Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 3. Les réseaux sociaux : une ressource ambivalente

p. 111-132


Texte intégral

1L’entourage relationnel joue un rôle déterminant dans la construction des marchés du travail des migrants de Tunisie. Leur analyse se heurte pourtant à un fort décalage entre les dénominations utilisées par les chercheurs et le langage courant. Pour désigner cette réalité, le chercheur recourt à la notion de réseaux, catégorie « indigène » du langage scientifique1 qui connaît un succès grandissant depuis une vingtaine d’années. Cet usage fréquent, presque banal, dans la littérature scientifique contraste avec une connotation fortement négative dans le langage courant. Au cours des enquêtes orales, le fait de prononcer le mot « réseau » est très vite apparu comme le meilleur moyen de susciter un sentiment de suspicion chez les enquêtés. Lors du premier entretien, réalisé avec Jacqueline Choquet2, l’usage de ce terme s’est heurté à une réaction d’incompréhension, pour ne pas dire de vif rejet. Pour Jacqueline, s’interroger sur le rôle joué par les réseaux de relations revenait à rechercher quelque chose d’occulte, voire d’illicite. Mieux encore, supposer que les réseaux aient pu jouer un rôle dans sa trajectoire personnelle, c’était semer le doute sur son honnêteté. C’était aussi nier ses mérites individuels et donner à penser que sa réussite personnelle pouvait être due à des interventions extérieures. Afin de prévenir tout malentendu, le terme de réseau a donc été banni des entretiens ultérieurs et remplacé par des périphrases bien plus vagues et générales. Les réponses à ces questions indirectes et les évocations spontanées laissent apparaître que les réseaux occupent, de fait, une position centrale dans les trajectoires professionnelles des enquêtés.

Les obstacles méthodologiques à l’analyse des réseaux

2L’intérêt croissant suscité par les réseaux chez les chercheurs en sciences sociales a donné lieu à une formalisation de leur rôle dans les mécanismes économiques. Le renouveau des analyses sur ces mécanismes s’est fondé sur le développement de la sociologie économique3, et notamment sur les travaux de Mark Granovetter4. Si la notion de réseau rejoint en partie celle de capital social, utilisée par les sociologues depuis la fin du xixe siècle, elle introduit une dimension nouvelle dans l’analyse des faits sociaux5. L’analyse des réseaux est en effet animée par une forte ambition théorique qui vise à établir les fondements d’une interprétation sociologique du marché du travail et à dresser un pont entre macroanalyse et microanalyse6.

3L’analyse des réseaux sociaux comporte cependant d’importantes difficultés méthodologiques. Pour les tenants de l’analyse structurale, « la seule méthode possible pour analyser les régularités structurales consiste à établir des relevés exhaustifs de l’ensemble des relations7 » : un réseau complet est ainsi défini comme l’ensemble des relations entretenues par les individus d’un même ensemble, c’est-à-dire d’un même groupe. Cette définition fait surgir une difficulté pour les historiens, l’exigence d’exhaustivité étant rarement remplie par les sources, qui donnent seulement à voir les réseaux qui ont laissé des traces. Mais ces obstacles méthodologiques ne sont pas un simple effet des biais de conservation inhérents aux sources écrites. Est-on jamais sûr de disposer d’un réseau complet ? Comment avoir la certitude que ce réseau, fût-il complet, est perçu comme pertinent par l’individu ? Que penser de ceux qui apparaissent comme isolés ? Il est peu probable qu’il faille voir en eux des personnes qui ne sont insérées dans aucun réseau relationnel, même si les situations extrêmes de désaffiliation8 sont loin de représenter des configurations impossibles et conduisent souvent à l’exclusion.

4Les entretiens réalisés avec Claude Bellaiche9 sont emblématiques de ces difficultés méthodologiques. Claude a partagé son temps d’activité entre, d’un côté, la participation à la gestion d’un restaurant tenu par sa femme, Michèle, et son beau-frère, Alain, et, d’un autre côté, une activité d’enseignant effectuée dans le même établissement privé que son frère. Si l’on examine la trajectoire de Claude, on peut donc conclure à un rôle apparemment important de l’entourage familial. Mais, si Claude n’a qu’une femme, il n’a pas qu’un frère – ni un seul beau-frère – et son entourage familial ne se réduit pas au seul cercle de la fratrie et du ménage ; il a aussi des parents, des cousins, des oncles et des tantes, qui, pour leur part, ne semblent pas intervenir dans son itinéraire professionnel. On peut certes interpréter cette absence d’influence comme le signe d’une structure particulière du réseau, qui reposerait sur une relation privilégiée avec les frère et beau-frère plutôt qu’avec les membres de la famille élargie. Mais rien ne dit que dans d’autres circonstances, ces réseaux familiaux restés inactifs n’auraient pas pu jouer un rôle dans sa trajectoire.

5En effet, il semble que les circonstances – Claude parle de « hasard » – soient pour beaucoup dans la décision prise par Claude et Michèle d’ouvrir un restaurant avec Alain. Ce dernier, gérant de pizzeria, vient de perdre son emploi. À la même période, un soir, Claude aperçoit en rentrant chez lui un panneau indiquant « bail à céder » ; il entre dans le restaurant, tenu par un « vieux monsieur très gentil » qui souhaite prendre sa retraite. À cette date, Michèle envisage de plus en plus sérieusement de reprendre à temps plein une activité professionnelle interrompue par l’éducation de leurs enfants. L’affaire est donc discutée en famille ; quelques mois plus tard, Claude, Michèle et Alain ouvrent leur restaurant. En première interprétation, le rôle dévolu au hasard paraît douteux. La situation professionnelle d’Alain, conjuguée au souhait de Michèle de reprendre son activité, semble suffire à expliquer ce qui a poussé Claude à entrer dans le restaurant à céder. L’invocation du hasard s’explique-t-elle par la difficulté éprouvée par tous les individus – et peut-être plus encore par les membres des classes moyennes ou supérieures – à percevoir les facteurs socio-économiques qui déterminent leur action ? La suite de l’entretien invite à davantage de prudence. Michèle a un autre frère, qui a une entreprise de confection. Claude admet qu’au moment de reprendre son activité, elle aurait très bien pu travailler chez lui ; elle aurait pu ensuite envisager de créer son propre atelier. Ancienne institutrice en Tunisie, elle aurait également pu devenir collaboratrice dans l’établissement d’enseignement privé qui emploie Claude. Mais les choses ne se sont pas présentées ainsi, Alain « était sur le carreau », un restaurant était à vendre, Michèle a toujours aimé faire la cuisine… Le choix d’ouvrir un restaurant est bien le « fruit du hasard », comme aime à le répéter Claude. L’importance accordée au hasard ne signifie pas une indétermination totale de la décision ; elle rappelle simplement que, parmi plusieurs choix possibles, les circonstances peuvent faire pencher en faveur de l’un d’eux et repousser les autres – parfois définitivement. Si la fratrie occupe donc une position centrale dans le parcours de Michèle et Claude, le hasard a conduit à privilégier l’association avec un frère plutôt qu’un autre.

6De plus, au cours des entretiens, on perçoit très vite la difficulté de disposer de l’ensemble du réseau familial et surtout de définir les limites de la parenté. Les difficultés relevées pour l’analyse du réseau familial sont a fortiori décuplées lorsqu’il s’agit d’appréhender l’ensemble du réseau relationnel. Or, dans la trajectoire de Claude, celui-ci joue, on le verra, un rôle tout aussi décisif que l’entourage familial. Faut-il inclure dans le groupe complet l’ensemble des amis, voire des voisins ? Les principales difficultés soulevées par l’analyse structurale ont ainsi trait à la définition du groupe pertinent au sein duquel toutes les relations seront analysées. Ce schéma fonctionne peut-être dans le cadre de communautés fermées ou peu étendues10, mais délimiter un réseau complet est une entreprise difficile dans un contexte social où l’ouverture et la mobilité sont la règle. L’analyse développée dans ce chapitre a donc pour objet non l’ensemble des relations au sein du groupe étudié, mais les relations perçues comme faisant sens pour l’enquêté11 ainsi que les relations, non exhaustives, qui ont été consignées par les sources écrites. Cette perspective n’empêche pas de s’inspirer du cadre théorique formulé par l’analyse structurale. L’enjeu est ainsi de réfléchir aux usages différenciés qui peuvent être faits des réseaux relationnels sur le marché du travail, mais aussi de voir en quoi la structure des relations personnelles contribue à modeler les comportements socio-économiques.

