Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Deuxième partie. L'Éveil du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1924

Conclusion sur la seconde partie. Bilan des luttes ouvrières de 1919 à 1924

Texte intégral

1L’étude de la phase de reflux du mouvement ouvrier a été menée jusqu’à l’automne 1924 pour conserver son unité à l’exposé de cette période ; c’est seulement à cette date, en effet, que se manifeste avec le « mouvement pour la restauration des syndicats » le réveil d’activité qui prépare les grands combats politiques et sociaux de l’été 1925.

2Mais ce réveil d’activité de l’automne 1924 n’est que le reflet, au niveau du mouvement ouvrier proprement dit, des profondes transformations qui s’étaient opérées depuis quelque temps déjà dans l’équilibre des forces sociales et politiques chinoises, transformations qu’avaient traduites dès janvier 1924 le Congrès du Guo-min-dang et l’accord de coopération entre ce parti et le parti communiste. Il est donc plus logique d’avancer un peu le bilan de cette première période de luttes ouvrières, et de ne pas chercher à lui donner un terme chronologique aussi rigoureux que l’avait été en mai 1919 son point de départ. Le décalage entre la situation faite à Canton au mouvement ouvrier par le gouvernement de Sun Yat-sen, dès 1923, et celle qui existe alors dans le reste du pays sous le régime des du-jun, souligne d’ailleurs les dangers qu’il y aurait à adopter pour le mouvement ouvrier chinois à cette époque une « périodisation » trop stricte.

3Il n’en reste pas moins que l’année 1924, au moins dans son ensemble, constitue un tournant bien réel. Le moment est venu de souligner combien la période de quatre ou cinq années qui s’était ouverte avec le Mouvement du 4 mai avait été riche d’expérience pour le mouvement ouvrier chinois, riche en même temps d’exigences nouvelles.

4Cette première lame de fond du mouvement ouvrier a été caractérisée non seulement par le progrès des luttes revendicatives auxquelles ont participé les ouvriers de toutes les régions, de toutes les industries, des entreprises grandes ou petites, chinoises ou étrangères, mais par le développement d’organisations ouvrières disposant d une autorité déjà considérable. Les cheminots, les mineurs, les métallurgistes du Centre et du Nord, les mécaniciens et les marins de Chine du Sud se sont montrés particulièrement combatifs et particulièrement disciplinés. Aux yeux étonnés des hommes d’affaires occidentaux habitués à identifier l’ouvrier et son bol de riz, à la colère des chefs militaires nourris du mépris confucéen pour le travail manuel, les marins grévistes de Hongkong ou les cheminots grévistes du Jing-han ont résolument serré les rangs derrière leur syndicat, les uns jusqu’au succès final, et les autres au péril de leur vie.

5Ainsi, à la faveur de ces luttes revendicatives et dans le cadre de ces jeunes organisations ouvrières, se consolide la conscience de classe du prolétariat. Ses revendications dépassent maintenant les préoccupations de subsistance élémentaire, et touchent des questions comme la structure de l’emploi (le bao-gong) ou les assurances ouvrières. Le mot d’ordre de la journée de huit heures n’est plus connu seulement comme vers 1919 de quelques intellectuels familiers avec les idées d’Occident, mais il a largement pénétré dans les masses ouvrières. La tradition du 1er mai, qui s’est progressivement implantée dans tous les grands centres ouvriers à partir de 1920, est aussi un élément important de cette conscience de classe. Le corporatisme et le provincialisme, sans encore disparaître, sont en recul au profit du syndicalisme d’industrie, surtout chez les cheminots, les métallurgistes, les mineurs du Centre et du Nord et chez les marins. Le prolétariat a déjà affirmé sa cohésion nationale, par exemple au cours des mouvements de solidarité dont ont bénéficié, dans toutes les grandes régions industrielles, les victimes de Zhao Heng-ti en janvier 1922, les marins en grève de Hongkong en février-mars 1922, les mineurs de la K.M.A. en octobre 1922, les cheminots du Jing-han en février 1923. Des cadres ouvriers ont déjà commencé à se dégager, surtout chez les marins et les cheminots, et coopèrent avec les intellectuels de gauche dans bon nombre de syndicats. Enfin cette conscience de classe s’élargit déjà au-delà des frontières chinoises, jusqu’à des dimensions internationales ; la célébration du Ier mai a aussi cette signification, de même que les espoirs d’ailleurs vains et fugitifs que certaines organisations semi-ouvrières mettaient vers 1919-1920 en une intervention du B.I.T. en Chine ; par le Secrétariat du travail, se sont noués des liens déjà plus concrets avec l’I.S.R., et plus généralement le prolétariat chinois a commencé à regarder attentivement vers Moscou et le mouvement communiste mondial, et à être attiré vers eux.

6La formation de la conscience de classe du prolétariat chinois n’est pas en effet un phénomène sociologique abstrait ; elle n’est pas séparable de l’expérience politique et idéologique de ce prolétariat.

