Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Troisième partie. La classe ouvrière chinoise dans la révolution de 1924-1927

Chapitre X. Le réveil du mouvement ouvrier en 1924-1925

Texte intégral

1A l’aube de la « Révolution chinoise de 1924-1927 », de la « première guerre civile révolutionnaire », selon l’expression que préfèrent maintenant les historiens chinois, un nouvel alignement des forces sociales et politiques est en train de s’opérer en Chine. Des perspectives nouvelles vont être ainsi ouvertes au mouvement ouvrier, qui va être en mesure de contracter des alliances nouvelles, et qui va sans tarder manifester un vigoureux réveil d’activité.

  • 1 Cf. A. Whiting, Soviet policies in China, p. 30 sq.
  • 2 Cf. K. Bloch, German interests and policies in China, chap. i.
  • 3 Cf. W. W. Willoughby, China at the Conférence, Appendice II.
  • 4 Sur cette affaire, cf. par exemple NCH, mai 1923, passim. Selon une tradition orale rapportée par (...)
  • 5 Cf. CWR, 2 juin et 7 juillet 1923 (discussion à la Chambre générale de commerce étrangère de Chang (...)

2En 1924, plus nettement encore qu’en 1919, la situation politique en Chine reste caractérisée par la double prépondérance des du-jun, dont on a déjà signalé les désastreux progrès depuis la conférence de Washington, et des « Puissances à traité ». La position de ces dernières en Chine n’a pas cessé non plus de se renforcer depuis la fin de la Grande Guerre, en dépit des défections que constituent la renonciation par l’Union soviétique aux « traités inégaux »1, et la décision de l’Allemagne de Weimar de se satisfaire elle aussi d’un statut sans privilèges2, en dépit aussi des oppositions croissantes qui, dès avant la Conférence de Washington et au cours de celle-ci, ont surgi entre le bloc anglo-américain et le groupe franco-japonais. Cette Conférence de Washington, si elle a marqué un succès pour les Anglo-saxons, sauvegarde aussi pour l’essentiel les intérêts communs des Puissances sur le sol chinois et n’accorde à la Chine, sur des questions comme celles des douanes ou de l’exterritorialité, que des satisfactions très vagues et à échéance lointaine3. L’incident de Lincheng, en mai 1923, est significatif des ambitions que, comme au temps du « break-up », les Puissances continuent d’entretenir, en attendant l’occasion favorable. Quand l’express Tianjin-Pukou est attaqué dans le Henan par des bandits, un Européen étant tué et 36 enlevés dont la belle-sœur d’un Rockfeller, le Corps diplomatique de Pékin présente immédiatement une série de demandes qui débordent largement leur point de départ, tout comme l’avaient fait en leur temps la Convention de Zhifu en 1876 ou le Protocole de 1901 : octroi de 100 000 yuans or à chaque victime, renonciation de la Chine au réaménagement de l’exterritorialité et de la Cour Mixte de Changhai qui avait été envisagé à Washington, contrôle permanent du réseau ferré chinois par les troupes des Puissances4. Les hommes d’affaires occidentaux de Changhai appellent à l’intervention militaire directe et généralisée des Puissances en Chine5.

  • 6 Cf. ci-dessus p. 305.
  • 7 Cf. la déclaration de Yang Yi-de, collaborateur de Wu Pei-fu, incitant en 1921 les mineurs de la K (...)

3Loin de se contrarier, la domination des du-jun et celle des Puissances ne faisaient, on l’a déjà noté, que s’épauler mutuellement, à la fois par l’appui politique, financier et parfois militaire que dans sa sphère d’influence chaque Puissance portait à une des cliques militaires rivales6, et par la docilité dont faisaient preuve en revanche les gouvernements nordistes successifs à l’égard des « traités inégaux »7.

  • 8 Statistics of government railways, 1924.
  • 9 Report of the Chinese Post Office, 1924.
  • 10 H. D. Fong, Cotton industry in China, p. 8.
  • 11 Il n’a pas paru nécessaire de dresser une seconde fois, pour 1924-25, un tableau des effectifs ouv (...)

4On sait que, de 1919 à 1924, le prolétariat s’est déjà heurté vigoureusement à cette double domination. S’il n’a abouti qu’à des succès partiels, surtout économiques, comme lors de la grève de Hongkong, s’il a eu le plus souvent le dessous, il a en revanche accumulé une expérience non-négligeable. Non seulement sa conscience de classe et sa cohésion propre se sont renforcées, mais ses effectifs ont grossi à la faveur de l’évolution économique, surtout dans les entreprises étrangères ou d’Etat. C’est ainsi que les cheminots des lignes d’Etat sont passés de 73 000 en 1919 à 113 000 en 19248, et les postiers de 25 000 à 35 0009. Le nombre des broches en activité a presque doublé pendant ces cinq années, de 1 800 000 à 3 900 00010, ce qui signifie, compte tenu des difficultés des usines chinoises, une augmentation très forte du nombre des ouvriers des cotonnières japonaises11.

  • 12 Cf. N. P. Vinogradov, Rabocie dvijenie b’Kitae nakanune obrazovanija edinogo natsional’nogo antiim (...)

5Plus nettement encore qu’en 1919, en raison de ces progrès politiques et numériques à la fois, le prolétariat industriel se trouve donc en mesure de jouer un rôle de premier plan dans les luttes sociales et politiques chinoises. Il a montré sa force au cours de la grande vague de grèves de 1922-1923 ; ses liens étroits avec le Parti communiste lui confèrent en même temps, une autorité nouvelle12.

  • 13 Cf. ci-dessus, pp. 310-311.
  • 14 Au début de 1925, la cotonnière de Changsha avait dû payer aux autorités militaires cinq années d’ (...)
  • 15 Cf. ci-dessus, pp. 310-311.
  • 16 La cotonnière de Zhengzhou est à vendre en 1924 (CEB, 12 juil. 1924). Celle de Wuchang s’endette a (...)
  • 17 Comme dans le Hubei (CWR, 8, 15, et 22 avr. 1922).
  • 18 Des conférences nationales des Chambres de commerce se tiennent à Changhai en octobre 1921 (CWR, 8 (...)
  • 19 CWR, 8 avril 1922.
  • 20 CWR, 2 décembre 1922.
  • 21 Cf. par exemple la conférence de Pékin en septembre 1924 (CEB, 18 oct. 1924).
  • 22 Dès la fin de 1921, Ye Gong-chuo, un des dirigeants du « groupe des communications » réclamait dan (...)
  • 23 Les Chambres de commerce protestent par exemple en avril 1923 contre un projet japonais de monopol (...)

6Mais la capacité politique croissante dont fait preuve la classe ouvrière ne suffirait pas à expliquer le nouvel alignement des forces politiques et sociales qui s’effectue en 1924-1925. Ce nouvel alignement est tout autant le fruit de l’évolution d’autres couches sociales, bourgeoisie nationale, paysannerie, étudiants et intellectuels, petite bourgeoisie urbaine ; elles aussi se trouvent, beaucoup plus nettement qu’en 1919, en opposition directe avec les forces conservatrices et militaristes d’une part, avec les Puissances « à traité » d’autre part. Pour la bourgeoisie chinoise, « l’âge d’or » de l’époque de la Grande Guerre n’est plus qu’un souvenir lointain. On a déjà noté13 comment, tant en raison de ses propres faiblesses que de la concurrence étrangère et des désordres du militarisme14, ses entreprises industrielles périclitent à partir de 1922- 1923. Certaines usines ferment, d’autres ralentissent leur production, d’autres allongent la journée de travail ou diminuent les salaires15, tandis que d’autres encore s’endettent auprès des banques étrangères ou sont purement et simplement rachetées par leurs concurrents étrangers16. La bourgeoisie chinoise, en ces années d’épreuves, tente désespérément de renforcer sa propre cohésion. Les Chambres de commerce tendent à se grouper par province17, puis à l’échelon national18. A maintes reprises, ces organisations de la bourgeoisie prennent position contre le fléau du militarisme et pour un relèvement du statut international de la Chine. La Chambre de commerce provinciale du Hubei, dès sa fondation, annnonce son intention de résister aux exactions des militaires19 ; la conférence nationale des Chambres de commerce de novembre 1922 propose un plan de démilitarisation de la Chine sous le contrôle de quatre « civils » dont Nie Qi-jie (C. C. Nieh), le magnat de l’industrie cotonnière et Yu Ri-zhang (David Yui), secrétaire de l’Y.M.C.A. de Chine et l’une des figures dirigeantes de la bourgeoisie protestante changhaienne20. L’abolition du li-jin, impôt dont industriels et commerçants faisaient surtout les frais au profit des autorités militaires, alors que leurs concurrents occidentaux en étaient exemptés, revient aussi sans cesse dans ces appels et ces manifestes21, de même que la restauration de l’autonomie douanière de la Chine. Patriotisme et nécessité de la défense des affaires allaient de pair pour pousser ces Chambres de commerce à réclamer la rapide application des vœux, jusque-là théoriques, de Washington laissant espérer à la Chine une révision de ses tarifs22 ; à maintes reprises elles élèvent aussi la voix pour protester contre les empiètements étrangers dans la vie économique chinoise23.

  • 24 En 1925 (SMCR, 1926, p. 405), les étrangers payèrent 1 763 385 taëls d’impôts et les Chinois 2 021 (...)
  • 25 Cf. A. Kotenev, Shanghaï, its municipality... pp. 164-168. Ce conseil consultatif semble avoir eu (...)
  • 26 Ces associations de petits marchands qui s’étaient constituées au cours du Mouvement du 4 mai 1919 (...)
  • 27 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 182.

7A Changhai, des problèmes particuliers d’ordre administratif et politique opposaient aussi la bourgeoisie locale aux autorités étrangères. Les contribuables chinois, payant au total plus d’impôts que les étrangers, alors que ceux-ci étaient seuls électeurs du conseil municipal24, supportaient mal cette situation d’infériorité. En octobre 1920, avait été fondée parmi les membres de la bourgeoisie chinoise (il fallait posséder un bien d’au moins 500 taëls pour en faire partie) une « Association des contribuables chinois », à qui fut concédée la nomination des membres d’un « Conseil consultatif » dont les autorités internationales avaient accepté la formation25. Mais cela ne comptait guère. Les revendications de cette Association étaient fortement appuyées par tous les groupements de la petite bourgeoisie changhaienne, les « Associations marchandes de rues »26. A la question fondamentale de la représentation chinoise au conseil municipal viennent s’ajouter au printemps 1925 plusieurs autres litiges, quand les autorités de la concession veulent augmenter les taxes du port, contrôler la presse chinoise, et étendre leur juridiction sur certaines routes du territoire chinois. L’impopularité de ces projets27 explique pour une bonne part la facilité avec laquelle, au lendemain de la fusillade du 30 mai 1925, la bourgeoisie changhaienne se rangera, temporairement du moins, aux côtés des syndicats ouvriers.

  • 28 CWR, 23 décembre 1922, The causes for the high price of cotton and the low price of yarn.

8En bref, la bourgeoisie, à la veille des mouvements de 1925-1927, est beaucoup plus consciente qu’en 1919 des contradictions qui l’opposent aux forces d’Ancien Régime d’une part, aux puissances occidentales de l’autre. « La vieille idée que les hommes d’affaires ne doivent s’occuper que de leurs affaires ne nous sert plus à rien », déclarait dès la fin de 1922 un des principaux industriels du coton, Mu Ou-chu (H. Y. Moh)28, après avoir souligné qu’il s’agissait à la fois de libérer la Chine de la « pression des forces extérieures » et des « désordres intérieurs » ; il concluait : « c’est notre devoir à nous, hommes d’affaires, de nous réunir pour envisager tous les moyens de forcer notre gouvernement à améliorer les affaires du pays ».

9Sur les questions essentielles dont dépend l’avenir de la Chine, la bourgeoisie se trouve donc vers 1924 aux prises avec les mêmes adversaires que le mouvement ouvrier. Certes, quand elle a senti les premiers effets de la crise de 1922-1923, elle a dans l’immédiat cherché à résoudre aux dépens de la classe ouvrière ses propres difficultés, en augmentant la durée du travail, en réduisant les salaires, en diminuant la production. Mais l’aggravation de la concurrence étrangère et des maux du militarisme la poussent en même temps à rechercher l’appui politique du mouvement ouvrier. Ce réalignement fondamental des forces sociales et politiques chinoises s’était d’ailleurs déjà reflété dans des épisodes comme l’aide financière des Chambres de commerce aux grévistes des compagnies de navigation britanniques et de la K.M.A. en 1922, ou comme les manifestations de sympathies dont avaient bénéficié en février 1923 les victimes de Wu Pei-fu, de la part de diverses organisations bourgeoises ; il va s’exprimer publiquement en janvier 1924 avec les accords de coopération entre le Parti communiste et le Guo-min-dang.

  • 29 Ce souci de maintenir la classe ouvrière dans un rôle subordonné et de la détourner des luttes éco (...)

10Mais c’est essentiellement une force d’appoint que recherche la bourgeoisie. Elle n’entendra jamais perdre le contrôle des opérations29, et ne perdra jamais de vue les rapports de production capitalistes qui, sur le plan économique, l’opposent de façon irréductible à ce même mouvement ouvrier dont elle recherche l’alliance politique. Elle surveillera donc ce dernier autant qu’elle l’appuiera, au cours des grandes batailles qu’il engagera en 1925-1927 contre les intérêts étrangers et les seigneurs de la guerre. La bourgeoisie chinoise, en raison de sa structure sociale composite, est d’ailleurs loin de s’engager dans cette lutte avec la même vigueur que ses alliés populaires ; bien des éléments en son sein se satisferaient d’un compromis honorable avec les Grandes Puissances et les forces de conservation sociale, en particulier dans les deux zones-clés de Canton et de Changhai où les compradors et les éléments liés aux notables ruraux sont très influents dans les Chambres de commerce. La bourgeoisie chinoise, en 1924, penche donc vers l’alliance avec le mouvement ouvrier, mais n’a rien perdu du caractère contradictoire que reflétaient déjà ses activités à l’époque du 4 mai.

  • 30 Cf. L. Wieger, Chine Moderne, tomes III et IV, passim (nombreux documents sur l’activité étudiante (...)

11Les éléments de la petite et moyenne bourgeoisie urbaine, étudiants et intellectuels, artisans et petits commerçants, employés et fonctionnaires, voient eux aussi s’affirmer entre 1919 et 1925 les antagonismes qui les opposent aux Puissances à traité d’une part, aux chefs militaires d’autre part. Les groupements d’étudiants formés dans chaque centre universitaire au moment du 4 mai 1919 ont continué à prendre vigoureusement part aux campagnes d’opinion pour la démilitarisation, et aux mouvements anti-japonais de 1921-1922 (Conférence de Washington) et de 1925 (campagne pour le retour de Dairen à la Chine.) Leur double hostilité aux étrangers et aux conservateurs s’est aussi traduite sur le plan des idées par une violente propagande anti-chrétienne (par exemple en 1922 quand se réunit à Pékin une conférence des jeunesses protestantes), et par l’intensification des attaques contre les mœurs de la vieille société confucéenne, en particulier en matière familiale et conjugale30.

  • 31 Cf. CEB, 25 avril 1925 (travail de nuit dans les huileries de Pékin) ; CEB, 9 mai 1925 (travail de (...)
  • 32 Des grèves éclatent à plusieurs reprises parmi les ouvriers de l’artisanat pour demander le versem (...)
  • 33 Comme celle des peintres en bâtiment de Pékin, dont la police arrête les dirigeants en avril 1924 (...)
  • 34 Les syndicats corporatifs de compagnons, qui tendent à se créer par dissociation des anciennes gui (...)
  • 35 Cf. Hu Sheng, Imperialism and Chinese politics, p. 286.

