Version classiqueVersion mobile

Dossier : Soigner par les lettres

Varia

Penser sans arrêter le temps

Le concept de fonction psychologique chez Jean-Pierre Vernant

To Think without Stopping Time. The Concept of Psychological Function in Jean-Pierre Vernant

Aurélien Gros

Résumé

Le concept de fonction psychologique joue un rôle de premier plan dans l’enquête sur les « Aspects mythiques de la mémoire » que Jean-Pierre Vernant publie en 1959, et plus loin dans l’élaboration de son anthropologie historique. Dans l’article de 1959, Vernant propose une histoire des figures de Mnèmosunè en Grèce ancienne jusqu’à en inférer une transformation de la fonction psychologique de la mémoire. Cette transformation est l’indice d’un bouleversement majeur dans l’histoire psychologique des anciens Grecs. L’enquête se déploie autour du double rôle épistémologique joué par le concept de fonction psychologique. Repris à Ignace Meyerson, ce concept est bricolé par l’helléniste : il sert à expliquer l’expérience en tant qu’ensemble de cadres mentaux, et l'on peut lui donner le statut d'une invention historique. La fonction psychologique possède un certain degré de stabilité sans pour autant s’extraire du temps.

Texte intégral

1Le projet intellectuel de Jean-Pierre Vernant a d’abord été conçu comme une psychologie historique. Cette étiquette – qui fut aussi une méthode et une plateforme théorique – fut inspirée par Ignace Meyerson, qui a été son maître et surtout son ami, rencontré à Toulouse durant les années de guerre. La psychologie historique d’I. Meyerson a durablement imprégné la pensée de J.-P. Vernant. Les normes méthodologiques et théoriques qu’il a élaborées tout au long de sa carrière pour résoudre ses problèmes d’enquête ont largement été préfigurées par l’usage des concepts meyersonniens, y compris après qu’il eut changé le qualificatif de sa discipline en anthropologie historique. Nous voudrions ici montrer cette influence, qui, loin d’être unilatérale, a plutôt été infléchie par J.-P. Vernant. Autrement dit, lorsqu’il enquêtait sous l’angle de la psychologie historique, il ne fit pas qu’appliquer les concepts d’I. Meyerson, il les bricola pour qu’ils puissent s’adapter à ses propres problèmes de recherche. Ce qu’il convient ici de récuser est une représentation trop schématique de l’influence qui souvent néglige l’invention inhérente à toute récupération conceptuelle. Un concept, dès lors qu’il est transposé dans un champ problématique différent de son lieu originel, acquiert un comportement légèrement nouveau : il s’adapte, se modifie, tout en conservant certains de ses traits principaux.

  • 1 Cette méthode de lecture intensive des textes de J.-P. Vernant a été élaborée et mise en œuvre dan (...)

2Comprendre l’influence de la psychologie historique de I. Meyerson sur la pensée de J.-P. Vernant prend dès lors la forme d’une éthologie des concepts1 : d’une analyse du comportement d’un concept dans le champ problématique où il s’insère, en délimitant le plus précisément possible la fonction épistémologique qu’il remplit. Cela suppose de considérer qu’un concept ne tient pas son efficacité et sa configuration sémantique uniquement de sa définition intrinsèque, mais des interactions épistémologiques qu’il entretient avec d’autres concepts et avec le milieu problématique dans lequel il intervient. Car le problème qui ouvre l’enquête en délimite les polarités, les orientations, les accentuations, ainsi que les angles morts.

  • 2 Jean-Pierre Vernant, « Aspects mythiques de la mémoire », Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, [ (...)
  • 3 La première enquête de J.-P. Vernant mettant en application une analyse explicitement structurale (...)

3Dès lors, dire que J.-P. Vernant est influencé par I. Meyerson est encore trop sous-déterminé pour pouvoir constituer un énoncé stable. C’est à ce stade une hypothèse de travail qu’il s’agit de configurer plus nettement. La méthode d’éthologie des concepts que nous utilisons nous le permet. Il s’agira donc à la fois de montrer la reprise du vocabulaire et de certaines méthodes de la psychologie historique par J.-P. Vernant tout en insistant sur le bricolage opéré par l’helléniste. Pour cela, nous proposons ici une étude de cas, qui porte sur une enquête de J.-P. Vernant datant de 1959 : « Aspects mythiques de la mémoire2 », publiée une première fois dans le Journal de psychologie normale et pathologique alors dirigé par I. Meyerson. À cette date, l’intérêt de J.-P. Vernant pour l’anthropologie lévistraussienne n’est pas encore affirmé3 et la psychologie historique représente la plateforme théorique dominante qui configure ses enquêtes.

Définir le problème : la psychologie historique comme plateforme théorique

  • 4 Ignace Meyerson, Les Fonctions psychologiques et les œuvres, Paris, [1948] 1995. Sur la relation i (...)

