Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XII. La grève de Canton-Hongkong et le nouvel élan du mouvement ouvrier en Chine du Sud (juin 1925-juillet 1926)

Texte intégral

1Les répercussions en Chine du Sud de l’affaire de Nanking Road vont être plus spectaculaires et plus durables encore que dans le reste du pays ; la grève de Canton-Hongkong, conséquence directe du Mouvement du 30 mai, va en effet durer seize mois, jusqu’en octobre 1926. Ce nouvel élan du mouvement ouvrier ne peut s’analyser sans prendre d’abord en considération la situation politique de la Chine du Sud.

  • 1 Sur la situation politique à Canton au printemps 1925, cf. Li Chien-nung, Political history, pp. 4 (...)
  • 2 Sur l’ensemble de la grève de Canton-Hongkong, cf. l’ouvrage de T.N. Akatova, S angan-Guanzouskaja (...)

2La mort de Sun Yat-sen, en mars 1925, n’a pas en effet, du moins en apparence, ébranlé le gouvernement de Canton ni remis en question les « trois nouvelles politiques » définies au début de 19241. Sa succession était collégialement assurée par les membres du Comité exécutif central du Guo-min-dang élu au Congrès de janvier 1924, au sein duquel figuraient des communistes comme Li Da-zhao, Tan Ping-shan, Yu Shu-de, et dont d’autres fortes personnalités, comme Liao Zhong-kai et Wang Jing-wei, appartenaient à la tendance de gauche du parti ; les éléments plus modérés, tels que Hu Han-min, Jiang Jie-shi, ou le général Xu Chong-zhi, n’avaient encore manifesté ouvertement aucun désaccord quant à l’alliance soviétique et la coopération avec les communistes. En février et mars, la « Première expédition de l’Est », à laquelle les cadets de Huangpu avaient pris une part active, avait repoussé jusqu’aux confins orientaux du Guangdong les troupes de Chen Jiong-ming, restées menaçantes jusque-là ; à la même époque, l’autorité de Canton avait été consolidée dans l’ensemble du Guangxi par l’élimination des chefs militaires locaux qui avaient été un moment pendant la période précédente les alliés de Sun Yat-sen. Enfin, le 13 juin, les deux condottiere auxquels Sun Yat-sen avait longtemps abandonné la ville même de Canton en échange de l’aide qu’ils lui avaient apportée lors de son retour en 1923, Liu Zhen-huan et Yang Xi-min, avaient été écartés à leur tour. La preuve avait été faite de leur complicité avec Chen Jiong-ming et aussi avec Tang Ji-yao du Yunnan, toujours engagé dans de nouvelles intrigues ; leurs mercenaires furent désarmés sans coup férir le 13 juin par les troupes de Xu Chong-zhi et de Jiang Jie-shi, renforcées par les cadets. Le même jour, s’ouvre une importante session du Comité exécutif central qui abolit définitivement la charge de général en chef (que depuis la mort de Sun Yat-sen, Hu Han-min assurait provisoirement) et constitue officiellement un « Gouvernement national », responsable devant le Guo-min-dang et dont Wang Jing-wei prend la présidence. La grève de Canton-Hongkong va fournir à ce gouvernement, dont l’autorité venait de s’affermir ainsi, l’occasion de mettre en pratique la troisième des « nouvelles politiques » de Sun Yat-sen, à savoir le soutien du mouvement ouvrier et paysan ; elle va en même temps renforcer le crédit des organisations ouvrières et du Parti communiste auprès de ce gouvernement, de la bourgeoisie du Sud, et de toute l’opinion publique cantonaise2.

  • 3 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 224.
  • 4 Deng Zong-xia, Ibid, p. 225 ; CEJ, novembre 1927. (An analysis of strikes in China 1918-1926). Les (...)

3Le principe de cette grève avait été décidé au début de juin, dès le lendemain des incidents de Changhai. Hongkong, base principale de la puissance britannique en Extrême-Orient, était toute désignée pour une manifestation de solidarité envers les ouvriers tombés à Changhai sous les balles britanniques. Les dirigeants de la Fédération syndicale pan- chinoise3 vinrent négocier avec les syndicats modérés de la colonie, Syndicat général des ouvriers chinois et Syndicat général des groupements ouvriers ; devant les réticences de ces derniers, ils décidèrent de commencer le mouvement dans les secteurs où leur influence leur permettait d’agir seuls : marins, télégraphistes, compositeurs de journaux, personnel des firmes étrangères. La grève y était effective le 19 juin ; les participants faisaient leurs les dix-sept demandes des grévistes de Changhai et y ajoutaient des revendications à caractère local : liberté complète de parole, d’association, et de publication sur le territoire de la colonie, égalité de traitement pour les Chinois et les étrangers, possibilité pour les Chinois d’être électeurs au même titre que ceux-ci, établissement d’une législation ouvrière comprenant la journée de huit heures, le salaire minimum, les contrats collectifs, l’abolition du bao-gong, et les assurances ouvrières, baisse des loyers, liberté de résidence dans les différents quartiers de l’île4. Comme à Changhai, cette plate-forme de grève reflétait donc à la fois les exigences propres de la classe ouvrière et les aspirations générales de la population chinoise de Hongkong. Les grévistes partent immédiatement pour Canton, entraînant déjà avec eux un certain nombre d’ouvriers des autres professions et « débordant par la base » les dirigeants des syndicats modérés, comme l’avaient escompté les promoteurs du mouvement.

  • 5 Les manifestants étaient 100 000 d’après Deng Zhong-xia, 10 000 d’après Chen Da (CEJ, op. cit.).
  • 6 Cf. June twenty-third. (Rapport de la commission d’enquête constituée par le gouvernement de Canto (...)
  • 7 Foreign Office, Cmd. n° 2636, Papers respecting the first firing in the Shameen affair of june twe (...)
  • 8 Cette commission, formée par Hu Han-min au lendemain de l’incident comprenait essentiellement des (...)
  • 9 SCMP, 27 juin 1925, texte d’une résolution unanimement adoptée par dix-sept professeurs américains (...)
  • 10 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 227.

4A Canton, le 23 juin, s’organise un grand défilé de tous les grévistes déjà arrivés, renforcés par des cadets de Huangpu, des étudiants, des artisans des métiers de Canton5. Quand au début de l’après-midi les manifestants empruntent la rue Shaji, que seul un étroit canal séparait des concessions étrangères de l’île de Shamian, fortifiée solidement depuis quelques jours, éclate une fusillade qui fait dans le cortège cinquante- deux morts et plus de cent blessés6. Les documents officiels ultérieurement publiés par les Puissances accusèrent les manifestants d’avoir tiré les premiers7, alors que les témoignages recueillis par la commision d’enquête du gouvernement de Canton8, et ceux des professeurs américains du Canton Christian College9, pour ne rien dire de ceux des syndicats de gauche10, mettent en cause les sentinelles anglaises et françaises de Shamian.

  • 11 Ibid., pp. 227-228.
  • 12 Hongkong Administrative Reports, 1925 (qui donne la liste de vingt-huit professions en grève).
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.
  • 15 SCMP, 15 juillet 1925.
  • 16 JDSZL, 1958, n° 5, Xiang-gang ba-gong gong-ren dai-biao da-hui di-yi-bai-ci ji-nian- kan (Publicat (...)
  • 17 SCMP, passim.

5Le Syndicat général pan-chinois convoque immédiatement les dirigeants syndicaux de Canton et de Hongkong, y compris ceux qui ne lui étaient pas affiliés ; il est décidé non seulement d’intensifier la grève de Hongkong et de l’étendre à tout le personnel chinois de Shamian, mais d’asphyxier complètement Hongkong par un boycott intégral des bateaux et des marchandises destinés à la colonie11. Dès la fin de juin, plus de 50 000 travailleurs ont quitté l’île, en particulier des dockers, des ouvriers d’usines, des ouvriers des transports en commun et des services publics, des artisans12. Même le syndicat des mécaniciens, d’abord hostile au mouvement comme en général à toute initiative venant de la gauche, entre dans la grève le 5 juillet13. Les autorités britanniques s’efforcent vainement de briser le mouvement en organisant un « Bureau de protection du travail » et en recrutant des coolies à 1,50 yuan par jour, plus deux copieux repas14 ; à la mi-juillet, les grévistes ayant quitté Hongkong étaient plus de 80 00015. Le boycott est appliqué avec le même succès et dans la période initiale frappe sans discrimination tout navire et toute marchandise qui se rendent à Hongkong d’un port du Guang-dong ou en arrivent ; pour en être exemptés, les négociants chinois doivent obtenir du Comité de grève des « permis spéciaux »16 ; le trafic de la colonie est pratiquement réduit à néant au début de juillet17.

  • 18 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 227 ; cf. aussi Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 7.
  • 19 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 227.
  • 20 Martyrs du Hunan, p. 22 (Biographie de Deng Zhong-xia).
  • 21 T.N. Akatova, op. cit., pp. 110 et 124.

6Cette grève de Canton et Hongkong est puissamment organisée. La direction suprême en est assurée non seulement par un Comité de grève de treize personnes, mais par un « Congrès des délégués des grévistes » comprenant plus de huit cents personnes (un délégué par cinquante grévistes) ; ce véritable Parlement ouvrier se montre très actif, se réunit trois fois par semaine, et assure un contact permanent avec la « base » des grévistes18. Le comité des Treize, dont quatre membres représentent Shamian et neuf Hongkong, est présidé par Su Zhao-zheng19, et Deng Zhong-xia est son « haut-conseiller »20 ; d’autres communistes, comme Luo Deng-xiang et Chen Quan, y jouent aussi un rôle important, et les dirigeants de la grève travaillent en étroite collaboration avec ceux du Syndicat général pan-chinois comme Liu Shao-qi ou Xiang Ying21. La stratégie de la grève et son organisation ont été essentiellement l’affaire de ces cadres communistes, et ni l’opinion cantonaise ni le gouvernement national ne s’y sont trompés.

  • 22 Dix-neuf d’après Deng Zhong-xia, et trente d’après un reporter de la SCMP (31 déc. 1925).
  • 23 A raison d’un délégué par 50 hommes, le chiffre de 800 membres pour le Congrès des délégués indiqu (...)
  • 24 CWR, 19 septembre 1925, 16 janvier, 22 mai, 12 juin 1926 ; SCMP, 4 et 25 août 1925.
  • 25 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 58.

7Le Comité de grève est assisté de nombreuses sections spécialisées, secrétariat, propagande, loisirs, communications, finances,22, car les tâches qui lui incombent sont multiples et variées. Il lui faut en particulier assurer la subsistance et les activités sociales des dizaines de milliers de personnes qui ont quitté Hongkong23 ; neuf bureaux locaux, répartis à travers Canton, étaient chargés des questions de logement et de nourriture ; on tirait parti des maisons de jeux réquisitionnées, de wagons inutilisés dans la gare, de dortoirs improvisés. Le Comité de grève, pour maintenir la cohésion et le moral de ses troupes, publie un périodique, la Voie ouvrière, organise des cours de formation politique et d’instruction générale, et entraîne les grévistes à construire une route allant de Canton au nouveau port projeté à Huangpu, et dénommée « Route Sun Yat-sen »24. A mesure que la grève s’étend, les activités éducatives des grévistes prennent aussi de l’importance ; le Comité de grève constitue en avril 1926 une commission d’éducation, qui ouvre un « Collège ouvrier » pour les cadres syndicaux, huit écoles complémentaires pour les ouvriers adultes, et huit écoles élémentaires pour leurs enfants25.

  • 26 Chen Da, Question du travail, p. 213.

8Le financement de ces activités, d’après un bilan financier que publie le Comité de grève en juillet 1926, est assuré par de multiples recettes : collectes en Chine (250 000 yuans) et chez les émigrés d’outre-mer (1 130 000 yuans) ; avances du gouvernement de Canton (2 800 000 yuans) ; vente des marchandises saisies au cours des opérations de contrôle du boycott (400 000 yuans) et amendes prélevées à cette occasion (200 000 yuans). De juin 1925 à juillet 1926, les sommes administrées par les délégués des grévistes se montent donc à près de 5 000 000 yuans26. C’est une somme considérable, le montant de quinze millions de journées de travail d’un ouvrier chinois de l’époque.

  • 27 ECB, II, n° 4 (avril 1929).
  • 28 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 28.
  • 29 Cf. sur les activités de ces piquets, NCH, 24 avril, 1er et 8 mai 1926 (Récit de la visite à Canto (...)
  • 30 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 13 ; SCMP, 19 décembre 1925 ; en décembre 1925, 300 personne (...)
  • 31 SCMP, 29 novembre 1925 (arrestation d’un dirigeant de la grève accusé corruption et de collusion a (...)
  • 32 Les articles de L. Gannett dans Nation furent reproduits par la CWR, 12 juin 1926.
  • 33 SCMP, 8 novembre 1926.

9L’étendue des responsabilités du Comité de grève déborde très largement le champ normal d’activités d’un organisme syndical dirigeant un arrêt de travail. En fait, c’est un véritable pouvoir ouvrier, à la compétence limitée mais bien réelle, qui s’esquisse à Canton pendant l’été 1925 et le terme de « Gouvernement N° 2 », couramment employé à cette époque pour le désigner, par ses amis comme par ses ennemis, est très significatif27. Ce caractère pré-étatique du Comité de grève se marque plus nettement encore aux méthodes par lesquelles il contrôle l’application du boycott contre Hongkong et par lesquelles il sanctionne les infractions. Le Comité dispose de plusieurs milliers d’hommes armés répartis en une hiérarchie militaire, qui commence avec une escouade de vingt hommes et qui comprend en tout cinq régiments de 540 hommes chacun28. Ces « piquets de grève » (jiu-cha-dui ou « sections de surveillance »), habillés de bleu avec un brassard rouge, examinent les marchandises arrivant à Canton, par terre ou par mer, ou en repartant, et contrôlent les allées et venues des personnes ; ils interdisent toute relation avec Hongkong29. Les contrevenants sont traduits devant un tribunal gréviste, dont les juges sont nommés par le Comité de grève et infligent des amendes ou des peines de prison, purgées dans les propres geôles du Comité30. Si parfois certains de ces piquets se laissent aller à trafiquer de leur pouvoir dans un but lucratif31, il semble bien que l’appareil de la grève ait fonctionné dans son ensemble avec beaucoup d’intégrité et d’efficacité. L’envoyé spécial de l’hebdomadaire libéral américain Nation, Lewis Gannett, assista au procès d’un paysan qui avait essayé de faire passer des légumes à un vapeur britannique ; trois juges siégeaient, assistés de six jurés-grévistes, et rendirent leur sentence après audition des témoignages des piquets ; il qualifie « d’extraordinaire » la régularité et le sérieux de la procédure suivie par ce tribunal, « le seul endroit en Chine où fonctionne une véritable juridiction civile »32. Le spectacle offert quotidiennement par le quartier général des grévistes, installé dans un ancien parc d’attractions désaffecté, le Dong-yuan (« Jardin de l’Est »), résume bien ces multiples activités du Comité de grève. Trois bâtiments, dont un de trois étages, sont entièrement occupés par les divers services administratifs du Comité ; un terrain libre y sert à l’entraînement des piquets et il s’y ajoute une cantine, trois salles de détention, des dortoirs, des salles de classe, des hangars où sont entreposées les marchandises confisquées33.

  • 34 SCMP, juillet 1925, passim.
  • 35 Un bateau norvégien leur paie par exemple 2 000 yuans d’amende, (SCMP, 31 juill. 1925).
  • 36 Cf. ci-dessous p. 431.
  • 37 SCMP, 20 décembre 1925.
  • 38 Cf. Ho Kan-chih, op. cit., p. 99.
  • 39 RT, 1925, Pakhoi, p. 1.
  • 40 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 28 (Délimitation précise de ces districts). En décembre 1925 (...)
  • 41 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 28.

