Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre XI. Le Mouvement du 30 mai à Changhai et le nouvel élan du mouvement ouvrier en Chine du Centre et du Nord (mai 1925-juillet 1926)

Texte intégral

1Le complexe de grèves ouvrières, marchandes et étudiantes, de démonstrations de rue, de campagnes de presse, et d’actions politiques diverses qu’il est convenu d’appeler le « Mouvement du 30 mai » à Changhai peut sans doute être considéré comme le premier aboutissement spectaculaire du nouvel équilibre des forces politiques chinoises qui s’établissait depuis la fin de 1923 ; il va traduire les possibilités nouvelles qu’offre au mouvement national l’alliance du Guo-min-dang et du Parti communiste ; il va se nourrir de l’élan nouveau pris au début de 1925 par le mouvement ouvrier dans l’ensemble du pays, par exemple au cours du second Congrès national du travail de Canton ; il va en même temps exprimer la vigueur croissante de l’antagonisme qui oppose la bourgeoisie nationale, les étudiants, la petite bourgeoisie urbaine, aux Puissances à traité.

  • 1 PDR, 30 mai 1925 ; on a noté que le projet de Bye-law limitant le travail des enfants avait été, p (...)
  • 2 A. Kotenev, New lamps for old, pp. 117-121 ; les troupes du Fengtian occupaient depuis janvier 192 (...)

2Mais ce Mouvement du 30 mai est en même temps lié à l’évolution de la situation locale de Changhai, et au regain d’activité que manifestaient depuis quelques semaines, et la bourgeoisie, et le mouvement ouvrier. A l’annonce que la municipalité projetait de faire voter par l’Assemblée des électeurs-contribuables une hausse des tarifs du port, un contrôle des imprimés chinois sur le territoire de la concession internationale et diverses autres mesures, les milieux de la haute bourgeoisie avaient vigoureusement réagi par l’intermédiaire de la Chambre générale de commerce ; de leur côté, les « Associations marchandes de rues », organes du petit commerce et de l’artisanat, avaient multiplié les appels et les manifestations publiques pour protester contre ces projets1 ; les mesures que le gouvernement de Pékin semblait décidé à prendre en faveur du développement économique de Changhai, conformément aux vœux de la bourgeoisie locale, et en particulier le démantèlement de l’arsenal, dont les installations devaient être transférées à l’industrie privée, ne faisaient que mieux ressortir par contraste le comportement autoritaire du Conseil municipal de la concession internationale2.

  • 3 Il passe de 195-209 centimes de cuivre au yuan en janvier à 226-230 centimes au yuan en mai (CEB, (...)
  • 4 PDR, passim ; en 1924, ils étaient restés à peu près stationnaires pendant cette période de l’anné (...)
  • 5 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 181 ; A. Kotenev, op. cit., p. 121 sq.
  • 6 PDR, 21-23 mai 1925.
  • 7 PDR, 25-28 mai 1925.
  • 8 Le ministre de l’Education ayant interdit aux étudiants de manifester pour le 7 mai (Journée « d’h (...)
  • 9 Martyrs du Hunan, p. 15 (biographie de Cai He-sen) ; Chen Du-xiu aurait prédit que la manifestatio (...)
  • 10 Wu-sa yun-dong-zhong-de Shang-hai gong-ren (Les ouvriers de Changhai pendant le Mouvement du 30 ma (...)

3L’agitation ouvrière de son côté ne s’était guère ralentie depuis les grèves de février dans les cotonnières japonaises, tandis que le taux d’échange de la monnaie de cuivre faisait un nouveau saut pendant les premiers mois de 19253 ; les cours de gros du riz passent de 9,20 —10,40 yuans (maximum et minimum) en janvier à 10,30-11,40 yuans en mai4. Le Club ouvrier de l’Ouest de Changhai, devenu le syndicat des cotonnières, et dont les dirigeants comme Liu Hua et Sun Liang-hui avaient conquis rapidement une grande autorité depuis les mouvements de février, prend dans le courant de mai la direction des grèves qui éclatent à la suite d’incidents divers dans plusieurs cotonnières japonaises5 ; il distribue des certificats individuels, entraîne des groupes de service d’ordre, prend contact avec les Associations marchandes de rues pour constituer un fond de grève6. Dès le début du mouvement, le 15 mai, l’ouvrier Gu Zheng-hong est tué par un contremaître japonais au cours d’une échauffourée qui s’apparente au da-chang traditionnel : portes enfoncées, machines brisées, etc. ; le 24 mai, le syndicat décide d’organiser un service commémoratif en son honneur, en liaison avec les associations d’étudiants. Cinq mille personnes y participent, tandis que la grève des cotonnières continue à s’étendre7. La situation politique, encore échauffée par l’imminence du vote prévu le 2 juin sur les projets du Conseil municipal, et par l’arrivée de la nouvelle que de graves incidents avaient éclaté à Pékin entre des étudiants et la police8, est examinée le 28 mai par le Comité central du Parti communiste réuni d’urgence. Après une discussion qui semble avoir été très vive, les partisans d’initiatives hardies, en particulier Cai He-sen, l’emportent sur les hésitations de Chen Du-xiu9 ; une nouvelle manifestation est décidée, à la fois pour commémorer Gu Zheng-hong et pour donner un nouvel élan à la lutte d’ensemble contre les « traités inégaux ». Les clubs ouvriers s’organisent pour cette journée du 30 mai et entreprennent des démarches auprès des associations d’étudiants, les appelant à « retrouver l’esprit du 4 mai »10.

  • 11 Liste complète des victimes publiée dans le Rapport sur le 30 mai, p. 31 ; on y relève les noms d’ (...)

4Dans l’après-midi du 30 mai, la manifestation prévue a lieu et groupe plusieurs milliers de personnes ; dans Nanking Road, elle se heurte au poste de police de Louza, dont l’officier pour se dégager commande le feu sans sommation, faisant dix morts et plus de cinquante blessés dont la plupart sont des ouvriers11.

  • 12 Α. Kotenev, New lamps..., p. 132.

5Changhai avait déjà connu des incidents aussi graves, comme en 1905 au cours du boycott anti-américain, quand ce même poste de police de Louza avait été assiégé par la foule et soumis à une véritable pluie de briques, et que les Sikhs de garde avaient tiré pour se dégager, faisant trois morts et de nombreux blessés12. Mais on peut mesurer les progrès accomplis en vingt ans par la conscience nationale chinoise aux immenses répercussions des coups de feu de Nanking Road dans l’ensemble du pays, alors que les victimes de 1905 avaient été bien vite oubliées. De ce « Mouvement du 30 mai » auquel ont participé presque toutes les couches de la société urbaine chinoise, et qui va peser si fortement sur l’évolution de la politique intérieure de la Chine comme de sa politique étrangère, il ne saurait être question d’étudier tous les aspects ; on se bornera ici à préciser le rôle qu’y a joué le mouvement ouvrier et l’élan nouveau que celui-ci va y puiser.

  • 13 PDR, 1er juin 1925 ; le Président de la Chambre, Yu Xia-qing se trouvait alors à Pékin (Deng Zhong (...)
  • 14 NCH, 6 juin 1925. Cf. aussi SMCR, 1925, p. 67.
  • 15 PDR, 1er juin 1925.

6Dès le lendemain de la fusillade, se tient au siège de la Chambre générale de commerce et en présence de son président par intérim, Fang Jiao-bo13, une réunion de quinze cents personnes, présidée par un dirigeant de la Fédération des étudiants, et où prennent la parole plusieurs dirigeants communistes du club ouvrier de Zhabei, et des délégués des Associations marchandes de rues. On y décide une grève générale des ouvriers, des étudiants et des marchands, le boycott des banques étrangères, et le retrait des fonds chinois qui y étaient déposés ; l’assemblée réclame aussi, outre le jugement des responsables de la fusillade, l’indemnisation des victimes et de leurs familles, la libération des personnes arrêtées, et des mesures d’intérêt municipal tel que le retrait des trois bye-laws récemment proposés aux électeurs de la concession internationale, le contrôle par les Chinois de la police de Changhai, l’évacuation du Huangpu par les navires étrangers14 ; d’autres résolutions, reprenant les mots d’ordre diffusés dès le matin par Liu Hua et le club ouvrier de Zhabei15, demandaient le droit de grève et d’organisation syndicale, l’interdiction des mauvais traitements, l’amélioration des conditions de travail dans les cotonnières, l’interdiction d’employer des policiers étrangers dans celles-ci.

  • 16 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 185 ; la formation d’une fédération syndicale unifiée à Changhai ava (...)
  • 17 Par exemple le 1er juin par deux cents employés des tramways chinois, le 2 juin par deux cent cinq (...)
  • 18 SMCR, 1925, p. 68. Rapport sur le 30 mai, pp. 60-77.
  • 19 Rapport sur le 30 mai, ibid.
  • 20 CWR, 25 juillet 1925.
  • 21 SMCR, 1925, pp.29-31.

7Le premier juin, tandis que les boutiques et les établissements d’enseignement cessent toute activité, le mouvement de grève s’étend rapidement dans les usines ; la direction en est assurée par un nouvel organisme créé la veille au soir, le « Syndicat général de Changhai », directement lié au Parti communiste puisque ses dirigeants sont Li Li-san et Liu Shao-qi, Liu Hua et Sun Liang-hui, l’étudiante Yang Zhi-hua, femme de Qu Qiu-bai16. A son appel, la grève est décidée dans les principales entreprises et services publics par des assemblées générales du personnel17. Dès le 4 juin, il y a 74 000 grévistes18, et près de 160 000 le 13 juin19, les entreprises japonaises et anglaises et celles dépendant directement de la municipalité internationale étant principalement touchées ; les bateaux sont immobilisés dans le port, les marchandises abandonnées, les téléphones arrêtés ainsi que les journaux étrangers ; la centrale électrique de la concession ne fonctionne plus qu’avec des moyens de fortune20 ; des défections importantes se produisent même dans le personnel indien de la police internationale21.

  • 22 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 185-186. Le 6 juin, 1 337 fusiliers marins de diverses nationalités (...)
  • 23 Deng Zhong-xia, Abrégé, p. 187 (d’après une enquête du Gouvernement de Pékin).

8Mais les autorités étrangères réagissent brutalement, mobilisant les « Volontaires », proclamant la loi martiale, concentrant 26 navires de guerre dans le Huangpu et débarquant de l’infanterie de marine, fermant l’Université de Changhai22. Dans les premiers jours de juin, les incidents sanglants se renouvellent dans le centre de la concession, la police et les Volontaires ouvrent le feu à plusieurs reprises sur des étudiants et des ouvriers qui distribuaient des tracts et haranguaient la foule ; on compte une soixantaine de morts et autant de blessés graves23.

  • 24 Ibid., p. 188.
  • 25 PDR, 12 juin 1925.
  • 26 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 197-198.

9La tension extrême qui règne alors à Changhai ne fait pourtant que renforcer la résolution des grévistes. Le 7 juin, est formé sur l’initiative des syndicats un comité d’action unifié qui groupe le Syndicat général, la Fédération des étudiants de Changhai ainsi que la Fédération nationale des étudiants, la Fédération des associations marchandes de rues24 ; la Chambre générale de commerce, pressentie, refuse d’entrer dans cet organisme qui prend le nom de « Fédération des ouvriers, marchands et étudiants de Changhai » ; le programme politique de ce dernier, en dix-sept articles, est ratifié le 11 juin au cours d’une manifestation de vingt mille personnes organisée à Zhabei25 ; ce programme ne reprend pas seulement les demandes formulées le 31 mai pour le règlement de l’incident du 30, pour l’amélioration de la condition ouvrière, et pour la reconnaissance du droit syndical et du droit de grève ; mais il comporte en même temps un plan beaucoup plus complet de réforme du statut de Changhai ; conformément aux aspirations maintes fois exprimées par la bourgeoisie locale, il préconise la dissolution du corps des Volontaires, la liberté de parole, de réunion et de presse dans la concession, la rétrocession du Tribunal mixte à la Chine, le droit de vote aux contribuables chinois de la concession internationale, le retrait des forces militaires étrangères, l’abolition de l’exterritorialité et de la juridiction consulaire26.

  • 27 L. Heller, Die Arbeiterklasse und die Nationalbewegung (dans Arbeiterbewegung und Revolution in Ch (...)

10Que dans le Mouvement du 30 mai le rôle principal appartienne à la classe ouvrière changhaienne, cela ne ressort pas seulement de l’ordre dans lequel sont officiellement énumérés les trois alliés du comité d’action. Pendant le mois de juin, le Syndicat général de Changhai déploie pour assurer le succès du mouvement la plus intense activité ; en effet, c’est avant tout des grèves ouvrières que dépend une victoire sur les autorités étrangères de Changhai, et celles-ci sont loin de s’inquiéter au même degré des actions des petits marchands et des étudiants27.

  • 28 PDR, 10 juin 1925.
  • 29 Wu-sa yun-dong-zhong-de Shang-hai gong-ren (Les ouvriers de Changhai, pendant le Mouvement du 30 m (...)
  • 30 PDR, 10 juin 1925.
  • 31 Le Conseil municipal publie pendant toute la durée du mouvement de nombreuses brochures et tracts (...)
  • 32 Matériaux sur l’édition, vol. supplémentaire, pp. 263-264 (ce bulletin paraissait tous les 3 ou 5 (...)
  • 33 HQDD, n° 8 (Hui Qiu-bai, En souvenir de Qiu-bai) ; Qu Qiu-bai était le rédacteur en chef du Journa (...)
  • 34 PDR, 15 et 26 juin et 7 juillet 1925. Cf. aussi les entretiens avec M. Wang Rui-an (ancien membre (...)
  • 35 Cf. par exemple PDR, 4 juin 1925 (Liu Hua tient dans la journée du 3 juin quatre réunions différen (...)
  • 36 Les dockers et coolies reçoivent vingt centimes par jour (PDR, 26 juin 1925) ; cf. aussi entretien (...)

11Le Syndicat général, formé le 31 mai, encadre solidement l’ensemble du prolétariat changhaien. Son siège est à Zhabei28 et il a établi des centres locaux dans les divers quartiers ouvriers, Pudong, Yangshupu, Zhabei, Xiaoshadu29, de façon à pouvoir plus efficacement prendre en charge les problèmes locaux et en particulier la distribution des allocations de grève. Parallèlement, il suscite la création de syndicats d’entreprises ou de métiers, comme celui des tramways chinois30, ceux des imprimeries, celui des postiers. Pour combattre la propagande en langue chinoise de la municipalité internationale31, il diffuse un bulletin qui paraît plusieurs fois par semaine32, et qui s’ajoute au « Journal du sang », publié par la Fédération des ouvriers, marchands et étudiants33. Il organise dans chaque centre local et dans les principaux syndicats d’industrie des « sections de surveillance » (jiu-cha-dui), qui ne sont pas armées sauf de gros bâtons, mais qui reçoivent un entraînement de caractère militaire ; ces sections surveillent les tentatives d’embauche des briseurs de grève, et détiennent ces derniers dans les locaux syndicaux ; elles arrêtent les transports de marchandises japonaises, assurent l’ordre dans les assemblées ouvrières et tout particulièrement pendant la distribution des secours de grève34. Le Syndicat général en effet semble bien, dès le début du mouvement, avoir établi des contacts directs avec l’ensemble du prolétariat changhaien ; à son siège local de Zhabei, dont dès mars et avril les ouvriers avaient appris le chemin grâce à l’activité incessante de Liu Hua et de ses collaborateurs, défilent chaque jour plusieurs centaines, parfois plusieurs milliers de grévistes ; ils viennent assurer le Syndicat général de leur soutien35 ; ils viennent aussi, à mesure que le mouvement se prolonge, recevoir en échange de la carte de grève qui leur a été remise une allocation d’au moins vingt centimes d’argent par jour36.

  • 37 IPC, 6 août 1925.
  • 38 A une réunion du comité d’action, le 15 juillet, on annonce que ces collectes ont rapporté 165 000 (...)
  • 39 IPC, 25 juin 1925. Cf. aussi T. Mandailyan, Das Internationale Prolétariat und die Ereignisse in C (...)
  • 40 ΡΡW, n° 7, Ier octobre 1927 (Amsterdam and China).
  • 41 Cf. Peng Ming, Zhong-suyou-yi-shi (Histoire de l’amitié sino-soviétique), p. 122.
  • 42 Duan Qi-rui envoie 100 000 yuans au nom du Gouvernement de Pékin (NCH, 4 juillet 1925), les Généra (...)
  • 43 Les manufactures de tabac Nan-yang auraient par exemple donné 100 000 yuans (PDR, 18 juin 1925).
  • 44 IPC, 6 août 1925.
  • 45 PDR, 3 juillet 1925.

12Le problème majeur est en effet celui du financement de la grève. Les besoins sont évalués à plus d’un million de yuans par mois37. Pour y faire face, des collectes sont organisées avec le concours des étudiants dans les entreprises chinoises de Changhai (où le travail continue), et dans tout le pays. Les sympathies populaires dont bénéficie le mouvement peuvent se mesurer aux millions de pièces de menue monnaie effectivement recueillies de cette façon38. Des appels sont aussi lancés à la solidarité ouvrière internationale, en particulier à l’I. S. R. par l’intermédiaire du Syndicat général pan-chinois formé à Canton le mois précédent39. L’I. S. R. propose même une action commune de secours à l’Internationale syndicale d’Amsterdam, qui se contente de décider l’envoi d’une commission d’enquête40 ; ses adhérents des divers pays versent de grosses sommes, en particulier les syndicats soviétiques qui envoient 400 000 roubles41. Des sommes importantes sont également souscrites non seulement par les autorités de Canton, mais par les chefs militaires du Nord, désireux de ne pas s’aliéner en cette circonstance l’opinion publique chinoise42. L’effort principal sur le plan financier est néanmoins accompli par la bourgeoisie chinoise de Changhai, doublement bénéficiaire du mouvement puisque celui-ci soutient ses revendications politiques et puisqu’il suspend en même temps l’activité des usines étrangères de la ville. La Chambre générale de commerce constitue un « Comité de secours et de paix » qui collecte des fonds pour les grévistes, indépendamment des syndicats43. En juin, le budget de la grève semble à peu près équilibré, le Comité de secours et de paix ayant distribué 470 000 yuans, le Syndicat général ayant distribué de son côté 350 000 yuans collectés directement par lui44, le reste ayant été avancé par des banques chinoises sur l’entremise de la Chambre de commerce45.

