Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 219-224


Texte intégral

1Au terme de cette étude, les trajectoires des migrants de Tunisie apparaissent comme un extraordinaire laboratoire pour analyser les transformations socio-économiques du second xxe siècle. Point d’observation des migrations postcoloniales, elles sont également riches d’enseignements sur le fonctionnement du marché du travail parisien du milieu des années 1950 aux années 1990. L’étude de ces parcours professionnels met ainsi au jour des figures plus diversifiées que celle de l’OS à vie, et une organisation du marché du travail plus complexe que le simple dualisme entre marché primaire et marché secondaire. Objet en apparence marginal au sein d’un ensemble lui-même marginal, l’analyse des migrants de Tunisie montre combien l’étude des périphéries est nécessaire à la compréhension du centre. Elle souligne aussi l’intérêt de recourir à un traitement statistique de données appariées : en croisant une observation des individus avec une observation des espaces de travail, le point de vue porté sur le fonctionnement du marché du travail et la mobilité sociale se trouve sensiblement modifié.

Les espaces de travail, principale source d’inégalités sociales

2L’analyse des trajectoires des natifs de Tunisie en région parisienne montre que la variété des parcours professionnels est avant tout liée à des différences de position dans l’espace de travail, bien plus qu’à des caractéristiques individuelles du salarié. L’analyse des règles de fonctionnement du marché du travail invite à se pencher sur les théories développées par les économistes, qui fournissent des clés d’interprétation des phénomènes observés. Toutefois, la confrontation avec les données empiriques conduit à établir une segmentation tripartite, la distinction traditionnelle entre segments primaire et secondaire étant insuffisante pour rendre compte des spécificités des petites entreprises. Pendant les Trente Glorieuses, les emplois du marché primaire se caractérisent ainsi par la stabilité de la relation de travail et par un haut niveau de salaire. À l’inverse, la spécificité du marché secondaire tient à une forte flexibilité de l’emploi et à de faibles revenus salariaux, qui résultent moins du niveau de salaire horaire que de l’instabilité de la relation de travail. Grandes absentes des théories de la segmentation, les petites entreprises occupent une position particulière dans l’espace socio-économique : sur ce marché, qualifié de marché intermédiaire, les emplois proposés présentent une relative stabilité, mais donnent lieu à de fortes variations salariales. La diversité des espaces de travail révèle ainsi la coexistence de plusieurs modes de relation salariale et d’insertion sur le marché du produit.

3Hétérogène, le marché du travail n’est toutefois pas une juxtaposition d’espaces disjoints. Les segments sont en effet définis par leur position relative les uns par rapport aux autres. Il se dégage, à chaque période, une forme dominante de relation salariale, en fonction de laquelle se définissent, en creux, les règles de fonctionnement des autres segments. À ce titre, le rapport salarial de type fordiste, fondé sur un haut niveau de salaire et la mise en place de marchés internes par les grandes entreprises, peut être qualifié de mode dominant pendant les Trente Glorieuses. Horizon d’attente offert par le segment primaire dans cette période de croissance et d’apprentissage de la consommation de masse, le modèle de carrière à vie dans la même entreprise n’est pas pour autant devenu la règle : il n’a pas besoin de s’appliquer à tous les salariés pour structurer l’organisation du travail, sur le segment primaire comme sur l’ensemble du marché du travail. De la même façon, c’est de façon relative que les différentiels de salaire contribuent à définir les contours des segments. En période de pénurie de main-d’œuvre, les salaires sont en effet une pièce maîtresse des politiques de recrutement, destinées à modeler les stratégies des salariés. Jusqu’au début des années 1970, les écarts de salaires observés d’un segment à l’autre sont rendus possibles par le faible pouvoir de structuration exercé par un salaire minimum légal qui peine à suivre l’augmentation du coût de la vie.

4Par conséquent, l’élément déterminant dans la vie au travail d’un individu tient surtout au segment du marché sur lequel il s’insère. Dès lors, les dénominations fondées sur le seul métier ou le seul niveau de classification ne suffisent plus à décrire la situation d’emploi. L’agent d’entretien des grandes sociétés de nettoyage et celui des collectivités territoriales ont certes en commun l’objet de leur activité, le nettoyage, et leur faible niveau de qualification ; mais ces caractéristiques habituellement perçues comme un bon indicateur de la situation professionnelle ne rendent pas compte de la hiérarchie des positions sociales. L’ouvrier des grandes sociétés de nettoyage n’a ni la stabilité salariale ni le niveau de salaire de l’agent municipal et sa situation d’emploi s’apparente plus à celle qu’expérimente l’ouvrier des grandes entreprises de travaux publics. La segmentation du marché du travail constitue ainsi la principale source d’inégalités pendant les Trente Glorieuses.

Identités sociales et positions relatives dans l’espace socio-économique

5Cette hétérogénéité du marché du travail s’accompagne d’une hétérogénéité de la main-d’œuvre. Sans surprise, parmi les migrants de Tunisie, les femmes et les étrangers sont majoritaires dans les emplois les plus flexibles et les moins rémunérés. Si les Tunisiens et les femmes sont moins bien payés et changent plus souvent d’employeurs que les Français de Tunisie, c’est moins en raison de leur instabilité supposée et de leur moindre qualification ou en raison d’une discrimination directe qu’en raison de leur position sur le marché du travail.