10Le boycott de Hongkong, pour avoir une certaine efficacité, ne pouvait se limiter à la seule cité de Canton. Le Comité de grève élargit donc ses activités à toute la zone effectivement contrôlée par le gouvernement sudiste. A Shantou, second port du Guandong, s’était déclenchée dès la mi-juin une grève de solidarité pour les victimes de Changhai dans quelques firmes britanniques. Après l’affaire de la rue Shaji, le mouvement y prit le même caractère qu’à Canton et Hongkong : arrêt de travail complet du personnel travaillant pour les firmes occidentales et boycott du trafic avec Hongkong34 ; des piquets organisés comme ceux de Canton surveillent le trafic et prélèvent éventuellement des amendes35. Ils cessent momentanément leur activité quand Chen Jiong-ming rentre dans la ville en septembre, mais la reprennent en décembre après le succès de troupes cantonaises de la « seconde expédition vers l’Est »36 ; le Comité de grève de Shantou tient dès la reprise de la ville une assemblée générale des grévistes au cours de laquelle il précise ses objectifs : réduction de la journée de travail, hausse de salaires, réintégration des grévistes et paiement du temps de grève, contrôle du syndicat sur les embauches et les renvois37. La péninsule méridionale de la province était en 1925 restée elle aussi aux mains de mercenaires locaux ; après le succès de « l’Expédition du Sud » lancée par Canton en janvier 192638, le boycott y est mis en vigueur par des détachements de piquets du Comité de grève qui s’installent en février à Beihai (Pakhoi)39. Dans les ports maritimes ou fluviaux du Guangdong central, le réseau de surveillance était en place dès le début du mouvement ; au printemps 1926, époque à laquelle leur activité connaît la plus grande extension, les piquets contrôlent toute la côte de Chine du Sud de Beihai à Shantou et l’ont divisée à cette fin en sept districts côtiers, dont le septième correspond à la zone de Shantou et est surveillé en commun par les équipes de Canton et de cette dernière ville40. Douze canonnières montées par des piquets opèrent en haute mer41.

  • 42 Cf. ci-dessous, p. 442.
  • 43 Cf. T.N. Akatova, op. cit.,pp. 119-120 (qui utilise largement le Min-guo Ri-bao de Canton.)

11Cette extension du boycott aux petits ports de la région et aux districts ruraux de la côte du Guangdong pose la question des rapports du Comité de grève avec la paysannerie. Pendant la fin de 1925 et le début de 1926, les Unions paysannes s’étaient beaucoup développées dans la province42 ; leur Fédération provinciale est en mesure de coopérer effectivement avec les grévistes, et par exemple de participer à la Semaine d’aide à la grève, organisée en février par divers groupements cantonais. Les paysans, informés de la grève par ceux des grévistes qui étaient retournés dans leur village et par les propagandistes que le comité de grève y avait systématiquement envoyés, coopèrent activement avec les piquets de surveillance pour dépister les contrebandiers43.

  • 44 SCMP, 27 juillet 1925.
  • 45 SCMP, 1er août 1925.
  • 46 SCMP, 16 avril 1926.
  • 47 NCH, op. cit. (Reportage de G. Sokolsky).
  • 48 JDSZL, 1958, n° 5, op. cit.
  • 49 En février 1926, des marchandises d’une valeur de 100 000 yuans sont par exemple saisies sur un va (...)
  • 50 SCMP, 26 et 27 février 1926. Cet épisode souligne la modération de fait du gouvernement national. (...)

12Le mouvement se poursuit sans défaillance pendant l’automne 1925, l’hiver et le printemps 1926. A Hongkong, s’esquisse en juillet une tendance à la reprise du travail sur les chantiers navals et chez les domestiques des particuliers, ce qui permet à la police de fermer son Bureau de main-d’œuvre, ouvert au début de la grève44. Mais dans le secteur essentiel, celui du port, marins et dockers tiennent bon et ne reviennent pas de Canton ; une « Association pour le soutien du travail », subventionnée par les riches marchands chinois de la colonie et les firmes britanniques, est impuissante à recruter un nombre suffisant de xin-gong, de briseurs de grève ; un de ses agents, travaillant sous la protection constante de gardes du corps qui n’étaient autres que d’anciens officiers de Wu Pei-fu, est lapidé en pleine rue en juillet45. En avril 1926, se trouvent encore à Canton 30 000 grévistes de la colonie46 ; la grève se poursuit aussi dans l’île de Shamian, toujours bloquée par des piquets armés47. Quant au boycott du trafic avec Hongkong, il continue avec la même vigueur, et les mesures d’assouplissement prises en septembre à l’égard des marchandises non-britanniques, dans l’intérêt de la bourgeoisie cantonaise et sur sa demande, lui ont même donné un élan nouveau ; pour ces marchandises, les « permis spéciaux » ont en effet été supprimés48. Les piquets continuent, à la fin de 1925 et pendant le premier semestre de 1926, à saisir systématiquement les marchandises britanniques et les denrées destinées à la colonie49 pour les vendre aux enchères. Ces saisies entraînent même un conflit avec le colonel Bell, inspecteur des douanes du port de Canton, qui menace de fermer le port si les piquets continuent à examiner les marchandises avant les douaniers eux-mêmes ; après entremise du gouvernement de Canton, il est entendu qu’à l’avenir les saisies ne se feront qu’après l’accomplissement des formalités douanières50.

  • 51 Cf. ci-dessous p. 435.
  • 52 SCMP, 31 mai 1926 ; cf. aussi JDSZL, 1958, n° 5 (Textes des résolutions et rapports présentés à ce (...)
  • 53 SCMP, 21 juin 1926.
  • 54 Cf. ci-dessous chap. xiii.

13Pendant toute cette période, en dépit d’une certaine détérioration de la situation politique à Canton, et de l’aggravation des rapports entre la droite et la gauche du Guo-min-dang, en particulier après le « coup du 20 mars »51, le Comité de grève maintient lui-aussi ses activités et son crédit. Il célèbre solennellement le 30 mars sa centième session, et distribue à cette occasion des allocations spéciales aux grévistes52. Le 19 juin 1926, on fête dans son quartier général du Dong-yuan le premier anniversaire de la grève53. Ce n’est qu’en juillet 1926, quand s’ébranlera l’Expédition du Nord des troupes cantonaises, que la poursuite de la grève et du boycott commencera à paraître à la classe ouvrière cantonaise et au gouvernement national une inutile dispersion de leurs efforts ; après trois mois de négociations54, le double mouvement prendra fin le 10 octobre 1926 avec l’accord du Comité de grève et du Congrès des délégués grévistes, près de seize mois après l’affaire de la rue Shaji. Sans doute s’agit-il là d’une des plus longues grèves de toute l’histoire du mouvement ouvrier mondial, au moins à cette échelle.

***

14La période de la grève de Canton-Hongkong correspond, à Canton, à un renforcement du courant syndicaliste de gauche, qui était resté minoritaire jusqu’en 1925 dans ce centre de petite production aux vigoureuses traditions corporatives, mais qui profite maintenant de l’impulsion donnée par la grève et du crédit croissant de ses dirigeants, tels que Su Zhao-zheng et Deng Zhong-xia.

  • 55 En mai 1925, la Conférence des délégués ouvriers est déjà une des quatre organisations syndicales (...)
  • 56 Cf. sur ce Congrès, Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 199 à 218 (Textes complets des résolut (...)
  • 57 2 500 délégués de 140 syndicats, d’après une étude parue en mai 1926 dans le périodique du Guo-min (...)
  • 58 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 65. Cf. aussi Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 517-520.

15La « Conférence des délégués ouvriers du Guangdong », créée en 1924 par Liao Zhong-kai et Sun Yat-sen pour faire contrepoids au conservatisme de la Fédération provinciale des syndicats et pour implanter l’influence du Guo-min-dang chez les ouvriers cantonais, est l’organisation la plus active de ce courant syndical de gauche. Elle s’est maintenant complètement dissociée de l’appareil politique du Guo-min-dang et fait figure de fédération régionale de tous les syndicats qui se réclament de l’orientation du Syndicat général pan-chinois55. Le 1er avril 1926, elle tient son premier congrès en tant qu’organisme indépendant56, auquel participent 1 800 délégués représentant 108 syndicats et 140 000 syndiqués57 ; il y a parmi ceux-ci des ouvriers d’industries, cheminots, imprimeurs, employés des firmes étrangères, ouvriers des huileries, mais aussi beaucoup d’artisans. Initialement, ce Congrès d’avril 1926 avait été convoqué dans le but d’élargir la base de la Conférence des délégués ouvriers. Les mécaniciens et d’autres syndicats de droite avaient accepté d’y participer, mais dès le premier jour ils se querellent avec d’autres congressistes et se retirent58. Le Congrès doit donc se contenter de consolider l’organisation du courant syndical de gauche et de préciser son programme. On y reprend les revendications économiques définies l’année précédente par le Syndicat général pan- chinois : salaire minimum, journée de 8 heures, contrôle du travail de nuit, contrôle de l’embauche par les syndicats, interdiction des profits des contremaîtres et du travail privé à leur bénéfice. Une résolution particulière sur le travail des femmes et des enfants (limite d’âge, salaires, temps de repos), reprend le programme qu’avaient élaboré quelques jours auparavant la Conférence des jeunes travailleurs de Canton et la Conférence des femmes travailleuses de Canton, réunies toutes deux à l’initiative de la Conférence des délégués ouvriers. Tous ces textes tranchent déjà, à eux seuls, avec le corporatisme traditionnel des syndicats cantonais de métier, leur modération vis-à-vis du patronat et de la maîtrise, leur fidélité à l’apprentissage coutumier, leur hostilité au travail féminin. Mais la rupture avec le syndicalisme cantonais traditionnel est plus nette encore à l’examen de la résolution d’organisation votée par le Congrès : le syndicat y est explicitement défini comme une organisation de lutte de classe visant à combattre l’oppression politique, à éveiller la conscience de classe, à mettre en œuvre l’unité ouvrière, et à améliorer effectivement le sort des ouvriers par l’aide aux chômeurs, le contrôle de l’embauche, l’éducation ouvrière, la création de coopératives de consommation. La résolution prescrit aux syndicats de refuser l’admission des patrons et des employés de haut rang (pratique courante dans les groupements modérés, comme celui des mécaniciens), de faire fonctionner démocratiquement les syndicats, de tenir des assemblées générales effectives, de substituer la direction collective à la direction par un président, d’éliminer les tendances provincialistes.

  • 59 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 57.
  • 60 Annuaire, II, p. 80 (qui donne une longue liste de guildes et de syndicats affiliés à ce groupemen (...)
  • 61 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 188 (d’après le Rapport de ΖΖΖΒ cité ci-desuss).
  • 62 CEB, 21 août 1926 (Liste des syndicats de Nanning).

16Les progrès du syndicalisme de gauche et du Syndicat général pan- chinois dans le prolétariat de Chine du Sud se notent aussi par la création, parallèlement à la Conférence des délégués cantonais, d’autres groupements locaux de même orientation. A Hongkong en particulier, où le monde du travail était longtemps resté dominé par des organisations traditionnelles très émiettées et réparties entre deux fédérations rivales, la grève de juin 1925 suscite un regroupement syndical au sein d’une « Fédération des groupements ouvriers » réunissant tous les syndicats qui soutiennent la grève-boycott59 ; cet organisme de coordination est à son tour remplacé en décembre par un Syndicat général de Hongkong, qui est officiellement formé dans le local même du Syndicat général pan-chinois à Canton, et sous ses auspices60. Dans les petits et moyens centres industriels du Guangdong, à Shunde, Zhongshan, Jiangmen, Foshan, Shantou, etc... se constituent aussi des Syndicats généraux de même orientation61, où l’élément artisanal domine sans doute largement l’élément proprement ouvrier, mais qui contribuent à renforcer l’influence générale du syndicalisme de gauche sur tout le territoire contrôlé par le gouvernement national. A Nanning, au Guangxi, quand les armées cantonnaises éliminent dans cette province l’influence du du-jun du Yunnan, Tang Ji-yao, et y consolident leur autorité, s’établit en juin 1926 une Conférence des délégués ouvriers de Nanning ; elle est visiblement inspirée par l’organisation cantonaise de même nom et groupe 33 syndicats et 48 000 personnes, surtout des artisans et des travailleurs des transports62.

  • 63 CWR, 20 février 1926.
  • 64 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 170-186 (Résolutions du Congrès des marins, reproduites d’ (...)

17La thèse de la supériorité du syndicalisme d’industrie sur le syndicalisme de métier, sur laquelle avaient insisté en 1922 et 1925 les deux premiers Congrès du travail, et déjà avant eux le Secrétariat du travail dans son manifeste inaugural, s’était longtemps heurtée, en Chine du Sud plus encore que partout ailleurs, à une tradition corporative restée très vivante. Les succès remportés en ce domaine par le syndicalisme de gauche à la faveur de la grève-boycott en 1925 et 1926 n’en sont que plus appréciables. En février 1926, les cinq syndicats d’employés chinois des concessions de Shamian, dont tous les membres participent en commun à la grève depuis plus de huit mois, se fondent en un seul63. Au début de mars 1926, se tient à Canton la première Conférence nationale des marins, avec 102 délégués de Canton, 14 de Changhai, 6 de Shantou ; ceux de Tianjin, du Hubei et du Shandong avaient été empêchés de venir. On y décide de renforcer encore le syndicat des marins, le plus ancien syndicat chinois d’industrie, en adjoignant à la direction centrale et aux sections établies dans chaque port des groupes de bases sur chaque bateau ; on y renouvelle la condamnation des amicales régionales (bang-kou) et l’on y souligne la nécessité d’une direction collective à tous les échelons. Le Congrès décide d’adhérer à la section des transports de l’I.S.R.64.

  • 65 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927, op. cit. Cf. aussi T.N. Akatova, op. cit., p. 113.
  • 66 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 189-190.
  • 67 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 63.
  • 68 SCMP, 17 mai 1926.

18C’est également en mars 1926 que se constitue à Hongkong une Fédération unifiée des travailleurs des transports, qui réunit dix-sept syndicats différents (marins, portefaix, employés des transports en commun, dockers, etc...) groupant près de 200 000 personnes, qui réaffirme d’emblée son hostilité radicale à « l’impérialisme anglais » et sa volonté de renverser le capitalisme, et qui s’affilie elle aussi à la section des transports de l’I.S.R.65. Le 11 avril, se forme à Hongkong un syndicat unifié des métaux, et le 28 avril se constitue un syndicat unifié des transports de la province du Guangdong (cheminots, marins, bateliers, portefaix)66. A Canton, vingt-trois syndicats d’employés de boutiques s’organisent de même en une fédération unique dont ils deviennent les sections spécialisées67. En mai 1926, les cheminots des trois lignes du Guangdong, longtemps liés au syndicat des mécaniciens et divisés en de multiples clubs corporatifs, s’unifient en un syndicat d’industrie, qui s’affilie à la Conférence des délégués ouvriers68.

  • 69 T.N. Akatova, op. cit., p. 13 (d’après le Min-Guo Ri-bao de Canton).

19Il faut noter que c’est parmi les travailleurs des transports, marins, cheminots, dockers, que ce travail d’organisation sur une base industrielle se poursuit avec le plus d’ampleur. Ces travailleurs étaient plus sensibles que d’autres au prestige de la grève-boycott ; en revanche, le succès du mouvement exigeait qu’on puisse compter sur leur coopération, et l’importance que les dirigeants du Comité de grève et du Syndicat général pan-chinois attachaient à celle-ci se mesure au fait que Liu Shao-qi, Deng Zhong-xia, Su Zhao-zheng, Xiang Ying s’étaient déplacés en personne pour l’inauguration de la Fédération des transports de Hongkong69.

