Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Deuxième partie. L'Éveil du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1924

Chapitre IX. Le recul du mouvement ouvrier en 1923 et 1924

Texte intégral

  • 1 Il n’existe pas d’étude générale sur le phénomène du militarisme chinois à cette époque et sur sa s (...)

1C’est en 1923 et 1924 que le phénomène politique et social du militarisme est à son apogée en Chine. Le pouvoir anachronique et brutal des du-jun, des seigneurs de la guerre, qui par certains de ses aspects remontait à Yuan Shi-kai et même aux armées provinciales apparues au cours de la répression des Tai-ping, s’était brusquement enflé depuis la fin de la Grande Guerre au point de dominer toute la vie politique chinoise. Il s’était nourri de l’aggravation de la crise agraire, qui chassait de leurs villages des centaines de milliers sinon des millions de paysans ruinés, enrôlés de bon ou de mauvais gré dans les armées provinciales ou locales, tout comme d’autres paysans partaient « pour les collines », pour les bandes de hors-la-loi liées aux sociétés secrètes, ou comme d’autres encore s’embarquaient pour les mines et les plantations lointaines des « Mers du Sud ». Le militarisme s’était plus récemment encore renforcé par l’aggravation des rivalités internationales en Extrême-Orient depuis la rupture de l’alliance anglo-japonaise en 1921 et la Conférence de Washington ; aux cliques militaires chinoises d’obédience française (surtout dans le Sud-Ouest) et japonaise (surtout dans le Nord-Est et en face de Taiwan), s’opposaient les groupes liés aux intérêts anglais ou américains ; la rivalité des Anfu et des Zhili, puis des Fengtian et des Zhili, avait été en 1920-22 le plus spectaculaire reflet, mais non le seul, de ces rivalités internationales sur la scène politique chinoise. En 1923-1924, la poussée du militarisme prend en Chine une telle ampleur qu’il devient nécessaire de distinguer entre ceux qu’on nomme communément les « superdujuns » (officiellement les « inspecteurs généraux ») et le menu fretin des potentats de province ou de districts, plus ou moins directement affiliés aux cliques les plus puissantes. En 1923, au lendemain du massacre, ces dernières sont au nombre de trois : le groupe du Zhili, vainqueur à deux reprises de ses adversaires pro-japonais, contrôle directement ou par personne interposée toute la Chine depuis le bassin inférieur et moyen du Yangzi jusqu’à la Grande Muraille ; au-delà de celle-ci, Zhang Zuo-lin et le groupe du Fengtian tiennent toute la Chine du Nord-Est ; le parti Anfu, maître de la Chine de 1916 à 1920, n’est plus guère représenté que par Lu Yong-xiang, gouverneur du Zhejiang, dont l’autorité s’étend jusqu’à Changhai et ses alentours immédiats par l’intermédiaire de son associé, le général He Feng-lin. Certains des du-jun locaux dépendent directement des « superdujuns » : les gouverneurs des provinces du Nord-Est sont tous les hommes de Zhang Zuo-lin, tandis que les chefs du Zhili, Wu Pei-fu et Cao Kun, comptent sur la loyauté de personnages comme Yang Sen au Sichuan, Qi Xieyuan sur le Bas-Yangzi, Xiao Yao-nan au Hubei, Chen Jiong-ming au Guandong et, dans la mesure où il cache encore son jeu, Feng Yu-xiang, le « général-chrétien », au Henan. Dans le Sud-Ouest et au Sud du Yangzi, les allégeances sont en général moins nettes et l’émiettement beaucoup plus poussé entre les divers chefs militaires qui guerroyent sans arrêt les uns contre les autres. Des figures de plus forte stature émergent toutefois du lot, comme Zhao Heng-ti au Hunan ou Tang Ji-yao au Yunnan, l’un jouant un jeu personnel compliqué et l’autre poussant les marques de docilité envers les autorités françaises de Hanoï jusqu’à faire jouer la Marseillaise le jour de sa « Fête nationale du Yunnan »1.

2Le massacre des cheminots du Jing-han par les troupes de Wu Pei-fu n’avait pas été le premier choc entre le mouvement ouvrier chinois et le militarisme. Des incidents sanglants avaient déjà marqué en 1922 la grève des cheminots du Yue-han ou celle des mineurs de la K.M.A., ou en 1915 celle des ouvriers de l’arsenal de Hanyang ; mais jusqu’en 1923 les du-jun avaient en gros toléré l’activité ouvrière. Ils avaient même parfois tenté de s’y appuyer dans leurs intrigues contre les autres factions militaires, comme l’avaient fait Zhao Heng-ti au Hunan en 1921 ou Wu Pei-fu sur les voies ferrées du Nord en 1922. A partir du « 7 février », à partir du moment où ils s’aperçoivent que la classe ouvrière peut constituer à long terme un adversaire aussi dangereux pour eux que leurs rivaux militaires, les du-jun s’orientent vers une politique de répresssion brutale et généralisée du mouvement ouvrier.

  • 2 MDN, 5 mai 1923 et 24 août 1924.
  • 3 CWR, 7 avril 1923, et Annuaire, II, p. 197.
  • 4 Annuaire, II, p. 197.
  • 5 IS, 1924, III, p. 193, et CEB, 1er novembre 1924 (neuf et dix-huit « meneurs » sont respectivement (...)
  • 6 CWR, 22 août 1923.

3Les grèves, désormais, sont partout brisées par la force armée et leurs dirigeants souvent arrêtés, que ce soit dans le fief de Zhang Zuo-lin, (grèves des huileries de Yingkou en avril 1923 ou de la manufacture de chanvre de Moukden en juin 1924)2, ou dans celui de Xiao Yao-nan (grèves des brasseries de Hankou en avril 1923, et des tireurs de rickshaws de Hankou en septembre 1924)3, que ce soit dans le territoire de Qi Xie-yuan (grèves des tireurs de rickshaw de Wuhu en novembre 1923 et de Suzhou en février 1923)4, ou à Changhai où sont réprimées en 1924 les grèves des filatures de soie de Zhabei et des manufactures de la Nati-yang à Pudong5. Dans la province du Zhili, à proximité même du siège de la faction du même nom, la grève de deux cotonnières japonaises de Tianjin en août 1923 se termine par l’occupation de l’usine par la troupe après une véritable bataille rangée qui fait huit morts et plus d’un million de yuans de dégâts6.

  • 7 NCH, 11 juillet 1924.
  • 8 CEB, 30 août 1924.
  • 9 CWR, 24 mars 1923 (arrestation d’un ouvrier distribuant des tracts aux aciéries de Hanyang). Cf. au (...)
  • 10 CWR, 8 novembre 1924. Le syndicat des marins, dont les membres étaient particulièrement visés par c (...)

4Cette répression touche aussi les militants ouvriers et les organisations syndicales. Dès l’été 1922, He Feng-lin avait interdit à Changhai tous les groupements ouvriers d’orientation quelque peu radicale. En juillet 1924, après la fuite au Japon de Lu Yong-xiang et de He Feng-lin battus par Qi Xie-yuan, quand les troupes du parti du Fengtian arrivent dans la zone de Changhai, le nouveau commandant militaire continue cette politique ; il ordonne que tous les syndicats envoient à la police leurs statuts pour approbation, sous peine de dissolution, et annonce que quiconque tentera d’entraîner d’autres travailleurs à la grève, au nom d’un syndicat dissous ou interdit, sera puni selon la loi martiale7. Dans le lointain Sichuan, Yang Sen fait interdire au même moment le « Syndicat général du Sichuan », soupçonné de sympathies révolutionnaires8, tandis que à Wuhan Xiao Yao-nan arrête et fait déporter au camp de Luoyang, base militaire de Wu Pei-fu, les militants syndicaux que n’a pas intimidés l’affaire du 7 février9. Des brimades de toute espèce frappent les ouvriers, comme en octobre 1924 quand la police de Changhai décide d’arrêter tous les gommes porteurs de tatouages, ceux-ci étant soupçonnés d’être des signes secrets d’affiliation syndicale10.

  • 11 Sur cette politique de Zhao Heng-ti, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 109.
  • 12 NCH, 30 juin 1923 ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 109. Le bail japonais de ces deux ports expirait (...)
  • 13 CWR, 12 juillet 1924. Ce club avait déjà à la fin de 1923 été l’objet de mesures de répression (XD, (...)
  • 14 Cf. ZGGR, 1924, N° 1, Zhao Heng-ti cui-can gong-ren-zhi you-yi fang-shi (Encore un procédé de Zhao (...)
  • 15 Ibid. ; quelques anciens compagnons de Huang et de Pang, les deux dirigeants de l’Association des T (...)
  • 16 Cf. ci-dessous, p. 318.
  • 17 Cf. ci-dessous, chap. x.

5Un seul du-jun s’était abstenu, au moins dans une certaine mesure, de s’associer à la vague de répression militaire qui avait suivi le 7 février ; c’était Zhao Heng-ti du Hunan, qui continuait son jeu d’équilibre entre les diverses factions en présence, et ne voulait sans doute négliger aucun appui dans sa propre province11. Mais quand le 1er juin 1923 éclate à Changsha un grave incident entre des fusilliers marins japonais et la foule manifestant pour le retour à la Chine de Port-Arthur et Dalny, incident qui fait quatre morts du côté chinois et entraîne une grève générale de protestation, Zhao s’engage à son tour dans la voie de la répression ; il interdit le boycott anti-japonais que commencent à organiser ouvriers et étudiants, et dissout les syndicats de Changsha formés l’année précédente grâce à l’activité du Secrétariat du travail12 ; cette politique anti-ouvrière se précise en 1924, quand il brise la grève des mineurs de Shuikoushan et ferme leur club13, quand il promulgue une « loi syndicale » n’autorisant que des groupements corporatifs à direction patronale14, quand il tente enfin d’accaparer à son profit le crédit dont jouit encore dans la province le nom glorieux de l’Association des travailleurs du Hunan, en créant sous son contrôle un organisme de même dénomination15. Seul le club ouvrier de Anyuan, isolé sur les confins montagneux du Hunan et du Jiangxi16, continuera jusqu’en 1925 à échapper à la réaction militaire qui submerge désormais l’ensemble des centres industriels de Chine, à la seule exception de Canton où Sun Yat-sen est rentré au début de 192317.

  • 18 Cf. ci-dessous, chap. x.
  • 19 Cao Rui, frère de Cao Kun et gouverneur du Zhili, devient en 1921 propriétaire d’une cotonnière à T (...)

6D’une façon plus générale, le régime militaire pèse lourdement en 1923 et 1924 sur l’ensemble de la classe ouvrière chinoise, et non seulement sur la minorité agissante qui lance les grèves et tente d’entretenir l’activité clandestine des syndicats. Les du-jun, prodigieusement enrichis par leurs multiples exactions, leurs prélèvements sur la bourgeoisie et es Chambres de commerce, leur trafic d’opium et d’armes18, réinvestissent leurs profits, non seulement en terres, mais en usines ; c’est surtout le cas du Hubei, du Zhili, du Fengtian, où le capitalisme industriel national est encore peu développé19 ; il est aisé d’imaginer quelles sont, pour le personnel de ces entreprises, les conséquences de ce renouveau du « capitalisme bureaucratique » des années 1870-1890.

7Par ailleurs les du-jnn sont amenés, en vue des incessants mouvements de troupes que nécessitent les opérations militaires en cours ou en projet, à retirer aux administrations civiles le contrôle des chemins de fer, et à prendre directement en charge ces derniers. Les effectifs de soldats transportés s’accroissent constamment de 1920 à 1925 (Tableau XXI).

TABLEAU XXI : Effectifs militaires transportés par les chemins de fer en 1920-1925

TABLEAU XXI : Effectifs militaires transportés par les chemins de fer en 1920-1925
  • 20 Statistics of government railways, Pékin, annuel. On notera les incidences de la chute des Anfu en (...)

Note (1)20

  • 21 Déjà en 1920, pendant la guerre entre le Hubei et le Hunan, les cheminots de la section Nord du Yue (...)
  • 22 Cf. sur ces réquisitions le récit du consul britannique de Chongqing : les coolies défilaient encor (...)
  • 23 MDN, 15 août 1923 et CWR, 12 avril 1924 (embargo mis par Wu Pei-fu sur les mouvements de coolies en (...)
  • 24 Cf. RT, 1921, Shasi, p. 9 et Ichang, p. 11 (raréfaction de la main-d’œuvre sur le Haut-Yangzi à l’o (...)

