Version classiqueVersion mobile

Des liens et des transferts entre générations

 | 
André Masson

Glossaire

Texte intégral

1Absence de droit de vote (disenfranchisement) : les générations futures ne participent aucunement au vote des décisions prises aujourd’hui qui les concerneront plus tard (en matière de préservation de l’environnement par exemple).

2Aléa ou risque moral : comportement « pervers » de l’individu assuré qui augmente sa prise de risque par rapport à la situation où il supporterait entièrement les conséquences négatives de ses actes. La couverture externe décourage la prévention et l’auto-assurance et augmente in fine le risque global (et donc son coût pour la collectivité) : par exemple, un assuré social peut augmenter ses pratiques à risques du fait de sa couverture santé ou réduire ses efforts pour trouver du travail en raison de son assurance chômage.

3Altruisme (intergénérationnel) beckerien : les individus se soucient du bien-être de leur progéniture, dont le niveau d’utilité (atteignable) figure parmi les arguments de leur fonction d’utilité, à côté de leur propre consommation. Les transferts à leurs enfants (éducation, aides, dons ou héritages) ont alors un caractère compensatoire puisqu’ils visent à lisser ou égaliser le niveau de consommation entre eux-mêmes et leurs enfants. Lorsque les transferts sont opérationnels*, c’est-à-dire positifs, l’altruisme est dit libre* et s’exerce effectivement à plein, permettant aux parents d’obtenir la répartition des ressources désirée. Mais lorsque les transferts optimaux seraient négatifs – les parents désirant, mais en vain, emprunter sur les ressources de leurs enfants ou leur laisser des dettes – ils ne peuvent avoir lieu : l’altruisme, dit contraint*, ne peut s’exercer. ­L’intervention de l’État peut alors se justifier pour lever cette contrainte de liquidité*.

4Altruisme contraint : voir altruisme (intergénérationnel) beckerien.

5Altruisme dynastique (à la Barro-Becker) : les parents sont altruistes au sens beckerien* pour leurs enfants, mais ils s’attendent aussi à ce que ces derniers présentent des dispo­sitions altruistes analogues à l’égard de leurs propres enfants, et ainsi de suite. Dans cette forme particulière de réciprocité indirecte* (descendante et prospective), tout se passe donc comme si les parents étaient dotés, de proche en proche, d’un horizon infini, leurs successeurs étant considérés comme des clones d’eux-mêmes. Dans les cas où les transferts sont opérationnels*, ils procèdent alors à la répartition désirée de l’ensemble des ressources de la dynastie entre ses membres, assurant les compensations inter et intragénérationnelles voulues jusqu’à l’infini. Par ce jeu des transferts, toute politique de redistribution entre générations, forcément intempestive, est ­intégralement ­neutralisée selon le principe de l’équivalence ricardienne*.

6Altruisme libre : voir altruisme (intergénérationnel) beckerien.

7Ambivalence du don (ou des transferts) : découverte essentielle de l’anthropologie française à la suite de l’Essai sur le don de Marcel Mauss. « Donner semble instituer simultanément un double rapport entre celui qui donne et celui qui reçoit. Un rapport de solidarité, puisque celui qui donne partage ce qu’il a […], et un rapport de supériorité [ou de domination], puisque celui qui reçoit le don et l’accepte se met en dette vis-à-vis de celui qui lui a donné [et] se retrouve jusqu’à un certain point sous sa dépendance » (Maurice Godelier, 1996, souligné par l’auteur).

8Bien public ou collectif (au sens économique) : à l’inverse d’un bien à usage privatif, bien dont ma consommation n’interdit à personne d’autre de consommer de même (émission de radio, langue parlée dans un pays). Le caractère de bien public peut n’être que partiel : un parc d’agrément est un bien collectif pur tant que je ne suis pas gêné par un trop grand nombre de visiteurs. Le financement de tels biens par un mécanisme de souscription volontaire pose problème dans la mesure où chacun a tendance à sous-estimer le bénéfice qu’il en retire et à faire cavalier seul (free riding*) en laissant l’effort de contribution aux autres : le marché est impuissant face à ces risques de « resquille » (Roger Guesnerie, 1996) ou de passager clandestin.