  • 70 Annuaire, 11, p. 73-79. (Cette liste des syndicats de Canton, reproduite d’après une enquête effec (...)
  • 71 SCMP, 17 octobre 1925.
  • 72 140 000 d’après le ΡΡW, 15 septembre 1927, op. cit. ; 160 000 d’après Deng Zhong-xia, La vague ouv (...)
  • 73 CEB, 14 août 1926 (Liste détaillée des syndicats de Shantou, avec leurs effectifs et leur date de (...)
  • 74 Cf. ci-dessus p. 418.
  • 75 CEB, 21 août 1926 (Liste des syndicats de Nanning).

20La fondation de nouveaux syndicats va de pair avec ce double processus de regroupement sur une base régionale et sur une base industrielle. A Canton, entre le début de la grève-boycott et le départ de l’Expédition du Nord, on compte plus de quatre-vingts nouveaux syndicats, formés le plus souvent dans des secteurs artisanaux, mais aussi chez les postiers, le personnel des douanes, les ouvriers des manufactures d’allumettes, les coolies charbonniers du port70 ; ce dernier syndicat était commun à toute la province et à Hongkong et son inauguration a lieu dans les locaux même du Comité de grève71. C’est grâce à cette poussée d’organisation que la Conférence des délégués ouvriers peut, au printemps 1926, revendiquer quelques 150 000 membres72. A Shantou, le mouvement d’organisation syndicale est aussi très actif pendant l’été 1925, quand la grève-boycott bat son plein ; des syndicats se constituent chez les marins des jonques, les employés des firmes étrangères, les coolies, les artisans-fileurs ; interrompu quand Chen Jiong-ming rentre dans la ville, il reprend pendant l’hiver et le printemps après la défaite de ce dernier, chez les marins des remorqueurs du port, les tisserands, les postiers, les tireurs de rickshaws, les maçons. Pendant l’été 1926, on y compte au total trente syndicats en activité, groupant 21 000 membres, y compris les artisans. La grande majorité d’entre eux n’existait pas avant juin 192573. A Nanning, les quelque trente associations ouvrières qui se fédèrent en juin 192674 étaient apparues en 1925 et au début de 1926, à mesure que se consolidait au Guangxi l’autorité du gouvernement sudiste ; il est normal dans cette région peu évoluée économiquement que la plupart d’entre elles ne groupent que des travailleurs manuels, mais on relève aussi des syndicats d’imprimeurs, de mécaniciens, d’ouvriers de la confection mécanique, de bateliers des vapeurs du Xijiang, d’ouvriers des chantiers de bateaux75.

  • 76 CYB, 1928, pp. 1 028-1 029.
  • 77 La Conférence des délégués ouvriers, en avril 1926, fixe à cinq yuans au maximum le droit d’entrée (...)
  • 78 SCMP, 7 janvier 1926.
  • 79 SCMP, 1er novembre 1926.
  • 80 CWR, 10 avril 1926 ; PPW, n° 6 et 7 (op. cit.), ce dernier rapport évalue au début de 1927, soit u (...)

21Il est beaucoup moins aisé de pénétrer à l’intérieur de ces nouveaux syndicats et groupements de syndicats que de les passer en revue. Jusqu’à quel point n’étaient-ils que des cadres un peu formels, dont les effectifs annoncés ne représentaient guère que des espoirs ? Jusqu’à quel point amorçaient-ils déjà un changement en profondeur de la classe ouvrière cantonaise ? Il semble bien que la rupture avec les pratiques des anciennes guildes ait été très réelle, par exemple sur la question de la direction. D’après l’enquête de 1926 de la municipalité de Canton, cent soixante-huit syndicats avaient adopté le système de la direction collégiale, douze seulement, dont les mécaniciens, conservant le système présidentiel76, c’est-à-dire que le nombre de syndicats à direction collégiale dépassait largement celui des groupements affiliés à la Conférence des délégués ouvriers. Le taux des cotisations et des droits d’entrée dans les syndicats de gauche semble également avoir été nettement plus bas que dans les syndicats corporatifs traditionnels77. La discipline y est stricte, comme chez les tireurs de rickshaws, dont les sections de surveillance inspectent les voitures dans les rues pour éliminer les coolies non porteurs d’une carte syndicale, et pour enseigner aux membres du syndicat les règlements de la circulation78 ; en novembre 1925, le syndicat des employés des firmes étrangères décide que tous les travailleurs de cette catégorie devront se faire enregistrer par ses soins, et demande aux employeurs une augmentation de salaires de 20 %, destinée à alimenter la caisse du Comité de grève de Canton-Hongkong79. Ces « sections de surveillance », créées à l’exemple des piquets du Comité de grève et qui tantôt sont armées et tantôt non, semblent se multiplier dans les principaux syndicats de gauche pendant l’hiver 1925-1926 : tireurs de rickshaws, cheminots, ouvriers des huileries80 ; elles sont l’expression concrète de la capacité d’action des syndicats.

  • 81 Il publia à Canton vers 1920 Le Travailleur, où l’anarchisme avait une certaine influence ; cf. ci (...)
  • 82 C’était un ancien dirigeant du petit groupe communiste de Canton en 1920- 1921 ; exclu vers 1923 d (...)
  • 83 Dès 1922, il dirigeait à Canton le bureau local du Secrétariat du travail (Deng Zhong-xia, Abrégé,(...)
  • 84 Su Zhao-zheng (Biographie éditée par le Syndicat général pan-chinois) p. 27.
  • 85 Martyrs de la révolution, p. 144.
  • 86 Huang Yi-Bο, op. cit., p. 44.
  • 87 Congrès du travail, p. 31 et p. 125.
  • 88 Ibid., p. 6.
  • 89 Ibid., p. 125.
  • 90 Martyrs de la révolution, p. 152.
  • 91 A. Strong, China’s millions, p. 96.

22Il faut aussi souligner, à l’actif de cette rénovation syndicale, l’apparition à Canton d’un groupe de dirigeants ouvriers d’origine prolétarienne. Jusqu’en 1925 en effet, les cadres du mouvement ouvrier cantonais étaient surtout formés d’éléments corporatifs plus ou moins liés au petit patronat, comme les dirigeants des mécaniciens, ou de syndicalistes professionnels proches de la droite du Guo-min-dang, tels que Chen Bing-sheng ou Xie Ying-bo. Quant au mouvement de gauche, il n’avait guère été représenté jusque-là que par des intellectuels comme Yuan Xiao-xian81, Chen Gong-bo82, ou Feng Ju-po83 ; le cas de marins comme Su Zhao-zheng ou Lin Wei-min, dirigeants dès 1922 de la grève de Hongkong et qui en 1925 avaient été parmi les initiateurs du second Congrès national du travail, était resté exceptionnel. A l’époque de la grève de Canton-Hongkong, et à travers l’élan que celle-ci imprime à tout le mouvement ouvrier cantonais, apparaissent maintenant aux côtés de Lin et de Su maints autres dirigeants syndicaux d’origine ouvrière : le marin Chen Quan, délégué des marins au comité de grève, qui est à la fin de 1925 un des fondateurs du Syndicat général de Hongkong et en 1926 le représentant du Comité de grève au Congrès international de Bruxelles pour l’aide à la Chine84 ; le marin Deng Fa, dirigeant également de la grève des marins et du mouvement de boycott85 ; le cheminot Liu Er-song, fondateur de la Conférence des délégués ouvriers de Canton86, animateur en juillet 1924 de la grève de Shamian, membre en 1925 et 1926 du Comité exécutif du Syndicat général pan-chinois87 ; le mécanicien Deng Han-xing, délégué en 1922 au premier Congrès du travail par le syndicat des mécaniciens de Changhai88, et qui en 1926 a rejoint le Syndicat général pan-chinois et est devenu membre de son Comité exécutif89 ; Luo Deng-xian, ouvrier des chantiers de Butterfield & Swire à Hongkong, dirigeant de la grève de 1925, et président du Syndicat général de Hongkong90 ; Ma Chao-fan, animateur du syndicat des imprimeurs de Canton et artisan du ralliement de ce dernier à la Conférence des délégués ouvriers91.

  • 92 SCMP, 18 janvier 1926.
  • 93 CEB, 29 mai 1926 (Liste des grèves de Canton en 1925-1926).
  • 94 Cf. Chinese communist and Christian properties, brochure éditée à Hongkong en 1926 par les dirigea (...)

23Ce renforcement des syndicats en nombre, en importance, et en vigueur interne, cette montée des cadres ouvriers, tout cela reflète bien l’impulsion nouvelle donnée par la grève de Canton-Hongkong au mouvement ouvrier cantonais et à la conscience prolétarienne. Bien significative est cette revendication des ouvriers de la compagnie cantonaise d’électricité, demandant au début de 1926 que le directeur de l’usine les désigne par leur nom, et non plus seulement par le numéro inscrit sur leur vêtement, « dans la mesure où cet insigne est une marque de servilité »92. Ces progrès des syndicats coïncident aussi avec un regain des luttes revendicatives et des activités publiques du mouvement ouvrier, au moins dans la mesure où la grève et le boycott n’absorbaient pas déjà pour une large part l’énergie du prolétariat cantonais. La plupart des conflits revendicatifs de cette période éclatent dans des entreprises étrangères, à la section anglaise du Canton-Jiulong en décembre 1925, à l’hôpital missionnaire américain de Canton en mars 1926, ou dans des entreprises dont les cadres supérieurs sont étrangers, comme les Postes93. La grève de l’hôpital, en particulier, qui est solidement encadrée par les piquets du syndicat des employés des firmes étrangères, aboutit à un blocus complet de cet établissement, dont les dirigeants préfèrent suspendre complètement l’activité plutôt que de reconnaître le syndicat des employés et de consentir aux hausses de salaires demandées94.

  • 95 SCMP, 4 septembre 1925.
  • 96 SCMP, 13 novembre 1925.
  • 97 Cf. ci-dessus, p. 405.
  • 98 SCMP, 23 janvier 1926.
  • 99 SCMP, 11 février 1926.
  • 100 ZZZB, 17 mai 1926.

24La période de la grève-boycott est également marquée par toute une série de spectaculaires manifestations, qui témoignent de l’influence croissante des éléments ouvriers dans la vie sociale et politique cantonaise. Le 30 août, c’est la réception solennelle d’une délégation syndicale soviétique95 et le 7 novembre l’anniversaire de la Révolution russe, célébré par une grande parade de tous les syndicats avec leurs drapeaux rouges96. En janvier 1926, quand se tient à Canton une grande réunion publique de protestation contre l’intervention que les Japonais sont en train d’effectuer en Mandchourie pour sauver Zhang Zuo-lin de la révolte de Guo Song-ling97, les ouvriers, grévistes et délégués des syndicats, sont assis dans les rangs du centre, les soldats se plaçant à leur gauche, les marchands et étudiants à leur droite98 ; le 7 février, 50 000 ouvriers et étudiants se rassemblent à l’Université de Canton pour commémorer le massacre des cheminots du Jing-han en 192399. Le début du mois de mai 1926 est l’occasion de démonstrations particulièrement actives, puisque le calendrier politique cantonais, en l’espace d’une semaine, comporte la célébration de la Fête du travail le 1er mai, celle de l’anniversaire du Mouvement du 4 mai 1919, celle de l’anniversaire de l’entrée en fonctions de Sun Yat-sen comme président constitutionnel du Sud le 5 mai 1921, celle enfin de la « Journée d’humiliation nationale », pour commémorer le 7 mai l’acceptation par Yuan Shi-kai des « Vingt et une demandes » japonaises. La fête du 5 mai, par surcroît, coïncide avec l’anniversaire de la naissance de Karl Marx. Ces quatre journées sont marquées par d’importants rassemblements d’ouvriers, d’étudiants, de soldats, et la Fête du travail, la première de la semaine, réunit 300 000 personnes ; celles-ci acclament les orateurs, le communiste Tan Ping-shan parlant au nom du Guo-min-dang et Chen Gong-bo, de la tendance de gauche de ce parti, parlant au nom du gouvernement ; l’assistance vote une résolution réclamant la journée de huit heures et la promulgation d’une législation du travail, et assure le gouvernement et le parti au pouvoir de son entier soutien100.

  • 101 Li Chien-nung, Political history, p. 503.

25Le 1er mai 1926 est aussi la date à laquelle se réunit le IIIe Congrès national du travail, convoqué maintenant par le Syndicat général pan- chinois, et non comme en 1922 ou 1925 par des organisations ouvrières dont l’assise et le crédit étaient moins assurés. Le Congrès est organisé comme les deux précédents à Canton, seul centre industriel chinois où la situation politique permettait sa tenue dans des conditions publiques. Mais alors que le 1er Congrès n’avait été qu’une prise de contact assez symbolique, et que le second Congrès avait surtout eu le caractère d’une veillée d’armes, le IIIe Congrès se place au cœur même d’une période de grandes luttes politiques et sociales de la classe ouvrière chinoise ; la grève-boycott de Canton-Hongkong est toujours en pleine force et si à Changhai le Mouvement du 30 mai a échoué politiquement, il se prolonge par une vague puissante de grèves économiques animées par le Syndicat général de la ville. Au Hunan, le régime de Zhao Heng-ti, l’ennemi juré du mouvement ouvrier en Chine centrale, est en train de s’effondrer101 ; en Chine du Nord, la récente défaite des Armées nationales du peuple n’a pas encore effacé le souvenir des progrès rapides qu’avaient effectués sous leur protection les syndicats du Zhili et du Henan, et le lointain Nord-Est s’éveille à son tour.

  • 102 Congrès du travail, pp. 96 à 116. Cf. aussi IS, III, pp. 178-179 (d’après la presse chinoise de Ca (...)

26Le IIIe Congrès reflète bien le haut niveau auquel est parvenue la conscience ouvrière chinoise dans cette période de luttes. Les résolutions à caractère revendicatif votées par les délégués102 demandent le droit pour les ouvriers d’adhérer librement aux associations syndicales de leur choix, le droit de grève, la liberté de réunion, d’association et de presse, la limitation de la journée de travail à huit heures, le repos payé pour les dimanches, les jours fériés, les anniversaires importants, le paiement à double tarif des heures supplémentaires, la limitation du travail des femmes et des enfants ; ces résolutions affirment aussi le principe que le salaire doit assurer à l’ouvrier une existence convenable, que le gouvernement doit en cas de nécessité en ordonner d’office le relèvement, et que ce salaire doit être payé en monnaie légale, à l’exclusion de toute rémunération en nature et de tout système de bons de consommation ; elles réclament pour les syndicats le droit de passer des conventions collectives avec les employeurs, de contrôler la nécessité des heures supplémentaires, de participer à la gestion de Bureaux de travail et de Caisses d’assurances ouvrières, dont la création est en même temps demandée aux autorités, le droit enfin d’être représentés aux organismes élaborant les lois ouvrières que réclame le Congrès.

  • 103 Congrès du travail, pp. 49, 60, 82, 86.
  • 104 Ibid., p. 124.
  • 105 Ibid ; p. 125

27Ce Congrès confirme par ailleurs la position dirigeante des syndicalistes communistes dans le mouvement ouvrier chinois. C’est Liu Shao-qi qui présente le rapport général sur l’activité du Syndicat général pan- chinois depuis sa fondation l’année précédente, Zhu Shao-lian celui des mineurs de An yuan, Su Zhao-zheng celui du syndicat des marins, Li Li-san celui du Syndicat général de Changhai103. Le Congrès approuve les relations établies depuis un an entre le Syndicat général pan-chinois et l’I.S.R.104, et parmi les 35 membres et les 17 suppléants du Comité exécutif qu’il désigne figurent tous les cadres communistes qui depuis plusieurs années, qu’ils aient été ou non de souche prolétarienne, se consacraient à l’activité des syndicats chinois : Lin Wei-min, Su Zhao- zheng, Li Li-san, Deng Zhong-xia, Liu Shao-qi, Xiang Ying, Zhu Shao-lian, Guo Liang, Li Sen (nom qu’avait adopté Li Qi-han depuis sa sortie de prison en 1924), Liu Wen-song, Liu Er-song, etc...105. Il adopte sur leur proposition des résolutions de politique générale qui concluent, on y reviendra, à la nécessité de soutenir sans défaillance le gouvernement national et tout particulièrement l’Expédition du Nord maintenant toute proche.