  • 46 NCH, Municipal Gazette, 6 août 1925 (rapport du commissaire de police) ; ce tract est distribué au (...)
  • 47 Entretien avec Mmes Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying.

13Par contre, il semble bien que, en dépit des appels répétés des syndicats et du Parti communiste à l’unité entre ouvriers et paysans (« affaire d’importance capitale dans la lutte contre l’impérialisme », comme le dit un tract distribué en juin)46, les grèves de Changhai n’aient guère éveillé d’écho dans la paysannerie de l’estuaire du Yangzi ; tout au plus note-t-on des efforts des « sections de surveillance » pour collecter des denrées alimentaires dans les villages et aussi pour y faire de la propagande, en s’aidant des grévistes originaires des districts ruraux voisins de Changhai qui étaient retournés chez eux au début du mois de juin47.

***

14L’élan commun de la classe ouvrière, de l’intelligentsia et de la bourgeoisie, pour imposer aux autorités occidentales de Changhai le programme défini dès le 31 mai, ne tarde pourtant pas à se ralentir ; dès la fin du mois de juin, le mouvement avait commencé à se désagréger.

  • 48 CWR, 25 juillet 1925.

15La Chambre de commerce, dès le début du mouvement, avait prêté son local pour l’assemblée du 31 mai, qui avait décidé de lancer la grève ; elle avait approuvé celle-ci, sous la pression de la Fédération des associations marchandes de rues, et l’avait largement financée ; le 6 juin, par solidarité avec les grévistes, les notables chinois membres du Conseil consultatif de la concession internationale avaient démissionné de cet organisme48.

  • 49 PDR, 1er juin 1925.
  • 50 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 196 ; le 18 juin, une réunion de commerçants propose aussi de limite (...)
  • 51 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 197-198.
  • 52 Ho Kan-shih, Modem revolution, p. 94 ; la conférence pour la révision des tarifs douaniers s’ouvri (...)
  • 53 XD prend vivement à partie les tendances au compromis de la grande bourgeoisie, par ex. dans un éd (...)
  • 54 La décision est prise le 20 juin par Yu Xia-qing, malgré une démarche de Li Li-san, accompagné du (...)
  • 55 PV, 1960, n° 2, op. cit. (d’après le Journal du sang, n° 19).

16Mais Yu Xia-qing, président de la Chambre de commerce, et les autres grands compradors n’ont soutenu le Mouvement du 30 mai qu’à contrecœur. Dès le 31 mai, Fang Jiao-bo, président par intérim de la Chambre, avait effectué une démarche de contre-assurance auprès des autorités de la concession internationale, et les avait persuadées qu’il était provisoirement impossible, à lui et à ses amis, d’adopter une autre attitude49. Pendant les semaines qui suivent, la grande bourgeoisie manœuvre pour freiner le mouvement, et par exemple pour limiter à l’Angleterre les attaques au lieu de s’en prendre au statut international lui-même de la Chine, comme le font ouvriers, étudiants et petits marchands50. Ces manœuvres apparaissent très nettement quand, vers la mi-juin, la Chambre de commerce n’accepte de transmettre au Gouvernement de Pékin que treize des dix-sept demandes de la Fédération des ouvriers marchands et étudiants51 ; elle en a écarté d’une part le droit de grève et d’organisation syndicale, de l’autre le retrait des forces militaires étrangères en garnison à Changha, le contrôle chinois sur la police municipale et l’abolition de l’exterritorialité. Il suffit aux autorités municipales de Changhai et au Corps diplomatique de Pékin de faire miroiter aux yeux de ces biens tièdes révolutionnaires la perspective de la rétrocession du Tribunal mixte de Changhai, de l’entrée de riches Chinois au Conseil municipal, et d’une reprise des négociations douanières prévues à Washington en 192252, pour que les partisans du compromis s’estiment satisfaits. Malgré les vives critiques des éléments communistes et ouvriers53 et les hésitations des petits marchands, la grève du commerce prend fin le 25 juin54. Mais dès le 20 juin, le Syndicat général a réuni 130 délégués représentant les syndicats qui lui sont affiliés, et a décidé de continuer la lutte en dépit de la défection des marchands55.

  • 56 NCH, 11 juillet 1925. Cette mesure avait été préconisée dès le 27 juin par le directeur de la coto (...)
  • 57 NCH, Municipal Galette, 6 août 1925 (rapport du commissaire de police).
  • 58 IPC, 6 août 1925.
  • 59 NCH, 25 juillet 1925.
  • 60 PDR, 15 juillet 1925.
  • 61 SCMP, 30 juillet 1925.
  • 62 Lo, China’s Revolution, p. 90.
  • 63 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 200 (l’auteur se borne à cette appréciation générale sans donner d’e (...)

17Le Conseil municipal, pour consolider son avantage et achever de couper les industriels chinois des éléments populaires, envisage alors une mesure sans précédent : il suspend le 6 juillet, comme le lui avait suggéré quelques jours avant le directeur d’une des cotonnières britanniques, la fourniture d’électricité aux usines chinoises56 ; la centrale électrique de la concession, dont les ouvriers étaient en grève depuis le début du mouvement, avait en effet continué à travailler au seul bénéfice de celles-ci, dont les ouvriers n’étaient pas en grève. Ainsi espère-t-on, comme l’avait indiqué l’auteur de la suggestion, augmenter le nombre des sans-travail et donc les difficultés financières du Syndicat général, et en même temps faire pression sur la bourgeoisie pour qu’elle suspende toute aide à ce dernier. De fait, si le nombre des grévistes, qui était tombé à 80 000 le 1er juillet, remonte à près de 100 000 à la fin du mois57, leur subsistance devient de plus en plus difficile ; en effet, dès le lendemain de la coupure du courant électrique, la Chambre générale de commerce a accusé le coup en dissolvant son Comité de secours et de paix58. Ce n’est pas un nouvel envoi de 150 000 yuans du Gouvernement de Pékin59 qui peut combler le déficit, non plus que des expédients comme les contributions-amendes exigées des journaux chinois qui publiaient les communiqués du Conseil municipal60, ou comme l’institution d’une taxe temporaire, perçue en accord avec la Chambre de commerce sur les marchandises entassées dans les go-downs étrangers depuis le début de la grève, afin de vider ceux-ci61. Vers la fin de juillet, la classe ouvrière changhaienne risque de se trouver dangereusement isolée, sur le plan politique comme sur le plan financier. Ses alliés les plus ardents, les étudiants, dont en juin la septième conférence annuelle décidait de soutenir sans faiblesse la cause ouvrière et d’aider à l’organisation de syndicats et à la propagande pour les grévistes62, commencent eux aussi à reculer ; il en est de même des petits commerçants des Associations de rues, financièrement dépendants des banques chinoises et de leur politique de compromis63.

  • 64 CYB, 1926, p. 929.
  • 65 PDR, 14 août 1925.
  • 66 SMCR, 1925, p. 62.
  • 67 NCH, 18 juillet 1925 ; PDR, 9 juillet 1925.
  • 68 PDR, 24 juillet 1925.
  • 69 PDR, 26 et 28 juillet 1925.

18Les difficultés s’accroissent aussi du côté des autorités chinoises. La coalition instable qui tient Pékin depuis la chute des Zhili à l’automne 1924 a initialement montré quelque sympathie pour le mouvement ; Duan, le chef de l’Exécutif, a envoyé des sommes importantes, et il a même accepté de transmettre au Corps diplomatique de Pékin les demandes des grévistes, au moins sous la forme édulcorée adoptée par la Chambre de commerce de Changhai ;64 ce geste lui coûte d’ailleurs d’autant moins qu’il est, comme Yu Xia-qing, un ami du Japon, puissance que cherche à épargner depuis le début de juin la bourgeoisie modérée, pour réserver ses coups à l’Angleterre. A Changhai, tenue par les troupes du Fengtian au nom du Gouvernement de Pékin, la même tolérance s’était manifestée en juin ; les organismes de grève avaient pu fonctionner avec une relative liberté sur le territoire chinois, en particulier à Zhabei65, et cela au point que la police de la concession internationale s’était plainte du manque inhabituel d’esprit de coopération de la police chinoise66. Mais cette attitude se modifie en juillet, à mesure que se précise la défection de la bourgeoisie et que le mouvement prend par là même une coloration de classe plus radicale. Le 8 juillet, le commandant des troupes Fengtian de Changhai s’en prend dans une proclamation aux « mauvais éléments » qui se prétendent dirigeants ouvriers et nuisent à l’ordre public ; il rend obligatoire des mesures d’enregistrement et de contrôle, sous peine de dissolution, pour tous les syndicats formés depuis le 30 mai67. Le 23 juillet, ce raidissement des autorités chinoises s’accentue lorsque les scellés sont mis sur la Fédération des ouvriers, marchands et étudiants, sur le Syndicat des marins et sur celui des employés des firmes commerciales étrangères68 ; Yu Xia-qing, qui tient à conserver quelque influence dans le camp des grévistes, s’entremet d’ailleurs aussitôt pour faire rouvrir les organisations dissoutes et libérer les militants arrêtés69.

  • 70 PDR, 3 août 1925 (démarches des employés des tramways et des dockers, pour obtenir du Syndicat gén (...)
  • 71 PDR, 28 juillet 1925 (tract attaquant Li Li-san et signé d’associations apparemment sans existence (...)
  • 72 NCH, 15 août 1925 ; XD, 18 août 1925, qui accuse les auteurs de l’attaque d’avoir partie liée avec (...)
  • 73 NCH, 29 août 1925 ; PDR, 23 août 1925.
  • 74 PDR, 24 août 1925. Cf. un communiqué en ce sens du Syndicat général (NCH, 29 août 1925) reprochant (...)

19A mesure que la grève se prolonge, une certaine lassitude commence à se manifester ça et là parmi les grévistes70 ; elle est mise à profit immédiatement par les groupements anti-communistes de la « Fédération », qui diffusent des tracts accusant le Syndicat général de prolonger la grève par calcul politique et ses dirigeants de chercher leur profit personnel71, et qui s’efforcent de fomenter des troubles parmi les grévistes. Il semble bien qu’ils aient été responsables de la manifestation lancée le 13 août contre le Syndicat des marins et contre le bureau de distribution des secours de grève du Syndicat général, manifestation à laquelle participent plusieurs centaines de dockers72. Le 22 août, des groupes bien armés, bien organisés, venus en automobiles et qui ne cherchaient même plus à donner le change en regroupant des grévistes découragés, attaquent le siège du Syndicat général à Zhabei ; ils détruisent le mobilier et les dossiers, dérobent des sommes d’argent, et laissent sur le terrain une dizaine de blessés des sections de surveillance73. L’opinion chinoise rend immédiatement responsables de ce raid Xu Xi-lin, Wang Guang-hui, et autres animateurs de la « Fédération »74.

20Le recul de la bourgeoisie, le raidissement des Occidentaux de la concession internationale, l’hostilité des autorités chinoises, les attaques des gong-zei, qui spéculaient sur la lassitude des grévistes, tout cela obligeait les dirigeants de la grève à envisager l’éventualité d’un compromis. Un compromis, mais non une capitulation ; car si le Syndicat général s’était vu progressivement abandonné par ses alliés, il avait en revanche en juillet et en août accompli un travail considérable d’organisation et donné aux masses ouvrières de Changhai un élan et une cohésion inconnus jusque-là.

  • 75 PDR, 7 août 1925 ; cf. une liste complète avec effectifs, Annuaire, II, pp. 63- 65 (même liste dan (...)
  • 76 CEB, 18 juillet 1925.
  • 77 Annuaire, II, pp. 46-48 (avec le texte de ces statuts).
  • 78 Zhu Pang-xing, Sbang-bai chan-ye yu Shang-hai zhi-gong (Les industries de Changhai et les ouvriers (...)

21Le 28 juillet, le Syndicat général annonce qu’il groupe 117 syndicats, forts eux-mêmes de 218 000 adhérents75 ; les secteurs les mieux organisés sont les cotonnières, les services publics (eaux, tramways, centrales électriques, postes, télé-communications), la manutention du port, l’imprimerie, et les usines étrangères d’alimentation et de produits divers (minoteries, savonneries, verreries, manufactures de tabac, conserveries d’œufs, etc...) ; c’est là que la grève se poursuit depuis le 1er juin sans guère de défection. Les positions du Syndicat général sont au contraire faibles dans les secteurs que n’a pas directement touché le Mouvement du 30 mai, tels que les filatures de soie chinoises, les chantiers de construction navale, les petits ateliers chinois de mécanique, et aussi les entreprises de la concession française comme les tramways. Cet effort d’encadrement accompli par le Syndicat général est particulièrement sensible, particulièrement novateur chez les dockers qui jusque-là ne connaissaient que leurs bangs traditionnels, dans les cotonnières, dont le personnel était lui aussi resté longtemps dépourvu de traditions d’organisation et avait préféré le recours brutal au da-chang, chez les imprimeurs enfin, dont l’esprit de corps ne s’était exprimé longtemps que par un émiettement corporatif ; une fédération des dockers se constitue en juillet76, les trente- six syndicats de cotonnières formés en juin et juillet se fédèrent officiellement en août en un Syndicat général des cotonnières77, et la Fédération générale de l’imprimerie regroupe maintenant les syndicats des imprimeries de journaux, des Presses commerciales, des Editions de Chine, des relieurs, etc.78.

  • 79 Cf. ci-dessous, chap. XIII.
  • 80 Cf. ceux des cotonnières, des imprimeurs des Editions de Chine, des relieurs, des postiers (Annuai (...)

22Cet effort d’organisation vise avant tout à encadrer fermement le mobile et instable prolétariat changhaien, à le rendre capable d’efforts revendicatifs et politiques de longue durée, et non plus seulement de brusques accès destructeurs de da-chang comme autrefois ; ceux-ci seront d’ailleurs officiellement condamnés à plusieurs reprises par le Syndicat général79 ; il cherche en même temps, et cela le différencie nettement des tentatives de la « Fédération » vers 1923-1924, à constituer des groupements à large caractère industriel, débarrassés des rivalités corporatives ou régionalistes sur lesquelles cette dernière avait au contraire voulu s’appuyer. Certes, les statuts des syndicats affiliés au Syndicat général sont loin d’être uniformes ; celui des Editions de Chine fait large place par exemple à des préoccupations de culture générale, de secours mutuel, d’instruction, traditionnellement si vivantes chez les imprimeurs. Mais tous sont marqués80 par le souci d’unir toutes les catégories professionnelles d’une entreprise (par exemple dans les Postes) et toutes les branches d’une industrie (par exemple dans l’imprimerie), par le souci aussi d’implanter solidement des groupes de base dans les ateliers ou services, par la rigoureuse discipline enfin qui est exigée dans les rapports des syndicats d’entreprise avec le syndicat d’industrie comme dans les rapports de ce dernier avec le Syndicat général.

  • 81 PDR, 8 juillet 1925 (lutte contre les briseurs de grève), PDR, 1er juillet 1925 (gestion du fonds (...)
  • 82 PDR, 3 août 1925. Cf. Die Arbeiter Chinas im Kampf gegen den Imperialismus (texte allemand du rapp (...)
  • 83 RIT, mars 1927 (Le mouvement ouvrier en Chine). Le 10 juillet, le Syndicat général publie une crit (...)

23Le Syndicat général de Changhai, en juillet et en août, malgré les difficultés qui s’accumulent à mesure que se prolonge le Mouvement du 30 mai, fait bien figure de porte-parole de l’ensemble des ouvriers de la ville. Il tient des conférences de presse81, il reçoit solennellement la visite d’une délégation syndicale soviétique82, il discute publiquement avec le Gouvernement de Pékin du projet de loi syndicale que celui-ci prépare83. Son audience reste assez forte pour qu’il lui soit possible d’envisager une retraite en bon ordre.

  • 84 PDR, 7 août 1925 ; cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 211-212.
  • 85 PDR, 12 août 1925.
  • 86 PDR, 13 août 1925 ; cet accord est rendu public le 14 août (PDR, 16 août 1925).

24Au début d’août, quand il devient clair que le Mouvement du 30 mai ne peut plus espérer l’emporter, le Syndicat général formule publiquement un programme de compromis ; celui-ci comporte à la fois le règlement de la grève ainsi que des incidents dont elle était la suite (punition des responsables de l’affaire de Nanking Road, réintégration des grévistes avec versement d’un tiers du salaire normal pour le temps de grève, indemnités aux familles des victimes), la reconnaissance des syndicats affiliés au Syndicat général comme interlocuteurs représentatifs, une hausse générale de 10 % des salaires, versés seulement en da-yang, des garanties contre les mauvais traitements et les renvois sans motif84. C’est-à-dire que les objectifs politiques initiaux du mouvement, abandonnés depuis quelques semaines par la bourgeoisie, sont à leur tour écartés par la classe ouvrière au profit de ses propres revendications économiques. Les Japonais, les premiers, décident de faire de leur côté un pas en avant, et leur Consul général accepte de rencontrer Li Li-san et les autres délégués du Syndicat général au Bureau des Affaires étrangères de Changhai, en présence de délégués de la Chambre de commerce chinoise85. L’accord se fait assez rapidement sur l’indemnité à la famille de Gu Zheng-Hong, l’ouvrier dont le meurtre avait été le point de départ de toute l’affaire, sur la reconnaissance de la représentativité des syndicats, l’interdiction des mauvais traitements et des renvois sans cause, et le paiement en da-yang des salaires (dont les Japonais promettent d’étudier une hausse éventuelle)86.