8Cette mainmise militaire sur le réseau ferré entraine des heurts souvent violents avec les cheminots21, l’irrégularité du paiement des salaires, l’allongement des heures de travail, la réquisition pure et simple du personnel. Wu Pei-fu et Zhang Zuo-lin, chacun de leur côté, multiplient aussi les levées d’hommes pour les transports de leurs armées, non seulement parmi les portefaix et les coolies des ports22, mais également parmi le personnel des usines23 ; ces réquisitions, impopulaires auprès des intéressés, sont tout aussi mal supportées par les entreprises industrielles des zones en guerre, constamment menacées de manquer de main-d’œuvre24.

  • 25 Comme la métallurgie de Hankou en 1924 (CEB, 13 déc. 1924).
  • 26 Comme les cotonnières de Tianjin, quand en 1924 la seconde guerre Fengtian Zhili coupe le Jing-feng (...)
  • 27 Comme les minoteries du Bas-Yangzi en 1924 (RT, 1924, Chinkiang, p. 1) ou les filatures de soie de (...)
  • 28 ZGGR, ibid.

9Ces incessantes opérations militaires ne perturbent pas seulement le marché du travail ; elles gênent l’approvisionnement des usines en matières premières25, en combustibles26, ou les obligent à réduire leur production faute de pouvoir normalement l’écouler27. Certaines entreprises licencient une partie de leur personnel, d’autres réduisent les salaires ou le temps de travail28.

***

10La recrudescence des conflits militaires entre les du-jun n’était d’ailleurs pas seule responsable des difficultés de l’industrie chinoise, et de l’aggravation corrélative de la condition ouvrière.

  • 29 Il n’existe pas de bonne étude générale sur la crise des industries nationales chinoises en 1922-19 (...)
  • 30 Cf. J. Chesneaux, Aspects économiques et politiques de la crise de l’industrie cotonnière chinoise (...)
  • 31 La Chine, qui en 1919 exporte du blé et n’importe que 272 000 t. de farine, importe de l’étranger 2 (...)
  • 32 Han-ye-ping perd 3 500 000 yuans en 1922 et 3 millions en 1923 (CEB, 17 janv. 1925). Le contrat de (...)

11Les industries du capital national chinois, pour qui la Grande Guerre avait constitué un « Age d’or » inespéré, avaient mal résisté à la rentrée en force des capitaux et des produits occidentaux en Chine à partir de 1920-21, rentrée qui venait s’ajouter aux progrès continus depuis 1914 de la pénétration japonaise en Chine. Peu expérimentés, handicapés par l’obligation de verser le li-jin, privés de l’appui des grandes banques comparable à celui dont étaient assurés à Londres ou à Tokyo leurs concurrents britanniques ou japonais, les industriels chinois sont à partir de 1921-1922 à la merci de la moindre fluctuation de la conjoncture29. Les cotonnières chinoises sont en crise en 1923-1924, en raison de la hausse du cours du coton et de la baisse des filés30. Les minoteries, qui s’étaient multipliées après 1914, ne peuvent soutenir la concurrence des blés et farines des Etats-Unis et du Canada, qui s’orientent vers l’Extrême-Orient depuis la fermeture du marché militaire européen31. La production des oléagineux, celle de la soie, connaissent les mêmes difficultés et les hauts-fourneaux de Han-ye-ping, plus vulnérables encore que l’industrie légère, font des pertes considérables du fait du contrat léonin qui en 1913 les avait liés au marché japonais32.

  • 33 CWR, 16 décembre 1922.
  • 34 CEB, 14 avril 1923.
  • 35 CWR, 16 mai 1923 (Hankou) ; RT, 1924, Hangzhou, p. 3 (1 200 licenciés dans une usine de 2 600 ouvri (...)
  • 36 RT, 1923, Wuhu, p. 4 ; RT, 1923, Ningpo, p. 3 ; CEB, 19 juillet 1924 (Wuhan)
  • 37 (2 bis) Celle de Suzhou (RT, 1923, Soochow), une à Wuhan (CEB, 23 oct. 1924), une à Nantong (CEB, 2 (...)
  • 38 Trade of China, 1924, p. 3. En 1923, il y a 43 huileries chinoises fermées à Dairen sur un total de (...)
  • 39 RT, 1922, Kiukiang, p. 12 ; CEB, 8 mars 1924 (Wuxi) ; CEB, 28 mars 1924 (Suzhou).
  • 40 Il y a 20 000 à 30 000 chômeurs dans le district séricicole de Shunde (SCMP, 23 avril 1924).
  • 41 CWR, 10 avril 1923 (Hanyang) et CWR, 16 mai 1923 (Forges du Yangzi).

12Beaucoup d’entreprises privées chinoises sont ainsi amenées en 1923 et 1924 à réduire leur production, à s’arrêter temporairement, voire à fermer. L’Association des propriétaires de cotonnières chinoises de Changhai, dès la fin de 1922, décide de diminuer de 25 % la production, faisant ainsi 10 000 chômeurs33, et celle de Tianjin décide une diminution de 50%34. A Wuhan, à Hangzgou, à Zhengzgou, à Changsha, la production de coton ralentit dans les mêmes proportions35 ; les cotonnières de Wuhu, de Ningbo, de Wuhan ferment temporairement en 1923 et 192436, et un bon nombre d’autres usines suspendent complètement leur activité37. Tandis que les huileries chinoises de Dairen abaissent leur production des deux tiers en 192438, des minoteries ferment tout à fait dans différents centres39, ainsi que des filatures de soie à Changhai et dans le Guangdong40. L’aciérie de Hanyang ferme en 1922 et les Forges du Yangzi en 192441.

  • 42 CEB, 26 juillet 1924 (de 43 centimes par jour en 1923 à 38 centimes en 1924).
  • 43 PDR, 13 février 1924.
  • 44 SCMP, 12 mars 1925 (Shunde) et Chen Da, Question du travail, p. 177 (en février 1925, les salaires (...)
  • 45 NCH, 23 juin 1923.
  • 46 CWR, 12 juillet 1924 (on élève le taux de métal pur sur la base duquel est payée la corbeille de mi (...)
  • 47 Annuaire, II, p. 161 (cotonnière Ri-hua à Pudong).

13La classe ouvrière est directement frappée par cette crise des industries nationales. Outre le chômage, elle subit des baisses de salaires dans les entreprises qui maintiennent leur activité, ou une élévation sans contrepartie de l’intensité du travail. Les salaires diminuent par exemple dans les filatures de soie de Changhai42, et dans certaines cotonnières est institué un barême à la pièce moins avantageux que le salaire au temps généralement pratiqué jusque-là43. La tendance est la même dans les filatures de soie de Shunde et les tissages de coton de Hangzhou44. Dans d’autres entreprises, on augmente le poids des corbeilles de coton sur la base desquelles sont payées les ouvrières45, ou dans une mine celui de la corbeille de minerai de manganèse46 ; on élève aussi le rythme de travail aux broches de coton47.

14La hausse des prix qui se produit à cette époque, en particulier celle des prix alimentaires, ne frappe pas seulement les travailleurs des entreprises chinoises, mais l’ensemble de la population laborieuse des villes. Un certain nombre de sondages locaux permettent de saisir ce mouvement, partout sensible bien que d’ampleur inégale (Tableau XXI ).

TABLEAU XXII : Hausse des prix entre 1919 et 1925.

TABLEAU XXII : Hausse des prix entre 1919 et 1925.
  • 48 Les tisserands de soie de Nankin font grève en mai 1922 pour être payés en centimes d’argent et non (...)

15La dépréciation de la monnaie de cuivre depuis la fin de la Grande Guerre frappait aussi l’ensemble des salariés, et aggravait encore les effets de la hausse des prix ; le plus souvent, ceux-ci restaient en effet calculés, même pour les ventes au détail, sur la base de la monnaie d’argent, et les centimes de cuivres reçus en salaires n’étaient acceptés qu’à leur valeur dépréciée48. Cette baisse de la monnaie de cuivre est partout sensible, si elle est inégale selon les régions :

TABLEAU XXIII : Dévalorisation de la monnaie de cuivre entre 1919 et 1925.

TABLEAU XXIII : Dévalorisation de la monnaie de cuivre entre 1919 et 1925.
  • 49 Cf. dossier Henry, passim. Au Shanxi en 1923, la pièce d’un yuan valait 2 052 sapèques, mais un yua (...)
  • 50 En 1925, un yuan d’argent valait dans la province plus de 3 000 sapèques-papier (RT, 1923, Shasi, p (...)
  • 51 Le montant des billets en circulation dans le Nord-Est était de 17 millions en 1917, 36 millions en (...)

16Il s’y ajoutait encore les effets de la dévalorisation relative des centimes d’argent par rapport aux pièces d’argent de un yuan, dévalorisation qui frappait même les privilégiés dont les salaires étaient versés en monnaie d’argent49. Les du-jun, dont la prodigalité recourait trop facilement à la frappe excessive de la monnaie divisionnaire et provoquait ainsi la dépréciation de celle-ci, entreprenaient souvent aussi l’émission d’un papier-monnaie provincial plus déprécié encore. Au Hubei, par exemple, cette pratique était courante depuis l’éviction des Anfu par les Zhili en 192050, et au Fengtian l’inflation monétaire pratiquée par Zhang Zuo-lin prend en 1924 et 1925 des proportions considérables51.

  • 52 CWR, 28 janvier 1928 (statistiques du gouvernement de Canton).
  • 53 CEJ, avril 1933 (Coal miningin China).
  • 54 Annuaire, I, p. 216 (pour 1920) et CEB, 18 avril 1925 (pour 1925).
  • 55 CEB, 30 mai 1925.

17Malgré les hausses de salaires obtenues lors des grands mouvements revendicatifs de 1922, il semble bien, encore qu’on ne dispose que de repères partiels, que la situation économique de l’ensemble des travailleurs chinois s’était en 1923 et 1924 détériorée encore par rapport à 1919. A Canton, l’indice général des prix, sur la base 100 en 1913, passe de 136,4 en 1919 à 175,6 en 1924 ; les salaires, dans la même période, passent seulement de 106,19 à 135,2852, c’est-à-dire qu’ils ne se maintiennent même pas au niveau des prix. Le salaire moyen des travailleurs qualifiés (li-gong) de la houillère de Zhongxing, au Shandong, monte seulement de 27, 12 yuans par mois en 1919 à 28,90 en 192553, et celui des manœuvres des cotonnières de Changhai passe de 30 centimes d’argent par jour en 1920 à 38 centimes en 192554, alors que, au Shandong comme au Jiangsu, la hausse des prix avait été bien supérieure. Les dockers de Changhai, en 1925, ne recevaient que 60 à 100 coppers par jour, soit à peine plus qu’en 191955.

  • 56 On analysera de façon plus précise au chapitre suivant le rôle de facteurs comme le militarisme et (...)
  • 57 Cf. Lin Sung-ho, Factory workers in Tangku, p. 20. L’enquêteur, après avoir signalé que le nombre d (...)
  • 58 Sur ces trois catastrophes, cf. XD, 26 mars 1924 (éditorial commémoratif).

18Tels sont donc les effets du militarisme alors à son apogée, et de la crise des industries nationales chinoises. Certes, ces deux phénomènes préparent en même temps la nouvelle orientation politique de la bourgeoisie telle qu’elle se précisera à partir de 1924, et les perspectives nouvelles de lutte politique qui seront ainsi ouvertes au mouvement ouvrier dans le cadre de la coopération entre les communistes et le Guo-mindang56. Mais dans l’immédiat, il s’agit bien en 1923 et 1924 d’une grave détérioration de la condition ouvrière. Significatif est le cas de ces ouvriers de la raffinerie de sel Jiu-da, qui de plus en plus font venir leur famille du village au lieu de continuer à leur envoyer des subsides comme les années précédentes, en raison de la hausse du coût de la vie57. Ces ouvriers chinois que la grande vague de grèves de 1921-1922 n’avait pas réussi encore à sortir de leur misère restaient en même temps une main-d’œuvre dont la vie ne comptait guère, comme le rappellent au début de 1924 les 100 morts de l’incendie de la filature de soie Xiangjing à Changhai, les 75 morts du coup de grisou de Fangzi au Shandong, les 53 victimes d’un éboulement aux mines de la K.M.A.58.

***

19Si le mouvement de grèves ne disparaît pas tout à fait pendant ces années difficiles, il se ralentit et se rétrécit singulièrement par rapport à la vague précédente de luttes revendicatives. C’est ce qui ressort des quelques recensements partiels dont on dispose :

TABLEAU XXIV : Mouvements de grèves en 1922-1924

TABLEAU XXIV : Mouvements de grèves en 1922-1924
  • 59 Annuaire, II, pp. 154 à 282. Cette liste de grèves dans les entreprises étrangères ne s’allongerait (...)