4L’enquête sur « Les aspects mythiques de la mémoire » se propose d’élaborer une synthèse diachronique sur le temps long concernant la fonction psychologique de la mémoire en Grèce ancienne. Le concept de fonction psychologique est explicitement issu de la méthode meyersonienne : seule l’histoire permet d’en saisir les aspects. Il sert à caractériser le mode de fonctionnement de l’esprit humain. Il pointe ce qui, dans l'esprit, est actif et productif, ce qui gouverne en l’homme l’invention des œuvres. Les œuvres sont les produits objectivés de l'activité psychique de l'homme, au sens large, puisqu'il peut s'agir d'objets matériels, d’œuvres d'art, de systèmes philosophiques, d'institutions, de symboles religieux, etc. Les œuvres sont ce qui se donne comme extériorisation de l'homme et comme produit de son activité intellectuelle. Cette activité intellectuelle est elle-même définie comme activité des fonctions psychologiques qui sont les instruments mentaux de production des œuvres4.

5La difficulté d’une histoire de la fonction psychologique de la mémoire réside dans l’absence de critère de définition a priori. Si l’on s’en tient à la conception meyersonienne, la fonction psychologique n’est pas l’expression de structures permanentes de l’esprit. Elle n’a qu’une définition formelle minimale : elle est l’activité mentale elle-même, c'est-à-dire l’ensemble des règles de fonctionnement de l’esprit. Une définition minimale de la mémoire est néanmoins fournie au début de l’article : la mémoire est le rapport de l’homme à son passé individuel. Si cette définition est limitée, elle permet toutefois au psychologue de comprendre, dans une perspective historique, comment ce rapport évolue, se construit et s’exprime. Cette définition minimale est comme une définition immédiate, presque intuitive. Mais il s’agit du résultat d’un processus historique et, en ce sens, elle ne permet pas directement de circonscrire l’objet de la recherche. À ce titre, l’article de J.-P. Vernant est clair : la sélection des données qu’il opère ne se fonde pas sur cette définition. Au contraire, celle-ci, une fois rappelée, est aussitôt suspendue puisque les sources ne sont pas qualifiées en fonction d’elle mais en fonction de la divinité Mnèmosunè – Mémoire – dont la qualification comme fonction psychologique n’est qu’hypothétique à ce stade de l’enquête :

  • 5 Jean-Pierre Vernant, « Aspects mythiques de la mémoire », art. cit. (n. 2), p. 109.

Les documents qui servent de base à notre étude portent sur la divinisation de la mémoire et sur l’élaboration d’une vaste mythologie de la réminiscence dans la Grèce archaïque. Il s’agit de représentations religieuses. Elles ne sont pas gratuites. Nous pensons qu’elles concernent directement l’histoire de la mémoire. Aux diverses époques et dans les diverses cultures, il y a solidarité entre les techniques de remémoration pratiquées, l’organisation interne de la fonction, sa place dans le système du moi et l’image que les hommes se font de la mémoire5 .

6Cette citation énonce bien le problème si on la comprend en fonction de la théorie de Meyerson. L’historien est d’abord confronté à un ensemble de données éparses et hétérogènes, constitué par des œuvres. Et il connaît le résultat du processus historique : la mémoire comme rapport de l’homme à son passé individuel. Mais à l’origine, il n’y a pas préfiguration de ce résultat, il y a autre chose : des données disparates qui sont érigées par hypothèse en objets de l’enquête.

7Le concept de fonction psychologique permet d’élaborer une hypothèse de recherche : derrière les œuvres, il se peut qu’il y ait un ensemble de règles communes de fonctionnement de l’esprit qui présentent un caractère relativement unifié. Si tel est le cas, c’est-à-dire si de ces œuvres on peut inférer des règles de fonctionnement communes, alors on pourra dessiner les contours de cette fonction psychologique de la mémoire, telle qu’elle s’est déployée dans la culture grecque. Le rôle épistémologique de l’hypothèse apparaît ici clairement : si l’hypothèse est juste – l’expression derrière la pluralité des œuvres d’une fonction psychologique relativement unifiée – alors l’ensemble des œuvres perd son caractère hétérogène et une intelligibilité peut être construite, qu’elle soit synchronique à la façon d’un trait culturel, ou diachronique à la façon d’un processus historique. Notons que l’hypothèse de la fonction psychologique donne une seconde orientation au travail empirique : elle permet d’exprimer l’hypothèse corrélative de solidarité entre les classes d’œuvres. Ce corrélat – qui est donc posé logiquement comme conséquence de l’hypothèse expérimentale et non pas issu d’une enquête empirique – permet de traiter ensemble les pratiques et les représentations, les techniques d’entraînement mémoriel et les figures religieuses. Au départ du travail empirique, il y a donc un présupposé qui relève de l’anthropologie philosophique de J.-P. Vernant : les représentations collectives et les pratiques sociales sont solidaires entre elles et peuvent être traitées ensembles. Épistémologiquement, elles permettent, en passant d’un domaine à l’autre, d’élaborer par comparaison et analogie les hypothèses les plus significatives concernant les aspects de la fonction psychologique de la mémoire.

