup férir la concession, où les milices syndicales assurent provisoirement l’ordre et où Wuhan installe une commission de contrôle dirigée par Deng Yan- da, un des principaux animateurs du courant de gauche du Guo-min-dang73. Dans les autres grandes villes de la région, les organisations ouvrières manifestent avec autant de vigueur leur hostilité envers les Puissances établies en Chine, et tout particulièrement l’Angleterre. A Yichang, en février, une grève du personnel de la navigation entraîne une série d’altercations avec les marins britanniques74. A Changsha, la grève des mêmes catégories de travailleurs s’accompagne en janvier d’un boycott des marchandises japonaises et britanniques75. A Nanchang, quand la presse annonce en décembre qu’un important prêt financier britannique vient d’être consenti à Zhang Zuo-lin, se tient un meeting de masse présidé par un dirigeant syndicaliste76.

  • 77 Pour une analyse d’ensemble de la politique des Puissances à l’égard du mouvement national à cette (...)
  • 78 RT, 1927, Changsha, p. 1.
  • 79 SCMP, 22 janvier 1927.
  • 80 NCH, 12 février 1927.
  • 81 NCH, 12 février 1927. C’est sans doute à des revendications aussi radicales que faisait allusion L (...)
  • 82 CWR, 2 avril 1927.

17A la fin de l’hiver, la situation restait donc extrêmement tendue dans tout le bassin moyen du Yangzi. Si Londres envisageait sans doute déjà l’éventualité d’une « politique de rechange » vis-à-vis du mouvement national, politique dont le succès était lié à la réalisation d’une scission au sein de ce dernier77, les représentants locaux des intérêts étrangers, et particulièrement britanniques, hommes d’affaire, administrateurs et militaires se heurtaient de plus en plus aux forces populaires et surtout aux syndicats. L’inspecteur britannique des douanes de Changsha s’alarme des « insultes aux étrangers », des « confiscations de biens » opérées par les ouvriers et de la « loi de la foule » (mob ruls) qu’il ne peut comparer « qu’à ce qui arriva à Paris pendant la grande révolution »78 ; dans la même localité, toutes les compagnies étrangères avaient fermé leurs bureaux dès janvier79. A Wuhan, les activités économiques des Occidentaux s’arrêtent progressivement vers la même époque ; la B.A.T. ferme au début de février, faisant 3 000 chômeurs80 ; les banques font de même, et refusent de faire face à des revendications syndicales qui allaient jusqu’à quarante jours de congés payés par an, un an d’indemnité en cas de fermeture de l’établissement, trois mois de salaire en cas de départ après plus d’un an de service, un salaire minimum de 15 yuans par mois, plus 20 yuans d’allocation alimentaire81. En mars, les journaux anglo-saxons de Wuhan, le Central Post (britannique) et le Hankow Herald (américain) suspendent leur publication, leurs ouvriers cessant le travail sur instructions de la Fédération provinciale82.

18Si la stratégie des grèves s’était révélée relativement simple dans les entreprises étrangères, celle qu’il convenait d’adopter dans les usines chinoises, et plus généralement l’élaboration d’une politique économique cohérente dans les provinces de Chine centrale libérées par les armées nationales, posaient des problèmes fort complexes non seulement au mouvement ouvrier mais encore au gouvernement national lui-même.

  • 83 CB, 21 novembre 1926.
  • 84 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 415.
  • 85 L’augmentation aurait été souvent voisine de 50 % (PP, 10 avril 1927) ; les imprimeurs de Wuhan ob (...)
  • 86 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 326 (liste des catégories ayant obtenu des augmentations de (...)

19L’action des syndicats en faveur des intérêts de classe du prolétariat, à partir de l’automne, ne peut faire en effet aucune différence entre les entreprises étrangères et les entreprises chinoises des régions libérées. La Fédération provinciale du Hubei, par exemple, constitue en novembre une commission de lutte économique animée par Liu Shao-qi83. La question des salaires est la plus urgente ; le Congrès de janvier de la Fédération du Habei fixe à treize yuans le minimum mensuel absolu, et sa résolution sur les luttes économiques décide même d’organiser une campagne pour une meilleure répartition des primes traditionnelles, tout en affirmant son hostilité de principe à cette pratique héritée des anciennes guildes84. De fait, des hausses de salaires sont un peu partout obtenues à l’automne dans les entreprises chinoises aussi bien qu’étrangères, soit par suite de grèves, soit par négociations directes85. Au Hunan, les imprimeurs, les tisserands, les teinturiers et maintes autres corporations obtiennent également des hausses sensibles86.

  • 87 Cf. ci-dessus, p. 454, notes. De même, à Nanchang, éclate en janvier une grève générale des employ (...)
  • 88 RT, 1927, Changsha, p. 3.
  • 89 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 422.
  • 90 Ibid., p. 362.
  • 91 Chen Da, Question du Travail, p. 222.

20Si la question de la stabilité de l’emploi continue à préoccuper comme par le passé le mouvement ouvrier, et si à maintes reprises les syndicats se font reconnaître le droit de contrôler l’embauche et les licenciements87, celle du chômage semble particulièrement grave en Chine centrale après l’arrivée des armées nationales. Non seulement les entreprises étrangères ralentissent progressivement leur activité, en particulier dans les ports, mais un certain nombre d’entreprises chinoises font de même, comme les mines du Hunan, dont les propriétaires étaient liés aux éléments d’ancien régime mis en déroute par les armées nationales88 ; la poursuite des opérations de guerre à l’automne et pendant l’hiver dans toute la Chine centrale avait également perturbé la production industrielle et les échanges dans maints secteurs. Il n’est donc pas surprenant que le Congrès provincial du Hubei vote une résolution spéciale sur ce problème du chômage89 ; celui du Hunan préconise aussi l’établissement « d’ateliers nationaux » pour les pauvres gens, qui seraient gérés par les autorités locales et les organisations populaires90. De même, après le succès de leur grève de novembre, les imprimeurs des journaux chinois de Wuhan obtiennent, en même temps que d’importantes augmentations de salaires, et en même temps que la limitation à neuf heures de la journée de travail avec un « plafond » de 5 000 caractères à manipuler, l’assurance qu’aucun apprenti ne serait engagé pendant une période de dix-huit mois à venir, et qu’il y aurait partout au moins un homme pour deux apprentis91.

  • 92 Cf. Tang Leang-li, Inner History, p. 260. En fait, ce qu’on appelle couramment le gouvernement de (...)
  • 93 Congres du travail, p. 166 (Rapport d’activité de Liu Shao-qi au IVe Congrès).

21Le gouvernement national, transféré à Wuhan à la fin de l’année 1926, et dominé par les éléments de la gauche92, ne pouvait voir que d’un œil favorable cette poussée revendicative. Le transfert à Wuhan de la direction nationale du Syndicat général pan-chinois et l’arrivée de Liu Shao-qi, de Li Li-san, de Su Zhao-zeng, de Zhu Bao-ting, et de tout l’état-major du syndicalisme chinois93 contribuait encore à renforcer le crédit dont jouissaient les organisations ouvrières auprès des nouvelles autorités de Chine centrale.

  • 94 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 359.
  • 95 PP, 10 avril 1927.
  • 96 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 362.
  • 97 Ibid., p. 363.
  • 98 Ibid.
  • 99 A. Holcombe, The Chinese revolution, p. 206.

22De fait, les autorités de Wuhan réaffirment très nettement, dès leur installation, leur appui aux revendications ouvrières : limitation du temps de travail, repos hebdomadaire, congés payés, élimination du bao-gong, assurances ouvrières, coopératives ouvrières de consommation94. Dés le 11 décembre, pour célébrer l’arrivée à Wuhan de Song Qing-ling (Mme Sun Yat-sen), de Xu Qian, d’Eugène Chen et autres leaders de la gauche, ainsi que des principaux conseillers soviétiques, se tient une grande réunion publique au cours de laquelle Borodine souligne que le renforcement des organisations syndicales ne peut que profiter au gouvernement national95. Les partis politiques soutenant le gouvernement national adoptent la même attitude ; le IIe Congrès provincial du Hunan du Guo-min-dang demande à l’automne 1926 l’application des décisions de janvier 1926 (journée de huit heures, salaires minimums, congés payés, assurances ouvrières, etc...) et propose que 20 % des dépenses du parti soient consacrées à aider le mouvement ouvrier96. Le VIe Congrès provincial du Hunan du Parti communiste, à la même époque, adopte un programme analogue, auquel s’ajoutent le droit pour les ouvriers de s’armer pour assurer leur défense, la gestion par l’Etat des grandes entreprises, l’élimination des organisations syndicales de droite97 ; ces deux séries de résolutions sont ratifiées en décembre par le Congrès provincial des syndicats du Hunan98. La liste des fêtes révolutionnaires officielles établie par le gouvernement national de Wuhan est encore un indice entre tant d’autres de l’influence et de l’audience dont jouissent alors les éléments de gauche ; onze fêtes ont un caractère largement national, comme le 10 octobre, anniversaire de la fondation de la République, le 12 mars, anniversaire de la mort de Sun Yat-sen, le 4 mai, en souvenir du mouvement de 1919, le 7 septembre, date de la signature de l’humiliant traité de 1901 ; quatre autres intéressent directement le mouvement ouvrier chinois : le 7 février, le 1er mai, le 30 mai, le 23 juin ; les sept autres sont surtout l’affaire des communistes et de l’extrême gauche : c’est le cas par exemple du 21 janvier, anniversaire de la mort de Lénine, du 18 mars, proclamation de la commune de Paris, du 5 mai, anniversaire de la naissance de Karl Marx, etc.99.

  • 100 SCMP, 27 octobre 1926.
  • 101 Ces inquiétudes se reflètent dans des articles de la presse d’affaires de Changhai, comme ceux du (...)
  • 102 Chen Da, Question du travail, p. 225.

23Les autorités de Wuhan et les syndicats eux-mêmes devaient aussi compter avec les éléments modérés de la bourgeoisie nationale ; le nouveau régime s’est empressé de leur apporter un certain nombre de satisfactions, comme la démolition symbolique des murailles de Wuchang100, ouvrant ainsi aux milieux d’affaires de la région les mêmes perspectives d’expansion économique que le premier gouvernement de Sun Yat-sen avait en 1917-1918 ouvertes à la bourgeoisie cantonaise en démolissant celles de Canton. Mais la poussée revendicative, en particulier en matière de salaires, ne laisse pas d’inquiéter les milieux patronaux, ceux des grandes entreprises modernes comme ceux des petites manufactures et des ateliers d’artisans101. Au cours d’une réunion tenue le 3 décembre, la Chambre de commerce de Hankou affirme son intention de n’examiner que les demandes ouvrières relatives aux salaires, demande l’interdiction des « excès » des milices ouvrières, et menace
d’une grève du commerce si les autorités n’arrivent pas rapidement à améliorer les relations entre le patronat industriel et commercial et son personnel102. Le gouvernement de Wuhan accepte alors d’envisager ‘institution d’un système d’arbitrage des conflits du travail, auquel les syndicats vont devoir se résigner.

  • 103 CEJ, novembre 1927 (Analysis of strikes...).
  • 104 C’est ainsi que la grève des postiers avait été réglée par les représentants du gouvernement en pr (...)

