Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 2. Accès au marché du travail et position dans la société coloniale

p. 85-109


Texte intégral

1Les mouvements migratoires s’inscrivent dans un contexte général d’accélération de la mobilité des biens, des capitaux et des hommes, caractéristique des sociétés contemporaines. Parmi les différents courants de l’économie des migrations internationales1, la théorie du push and pull, ou modèle d’attraction-répulsion, a constitué l’une des premières tentatives d’explication des migrations internationales. Cette approche analyse les flux migratoires comme des marchandises comme les autres, guidées par des différences globales de niveau de vie qui poussent les habitants des pays les plus pauvres à migrer vers les pays plus riches. Ces facteurs répulsifs (push) se combinent à des facteurs d’attraction (pull), constitués par les besoins en main-d’œuvre des pays à forte croissance économique et à haut niveau de vie. Si cette approche simplifiée rend globalement compte des migrations de travail contemporaines, elle présente cependant d’importantes limites. Elle ne permet pas d’expliquer les voies spécifiques qu’empruntent les flux, ni leur temporalité, c’est-à-dire, dans le cadre de notre objet, la raison pour laquelle les migrations de la Tunisie vers la France interviennent après l’accession de la Tunisie à l’indépendance. L’analyse en termes de push and pull ne permet pas non plus de comprendre les mécanismes de sélection des migrants et de comprendre pourquoi tel individu migre plutôt que tel autre. Ces critiques ont donné naissance à une « nouvelle économie des migrations », qui introduit la possibilité de stratégies collectives et la notion d’incertitude. La théorie de la segmentation du marché du travail met notamment l’accent sur le facteur d’attraction et les politiques de recrutement mises en œuvre par les employeurs des pays d’immigration : les migrations internationales seraient ainsi essentiellement motivées par les besoins structurels de l’économie des pays développés. D’autres inscrivent les migrations internationales dans le fonctionnement général de l’économie-monde, insistant sur le rôle des liens historiques tissés entre les États, en particulier à la période coloniale.

2Ces divers schémas explicatifs ont pour caractéristique commune de s’appliquer implicitement aux migrations de travail, selon une distinction classique, mais non forcément pertinente, entre migrations politiques et migrations économiques2. Pourtant, quelles que soient les raisons de leur migration, la quasi-totalité des individus qui arrivent en France sont obligés de trouver un emploi pour se procurer des ressources financières. Afin d’analyser ensemble l’entrée sur le marché du travail parisien des Français de Tunisie – que l’on peut qualifier de migrants politiques particuliers, parce que nationaux – et celle des Tunisiens – que l’on qualifierait communément de migrants économiques étrangers, ou d’exilés dans le cas de juifs tunisiens –, nous proposons de recourir à nouveau aux notions de continuité et de discontinuité, appliquées ici à la trajectoire professionnelle. Le principe de continuité professionnelle sélective prend en effet une double forme. Du point de vue du régime de protection sociale, la migration induit une rupture qui se traduit par de longues périodes sans cotisations3 : les « trous » de carrière sont ainsi la règle chez les migrants, qui ont pour la plupart travaillé dans leur pays de naissance avant de s’installer en France. La mention des informations recueillies par les caisses de retraite sur les trajectoires antérieures4 varie cependant selon l’état civil de l’individu. Si l’on peut reconstituer les carrières effectuées en Tunisie pour près de la moitié des hommes français, cette opération n’est possible que pour environ un quart des hommes naturalisés français et des femmes, et pour 3 % des hommes tunisiens5. Ces phénomènes de continuité ou de discontinuité entre la Tunisie et la France sont, dans une large mesure, un effet de la segmentation du marché du travail qui prévaut dans la société coloniale.

Les Français de Tunisie : un reclassement systématique

3Pour les Français de naissance dont on connaît la trajectoire antérieure6, on observe, dans 80 % des cas, une continuité professionnelle entre la dernière activité exercée en Tunisie et la première activité exercée en France7. Cette caractéristique est liée à la position spécifique occupée par les Français dans la société coloniale. Dans notre échantillon générationnel, tous les Français de naissance qui présentent une continuité professionnelle entre la Tunisie et la France – soit 17 cas – travaillaient dans des entreprises intégrées à l’économie coloniale8. Les emplois qu’ils occupaient en Tunisie offrent de fréquentes possibilités de reclassement en France ; ils donnent également souvent droit à une pension de retraite versée par le régime français de protection sociale9.