9Comptabilité générationnelle (ou comptes par génération) : vise à produire un indicateur synthétique de la viabilité (sustainability) globale des politiques publiques de transferts. Cet indicateur tient compte des engagements sur le long terme de l’État, à l’instar des droits à la retraite acquis par les actifs. Le déséquilibre peut donc provenir de la dette publique et de son évolution tendancielle, mais aussi de la dette « implicite » constituée par ces droits à la retraite. Une politique est viable (ou soutenable) si, maintenue telle quelle pour l’ensemble des contemporains, elle ne crée pas de charge financière supplémentaire pour les générations futures (voir « L’État garant de la coopération des générations suivantes », p. 96).

10Conservatrice (pensée) : voir multisolidaire.

11Contrainte d’endettement ou de liquidité intergénérationnelle (dite contrainte C) : aucun individu ne peut transmettre un legs négatif ; autrement dit, il est impossible d’emprunter sur les ressources de sa descendance ou de laisser une dette privée derrière soi. Cette interdiction est à la source du dilemme des générations*.

12Dilemme des générations : aucun contrat privé ne permet de « pré-engager » le jeune enfant à rembourser l’éducation reçue par le soutien accordé à ses parents lorsqu’ils seront âgés. L’enfant est en effet trop jeune pour contracter avec ses parents : s’il est « égoïste » à l’égard de ses géniteurs, il ne sera alors guère incité à rembourser plus tard l’éducation reçue en fournissant l’aide requise par ses parents âgés. Le sachant à l’avance, les parents risquent de ne pas consentir tous les efforts nécessaires à l’éducation de leurs enfants. Les deux générations se retrouvent lésées : les parents sont sous-protégés sur leurs vieux jours et l’enfant sous-éduqué ; il y avait pourtant place pour une coopération mutuellement avantageuse.

13Distorsions : voir transferts (non) forfaitaires.

14Échange équilibré : voir legs ou transferts motivés par l’échange.

15Échange stratégique : voir legs ou transferts motivés par l’échange.

16Effet de démonstration : dans le modèle de Donald Cox et Oded Stark (1998), les parents désireux d’obtenir le soutien de leurs enfants en fin de vie sont amenés à prêcher par l’exemple : l’aide à leurs propres parents âgés, effectuée en présence de leurs jeunes enfants, encore malléables, constituerait la voie la plus sûre pour inculquer à ces derniers le respect (ou l’amour ?) des anciens et recevoir une aide similaire sur les vieux jours. L’effet de démonstration est donc une variante de réciprocité indirecte* (­ascendante et prospective).

17Effet de propagation ou « comportement d’aide » (Kolm) : une des deux formes de base, avec l’effet ricochet*, de la réciprocité générale*. Tout se passe comme si le don reçu créait une dette, éventuellement indifférenciée, à l’égard du groupe de référence : celui qui a été aidé tend à aider à son tour, même s’il ne connaît pas son bienfaiteur ni le bénéficiaire au sein du groupe. Mécanisme à l’œuvre pour les réciprocités indirectes descendantes entre générations (voir tableau 3, p. 151).

18Effet ricochet ou « effet Descartes » (Kolm) : une des deux formes de base, avec l’effet de propagation*, de la réciprocité générale*. Tout se passe comme si le don versé permettait d’acquérir une créance, éventuellement indifférenciée, sur le groupe de référence : on tend ainsi à donner à qui a auparavant donné – même si ce n’est pas à soi. Mécanisme à l’œuvre pour les réciprocités indirectes ascendantes entre générations (voir tableau 3, p. 151).

19Égalité citoyenne (pensée sociale-démocrate) : paradigme du social que l’on peut résumer sous l’acronyme Écusson (voir tableau 6 p. 343 et « Énoncé synthétique des trois paradigmes de l’État providence », p. 342) : Égalité Citoyenne Universelle, qui passe par l’octroi de droits Sociaux étendus à tout citoyen en tant que tel (contem­porain ou à venir), droits qui sont garantis par la Société Nationale – « l’universel » se limite aux nationaux… Cette pensée mise d’abord sur l’État pour promouvoir une citoyenneté sociale universelle (c’est-à-dire nationale), accordant des droits sociaux élevés (quels que soient l’âge, le sexe, etc.) à tout citoyen – présent ou à venir. Elle se méfie des liens de dépendance personnalisés, à l’instar de ceux instaurés entre les générations par la famille : de tels liens mineraient l’action publique en favorisant les inégalités et l’arbitraire.