  • 106 Congrès du travail, p. 127 (Manifeste du IIIe Congrès).
  • 107 Sur cette question du chômage, cf. ci-dessous p. 429.

28Jusqu’à quel point ce Congrès et à travers lui le Syndicat général pan- chinois représentent-ils effectivement les larges masses ouvrières, ou jusqu’à quel point sont-ils surtout l’expression d’une avant-garde plus consciente ? Le Congrès a réuni 502 délégués, représentant 699 groupements ouvriers divers : sections syndicales de base, syndicats de métier et d’industrie, fédérations nationales d’industrie, ou groupements régionaux106. L’ensemble des organisations représentées revendiquaient 1 200 000 adhérents, ce qui, même si l’on tient compte du grand nombre d’artisans et aussi de chômeurs107 qu’on faisait figurer dans les effectifs syndicaux, représente sans doute plus de la moitié de la classe ouvrière chinoise de l’époque. Mais au delà de la capacité d’encadrement administratif des syndicats (cartes, cotisations, etc...), capacité qui n’atteignait sans doute pas les chiffres annoncés au Congrès, au moins pour les régions d’activité illégale ou semi-légale, le critère essentiel de représentativité est sans doute l’aptitude des syndicats à organiser l’action ouvrière. Sur ce point, et sans anticiper sur la levée en masse qui accompagnera en juillet 1926 la marche de l’Expédition du Nord, il semble légitime de considérer le Syndicat général pan-chinois et le IIIe Congrès comme réellement représentatifs d’une large majorité du prolétariat chinois.

  • 108 Congrès du travail, p. 137.
  • 109 Ibid., p. 23 ; cf. ci-dessus, p. 368.

29D’une large majorité, mais non de l’unanimité. En effet, en particulier à Canton où pourtant les progrès du syndicalisme de gauche avaient été très nets en 1925-1926, survivait au sein du mouvement ouvrier un courant réformiste et corporatif suffisamment important pour que le IIIe Congrès ait jugé nécessaire de faire en sa direction un geste public. Il avait en effet adressé, avant de se séparer, une lettre ouverte aux adhérents des deux principales organisations modérées de Canton, la Fédération provinciale des syndicats du Guangdong et le Syndicat des mécaniciens chinois108 ; ce document les pressait d’entamer des pourparlers d’unité avec ses propres organisations, à savoir le Syndicat général de Hongkong et la Conférence des délégués ouvriers de Canton. Un an auparavant, le IIe Congrès s’était contenté plus sommairement d’énumérer et de dénoncer publiquement comme gong-zei dix-neuf dirigeants des syndicats modérés, parmi lesquels figuraient en bonne place ceux des mécaniciens et de la Fédération provinciale109. Mais l’activité à Canton de ces groupements de droite depuis le début de la grève-boycott avait bien mis en évidence l’influence réelle dont ils disposaient encore dans d’importantes couches du prolétariat cantonais.

***

  • 110 PPW,n° 6 et 7 (op. cit.).
  • 111 Huang Yi-bo, Guang-dong ji-qi gong-ren (Les mécaniciens du Guangdong), p. 22.
  • 112 Ibid., p. 45.
  • 113 CWR, 11 avril 1925 ; SCMP, 6 août 1925.
  • 114 PPW, ibid.

30Le Syndicat des mécaniciens du Guangdong est la plus active et la plus vigoureuse de ces organisations hostiles au syndicalisme de gauche. La prédominance à Canton et dans sa banlieue de petites entreprises techniquement modernes, mais restées socialement très proches des anciens ateliers artisanaux, lui fournit une base sociale originale ; il groupe aussi les quelques mécaniciens et électriciens qualifiés qu’emploient à titres divers presque toutes les entreprises industrielles de Canton et de Hongkong. On a réellement affaire ici, cas exceptionnel en Chine, à une aristocratie ouvrière, comme l’atteste le montant assez élevé (dix yuans) des droits d’entrée au syndicat110. Le Syndicat des mécaniciens est ouvertement corporatif. Il n’hésite pas à dissocier radicalement les intérêts particuliers de ses membres de ceux de la classe ouvrière cantonaise dans son ensemble, et à mettre plus d’espoirs dans la mécanisation progressive des industries cantonaises que dans le développement général du syndicalisme et des luttes revendicatives ; « le xxe siècle est l’âge de l’industrie mécanique, et les machines remplacent les hommes », déclare-t-il dans un manifeste de janvier 1926, en soulignant que dans le secteur particulier de l’industrie mécanique il est relativement facile aux patrons de diminuer le coût de la production et d’augmenter les salaires111. De fait, le mouvement de modernisation des industries artisanales de Canton, tels que les minoteries, les huileries, les tissages, place ce syndicat dans une position avantageuse ; le patronat fait en effet appel à lui pour se procurer une main-d’œuvre qualifiée, à mesure qu’il élimine les anciennes installations à main et les artisans qui y travaillaient112. En 1925 et 1926, éclatent à maintes reprises des conflits, qui vont jusqu’à des rixes sanglantes, entre les syndicats d’artisans, en particulier celui des huileries à main, et les mécaniciens113. Ces derniers, dont le syndicat encourage davantage les activités récréatives que l’éducation politique ou sociale, disposent d’équipes sportives solidement entraînées et qui se heurtent fréquemment aux « sections de surveillance » des syndicats de gauche114.

  • 115 SCMP, 20 juillet 1925.
  • 116 Ils participent par exemple le 15 août à une réunion à la Chambre de commerce de Hongkong, avec qu (...)

31La rupture avec ces derniers s’accentue très nettement en 1925 et 1926, à mesure que les mécaniciens deviennent plus étrangers aux préoccupations politiques et aux aspirations révolutionnaires de l’ensemble du prolétariat cantonais. Sans réprouver ouvertement encore les « trois nouvelles politiques » de 1924, en raison de leurs liens traditionnels avec le Guo-min-dang, ils s’étaient tenus sur une prudente réserve. Ils ne s’étaient associés en 1924, ni à la convocation par Liao Zhong-kai de la Conférence des délégués ouvriers de Canton, ni à la répression de la révolte des Volontaires marchands avec l’aide de cette dernière. En mai 1925, ils étaient restés à l’écart du IIe Congrès national du travail, alors qu’ils avaient participé à la première de ces réunions. Quand éclate en juin 1925 la grève-boycott de Canton-Hongkong, ils ne l’appuient que tardivement et comme à regret, et coopèrent dès la mi-juillet à la fondation, en accord avec les grands compradors chinois de Hongkong, de l’ « Association pour le soutien du travail », qui est en fait un centre de recrutement de xin-gong115. Leurs efforts continueront à s’exercer dans le sens d’un règlement rapide du conflit116.

  • 117 Cf. ci-dessous p. 430.
  • 118 Huang Yi-bo, op. cit., pp. 25-26 ; Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 537-41, (qui note la liste (...)
  • 119 Cf. ci-dessus p. 419.
  • 120 Cf. ci-dessous, chap. xiii.
  • 121 ΡΡW, op. cit.
  • 122 Cf. sur la collusion entre Chen Sen et le patronat cantonais, XD, 29 août 1926.

32A mesure que la grève se prolonge, et que le courant de gauche semble se renforcer non seulement dans le mouvement ouvrier cantonais, mais dans le gouvernement national lui-même117, l’orientation anticommuniste des mécaniciens se fait plus précise. En janvier 1926, ils se constituent en un « Syndicat » proprement dit, alors qu’ils ne formaient officiellement jusque-là qu’une « Société pour le soutien de la mécanique ». Ils renforcent leur appareil interne en transformant en sections locales les divers clubs d’entreprise qui leur étaient affiliés, et en organisant vingt sections professionnelles (électricité, tissages mécaniques, etc.). Le manifeste qu’ils publient à cette occasion réaffirme leurs vues corporatistes et réformistes et proclame leur « hostilité éternelle au communisme », en même temps que leur attachement aux trois principes du peuple et leur désir d’améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière118. Leur hostilité envers le syndicalisme de gauche est encore avivée dans l’hiver 1925-1926 par les succès de ce dernier chez les cheminots des trois lignes du Guangdong, travailleurs que les mécaniciens avaient longtemps considérés comme des leurs en raison de leur qualification technique, et qui au début de 1926 constituent un syndicat unifié, affilié à la Conférence des délégués ouvriers119. Cette rivalité entre mécaniciens et cheminots prendra à la fin de 1926 un caractère extrêmement aigu, et ira jusqu’à de véritables batailles rangées120. La Fédération provinciale des syndicats du Guangdong (son nom officiel est le « Syndicat général du Guangdong ») était le second point d’appui des éléments de droite dans le mouvement ouvrier cantonais. Elle groupait une trentaine de syndicats, surtout artisanaux, et qui représentent environ 30 000 personnes121 ; son président est Chen Sen, animateur du syndicat des restaurants servant des bols de nouilles ; les liens de ce personnage avec le patronat cantonais étaient notoires, et il semble bien avoir coopéré à maintes reprises avec ce dernier pour constituer dans un certain nombre d’industries, telles que les manufactures d’allumettes, des syndicats qui soient plus dociles que les organisations affiliées à la Conférence des délégués ouvriers122.

  • 123 Exemples cités par Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, pp. 27 à 31.
  • 124 SCMP, 14 août 1925.
  • 125 23 octobre 1925.
  • 126 SCMP, 22 janvier 1926.
  • 127 Cf. le Manifeste de janvier 1926 des mécaniciens (Huang Yi-bo, op. cit., p. 25), qui accuse un « p (...)
  • 128 Huang Yi-bo, ibid., pp. 44-45.

33La base sociale des mécaniciens et celle de la Fédération provinciale étaient bien différentes, mais ces deux organisations se retrouvaient dans une commune hostilité à l’égard du syndicalisme de gauche. L’antagonisme entre ces courants opposés du mouvement ouvrier cantonais, qui s’était esquissé dès l’établissement de la coopération entre communistes et Guo-min-dang en 1924, se fait de plus en plus violent en 1925 et 1926. Les rivalités entre syndicats étaient à Canton chose courante depuis longtemps, et elles reflètaient souvent la vigueur des particularismes provinciaux ou corporatifs ; c’est ainsi que les différentes guildes de portefaix s’opposaient entre elles, que les tireurs de voitures originaires de Haifeng s’opposaient à ceux qui étaient originaires de Canton, et les artisans des métiers traditionnels aux mécaniciens qui les éliminaient à la faveur du progrès technique123. Mais ces conflits traditionnels prennent en 1925-1926 une couleur plus nettement politique, selon que leurs protagonistes se réclament du syndicalisme de gauche ou des organisations réformistes, et selon qu’ils peuvent bénéficier du soutien, non seulement moral, mais physique, de l’un ou l’autre camp. En août 1925, éclate une rixe, qui fait trois morts, entre la guilde de la soie affiliée à la Fédération provinciale et un autre syndicat des ouvriers de la soie que soutient la Conférence des délégués ouvriers124. De même, des deux associations de dockers dont les disputes renaissent périodiquement, l’une est soutenue par les piquets du Comité de grève de Canton- Hongkong, qui empêchent les seconds de travailler125. A Shantou, la rixe qui éclate en janvier 1926 entre le syndicat des marins et le syndicat des garçons d’hôtel, au sujet du droit de porter les bagages des voyageurs, n’est sans doute pas indépendante de l’orientation politique des marins, qui soutenaient le Comité de grève126. Les démêlés entre les cheminots et les mécaniciens avaient le même caractère127, et le conflit entre ces derniers et les ouvriers des huileries à main, indépendamment de sa base économique, résulte du fait que les travailleurs des presses à main figurent parmi les troupes les plus fidèles de la Conférence des délégués ouvriers128.

  • 129 CWR, 28 janvier 1928.
  • 130 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 31.
  • 131 Cf. ci-dessous p. 433-34.

34L’acuité de la question du chômage contribuait encore à aggraver ces rivalités syndicales ; le souci principal de chaque organisation était de préserver pour ses membres les meilleures chances de trouver un emploi, y compris aux dépens d’autres groupements ouvriers. Au début de 1927, l’enquête de la municipalité de Canton évaluera le nombre des chômeurs à 60 000, et 123 syndicats sur 180 feront état de chômage dans leur industrie129. Sur 13 000 adhérents du syndicat des presses à huile à main, 6 000 étaient en chômage en 1926 ; « les chômeurs suivent n’importe quel politicien, n’importe quel patron, n’importe quel gong-zei qui leur donne du travail » déclare alors Deng Zhong-xia en conclusion d’une analyse serrée des divisions internes du mouvement ouvrier cantonais130 ; la crise de l’industrie nationale chinoise de 1923-1924 semble en effet s’être prolongée au Guangdong en 1925-1926, malgré la relative reprise des affaires qu’entraîne sur le plan commercial le boycott de Hongkong131.

  • 132 Cf. ci-dessus, p. 417.
  • 133 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 214-215.
  • 134 SCMP, 19 mai 1926.

35Cette situation ne laissait pas de préoccuper sérieusement les dirigeants du syndicalisme de gauche. Le Congrès d’avril 1926 de la Conférence des délégués ouvriers avait vainement essayé de renouer avec ses adversaires des mécaniciens et de la Fédération provinciale132, et avait dû se contenter de voter une résolution133 pour rappeler aux ouvriers de Canton que dans le climat de relative liberté politique existant dans le Sud, il n’était pas surprenant que le patronat ait recours à des manœuvres de division, faute de pouvoir frapper directement le mouvement ouvrier ; l’existence même de ces conflits, aux termes de la résolution, constituait un fait « très grave », auquel il fallait porter remède le plus tôt possible. Mais ces vœux n’étaient guère capables à eux seuls de résorber le schisme du prolétariat cantonais, et le 1er mai 1926 fut simultanément commémoré par deux défilés distincts, celui de la Conférence des délégués et celui des mécaniciens et des groupements de la Fédération provinciale134.

  • 135 En juin 1925, Chen Sen, président de la Fédération provinciale, est le seul syndicaliste qui fasse (...)
  • 136 Le Directeur général de la ligne était un parent de Wang Jing-Wei (SCMP, 14 août 1925).

36Ce schisme, s’il reflétait dans une certaine mesure la diversité sociale du prolétariat cantonais et l’acuité de ses difficultés économiques, était en même temps, en effet, la transposition dan le monde du travail du conflit plus large qui, au sein de la « base révolutionnaire » cantonaise, opposait de plus en plus ouvertement depuis la mort de Sun Yat-sen la droite et la gauche du Guo-min-dang. La Conférence des délégués ouvriers avait en effet bénéficié du patronage de Liao Zhong-kai jusqu’à la mort de ce dernier, et s’était ensuite rapprochée très nettement des positions communistes. A l’inverse, la Fédération provinciale entretenait de bons rapports avec Hu Han-min et les éléments de la droite135 ; les mécaniciens de leur côté avaient à plusieurs reprises manifesté leur hostilité aux éléments de la gauche du parti, et ils avaient tenté pendant l’été 1925 d’organiser avec l’aide de leurs partisans une grève du Canton-Sanshui qui était personnellement dirigée contre Wang Jing-wei, un des principaux dirigeants de cette tendance136. Ils soutiendront activement Jiang Jie-shi contre la gauche au cours de la crise politique du printemps 1926.

***

37Pendant la période de la grève-boycott en effet, si la politique d’alliance définie en 1924 n’est pas remise en question et si les rapports restent officiellement bons entre le mouvement ouvrier et le gouvernement national, l’aggravation des conflits entre les tendances de droite et de gauche au sein de ce dernier posait des problèmes qui sont loin d’être résolus quand s’ébranle en juillet 1926 l’Expédition du Nord.