24Dès le 6 décembre, on établit une commission quadripartite chargée de rechercher un règlement des conflits sociaux ; elle comprend des délégués des syndicats, de la Chambre de commerce, de la section ouvrière du Guo-min-dang, et du gouvernement de Wuhan103. A plusieurs reprises d’ailleurs, depuis l’arrivée des troupes nationales, les organes du gouvernement et du parti s’étaient entremis pour mettre fin à des grèves, dans des entreprises chinoises et même étrangères104.

  • 105 Annuaire, III, pp. 186-187 ; cf. aussi IS, 1927, II, p. 575.
  • 106 Déjà, le 1er décembre, le Congrès provincial des syndicats du Hunan avait approuvé le programme ou (...)

25Mais le nouvel organisme a maintenant des pouvoirs beaucoup plus précis, que souligne à la mi-décembre un règlement officiel provisoire sur les usines105. Ce texte donne largement satisfaction aux revendications des syndicats : protection des femmes et des enfants, droit à des conventions collectives, assurances ouvrières, consultation des syndicats pour l’embauche et le renvoi, mais il peut en même temps être considéré comme un coup d’arrêt à la poussée ouvrière, dans la mesure où il prévoit pour tout conflit du travail l’arbitrage de la commission quadripartite précédemment constituée, dans la mesure aussi où il interdit tout « acte hostile » pendant la semaine dont cette commission dispose pour rendre sa sentence, qui reçoit un caractère obligatoire ; ce règlement stipule également que ni les ouvriers, ni les syndicats ne peuvent intervenir dans la gestion des entreprises. Il semble que les syndicats et le Parti communiste aient accepté ces mesures106, qui sans doute ne leur semblaient pas tirer à conséquence, aussi longtemps que l’influence de la gauche et de l’extrême-gauche prédominaient au sein de la direction du Guo-min-dang et du gouvernement, et que les syndicats et leurs milices continuaient à se trouver en Chine centrale dans une position de force.

***

26Le départ de la Bei-fa avait placé le mouvement ouvrier cantonais et le Comité de grève dans une situation toute nouvelle, et leur décision prise en octobre 1926 d’arrêter unilatéralement et sans concession de la part de l’adversaire le mouvement de grève-boycott est l’aboutissement d’une évolution très complexe.

  • 107 CWR, 14 et 21 août 1926 (« Toute tentative de créer du désordre pendant l’Expédition du Nord sera (...)
  • 108 Annuaire, III, p. 252 (texte du règlement de Canton sur les commissions d’arbitrage).

27Bon nombre de militants et de dirigeants de la gauche partent au front dès juillet ou rejoindront Wuhan à la fin de l’été ; l’équilibre politique à Canton est ainsi modifié au profit de la droite, qui en profite pour amorcer de nouvelles mesures dirigées contre les activités ouvrières. Le 16 juillet, les autorités militaires de Canton (directement soumises à Jiang Jie-shi) reçoivent le contrôle des organisations ouvrières et interdisent les grèves dans les entreprises « d’intérêt public », tout en se gardant de publier de celles-ci une liste limitative ; elles ordonnent le désarmement des piquets du Comité de grève, mesure qui ne semble d’ailleurs guère avoir été mise en application107. En août, est instituée une procédure d’arbitrage des conflits du travail par un délégué du gouvernement, assisté de représentants des parties en présence108. Les milieux modérés de Canton, dans le même sens, aspirent à ce que se termine la grève-boycott, dont la prolongation offre à la gauche une base très forte d’agitation politique, et qui sur le plan économique lèse directement les commerçants cantonais spécialisés dans le commerce avec Hongkong.

  • 109 Deng Zhong-xia, Sheng-gang ba-gong-zhong-zhi xhong-ying tan-pan, (Les pourparlers sino-britannique (...)
  • 110 Ibid., p. 1-2.
  • 111 Ce sont les arguments qu’employera XD, le 19 octobre 1926, dans un éditorial destiné à expliquer l (...)
  • 112 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 298-299 ; XD, 19 octobre 1926.

28Pour des raisons différentes, le Comité de grève s’interroge lui aussi sur l’avenir du mouvement. Il n’a guère sans doute à redouter que celui- ci s’éteigne par lassitude, et le faible niveau du trafic maritime pendant l’été confirme que son efficacité reste considérable109. Il y a encore en juillet des dizaines de milliers de grévistes à Canton, sans compter ceux qui étaient retournés de Hongkong dans leurs villages110. Il n’a pourtant pas été possible d’empêcher Hongkong de recruter ça et là les quelque 30 000 hommes nécessaires à la poursuite de ses activités essentielles, et on ne nourrit pas non plus d’illusions sur la possibilité, à court terme, de développer Canton pour en faire un véritable rival de l’île anglaise111. Par ailleurs, les bons rapports du Comité de grève avec la paysannerie commencent à s’altérer, en particulier dans les districts producteurs de denrées destinées auparavant, comme la soie et les oléagineux, à l’exportation vers Hongkong112.

  • 113 CWR, 17 et 24 juillet 1926.
  • 114 Deng Zhong-xia, Sheng-gang ba-gong-zbong-zhi zhong-ying tan-pan. Les pourparlers..., pp. 33-39 ; C (...)
  • 115 Ibid., pp. 39-41.

29Le Comité de grève est donc conduit à approuver les négociations qu’en juillet le gouvernement national entame avec les autorités anglaises, bien qu’il n’ait pas pu obtenir de prendre place dans la délégation chinoise113. Mais les représentants de Canton ne peuvent obtenir de leurs interlocuteurs qu’ils acceptent de se reconnaître comme responsables de la fusillade du 23 juin, et de verser une indemnité aux victimes. La Grande-Bretagne refuse aussi d’avancer les sommes nécessaires au paiement de ces indemnités et à la subsistance des ouvriers de Hongkong qui risqueraient de ne pas retrouver leur emploi après l’arrêt de la grève ; elle n’envisage qu’un prêt destiné au développement économique du Guangdong, sous son contrôle114. Le 23 juillet, les pourparlers sont rompus115.

  • 116 Cf. Guang-dong gong-ren ba-gong tou-zheng zi-liao, (Matériaux sur les luttes de grèves des ouvrier (...)
  • 117 Cf. dans XD un article de Tan Ping-shan du 6 août 1926, insistant sur la nécessité d’une solution (...)
  • 118 Mif, Pour une Chine forte et libre, p. 35.
  • 119 T. N. Akatova, op. cit., p. 135 (citant le Min-guo Ri-bao de Canton).
  • 120 CYB, 1928, p. 976.
  • 121 T. N. Akatova, op. cit., p. 139, qui cite des documents soviétiques illustrant la campagne d’opini (...)

30Au cours de ces négociations, le Comité de grève a soutenu la délégation cantonaise et s’est déclaré satisfait de son attitude116. Il est main tenant amené, d’accord avec le gouvernement national, à envisager un repli tactique que préconise aussi la direction du Parti communiste117. Tout autant que l’évidente mauvaise volonté britannique à arriver à un accord, cette décision semble essentiellement motivée par l’évolution de la situation internationale depuis que les armées victorieuses de la Bei-fa étaient entrées dans la traditionnelle zone d’influence britannique du Moyen-Yangzi. De fait, l’Angleterre, à qui la grève a fait perdre des dizaines de millions de livres118, s’inquiète de plus en plus de la poussée révolutionnaire en Chine et des succès du mouvement national. Des canonnières anglaises s’étaient dès juillet heurtées à des piquets poursuivant des contrebandiers et avaient tué vingt-six d’entre eux119, et en septembre des marines britanniques débarquent en plein port de Canton et chassent les piquets des docks de Jardine & Matheson120. La sanglante affaire de Wanxian, qui éclate alors sur le Haut-Yangzi, et au cours de laquelle le tir de l’artillerie britannique fiait plusieurs centaines de victimes civiles chinoises, confirme d’ailleurs la gravité de ce risque d’une intervention militaire directe de l’Angleterre en Chine ; la presse britannique de Chine et d’Occident l’évoque ouvertement, et l’Internationale communiste déclare que ce danger d’intervention « a pris des proportions extraordinaires »121.

31Dans la mesure où le gouvernement national et tout le mouvement révolutionnaire chinois ne veulent pas courir ce risque, la grève-boycott change complètement de caractère. Canton n’est plus qu’un poste d’arrière-garde et non plus d’avant-garde dans la lutte contre les grands intérêts étrangers ; l’ouverture d’un « second front » dans cette région n’apparaît pas comme souhaitable, alors que le foyer principal des luttes nationales s’est déplacé vers le Yangzi.

  • 122 SCMP, 4 octobre 1926 (la Conférence se réunit le 12 sept.).
  • 123 Après l’échec des négociations de juillet, le Comité de grève a reçu de toute la Chine des lettres (...)
  • 124 SCMP, 9 octobre 1926.
  • 125 CYB, 1928, pp. 977-978.
  • 126 « La victoire des luttes de la Chine ne peut plus être obtenue par les fruits d’une seule grève ou (...)

32Le Comité de grève, après consultation de la Conférence des délégués-grévistes122, et se sachant appuyé vigoureusement par l’opinion123, décide ainsi de suspendre la grève-boycott. Comme il n’espère plus rien de nouvelles négociations avec l’Angleterre, il préfère ainsi sauver son prestige et sa liberté d’action en arrêtant le mouvement de son propre chef. Cette décision est prise en accord avec le gouvernement national, qui accepte d’imposer sur les marchandises étrangères une surtaxe douanière de 2,5 % destinée à venir en aide aux grévistes qui resteraient en chômage. Cette surtaxe est effectivement instituée au début d’octobre124. Le 10 octobre, jour anniversaire de la révolution républicaine, le boycott s’arrête à midi et un grand rassemblement populaire se tient pour la dernière fois au « Parc de l’Est », quartier-général des grévistes depuis seize mois ; c’est là que les dirigeants s’expliquent sur les mobiles qui les ont fait agir. Leur argumentation est reprise le surlendemain dans deux communiqués, publiés l’un par le Guo-min-dang et l’autre par le Comité de grève ; ces textes affirment la priorité de l’Expédition du Nord et la nécessité d’avoir recours à une « nouvelle stratégie » dans la lutte contre les intérêts étrangers : « le Guangdong, bien que victorieux dans la lutte anti-impérialiste, arrête son avance pour concentrer son effort dans de nouvelles directions ». Le communiqué des grévistes insiste aussi, à nouveau, sur le caractère volontaire du retrait des piquets de grève : « nous avons pris cette résolution volontairement ; nous ne sommes pas arrivés à un accord avec notre ennemi, et nous n’avons donc aucune obligation à son égard »125. Les mêmes arguments sont repris par la presse communiste, à savoir que, depuis les victoires de la Bei-fa en Chine centrale, la lutte nationale était nécessairement appelée à se dérouler dans un autre cadre, et que la grève de Canton-Hongkong avait cessé d’être un secteur décisif de la lutte126.

  • 127 En novembre 1926, un communiqué du gouvernement de Canton annonce que parmi les ouvriers ayant per (...)
  • 128 En novembre 1926, peu après la fin de la grève, le Parc de l’Est, siège du Comité de grève depuis (...)