  • 87 PDR, 19 août 1925.
  • 88 PDR, 25 août 1925.
  • 89 NCH, 12 septembre 1925.
  • 90 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 112.

25Rien n’est prévu pour le paiement même partiel des jours de grève, mais la Chambre de commerce verse dans ce but une allocation de 260 000 yuans87 ; les autorités de la concession internationale lui avaient fait savoir que l’électricité resterait coupée jusqu’à la reprise complète du travail, et les industriels chinois la pressait donc de s’entremettre. A la fin d’août, le travail est repris dans les cotonnières japonaises, au moins dans celles qui possèdent leur centrale électrique88, et le Consul général japonais remet 10 000 yuans au Syndicat général pour la famille de Gu Zheng-hong, par l’intermédiaire de l’administration chinoise89. A la fin d’août, un accord analogue est signé entre les compagnies japonaises de navigation et le Syndicat des marins, qui ordonne la reprise du travail90.

  • 91 Cf. sur ces négociations, Die Arbeiter Chinas im Kampf... pp. 22-29.
  • 92 NCH, 22 août 1925 ; XD, 30 août 1925 ; Cf. Tang Hai, op. cit., pp. 468- 472. Cf. aussi le manifest (...)
  • 93 Tang Hai, op. cit., p. 73-86. Cf. aussi le manifeste des grévistes des Presses commerciales, Matér (...)
  • 94 NCH, 5 septembre 1925.
  • 95 C’est la thèse de Conrad Brandt, Stalin’s failure in China, pp. 54-55.
  • 96 Les décisions de la conférence de Washington n’avaient été que très progressivement appliquées, et (...)
  • 97 Tang Hai, op. cit., p. 479.
  • 98 Les Presses commerciales n’acceptent cette reconnaissance du Syndicat qu’à titre conditionnel, en (...)

26Parallèlement à ces négociations avec le patronat japonais91, se déclenchent en août trois grandes grèves revendicatives, celle des Postes le 17 août92, celle des Presses commerciales le 22 août93, celle des Editions de Chine le 29 août94. Faut-il y voir une habile manœuvre du Syndicat général, déplaçant délibérément la lutte ouvrière vers des objectifs économiques pour compenser l’échec du Mouvement du 30 mai sur le plan proprement politique95 ? Ou ne peut-on plus simplement penser que, surtout chez les travailleurs qualifiés comme les postiers et les imprimeurs, et dont les premiers continuaient en outre à subir à la tête de leur propre administration le poids de la présence étrangère en Chine96, le climat social de Changhai depuis le début de juin était déjà un tonique suffisamment puissant ? Ces trois grèves soulignent en effet combien, depuis l’affaire de Nanking Road, s’était élevée la conscience de classe et la cohésion du prolétariat changhaien, même dans des catégories fortement marquées par des traditions corporatives ; elles sont dirigées par les syndicats de ces trois entreprises, tous affiliés au Syndicat général, et dont les grévistes acceptent unanimement les directives (« Le syndicat a été organisé par nous-mêmes, il est donc nos propres personnes..., nous devons absolument le soutenir, absolument l’écouter ») déclarent les grévistes des Presses commerciales97 ; elles obtiennent la reconnaissance officielle de ces syndicats par les autorités patronales ou administratives98, ainsi que d’importantes hausses de salaires, des diminutions d’horaires (pour les Presses commerciales et les Editions de Chine), l’abolition du bao-gong, et le versement d’un treizième mois comme hua-li (ceci pour les Presses commerciales).

  • 99 NCH, 5 et 12 septembre 1925 ; un syndicat est formé sur la ligne au début de septembre à la suite (...)
  • 100 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 214.
  • 101 NCH, 12 septembre 1925 ; le travail est repris après un défilé en bon ordre conduit par les dirige (...)
  • 102 NCH, 26 septembre 1925.
  • 103 NCH, 26 septembre et 3 octobre 1925 (cotonnières), 17 octobre 1925 (Presses commerciales).
  • 104 PDR, 24 septembre 1925.

27A la fin d’août, l’agitation sociale gagne aussi les chemins de fer de a région de Changhai ; sans avoir recours à la grève, les cheminots du Changhai-Nankin99 et du Changhai-Hangzhou100 obtiennent aussi des augmentations de salaires. Mais cette extension du mouvement revendicatif dans les entreprises privées chinoises et les services publics chinois, provoquée par la secousse du 30 mai, n’était pas de nature à améliorer les rapports du Syndicat général avec la bourgeoisie chinoise et les autorités chinoises de Changhai. Alors que le travail est repris dès le 8 septembre à la centrale électrique101, les autorités militaires Fengtian de Changhai mettent brutalement fin à la tolérance dont bénéficiaient depuis le 30 mai les activités ouvrières dans la ville. Un communiqué de la police annonce le 19 septembre que, tant que la loi syndicale annoncée n’est pas promulguée par Pékin, aucune organisation ouvrière n’a d’existence légale ; en conséquence, le Syndicat général est déclaré dissous et un mandat d’arrêt est lancé contre Li Li-san102. Les principaux syndicats affiliés au Syndicat général, celui des Presses commerciales, celui des cotonnières et une quinzaines d’autres sont en même temps mis sous scellés103. La grande vague ouvrière du 30 mai touche provisoirement à sa fin ; le 23 septembre, la Fédération des ouvriers, marchands et étudiants, qui avait nominalement survécu à la rupture de juillet entre le mouvement ouvrier et la bourgeoisie, se dissout officiellement104.

  • 105 NCH, 3 octobre 1925.

28A la fin de septembre, un accord analogue à celui passé en août avec les usines japonaises est signé entre les cotonnières britanniques et Yu Xia-qing au nom de la Chambre de commerce105. Il comporte le versement d’une allocation de grève de 3 yuans, l’engagement de payer des salaires en da-yang, des garanties contre les mauvais traitements et les renvois sans cause, des espoirs d’éventuelles augmentations de salaires ; mais la reconnaissance des syndicats, plus nettement encore que dans l’accord avec les Japonais, est subordonnée à la promulgation par Pékin d’une loi syndicale que l’évolution de la situation sociale ne semblait pas annoncer dans un avenir immédiat. Au début d’octobre, le travail avait pratiquement repris dans l’ensemble des entreprises de Changhai.

***

  • 106 Cf. Rapport sur Je 30 mai, passim ; Histoire du 30 mai ; cf. aussi Zhang Wei- ying Wu-sa yun-dong- (...)

29Dès les premiers jours de juin, à la nouvelle des événements de Nanking Road, se dessine dans toutes les provinces de Chine un mouvement de solidarité sans précédent. De ce mouvement, qui va durer tout l’été, il ne saurait être ici question de tracer un tableau complet, ni d’examiner de façon approfondie ses composantes sociales et ses caractéristiques politiques ; il suffira d’analyser la place — prépondérante, comme à Changhai — qu’y tient la classe ouvrière106.

  • 107 XD, 2 juillet 1925.
  • 108 Annuaire, II, p. 457.
  • 109 XD, 26 juillet 1925.
  • 110 PP, 14 juin 1925.
  • 111 MDN, 17 juin 1925.
  • 112 NCH, 27 juin 1925 ; d’après Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 121, cette manifestation aurait eu lieu (...)
  • 113 Rapport sur le 30 mai, p. 21.
  • 114 Meyrick Hewlett, Forty years in China, p. 154.
  • 115 PP, 14 juin 1925 ; cf. aussi Rapport sur le 30 mai, p. 78.

30Celle-ci participe activement, à travers toute la Chine, à l’agitation politique intense qui marque les mois de juin, juillet et août (carte n° 9). Les ouvriers et les groupements ouvriers entrent aux côtés des étudiants, des marchands et des autres représentants des classes moyennes dans des « comités de soutien du 30 mai » comme à Wuhan107, des « comités de soutien des ouvriers, ma chands et étudiants », comme à Pékin108, des « comités pour effacer la honte », comme au Hunan109. Ils prennent part en grand nombre aux manifestations publiques organisées un peu partout pour assurer les grévistes de Changhai de la solidarité du reste du pays, pour flétrir les actions de la police anglaise de Changhai et pour réclamer justice ; à Pékin, le 10 juin, un grand rassemblement réunit plus de 300 000 personnes de toutes conditions devant Tian-an-men, sous la présidence de l’intellectuel Li Yu-ying, membre de la direction du Guo-min-dang. Cheminots, imprimeurs, tireurs de rickshaws, employés des tramways, sont nombreux à y assister110. Des réunions analogues se tiennent dans les provinces du Nord-Est, à Jilin, à Moukden, à Dairen111 ainsi qu’à Changsha au Hunan le 6 juin112, à Tianjin le 14 juin113, à Xiamen le 6 juin114, et dans maints autres centres industriels et universitaires. A Jiujiang, ces manifestations prennent une tournure sanglante quand le 12 juin la foule se heurte à la police de la concession britannique ; la riposte populaire, menée en particulier par les dockers et marins, va jusqu’à l’incendie de la « Banque de Taiwan » (japonaise), et à l’assaut des bureaux des firmes de navigation Jardine & Matheson et Naighai Wata Kaisha115.

CARTE N°9 Participation ouvrière au Mouvement du 30 mai 1925.

  • 116 Rapport sur le 30 mai, pp. 125 et 134.
  • 117 XD, 15 août 1925.
  • 118 MDN, 17 juin 1925.
  • 119 Histoire du 30 mai, p. 50.
  • 120 CWR, 17 octobre 1925.
  • 121 Histoire du 30 mai, p. 51.
  • 122 Meyrick Hewlett, op. cit., p. 154.

31Les collectes organisées à travers toute la Chine pour le soutien matériel des grévistes de Changhai sont surtout l’affaire des associations d’étudiants, de même que le boycott des marchandises étrangères qui s’amorce dans la vallée du Yangzi, mais les ouvriers participent eux aussi à ces deux activités. A Wuhan et à Changsha, les Fédérations des groupements ouvriers, en sommeil depuis 1923-1924, prêtent leur concours aux étudiants et aux groupements de petits commerçants pour ces collectes116. Les cheminots du Jiao-ji créent un « comité de soutien de l’attentat de Changhai » et versent chacun une journée de salaire117 ; les imprimeurs de Dairen organisent des collectes autour d’eux118, de même que les cheminots du Jing-han, les ouvriers de Harbine119, et bien d’autres ; les dockers et les tireurs de rickshaws sont comme à l’ordinaire des acteurs très ardents du boycott des marchandises et des personnes étrangères, par exemple à Chongqing où le mouvement dure jusqu’en octobre120, à Nanchang121, à Xiamen122.

  • 123 Zhang Wei-ying, op cit., p. 84.
  • 124 Annuaire, II, p. 457.
  • 125 Histoire du 30 mai, p. 50.
  • 126 Zhang Wei-ying, op. cit., p. 84.
  • 127 Ibid, p. 85.

32Ce mouvement de solidarité prend parfois aussi, mais moins souvent, la forme d’une grève symbolique de protestation, y compris dans les entreprises privées chinoises et les services publics. A Pékin, au moment de la manifestation de Tien-an-men, les ouvriers de nombreux ateliers arrêtent le travail123, et l’on cite une fabrique de confection où c’est la direction elle-même qui suspend l’activité de son personnel, lui paie les jours chômés et fait détruire les machines à coudre anglaises et japonaises qu’elle employait124. Les cheminots de Tangshan125, les mineurs d’antimoine de Shuikoushan et de Xinhua au Hunan126, cessent eux aussi le travail, de même que les ouvriers de Zhenjiang, qui ont un heurt sanglant avec la police de la concession anglaise du port127.

33Dans les grandes entreprises étrangères de l’intérieur de la Chine, le mouvement de solidarité des grévistes de Changhai est plus vigoureux encore ; en effet, les ouvriers s’opposent ici aux intérêts japonais et anglais de Chine par un antagonisme direct, qui est économique en même temps que politique. Pendant l’automne 1922, des grèves importantes y avaient déjà éclaté, qui étaient encore essentiellement des mouvements revendicatives, même si elles se coloraient déjà d’un certain nationalisme. Celles de l’été 1925 sont au contraire des mouvements principalement politiques, mais au cours desquels le personnel des entreprises étrangères tente en même temps d’obtenir de ses employeurs une amélioration substantielle de sa condition.

  • 128 Deng Zhong-xia ; Abrégé..., p. 190. Cf. Annuaire, II, p. 456 (analyse détaillée des revendications (...)
  • 129 NCH, 8 août 1925 ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p.209.

34A Nankin, dès le 8 juin, tandis que les rickshaws de la ville refusent de transporter les Anglais et les Japonais et que les marins des lignes britanniques sont en grève, les ouvriers de la grande manufacture britannique de poudre d’œufs « International Export Co » cessent le travail ; c’est à la fois pour protester contre l’affaire de Changhai et pour réclamer des augmentations de salaires, des garanties de stabilité de l’emploi, et la reconnaissance du syndicat qu’ils viennent de créer128. Ils obtiennent satisfaction sur ces points et reprennent le travail, après plus d’un mois de grève. Mais la compagnie, à la fin de juillet, considérant sans doute le climat politique comme plus favorable depuis le ralentissement du mouvement de Changhai, licencie plusieurs centaines d’entre eux. La foule des ouvriers envahit alors l’usine pour protester, et démolit les installations et les machines. La cantonnière britannique Durban intervient, et fait plusieurs morts et de nombreux blessés129.

  • 130 Cf. ci-dessus p. 300.
  • 131 Il y aurait plus de 100 000 chômeurs à Wuhan, sans compter ceux qui affluent du reste de la provin (...)
  • 132 XD 1er mai 1926 (Di-eul-ci he di-san-ci lao-dong ta-hui-zhi-jian-de zhong-guo lao-dong yun-dong (L (...)
  • 133 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 191 ; XD, 2 juillet 1925 ; PP, 21 juin 1925.
  • 134 La liste nominative figure dans le Rapport sur le 30 mai, pp. 128 à 132.

35A Wuhan, le plus grand centre industriel de Chine centrale, s’était déjà esquissée dès janvier 1923 dans les usines étrangères une agitation ouvrière à caractère national130. En dépit du chômage qui sévit dans la ville, à cause de l’afflux de paysans victimes de récentes inondations131, en dépit aussi du fait que la province continue à être tenue par le parti du Zhili représenté par Xiao Yao-nan et que celui-ci, au lieu de louvoyer devant le Mouvement du 30 mai comme en Chine du Nord et de l’Est les alliés Fengtian et Anfu, cherche à le briser de front et s’aligne ainsi une fois de plus sur la politique anglaise132, cette tradition de 1922-23 va se continuer par des actions de solidarité aux grévistes de Changhai133. En coopération avec les groupements d’étudiants, une manifestation ouvrière de protestation est préparée pour le 13 juin, et la grève générale doit suivre le lendemain. Mais, le 10 juin, des incidents éclatent dans la concession anglaise entre la police et les dockers et autres employés de la firme britannique Butterfield and Swire ; le lendemain, les Marines et les Volontaires civils des concessions tirent sur les manifestants et font onze morts et une vingtaine de blessés, surtout ouvriers134. La police de Xiao Yao-nan arrête les animateurs étudiants et ouvriers du mouvement, et empêche celui-ci de se développer.

  • 135 Zhang Wei-ying, op. cit., p. 89 ; Rapport sur le 30 mai, p. 184.

36Ce sont aussi les ouvriers et employés des firmes et des particuliers anglais et japonais qui à Chongqing se mettent en grève le 28 juin ; mais les fusiliers marins britanniques débarquent bientôt et leur intervention fait deux morts et plusieurs blessés dans la foule des manifestants135.

  • 136 NCH, 15 août 1925 (Rapport de J. P. Kenrick, directeur général des mines de Jiaozuo).

37En juillet, le mouvement gagne de nouvelles entreprises étrangères comme les mines du « Peking Syndicate » à Jiaozuo, au Henan, centre industriel jusque-là peu touché par le mouvement revendicatif et les activités syndicales, sans doute en raison de son isolement géographique. A l’appel d’un groupe d’étudiants ayant pénétré dans la mine, les ouvriers cessent le travail le 7 juillet, organisent des sections de surveillance, des piquets de grève, et coupent le téléphone et les canalisations d’eau. Il ne reste au personnel européen des mines qu’à partir pour Pékin, les mineurs demeurant pratiquement maîtres du terrain. Ils ne reprendront le travail qu’à la fin d’août lorsque de substantiels avantages leurs auront été consentis136. Les grévistes avaient profité de la bienveillance des unités de l’Armée nationale du Peuple de Feng Yu-xiang, qui occupait la région.

  • 137 NCH, 1/8/1925 ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 209 ; on rapporte (Zhang Wei-ying, op. cit., p. 90) (...)

38A Qingdao, où sont installées les troupes de Zhang Zong-chang, militaire brutal d’allégeance Fengtian, c’est à l’initiative du Syndicat général du Jiao-ji et de sa section de Sifang que s’était organisée en juin une campagne pour protester contre les incidents de Changhai ; le 22 juillet, les ouvriers des cotonnières japonaises déclenchent une grève que Zhang brise dès le lendemain en mettant ses troupes en action et en faisant de nombreuses arrestations ; le dirigeant ouvrier Li Wei-nong et Hu Xin, rédacteur en chef d’un journal favorable au mouvement national, sont exécutés peu après137.

  • 138 Wang Lin, Bo-zhong (Semer et planter), pp. 13 à 26 : NCH, 15 et 22 août 1925.
  • 139 PP, 16 août 1925.
  • 140 Wang Lin, op. cit.