La pluralité des œuvres : les quatre figures de Mnèmosunè

8L’enquête met en série des différentes figures de Mnèmosunè dans la culture grecque. Loin d'être une divinité unique dont le rôle est bien délimité, c’est une divinité plurielle qui joue à différents niveaux et qui remplit différentes fonctions. Ajoutons qu’à chaque donnée fournie, chaque mention d’une figure de Mnèmosunè, le point de vue de l’enquête est triple, en vertu du présupposé anthropologique mentionné plus haut : Mnèmosunè désigne une image ou représentation (la divinité), remplit une fonction et induit une pratique (la poésie de l’aède, l’anamnêsis, les exercices spirituels de remémoration, etc.).

  • 6 Ibid., p. 111.
  • 7 Ibid., p. 113.
  • 8 Ibid., p. 115.

9La première figure de Mnèmosunè est celle de mère des Muses. En ce sens, elle opère dans la « fonction poétique » en octroyant au poète « cette double vue [qui] porte en particulier sur les parties du temps inaccessibles aux créatures mortelles : ce qui a eu lieu autrefois, ce qui n’est pas encore6 ». La fonction de Mnèmosunè est donc de permettre à l’aède d'être présent directement au passé, elle lui inspire une révélation immédiate et elle lui fournit un don divin. Mais le caractère d’inspiration directe qui définit le type de connaissance de l’aède n'exclut pas certaines pratiques spécifiques : une préparation et un apprentissage dont les catalogues homériques sont l’indice le plus frappant7. Toutefois plus qu’un dévoilement du passé, la pratique de l’aède inspirée par Mnèmosunè dévoile la source. La remémoration ne cherche pas à dresser une chronologie des événements ou des généalogies, elle vise l’origine, c’est-à-dire le « fond de l'être », et « la réalité primordiale dont est issu le cosmos et qui permet de comprendre le devenir dans son ensemble8 » : le télos.

10Une représentation divinisée, une fonction de réminiscence qui atteint le télos et une pratique poétique : ces trois éléments permettent à l’enquête, par interprétation, d’isoler une représentation du temps :

  • 9 Ibid., p. 115.

Cette genèse du monde dont les Muses racontent le cours comporte de l'avant et de l'après, mais elle ne se déroule pas dans une durée homogène, dans un temps unique. Il n'y a pas, rythmant ce passé, une chronologie, mais des généalogies. Le temps est comme inclus dans des rapports de filiation9.

  • 10 Ibid., p. 117.

11Un aspect de la fonction psychologique de la mémoire peut être dégagé à partir de cette représentation du temps : la mémoire grecque figurée par la mère des Muses a pour fonction de générer un contact avec l’autre monde, de construire un pont entre le monde des vivants et celui des morts. Plus particulièrement chez Hésiode, la mémoire confère le privilège d'échapper au temps de la cinquième race, « fait de fatigue, de misère et d’angoisse ». La mémoire a cet effet psychologique paradoxal qu’elle « fait oublier les maux10 ».

12La seconde figure de Mnèmosunè – observée dans le rituel de Lébadée – est la source, qui, associée à l’autre source, Lèthè (Oubli), précède la bouche des enfers. Le consultant, buvant à la source Lèthè, oublie sa vie humaine, mais par l’eau de Mnèmosunè il peut, sous certaines conditions, en conserver la mémoire. Cette figure de Mnèmosunè représente la possibilité pour le défunt de transcender sa condition de mortel, de circuler librement entre les deux mondes, d’accéder à l’immortalité et donc de se rapprocher des dieux. Mise en série avec la mère des Muses, elle fait voir la fonction religieuse et morale de la mémoire : elle révèle « ce qui a été et ce qui sera », et ainsi permet de transcender le monde humain et d’acquérir le pouvoir de circuler par-delà les frontières du visible et de l’invisible. Ces deux figures permettent donc à l’enquête d’induire un aspect important et commun de la fonction psychologique de la mémoire qui est de rendre possible la coprésence à deux mondes qui sont aussi deux temps.

  • 11 Ibid., p. 118.

13La troisième figure de Mnèmosunè relève aussi du couple Mémoire-Oubli. Mais cette fois, elle est connue par une série de documents relatifs à des traditions mystiques élaborant une doctrine de réincarnation des âmes. Son insertion dans ces mythes eschatologiques infléchit largement la figure précédente. Sa fonction est différente : elle ne permet plus d'atteindre le passé primordial et la genèse du cosmos derrière la réalité sensible ou par-delà la mort, mais elle « est liée désormais à l’histoire mythique des individus, aux avatars de leurs incarnations successives11 ». Elle est toujours un moyen de connaissance mais dont la finalité est de rompre le cycle des générations.

14Par rapport aux deux premières figures de Mnèmosunè étudiées, l’enquête introduit ici une coupure plus nette dont le critère déterminant est localisé dans l’émergence de formes nouvelles d’expériences du temps qui induisent des préoccupations et des exigences nouvelles. Cette figure de Mnèmosunè n’est plus articulée à la représentation cosmique du temps partagé entre le monde naturel et le monde surnaturel. Elle est adossée à une représentation cyclique du temps humain individuel, fait de réincarnations successives. Il s’est donc passé quelque chose par-delà la conservation du personnage de Mnèmosunè.