7Quand éclate le Mouvement du 4 mai, et pendant les mois qui suivent immédiatement celui-ci, les courants politiques les plus divers se présentaient au mouvement ouvrier chinois encore à la recherche d’une idéologie : anarchistes, nationalistes du Guo-min-dang, partisans de la « promotion industrielle » par l’entente entre la petite bourgeoisie et le prolétariat, marxistes enfin, qui alors étaient bien en arrière de leurs rivaux. Cinq ans après, la situation est très différente. Les anarchistes ont été pratiquement éliminés. Les groupements semi-ouvriers changhaiens de « salut national » sont devenus de simples instruments aux mains de dirigeants ambitieux dont le programme se limite de plus en plus à un anti-communisme agressif, et qui sont déjà coupés des masses ouvrières. Le Guo-min-dang, même en Chine du Sud, n’a guère noué avec le mouvement ouvrier que des contacts épisodiques, et n’a cessé de le considérer simplement comme une force d’appoint. Au contraire le marxisme, le communisme, surtout à partir de la formation du Secrétariat du travail, se sont de plus en plus profondément identifiés au mouvement ouvrier ; ils lui ont fourni la plupart de ses cadres et ont été à l’origine de manifestations imposantes d’unité ouvrière comme le premier Congrès du travail ou la campagne de l’été 1922 pour la législation du travail. Mais il faut le répéter, car ce point est d’importance, le mouvement ouvrier chinois n’en est pas pour autant la création artificielle du parti communiste. Les efforts de celui-ci n’ont été aussi fructueux que parce que le terrain était favorable, et que le monde chinois du travail avait depuis le Mouvement du 4 mai commencer à s’ébranler par lui-même. Caractéristiques sont l’activité et les succès des marins de Hongkong, dont le président était proche de la direction du Guo-min-dang, et dont les militants de base les plus actifs n’avaient guère eu encore de contacts avec le parti communiste.

8Vers 1924, ce processus de rapprochement du mouvement ouvrier et du communisme n’est d’ailleurs qu’inégalement avancé dans les différentes régions industrielles de Chine. C’est en Chine du Centre et chez les cheminots du Nord que l’activité du Secrétariat du travail et des militants communistes affectés par leur parti au travail syndical a obtenu les meilleurs résultats, et c’est là que même pendant la période de reflux se sont tant bien que mal maintenues quelques positions importantes. Au contraire, à Canton, c’est encore le corporatisme traditionnel qui domine, parfois nuancé comme chez les mécaniciens de liens assez précis avec le Guo-min-dang. A Changhai, l’activité du Secrétariat a été très éphémère ; vers 1924, il ne s’y trouve plus de groupement influencé par les communistes, et il n’y a guère que chez les marins et les imprimeurs qu’on rencontre des organisations qu’on peut considérer comme authentiquement ouvrières malgré leurs tendances au corporatisme.

9La conscience de classe du prolétariat chinois ne s’est pas seulement forgée dans les luttes revendicatives et les activités d’organisation ; elle s’est en même temps développée dans un contexte historique concret, dans l’affrontement des deux problèmes fondamentaux de la politique chinoise d’alors : la prépondérance des grands intérêts étrangers et la domination des militaires et des forces sociales d’Ancien Régime.

  • 1 Cf. par exemple les incidents de Hankou en janvier 1924 (SCMP, 8 janv. 1924) : le syndicat des ric (...)

10La classe ouvrière, en particulier pendant la grande vague de grèves de 1922, a en effet livré ses propres batailles contre les compagnies maritimes de Hongkong, contre les cotonnières japonaises de Changhai, contre les groupes industriels britanniques de Hankou ou du Zhili. Une profession comme celle des rickshaws, qui s’est montrée très active dans tous les grands « ports ouverts », a été constamment aux prises avec les civils et les militaires étrangers, en particulier japonais1. Dans les zones contrôlées d’une façon ou d’une autre par les étrangers, le mouvement ouvrier s’est à maintes reprises depuis 1919 heurté aux autorités étrangères, qui ont réprimé les grèves, arrêté des militants syndicaux, interdit des manifestations, poursuivi les organisations ouvrières. Le ton des revendications ouvrières à Hankou en janvier 1923, à la veille du 7 février, avait souligné à quel point mûrissait déjà cet antagonisme entre le mouvement ouvrier et les grands intérêts étrangers de Chine.

11La classe ouvrière a en même temps, depuis 1919, livré ses propres batailles contre le pouvoir médiéval des du-jun. Les illusions entretenues à Changsha en 1921 ou à Pékin en 1922 à l’égard de tel militaire plus manœuvrier ont maintenant disparu. Le sanglant conflit du 7 février 1923 est le plus spectaculaire, mais non le seul épisode de cette lutte inégale qui en 1923 et 1924 s’est poursuivie avec la répression généralisée du mouvement ouvrier par les autorités militaires de toute obédience.

12Ainsi le prolétariat a continué et amplifié le double combat politique qu’il avait commencé à livrer dans le cadre du Mouvement du 4 mai. Mais il n’est plus seulement, comme cela avait été le cas alors, une force d’appoint, une « arrière-garde ». Il a agi pour son propre compte et sur sa propre initiative, que ce soit en tenant tête aux compagnies britanniques de Hongkong ou en affrontant les soldats de Wu Pei-fu. Mais il a en revanche combattu sans alliés, et il a été vaincu. Certes, ni l’intelligentsia ni la bourgeoisie nationale, ni les artisans ou les petits employés ne se sont désintéressés en 1919-1924 de ses luttes contre les intérêts étrangers ou les du-jun. Mais des témoignages dispersés de sympathie n’ont ni le poids ni la vigueur d’une lutte menée en commun. Le problème des alliances de classe, le problème du front uni au service d’intérêts communs, est en 1924 le problème fondamental qui se pose au mouvement ouvrier. Ce sont les alliances nouées au Congrès de janvier 1924 du Guo-min-dang qui vont permettre à la classe ouvrière de jouer un rôle décisif dans la Révolution chinoise de 1924-1927.

Notes

1 Cf. par exemple les incidents de Hankou en janvier 1924 (SCMP, 8 janv. 1924) : le syndicat des rickshaws décide de refuser de transporter les Japonais, et de ne pas laisser ses membres entrer dans la concession japonaise, jusqu’au règlement d’une affaire de meurtre d’un Chinois par un Japonais. Cf. aussi la rixe de Tianjin de mai 1924 (SCMP, 21 mai 1924), survenue après qu’un marin japonais eut refusé de payer le tireur de rickshaw qui l’avait transporté.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site