Les réseaux relationnels sur le marché du travail : une fonction de circulation

7Les fonctions que les réseaux relationnels remplissent sur le marché du travail et leur importance dans la recherche d’un emploi sont désormais bien documentées12. Leur principal rôle est de contribuer à la circulation de l’information, mais aussi à celle du capital – économique et culturel.

Réseaux de relations et circulation de l’information

8La question de la circulation de l’information occupe une place centrale dans l’analyse du marché du travail. Dans le modèle néoclassique, ce sont les mécanismes du marché qui assurent la rencontre entre un individu à la recherche d’un emploi et une entreprise à la recherche d’un salarié. De tels mécanismes présupposent l’existence d’une situation d’information parfaite. Partant du fait que toutes les observations empiriques contredisent les hypothèses de perfection de la concurrence et de l’information, la sociologie économique propose une approche alternative et souligne le rôle des mécanismes non concurrentiels, au premier rang desquels les réseaux. En situation d’information incomplète, le recours aux réseaux personnels a pour fonction de faire diminuer les coûts d’accès à l’information, pour les employeurs comme pour les salariés.

9En raison des fréquents changements d’employeur auxquels le fonctionnement du BTP les contraint, Abdelmajid et Salah Bellamine13 ont eu le temps d’expérimenter plusieurs méthodes de recherche d’embauche. Ils utilisent parfois les informations fournies par les membres de leur entourage qui partagent le même univers professionnel. D’autres fois, « on va voir directement l’entreprise, — Vous avez besoin d’ouvriers ? Si c’est oui, alors on donne les papiers tout de suite et on revient demain. Sinon, on cherche un autre [travail], directement. Les entreprises, on les connaît. Ou sinon par l’intermédiaire du journal. » Le recours aux annonces d’emploi requiert cependant des compétences minimales de la part des salariés, en particulier de savoir lire. Abdelmajid et Salah utilisent donc alternativement les trois types de moyens mis en évidence par Granovetter dans la recherche d’emploi, à savoir la démarche directe, les médiations formelles et les contacts personnels, qui apparaissent ainsi comme des modes complémentaires plus que comme des modes exclusifs. Si les réseaux personnels ne constituent pas les seuls réducteurs de risque sur le marché du travail, ils présentent toutefois des avantages en termes de qualité de l’information fournie.

10Dans la semaine qui suit son installation en France, Claude Bellaiche trouve un emploi d’enseignant dans un collège de banlieue parisienne par l’intermédiaire de son frère aîné. Celui-ci, enseignant dans un lycée français de Tunisie, a obtenu sa mutation pour la rentrée scolaire 1964-196514. Lorsque Claude arrive en France, un poste de professeur de mathématiques est vacant dans l’établissement de son frère ; celui-ci intervient auprès du proviseur en faveur de son frère, avec succès. Cette expérience de l’enseignement public est cependant de courte durée. À la rentrée suivante, Claude et son frère acceptent une proposition plus intéressante pour enseigner respectivement la physique et les mathématiques dans un établissement privé hors contrat. C’est là encore un membre de leur entourage, M. Berdah, qui les informe de cette opportunité. Claude a connu Berdah en Tunisie. Leur relation personnelle est une longue histoire, semée de rencontres en cascades.

11« Par quoi je vais commencer ? Ma sœur, qui a deux ans de moins que moi, avait quelques difficultés. Elle préparait son bac. Moi, ça m’embêtait de donner des cours à ma sœur. Quand vous avez 20 ans, une sœur, c’est pas forcément stimulant. Alors, j’ai fait des cours pour elle et ses amies. Elles venaient à quatre, c’était plus stimulant. Je les aidais en maths et j’aimais ça. Parmi ses copines, il y en avait une que son ami venait chercher. Il avait sept ou huit ans de plus. Il venait la chercher après les cours en voiture. C’est comme ça que j’ai fait la connaissance de ce monsieur, car pour nous, c’était un monsieur. À côté, nous, on était des gamins. Ce M. Berdah a ouvert un cours privé, un des plus importants de Tunis. Les filles à qui je donnais des cours ont vanté mes dons pédagogiques. C’est comme ça que j’ai commencé à faire des interventions ponctuelles au cours ; je dépannais de temps en temps. M. Berdah est très vite parti en France, juste après Bizerte [en 1961]. Il avait de l’argent, alors il a prolongé en France ce qu’il faisait en Tunisie. Il a acheté un cours privé à Paris. On est resté en contact. Quand je suis arrivé en France, on se voyait de temps en temps. Je lui ai fait part de ma déception sur l’enseignement public. À la fin de l’année scolaire, il m’a fait une proposition, ainsi qu’à mon frère, pour la rentrée 1965-1966. » Claude entre ainsi au Cours Berdah, qu’il ne quittera qu’en 1988.

12C’est donc à son réseau de relations que Claude doit l’essentiel de sa carrière d’enseignant. Sa sœur lui fournit l’occasion d’une première expérience professionnelle, qui le convainc du choix de son métier ; son frère lui permet d’occuper son premier emploi à son arrivée en France. L’entourage amical étend ce réseau au-delà du simple cercle familial et permet à Claude de faire la rencontre de Berdah, personnage destiné à jouer un rôle décisif dans la vie de Claude. C’est en effet ce « monsieur », devenu un ami intime, qui propose à Claude un emploi d’enseignant dans sa spécialité, les sciences physiques ; c’est lui aussi qui lui offre en 1975 un poste à responsabilité dans le cours privé parisien qu’il a monté15. La carrière de Michèle, la femme de Claude, s’appuie sur le même réseau relationnel. Depuis leur arrivée en France, Michèle était restée à la maison, où elle s’occupait du père de Claude et de leurs deux enfants. En 1975, leur second fils vient d’entrer à l’école primaire ; Michèle « était désormais plus disponible. Berdah était très proche de la famille. Sa femme ne cuisinait pas très bien alors, comme il habitait pas loin, il mangeait à la maison de plus en plus souvent. » Ces repas amicaux au cours desquels Michèle fait preuve de ses talents de cuisinière donnent une idée à Berdah, prêt à saisir toutes les opportunités. « Il avait un problème à la cantine, alors il a demandé à mon épouse si elle pouvait encadrer ça. Comme nous habitions au-dessus, elle a accepté et peu à peu elle s’est occupée complètement de la cantine, et un peu de l’accueil. » Le réseau relationnel permet donc à l’individu en recherche d’emploi d’obtenir des informations sur les postes à pourvoir. Pour l’employeur, il est une façon de s’assurer de la qualité du recrutement ; c’est en effet le réseau d’élèves formé par Claude à Tunis qui informe Berdah de la valeur de son enseignement. En cela, le recours aux réseaux fait diminuer les coûts de recrutement, pour les salariés comme pour les employeurs.

13En outre, dans un contexte d’information incomplète, le marché du travail est une donnée bien abstraite pour l’individu qui n’en a qu’une connaissance partielle ; les informations fournies par l’entourage lui permettent d’élargir sa représentation du marché du travail et de disposer d’éléments de comparaison qui lui donnent l’occasion de développer une stratégie plus efficace16. Tous les emplois que Sadok Ghareb17 a occupés depuis son arrivée en France en 1972 ont été trouvés par l’intermédiaire d’une connaissance, plus ou moins proche. Deux jours après son arrivée en France, il trouve son premier emploi dans une imprimerie parisienne. C’est un ami de son frère qui lui a donné l’information. « Il cherchait du boulot. Il a été chercher l’embauche et quand il a demandé au patron s’il avait de l’embauche, il lui a dit : — Oui, mais pas pour des gens âgés. Il faudrait des jeunes. Nous, on était deux [chez mon frère], moi et un autre. Quand il est revenu, il nous a dit, bon voilà, à tel endroit, ils cherchent des jeunes. » Tout ce que Sadok connaît de l’état du marché du travail, il l’a appris en parlant avec les autres, au travail ou ailleurs. Ces discussions lui permettent de se tenir au courant des possibilités d’emploi, et plus encore des conditions offertes par les différents employeurs. Il ne reste ainsi que deux ans dans l’imprimerie, le temps d’obtenir ses papiers et de recueillir des informations qui lui permettent de juger de la médiocrité du salaire qui lui est versé. « Après je me suis rendu compte. Dans l’imprimerie, c’était que des jeunes. Comme ils vous apprennent un métier, ils payent moins, alors que les gens âgés, ils veulent de l’argent. » Dans la circulation de l’information sur les salaires, certains acteurs du marché, comme les livreurs, jouent un rôle privilégié, en raison de leurs fonctions d’intermédiaires. « On parle avec les gens. Il y a les chauffeurs qui viennent. À cette époque, on ne parle que de salaires. Telle boîte elle paye bien, telle boîte elle paye mieux, telle boîte il y a [tel avantage]. Donc par connaissance, comme ça, on sait que : — Tiens, ils ont besoin de quelqu’un. Tu vas te présenter et puis finalement, ça marche comme ça. Le chauffeur, il transmet. S’ils savent qu’il y a du boulot ailleurs, ils le disent. » Ces professionnels de la circulation des marchandises et des informations jouent également un rôle essentiel dans les cessions de fonds de commerce18.