20Ces grèves moins nombreuses sont en même temps des grèves dont le foyer principal se déplace. Pendant la grande poussée de 1921-1922, en effet, les secteurs les plus combatifs avaient été les chemins de fer, les mines, la navigation, les cotonnières et manufactures de tabac, c’est-à-dire les grandes entreprises à forte concentration ouvrière et qui appartenaient soit aux étrangers, soit aux autorités chinoises. En 1923 et 1924, au contraire, ce sont les entreprises nationales chinoises qui sont principalement visées. Sur une centaine de grèves recensées par l’Annuaire pour ces deux années, six seulement intéressent des entreprises étrangères (un chantier naval britannique et des cotonnières japonaises de Pudong, une usine de mise en balle du coton à Hankou, les téléphones japonais de Qingdao, la centrale électrique de la concession internationale de Changhai, une cotonnière japonaise de Tianjin)59, et aucune ne se déroule dans les entreprises d’Etat, ce qui souligne à nouveau le durcissement des autorités chinoises (centrales ou provinciales) à l’égard du mouvement ouvrier. C’est dans les entreprises privées chinoises, grandes ou petites cotonnières, filatures et tissages de soie, huileries, compagnies de louage de rickshaws, imprimeries, manufactures de tabac, que l’activité ouvrière est maintenant la plus intense ; c’est là que se trouve le point faible du front patronal, en raison des difficultés économiques du capital national chinois.

  • 60 Ibid., passim.
  • 61 Comme à Hankou en octobre 1924, dans une usine de mise en balles du coton, entre gens du Hunan et d (...)
  • 62 Comme les rickshaws de Hankou protestant en septembre 1924 contre l’ouverture d’une ligne d’autobus (...)
  • 63 Les avantages conquis précédemment en ce domaine sont de nouveau perdus. Chez les marins, les entre (...)
  • 64 Comme dans une filature de soie de Changhai (NCH, 23 juin 1923), aux mines de manganèse du Hunan (C (...)
  • 65 Les ouvriers de la cotonnière Tong-xing en mars 1923, les tisserands de soie de Suzhou, en juin 192 (...)

21Il y a encore recul en 1923-1924 si l’on considère le contenu même des revendications présentées, le niveau de cohésion et d’organisation, et plus encore la fréquence des échecs. Presque toutes ces grèves ne sont plus, comme c’était le cas jusqu’en 1920, que des protestations élémentaires contre les bas salaires et la cherté de la vie, ou la dureté des règlements et des contremaîtres60. Parfois, il s’agit aussi de rivalités provincialistes61, ou de ces combats d’arrière-garde que continuent à livrer ça et là les anciens métiers victimes de la modernisation technique62. Les revendications « de structure » (journée de huit heures, congés payés, assurances ouvrières, système d’embauche)63, qui tenaient une place déjà importante dans les grèves de 1921-1922, et témoignaient alors de la maturité croissante du prolétariat, disparaissent presque complètement. Tout au plus les ouvriers tentent-ils de s’opposer à l’élévation des normes de travail, à laquelle a recours le capitalisme chinois en détresse64, ou s’accrochent-ils à l’antique tradition du hua-li, par l’intermédiaire de laquelle ils tentent de suppléer aux hausses directes de salaires qu’ils ne peuvent obtenir65.

  • 66 Annuaire, op. cit. Sur la grève de la Nan-yang, cf. aussi ZGGR, n° 2, (Nan-yangyan-cao ba-gong-de j (...)
  • 67 MDN, 1er juin 1923.

22Ces grèves de la période de recul sont presques toutes des mouvements spontanées, dont se désintéressent les groupements ouvriers restés légaux, tels que les « clubs ouvriers » à caractère patronal et les associations semi-ouvrières désireuses de rester en bons termes avec les autorités ; de leur côté les militants communistes réduits à la clandestinité ne peuvent que rarement y jouer un rôle. L’isolement, le caractère local et limité de ces diverses grèves contraste aussi avec les réactions en chaîne de 1921-1922, quand le succès des mécaniciens de Canton en 1921 ou des cheminots du Centre en 1922 suscitaient toute une série d’autres mouvements. C’est qu’il ne s’agit plus maintenant que de défaites, ou de succès très partiels. La grève de la cotonnière Heng-da à Changhai en mars 1923 est un échec, de même que pendant l’été 1924 celle des 12 000 ouvrières des filatures de soie de Zhabei (qui n’obtiennent qu’une légère réduction d’horaires en période de chaleur et la suppression de certaines amendes) et que celle de la Nan-yang à Pudong66. Autant qu’à la fréquente intervention de la police ou de l’armée, ces échecs semblent dus à un raidissement très marqué du patronat chinois, aiguillonné par ses propres difficultés économiques et enhardi par le climat politique et social que faisaient prévaloir les du-jun depuis l’affaire du Jing-han. Les propriétaires chinois et japonais des huileries de Dairen, après la grève d’avril 1923, décident par exemple d’établir un fichier central du personnel, de renvoyer les « éléments indésirables », qu’ils se signalent mutuellement, de fixer un tarif unique de salaire à ne pas dépasser, même par des hua-li et autres allocations spéciales, de ne pas débaucher mutuellement leur personnel67.

  • 68 MDN, 25 juin 1923.
  • 69 Ibid., mai-juin 1924, passim.

23Toutefois, les grèves hasardeuses et sporadiques de ces années de reflux se caractérisent aussi par leur extension géographique plus vaste que par le passé. C’est en 1923 et 1924 que les conflits du travail gagnent les vastes entreprises japonaises du Nord-Est où la vague de 1921-1922 n’avait guère eu d’écho. Les émigrants paysans saisonniers venus du Shandong et du Zhili travailler sur le S.M.R., dans les usines de Moukden ou les chantiers de Dairen, commencent à se stabiliser socialement, et acquièrent en même temps une conscience plus aiguë de leurs problèmes de classe. « La libre disposition de coolies chinois à des salaires incroyablement bas, comme cela était le cas jusqu’ici, est passée à l’état de souvenir, » note mélancoliquement un des principaux organes de Dairen après la grève d’une manufacture japonaise de Moukden au printemps 192368. Au printemps 1924, les grèves continuent dans tout le Nord-Est, par exemple dans une lainière japonaise de Dairen, dans une usine de chanvre de Moukden, ou dans la manufacture japonaise de tabac Toa à Yingkou69. Ces trois mouvements sont des échecs, car le patronat japonais réplique immédiatement par un lock-out. Mais il y a là un signe intéressant de l’extension continue du mouvement ouvrier chinois, même dans ces circonstances difficiles.

***

  • 70 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 106.
  • 71 C’est vraisemblablement le Secrétariat du travail qui publie au printemps 1923 à Pékin l’ouvrage an (...)
  • 72 Cf. par exemple l’éditorial de XD du 20 novembre 1922, intitulé : « l’éveil des masses ouvrières ch (...)
  • 73 XD, 11 juin 1924.
  • 74 Abrégé..., pp. 112-113.
  • 75 QF, 1er décembre 1923, Zhong-guo guo-min ge-ming yu she-hui ge-jie-ji (La révolution chinoise natio (...)

24Les organisations ouvrières révolutionnaires animées par le Secrétariat du travail s’effacent pour la plupart en 1923 et 1924 ou ralentissent leur activité, emportées par la réaction militaire. Le Secrétariat lui même, sans jamais avoir été officiellement dissous, se met progressivement en sommeil. Au lendemain même du 7 février, il s’était à nouveau transporté à Changhai et s’était efforcé d’organiser au profit des victimes du massacre et de leur famille la distribution de secours70, en même temps que d’informer l’opinion de l’affaire du Jing-han71. Mais on perd ensuite sa trace. Au sein du Parti communiste il est vraisemblable qu’après le coup d’arrêt de février 1923 certaines inquiétudes se soient fait jour quant à l’avenir immédiat des luttes ouvrières, qui avaient suscité tant d’espoirs en 192272. Le réquisitoire approfondi que présente Chen Du-xiu en juin 1924 dans l’organe du parti contre l’anarcho-syndicalisme73, même s’il s’abstient de donner des exemples concrets, reflète certainement l’existence d’un courant d’idées allant dans ce sens. A l’inverse, Deng Zhong-xia, un des dirigeants du Secrétariat du travail pendant la grande vague d’activité de 1922, est un de ceux qui combattent vivement en 1923 des tendances « liquidatrices »74, tendances qu’illustre sans doute une déclaration comme celle de Chen Du-xiu lui-même en décembre 1923 : « la grande majorité des ouvriers chinois n’ont ni le besoin ni la capacité de livrer leurs propres batailles de classe »75.

  • 76 Sur les origines de l’alliance entre les communistes et le Guo-min-dang, cf. ci-dessous, chap. x.
  • 77 Cf. ci-dessous, chap. x.
  • 78 Jing-han gong-ren liu-xie-ji (Commémoration du sang versé...), pp. 183 à 188 : « les travailleurs o (...)

25Dès 1923, les idées d’une alliance nécessaire entre la classe ouvrière et d’autres couches sociales commencent à mûrir76. Mais il est significatif que le volume consacré à l’affaire du Jing-han par le Secrétariat, qu’il semble plausible d’attribuer à Deng Zhong-xia lui-même, se contente au printemps 1923 d’appeler au renforcement de l’organisation propre de la classe ouvrière et de souligner la nécessité d’un parti politique ouvrier, à savoir le parti communiste, pour éviter que ne se renouvellent des défaites comme celle du 7 février. La perspective de nouvelles alliances, dont il était alors fortement question puisque la fameuse déclaration commune Sun Yat-sen-Joffe était déjà publique77, est passée sous silence dans cette brochure78.

  • 79 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 121.
  • 80 XD, 17 octobre 1923.
  • 81 Sur cet incident, cf. ci-dessus, p. 307.
  • 82 29 000 membres de syndicats d’industrie et 22 000 membres de syndicats de métier d’après ZGGR, n° 1 (...)
  • 83 Cf. une liste de ces syndicats dans QF, 1er juillet 1923, Sheng-xian-xia-zhi Hunan (Le Hunan sous l (...)
  • 84 CEB, 1er juillet 1923.
  • 85 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 109-III. Cf. aussi Liu Shao-qi, Anyuan lu-kuang gong-ren ju-le-b (...)
  • 86 Le fait qu’en 1923 et 1924 la compagnie Han-ye-ping connaisse des difficultés économiques considéra (...)

26Ces hésitations et ces remous ne rendaient que plus difficile de sauvegarder sous une forme clandestine les groupements ouvriers publiquement mis sur pied par le Secrétariat en 1921-1922. C’est au Hubei et surtout au Hunan que se maintiennent le mieux les positions gagnées. Au Hubei, où survit le syndicat des tireurs de rickshaws et celui des usines de mise en balle du coton79, le mouvement ouvrier d’orientation révolutionnaire est assez fort pour participer très activement en juin 1923 aux manifestations anti-japonaises pour le retour à la Chine de Dairen et Port-Arthur, et au boycott qui y fait suite80. Si la Fédération provinciale constituée à Wuhan en 1922 est dissoute après le 7 février, celle du Hunan semble continuer ses activités en 1923 et même en 1924, malgré l’hostilité que lui témoigne Zhao Heng-ti après le 1er juin 192381. En 1924, elle compte encore 50 000 membres82, répartis entre les clubs ouvriers et syndicats des mineurs de Anyuan, des cheminots du Yuehan, des mécaniciens, des tireurs de rickshaws83. Elle gère des écoles ouvrières de nuit, vient en aide aux grévistes de Shuikoushan, fait des démarches auprès de l’Assemblée provinciale du Hunan pour obtenir le vote d’une législation ouvrière84. C’est le Club ouvrier des mineurs de Anyuan, sans doute en raison de sa situation marginale sur les confins du Hunan et du Jiangxi, à bonne distance du centre d’activité des du-jun de ces deux provinces, qui maintient le mieux pendant cette période l’élan acquis au cours de la poussée de 1922. Le Club fait figure de puissance locale avec ses écoles du soir, ses nombreuses salles de lecture, ses coopératives de consommation, ses trois boutiques au capital de 2 000 yuans, l’immeuble de deux étages qu’il a bâti à ses frais85. Il s’appuie sur un solide réseau de 1382 « délégués de dizaines » et de 131 « délégués de centaines », dont les représentants, par puits ou atelier élisent un conseil central de 51 membres. Ce système, directement inspiré des conseils ouvriers de Russie soviétique, lui vaut le surnom de « petit Moscou ». Le Club est assez fort pour éliminer complètement le recrutement par bao-gong et l’influence des contremaîtres et pour s’imposer comme unique intermédiaire entre la direction de la mine (c’est-à-dire la compagnie Han-ye-ping) et les ouvriers86. Il célèbre avec faste le 1er mai 1923 et l’importance de ce bastion isolé du mouvement ouvrier révolutionnaire se mesure à la présence régulière de dirigeants communistes de premier plan comme Li Li-san, Liu Shao-qi (président du Club), Mao Ze-dong.