39Ce sont aussi les ouvriers des cotonnières japonaises qui font grève à Tianjin en août, précédés des marins, dockers et employés des firmes de navigation britanniques. La première, la cotonnière japonaise Pao-cheng est touchée par le mouvement et doit accepter des hausses de salaires et une réduction des amendes ; la grève se passe calmement et le syndicat récemment formé, à direction communiste, s’efforce de maintenir « l’ordre révolutionnaire » par ses sections de surveillance138. Mais quand le 11 août la grève gagne la filature Yu-da, où n’existe pas encore de syndicat à cause de l’influence prépondérante d’un bang coutumier, elle se transforme en un accès de da-chang d’une rare violence. Les ouvriers, renforcés par des paysans du voisinage139, détruisent entièrement l’usine. Li Jing-lin, commandant de la police Fengtian de la province, investit l’usine et l’occupe après un siège en règle qui fait une vingtaine de morts et plus de trois cents blessés chez les ouvriers. Il suspend l’activité du syndicat des cotonnières récemment formé et des autres groupements favorables au Mouvement du 30 mai (Association des étudiants, Amicale régionale cantonaise), tandis que la police de la concession française dissout le syndicat des imprimeurs et celui des marins, qui y étaient établis140.

  • 141 MDN, 23 et 31 juin 1925.
  • 142 Archives K.M.A. 1925, dossier 14 2 21, pièce n° 46. A. (Rapport du directeur général sur la grève (...)
  • 143 Archives de la K.M.A., ibid.

40Dans maintes autres entreprises de Chine centrale et de Chine du Nord, les incidents de Changhai suscitent des mouvements de solidarité analogue, comme sur le S.M.R., où les dirigeants d’un syndicat chinois obtiennent sans grève des augmentations de salaires et l’égalité de traitement avec les employés japonais141. Aux mines britanniques de la K.M.A., les ouvriers du puits de Zhaogezhuang prennent contact en août avec le Syndicat général de Changhai, le syndicat des cheminots de Tangschan, et les associations d’étudiants de la région ; ils constituent un syndicat dont le manifeste inaugural142 révèle nettement l’influence des événements de Changhai et l’étroite fusion qui dans toute la Chine s’effectue entre activités revendicatives et mouvement national ; c’est ce syndicat qui lance le 13 septembre une nouvelle grève des mineurs de la K.M.A., pour obtenir des augmentations de salaire et sa reconnaissance par la direction de la mine143.

  • 144 CEB, 31 juillet 1926.
  • 145 Annuaire, II, p. 10. Cf. Xu Xie-hua, op. cit., pp. 174-178.
  • 146 Annuaire, II, p. 115.

41Ces deux derniers exemples, comme déjà ceux des conserveries d’œufs de Nankin, ou des cotonnières de Tianjin et de Qingdao, montrent bien que l’élan du 30 mai ne relance pas seulement en Chine du Centre et du Nord les mouvements revendicatifs, mais aussi les activités d’organisation du prolétariat. Les mêmes progrès en ce sens peuvent s’observer pendant l’été 1925 dans maintes entreprises chinoises publiques ou privées, même sans être nécessairement accompagnés comme dans les entreprises étrangères de grèves revendicatives. Une Association de la mécanique se constitue à Fuzhou parmi les ouvriers spécialisés de la centrale électrique, de l’arsenal et de divers ateliers, et elle groupe plus de 3 000 membres144. Chez les cheminots du Nord, le mouvement de restauration syndicale esquissé depuis l’hiver précédent continue à se poursuivre ; des syndicats se reconstituent en juillet sur le Long-hai et sur le Jin-pu ; en août, sur le Jing-sui, la fusion se réalise enfin entre les trois sections rivales de la voie, du trafic et des ateliers145. Ces groupements de cheminots se forment sous le double signe de « la lutte pour la liberté et le mieux-être des travailleurs », et de « l’expulsion des impérialistes », selon les termes du manifeste des ouvriers du Jin- pu146.

  • 147 Ce syndicat est formé le 28 juillet à l’initiative de la section locale des cheminots du Jin-pu, d (...)
  • 148 Annuaire, II, p. 97.
  • 149 Annuaire, II, p. 99 ; mais ce groupement est dissous quelques semaines plus tard par Li Jing-lin, (...)
  • 150 Annuaire, II, p. 98.

42Dans plusieurs grandes villes du nord, à Jinan147, à Zhengzhou148, à Tianjin même, mais de façon très éphémère149, se forment pendant l’été des « Syndicats généraux » ; ce sont en fait des unions locales ou provinciales de syndicats, dont le nom même et l’orientation générale s’inspirent directement du puissant organisme qui depuis le 31 mai dirige le mouvement ouvrier changhaien ; jusque dans le lointain Yun- nan s’ébauche en septembre un projet analogue, qui ne se réalise pas150.

  • 151 Cf. IPC, juin, juillet et août 1925, passim.
  • 152 Cf. ci-dessus, p. 383.
  • 153 Cf. L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, pp. 196-198.
  • 154 Histoire du 30 mai, p. 113 sq.

43Quelles qu’aient été les formes multiples de sa participation au Mouvement du 30 mai, la classe ouvrière y a à peu près toujours trouvé à ses côtés les groupements d’étudiants et le petit commerce. C’est en étroite association avec ces deux alliés qu’à Wuhan, à Changsha, à Tianjin, à Qingdao, à Pékin, et dans toutes les grandes villes, elle a témoigné aux grévistes de Changhai sa solidarité et mené sur place ses propres combats. Au cours du mouvement, s’était aussi confirmée la capacité de la classe ouvrière d’obtenir pour la révolution chinoise d’importants appuis internationaux. Alors que la poussée de mai 1919 était pratiquement passée inaperçue de l’opinion mondiale, alors que, même dans les milieux d’extrême-gauche d’Occident, la vague de grèves de 1922 n’avait éveillé qu’un faible écho, l’affaire de Changhai et l’activité politique de l’été 1925 provoquent dans le monde entier des témoignages de sympathie. Ceux-ci ne viennent pas seulement de l’Internationale communiste151 et de l’Union soviétique, où sont collectées de grosses sommes et qui envoie en août une délégation syndicale en Chine152, ni non plus des émigrés chinois d’outre-mer qui se montrent à cette occasion très actifs, par exemple à Paris153. Cette campagne en faveur des grévistes de Changhai est en même temps menée par des groupements ouvriers et des intellectuels de gauche des pays mêmes, Angleterre, Japon, France, dont les gouvernements étaient alors aux prises avec le mouvement national chinois. A Paris, à Londres, à Berlin, à Tokyo, se tiennent des réunions de solidarité, et le 6 juin est constitué à Berlin un comité international d’aide à Changhai où entrent Henri Barbusse, Bernard Shaw, Upton Sinclair, Clara Zedkin, Forel, et autres grands noms de l’intelligentsia avancée d’Occident154.

  • 155 Xu Shi-hua, Wu-sayun-dong (Le Mouvement du 30 mai), p. 37.
  • 156 Ibid, p. 41.
  • 157 Cf. la participation de la paysannerie à la lutte du gouvernement cantonais contre les petits du-j (...)

44Il faut au contraire souligner pour l’ensemble de la Chine, comme cela avait déjà été le cas dans la région de Changhai, la relative abstention de la paysannerie pendant le Mouvement du 30 mai. Pour l’essentiel, et en dépit du caractère largement national de ses objectifs profonds, celui-ci reste un mouvement des classes urbaines : prolétariat industriel, étudiants, petite et moyenne bourgeoisie. Rares sont les cas où il atteint les campagnes. Au Hunan, par exemple, le comité provincial pour « l’effacement de la honte » avait des filiales dans quarante-six xian de la province, dont beaucoup n’étaient que des bourgs ruraux155 ; on signale aussi un village d’un xian rural du Henan où les paysans s’assemblèrent pour condamner l’activité anglaise et japonaise en Chine156. Mais ce n’était qu’exceptionnellement que la paysannerie chinoise se trouvait en contact avec les grands intérêts étrangers, et on peut remarquer que c’est justement dans le Henan qu’opéraient les agents collecteurs de tabac des manufactures de la B.A.T. Des deux objectifs de la révolution chinoise définis à Canton en 1924, lutte contre les traités inégaux et lutte contre les forces de conservation sociale et le militarisme, c’était de beaucoup le second qui correspondait le plus directement aux aspirations conscientes de la paysannerie157 ; le Mouvement du 30 mai, dirigé surtout au contraire contre les grands intérêts étrangers, ne pouvait que difficilement rallier les masses paysannes. C’est seulement l’année suivante, avec l’Expédition du Nord, que celles-ci interviendront en force dans les luttes politiques chinoises.

  • 158 XD, 26 juillet 1925.
  • 159 Zhang Wei-ying, op. cit., p. 86.
  • 160 MDN, 25 juin 1925.
  • 161 Meyrick Hewlett, op. cit., p. 154 ; cf. aussi SCMP, 30 juillet 1925 (intervention des compradors d (...)

45Si la grande bourgeoisie avait au début soutenu largement le Mouvement du 30 mai, elle manifeste vite dans la Chine de l’intérieur les mêmes hésitations qu’à Changhai, la même inquiétude devant les progrès de l’action populaire, la même préférence pour une politique de compromis. A Chang ; ha, la Chambre générale de commerce et l’Association provinciale d’éducation, d’accord avec le gouverneur Zhao Heng-ti, freinent dès la mi-juin l’activité du « Comité pour effacer la honte »158. A Wuhan, la Chambre générale de commerce ainsi que l’Association générale du commerce chinois (celle-ci représentant plus particulièrement les compradors) prennent contact avec le gouverneur Xiao Yao-nan et l’encouragent à réprimer la grève générale qui se prépare vers le 10 juin159. Dans le Jilin, l’Assemblée provinciale et la guilde marchande font interdire par le gouverneur toute collecte d’étudiants en faveur de Changhai, en déclarant que leurs propres contributions suffisent160. A Xiamen, on connaît mieux encore, grâce à la vanité tardive d’un consul britannique, les tractations qui s’engagent entre ce dernier et la Chambre de commerce ; le président de celle-ci aurait constamment joué double jeu pendant cette période, aurait averti le consulat des intentions des grévistes, et reçu les directives britanniques pour freiner le plus utilement possible le mouvement de boycott161.

  • 162 NCH, 13 juin 1925.
  • 163 XD, 15, août 1925.
  • 164 MDN, 17, juin 1925.

46Enfin pour compléter cette brève esquisse des rapports entre le prolétariat ouvrier et les autres forces sociales chinoises pendant le Mouvement du 30 mai, il faut noter que les chefs militaires des provinces ont sensiblement — à une notable exception près — adopté la même attitude que le commandant des troupes Fengtian de la région de Changhai. Après quelques velléités d’une attitude tolérante, ils se sont vite repliés vers les méthodes de répression brutale qu’ils pratiquaient depuis le 7 février 1923. Li Jing-lin à Tianjin, Xiao Yao-nan à Wuhan collaborent directement avec les autorités occidentales et japonaises pour réprimer l’agitation populaire contre ces dernières. Zhang Zong-chang, qui en juin avait jugé nécessaire de « faire un geste » à l’égard des victimes de Changhai en leur envoyant 2 000 yuans162, dissout brutalement à la fin de juillet les groupements de Qingdao qui soutiennent le mouvement, et s’approprie les sommes récemment collectées par eux pour Changhai, soit 2 000 yuans163. A Moukden, quand les associations ouvrières font connaître leurs projets de lancer une grève générale des usines, de refuser d’accepter les monnaies et marchandises étrangères, et de refuser d’emprunter les trains et bateaux étrangers, le gouverneur militaire, subordonné direct de Zhang Zuo-lin, coupe court à toute cette agitation164.

  • 165 Li Chien-nung, Political history, pp. 482-484.
  • 166 L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, p. 205.
  • 167 NCH, 11 juillet 1925.
  • 168 L’usine appartenait au grand industriel Mu Ou-chu (H. Y. Moh) que l’organe communiste XD (31 août (...)
  • 169 XWB, 20 août 1925 ; YSB (Pékin), 23 août 1925 ; YSB (Tianjin), 30 août 1925.

47La zone contrôlée par les armées Guo-mi-jun (« Armées nationales du peuple ») représente la seule exception à cette politique de répression, le seul cas de véritable coopération entre les autorités chinoises et le mouvement populaire dans le cadre du Mouvement du 30 mai. Les troupes de Feng Yu-xiang, qui étaient en mauvais termes depuis le printemps 1925 avec leurs complices Fengtian et Anfu du coup d’Etat de novembre 1924, avaient en effet pris cette appellation, significative de leurs sympathies cantonaises165. Quand éclate l’affaire de Nanking Road, Feng proclame sa solidarité avec les grévistes de Changhai, appelle à lutter contre l’agression étrangère166, et publie une « lettre aux chrétiens du monde » dans laquelle il proteste contre le comportement en Chine des nations occidentales167. Dans le Henan et le Suiyuan, que tiennent les Armées nationales du peuple, l’essor du mouvement ouvrier au lendemain du 30 mai, loin de se heurter aux autorités militaires comme au Znili ou au Shandong, est directement favorisé par celles-ci. En août, il éclate à la cotonnière de Zhengzhou une grève d’une grande ampleur, qui revendique non seulement des augmentations de salaires et des indemnités diverses, mais des avantages pour les femmes et les enfants, des congés payés de maladie, et la reconnaissance du syndicat y compris pour contrôler l’embauche et les renvois ; quand les grévistes sont attaqués par des bandes armées, probablement à l’instigation de la direction de l’usine168, et quand le local du syndicat est détruit par elles, c’est la IIe Guo-min- jun qui aide les ouvriers à les repousser, et à faire aboutir leurs revendications169.

  • 170 Cf. Entretien avec le cheminot Li Chen-gang.
  • 171 YSB (Pékin), 21 septembre 1925 ; cf. aussi sur la fondation de ce syndicat, Annuaire, II, p. 97.
  • 172 CWR, 3 octobre 1925.
  • 173 YSB, (Pékin), 21 septembre 1925.
  • 174 CB, 13 septembre 1925.
  • 175 Cf. Premier recueil des combattants, p. 28 sq. (biographie de l’étudiant Wang Zhong-xiu, secrétair (...)
  • 176 Cf. ci-dessous chap. XII.

48L’organisation des syndicats de cheminots sur les lignes du Long-hai et du Jing-sui est favorisée par les autorités Guo-min-jun170, et plus encore la fondation en septembre du Syndicat général du Henan ; le nombre et la diversité des groupements qui y participent (syndicats des cotonnières de Zhengzhou, de Zhangde, de Weihui, des mines de Jiaozuo et de Liuhegou, des gares du Long-hai et du Jing-han, de l’Hôtel des monnaies et de l’Arsenal de Kaifeng) montrent assez quels avaient été les progrès du syndicalisme dans cette région pourtant peu industrialisée, depuis l’arrivée des Guo-min-jun, y compris dans les entreprises publiques171. La réunion constitutive de ce syndicat provincial se tient au siège de l’Y.M.C.A. de Zhengzhou172 avec la participation de représentants officiels du Général chrétien et de militants ouvriers communistes comme le cheminot Liu Wen-song, vice-président de la Fédération syndicale pan-chinoise, qui devient un des dirigeants du nouveau Syndicat du Henan173. Les nombreux avantages consentis aux ouvriers de la ligne du Long-hai (journée de 10 heures, voyages gratuits, congés de maladie payés, distribution de vêtements de pluie, permis de circuler gratuits pour les délégués syndicaux, etc.)174 sont eux aussi caractéristiques des bons rapports qui s’instituent pendant l’été 1925 entre le mouvement ouvrier et les autorités de la zone d’influence des Guo-min-jun ; en contre partie, les ouvriers, et en particulier les cheminots, coopèrent avec les troupes de Feng pour gêner les mouvements de leurs adversaires175. Encore fragile et incertaine, une « base démocratique » semble sur le point de s’installer en Chine du Nord, en réplique de celle du Sud où depuis juin 1925 les incidents de Changhai venaient de susciter la grande grève-boycott de Canton et Hongkong176.

***

49A Changhai, la vague du 30 mai est relayée à partir d’octobre 1925 par une vigoureuse poussée de grèves revendicatives, qui continue les mouvements amorcés dès le mois d’août chez les postiers et les imprimeurs, qui se développera pendant l’hiver et le printemps, et que le départ en juillet 1926 de l’expédition cantonaise trouvera en pleine activité.

  • 177 D’après les listes de grèves de l’Annuaire, II, pp. 154 à 282.
  • 178 Ces cours passent de 11 yuans le picul au printemps 1925 à 16 yuans en avril 1926 et à 18 yuans en (...)
  • 179 D’après XD, 7 juillet 1926 (qui dénombre 35 grèves, la plupart affectant plusieurs entreprises) ; (...)
  • 180 Cf. ci-dessous p. 400-401.
  • 181 Le relevé détaillé, syndicat par syndicat, des effectifs du Syndicat général de Changhai est donné (...)
  • 182 Cf. Annuaire, II, pp, 63-65 et XD, 7 juillet 1926.
  • 183 XD, 23 juin 1926.

50Le mouvement de grèves revendicatives ne cesse de s’amplifier pendant toute cette période : 6 grèves en novembre 1925, 10 grèves en janvier 1926, 21 en mars, 25 en mai177. En juin, quand se produit une flambée des cours du riz178, il touche plus de cent entreprises, surtout dans le textile, et entraîne plus de 70 000 personnes179. Si ses mobiles restent essentiellement liés aux mauvaises conditions de travail et aux salaires insuffisants, le rôle qu’y joue le Syndicat général de Changhai, né au lendemain du 30 mai, suffit à différencier ce mouvement de grèves des protestations spontanées de la période précédente. Le Syndicat général a pour l’essentiel, en dépit des mesures répétées d’interdiction qui l’ont frappé pendant toute cette période180, maintenu le réseau de syndicats d’industries, de métiers et d’entreprises qui avait été mis sur pied pendant l’été. En juin 1926, à la veille du départ de l’Expédition du Nord, il annonce 210 000 membres, en comptant il est vrai un certain nombre d’artisans. Si ce chiffre est sensiblement égal à celui qu’il avançait en juillet 1925 en pleine grève générale, la comparaison détaillée des effectifs syndicaux à une année d’intervalle révèle des flottements assez notables181 ; le nombre des dockers syndiqués a très sensiblement augmenté, mais dans maintes cotonnières chinoises les effectifs des syndicats d’entreprise ont notablement fléchi ; dans des secteurs comme les services publics, transports en commun, centrales électriques, etc..., ou comme l’imprimerie, c’est le nombre même et le nom des organisations syndicales affiliées au Syndicat général qui varient d’une année sur l’autre, et non seulement le nombre de leurs adhérents182 ; il est aisé de comprendre que les dirigeants syndicaux de Changhai considéraient leurs progrès comme bien insuffisants encore, et pensaient que l’organisation ouvrière de la ville « n’était pas encore assez serrée et ne correspondait pas encore aux besoins de la lutte »183.