14Dans les entreprises, la nécessité de disposer d’un réseau d’informations efficace n’échappe d’ailleurs pas aux services chargés de la gestion du personnel19. La conscience du caractère crucial de l’information oriente ainsi la pratique professionnelle de Claude Bellaiche. Devenu responsable pédagogique au Cours Berdah, c’est lui qui s’occupe du recrutement des enseignants : « On recevait des dizaines et des dizaines de CV. Mais surtout, dès que j’entendais parler d’un bon prof, je le notais sur un petit carnet ; je cherchais à obtenir des informations et je laissais ça dans le carnet. » En cas de pénurie d’enseignants, Claude ressort son petit carnet, bien plus précieux qu’une pile de curriculum vitae dépourvus d’informations sur la valeur des candidats. « Les profs du public en principe ils n’acceptent pas trop de travailler dans le privé hors contrat, mais c’est le jeu de l’offre et de la demande. Si quelqu’un me semblait remplir les conditions, j’offrais plus que ce qu’il gagnait. Pourquoi ils changeraient si ce n’est pas pour gagner plus ? Même si c’est pas une condition suffisante. » En raison du fonctionnement imparfait du marché du travail, l’accès à l’information apparaît donc comme une ressource cruciale, qui emprunte parfois des canaux non économiques comme celui des réseaux personnels.

Réseaux sociaux et transmission du capital économique et culturel

15Les réseaux de relations permettent également d’assurer la circulation du capital, économique et culturel. La question de la transmission du capital économique se pose en particulier pour les travailleurs indépendants, dont l’activité professionnelle n’est pas seulement liée à la mobilisation du facteur travail. En 1983, lorsque les Bellaiche décident d’acheter le fonds de commerce, ni Claude, ni sa femme, ni Alain, son beau-frère, ne disposent des fonds suffisants. C’est une fois encore M. Berdah qui fait figure d’homme providentiel et vient dénouer la situation. Il se porte caution et permet à la famille Bellaiche d’obtenir un crédit bancaire ; il contribue également à la création de l’entreprise en conseillant la forme sociétaire et en prenant des parts dans la nouvelle SARL. En 1973, Berdah s’était déjà porté garant pour Claude, lui permettant d’acheter un appartement au-dessus du Cours Berdah.

16Le réseau de relations permet également d’assurer une transmission du capital culturel. Le rôle des aînés20 dans la transmission des métiers est une constante des marchés du travail, attestée dès le xixe siècle21. Sadok Ghareb effectue l’essentiel de sa carrière professionnelle comme préparateur de commandes dans diverses entreprises. Le choix de ce métier est dû aux opportunités du marché, mais il est aussi une façon de s’inscrire dans une dynamique familiale. Sadok exprime une certaine fierté à l’évocation du parcours réalisé par son frère aîné, arrivé en France avant lui : recruté pour occuper un poste d’ouvrier du bâtiment, comme la plupart des Tunisiens venus dans le cadre d’un recrutement collectif, il est cependant parvenu à trouver un emploi de préparateur de commandes dans une grande entreprise de cosmétiques. Si son frère a réussi à échapper à cette condition « imposée », c’est en raison de son bon niveau scolaire. « Dans le temps, y a des contrats de travail. La France, elle a besoin de tant d’ouvriers, mais quand il est ici, il est pas obligé d’aller travailler dans le bâtiment. Il l’a fait une semaine ou deux et puis après il a quitté, parce que mon frère c’est vrai qu’il a fait des études, il s’est bien débrouillé. Alors il est allé tout de suite dans les usines. Tandis que les autres, les pauvres, ceux qui parlent pas, ils sont obligés de rester dans le bâtiment. C’est pour ça que ça a marché pour lui, parce qu’il a été à l’école. » Dès qu’il en a eu l’occasion, son frère a donc quitté l’emploi du bâtiment pour lequel il avait été recruté pour occuper une tâche à ses yeux plus noble et plus conforme à ses compétences. Pour Sadok, quitter l’imprimerie pour devenir préparateur de commandes, c’est donc suivre la voie de la réussite esquissée par son frère. Quoique Sadok reconnaisse le caractère subjectif de cette hiérarchie, c’est elle qui le guide dans ses choix. Le rôle des aînés ne vaut cependant que pour les membres de la famille qui ont entretenu suffisamment de contacts personnels avec eux. Les deux plus jeunes frères de Sadok ont près de trente ans d’écart avec l’aîné ; leurs trajectoires sont faites de chassés-croisés permanents. À leur naissance, le frère aîné était déjà en France depuis plusieurs années ; lorsqu’ils arrivent en France, il est désormais proche de la retraite et repart très vite s’installer en Tunisie. Son expérience, lointaine, fait ainsi moins figure de modèle familial pour les plus jeunes, qui choisissent tous deux de se spécialiser dans des métiers du bâtiment.

Une ressource inégalement mobilisée

17Toutes les analyses portant sur des bassins d’emploi ou des entreprises22 soulignent l’importance des réseaux relationnels sur le marché du travail. La mise en lumière de réseaux de relations est également une constante des travaux sur les migrations, qu’il s’agisse de migrations internes23 ou internationales. Dans le cas des migrants étrangers, l’analyse des réseaux a donné lieu à une importante littérature sur les réseaux « ethniques », qui éclaire la formation de filières migratoires et le rôle qu’elles jouent dans l’insertion des migrants dans la société d’accueil, en fournissant logement et travail aux nouveaux venus24. La place centrale occupée par les réseaux « ethniques » dans le développement de la sociologie économique25 a cependant contribué à faire des réseaux une particularité des outsiders, c’est-à-dire des individus qui occupent une position périphérique dans l’organisation sociale et qui trouveraient dans leur entourage une sorte de substitut d’un capital économique et culturel qui leur ferait défaut. Le recours aux réseaux serait ainsi un révélateur du degré d’intégration – ou, inversement, du degré de communautarisme – des outsiders.

18Pourtant, l’idée d’un recours aux réseaux plus accentué chez les outsiders est sans doute moins le reflet de la réalité qu’un biais induit par les sources. Dans les déclarations sociales des entreprises à l’Urssaf, analysées ici, comment savoir si l’individu embauché connaissait déjà quelqu’un parmi les salariés ? Le seul indicateur indirect dont on dispose dans les DADS repose sur la mention d’un lieu de naissance commun. Si celui-ci ne constitue pas une preuve d’un lien personnel, d’autres indices semblent montrer que tel est souvent le cas26. Toutefois, pour les insiders, c’est-à-dire pour les individus perçus comme membres d’un groupe jouissant d’une position sociale dominante, du point de vue économique, politique ou culturel, il est difficile de se fonder sur cet indicateur pour attester d’une relation inter­individuelle : les insiders étant par définition beaucoup plus nombreux que les outsiders 27, leurs réseaux de connaissance sont moins visibles dans les sources écrites. L’observation des insiders particuliers que sont les Français de Tunisie permet de contourner ce biais. Ces derniers sont en effet suffisamment peu nombreux en France pour que la présence de plusieurs d’entre eux dans la même entreprise puisse être interprétée comme le signe d’une logique de réseau, et non comme le fruit du hasard. À partir des informations recueillies sur les entreprises qui emploient les salariés de notre échantillon, il est possible d’évaluer la probabilité qu’il y ait déjà un originaire de Tunisie dans l’entreprise au moment où l’individu de l’échantillon y entre28 et de mettre à l’épreuve la principale thèse qui sous-tend l’analyse des réseaux « ethniques » : les Tunisiens, en tant qu’outsiders, recourent-ils plus que les Français de Tunisie au réseau d’originaires de Tunisie ?