  • 137 Ho Kan-chih, Modem revolution, p. 99 ; L. Wieger, Chine moderne, Tome VII, pp. 13-14.
  • 138 SCMP, 27 octobre 1925 ; l’ancienne armée hounanaise de Tan Yan-kai devient par exemple le 2e corps (...)
  • 139 Gomindan (en russe), p. 51.
  • 140 Ho Kan-chih, ibid., p. 93.
  • 141 SCMP, 27 janvier 1926.

38C’est apparemment la gauche qui a le dessus dans le Guo-min-dang et dans le gouvernement de Canton jusqu’au début de 1926. La crise ouverte en août par l’assassinat de Liao Zhong-kai, son dirigeant le plus résolu et le plus populaire, a tourné à son avantage. Hu Han-min, dont le frère Hu Yi-sheng avait été directement compromis dans l’affaire, est contraint de s’exiler, et le ministre de la Guerre Xu Chong-zhi est envoyé « en congé » à Changhai ; Wang Jing-wei et les autres chefs de la gauche restent maîtres de la situation137. Le départ de Xu Chong-zhi leur permet d’appliquer effectivement les décisions prises en juin en matière militaire et de fondre toutes les troupes de Canton en une « Armée du parti », dont les unités ne portent plus qu’un simple numéro138. En janvier, au second Congrès national du Guo-min-dang, les éléments de gauche favorables aux alliances avec l’Union soviétique et le Parti communiste et au soutien du mouvement ouvrier et paysan disposent de cent quatre-vingt-dix-huit mandats contre soixante-cinq au centre et trois à la droite139. Ils hésitent toutefois à exploiter à fond leur position, et le nouveau Comité exécutif central comprend quatorze membres de la gauche et sept communistes, contre quinze membres du centre et de la droite140. Mais ce Congrès confirme l’orientation générale du parti et du gouvernement de Canton dans le sens des « trois nouvelles politiques » de 1924 ; il renouvelle le contrat de Borodine et des autres conseillers soviétiques141 et continue à confier la direction des affaires à Wang Jing-wei et à son groupe.

  • 142 Ho Kan-chih, op. cit., p. 99.
  • 143 Deng Zhong-xia, Abrégé.., pp. 234-235.
  • 144 SCMP, 3 novembre 1925.
  • 145 SCMP, 16 novembre 1925 et 26 janvier 1926.
  • 146 Chinese Bulletin, n° 3.
  • 147 SCMP, 27 juin 1925 (télégramme adressé à Karakhan, ambassadeur soviétique à Pékin, et qui avait co (...)
  • 148 SCMP, 8 décembre 1925.
  • 149 SCMP, 9 janvier 1926.
  • 150 IS, 1926, II, p. 391.
  • 151 Cf. ci-dessus p. 349.
  • 152 Gong-ren yun-dong (Le mouvement ouvrier), pp. 31 à 40 (textes de ces diverses résolutions).

39A l’époque de ce Congrès, et jusqu’à la fin de l’hiver, le mouvement ouvrier cantonais et les dirigeants du Guo-min-dang se prêtent appui mutuellement et sans réticences. Dès le début de l’été, quand avaient commencé à se manifester au grand jour les intrigues de la droite, et que s’était amorcée la crise qui devait aboutir à l’assassinat de Liao Zhong-kai, les syndicats avaient organisé le 11 août une grande manifestation de rue, pour réclamer l’éviction des éléments droitiers, civils et militaires142 ; le départ de Hu Han-min et de Xu Chong-zhi allait quelques semaines plus tard leur donner satisfaction. En novembre, la seconde Expédition de l’Est, qui chasse définitivement Chen Jiong- ming et reprend Shantou, est également soutenue par les groupements ouvriers, qui coopèrent avec l’armée régulière et lui fournissent des détachements de transport et de propagande. Le syndicat des marins constitue un corps d’ambulanciers143. Ces unités auxiliaires sont recrutées parmi les grévistes de Hongkong repliés à Canton, et le gouvernement leur rend hommage par la voix de Chen Gong-bo, commissaire au travail, qui décore 3 800 d’entre eux après le succès de l’Expédition144. C’est en vainqueurs que les soldats cantonnais et les détachements de grévistes rentrent dans Shantou, qui était occupée depuis deux mois par les troupes de Chen Jiong-ming ; le président du syndicat local des marins devient chef de la police145 et Zhou En-lai, commissaire politique de l’Expédition, célèbre le 12 novembre la prise de la ville par un grand discours prononcé devant l’ensemble des syndicalistes de Shantou146. Le gouvernement cantonais, de son côté, soutient sans restriction pendant toute cette période la grève-boycott et d’une façon générale les activités du mouvement ouvrier sur le territoire qu’il contrôle. Dès qu’est connue la fusillade de la rue Shaji, il proteste auprès du Corps diplomatique de Pékin147. Il subventionne largement le Comité de grève, et lui accorde toute sorte de facilités, par exemple des permis de circulation gratuits sur la section du Canton-Jiulong qui est sous son autorité148. Cette politique favorable au mouvement ouvrier est continuée après la mort de Liao Zhong-kai par Chen Gong-bo, commissaire au travail dans le gouvernement cantonais149. Chen constitue une commission de rédaction d’une législation ouvrière, dans laquelle il fait large place aux syndicats150. Au second Congrès national du Guo-min-dang, sont votées toute une série de résolutions qui, sur le plan social, sont beaucoup plus précises que les décisions de principe du Congrès de 1924151. Elles reconnaissent que le parti n’a pas encore été capable de promouvoir une véritable politique d’amélioration des conditions de vie des ouvriers, comme il avait été décidé en 1924, et que le travail des « départements ouvriers » créés à chaque échelon du parti depuis le Congrès de 1924 n’a pas été satisfaisant. Un programme détaillé de réformes sociales est élaboré par ce Congrès de janvier 1926 et comporte la mise en œuvre d’une législation du travail, l’établissement de la journée de 8 heures, le salaire minimum, la protection des femmes et des enfants, les assurances ouvrières, l’abolition du bao-gong ; ce programme recoupe donc sensiblement ceux qu’avait adoptés le IIe Congrès du travail en mai 1925 ou qu’adoptera le IIIe Congrès en mai 1926 ; mais sa réalisation est reportée après la victoire de la révolution nationaliste. Une autre résolution votée par le Congrès du Guo-min-dang de janvier 1926 affirmait la nécessité de respecter l’indépendance des syndicats, tout en réservant au parti le rôle dirigeant dans le domaine politique ; une autre encore prescrivait de donner plus d’importance à l’activité des « départements ouvriers » du Guo-min-dang152.

  • 153 En 1924, on comptait dans le port de Hongkong 210 vaisseaux par jour, et 34 seulement en juillet e (...)
  • 154 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 232.
  • 155 Le produit des taxes du gouvernement colonial sur les importations, à l’automne 1925, diminue de m (...)
  • 156 SCMP, 7 août 1925.
  • 157 SCMP, 10 septembre 1925. Deng Zhong-xia insiste très longuement (Abrég pp. 235-236 et Esquisse Gén (...)

40Les répercussions de la grève-boycott sur l’activité économique de Canton et du Guangdong contribuaient aussi à maintenir ces bons rapports entre le mouvement ouvrier cantonais et le gouvernement national. La grève avait en effet porté un coup très dur à la puissance commerciale et financière de Hongkong ; l’activité du port avait considérablement ralenti153, le prix de la terre avait baissé de moitié dans l’île154, et le gouvernement colonial avait vu s’amenuiser ses ressources et s’aggraver ses charges155. Pendant les premières semaines du mouvement, en juillet et en août, le boycott frappait sans discrimination tout navire et toute marchandise arrivant dans les ports du Guangdong ; la province, et en particulier la ville même de Canton, avaient alors souffert d’une raréfaction et d’une hausse des prix des denrées importées, telles que le charbon, et de difficultés à écouler les productions locales comme la soie156. Mais au début de septembre, après une réunion commune du Comité de grève et des Chambres de commerce cantonaises, il fut décidé de laisser librement circuler les marchandises et les navires non-britanniques ; on abolit alors les « permis spéciaux » qui étaient jusque-là exigés pour ces derniers157.

  • 158 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, pp. 19-20.
  • 159 Ibid., p. 83.
  • 160 Congrès du travail, p. 135.
  • 161 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 72.
  • 162 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 240-241.

41C’est très délibérément que les dirigeants du comité de grève avaient pris ces mesures d’assouplissement, pour favoriser la reprise des affaires à Canton et le succès des entreprises de la bourgeoisie locale. Des mots d’ordre reviennent fréquemment à cette époque dans les textes du comité de grève : « vive l’union des ouvriers et des marchands »158, « renforçons l’indépendance économique du Guangdong »159. « Votre lutte a apporté de grands bénéfices aux marchands et renforcé le frontuni entre marchands et ouvriers », déclarera en mai 1926 le IIIe Congrès du travail dans une lettre adressée aux grévistes160. De fait, à partir de l’assouplissement du boycott, la crise de Hongkong apporte à Canton et à la bourgeoisie cantonaise de substantiels profits. Hongkong perd le contrôle qu’il exerçait sur le commerce de Canton, par ses entrepôts et aussi par son papier-monnaie, largement répandu dans toute la province et considéré comme plus sûr que les billets provinciaux ; ce sont au contraire ces derniers qui se revalorisent maintenant161. De juillet à septembre, du fait du boycott, le trafic de Canton était resté sensiblement inférieur à ce qu’il avait été en 1924 ; à partir d’octobre au contraire il le dépasse très sensiblement (Cf. figure n° 7). Les revenus mensuels de la province du Guangdong, tombés à 830 000 yuans en 1922 et à 665 000 yuans en 1924, à l’époque où Sun Yat-sen se faisait à peine obéir à l’intérieur même de la ville de Canton, remontent à 1 500 yuans en août 1925 et à 3 800 en novembre162, tant du fait de la reprise des affaires provoquée par la grève, que par suite de l’élimination progressive des armées privées et de la pacification de l’Est de la province.

Fig. 7. — Évolution du trafic de Canton pendant le second semestre de 1924 et de 1925 (d’après les rapports des Douanes).

42Le mouvement ouvrier cantonais, au cours de la grève-boycott, applique donc fidèlement la politique d’alliance avec la bourgeoisie du Sud, sous l’égide du gouvernement national. Mais il n’est guère payé de retour, et les avantages économiques que leur apporte la grève ne font pas oublier aux éléments de droite du camp révolutionnaire le péril politique que constitue pour eux l’essor du mouvement ouvrier. Dès l’été 1925, ces éléments de droite et ces forces hostiles aux alliances définies en 1924 s’étaient montrés très actifs dans le Guo-min-dang, et leur influence ne va faire que croître jusqu’au départ de l’Expédition du Nord en juillet 1926.

  • 163 Ho Kan-chih, pp. 110-112. Il ne s’agit ici que de rappeler sommairement, pour pouvoir définir l’at (...)

43Les éléments de droite, après l’échec temporaire qu’ils subissent au lendemain de l’assassinat de Liao Zhong-kai, se regroupent pendant la deuxième partie de l’année 1925. En novembre, ils tiennent une conférence d’opposition autour du tombeau de Sun Yat-sen, dans les collines situées à l’Ouest de Pékin. Ce « groupe des collines de l’Ouest » établit un peu plus tard à Changhai une direction du Guo-min-dang rivale de celle de Canton, dont ils dénoncent la « bolchevisation ». A Canton même, ces opposants de droite comptent des amis nombreux et actifs, organisés en une « Société d’étude du sunyatsenisme », qui n’est guère moins hostile que le groupe des collines de l’Ouest aux communistes et à leurs alliés de la gauche. Ils sont soutenus par de grandes figures de la bourgeoisie d’affaires du Sud comme Jian Zhao-nan, un des dirigeants des manufactures de tabac Nan-yang, ou comme Zhang Jing-jiang, une des principales fortunes de la Bourse de Changhai ; ils sont aussi, bien que discrètement, en bons termes avec le commandant de l’Académie militaire de Huangpu, Jiang Jie-shi163, beau-frère de Sun Yat-sen par sa femme et ami personnel de Zhang Jing-jiang, qui l’a connu autrefois dans les milieux de courtiers de Changhai.

  • 164 Ho Kan-chih, ibid.

44Au Congrès de janvier 1926 du Guo-min-dang, la gauche était largement majoritaire, mais elle n’y a pas cherché la rupture avec l’ensemble de la droite. On exclut les dirigeants du groupe des collines de l’Ouest, qui tiennent alors à Changhai un congrès dissident, mais on élit ou réélit au Comité central des personnalités notoirement hostiles à l’alliance avec les communistes et au soutien du mouvement ouvrier, telles que Sun Ke, fils d’un premier mariage de Sun Yat-sen, chef du « groupe du prince », et Dai Ji-tao, principal théoricien du nationalisme anti-communiste et un des parrains de la Conférence des collines de l’Ouest164.

  • 165 SCMP, 19 décembre 1925.
  • 166 H. Isaacs, Tragedy, p. 92.

45C’est aussi vers cette époque que Jian Zhao-nan est nommé haut- conseiller du gouvernement sudiste165 et que Zhang Jing-jiang quitte Changhai pour Canton166.

  • 167 SCMP, 25 novembre 1925.
  • 168 SCMP, 10 mars 1925.
  • 169 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 513-514.

46C’est cette recherche d’un compromis avec la droite et cette persistance de l’influence réelle de la droite à Canton qui expliquent que, même à l’époque où les relations entre le mouvement ouvrier canto- nais et le gouvernement national sont apparemment les meilleures, c’est-à-dire pendant l’automne et l’hiver 1925-1926, divers incidents surviennent qui viennent ternir celles-ci. C’est ainsi que le commandant militaire de Canton, Wu Tie-cheng, qui est un ami des modérés, tente, en vain d’ailleurs, de désarmer en novembre les piquets du Comité de grève167 ; en décembre, le gouvernement impose à ceux-ci de choisir entre la réorganisation sous son contrôle et la dissolution, et ces unités doivent accepter d’être intégrées dans l’armée régulière168. Wu Tie-cheng est en même temps le chef de la section ouvrière du Guo-min- dang de la ville de Canton ; en mars 1926, il institue une « commission ouvrière de la municipalité de Canton », dans le but avoué de resserrer sa surveillance sur les syndicats169.

  • 170 SCMP, 18 novembre 1925.

47Aussi significatifs sont en novembre les incidents de Shantou ; le chef provisoire de la municipalité, qui est d’extrême-gauche et que Zhou En-lai a mis en place après l’arrivée de l’armée cantonaise, est bientôt remplacé par une personnalité du centre, sur ordre de Canton170. Il ne s’agit encore que de discrètes tentatives, mais l’affaire du 20 mars va voir se développer cette contre-offensive des modérés contre le mouvement ouvrier et contre l’ensemble de la gauche.

  • 171 Ho Kan-chih, pp. 112-113 ; SCMP, 20-25 mars 1926.
  • 172 L. Wieger, La Chine moderne, Tome VII, p. 21.

48Le 20 mars 1926, Jiang Jie-shi, commandant des troupes du gouvernement national, qui depuis le Congrès de janvier était entré à la direction du parti, prend prétexte d’un prétendu complot préparé avec l’appui de la canonnière Zhong-shan, qui mouillait non loin de Canton et dont le commandant était communiste, pour occuper Canton avec ses troupes. Il fait arrêter une cinquantaine de militants communistes, pour la plupart chargés de fonctions politiques à l’Académie militaire de Huangpu et dans sa propre armée, et des membres de la mission militaire soviétique ; ses troupes perquisitionnent en même temps au siège du Comité de grève de Canton-Hongkong171. Officiellement, on traita par la suite cette affaire comme un malentendu ; les personnalités arrêtées furent rapidement relâchées, le Comité de grève reprit ses activités ; Jiang confirma publiquement sa fidélité à l’alliance communiste et sa confiance dans les conseillers soviétiques172. Il n’avait probablement cherché qu’à sonder les intentions de ses adversaires et leur capacité de résistance. Par ailleurs, il ne pensait probablement pas que l’heure était déjà venue de rompre pour de bon avec le Parti communiste ; la grève- boycott avait confirmé l’aptitude de celui-ci à mobiliser les masses populaires, et la bourgeoisie modérée préférait conserver son appui en vue de la campagne du Nord maintenant imminente. Enfin, la vitalité et la popularité à Canton des organisations de gauche,, renforcées par la présence de dizaines de milliers de grévistes de Hongkong, rendaient assez aléatoire une épreuve de force, à laquelle l’opinion publique n’était pas non plus préparée.