  • 184 NCH, 12 juin 1926.
  • 185 CEB, 31 juillet 1926.
  • 186 Comme chez les télégraphistes (NCH, 10 octobre 1925) ou à la cotonnière n° 3 de la Naigai Wata (NC (...)
  • 187 Comme dans la cotonnière britannique « Oriental Cotton mill » (NCH, 19 déc. 1925). Ce droit est re (...)
  • 188 Comme à la cotonnière britannique Ewo (NCH, 12 déc. 1925).
  • 189 Comme à la cotonnière japonaise Ri-hua, pour protester contre l’arrestation d’un ouvrier par la po (...)

51Mais, en dépit de ces traditionnelles réticences du prolétariat changhaien à l’égard d’une stricte organisation, le Syndicat général et les syndicats qui lui sont affiliés semblent bien détenir dans le monde du travail une autorité et un crédit considérables ; c’est ainsi qu’en juin 1926 le syndicat des cotonnières est capable d’imposer au patronat, sous menace d’une grève de l’ensemble de ses trente-six syndicats d’entreprise, la réintégration d’un certain nombre d’ouvriers licenciés184. C’est de même le Syndicat général qui négocie en juin 1926, avec la direction d’une usine de bonneterie dont les ouvriers sont en grève, une réduction des heures de travail et des garanties contre les amendes, les mauvais traitements et les renvois sans cause185. Ce crédit des organisations ouvrières se mesure en particulier à la place que tiennent dans les mouvements de grève les questions de la reconnaissance des syndicats par le patronat186, de la liberté de collecte des cotisations syndicales187, du droit de tenir des réunions syndicales188, de la protection des militants syndicaux, et éventuellement de leur réintégration ou de leur libération189.

  • 190 NCH, 26 juin 1926.
  • 191 NCH, 20 mars 1926.
  • 192 CEB, 16 octobre 1926.
  • 193 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghai).
  • 194 XD, 23 juin 1926. Déjà en mars, le Syndicat général blâme le recours au da- chang de la part des g (...)
  • 195 NCH, 26 juin 1926.
  • 196 XD, 23 juin 1926.

52Certes, cette montée de syndicalisme moderne n’élimine pas encore complètement les formes plus archaïques de lutte ouvrière. On rencontre encore, au cours de cette vague de grèves de 1925-1926, des conflits à caractère étroitement provincialiste et des poussées de da-chang. En juin 1926, une rixe très violente, qui fait plusieurs blessés, éclate à la cotonnière n° 5 de la Naigai entre des ouvriers non qualifiés du Jiangsu septentrional (Kompo) et des ouvriers du Shandong190 ; l’antagonisme provincial était d’autant plus vif dans ces cotonnières que les Japonais confiaient souvent aux gens du Shandong des postes subalternes de surveillant ou de « number one ». En mars, à Zhabei, plusieurs centaines de bateliers du Hubei et de portefaix du Kompo en viennent aux prises à propos d’une bagatelle191. Des cas de destruction de machines se produisent par ailleurs à la manufacture de tabac Nan-yang en septembre, quand la direction veut introduire des appareils permettant de diminuer la main-d’œuvre192, ou à la cotonnière n° 4 de la Naigai quand en juin les ouvriers du Kompo demandent en vain le renvoi d’une surveillante originaire de l’Anhui193. Mais de tels incidents deviennent plus rares, et il est significatif qu’ils soient officiellement désavoués par le Syndicat général ; « détruire le matériel de production n’est pas nécessaire, et est même dangereux », déclare un dirigeant du Syndicat général194, et le syndicat des cotonnières de son côté s’efforcera en juin d’apaiser le conflit entre les gens du Kompo et ceux du Shandong à la cotonnière n° 5 de la Naigai195. Le Syndicat général s’efforce au contraire d’encourager le recours à la grève perlée (dai-gong), stratégie temporisatrice avec laquelle commence à se familiariser le bouillant prolétariat changhaien196.

  • 197 Huang Pang si-zhou ji-nian-ce (Cahier commémoratif du 4e anniversaire de Huang et de Pang), pp. 30 (...)

53En face du puissant appareil du Syndicat général, les groupements modérés qui avaient été si actifs en 1922-1924, et dont la « Fédération » avait représenté au printemps 1924 une première tentative de direction centrale du mouvement ouvrier de Changhai, perdent de plus en plus de terrain. Ils tentent encore de s’imposer comme un courant syndical original ; quand en janvier 1926, ils célèbrent l’anniversaire traditionnel parmi eux des anarchistes hounanais, Huang et Pang, ils réitèrent leurs attaques contre les communistes, accusés « d’avoir livré après le 30 mai le prolétariat de Changhai, alors que Huang et Pang à Changsha n’avaient pas reculé devant la mort » ; ils réaffirment en même temps la nécessité de régler les différends avec le patronat par voie de négociations ainsi que l’intérêt primordial à leurs yeux d’un travail de documentation ouvrière197.

  • 198 Cf. XD, 23 juin 1926 ; NCH, 3 et 10 juillet 1926, qualifie Mme Mu d’ « assistante sociale employée (...)

54Mais ces efforts de différenciation idéologique et ces critiques de gauche contre le Syndicat général masquent mal les liens de plus en plus manifestes qui unissent ces groupements au patronat changhaien. Ainsi, dans les filatures de soie, l’influence de Mme Mu Zhi-ying, solidement implantée depuis 1923, avait été assez forte pour empêcher les ouvrières de participer au Mouvement du 30 mai ; quand le Syndicat général annonce en juin 1926 qu’il se prépare à constituer un syndicat général des filatures de soie, Mme Mu tente de lancer, avec les quelques éléments qu’elle contrôle, une grève dirigée contre « les violences du Syndicat général ». Mais 25 000 ouvrières déclenchent une contre- grève de protestation pour exiger la fermeture du syndicat patronal de Mme Mu. La police chinoise se trouve alors contrainte de mettre fin aux activités de celle-ci et même de l’arrêter quelque temps, et sa caution est payée par la guilde patronale de la soie198.

  • 199 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.) fait totalement le silence sur les activités de la Fédération penda (...)

55Le Mouvement du 30 mai a donc mis fin à l’âpre compétition qui depuis plusieurs années déjà opposait, au sein du prolétariat changhaien, les militants communistes et les gong-zei réformistes liés au patronat local et à la droite du Guo-min-dang. La défaite de ces derniers est maintenant consommée, et même leurs partisans les plus dévoués reconnaissent que la Fédération n’a pu, faute de base ouvrière véritable, jouer le moindre rôle dans les grèves patriotiques de l’été 1925199. Elle s’y est au contraire opposée, et a irrémédiablement perdu tout crédit. Au cours de ces grandes batailles de masse, c’est autour du Syndicat général que s’est regroupée toute la classe ouvrière, et c’est lui qui assurera jusqu’en avril 1927 la direction des luttes économiques et politiques du prolétariat changhaien.

  • 200 Cf. la chronologie des grèves de cette période, Annuaire, II, pp. 154 à 282.
  • 201 PDR, novembre 1925, passim.
  • 202 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghaï).
  • 203 Cf. par exemple une grève à la Société franco-chinoise de constructions métalliques, contre un sys (...)
  • 204 Comme dans une fabrique de broderie, en avril (CEM, oct. 1926, ibid.).
  • 205 Comme dans une cotonnière britannique, en mai (ibid.).
  • 206 Comme à la cotonnière n° 3 de la Naigai, en mars (ibid.).
  • 207 Cf. en juin 1926, une grève aux cotonnières nos 2 et 3 de la Naigai, pour obtenir le renvoi de qua (...)
  • 208 CEM, octobre 1926, ibid.
  • 209 Annuaire, II, op. cit. (Chronologie des grèves).

56Ces grèves de la fin de l’année 1925 et du premier semestre de 1926, en même temps qu’elles reflètent l’autorité croissante du Syndicat général, se caractérisent par l’ampleur des revendications qu’elles sont destinées à faire aboutir. Elles ne demandent pas seulement des augmentations de salaires, mais la suppression des amendes, le paiement de primes (shen-gong) quand il n’y a pas d’absences pendant une certaine période, la réduction des heures de travail, l’octroi aux femmes de congés de maternité, le droit de manger pendant le travail, l’amélioration du sort des jeunes et des apprentis ainsi que le relèvement de leurs salaires200. Elles s’efforcent aussi de résister à la contre-offensive patronale qui semble se dessiner pendant cette période dans les entreprises étrangères comme dans les entreprises chinoises, enhardies les unes et les autres par le recul tactique du mouvement ouvrier après l’insuccès politique du Mouvement du 30 mai. C’est ainsi que de très nombreuses grèves font échec avec l’appui du Syndicat général et du Syndicat des cotonnières201 aux tentatives de licenciements, surtout dans les usines japonaises202, et aux mesures de contrôle individuel des ouvriers203. D’autres sont dirigées contre les tentatives d’allonger la journée de travail204, d’engager des experts en productivité205, d’introduire des machines enregistreuses contrôlant l’intensité du travail206. Cette réaction patronale prend aussi la forme d’un renforcement du personnel de contrôle et de surveillance des usines. De très nombreuses grèves protestent contre les brutalités des contremaîtres chinois, japonais, russes blancs et sikhs, des surveillants et « number one », des équipes d’hommes de main armés (bullies, dit la presse anglaise de Changhai), engagés pour maintenir l’ordre dans les usines207. Les ouvriers exigent leur renvoi, parfois avec succès, comme en janvier à l’usine japonaise de jute Toa, en mars à la cotonnière n° 7 de la Naigai, en avril à la Société britannique Lumber Import Export Co, en mai à la cotonnière japonaise Kiwa et à l’imprimerie suisse A. B. C., en juin à la manufacture de Pudong de la B. A. T., à la cotonnière n° 13 de la Naigai et à la cotonnière Ri-hua208. Dans l’ensemble, cette réaction patronale très nette ne réussit pas à briser le mouvement de grève : sur 127 conflits dont le résultat est connu pour la période d’octobre 1925 à juin 1926, 82 ont été des succès totaux ou partiels209.

  • 210 Li Chien-nung, Political History, p. 487.
  • 211 NCH, 7 novembre 1925 ; PDR, 21 octobre 1925.
  • 212 PDR, passim, novembre-décembre 1925.
  • 213 H. Isaacs, Tragedy, p. 78-79.
  • 214 Martyrs de la révolution, p. 189 sq. (Biographie de Liu Hua).
  • 215 PDR, 10 avril 1926.
  • 216 NCH, 23 janvier 1926.
  • 217 NCH, 27 février 1926.
  • 218 PDR, 3 mai 1926.
  • 219 PDR, 27 et 31 mai, 1er juin 1926.
  • 220 PDR, 28 juin 1926 ; XD, 30 juin 1926.
  • 221 Annuaire, II, p. 396-397.

57La même tension, le même équilibre instable, marquent pendant toute cette période les rapports entre le Syndicat général et les autorités militaires chinoises de la région de Changhai. Les troupes du Fengtian, qui occupaient la ville depuis le début de 1925 et qui, après avoir fait preuve d’une certaine tolérance au moment du 30 mai, avaient mis sous scellés les organisations ouvrières au milieu de septembre, avaient été quelques semaines plus tard évincées par celles de Sun Chuan-fang, nouvel astre récemment apparu dans le monde des du-jun210. Sun, qui s’était déjà fait une réputation de militaire libéral en réclamant en 1922 la remise en vigueur de la Constitution de 1913, n’avait plus en 1925 qu’une allégeance très théorique envers son ancien chef du parti Zhili, Wu Pei-fu ; après avoir pris Changhai aux Fengtian, il se proclame Inspecteur général des cinq provinces du Sud-Est et manifeste clairement son intention de travailler pour son propre compte. Pour les dirigeants du Syndicat général, Liu Hua, Sun Liang-hui, Xiang Ying, c’est peut-être l’occasion d’obtenir l’autorisation de reprendre légalement leurs activités. Ils prennent contact avec Sun et ils lui proposent l’appui du mouvement ouvrier contre ses adversaires Fengdan qui sont encore actifs dans la région du Bas-Yangzi211. Sun hésite un certain temps, semble-t-il, et tolère en novembre et au début de décembre une reprise plus ou moins ouverte des activités du Syndicat général et de ses diverses sections locales ; le 29 novembre, le Syndicat général revient officiellement dans son local, et tient à Zhabei le 7 décembre une assemblée de plusieurs milliers de personnes ; mais il est mis à nouveau sous scellés le 10 décembre212. Sun a finalement choisi, en effet, la route classique des autres du-jun, celle de la répression ; il a pris contact avec la grande bourgeoisie comprador de Changhai et avec son représentant le plus autorisé, le banquier Yu Xia-qing, dont depuis le 30 mai s’était constamment accentuée l’hostilité à l’égard du mouvement ouvrier, tandis qu’il se rapprochait des autorités occidentales de Changhai213. Le 17 décembre, le président du Syndicat général, l’ancien ouvrier imprimeur Liu Hua, arrêté à la fin de novembre par la police de la concession internationale, est livré par celle-ci aux représentants de Sun Chuan-fang et exécuté, sur l’insistance de Yu Xia-qing d’après la tradition ouvrière214. Mais le mouvement syndical est devenu trop fort à Changhai pour être brisé si aisément. Si la police chinoise continue à s’opposer au Syndicat général, et arrête en avril son nouveau président Wang Jing-yun, ouvrier des Presses commerciales et président du syndicat de cette entreprise215, le Syndicat général n’en continue pas moins au début de 1926 à se montrer entreprenant et influent. Son activité est semi-légale plutôt que clandestine ; il lance en janvier une campagne d’aide aux chômeurs216 et en février un manifeste politique appelant la population de Changhai à coopérer avec Canton et les « Armées nationales du peuple » du Nord- Ouest, et demandant la réunion d’une Convention nationale217. Malgré l’interdiction de la police, il célèbre le 1er mai la Fête du travail par une réunion publique218. Le 30 mai, l’anniversaire de la fusillade de Nanking Road est commémoré par une réunion de plusieurs milliers de personnes à Zhabei, organisée en commun avec les associations d’étudiants et de petits marchands ; les Presses commerciales et d’autres entreprises chinoises avaient d’elles-mêmes donné congé à leur personnel219. Le 11 juillet, le Syndicat général, en dépit de nouvelles mesures d’interdiction qui viennent de le frapper à la fin de juin après qu’il eut accordé son appui à la grève des filatures de soie de Zhabei220, réunit en conférence les délégués de ses principaux syndicats ; il y élabore un programme économique minimum qui comprend l’institution d’un salaire minimum indexé sur le prix du riz, le repos hebdomadaire payé, la journée de 10 heures, l’interdiction des amendes, la création d’assurances contre les accidents et la maladie, la reconnaissance du droit de grève et d’association syndicale221. Quand à la fin de juillet 1926 s’ébranle à Canton l’Expédition du Nord, la vigueur du mouvement ouvrier changhaien n’a donc guère été entamée par le repli d’août et de septembre 1925 ; il va bientôt être en mesure de lancer, en liaison avec l’avance des armées cantonaises, les « trois soulèvements armés », dont le dernier laissera finalement les syndicats ouvriers maîtres de Changhai en mars 1927.

***

  • 222 CB, 12 décembre 1925 (grève contre le renvoi de cent femmes par la B.A.T.) ; MGRB, 23 février 1926 (...)
  • 223 XD, 6 août 1926 ; CWR, 12 juin 1926.
  • 224 MDN, 6 avril 1926.
  • 225 MDN, 16 mars 1927 (le journal japonais déclare explicitement qu’il s’agit d’éliminer les propagand (...)
  • 226 MGRB, 23 et 24 septembre 1925 ; XD, 3 décembre 1925.
  • 227 5 000 licenciés d’après XD et 8 000 d’après le MGRB (ibid.) ; 10 000 d’après le CB (2 octobre 1925 (...)
  • 228 XD, 30 décembre 1925 ; NCH, 28 novembre 1925.

58Dans les centres industriels de l’intérieur de la Chine, l’élan du 30 mai se heurte à partir de l’automne à une réaction patronale plus vigoureuse encore qu’à Changhai, dans les usines étrangères aussi bien que dans les usines chinoises. On relève de nombreux cas de licenciements, qui provoquent par exemple des grèves en décembre 1925 à l’usine de Hankou de la B. A. T. et en février 1926 dans une cotonnière japonaise de cette ville222 ; la tendance à moderniser l’équipement mécanique se précise aussi, sans doute davantage par souci de diminuer les risques de grève que par un calcul proprement économique sur l’intérêt de nouveaux investissements fixes. Des grèves dirigées contre de nouvelles machines éclatent ainsi à la B. A. T. de Hankou en mai et juin 1926223 et à la manufacture de chanvre japonaise de Moukden en avril224.Comme à Changhai, le contrôle de la main-d’œuvre est aussi plus serré, et ici encore il correspond davantage à un souci politique qu’au désir de diminuer le taux du turnover dans l’intérêt de la production. Les entreprises japonaises de Mandchourie instituent progressivement un système de relevé des empreintes digitales de leurs ouvriers, qui se généralisera au début de 1927225. A la mine de Anyuan, cet ancien bastion du mouvement syndical, la réaction patronale se fait plus violente encore226.Les difficultés économiques de la société Han-ye-ping n’avaient fait que s’aggraver tout au cours de l’année 1925, au point que, quand éclata le Mouvement du 30 mai, les salaires n’avaient pas été payés depuis quatre mois ; ce qui explique que les mineurs se soient contentés en juin et juillet d’animer un comité « pour effacer la honte », sans recourir à une grève de solidarité comme le font leurs camarades de Shuikoushan et d’autres centres industriels de la région. En septembre, quand est lancée une grève pour obtenir le paiement des salaires en retard, le directeur fait appel à la police et à la troupe ; il y a trois morts et 40 arrestations, et plusieurs milliers d’ouvriers sont licenciés et remplacés par des xin-gong227. Le Club ouvrier, orgueil depuis 1922 du mouvement syndical chinois avec ses 13 000 adhérents, ses 7 écoles du soir instruisant 2 000 élèves, ses 12 salles de lecture, sa section d’éducation féminine, sa coopérative de consommation au capital de 13 000 actions d’un yuan, est fermé et ses biens sont dispersés et saccagés. A Changsha, des manifestations d’étudiants et des grèves de sympathie des rickshaws et des imprimeurs (la ville reste quatre jours sans journaux) sont sévèrement réprimées par Zhao Heng-ti228.