33Après le 10 octobre, le Comité de grève de Canton-Hongkong maintient pendant quelque temps son existence organique. Non seulement il continue à assurer l’hébergement de ceux des grévistes qui n’auront pas retrouvé leur travail, à les employer, à les mettre à la disposition des autorités127, mais le prestige qu’il a gagné au cours de cette grève historique de seize mois reste intact en dépit de son relatif échec final128 ; l’élan qui avait été donné pendant toute cette période à l’ensemble du mouvement syndical cantonais et à ses organisations se maintient avec la même vigueur pendant l’hiver 1926-1927.

  • 129 SCMP, 4 août, 26 novembre et 11 décembre 1926.
  • 130 CWR, 28 janvier 1928 ; cette enquête a déjà été utilisée au chapitre précédent, p. 420-21, à trave (...)
  • 131 SCMP, 18 février 1927.

34De nouveaux syndicats continuent à se constituer ou à se réorganiser, comme ceux des postiers, des vidangeurs, des employés de banques, des ouvriers des huileries129. La grande enquête sur les syndicats cantonais menée par la municipalité de la ville130 recense, à la fin de 1926, 250 syndicats avec 290 620 membres, et une source vraisemblablement gouvernementale évalue en février 1927 à 385 le nombre des syndicats de l’ensemble de la province du Guangdong, avec 511 850 membres, chiffre qui comprend sans doute les artisans ruraux des dis tricts de la soie131.

  • 132 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927 (The trade-union movement in Canton).
  • 133 IPC, 7 avril 1927.
  • 134 SCMP, 28 juillet et 21 août 1926.
  • 135 SCMP, 28 juillet et 21 août 1926.
  • 136 SCMP, 25 septembre 1926.
  • 137 SCMP, 28 décembre 1926.
  • 138 SCMP, 7 octobre 1926.
  • 139 CWR, 11 décembre 1926.

35C’est la Conférence des délégués ouvriers de Canton qui continue à occuper le devant de la scène, bien que les organisations rivales, Fédération provinciale et Syndicat des mécaniciens, restent également très actives. Elle réunit un second Congrès en juillet 1926 et un troisième en décembre, et ce dernier recense 203 syndicats avec 190 000 adhérents, contre 140 syndicats et 140 000 adhérents au Ier Congrès tenu en avril 1926132. Elle est solidement implantée dans les principaux secteurs de la vie économique cantonaise, exception faite des ateliers mécaniques. Les cheminots forment sous son drapeau un syndicat unifié de toutes les lignes et tramways de la province133, que dirige un comité provincial de dix-neuf membres et qui peut compter sur une milice syndicale de 600 personnes. Les imprimeurs lui sont eux aussi entièrement acquis ; ils suspendent même en juillet la publication de tous les journaux de Canton à l’exception des deux qui sont liés au Guo-mindang, quand ils publient des attaques contre la Conférence des délégués ouvriers134 ; la Fédération provinciale, appelée à l’aide par les propriétaires de journaux, est dans l’incapacité de leur trouver des ouvriers qualifiés135. Tous les syndicats de gauche, comme leurs adversaires d’ailleurs, continuent à avoir leurs milices ouvrières, souvent armées ou équipées de gourdins malgré les mesures prises un peu platoniquement par Jiang Jie-shi en mai et juin 1926 avant le départ de la Bei-fa, et de nouveau en juillet ; ce sont les milices ouvrières qui bloquent en septembre 1926 les magasins des Presses commerciales dont les employés sont en grève136, qui font évacuer en décembre les résidents et voyageurs des hôtels dont le personnel cesse le travail137, qui défilent en uniforme avec leurs bâtons après la victoire de la grève des ateliers de machines à coudre138, qui arrêtent en décembre les vapeurs de la C.M.S.N.C., coupables d’avoir employé des xin-gotig pendant la grande grève-boycott139.

  • 140 CWR, 28 janvier 1928.

36Il semble aussi que les syndicats affiliés à la Conférence des délégués ouvriers aient fait à cette époque un effort sérieux d’éducation politique et idéologique parmi leurs membres. L’enquêteur de la municipalité de Canton, à la fin de 1926, a compté dans les syndicats 134 brochures en circulation, dont 35 sur les questions du travail et du syndicalisme, 53 sur le marxisme et le communisme, 19 sur le socialisme, 15 sur les coopératives et le corporatisme140 ; bien que cette enquête ne tienne pas compte des affiliations des syndicats examinés (Conférence des délégués ouvriers ou syndicats modérés), il est bien probable que c’était surtout parmi les syndicats de gauche que circulaient ces brochures, sauf peut-être la dernière catégorie d’entre elles.

  • 141 SCMP, 9 août 1926.
  • 142 RT, Kongmoon, 1926, p. 1.
  • 143 SCMP, 4 janvier 1927 ; parmi les membres de la Conférence des délégués qui prenaient le plus activ (...)

37Mais, plus vivement encore que dans la période de la grève-boycott, ces syndicats de gauche se heurtent, souvent avec la plus grande violence, aux organisations rivales, Fédération provinciale et Syndicat des mécaniciens. Comme l’année précédente, ces conflits de tendances se greffent souvent sur des rivalités corporatives ou régionalistes ; c’est le cas en août 1926 d’une rixe qui fait quatre morts et qui oppose les deux syndicats d’ouvriers des huileries, l’un affilié à la Conférence des délégués et l’autre à la Fédération provinciale, et qui se recrutent les uns parmi des ouvriers originaires de Canton, les autres des xian ruraux de la région141 ; de même, en novembre, un incident éclate entre les membres du syndicat des dockers affiliés à la Conférence des délégués et les adhérents de la vieille guilde de la Vertu commune, dominée par les contremaîtres et les entrepreneurs de main-d’œuvre142. Le 1er janvier 1927, quand les syndicats de Canton veulent célébrer les victoires remportées sur le Yangzi par l’armée nationale, la Fédération exige de défiler en tête par droit d’ancienneté, ce que refuse la Conférence des délégués en raison de ses effectifs plus importants ; finalement les deux défilés ont lieu côte à côte, et des coups sont échangés143.

  • 144 SCMP, 23 septembre 1926.
  • 145 SCMP, 15 février 1927.
  • 146 CWR, 15 janvier 1926.
  • 147 SCMP, 4 et 7 janvier I927. La même semaine, les mécaniciens attaquent aussi les cheminots du Yue-h (...)

38Mais c’est avec les mécaniciens, mieux organisés et plus actifs, que les troupes de la Conférence des délégués ont les chocs les plus rudes ; les équipes « sportives » des mécaniciens viennent par exemple chercher querelle en septembre 1926 au club des employés des grands magasins Sincere and Co144 et en février 1927 aux portefaix du port, enlevant et retenant même dans leurs locaux plusieurs de leurs adversaires145. Comme les imprimeurs refusent de travailler pour eux, les mécaniciens en sont réduits à créer au début de 1927 leur propre imprimerie corporative146. C’est envers les cheminots, autrefois membres de leur association et maintenant passés dans le camp de la Conférence des délégués, que leur ressentiment est le plus vif. Des incidents éclatent à plusieurs reprises entre les uns et les autres ; les plus graves se placent en janvier 1927, et mettent aux prises 300 cheminots du Canton-Sanshui et les mécaniciens d’une gare qui restaient affiliés au syndicat de l’île de Henan. Ces derniers n’hésitent pas à tirer à la mitrailleuse, et après trois heures de combat il y a 20 morts et de nombreux blessés ; le syndicat des cheminots proclame l’état d’alerte et fait prendre position aux unités de sa milice147 ; les autorités de Canton réussissent toutefois à faire accepter leur médiation aux deux parties.

  • 148 SCMP, 13 juillet 1926, 12 et 13 août 1926 ; cf. aussi sur cet incident XD, 29 août 1926.
  • 149 SCMP, 16 novembre 1926.

39Le gouvernement national, puis après son transfert à Wuhan à la fin de l’année le gouvernement provincial auquel il a laissé les affaires du Guangdong, continue en effet, au moins en apparence, à pratiquer la politique de soutien du mouvement ouvrier et d’alliance avec la gauche définie par les congrès nationaux du Guo-min-dang ; en juillet et août 1926, il a même fait arrêter des dirigeants de la Fédération provinciale des syndicats, dont son président Chen Sen, à la suite du meurtre de deux employés des boutiques de nouilles par des hommes de main de la Fédération148 ; sa police coopère un moment avec les milices de la Conférence des délégués ouvriers, pour maintenir l’ordre et empêcher les incidents entre syndicats rivaux149. Mais quand se multiplient pendant l’hiver contre les syndicats de gauche les agressions des mécaniciens et de la Fédération provinciale, il se contente d’adopter une attitude conciliatrice et de renvoyer dos à dos les deux parties sans se prononcer sur les responsabilités.

  • 150 XWB, 4 janvier 1927.

40C’est en effet la politique de restriction du mouvement ouvrier, amorcée dès le printemps 1926 au lendemain du coup du 20 mars, qui a la préférence du général Li Ji-shen et de ses collaborateurs du gouvernement provincial ; c’est d’ailleurs Li lui-même qui en janvier 1927 remplace l’incolore Chen Shu-ren comme chef de la section ouvrière provinciale du parti150.

  • 151 Cf. ci-dessus, p. 462.
  • 152 Annuaire, III, pp. 254-256. Le résumé du texte publié dans le CYB, 1928, p. 974, est daté par erre (...)
  • 153 SCMP, 16 novembre 1926.

41Dès le lendemain du départ de la Bei-fa, une série de mesures défavorables aux activités ouvrières avaient été prises par le gouvernement provincial151, qui promulgue en janvier des règlements sur les conflits du travail définissant strictement la conduite à tenir par les parties ; s’il est interdit aux patrons de recruter des briseurs de grève, si tout accord de salaires est réputé s’appliquer à dater du début de la grève, s’il est interdit aux employeurs d’organiser des associations ouvrières dans le but de combattre d’autres organisations ouvrières au profit du patronat, si les employeurs ne sont pas éligibles à la direction des syndicats et ne peuvent pas empêcher leur personnel d’y adhérer, en revanche l’activité des syndicats est fortement restreinte par ces mêmes textes. Leurs membres ne peuvent pas appréhender des travailleurs ou des chefs d’entreprises ni porter atteinte à la liberté individuelle du travail ; au cours d’une grève, les ouvriers doivent respecter les biens se trouvant dans l’entreprise et ne peuvent entraver les opérations que les employeurs pourraient faire eux-mêmes ; aucune association ouvrière ne peut se constituer sans l’autorisation du gouvernement ; tant que cette autorisation n’a pas été obtenue, il est interdit de lever des cotisations, d’établir des piquets de grève et des unités de défense ; le port d’armes est interdit aux syndicats, même dans les manifestations et défilés et sous peine de dissolution de leurs organisations152. Le lock-out en novembre des ouvriers de l’arsenal de Canton et leur remplacement par des ouvriers dévoués aux nouvelles autorités provinciales153 était des mesures qui avaient la même signification.

  • 154 Cf. ci-dessous, p. 490.