15Le schéma du changement qui est esquissé par l’enquête est celui de l’invention de nouvelles significations et fonctions à partir d’anciennes formes. Formulé dans le langage de la psychologie historique de Meyerson, cela signifie que la forme se maintient, que le signifiant persiste – la figure de Mnèmosunè présente toujours les mêmes attributs –, mais que la signification et donc la fonction psychologique ont changé.

16Entre les deux premières figures de Mnèmosunè, l’enquête établissait une certaine continuité, qui n’excluait des inflexions plus marginales :

  • 12 Ibid., p. 118.

La Mnèmosunè du rituel de Lébadée est encore à bien des égards parente de la déesse qui préside, chez Hésiode, à l’inspiration poétique. Comme la mère des Muses, elle a pour fonction de révéler « ce qui a été et ce qui sera ». Mais, associée à Lèthè, elle revêt l’aspect d’une puissance infernale, agissant au seuil de l’outre-tombe12.

17« À bien des égards », donc, les deux premières figures de Mnèmosunè expriment une continuité de la fonction psychologique, bien que les formes, les symboles, se soient diversifiés. Au contraire, la troisième figure de Mnèmosunè introduit un changement d’un autre ordre :

  • 13 Ibid., p. 119.

La transposition de Mnèmosunè du plan de la cosmologie à celui de l’eschatologie modifie tout l’équilibre des mythes de mémoire ; s’ils conservent les thèmes et les symboles anciens, ils en transforment profondément le sens13.

  • 14 Ibid., p. 121.
  • 15 Ibid., p. 121.

18La quatrième figure de Mnèmosunè apparaît chez Platon. Elle est très proche de la troisième, mais transposée cette fois sur un autre plan : « Les mythes de mémoire sont ainsi, chez Platon, intégrés à une théorie générale de la connaissance14. » Cette étape permet à l’enquête non seulement de prolonger l’analyse des transformations de la figure symbolique de Mnèmosunè, en particulier concernant les pratiques de remémorations, mais aussi de préciser les facteurs déterminants dans la transformation plus générale de la fonction psychologique, c’est-à-dire de préciser quelles sont les nouvelles préoccupations et exigences qui induisent cette transformation. L’enquête analyse alors la conception platonicienne de la Mémoire, exprimée dans La République. Cependant l’objet n’est pas la philosophie de Platon, mais les origines des croyances dont Platon est l’héritier car « le lien que [les mythes de mémoire] conservent jusque dans sa philosophie avec la croyance aux réincarnations laisse penser qu’ils ont dû, à l’origine, avoir un rapport plus direct avec les avatars de l’âme au cours de ses existences antérieures15 ».

19La mise en série de textes d’Empédocle et de Pindare permet de remonter jusqu’aux textes pythagoriciens, pour saisir le sens psychologique des pratiques de mémoire :

  • 16 Ibid., p. 123-124.

L’effort de mémoire est lui-même « purification », discipline d’ascèse. […] Ces récits doivent être mis en rapport avec les « exercices de mémoire » de règle dans la vie pythagorique. […] L’effort de mémoire, poursuivi à l’exemple du fondateur de la secte jusqu’à embrasser l’histoire de l’âme au long de dix ou vingt vies d’hommes, permettrait d’apprendre qui nous sommes, de connaître notre psuchè, ce daimôn venu s’incarner en nous. […] La pensée d’Empédocle et celle de Platon ne se situent pas sur le même plan. Mais ce que l’un prolonge directement et que l’autre transpose au niveau de la philosophie, c’est une même et très ancienne tradition de Mages, dont le souvenir s’est perpétué à travers le pythagorisme16.

  • 17 Le terme de chamanisme est employé par Vernant lui-même pour qualifier les pratiques élaborées par (...)
  • 18 Jean-Pierre Vernant, « Aspects mythiques de la mémoire », art. cit. (n. 2), p. 127.

20Le fait de rattacher ces textes à une ancienne tradition chamanique17 permet à Vernant de faire une généalogie de ces préoccupations nouvelles, exprimées dans le succès observé des doctrines de réincarnation des âmes. En l’occurrence, le succès de ces doctrines, jusqu’alors marginales, introduit une signification nouvelle, individuelle, du rapport au temps humain. La figure de Mnèmosunè inscrite dans cette tradition eschatologique « traduit ainsi une attitude de refus à l’égard de l’existence temporelle. Si la mémoire est exaltée, c’est en tant que puissance réalisant la sortie du temps et le retour au divin18 ».

21Cette exaltation de la mémoire chez les Pythagoriciens et le développement des pratiques de remémoration issues des anciennes techniques chamaniques sont révélateurs d’une crise du temps, d’un rapport négatif au temps humain qui, jusqu’alors, n’était pas sensible. Ces aspects délimitent une nouvelle fonction psychologique de la mémoire, qui ne configure plus l’insertion des hommes dans un temps cosmique dédoublé, mais qui organise un rapport individuel à des vies passées.