  • 87 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 116.
  • 88 Ces textes sont reproduits dans l’Annuaire, II, pp. 102 à 106.
  • 89 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 117 à 119.

27Chez les cheminots, les organisations mises sur pied en 1922 par le Secrétariat résistent aussi jusqu’à un certain point, sous la forme de petits groupes clandestins sur le Jing-feng, le Jing-han, le Yue-han, le Zheng-tai. Des effectifs syndicaux plus importants, qui vont jusqu’à un millier d’hommes ou plus, de meurent sous l’influence du Secrétariat sur le Jin-pu, le Jing-sui (dans la section du matériel roulant), et un syndicat clandestin nouveau se constitue aussi sur le Jiao-ji87. En février 1924, Deng Zhong-xia et d’autres dirigeants communistes tentent même, en s’appuyant sur ces divers éléments, de constituer un syndicat national des cheminots ; le 7 février, jour anniversaire de l’affaire du Jing-han, se tient à Pékin une conférence d’une vingtaine de délégués, qui publie un manifeste et rédige des statuts ; ces textes sont d’ailleurs d’orientation très modérée, et se contentent d’un programme d’amélioration des conditions de vie, d’unité ouvrière et d’éducation professionnelle88. Mais la police intervient peu après, disperse la direction provisoire du syndicat et arrête plusieurs de ses membres89, tandis que d’autres arrestations sont opérées sur le Zheng-tai et le Jiao-ji. La situation politique générale ne permettait pas encore de s’orienter vers l’organisation de grands syndicats nationaux d’industrie comme le Congrès de mai 1922 en avait formulé le vœu.

  • 90 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 67.
  • 91 PDR, 14 mai 1924.
  • 92 Cf. une discussion entre deng zhong-xia et Lin Wei-min sur la situation dans le syndicat des marins (...)

28Dans une autre fédération d’industrie, le syndicat des marins, des éléments actifs avaient en 1922 gagné quelque influence, bien que l’initiative de la fondation de ce syndicat et sa direction aient appartenu jusque-là à des personnages qui semblaient plus soucieux de leur carrière politique que d’action proprement ouvrière. A Canton et surtout à Changhai, des marins comme Su Zhao-zheng, Lin Wei-min, Zhu Baoting, avaient établi des contacts en 1922 avec le Secrétariat du travail. Mais en 1923 et 1924, ces éléments radicaux perdent du terrain ; Chen Bing-sheng, le fondateur du syndicat, lié aux milieux modérés du Guomin-dang, un moment écarté de la direction en 1922 pour une affaire de mœurs, revient au premier plan, avec des personnages dont le métier même les portait à tirer profit des marins plutôt qu’à défendre leurs intérêts, comme Zhai Han-qi, fabricant de cercueils pour les gens de mer90 ou Zhu Yao-guan, dirigeant d’une pension de famille pour marins ; c’est ce dernier qui devient en mai 1924 président du syndicat de Changhai des marins quand Chen Bing-sheng quitte le port et repart pour Canton91. Les querelles régionalistes entre Cantonais et Ningponais, les rivalités entre les diverses sociétés mutualistes qui n’avaient qu’incomplètement fusionné au sein du syndicat, l’absence d’organisations syndicales de base, tout cela facilitait la mainmise de quelques individualités sur l’ensemble de l’organisation des marins et explique le recul de celle-ci en 1923 et 192492.

  • 93 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 121.
  • 94 Ibid., p. 136.
  • 95 Cf. HQFF, n° 5, Dao Xiang Jing-yu dong-zhi (Pleurons la camarade Xiang Jingyu)·

29A Changhai, premier centre industriel de Chine, où les militants communistes avaient fait leurs premiers pas en direction de la classe ouvrière dès avant la fondation de leur parti, le reflux est tout aussi sensible. Des syndicats suscités en 1922 par le Secrétariat du travail ou épaulés par lui, il ne subsiste plus que quelques clubs de mécaniciens ou d’orfèvres et joailliers93. Les cadres communistes, même en l’absence de bases d’organisation, tentent cependant de jouer un rôle dans des grèves comme celles de la Nan-yang et des filatures de soie pendant l’été 192494. L’étudiante Xiang Jing-yu, récemment revenue de France après y avoir participé à la propagande marxiste chez les « étudiants-ouvriers » et y avoir adhéré au parti communiste, est très active lors de ces deux dernières grèves95, mais il ne fait pas de doute que le manque de cadres syndicaux d’origine ouvrière, analogues à ceux qui s’étaient formés en 1922 chez les cheminots ou dans le Hubei-Hunan, continuait à rendre très précaire le travail des communistes au sein du prolétariat changhaien.

  • 96 Cf. ZGGR, n° 1, octobre 1924 (Shandong Lu-da gong-si ya-po gong-ren, La compagnie Lu-da du Shandong (...)
  • 97 Cmd. 2442, p. 42. Le syndicat auquel se réfère ce rapport consulaire est sans doute celui qu’interd (...)
  • 98 JDSZL, 1957, n° 4, Nanchang da-shi-ji (Chronologie de Nanchang).

30A travers les autres provinces de Chine, on relève encore ça et là des efforts dispersés pour animer et susciter des organisations ouvrières dans la ligne tracée initialement en 1922 par le Secrétariat et par le Congrès de Canton : chez les mineurs de charbon de Zichuan au Shandong par exemple96, au Sichuan97, et plus encore à Nanchang où en 1924 le communiste Zhao Xing-nong constitue des syndicats chez les imprimeurs, les cheminots de la ligne Nanchang-Jiujiang, les bateliers98.

***

  • 99 Sur ces associations, cf. ci-dessus, pp. 232-37.
  • 100 Fondée au printemps 1920 (MGRB, 7 avril 1920).
  • 101 Tels que les clubs ouvriers des Presses commerciales, des Éditions de Chine, des éditions Wen-ming (...)
  • 102 Cf. MGRB, 15 à 24 juillet 1924 (notices sur ces divers groupements).
  • 103 Ma Chao-jun, Histoire, p. 98.
  • 104 MGRB, 24 juillet 1924.
  • 105 Zhu Pang-xing et autres, Shanghai chan-ye yu Shanghai zhi-gong (Les industries de Changhai et les o (...)

31Ce sont les organisations ouvrières d’orientation modérée qui tiennent le devant de la scène pendant cette période. A Changhai, certaines d’entre elles, apparues au lendemain ou au moment du 4 mai, comme la Société Amicale des ouvriers et des marchands ou l’Association pour le progrès industriel en Chine99, continuaient de réunir sans distinction de métier des éléments du petit patronat et de la maîtrise et quelques ouvriers. D’autres avaient une base industrielle mieux définie, comme la Fédération industrielle du personnel de service des bateaux et des entrepôts100, divers groupements d’imprimeurs101, les syndicats des mécaniciens, des électriciens, les clubs ouvriers de la manufacture de tabac de la Nan-yang, des ouvrières de soie de Zhabei, des ouvriers du textile de Pudong102. Il s’agit donc principalement, mais non exclusivement, de groupements cherchant à influencer les ouvriers qualifiés. En 1923 et 1924, les animateurs de ces associations continuent, pour élargir leur clientèle, à constituer des amicales ouvrières à caractère régionaliste, formule vers laquelle ils avaient déjà commencé à s’orienter en 1922 ; il existe maintenant des amicales du Jiangsu septentrional (« Kompo »), du Zhejiang, de l’Anhui, du Guangdong, du Sichuan, du Hunan, du Hubei103 ; certaines organisations professionnelles ont d’ailleurs en fait ce même caractère, comme la Fédération du personnel de service des bateaux et entrepôts, dont la clientèle est surtout cantonaise104, ou comme un des principaux groupements d’imprimeurs, qui ne réunit que des ouvriers du Zhejiang105.

  • 106 Cf. des exemples de ces cumuls, ci-dessus, p. 233 et p. 236.
  • 107 Cf. sur ces premières tentatives, Ma Chao-jun, Histoire, p. 98.
  • 108 PDR, 2 avril 1923.
  • 109 PDR, 11 avril 1924 (Ma Chao-jun, op. cit., situe sa fondation officielle en août)

32Entre ces organisations, s’étaient affirmées depuis quelques années des tendances communes, encore renforcées par les liens personnels nés du cumul des fonctions dirigeantes de plusieurs d’entre elles par les mêmes personnages106. Elles avaient ensemble célébré pour la première fois la Fête du Travail à Changhai en mai 1920, elles avaient rivalisé d’empressement auprès de Sun Yat-sen lors de son séjour dans la ville à la fin de 1922 ; après avoir un moment coopéré avec les communistes, elles avaient rompu avec eux au début de l’été 1922. A plusieurs reprises, elles avaient envisagé de resserrer organiquement leur union. Déjà, au printemps 1922, elles avaient constitué un comité d’aide aux grévistes de Pudong, comité auquel participait encore le Secrétariat du travail107, et pendant l’hiver 1923 elles organisent en commun l’aide aux victimes de l’affaire du Jing-han, dont un bon nombre s’étaient réfugiés à Changhai108. En 1924, après d’assez long pourparlers, est fondée officiellement à Changhai une « Fédération des groupements ouvriers », à laquelle adhèrent une trentaine d’associations semi-ouvrières et de promotion industrielle, de groupements d’ouvriers qualifiés, de clubs d’entreprise, de sociétés régionalistes109.

  • 110 MGRB, 19 juillet 1924. Cette association était née d’une scission de l’ancienne Fédération industri (...)
  • 111 Cf. le récit de P. Henry (Dossier Henry, IIIe partie, annexe III), qui en novembre 1924 assiste au (...)
  • 112 Le siège de cette « Association pour le progrès moral des compagnons des Éditions de Chine » se tro (...)
  • 113 MGRB, 2 mai 1924.
  • 114 Cf. par exemple les statuts des électriciens (Cmd 2442, p. 92), ceux des mécaniciens (Annuaire, II, (...)
  • 115 Annuaire, II, p. 8.
  • 116 HQFF, n° 8 (Yi Qiu-bai, En souvenir de Qiu-bai).
  • 117 XD, 1er octobre 1924. Toutefois certains éléments du club s’étaient efforcés, avant la grève, de re (...)
  • 118 Cf. une lettre signée de dix-sept dirigeants du syndicat des tireurs de rickshaws (Archives du secr (...)
  • 119 ΡDR, 31 mars 1924. La guilde de Ningbo, un peu plus tard, crée de son côté une « caisse d’épargne o (...)
  • 120 Annuaire, II, pp. 57-60. Le club de la Nan-yang gérait aussi une assurance décès (dossier Henry, op (...)
  • 121 MGRB, 27 juillet 1924.
  • 122 Annuaire, II, pp. 53-56.
  • 123 Cmd. 2442, p. 92.

33Cette Fédération, ainsi que les associations qui lui sont affiliées, semblent en bons termes avec le patronat chinois et étranger de Changhai. Certaines d’entre elles sont contrôlées de l’intérieur par le petit patronat, comme la Société amicale des ouvriers et des marchands de Tong Lizhang ou le Syndicat de l’industrie électrique de Li Heng-lin110. D’autres sont patronnées et subventionnées par de grandes entreprises, comme le club de la Nan-yang111, le club des Editions de Chine112, ou celui des jeunes ouvriers des Presses commerciales. Les mots d’ordre de « concorde entre le capital et le travail » et d’« assistance mutuelle » figurent parmi ceux que lance la Fédération quand elle célèbre le 1er mai 1924113. Dans les statuts de ces associations, on ne trouve ni préoccupations revendicatives, ni dispositions pratiques pour assurer le succès des grèves par des mouvements de solidarité114. Les statuts de la Fédération sont eux-mêmes extrêmement lâches, et ne comportent aucune clause de solidarité entre les syndicats-membres, en cas de conflits du travail115. De fait, « l’Association pour le progrès moral des ouvriers », club mutualiste dirigé par Mme Mu Zhi-ying, une des figures dirigeantes de la Fédération, freine la grève des ouvrières de la soie de Zhabei pendant l’été 1924116, et le club ouvrier de la manufacture Nan-yang adopte la même attitude vis-à-vis de la grève de cette entreprise en septembre 1924117. Quand ces associations modérées présentent des revendications, c’est sous une forme extrêmement prudente et comme à regret, tels ces tireurs de rickshaws qui en octobre 1924 exposent leurs doléances au Secrétaire de la concession internationale de Changhai et protestent contre l’élévation du taux de location des voitures118. Leurs préférences vont aux activités mutualistes, à la formation professionnelle, à l’organisation des loisirs et la « Fédération », dès sa création au printemps 1924, examine un projet de caisse d’épargne ouvrière119. La Fédération du personnel des bateaux et entrepôts gère une caisse d’assurances sur la vie120. Les mécaniciens, dont le syndicat avait à ses origines un caractère nettement prolétarien, et qui au Congrès de 1922 avaient encore soutenu le Secrétariat du travail, se sont depuis lors alignés sur leurs collègues de Canton en raison de difficultés financières121 ; les statuts de leur syndicat, sous leur nouvelle forme, n’insistent plus que sur l’élévation de la vertu et des connaissances122. Les règlements des électriciens, de leur côté, n’envisagent que des négociations en cas de conflit avec le patronat ; ils prévoient des séjours de perfectionnement à l’étranger, l’organisation d’expositions, la délivrance de médailles aux ouvriers ayant découvert de nouveaux procédés techniques ; des articles stipulent aussi qu’aucun adhérent n’aura le droit de recommander ni d’employer des non-adhérents (ce qui souligne aussi le caractère mixte de cette association), et que les adhérents verseront un mois de salaire au syndicat quand il leur aura trouvé du travail123.