42Cette détérioration relative des rapports entre le mouvement ouvrier du Sud et le gouvernement de Canton ne peut en effet s’analyser indépendamment de l’évolution générale du Guo-min-dang depuis le début de la Bei-fa ; on reviendra plus loin154 sur le processus de ségrégation géographique et politique à la fois qui conduit au renforcement de la tendance de gauche à Wuhan, et fait au contraire de Canton et de Nanchang à partir du début de 1927 des bastions de la droite ; mais cette détérioration reflétait déjà, sur le plan social, les réticences et les inquiétudes de la bourgeoisie cantonaise face à l’essor de l’aile gauche du mouvement ouvrier depuis 1924, et plus encore pendant la durée de la grève-boycott.

  • 155 Pendant le deuxième semestre de 1926, on relève (SCMP, passim) des grèves suivies d’augmentations (...)
  • 156 SCMP, 7 décembre 1926.
  • 157 SCMP, 10 décembre 1926.
  • 158 C’est ainsi que les manufactures d’allumettes annoncent leur intention de quitter Canton « en rais (...)
  • 159 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927 (op. cit.).
  • 160 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 24.
  • 161 CWR, 22 janvier 1927.

43Depuis l’élimination, en octobre 1924, de ses dirigeants les plus liés à l’extrême-droite, comme Chen Lian-bo, président de la Chambre de commerce, la bourgeoisie cantonaise s’était en effet ralliée en apparence à la politique du gouvernement national et s’était temporairement résignée à la place éminente qu’occupait le mouvement ouvrier dans les affaires locales ; mais les succès même que ce dernier avait remportés à ses dépens, et continuait de remporter, lui pesaient de plus en plus, et en particulier les augmentations de salaires qu’elle avait dû consentir en 1926155. La grève des banques, en décembre, avait montré à quelle cadence progressaient les ambitions ouvrières : le personnel revendiquait non seulement d’importantes hausses de salaires mais l’obligation pour les banques de n’employer que des syndiqués et de n’effectuer aucun renvoi sans l’accord du syndicat, ainsi que le droit pour ce dernier de fixer les dates des vacances (payées), et l’octroi d’une prime semestrielle calculée au prorata des prêts, hypothèques et autres transactions bancaires156 ; ces demandes avaient bien été renvoyées à examen après un compromis intervenu entre le syndicat et la chambre patronale sous l’égide du Guo-min-dang157, mais l’inquiétude de la bourgeoisie n’en était pas dissipée pour autant. Si certaines firmes préfèrent, comme à Wuhan au même moment, suspendre leurs activités158, d’autres envisagent une contre-offensive politique, à l’égard de laquelle elles pensent que les autorités provinciales se montreront à tout le moins fort compréhensives. Une campagne s’amorce ainsi dans les milieux modérés en faveur d’une limitation du droit de grève, au nom de la lutte commune du mouvement national et du front uni révolutionnaire ; les syndicats de droite, Fédération provinciale et mécaniciens, s’y associent à leur façon en saluant les marchands comme « révolutionnaires » à la suite des contributions qu’ils versent pour le succès de la Bei-fa159. Il est significatif aussi que dans son étude sur le mouvement ouvrier à Canton, publiée à la fin de 1926, Deng Zhong-xia ait été amené à défendre longuement le droit de grève, « arme principale » de la classe ouvrière160. Au début de 1927, cette offensive de la bourgeoisie s’amplifie ; une assemblée des marchands de Canton, le 15 janvier, demande au gouvernement la protection des industries locales, le renforcement des lois sur le travail industriel, la restitution à leurs propriétaires des locaux encore occupés par les syndicats depuis l’époque de la grève-boycott, ainsi que la consécration du droit traditionnel pour les marchands et les patrons-artisans de renvoyer leur personnel au second jour de l’année lunaire (soit à quelques semaines de là)161.

  • 162 SCMP, 12 et 18 février 1927.
  • 163 XD, 6 mars 1927 ; SCMP, 26 mars 1927.

44Cette affaire des congés de Nouvel An, vieille coutume cantonaise à laquelle les syndicats de la Conférence des délégués avaient décidé cette année de s’opposer d’autant plus vivement que le chômage continuait de croître, suscite une véritable crise politique. Quand 20 000 marchands se rassemblent à l’appel des soixante-douze guildes traditionnelles et des quatre Chambres de commerce pour demander la garantie de cette coutume et acclamer en même temps Li Ji-shen, les piquets ouvriers viennent bloquer les boutiques et Li envoie douze compagnies les disperser avec rudesse162. Après de longues négociations, on constitue finalement une commission de conciliation tripartite qui est chargée de réglementer strictement l’exercice du droit de congé (délais de préavis, indemnités, etc...)163 ; ce n’est qu’un demi-succès pour les syndicats.

  • 164 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927 ; SCMP, 4 mars 1927.
  • 165 PPW, ibid.
  • 166 A Shantou, le commandant de la garnison, He Ying-qin, avait dès l’été 1926 fait déporter les dirig (...)

45Mais le gouvernement provincial et le patronat cantonais semblent bien décidés à pousser leur offensive dès que le permettra l’évolution de la politique en Chine centrale. Tandis qu’on applique de plus en plus strictement les règlements de décembre sur l’activité des syndicats et de leurs piquets164, on ne dissimule plus une hostilité croissante envers les revendications ouvrières ; « les demandes des syndicats pour de plus hauts salaires et des heures de travail plus courtes ne sont plus compatibles avec le présent stade de développement des industries chinoises... C’est pourquoi le gouvernement du Guangdong a modifié sa politique à l’égard des problèmes du travail et des conflits du travail. Les demandes des ouvriers ne seront pas toujours satisfaites... », déclare sans ambage le 2 mars le commissaire civil de la province à la délégation de l’I. S. R. qui visite la Chine165. La même orientation s’observe dans le reste du Guangdong166.

  • 167 L’article que XD consacre à l’affaire des congés de Nouvel An (6 mars 1927) développe longuement l (...)
  • 168 Dès l’été 1927, un des membres de la délégation internationale de l’I.S.R. critiquera publiquement(...)

46Devant ces menaces, il ne semble pas que les syndicats se soient départis de l’attitude prudente et conciliatrice qui avait été la leur depuis l’affaire du 20 mars et depuis les premières mesures anti-ouvrières du printemps 1926. La politique de riposte que pouvait présager le texte de Deng Zhong-xia précédemment cité n’a pas été sérieusement mise en œuvre et l’on préfère s’accrocher à l’espoir que la « collaboration entre marchands et ouvriers »167 continuerait à former la pierre angulaire du front uni contre les militaristes du Nord et les grands intérêts étrangers168.

***

  • 169 XD, 7 juillet 1926 (statistiques du Syndicat général de Changhai).
  • 170 XD, 15 août 1926 (idem).
  • 171 XD, 25 septembre 1926.
  • 172 CEB, passim.
  • 173 Archives C. F., dossier, n° 23, HS 1019.
  • 174 NCH, 22 et 29 janvier 1927. Le commissaire de police de la concession internationale compte en déc (...)

47Alors que les organisations ouvrières de Chine centrale participent à une intense activité politique depuis le succès de la Bei-fa, et que celles de Canton conservent malgré leurs difficultés les positions de premier plan gagnées à la faveur de la grève-boycott, ce sont les luttes économiques qui continuent, pendant le second semestre de 1926, à absorber l’essentiel de l’activité du mouvement ouvrier changhaien. De ce point de vue, juillet 1926 ne présente pas à Changhai la même signification historique qu’à Canton ou sur le Moyen-Yangzi, et cette date n’est prise ici en considération que pour conserver à l’exposé son unité chronologique. En effet, la puissante vague de grèves économiques qui s’était déclenchée à la fin du printemps, avant le départ de la Bei-fa, se prolonge et s’amplifie pendant l’été et l’automne dans le grand port de l’Est. Il y avait eu en juin 35 grèves dans 107 entreprises, englobant 65 000 personnes169 ; leur nombre est sensiblement le même en juillet (70 000 grévistes dans 105 entreprises)170, et il y a encore en août 37 000 grévistes dans 46 entreprises171. Le mouvement touche la plupart des grandes entreprises japonaises, et plusieurs filatures de soie, mais aussi les imprimeries, les manufactures de tabac, les relieurs des maisons d’édition, les tramways chinois172 ; il se continue à l’automne et au début de l’hiver, avec la grève de la compagnie des tramways de la concession française en décembre173 et avec celle des grands magasins chinois de Nanking Road, en janvier174.

  • 175 D. K. Lieu, China’s industries and finances, p. 109 (d’après les statistiques des autorités chinoi (...)
  • 176 PDR, passim.
  • 177 C’est ainsi qu’en octobre 1926, un dirigeant du Syndicat général exalte devant une assemblée de ch (...)

48Ces grèves économiques sont d’abord suscitées par une nouvelle détérioration du niveau de vie des ouvriers, et en particulier par la hausse des prix du riz et des autres denrées courantes. L’indice des prix de 20 denrées alimentaires passe de 141,2 en juin 1926 à 163,1 en octobre, en particulier à cause des opérations de guerre de la vallée du Yangzi ; il se maintient au-dessus de 140 jusqu’au début de 1927, la base 100 correspondant à la moyenne de 1925175. Les cours de gros du riz qui étaient à 12,60-14,00 yuans le picul au début de 1926, sont à 15,80-17,80 au début de juillet, et à 17,40-19,00 au début d’octobre176. Mais la vigueur de ces mouvements reflète aussi l’évolution de la conjoncture politique à Changhai, le souvenir vivace qu’avaient laissé les grandes batailles de l’été 1925, et l’écho des victoires de l’armée nationale et de ses alliés ouvriers en Chine centrale177.

  • 178 XD, 23 juin 1926.
  • 179 Ibid.
  • 180 Il avait étudié à Cambridge et Glasgow, et avait reçu en 1913 la direction du Service géologique d (...)
  • 181 XD, 7 juillet 1926.

49Le dynamisme que confère au mouvement ouvrier changhaien l’évolution de la situation politique générale entraîne en revanche de la part du patronat chinois et des autorités chinoises de Changhai un durcissement certain, qui se manifeste par exemple par les amendes infligées en juin par les patrons imprimeurs aux ouvriers ayant participé à la commémoration du 30 mai178. Les gong-zei reprennent leur activité, telle Mme Mu Zhi-ying dans les filatures de soie ; Sun Zong-fanr, fondateur d’une « Alliance ouvrière anti-communiste », constitue aussi une « Association des ouvriers et des marchands » qui cherche à combattre l’influence des syndicats dans les petites et moyennes entreprises179. De son côté, le politicien Ding Wen-jiang, auquel Sun Chuan-fang a confié le poste d’administrateur-général de Changhai, et dont l’autorité internationale de géologue lui confère un certain prestige dans l’opinion locale180, entame à la fin de juin de nouvelles poursuites contre le Syndicat général et ses dirigeants181.

  • 182 Congrès du travail, p. 190, sq. (Rapport du Syndicat général au IVe Congrès).
  • 183 XD, 7 juillet 1926.
  • 184 Congrès du travail, pp. 192-193.
  • 185 Cette réunion est datée du 23 juillet dans le Rapport du Syndicat général au IVe Congrès (Congrès (...)
  • 186 Congrès du travail, p. 172.
  • 187 En septembre 1926, à l’usine de Yangshupu de la Nanyang, quand on annonce- l’installation de nouve (...)
  • 188 En juillet 1926, un dirigeant du Syndicat général des cotonnières réunit les ouvriers de l’usine n (...)
  • 189 XD, 23 juin 1926.