12Les artisans et petits commerçants continuent à voir se détériorer leur condition économique à la suite du développement de la production capitaliste. Ils soutiennent très difficilement la concurrence avec cette dernière, malgré le recours de plus en plus fréquent au travail de nuit pourtant étranger aux ateliers d’autrefois31. Ils sont eux aussi, comme les ouvriers, touchés par l’instabilité monétaire croissante et la dévalorisation de la monnaie divisionnaire de cuivre32, fruit des rivalités incessantes entre les du-jun. Les grèves artisanales, fréquentes pendant cette période, sont réprimées par ces derniers avec la même brutalité que celles des ouvriers de la grande industrie33. Si bien souvent ces artisans tentent désespérément de chercher refuge dans les organisations corporatives du passé et de restreindre le marché du travail en resserrant leurs liens coutumiers34, ils en viennent sans doute aussi à des perspectives plus larges ; ils sont susceptibles d’envisager, au lieu d’un repliement sur eux-mêmes, une coopération avec d’autres forces sociales et politiques ; ils peuvent fournir au mouvement ouvrier et à la bourgeoisie, dans leurs luttes communes, des alliés nombreux, ardents, capables d’actions spectaculaires comme ils l’ont déjà montré au cours du Mouvement du 4 mai. Ils ont aussi, et plus nettement même que la bourgeoisie, une tradition déjà longue de coopération avec le mouvement ouvrier. Les travailleurs de l’artisanat ont depuis 1919 mené à maintes reprises avec ce dernier des luttes communes pour des hausses de salaires, en particulier à Changhai et dans le Sud ; ils ont célébré avec lui le Ier mai ; ils se sont parfois même retrouvé aux côtés du prolétariat industriel dans des organismes syndicaux communs, comme les Fédérations provinciales du Hubei et du Hunan, qui en 1922 groupaient les maçons et les charpentiers en même temps que les mineurs et les métallurgistes de la compagnie Han-ye-ping. Le boycott anti-japonais de 1920, celui de 1923, ont par ailleurs vu les petits commerçants et les groupements d’étudiants agir en étroit accord avec les masses ouvrières des ports et des centres commerciaux, en particulier avec les dockers et les tireurs de rickshaws. Pendant l’été 1924, les Fédérations d’étudiants de Pékin et de Changhai vont à nouveau relancer l’agitation contre « les traités inégaux », en liaison avec les associations ouvrières et les groupements commerçants de ces villes35.

13La coopération du mouvement ouvrier avec ces couches intermédiaires, si elle ne se heurte pas aux contradictions directes qu’entraîne sa coopération avec la grande bourgeoisie, en subit néanmoins les répercussions. C’est ainsi qu’une couche importante des intellectuels du 4 mai, dans laquelle se recruteront après 1924 les porte-parole de la droite du Guo-min-dang, s’est dès 1922 dressée contre le principe même de la lutte contre « l’impérialisme » ; leurs vues s’expriment dans la revue l’Effort, que dirige Hu Shi. L’influence de la bourgeoisie est non moins manifeste dans les milieux d’artisans et de petits commerçants, par l’intermédiaire par exemple des hui-guan (« amicales régionales »), ou en raison des relations bancaires qui placent ces éléments de la petite bourgeoisie sous sa dépendance.

  • 36 Sur la culture forcée et le trafic de l’opium par les du-jun, cf. l’enquête de l’International Ant (...)
  • 37 En 1921, Wu Pei-fu attaquant le Hunan fit rompre les digues du Hubei, ruinant des districts paysan (...)
  • 38 Cf. le récit d’un correspondant britannique au Fujian (NCH, 16 févr. 1924).
  • 39 Cf. Chen Han-seng, The burdens of Chinese peasantry (PA, oct. 1929) qui cite un district du Zhili, (...)
  • 40 Cf. par exemple CEB, 20 février 1926 (émigration par Xiamen).
  • 41 Ce sont les du-fei (brigands du terroir) dont l’activité commence à cette époque à inquiéter forte (...)
  • 42 Comme la société des Epées Rouges du Henan (cf. Li Da-zhao, Xuan-ji, Œuvres choisies, pp. 564-570) (...)
  • 43 Cf. J. Lamb. Agrarian movement in China, pp. 22-24. Cf. aussi Di-yi-ci guo-nei ge-ming zhan-zheng (...)
  • 44 Ho Kan-shih, Modem Revolution, p. 83.
  • 45 Cf. ci-dessus, p. 276.
  • 46 P. Mif (Pour une Chine forte et libre, p. 24) fait au Parti communiste chinois le reproche d’avoir (...)
  • 47 Il est nécessaire de préciser que les présentes recherches ne portent que sur le mouvement ouvrier (...)

14La situation économique de la paysannerie a continué elle aussi à se dégrader depuis 1919. Au jeu à long terme des forces économiques résultant de la pénétration du capitalisme occidental en Chine (hausse des fermages, ruine de l’artisanat rural, concentration de la propriété) s’ajoutent, surtout depuis la mort de Yuan Shi-kai, les conséquences immédiates du militarisme. Réquisitions, pillages, culture forcée de l’opium36, déprédations de toutes sortes37 deviennent des pratiques courantes dans la plupart des provinces38. Les charges financières des paysans s’accroissent, non seulement dans leur montant annuel, mais par la pratique qui consiste à lever les impôts plusieurs années à l’avance39. Les paysans continuent le plus souvent à réagir à la mode traditionnelle devant cette aggravation de leur condition : ils partent vers les « Mers du sud »40, ils se joignent à des bandes de hors la-loi41, et ils participent à l’activité des sociétés secrètes dont on peut noter vers 1920-1925 une nette recrudescence42 ; mais, surtout au sud du Yangzi, ils commencent déjà à s’orienter vers des formes moins individuelles de défense de leurs intérêts. Les premières unions paysannes, visant à organiser une pression collective des paysans pauvres et moyens en vue d’une réduction des fermages comme objectif immédiat, apparaissent vers 1920-1921 au Guangdong, sous la direction du militant communiste Peng Pai, puis au Jiangsu, au Hunan, au Zhejiang43. Dès 1923, elles comptent plusieurs centaines de milliers de membres44. La paysannerie pauvre et moyenne, par son énorme masse, par l’acuité de ses difficultés économiques, est susceptible de fournir au mouvement ouvrier et à tout le mouvement national chinois des alliés dont aucune tendance au compromis ne viendra atténuer l’élan vigoureux. De fait, il serait très exagéré de dire que le prolétariat se soit jusque-là totalement désintéressé de l’alliance paysanne. Dès 1922, le programme du Secrétariat du travail pour une législation sociale faisait figurer parmi ses dix-neuf points la fixation d’un prix-type des produits agricoles en accord avec les représentants des paysans, la réglementation des conditions de travail à la campagne et le contrôle du taux des fermages. Des épisodes comme l’aide des paysans hounanais aux grévistes de Shui- koushan à l’automne 1922 avaient également mis en évidence la capacité d’action des fermiers pauvres aux côtés du prolétariat45. Mais il n’est pas douteux que le mouvement ouvrier chinois, en 1924, est très loin d’avoir utilisé à plein, dans sa lutte contre ses divers adversaires, l’immense réserve de forces neuves que constitue le monde rural46, et ce retard ne sera pas véritablement rattrapé au cours de la Révolution de 1924-1927. Quelle part faire aux luttes des paysans pauvres et moyens dans une stratégie révolutionnaire qui reste essentiellement basée sur l’action du prolétariat industriel des villes importantes ? Comment concilier l’alliance avec la paysannerie et l’alliance avec la bourgeoisie, alors que cette dernière classe est encore très mal dégagée des rangs des notables ruraux, et reste particulièrement sensible à la situation des forces sociales dans les villages, particulièrement hostile au mouvement des Unions paysannes ? Ces délicats problèmes théoriques et pratiques n’étaient d’ailleurs pas particuliers à la Chine, et les tâtonnements du Parti communiste en ce domaine ne faisaient que refléter les discussions très animées que ces questions provoquaient alors au sein de l’Internationale communiste toute entière47.

15Si la constitution d’un large front uni entre toutes les forces sociales et politiques aux prises avec les Puissances étrangères et les forces militaristes de conservation sociale ne laissait pas de soulever mainte question difficile, la situation politique de la Chine en 1924 n’en imposait pas moins la réalisation rapide. Telle sera la signification du Congrès de janvier 1924 du Guo-min-dang, qui réorganise ce parti et inaugure officiellement sa coopération avec le Parti communiste chinois.

  • 48 Hu Hua, Exposé, pp. 64-65.
  • 49 Hu Hua, ibid, p. 63.
  • 50 A. Whiting, op. cit., p. 79.
  • 51 Hu Hua, Exposé, p. 68. Cf. C. Brandt, Documentary history, of Chinese communism, pp. 52-53.
  • 52 A. Whiting, op. cit., p. 240 et Hu Hua, Exposé, p. 75.
  • 53 Cf. l’éditorial de XD, Ier août 1923, sur la fermeture d’une cotonnière chinoise de Changhai et la (...)
  • 54 Hu Hua, Exposé, p. 74.
  • 55 Ibid, p. 76 ; les controverses que connaît alors le Parti communiste chinois reflètent dans une la (...)

16Depuis quelques années cette coopération avait aussi été préparée par l’évolution politique des deux intéressés. Déjà en 1920, l’Internationale communiste, dans ses thèses sur la question nationale et coloniale, avait souligné les possibilités d’alliance entre le mouvement ouvrier et la bourgeoisie nationale dans les pays coloniaux et dépendants48 ; l’invitation de délégués du Guo-min-dang en même temps que des délégués communistes chinois au Congrès de Moscou des Travailleurs de l’Orient, en janvier 1922, était un premier geste en ce sens49, bien que les frictions au cours de ce congrès aient encore été nombreuses entre les uns et les autres50. Tant dans les instances du mouvement communiste international que dans celles du Parti communiste chinois, la perspective de coopération avec le Guo-min-dang se précise peu à peu. Le deuxième congrès du Parti communiste chinois se contente d’envisager en termes encore vagues, mais en mentionnant déjà le Guo-min-dang, cette coopération avec la bourgeoisie nationale51 ; mais il ne s’agit encore que de soutenir de l’extérieur le parti de Sun Yat-sen. Cependant qu’à la fin de 1922 et au début de 1923 des résolutions de l’Internationale communiste réaffirment avec plus de précision la nécessité d’un rapprochement pourvu que les communistes sauvegardent leur propre indépendance52, le dur échec de février 1923 souligne encore plus nettement aux yeux de ces derniers l’importance des alliances. L’aggravation des difficultés économiques de la bourgeoisie chinoise, aux prises avec la concurrence occidentale et japonaise, suscite aussi chez les communistes chinois un effort de réflexion qui va dans le même sens53. En juin 1923, le troisième congrès du Parti Communiste chinois approuve le principe de l’adhésion individuelle de ses membres au Guo-min-dang et appelle à tranformer ce dernier en une « alliance révolutionnaire » des quatre classes opposées au militarisme et à la pénétration étrangère en Chine54 ; mais le parti maintient son existence propre. Cette décision est une défaite à la fois pour les partisans des « deux révolutions », comme Chen Du-xiu, qui souhaiteraient qu’à un premier stade tout le travail révolutionnaire fut confié à la bourgeoisie, en attendant la révolution prolétarienne, et pour les partisans de la « porte fermée » comme Zhang Guo-tao, qui souhaiteraient maintenir la classe ouvrière dans son splendide isolement55.

  • 56 « A cette époque, déclare Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 114), il n’y avait guère de Guo-min-dang, (...)
  • 57 Cf. J. Chesneaux, Sun Yat-sen, ch. VII ; sur les liens entre Chen Jiong-ming et Hongkong, cf. ci-d (...)
  • 58 Au cours d’une réception en l’honneur des délégués au Congrès du travail en mai 1922, Sun Yat-sen (...)
  • 59 Dans son interview au Japan Chronicle du 9 novembre 1922, il déclare : « mon but est d’obtenir que (...)
  • 60 CWR, 3 novembre 1923.
  • 61 Un meeting ouvrier, le 16 décembre, avait été présidé par un dirigeant du syndicat des mécaniciens (...)

17Du côté de Sun Yat-sen, dont le troisième Congrès du Parti communiste avait souligné la « position objective » dans la lutte révolutionnaire contre militarisme et traités inégaux, c’est aussi la pression des événements, autant que la réflexion théorique, qui avait précipité une évolution amorcée dès 1920-1921. Il vaut mieux en effet considérer la situation de Sun lui-même que celle du Guo-min-dang, qui n’avait toujours qu’une existence quasi-nominale malgré sa réorganisation en 1919, et ne reposait guère encore que sur des relations de fidélité personnelle à l’égard de son chef56. Le coup de force de Chen Jiong-ming en juillet 1922 avait sans doute été pour Sun Yat-sen l’occasion d’une réflexion critique aussi sévère que celle que le 7 février 1923 allait imposer un peu plus tard aux communistes. Chassé une nouvelle fois de Canton par un homme à qui il avait témoigné depuis des années tant de confiance, et grâce à qui il y était rentré l’année précédente, il prend mieux conscience de la vanité des combinaisons politico-militaires auxquelles depuis 1917 il avait confié sa fortune. Non moins vive est la déception qu’ont causée à Sun Yat-sen et continuent de causer les Puissances occidentales, qui ont refusé en 1921 et 1922 de laisser son gouvernement disposer du « surplus douanier », mais qui après le coup de Chen Jiong-ming font bénéficier ce dernier de leurs largesses57. Il lui faut trouver de nouveaux alliés, à l’intérieur comme à l’extérieur. Le mouvement ouvrier chinois, qu’au Congrès du travail de mai 1922 il ne considérait encore que comme un élément d’appoint58, lui apparaît de plus en plus comme une force neuve, appelée à jouer un rôle original dans la politique chinoise59. Au cours de l’année 1923, Sun Yat-sen avait pu apprécier la valeur de l’appui des syndicats cantonais, dans ses conflits avec les militaristes du Nord et avec les Puissances occidentales. Les syndicats avaient par exemple appuyé en octobre sa protestation contre l’élection scandaleuse de Cao Kun à la présidence du Nord, à 5 000 yuans par tête de député, et contre la reconnaissance dont celui-ci avait immédiatement bénéficié de la part des Puissances60. Quand éclate de même l’affaire des douanes et qu’en décembre 1923 Sun Yat-sen tente de s’approprier directement la part du « surplus douanier » collectée dans le port de Canton, mais doit céder finalement à une classique démonstration de canonnières, les organisations ouvrières de Canton le soutiennent vigoureusement61.

  • 62 Hu Sheng, op. cit., p. 290.
  • 63 T. C. Woo, The Future of the Chinese revolution, p. 151.
  • 64 Sun Yat-sen, Xuan-ji, (Œuvres choisies), tome I, p. 434.
  • 65 Hu Hua, Abrégé..., p. 78.
  • 66 Ibid., p. 62.
  • 67 Li Chien-nung, Political History, p. 443.

18A Changhai, où il s’était réfugié une nouvelle fois en août 1922, Sun Yat-sen s’était déjà entretenu avec Li Da-zhao et d’autres communistes des perspectives de rénovation du Guo-min-dang62. Li le premier, puis d’autres à sa suite, sont admis bientôt dans ce parti à titre individuel, sans que soit mise en cause leur appartenance simultanée au Parti communiste63. Parallèlement, se confirme le rapprochement entre Sun Yat-sen et l’Union Soviétique déjà amorcé en 1921 par un échange de lettres entre Tchitcherine, commissaire soviétique aux affaires étrangères, et le président cantonais64, et par la visite faite à ce dernier par Mahring, délégué de l’Internationale communiste65. Après son arrivée à Changhai dans l’été 1922, Sun Yat-sen s’entretient de nouveau avec Mahring66, puis avec Joffe, envoyé du gouvernement soviétique qui venait d’engager à Pékin de vains pourparlers en vue de la signature d’un traité. En janvier 1923, est publiée la célèbre déclaration Sun-Joffe, affirmant la communauté de vues des deux parties, et estimant que la Chine n’était pas encore mûre pour le communisme ; les contacts directs se multiplient en 1923. En février, Sun envoie son collaborateur Liao Zhong-kai accompagner Joffe à Tokyo et son beau- frère Jiang Jie-shi (Tchiang Kai-shek) part à Moscou pendant l’été. A l’automne arrive à Canton la mission politico-militaire de Boro-dine67.

  • 68 Sur ce Congrès de 1924, cf. T. C. Woo, op. cit., ch. 2 et 6, et aussi Hu Hua, Exposé, pp. 88-90, e (...)
  • 69 En même temps qu’un télégramme de félicitations à Macdonald pour son arrivée au pouvoir. Les Russe (...)