6Pour comprendre la surreprésentation des femmes et des étrangers dans certains types d’emploi, il faut se pencher sur la façon dont les individus accèdent au marché du travail, c’est-à-dire faire appel à l’histoire individuelle et collective des migrants de Tunisie. C’est en effet dès l’entrée sur le marché du travail parisien que la répartition inégale dans l’espace socio-économique se dessine. Les modes d’accès au marché du travail reflètent des différences de position initiale dans la société coloniale, qui frappent les parcours individuels de leur marque jusqu’en France, plus encore qu’ils ne révèlent des différences liées au type de migration – politique ou économique. La reconversion professionnelle des Français de Tunisie s’effectue selon un principe de continuité territoriale sélective, hérité de l’époque du protectorat ; si les fonctionnaires bénéficient des mesures de reclassement encadrées par l’État, les Français du secteur privé peuvent s’appuyer sur leur expérience de l’économie urbaine coloniale, tout comme les populations de l’entre-deux colonial. Dans cette transposition, en France, de la segmentation à l’œuvre sur le marché du travail tunisien, les phénomènes de discontinuité les plus forts s’observent par conséquent chez les Tunisiens qui se situaient à la périphérie du système colonial : les recrutements collectifs dont les premiers émigrés tunisiens font l’objet visent à les orienter vers les emplois délaissés par les nationaux. Ce principe d’éloignement vaut uniquement du point de vue de la catégorie de population à laquelle les Tunisiens sont rattachés, celle des travailleurs étrangers. Du point de vue des individus qui migrent, ce sont en revanche les plus intégrés au système colonial qui, selon un principe de proximité, partent les premiers.

7La faible proportion de migrants français et tunisiens qui bénéficient des formes institutionnalisées d’introduction sur le marché du travail français n’enlève rien à la force de ces mesures. Dans ce processus, les décisions institutionnelles, par lesquelles les employeurs et l’État cherchent à orienter les mouvements de main-d’œuvre, trouvent leur meilleur allié dans le jeu des réseaux personnels des migrants qui concourent, par l’importance des liens forts et de l’endogamie sociale, au renforcement de la segmentation du marché du travail.

Les gestions différenciées de la mobilité professionnelle

8La façon dont sont définies les identités sociales n’intervient pas seulement dans la construction d’un marché du travail segmenté ; elle continue à marquer les trajectoires de son empreinte tout au long de la vie au travail. Les règles distinctes qui régissent la mobilité professionnelle des individus selon leur genre et leur nationalité constituent en effet le second facteur d’inégalité sur le marché du travail. On peut bien parler dans ce cas de mécanismes de discrimination, qui s’appliquent avec plus ou moins de force selon les segments.

9Sur le segment secondaire, les difficultés rencontrées par les entreprises pour attirer et conserver la main-d’œuvre font que la trajectoire d’un ouvrier non qualifié tunisien a de fortes chances de mener à un emploi d’ouvrier qualifié, voire à un poste d’encadrement. Tels sont, pour les outsiders, les avantages paradoxaux de la ségrégation. À l’inverse, sur le segment primaire, les positions les plus élevées dans la hiérarchie sont presque exclusivement occupées par des nationaux, de préférence masculins ; les femmes et les étrangers se heurtant à un fort effet de barrière qui les cantonne aux postes d’exécution. L’« OS à vie », immigré ou femme, apparaît donc comme une figure particulière du marché du travail, associée au segment primaire. La pérennité des comportements discriminatoires résulte en partie des mécanismes de prophétie autoréalisatrice, qui conduisent à une forme d’acceptation de la hiérarchie des classifications et, avec elle, de la hiérarchie des populations qui la fonde. En comparaison, le segment intermédiaire présente le visage d’un espace plus égalitaire et de plus forte mixité sociale. Inconvénient et avantage de la petite taille, les femmes et les étrangers ne sont pas les seuls à y occuper des emplois non qualifiés, parfois tout au long de leur carrière. Si la hiérarchie y apparaît plus plate, c’est parce qu’elle se fonde principalement sur une distinction entre patron et employés. Les rares perspectives de mobilité sont dès lors essentiellement offertes par l’installation à son compte.

10Qu’il s’agisse des mesures institutionnelles encadrant l’accès à l’emploi ou de la discrimination en matière de mobilité professionnelle, les décisions prises par les acteurs du marché du travail reposent sur un jugement porté sur la qualification de l’individu qui est fondé moins sur ses qualités personnelles que sur celles attribuées à son groupe social de référence. Dans le cas des originaires de Tunisie, cette hiérarchie des populations est en partie héritée de la hiérarchie coloniale. Mais elle se fonde en premier lieu sur une distinction entre nationaux et non-nationaux, qui dessine des cercles de proximité plus ou moins grande avec le travail non manuel et avec l’espace public.