50Le Syndicat général, refoulé encore une fois dans la clandestinité, n’en conserve pas moins son autorité, et les grèves de l’été doivent beaucoup à la vigoureuse impulsion qu’il leur donne. Doté à sa tête de trois sections spécialisées (propagande, secrétariat, organisation), il correspond avec ses syndicats de base par un double réseau de bureaux locaux de quartiers et de syndicats généraux d’industrie, qui fonctionnent effectivement chez les dockers, les imprimeurs, les ouvriers des cotonnières182. Il annonce en juillet des effectifs très importants, soit 211 000 membres183. Sans doute ne s’agit-il là que d’une évaluation de son influence ; au IVe Congrès du travail, en 1927, ses dirigeants donneront en effet pour cette période des chiffres nettement plus faibles, mais qui reflètent bien les progrès accomplis à partir du départ de la Bei-fa : 43 000 membres en juin 1926, et 76 000 en janvier 1927184. Au milieu de juillet, le Syndicat général réunit clandestinement les délégués de ses syndicats, au nombre d’une centaine, et discute la conduite des grèves en cours185. La grève des cotonnières japonaises qui éclate en août peut aussi, sans aucun doute, être mise à son actif, par l’intermédiaire du Syndicat général des cotonnières qui lui est affilié186. Pour être clandestin, le contrôle qu’il conserve sur ces grèves n’en est pas moins efficace ; les cas de da-chang si fréquents quelques années auparavant se font rares, en particulier dans les usines textiles187, de même que les rivalités inter-provinciales ; c’est là le fruit des efforts systématiques d’éducation politique du syndicat188. Une nouvelle forme de lutte économique développe, la grève perlée ou « travail au ralenti » (dai-gong), qui met bien en évidence le fait que la classe ouvrière est maintenant capable d’un contrôle de soi bien éloigné des brutaux excès d’antan189.

  • 190 XD, 15 août 1926.
  • 191 CEB et NCH, juin-septembre 1926, passim.
  • 192 C’est ce que demandent les ouvriers des imprimeries (CEB, 7 août 1926), ceux des manufactures de t (...)
  • 193 C’est ainsi que les postiers obtiennent en juillet d’être payés sur la base du taël d’argent et no (...)
  • 194 Congrès du travail, p. 172.
  • 195 CEB, 21 août 1926.
  • 196 Archives C. F., dossier 23, HS 1019.

51Ces grèves de l’été et de l’automne 1926 ne se caractérisent pas seulement par leur solide organisation, mais aussi par l’ampleur des revendications qu’elles soutiennent. En août, le Syndicat général leur fournit un programme en onze points : salaire minimum de quinze yuans par mois, échelle mobile, limitation à dix heures de la journée de travail, repos payé du dimanche, interdiction des châtiments corporels et des amendes, interdiction des renvois au gré des patrons, réglementation des indemnités pour accidents du travail, demi-salaire pour les périodes de maladie, contrôle du travail des femmes et des enfants, liberté de réunion, d’association, de parole et de publication, amélioration des installations industrielles, aération, hygiène, etc...190. La plupart des grèves de l’été reprennent en tout ou en partie ce programme de base191 ; au principe de l’échelle mobile, elles préfèrent parfois la revendication d’une allocation distincte pour l’achat de riz en période de vie chère192, solution déjà maintes fois employée par le patronat changhaien depuis la fin de la Grande Guerre ; des revendications particulières concernent également le paiement des salaires sur une base monétaire stable193. La question des méthodes de contrôle du personnel, empreintes digitales, jetons, qui ne figurait qu’indirectement dans le programme en onze points, est également soulevée par les grévistes des cotonnières194, ceux de la société franco-chinoise de mécanique de Nanshi195, ceux des tramways français196.

  • 197 Congrès du travail, p. 172 ; NCH, 21 août 1926.
  • 198 Congrès du travail, ibid.
  • 199 CEB, 21 août et 4 septembre 1926.
  • 200 NCH, 4 septembre 1926.
  • 201 NCH, 11 août 1926.
  • 202 NCH, 28 août 1926.

52Si ces grèves sont essentiellement économiques, les préoccupations nationales n’en sont pas absentes : la grève des cotonnières japonaises en août ne demandait pas seulement une augmentation de 20 %, un meilleur traitement dans les usines, la réintégration d’ouvriers récemment licenciés, mais aussi une réparation de la part des autorités consulaires aponaises, à la suite du meurtre du coolie chinois Chen A-tang à bord du Manri-maru, en rade de Changhai197. La plupart de ces mouvements sont pourtant des échecs totaux ou partiels, tant est grande la détermination du patronat étranger et chinois de ne rien céder au prolétariat changhaien, même sur le plan strictement économique, au moment où les troupes cantonaises entrent victorieusement au Hunan et au Hubei. La grève de 20 000 ouvriers des cotonnières de la Naigai en août, à laquelle on vient de se référer, n’obtient qu’une augmentation de l’allocation de riz, la promesse que la police ne sera plus appelée dans les usines, et le versement d’une indemnité de 4 yuans, alors qu’elle avait duré plus de trois semaines ; par contre, il y a 267 licenciés198. De même, les grévistes de l’Imprimerie missionnaire presbytérienne (américaine), qui en août demandaient audacieusement une journée de huit heures et demie, des hausses de salaires de trois à cinq yuans, des allocations de retraite pour les vieux travailleurs, des indemnités en cas d’accident, l’interdiction des licenciements non motivés et l’amélioration des allocations de nourriture des apprentis, n’obtiennent qu’un succès très partiel après un arrêt de travail de 13 jours : des augmentations de1,5 à 2 yuans, la réduction de la journée de travail de 10 heures à 9 h 40 et le paiement partiel du temps de grève199. Sans décapiter le mouvement syndical, la vigoureuse répression que mènent d’un commun accord les autorités des concessions et la police de Ding Wen-jiang réussit néanmoins à affaiblir cette agitation sociale. Trente-quatre dirigeants de la grève des cotonnières sont arrêtés en août par la police chinoise, et la loi martiale est établie à la fin du mois dans les districts qu’elle contrôle200 ; la police internationale de son côté arrête en août sept dirigeants de la grève des Editions de Chine201, et la Cour mi te condamne à six semaines de prison deux ouvriers ayant distribué des tracts relatifs à l’affaire Chen A-tang et à six mois de prison six « agitateurs » de la grève de la cotonnière n° 9 de la Naigai202.

  • 203 NCH, 30 octobre 1926 (traduction de l’un de ces tracts).
  • 204 NCH, 30 octobre 1926 ; Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 447-448 (Récit du soulèvement par Q (...)

53Au début de l’automne, les armées nationales maîtresses du Hubei et débarrassées de Wu Pei-fu entrent au Jiangxi et s’attaquent à Sun Chuan fang, le maître des provinces du Bas-Yangzi ; les syndicats de Changhai vont alors passer de la lutte économique à l’action politique, par une évolution inverse de celle de l’automne 1925 ; ils vont chercher à coopérer avec les armées nationales contre Sun avec d’autant plus d’ardeur qu’ils se sont déjà heurté à ce dernier au cours de leurs récentes grèves. La première occasion d’intervenir s’offre en octobre, quand le commandant des troupes de Sun au Zhejiang, Xia Chao, lève le drapeau de l’autonomie provinciale et déclare se rallier au gouvernement national de Canton et de Wuhan. Le gros des troupes de Sun Chuan-fang est alors engagé au Jiangxi, et il n’a dans Changhai que quelques milliers d’hommes ; c’est pourquoi la direction régionale du Parti communiste, avec Zhou En-lai et Luo Yi-norg, envisage la possibilité d’un coup de force armé dans les districts chinois de Changhai en s’appuyant sur les quelque deux mille membres des sections de surveillance du Syndicat général, dont 130 seulement sont armés. Le soulèvement est préparé en liaison avec le délégué spécial du Guo-min-dang à Changhai, Niu Yong-jian, qui de son côté a pris contact avec Yu Xia-qing et la Chambre de commerce et dispose de quelques milliers de volontaires. Des tracts sont distribués qui appellent les ouvriers à renverser Sun Chuan-fang, à transformer Changhai en un « territoire spécial » contrôlé par le peuple, à rétablir le Syndicat général et à restaurer les libertés civiles203. Mais la veille du 24 octobre, date choisie pour le soulèvement, parvient à Niu la nouvelle que Xia Chao vient d’être battu par des troupes fidèles à Sun ; il suspend alors toute action, mais sans prévenir les communistes et le Syndicat général, qui laissés à eux-mêmes engagent à Nanshi et à Pudong des combats sans espoir et sont vite dispersés. Il y a plus de 100 arrestations, dont le chef des « sections de surveillance », Tao Jing-xuan, vice- président du syndicat des dockers et ancien compagnon de Liu Hua ; il est immédiatement passé par les armes avec plusieurs de ses camarades204.

  • 205 Par ex. pour la célébration de l’anniversaire du 30 mai (cf. ci-dessus, p. 401), pour l’affaire Ch (...)
  • 206 NCH, 18 décembre 1926 ; Congrès du travail, p. 177.
  • 207 Annuaire, II, p. 23 ; JFRB, 22 mars 1957.
  • 208 NCH, 11 décembre 1926.
  • 209 Annuaire, II, p. 23.
  • 210 C’est ainsi que les imprimeurs, réunis le 17 décembre pour célébrer la mémoire de Liu Hua, votent (...)
  • 211 En décembre, sont collées à Zhabei et à Nanshi des affiches syndicales appelant les ouvriers à con (...)

54Cet échec militaire ne décourage pas le Syndicat général, qui en novembre va poursuivre sur le plan politique la recherche d’alliances très larges contre Sun Chuan-fang. Le mot d’ordre « d’autonomie des trois provinces » (Jiangsu, Anhui et Jiangxi), qui circulait depuis quelque temps dans les milieux de la bourgeoisie locale hostile à Sun, et auquel le Syndicat général s’était déjà associé avant le soulèvement manqué du 24 octobre, fournit la base de ce rassemblement. En novembre, le Syndicat général resserre ses contacts avec les associations d’étudiants et les Associations marchandes de rues, qui avaient été ses alliés au cours du Mouvement du 30 mai, et avec lesquelles en 1926 il avait à plusieurs reprises coopéré à nouveau205 ; il se met aussi en rapport avec l’ « Association des trois provinces », récemment formée par des hommes politiques modérés comme Cai Yuan-pei206. Le 30 novembre, bravant l’interdiction de la police, il déclare reprendre ses activités publiques de son propre chef et appelle les ouvriers à soutenir le mouvement autonomiste, dont le programme avait été deux jours auparavant acclamé au cours d’une grande réunion publique organisée en commun avec les étudiants et les marchands207. Plutôt que de reconstituer simplement l’organisation de juin 1925, la Fédération des ouvriers, marchands et étudiants, on décide de créer un nouvel organisme d’action commune, appelé « Congrès municipal populaire de Changhai », et destiné à diriger le mouvement autonomiste. Bien que la grande manifestation publique prévue le 5 décembre sous l’égide de ce nouvel organisme ait été interdite par Sun208, et que le Syndicat général ait été à nouveau fermé le 8 décembre par la police209, l’agitation pour l’autonomie des trois provinces et l’autonomie municipale de Changhai continue en décembre et en janvier, avec l’appui des groupements ouvriers210 ; quand, après ses défaites au Jiangxi et au Fujian, Sun est obligé d’appeler à l’aide les troupes Fengtian de Chine du Nord, le Syndicat général lance en même temps une campagne d’opinion contre ce nouvel adversaire211.