19Le Congrès du Guo-min-dang, en janvier 1924, est donc l’aboutissement de ce rapprochement progressif68. En même temps qu’il donne au parti une structure beaucoup plus forte, directement inspirée jusque dans sa terminologie des statuts du Parti bolchevique d’Union soviétique, le Congrès réaffirme dans son manifeste les « trois principes du peuple » formulés par Sun Yat-sen près de vingt ans auparavant ; mais ils sont maintenant associés à la dénonciation vigoureuse du « militarisme » et de « l’impérialisme », ces deux causes fondamentales des maux dont souffre la Chine. Le Congrès reprend en même temps les « trois nouvelles politiques » définies à Canton dès la fin de 1923 : coopération entre Guo-min-dang et Parti communiste, alliance avec l’Union soviétique, soutiens au mouvement ouvrier et paysan. Les membres du Parti communiste et de la Jeunesse socialiste de Chine sont admis à adhérer individuellement au Guo-min-dang et plusieurs dirigeants, dont Li Da-zhao, Mao Ze-dong, Qu Qiu-bai, Zhang Guo-tao, entrent à son Comité central. Les conseillers politiques et militaires soviétiques assistent eux aussi au Congrès ; quand parvient à celui-ci la nouvelle de la mort de Lénine, il s’ajourne en signe de deuil et adresse un télégramme de condoléances69. Enfin le Congrès se prononce pour le soutien, y compris sur le plan financier, de l’activité du mouvement ouvrier et des syndicats ; il réclame des lois de protection du travail, appelle les ouvriers et les paysans à adhérer au parti, et les assure que « du moment que le Guo-min-dang combat les impérialistes, les seigneurs de la guerre, et tous les privilégiés, la révolution nationaliste est aussi une révolution d’émancipation des paysan ; et des ouvriers. » Les nouveaux statuts adoptés par le Congrès prévoient par ailleurs, auprès de chaque comité du Guo-min-dang, et aux divers échelons, la création de « sections ouvrières » (Gong-ren-bu), chargées d’appliquer cette politique de coopération avec le mouvement ouvrier.

***

  • 70 Parmi les principales grèves ouvrières de 1923, visant à obtenir des hausses de salaires et l’abol (...)

20Le Congrès de janvier 1924 du Guo-ming-dang, et les profonds changements politiques qu’il reflétait, orientent dans une direction nouvelle le mouvement ouvrier cantonais. La défaite de Chen Jiong-ming au début de 1923 et le retour de Sun Yat-sen n’avaient guère jusque-là ouvert aux activités ouvrières en Chine du sud de perspectives vraiment neuves. Si celles-ci n’avaient pas connu la répression et les échecs subis par le mouvement ouvrier dans le reste de la Chine, elles avaient conservé en 1923 le même caractère étroitement corporatif qu’auparavant70.

  • 71 CWR, 7 avril 1923.

21Le gouvernement cantonais continuait de son côté à surveiller étroitement les organisations ouvrières, et arrêta par exemple en mars 1923 les dirigeants de la grève des télégraphes71.

  • 72 XD, 15 octobre 1924.
  • 73 SCMP, 3 septembre 1924.
  • 74 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), p. 287.
  • 75 En 1923, la préséance avait été donnée à la fête du 5 mai, anniversaire de l’entrée en fonctions e (...)
  • 76 MLR, août 1924.
  • 77 Cf. Sun Yat-sen, Xuan-ji (Œuvres choisies), pp. 839-846.

22En 1924 au contraire, conformément à la ligne tracée au Congrès de janvier, ce gouvernement adopte une attitude nouvelle à l’égard du mouvement ouvrier, dont le dynamisme s’accroît parallèlement. Liao Zhong-kai, un des plus anciens compagnons de Sun Yat-sen et le chef de l’aile gauche de son parti, agit fortement dans cette direction en sa double qualité de gouverneur provincial et de chef de la section ouvrière du comité central72. Il s’est rallié sans réserve à la politique de coopération avec le Parti communiste, l’Union soviétique et les syndicats et arbore sur son ya-men le drapeau rouge à la faucille et au marteau73. C’est aussi à un communiste cantonais, Feng Ju-po, qu’il confie le secrétariat de la section ouvrière centrale du parti74. Sous son impulsion, le 1er mai 1924 est célébré avec un faste qui contraste avec la discrétion encore manifestée l’année précédente à Canton75. 170 000 travailleurs défilent dans les rues de Canton76 et Sun Yat-sen prononce un grand discours sur « les souffrances endurées par les ouvriers du fait des traités inégaux » ; il y souligne la différence entre l’attitude des patrons chinois et celle des patrons étrangers, appelle les ouvriers à développer leurs syndicats et à participer à la lutte révolutionnaire du Guo-min-dang contre les activités des Puissances, et souhaite que des relations harmonieuses s’instaurent entre ouvriers et patrons chinois77.

  • 78 Cf. sur cette conférence, RIT, mars 1927 (Le mouvement ouvrier en Chine) et Lowe Chuan-hua, Facing (...)
  • 79 SCMP, 27 février 1923. Sun Yat-sen avait proposé pour la future organisation unifiée le nom de « S (...)
  • 80 Le 10 octobre 1924, celle-ci, dans une réunion publique, reprend les mots d’ordre de Sun Yat-sen : (...)

23Liao suscite en ce même mois de mai, pour faire pièce au corporatisme de la Fédération provinciale, un regroupement des syndicats favorables à la nouvelle orientation. C’est la « Conférence des délégués ouvriers de Canton », qui se donne une structure fortement centralisée, allant jusqu’au droit pour le comité exécutif de dissoudre les syndicats-membres ou de déclencher une grève générale78. Mais ce regroupement n’a pas encore une très grande portée puisqu’il n’intéresse qu’une douzaine de syndicats, ceux des secteurs les plus modernes de l’économie, cheminots, dockers, imprimeurs, décortiqueurs de riz ; la plupart des syndicats de métiers restent à la vieille fédération, les mécaniciens préférant conserver leur autonomie. A Hongkong, un rapprochement entre les deux fédérations syndicales de la colonie, le Syndicat général des travailleurs chinois (surtout artisanal) et le Syndicat général des groupements ouvriers, avait été préconisé dès février 1923 par Sun Yat-sen à son passage, au moment de son retour à Canton79. En 1924, les pourparlers d’unification n’avaient pas encore abouti, mais le gouvernement cantonais pouvait compter sur le soutien complet de la seconde de ces deux fédérations80.

  • 81 Cf. Voitinski, Tchto proishodit b’kitae, p. 56.

24La tenue en juillet 1924 à Canton de la première conférence des travailleurs des transports du Pacifique, organisée par l’I.S.R. et à laquelle participent des cheminots de Chine du Nord, des marins des Philippines, de Java et de Singapour et les syndicats cantonais intéressés, contribue aussi à donner à la vie syndicale en Chine du Sud une coloration nouvelle. Si la conférence ne se penche guère sur les problèmes professionnels, trop divers selon les pays, elle adopte des mots d’ordre politiques analogues à ceux qu’avait avancés le congrès du Guo-min-dang peu de temps auparavant81.

  • 82 Il existe alors un très grand nombre de syndicats de métiers en activité (liste dans Annuaire II, (...)
  • 83 Voitinski, ibid.
  • 84 XD, 15 octobre 1924 (violent réquisitoire d’un ouvrier de l’arsenal contre Ma Chao-jun, accusé de (...)
  • 85 En août 1924, éclate une rixe entre des membres du syndicat des cabarets et des membres d’une asso (...)
  • 86 SCMP, 31 janvier 1924.

25Certes, les groupements corporatifs qui résistent à cette nouvelle orientation restent encore très influents à Canton82. C’est le cas par exemple des mécaniciens, dont un délégué vient à la conférence de mai 1924 prendre à partie Liao Zhong-kai et tout le gouvernement, accusés de ne pas mieux traiter leurs ouvriers que les patrons étrangers83. Ces éléments modérés du mouvement syndical restent actifs et Sun Yat-sen en décembre 1923 a accepté de nommer directeur de l’arsenal de Canton l’un des dirigeants des mécaniciens les plus hostiles à la gauche et les plus critiqués par celle-ci, Ma Chao-jun84. Ainsi s’amorcent déjà dans le mouvement ouvrier cantonais des luttes intestines qui ne feront que s’aggraver pendant la révolution de 1924-1927. Les organisations rivales se disputent leurs adhérents85, et l’assassinat le 30 janvier 1924 du responsable du syndicat des transporteurs de riz en grève depuis deux semaines, assassinat dont le coupable ne fut jamais découvert, souligne la violence de ces rivalités86.

  • 87 SCMP, 3 juillet 1924.
  • 88 Sur cette affaire, cf. SCMP, juillet-août 1924, passim.
  • 89 Hu-Hua, Exposé, p. 95.
  • 90 Les consuls refusèrent d’abord de reprendre ceux-ci. Quand ils eurent accepté, il fut convenu en é (...)

26Plus encore que la vague de grèves économiques qui en juin 1924 obtient de sensibles hausses de salaires pour un bon nombre de métiers87, la grande affaire de Shamian en juillet illustre bien le renouveau d’activité que la réorganisation du Guo-min-dang provoque en 1924 dans le mouvement ouvrier cantonais88. L’île de Shamian, au milieu de la cité de Canton, était occupée par les concessions française et anglaise. Après l’attentat effectué en juin par un Vietnamien du parti nationaliste V.N.Q.D.D. contre le gouverneur général de l’Indochine Merlin, de retour de Tokyo, de nouveaux règlements de police avaient établi un strict contrôle d’identité sur les Chinois entrant dans l’île et en sortant ; le 16 juin, une grève générale y éclate et tout le personnel chinois (employés des consulats et des banques, domestiques, etc.) exige l’annulation des nouvelles dispositions et les excuses des consuls. Les grévistes partent aussitôt pour les quartiers chinois de Canton, y compris les policiers chinois des concessions ; ils s’organisent en une « Association populaire contre les règlements de Shamian » ; ils placent des piquets de grève, donnent à chacun d’entre eux un certificat de grève tamponné par l’association, et collectent à Canton des sommes importantes pour leur subsistance. Leurs manifestes, à la rédaction desquels participent les communistes cantonais89, soulignent à quel point le mouvement ouvrier de Chine du Sud a évolué depuis la grève des marins de Hongkong en 1922 ; on s’en prend maintenant explicitement aux « traités inégaux », on évoque des affaires comme celles de Lincheng et des douanes de Canton, on se réclame de la « lutte contre l’impérialisme » définie par le Congrès de janvier 1924. Le 13 août, les consuls doivent consentir à la réintégration de tous les grévistes, police comprise90, et à l’annulation des règlements de juin. Cette grève ne représente pas seulement un grand succès psychologique et le ralliement des syndicats cantonais à la ligne politique nouvelle du Guo-min-dang. Par sa solide organisation technique, elle constitue les « grandes manœuvres » de la grève générale de Canton-Hongkong en 1925- 1926.

  • 91 Cf. SCMP, passim : taxe sur les soies en décembre, sur les rickshaws et les allumettes en janvier, (...)
  • 92 Dès novembre 1923, la Chambre de commerce de Canton et une dizaine d’autres organisations bourgeoi (...)

27Mais l’orientation nouvelle qui s’affirme ainsi à Canton depuis le Congrès de janvier n’est pas sans susciter des oppositions. Le dynamisme croissant que le mouvement ouvrier a manifesté à l’occasion du 1er Mai ou de la Conférence des délégués ouvriers, et pendant la grève de Shamian, inquiète à la fois le petit patronat et les guildes et syndicats de métiers traditionalistes. La bourgeoisie locale supporte aussi avec difficulté le poids des multiples taxes que Sun Yat-sen lui impose91 pour soutenir les opérations militaires qui ont repris au printemps en direction du Guangxi et contre les restes des bandes de Chen Jiong-ming ; elle s’effraie du coût éventuel de « l’Expédition punitive vers le Nord » (Bei-fa) que Sun Yat-sen vient une nouvelle fois d’annoncer. La politique militaire de Sun, en effet, est également inquiétante pour le particularisme des notables cantonais ; les mercenaires du Hunan et du Yun- nan, auxquels il préfère se fier depuis qu’en 1922 les troupes cantonaises de Chen l’ont trahi, sont brutaux et impopulaires ; l’Académie militaire de Huangpu (Whampoa), formée en mai avec des conseillers soviétiques, n’est guère mieux vue des milieux conservateurs. Bref, les rapports entre l’entourage de Sun Yat-sen et d’importantes couches de la bourgeoisie cantonaise se détériorent déjà92. La politique d’alliance entre la bourgeoisie nationale et le mouvement ouvrier, qui reste valable dans le cadre général de la politique chinoise, se heurte déjà sur le plan local à de graves difficultés. Celles-ci ne résultent pas seulement de la politique financière et militaire maladroite de Sun Yat-sen, mais de la nature même de cette bourgeoisie conservatrice cantonaise, peu évoluée économiquement, restée très liée d’une part aux notables ruraux du Guang-dong et de l’autre à la bourgeoisie comprador de Hongkong, et donc doublement réticente à l’égard du programme de lutte contre « féodaux » et « impérialistes ». Les mêmes éléments qui déjà en 1922 avaient préféré Chen Jiong-ming à Sun Yat-sen envisagent à nouveau en 1924 de tenir tête à ce dernier : tel est le sens de l’épisode des Volontaires marchands.

  • 93 SCMP, 16 juillet 1922.
  • 94 CWR, 12 juillet 1924.
  • 95 SCMP, 28 août 1924. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 123.
  • 96 CWR, 21 juin 1924 (proclamation de la Fédération unifiée des Corps de Volontaires marchands).
  • 97 A Jiangmen, des incidents éclatent pendant le défilé du 1ermai entre les syndicats et les Volontai (...)
  • 98 Voitinski, op. cit., p. 29.
  • 99 Sur cette affaire des armes, cf. SCMP et XD, passim. Cf. aussi Deng Zhong- xia, Abrégé..., p. 123, (...)

28Dès 1923, la Chambre de commerce de Canton avait organisé un corps de « Volontaires marchands » et son exemple est vite suivi dans les autres centres urbains de la province ; plus de cent groupements analogues, réunissant plus de 100 000 hommes, se fédèrent en mai 192493. Leurs liens avec la gentry locale d’une part et les compradors de Hongkong de l’autre se reflètent dans la personnalité de leurs président et vice-président fédéraux : l’un est Chen Lian-bo, comprador général de la succursale de Canton de la Hongkong & Shanghai Banking-Corpo- ration et sujet britannique, que la presse conservatrice de Chine exhalte en le comparant à Mussolini et en lui souhaitant une fortune aussi rapide94 ; l’autre est un riche propriétaire foncier de la région de Foshan, Chen Gong-shou95. Les Volontaires, qui ne cachent pas leur hostilité à Sun Yat-sen, déclarent former une « unité militaire sans parti, agissant contre l’illégalité et pour préserver la paix et l’ordre » ; ils s’en prennent à « un certain élément », dont les illégalités nuisent au commerce de la Chine avec l’étranger, comme à leurs propres affaires96. Ils ne tardent pas à entrer en conflit direct avec les éléments ouvriers liés à la gauche du Guo-min-dang97, et dès sa réunion de mai la Conférence des délégués ouvriers avait réclamé leur dissolution98. En août, quand le gouvernement cantonais fait saisir des milliers d’armes qu’un bateau norvégien venait de livrer aux Volontaires, s’ouvre l’épreuve de force99.

  • 100 SCMP, 29 août 1924 ; Hu Hua, Exposé, p. 195.
  • 101 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 105-107.
  • 102 Cf. le rôle des piquets de service d’ordre dans les grandes grèves de 1922 (ci-dessus, chap. vii). (...)

29Il n’y a pas lieu ici de retracer en détail cet épisode, mais seulement de souligner l’importance du soutien que les organisations ouvrières fournissent au gouvernement dans son conflit avec les Volontaires. Pour tenir tête aux unités armées de ceux-ci, les chefs des mercenaires sont peu sûrs et les cadets de Huangpu (à qui les armes confisquées ont été transmises), ne disposent pas encore d’une puissance suffisante ; il faut au gouvernement d’autres appuis militaires. La Conférence des délégués ouvriers, en accord avec Sun Yat-sen et Liao Zhong-kai, constitue une « Armée des groupements ouvriers » (Gong-tuan-jun)100. Le prolétariat chinois se donne ainsi pour la première fois l’organisation armée dont ses dirigeants avaient déjà perçu l’importance au lendemain du coup de force de Wu Pei-fu101, et dont les équipes de service d’ordre formées à plusieurs reprises au cours des grèves avaient déjà été les précurseurs102.