  • 229 Sur la scission politique dans le Guo-min-dang, cf. chap. XII, p. 434.
  • 230 STSB, 24 décembre 1925 ; SSXB, 3 janvier 1926.
  • 231 STSB, 8 février 1926.
  • 232 Congrès du Travail, p. 78 (Rapport des syndicats de Wuhan au IIIe Congrès du travail).
  • 233 Pendant l’hiver 1925-1926, le nombre de chômeurs de Wuhan aurait été double de celui des ouvriers (...)
  • 234 XD, 3 avril 1926.

59Cette réaction patronale va de pair, au lendemain du Mouvement du 30 mai, avec un renouveau d’activité des gong-zei, des transfuges du mouvement ouvrier. En Chine du Centre et du Nord, ces adversaires du syndicalisme de gauche ne travaillent pas comme à Canton ou à Changhai sur un terrain préalablement préparé par le mouvement réformiste ; il n’existe pas au Zhili ou à Wuhan l’équivalent du corporatisme cantonais ou des associations semi-ouvrières de Changhai pour la promotion industrielle. Ces gong-zei ne s’appuient pas sur une tradition spécifique, mais seulement, comme dans les chemins de fer, sur une très mince couche d’employés renforcée par des éléments du lumpen-prolétariat. Il semble néanmoins qu’après le coup de semonce du 30 mai, le patronat chinois et étranger et les administrations publiques aient fait de gros efforts pour susciter au syndicalisme de gauche des rivaux actifs et déterminés. L’attaque à main armée contre les ouvriers grévistes de la cotonnière de Zhengzhou en août 1925 avait déjà ce caractère. Il se constitue de même à Pékin, avec l’appui des éléments de droite du Guo- min-dang dont depuis l’été 1925 s’était accentuée la coupure avec la gauche du parti229, un « Syndicat général de Changxindian », qui accuse les communistes d’être esclaves de la Russie et de tromper les ouvriers, et les Guo-min-jun de pactiser avec eux230 ; en février, ce groupement célèbre l’anniversaire du massacre du Jing-han en présence de notabilités de la droite du Guo-min-dang, et formule les mots d’ordre : « A bas le parti communiste ! », « Luttons par des moyens pacifiques »231. A Wuhan, cette activité des transfuges est favorisée par la répression que mène Xiao Yao-nan contre les syndicats de gauche, et bénéficie aussi de l’appui des éléments de droite du Guo-min-dang, groupés dans la « Société pour l’étude du Sunyatsenisme »232 ; l’afflux à la ville de paysans victimes de récentes inondations fournit par ailleurs à ces gong-zei un public facile à influencer233, et leur activité semble avoir sérieusement préoccupé les militants communistes ; un article de Xiang- dao énumère toute une série d’interventions des gong-zei dans la vie syndicale et les grèves en liaison avec le patronat et la police, comme à la cotonnière, chez les tireurs de rickshaws et les ouvriers des teintureries, ou sur la section nord du Yue-han234.

  • 235 Sur le détail des rivalités militaires pendant cette période, cf. L. Wieger, Chine moderne, Tome V (...)
  • 236 Au Hubei, en 1926, les billets provinciaux se dévalorisent rapidement, jusqu’à tomber à 20 % de le (...)
  • 237 MDN, 23 février 1926 et passim. Le yuan atteindra 500 feng-piao au début d’août et 850 en mars 192 (...)
  • 238 En combinant la chronologie des grèves de l’Annuaire et les données quotidiennes du MDN.
  • 239 Cf. une grève dans un atelier mécanique de Dairen pour obtenir la reconnaissance du syndicat local(...)

60En dépit de cette réaction patronale, se poursuivent pendant l’automne, l’hiver et le printemps des grèves économiques que stimulent le renouveau des guerres civiles entre du-jun dans le Nord et sur le Yangzi235 et leurs habituelles séquelles, réquisitions de main-d’œuvre, ralentissement des affaires, inflation236. La dévalorisation sur le territoire de Zhang Zuo-lin du feng-piao, qui était théoriquement à parité avec le yuan, et qui est coté en janvier à 200 contre 1, en mai à 391 contre 1, alors que circulent plus de 500 millions en billets237, n’est pas étrangère à la brusque poussée de grèves ouvrières dans le Nord-Est, région restée jusque-là très en arrière de l’ensemble du mouvement ouvrier chinois. On peut compter dans le Nord-Est 36 grèves d’octobre 1925 à juin 1926238, surtout dans les usines japonaises : mines de Benxihu et de Fushun, manufacture de tabac de la compagnie Toa, ateliers de chanvre de Moukden, huileries de Liaoyang, cotonnières de Moukden, ainsi qu’à la manufacture de la B. A. T. et dans les petits ateliers chinois de cette ville. Mais ces mouvements, qui la plupart du temps obtiennent une certaine augmentation des salaires, au moins nominaux, semblent bien ne plus être purement spontanés comme dans la période précédente. On y discerne fréquemment, même à travers la presse japonaise de Dairen, l’influence de groupements organisés et de syndicats embryonnaires, liés aux éléments de gauche du Guo-min-dang et en particulier aux étudiants239.

  • 240 CEJ, février 1926, « Labor conditions in Chekiang ».

61Un autre foyer très actif de grèves économiques apparaît pendant cette période dans les centres textiles secondaires du Bas-Yangzi, tels que Zhenjiang, Suzhou, Hangzhou, Wuxi, Nantong, Shaoxing. Ces villes où l’industrie moderne du coton et de la soie était, contrairement à Changhai, l’héritière directe d’anciennes manufactures artisanales, étaient beaucoup plus fortement marquées que cette dernière par les traditions corporatives et le syndicalisme moderne n’y avait guère pris pied jusqu’alors. Il semble bien que la poussée de grèves économiques qui s’y manifeste au début de 1926 puisse être attribuée, autant qu’à la crise provoquée par les opérations militaires, à l’influence des syndicats textiles de Changhai, si actifs à partir de l’été 1925240.

  • 241 Cf. L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, p. 58 sq.

62Seul le territoire contrôlé par les armées Guo-min-jun continue, comme pendant l’été 1925, à offrir au mouvement ouvrier de Chine du Nord un terrain favorable. Ce territoire, depuis le recul des Fengdan en décembre 1925, comprend maintenant les foyers industriels du Zhili et de l’ouest du Shandong, venus s’ajouter aux régions que les armées de Feng Yu-xiang contrôlaient déjà dans le Henan et les plateaux du Nord-Ouest241.

  • 242 PP, 17 janvier 1926 (Echanges de messages entre Feng et le Comité exécutif central du Guo-min-dang (...)
  • 243 Le 27 janvier, c’est Xu Qian, entouré d’officiers de la IIe Guo-min-jun qui prononce un discours a (...)
  • 244 Cf. par ex. l’activité de Liu Zhi-dan, étudiant placé par le parti communiste à la IIe Guo-min-jun(...)
  • 245 PP, 21 janvier 1926, circulaire de la 1ere Guo-min-jun se défendant d’être bolchevique : « Notre p (...)
  • 246 XD, décembre 1925-janvier 1926, passim.

63Certes, il ne faut pas exagérer la portée du ralliement des Guo-min-jun à la révolution de libération nationale. Si Feng Yu-xiang et ses généraux sont en bons termes avec le gouvernement national de Canton242, si l’un des conseillers politiques de Feng est Xu Qian, juriste chrétien très lié à la gauche du Guo-min-dang243, les Armées nationales du peuple restent essentiellement une formation militaire, dont l’évolution idéologique n’est que fort lente et les bases sociales très étroites. De même, si Feng semble avoir envisagé une coopération militaire avec l’Union soviétique dès avant son départ à Moscou, en janvier 1926, et si des militants communistes coopèrent étroitement avec ses troupes244, il ne s’agit pas non plus d’une adhésion politique proprement dite245 ; les communistes eux-mêmes ne semblent pas avoir nourri beaucoup d’illusions à ce sujet, et n’ont sans doute jamais considéré les Guo-min-jun comme une force authentiquement révolutionnaire246.

  • 247 YSB, Pékin, 3 décembre 1925.
  • 248 Annuaire, II, p. 115.
  • 249 YSB, Pékin, 19 janvier 1926.
  • 250 YSB, Pékin, 26 janvier 1926.
  • 251 XD, 1er mai 1926 ; avant la retraite des Guo-min-jun, ce groupement aurait compté 50 000 membres.
  • 252 Annuaire, II, p. 98-99 ; YSB, Pékin, 4 janvier 1926.
  • 253 STSB, 8 février 1926 ; à cette occasion, les Guo-min-jun appellent les groupements de Tangshan à s (...)
  • 254 CB, 15 décembre 1925 ; 2 000 cheminots se rassemblent à Nankou pour manifester leur hostilité aux (...)
  • 255 Cf. entretien avec le cheminot Li Shen-gang (qui participa aux actions des « groupes spéciaux » de (...)

64Néanmoins, pendant la brève période où elles sont maîtresses de toute la Chine du Nord, les armées de Feng se montrent très favorables à l’essor du mouvement ouvrier. Les syndicats surgissent sous leurs pas « comme des pousses de bambous après la pluie », déclare un journal conservateur de Pékin247. Le syndicat des cheminots du Zheng-tai reprend ses activités légales248 ; celui des cheminots du Jing-feng (dépôt de Tangshan) rouvre sa bibliothèque et ses services culturels et sociaux grâce à une subvention de 500 yuans versée par la 1ere Gui-min-jun249. Quand les Guo-min-jun entrent dans Tianjin, elles libèrent les militants syndicaux de la K. M. A. arrêtés par Li Jing-lin après l’échec de la grève d’août 1925, et le 18 janvier est restauré officiellement le syndicat des mineurs de Tangshan, en présence d’officiers du 9e régiment250. Les Guo-min-jun accordent de même leur patronage officiel à la reconstitution du Syndicat général de Tianjin251, et à la fondation en janvier d’un Syndicat général de Pékin, qui groupe des syndicats d’imprimeurs, de mécaniciens, d’artisans252 ; elles soutiennent la grève des mineurs de Tangshan réclamant en février de la compagnie britannique le versement d’un hua-li253. En revanche, les Guo-min-jun sont activement soutenues par les syndicats au cours des opérations militaires qui reprennent à la fin de l’hiver, et qui vont permettre aux troupes Fengtian de reconquérir progressivement tout le Zhili. Les cheminots, en particulier, proclament leur loyalisme envers les troupes de Feng254 et s’efforcent de gêner les mouvements des adversaires de ce dernier255.

  • 256 IS, 1926, III, p. 18 ; RIT, mars 1927 (Le mouvement ouvrier en Chine).

65On peut sans doute aussi attribuer à l’influence des Guo-min-jun sur le gouvernement de Pékin, dont le « Chef exécutif » Duan Qi-rui n’est plus qu’une figure sans autorité réelle, le fait que le Ministère de l’agriculture et du commerce mette alors en chantier une législation sociale. Ce texte, dont il avait été question dès avant le 30 mai, et dont la première version, publiée en juillet 1925, avait été vivement critiquée par le Syndicat général de Changhai et la Fédération pan-chinoise du travail, est à peu près définitif au début de 1926 ; il accepte l’organisation de syndicats sur la base de l’industrie ou du métier ; alors que la version primitive exigeait 50 fondateurs ayant travaillé depuis plus de trois ans dans l’industrie considérée, âgés de 30 ans au moins et sachant lire et écrire, le nouveau texte se contente de demander 30 ouvriers adultes qui soient employés effectivement dans l’industrie où l’on veut fonder un syndicat ; il prévoit une procédure de conciliation, pendant laquelle les grèves et les lock-outs sont interdits, ainsi que l’enregistrement obligatoire des syndicats des services publics256. Mais les Guo-min-jun évacuent Pékin quelques semaines plus tard devant l’avance des Fengtian, et cette législation relativement libérale n’atteint même pas le stade de la promulgation officielle.

  • 257 CEM, novembre 1926 (Factories in Shensi and Kansu) ; la « cotonnière modèle » de Xi’an emploie 85 (...)
  • 258 J. Lamb, Social législation in China, appendice ; cf. aussi Annuaire, III, p. 191-195.

66Dans les provinces du Shenxi et du Gansu où se réfugient les troupes Guo-min-jun chassées au printemps 1926 du Zhili et du Henan, elles adoptent la même attitude libérale à l’égard des problèmes du travail. Dans les entreprises de Xi’an, de Lanzhou et des autres centres urbains de la région, la journée de travail est limitée à 10 ou 9 heures, le travail des enfants contrôlé, une journée ou une demi-journée de congé accordée chaque semaine257 ; au début de 1927, cette politique des Guo-miu-jun trouvera son expression officielle dans une « loi provisoire du travail pour les provinces du Nord-Ouest », qui ira jusqu’à prévoir le principe du salaire minimum, garanti par une inspection du travail, et la possibilité pour les syndicats de signer des contrats collectifs258. Toutefois, dans cette région reculée, ce n’est pas à des usines véritables qu’on a affaire, mais à de petits ateliers textiles ne groupant que quelques dizaines d’ouvriers ; cette politique ouvrière des Guo-min-jun n’intéressait donc plus, après leur retraite, qu’une catégorie extrêmement marginale de la classe ouvrière chinoise.

67C’est en fait tout l’épisode des Guo-min-jun qui est marqué par cette faiblesse congénitale. Cette formation politique originale, dont le rôle historique et dont les tentatives de synthèse idéologique entre le christianisme et le sunyatsenisme attendent encore leur historien, n’a pas été capable de créer au Nord un contrepoids vraiment stable au gouvernement révolutionnaire cantonais ; quand celui-ci déclenchera en juillet 1926 son Expédition du Nord, les Guo-min-jun ont déjà été chassées des zones industrielles du Zhili et du Henan qui avaient quelque importance économique et stratégique. Les armées de Feng n’ont offert au mouvement ouvrier dans ces régions qu’une éclaircie trop brève pour pouvoir rattraper le retard qui y avait été pris depuis 1923, en raison de la répression généralisée menée par les du-jun.

  • 259 XD, 10 février 1926.
  • 260 YSB, Pékin, 25 novembre 1925.
  • 261 CB, 19 janvier 1926 ; ce journal conservateur dénonce en donnant cette information la forte « infl (...)
  • 262 PP, 9 mai 1925 (Instructions données par Wu Pei-fu à l’administration du Jing-han, en vue de répri (...)
  • 263 Cf. ci-dessus, p. 403 et p. 391.
  • 264 XD, 3 avril 1926 ; cf. aussi Congrès du travail, p. 72 sq (rapport des délégués de Wuhan au IIIe C (...)
  • 265 NCH, 26 février 1926.
  • 266 MDN, 15 mars 1926.

68Cette répression militaire n’avait pratiquement jamais cessé depuis l’automne 1925 dans le Hubei, tenu par le groupe du Zhili, ou dans le Nord-Est et le Shandong, territoires du groupe du Fengtian. Elle y avait encore aggravé les difficultés que rencontrait le mouvement ouvrier, du fait de la réaction patronale et de l’activité des gong-zei. Les cheminots, pendant cette période, ont sans doute achevé l’œuvre de restauration syndicale entreprise en 1924-1925 ; quand ils tiennent en février 1926 leur IIIe Congrès national, ils ont des organisations sur les seize principales voies ferrées de Chine259, y compris la ligne provinciale de Nanchang à Jiujiang260 ou celle de l’Est chinois261. Mais ces groupements sont de plus en plus réduits à une activité clandestine, et sévèrement traqués par la police des du-jun, surtout après la défaite des Guo-min-jun au printemps262. C’était aussi avec l’appui des forces militaires locales que le club des mineurs de Anyuan avait été dissous en septembre 1925 et que la grève de la K.M.A. avait été réduite263. A Wuhan, on note également au printemps 1926 l’échec, par l’intervention brutale de la police, d’une tentative d’organisation d’une « Conférence des délégués ouvriers » sur le modèle de celle de Canton264. A Harbine, les quelques syndicats qui s’étaient constitués récemment sont fermés en février 1926 par Zhang Zuo-lin265, et sur son territoire, c’est « à la pointe de l’épée », selon l’expression d’un journal japonais de Dairen266, que l’ordre est maintenu dans les usines.

  • 267 Cf. par exemple une interview d’un représentant de Wu Pei-fu (PP, 2 mai 1926) : « Le maréchal Wu c (...)
  • 268 PP, 9 mai 1926 (Arrestations massives à Pékin sur ordre du commandant de la garnison Fengtian).