Les réseaux sociaux : le capital du pauvre ?

19Le recours au réseau est-il essentiellement le fait des outsiders ? L’analyse des réseaux mobilisés par les natifs de Tunisie invite à répondre par la négative à cette question. Toutes choses égales par ailleurs, les Français de Tunisie, les Français par acquisition et les étrangers, tunisiens ou italiens, recourent de façon équivalente au réseau de relations pour trouver un emploi par le biais d’un informateur direct29. À supposer que les Tunisiens fassent figure d’outsiders par rapport aux Français de Tunisie, on peut conclure que les outsiders ne recourent pas de façon privilégiée au réseau communautaire pour trouver un emploi. De plus, si l’on donne un sens socio-économique à la distinction entre outsiders et insiders, la relation entre position sociale et recours aux réseaux s’inverse. Les réseaux sont davantage mobilisés par les insiders, en particulier par les individus qui occupent un emploi de cadres, mais aussi par les employés et les ouvriers qualifiés, qui ont sept fois plus de chance de trouver un emploi par le biais d’un informateur direct que les ouvriers non qualifiés, manœuvres et ouvriers spécialisés30.

20On note cependant un fort contraste entre la perception sociale du phénomène et sa réalité. Alors que les insiders recourent tout autant sinon plus que les autres aux réseaux de relations, ils semblent plus réticents à le reconnaître. Les outsiders admettent en revanche aisément l’importance de cette ressource, apparentée à un « système D » qui leur est particulièrement approprié et dont ils ont parfaitement intériorisé le rôle. À la question « Comment avez-vous trouvé ce travail ? », posée alors qu’il évoque son premier emploi en France, Sadok Ghareb répond en fait implicitement à une double interrogation, sur les réseaux mais aussi sur leur nature : « Ce travail, je l’ai trouvé… Quand on arrive, on est groupés, on est presque tous groupés. » C’est un autre Tunisien, qui habite avec lui chez son frère, qui l’informe des possibilités d’embauche dans une imprimerie parisienne. Aux questions sur la façon dont on trouve un emploi, Sadok évoque donc le recours au réseau, et en particulier à celui de son groupe d’appartenance sociale, celui des Tunisiens. Cette attitude contraste avec les réticences de Jacqueline à ce sujet. Lorsqu’on l’interroge sur la façon dont elle a trouvé son premier emploi dans le secteur privé et sur la façon dont elle a été détachée à un poste important de la haute fonction publique, Jacqueline n’évoque ni réseau, ni « Tunisiens ». À la question « Qui vous a fait rentrer chez X ? », la réponse est simple, presque cinglante : « Personne, sinon moi toute seule ». Jacqueline est diplômée, elle n’a donc besoin de personne ; elle est parvenue à sa position à force de travail, en conjuguant ce premier emploi salarié avec la poursuite de ses études puis en menant plusieurs activités de front. Ce n’est qu’au bout de la troisième tentative qu’elle consent à fournir l’information demandée : ce premier travail salarié, elle l’a trouvé par l’intermédiaire d’un garçon de Tunis, un camarade d’université, qu’elle a rencontré à la bibliothèque. Son ton indique cependant qu’il s’agit d’un pur hasard, qui n’est guère pertinent pour comprendre ce qui l’a conduite dans cet emploi. Pourtant, fraîchement arrivée, elle connaissait encore peu de monde à Paris et la présence de ce jeune homme à la bibliothèque lui donne à l’évidence une première occasion d’étendre son expérience professionnelle. Plusieurs anciens camarades de Tunis suivent d’ailleurs son exemple et travaillent dans des emplois similaires. Sur ce point, la trajectoire de Jacqueline est conforme aux résultats de l’analyse statistique de notre échantillon : Français et Tunisiens recourent de façon semblable aux réseaux d’originaires de Tunisie dans la recherche d’un emploi. En revanche, Jacqueline apparaît comme une exception si l’on considère non plus sa nationalité ou son niveau de qualification, mais son genre.

21L’analyse statistique conduit en effet à une nouvelle surprise : alors qu’une partie de la littérature sur les réseaux fait des groupes « ethniques » et de la petite entreprise le lieu d’expression naturelle des réseaux, c’est en fait du côté des hommes, tunisiens ou non – insiders au regard des rapports de genre – et du côté des grandes et moyennes entreprises qu’il faut en rechercher les effets. Au moment de l’embauche, les hommes ont entre sept et huit fois plus de chance que les femmes de disposer dans l’entreprise d’un informateur direct, originaire lui aussi de Tunisie. Si l’on ajoute à cette variable du genre l’effet de l’emploi occupé, les femmes, moins souvent qualifiées que les hommes, ont de très faibles chances d’utiliser le réseau des originaires de Tunisie pour trouver un emploi. Cette constatation s’ajoute à l’effet observé pour le segment du marché : les salariés du segment intermédiaire, parmi lesquels les femmes sont particulièrement nombreuses, ont moins de chance de recourir au réseau des natifs de Tunisie que les salariés des grandes entreprises du segment primaire. Est-ce à dire que les femmes ne mobilisent aucun réseau pour trouver un emploi ? Cette conclusion paraît hâtive. La différence de comportement entre les femmes et les hommes traduit des formes d’insertion spécifique sur le marché du travail. En particulier, le travail plus fréquent des femmes dans les petites entreprises proches de leur domicile leur permet de concilier plus aisément vie familiale et vie professionnelle : si Michèle Bellaiche accepte de s’occuper de la cantine du Cours Berdah, c’est parce que, habitant au-dessus, elle peut facilement continuer à s’occuper de son beau-père et de ses enfants à leur retour de l’école. La différence entre les femmes et les hommes tient ainsi au lien entre activité professionnelle féminine et cycle de vie familial31 : souvent inactives au moment de leur arrivée en France, les femmes ne recourent pas aux mêmes réseaux que ceux qui viennent d’arriver en France. Cette interprétation est confirmée par l’analyse de la temporalité des réseaux de migrants.

Les temporalités des réseaux de migrants

22Tous les éléments de l’analyse statistique concordent à mettre en valeur une diminution du rôle du réseau des originaires de Tunisie au fil du temps : à mesure que les années passent et que la connaissance du marché du travail français s’affine, le recours au réseau « communautaire » se fait moins fréquent. On observe ainsi chez les migrants un schéma d’« intégration » progressive, qui, rappelons-le, vaut pour tous les migrants de Tunisie, qu’ils soient français ou tunisiens. Dans une première phase, le réseau de migrants est une ressource essentielle pour les individus qui viennent d’arriver en France. Puis dans une seconde phase, les migrants semblent mobiliser d’autres réseaux que ceux fondés sur l’origine géographique commune. On peut supposer que l’intégration sur le marché du travail permet en particulier de développer un réseau davantage fondé sur les relations professionnelles.

23Les entretiens effectués viennent confirmer cette temporalité des réseaux. Le réseau tunisien joue ainsi un rôle crucial dans la trajectoire de Claude Bellaiche, tant dans son activité d’enseignant que dans la création du restaurant familial. Cependant, son expérience du marché du travail français ne se limite pas aux informations fournies par d’autres originaires de Tunisie. En tant que directeur d’études au Cours Berdah, Claude crée un réseau dense de contacts professionnels qui sont loin d’être tous fondés sur un critère d’origine commune. Parmi ses collègues de travail, M. Tournon, enseignant du public, faisait quelques heures au Cours Berdah ainsi que dans un autre cours privé réputé. « C’était un prof excellent, il faisait l’unanimité. Berdah suivait sa carrière. Il avait des locaux qui se libéraient. Comme il avait le sens des opportunités, il a réuni Tournon et Becque », un autre enseignant du Cours Berdah ; le trio crée un nouveau cours privé. Berdah apporte les fonds et les locaux, mais l’école doit son renom et sa réussite à la bonne réputation de Tournon et Becque, qui prennent la direction de l’établissement. En 1991, alors que Claude a quitté depuis près de trois ans le Cours Berdah, Tournon et Becque proposent à Claude de s’occuper de la gestion administrative et pédagogique du nouvel établissement. Il y reste jusqu’en 2002, date à laquelle il décide de prendre sa retraite. Ainsi, au fil des années passées en France, Claude a réussi à diversifier son réseau de connaissances et à l’élargir au-delà du cercle tunisois initial.