  • 173 Ibid.

49S’il ne va au bout de son entreprise, Jiang n’en a pas moins porté un coup sévère à la gauche, dont le chef Wang Jing-wei s’empresse de s’effacer en faveur de celui qui apparaissait maintenant de plus en plus nettement comme son rival direct173. Le 15 mai, une réunion du Comité exécutif central du Guo-min-dang enregistre le nouvel équilibre politique qui était en train de s’instaurer.

  • 174 SCMP, 19 mai 1926 ; Hu Hua, Exposé, p. 134.
  • 175 SCMP, 22 mai 1926.
  • 176 CWR, 13 mai 1926.
  • 177 SCMP, 5 juin 1926 ; ce monopole avait été institué quand l’Asiatic Petroleum Co, la Standard Oil, (...)

50Sur la proposition de Jiang Jie-shi et sous couvert d’une remise en ordre des affaires du parti, on adopte toute une série de décisions qui traduisent le recul de l’influence de la gauche : interdiction aux membres du Guo-min-dang de s’inscrire à un autre parti, obligation pour le Parti communiste de déposer la liste de ses membres qui ont adhéré au Guo-min-dang, inéligibilité des communistes aux postes de dirigeants de l’armée et du gouvernement, limitation à 33 % des effectifs communistes à un échelon quelconque du Guo-min-dang, communication obligatoire des directives de l’Internationale communiste à une commission mixte des deux partis174. A cette commission mixte, ce sont les membres de la droite, Sun Ke, Zhang Jing-jiang, Jiang, Jie-shi, qui sont désignés pour représenter le Guo-min-dang175. La nouvelle orientation politique se précise immédiatement, quand au début de juin 1926 on rend à ses actionnaires la branche méridionale du Canton-Hankou, que Sun Yat-sen avait nationalisée en 1923176, et qu’on abolit le monopole pétrolier institué en 1925 dans le Guangdong par Liao Zhong-kai pour éliminer l’influence des compagnies anglo-saxonnes177.

  • 178 SCMP, 22 mai 1926.
  • 179 CWR, 12 juin 1926.
  • 180 CWR, 24 avril 1926.
  • 181 N. Akatova, op. cit., chap. iv.

51Le « coup du 20 mars » et les décisions du 15 mai ne pouvaient que signifier, à plus ou moins longue échéance, la fin de la politique de soutien mutuel qu’avaient pratiquée l’un à l’égard de l’autre depuis quelques années, le mouvement ouvrier cantonais et le gouvernement national. Dans les semaines qui suivent, toute une série de mesures sont prises au détriment de la grève-boycott ; on exige du Comité de grève qu’il interdise aux piquets de pénétrer dans les maisons des étrangers ; on rouvre les maisons de jeux, fermées en juin 1925 afin de pouvoir y loger les grévistes178 ; on interdit aux piquets de pratiquer des arrestations sans l’accord de la police179. Et surtout, on ne cache plus guère dans les milieux gouvernementaux le désir de se débarrasser de cet encombrant partenaire, en liquidant le plus rapidement possible le conflit avec Hongkong. Dès avril, Su Zhao-zheng se voit intimer l’ordre de fournir un projet de règlement de la grève180 ; le gouvernement de Canton prend alors en main pour son propre compte les négociations avec les autorités britanniques, qui jusque-là n’avaient été menées que par le Comité de grève et les Chambres de commerce181. Un mandat gouvernemental du 31 mai affirme publiquement la nécessité de régler rapidement la grève et annonce que le ministre des Affaires étrangères va immédiatement prendre les mesures nécessaires.

  • 182 PPW, n° 7 (op. cit.).
  • 183 CWR, 13 juin 1926.
  • 184 SCMP, 27 avril et 15 mai 1926.
  • 185 SCMP, 9 juin 1926.
  • 186 SCMP, 28 mai 1926 ; à la fin de mars, Chen s’était encore prononcé en faveur des marins des jonque (...)

52Ce recul du gouvernement national est non moins sensible si on examine sa politique ouvrière durant les quatre mois qui séparent l’affaire de la canonnière Zhong-shan du départ de l’Expédition du Nord. La session du 15 mai du Comité exécutif central, qui avait consacré le retour de la droite à la direction du parti, fixe à cinquante-quatre heures la semaine de travail, au lieu des six journées de huit heures préconisées en janvier par le IIe Congrès ; encore ne s’agit-il que d’un vœu de principe182. Le mandat du 31 mai, en même temps qu’il pousse à la liquidation de la grève-boycott, annonce la création d’un Bureau d’arbitrage des conflits du travail, présidé par un fonctionnaire et composé d’un nombre égal de délégués du patronat et des syndicats ; ses sentences seront obligatoires. Le mandat annonce en même temps des mesures de renforcement de la police de Canton et la répression de tous les « désordres » dus à des initiatives privées183. Ceci vise au premier chef les piquets, qui s’étaient multipliés chez les syndicats de gauche depuis quelques mois à l’exemple du Comité de grève. Dès avril et mai, Jiang Jie-shi avait d’ailleurs commencé à désarmer les piquets des cheminots184. Ce n’était pas Chen Gong-bo, le faible et hésitant responsable des affaires du travail depuis la mort de Liao Zhong-kai, et un des membres du groupe de Wang Jing-wei, qui pouvait s’opposer à cette nouvelle orientation de la politique ouvrière du gouvernement national ; il s’y associe au contraire et demande en juin aux syndicats la liste nominative de leurs membres185 ; il se prononce de même contre les revendications des employés des hôtels de Canton, qui font grève à la fin de mai pour s’opposer à l’emploi de gens de Hongkong par leurs patrons ; la police vient disperser les grévistes186.

  • 187 SCMP, 8 juillet 1926.

53Chen démissionne d’ailleurs le 7 juillet, se déclarant incapable de trancher les conflits entre syndicats et patrons ou entre les syndicats eux- mêmes187.

  • 188 Cf. ci-dessus p. 435.

54Quelles sont les réactions provoquées par cette remontée de la tendance de droite au sein du Guo-min-dang et du gouvernement national, de la part des organisations ouvrières ? Ni le Comité de grève, ni le Syndicat général pan-chinois, ni la Conférence des délégués ouvriers de Canton n’interviennent pour s’opposer au compromis avec la droite réalisé au Congrès de janvier 1926, pour se dresser contre le coup du 20 mars, ou pour faire échec en mai et juin aux premières mesures frappant directement le mouvement ouvrier. Cette attitude conciliatrice et cette absence de réactions étaient d’ailleurs facilitées par l’équivoque savamment entretenue par Jiang Jie-shi lui-même188, mais elles étaient d’autant plus frappantes qu’en d’autres circonstances le prolétariat cantonais et ses organisations étaient activement intervenus pour faire pencher la balance des forces politiques au profit de la gauche ; c’est ce qu’ils avaient fait en septembre et octobre 1924 au moment de l’affaire des Volontaires marchands, ou encore le 11 août 1925, avec la manifestation populaire dirigée contre les éléments militaires et compradors du gouvernement sudiste. La réserve manifestée pendant l’hiver et au printemps 1926, par comparaison, apparaît comme d’autant plus volontaire et raisonnée que les syndicats étaient maintenant beaucoup plus vigoureux qu’en ces précédentes occasions.

  • 189 Manifeste du IIIe Congrès du travail (Congrès du travail, p. 127).
  • 190 Ibid., pp. 49-61.
  • 191 Gong-ren yun-dong (Le mouvement ouvrier), p. 40.

55Il ne semble pas douteux que les dirigeants communistes des grandes organisations ouvrières chinoises, et le Parti communiste lui-même, aient systématiquement, dans un souci tactique, atténué et estompé la signification de l’affaire du 20 mars. Non qu’on ignore et qu’on s’abstienne de dénoncer « la tendance de la grande bourgeoisie à quitter le front uni par intérêt de classe, dans la période où la classe ouvrière soutient et dirige un mouvement anti-impérialiste authentique », ou la manœuvre « des impérialistes qui amadouent les capitalistes chinois et cherchent à s’allier avec eux »189. Mais quand on critique, comme le fait Liu Shao-qui dans son rapport d’activités au IIIe Congrès du travail, « les activités réactionnaires et les tendances au compromis de la grande bourgeoisie », c’est pour ne citer que des exemples empruntés aux zones de Chine dominées par les du-jun ou les Occidentaux : attitude dilatoire de la Chambre de commerce de Changhai en mai et juin 1925, collusion entre les propriétaires de la cotonniere de Zhengzhou et les bandes armées qui attaquèrent le syndicat de celle-ci en septembre 1925, rôle de la compagnie Han-ye-ping dans la fermeture du club ouvrier de Anyuan en septembre 1925, manœuvres de la bourgeoisie de Wuhan ou de Pékin pour ralentir pendant l’été 1925 l’élan du Mouvement du 50 mai190, ce rapport reste muet sur l’affaire du 20 mars. Au IIe Congrès du Guo-min-dang, en janvier, une résolution spéciale avait pourtant été votée en vue de soutenir le mouvement ouvrier contre les intrigues « des militaristes, des grands compradors et autres instruments des impérialistes »191, mais sans analyser concrètement non plus l’influence dont ces derniers disposaient à Canton et au sein même du gouvernement national.

  • 192 XD, 3 décembre 1925, Shi-me shi guo-min-dang zuo-you-pai (Que sont la gauche et la droite dans le (...)
  • 193 XD, 15 mai 1926, Nan-fang xing-shi yu guo-min-dang (La situation dans le Sud et le Guo-min-dang).

56Quand on s’aventure alors au sein du mouvement ouvrier à évaluer l’importance des forces de droite dans le Guo-min-dang, on ne donne de celles-ci qu’une définition extrêmement restreinte. Chen Du-xiu, traitant officiellement cette question dans Xiang-dao en sa qualité de secrétaire général du Parti communiste, se contente en décembre 1925 de relier le courant de droite du Guo-min-dang à ses précurseurs, tels que le « groupe des sciences politiques » et autres formations éphémères de la bourgeoisie conservatrice chinoise dans les années 1915-1920192. Encore en mai 1926, il ne définit la droite que comme les adversaires de Jiang et de Wang, et se satisfait de ce que le « groupe des collines de l’Ouest » ait été expulsé du parti au Congrès de janvier193.

  • 194 XD, 3 avril 1926.
  • 195 Ibid.

57C’est à propos de la personne et du rôle de Jiang Jie-shi que cette attitude, qui sera plus tard qualifiée d’opportuniste et condamnée comme telle, apparaît le plus nettement. Chen Du-xiu cherche à ménager ce dernier, et à présenter l’affaire du 20 mars comme un épisode sans lendemain, comme un accident ; quand dans Xiang-dao il fait le récit de l’affaire, il n’en continue pas moins à qualifier Jiang de « pilier de la révolution »194. Un autre article conclut par ces phrases équivoques : « nous avons tous le devoir de soutenir le gouvernement actuel de Canton. Le coup de Canton était objectivement capable de renverser le gouvernement national. C’est pourquoi les instigateurs du coup de Canton, qu’il s’agisse d’un complot communiste contre Jiang ou d’un complot de la droite contre les communistes, doivent tous être punis par la nation et le gouvernement national. Aucun homme et aucun parti ne doivent les mettre à l’abri »195.

  • 196 Congrès du travail, p. 116.
  • 197 Ibid., pp. 118-119.
  • 198 Documents sur le mouvement ouvrier, p. 199.

58Les thèmes qui reviennent sans cesse dans les documents communistes de cette période et dans ceux du mouvement ouvrier sont en effet ceux de la priorité absolue de la lutte contre Wu Pei-fu, Zhang Zuo- lin, et les autres militaristes du Nord, et de la nécessité de ne rompre à aucun prix l’alliance politique avec les éléments de droite du mouvement national et du gouvernement de Canton. Dans sa résolution sur « l’essor du mouvement ouvrier et sa place dans la révolution nationale », le IIIe Congrès du travail souligne que la classe ouvrière est la classe dirigeante et qu’il faut résister aux « tendances réactionnaires des grands capitalistes », mais il s’abstient d’analyser concrètement ce dernier terme196. La conséquence logique est pour le mouvement ouvrier de continuer à soutenir inconditionnellement le gouvernement cantonais et son projet, maintenant très proche, « d’Expédition punitive contre le Nord » (Bei-fa), en passant résolument sous silence la crise du 20 mars, sans même y faire allusion. Tel est le sens de la « résolution sur la situation politique et sociale » et de la « résolution sur la situation présente du gouvernement national », votées au IIIe Congrès du travail197 ; « contre le renouveau des forces nordistes depuis la défaite des Guo-min-jun et de Guo Song-ling, il faut soutenir le gouvernement national ; la reconnaissance par le précédent Congrès et par celui-ci du rôle joué par le gouvernement national dans la lutte contre l’impérialisme est entièrement correcte », conclut ce dernier texte. Les autres congrès syndicaux tenus au printemps, tels que celui des délégués ouvriers de Canton le 1er avril, adoptent la même attitude198.

  • 199 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 50.
  • 200 SCMP, 16 juin 1926.
  • 201 SCMP, 20 mai 1926 ; au lendemain de la promulgation du mandat du 31 mai, l’Union des ouvriers, mar (...)

59Un épisode caractéristique de l’incertitude dans laquelle se trouve à la veille du départ de la Bei-fa le mouvement ouvrier cantonais est fourni par l’activité en mai et juin 1926 d’un groupement nouveau, l’« Union des ouvriers, marchands, intellectuels et paysans du Guangdong ». Cette association, qui semble plutôt avoir eu le caractère d’un comité d’entente « au sommet », se fonde au lendemain du IIIe Congrès du travail, sur l’initiative commune des Chambres de commerce de Canton et du Syndicat général pan-chinois199. Mais elle passe pour très liée à Jiang Jie-shi200 ; de fait, elle présente le 18 mai au gouvernement sept demandes (règlement de la grève de Hongkong, abolition du monopole pétrolier du gouvernement, création d’un organisme d’arbitrage des conflits du travail, renforcement de l’ordre public, développement du port de Huanpgu), qui correspondent curieusement, et point par point, aux mesures que prend Jiang dans son mandat du 31 mai201. Les syndicats de gauche s’associent ainsi aux éléments de la bourgeoisie cantonaise les plus favorables à un retour en arrière, et ne cherchent pas à s’opposer à la nouvelle orientation qui découle du coup du 20 mars.

  • 202 Hu Hua, Exposé, pp. 151-133.
  • 203 T.N. Akatova, op. cit., p. 124.
  • 204 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 298 ; T.N. Akatova, ibid. (qui cite une étude de Cai He-sen sur l’hi (...)