69Cette « Terreur blanche » ne fait que s’accentuer quand au printemps, pour achever la déroute des Guo-min-jun et se préparer à la menace qui se précise du côté de Canton, la querelle inexpiable des Fengtian et des Zhili se termine par un soudain rapprochement ; les maréchaux Wu Pei- fu, qui revient au premier plan après deux ans de retraite, et Zhang Zuo-lin mettent solennellement fin à leur longue inimitié, et proclament la priorité de la lutte contre le communisme et contre le mouvement ouvrier267. Wu Pei-fu et Zhang Zuo-lin donnent des instructions sévères pour la répression de toute activité ouvrière, par exemple à Pékin ou à Tianjin268. Les rivalités encore quasi médiévales des du-jun qui dominaient la vie politique chinoise de l’après-guerre se sont brusquement résolues sous la pression du mouvement ouvrier et de tout le mouvement national ; l’évolution de la politique cantonaise depuis le Mouvement du 30 mai n’était sûrement pas étrangère à ce réalignement soudain des forces militaristes de Chine du Nord.

Notes

1 PDR, 30 mai 1925 ; on a noté que le projet de Bye-law limitant le travail des enfants avait été, par négligence ou peut-être par calcul, joint à ces diverses propositions municipales, et que son échec avait été dû en grande partie à l’impopularité de ces dernières dans la population chinoise de la Concession. Cf. ci-dessus, chapitre ix, p. 330.

2 A. Kotenev, New lamps for old, pp. 117-121 ; les troupes du Fengtian occupaient depuis janvier 1925 les bouches du Yangzi.

3 Il passe de 195-209 centimes de cuivre au yuan en janvier à 226-230 centimes au yuan en mai (CEB, 8 août 1925).

4 PDR, passim ; en 1924, ils étaient restés à peu près stationnaires pendant cette période de l’année, de même qu’en 1923.

5 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 181 ; A. Kotenev, op. cit., p. 121 sq.

6 PDR, 21-23 mai 1925.

7 PDR, 25-28 mai 1925.

8 Le ministre de l’Education ayant interdit aux étudiants de manifester pour le 7 mai (Journée « d’humiliation nationale »), les étudiants attaquent sa maison ; dix-sept sont arrêtés et trois sont tués (A. Kotenev, New lamps... p. 121 sq).

9 Martyrs du Hunan, p. 15 (biographie de Cai He-sen) ; Chen Du-xiu aurait prédit que la manifestation envisagée ne grouperait que trois cents à cinq cents personnes.

10 Wu-sa yun-dong-zhong-de Shang-hai gong-ren (Les ouvriers de Changhai pendant le Mouvement du 30 mai) p. 11.

11 Liste complète des victimes publiée dans le Rapport sur le 30 mai, p. 31 ; on y relève les noms d’ouvriers des cotonnières, de chauffeurs, de téléphonistes, d’employés des tramways, d’ouvriers de la B.A.T., etc...
Ma Chao-jun, dans une version passablement différente de ces événements (Histoire, N. éd., p. 387), revendique la responsabilité de la manifestation du 30 mai. Il se trouvait alors à Changhai, occupé à rallier les éléments de la droite du Guo- min-dang au sein de la Société pour l’étude du Sunyatsenisme, fondée récemment à Canton par ses amis politiques. Il aurait, selon lui, préparé la manifestation en accord avec les groupements d’étudiants et des personnalités comme Du Yue-sheng, qu’il qualifie avec déférence de « notable » (shen), alors qu’il est difficile de croire qu’il ignorait sa qualité de chef de la Bande verte et du trafic de l’opium dans la concession française (cf. ci-dessous, chap. XIV). En fait, le rôle de Ma Chao-jun a dû être plus qu’épisodique, et les sources non-communistes, comme le Rapport sur le 30 mai, n’en font pas plus mention que les sources communistes.

12 Α. Kotenev, New lamps..., p. 132.

13 PDR, 1er juin 1925 ; le Président de la Chambre, Yu Xia-qing se trouvait alors à Pékin (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 195).

14 NCH, 6 juin 1925. Cf. aussi SMCR, 1925, p. 67.

15 PDR, 1er juin 1925.

16 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 185 ; la formation d’une fédération syndicale unifiée à Changhai avait été décidée au IIe Congrès du travail, et des démarches préalables avaient déjà été faites en ce sens. Sur l’activité du Syndicat général pendant cette période, cf. PV, 1960, n° 2 (Dejatelnost sankaiskogo soveta profsoyuzhov v’ijune- avguste 1925 g., L’activité du Conseil des syndicats de Changhai en juin-août 1925) ; l’auteur de cette étude a utilisé une source très importante, le Journal du sang, publié en juin par la Fédération des ouvriers, marchands et étudiants.

17 Par exemple le 1er juin par deux cents employés des tramways chinois, le 2 juin par deux cent cinquante téléphonistes et deux cents employés de la centrale électrique (PDR, 2 et 3 juin 1925).

18 SMCR, 1925, p. 68. Rapport sur le 30 mai, pp. 60-77.

19 Rapport sur le 30 mai, ibid.

20 CWR, 25 juillet 1925.

21 SMCR, 1925, pp.29-31.

22 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 185-186. Le 6 juin, 1 337 fusiliers marins de diverses nationalités avaient été débarqués (Archives du secrétariat de la C. I., dossier 4.207, Ire partie, lettre du Commandant de la flottille américaine de Changhai).

23 Deng Zhong-xia, Abrégé, p. 187 (d’après une enquête du Gouvernement de Pékin).

24 Ibid., p. 188.

25 PDR, 12 juin 1925.

26 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 197-198.

27 L. Heller, Die Arbeiterklasse und die Nationalbewegung (dans Arbeiterbewegung und Revolution in China).

28 PDR, 10 juin 1925.

29 Wu-sa yun-dong-zhong-de Shang-hai gong-ren (Les ouvriers de Changhai, pendant le Mouvement du 30 mai) p. 16.

30 PDR, 10 juin 1925.

31 Le Conseil municipal publie pendant toute la durée du mouvement de nombreuses brochures et tracts en chinois, sous le titre général de « La Vérité ». En juillet par exemple 731 000 tracts sont diffusés : « Le danger soviétique », « Ce qu’est l’exterritorialité », « Les faits du 30 mai », et le budget total de propagande du Conseil se monte à plus de 8 000 yuans (Archives du Secrétariat, dossier 4 207, 1re partie).

32 Matériaux sur l’édition, vol. supplémentaire, pp. 263-264 (ce bulletin paraissait tous les 3 ou 5 jours).

33 HQDD, n° 8 (Hui Qiu-bai, En souvenir de Qiu-bai) ; Qu Qiu-bai était le rédacteur en chef du Journal du sang dont 24 numéros parurent en tout,

34 PDR, 15 et 26 juin et 7 juillet 1925. Cf. aussi les entretiens avec M. Wang Rui-an (ancien membre en 1925 de la section de surveillance de Zhabei) et avec Mmes Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying (membres en 1925 de la section de surveillance de la B.A.T. à Pudong).

35 Cf. par exemple PDR, 4 juin 1925 (Liu Hua tient dans la journée du 3 juin quatre réunions différentes avec les ouvriers des cotonnières, et rassemble à chaque fois plusieurs centaines de participants) ; PDR, 10 juin 1925 (7 000 grévistes se font enregistrer au centre de Zhabei, et une assemblée de 5 000 grévistes se tient à à Yangshupu).

36 Les dockers et coolies reçoivent vingt centimes par jour (PDR, 26 juin 1925) ; cf. aussi entretien avec l’ancien docker Zhong Sheng-fu. Les ouvriers des cotonnières de Pudong et de Yangshupu auraient reçu un yuan par, our, d’après PDR, 11, 15 et 21 juin 1925 ; mais ce dernier chiffre semble excessif. D’après les sources communistes (IPC, 6 août 1925), le barême était de six yuans par mois pour les coolies, huit yuans pour les ouvriers d’usine et vingt yuans pour les employés et ouvriers qualifiés.

37 IPC, 6 août 1925.

38 A une réunion du comité d’action, le 15 juillet, on annonce que ces collectes ont rapporté 165 000 yuans en pièces de dix centimes d’argent et 93 000 yuans en centimes de cuivre (NCH, 18 juil. 1925).

39 IPC, 25 juin 1925. Cf. aussi T. Mandailyan, Das Internationale Prolétariat und die Ereignisse in China (dans Arbeiterbewegung und Revolution in China).

40 ΡΡW, n° 7, Ier octobre 1927 (Amsterdam and China).

41 Cf. Peng Ming, Zhong-suyou-yi-shi (Histoire de l’amitié sino-soviétique), p. 122.

42 Duan Qi-rui envoie 100 000 yuans au nom du Gouvernement de Pékin (NCH, 4 juillet 1925), les Généraux Feng Yu-xiang et Zhang Zong-chang envoient l’un 5 000 yuans et l’autre 2 000 yuans à titre personnel (NCH, 13 juin 1925).

43 Les manufactures de tabac Nan-yang auraient par exemple donné 100 000 yuans (PDR, 18 juin 1925).

44 IPC, 6 août 1925.

45 PDR, 3 juillet 1925.

46 NCH, Municipal Gazette, 6 août 1925 (rapport du commissaire de police) ; ce tract est distribué au nom du Guo-min-dang, mais sa rédaction conduirait plutôt à l’attribuer aux militants communistes, membres du comité de Changhai de ce parti.

47 Entretien avec Mmes Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying.

48 CWR, 25 juillet 1925.

49 PDR, 1er juin 1925.

50 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 196 ; le 18 juin, une réunion de commerçants propose aussi de limiter le boycott aux produits anglais (IPC, 27 août 1925).

51 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 197-198.

52 Ho Kan-shih, Modem revolution, p. 94 ; la conférence pour la révision des tarifs douaniers s’ouvrira à Pékin en octobre 1925 (CYB, 1926, p. 1106 sq).

53 XD prend vivement à partie les tendances au compromis de la grande bourgeoisie, par ex. dans un éditorial du 6 juin ou dans un article de Chen Du-xiu du 20 juin, qui proposait de réunir à Changhai un congrès national des ouvriers, des marchands, des étudiants et des soldats, en vue de la suppression des traités inégaux. Le 22 juin, Qu Qiu-bai attaque directement la Chambre de commerce et l’accuse de sacrifier la lutte pour la liberté, de ne s’attaquer qu’à la seule Angleterre et de ne poser que des questions d’intérêt local. Cf. Wu-sa yun-dong-zhong-de Shang-haigong-ren (Les ouvriers de Changhai pendant le Mouvement du 30 mai), p. 19.

54 La décision est prise le 20 juin par Yu Xia-qing, malgré une démarche de Li Li-san, accompagné du président des étudiants et du président des Associations de rues (PDR, 21 juin 1925) ; elle est ratifiée le 24 juin par dix-huit voix contre sept et quatre abstentions, au cours d’une réunion commune de la Chambre de commerce et des Associations de rues (PDR, 26 juin 1925). Le Syndicat général, dès le 20 juin, avait répliqué par des tracts, accusant Yu Xia-qing d’avoir touché une grosse somme des Occidentaux (PDR, 21 juin 1925).

55 PV, 1960, n° 2, op. cit. (d’après le Journal du sang, n° 19).

56 NCH, 11 juillet 1925. Cette mesure avait été préconisée dès le 27 juin par le directeur de la cotonnière Arnhold and Co (Archives du Secrétariat, dossier 4 207, 1re partie).

57 NCH, Municipal Galette, 6 août 1925 (rapport du commissaire de police).

58 IPC, 6 août 1925.

59 NCH, 25 juillet 1925.

60 PDR, 15 juillet 1925.

61 SCMP, 30 juillet 1925.

62 Lo, China’s Revolution, p. 90.

63 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 200 (l’auteur se borne à cette appréciation générale sans donner d’exemple concret).

64 CYB, 1926, p. 929.

65 PDR, 14 août 1925.

66 SMCR, 1925, p. 62.

67 NCH, 18 juillet 1925 ; PDR, 9 juillet 1925.

68 PDR, 24 juillet 1925.

69 PDR, 26 et 28 juillet 1925.

70 PDR, 3 août 1925 (démarches des employés des tramways et des dockers, pour obtenir du Syndicat général le versement de nouveaux secours de grève).

71 PDR, 28 juillet 1925 (tract attaquant Li Li-san et signé d’associations apparemment sans existence réelle, telles que « l’Association des camarades du 30 mai pour le salut national », ou « le Corps de protection ouvrière de Changhai » ; la rumeur publique les accusa de représenter les Gong-zei de la Fédération. Cf. aussi NCH, 22 août 1925 (tracts hostiles aux dirigeants du Syndicat général).

72 NCH, 15 août 1925 ; XD, 18 août 1925, qui accuse les auteurs de l’attaque d’avoir partie liée avec les autorités de la concession ; cf. aussi Lei Jia, Hai-yuan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting), p. 79, qui met en cause la Fédération et particulièrement la Guilde marine Jun-an, organisation mutualiste devenue très hostile au mouvement ouvrier.

73 NCH, 29 août 1925 ; PDR, 23 août 1925.

74 PDR, 24 août 1925. Cf. un communiqué en ce sens du Syndicat général (NCH, 29 août 1925) reprochant sa passivité à la police chinoise, qui avait été témoin de l’attaque sans intervenir.

75 PDR, 7 août 1925 ; cf. une liste complète avec effectifs, Annuaire, II, pp. 63- 65 (même liste dans Tang Hai, Zhong-guo lao-dong wen-ti. La question du travail en Chine, pp. 510-520, avec en plus les noms et les districts d’origine des présidents de chaque syndicat).

76 CEB, 18 juillet 1925.

77 Annuaire, II, pp. 46-48 (avec le texte de ces statuts).

78 Zhu Pang-xing, Sbang-bai chan-ye yu Shang-hai zhi-gong (Les industries de Changhai et les ouvriers de Changhai). p. 483. Cf. le texte des statuts du syndicat des Editions de Chine et de celui des relieurs, Annuaire, II, pp. 49 à 52.

79 Cf. ci-dessous, chap. XIII.

80 Cf. ceux des cotonnières, des imprimeurs des Editions de Chine, des relieurs, des postiers (Annuaire, II, pp. 46-48, 49-50, 51-52, 118-120).

81 PDR, 8 juillet 1925 (lutte contre les briseurs de grève), PDR, 1er juillet 1925 (gestion du fonds de grève), etc...

82 PDR, 3 août 1925. Cf. Die Arbeiter Chinas im Kampf gegen den Imperialismus (texte allemand du rapport de cette délégation) ; celle-ci visite la Chine de juillet à octobre 1925, c’est-à-dire essentiellement Changhai et Canton.

83 RIT, mars 1927 (Le mouvement ouvrier en Chine). Le 10 juillet, le Syndicat général publie une critique approfondie du projet gouvernemental ; il s’élève par exemple contre l’obligation de déposer les fonds syndicaux dans une banque d’Etat ; il critique aussi les dispositions exigeant que les fondateurs d’un syndicat soient au nombre de cinquante au moins, aient plus de 30 ans, travaillent dans l’industrie intéressée depuis au moins 3 ans et sachent lire et écrire. Le Ministère tiendra compte d’une partie de ces critiques.

84 PDR, 7 août 1925 ; cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 211-212.

85 PDR, 12 août 1925.

86 PDR, 13 août 1925 ; cet accord est rendu public le 14 août (PDR, 16 août 1925).

87 PDR, 19 août 1925.

88 PDR, 25 août 1925.

89 NCH, 12 septembre 1925.

90 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 112.

91 Cf. sur ces négociations, Die Arbeiter Chinas im Kampf... pp. 22-29.

92 NCH, 22 août 1925 ; XD, 30 août 1925 ; Cf. Tang Hai, op. cit., pp. 468- 472. Cf. aussi le manifeste des grévistes des Postes, Zhu Bang-xing, op. cit., p. 421.

93 Tang Hai, op. cit., p. 73-86. Cf. aussi le manifeste des grévistes des Presses commerciales, Matériaux sur l’édition, Tome I, pp. 445-446 ; cf. NCH, 29 août 1925.

94 NCH, 5 septembre 1925.

95 C’est la thèse de Conrad Brandt, Stalin’s failure in China, pp. 54-55.

96 Les décisions de la conférence de Washington n’avaient été que très progressivement appliquées, et en 1925, un nombre important de charges dirigeantes dans les Postes chinoises étaient encore occupées par des étrangers (CYB, 1925, p. 394). Le manifeste de grève des postiers met d’ailleurs directement en cause ce contrôle des « étrangers », le mot « impérialiste » n’étant pas employé.

97 Tang Hai, op. cit., p. 479.

98 Les Presses commerciales n’acceptent cette reconnaissance du Syndicat qu’à titre conditionnel, en attendant la promulgation par Pékin d’une loi syndicale (NCH, 29 août 1925) ; les firmes chinoises, au cours de leurs négociations d’août avec le Syndicat général, avaient introduit la même réserve (Die Arbeiter Chinas... pp.22- 25). Ce sont ces difficultés qui poussent Li Li-san à partir le 29 août à Pékin pour y presser la promulgation de la loi syndicale (PDR, 21 août 1925).

99 NCH, 5 et 12 septembre 1925 ; un syndicat est formé sur la ligne au début de septembre à la suite de ce succès, Xu Xie-hua, Tie-lu lao-dong wen-ti (Questions du travail dans les chemins de fer), p. 176.

100 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 214.

101 NCH, 12 septembre 1925 ; le travail est repris après un défilé en bon ordre conduit par les dirigeants du syndicat, en accord avec le Syndicat général, et il était prévu que les patrons des cotonnières et la Chambre de commerce chinoise verseraient 90 000 yuans pour la période de grève.

102 NCH, 26 septembre 1925.

103 NCH, 26 septembre et 3 octobre 1925 (cotonnières), 17 octobre 1925 (Presses commerciales).

104 PDR, 24 septembre 1925.

105 NCH, 3 octobre 1925.

106 Cf. Rapport sur Je 30 mai, passim ; Histoire du 30 mai ; cf. aussi Zhang Wei- ying Wu-sa yun-dong-zbong quan-guo ren-min fan-di dou-zheng-de gai-guang (Esquisse des luttes anti-impérialistes du peuple de tout le pays pendant le Mouvement du 30 mai). On négligera complètement dans ce chapitre les répercussions du 30 mai à Canton et en Chine du Sud, qui seront examinées au chapitre suivant.