24De même, c’est l’expérience professionnelle acquise en France par la famille Bellaiche qui guide la gestion du restaurant familial. Michèle, Alain et Claude mettent en commun leurs compétences en matière de préparation culinaire, de services à la clientèle et de gestion administrative et financière. Malgré sa spécialisation dans la cuisine tunisienne, le restaurant ne recourt pas à des fournisseurs choisis pour leur origine tunisienne. La famille Bellaiche s’est longtemps approvisionnée auprès des grossistes en alimentation qui travaillaient avec la cantine du Cours Berdah. La clientèle du restaurant est elle aussi diversifiée. Le midi, elle est essentiellement constituée de personnes qui travaillent dans le quartier ; le soir, le restaurant accueille des résidents du quartier. Si le principe de proximité géographique l’emporte, la clientèle compte aussi un petit noyau d’habitués. Parmi ces derniers, on trouve d’anciens amis et connaissances de l’époque où la famille Bellaiche habitait Tunis ; ces clients contribuent d’ailleurs à donner une touche tunisienne à la décoration du restaurant, apportant d’anciennes photos qui viennent orner par roulement les murs du restaurant32. Mais ce réseau d’habitués est aussi composé d’anciens élèves du Cours Berdah, d’origines diverses. Les fournisseurs et clients, partenaires des Bellaiche dans leur entreprise de restauration, témoignent ainsi des différentes strates de relations nouées par chacun des membres de la famille.

25Cette temporalité des réseaux fondés sur l’origine géographique invite par conséquent à s’interroger sur les ressources dont disposent les premiers arrivants. En 1957, Abdelmajid Bellamine est l’un des premiers de T. à venir s’installer en France. Il ne peut donc pas s’appuyer sur un réseau « communautaire » dense. En 1957, le directeur du centre FPA, un Français de Tunisie, est son contact le plus proche en France et c’est lui qui lui fournit les informations indispensables pour trouver son premier emploi. Le directeur du centre le dirige vers Paris et l’adresse à un syndicat patronal du bâtiment, avec une lettre de recommandation. À ce moment de son parcours migratoire, les réseaux sur lesquels s’appuie Abdelmajid sont donc essentiellement des réseaux institutionnels, plus que personnels. Venu en France dans le cadre d’un recrutement collectif, il lui faut un certain temps pour constituer ses premiers contacts personnels et se forger une méthode de recherche d’emploi et de logement. Lors de ses premières années en France, il est donc logé dans des foyers pour travailleurs, au centre de Rennes comme en région parisienne. Le frère aîné de Sadok Ghareb, lui aussi recruté par contrat anonyme, vit une expérience similaire des baraques destinées aux travailleurs étrangers33.

26Ce n’est qu’à la cohorte suivante de migrants que l’arrivée en France s’inscrit directement dans le cadre des réseaux personnels. Salah Bellamine ne rejoint son frère Abdelmajid qu’en 1965 ; il est d’abord hébergé par ce dernier, qui lui trouve son premier emploi. À son arrivée en France en 1972, Sadok s’installe également chez son frère aîné, dont les relations lui permettent d’être embauché comme margeur dans une imprimerie. De même, si Claude Bellaiche a peu à peu diversifié son réseau, il s’est appuyé dans un premier temps sur des personnes originaires de Tunisie qui l’avaient précédé en France, qu’il s’agisse de son frère aîné ou de M. Berdah – qui lui fournissent ses premiers emplois – ou du couple d’amis auquel Claude et Michèle viennent rendre visite et par lesquels il trouve le premier appartement familial, où leurs parents les rejoignent dans les mois qui suivent. Ce cycle d’installation n’est pas propre aux Tunisiens. Les premiers contacts professionnels de Jacqueline en France avaient toutes les chances d’être des individus rencontrés en Tunisie, seul pays dans lequel elle ait vécu jusqu’en 1956. Première venue de sa famille en région parisienne, a elle aussi fait l’expérience des logements de transition pour migrants, habitant dans un petit hôtel meublé pendant dix-sept mois. C’est là que ses parents et son frère la rejoignent un an plus tard. À mesure que la cellule familiale se renforce, l’accès à l’information se fait moins rare et c’est son frère qui lui indique l’existence d’un immeuble en construction dans le quartier ; Jacqueline et ses parents y emménagent dans deux appartements séparés. Le temps où « on est tous groupés », selon l’expression de Sadok, prend fin.

Réseaux et dépendance

27L’apport essentiel de l’analyse des réseaux réside dans la réflexion engagée sur la structure des réseaux de relation. La théorie des réseaux a mis au jour plusieurs règles de fonctionnement, au premier rang desquelles celles des liens faibles et des liens horizontaux, établies par Granovetter. Ces analyses sur la structure des réseaux permettent d’esquisser une réflexion sur les relations de pouvoir34 qui sous-tendent le recours aux réseaux relationnels. La situation d’information imparfaite, c’est-à-dire d’information inégalement distribuée, va en effet de pair avec une mobilisation variable de la ressource relationnelle. Les réseaux présentent donc les inconvénients de leurs avantages : l’inégal accès à l’information induit des relations de pouvoir, auxquelles ceux qui recourent au réseau ne peuvent échapper.

La faiblesse des liens forts

28Dans l’analyse des formes structurelles des réseaux, l’avantage présenté par les liens faibles a été mis en lumière par Granovetter35. Par liens faibles, on entend les relations fondées sur de simples contacts occasionnels. Inversement, les liens forts désignent les relations qui unissent structurellement des individus entre eux, par des liens de parenté ou d’amitié, et donnent lieu à des contacts fréquents. Du fait de l’endogamie sociale, deux individus qui entretiennent un lien fort ont toutes les chances de présenter des caractéristiques sociales similaires ; ainsi, la fréquence et l’intensité des contacts sont souvent un signe de proximité sociale. Granovetter montre que, paradoxalement, les liens dits « faibles » ont un plus fort pouvoir de connexion que les liens « forts ». À l’inverse, le recours aux liens forts apparaît comme un facteur de cloisonnement de l’espace social. L’analyse des trajectoires des migrants de Tunisie confirme la pertinence de ces résultats.

29Les réseaux que les migrants de Tunisie utilisent présentent des connexions si fortes que l’on en trouve de nombreuses traces dans l’échantillon aléatoire des retraités de la CNAV. Les 421 individus qui le composent ont en effet travaillé au cours de leur carrière dans 2 025 entreprises différentes : au moins 7 % d’entre elles36 se situent au croisement d’une pluralité de réseaux extrêmement denses, au point de réapparaître à plusieurs reprises dans notre échantillon aléatoire, pourtant fondé sur un faible taux de sondage. Ces entreprises sont pour les deux tiers des entreprises du bâtiment ou de l’hygiène et du nettoyage. Mais rien ne dit que d’autres originaires de Tunisie ne travaillent pas dans les 93 % restants. Pour s’en convaincre, il suffit de se pencher sur les 1 477 entreprises qui ont fait l’objet d’une recherche spécifique dans le cadre de l’échantillon générationnel : parmi elles, seules 16 % n’emploient qu’un seul natif de Tunisie. Ces réseaux denses répondent dans l’ensemble à une logique de clique, c’est-à-dire au fonctionnement d’un groupe relativement fermé composé d’individus homogènes du point de vue de leurs caractéristiques sociales. En effet, lorsqu’une entreprise emploie plus de deux natifs de Tunisie, il existe une forte probabilité pour qu’ils aient tous la même nationalité, soit tunisienne, soit française, soit française par acquisition.