L’asynchronie entre les formes symboliques et les fonctions psychologiques

22La succession des quatre figures de Mnèmosunè n’est donc pas présentée par J.-P. Vernant comme succession linéaire où un changement de même ordre apparaît à chaque fois. Au contraire, le changement qui survient entre les deux premières figures et les deux suivantes est plus important dans la trajectoire de l’enquête que ceux qui apparaissent entre la première et la seconde, puis entre la troisième et la quatrième.

23Ici, l’enquête prend un tour important dont il faut présenter les enjeux épistémologiques. Tout d’abord, il y a le choix de faire du changement une rupture, par opposition à des changements de moindre envergure exprimant des continuités. Autrement dit, l’enquête établit une différence de degré dans les changements : entre les inflexions des symboles et les transformations des significations. Dans le langage de la psychologie historique, le fait que les œuvres changent n’est pas systématiquement l’indice d’un changement de la fonction psychologique. Mais parfois les œuvres peuvent perdurer dans leurs aspects fondamentaux – comme les symboles correspondant au couple Mémoire-Oubli – tout en exprimant des transformations profondes de la fonction psychologique. Or, rappelons-le, le problème de l’enquête n’est pas de distinguer des transformations des œuvres, ce qui serait le problème d’un historien spécialiste, mais de distinguer, derrière les œuvres et leur histoire, les transformations des fonctions psychologiques, c’est-à-dire de l’esprit humain. Ce problème particulier oriente directement la répartition des changements en fonction de leur degré. Il détermine une échelle des changements où certains sont de surface, comme entre les deux premières figures de la Mémoire ou entre les deux dernières, et d’autres sont de fond. Concrètement, la transformation des figures de Mnèmosunè qui intervient entre la deuxième et la troisième est plus profonde car c’est la fonction psychologique de la mémoire qui change.

  • 19 Ibid., p. 119.

24Le second enjeu épistémologique concerne justement la forme spécifique par laquelle Vernant dessine le changement significatif. Les œuvres ou les symboles perdurent à la façon d’un répertoire déterminé et limité, disponible pour les hommes – les symboles du couple Mémoire-Oubli, la divinité Mnèmosunè, etc. – mais les fonctions psychologiques changent, ce qui fait que ces symboles acquièrent une signification nouvelle. Et cette signification nouvelle est déterminée par l’apparition de « préoccupations et d’exigences nouvelles, étrangères à la poésie d’Homère et d’Hésiode19 », donc à des expériences historiques neuves qui nécessitent d’être traduites psychologiquement, c’est-à-dire dans un langage de représentations et de valeurs nouvelles. Une telle morphologie du changement se traduit donc par une asynchronie entre les formes symboliques et les fonctions psychologiques : les formes symboliques perdurent, leurs significations évoluent, ce qui permet d’inférer une évolution de la fonction psychologique. Cette conservation des formes symboliques par-delà la transformation de la fonction psychologique est l’indice d’un bricolage. Un symbole n’a pas directement une signification qui lui est assignée une fois pour toute. Il est susceptible d’acquérir diverses significations et diverses fonctions corrélativement à la transformation des conditions d’existence.

25Le déplacement de l’enquête depuis les figures de Mnèmosunè et les exercices spirituels engageant la mémoire vers le développement de nouvelles représentations du temps sert à préciser ces nouvelles conditions d’existence, faites d’exigences et de préoccupations inédites. Nous sommes donc bien passés de l’observation d’une morphologie des transformations de la fonction psychologique de la mémoire, à une tentative d’explication de ces transformations. Nous l’avons vu, l’enquête nous a conduit depuis un recensement des œuvres vers un changement profond de la fonction psychologique. Elle nous conduit désormais vers l’explication de ce changement par la mise au jour de conditions d’existence nouvelles qui déterminent la construction progressive d’une fonction psychologique de la mémoire, qui se porte de plus en plus vers le rapport individuel de l’homme à ses vies présentes et antérieures. Nous ne saurions formuler cette transformation mieux que l’auteur lui-même :

  • 20 Ibid., p. 128-129.

Le temps fait l’objet de préoccupations doctrinales et prend la forme d’un problème lorsqu’un domaine de l’expérience temporelle se révèle incompatible avec la conception ancienne d’un devenir cyclique s’appliquant à l’ensemble de la réalité […] : le temps cosmique, le temps religieux, le temps des hommes. Cette crise se produit dans le monde grec, vers le viie siècle, au moment où s’exprime, avec la naissance de la poésie lyrique, une nouvelle image de l’homme. L’abandon de l’idéal héroïque, l’avènement de valeurs directement liées à la vie affective de l’individu et soumises à toutes les vicissitudes de l’existence humaine : plaisirs, émotions, amour, beauté, jeunesse, ont pour corollaire une expérience du temps qui ne cadre plus avec le modèle d’un devenir circulaire. Dans la conception archaïque, l’accent était mis sur la succession des générations humaines se renouvelant les unes dans les autres par une circulation incessante entre morts et vivants : le temps des hommes paraissait alors s’intégrer dans l’organisation cyclique du cosmos. Lorsque l’individu se tourne vers sa propre vie émotionnelle et que, livré au moment présent, […] il situe dans le temps qui passe les valeurs auxquelles il est désormais attaché, il se sent lui-même emporté dans un flux mobile, changeant, irréversible. Dominé par la fatalité de la mort qui en oriente tout le cours, le temps dans lequel son existence se déroule lui apparaît comme une puissance de destruction, ruinant irrémédiablement tout ce qui fait à ces yeux le prix de la vie20.