  • 103 SCMP, 9 à 17 octobre 1924.
  • 104 XD, 15 octobre 1924 ; les imprimeurs, ayant obtenu satisfaction sur le premier point, décident de (...)

30Le 9 octobre, après deux mois de négociations compliquées, les Volontaires exigent de Sun la remise inconditionnelle et immédiate des armes ; ils se heurtent le lendemain, au cours du défilé de la fête nationale, aux troupes des syndicats et sont mis à mal ; ils tentent alors par une grève générale du commerce d’arracher la victoire, mais le 15 octobre les milices syndicales, les cadets de Huangpu, et quelques unités régulières sûres engagent l’action ; les unités des Volontaires sont brisées, leur quartier général occupé, et les boutiques où ils se retranchaient prises d’assaut103. La participation ouvrière à ce succès gouvernemental avait également pris la forme d’une grève des imprimeurs de presse, qui exigent des journaux (liés pour la plupart aux milieux conservateurs cantonais) qu’ils cessent de soutenir les Volontaires ; on leur présente par la même occasion des demandes de hausse des salaires104.

  • 105 Au sein même du gouvernement sudiste, des personnalités comme Hu Han-min avaient constamment reche (...)
  • 106 Ces assemblées, encore actives en 1919, n’avaient jamais été formellement dissoutes. Celle de Cant (...)
  • 107 Parmi les points soulevés le 11 octobre par les Volontaires quand éclate la grève générale des mar (...)
  • 108 Dans le Guangdong oriental, les sections locales de Volontaires fraternisent avec les troupes de C (...)
  • 109 SCMP, 5 septembre 1924 (texte de la note du Consul Général).
  • 110 CWR, 27 septembre 1924.
  • 111 Texte de la réponse de Sun Yat-sen, SCMP, 5 septembre 1924. Cf. aussi (ibid.) le télégramme de Sun (...)
  • 112 PP, 30 novembre 1924.

31Le gouvernement de Canton sort de l’épreuve en ayant renforcé ses liens avec le mouvement ouvrier ; malgré les pressions qui s’étaient exercées sur lui en faveur d’un compromis105, il a maintenant rompu avec les éléments conservateurs qui avaient soutenu les Volontaires, comme la Chambre de commerce ou les restes de l’ancienne Assemblée provinciale, liés à la gentry rurale106. Tous ces groupes, ouvertement opposés aux « trois nouvelles politiques », et particulièrement à la collaboration avec les communistes107, avaient saisi le prétexte de l’affaire des armes pour tenter de renverser tout le cours de la politique cantonaise, et la reprise par Chen Jiong-ming de ses activités militaires sur les confins orientaux du Guangdong montrait bien qu’il s’agissait d’une entreprise concertée108. La défaite de tous ces adversaires de Sun Yat-sen était en même temps celle de l’Angleterre, dont le Consul général avait adressé le 29 août à Sun un véritable ultimatum le menaçant « d’action immédiate » s’il attaquait les Volontaires109, et avait envoyé dans les eaux cantonaises les traditionnelles canonnières battant l’Union Jack110. La vigueur de la réponse de Sun Yat-sen, dressant un véritable réquisitoire contre les interventions britanniques dans la politique chinoise depuis Yuan Shi-kai, et au-delà, montrait bien qu’ici encore c’était une lutte sans merci qui s’ouvrait entre Canton et la puissance britannique en Extrême-Orient111. Les thèses du Congrès de janvier 1924 sur l’indivisibilité de la lutte contre les forces de réaction sociale et de la lutte contre les empiètements des puissances étrangères prenaient, à la lumière de l’affaire des Volontaires, un singulier relief, comme Sun Yat-sen le rappellera peu de temps après dans son manifeste du 13 novembre112.

  • 113 CWR, 22 novembre 1924. Cf. L. Wieger, Chine Moderne, tome VI, p. 110 (texte du discours prononcé à (...)
  • 114 Texte intégral chinois : Annuaire, II, pp. 218-221 ; analyse dans Lowe Chuan- hua, Facing Labor is (...)
  • 115 Sur ce boycott des produits de la Nan-yang, cf. XD, 24 décembre 1924 et SCMP, 14 et 22 janvier 192 (...)

32Le glissement à gauche du gouvernement de Canton au lendemain de ce grave conflit se marque par exemple dans le caractère semi-officiel que revêt pour la première fois la célébration de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre113. La promulgation en octobre d’une loi syndicale très libérale, reconnaissant les syndicats, leur donnant le droit de conclure des conventions collectives avec les patrons, de lancer des grèves et d’en négocier le règlement, de posséder des biens, de se fédérer sur une base industrielle114, illustrait aussi le sérieux avec lequel le gouvernement cantonais appliquait la troisième des « nouvelles politiques », et soutenait les luttes ouvrières. Quand en octobre et novembre 1914, par solidarité avec les grévistes de la Nan-yang de Changhai qui venaient d’être licenciés en grand nombre, les syndicats du Sud déclenchent un boycott des produits de cette firme, ils bénéficient de la neutralité bienveillante du gouvernement de Canton ; ce dernier n’hésitait donc pas, en cette circonstance, à faire passer les intérêts d’une des plus illustres entreprises du capital national chinois après sa politique d’entente avec le mouvement ouvrier115.

***

  • 116 Ce traité consacrait l’abrogation de tous les traités passés entre la Chine et la Russie tsariste (...)

33La politique de coopération entre le Guo-min-dang et les communistes définie au Congrès de janvier 1924 avait été prise très au sérieux de part et d’autre. Un événement comme la signature le 31 mai 1924 du traité entre l’Union soviétique et le gouvernement chinois de Pékin ne pouvait que faciliter son application, en raison de son profond retentissement dans toute l’opinion chinoise116. Mais cette coopération ne laissait pas de soulever dans l’ensemble de la Chine un certain nombre de questions délicates.

  • 117 XD, 18 juin 1924, Guo-min-dang yu lao-dong yun-dong (Le Guo-min-dang et le mouvement ouvrier). Cet (...)
  • 118 Hu Hua, Exposé, p. 104. Le Parti communiste comptait un millier de membres à cette date, et la Jeu (...)

34En principe, il ne faisait pas de doute pour les communistes chinois que cette politique de coopération ne devait jouer que par rapport aux deux grands objectifs définis à Canton : lutte contre le militarisme féodal des du-jun, et lutte contre les empiètements des Puissances ; elle n’excluait nullement une action autonome du mouvement ouvrier, y compris dans ses rapports économiques avec la bourgeoisie chinoise. La bonne façon de soutenir les intérêts de celle-ci, indiquait Chen Du-xiu en juin 1924 dans un article à caractère officiel, est de la débarrasser de la double contrainte qui pèse sur elle et non de freiner le mouvement ouvrier ; la coopération entre classe ouvrière et bourgeoisie est une coopération au service de la révolution de libération nationale, et non un compromis économique117. En janvier 1925, était votée par le IVe Congrès du Parti communiste une résolution sur le mouvement ouvrier, qui soulignait plus nettement encore la compatibilité entre cette politique de coopération et l’autonomie d’action du prolétariat dans sa sphère propre ; cette résolution insistait sur la nécessité de multiplier les syndicats dans les grands centres industriels, ainsi que les cellules d’entreprise du Parti communiste ; elle distinguait dans le Guo-min-dang une gauche à caractère petit-bourgeois et populaire et une droite formée de grands compradors et de propriétaires fonciers, et soulignait la nécessité de soutenir l’une et de combattre l’autre, en surveillant de près les oscillations du centre (les « capitalistes nationaux »)118.

  • 119 Ces passages, extraits de l’article publié le 1er décembre 1923 par Chen Du- xiu dans QF (Zhong-gu (...)
  • 120 Martyrs du Hunan, p. 22 (biographie de Deng Zhong-xia).
  • 121 Dans le premier numéro de ZGGR (oct. 1924), cette question des alliances est par exemple passée so (...)
  • 122 Cf. un article de Deng Zhong-xia dans le premier numéro de ZGGR (Gong- nong-jun yu Bei-fa, l’Armée (...)

35En fait, cette ligne politique complexe mais tout à fait viable rencontrait bien des adversaires au sein même du Parti communiste. Les deux tendances condamnées officiellement au troisième Congrès en 1923 pour s’être toutes deux opposées à la coopération avec le Guo-min-dang sur la base de la liberté d’action des communistes, celle des « deux révolutions » et celle de la « porte fermée », continuaient à se manifester à propos du mouvement ouvrier. Les uns, avec Chen Du-xiu lui-même, dont l’article cité précédemment ne représentait sans doute pas exactement les vues personnelles, restaient pessimistes sur l’avenir du prolétariat chinois, au moins dans l’immédiat ; encore sous le coup du découragement provoqué par la défaite du 7 février, ils pensaient que « la grande majorité des ouvriers chinois n’ont ni le besoin ni la capacité de livrer leur propre bataille politique de classe », « que dans un pays peu industrialisé comme la Chine les luttes purement économiques de la classe ouvrière n’ont pas une grande signification », « que la lutte contre le régime colonial et semi-colonial est la lutte commune de toutes les classes pour la liberté politique et non la propre lutte politique de classe du prolétariat »119. C’est contre cette tendance pessimiste qu’en octobre 1924 est fondé par Deng Zhong-xia et Zhang Guo-tao l’hebdomadaire Zhong-guo gong-ren (L’ouvrier chinois)120 ; il s’y manifeste parfois la tendance à l’extrême inverse, la tendance à isoler le mouvement ouvrier et à se désintéresser de ses alliances de classe121. Zhang Guo- tao qui avait dirigé au Congrès la tendance dite « de la porte fermée » est un des principaux rédacteurs de Zhong-guo gong-ren sous son pseudonyme de Zhang Te-li. La condamnation vigoureuse portée dans ce périodique contre le projet d’une « expédition punitive du Nord » annoncée par Sun Yat-sen à l’automne 1924, trahit la même réticence vis-à-vis de la politique de coopération définie à Canton en janvier 1924122.

  • 123 Annuaire, II, p. 8.
  • 124 Cf. un manifeste envoyé au gouvernement soviétique en mars 1924 par les groupements qui peu après (...)
  • 125 Cf. ci-dessus p. 324.
  • 126 XD, 17 et 24 septembre 1924 ; ZGGR (n° 1, Nan-yang yin-chang ba-gong shi- bai de yuan-yin yu suo-d (...)

36Ces réticences de certains dirigeants communistes des syndicats à l’égard d’alliances trop larges et la préférence qu’ils continuent à manifester pour les propres combats de classe du prolétariat, sont d’ailleurs entretenues par l’attitude des milieux modérés du Guo-min-dang à leur égard. Les tendances à l’anticommunisme ne disparaissent pas soudainement en janvier 1924 dans ce parti ; on y garde en particulier l’espoir de contrebalancer l’influence communiste au sein du prolétariat et de maintenir l’activité de celui-ci dans des limites raisonnables. Dans le cadre même de la politique de « soutien du mouvement ouvrier » définie au Congrès de janvier 1924, s’engage ainsi une très âpre lutte d’influence, dans laquelle les transfuges du mouvement ouvrier et les tenants du corporatisme, dont on a vu le regain d’activité en 1923 et 1924, viennent fournir aux éléments de droite du Guo-min-dang de précieux points d’appui. Le comité de Changhai du Guo-min-dang, où les éléments de la grande bourgeoisie comprador sont influents, est par exemple en excellents termes avec les groupements ouvriers anticommunistes de la « Fédération »123. Ces groupements, s’ils se rallient habilement au printemps 1924 à la politique d’alliance avec l’Union soviétique, reprennent en même temps leurs attaques contre « ces politiciens qui s’appellent socialistes et cherchent à capter la confiance des ouvriers pour s’enrichir »124. Ils célèbrent sans les communistes le 1er mai 1924, et sont honorés de la présence d’un vétéran du parti, Wang Jing-wei125. Ces divergences sont plus sensibles encore au moment de la grève des ouvriers de la Nan-yang en septembre 1924, grève qui était soutenue par les communistes, mais freinée par les dirigeants modérés du Club d’entreprise et par la Fédération. L’hostilité que lui témoigne le Min-guo-ri-bao, quotidien lié au Guo-min-dang et à la grande bourgeoisie changhaienne, provoque une très vive polémique entre ce journal et Xiang-dao, l’hebdomadaire du parti communiste126.

  • 127 Cf. ci-dessus p. 351.
  • 128 Cf Ma Chao-jun Histoire (N. éd.), pp. 300, 330, 349.

37Cette lutte d’influence entre les éléments modérés du Guo-min-dang et les militants communistes ne se limite pas à Changhai. On a noté aussi qu’à Canton, si Liao Zhong-kai avait confié à un communiste le Secrétariat de la section centrale ouvrière du parti, l’influence des éléments de droite comme les mécaniciens était restée assez forte pour qu’encore en décembre 1923 ce soit un des leurs, Ma Chao-jun, qui ait été nommé directeur de l’Arsenal127. Sur le Long-hai, à Chongqing, dans le centre de soierie de Foshan, près de Canton, on constate aussi qu’au cours de l’année 1924 les éléments liés à la droite du Guo-min- dang s’efforcent de constituer des syndicats soustraits à l’influence des communistes, et qu’ils se heurtent à ceux-ci128.

  • 129 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 115, 116 ; les secrétaires et les « exécutifs » de ces sections ouv (...)
  • 130 JDSZL 1957, n° IV (Nanchang da-shi-ji, Chronique de Nanchang.)

38Mais ces difficultés n’empêchèrent pas les accords de janvier 1924, surtout dans les centres dont la structure sociale limitait l’influence des grands compradors dans le Guo-min-dang, de jouer souvent un rôle positif. Conformément aux nouveaux statuts de ce parti, ses organismes régionaux et locaux constituèrent partout des « sections ouvrières », où c’était souvent aux communistes, en raison de leur expérience, qu’étaient confiés des postes responsables129 ; à Nanchang, par exemple, au Jiangxi, la section ouvrière comprend sur sept membres cinq communistes dont Zhao Xing-nong, principal responsable du parti pour cette province ; sous son impulsion, des syndicats se constituent chez les imprimeurs, les cheminots, les bateliers130.

***

  • 131 Sur ces événements de l’automne 1924, Cf. li chien-nung, Political History- pp. 467-73. Cf. aussi (...)
  • 132 A Changhai, pendant sa retraite de l’été 1922, Sun Yat-sen avait noué des contacts avec des délégu (...)
  • 133 C’est ainsi qu’en novembre, le nouveau gouvernement nordiste prend une série de mesures en faveur (...)

39Le coup d’État du 24 octobre 1924, par lequel le général Feng Yu- xiang se retourne brusquement contre ses chefs du parti Zhili et porte au pouvoir un nouveau gouvernement, ouvre à l’automne de nouvelles perspectives aux organisations ouvrières et à tout le mouvement national131. Le parti Zhili pouvait pourtant se croire à la veille de l’emporter définitivement, puisqu’il venait de chasser du Zhejiang et de la zone de Changhai Lu Yong-xiang et He Feng-lin, deux des derniers tenants du groupe des Anfu, et qu’il se préparait à porter un coup final à ses adversaires du Fengtian au Nord-Est. Mais la volte-face de Feng, leur lieutenant, entraîne l’arrestation de Cao Kun, Président de la République, tandis que Wu Pei-fu se retire dans la zone d’influence britannique du Moyen-Yangzi. Au gouvernement central de Pékin, s’installent Duan Qi-rui, le vétéran du parti Anfu renversé en 1920, Zhang Zuo-lin, maître du Nord-Est, et Feng Yu-xiang, soldat de fortune déjà connu pour ses attaches protestantes et ses sympathies pour Canton. Duan et Zhang sont, eux, des du-jun de l’ancienne école, mais qu’une « alliance triangulaire » unit à Sun Yat-sen depuis l’été 1922132. Bref, l’équilibre instable qui s’établit dans le Nord après la chute du groupe du Zhili semble autoriser les dirigeants communistes et syndicalistes à espérer du nouveau gouvernement une attitude plus favorable133, et ils lancent à l’automne un « mouvement pour la restauration des syndicats ».