Les dispositifs de reclassement des fonctionnaires et des travailleurs indépendants

4Dans le cas des fonctionnaires de l’administration coloniale, le reclassement prend une forme institutionnalisée. Quatre lois successivement adoptées entre août 195510 et août 195711 permettent, en un peu plus d’un an, de réintégrer dans les corps métropolitains les 6 500 fonctionnaires français de Tunisie12. Ce dispositif bénéficie en particulier au père de Jacqueline Choquet13. Fonctionnaire à l’enregistrement, il était en effet considéré comme détaché du ministère des Finances ; dépendant de l’administration centrale française, y compris à l’époque du protectorat, il lui suffit, à expiration de son contrat, de ne pas en demander le renouvellement pour obtenir sa réintégration dans le corps métropolitain en 1957. Son frère cadet, greffier, obtient lui aussi son reclassement en France. Le départ des fonctionnaires français, clé de voûte de la domination coloniale, entraîne dans son sillage le départ des autres Français, qui perdent, avec leur statut de colonisateur, leur position privilégiée dans la société tunisienne.

5Pour ces derniers, le reclassement est beaucoup moins institutionnalisé, en dépit de la création de structures chargées de l’accueil des rapatriés, dès les premiers signes d’ébranlement de l’empire colonial. En effet, jusqu’à l’afflux des Français d’Algérie au début des années 1960, ces structures ne dispensent leur aide qu’aux Français nécessiteux14 et aux expulsés15. En dehors de ces situations d’urgence, l’État engage des actions spécifiques en direction de certaines catégories d’actifs dont la reconversion s’annonce particulièrement difficile – au premier rang desquels les travailleurs indépendants, auxquels des facilités de crédit sont offertes. Ces mesures sont cependant d’une faible efficacité au regard de l’ampleur de la déstabilisation des entreprises et des biens français, déjà lourdement grevés par les hypothèques16 et par le surendettement chronique17. En 1957, 30 % des Français qui ont quitté la Tunisie n’ont pu ni vendre ni même louer leurs biens immobiliers et leurs fonds de commerce, ainsi tombés en déshérence18.

6La situation des agriculteurs est encore plus délicate. La profonde mutation qui affecte le monde rural à partir des années 195019 s’ajoute aux difficultés de reconversion des biens détenus en Tunisie. Si les agriculteurs expulsés ou expropriés bénéficient d’une indemnisation20, tous ne rentrent pas dans cette catégorie. Pour pallier les difficultés de réinstallation, des dispositifs spécifiques sont conçus en direction des agriculteurs originaires de Tunisie, en particulier dans le cadre de l’Association nationale des migrations rurales (ANMR). Créée en 1949 sur une base syndicale, l’ANMR a pour mission de faciliter l’installation de nouveaux exploitants agricoles dans les régions déficitaires. L’inclusion des rapatriés du Maroc et de la Tunisie dans les prérogatives de l’association21 témoigne une nouvelle fois du principe de continuité territoriale sélective, qui permet d’assimiler la migration en provenance des anciens protectorats à une migration interne. L’action de l’ANMR est cependant d’un faible effet : à la fin de l’année 1957, sur les 3 000 exploitants agricoles français originaires de Tunisie, seuls 124 ont été réinstallés en France par l’ANMR, essentiellement dans le Gers et la Haute-Garonne22. Les possibilités de reclassement offertes dans le cadre des plans d’aménagement régionaux s’avèrent également décevantes. Conçus pour répondre, bien avant la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (Datar), à la menace du « désert français23 », ces plans voient leur mise en œuvre confiée à des sociétés d’économie mixte. Le reclassement des originaires d’Afrique du Nord se heurte toutefois aux refus de certains de leurs conseils d’administration24 et à de fortes tensions dans les régions d’accueil25. Ces dispositifs se soldent ainsi par un échec relatif : sur les 12 000 chefs d’exploitation recensés en Tunisie et au Maroc, seuls 1 100 ont poursuivi leur activité en France26.