20Émotions (au sens de l’économie psychologique ou comportementale) : attitudes, sentiments ou préférences dont ne s’embarrasse jamais un Homo œconomicus, mais qui ­peuvent expliquer le caractère paradoxal – c’est-à-dire contraire à son intérêt personnel – des comportements à l’égard d’autrui adoptés par un Homo reciprocans*. En ce sens, par exemple, l’angoisse de la mort devient une « émotion » si elle permet d’expliquer des comportements d’épargne qui échappent aux modèles de rationalité standard.

21Équité générationnelle : renvoie à la justice entre générations lorsque l’on compare, plus précisément, le sort de cohortes historiques (la cohorte désignant les individus nés la même année). L’usage de ce concept rencontre nombre de difficultés. Comment ­comparer le sort de cohortes aux vécus aussi dissemblables, ce qui supposerait de définir une situation de référence égalitaire ou juste, « hors histoire », par rapport à laquelle on pourrait juger des écarts observés ? Comment compenser chaque cohorte pour ses infortunes propres ? Faut-il comparer les générations successives aux mêmes âges et donc à différentes dates – point de vue longitudinal – ou au contraire confronter différentes classes d’âge à un moment donné – point de vue transversal –, sachant que l’identité des cycles de vie peut aller de pair avec une inégalité choquante entre jeunes et vieux, etc. ?

22La pensée du libre agent* limite souvent l’équité générationnelle à celle, entre cohortes, des transferts sociaux : les bilans, actualisés sur le cycle de vie, des prestations versées et des cotisations reçues sont les mêmes d’une cohorte à l’autre, selon un principe proche de la neutralité actuarielle.

23Équité horizontale (Roger Guesnerie, 1996) : le marché idéal tendrait à promouvoir l’équité horizontale, soit l’égalité de traitement entre agents aux aptitudes iden­tiques : il n’y a pas de barrière à l’entrée, pas de discriminations, et les prix d’équilibre ­s’appliquent à tous les agents. L’équité horizontale est particulièrement mise à mal par les inégalités de naissance, liées à l’héritage sous toutes ses formes (intellectuelle, ­culturelle, sociale, économique…) : au sein d’une génération, elle s’apparente ainsi à l’égalité des chances ou des possibles.

24Équivalence ricardienne : suppose des agents à anticipations rationnelles et à horizon décisionnel infini (comme c’est le cas avec l’altruisme dynastique). Il s’ensuit que tout accroissement du déficit budgétaire suscitera une épargne des agents destinée à provisionner les impôts que l’État devra tôt ou tard lever en raison du déficit créé ; la génération suivante héritera alors de la dette publique accumulée mais en même temps de l’épargne qui permettra de la rembourser (Robert Barro, 1974). Aussi, contrairement aux prétentions néo-keynésiennes, la politique budgétaire ne pourrait-elle ni stimuler l’activité, ni d’ailleurs la ralentir quand elle est restrictive ; de même, les redistributions intergénérationnelles opérées par les systèmes de retraite n’auraient pas d’effets réels.

25Externalités (économiques) : actions d’un agent économique qui affectent les conditions physiques de la consommation ou les conditions technologiques de la production d’autres agents économiques. Elles peuvent être positives ou négatives, comme dans le cas de la pollution d’un fleuve par une usine située en amont. « Internaliser » une externalité signifie conduire les agents à la prendre en compte dans leurs décisions – par la réglementation ou la fiscalité (Roger Guesnerie, 1996).

26Forfaitaires : voir transferts forfaitaires.

27Free riding : voir bien public ou collectif.