  • 124 PDR, 28 janvier 1924. Le Congrès de réorganisation du Guo-min-dang tenu à Canton en janvier 1924 ve (...)
  • 125 XD, 31 décembre 1924 accuse Zhang De-hui et Yuan Zheng-dao, anciens dirigeants du syndicat du Jing- (...)
  • 126 La militante communiste Xiang Jing-yu essaye de combattre alors l’influence à Zhabei de Mme Mu Zhi- (...)
  • 127 MGRB, 2 mai 1924.
  • 128 Annuaire, II, p. 8.
  • 129 En 1923-1924, Sun Yat-sen et le Guo-min-dang conservent d’ailleurs de bons rapports avec les restes (...)
  • 130 PDR, 26 juin, 6 octobre, 11 octobre 1923 (manifestations des syndicats modérés de Changhai contre l (...)
  • 131 PDR, 2 mai 1923.
  • 132 PDR, 2 mai 1924. Cf. aussi le récit de Dame Anderson, dans Humanity and labour in China, p. 177 sq.(...)

34Ces associations, même si elles se piquent d’impartialité politique et envoient par exemple au début de 1924 un télégramme de condoléances au gouvernement soviétique pour la mort de Lénine, en même temps qu’un message de félicitations à Macdonald pour son accession à la direction des affaires britanniques124, s’opposent très vivement au courant du mouvement ouvrier dont les communistes et leurs amis sont les animateurs ; ceux-ci les accusent même d’aller jusqu’à la dénonciation policière125. Cet antagonisme apparaît nettement au cours des grèves de l’été 1924, freinées par les unes et soutenues en secret par les autres126 ; il se reflète aussi dans des mots d’ordres comme « ne demandons que le pain, n’allons pas vers la politique » et « il ne nous faut que des syndicats, il ne nous faut pas de partis politiques », qui sont ceux de la Fédération au 1er mai 1924127. En fait, cet apolitisme cache mal une préférence nettement marquée pour les éléments de droite du Guo-mindang de Changhai128, et s’accompagne, ce qui n’était nullement contradictoire, de bons rapports avec les autorités militaires chinoises de la région129. Le général He Feng-lin, comme son chef Lu Yong-xiang, est en effet un des derniers tenants du parti Anfu, chassé du pouvoir dans le reste de la Chine en 1920 par le groupe du Zhili. L’hostilité très vive que portent à ce dernier la « Fédération » et ses syndicats-membres n’est pas pour lui déplaire130, et s’il les autorise en 1923, puis en 1924 à célébrer la Fête du Travail, c’est sans doute autant pour des motifs de politique générale que parce qu’il espère par leur intermédiaire tenir bien en main le monde changhaien du travail. Le 1er mai 1923 est célébré publiquement par ces associations, en particulier par le club de la Nan-yang et la Société amicale des ouvriers et des marchands131. En 1924, cette journée est patronnée avec beaucoup d’éclat par la « Fédération » nouvellement constituée, et aux côtés des dirigeants de celle-ci prennent place Wang Jing-wei, au nom du Guo-min-dang, le Japonais Suzuki, comme représentant de l’Internationale syndicale d’Amsterdam, et Dame Adelaïde Anderson, experte britannique des problèmes industriels, dont la présence symbolise les espoirs mis alors dans un réformisme social à l’occidentale132.

  • 133 Sur la crise de direction du syndicat des marins en 1923-1924, cf. ci-dessus, p. 319.
  • 134 Les associations d’ouvriers imprimeurs, souvent marquées de corporatisme, se renforcent notablement (...)
  • 135 Ma Chao-jun, Histoire, pp. 98-99.
  • 136 Cf. ZGGR, 12 mai 1957 (Hui-yi Li Da-zhao tong-shi, Souvenirs sur le camarade Li Da-zhao). L’auteur (...)
  • 137 En août 1923, plusieurs Cantonais dont Chen Bing-sheng, ancien président du syndicat des marins, so (...)
  • 138 PDR, 18 janvier 1924.

35En fait, jusqu’à quel point ces associations modérées sont-elles réellement représentatives ? Quelle influence réelle excercent-elles dans l’ensemble de la classe ouvrière changhaienne ? Pour certaines d’entre elles, comme les marins133, les imprimeurs134, les mécaniciens, il est bien probable qu’il s’agisse alors de véritables organisations de masse, que les tendances personnelles de leurs dirigeants orientent vers le réformisme, mais qui se retrouveront aux côtés de l’ensemble du prolétariat changhaien quand en 1925 viendra l’heure des grands combats. Mais la plupart des organismes affiliés à la Fédération ne sont guère, comme c’était déjà le cas en 1922, que l’expression d’ambitions individuelles qui cherchent à profiter de l’éclipsé momentanée des éléments communistes pour établir leur contrôle sur la classe ouvrière changhaienne. L’arrivée à Changhai dès le printemps 1922 de militants de l’Association des Travailleurs du Hunan, échappés à la répression qui avait suivi l’exécution de Huang et de Pang, comme Wang Guang-hui et Shen Xiao-cen, celle au printemps 1925 de cheminots rescapés du massacre du Jing-han, comme Yang De-fu et Guo Ji-sheng135, permet à ces groupements modérés d’executer une habile opération. Tirant parti de l’émotion soulevée chez les ouvriers de Changhai par les incidents sanglants du 17 janvier 1922 et du 7 février 1923, ils favorisent la création d’un « Bureau de Changhai de l’Association des travailleurs du Hunan » et d’un « Bureau de Changhai du Syndicat général du Jing-han ». Le prestige que gardaient ces deux noms glorieux ne peut que servir utilement leur démagogie. De leur côté, ces réfugiés se prêtent au jeu. Si certains d’entre eux n’avaient pas toujours la conscience très nette136, d’autres étaient sans doute personnellement intègres. Mais, coupés des milieux de mineurs et de cheminots de Chine centrale dont l’éveil les avait portés à des postes responsables, brusquement transplantés dans l’atmosphère d’activité un peu factice des « syndicats à pancarte » de Changhai, ils s’étaient vite laissés absorber par ce monde remuant et ambitieux que n’épargnaient pas d’ailleurs les querelles intestines137. S’ils étaient attentifs à sauver les apparences, et par exemple à célébrer solennellement chaque année l’anniversaire de la mort de Huang et de Pang138, ils ne se distinguaient plus guère en fait des Tong Li-zhang, des Mu Zhi-ying, des Li Heng-lin et autres professionnels du syndicalisme modéré.

  • 139 Cf. par exemple les statuts des mécaniciens ou ceux de la Fédération du personnel des bateaux et en (...)
  • 140 C’est le cas des électriciens (Cmd. 2442, p. 92).

36Les tendances réelles de ces groupements liés à la Fédération se manifestent aussi par les dispositions de leurs statuts quant aux rapports entre la « base » et les dirigeants. Ignorant complètement l’effort de représentation de la base accompli en 1922 sous l’impulsion du Secrétariat du travail dans les syndicats qu’il influençait, ces règlements ne prévoyaient qu’une assemblée générale, qui élisait directement les dirigeants et ne pouvait que dans une faible mesure contrôler effectivement les activités de ceux-ci. Ils ne prescrivaient généralement pas l’organisation de sections de base dans les entreprises ou ateliers139 ; même s’il en existait, elles n’intervenaient pas en tant que telles à l’Assemblée générale140.

  • 141 Cf. IPC, 19 mars 1925 (intervention des sociétés secrètes pour fournir des xin-gong, briseurs de gr (...)

37Un bilan complet des groupements disposant à Changhai d’une certaine influence dans la classe ouvrière vers 1923 et 1924 devrait sans doute aussi faire place à des activités plus occultes, en particulier celles des sociétés secrètes de la pègre changhaienne ; si on ne peut mettre en doute la réalité de celles-ci, il faut se contenter ici d’une brève mention, tant sont rares à ce sujet dans les documents contemporains les allusions même les plus brèves. La Bande verte, en particulier, semble avoir conservé une puissance considérable dans toute la plèbe urbaine et la masse des ouvriers non qualifiés ; par des tatouages, des signes de reconnaissance rituels et des caractères secrets, elle maintenait son contrôle sur certaines sections du prolétariat141. Son influence souterraine et ses possibilités d’action se manifesteront brusquement dans les périodes de crise et de poussée révolutionnaire, en particulier pendant l’été 1925 et au printemps 1927.

  • 142 La situation à Canton en 1923 et 1924 sera examinée ci-dessous, p. 349-350.
  • 143 CEJ, novembre 1927 (An analysis of strikes in China, 1918 to 1926).
  • 144 Traduction d’Élia, p. 233.
  • 145 XD, 4 juin 1924.
  • 146 XD, 20 juin 1923 ; il ne s’agit que d’un groupement professionnel de cheminots patronné par le gouv (...)
  • 147 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 151. Cf. aussi ci-dessous, p. 367.

38C’est à Changhai que l’activité des organisations ouvrières réformistes et modérées est la plus remarquable pendant la période de reflux du mouvement ouvrier, la plus aisée aussi à décrire en raison de la documentation disponible ; mais il semble bien que dans le reste de la Chine soumise aux seigneurs de la guerre142 la même orientation générale ait alors prévalu. A Wuhan, par exemple, il subsiste une Fédération provinciale dont on connaît mal les liens avec celle qu’y avait créée le Secrétariat du travail en 1922, mais qui est de caractère très modéré143. Sun Yat-sen prend à parti ses tendances à l’apolitisme dans une page célèbre des « Trois principes du peuple »144. Dans le lointain Nord-Est, qu’éveillent alors les premières manifestations du mouvement ouvrier et les premières grèves, ce ne sont aussi que des syndicats très peu combatifs dont on trouve trace alors, par exemple chez les imprimeurs et les traminots de Dairen145 ou chez les cheminots de Harbine146. La « Fédération des groupements ouvriers de Changhai », au printemps 1925, a déjà noué des contacts avec les milieux réformistes des autres centres industriels de Chine, et envisage la formation d’une Fédération nationale dont l’orientation serait identique147. La violente et soudaine reprise d’activité du mouvement ouvrier au printemps 1925 ruinera ces espoirs.

***

  • 148 CEJ, novembre 1927 (Analysis of strikes in China, 1918 to 1926).
  • 149 Texte chinois Annuaire, III, pp. 183 à 185 ; traduction, B.I.T., série législative, 1923, Chine, n° (...)
  • 150 Règlement sur le traitement des ouvriers des mines (12 mai 1923) ; règlement sur la sécurité dans l (...)

39Les armées 1923 et 1924 sont également marquées, comme il est de règle dans l’histoire du mouvement ouvrier pendant les périodes de reflux, par des tentatives de politique réformiste. Dès le lendemain de la fusillade du Jing-han, et en écho à l’émotion qu’elle provoque en Chine dans tous les milieux, un mandat du président Li Yuan-hong ordonne le 22 février que soit préparée une législation du travail148. Le 29 mars 1923, le Nong-shang-bu promulgue un « règlement provisoire sur les usines »149. Ce règlement, qui s’appliquait aux entreprises de toute nationalité employant plus de 100 ouvriers ainsi qu’aux entreprises classées dangereuses ou insalubres, interdisait le travail des filles de moins de douze ans et des garçons de moins de dix ans, limitait le travail des jeunes gens et prescrivait un temps de repos minimum des adultes, interdisait les retenues sur les salaires, prévoyait des indemnités pour renvoi ou décès et invitait les firmes à instituer des assurances-décès, accordait aux ouvrières des congés de maternité et interdisait aux femmes les travaux dangereux. Ce texte ne limitait même pas la journée de travail des acuités et restait muet sur la question fondamentale du bao-gong. En mai il fut suivi par quatre décrets sur le travail dans les mines150, qui réglementaient les conditions d’embauche et de renvoi, le travail des femmes et des enfants, la journée de travail des adultes, et rendaient obligatoires diverses mesures d’hygiène et de sécurité ; quelques timides articles terdaient aussi à réduire le pouvoir des contremaîtres et des bao-gong-tou, par exemple en limitant à 200 le nombre de mineurs dépendant d’un de ces derniers, en les obligeant à vendre aux mineurs au prix de revent des articles courants, en exigeant que les salaires soient versés en monnaie courante et non en bons de cantine et de boutique.