  • 212 En janvier 1927, après la reprise des concessions de Hankou et de Jiujiang, le Syndicat général la (...)
  • 213 Archives C.F., dossier 23, HS 1019 ; cette grève était le fait du syndicat récemment créé sous l’i (...)
  • 214 SSXB, 18 décembre 1926.
  • 215 Nan-yang xiong-di yan-cao gong-si shi-liao, Matériaux historiques sur la compagnie de tabac Nan-ya (...)
  • 216 Annuaire, II, p. 24.
  • 217 Congrès du travail, pp. 190-193.

55En janvier 1927, à la veille des grandes batailles politiques et militaires qui vont successivement le rendre maître d’un des plus grands centres industriels d’Asie et lui faire perdre soudain le fruit de toutes ses luttes antérieures, le Syndicat général de Changhai se présente donc avec la pleine maîtrise de ses moyens. Il a été pendant toute l’année 1926 à la tête des luttes économiques ouvrières, ainsi que des luttes politiques contre le pouvoir anachronique du du-jun Sun Chuan-fang ; il n’a cessé, depuis l’élan victorieux de la Bei-fa en juillet, d’incarner la solidarité avec le gouvernement national et avec les succès que remporte en Chine centrale le mouvement ouvrier dans la lutte nationale212. Son influence continue de s’étendre dans toutes les directions ; c’est ce qu’a montré à la fin de décembre le succès de la grève des tramways français213, entreprise dont la direction avait jusque-là réussi, par un contrôle extrêmement strict du personnel, à entraver toute activité syndicale et tout mouvement revendicatif, même à l’occasion du 30 mai 1925 ; très significatif aussi est le ralliement au Syndicat général de groupements longtemps fidèles au corporatisme et même associés un certain temps en 1924-1925 aux éléments anti-communistes de la « Fédération », comme la vieille Fédération industrielle des bateaux et entrepôts214, ou comme le club ouvrier de la manufacture de tabac Nan-yang, dont les dirigeants favorables à la collaboration avec le patronat sont éliminés au profit d’éléments plus combatifs dans le courant de janvier215. En décembre, malgré la clandestinité à laquelle il est de nouveau réduit, le Syndicat général convoque une Conférence des délégués de ses syndicats de base, et organise un recensement de ceux-ci au début de janvier, leur demandant leurs statuts, leurs effectifs, la composition de leur direction, le salaire mensuel de leurs membres, etc.216. Cent quatre-vingt-sept organisations de base sont ainsi dénombrées, qui sont regroupées en vingt Syndicats généraux d’industrie, et en six secteurs géographiques217.

***

  • 218 Cf. L. Wieger, Chine moderne, tome VII, pp. 52-54 (« Pour les bolchevistes, pas de merci. Aux étra (...)
  • 219 RT, Mukden, 1926, p. 4 et 1927, p. 1.
  • 220 MDN, 21 octobre 1926.
  • 221 XD, 28 juillet et 6 août 1926 (700 licenciements récents sur le Jiao-ji ; trois mois de salaires e (...)
  • 222 XD, 6 août 1926 (il n’existe plus sur le Long-hai et à la cotonnière de Zheng-zhou que des syndica (...)
  • 223 PP, 28 novembre 1926. Ce sont ces arrestations qui seront à l’origine de l’agitation anti-anglaise (...)
  • 224 MDN, 3 février 1927.
  • 225 1 174 tués sans jugement, 2 286 condamnés à mort, 2 219 blessés (IPC, 18 août 1927).

56En Chine du Nord, en revanche, la fin de l’année 1926 voit s’aggraver la condition ouvrière et la répression contre le mouvement ouvrier. Zhang Zuo-lin est réconcilié maintenant avec son vieil adversaire Wu Pei-fu depuis que celui-ci a été chassé du Hubei par les armées nationales ; c’est lui qui envoie en décembre à Changhai Zhang Zong- chang, le commandant des armées du Shandong, à la rescousse de Sun Chuan-fang qui est en mauvaise posture devant l’offensive d’hiver des armées nationales. Il fait figure de dernier « homme fort » dans la lignée des Yuan Shi-kai et des Cao Kun, de ces « hommes forts » sur lesquels si souvent les forces de conservation sociale et les grands intérêts étrangers avaient compté pour faire échec aux mouvements populaires. Il se proclame en décembre chef des « Armées de pacification nationale » (An-guo-jun), limite son programme politique à un anti-communisme extrêmement violent et assure les Occidentaux de son entière bonne volonté218. Mais l’état de sa monnaie, le feng-piao, n’est guère à la mesure de ses ambitions puisque son taux d’échange avec le yuan d’argent, qui était de 260 au début de 1926, tombe à 480 à la fin de l’année et atteindra 1 170 en avril 1927219. La manière forte lui paraît cependant suffire à régler les problèmes politiques et sociaux ; même les tentatives timides des ouvriers du Nord-Est pour déclencher des grèves dont les revendications se limitent à la vie chère sont brisées brutalement, comme lors du lock-out des ouvriers de la manufacture de laine de Mukden en octobre 1926220. La situation des ouvriers de Chine du Nord, celle des cheminots par exemple, est également très difficile ; les salaires sont payés avec plusieurs mois de retard221, les licenciements sont fréquents, et la répression a été si vigoureuse qu’aucun des syndicats formés en 1925, à l’époque des Guo-min-jun, n’a survécu et ne peut prendre la tête de mouvements même revendicatifs222. Les autorités étrangères participent comme les autorités militaires chinoises à cette répression de tout mouvement politique ou social suspect de sympathie pour le régime du Wuhan. En novembre, la police anglaise de Tianjin arrête quatorze jeunes militants du Guo-min-dang accusés d’avoir préparé une grève dans une cotonnière et les livre à la police de Zhang Zuo-lin ; plusieurs seront exécutés223. A Dairen, la police japonaise pourchasse de même toute personne favorable à la cause du Sud224, et un rapport de l’Internationale communiste évalue à plusieurs milliers le nombre des personnes tuées sans jugement, condamnées à mort ou blessées en Chine du Nord au cours du premier trimestre de 1927225. Les succès du mouvement national à partir de juillet 1926 ont donné un nouvel élan au mouvement ouvrier du Hunan, du Hubei, du Jiangxi, et déjà de Changhai avant même la libération de la ville ; mais ils n’ont guère pu profiter au mouvement ouvrier des provinces septentrionales.

Notes

1 Sur ces opérations militaires, cf. L. Wieger, Chine Moderne, tome VII, « éphémérides » ; cf. aussi Tang Leang-li, Inner history, pp. 255-256.

2 Sur les mouvements des armées Guo-min-jun, cf. L. Wieger, op. cit., « éphémérides » ; cf. aussi XD, 4 novembre 1926.

3 Cf. le témoignage oculaire de H. O. Chapman, The Chinese revolution, p. 20 : « On constate que les soldats nationalistes n’ont jamais pillé, que en gros ils ont payé pour tout ce qu’ils achetaient aux cours du marché, que c’est seulement en cas de nécessité urgente qu’ils ont recruté des coolies-porteurs et que même dans ce cas ils les ont d’habitude payés. Les villageois et les gens des villes en étaient stupéfaits : c’était vrai après tout, comme le disait la propagande, que ces gens étaient « unis avec le petit peuple ». Le peuple en échange les a reçus très cordialement et il n’était pas rare de voir, quelques heures après l’occupation d’une ville ou d’un village, les soldats fraternisant et bavardant très amicalement avec les boutiquiers et les familles dans les rues. Un service indigène de renseignements était ainsi toujours prêt à aider l’armée qui arrivait ; des guides sûrs étaient disponibles à volonté ; dans certains cas, plusieurs jours avant l’arrivée de l’armée, les villes et les cités avaient été occupées par de petits proupes d’enthousiastes, parfois avec l’aide d’une poignée de miliciens locaux, au nom du gouvernement national. »

4 Hu Hua, Exposé, p. 150 ; SCMP, 2 juillet 1926. Au total, l’armée révolutionnaire aurait compté à son arrivée à Wuhan quelque 20 000 grévistes (PP, 3 avril 1927)

5 SCMP, 15 octobre 1926.

6 SCMP, 30 septembre 1926, qui note de ce fait une certaine raréfaction de la main-d’œuvre à Changsha, et qui souligne que « les classes laborieuses attendent comme un bienfait (boon) l’arrivée des sudistes ».

7 N. Wales, Red dust, p. 83 (Souvenirs du mineur Tsai Shu-fan).

8 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 319-328.

9 Ibid., cf. aussi A. Strong, China’s millions, p. 100 (Souvenirs du mineur Tang Chou-yi).

10 Dès le printemps, Zhao Heng-ti avait été renversé par un soulèvement populaire combiné à des intrigues militaires. Mais son adversaire Tang Sheng-zhi, allié à Canton, n’avait pu se maintenir que dans le sud de la province, dont le reste était tombé aux mains de partisans de Wu Pei-fu. Cf. Li chien-nung, Political history, p. 503.

11 Ho Kan-chih, Modem revolution, p. 124.

12 Red dust, p. 90 (Souvenirs du cheminot Wang Cheng).

13 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 319-328.

14 Hu Hua, Exposé, p. 151.

15 PP, 5 septembre 1926.

16 Cf. Wieger, op. cit., tome VII, p. 41.

17 Ibid., p. 48.

18 C’est le 15 octobre 1926 qu’une session du Comité central du Guo-min-dang décide d’organiser dans les territoires libérés des gouvernements provinciaux à l’image de celui du Guangdong (Tang Leang-li, op. cit., p. 260).

19 Le Hankou Sbangbao titre le 14 septembre 1926 : » les syndicats de Hankou se lèvent comme le vent et foisonnent comme les nuages ».

20 CEB, 27 novembre 1926.

21 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 399.

22 CEJ, novembre 1927 (Analysis of strikes in China).

23 SCMP, 7 janvier 1927.

24 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 3 20.

25 Li Rui, op. cit., p. 226.

26 NCH, 11 décembre 1926 ; cf. Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 331 à 372 (résolutions votées par ce Congrès).

27 ΡΡW, n° 2 (A visit to Hunan province).

28 NCH, 31 décembre 1926.

29 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, Chronique de Nanchang).

30 Ibid.

31 Annuaire, II, pp. 88-89. Cf. ci-dessous, p. 494.

32 CEB, 27 novembre 1926.

33 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 399 sq. Xu, ancien dirigeant du syndicat des cheminots (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 118), est président de la Fédération du Hubei et Liu est secrétaire de la commission des revendications économiques.