  • 134 Cf. Xu Xie-hua, Tie-lu lao-gong wen-ti (La question ouvrière dans les chemins de fer), p. 177. Ces (...)
  • 135 Deng Zhong-Xia, Abrégé..., p. 126.
  • 136 Comme sur le Jiao-ji en février 1925 (ZGGR, n° 4, avr. 1925, Quan-guo tie-lu zong-gong-hui di-er-c (...)
  • 137 Cf. sur ce congrès, ZGGR, n° 4 (op. cit.) et Annuaire, II, pp. 377-392.
  • 138 Deng Zhong Xia, Abrégé..., pp. 126-127.
  • 139 D’après les rapports présentés au congrès sur la situation dans les différents réseaux (Annuaire, (...)
  • 140 L’un des principaux de ces transfuges est Yang De-fu, ancien dirigeant du syndicat du Jing-han ava (...)

40C’est parmi les cheminots du Nord, avant-garde du mouvement ouvrier jusqu’au coup d’arrêt du 7 février, que cette campagne prend le plus d’ampleur ; des dirigeants syndicaux emprisonnés sont libérés, comme ceux du réseau du Zheng-tai134, des ouvriers licenciés sont réintégrés135, les anciens syndicats se réorganisent et de nouveaux groupements se constituent136. En février 1925, au jour anniversaire de l’attentat de 1923, se tient à Zhengzhou le second Congrès national du rail137 avec la participation de 45 délégués de douze lignes, soit l’ensemble des réseaux chinois sauf le Changhai-Nankin et le Changhai-Hangzhou, et en présence de syndicalistes de Hambourg, de Moscou, de Singapour138. Le Congrès appelle au renforcement des organisations syndicales, et à l’élimination définitive des gens de la « Clique des communications » qui se maintenaient encore sur certaines lignes, des contremaîtres, et des rivalités corporatives139 ; il se prononce aussi pour le soutien de la révolution nationale et de la politique de Sun Yat-sen ; il accorde une attention toute particulière à l’activité dans les chemins de fer des gonz-zei (brigands du travail), c’est-à-dire des transfuges du mouvement syndicaliste révolutionnaire qui depuis 1923, par intérêt, ambition ou faiblesse, étaient passés dans le camp des organisations modérées ; les syndicats de cheminots sont invités par le Congrès à les surveiller de près et à les chasser de leurs rangs140.

  • 141 XD, 28 mars 1925.
  • 142 En février 1925, alors que la Fédération condamne les grèves des cotonnières de Changhai (cf. ci-d (...)

41A la même époque se confirme le redressement du syndicat des marins, dont les dirigeants s’étaient à l’époque du reflux alignés sur les groupements modérés de Changhai. La remise en question par les firmes britanniques de Hongkong de certaines clauses de l’accord de 1922 provoque un renouveau des luttes revendicatives à la base141, tandis que des éléments radicaux comme Su Zhao-zheng et Lin Wei-min reviennent à la direction du syndicat142.

  • 143 Le prolétariat de Tianjin, dont la plupart des usines ne datent que de la Grande Guerre, semble êt (...)
  • 144 Cf. Wang Lin, Bo-zhong (Semailles), pp. 2-6.

42Tianjin, grand centre industriel de Chine du Nord, était resté jusque- là très à l’écart des activités ouvrières et du mouvement d’organisation syndicale, sans doute en raison de la proximité de la capitale et de ses concentrations militaires, et peut-être aussi à cause de certaines particularités sociologiques143. A l’automne 1924, sur l’initiative du comité local du Parti communiste et selon la même tactique qu’en 1921 au Hunan ou à Changhai, s’y créent des écoles ouvrières du soir ; elles fournissent le noyau initial des syndicats qui sont constitués au début de 1925 dans les cotonnières, les ateliers de tapis, les imprimeries, ainsi que chez les marins144.

  • 145 A. Kotenev, New lamps for old, pp. 120-121. Les troupes du Fengtian ont chassé de la zone de Chang (...)
  • 146 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 132-140 ; PDR, passim ; NCH, 14, 21 et 28 février 1925 ; cf. au (...)
  • 147 Liu Hua, correcteur d’épreuves aux « Editions de Chine », avait ensuite été employé à l’Université (...)
  • 148 PDR, 11 février 1925 (rôle de Li Li-san) ; Martyrs du Hunan, p. 22 (rôle de Deng Zhong-xia).
  • 149 PDR, 16, 18 et 28 février 1925.
  • 150 PDR, 23 février 1925.
  • 151 PDR, 24 et 27 février 1925.

43Mais c’est à Changhai, dont le nouveau gouvernement nordiste a décidé en janvier la démilitarisation et le démantèlement de l’arsenal145, que le « mouvement de restauration syndicale » aboutit à la manifestation la plus spectaculaire, la grève de février 1925 des cotonnières japonaises146. Cette grève, qui dure du 10 au 27 février et entraîne 30 000 à 40 000 personnes, n’est initialement qu’un mouvement économique de protestation contre une série de licenciements ; les ouvriers demandent aussi des hausses de salaires et plus de régularité dans le paiement de ceux-ci en monnaie d’argent, ainsi que le versement de primes d’assiduité et des garanties contre la brutalité des contremaîtres. Ce mouvement s’apparente encore aux brusques accès de colère dont était familier le prolétariat textile changhaien, et on y rencontre des traits de da-chang, de mise à sac des ateliers et des installations d’usine. Mais son ampleur, la rapidité avec laquelle il se propage, la discipline dont les grévistes font preuve, révèlent la présence d’organisateurs expérimentés. Dès la fin de 1924, le Parti communiste avait reconstitué à Xiaoshadu, au-delà de la concession internationale, un « club ouvrier de l’Ouest de Changhai » ; ses dirigeants, tels l’imprimeur Liu Hua147 ou l’ouvrier des cotonnières Sun Liang-hui, prennent en main dès le 10 février la direction de la grève ; ils sont bientôt renforcés par des cadres plus éprouvés encore comme Li Li-san et Deng Zhong-xia, que la direction centrale du Parti communiste envoie sur place quand le mouvement prend de l’ampleur148. Cette grève des cotonnières japonaises semblait en effet une excellente occasion d’orienter le mouvement ouvrier dans le sens de la lutte directe contre les intérêts étrangers de Chine, lutte définie par le Congrès de Canton et soutenue par les communistes. Pendant la durée de la grève, des réunions de masse sont tenues chaque jour, des délégués d’ateliers et d’usines sont mis en place, des tracts distribués ; on est bien loin des mouvements spontanés et anar- chiques qu’avaient connus ces mêmes cotonnières quelques années auparavant. Les groupements modérés de la « Fédération », bien conscients de la rupture d’équilibre qui était en train de s’effectuer au profit de l’influence communiste, presque disparue depuis deux ans au sein du mouvement ouvrier changhaien, multiplient au contraire les efforts pour freiner la grève ; leurs tracts mettent en garde les ouvriers contre les « agitateurs » et les appellent à reprendre le travail149 ; mais le Club ouvrier de l’Ouest de Changhai, où Liu Hua tient des conférences de presse pour les journalistes chinois150 et distribue chaque jour 20 centimes d’argent à chaque gréviste151, conserve toute son autorité.

  • 152 IPC, 12 mars 1925 ; cf. ibid, 5 mars 1925 (appel à la solidarité mondiale lancé par l’I.S.R. en fa (...)
  • 153 PDR, 16 et 24 février 1925.
  • 154 D’après l’IPC (19 mars 1925), le gouvernement japonais aurait adressé à Duan Qi-rui, chef de « l’e (...)

44La grève en effet ne bénéficie pas seulement du soutien politique et financier du monde chinois du travail et d’une aide ouvrière internationale (l’I.S.R. verse 30 000 roubles)152, mais elle rencontre de larges sympathies dans l’ensemble de l’opinion nationale chinoise ; les étudiants de Changhai proposent leurs services pour collecter des fonds et aider au travail administratif du comité de grève153. Des sommes importantes sont réunies dans la bourgeoisie chinoise, dont les organes de presse, comme le Min-guo-ri-hao, prennent le parti des grévistes au point d’être condamnés à des amendes par le Tribunal Mixte ; les autorités chinoises locales (la grève se déroule surtout en territoire chinois, à l’exception des cotonnières de Yangshupu), adoptent elles aussi, sur instructions du nouveau gouvernement de Pékin, une attitude relativement tolérante154 ; le club ouvrier peut pendant toute la durée de la grève fonctionner de façon ouverte à Xiaoshadu sans être inquiété. Les grands compradors de la Chambre chinoise de commerce de Changhai, eux aussi, interviennent en faveur des grévistes en proposant le 26 février une médiation qui leur évite un échec humiliant ; la reprise du travail est effective le 28 février, contre promesse que tout acte de brutalité sera puni à l’avenir, que les grévistes seront réintégrés, que les salaires seront régulièrement payés chaque quinzaine.

  • 155 PDR, 19 mars 1925 et Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 141-142.
  • 156 Cf. ZGGR, 27 mars 1957 (Liu Hua lie-shi, Le martyr Liu-Hua) cf. aussi de nombreux exemples de disc (...)
  • 157 NCH, 16 mai 1925.
  • 158 PDR, 2 mai 1925. La Fédération tient une réunion à Zhabei, et fait distribuer des photographies de (...)

45Cette grève des cotonnières japonaises, qui n’est dans l’immédiat qu’un succès très partiel, marque pourtant pour le mouvement ouvrier changhaien la fin d’un long sommeil et le point de départ d’un renouveau d’activité qui en quelques mois conduira à l’explosion du 31 mai. Dès la fin de la grève, le Club ouvrier se transforme en syndicat des cotonnières de Changhai155 ; appuyé sur de nombreux comités d’usines, et sous l’impulsion de Liu Hua, il devient vite une véritable puissance avec laquelle les firmes japonaises doivent se résigner à traiter officieusement de la réintégration de grévistes, de questions de salaires, d’indemnités à des ouvriers licenciés ou victimes de mauvais traitements156. L’importance des manifestations ouvrières du Ier mai 1925 et plus encore de celles que les communistes organisent le 9 mai (« Journée d’humiliation » anniversaire des Vingt et une demandes)157, souligne le déclin rapide des éléments de la « Fédération », si remuants en 1923 et 1924. C’est en vain qu’ils tentent, dans un dernier effort pour redonner à leur activité quelque originalité, d’exhumer le 1er mai la figure bien oubliée de Jiang Kang-hu, fondateur du premier « Parti socialiste » en 1912158.

  • 159 Les ouvriers protestent contre la nomination à la tête du réseau du Shandong d’un fonctionnaire no (...)
  • 160 L’effondrement des cours de la soie provoque des baisses de salaire dans les usines chinoises de c (...)
  • 161 CWR, 14 mars 1925.
  • 162 SCMP, 10 avril 1925.
  • 163 MDN, 1925, passim (grèves des usines japonaises de chanvre et de laine de Moukden).
  • 164 MDN, 27 mai 1925.
  • 165 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 144-145 ; cf. aussi XD, 24 mai 1925.
  • 166 Deux morts et vingt blessés d’après NCH, 6 août 1925 ; huit morts et une dizaine de blessés d’aprè (...)

46A des degrés divers, les grèves qui pendant l’hiver et le printemps 1925 surgissent un peu partout en Chine confirment l’ampleur et la force de ce réveil ouvrier. Si celle des cheminots du Jiao-ji en février a surtout un caractère régionaliste159, si celle des filatures de soie du Guangdong et du Zhejiang n’est guère qu’un mouvement économique élémentaire contre les baisses de salaires pratiquées par les entreprises chinoises en crise160, d’autres ont un caractère nettement national. C’est le cas en janvier de celle des rickshaws de Hankou, provoquée par un choc avec la police anglaise qui fait plusieurs morts, et que soutiennent de nombreux groupements de la bourgeoisie locale161. Il en est de même pour la grève du Canton-Jiulong, qui en avril proteste contre une réduction de salaires effectuée par un surintendant britannique162. Jusque dans les entreprises japonaises du lointain Nord-Est, le mouvement prend de l’ampleur163 ; la question de l’égalité de traitement entre ouvriers chinois et japonais est posée par exemple au cours de la grève de la raffinerie de sucre de Moukden par une « Société d’aide mutuelle » récemment formée par les ouvriers164. Mais c’est la grève des 12 000 ouvriers des cotonnières de Qingdao qui en avril et mai 1925 reflète le mieux ce renouveau généra] d’activité165. Elle est déclenchée par le syndicat formé récemment parmi les ouvriers de la cotonnière Da-kang, avec l’aide des cheminots du Jiao-ji ; pour maintenir une stricte discipline, on organise les grévistes par groupes de 10, de 100, de 500. Pour briser ce mouvement, le gouvernement japonais envoie à Qingdao des renforts de police, mais se heurte comme à Changhai aux hésitations des autorités chinoises ; les grévistes, qui ont reçu une importante aide financière des étudiants et d’autres groupements locaux, obtiennent finalement, après médiation de la Chambre de commerce chinoise, une assez large partie des avantages économiques qu’ils avaient initialement revendiqués ; le travail est repris le 10 mai après trois semaines de grève. Mais l’affaire rebondit quand le 25 mai les autorités chinoises finissent par céder à la pression japonaise et arrêtent les dirigeants du syndicat ; cette mesure provoque une véritable émeute à caractère de da-chang, les ouvriers occupant l’usine et la mettant à sac ; le 29 mai, la police contre-attaque et fait plusieurs morts et vingt blessés166. La nouvelle de cet incident sanglant, quand elle arrivera à Changhai, y accroîtra encore l’émotion provoquée par la fusillade de Nanking Road du 30 mai.

  • 167 Cf. Li Chien-nung, Political history, pp. 475-79. Cf. aussi L. Wieger, Chine moderne, t. VI, p. 13 (...)
  • 168 Cf. L. Wieger, op. cit., t. VI, pp. 120-121 (déclaration de Sun Yat-sen énumérant les groupements (...)
  • 169 XD, 10 décembre 1924 (Mu-qian zheng-ju yu gong-ren jie-ji) La situation politique actuelle de la c (...)
  • 170 SCMP, 23 décembre 1924 (assemblée ouvrière tenue à Canton).
  • 171 PDR, 2 janvier 1925. Cf. aussi L. Wieger, op. cit., t. VI, pp. 136-137 (participation ouvrière à u (...)
  • 172 L. Wieger, op. cit., t. VI, p. 105 (résolution du syndicat général du Guangxi).
  • 173 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 129. Cf. aussi une résolution en ce sens du Congrès des cheminots d (...)
  • 174 Cf. L. Wieger, t. VI, p. 27. Parmi ces délégués réunis à Pékin, se trouvait Su Zhao-zheng, envoyé (...)
  • 175 Cf. L. Wieger, op. cit., tome VI, p. 31.

47Les changements survenus en Chine du Nord à l’automne 1924 n’offraient pas seulement au mouvement ouvrier de nouvelles possibilités d’organisation et d’action revendicative, mais l’occasion d’une intervention directe dans la vie politique chinoise. Sun Yat-sen avait accepté en novembre l’invitation de Duan Qi-rui et de Zhang Zuo-lin de venir à Pékin discuter des affaires de la Chine167. Avant de quitter Canton, il lance l’idée d’une Convention nationale, à laquelle participeraient tous les groupements représentatifs du pays, syndicats compris168. Il lui assignait les deux objectifs fondamentaux définis en janvier 1924 : lutte contre les traités inégaux et liquidation du militarisme. Mais les nordistes s’inquiètent de ce programme radical et opposent à la Convention de Sun Yat-sen une simple « Conférence de détente », composée essentiellement de hautes personnalités civiles et militaires et donc beaucoup moins démocratique. Canton et le Guo-min-dang lancent alors un appel pour le « soutien de la Convention nationale », que le Parti communiste appuie de son côté avec les syndicats qu’il influence ; mais il recommande à ceux-ci d’y ajouter leurs propres revendications (restauration des organisations, droit de grève, etc.), faute de quoi « ce ne sera qu’un mot d’ordre vide »169. De décembre à février, s’orchestre dans les milieux ouvriers, à Canton170, à Changhai171, au Guangxi172, sur les voies ferrées du Nord173 une campagne d’opinion en ce sens ; elle aboutit à la désignation, au cours d’assemblées ouvrières, de délégués à une « Conférence pour le soutien de la Convention nationale », qui se réunit à Pékin en mars174. Mais la mort de Sun Yat-sen a retiré aux promoteurs de cette campagne toute chance de faire triompher leurs idées par négociation avec le gouvernement nordiste, et cette Conférence se disperse en avril175.