7La réinstallation des agriculteurs français de Tunisie opère par conséquent de façon sélective. La trajectoire de la famille maternelle de Jacqueline Choquet, indissociable de l’entreprise de colonisation agricole, l’atteste. Originaire d’une famille d’Alsaciens-Lorrains, la grand-mère maternelle de Jacqueline est née en Algérie avant que sa famille ne migre en Tunisie. Ce sont les possibilités offertes aux exploitants agricoles européens qui ont conduit les arrière-grands-parents de Jacqueline à s’installer à Souk-el-Jedid27, dans le nord-ouest de la Tunisie. La grand-mère de Jacqueline y grandit et y rencontre son mari, fonctionnaire détaché dans la région ; elle reprend ensuite la propriété familiale, qu’elle continue à exploiter jusqu’à sa mort en 1961. Au sein de la lignée, la fonction de chef de famille est occupée, depuis la mort du grand-père en 1944, par le fils aîné. Responsable de l’exploitation, il représente les colons agricoles auprès de la Résidence générale de France à Tunis. Dès le début des années 1950, il pressent l’imminence de la décolonisation. « Mon oncle était un peu “politicien” ; il est venu en France pour ameuter Robert Schuman sur la situation en Tunisie. Il a vu qu’il n’y avait rien à espérer. Il a pris contact avec les Algériens, ils n’étaient pas intéressés non plus. Il avait fait de l’histoire, alors il a acheté une maison en France. Il n’était pas révolté, il a seulement pris ses dispositions pour anticiper. » Après l’arrivée des autres membres de la famille en France, c’est désormais dans cette propriété du sud-ouest de la France qu’ont lieu les réunions familiales. Les premiers à avoir investi en France sont ainsi ceux qui disposaient des plus gros moyens financiers28, leurs facultés d’anticipation étant sans doute liées à l’importance de leurs actifs, plus encore qu’à leur culture historique.

8Les dispositifs particuliers mis en place par les pouvoirs publics en direction de certaines catégories de Français de Tunisie s’avèrent donc d’une faible efficacité. Pour les Français déplacés qui ne sont ni fonctionnaires, ni nécessiteux, ni travailleurs indépendants du commerce, de l’artisanat et de l’agriculture et qui échappent à toute forme d’intervention publique, l’installation en France n’est pourtant pas synonyme d’un impossible reclassement.

Le reclassement informel des salariés du privé

980 % des Français qui travaillaient comme salariés du privé en Tunisie présentent une continuité professionnelle malgré la migration. L’intégration sur le marché du travail français est souvent permise par la continuité des structures entrepreneuriales entre la Tunisie et la France. Gaëtan Loforte29, électricien dans une grande entreprise de construction automobile installée à Sfax, quitte la Tunisie en 1956 ; à son arrivée à Paris, il continue à travailler pour le même constructeur. Ces possibilités de reconversion sont particulièrement fréquentes parmi la minorité de salariés qui travaillaient dans une grande entreprise30. Mais elles valent aussi pour nombre de petites entreprises qui ont poursuivi leur activité en France à la faveur du rapatriement des actifs français en Tunisie. Ouvrier imprimeur devenu chef d’atelier, Auguste Poma31 quitte la Tunisie en 1963 pour s’installer à Paris, où il trouve immédiatement un emploi dans son secteur d’activité. Dès 1965, il change d’entreprise et rejoint un de ses anciens employeurs tunisois.

10Plus souvent, à défaut de rester dans la même entreprise, les salariés du privé parviennent à exercer le même métier ou à travailler dans le même secteur d’acti­vité qu’en Tunisie. Georges Azzopardi32 travaille comme électricien dans la Compagnie des phosphates et des chemins de fer de Gafsa33, qui fournit à elle seule 26 % de la production mondiale de phosphates en 1923. La politique de décolonisation de l’économie tunisienne l’amène à quitter l’entreprise et le pays en 1963, mais, dès son arrivée en France, il retrouve un emploi d’électricien dans une grande entreprise de construction électrique de banlieue parisienne. Si l’absence de réintégration institutionnalisée conduit rarement les Français de Tunisie à une discontinuité dans leur parcours professionnel, elle entraîne de fréquents phénomènes de déclassement au moment de l’arrivée en France. Embauché par son ancien employeur comme ouvrier typographe, Auguste Poma met ainsi plusieurs années à réintégrer sa fonction initiale de chef d’atelier. Georges mettra quant à lui plus de vingt ans pour occuper à nouveau un poste d’encadrement. Toutefois, les mécanismes de mobilité professionnelle qui sont à l’œuvre sur le marché du travail34 permettent généralement aux Français de rattraper leur position initiale.