26J.-P. Vernant décrit là le vécu psychologique de l’asynchronie entre les symboles anciens qui perdurent et la fonction psychologique nouvelle, déterminée par l’expérience du temps qui apparaît au viie siècle. Le facteur déterminant, c’est-à-dire la cause explicative des transformations de la fonction psychologique de la mémoire, relève bien d’une expérience existentielle partagée prenant la forme d’une inquiétude accrue transformée en problème vital à résoudre. La résolution de ce problème consiste justement dans le bricolage intellectuel qui confère aux anciens symboles hérités de nouvelles significations injectées dans l’existence. Le rapport au monde s’en trouve reconfiguré en profondeur ou, pour le dire autrement, une nouvelle fonction psychologique est élaborée.

Le rôle épistémologique du concept de fonction psychologique

27Récapitulons la trajectoire générale de l’enquête. La théorie d’I. Meyerson permet à J.-P. Vernant de configurer son problème et donc de construire son objet. Celui-ci est double. Il est tout d’abord constitué des œuvres c’est-à-dire de l’ensemble des occurrences de Mnèmosunè et des pratiques mémorielles en Grèce ancienne. Cette première dimension de l’objet est médiate et permet d’accéder par induction à la fonction psychologique qui consiste en règles de construction des œuvres et plus largement en règles de médiation entre l’esprit et le monde. Jusque-là, la psychologie historique d’I. Meyerson est utilisée comme plateforme théorique de l’enquête. En l’occurrence, elle configure l’enquête en induisant un choix épistémologique fort : celui de considérer le changement de la fonction, et non la pluralité des œuvres, comme étant le problème à résoudre.

28Néanmoins, le caractère média des œuvres induit un point aveugle qu’I. Meyerson n’avait guère prévu et dont J.-P. Vernant fait un point-clé : la continuité formelle des œuvres, ou du moins de certains de leurs aspects, peut masquer les changements des fonctions psychologiques. Autrement dit, un même objet, un même symbole, peut acquérir une pluralité de significations différentes en vertu du bricolage effectué par des hommes dans des contextes problématiques particuliers. Contrairement aux propositions méthodologiques et théoriques qu’I. Meyerson a élaborées, où les évolutions des œuvres sont corrélatives des évolutions de la fonction psychologique, l’enquête empirique de J.-P. Vernant introduit une désynchronisation des œuvres et des fonctions. Si nous insistons sur ce point, c’est précisément parce que cette désynchronisation permet à J.-P. Vernant d’avancer l’explication qui rend intelligible l’histoire des fonctions psychologiques de la mémoire en Grèce. En effet, cette asynchronie des symboles et des fonctions est appréhendée par Vernant comme conséquence : comme un bricolage rendu nécessaire par une crise du temps où les anciennes représentations du temps et de la mémoire ont perdu leur signification, c’est-à-dire leurs effets pertinents dans l’existence. Ces anciennes représentations, ces symboles archaïques ont, à un moment donné – au viie siècle, nous dit Vernant – perdu leur capacité à médiatiser efficacement le rapport de l’homme au monde. Il a fallu donc reconstruire, non à partir de rien mais à partir des anciennes formes disponibles, une fonction psychologique nouvelle, plus apte à résoudre les problèmes existentiels émergents.

29Ce schème d’intelligibilité permet de comprendre la façon dont J.-P. Vernant reçoit, exploite et prolonge les concepts de la psychologie historique d’I. Meyerson. Le concept de fonction psychologique acquiert une définition renforcée et infléchie : il est en partie déconnecté de celui d’œuvre. Certes, le couple œuvres/fonction psychologique qu’apporte I. Meyerson a des implications méthodologiques fortes, notamment dans l’échelle d’analyse et dans la trajectoire d’enquête : il permet de configurer le problème, c’est-à-dire la transformation de la fonction psychologique et non pas la pluralité des œuvres. Il permet aussi d’inférer la fonction psychologique à partir des œuvres. Mais ce geste entretient le point aveugle si la relation entre œuvres et fonctions psychologiques est trop strictement conçue. Une continuité des œuvres est susceptible de masquer les transformations de la fonction psychologique. L’apport de J.-P. Vernant, sur ce point, est donc de poser cette asynchronie des formes et des fonctions et de rattacher directement les fonctions aux problèmes existentiels particuliers que les hommes d’un temps rencontrent. Dans son enquête, J.-P. Vernant fait donc un pas de plus par rapport à la méthode proposée par I. Meyerson. Cette dernière permet d’induire les fonctions et leur histoire à partir des œuvres, mais elle ne permet pas d’expliquer pourquoi une fonction psychologique se transforme. Elle permet au mieux de décrire et de constater ces transformations. De cela, I. Meyerson déduit le fait que les fonctions psychologiques sont historiques mais il peine à en proposer une explication. Néanmoins, la possibilité d’une telle explication est contenue théoriquement dans le concept meyersonien lui-même. Car la fonction psychologique est une entité psychique qui détermine l’existence tout en étant le résultat temporaire d’un processus historique. Ainsi, du point de vue théorique la fonction psychologique est à la fois une cause structurante, une règle commune de construction des œuvres, et une conséquence, c’est-à-dire une construction historique causée par autre chose qu’elle-même.