  • 176 ZGGR, n° 4, avril 1925 (Bei-qing zheng-pian-hou-de zheng-ju yu gong-ren jie-ji, La situation polit (...)
  • 177 ZGGR, n° 4, (Zhi-gongyun-dong fu-xing ji qiying-qu-zhi fang-zhen, La restauration des syndicats et (...)

48Ainsi sont ruinés dans l’immédiat les espoirs de voir la classe ouvrière participer, en sa pleine capacité politique, au règlement général des affaires de la Chine ; il semble bien qu’un certain flottement en ait résulté au sein du Parti communiste. Tandis que les uns comme Qu Qiu- bai continuent à demander que priorité soit donnée à la participation ouvrière à la révolution de libération nationale176, conformément à la ligne de 1924 que vient en février de confirmer le IVe congrès du parti communiste, d’autres laissent à nouveau percer leur préférence pour une lutte politique du prolétariat sur ses propres objectifs de classe ; en avril 1925, Zhang Guo-tao propose dans un important article de Zhong-guo gong-ren de relayer le « mouvement pour la restauration des syndicats » et le « mouvement pour le soutien de la Convention nationale » par un « mouvement de lutte pour les libertés »177, (libertés civiles, droit de grève, liberté syndicale), dirigé à la fois contre les autorités des concessions et contre les autorités nordistes, et auquel participerait aussi le prolétariat cantonais.

***

  • 178 Congres du Travail, p. 8.
  • 179 Il n’en est par exemple guère fait mention en 1924-1925 dans la presse communiste (XD, ZGGR, etc.) (...)
  • 180 Cf. Congrès du Travail, p. 8, note 1.
  • 181 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 151 ; Deng indique que le Parti communiste abandonne alors l’act (...)

49Au printemps 1925, les succès du renouveau syndical sont assez nets pour qu’il soit possible d’envisager la convocation d’une seconde Conférence nationale du travail à Canton pour le 1er mai. Officiellement, l’initiative de ce Congrès appartient aux quatre principales organisations ouvrières de gauche qui existent alors en Chine : la Conférence des délégués ouvriers du Guangdong, le Syndicat général des chemins de fer, la Fédération générale des marins et le Syndicat général de Han-ye-ping178. Ce dernier, formé en 1922 et qui a théoriquement survécu à la répression de 1923, n’a sans doute plus guère d’activité à l’exception de sa branche des houillères de Pingxiang179 ; mais les syndicats des marins et du rail peuvent se réclamer d’une tradition revendicative et syndicale déjà riche ; la Conférence des délégués ouvriers de Canton, plus récente mais auréolée du prestige gagné par la défaite des Volontaires marchands, offre la garantie supplémentaire d’être très liée aux éléments de gauche du Guo-min-dang et en particulier à Liao Zhong- kai. Dans ces quatre groupements, les communistes sont très actifs, et il semble qu’ils aient préféré convoquer le Congrès par ce truchement, par souci de ne pas nuire à la politique de coopération avec le Guo- min-dang180 ; le Secrétariat du travail, dont les liens directs avec le Parti communiste étaient notoires et qui avait été l’organisateur du Congrès de 1922, avait été progressivement mis en veilleuse en 1923-1924, sans jamais avoir été officiellement dissous ; il disparaît alors sans retour181.

  • 182 Chiffre de Deng Zhong-xia (qui était présent au Congrès), Abrégé..., p. 153. L’appel initial des q (...)
  • 183 PDR, 17 et 24 avril 1925. Sept délégués sont élus par le Syndicat des cotonnières, dont Sun Liang- (...)
  • 184 PDR, 24 avril 1925.
  • 185 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 154.

50281 délégués de 166 syndicats, se déclarant eux-mêmes forts de 540 000 adhérents182, se réunissent le 1er mai à Canton ; ils avaient le plus souvent été désignés par des groupements de base, par exemple par le syndicat des cotonnières formé à Changhai après la grève de février183. La participation au Congrès, si elle est numériquement beaucoup plus importante qu’en 1922 (où n’étaient venus que 160 délégués représentant 300 000 personnes), est aussi beaucoup plus homogène. Les organisations modérées et semi-ouvrières, présentes trois ans auparavant, ont maintenant complètement rompu avec la gauche et refusent de participer ; la « Fédération » de Changhai, par exemple, se dépense activement pour dénoncer cette « entreprise bolchevique »184. Les mécaniciens de Canton s’abstiennent ; le Syndicat général des groupements ouvriers de Hongkong n’envoie de son côté que des observateurs, et encore sur la demande du Syndicat des marins185. La composition du Congrès reflète ainsi le recul du courant modéré depuis 1922, la quasi-disparition des anarchistes et la force croissante des organisations qui se réclament du programme commun des communistes et du Guo-min-dang.

  • 186 Ce programme de revendications et ces principes d’organisation avaient déjà été exposés dans un ar (...)
  • 187 Cf. le texte de ces résolutions dans Congrès du Travail, pp. 12-35.

51En matière d’activité syndicale, le Congrès vote une résolution186 sur les luttes économiques et une résolution d’organisation. La première énumérait une série de revendications essentielles (salaire minimum, journée de huit heures, abolition du bao-gong, protection des femmes et des enfants, assurances sociales) et la seconde soulignait la supériorité du syndicalisme d’industrie et la nécessité d’une solide hiérarchie, depuis la direction centrale jusqu’aux organisations de base (par atelier, puits de mine, bateau)187. Trois résolutions spéciales recommandaient l’unification aussi rapide que possible des organismes ouvriers de Canton, Hongkong et Changhai.

  • 188 Cf. ci-dessus p. 358.
  • 189 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 344-45.

52Par ailleurs, le Congrès se préoccupe du renouveau d’activité depuis 1923 et 1924 des groupements anticommunistes. La lutte d’influence qui s’était amorcée en 1924 entre ces groupements et les militants communistes des syndicats188 s’était encore étendue en mars 1925, quand une « Fédération pan-chinoise des syndicats de chaque province et région » avait été fondée à Pékin, à l’initiative de la Fédération de Changhai, des mécaniciens de Canton et d’autres groupements moins importants ; elle avait invité à sa séance d’ouverture Sun Ke, fils de Sun Yat-sen, et adversaire avoué de la coopération avec les communistes189.

  • 190 Comme Yang De-fu et Zhang De-hui, transfuges du Syndicat général du Jinghan, Wang Guang-hui, ancie (...)

53Le second Congrès du travail est ainsi amené à voter un texte particulier sur les « brigands du travail » (gong-zei) ; il dénonce nommément dix-neuf d’entre eux190, et donne des directives précises pour éliminer leur influence. On vote aussi une résolution sur l’éducation ouvrière, recommandée surtout à l’intention des régions où la situation politique interdisait le travail syndical à visage ouvert.

  • 191 Cf. dans le n° 1 (oct. 1924) la traduction d’un rapport de Lozovski, président de l’I.S.R. sur la (...)

54Le Congrès décide aussi de constituer, comme cela avait déjà été envisagé dès mai 1922, un « Syndicat général pan-chinois » dont on vote les statuts et dont on désigne la direction centrale ; elle est dotée de très larges pouvoirs en matière de grèves, d’intervention dans l’activité des syndicats affiliés, d’initiative politique, de relations internationales. Parmi ses vingt-cinq membres figurent des vétérans de l’action ouvrière comme Liu Shao-qi, qui devient vice-président, et comme Deng Zhong- xia, ainsi que les marins Lin Wei-min, qui devient président, et Su Zhao- zheng, le cheminot Liu Wen-song, également vice-président, et l’ouvrier des cotonnières de Changhai Sun Liang-hui ; ce sont en majorité des communistes. La nouvelle organisation nationale vote immédiatement son affiliation à l’Internationale syndicale rouge, avec laquelle le mouvement ouvrier chinois était déjà depuis quelques années en relations étroites, et dont depuis la fin de 1924 la revue Zhong-guo gong-ren avait activement fait connaître les principes et l’expérience191.

  • 192 Congrès du Travail, p. 21.

55Mais la situation politique chinoise retient aussi l’attention du Congrès. Une résolution souligne, contre les tenants du corporatisme, la nécessité pour les ouvriers de participer aux luttes politiques, de participer, dans le cadre « semi-colonial » de la Chine, à la révolution nationale de libération comme première étape avant la révolution prolétarienne. Ce texte trahit toutefois les hésitations déjà manifestées pendant l’hiver précédent à l’égard des alliances de classe, dans les milieux de la revue Zhong-guo gong-ren. Face aux menées « contre-révolutionnaires » de la grande bourgeoisie, aux manœuvres dilatoires de la moyenne bourgeoisie, aux faibles capacités d’organisation de la petite bourgeoisie et des petits producteurs, il y est indiqué que c’est pour l’essentiel à la classe ouvrière qu’il appartient d’assurer la défaite des forces militaristes et des intérêts étrangers, et la victoire de la « révolution nationale ». C’est pourquoi la classe ouvrière, dans l’immédiat, doit s’assigner comme objectif la lutte pour les libertés ouvrières. La même timidité en matière d’alliances de classes marque la résolution sur la coopération de la paysannerie et du prolétariat industriel ; le principe de l’union entre ces deux partenaires de la révolution est solennellement affirmé, mais c’est surtout au bénéfice du mouvement ouvrier, dans la mesure où « les villes sont les centres de la vie politique et donc de la lutte »192.

  • 193 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 152-154.
  • 194 CWR, 16 mai 1925.

56Si le Congrès conçoit de façon un peu étroite l’alliance entre ouvriers et paysans, cela ne signifie pas qu’il s’en désintéresse. Un grand meeting public réunit ses délégués et ceux d’une conférence provinciale paysanne, qui se tenait à Canton la même semaine193. En février et mars 1925, les syndicats ouvriers et les Unions paysannes du Guangdong s’étaient d’ailleurs déjà retrouvés côte-à-côte, quand ils avaient prêté main-forte aux cadets de Huangpu au cours de la « Première expédition de l’Est », lancée contre les bandes de Chen Jiong-ming encore actives sur les confins orientaux de la province194. Le souvenir de ces luttes communes était encore tout récent, et les formules restrictives des résolutions du Congrès ne reflètent sans doute que très incomplètement les capacités d’action commune de la paysannerie et de la classe ouvrière à cette époque.

  • 195 A Hongkong, pat exemple, les syndicats organisent un grand défilé précédé de voitures automobiles (...)
  • 196 Le contenu des résolutions votées correspond, pour l’essentiel, aux articles publiés à la veille d (...)

57Ce second Congrès du travail, auquel font écho les célébrations du 1er mai dans les autres grands centres industriels de Chine195, a donc contribué à renforcer la cohésion et la capacité d’organisation du mouvement ouvrier chinois, même s’il ne semble pas avoir suscité des débats d’idées aussi larges que le premier196 et s’il ne semble pas avoir clairement tranché les problèmes complexes de stratégie politique qui se posaient alors aux syndicats chinois. Il a aussi traduit l’influence prépondérante dont disposent dans le monde du travail les syndicalistes qui se réclamaient du programme révolutionnaire défini à Canton en janvier 1924. Quand, quelques semaines plus tard, des incidents imprévus viendront brusquement mettre en mouvement les foules de Changhai, de Canton, et des autres grandes villes de Chine et fournir au mouvement ouvrier des alliés dont les organisateurs du Congrès de Canton ne prévoyaient peut-être pas l’importance, le travail de renforcement interne accompli pendant ce second Congrès national du travail permettra à la classe ouvrière d’être effectivement l’élément dirigeant des grandes poussées révolutionnaires de l’été 1925.

Notes

1 Cf. A. Whiting, Soviet policies in China, p. 30 sq.

2 Cf. K. Bloch, German interests and policies in China, chap. i.

3 Cf. W. W. Willoughby, China at the Conférence, Appendice II.

4 Sur cette affaire, cf. par exemple NCH, mai 1923, passim. Selon une tradition orale rapportée par d’anciens résidents de Chine, l’attaque contre le train aurait été une action de représailles menée par un chef de bande dont le fournisseur italien aurait refusé d’exécuter un contrat de livraison d’armes, alors que le montant en avait déjà été versé.

5 Cf. CWR, 2 juin et 7 juillet 1923 (discussion à la Chambre générale de commerce étrangère de Changhai et discours de John Harold Dollar).

6 Cf. ci-dessus p. 305.

7 Cf. la déclaration de Yang Yi-de, collaborateur de Wu Pei-fu, incitant en 1921 les mineurs de la K.M.A. à reprendre le travail et leur expliquant que les activités britanniques en Chine sont profitables au pays (CWK, 13/11/1921). On peut noter de même la grande discrétion des délégations chinoises à Versailles en 1919 et à Washington en 1922, sur la question du statut international de la Chine ; l’une représentait les Anfu, l’autre le groupe du Zhili. Sur la collusion entre les du-jun et les Puissances, cf. aussi Hu Sheng, Imperialism and Chine se politics chap. vi.

8 Statistics of government railways, 1924.

9 Report of the Chinese Post Office, 1924.

10 H. D. Fong, Cotton industry in China, p. 8.

11 Il n’a pas paru nécessaire de dresser une seconde fois, pour 1924-25, un tableau des effectifs ouvriers chinois aussi détaillé — et aussi incertain — que celui qui a été esquissé pour 1919.

12 Cf. N. P. Vinogradov, Rabocie dvijenie b’Kitae nakanune obrazovanija edinogo natsional’nogo antiimperialisticeskogo fronta ? La classe ouvrière chinoise à la veille de la formation du front national anti-impérialiste unifié (Voprosi Istorij, 1952, n° 10).

13 Cf. ci-dessus, pp. 310-311.

14 Au début de 1925, la cotonnière de Changsha avait dû payer aux autorités militaires cinq années d’impôts d’avance (CEB, 5 mai 1925) ; sur les méthodes expéditives de Wu Pei-fu à l’égard des marchands de Wuhan de 1921 à 1925, cf. CWR, passim ; en avril 1922 par exemple, Wu Pei-fu exige 300 000 yuans de la Chambre de commerce de Hankou et 100 000 de l’Association des banquiers chinois de la ville pour payer ses troupes (CWR, 6 mai 1922).

15 Cf. ci-dessus, pp. 310-311.

16 La cotonnière de Zhengzhou est à vendre en 1924 (CEB, 12 juil. 1924). Celle de Wuchang s’endette auprès d’une banque étrangère (CWR, 11 oct. 1924) ; deux cotonnières de Changhai sont au début de 1925 rachetées par une société japonaise (CEB, 7 févr. 1925).

17 Comme dans le Hubei (CWR, 8, 15, et 22 avr. 1922).

18 Des conférences nationales des Chambres de commerce se tiennent à Changhai en octobre 1921 (CWR, 8 oct. 1921) et à Hankou en novembre 1922 (CWR, 16 déc. 1922) ; une conférence industrielle nationale se tient à Pékin en septembre 1924 (CEB, 18 oct. 1924).

19 CWR, 8 avril 1922.

20 CWR, 2 décembre 1922.

21 Cf. par exemple la conférence de Pékin en septembre 1924 (CEB, 18 oct. 1924).

22 Dès la fin de 1921, Ye Gong-chuo, un des dirigeants du « groupe des communications » réclamait dans un article intitulé Salvaging China industrially » (CWR, 8 oct. 1921) l’abolition du li-jin et des douanes intérieures, et en revanche un tarif de 12 % en moyenne sur les marchandises étrangères. En 1925, la conférence d’études sur la révision des tarifs prévue à Washington ne s’était pas encore réunie (cf. Stanley Wright, China’s struggle for tariff autonomy).

23 Les Chambres de commerce protestent par exemple en avril 1923 contre un projet japonais de monopole des télé-communications en Chine (CWR, 12 mai 1923). La conférence de septembre 1924 à Pékin demande la protection des minoteries chinoises contre les importations de farine étrangère (CEB, 18 oct. 1924).

24 En 1925 (SMCR, 1926, p. 405), les étrangers payèrent 1 763 385 taëls d’impôts et les Chinois 2 021 702 taëls.

25 Cf. A. Kotenev, Shanghaï, its municipality... pp. 164-168. Ce conseil consultatif semble avoir eu une existence quasi nominale ; « it did not play a very prominent part », dit le juge Feetham dans son Rapport sur le statut de la concession internationale (2e partie, ch. VI, p. 128).