11En dehors des fonctionnaires, le reclassement est donc rarement institutionnalisé pour les Français de Tunisie, comme pour ceux en provenance du Maroc. Le faible encadrement contraste avec les efforts déployés en direction des Français qui quittent l’Algérie quelques années plus tard, et dont l’afflux contribue à modifier la définition du rapatrié : à partir du début des années 1960, ce terme ne désigne plus les personnes privées de ressources et rapatriées aux frais de l’État français, mais l’ensemble des Français déplacés en provenance des territoires décolonisés, qui bénéficient par défaut de la reconnaissance implicite d’une situation d’urgence. Pourtant, en dépit de ces différences de politique d’accueil, les taux de réinstallation observés pour les Français de notre échantillon sont supérieurs à ceux calculés par Yann Scioldo-Zurcher pour l’ensemble des rapatriés – originaires pour la plupart d’Algérie – installés dans la Seine au milieu des années 196035. Le plus faible nombre de Français en provenance de Tunisie et le relatif étalement des arrivées, sans commune mesure avec celles des Français d’Algérie entre la fin de l’année 1961 et l’été 1962, permettent sans doute à un plus grand nombre de Français de Tunisie de s’intégrer sans difficultés dans une économie en pleine croissance.

12Ainsi la famille de Jacqueline n’a pas rencontré d’importantes difficultés d’insertion à son arrivée en France. La présence de fonctionnaires dans la famille explique en partie cette impression de facilité : « pour les parents, ce départ n’était pas prévu, ils ont profité de l’expiration du détachement. » Mais l’impression de reconversion réussie vaut pour l’ensemble de la famille, y compris pour les non-fonctionnaires. Au final, « tout le monde s’est assez bien recasé ». Ils ont emprunté des chemins plus ou moins tortueux – certains, comme sa tante maternelle, ayant fait un nouveau détour par l’Algérie – mais tous ont fini par renouer les fils de leur trajectoire professionnelle. Pour Jacqueline, cette reconversion ne doit rien à l’État. L’évocation d’éventuelles aides reçues au moment de leur départ de Tunisie heurte Jacqueline, qui répond de façon brutale : « Des aides ? Il n’y avait pas d’aides. En tout cas, je n’en ai jamais entendu parler, je ne savais même pas que ça existait ! » Jacqueline a raison : les membres de sa famille ne faisaient pas partie des nécessiteux et n’ont pas eu à demander leur rapatriement gratuit ; d’autre part, la continuité professionnelle permise par la fonction publique française n’est en rien spécifique aux Français originaires des territoires colonisés. On sent cependant dans le ton blessé de Jacqueline et dans l’exagération finale – « je ne savais même pas que ça existait ! » – un déni catégorique de toute aide publique et, partant, de la catégorie même de rapatrié. Cette attitude est fréquente chez les Français originaires des anciennes colonies, y compris chez les rapatriés d’Algérie, qui ont pourtant fait l’objet de mesures spécifiques en vue de leur réinstallation. Ce qui domine dans le discours de Jacqueline, c’est plutôt un sentiment voilé d’abandon : « Je n’ai pas de rancœur [à l’égard des Tunisiens]. En revanche, la tromperie de Mendès France m’agace un peu. L’indépendance dans l’interdépendance… Les gens y ont cru ! » À leur arrivée en métropole, les rapatriés attirent sur eux toutes les marques d’hostilité à l’égard de l’entreprise coloniale ; incarnations de la colonisation qui les oblige à faire cause commune avec la figure du colonisateur36, les Français originaires des colonies ne peuvent ressentir cette remise en cause de la colonisation que comme une remise en cause de leur personne même, qu’aucune aide ne saurait compenser.

Les Français par acquisition et les femmes : une continuité professionnelle relative

13Les Françaises et Français par acquisition ainsi que les Françaises de naissance occupent une position intermédiaire entre les étrangers et les Français de naissance. Par rapport à ces derniers, leur carrière antérieure est moins souvent documentée37 et présente une moindre continuité professionnelle38. L’interprétation de cette discontinuité relative varie cependant selon le genre.