  • 151 National Christian council of China, Industrial reconstruction series, brochure, n° 4.
  • 152 IS, 1924,1, p. 38.

40Les autorités de Pékin, au printemps de 1923, envisagent également de promulguer une loi syndicale accordant la personnalité juridique aux syndicats à condition qu’ils limitent leurs activités aux enquêtes sociales, à l’aide mutuele, à l’amélioration des conditions de vie, à condition aussi que leurs statuts soient soumis aux autorités ainsi que tous renseignements sur les dirigeants et les adhérents ; leur dissolution était automatiquement prévue en cas d’activité anti-gouvernementale, de troubles publics, de gêne apportée à « l’activité nationale ». Ce texte, qui n’offrait donc au gouvement ouvrier que des possibilités d’action très limitées, fut soumis le 18 avril 1923 au Parlement par le gouvernement151 ; mais il resta en dossier. Il en fut à nouveau question au début de 1924 mais sans plus de succès152.

  • 153 NCH, 21 juillet 1923.
  • 154 NCH, 14 juin 1923.
  • 155 Formée en décembre 1922 (IS, 1923, II, p. 143).
  • 156 Formée en octobre 1923 (CEB, 20 oct. 1923).
  • 157 Formée en août 1923 (CEB, 11 août 1923).

41Quelques gouverneurs provinciaux s’engagent aussi dans la voie de la législation du travail, comme celui du Jiangsu qui en juin 1923 ordonne que la journée de travail soit limitée à 9 heures avec un jour de repos par semaine153, ou celui du Shandong qui en 1924 réglemente les conditions d’embauche et de renvoi des ouvriers154. Mais le défaut majeur de toutes ces initiatives, à l’échelon central ou provincial, est qu’elles ne comportent aucune disposition qui en rendrait l’application obligatoire, et aucune sanction contre les contrevenants éventuels ; il est difficile de se défendre de l’impression que ces textes étaient surtout destinés à des fins publicitaires, plutôt qu’à soulager effectivement les maux des ouvriers. Ce n’étaient pas non plus les quelques bureaux créés alors dans divers ministères, comme la direction du travail au Nong-sbang-bu155, la section de protection industrielle au ministère de l’Intérieur156, la section du travail au Jiao-tong-bu157, qui étaient en mesure d’agir efficacement.

  • 158 NCH, 21 juillet 1923.
  • 159 Ces rapports sont réunis dans le Cmd. 2442, déjà souvent ité. Cf. par exemple sur la non-applicatio (...)

42Il n’y a donc guère à s’étonner que ces textes législatifs, les plus anciens de l’histoire sociale chinoise si l’on en excepte les règlements miniers de Yuan Shi-kai, soient complètement restés lettre morte. En juillet 1923, par exemple, les ouvrières des filatures de soie de Zhabei procestent par tracts et manifestations de rue contre la non-application de lordonnance du gouverneur du Jiangsu sur le temps de travail, que l’étouffante chaleur de l’été changhaien rendait plus insupportable encore158 ; les rapports des consuls britanniques en Chine, envoyés en 1924 ru Foreign Office à la suite de la campagne de la gauche travailliste sur les mauvaises conditions de travail dans les usines britanniques de Chine, insistent tous sur le fait que ces règlements de 1923 ne sont pas plu ? appliqués dans les usines chinoises que dans les usines étrangères159.

  • 160 En 1923 et 1924, c’est le ministre de Chine à Berne Lu Zleng-xiang et un de ses collaborateurs qui (...)
  • 161 Archives du B.I.T., N. 200/1 /13, note du 9 février 1925.
  • 162 IS, 1923, II, p. 268 (cette décision était applicable le 1er janvier 1925).
  • 163 La presse communiste de Chine attaque vigoureusement Paul Henry, qui au cours de son passage à Chan (...)
  • 164 Archives B.I.T., op. cit. (note du 9 févr. 1923).

43Les quelques tentatives que le B.I.T. continue à faire en 1923 et 1924 du côté de la Chine ne sont guère poussées plus sérieusement. Si le gouvernement chinois ne manifeste pour les activités de l’organisme génevois qu’un intérêt très limité, s’il n’envoie aux conférences annuelles du travail que des diplomates en poste à Berne, c’est-à-dire une représentation quasi fictive160, s’il se borne à adresser à Genève le texte de la loi provisoire de 1923161 et à tenter, conformément à une précédente résolution du B.I.T., d’interdire l’usage du phosphore blanc dans les manufactures d’allumettes162, le B.I.T. de son côté ne se montre guère plus empressé. Il se contente d’envoyer en 1924 un enquêteur en Chine, Paul Henry, dont l’activité est très officieuse163, et d’examiner dans une correspondance épisodique avec Pékin les moyens éventuels d’amener les Puissances bénéficiaires des « traités » à mettre en vigueur les normes de la conférence de Washington (repos hebdomadaire, journée de huit heures etc.)164.

  • 165 Cf. A. Anderson, Humanity and labour in China, pp. 125 à 163.
  • 166 Texte de ce rapport dans Cmd. 2442, pp. 113 à 130.
  • 167 Ces minutes sont restées inédites. Nous les avons consultées en 1932 grâce à l’obligeance de Miss H (...)

44Plus significative encore de la vanité des entreprises réformistes en Chine est l’expérience de la « Commission du travail des enfants », instituée en 1923-1924 par le Conseil municipal de la concession internationale de Changhai165. C’est à la fin de l’année 1922 et au début de 1923 que s’esquisse, dans les milieux protestants de Changhai et particulièrement parmi les milieux féminins (Y.W.C.A., clubs féminins anglo-saxons etc.), une campagne d’opinion contre le travail des jeunes enfant dans les usines de la concession internationale, campagne marquée par des conférences publiques, un échange de correspondance avec les groupements chinois et occidentaux d’employeurs, des démarches auprès du Conseil municipal. Au printemps 1923, peu après l’affaire du Jing-han et la promulgation du règlement provisoire de Pékin, la municipalité décide de constituer officiellement une commission d’étude, chargée de lui présenter des recommandations. Cette commission, où siègent les représentants des principales firmes industrielles de Changhai (Jardine, Naigai Wata Kaisha, Mu Ou-chu) et des personnalités féminines chinoises et étrangères, comme Dame Anderson, ancienne inspectrice des fabriques du Royaume-Uni, Miss A. Harrisson, dirigeante de l’Y.W.C.A., Song Mei-ling, belle-sœur de Sun Yat-sen, se met aussitôt au travail. Elle tient trente-trois réunions, envoie des questionnaires, visite les usines, et remet en juillet 1924 un rapport166 très modéré de ton et dont les éléments d’information ne reprennent qu’une petite partie des matériaux fournis par les minutes originales des sessions167. Dans ses conclusions, le rapport recommandait que le travail des enfants de moins de dix ans soit interdit, que celui des enfants de 10 à 14 ans ne dépasse pas douze heures, qu’on envisage dans un certain délai la suppression du travail de nuit des enfants, que les enfants de moins de quatorze ans disposent de vingt-quatre heures de repos par semaine et qu’ils ne puissent être affectés à des travaux pénibles ou dangereux ; il recommandait également des peines de prison contre les contrevenants et l’institution d’un corps d’inspecteurs du travail. L’ensemble était donc, sauf sur ces deux derniers points, bien en-deçà du règlement chinois de 1923.

  • 168 Les Japonais s’étaient massivement abstenus (79 votants sur 509) ainsi que les « nationalités diver (...)
  • 169 Cf. sur la situation politique à Changhai au printemps 1925, ci-dessous, chap, xi.

45C’est sur la base de ces recommandations qu’au début de 1925 la municipalité de Changhai décide, conformément à ses usages, de soumettre aux électeurs-contribuables de la concession internationale un bye-law réglementant le travail des enfants. Mais l’Assemblée convoquée à cet effet le 15 avril ne peut réunir le quorum nécessaire (un tiers) : 622 contribuables japonais et occidentaux seulement, sur 2 743 s’étaient dérangés168. L’affaire s’était d’ailleurs compliquée du fait que d’autres bye-laws étaient en même temps présentés par le Conseil municipal en vue de l’accroissement du tarif du port et du renforcement du contrôle des imprimés. Beaucoup d’électeurs connaissaient l’impopularité de ces dernières mesures dans la population chinoise de la concession169. Le 2 juin 1925, une nouvelle tentative échoue encore (725 présents seulement) ; mais, l’avant-veille, la police anglaise avait tiré sur la foule, dans Nanking Road, déclenchant ainsi la plus puissante vague de grèves de toute l’histoire de Changhai. La voie de l’émancipation ouvrière ne passait décidément pas par la prudente et lente mise en œuvre d’une politique réformiste à l’anglo-saxonne.

Notes

1 Il n’existe pas d’étude générale sur le phénomène du militarisme chinois à cette époque et sur sa signification politique et sociale. Cf., pour quelques remarques préliminaires, J. Chesneaux, Le phénomène du militarisme en Chine au lendemain de la Grande Guerre. Pour la relation chronologique des événements, cf. Li Chien-nung, Political history, passim et Tao Ju-yin, Bei-yang Jun-fa dong-zhi shi-qi shi-hua (Histoire de l’époque du gouvernement des militaristes du Bei-yang). Cf. aussi les « éphémérides » des volumes du P. Wieger, surtout les tomes IV et V.

2 MDN, 5 mai 1923 et 24 août 1924.

3 CWR, 7 avril 1923, et Annuaire, II, p. 197.

4 Annuaire, II, p. 197.

5 IS, 1924, III, p. 193, et CEB, 1er novembre 1924 (neuf et dix-huit « meneurs » sont respectivement emprisonnés après ces deux grèves).

6 CWR, 22 août 1923.

7 NCH, 11 juillet 1924.

8 CEB, 30 août 1924.

9 CWR, 24 mars 1923 (arrestation d’un ouvrier distribuant des tracts aux aciéries de Hanyang). Cf. aussi CWR, 7 juin 1924 (arrestation de six « agitateurs » déportés à Luoyang).

10 CWR, 8 novembre 1924. Le syndicat des marins, dont les membres étaient particulièrement visés par cette mesure, proteste dans un communiqué à la presse.

11 Sur cette politique de Zhao Heng-ti, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 109.

12 NCH, 30 juin 1923 ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 109. Le bail japonais de ces deux ports expirait en 1923 et toute une série de manifestations furent alors organisées en Chine, pour obtenir du gouvernement chinois un ferme refus de renouvellement du bail.

13 CWR, 12 juillet 1924. Ce club avait déjà à la fin de 1923 été l’objet de mesures de répression (XD, 29 déc. 1923).

14 Cf. ZGGR, 1924, N° 1, Zhao Heng-ti cui-can gong-ren-zhi you-yi fang-shi (Encore un procédé de Zhao Heng-ti pour opprimer les ouvriers). Cette loi syndicale est commentée dans ZGGR, n° 2, novembre 1924, Fan-dui gao-gong-xi jia-gong-xi bao-ban gong-hui ya-po gong-ren (Contre l’accaparement du syndicat et l’oppression des travaileurs par les ouvriers de haut rang et la clique de l’école industrielle n° 1).

15 Ibid. ; quelques anciens compagnons de Huang et de Pang, les deux dirigeants de l’Association des Travailleurs décapités en 1922 par Zhao, s’associent à la tentative de reconstitution patronnée par ce dernier.

16 Cf. ci-dessous, p. 318.

17 Cf. ci-dessous, chap. x.

18 Cf. ci-dessous, chap. x.

19 Cao Rui, frère de Cao Kun et gouverneur du Zhili, devient en 1921 propriétaire d’une cotonnière à Tianjin (FER, oct. 1921). Wu Pei-fu acquiert personnellement en 1922 les quatre usines textiles de Wuchang (CWR, 8 juill. 1922). Zhang Zuo-lin et son groupe possèdent des huileries à Yingkou (MDN, 6 mai 1923), des usines de laine et de coton à Moukden (MDN, 13 mai 1925), etc.