30De l’entretien réalisé avec Salah et Abdelmajid Bellamine, il ressort que les entreprises qui emploient les deux frères présentent une similarité très forte. Cette étonnante ressemblance n’est pas liée à leurs préférences personnelles. Comme l’explique Abdelmajid, « on cherche pas les entreprises, on cherche le travail », et peu importe si ces entreprises ont toutes un air de famille. Ces régularités résultent de la façon dont Abdelmajid et Salah effectuent leur recherche d’emploi. S’informant auprès de gens qui leur ressemblent, Abdelmajid et Salah retombent toujours sur le même type d’emploi. Le rôle crucial joué par les réseaux dans la recherche d’emploi est ainsi l’une des causes principales de la non-fluidité du marché du travail et de la constitution d’espaces de travail homogènes en termes de main-d’œuvre employée. Il suffit donc aux employeurs d’impulser un mouvement de recrutement d’un type de main-d’œuvre, par exemple l’embauche par contrat anonyme de travailleurs tunisiens pour le bâtiment, pour que, par l’effet des réseaux, d’autres individus de ce groupe s’orientent ensuite vers ce même secteur. Les formes de recrutement institutionnalisé examinées dans le chapitre précédent n’ont donc pas besoin de concerner l’ensemble des migrants pour être efficaces sur le plan macroscopique ; par le jeu des réseaux, elles créent des chemins de dépendance qui influent sur les contours de l’ensemble du marché du travail37.

31En matière de mobilité professionnelle, la marge de manœuvre dont disposent les individus qui font appel à un réseau de relations fortes est tout aussi négligeable. Le recours aux liens forts continue en effet d’influencer les trajectoires professionnelles à l’occasion des changements d’entreprise ou de secteur. Les migrants de nationalité tunisienne ont tendance à changer plus souvent de secteur d’activité que les Français de Tunisie : cette mobilité sectorielle concerne les deux tiers des Tunisiens38, contre seulement un tiers des Français. En revanche, pour les individus qui ont changé une première fois de secteur d’activité, les trajectoires ultérieures sont très proches, quelle que soit leur nationalité : dans un peu plus d’un cas sur deux, le premier changement de secteur d’activité est suivi d’une nouvelle mobilité sectorielle. Lorsque l’on compare la façon dont s’ordonnent les secteurs de mobilité sectorielle pour chaque catégorie de main-d’œuvre, les secteurs centraux39 diffèrent d’une catégorie de population à l’autre. Pour la majorité des Tunisiens, les changements de secteur se font au cœur du dispositif de l’emploi étranger, entre le bâtiment et les autres secteurs étrangers, comme l’hygiène-nettoyage ou l’intérim. Les Tunisiens ayant acquis la nationalité française et les Français de Tunisie n’ont ni les mêmes secteurs de départ, ni les mêmes réseaux, ce qui contribue à donner à leur mobilité sectorielle un visage différent. Les secteurs centraux pour les Français par acquisition sont en effet le commerce, le textile-habillement et la construction mécanique. Quant aux Français de Tunisie, ils évoluent le plus souvent au cœur de l’espace de travail « français », entre le commerce, la banque et le secteur « autre ». Seuls deux secteurs, la construction mécanique et le commerce, apparaissent comme communs à un plus grand nombre de catégories de main-d’œuvre : ils occupent une même fonction de redistribution sectorielle pour tous les individus de notre échantillon, quel que soit leur état civil. Toutefois, dans la majorité des cas, ces secteurs mixtes ne redistribuent pas les différentes catégories de main-d’œuvre au hasard. Les femmes qui passent par le commerce retournent ensuite vers des secteurs féminins. Par leurs structures, les réseaux concourent ainsi à la constitution puis au maintien d’un marché du travail segmenté en espaces socialement homogènes.

Horizontalité ou verticalité de la relation : réseaux et enjeux de pouvoir

32Dans l’œuvre de Granovetter, la notion de lien horizontal apparaît de façon relativement tardive40 en comparaison de la règle des liens faibles. L’introduction de cette nouvelle notion conduit à prendre en compte un élément laissé initialement dans l’ombre, la question du pouvoir, et ouvre la voie à une théorie structurale du pouvoir41. De la forme des réseaux auxquels l’individu recourt dépend en effet sa marge d’autonomie : l’horizontalité d’une relation, fondée sur un principe d’égalité et d’absence de hiérarchie entre les partenaires, apparaît comme privilégiée dans la mesure où elle permet de limiter les situations de forte dépendance, ou de subordination, induites par les relations verticales.

33Les créations d’entreprises par les Tunisiens42 confirment l’importance des liens horizontaux. La petite entreprise est souvent considérée comme le lieu de prédilection de l’entreprise familiale, la participation au capital et au travail étant assurée par les membres de la famille, nucléaire ou élargie. Or, l’analyse des dossiers de création d’entreprise montre que le caractère familial de l’entreprise n’est pas majoritaire chez les Tunisiens. En moyenne, un peu plus de 40 % des Tunisiens qui déposent une demande de CCE43 s’appuient sur la présence d’un partenaire, associé ou copropriétaire selon la forme de l’entreprise44. Seuls 36 % de ces dossiers sont déposés par des individus qui présentent un patronyme commun45, considéré ici comme un indicateur de l’existence d’un lien familial entre les partenaires46. On peut interpréter cette relative sous-représentation des associations créées au sein de la famille restreinte comme l’effet de l’articulation entre la règle des liens faibles et celle des liens horizontaux. Le fait de choisir des partenaires en dehors de la famille restreinte et de recourir à un réseau étendu est en effet une façon d’échapper aux liens forts qui ne manquent pas de se développer dans la cellule familiale. Ainsi, que le partenaire soit choisi au sein de la famille restreinte ou dans un cercle plus large, les liens tissés autour de l’entreprise sont essentiellement des relations horizontales. Au total, 71 % des associations sous forme sociétaire sont créées entre des individus ayant développé des relations de solidarité horizontale, au sein de la fratrie ou d’un groupe plus large. De même, parmi les entreprises fondées sur un patronyme commun, plus de la moitié le sont sur un lien de fratrie. Par conséquent, alors que l’on fait de l’association parents-enfants le cœur de la petite entreprise comme instrument de transmission du capital familial, les associations établies sur un lien familial vertical sont en réalité plutôt rares chez les Tunisiens. Sur ce point, les entreprises fondées par des Tunisiens suivent le mouvement général observé dans les PME françaises, dont moins d’un tiers des dirigeants sont des héritiers47.

34L’entreprise créée par la famille de Claude Bellaiche illustre bien cette recherche d’horizontalité des relations, comme gage d’égalité et d’autonomie des partenaires. Le restaurant naît de l’association entre Claude, sa femme Michèle, son beau-frère Alain et M. Berdah, associé de la nouvelle SARL. Ces relations sont fondées sur une alliance horizontale entre des individus d’un âge proche48 qui mettent leurs compétences en commun. Alain s’occupe de la salle, Michèle de la cuisine, Claude apporte son expérience de la gestion et Berdah les fonds de départ. Le principe d’horizontalité est pourtant mis à mal au bout de quelque temps. Depuis quelques années, Jérôme, le fils cadet de Claude et Michèle, travaille lui aussi au restaurant. Sa participation n’a rien d’une association constituée en vue d’une transmission du capital familial, même si Claude reconnaît qu’elle présentera au moins cet avantage. Elle est plus le résultat des difficultés de Jérôme à trouver sa voie et une solution de repli pour éviter l’inactivité. « Mon fils travaille avec sa mère. Il a pas trouvé sa voie. C’est malheureux de travailler avec sa mère, mais il a pas le choix. » Pour Claude, cette association de type vertical est un constat d’échec, qui signifie que quelque chose n’a pas fonctionné. « Mon fils a eu du mal à accepter, à vivre avec cette frustration. Ça sera toujours un intellectuel, mais il a pas trouvé sa voie. J’ai aidé des centaines de jeunes à trouver leur voie, mais là, j’ai pas réussi. Il a commencé pharmacie, trois ou quatre mois, mais il était pas convaincu. Il a eu le bac, pour nous faire plaisir. C’était pas un rebelle. Après, il a fait pharma parce que bon… Il y allait, il séchait pas mais il faisait de la figuration. Ça a été douloureux pour moi d’accepter qu’il arrête. Mais j’ai accepté, le temps qu’il trouve une solution. » Jérôme entame alors des études d’informatique, qu’il interrompt à nouveau : « il a fait une année, mais il voulait pas travailler là-dedans. Avant l’été, je lui ai dit, très bien, tu cherches une idée pendant les vacances. Il a rien trouvé. Alors je lui ai dit, tu vas aller aider ta mère au restaurant. Il a accepté. On l’a jamais forcé. Il a eu une attitude honnête. Il a compris qu’on supporterait pas de le voir dans son lit quand on partait le matin. Le côté affaire qui marche, ça l’intéressait pas trop. Avec le temps, il est redevenu “normal”. Maintenant, il s’intéresse, avec un petit i. Il réalise qu’il a une sécurité matérielle, il est propriétaire d’une partie des murs. » Cette transmission du patrimoine immobilier aurait toutefois été assurée sans que Jérôme ait à travailler dans l’entreprise familiale.