28Homo reciprocans : si les objectifs de l’Homo œconomicus, autocentré, se réduisent à la poursuite de l’intérêt personnel ou à la satisfaction d’un altruisme unilatéral, la rationalité de l’Homo reciprocans, plus riche, fait intervenir d’autres critères, sentiments ou préférences tournés vers autrui (other-regarding) : empathie, confiance, réputation, honte, culpabilité, sens de la justice ou de l’équité (fairness), observance de normes de réciprocité, jalousie ou envie, désir de vengeance, plaisir de dominer, etc. Révélés notamment par les tests de l’économie expérimentale, ces sentiments ou préférences génèrent des émotions* positives ou négatives qui peuvent entraîner des comportements de coopération – ou de non-coopération – contraires à son intérêt propre stricto sensu.

29Injustice chronologique : vient de ce que les générations futures n’ont aucun moyen de rétribuer nos efforts, de nous récompenser des sacrifices (de moindre consommation) consentis en leur faveur, et profitent donc sans contrepartie de l’accumulation du capital, des efforts et des sacrifices de leurs aînées. Cette forme d’irréversibilité tem­porelle doit son nom à John Rawls (1971) : « nous pouvons œuvrer pour notre postérité, mais celle-ci ne peut rien faire [en retour] pour nous ».

30JAV : configuration intergénérationnelle ou cycle de vie : schéma théorique à trois générations imbriquées, l’une jeune enfant (J), la deuxième adulte et active (A), en position pivot, la troisième vieille et retraitée (V) – d’où la dénomination JAV. Ce schéma, qui dépeint une configuration familiale type, désigne également le cycle de vie à trois périodes que parcourt l’individu représentatif.

31JNA’V : configuration intergénérationnelle ou cycle de vie : schéma théorique à quatre générations imbriquées dont trois adultes, correspondant à une division du cycle de vie en quatre périodes. J représente l’enfance et V la retraite (comme dans la configuration JAV). Mais le temps d’activité est divisé, de manière plus réaliste, en deux : une période N (pour naissances), début de la vie adulte où l’on quitte ses parents, commence à travailler, et fait des enfants ; et une période A’, âge de la maturité avant la retraite, sans naissance supplémentaire, où l’on est la génération « pivot » entre ses parents d’âge V et ses enfants adultes d’âge N, et où l’on épargne le plus pour ses vieux jours.

32Joie de donner : voir legs ou transfert paternaliste.

33Legs accidentel ou de précaution : on laisse derrière soi (éventuellement à ses enfants) ce qu’on aurait consommé si Dieu avait prêté une vie plus longue. Ce legs résulte donc seulement d’un motif de précaution face à l’incertitude de la durée de vie, c’est-à-dire du désir de se prémunir contre le risque de se retrouver âgé et démuni.

34Legs ou transfert altruiste : voir altruisme (intergénérationnel) beckerien.

35Legs ou transfert capitaliste : concernent les grosses fortunes qui ne pourraient être consommées en une seule vie, et dont une partie sera versée en donations ou laissée en héritage (aux siens ou à la société). La motivation essentielle, d’ordre patrimonial, est extrafamiliale : elle relève d’une logique d’entreprise, d’accumulation en soi, ou de pouvoir économique.

36Legs ou transfert motivés par l’échange (bigénérationnel) : échange bilatéral, le plus souvent différé, entre parents et enfants sur le mode du quid pro quo. Les parents ­échangent l’éducation de leurs enfants, l’aide ou les prêts qu’ils leur accordent (notamment au cours de leur installation), ou encore la promesse de l’héritage, contre un soutien ou une assurance sur leurs vieux jours. Selon les modèles, l’échange est équilibré*, lorsque le contrat entre parents et enfants repose sur une coopération relativement harmonieuse qui s’avère profitable aux deux parties ; ou au contraire stratégique*, lorsque les parents cherchent à s’approprier tout le gain de l’échange en menaçant, au besoin, de déshériter leurs enfants.

37Legs et transfert paternaliste : le don résulte de la « joie de donner » (warm glow) en tant que telle – que ce soit aux siens ou à la société –, sans se soucier outre mesure du sort ou des besoins des bénéficiaires. Dans un autre contexte, l’archétype en est la « dame patronnesse ».