20 Statistics of government railways, Pékin, annuel. On notera les incidences de la chute des Anfu en 1920 sur l’ensemble des lignes, des guerres Fengtian-Zhili de 1922 et 1924 sur le Jing-han et le Jing-feng, de la guerre Zhejiang-Jiangsu de 1924 sur le Hu-ning et le Jin-pu, des opérations de 1925 sur l’ensemble des réseaux.

21 Déjà en 1920, pendant la guerre entre le Hubei et le Hunan, les cheminots de la section Nord du Yue-han s’étaient enfuis, laissant les soldats conduire eux-mêmes les trains au grand dam du matériel (CWR, 17 juill. 1920).

22 Cf. sur ces réquisitions le récit du consul britannique de Chongqing : les coolies défilaient encordés dans les rues de la ville (Cmd. 2442, p. 42).

23 MDN, 15 août 1923 et CWR, 12 avril 1924 (embargo mis par Wu Pei-fu sur les mouvements de coolies entre le Shandong et Dairen) ; CEB, 7 février 1925 (des ouvriers de Nankin, réquisitionnés au cours de la guerre Jiangsu-Zhejiang de 1924, avaient à leur retour perdu leur emploi).

24 Cf. RT, 1921, Shasi, p. 9 et Ichang, p. 11 (raréfaction de la main-d’œuvre sur le Haut-Yangzi à l’occasion de la guerre entre Wu Pei-fu et les petits du-jun du Sichuan) ; cf. RT, 1924, Newchwang, p. 1 (raréfaction de la main-d’œuvre à Yingkou pendant la seconde guerre Zhili-Fengtian) ; SCMP, 4 février 1925 (protestation de la Chambre chinoise de commerce de Changhai contre les réquisitions militaires de main-d’œuvre).

25 Comme la métallurgie de Hankou en 1924 (CEB, 13 déc. 1924).

26 Comme les cotonnières de Tianjin, quand en 1924 la seconde guerre Fengtian Zhili coupe le Jing-feng par où leur arrivait le charbon de la K.M.A. (ZGGR, 1924, n° 2, zhan-zhi hou-ci, Les cadeaux de la guerre).

27 Comme les minoteries du Bas-Yangzi en 1924 (RT, 1924, Chinkiang, p. 1) ou les filatures de soie de Changhai (ZGGR, ibid.).

28 ZGGR, ibid.

29 Il n’existe pas de bonne étude générale sur la crise des industries nationales chinoises en 1922-1925.

30 Cf. J. Chesneaux, Aspects économiques et politiques de la crise de l’industrie cotonnière chinoise au lendemain de la Grande Guerre. Cf. aussi CWR, 23 décembre 1922, The causes for the high price of cotton and the low price of yarn ; en 1923, les cotonnières chinoises de Changhai travaillaient à perte ; le coton brut passe de 24 à 28 taels le picul de 1922 à 1923, et les filés de 153 à 127 taëls entre juillet 1921 et octobre 1922.

31 La Chine, qui en 1919 exporte du blé et n’importe que 272 000 t. de farine, importe de l’étranger 2 225 000 t. de blé en 1923 et 3 600 000 t. de farine en 1922 (CEB, 15 mars 1924).

32 Han-ye-ping perd 3 500 000 yuans en 1922 et 3 millions en 1923 (CEB, 17 janv. 1925). Le contrat de 1913 l’oblige à vendre au-dessous du prix de revient (CWR, 10 avril 1923).

33 CWR, 16 décembre 1922.

34 CEB, 14 avril 1923.

35 CWR, 16 mai 1923 (Hankou) ; RT, 1924, Hangzhou, p. 3 (1 200 licenciés dans une usine de 2 600 ouvriers) ; CEB, 22 novembre 1924 (Zhengzhou, 4 000 licenciés sur 5 000) ; CEB, 27 septembre 1924 (Changsha).

36 RT, 1923, Wuhu, p. 4 ; RT, 1923, Ningpo, p. 3 ; CEB, 19 juillet 1924 (Wuhan)

37 (2 bis) Celle de Suzhou (RT, 1923, Soochow), une à Wuhan (CEB, 23 oct. 1924), une à Nantong (CEB, 24 janv. 1925), une à Hangzhou (RT, 1924, Hangchow, p. 3), celle de Zhengzhou (CEB, 9 mai 1924), celle de Changsha (CEB, 24 janv. 1925). Pendant l’été 1924, on compte près d’un million de broches inactives en Chine, soit un tiers du total équipé (CEB, 4 oct. 1924).

38 Trade of China, 1924, p. 3. En 1923, il y a 43 huileries chinoises fermées à Dairen sur un total de 61 (MDN, 30 juin 1923).

39 RT, 1922, Kiukiang, p. 12 ; CEB, 8 mars 1924 (Wuxi) ; CEB, 28 mars 1924 (Suzhou).

40 Il y a 20 000 à 30 000 chômeurs dans le district séricicole de Shunde (SCMP, 23 avril 1924).

41 CWR, 10 avril 1923 (Hanyang) et CWR, 16 mai 1923 (Forges du Yangzi).

42 CEB, 26 juillet 1924 (de 43 centimes par jour en 1923 à 38 centimes en 1924).

43 PDR, 13 février 1924.

44 SCMP, 12 mars 1925 (Shunde) et Chen Da, Question du travail, p. 177 (en février 1925, les salaires des tisserands de Hangzhou tombent de 0,9 yuans par jour à 0,7 yuans). Cf., aussi CEB, 7 mars 1925 (tisserands de soie de Hangzhou).

45 NCH, 23 juin 1923.

46 CWR, 12 juillet 1924 (on élève le taux de métal pur sur la base duquel est payée la corbeille de minerai).

47 Annuaire, II, p. 161 (cotonnière Ri-hua à Pudong).

48 Les tisserands de soie de Nankin font grève en mai 1922 pour être payés en centimes d’argent et non plus en centimes de cuivre (RT, 1922, Nankin, p. 9).

49 Cf. dossier Henry, passim. Au Shanxi en 1923, la pièce d’un yuan valait 2 052 sapèques, mais un yuan en centimes d’argent n’en valait que 1 786.

50 En 1925, un yuan d’argent valait dans la province plus de 3 000 sapèques-papier (RT, 1923, Shasi, p. 3).

51 Le montant des billets en circulation dans le Nord-Est était de 17 millions en 1917, 36 millions en 1922, 51 millions en mars 1924, 223 millions en novembre 1924 après la guerre avec le Zhili, (CEJ, mars 1927). Le yuan-papier du Fengtian, le Fengpiao, avait théoriquement la parité avec le yuan-argent de Chine propre ; mais en 1924, 100 yuans-argent valaient 194 à 303 Feng-piao (RT, 1925, Moukden, p. 1), et cette dépréciation s’accentue en 1925 et 1926.

52 CWR, 28 janvier 1928 (statistiques du gouvernement de Canton).

53 CEJ, avril 1933 (Coal miningin China).

54 Annuaire, I, p. 216 (pour 1920) et CEB, 18 avril 1925 (pour 1925).

55 CEB, 30 mai 1925.

56 On analysera de façon plus précise au chapitre suivant le rôle de facteurs comme le militarisme et la prépondérance des étrangers en Chine, dans le réalignement des forces politiques et sociales qui s’opère en 1924-1925.

57 Cf. Lin Sung-ho, Factory workers in Tangku, p. 20. L’enquêteur, après avoir signalé que le nombre des ouvriers ayant fait venir leur famille avec eux est passé de 70 à 136 (sur un total de plus de cinq cents) pendant le seul hiver 1926, continuant un mouvement amorcé depuis 1923, conclut que « l’augmentation du nombre des familles ouvrières à Tangku peut difficilement être considéré comme un signe de prospérité ».

58 Sur ces trois catastrophes, cf. XD, 26 mars 1924 (éditorial commémoratif).

59 Annuaire, II, pp. 154 à 282. Cette liste de grèves dans les entreprises étrangères ne s’allongerait que peu en y ajoutant le Nord-Est, négligé dans l’Annuaire.

60 Ibid., passim.

61 Comme à Hankou en octobre 1924, dans une usine de mise en balles du coton, entre gens du Hunan et du Hubei (Annuaire, II, p. 162), ou entre changhaiens et cantonais dans une cotonnière de Changhai en avril 1923 (NCH, 25 avril 1923).

62 Comme les rickshaws de Hankou protestant en septembre 1924 contre l’ouverture d’une ligne d’autobus (Annuaire, II, p. 197).

63 Les avantages conquis précédemment en ce domaine sont de nouveau perdus. Chez les marins, les entrepreneurs de main-d’œuvre (Xi-ma-sha), dont la grève de 1922 avait affaibli la position, retrouvent leur ancienne puissance (Yi Pin, liai-yuan Xiang-gang da-ba-gong, la grande grève des marins de Hongkong, p. 42).

64 Comme dans une filature de soie de Changhai (NCH, 23 juin 1923), aux mines de manganèse du Hunan (CWR, 12 juill. 1924) ou à la manufacture de Pudong de la Nanyang en septembre 1924 (XD, 17 et 24 sept. 1924).

65 Les ouvriers de la cotonnière Tong-xing en mars 1923, les tisserands de soie de Suzhou, en juin 1923, demandent un hua-li (Annuaire, op. cit., passim), de même que les ouvriers des huileries de Yingkou en avril 1923, ou ceux de diverses usines japonaises de Moukden en juin 1923 et mai 1924 (MDN, passim).

66 Annuaire, op. cit. Sur la grève de la Nan-yang, cf. aussi ZGGR, n° 2, (Nan-yangyan-cao ba-gong-de jing-guo. Les événements de la grève de la manufacture de tabac Nan-yang), et Nan-yang Xiong-di yan-cao gong-si shi-liao, Matériaux historiques sur la Compagnie de tabac Nan-yang et frères, pp. 328-347.

67 MDN, 1er juin 1923.

68 MDN, 25 juin 1923.

69 Ibid., mai-juin 1924, passim.

70 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 106.

71 C’est vraisemblablement le Secrétariat du travail qui publie au printemps 1923 à Pékin l’ouvrage anonyme commémorant le massacre, et intitulé Jing-han gong-ren liu-xie-ji (Commémoration du sang versé par les ouvriers du Jing-han).

72 Cf. par exemple l’éditorial de XD du 20 novembre 1922, intitulé : « l’éveil des masses ouvrières chinoises » : « Les ouvriers de nos industries modernes sont déjà éveillés ; ils ne sont déjà plus semblables aux esclaves passifs d’autrefois... les travailleurs constituent une force neuve de la société chinoise, et occuperont à l’avenir une position extrêmement importante ».

73 XD, 11 juin 1924.

74 Abrégé..., pp. 112-113.

75 QF, 1er décembre 1923, Zhong-guo guo-min ge-ming yu she-hui ge-jie-ji (La révolution chinoise nationale et les diverses couches sociales).

76 Sur les origines de l’alliance entre les communistes et le Guo-min-dang, cf. ci-dessous, chap. x.

77 Cf. ci-dessous, chap. x.

78 Jing-han gong-ren liu-xie-ji (Commémoration du sang versé...), pp. 183 à 188 : « les travailleurs ont besoin d’un parti politique ».

79 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 121.

80 XD, 17 octobre 1923.

81 Sur cet incident, cf. ci-dessus, p. 307.

82 29 000 membres de syndicats d’industrie et 22 000 membres de syndicats de métier d’après ZGGR, n° 1, octobre 1924 (Zhao Heng-ti cui-can gong-ren-zhi you-yi fang-shi, encore un procédé de Zhao Heng-ti pour opprimer les ouvriers).

83 Cf. une liste de ces syndicats dans QF, 1er juillet 1923, Sheng-xian-xia-zhi Hunan (Le Hunan sous le régime constitutionnel provincial).

84 CEB, 1er juillet 1923.

85 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 109-III. Cf. aussi Liu Shao-qi, Anyuan lu-kuang gong-ren ju-le-bu lue-shi (Histoire abrégée du club ouvrier du chemin de fer et de la mine de Anyuan), pp. 23-24, et Hong-se-de Anyuan (Anyuan le Rouge), passim, ouvrage qui contient de nombreux témoignages de vieux ouvriers sur cette période.

86 Le fait qu’en 1923 et 1924 la compagnie Han-ye-ping connaisse des difficultés économiques considérables n’est sans doute pas étranger non plus aux succès du Club ouvrier de Anyuan, pendant cette période.

87 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 116.

88 Ces textes sont reproduits dans l’Annuaire, II, pp. 102 à 106.

89 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 117 à 119.

90 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 67.