35Sa participation au restaurant rompt donc le schéma d’ascension générationnelle souhaité par Claude et réalisé par le fils aîné : marié et père de deux enfants, ce professeur agrégé de mathématiques présente tous les signes de la réussite sociale et affective. L’émancipation par rapport à la cellule parentale passe, pour Claude, par la poursuite d’études au-delà du niveau atteint par les parents. Lors du premier entretien, il évoque l’ascension sociale permise par le passage par l’école française à Tunis, puis par la migration : « si j’écrivais mes mémoires – je le ferai jamais – le titre, ça serait “Père illettré, fils agrégé”. Merci la France. J’aurais pas mis “fils cuisinier”. J’aurais eu tort d’ailleurs. » Pour Claude, l’école est aussi un instrument collectif d’ascension sociale, permettant aux migrants de s’affranchir des spécialisations professionnelles. « Au départ, [la confection] était un secteur réservé aux juifs d’Europe de l’Est. Et puis il y a eu petit à petit un grignotage. Le tour est venu pour les juifs d’Afrique du Nord, quand les juifs d’Europe de l’Est ont pris leur retraite, car les enfants n’ont pas suivi. Ils avaient fait des études. La place est prise maintenant par les Chinois49. » La transmission du patrimoine financier et professionnel aux enfants ne semble donc être perçue comme une réussite que si elle s’accompagne d’une promesse d’amélioration par rapport à la situation des parents.

36Même horizontales, les relations personnelles ne sont pas toujours une garantie suffisante d’égalité et d’autonomie. Dans le cadre de la relation salariale, le recours au réseau personnel dans la recherche d’un emploi salarié introduit une relation triadique, entre l’employeur, celui qui fournit l’information et celui qui en bénéficie. Ce jeu à trois est une source de tension entre verticalité et horizontalité. Faire embaucher un proche permet en effet à l’intermédiaire d’instaurer une relation de confiance, horizontale, avec l’employeur. Mais cette pratique comporte également un risque pour l’intermédiaire, si un conflit survient entre l’employeur et le nouvel embauché : le recours aux réseaux de relations est d’ailleurs conçu par certaines entreprises comme une stratégie délibérée pour s’assurer de la docilité de la main-d’œuvre. Lorsque Sadok Ghareb quitte l’imprimerie dans laquelle il a commencé sa vie active, il conserve la même méthode de recherche d’emploi, fondée sur les réseaux personnels : « Je connais untel. Il me dit : — Tu vas chercher là-bas, ils embauchent. Tu trouves avec la complicité des autres, quoi. Un tel dit à son patron, y en a un qui est bien. Toi tu viens le lendemain et tu commences à travailler. » Mais, très conscient des enjeux de pouvoir, Sadok recourt à une ruse. La piste de son deuxième emploi lui est ainsi fournie par un membre de sa famille, qui travaille déjà dans l’entreprise : « il m’a dit : — Va te présenter, ils cherchent quelqu’un. Mais c’est pas lui qui m’a fait embaucher, hein. »

37L’ambivalence du recours au réseau relationnel est, une fois encore, parfaitement illustrée par les relations entretenues par Claude Bellaiche avec M. Berdah. Leurs rapports sont initialement fondés sur une relation purement professionnelle et verticale, Berdah étant l’employeur occasionnel de Claude à Tunis puis son employeur permanent à Paris. Mais peu à peu, ces liens se transforment en relation amicale. C’est d’ailleurs en raison de cette relation personnelle que Berdah participe à l’achat de l’appartement et à la création du restaurant, et que Claude est nommé responsable des études au Cours Berdah. L’instauration d’une relation horizontale entre les deux hommes conduit à un partage des ressources, informationnelles et financières. Mieux informé que les autres enseignants sur le fonctionnement et les objectifs de l’établissement, chargé de recueillir des renseignements sur la qualité des enseignants à la place de Berdah, Claude jouit d’une position centrale qui est attestée par sa fonction de responsable pédagogique. Berdah accepte ainsi de déléguer à Claude une partie de son pouvoir de décision : leurs relations personnelles l’assurent de la qualité du travail de Claude et de son dévouement à la bonne marche de l’entreprise. L’horizontalité de la relation, gage d’autonomie respective, repose entièrement sur un principe de confiance personnelle. La collaboration entre les deux hommes dure jusqu’en 1988… « et puis est arrivé ce qui devait arriver ».

38Le conflit qui oppose brusquement Claude à Berdah met en jeu l’intervention d’un tiers, en l’occurrence l’équipe enseignante, qui vient troubler la relation d’égalité établie entre Claude et Berdah. Par sa position de responsable des études, Claude a en effet noué une relation de confiance avec ce dernier, mais aussi avec l’équipe enseignante. Insérée dans une relation salariale, la cohésion de l’ensemble repose sur une adéquation entre les objectifs définis par Berdah et ceux transmis par Claude aux enseignants. La pratique professionnelle de Claude mêle des valeurs communes avec l’enseignement public – l’épanouissement de l’élève, l’importance de l’orientation, la transmission du savoir – et une défense des spécificités du privé, qui permet de prendre le temps mais aussi de donner leur chance à des élèves sortis du « système classique ». « On avait des gens qui avaient leur place dans le public et aussi ceux qui étaient virés du public. La partie la plus importante de l’inscription, c’était l’entretien, car le livret est ce qu’il est, mais l’important c’est la motivation, l’envie de repartir et les capacités d’analyse. On aimait parier sur les jeunes gens. » Soudainement, ces pratiques entrent en conflit avec la logique marchande défendue par Berdah. « Je considérais que ce que j’avais fait de mieux, c’était l’équipe pédagogique que j’avais pris le temps d’homogénéiser. On se parlait très franchement. C’était une équipe formidable, ils avaient leurs conditions et pouvaient très bien aller ailleurs, y compris au lycée [public]. Ce qu’ils n’acceptaient pas, c’est que l’école devienne une affaire commerciale véritablement. J’ai eu mes premiers problèmes avec Berdah car il m’avait confié les inscriptions et il a appris que j’en refusais beaucoup. Il n’était pas satisfait que j’amoindrisse le chiffre d’affaires. Moi, c’était pas mon problème, [ce qui m’importait] c’était de faire du bon travail. Les profs commençaient à se plaindre, il commençait à ouvrir des locaux sans arrêt, les classes étaient surchargées. »

39Ce conflit met en jeu la confiance que se portent les deux hommes et qui leur a permis de partager leurs informations et donc une partie du pouvoir : « J’ai pris le parti des profs, j’étais d’accord avec eux ; pour Berdah, c’était de la haute trahison. » Le différend sur les effectifs brise l’horizontalité de leur relation : Berdah retrouve sa position d’employeur et Claude est aussitôt licencié. « La séparation s’est mal passée car on avait des rapports personnels, on était très proches, très amis. Ça a été un scénario très douloureux pour moi sur le plan psychologique. » Deux ans plus tard, Claude retrouve un emploi dans un autre cours privé : « l’inconvénient c’est que Berdah était actionnaire majoritaire. Je ne voulais pas avoir à nouveau affaire à lui professionnellement. » C’est Tournon, responsable du cours et ami de Claude, qui parvient à le convaincre : « il m’a juré que Berdah ne venait jamais », promesse tenue jusqu’en 2002. À cette date, « Berdah s’est à nouveau remis en piste ; la gérante était la compagne de Tournon. Il ne s’entendait pas avec elle, il a cassé l’amitié entre Tournon et Becque pour faire virer la gérante et il s’est mis gérant à sa place. » Claude décide alors de quitter l’établissement et de prendre sa retraite. « J’avais passé l’éponge une fois, mais là, non. Ça me fait beaucoup de peine car je le revois plus. Ça me pose problème parce que c’était un bon copain, le meilleur en fait. » Utilisés dans la vie professionnelle, les réseaux personnels n’en restent donc pas moins inscrits dans un système hiérarchisé, qui organise la circulation des ordres et les relations de pouvoir au sein de l’entreprise50. Le recours aux réseaux personnels dans les relations de travail présente ainsi les inconvénients de ses avantages : il entraîne nécessairement une tension entre le principe de confiance, condition d’un accès partagé à l’information, et le principe de subordination, sur lequel se fonde le monopole du pouvoir.