34 Ibid., p. 331 ; Guo Liang, président de la Fédération du Hunan, avait en 1922 assisté Mao Ze-dong à la direction de l’ancienne Fédération provinciale. (Cf. ci- dessus, p. 276).

35 Cf. leur liste dans CEB, 27 novembre 1926.

36 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 425-432.

37 IPC, 2 juin 1927.

38 CEB, 27 novembre 1926.

39 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 335.

40 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 407.

41 Le Comité exécutif de chaque « branche » du Syndicat général du textile du Wuhan, en avril 1927, comporte obligatoirement au moins une femme et un jeune ouvrier (IPC, 2 juin 1927).

42 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 417.

43 Ibid., p. 338 sq.

44 Ibid., p. 407.

45 NCH, 24 décembre 1926.

46 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 345-349.

47 IPC, 2 juin 1927.

48 SCMP, 19 novembre 1926. (Ce sont les milices syndicales qui occupent les bureaux de la B.A.T. de Hankou jusqu’à acceptation des demandes présentées par le syndicat) ; cf. aussi NCH, 15 janvier 1927 (les milices de Jiujiang bloquent la navigation jusqu’au règlement de la grève des coolies du port).

49 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 420-421.

50 NCH, 18 décembre 1926.

51 H. O. Chapman, op. cit., p. 91. Cf. aussi NCH, 12 février 1927 (le syndicat des domestiques des étrangers de Hankou fait juger ses membres par ses propres tribunaux, et non plus par les tribunaux civils).

52 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 335.

53 CEJ, novembre 1927 (An analysis of strikes in China).

54 NCH, 15 janvier 1927.

55 Matériaux sur le mouvement ouvrier, 375-377.

56 SCMP, 25 janvier 1927.

57 NCH, 24 décembre 1926.

58 NCH, 12 février 1927.

59 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 402.

60 Cf. par ex. STSB, 25 novembre 1926 (nombreuses écoles ouvrières instituées par la Fédération provinciale du Hubei aux frais des patrons, après accord avec ceux-ci). Cf. aussi le Rapport de la délégation internationale de l’I.S.R. (IPC, 2 juin 1927), selon lequel le Syndicat général du textile de Wuhan avait prévu un fonds d’éducation dans son contrat avec les employeurs, alimenté par ceux-ci à raison de 4 000 yuans par mois. D’après Li Li-san (DSZL, 1954, n° 4) il y avait à Wuhan, dès l’automne 1926, 70 écoles ouvrières avec 9 000 élèves.

61 Xiu Wen-tian, Zhong-guo gong-ren yun-dong-shi chu-gao (Esquisse d’histoire du mouvement ouvrier chinois), p. 123. Sur Wang Guang-hui et Shen Xiao-cen, cf. ci- dessus, p. 325.

62 Guo Liang, Hunan gong-renyun-dong-zhi guo-qu yu xian-zai (Le passé et le présent du mouvement ouvrier au Hunan), p. 2.

63 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), p. 578.

64 Cf. la chronologie des grèves de l’Annuaire, II, pp. 154 à 282 ; cf. aussi NCH passim.

65 Annuaire, II, p. 290.

66 PP, 16 janvier 1927.

67 Matériaux sur le mouvement ouvrier pp. 375-377.

68 Annuaire, II, pp. 290-292.

69 La menace de l’introduction de nouvelles machines, et du chômage qui en résulterait était une des principales préoccupations des ouvriers de la B.A.T. de Hankou depuis plusieurs années. Cf. ci-dessus, p. 402.

70 Sur la reprise de la concession britannique de Hankou, cf., du côté chinois, Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 383-398, et du côté occidental, NCH, 8 janvier 1927, PP, 9 janvier 1927, SCMP, 15 janvier 1927 ; cette dernière source utilise le récit d’un inspecteur de l’Asiatic Petroleum Co. Cf. aussi le témoignage de H.O. Chapman (op. cit., pp. 33-35).

71 H. O. Chapman, op. cit., p. 34.

72 C’est Li Li-san qui dirige la grande manifestation du 26 décembre contre les arrestations de Tianjin, et c’est Liu Shao-qi qui entraîne la oule à occuper la concession le 4 janvier (Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 383).

73 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 389 sq. et NCH, 15 et 22 janvier 1927.

74 NCH, 20 février 1927 et SCMP, 8 mars 1927.

75 RT, 1927, Changsha, p. 1.

76 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, Chronique de Nanchang).

77 Pour une analyse d’ensemble de la politique des Puissances à l’égard du mouvement national à cette époque, cf. ci-dessous, p. 487-488.

78 RT, 1927, Changsha, p. 1.

79 SCMP, 22 janvier 1927.

80 NCH, 12 février 1927.

81 NCH, 12 février 1927. C’est sans doute à des revendications aussi radicales que faisait allusion Liu Shao-qi quand il déclarait dans un entretien avec Nym Wales (Chinese labor movement, p. 48) : « Au début, les grèves étaient de tendance gauchiste ; les demandes des ouvriers furent parfois trop élevées ».

82 CWR, 2 avril 1927.

83 CB, 21 novembre 1926.

84 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 415.

85 L’augmentation aurait été souvent voisine de 50 % (PP, 10 avril 1927) ; les imprimeurs de Wuhan obtiennent une hausse de sept yuans par mois (CEJ, nov. 1927, An Analysis...), ce qui représente sans doute un pourcentage moindre.

86 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 326 (liste des catégories ayant obtenu des augmentations de salaires).

87 Cf. ci-dessus, p. 454, notes. De même, à Nanchang, éclate en janvier une grève générale des employés des boutiques chinoises, protestant contre la coutume traditionnelle du renvoi global du personnel pour le Nouvel An lunaire, coutume qui laissait aux patrons la faculté de reprendre qui bon leur semblait. Les grévistes obtiennent satisfaction (JDSZL, 1957, n° 4, op. cit.).

88 RT, 1927, Changsha, p. 3.

89 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 422.

90 Ibid., p. 362.

91 Chen Da, Question du Travail, p. 222.

92 Cf. Tang Leang-li, Inner History, p. 260. En fait, ce qu’on appelle couramment le gouvernement de Wuhan n’était encore à cette date qu’un « Conseil mixte », formé à la fois de membres du Comité exécutif central du Guo-min-dang et de membres d 1 gouvernement national résidant provisoirement à Wuhan (Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 359). Sur l’évolution générale des rapports entre la gauche et la droite du Guo-min-dang et le redressement de la gauche pendant l’hiver 1926-1927, cf. ci-dessous, p. 486.

93 Congres du travail, p. 166 (Rapport d’activité de Liu Shao-qi au IVe Congrès).

94 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 359.

95 PP, 10 avril 1927.

96 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 362.

97 Ibid., p. 363.

98 Ibid.

99 A. Holcombe, The Chinese revolution, p. 206.

100 SCMP, 27 octobre 1926.

101 Ces inquiétudes se reflètent dans des articles de la presse d’affaires de Changhai, comme ceux du Shang-bao (Journal du commerce), qui demandent qu’on restreigne à Wuhan les activités ouvrières à la seule lutte contre les militaristes et les grands intérêts étrangers (XD, 6 janv. 1927).

102 Chen Da, Question du travail, p. 225.

103 CEJ, novembre 1927 (Analysis of strikes...).

104 C’est ainsi que la grève des postiers avait été réglée par les représentants du gouvernement en présence de Liu Shao-qi, délégué du Syndicat général (Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 378). Celles des rickshaws et des lithograveurs de Changsha, au début de l’automne, s’étaient terminées grâce à la médiation soit du gouvernement, soit de la section ouvrière du Guo-min-dang (Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 326).

105 Annuaire, III, pp. 186-187 ; cf. aussi IS, 1927, II, p. 575.

106 Déjà, le 1er décembre, le Congrès provincial des syndicats du Hunan avait approuvé le programme ouvrier du IIe Congrès provincial du Guo-min-dang, qui comportait l’institution d’organes d’arbitrage (Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 360). De même un éditorial de XD sur les grèves de Wuhan (6 janv. 1927), en réponse à la campagne patronale en faveur d’une limitation des activités ouvrières et de l’institution d’un arbitrage obligatoire, se contentait de déclarer « nous ne sommes pas opposés à 100 % à l’arbitrage, bien que nous ne pensions pas que cela puisse résoudre correctement les différends ».

107 CWR, 14 et 21 août 1926 (« Toute tentative de créer du désordre pendant l’Expédition du Nord sera considérée comme un acte de contre-révolution et de trahison »).

108 Annuaire, III, p. 252 (texte du règlement de Canton sur les commissions d’arbitrage).

109 Deng Zhong-xia, Sheng-gang ba-gong-zhong-zhi xhong-ying tan-pan, (Les pourparlers sino-britanniques pendant la grève de Canton-Hongkong), p. 3.

110 Ibid., p. 1-2.

111 Ce sont les arguments qu’employera XD, le 19 octobre 1926, dans un éditorial destiné à expliquer l’arrêt du mouvement de grève.

112 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 298-299 ; XD, 19 octobre 1926.

113 CWR, 17 et 24 juillet 1926.

114 Deng Zhong-xia, Sheng-gang ba-gong-zbong-zhi zhong-ying tan-pan. Les pourparlers..., pp. 33-39 ; Cf. aussi CYB, 1926, pp. 926-928.

115 Ibid., pp. 39-41.

116 Cf. Guang-dong gong-ren ba-gong tou-zheng zi-liao, (Matériaux sur les luttes de grèves des ouvriers du Guangdong), particulièrement les documents n° 8 et n° 9, intitulés » Critique des négociations de grève » et datant vraisemblablement de la fin d’août : « en principe, nous sommes satisfaits de l’attitude des représentants chinois pendant les négociations ».

117 Cf. dans XD un article de Tan Ping-shan du 6 août 1926, insistant sur la nécessité d’une solution rapide de la grève, et une lettre de la direction du Parti communiste aux grévistes (15 août 1926) les assurant que la grève approchait d’une solution « convenable » et insistant sur la nécessité d’éviter des « souffrances excessives ».

118 Mif, Pour une Chine forte et libre, p. 35.

119 T. N. Akatova, op. cit., p. 135 (citant le Min-guo Ri-bao de Canton).

120 CYB, 1928, p. 976.

121 T. N. Akatova, op. cit., p. 139, qui cite des documents soviétiques illustrant la campagne d’opinion alors lancée par l’Internationale.

122 SCMP, 4 octobre 1926 (la Conférence se réunit le 12 sept.).

123 Après l’échec des négociations de juillet, le Comité de grève a reçu de toute la Chine des lettres l’encourageant à tenir bon, et il a tenu à Canton des meetings auxquels a largement participé la population (T. N. Akatova, op. cit., p. 137, d’après la presse cantonaise).

124 SCMP, 9 octobre 1926.

125 CYB, 1928, pp. 977-978.

126 « La victoire des luttes de la Chine ne peut plus être obtenue par les fruits d’une seule grève ou d’un seul boycott », déclare le 19 octobre 1926 l’éditorial de XD intitulé « la grève de Hongkong est terminée ».