Penser sans arrêter le temps : les fonctions psychologiques métastables

  • 21 Ibid., p. 130.

30La fonction psychologique oscille donc dans sa temporalité entre le changement et un certain degré de stabilité. Cette oscillation, théoriquement définie par Meyerson, devient l’objet central de l’enquête de Vernant, puisque le changement essentiel est celui de la fonction psychologique de la mémoire, dès lors que les rites et les symboles de Mnèmosunè sont transposés de la cosmologie à un rapport individuel aux vies antérieures. L’enquête de Vernant ne se contente pas de constater ce changement, elle tente d’en fournir une explication. Ce qui induit la transformation de la fonction psychologique est une crise du temps, un contexte où surviennent des « dissonances dans la représentation du temps21 », c’est-à-dire ce moment d’inquiétude au cours duquel le rapport traditionnel aux temps échoue à médiatiser l’expérience. Cette crise du temps relève directement d’une contingence historique et suscite chez les auteurs grecs une réaction de reconfiguration de la fonction psychologique.

31Le concept de fonction psychologique, préparé théoriquement par Meyerson et mis en pratique dans une enquête empirique par Vernant, se dédouble d’une certaine façon. Du point de vue épistémologique, la fonction psychologique explique – elle rend intelligible les œuvres par-delà leur pluralité et leurs histoires – et elle est à expliquer. Du point de vue de son mode d’existence historique, nous retrouvons un dédoublement analogue : en tant qu’elle détermine les œuvres, elle leur préexiste nécessairement et possède un plus haut degré de stabilité que les œuvres qui sont des événements ; en tant qu’elle est une construction historique, elle est elle aussi déterminée par autre chose, elle se transforme, elle évolue. Elle tient en ce sens aussi de l’événement. En d’autres termes, la fonction psychologique est de l’événement devenu structure structurante. Son mode d’existence historique est d’être de l’histoire sédimentée qui médiatise le rapport au monde, qui organise temporairement l’expérience et les règles de fonctionnement de l’esprit. La conséquence philosophique est forte : la fonction psychologique permet d’écrire une histoire de l’esprit humain sans recourir à aucun moment à une quelconque transcendance. L’esprit humain se constitue progressivement par accumulation et inflexion des sédimentations. Il n’est rien d’autre que ces sédimentations objectivées à un moment donné. La fonction psychologique permet donc à J.-P. Vernant de configurer l’explication historique sans à aucun moment suspendre le temps.

32Un concept permet par analogie de préciser les enjeux philosophiques qui apparaissent à la lecture de cette enquête de J.-P. Vernant. Il s’agit du concept de métastabilité élaboré par le philosophe français Gilbert Simondon. Ce concept a pour fonction de dépasser l’aporie binaire entre le stable et l’instable héritée de la philosophie aristotélicienne. Chez Aristote, seul le stable et l’immuable sont intelligibles, c’est l’être, susceptible de nous faire parvenir à une vérité universelle. La démarche d’explication prend alors la forme d’une régression vers le stable, vers l’essence de la chose. L’instable est de l’ordre du contingent, du devenir, donc de l’inintelligible et de l’inessentiel. Pour l’historiographie, cette distinction est problématique, car elle conduit Aristote à écarter l’histoire du domaine de la vérité. L’historien est du côté du particulier, le général et l’universel lui sont inaccessibles. La théorie de l’individuation proposée par G. Simondon a résolument pour projet de sortir de cette aporie aristotélicienne :

  • 22 Gilbert Simondon, L’individuation à la lumière des notions de formes et d’informations, Paris, 200 (...)

L’individuation n’a pu être adéquatement pensée et décrite parce qu’on ne connaissait qu’une seule forme d’équilibre, l’équilibre stable ; on ne connaissait pas l’équilibre métastable ; l’être était implicitement supposé en état d’équilibre stable ; or, l’équilibre stable exclut le devenir, parce qu’il correspond au plus bas niveau d’énergie potentielle possible ; il est l’équilibre qui est atteint dans un système lorsque toutes les transformations possibles ont été réalisées et que plus aucune force n’existe ; tous les potentiels se sont actualisés, et le système ayant atteint son plus bas niveau énergétique ne peut plus se transformer à nouveau. Les Anciens ne connaissaient que l’instabilité et la stabilité, le mouvement et le repos, ils ne connaissaient pas nettement et objectivement la métastabilité22.