26 Ces associations de petits marchands qui s’étaient constituées au cours du Mouvement du 4 mai 1919 avaient continué à revendiquer une représentation chinoise au conseil municipal, à protester contre les impôts, etc. Leur attitude était plus radicale que celle de l’association des contribuables (SMCR, 1920, p. 66 A).

27 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 182.

28 CWR, 23 décembre 1922, The causes for the high price of cotton and the low price of yarn.

29 Ce souci de maintenir la classe ouvrière dans un rôle subordonné et de la détourner des luttes économiques contre le patronat chinois s’exprimera par exemple très nettement dans le discours prononcé le Ier mai 1924 par Sun Yat-sen devant les ouvriers de Canton, sur le thème « les souffrances subies par les ouvriers du fait des traités inégaux » (Xuan-ji, Œuvres choisies, pp. 839-846). Cf. ci-dessous, p. 350.

30 Cf. L. Wieger, Chine Moderne, tomes III et IV, passim (nombreux documents sur l’activité étudiante pendant cette période).

31 Cf. CEB, 25 avril 1925 (travail de nuit dans les huileries de Pékin) ; CEB, 9 mai 1925 (travail de nuit dans les fabriques artisanales de chaussures de Pékin) ; Annuaire, I, p. 311 (journées de 15 h. dans les ateliers de soieries de Yingkou, pour soutenir la concurrence japonaise).

32 Des grèves éclatent à plusieurs reprises parmi les ouvriers de l’artisanat pour demander le versement des salaires en monnaie d’argent et non de cuivre ; f. CEB, 1er novembre 1924 (teintureries d’indigo de Hankou), CEB, 10 janvier 1925 fabricants de nattes de Pékin et tailleurs de Pudong).

33 Comme celle des peintres en bâtiment de Pékin, dont la police arrête les dirigeants en avril 1924 (CEB, 19 avr. 1924).

34 Les syndicats corporatifs de compagnons, qui tendent à se créer par dissociation des anciennes guildes mixtes, continuent les efforts de celles-ci pour limiter le marché du travail : ainsi le syndicat des employés coiffeurs de Tianjin distribue des certificats d’aptitude à ses membres (CEB, 12 juil. 1924) ; celui des employés des boutiques de soie de Fuzhou demande aux patrons de n’engager qu’un apprenti par boutique (CEB, 28 févr. 1925), celui des nattiers de Changsha fait payer huit yuans aux compagnons des autres villes qui viennent s’y faire embaucher (CEB, 2 févr. 1924).

35 Cf. Hu Sheng, Imperialism and Chinese politics, p. 286.

36 Sur la culture forcée et le trafic de l’opium par les du-jun, cf. l’enquête de l’International Anti-opium Association (NCH, 31 mai 1924). Au Fujian, les paysans étaient contraints d’acheter des licences de culture de l’opium, puis de payer des droits pour revendre la récolte.

37 En 1921, Wu Pei-fu attaquant le Hunan fit rompre les digues du Hubei, ruinant des districts paysans entiers (CWR, 14 janv. 1922).

38 Cf. le récit d’un correspondant britannique au Fujian (NCH, 16 févr. 1924).

39 Cf. Chen Han-seng, The burdens of Chinese peasantry (PA, oct. 1929) qui cite un district du Zhili, et un district du Shandong où les impôts nominaux ont augmenté de 53 % et 47 % entre 1911 et 1928, ainsi qu’un district du Hunan où en 1924 ils étaient perçus jusqu’en 1930, et un district du Sichuan où en 1926 ils étaient perçus jusqu’en 1957.

40 Cf. par exemple CEB, 20 février 1926 (émigration par Xiamen).

41 Ce sont les du-fei (brigands du terroir) dont l’activité commence à cette époque à inquiéter fortement la grande presse occidentale de Chine. Cf. par exemple CWR, 6 janvier 1926 (The real significance of banditry in China) ou CWR, 1er septembre 1925 (Agricultural unrest may lead to bolchevism in China).

42 Comme la société des Epées Rouges du Henan (cf. Li Da-zhao, Xuan-ji, Œuvres choisies, pp. 564-570), les sectes taoïstes du Sichuan (NCH, 26 avr. 1924), du Shanxi (NCH, 26 janv. 1924), ou du Hubei occidental (CWR, 14 mai 1921) ; on voit aussi renaître les glorieux termes de l’Empire Céleste de la Grande Paix, au Sichuan (RT, Wanhsien, 1921, p. 9) ou au Hubei (CWR, 18 mai 1922) et des Poings de Justice et de Paix, au Henan (CWR, 20 janv. 1923).

43 Cf. J. Lamb. Agrarian movement in China, pp. 22-24. Cf. aussi Di-yi-ci guo-nei ge-ming zhan-zheng shi-qi-de nong-min yun-dong (Le mouvement paysan à l’époque de la première guerre civile révolutionnaire), pp. 6 à 17.

44 Ho Kan-shih, Modem Revolution, p. 83.

45 Cf. ci-dessus, p. 276.

46 P. Mif (Pour une Chine forte et libre, p. 24) fait au Parti communiste chinois le reproche d’avoir négligé, lors de son IIIe Congrès (juin 1923) les recommandations de l’Internationale communiste sur la question paysanne.

47 Il est nécessaire de préciser que les présentes recherches ne portent que sur le mouvement ouvrier chinois proprement dit. S’il nous est arrivé et nous arrivera à nouveau de mentionner le Parti communiste chinois ou l’Internationale communiste, nous nous sommes volontairement abstenu, en dépit du rôle considérable joué par l’un et l’autre dans l’histoire du mouvement ouvrier chinois, d’en mener systématiquement l’étude d’après des matériaux de première main. Nous nous contentons en ce domaine de mentionner, le plus souvent de seconde main, les faits strictement nécessaires à la conduite de notre exposé.

48 Hu Hua, Exposé, pp. 64-65.

49 Hu Hua, ibid, p. 63.

50 A. Whiting, op. cit., p. 79.

51 Hu Hua, Exposé, p. 68. Cf. C. Brandt, Documentary history, of Chinese communism, pp. 52-53.

52 A. Whiting, op. cit., p. 240 et Hu Hua, Exposé, p. 75.

53 Cf. l’éditorial de XD, Ier août 1923, sur la fermeture d’une cotonnière chinoise de Changhai et la crise du capitalisme national. Cf. surtout l’article de Qu Qiu-bai (sous le pseudonyme de Qu Wei-tuo) dans QF, Ier juil. 1923, qui souligne l’importance des contradictions entre la bourgeoisie chinoise et les deux forces du militarisme et de l’impérialisme, et appelle à une alliance politique entre mouvement ouvrier et bourgeoisie (« le mouvement national de la bourgeoisie ne peut réussir sans l’élan révolutionnaire de la classe ouvrière »).

54 Hu Hua, Exposé, p. 74.

55 Ibid, p. 76 ; les controverses que connaît alors le Parti communiste chinois reflètent dans une large mesure celles qui divisaient toute l’Internationale communiste et que faute de place nous ne pouvons évoquer ici, même brièvement (cf. ci-dessus, p. 345, note 3).

56 « A cette époque, déclare Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 114), il n’y avait guère de Guo-min-dang, il n’y avait que Sun Yat-sen ».

57 Cf. J. Chesneaux, Sun Yat-sen, ch. VII ; sur les liens entre Chen Jiong-ming et Hongkong, cf. ci-dessus p. 293.

58 Au cours d’une réception en l’honneur des délégués au Congrès du travail en mai 1922, Sun Yat-sen les invite à « agir de toutes leurs forces dans l’intérêt de l’Etat et de la Société » (MGRB, 8 mai 1922).

59 Dans son interview au Japan Chronicle du 9 novembre 1922, il déclare : « mon but est d’obtenir que les ouvriers soient reconnus comme des gens de quelque importance dans la communauté. Jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont eu aucune influence dans la vie politique de la Chine. Ils ont été considérés comme des domestiques indignes d’avoir voix aux affaires publiques. Je pense que par leur influence la vie publique du pays sera enrichie ».

60 CWR, 3 novembre 1923.

61 Un meeting ouvrier, le 16 décembre, avait été présidé par un dirigeant du syndicat des mécaniciens (SCMP, 18 déc. 1923). Les syndicats avaient aussi adhéré à l’ » Association Civique pour le soutien diplomatique », formée pour appuyer Sun Yat-sen (SCMP, 18 nov. 1923) et avait adressé un appel solennel à la classe ouvrière des Etats-Unis, d’Angleterre, de France, du Japon et d’Italie sur la question du « surplus douanier » (NCH, 12 janvier 1924 et XD, 9 janvier 1924).

62 Hu Sheng, op. cit., p. 290.

63 T. C. Woo, The Future of the Chinese revolution, p. 151.

64 Sun Yat-sen, Xuan-ji, (Œuvres choisies), tome I, p. 434.

65 Hu Hua, Abrégé..., p. 78.

66 Ibid., p. 62.

67 Li Chien-nung, Political History, p. 443.

68 Sur ce Congrès de 1924, cf. T. C. Woo, op. cit., ch. 2 et 6, et aussi Hu Hua, Exposé, pp. 88-90, et Li Chien-nung, op. cit., pp. 444-458.

69 En même temps qu’un télégramme de félicitations à Macdonald pour son arrivée au pouvoir. Les Russes répondent, mais non les Anglais (Tang Leang-li, lnner History, p. 180).

70 Parmi les principales grèves ouvrières de 1923, visant à obtenir des hausses de salaires et l’abolition du bao-gong, on relève (SCMP, passim), celle des mécaniciens d’une sucrerie anglaise de Hongkong en mars, celle des mécaniciens de Butterfield et Swire à Hongkong en avril, celle des ferblantiers des mêmes chantiers en novembre, celle des mécaniciens de la centrale électrique de Canton.

71 CWR, 7 avril 1923.

72 XD, 15 octobre 1924.

73 SCMP, 3 septembre 1924.

74 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), p. 287.

75 En 1923, la préséance avait été donnée à la fête du 5 mai, anniversaire de l’entrée en fonctions en 1921 de Sun Yat-sen comme Président constitutionnel du Sud, sur la fête du Ier mai (SCMP, 7 mai 1923).

76 MLR, août 1924.

77 Cf. Sun Yat-sen, Xuan-ji (Œuvres choisies), pp. 839-846.

78 Cf. sur cette conférence, RIT, mars 1927 (Le mouvement ouvrier en Chine) et Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 148.

79 SCMP, 27 février 1923. Sun Yat-sen avait proposé pour la future organisation unifiée le nom de « Syndicat général chinois ».

80 Le 10 octobre 1924, celle-ci, dans une réunion publique, reprend les mots d’ordre de Sun Yat-sen : lutte contre le militarisme et l’impérialisme (NCH 4 octobre 1924).

81 Cf. Voitinski, Tchto proishodit b’kitae, p. 56.

82 Il existe alors un très grand nombre de syndicats de métiers en activité (liste dans Annuaire II, p. 73).

83 Voitinski, ibid.

84 XD, 15 octobre 1924 (violent réquisitoire d’un ouvrier de l’arsenal contre Ma Chao-jun, accusé de favoritisme, de collusion avec les bao-gong-tou, de brimades à l’égard du club ouvrier et de la coopérative ouvrière de consommation, de trop bas salaires et de trop longues heures de travail).

85 En août 1924, éclate une rixe entre des membres du syndicat des cabarets et des membres d’une association semi-patronale, la Société amicale des ouvriers et des marchands, dont on ne connaît pas les liens avec le groupement changhaien du même nom. Chacun d’eux cherchait à gagner les adhérents de l’adversaire (XD 27 août 1924).

86 SCMP, 31 janvier 1924.

87 SCMP, 3 juillet 1924.

88 Sur cette affaire, cf. SCMP, juillet-août 1924, passim.

89 Hu-Hua, Exposé, p. 95.

90 Les consuls refusèrent d’abord de reprendre ceux-ci. Quand ils eurent accepté, il fut convenu en échange de cette concession que ces policiers démissionneraient aussitôt après la fin de la grève. (SCMP, 14 août 1924).

91 Cf. SCMP, passim : taxe sur les soies en décembre, sur les rickshaws et les allumettes en janvier, sur les jonques et les banquets en avril, ainsi que sur les boissons froides et les médicaments en mai.

92 Dès novembre 1923, la Chambre de commerce de Canton et une dizaine d’autres organisations bourgeoises protestaient contre les taxes et les exactions des mercenaires (SCMP, 3 nov. 1923).

93 SCMP, 16 juillet 1922.

94 CWR, 12 juillet 1924.

95 SCMP, 28 août 1924. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 123.

96 CWR, 21 juin 1924 (proclamation de la Fédération unifiée des Corps de Volontaires marchands).

97 A Jiangmen, des incidents éclatent pendant le défilé du 1ermai entre les syndicats et les Volontaires marchands ; plusieurs ouvriers sont tués (SCMP, 9 mai 1924). Déjà en janvier, les Volontaires avaient essayé de briser la grève des coolies transporteurs de riz (SCMP, 30 janv. 1924).

98 Voitinski, op. cit., p. 29.

99 Sur cette affaire des armes, cf. SCMP et XD, passim. Cf. aussi Deng Zhong- xia, Abrégé..., p. 123, et LSYJ, 1956, n° 3 (1924 nian Sun Zhong-shan-de bei-fa yu Guang-zhou-shang-tuan shi-bian. L’expédition du Nord de Sun-Yat-sen et l’affaire des Volontaires marchands).

100 SCMP, 29 août 1924 ; Hu Hua, Exposé, p. 195.

101 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 105-107.

102 Cf. le rôle des piquets de service d’ordre dans les grandes grèves de 1922 (ci-dessus, chap. vii). A Canton en avril 1922, les syndicats avaient déjà constitué une sorte de milice ouvrière chargée de surveiller les transactions bancaires et d’empêcher les banques de prendre un escompte sur les billets provinciaux, qui tendaient alors à se dévaloriser (SCMP, 10 à 12 avril 1922).

103 SCMP, 9 à 17 octobre 1924.

104 XD, 15 octobre 1924 ; les imprimeurs, ayant obtenu satisfaction sur le premier point, décident de s’en remettre à Liao Zhong-kai pour leurs salaires.

105 Au sein même du gouvernement sudiste, des personnalités comme Hu Han-min avaient constamment recherché en août et septembre un compromis honorable pour les deux parties ; sous leur influence, Sun Yat-sen avait le 29 août et de nouveau le 13 septembre promis de rendre les armes, contre réorganisation du corps des Volontaires (SCMP, 16 sept. 1924). C’est l’intransigeance de ces derniers qui amène finalement la rupture d’octobre.

106 Ces assemblées, encore actives en 1919, n’avaient jamais été formellement dissoutes. Celle de Canton s’éteint progressivement en 1923, mais ses membres conservaient encore un certain crédit et son président, au début de septembre 1924, appelle à l’intervention étrangère contre le gouvernement de Sun Yat-sen « irrégulièrement constitué, et jamais reconnu officiellement en Chine ni à l’étranger » (SCMP, 9 sept. 1924).

107 Parmi les points soulevés le 11 octobre par les Volontaires quand éclate la grève générale des marchands, figure l’élimination des communistes (SCMP, 12 oct. 1924) ; la Chambre de commerce unifiée du Guangdong, le même jour, accuse Sun Yat-sen d’être dominé par mercenaires et communistes, et d’être aussi nuisible que les nordistes qu’il critique (SCMP, 14 oct. 1924).

108 Dans le Guangdong oriental, les sections locales de Volontaires fraternisent avec les troupes de Chen (SCMP, 9 oct. 1924).

109 SCMP, 5 septembre 1924 (texte de la note du Consul Général).

110 CWR, 27 septembre 1924.

111 Texte de la réponse de Sun Yat-sen, SCMP, 5 septembre 1924. Cf. aussi (ibid.) le télégramme de Sun Yat-sen à Macdonald : « en raison de l’aide diplomatique et financière que les différents gouvernements britanniques ont constamment donné à la contre-révolution en Chine, et du fait que mon gouvernement est aujourd’hui le seul centre de résistance à la contre-révolution, je suis forcé de conclure que le réel objet de cet ultimatum est la destruction de mon gouvernement ». Après sa défaite, Chen Lian-bo se réfugia au consulat britannique de Shamian, et le consul refusa au gouvernement cantonais son extradition, avançant qu’il ne connaissait que le comprador de la Hongkong & Changhai Banking Corporation (SCMP, 28 oct. 1924).