127 En novembre 1926, un communiqué du gouvernement de Canton annonce que parmi les ouvriers ayant perdu leur travail du fait de la grève, 10 000 sont employés par ses propres services, 10 000 par le Comité de grève et ses piquets, tandis que 8 000 sont chômeurs (CWR, 27 nov. 1926). Encore en janvier 1927, 1 300 maisons de Canton continuaient à être réquisitionnées pour loger les grévistes (SCMP, 19 janv. 1927).

128 En novembre 1926, peu après la fin de la grève, le Parc de l’Est, siège du Comité de grève depuis juin 1925, est détruit par un incendie, y compris des stocks importants de marchandises saisies et non écoulées, ainsi que toutes les archives du Comité (SCMP, 8 nov. 1926). L. Wieger, Chine moderne, t. VII, p. 48 attribue cet accident à la malveillance ; de fait, le Comité restait même après la fin de la grève une puissance locale qui continuait sans doute à susciter bien des inimitiés.

129 SCMP, 4 août, 26 novembre et 11 décembre 1926.

130 CWR, 28 janvier 1928 ; cette enquête a déjà été utilisée au chapitre précédent, p. 420-21, à travers les éléments fragmentaires qu’en reproduisent l’Annuaire, ainsi que le CYB de 1928.

131 SCMP, 18 février 1927.

132 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927 (The trade-union movement in Canton).

133 IPC, 7 avril 1927.

134 SCMP, 28 juillet et 21 août 1926.

135 SCMP, 28 juillet et 21 août 1926.

136 SCMP, 25 septembre 1926.

137 SCMP, 28 décembre 1926.

138 SCMP, 7 octobre 1926.

139 CWR, 11 décembre 1926.

140 CWR, 28 janvier 1928.

141 SCMP, 9 août 1926.

142 RT, Kongmoon, 1926, p. 1.

143 SCMP, 4 janvier 1927 ; parmi les membres de la Conférence des délégués qui prenaient le plus activement part à ces rencontres, figuraient les acteurs de la populaire « danse du lion », athlètes éprouvés dont le syndicat était affilié à la Conférence (SCMP, 11 janvier 1927).

144 SCMP, 23 septembre 1926.

145 SCMP, 15 février 1927.

146 CWR, 15 janvier 1926.

147 SCMP, 4 et 7 janvier I927. La même semaine, les mécaniciens attaquent aussi les cheminots du Yue-han et du Canton-Jiulong (CB, 18 janv. 1927).

148 SCMP, 13 juillet 1926, 12 et 13 août 1926 ; cf. aussi sur cet incident XD, 29 août 1926.

149 SCMP, 16 novembre 1926.

150 XWB, 4 janvier 1927.

151 Cf. ci-dessus, p. 462.

152 Annuaire, III, pp. 254-256. Le résumé du texte publié dans le CYB, 1928, p. 974, est daté par erreur de janvier 1926.

153 SCMP, 16 novembre 1926.

154 Cf. ci-dessous, p. 490.

155 Pendant le deuxième semestre de 1926, on relève (SCMP, passim) des grèves suivies d’augmentations de salaires dans les journaux, les grands magasins, les manufactures d’allumettes, les boutiques de riz, les banques ainsi que sur les chemins de fer de la province, à l’arsenal et dans les postes.

156 SCMP, 7 décembre 1926.

157 SCMP, 10 décembre 1926.

158 C’est ainsi que les manufactures d’allumettes annoncent leur intention de quitter Canton « en raison de la tyrannie ouvrière » (CWR, 22 janvier 1927).

159 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927 (op. cit.).

160 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 24.

161 CWR, 22 janvier 1927.

162 SCMP, 12 et 18 février 1927.

163 XD, 6 mars 1927 ; SCMP, 26 mars 1927.

164 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927 ; SCMP, 4 mars 1927.

165 PPW, ibid.

166 A Shantou, le commandant de la garnison, He Ying-qin, avait dès l’été 1926 fait déporter les dirigeants des syndicats de gauche, en s’appuyant sur un syndicat modéré et sur les sociétés secrètes du Lotus blanc et du Lotus vert (SCMP, 21 août 1926).

167 L’article que XD consacre à l’affaire des congés de Nouvel An (6 mars 1927) développe longuement la nécessité de renforcer cette « coopération entre marchands et ouvriers ».

168 Dès l’été 1927, un des membres de la délégation internationale de l’I.S.R. critiquera publiquement (PPW, op. cit.) cette politique sociale trop timide.

169 XD, 7 juillet 1926 (statistiques du Syndicat général de Changhai).

170 XD, 15 août 1926 (idem).

171 XD, 25 septembre 1926.

172 CEB, passim.

173 Archives C. F., dossier, n° 23, HS 1019.

174 NCH, 22 et 29 janvier 1927. Le commissaire de police de la concession internationale compte en décembre 14 grèves affectant 20 000 personnes. Ces chiffres ne peuvent être comparés à ceux précédemment fournis par le Syndicat général pour juillet et août (70 000 et 37 000 grévistes), puisque, à cette date, des rapports de police n’en comptaient respectivement que 35 000 et 25 000 ; ces derniers étaient établis sur une base géographiquement plus restreinte, celle de la concession internationale.

175 D. K. Lieu, China’s industries and finances, p. 109 (d’après les statistiques des autorités chinoises de Changhai).

176 PDR, passim.

177 C’est ainsi qu’en octobre 1926, un dirigeant du Syndicat général exalte devant une assemblée de chômeurs les succès des armées nationales et les avantages qu’en retirent les ouvriers du Hubei (CWR, 23 oct. 1926).

178 XD, 23 juin 1926.

179 Ibid.

180 Il avait étudié à Cambridge et Glasgow, et avait reçu en 1913 la direction du Service géologique de Chine, nouvellement créé, (CYB, 1926, p. 1 200).

181 XD, 7 juillet 1926.

182 Congrès du travail, p. 190, sq. (Rapport du Syndicat général au IVe Congrès).

183 XD, 7 juillet 1926.

184 Congrès du travail, pp. 192-193.

185 Cette réunion est datée du 23 juillet dans le Rapport du Syndicat général au IVe Congrès (Congrès du travail, p. 172), et du 11 juillet par d’autres sources (Annuaire, II, p. 22).

186 Congrès du travail, p. 172.

187 En septembre 1926, à l’usine de Yangshupu de la Nanyang, quand on annonce- l’installation de nouvelles machines, les ouvrières armées de barres de fer, de morceaux de bois, de manivelles, saccagent plusieurs ateliers (NCH, 25 sept. 1926) et les dégâts sont estimés à 500 000 yuans (NCH, 23 oct. 1926).

188 En juillet 1926, un dirigeant du Syndicat général des cotonnières réunit les ouvriers de l’usine n° 3 de la Naigai, où récemment avait éclaté une rixe entre des gens du Kompo et du Shandong, et annonce que « quiconque sèmera des dissensions entre les ouvriers sera sévèrement châtié par ses camarades » (NCH, 10 juill. 1926).

189 XD, 23 juin 1926.

190 XD, 15 août 1926.

191 CEB et NCH, juin-septembre 1926, passim.

192 C’est ce que demandent les ouvriers des imprimeries (CEB, 7 août 1926), ceux des manufactures de tapis (CEB, 4 sept. 1926), ceux des tramways chinois de Nanshi (CEB, 18 sept. 1926), etc.

193 C’est ainsi que les postiers obtiennent en juillet d’être payés sur la base du taël d’argent et non plus du dollar mexicain (CEB, 7 août 1926) ; les employés des boutiques de thé obtiennent que leurs salaires soient calculés d’après un taux fictif d’échange de la monnaie de cuivre, plus avantageux que le taux réel (CEB, 31 juill. 1926).

194 Congrès du travail, p. 172.

195 CEB, 21 août 1926.

196 Archives C. F., dossier 23, HS 1019.

197 Congrès du travail, p. 172 ; NCH, 21 août 1926.

198 Congrès du travail, ibid.

199 CEB, 21 août et 4 septembre 1926.

200 NCH, 4 septembre 1926.

201 NCH, 11 août 1926.

202 NCH, 28 août 1926.

203 NCH, 30 octobre 1926 (traduction de l’un de ces tracts).

204 NCH, 30 octobre 1926 ; Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 447-448 (Récit du soulèvement par Qu Qiu-bai). Cf. aussi JFRB, 21 mars 1957.

205 Par ex. pour la célébration de l’anniversaire du 30 mai (cf. ci-dessus, p. 401), pour l’affaire Chen A-tang (CEB, 18 sept. 1926), ou pour la Journée d’Humiliation nationale du 7 septembre (NCH, 11 sept. 1926).

206 NCH, 18 décembre 1926 ; Congrès du travail, p. 177.

207 Annuaire, II, p. 23 ; JFRB, 22 mars 1957.

208 NCH, 11 décembre 1926.

209 Annuaire, II, p. 23.

210 C’est ainsi que les imprimeurs, réunis le 17 décembre pour célébrer la mémoire de Liu Hua, votent une motion en ce sens (SSXB, 18 décembre 1926).

211 En décembre, sont collées à Zhabei et à Nanshi des affiches syndicales appelant les ouvriers à continuer l’action pour l’autonomie de Changhai, à s’opposer à l’arrivée des troupes Fengtian dans la ville, et à boycotter leurs billets de banque (NCH, 18 déc. 1926).

212 En janvier 1927, après la reprise des concessions de Hankou et de Jiujiang, le Syndicat général lance par exemple une campagne de propagande anti-britannique et constitue avec les étudiants un comité pour la rupture des relations avec l’Angleterre (Congrès du travail, p. 175).

213 Archives C.F., dossier 23, HS 1019 ; cette grève était le fait du syndicat récemment créé sous l’impulsion du Syndicat général.

214 SSXB, 18 décembre 1926.

215 Nan-yang xiong-di yan-cao gong-si shi-liao, Matériaux historiques sur la compagnie de tabac Nan-yang et frères, pp. 348-351.

216 Annuaire, II, p. 24.

217 Congrès du travail, pp. 190-193.

218 Cf. L. Wieger, Chine moderne, tome VII, pp. 52-54 (« Pour les bolchevistes, pas de merci. Aux étrangers paisibles sans distinction de nationalité, je promets protection et compte sur leur coopération, puisque vis-à-vis du bolchevisme notre cause et la leur sont communes » — proclamation du 6 décembre 1926).

219 RT, Mukden, 1926, p. 4 et 1927, p. 1.

220 MDN, 21 octobre 1926.

221 XD, 28 juillet et 6 août 1926 (700 licenciements récents sur le Jiao-ji ; trois mois de salaires en retard sur le Jing-han).

222 XD, 6 août 1926 (il n’existe plus sur le Long-hai et à la cotonnière de Zheng-zhou que des syndicats protégés par l’administration ou le patronat).

223 PP, 28 novembre 1926. Ce sont ces arrestations qui seront à l’origine de l’agitation anti-anglaise déclenchée sur le territoire tenu par les armées nationales, et qui aboutira à la reprise des concessions de Hankou et de Jiujiang.

224 MDN, 3 février 1927.

225 1 174 tués sans jugement, 2 286 condamnés à mort, 2 219 blessés (IPC, 18 août 1927).

Table des illustrations

Légende CARTE N° 10. Opérations militaires entre l’été 1926 et le printemps 1927.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende CARTE N° 11. Progrès des organisations syndicales au Hunan à l’automne 1926.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 753k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site