60Il s’agit donc bien d’un retrait tactique, d’un refus de contre-attaquer devant la nouvelle offensive de la droite. Il s’agit de sauvegarder le « front uni » constitué avec celle-ci, et de tout subordonner à lutte commune contre les militaristes du Nord et au succès de la Bei-fa maintenant imminente. Jusqu’à quel point, dans la direction des organisations syndicales de gauche et du Parti communiste, se manifeste-t-il une opposition à cette ligne politique ? Ce n’est sans doute pas le lieu d’aborder quant au fond ce problème qui touche à la fois à l’histoire du communisme chinois et à celle du mouvement ouvrier proprement dit, et dont l’analyse amènerait à examiner au moins autant le rôle en Chine de l’Internationale communiste et de ses représentants, que l’état des courants politiques à l’intérieur du Parti communiste chinois. Le dossier de l’échec de la révolution chinoise de 1924-1927 est loin d’être complet, même si les pièces qu’il comporte sont souvent signées de noms illustres. Il ne semble pas douteux que la politique de compromis avec la bourgeoisie menée par Chen Du-xiu et la direction du Parti communiste bénéficiait d’appuis dans l’Internationale. Il n’est pas douteux non plus que cette politique s’est heurtée à l’intérieur du Parti communiste, et aussi au sein du Comité de grève, à des résistances qui furent vigoureuses même si elles ne s’exprimèrent pas publiquement par discipline de parti. Certains, comme Zhang Guo- tao, proposèrent de revenir à un « splendide isolement » en quittant le Guo-min-dang202. A l’inverse, des militants syndicalistes comme Su Zhao-zheng, Deng Zhong-xia ou Xiang Ying, des dirigeants du mouvement paysan comme Mao Ze-dong et Peng Pai, des cadres responsables du parti communiste comme Cai He-sen ou Zhou En- lai, sans remettre en question le principe de l’alliance avec la bourgeoisie et le soutien à l’Expédition du Nord, étaient partisans d’une riposte au lendemain du 20 mars203. S’ils n’eurent pas gain de cause, ils obtinrent néanmoins que la grève-boyott ne soit pas arrêtée à ce moment, comme le demandait Chen Du-xiu en accusant les communistes cantonais d’avoir par gauchisme ignoré les difficultés et les besoins de la bourgeoisie204.

  • 205 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 206.
  • 206 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, pp. 90-94.

61Cette orientation plus radicale des organisations ouvrières cantonaise s’exprima par exemple le 1er avril 1926 à la session de la Conférence des délégués ouvriers ; la résolution d’organisation adoptée alors insiste sur la nécessité « de prendre une position de classe à propos de tous les événements politiques » et de la manifester publiquement205, ce qui peut être considéré comme une allusion à peine voilée aux événements de la semaine précédente et à la faiblesse de la riposte ouvrière. L’idée qu’il était possible de soutenir le gouvernement national et le Guo-min-dang, et en même temps de lutter au sein de ceux-ci contre l’influence de la grande bourgeoisie, semble avoir été communément admise à cette époque dans les milieux du Comité de grève ; « capitalistes et prolétariat luttent pour la direction de la révolution », déclare Deng Zhong-xia dans une brochure publiée à Canton à cette époque206. Mais ces remous et ces oppositions ne furent pas suffisantes pour modifier fondamentalement la ligne « opportuniste » adoptée à la suite de Chen Du-xiu par l’ensemble des communistes chinois et des organisations qu’ils animaient.

  • 207 Matériaux sur le mouvement paysan, p. 17.
  • 208 Ho Kan-chih, Modem révolution, p. 100.
  • 209 En 1926, ce département se scinde en deux, ce qui suggère un désir de s’occuper plus activement de (...)
  • 210 Ibid.
  • 211 Hu Hua, Exposé, p. 138.
  • 212 Ho Kan-chih, op. cit., p. 101 ; Matériaux sur le mouvement paysan, p. 40 sq.
  • 213 SCMP, 1er octobre 1925.

62La même incertitude caractérise à cette époque les rapports du mouvement ouvrier avec la paysannerie pauvre et moyenne, dont les activités revendicatives avaient pourtant pris soudainement leur essor en 1925-1926. Au Guangdong, on comptait 4 727 Unions paysannes de villages en juin 1926, avec 647 000 membres. A l’exemple de celles qu’avait fondées, dès 1921, le communiste Peng Pai dans les districts de Haifeng et de Lufeng, elles avaient commencé à tenir tête aux propriétaires fonciers et à leurs collecteurs, à s’opposer aux mesures arbitraires, à faire campagne pour la baisse des fermages207. Le Congrès provincial paysan de mai 1926 avait aussi décidé la formation de groupements paysans d’auto-défense, et la poursuite de la lutte contre les bandes armées des propriétaires fonciers et des notables ruraux du Guangdong208. Le gouvernement de Canton avait pris quelques mesures pour soutenir ce mouvement paysan ; la « section ouvrière et paysanne » créée en son sein, si elle s’occupait surtout des questions syndicales, consacrait une partie de ses activités au mouvement paysan209, pour lequel une somme de 18 000 yuans par mois figurait au budget officiel210. Sous son patronage, fonctionne à Canton en 1925 et 1926 une « école du mouvement paysan chinois » que dirige Mao Ze-dong211. En revanche, la paysannerie avait à plusieurs reprises, dans des périodes critiques, prêté main-forte au gouvernement cantonais, par exemple au moment de l’éviction des mercenaires des généraux Yang et Liu en juin 1925, ou lors de la seconde campagne de l’Est contre Chen Jiong-ming en octobre et novembre 1925. Cette dernière expédition, en particulier, avait coopéré activement avec les Unions paysannes de Haifong et de Lufeng, qui lui servirent de guides et d’éclaireurs, la ravitaillèrent, lui fournirent des porteurs212 et avaient même pris part aux combats en dépit de leur armement rudimentaire de lances et de javelines213.

  • 214 Comme le Congrès des délégués ouvriers de Canton en avril 1926 (Matériaux sur le mouvement ouvrier (...)

63Si les congrès ouvriers cantonais de cette période votent régulièrement une résolution sur la coopération entre ouvriers et paysans214, celle-ci, jusqu’au départ de l’Expédition du Nord, n’a encore été qu’assez occasionnelle. C’est ainsi que les décisions du Congrès des délégués ouvriers de Canton, en avril 1926, relatives à la formation d’un club ouvrier et paysan, d’un journal ouvrier et paysan, d’un comité de coordination entre organisations ouvrières et paysannes du Guangdong, n’étaient pas encore appliquées quand s’ébranle en juillet 1926 la Bei-fa.

  • 215 Cf. ci-dessus, p. 415.
  • 216 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 29 ; XD, 18 septembre 1925.

64En revanche, on a noté que la grève-boycott avait été l’occasion d’une action commune menée sur une grande échelle par les Unions paysannes et les piquets de Comité de grève215. Ceux-ci avaient été ravitaillés par les paysans et aidés par eux contre les contrebandiers, et en revanche ils leur avaient à plusieurs reprises prêté main-forte contre les groupes armés (min-duan, littéralement « corps du peuple ») des propriétaires fonciers qui s’obstinaient à envoyer à Hongkong leur production agricole216. L’éclat avec lequel avait été organisée à Canton au début de mai 1926 la manifestation commune des délégués au IIIe Congrès national du travail et des délégués de la Ire Conférence provinciale des Unions paysannes avait aussi souligné les progrès de la coopération entre le mouvement ouvrier et le mouvement paysan à cette époque.

  • 217 Congrès du travail, p. 120.
  • 218 Ibid., p. 96. Cette conception étroite de l’alliance entre la paysannerie et la classe ouvrière pr (...)

65Si cette alliance reste néanmoins très en deçà des possibilités réelles de la paysannerie chinoise, il faut invoquer non seulement les circonstances, mais la conception même que les organisations ouvrières se faisaient de cette question. La paysannerie n’est encore pour elles qu’une force d’appoint ; le IIIe Congrès du travail, dans une résolution particulière, lui assigne explicitement un rôle de « soutien » aux formations militaires régulières, et oppose de ce point de vue le succès de la seconde Expédition de l’Est aux infortunes des Guo-min-jun au Henan217. Dans sa résolution de politique générale, le IIIe Congrès est plus net encore ; il souligne que la paysannerie, du fait de sa dispersion en petits villages et en petites unités de production, a de grandes difficultés à intervenir utilement dans les luttes politiques, et qu’au demeurant le sort de ces dernières se décide essentiellement dans les grandes villes ; le texte qualifie la paysannerie d’ « arrière-garde » (hu-dun) du mouvement ouvrier218. Cette analyse des rôles respectifs de la classe ouvrière et de la paysannerie dans la révolution chinoise n’allait pourtant pas tarder à être remise en question, dès l’été 1926, au cours de la marche de l’armée cantonaise dans les campagnes du bassin moyen du Yangzi.

  • 219 SCMP, 9 juillet 1926.
  • 220 Congrès du travail, p. 94 (Appréciation du IIIe Congrès sur la situation générale en Chine). Cf. a (...)

66Quand, le 7 juillet, une session spéciale du Comité exécutif central du Guo-min-dang lance un manifeste annonçant le départ tant attendu de la Bei-fa, et renforce les pouvoirs de Jiang Jie-shi à la tête du parti, de l’armée et du gouvernement219, le mouvement ouvrier chinois va se trouver devant des responsabilités nouvelles, mais aussi devant de nouveaux dangers. Il est fort du crédit acquis dans l’opinion au cours des luttes du 30 mai à Changhai et en Chine du Centre et du Nord, et au cours de la grève de Canton-Hongkong qui tient toujours depuis treize mois. Certes, en Chine du Nord et du Centre, depuis les défaites des Gui-min-jun au début de 1926 et depuis la consolidation des forces de Wu Pei-fu, Zhang Zuo-lin et Sun Chuang-fang, toutes les organisations affiliées au Syndicat général pan-chinois ont dû se réfugier dans l’illégalité, et ce recul est particulièrement sensible chez les mineurs et les cheminots, et dans de grandes villes comme Pékin, Tianjin, Hankou220. Mais ce recul partiel, ainsi que les points faibles qui subsistent encore dans l’organisation intérieure et la cohésion du Syndicat général pan-chinois, n’empêchent pas celui-ci d’être de loin la plus influente des organisations ouvrières chinoises ; le syndicalisme de gauche a maintenant éclipsé presque complètement ses traditionnels adversaires, tels que les groupements corporatifs cantonais et les associations « semi- ouvrières » de Changhai. Il va être à même d’intervenir puissamment aux côtés de l’armée sudiste pour la conquête de la Chine tout entière, et va profiter des succès de cette dernière pour s’implanter au grand jour dans les centres industriels libérés par celle-ci et y intervenir activement dans la vie politique et sociale.

67En revanche, dans la mesure où le printemps 1926 a déjà vu s’amorcer au sein des forces révolutionnaires une contre-offensive de la droite et des éléments pour qui les « trois nouvelles politiques » de 1924 ne sont qu’un pis-aller dont il faut se débarrasser le plus tôt possible, dans la mesure où cette contre-offensive a été volontairement laissée sans riposte, le mouvement ouvrier chinois risque de voir ces difficultés se reproduire sur une échelle beaucoup plus grande, à la faveur des succès même du gouvernement national.

Notes

1 Sur la situation politique à Canton au printemps 1925, cf. Li Chien-nung, Political history, pp. 495-498 et Hu Hua, Exposé, pp. 120-122.

2 Sur l’ensemble de la grève de Canton-Hongkong, cf. l’ouvrage de T.N. Akatova, S angan-Guanzouskaja zabastovka.

3 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 224.

4 Deng Zong-xia, Ibid, p. 225 ; CEJ, novembre 1927. (An analysis of strikes in China 1918-1926). Les revendications relatives aux loyers et au droit de résidence ne sont citées que par Deng Zhong-xia.

5 Les manifestants étaient 100 000 d’après Deng Zhong-xia, 10 000 d’après Chen Da (CEJ, op. cit.).

6 Cf. June twenty-third. (Rapport de la commission d’enquête constituée par le gouvernement de Canton, appendice B, qui donne la liste nominative des 52 morts et des 117 blessés).

7 Foreign Office, Cmd. n° 2636, Papers respecting the first firing in the Shameen affair of june twenty-third 1925.

8 Cette commission, formée par Hu Han-min au lendemain de l’incident comprenait essentiellement des dirigeants d’organisations modérées : Chambre de commerce, Y.M.C.A., associations d’enseignants ; le seul syndicaliste qui en faisait partie était Chen Sen, dirigeant de la tendance de droite du mouvement ouvrier cantonais. Son rapport (June twenty-third, p. 8), affirme que les premiers coups de feu partirent de Shamian, bientôt suivis d’un tir à la mitrailleuse.

9 SCMP, 27 juin 1925, texte d’une résolution unanimement adoptée par dix-sept professeurs américains du Canton Christian College, en date du 24 juin (« Le blâme et la responsabilité pour cette agression cruelle et injustifiée incombe à ceux qui dirigèrent le feu de Shamian »).

10 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 227.

11 Ibid., pp. 227-228.

12 Hongkong Administrative Reports, 1925 (qui donne la liste de vingt-huit professions en grève).

13 Ibid.

14 Ibid.

15 SCMP, 15 juillet 1925.

16 JDSZL, 1958, n° 5, Xiang-gang ba-gong gong-ren dai-biao da-hui di-yi-bai-ci ji-nian- kan (Publication commémorative de la centième session de la conférence des délégués des grévistes de Hongkong).

17 SCMP, passim.

18 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 227 ; cf. aussi Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 7.

19 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 227.

20 Martyrs du Hunan, p. 22 (Biographie de Deng Zhong-xia).

21 T.N. Akatova, op. cit., pp. 110 et 124.

22 Dix-neuf d’après Deng Zhong-xia, et trente d’après un reporter de la SCMP (31 déc. 1925).

23 A raison d’un délégué par 50 hommes, le chiffre de 800 membres pour le Congrès des délégués indiquerait qu’environ 40 000 grévistes étaient restés à Canton, les autres étant repartis à la campagne. De fait, le Comité de grève recensa en septembre 51 858 grévistes présents à Canton (CWR, 19 sept. 1925) ; G. Sokolski (NCH, 24 avril à 8 mai 1926) évalue à plus de 100 000 le nombre total des grévistes, ce qui recoupe à peu près ces chiffres.

24 CWR, 19 septembre 1925, 16 janvier, 22 mai, 12 juin 1926 ; SCMP, 4 et 25 août 1925.

25 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 58.

26 Chen Da, Question du travail, p. 213.

27 ECB, II, n° 4 (avril 1929).

28 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 28.

29 Cf. sur les activités de ces piquets, NCH, 24 avril, 1er et 8 mai 1926 (Récit de la visite à Canton et à Hongkong du journaliste G. Sokolski) ; cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 230.

30 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 13 ; SCMP, 19 décembre 1925 ; en décembre 1925, 300 personnes se trouvaient détenues à la « prison ouvrière ».

31 SCMP, 29 novembre 1925 (arrestation d’un dirigeant de la grève accusé corruption et de collusion avec les bandes de Chen Jiong-ming). Quarante-six cas de corruption seront examinés par le Congrès des délégués au cours de ses cent premières sessions (JDSZL, op. cit.).

32 Les articles de L. Gannett dans Nation furent reproduits par la CWR, 12 juin 1926.

33 SCMP, 8 novembre 1926.

34 SCMP, juillet 1925, passim.

35 Un bateau norvégien leur paie par exemple 2 000 yuans d’amende, (SCMP, 31 juill. 1925).

36 Cf. ci-dessous p. 431.

37 SCMP, 20 décembre 1925.

38 Cf. Ho Kan-chih, op. cit., p. 99.

39 RT, 1925, Pakhoi, p. 1.

40 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 28 (Délimitation précise de ces districts). En décembre 1925, avant l’Expédition du Sud, les piquets contrôlaient dix- neuf ports du Guangdong (CWR, 12 déc. 1925).

41 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 28.

42 Cf. ci-dessous, p. 442.

43 Cf. T.N. Akatova, op. cit.,pp. 119-120 (qui utilise largement le Min-guo Ri-bao de Canton.)

44 SCMP, 27 juillet 1925.

45 SCMP, 1er août 1925.

46 SCMP, 16 avril 1926.

47 NCH, op. cit. (Reportage de G. Sokolsky).

48 JDSZL, 1958, n° 5, op. cit.

49 En février 1926, des marchandises d’une valeur de 100 000 yuans sont par exemple saisies sur un vapeur allant à Macao (SCMP, 11 fév. 1926). Quand G. Sokolsky visite Canton en avril 1926 (NCH, op. cit.), le boycott y est encore en pleine activité.