38Legs ou transfert rétrospectif : forme particulière de réciprocité indirecte* (descendante et rétrospective). En matière de transmissions, les individus cherchent à « faire pour leurs enfants ce qu’ils auraient voulu que leurs parents fassent pour eux dans une situation comparable ». En régime permanent, ce type de comportement, qui peut se justifier par une information limitée sur l’avenir de sa descendance dans le cadre de l’altruisme dynastique*, conduit à des transferts socialement optimaux, c’est-à-dire au plus haut niveau d’utilité atteignable par chaque génération (règle d’or*) ; autrement – soit hors du régime permanent –, il s’apparente à un comportement de rationalité limitée. Les prédictions de ce modèle s’accordent le mieux, au plan qualitatif, avec la forte héritabilité des pratiques de transmission (aide, donation, héritage avec ou sans testament, etc.) que l’on observe d’une génération à la suivante, et au plan quantitatif, avec le lien étroit que l’on peut mettre en évidence entre les montants reçus (des parents) et versés (aux enfants).

39Libérale (pensée) : voir libre agent.

40Libre agent (pensée libérale) : paradigme du social que l’on peut résumer sous l’acronyme Alarmé (voir tableau 6 p. 343 et « Énoncé synthétique des trois paradigmes de l’État providence », p. 342) : Agent Libre et Autonome (souverain), à Responsabilité individuelle élargie, opérant sur des Marchés censés garantir l’Équité sous toutes ses formes : horizontale*, générationnelle*, assurant l’égalité des chances ou des possibles. Cette pensée privilégie le marché ; contre les charges sociales excessives et la culture d’assistés produite par le recours abusif à l’État, elle prône l’autonomie des individus, agents sur les marchés, et souligne leur responsabilité élargie – des parents pour leurs enfants, mais aussi, collectivement, des contemporains à l’égard des générations futures.

41Modèle subsidiaire : voir subsidiaire.

42Multisolidaire (pensée conservatrice) : paradigme du social que l’on peut résumer sous l’acronyme Soiffard (voir tableau 6 p. 343 et « Énoncé synthétique des trois paradigmes de l’État providence », p. 342) : SOlidarités Identitaires sur le mode métaphorique de l’appartenance à de multiples Familles au double plan intergénérationnel (amour parental) et social (solidarités de proximité) : on est Frère d’Autrui à des Registres ou degrés Divers. Cette pensée met en avant la famille et les solidarités intergénérationnelles publiques et privées, les meilleurs remparts contre les dérives d’un marché ­fonctionnant sans entrave ; selon une logique d’appartenance, elle définit les individus comme « frères de » (à des degrés variables), au sein de collectifs identitaires multiples (de la famille à l’État), dont la cohérence globale reste à assurer.

43Opting out : possibilité offerte de se retirer d’un « jeu », d’arrêter une relation (mariage par exemple), une collaboration ou une participation à un système collectif ; elle est fonction des opportunités disponibles par ailleurs, interprétées alors comme des « positions de repli » ou des « points de menace ».

44Réciprocité générale (ou généralisée) : permet d’échapper au carcan des relations duales entre agents. Lorsque j’aide quelqu’un, j’acquiers une créance non sur ce dernier mais directement sur le groupe familial ou social de référence : « quelqu’un » m’aidera. De même, lorsque je suis aidé, je contracte une dette à l’égard du groupe tout entier. Les réciprocités indirectes* étudiées dans ce livre en constituent un cas particulier qui s’inscrit étroitement dans le cadre de la chaîne des générations. Les deux motivations de base de la réciprocité générale sont l’effet de propagation* et l’effet ricochet* ; la Bible offre de multiples exemples de ce dernier sous forme positive – « donnez et vous recevrez » – comme négative – « quiconque prend l’épée périra par l’épée » (que l’on retrouve dans l’adage : « le méchant est toujours puni »).

45Réciprocité directe : voir réciprocité indirecte.