112 PP, 30 novembre 1924.

113 CWR, 22 novembre 1924. Cf. L. Wieger, Chine Moderne, tome VI, p. 110 (texte du discours prononcé à cette occasion par Sun Yat-sen).

114 Texte intégral chinois : Annuaire, II, pp. 218-221 ; analyse dans Lowe Chuan- hua, Facing Labor issues, p. 42.

115 Sur ce boycott des produits de la Nan-yang, cf. XD, 24 décembre 1924 et SCMP, 14 et 22 janvier 1925 ; selon ce journal de Hong-kong, il s’agirait de représailles, car la Nan-yang aurait récemment refusé un prêt au gouvernement de Canton.

116 Ce traité consacrait l’abrogation de tous les traités passés entre la Chine et la Russie tsariste et de tous les droits et privilèges qui en découlaient, à l’exception de la participation russe à la gestion du transmandchourien. Texte intégral, CYB, 1924, pp. 1 192 sq.

117 XD, 18 juin 1924, Guo-min-dang yu lao-dong yun-dong (Le Guo-min-dang et le mouvement ouvrier). Cet article souligne en conclusion qu’il s’agit bien d’une coopération et non d’une fusion.

118 Hu Hua, Exposé, p. 104. Le Parti communiste comptait un millier de membres à cette date, et la Jeunesse socialiste de Chine 9 000 membres (Mif, Pour une Chine forte et libre, p. 24).

119 Ces passages, extraits de l’article publié le 1er décembre 1923 par Chen Du- xiu dans QF (Zhong-guo min-guo ge-ming yu she-hui ge-jie-ji ; La révolution nationale chinoise et les classes sociales) représentent un état d’esprit qui semble être resté vivant en 1924 et 1925.

120 Martyrs du Hunan, p. 22 (biographie de Deng Zhong-xia).

121 Dans le premier numéro de ZGGR (oct. 1924), cette question des alliances est par exemple passée sous silence dans l’important article d’orientation Di-guo zhu-yi-zhi jin-gongyu Zhong-guo lao-dongyun-dong. (L’assaut impérialiste et le mouvement ouvrier chinois) rédigé par Zhao Shi-yan, étudiant qui après un séjour en France avait résidé à Moscou de 1920 à 1924. (cf. sa biographie, HQDD, 15 déc. 1957) ; l’article ne préconise qu’une action pour le droit de grève, la liberté syndicale, la législation du travail et autres objectifs propres du mouvement ouvrier.

122 Cf. un article de Deng Zhong-xia dans le premier numéro de ZGGR (Gong- nong-jun yu Bei-fa, l’Armée ouvrière et paysanne et l’expédition du Nord) : « l’expédition du Nord n’a rien à voir avec la vraie révolution de libération nationale... Les syndicats et unions paysannes n’ont pas à s’en mêler ».

Une fois de plus, nous nous bornons à indiquer que ces débats, ces hésitations, ces réticences, ne sont sans doute pas particuliers au mouvement communiste chinois et se retrouveraient dans les organismes dirigeants de l’Internationale communiste et de ses différentes sections nationales. Nous n’avons pas cherché à dégager l’éventuelle correspondance qu’on pourrait constater entre les controverses politiques qui se manifestent au niveau du Parti communiste chinois et celles qui se font jour au niveau de l’Internationale.

123 Annuaire, II, p. 8.

124 Cf. un manifeste envoyé au gouvernement soviétique en mars 1924 par les groupements qui peu après formeront la « Fédération » (NCH, 15 mars 1924).

125 Cf. ci-dessus p. 324.

126 XD, 17 et 24 septembre 1924 ; ZGGR (n° 1, Nan-yang yin-chang ba-gong shi- bai de yuan-yin yu suo-de-de jiao-xun. Les causes de l’échec de la grève de la Nanyang et son enseignement) accusa les militants du Guo-min-dang d’avoir fait échouer la grève.

127 Cf. ci-dessus p. 351.

128 Cf Ma Chao-jun Histoire (N. éd.), pp. 300, 330, 349.

129 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 115, 116 ; les secrétaires et les « exécutifs » de ces sections ouvrières étaient le plus souvent communistes.

130 JDSZL 1957, n° IV (Nanchang da-shi-ji, Chronique de Nanchang.)

131 Sur ces événements de l’automne 1924, Cf. li chien-nung, Political History- pp. 467-73. Cf. aussi A. Kotenev, New lamps for old, pp. 116-121.

132 A Changhai, pendant sa retraite de l’été 1922, Sun Yat-sen avait noué des contacts avec des délégués de Duan et du Fengtian (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 125). Ces relations cordiales s’étaient maintenues après son retour à Canton (SCMP, 27 mars 1924).

133 C’est ainsi qu’en novembre, le nouveau gouvernement nordiste prend une série de mesures en faveur des cheminots (hausses de salaires, régularité de l’avancement, contrôle des amendes, etc., (CEB, 22 nov. 1924).

134 Cf. Xu Xie-hua, Tie-lu lao-gong wen-ti (La question ouvrière dans les chemins de fer), p. 177. Ces dirigeants avaient été emprisonnés après une grève, victorieuse d’ailleurs, en mai 1924.

135 Deng Zhong-Xia, Abrégé..., p. 126.

136 Comme sur le Jiao-ji en février 1925 (ZGGR, n° 4, avr. 1925, Quan-guo tie-lu zong-gong-hui di-er-ci dai-biao da-hui-zhi shi-mo. Le deuxième Congrès des délégués du syndicat général du rail) ou sur le Jing-feng, en avril 1925 (Annuaire, II, p. 108, qui publie le texte des statuts de ce syndicat).

137 Cf. sur ce congrès, ZGGR, n° 4 (op. cit.) et Annuaire, II, pp. 377-392.

138 Deng Zhong Xia, Abrégé..., pp. 126-127.

139 D’après les rapports présentés au congrès sur la situation dans les différents réseaux (Annuaire, II, pp. 378-386), le Groupe des communications était encore influent sur le Jing-sui et le Jin-pu, et les contremaîtres sur le Long-hai ; les services de la mécanique, de la voie et des machines continuaient à mal s’entendre sur le Jing- feng, et formaient trois clubs rivaux sur le Canton-Sanshui.

140 L’un des principaux de ces transfuges est Yang De-fu, ancien dirigeant du syndicat du Jing-han avant le 7 février 1923, qui s’était ensuite réfugié à Changhai où il s’était lié au groupe de la Fédération. En février 1924, il participe encore, en liaison avec les communistes, à la reconstitution clandestine d’un syndicat national du rail, mais il rompt ensuite définitivement avec eux, et en 1925 ce syndicat national (XD, 26 avr. 1925), l’accuse d’avoir dès 1923 et encore en 1924 dénoncé ses camarades et d’être un agent secret du groupe des Communications.

141 XD, 28 mars 1925.

142 En février 1925, alors que la Fédération condamne les grèves des cotonnières de Changhai (cf. ci-dessous p.362) comme le fruit des intrigues communistes, les marins la soutiennent financièrement (PDR, 16 févr. 1925).

143 Le prolétariat de Tianjin, dont la plupart des usines ne datent que de la Grande Guerre, semble être moins homogène, moins stabilisé que celui du Hubei-Hunan ou même de Changhai ; il compte un grand nombre d’enfants, de femmes employées saisonnièrement, de migrants temporaires. On sait qu’il n’avait guère en 1919 de traditions de grèves et d’organisation.

144 Cf. Wang Lin, Bo-zhong (Semailles), pp. 2-6.

145 A. Kotenev, New lamps for old, pp. 120-121. Les troupes du Fengtian ont chassé de la zone de Changhai au début de l’année 1925 les tenants du Zhili qui s’y étaient maintenus après la défaite de leur groupe à l’automne.

146 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 132-140 ; PDR, passim ; NCH, 14, 21 et 28 février 1925 ; cf. aussi ZGGR, n° 4 (Shanghai ri-ben sha-chang ba-gong suo-de lai-de jing-yan. L’expérience acquise au cours de la grève des cotonnières japonaises).

147 Liu Hua, correcteur d’épreuves aux « Editions de Chine », avait ensuite été employé à l’Université de Changhai, organisme privé où à la fin de 1923 enseignaient des intellectuels communistes comme Qu Qiu-bai, Deng Zhong-xia, Chen Du- xiu, et grâce auquel, pendant la période de reflux, le communisme avait à Changhai conservé une certaine influence sur la jeunesse ; cf. Martyrs de la révolution, p. 189 sq. (Biographie de Liu-Hua).

148 PDR, 11 février 1925 (rôle de Li Li-san) ; Martyrs du Hunan, p. 22 (rôle de Deng Zhong-xia).

149 PDR, 16, 18 et 28 février 1925.

150 PDR, 23 février 1925.

151 PDR, 24 et 27 février 1925.

152 IPC, 12 mars 1925 ; cf. ibid, 5 mars 1925 (appel à la solidarité mondiale lancé par l’I.S.R. en faveur des grévistes).

153 PDR, 16 et 24 février 1925.

154 D’après l’IPC (19 mars 1925), le gouvernement japonais aurait adressé à Duan Qi-rui, chef de « l’exécutif provisoire » de Pékin, un véritable ultimatum visant à la répression brutale de la grève. Duan se contenta de quelques arrestations individuelles, dont les victimes furent bientôt relâchées (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 139).

155 PDR, 19 mars 1925 et Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 141-142.

156 Cf. ZGGR, 27 mars 1957 (Liu Hua lie-shi, Le martyr Liu-Hua) cf. aussi de nombreux exemples de discussions entre Liu Hua et les firmes japonaises sur des cas individuels (PDR, mars et avril 1925, passim).

157 NCH, 16 mai 1925.

158 PDR, 2 mai 1925. La Fédération tient une réunion à Zhabei, et fait distribuer des photographies de Jiang et des tracts du Parti socialiste.

159 Les ouvriers protestent contre la nomination à la tête du réseau du Shandong d’un fonctionnaire non originaire de cette province (NCH, 21 février 1925). La Chambre de commerce de Qingdao soutient le mouvement, qui obtient la mutation de l’intéressé par Pékin ; les grévistes obtiennent en même temps la reconnaissance de leur syndicat et des augmentations de salaire.

160 L’effondrement des cours de la soie provoque des baisses de salaire dans les usines chinoises de ces deux régions. Les ouvrières, appuyées par la section ouvrière du Guo-min-dang, forment dans le Guangdong des associations à caractère syndical ; en réplique à un lock-out patronal, les femmes démolissent même une filature (SCMP, 4 avril 1925). Une hausse de salaires de 20 % est finalement obtenue (CEB, 14 mars, 11 avril et 6 juin 1925).

161 CWR, 14 mars 1925.

162 SCMP, 10 avril 1925.

163 MDN, 1925, passim (grèves des usines japonaises de chanvre et de laine de Moukden).

164 MDN, 27 mai 1925.

165 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 144-145 ; cf. aussi XD, 24 mai 1925.

166 Deux morts et vingt blessés d’après NCH, 6 août 1925 ; huit morts et une dizaine de blessés d’après XD, 6 juin 1925.

167 Cf. Li Chien-nung, Political history, pp. 475-79. Cf. aussi L. Wieger, Chine moderne, t. VI, p. 130 (texte des propositions du Parti communiste pour la Convention nationale).

168 Cf. L. Wieger, op. cit., t. VI, pp. 120-121 (déclaration de Sun Yat-sen énumérant les groupements qu’il convient d’inviter à la Convention nationale).

169 XD, 10 décembre 1924 (Mu-qian zheng-ju yu gong-ren jie-ji) La situation politique actuelle de la classe ouvrière).

170 SCMP, 23 décembre 1924 (assemblée ouvrière tenue à Canton).

171 PDR, 2 janvier 1925. Cf. aussi L. Wieger, op. cit., t. VI, pp. 136-137 (participation ouvrière à une assemblée des délégués de 143 associations de Changhai).

172 L. Wieger, op. cit., t. VI, p. 105 (résolution du syndicat général du Guangxi).

173 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 129. Cf. aussi une résolution en ce sens du Congrès des cheminots de février 1925 (Annuaire, II, p. 377 sq.).

174 Cf. L. Wieger, t. VI, p. 27. Parmi ces délégués réunis à Pékin, se trouvait Su Zhao-zheng, envoyé de Canton par le Syndicat des marins et qui reste ensuite dans le Nord pour préparer le second Congrès national du travail (Su Zhao-zheng, p. 10).

175 Cf. L. Wieger, op. cit., tome VI, p. 31.

176 ZGGR, n° 4, avril 1925 (Bei-qing zheng-pian-hou-de zheng-ju yu gong-ren jie-ji, La situation politique depuis le coup d’état de Pékin et la classe ouvrière)

177 ZGGR, n° 4, (Zhi-gongyun-dong fu-xing ji qiying-qu-zhi fang-zhen, La restauration des syndicats et la ligne à suivre). Le mot d’ordre de « lutte pour les libertés » avait déjà été formulé en février 1925 au second Congrès national des cheminots (Annuaire, II, p. 377)

178 Congres du Travail, p. 8.

179 Il n’en est par exemple guère fait mention en 1924-1925 dans la presse communiste (XD, ZGGR, etc.) où sont pourtant nombreux dans cette période les reportages sur le Hunan.

180 Cf. Congrès du Travail, p. 8, note 1.

181 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 151 ; Deng indique que le Parti communiste abandonne alors l’action par le Secrétariat du travail et donne priorité aux grands syndicats d’industrie qu’il influence.

182 Chiffre de Deng Zhong-xia (qui était présent au Congrès), Abrégé..., p. 153. L’appel initial des quatre syndicats proposait qu’on envoie un délégué par groupement de 100 à 1 000, et un délégué par millier supplémentaire, ce qui éliminait les toutes petites organisations et diminuait la part des très grands syndicats (Congrès du travail, pp. 8-9). Les chiffres de Deng font supposer que tous les syndicats représentés n’avaient pas utilisé à plein leur quota.

183 PDR, 17 et 24 avril 1925. Sept délégués sont élus par le Syndicat des cotonnières, dont Sun Liang-hui et Liu Guan-zhi, deux dirigeants de la grève de février.

184 PDR, 24 avril 1925.

185 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 154.

186 Ce programme de revendications et ces principes d’organisation avaient déjà été exposés dans un article de Deng Zhong-xia (ZGGR, n° 5), Lao-dong yun-dongfu- xing qi-zhong-de ji-ge zhong-yao wen-ti. Quelques importantes questions de la phase de restauration du mouvement ouvrier.

187 Cf. le texte de ces résolutions dans Congrès du Travail, pp. 12-35.

188 Cf. ci-dessus p. 358.

189 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 344-45.

190 Comme Yang De-fu et Zhang De-hui, transfuges du Syndicat général du Jinghan, Wang Guang-hui, ancien compagnon de Huang et de Pang à Changsha, Tong Li-zhang, dirigeant de la Fédération de Changhai, Ma Chao-jun et Huang Huan-ting, dirigeants des mécaniciens de Canton.

191 Cf. dans le n° 1 (oct. 1924) la traduction d’un rapport de Lozovski, président de l’I.S.R. sur la stratégie des grèves. Le n° 3 de la revue avait été entièrement consacré l’activité de l’I.S.R. et des mouvements qui lui étaient affiliés. En réponse à la décision d’affiliation, l’I.S.R. adresse aux travailleurs de Chine un appel les assurant e sa solidarité (IPC, 21 mai 1925).

192 Congrès du Travail, p. 21.

193 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 152-154.

194 CWR, 16 mai 1925.

195 A Hongkong, pat exemple, les syndicats organisent un grand défilé précédé de voitures automobiles décorées, où siégeaient les dirigeants syndicaux (SCMP, 2 mai 1925). A Tianjin, une assemblée ouvrière se tient sur une des principales places, où est hissé le drapeau des syndicats (Wang Lin, op. cit., p. 10).

196 Le contenu des résolutions votées correspond, pour l’essentiel, aux articles publiés à la veille du Congrès dans le n° 5 de ZGGR par Zhang Guo-tao (Jing-zhu di-er-ci quan-guo lao-dong da-hui, Salut à la deuxième conférence nationale du travail) et par Deng Zhong-xia (Lao-dong yun-dong fu-xing- qi-zhong-de ji-ge zhong-yao wen-ti. Quelques questions importantes de la période de restauration des syndicats).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site