50 SCMP, 26 et 27 février 1926. Cet épisode souligne la modération de fait du gouvernement national. Bien qu’il ait appelé à l’abolition des « traités inégaux » et qu’il ait rompu toute relation avec le Nord, celui-ci avait en effet laissé intacts à Canton les organes locaux de l’Inspection des douanes de Pékin, dont le chef était traditionnellement ici un Britannique.

51 Cf. ci-dessous p. 435.

52 SCMP, 31 mai 1926 ; cf. aussi JDSZL, 1958, n° 5 (Textes des résolutions et rapports présentés à cette 100e session).

53 SCMP, 21 juin 1926.

54 Cf. ci-dessous chap. xiii.

55 En mai 1925, la Conférence des délégués ouvriers est déjà une des quatre organisations syndicales qui convoquent le IIe Congrès du travail, à la suite duquel est fondé le Syndicat général pan-chinois (Cf. ci-dessus p. 366).

56 Cf. sur ce Congrès, Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 199 à 218 (Textes complets des résolutions votées) ; cf. aussi ΡΡW, n° 6 et 7, 15 septembre et 1er octobre 1927, The Trade Union movement in Canton (compte rendu de voyage d’un syndicaliste de l’I.S.R. en Chine du Sud en février 1927).

57 2 500 délégués de 140 syndicats, d’après une étude parue en mai 1926 dans le périodique du Guo-min-dang ZZZB (Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 191).

58 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 65. Cf. aussi Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 517-520.

59 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 57.

60 Annuaire, II, p. 80 (qui donne une longue liste de guildes et de syndicats affiliés à ce groupement) ; la date de fondation de ce dernier est reportée par Deng Zhong- xia au 15 mai 1926 (Esquisse générale, p. 57).

61 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 188 (d’après le Rapport de ΖΖΖΒ cité ci-desuss).

62 CEB, 21 août 1926 (Liste des syndicats de Nanning).

63 CWR, 20 février 1926.

64 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 170-186 (Résolutions du Congrès des marins, reproduites d’après le journal Le marin chinois).

65 PPW, 15 septembre et 1er octobre 1927, op. cit. Cf. aussi T.N. Akatova, op. cit., p. 113.

66 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 189-190.

67 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 63.

68 SCMP, 17 mai 1926.

69 T.N. Akatova, op. cit., p. 13 (d’après le Min-Guo Ri-bao de Canton).

70 Annuaire, 11, p. 73-79. (Cette liste des syndicats de Canton, reproduite d’après une enquête effectuée par la municipalité à la fin de 1926, mentionne pour chacun d’eux sa date de fondation et ses effectifs).

71 SCMP, 17 octobre 1925.

72 140 000 d’après le ΡΡW, 15 septembre 1927, op. cit. ; 160 000 d’après Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 59.

73 CEB, 14 août 1926 (Liste détaillée des syndicats de Shantou, avec leurs effectifs et leur date de fondation).

74 Cf. ci-dessus p. 418.

75 CEB, 21 août 1926 (Liste des syndicats de Nanning).

76 CYB, 1928, pp. 1 028-1 029.

77 La Conférence des délégués ouvriers, en avril 1926, fixe à cinq yuans au maximum le droit d’entrée dans les syndicats qui lui sont affiliés. Mais d’après l’enquête de la municipalité de Canton (Annuaire, II, pp. 73 à 79), des taux plus élevés étaient pratiqués par divers syndicats conservateurs : 15 yuans pour celui des autobus, 14 yuans pour la guilde des portefaix de la Vertu commune, 20 yuans pour le syndicat des machines à coudre, et 48 yuans pour celui des emballeurs.

78 SCMP, 7 janvier 1926.

79 SCMP, 1er novembre 1926.

80 CWR, 10 avril 1926 ; PPW, n° 6 et 7 (op. cit.), ce dernier rapport évalue au début de 1927, soit un peu plus tard, à 2 000 le nombre des « piquets » des différents syndicats de gauche de Canton.

81 Il publia à Canton vers 1920 Le Travailleur, où l’anarchisme avait une certaine influence ; cf. ci-dessus p. 250.

82 C’était un ancien dirigeant du petit groupe communiste de Canton en 1920- 1921 ; exclu vers 1923 du parti communiste pour « opportunisme » (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 37), il s’était ensuite rallié à la gauche du Guo-min-dang ; il avait été désigné pour remplacer Liao Zhong-kai comme chef de la Section du travail du Guo- min-dang après l’assassinat de celui-ci (SCMP, 9 janvier 1926).

83 Dès 1922, il dirigeait à Canton le bureau local du Secrétariat du travail (Deng Zhong-xia, Abrégé, p. 38) ; en 1924, il est un des fondateurs de la Conférence des délégués ouvriers (Huang Yi-bo, Guang-dong ji-qi gong-ren. Les mécaniciens du Guang- dong, p. 44). C’est à lui qu’à cette époque Liao Zhong-kai confie le secrétariat de la section centrale ouvrière du Guo-min-dang, dont il est le chef (cf. ci-dessus, p. 349).

84 Su Zhao-zheng (Biographie éditée par le Syndicat général pan-chinois) p. 27.

85 Martyrs de la révolution, p. 144.

86 Huang Yi-Bο, op. cit., p. 44.

87 Congrès du travail, p. 31 et p. 125.

88 Ibid., p. 6.

89 Ibid., p. 125.

90 Martyrs de la révolution, p. 152.

91 A. Strong, China’s millions, p. 96.

92 SCMP, 18 janvier 1926.

93 CEB, 29 mai 1926 (Liste des grèves de Canton en 1925-1926).

94 Cf. Chinese communist and Christian properties, brochure éditée à Hongkong en 1926 par les dirigeants de l’hôpital à propos de cette grève.

95 SCMP, 4 septembre 1925.

96 SCMP, 13 novembre 1925.

97 Cf. ci-dessus, p. 405.

98 SCMP, 23 janvier 1926.

99 SCMP, 11 février 1926.

100 ZZZB, 17 mai 1926.

101 Li Chien-nung, Political history, p. 503.

102 Congrès du travail, pp. 96 à 116. Cf. aussi IS, III, pp. 178-179 (d’après la presse chinoise de Canton).

103 Congrès du travail, pp. 49, 60, 82, 86.

104 Ibid., p. 124.

105 Ibid ; p. 125

106 Congrès du travail, p. 127 (Manifeste du IIIe Congrès).

107 Sur cette question du chômage, cf. ci-dessous p. 429.

108 Congrès du travail, p. 137.

109 Ibid., p. 23 ; cf. ci-dessus, p. 368.

110 PPW,n° 6 et 7 (op. cit.).

111 Huang Yi-bo, Guang-dong ji-qi gong-ren (Les mécaniciens du Guangdong), p. 22.

112 Ibid., p. 45.

113 CWR, 11 avril 1925 ; SCMP, 6 août 1925.

114 PPW, ibid.

115 SCMP, 20 juillet 1925.

116 Ils participent par exemple le 15 août à une réunion à la Chambre de commerce de Hongkong, avec quelques syndicats d’artisans, pour lancer un appel en vue de la fin de la grève (SCMP, 17 août 1925).

117 Cf. ci-dessous p. 430.

118 Huang Yi-bo, op. cit., pp. 25-26 ; Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 537-41, (qui note la liste de ces sections locales).

119 Cf. ci-dessus p. 419.

120 Cf. ci-dessous, chap. xiii.

121 ΡΡW, op. cit.

122 Cf. sur la collusion entre Chen Sen et le patronat cantonais, XD, 29 août 1926.

123 Exemples cités par Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, pp. 27 à 31.

124 SCMP, 14 août 1925.

125 23 octobre 1925.

126 SCMP, 22 janvier 1926.

127 Cf. le Manifeste de janvier 1926 des mécaniciens (Huang Yi-bo, op. cit., p. 25), qui accuse un « parti malfaisant » d’avoir excité contre eux les cheminots.

128 Huang Yi-bo, ibid., pp. 44-45.

129 CWR, 28 janvier 1928.

130 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, p. 31.

131 Cf. ci-dessous p. 433-34.

132 Cf. ci-dessus, p. 417.

133 Matériaux sur le mouvement ouvrier, pp. 214-215.

134 SCMP, 19 mai 1926.

135 En juin 1925, Chen Sen, président de la Fédération provinciale, est le seul syndicaliste qui fasse partie de la commission d’enquête sur la fusillade de la rue Shaji, constituée par Hu Han-min (Cf. ci-dessus p. 411).

136 Le Directeur général de la ligne était un parent de Wang Jing-Wei (SCMP, 14 août 1925).

137 Ho Kan-chih, Modem revolution, p. 99 ; L. Wieger, Chine moderne, Tome VII, pp. 13-14.

138 SCMP, 27 octobre 1925 ; l’ancienne armée hounanaise de Tan Yan-kai devient par exemple le 2e corps d’armée.

139 Gomindan (en russe), p. 51.

140 Ho Kan-chih, ibid., p. 93.

141 SCMP, 27 janvier 1926.

142 Ho Kan-chih, op. cit., p. 99.

143 Deng Zhong-xia, Abrégé.., pp. 234-235.

144 SCMP, 3 novembre 1925.

145 SCMP, 16 novembre 1925 et 26 janvier 1926.

146 Chinese Bulletin, n° 3.

147 SCMP, 27 juin 1925 (télégramme adressé à Karakhan, ambassadeur soviétique à Pékin, et qui avait conservé le titre de Doyen du Corps diplomatique, réservé jusqu’en 1924 à son prédécesseur tsariste).

148 SCMP, 8 décembre 1925.

149 SCMP, 9 janvier 1926.

150 IS, 1926, II, p. 391.

151 Cf. ci-dessus p. 349.

152 Gong-ren yun-dong (Le mouvement ouvrier), pp. 31 à 40 (textes de ces diverses résolutions).

153 En 1924, on comptait dans le port de Hongkong 210 vaisseaux par jour, et 34 seulement en juillet et août 1925 (Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 69).

154 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 232.

155 Le produit des taxes du gouvernement colonial sur les importations, à l’automne 1925, diminue de moitié par rapport à l’automne 1924 (Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 69). Seules des subventions officielles importantes évitent la faillite des maisons de commerce britanniques de Hongkong et les charges du gouvernement colonial, du fait de la grève, furent pour 1925 évaluées à £ 198 106 (Hongkong Administrative Reports, 1925, p. 4).

156 SCMP, 7 août 1925.

157 SCMP, 10 septembre 1925. Deng Zhong-xia insiste très longuement (Abrég pp. 235-236 et Esquisse Générale, pp. 20-25), sur l’importance de cet assouplissement du boycott en septembre ; il est permis de penser qu’en sa qualité de « haut-conseiller » du Comité de grève et de représentant officieux du Parti communiste, il avait personnellement contribué à faire adopter ces mesures.

158 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, pp. 19-20.

159 Ibid., p. 83.

160 Congrès du travail, p. 135.

161 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 72.

162 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 240-241.

163 Ho Kan-chih, pp. 110-112. Il ne s’agit ici que de rappeler sommairement, pour pouvoir définir l’attitude du mouvement ouvrier à leur égard, les complexes luttes de tendances qui divisent alors le Guo-min-dang.

164 Ho Kan-chih, ibid.

165 SCMP, 19 décembre 1925.

166 H. Isaacs, Tragedy, p. 92.

167 SCMP, 25 novembre 1925.

168 SCMP, 10 mars 1925.

169 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 513-514.

170 SCMP, 18 novembre 1925.

171 Ho Kan-chih, pp. 112-113 ; SCMP, 20-25 mars 1926.

172 L. Wieger, La Chine moderne, Tome VII, p. 21.

173 Ibid.

174 SCMP, 19 mai 1926 ; Hu Hua, Exposé, p. 134.

175 SCMP, 22 mai 1926.

176 CWR, 13 mai 1926.

177 SCMP, 5 juin 1926 ; ce monopole avait été institué quand l’Asiatic Petroleum Co, la Standard Oil, etc. avaient refusé de payer à Sun Yat-sen des taxes sur le pétrole.

178 SCMP, 22 mai 1926.

179 CWR, 12 juin 1926.

180 CWR, 24 avril 1926.

181 N. Akatova, op. cit., chap. iv.

182 PPW, n° 7 (op. cit.).

183 CWR, 13 juin 1926.

184 SCMP, 27 avril et 15 mai 1926.

185 SCMP, 9 juin 1926.

186 SCMP, 28 mai 1926 ; à la fin de mars, Chen s’était encore prononcé en faveur des marins des jonques fluviales, qui menaçaient de faire grève pour obtenir une augmentation de salaires (CWR, 10 avril 1926).

187 SCMP, 8 juillet 1926.

188 Cf. ci-dessus p. 435.

189 Manifeste du IIIe Congrès du travail (Congrès du travail, p. 127).

190 Ibid., pp. 49-61.

191 Gong-ren yun-dong (Le mouvement ouvrier), p. 40.

192 XD, 3 décembre 1925, Shi-me shi guo-min-dang zuo-you-pai (Que sont la gauche et la droite dans le Guo-min-dang ?).

193 XD, 15 mai 1926, Nan-fang xing-shi yu guo-min-dang (La situation dans le Sud et le Guo-min-dang).

194 XD, 3 avril 1926.

195 Ibid.

196 Congrès du travail, p. 116.

197 Ibid., pp. 118-119.

198 Documents sur le mouvement ouvrier, p. 199.

199 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 50.

200 SCMP, 16 juin 1926.

201 SCMP, 20 mai 1926 ; au lendemain de la promulgation du mandat du 31 mai, l’Union des ouvriers, marchands, etc. organise une grande parade pour célébrer ce succès (SCMP, 2 juin 1926).

202 Hu Hua, Exposé, pp. 151-133.

203 T.N. Akatova, op. cit., p. 124.

204 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 298 ; T.N. Akatova, ibid. (qui cite une étude de Cai He-sen sur l’histoire de l’opportunisme dans le parti communiste chinois).

205 Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 206.

206 Deng Zhong-xia, La vague ouvrière, pp. 90-94.

207 Matériaux sur le mouvement paysan, p. 17.

208 Ho Kan-chih, Modem révolution, p. 100.

209 En 1926, ce département se scinde en deux, ce qui suggère un désir de s’occuper plus activement des affaires paysannes (Matériaux sur le mouvement paysan, p. 8).

210 Ibid.

211 Hu Hua, Exposé, p. 138.

212 Ho Kan-chih, op. cit., p. 101 ; Matériaux sur le mouvement paysan, p. 40 sq.

213 SCMP, 1er octobre 1925.

214 Comme le Congrès des délégués ouvriers de Canton en avril 1926 (Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 213), ou le IIIe Congrès du travail en 1926 (Congrès du travail, p. 120).

215 Cf. ci-dessus, p. 415.

216 Deng Zhong-xia, Esquisse générale, p. 29 ; XD, 18 septembre 1925.

217 Congrès du travail, p. 120.

218 Ibid., p. 96. Cette conception étroite de l’alliance entre la paysannerie et la classe ouvrière procédait elle-même de vues restrictives sur le rôle de la paysannerie dans la révolution chinoise. Dès 1925-1926, apparaît au sein de la direction du Parti communiste la tendance, qui se précisera après le transfert du gouvernement national à Wuhan et l’essor des Unions paysannes en Chine centrale, à mettre en garde contre les « excès paysans » (Cf. M. Wilbur, Matériaux, p. 277). C’est cette tendance qui motivera en bonne partie les accusations d’« opportunisme » ultérieurement portées contre Chen Du-xiu (Hu Hua, Exposé, pp. 159-161).

219 SCMP, 9 juillet 1926.

220 Congrès du travail, p. 94 (Appréciation du IIIe Congrès sur la situation générale en Chine). Cf. aussi ci-dessus, p. 407-08.

Table des illustrations

Légende Fig. 7. — Évolution du trafic de Canton pendant le second semestre de 1924 et de 1925 (d’après les rapports des Douanes).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site