107 XD, 2 juillet 1925.

108 Annuaire, II, p. 457.

109 XD, 26 juillet 1925.

110 PP, 14 juin 1925.

111 MDN, 17 juin 1925.

112 NCH, 27 juin 1925 ; d’après Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 121, cette manifestation aurait eu lieu le 2 juin.

113 Rapport sur le 30 mai, p. 21.

114 Meyrick Hewlett, Forty years in China, p. 154.

115 PP, 14 juin 1925 ; cf. aussi Rapport sur le 30 mai, p. 78.

116 Rapport sur le 30 mai, pp. 125 et 134.

117 XD, 15 août 1925.

118 MDN, 17 juin 1925.

119 Histoire du 30 mai, p. 50.

120 CWR, 17 octobre 1925.

121 Histoire du 30 mai, p. 51.

122 Meyrick Hewlett, op. cit., p. 154.

123 Zhang Wei-ying, op cit., p. 84.

124 Annuaire, II, p. 457.

125 Histoire du 30 mai, p. 50.

126 Zhang Wei-ying, op. cit., p. 84.

127 Ibid, p. 85.

128 Deng Zhong-xia ; Abrégé..., p. 190. Cf. Annuaire, II, p. 456 (analyse détaillée des revendications des grévistes).

129 NCH, 8 août 1925 ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p.209.

130 Cf. ci-dessus p. 300.

131 Il y aurait plus de 100 000 chômeurs à Wuhan, sans compter ceux qui affluent du reste de la province (STSB, 24 août 1925).

132 XD 1er mai 1926 (Di-eul-ci he di-san-ci lao-dong ta-hui-zhi-jian-de zhong-guo lao-dong yun-dong (Le mouvement ouvrier chinois dans l’intervalle entre le deuxième et le troisième Congrès du travail) ; cet article, signé par Chen Du-xiu, s’étend longuement sur les facteurs négatifs (répression politique, afflux de chômeurs, etc.) responsables selon lui du retard du mouvement ouvrier de Wuhan pendant l’affaire du 30 mai ; il s’y reflète un pessimisme significatif sur les possibilités du prolétariat de cette région, cinq mois à peine avant la grande poussée ouvrière qui suivra l’arrivée des troupes nationales dans cette ville.

133 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 191 ; XD, 2 juillet 1925 ; PP, 21 juin 1925.

134 La liste nominative figure dans le Rapport sur le 30 mai, pp. 128 à 132.

135 Zhang Wei-ying, op. cit., p. 89 ; Rapport sur le 30 mai, p. 184.

136 NCH, 15 août 1925 (Rapport de J. P. Kenrick, directeur général des mines de Jiaozuo).

137 NCH, 1/8/1925 ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 209 ; on rapporte (Zhang Wei-ying, op. cit., p. 90) que Zhang aurait touché 300 000 yuans des Japonais pour cette opération.

138 Wang Lin, Bo-zhong (Semer et planter), pp. 13 à 26 : NCH, 15 et 22 août 1925.

139 PP, 16 août 1925.

140 Wang Lin, op. cit.

141 MDN, 23 et 31 juin 1925.

142 Archives K.M.A. 1925, dossier 14 2 21, pièce n° 46. A. (Rapport du directeur général sur la grève de septembre) et pièce n° 71 (Manifeste et statuts du syndicat de Zhaogezhuang).

143 Archives de la K.M.A., ibid.

144 CEB, 31 juillet 1926.

145 Annuaire, II, p. 10. Cf. Xu Xie-hua, op. cit., pp. 174-178.

146 Annuaire, II, p. 115.

147 Ce syndicat est formé le 28 juillet à l’initiative de la section locale des cheminots du Jin-pu, du syndicat de la cotonnière, et de celui des tireurs de rickshaws (Annuaire, II, p. 97).

148 Annuaire, II, p. 97.

149 Annuaire, II, p. 99 ; mais ce groupement est dissous quelques semaines plus tard par Li Jing-lin, après l’affaire de la cotonnière Yu-da.

150 Annuaire, II, p. 98.

151 Cf. IPC, juin, juillet et août 1925, passim.

152 Cf. ci-dessus, p. 383.

153 Cf. L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, pp. 196-198.

154 Histoire du 30 mai, p. 113 sq.

155 Xu Shi-hua, Wu-sayun-dong (Le Mouvement du 30 mai), p. 37.

156 Ibid, p. 41.

157 Cf. la participation de la paysannerie à la lutte du gouvernement cantonais contre les petits du-jun du Guandong (ci-dessous p. 442).

158 XD, 26 juillet 1925.

159 Zhang Wei-ying, op. cit., p. 86.

160 MDN, 25 juin 1925.

161 Meyrick Hewlett, op. cit., p. 154 ; cf. aussi SCMP, 30 juillet 1925 (intervention des compradors de Xiamen et de leur personnel pour entraver le boycott).

162 NCH, 13 juin 1925.

163 XD, 15, août 1925.

164 MDN, 17, juin 1925.

165 Li Chien-nung, Political history, pp. 482-484.

166 L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, p. 205.

167 NCH, 11 juillet 1925.

168 L’usine appartenait au grand industriel Mu Ou-chu (H. Y. Moh) que l’organe communiste XD (31 août 1925) accuse d’avoir organisé cette attaque.

169 XWB, 20 août 1925 ; YSB (Pékin), 23 août 1925 ; YSB (Tianjin), 30 août 1925.

170 Cf. Entretien avec le cheminot Li Chen-gang.

171 YSB (Pékin), 21 septembre 1925 ; cf. aussi sur la fondation de ce syndicat, Annuaire, II, p. 97.

172 CWR, 3 octobre 1925.

173 YSB, (Pékin), 21 septembre 1925.

174 CB, 13 septembre 1925.

175 Cf. Premier recueil des combattants, p. 28 sq. (biographie de l’étudiant Wang Zhong-xiu, secrétaire du syndicat du Long-hai, qui coopère avec les Guo-min-jun contre Wu Pei-fu pendant l’été 1925).

176 Cf. ci-dessous chap. XII.

177 D’après les listes de grèves de l’Annuaire, II, pp. 154 à 282.

178 Ces cours passent de 11 yuans le picul au printemps 1925 à 16 yuans en avril 1926 et à 18 yuans en juin 1926, en raison des bruits de mauvaise récolte pour 1926 qui étaient parvenus à Changhai, et des taxes militaires (CEB, 21 août 1926).

179 D’après XD, 7 juillet 1926 (qui dénombre 35 grèves, la plupart affectant plusieurs entreprises) ; le rapport du commissaire de police de la concession internationale relève pour ce même mois de juin 40 grèves avec plus de 50 000 participants ; l’Annuaire, ibid., en dénombre 49.

180 Cf. ci-dessous p. 400-401.

181 Le relevé détaillé, syndicat par syndicat, des effectifs du Syndicat général de Changhai est donné pour juillet 1925 par l’Annuaire, II, p. 63-65, et pour juin 1926 par XD, 7 juillet 1926.

182 Cf. Annuaire, II, pp, 63-65 et XD, 7 juillet 1926.

183 XD, 23 juin 1926.

184 NCH, 12 juin 1926.

185 CEB, 31 juillet 1926.

186 Comme chez les télégraphistes (NCH, 10 octobre 1925) ou à la cotonnière n° 3 de la Naigai Wata (NCH, 19 juin 1926).

187 Comme dans la cotonnière britannique « Oriental Cotton mill » (NCH, 19 déc. 1925). Ce droit est reconnu aux ouvriers (CEB, 23 janvier 1926).

188 Comme à la cotonnière britannique Ewo (NCH, 12 déc. 1925).

189 Comme à la cotonnière japonaise Ri-hua, pour protester contre l’arrestation d’un ouvrier par la police chinoise de Pudong (NCH, 21 nov. 1925), ou aux Presses commerciales pour protester contre le renvoi des dirigeants de la grève d’août 1925 (NCH, 2 janv. 1926).

190 NCH, 26 juin 1926.

191 NCH, 20 mars 1926.

192 CEB, 16 octobre 1926.

193 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghai).

194 XD, 23 juin 1926. Déjà en mars, le Syndicat général blâme le recours au da- chang de la part des grévistes d’une cotonnière japonaise de Yangshupu (NCH, 13 mars 1926).

195 NCH, 26 juin 1926.

196 XD, 23 juin 1926.

197 Huang Pang si-zhou ji-nian-ce (Cahier commémoratif du 4e anniversaire de Huang et de Pang), pp. 30, 49, 88. Cet anniversaire est célébré au siège du « club patronal » de la Nan-yang, avec la participation d’une vingtaine d’associations de droite, dont les amicales régionalistes du Hunan et de Canton, des groupements artisanaux, ainsi que des délégués du Comité central du Guo-min-dang (sans doute s’agit-il des dissidents de droite de ce dernier ; cf. ci-dessous p. 434).

198 Cf. XD, 23 juin 1926 ; NCH, 3 et 10 juillet 1926, qualifie Mme Mu d’ « assistante sociale employée par les propriétaires des filatures pour maintenir dans celles-ci le bon ordre » (Keep the conditions smooth).

199 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.) fait totalement le silence sur les activités de la Fédération pendant le Mouvement du 30 mai ; il admet (p. 486) qu’elle ne comportait que très peu d’ouvriers d’industrie, mais seulement des employés de petits ateliers.

200 Cf. la chronologie des grèves de cette période, Annuaire, II, pp. 154 à 282.

201 PDR, novembre 1925, passim.

202 CEM, octobre 1926 (Strikes in Shanghaï).

203 Cf. par exemple une grève à la Société franco-chinoise de constructions métalliques, contre un système de « jetons de présence » (CEB, 21 août 1926). Après le Mouvement du 30 mai, les ouvriers des cotonnières japonaises avaient été obligés de porter une plaque numérotée sur leur poitrine et chacun d’eux avait un dossier avec photographie (entretien avec l’ouvrier Wang Rui-an) ; aux Tramways français, on avait institué un contrôle par empreintes digitales (NCH, 31 déc. 1926).

204 Comme dans une fabrique de broderie, en avril (CEM, oct. 1926, ibid.).

205 Comme dans une cotonnière britannique, en mai (ibid.).

206 Comme à la cotonnière n° 3 de la Naigai, en mars (ibid.).

207 Cf. en juin 1926, une grève aux cotonnières nos 2 et 3 de la Naigai, pour obtenir le renvoi de quatre bullies armés, récemment engagés par l’usine (NCH, 19 juin 1926).

208 CEM, octobre 1926, ibid.

209 Annuaire, II, op. cit. (Chronologie des grèves).

210 Li Chien-nung, Political History, p. 487.

211 NCH, 7 novembre 1925 ; PDR, 21 octobre 1925.

212 PDR, passim, novembre-décembre 1925.

213 H. Isaacs, Tragedy, p. 78-79.

214 Martyrs de la révolution, p. 189 sq. (Biographie de Liu Hua).

215 PDR, 10 avril 1926.

216 NCH, 23 janvier 1926.

217 NCH, 27 février 1926.

218 PDR, 3 mai 1926.

219 PDR, 27 et 31 mai, 1er juin 1926.

220 PDR, 28 juin 1926 ; XD, 30 juin 1926.

221 Annuaire, II, p. 396-397.

222 CB, 12 décembre 1925 (grève contre le renvoi de cent femmes par la B.A.T.) ; MGRB, 23 février 1926 (grève contre le renvoi de sept cents vieux ouvriers par l’usine de chanvre).

223 XD, 6 août 1926 ; CWR, 12 juin 1926.

224 MDN, 6 avril 1926.

225 MDN, 16 mars 1927 (le journal japonais déclare explicitement qu’il s’agit d’éliminer les propagandistes des « unwholesome ideas »).

226 MGRB, 23 et 24 septembre 1925 ; XD, 3 décembre 1925.

227 5 000 licenciés d’après XD et 8 000 d’après le MGRB (ibid.) ; 10 000 d’après le CB (2 octobre 1925).

228 XD, 30 décembre 1925 ; NCH, 28 novembre 1925.

229 Sur la scission politique dans le Guo-min-dang, cf. chap. XII, p. 434.

230 STSB, 24 décembre 1925 ; SSXB, 3 janvier 1926.

231 STSB, 8 février 1926.

232 Congrès du Travail, p. 78 (Rapport des syndicats de Wuhan au IIIe Congrès du travail).

233 Pendant l’hiver 1925-1926, le nombre de chômeurs de Wuhan aurait été double de celui des ouvriers en activité (XD, 3 avril 1926).

234 XD, 3 avril 1926.

235 Sur le détail des rivalités militaires pendant cette période, cf. L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, p. 33 à 76.

236 Au Hubei, en 1926, les billets provinciaux se dévalorisent rapidement, jusqu’à tomber à 20 % de leur valeur nominale ; le yuan d’argent passe de 3 000 à 11 000 sapèques-papier (RT, Shasi, 1926, p. 3).

237 MDN, 23 février 1926 et passim. Le yuan atteindra 500 feng-piao au début d’août et 850 en mars 1927.

238 En combinant la chronologie des grèves de l’Annuaire et les données quotidiennes du MDN.

239 Cf. une grève dans un atelier mécanique de Dairen pour obtenir la reconnaissance du syndicat local (MDN, 26 et 29 décembre 1925). Cf. aussi en avril la grève des ateliers textiles de Dairen, dont les animateurs envoient des délégués à Changhai et dans d’autres centres industriels (MGRB, 13 juillet 1926.)

240 CEJ, février 1926, « Labor conditions in Chekiang ».

241 Cf. L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, p. 58 sq.

242 PP, 17 janvier 1926 (Echanges de messages entre Feng et le Comité exécutif central du Guo-min-dang).

243 Le 27 janvier, c’est Xu Qian, entouré d’officiers de la IIe Guo-min-jun qui prononce un discours au service funèbre célébré à Pékin en l’honneur de Guo Song-ling, (JWC, 4 janvier 1926) ; ce lieutenant de Zhang Zuo-lin venait d’être vaincu et tué après avoir tenté de se retourner contre son chef et de se rallier aux Guo-min-jun (L. Wieger, Chine moderne, Tome VI, p. 64-68).

244 Cf. par ex. l’activité de Liu Zhi-dan, étudiant placé par le parti communiste à la IIe Guo-min-jun comme conseiller politique (Martyrs de la révolution, p. 68).

245 PP, 21 janvier 1926, circulaire de la 1ere Guo-min-jun se défendant d’être bolchevique : « Notre pays étant établi sur la base de l’agriculture, il n’existe pas de gens trop riches ni trop pauvres... »

246 XD, décembre 1925-janvier 1926, passim.

247 YSB, Pékin, 3 décembre 1925.

248 Annuaire, II, p. 115.

249 YSB, Pékin, 19 janvier 1926.

250 YSB, Pékin, 26 janvier 1926.

251 XD, 1er mai 1926 ; avant la retraite des Guo-min-jun, ce groupement aurait compté 50 000 membres.

252 Annuaire, II, p. 98-99 ; YSB, Pékin, 4 janvier 1926.

253 STSB, 8 février 1926 ; à cette occasion, les Guo-min-jun appellent les groupements de Tangshan à soutenir les grévistes « contre l’impérialisme anglais ».

254 CB, 15 décembre 1925 ; 2 000 cheminots se rassemblent à Nankou pour manifester leur hostilité aux Fengtian, leur fidélité aux Guo-min-jun, et pour appeler à un groupement national qui abolisse les traités inégaux et institue les libertés civiles.

255 Cf. entretien avec le cheminot Li Shen-gang (qui participa aux actions des « groupes spéciaux » de cheminots sur le Long-hai en liaison avec les Guo-min-jun). Cf. aussi Premier recueil des combattants, p. 34 (biographie du cheminot communiste Ma Qi, qui coopère avec les Guo-min-jun sur le Jing-sui et trouve la mort dans un engagement contre les Fengtian).

256 IS, 1926, III, p. 18 ; RIT, mars 1927 (Le mouvement ouvrier en Chine).

257 CEM, novembre 1926 (Factories in Shensi and Kansu) ; la « cotonnière modèle » de Xi’an emploie 85 personnes pendant neuf heures par jour (sept heures pour les apprentis) ; les 50 ouvriers d’une usine de laine de Lanzhou travaillent sept heures par jour, et les 125 ouvriers d’une usine d’allumettes neuf heures et demie par jour, avec repos du dimanche dans ces trois cas.

258 J. Lamb, Social législation in China, appendice ; cf. aussi Annuaire, III, p. 191-195.

259 XD, 10 février 1926.

260 YSB, Pékin, 25 novembre 1925.

261 CB, 19 janvier 1926 ; ce journal conservateur dénonce en donnant cette information la forte « influence rouge » qui s’exerce dans ce syndicat.

262 PP, 9 mai 1925 (Instructions données par Wu Pei-fu à l’administration du Jing-han, en vue de réprimer les activités syndicales).

263 Cf. ci-dessus, p. 403 et p. 391.

264 XD, 3 avril 1926 ; cf. aussi Congrès du travail, p. 72 sq (rapport des délégués de Wuhan au IIIe Congrès).

265 NCH, 26 février 1926.

266 MDN, 15 mars 1926.

267 Cf. par exemple une interview d’un représentant de Wu Pei-fu (PP, 2 mai 1926) : « Le maréchal Wu combattra jusqu’au bout pour écraser le soviétisme en Chine... C’est dans ce but que le maréchal Wu s’est allié au maréchal Zhang ». Cf. aussi une déclaration de Zhang Zuo-lin à des journalistes étrangers de Moukden (PP, 19 avril 1926) : « Mon seul objet est d’exterminer le bolchevisme... je me retirerai alors au Nord de la Grande Muraille et me consacrerai à la reconstruction de la Mandchourie ».

268 PP, 9 mai 1926 (Arrestations massives à Pékin sur ordre du commandant de la garnison Fengtian).

Table des illustrations

Légende CARTE N°9 Participation ouvrière au Mouvement du 30 mai 1925.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site