40L’hétérogénéité du marché du travail des natifs de Tunisie apparaît ainsi comme le fruit d’une articulation complexe entre phénomènes macroscopiques et décisions individuelles. Dans ce processus, la hiérarchie des populations établie par les autorités administratives contribue à façonner les identités sociales des migrants de Tunisie et à dessiner les contours du marché du travail accessible à chaque groupe social. La construction d’un marché du travail hétérogène est également renforcée par le rôle joué par l’État et les employeurs dans l’orientation des flux de main-d’œuvre, au moment de l’entrée sur le marché du travail. Mais, si l’hétérogénéité de ce marché apparaît à la fois comme un phénomène massif, visible sur le plan macroscopique, et comme le résultat de libres décisions individuelles non contraintes, c’est parce que ces décisions institutionnelles sont relayées par les individus, par le biais de leurs relations personnelles. Modelée par ce jeu permanent entre individus, groupes sociaux et institutions, la segmentation du marché du travail guide également les perspectives de mobilité sociale.

Notes de bas de page

1 Sur les conflits et décalages entre langages indigènes, voir Weber, 2001, en particulier p. 21-28.

2 Entretien du 16 mars 2005.

3 Steiner, 1999.

4 Granovetter, 2000.

5 Elle se distingue en particulier de la sociologie bourdieusienne, dans laquelle le capital social ne jouait qu’un rôle secondaire (Mercklé, 2004, p. 55).

6 Granovetter, 1973, p. 1360.

7 Mercklé, 2004, p. 32.

8 Castel, 1995 et 2003 ainsi que Rosanvallon, 1995.

9 Entretiens réalisés les 24 et 31 mars 2006.

10 Ce type d’analyse est particulièrement adapté à une analyse des réseaux en milieu fermé, qu’il s’agisse de relations entre les membres d’une entreprise ou a fortiori entre les membres d’un monastère (Mercklé, 2004, p. 88-89).

11 Selon une méthode proche de celle développée par les tenants de l’analyse des réseaux personnels.

12 Steiner, 1999.

13 Entretien du 1er septembre 2006.

14 Voir chapitre 2.

15 À cette date, Claude devient responsable des études au Cours Berdah.

16 Cette idée rejoint celles développées par la théorie du job search (Cahuc et Zylberberg, 2004, p. 109-170).

17 Entretien du 1er juillet 2005.

18 Mercier, 2005.

19 Sur l’apparition des services du personnel, voir Omnès, 2002a et 2002b, ainsi que Eymard-Duvernay et Marchal, 1997.

20 On entend par aînés tous ceux qui occupent une position d’antériorité dans l’ordre générationnel ; cette catégorie comprend ainsi les parents, mais aussi les oncles et tantes ou encore les aînés au sein de la fratrie. Sur l’influence des « aînés », voir Gribaudi, 1987.

21 Rosental, 1999.

22 Parmi une littérature forcément abondante, on se reportera par exemple à Hatzfeld, 2002 ou à Weber, 2001.

23 Voir par exemple Rosental, 1999 ou Corbin, 1999.

24 Zalc, 2002, p. 493-495.

25 Nous reviendrons dans le chapitre 6 sur la question des entreprises « ethniques » et sur la constitution de niches par les minorités.

26 Ces liens sont en particulier attestés par la présence d’un patronyme commun ou d’un lieu de résidence proche.

27 Si les insiders n’étaient pas majoritaires, ils perdraient leur caractère de groupe de référence, fondé sur l’antériorité de leur présence au centre du système social. Sur l’opposition entre insiders et outsiders, souvent basée sur l’ancienneté de l’installation, voir Elias et Scotson, 1997.

28 Les méthodes de régression et les résultats complets de la régression logistique sont présentés dans l’annexe 3.

29 La nationalité n’a pas d’effet statistique sur la probabilité qu’il y ait déjà un originaire de Tunisie dans l’entreprise qui vient d’embaucher l’individu de l’échantillon.

30 Cette conclusion est conforme aux résultats des études menées sur la question, notamment à ceux de Mark Granovetter sur les cadres à Boston, ainsi qu’à ceux de Michel Forsé sur un échantillon représentatif de l’ensemble de la population active (études citées par Steiner, 1999, p. 61-62).

31 Voir chapitre 2.

32 L’affichage des photos traduit à la fois des sentiments personnels – « je peux pas leur refuser » – mais aussi des raisons professionnelles – ce geste est aussi une façon de fidéliser sa clientèle –, Claude ayant parfois des difficultés à démêler les deux types de motivation, comme nous le verrons dans la suite de ce chapitre.

33 Sur le logement destiné aux travailleurs étrangers, voir Viet, 1999, Bernardot, 1997, ainsi que Hmed, 2006. Sur les bidonvilles, voir Sayad et Dupuy, 1995 et Volovitch-Tavarès, 1995.

34 On définira de façon minimale le pouvoir comme la capacité d’un individu à se faire obéir lorsqu’il énonce un ordre.

35 Granovetter, 1973.

36 155 entreprises emploient au moins 2 salariés de notre échantillon.

37 Cette conclusion rejoint celle de Douglas Massey et Kristin Espinosa (1997) sur le rôle joué par les réseaux relationnels dans les migrations mexicaines vers les États-Unis.

38 On observe des taux comparables chez les Tunisiens ayant acquis la nationalité française.

39 L’analyse des mobilités sectorielles est menée avec les outils de l’analyse des réseaux sociaux. La centralité désigne ici le rapport entre le nombre d’entrées et de sorties dans un secteur par rapport au nombre total de changements sectoriels observés, et correspond à la centralité normalisée utilisée par l’analyse des réseaux sociaux. Les résultats des indicateurs de centralité de betweenness donnent des résultats très proches (voir annexe 4).

40 Granovetter, 2003.

41 Mercklé, 2004, p. 60-69. La question du pouvoir est ainsi devenue centrale dans les récents développements de la sociologie économique, en particulier chez Neil Fligstein (2001).

42 Cette étude est menée à partir des dossiers d’indépendants tunisiens examinés par la CCIP. Pour une présentation plus détaillée des sources, se reporter au chapitre 6 et à l’annexe 2.

43 Hors candidats à un commerce ambulant.

44 Dans deux tiers des cas, la forme choisie est celle de l’entreprise en nom propre et non la forme sociétaire.

45 Sur la méthode patronymique et ses limites, voir Zalc, 2002, chap. 6.

46 La moitié de ces partenariats sont des associations entre deux patronymes dont on est sûr qu’ils ne correspondent pas à une définition de la famille au sens strict d’ascendants, descendants et collatéraux ; s’il s’agit de membres de la même famille, c’est dans le sens élargi de lignage. Quant aux 14 % restant, il s’agit d’entreprises fondées sur au moins trois patronymes différents, l’un d’entre eux étant dans ce cas plus impliqué que les autres. Sa plus grande implication se mesure au fait qu’il possède plus de parts dans l’entreprise lorsqu’il s’agit d’une société ou qu’il est seul exploitant parmi un groupe de copropriétaires du fonds.

47 Lescure, 1999, p. 156.

48 Claude et sa femme sont les plus jeunes, mais ils ont moins de dix ans d’écart avec Alain et Berdah.

49 Sur les vagues successives de migrants dans la confection parisienne et l’arrêt de cette activité à la seconde génération, voir Green, 1998, chap. 3 et chap. 8. Nous reviendrons sur ces questions dans le dernier chapitre.

50 Voir Boyer, 2004, p. 21-30, en particulier p. 28.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.