11Les redéfinitions des identités sociales parviennent-elles à modifier le cours des trajectoires ? L’étude des migrants de Tunisie montre certes l’existence d’un schéma temporel d’intégration au marché du travail, qui vaut pour les Tunisiens comme pour les Français. En particulier, le recours aux réseaux d’originaires de Tunisie pour trouver un travail tend à perdre de son importance à mesure que le moment de la migration s’éloigne. Pour autant, la force de ce schéma temporel d’intégration ne doit pas être surestimée. L’intégration juridique à la nationalité française n’est un facteur d’intégration à l’espace français de travail et de mobilité que pour ceux qui changent de statut suffisamment tôt au cours de leur carrière. Pour la plupart, les Tunisiens naturalisés français continuent à occuper des positions distinctes de celles des Français de naissance. Les limites de ce schéma d’intégration par la nationalité témoignent sans doute des difficultés rencontrées par les naturalisés pour être pleinement reconnus par les membres de leur nouveau groupe national. Pour les naturalisés, l’identité officielle parvient plus difficilement à devenir le « signe détaché du corps1 » qu’elle est pour les Français de naissance, cette situation engendrant de nombreux conflits entre le public – l’identité administrative – et le privé – l’identité perçue, souvent fondée sur un sentiment d’appartenances sociales multiples.

La « crise » : une redéfinition des règles de mobilité et de circulation

12Le retournement de conjoncture qui s’amorce à partir des années 1970 affecte un marché du travail déjà profondément inégalitaire. Il ne fait qu’accroître les différences de trajectoires entre Tunisiens et Français de Tunisie. Quoique la chronologie et les mécanismes précis de diffusion de la crise restent encore largement à établir, l’analyse a montré qu’en remettant en cause le fonctionnement du marché du travail, la « crise » bouleverse l’équilibre entre segments et leurs règles de mobilité. En ce sens, elle peut être qualifiée de crise structurelle. Sur le segment primaire, le rapport salarial de type fordiste est ébranlé : avec lui, c’est le principe de carrière à vie et de prime à l’ancienneté qui est déstabilisé. Les travailleurs en fin de carrière sont de ce fait les premiers touchés par la redéfinition du mode de relation salariale. Pour eux, la crise prend la forme des cessations anticipées d’activité, prises en charge par l’État et le système de protection sociale. Par ricochet, la nouvelle réglementation du travail élaborée pour répondre à la déstabilisation du marché primaire tend à modifier le fonctionnement du marché secondaire. La crise des années 1970 ne fait donc pas naître la flexibilité, mais lui donne un nouveau visage. Sous l’effet des mutations du système productif et des modifications du droit du travail, la flexibilité des emplois, caractéristique du segment secondaire jusqu’au début des années 1970, semble désormais moins liée au type d’entreprise qui emploie le salarié qu’au type de contrat qui le lie à l’entreprise. Quant au segment intermédiaire, il fait figure de refuge pour les salariés en période de crise ; les femmes et les Tunisiens ayant acquis la nationalité française, présents en nombre sur le segment intermédiaire, constituent ainsi une grande partie des contingents de vieux travailleurs. Le maintien du niveau de l’emploi dans les petites entreprises n’empêche cependant pas la fréquence des déclassements et l’augmentation des inégalités salariales.

13Le rôle déterminant joué par les espaces de travail, de l’entrée sur le marché du travail jusqu’à la sortie d’activité – on pourrait presque dire du berceau à la mort –, invite dès lors à s’interroger sur les marges de manœuvre dont disposent les individus. Dans le contexte de crise, les étrangers sont les moins bien armés, en raison de leur position dans l’espace socio-économique mais aussi du mouvement de restriction de leurs droits au séjour et au travail. Le paradoxe d’une très forte diminution des effectifs étrangers sans augmentation comparable du nombre de chômeurs étrangers trouve une partie de son explication dans l’existence d’une forme de mobilité spécifique aux étrangers : le retour au pays. Qu’ils traduisent l’existence de mécanismes d’éviction ou un mouvement naturel, les retours frappent par leur ampleur : parmi les générations de migrants étudiées, c’est plus d’un Tunisien sur trois qui interrompt précocement son activité en France. Si l’on se rapporte aux seuls Tunisiens du segment secondaire, c’est la moitié des individus qui fait l’expérience de cette migration en sens inverse. Pour ceux qui font le choix de rester et qui n’ont pas pu, ou pas voulu, travailler sur le marché primaire, le repli sur la petite entreprise, et sur le travail indépendant en particulier, apparaît comme la seule voie possible. La spécificité des travailleurs étrangers s’exprime une nouvelle fois dans ces stratégies de reconversion. Les bouleversements du paysage socio-économique et la modification du régime de séjour et de travail des étrangers tendent à renforcer l’effet de niches sectorielles : la crise de l’emploi salarié, les mutations des structures commerciales et les représentations des acteurs chargés de contrôler la mobilité professionnelle des étrangers contribuent à l’apparition d’une nouvelle figure du marché du travail, celle de l’épicier maghrébin, appelée à remplacer celle, en voie de disparition, de l’« immigré OS à vie ».

Notes de bas de page

1 Noiriel, 1998, p. 156.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.