91 PDR, 14 mai 1924.

92 Cf. une discussion entre deng zhong-xia et Lin Wei-min sur la situation dans le syndicat des marins, et les possibilités d’un redressement, dans ZGGR, n° 2, octobre 1924, Hai-yuan xuan-chuan wen-ti (Questions de la propagande chez les marins).

93 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 121.

94 Ibid., p. 136.

95 Cf. HQFF, n° 5, Dao Xiang Jing-yu dong-zhi (Pleurons la camarade Xiang Jingyu)·

96 Cf. ZGGR, n° 1, octobre 1924 (Shandong Lu-da gong-si ya-po gong-ren, La compagnie Lu-da du Shandong opprime les ouvriers). D’après le correspondant de cette revue, les mineurs de Zichuan auraient tenté de former en avril 1924 une « Société d’études techniques », de caractère ouvrier (les contre-maîtres en étaient exclus), et qui fut vite amenée à poser les problèmes revendicatifs ; la compagnie Lu-da, propriétaire de la mine, la fit bientôt dissoudre par la police.

97 Cmd. 2442, p. 42. Le syndicat auquel se réfère ce rapport consulaire est sans doute celui qu’interdit Yang Sen dans l’été 1924 (CEB, 30 août 1924).

98 JDSZL, 1957, n° 4, Nanchang da-shi-ji (Chronologie de Nanchang).

99 Sur ces associations, cf. ci-dessus, pp. 232-37.

100 Fondée au printemps 1920 (MGRB, 7 avril 1920).

101 Tels que les clubs ouvriers des Presses commerciales, des Éditions de Chine, des éditions Wen-ming (MGRB, 24 juill. 1924).

102 Cf. MGRB, 15 à 24 juillet 1924 (notices sur ces divers groupements).

103 Ma Chao-jun, Histoire, p. 98.

104 MGRB, 24 juillet 1924.

105 Zhu Pang-xing et autres, Shanghai chan-ye yu Shanghai zhi-gong (Les industries de Changhai et les ouvriers de Changhai), p. 482.

106 Cf. des exemples de ces cumuls, ci-dessus, p. 233 et p. 236.

107 Cf. sur ces premières tentatives, Ma Chao-jun, Histoire, p. 98.

108 PDR, 2 avril 1923.

109 PDR, 11 avril 1924 (Ma Chao-jun, op. cit., situe sa fondation officielle en août)

110 MGRB, 19 juillet 1924. Cette association était née d’une scission de l’ancienne Fédération industrielle de l’électricité, formée en 1920 ; des éléments hostiles à la cohabitation avec le patronat avaient formé de leur côté une « Association de camarades pour la promotion de l’électricité ».

111 Cf. le récit de P. Henry (Dossier Henry, IIIe partie, annexe III), qui en novembre 1924 assiste au premier anniversaire de la fondation de ce club. L’usine fournit le local et 300 yuans par mois, une somme égale provenant de la retenue de 10 centimes effectuée par l’usine sur les salaires des membres (3 000 personnes sur 6 000 ouvriers).

112 Le siège de cette « Association pour le progrès moral des compagnons des Éditions de Chine » se trouve dans la maison d’édition elle-même (MGRB, 24 juil. 1924). Il en est de même pour les Presses commerciales.

113 MGRB, 2 mai 1924.

114 Cf. par exemple les statuts des électriciens (Cmd 2442, p. 92), ceux des mécaniciens (Annuaire, II, pp. 53-36), ceux de la Fédération des bateaux et entrepôts (Ibid., pp. 57-60). Il faut rappeler que le Congrès du travail de mai 1922 avait au contraire voté une résolution spéciale sur la nécessité d’organiser la solidarité au cours des grèves.

115 Annuaire, II, p. 8.

116 HQFF, n° 8 (Yi Qiu-bai, En souvenir de Qiu-bai).

117 XD, 1er octobre 1924. Toutefois certains éléments du club s’étaient efforcés, avant la grève, de renverser sa direction (formée de cadres et d’ouvriers qualifiés) : ZGGR, n° 2, novembre 1924 (Nan-yang yin-cao ba-gong-de jing-guo, Les événements de la grève de la Nan-yang). Le président du club que rencontre P. Henry en novembre 1924 venait d’entrer en fonctions, son prédécesseur ayant été renvoyé à la suite de la grève.

118 Cf. une lettre signée de dix-sept dirigeants du syndicat des tireurs de rickshaws (Archives du secrétariat de la concession internationale, dossier 1484, IIIe partie).

119 ΡDR, 31 mars 1924. La guilde de Ningbo, un peu plus tard, crée de son côté une « caisse d’épargne ouvrière » (CEB, 24 janv. 1925).

120 Annuaire, II, pp. 57-60. Le club de la Nan-yang gérait aussi une assurance décès (dossier Henry, op. cit.).

121 MGRB, 27 juillet 1924.

122 Annuaire, II, pp. 53-56.

123 Cmd. 2442, p. 92.

124 PDR, 28 janvier 1924. Le Congrès de réorganisation du Guo-min-dang tenu à Canton en janvier 1924 venait d’accomplir le même geste (cf. ci-dessous, p. 348).

125 XD, 31 décembre 1924 accuse Zhang De-hui et Yuan Zheng-dao, anciens dirigeants du syndicat du Jing-han passés chez les modérés après le 7 février, de dénoncer les communistes à la police française de Tianjin.

126 La militante communiste Xiang Jing-yu essaye de combattre alors l’influence à Zhabei de Mme Mu Zhi-ying (HQFF, n° 8, op. cit.).

127 MGRB, 2 mai 1924.

128 Annuaire, II, p. 8.

129 En 1923-1924, Sun Yat-sen et le Guo-min-dang conservent d’ailleurs de bons rapports avec les restes du parti Anfu (établis au Zhejiang) et avec Zhang Zuo-lin, les uns et les autres étant comme lui des adversaires du groupe du Zhili (cf. ci-dessous, P359).

130 PDR, 26 juin, 6 octobre, 11 octobre 1923 (manifestations des syndicats modérés de Changhai contre l’élection de Cao Kun à la présidence de la République).

131 PDR, 2 mai 1923.

132 PDR, 2 mai 1924. Cf. aussi le récit de Dame Anderson, dans Humanity and labour in China, p. 177 sq. Sur l’échec de la mission de cette dernière en Chine, cf. ci-dessous, p. 329.

133 Sur la crise de direction du syndicat des marins en 1923-1924, cf. ci-dessus, p. 319.

134 Les associations d’ouvriers imprimeurs, souvent marquées de corporatisme, se renforcent notablement en 1924. Une Fédération ouvrière de l’imprimerie de Changhai se constitue à l’automne, et réunit des adhérents de toutes les catégories professionnelles et des principales entreprises. D’abord liée à la Fédération, elle sera très active lors des grandes grèves de l’été 1923 (Zhu Pang-xing, op. cit., p. 482).

135 Ma Chao-jun, Histoire, pp. 98-99.

136 Cf. ZGGR, 12 mai 1957 (Hui-yi Li Da-zhao tong-shi, Souvenirs sur le camarade Li Da-zhao). L’auteur de ces souvenirs relate que Zhang De-hui et Zhang Lianguang, deux syndicalistes du Jing-han chargés de collecter les fonds pour les victimes du 7 février, étaient partis avec la caisse pour rallier les gong-zei (« voleurs syndicaux ») de Changhai.

137 En août 1923, plusieurs Cantonais dont Chen Bing-sheng, ancien président du syndicat des marins, sont expulsés du groupe de la Fédération pour s’être solidarisés avec deux de leurs compatriotes accusés de corruption (PDR, 15 août 1923). En avril 1924, éclate une nouvelle crise entre les dirigeants de la Fédération et les éléments sous influence cantonaise, Club de la Nan-yang, Amicale régionale cantonaise, Syndicat des mécaniciens (PDR, 21 avril 1924).

138 PDR, 18 janvier 1924.

139 Cf. par exemple les statuts des mécaniciens ou ceux de la Fédération du personnel des bateaux et entrepôts (Annuaire, II, pp. 53-60).

140 C’est le cas des électriciens (Cmd. 2442, p. 92).

141 Cf. IPC, 19 mars 1925 (intervention des sociétés secrètes pour fournir des xin-gong, briseurs de grèves) et IPC, 23 juin 1927 (influence de la Bande verte dans le prolétariat changhaien jusqu’à la formation de grands syndicats d’industrie en 1923). Cf. aussi sur le « Shanghai underworld », Isaacs, Tragedy, p. 131, et RIT, juillet 1923, L’industrie et la main-d’œuvre en Chine.

142 La situation à Canton en 1923 et 1924 sera examinée ci-dessous, p. 349-350.

143 CEJ, novembre 1927 (An analysis of strikes in China, 1918 to 1926).

144 Traduction d’Élia, p. 233.

145 XD, 4 juin 1924.

146 XD, 20 juin 1923 ; il ne s’agit que d’un groupement professionnel de cheminots patronné par le gouverneur du Heilongjiang, pour stimuler la rivalité opposant ces derniers aux cheminots russes, mieux payés et mieux traités.

147 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 151. Cf. aussi ci-dessous, p. 367.

148 CEJ, novembre 1927 (Analysis of strikes in China, 1918 to 1926).

149 Texte chinois Annuaire, III, pp. 183 à 185 ; traduction, B.I.T., série législative, 1923, Chine, n° 1.

150 Règlement sur le traitement des ouvriers des mines (12 mai 1923) ; règlement sur la sécurité dans le mines (5 mai 1923) ; règlement sur la prévention de l’ankylostomiase (15 mai 1923 ; règlement sur la prévention des explosions (17 mai 1923) ; textes publiés par le B.T., série législative, 1923, Chine, n° 2, 3, 4 et 5.

151 National Christian council of China, Industrial reconstruction series, brochure, n° 4.

152 IS, 1924,1, p. 38.

153 NCH, 21 juillet 1923.

154 NCH, 14 juin 1923.

155 Formée en décembre 1922 (IS, 1923, II, p. 143).

156 Formée en octobre 1923 (CEB, 20 oct. 1923).

157 Formée en août 1923 (CEB, 11 août 1923).

158 NCH, 21 juillet 1923.

159 Ces rapports sont réunis dans le Cmd. 2442, déjà souvent ité. Cf. par exemple sur la non-application de la loi de 1923, le rapport du consu Lancelot Giles, de Changsha (p. 29), ou celui du consul-général Jamieson, de Carton (p. 27).

160 En 1923 et 1924, c’est le ministre de Chine à Berne Lu Zleng-xiang et un de ses collaborateurs qui assistent aux conférences annuelles (Archives du B.I.T., comptes rendus des conférences annuelles).

161 Archives du B.I.T., N. 200/1 /13, note du 9 février 1925.

162 IS, 1923, II, p. 268 (cette décision était applicable le 1er janvier 1925).

163 La presse communiste de Chine attaque vigoureusement Paul Henry, qui au cours de son passage à Changhai ne se lie qu’avec les milieux modérés de la « Fédération » ; cf. ZGGR, n° 2, novembre 1924, Guo-ji lao-dong-ju-zhi zhen-xiang yu pai-ren lai-Hua (Les faits réels sur le Bureau International du Travail et la venue de son délégué en Chine) ; cf. aussi XD, 10 octobre 1924. Le Père Wieger manifeste une fois de plus son aversion pour toute activité ouvrière en se bornant dans ses « éphémérides » (Chine moderne, t. VI, p. 13), à parler « d’un camarade qui se dit délégué par le comité du travail de la Société des Nations » (sic).

164 Archives B.I.T., op. cit. (note du 9 févr. 1923).

165 Cf. A. Anderson, Humanity and labour in China, pp. 125 à 163.

166 Texte de ce rapport dans Cmd. 2442, pp. 113 à 130.

167 Ces minutes sont restées inédites. Nous les avons consultées en 1932 grâce à l’obligeance de Miss Harrisson, peu avant sa mort.

168 Les Japonais s’étaient massivement abstenus (79 votants sur 509) ainsi que les « nationalités diverses » (188 sur 1402) ; même chez les Britanniques, dont le consul Pratt patronnait officiellement l’entreprise, il n’y avait eu que 355 votants sur 832 (archives B.I.T., P.L. 13/5 /1).

169 Cf. sur la situation politique à Changhai au printemps 1925, ci-dessous, chap, xi.

Table des illustrations

Titre TABLEAU XXI : Effectifs militaires transportés par les chemins de fer en 1920-1925
Légende Note (1)20
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU XXII : Hausse des prix entre 1919 et 1925.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre TABLEAU XXIII : Dévalorisation de la monnaie de cuivre entre 1919 et 1925.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/477/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre TABLEAU XXIV : Mouvements de grèves en 1922-1924
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/477/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site