46Réciprocité indirecte (en chaîne) : concept anthropologique (Marcel Mauss) bien adapté à la chaîne des générations. Les réciprocités directes* sont une forme d’échange dual où l’on échange une chose pour une autre sur le mode du quid pro quo : par exemple, les parents éduquent leurs enfants à charge pour eux de s’occuper de leurs géniteurs pendant leur vieillesse. Les réciprocités indirectes sont au contraire un échange trilatéral, où le bénéficiaire « rembourse » le don reçu à un tiers et où le donneur sera pareillement rétribué par un tiers. Le long de la chaîne générationnelle, elles aboutissent ainsi à la répétition du même type de transfert : en éduquant leurs enfants de manière appropriée, les parents n’attendent aucun retour pour eux-mêmes, mais s’acquittent de la dette contractée à l’égard de leurs propres parents eux-mêmes éducateurs (réciprocité indirecte rétrospective) ; et ils s’attendent, parallèlement, à ce que leurs enfants fassent de même à l’égard de leurs petits-enfants (réciprocité indirecte prospective) – l’obligation de rendre passe bien par l’octroi du même type de transfert (d’éducation) à la génération suivante.

47Règle d’or : voir legs rétrospectif.

48Retours familiaux : transferts financiers et transmissions patrimoniales qui descendent les générations, des parents aux enfants ou petits-enfants. On parle de « retours » familiaux dans le cadre d’une circulation intergénérationnelle des flux : les transferts publics sont à dominante ascendante, vers les parents âgés (retraite, santé), alors que les transferts familiaux sont à dominante descendante (voir graphique 6, p. 237 et chapitre 7).

49Sociale-démocrate (pensée) : voir égalité citoyenne.

50Solidarité entre générations : concept phare de la pensée multisolidaire*, qui s’oppose en partie à celui d’équité générationnelle. L’ambition est de remédier aux insuffisances du marché en matière d’échange ou d’assurance grâce à l’instauration de pactes ou contrats entre générations. Ces pactes, qui lient le sort des différentes générations entre elles, en rendant « solidaires » les évolutions de leur niveau de vie ou de bien-être, produiraient des coopérations mutuellement avantageuses : chaînes générationnelles de réciprocité indirecte en matière d’éducation ou de retraite, pour pallier le dilemme des générations* ; mutualisation sur une infinité de générations des risques supportés par les plus malchanceuses, etc.

51Subsidiaire (modèle) : logique mise en avant par les variantes familialistes de la pensée multisolidaire*, en particulier celle d’Alfred Marshall et de Gary Becker. L’État se repose largement sur les solidarités familiales (entre générations) et notamment sur les parents, censés agir au mieux pour leurs enfants ; il interviendrait seulement en dernier ressort, lorsque ces solidarités sont mises en échec.

52Transferts forfaitaires : transferts de ressources qui dépendent des caractéristiques personnelles des agents (par exemple leurs goûts, leurs aptitudes), mais aucunement de leurs actions économiques (Roger Guesnerie, 1996). La plupart des transferts réellement effectués ne sont pas forfaitaires mais engendrent des distorsions : l’impôt sur les salaires peut ainsi diminuer l’offre de travail. Comme ils ne déforment pas le système de prix, impôts ou transferts forfaitaires n’engendrent que des effets de revenu (mais pas d’effets de substitution) : ils permettent de redistribuer sans nuire à l’efficacité du système, légitimant ainsi des analyses séparées de l’efficacité (taille du gâteau) et de l’équité (son partage). Un impôt forfaitaire offre le double avantage de préserver la neutralité vis-à-vis de l’allocation des ressources (1) et de garantir un montant de recettes fiscales donné (2) ; mais il peut être injuste puisqu’il frappe également riches et pauvres (3). Un transfert forfaitaire possède les mêmes propriétés mais avec des effets opposés : n’incitant pas à l’effort, il risque de favoriser une culture d’assistés (1) ; ne stimulant en rien la demande, il n’a aucun effet multiplicateur keynésien (2) ; en revanche, il est égalitaire (3).

53Transfert intergénérationnel opérationnel : voir altruisme beckerien.

54Utilitarisme : critère éthique qui ne s’intéresse qu’aux conséquences des choix effectués (non à la morale des actes eux-mêmes) pour produire la plus grande quantité de ­bonheur possible ou le bonheur du plus grand nombre. Dans le cadre de la justice intergénérationnelle, ce critère revient, dans sa variante stricte, à maximiser comme fonction de bien-être social la somme des utilités (des individus) des différentes géné­rations, traitées de manière identique ; dans sa version élargie, la fonction objectif est une somme actualisée, qui accorde à chaque génération un poids décroissant en fonction de son éloignement du présent.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search