33L’enjeu pour G. Simondon est de déplacer le curseur de l’essentiel et de l’inessentiel. Le stable n’est qu’un état transitoire dans un processus. L’être stable est une abstraction, une coupe dans le temps, qui n’existe que par notre tendance à objectiver des substrats ontologiques à partir de processus. Au contraire, l’essentiel n’est pas le résultat temporaire d’un processus, mais le processus lui-même et les mécanismes de son devenir. Le concept de métastabilité permet de décrire justement ces mécanismes. Les entités intervenant dans des processus ne sont pas fondamentalement instables, et toujours changeantes – elles ne sont pas non plus stables car elles sont infléchies par l’expérience. Elles acquièrent dans le processus un certain degré de stabilité : elles sont métastables, c'est-à-dire qu’elles produisent des effets qui rendent possible l’individuation à venir et sont en même temps transformées par cette individuation. Il nous semble que le concept de fonction psychologique, tel qu’il est utilisé par Vernant, joue précisément un rôle analogue. La fonction psychologique est une entité métastable qui, au cours du processus historique, a acquis le degré de stabilité suffisant lui permettant de jouer un rôle de règle temporaire de fonctionnement de l’esprit humain. En même temps, la fonction psychologique n’acquiert pas un degré de structuration tel qu’elle en vienne à exclure tout changement possible. Le concept de métastabilité permet d’envisager la potentialité des changements à venir, sous les coups des contingences historiques. Dans l’enquête sur les aspects mythiques de la mémoire, on retrouve, dans la permanence des symboles et simultanément dans les transformations de leurs fonctions, le potentiel de changement que le concept de métastabilité permet de penser. À un instant « t », la fonction psychologique de la mémoire structure l’existence grecque, tout en conservant un potentiel de changement. À l’instant « t+1 », cette fonction psychologique se transforme, en vertu de sa métastabilité, pour s’adapter à des conditions d’existences nouvelles. L’expérience collective grecque est déterminée à un moment donné par la fonction psychologique de la mémoire telle qu’elle est objectivée dans les deux premières figures de Mnèmosunè. En ce sens, les fonctions sont intelligibles pour l’enquête. Elles possèdent intrinsèquement une force de détermination, de contrainte, et une certaine durée. Mais elles sont aussi construites par l’enquête comme inventions historiques où l’homme agit, consciemment ou non, pour adapter ses représentations, ses pratiques et ses valeurs aux exigences nouvelles induites d’une contingence historique. À ces deux rôles assignés à la fonction psychologique correspond une historicité double : celle des œuvres et de leurs déterminations psychologiques ; celle de l’invention des hommes qui bricolent des idées et des pratiques, à partir des déterminations sédimentées, pour rendre leur monde habitable.

Notes

1 Cette méthode de lecture intensive des textes de J.-P. Vernant a été élaborée et mise en œuvre dans notre thèse, dont la présente étude est en grande partie issue. Aurélien Gros, « L’anthropologie historique de Jean-Pierre Vernant. Enquête épistémologique », thèse de doctorat de l’EHESS, Paris, 2015.

2 Jean-Pierre Vernant, « Aspects mythiques de la mémoire », Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, [1965] 1996, p. 109-136. Première publication dans le Journal de Psychologie normale et pathologique, 1, 1959, p. 1-29.

3 La première enquête de J.-P. Vernant mettant en application une analyse explicitement structurale est publiée un an après, en 1960 : « Le mythe hésiodique des races. Essai d’analyse structurale », RHR 157, 1, Paris, 1960, p. 21-54.

4 Ignace Meyerson, Les Fonctions psychologiques et les œuvres, Paris, [1948] 1995. Sur la relation intellectuelle entre Vernant et Meyerson, voir Riccardo Di Donato, Passé et Présent ; contributions à une psychologie historique, Rome, 1995. Voir aussi le recueil de Françoise Parot (dir.), Pour une psychologie historique. Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris, 1996.

5 Jean-Pierre Vernant, « Aspects mythiques de la mémoire », art. cit. (n. 2), p. 109.

6 Ibid., p. 111.

7 Ibid., p. 113.

8 Ibid., p. 115.

9 Ibid., p. 115.

10 Ibid., p. 117.

11 Ibid., p. 118.

12 Ibid., p. 118.

13 Ibid., p. 119.

14 Ibid., p. 121.

15 Ibid., p. 121.

16 Ibid., p. 123-124.

17 Le terme de chamanisme est employé par Vernant lui-même pour qualifier les pratiques élaborées par ces Mages. Vernant parle des « techniques chamanistiques » (« Aspects mythiques de la mémoire », art. cit. [n. 2], p. 125). Cette thèse d’un chamanisme grec de l’époque archaïque est reprise de Louis Gernet, qui en fait un facteur déterminant dans l’élaboration progressive de la figure sociale du philosophe. Louis Gernet, « Les origines de la philosophie », Bulletin de l’enseignement public au Maroc 183, 1945, p. 1-12, repris dans Anthropologie de la Grèce antique, Paris, 1968, p. 415-430.

18 Jean-Pierre Vernant, « Aspects mythiques de la mémoire », art. cit. (n. 2), p. 127.

19 Ibid., p. 119.

20 Ibid., p. 128-129.

21 Ibid., p. 130.

22 Gilbert Simondon, L’individuation à la lumière des notions de formes et d’informations, Paris, 2005, p. 26.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search