Carrières féminines et cycle de vie familial

14Les Françaises de notre échantillon adoptent un comportement sur le marché du travail similaire à celui des femmes non migrantes en France, y compris lors de leurs premières années d’activité en Tunisie. Comme chez les actives nées en France, la discontinuité des carrières est de règle et les trajectoires présentent un profil à deux bosses. Les arrêts d’activité, souvent provisoires39, interviennent soit en Tunisie, au moment du mariage ou après la naissance d’un enfant, soit en France, au moment de la migration pour celles qui ont des enfants en bas âge. La plupart de ces femmes reprennent une activité professionnelle bien après leur arrivée en France, après avoir élevé leurs enfants. Marie Trovato40 est née à Tunis en 1931 ; elle occupe depuis l’âge de 20 ans un poste d’employée qualifiée dans un cabinet de comptables de Tunis, où elle continue à travailler après son mariage avec un Français d’origine italienne. La rupture n’intervient qu’en 1956 ; cette année-là, le couple, qui vient d’avoir son premier enfant, quitte la Tunisie. Désormais installée en France, Marie ne reprend pas son activité et élève ses trois enfants. Au bout de dix ans, elle retravaille de façon occasionnelle comme ouvrière à domicile dans la confection. Ce n’est qu’en 1973, à 42 ans, qu’elle reprend véritablement sa vie active. Son plus jeune enfant a alors 12 ans, le plus âgé 18 ans. Tour à tour ouvrière à domicile puis employée de bureau dans plusieurs cliniques médicales, Marie interrompt à nouveau son activité professionnelle, à 49 ans, cette fois-ci de façon définitive.

15Les allers-retours entre activité et inactivité apparaissent ainsi comme particulièrement fréquents, chez Marie comme chez les autres femmes de l’échantillon, et sont essentiellement liés au cycle de vie familial. Ninette Sitbon41 est la seule femme de l’échantillon à échapper, en apparence, à la règle de la discontinuité professionnelle pour changement de situation personnelle. Embauchée à l’âge de 16 ans comme caissière dans une boucherie de la Goulette, elle épouse trois ans plus tard le patron de la boucherie, de vingt-trois ans son aîné. Après son mariage, elle continue à travailler dans la boutique de son mari, comme aide familiale. Le couple quitte la Tunisie en 1964. Pour Ninette, la migration est synonyme d’arrêt de son activité professionnelle. Elle n’a pourtant que 51 ans et son fils est presque majeur42. Si elle ne reprend pas son emploi d’aide familiale à son arrivée en France, c’est en fait parce que son mari, âgé de 74 ans, n’exerce plus d’activité professionnelle. Pour les femmes, la discontinuité professionnelle entre la Tunisie et la France tient donc bien toujours aux relations entre activité professionnelle et cycle de vie familial43.

16Celles qui n’ont pas arrêté de travailler pour raisons familiales présentent toutes une continuité professionnelle par-delà la migration, comme les Français de sexe masculin. Sur ce point, les migrantes de Tunisie ont une plus forte propension à poursuivre leur activité professionnelle que les actives françaises, sans doute en raison des contraintes financières que fait peser la migration sur les revenus du ménage ; les actives continues sont en effet aussi nombreuses dans notre échantillon que les actives discontinues, alors que ces dernières sont en moyenne deux fois plus nombreuses en France pour les générations nées avant 193644. Les Françaises de Tunisie qui n’interrompent pas leur activité professionnelle présentent les mêmes formes de reclassement que les Français, qu’il s’agisse de mutations au sein de la même entreprise ou d’une simple continuité par le métier ou le secteur d’activité.

17Les raisons pour lesquelles ces femmes interrompent, ou non, leur activité professionnelle sont en revanche difficiles à saisir. L’arrêt ou la poursuite de l’activité professionnelle ne reflète pas des différences démographiques, les actives continues et les actives discontinues ayant le même âge au moment de la migration (34 ans) et le même écart d’âge de trois ans avec leur conjoint. Ce n’est pas non plus un nombre élevé d’enfants qui les conduit à faire ce choix45, l’arrêt de l’activité intervenant très tôt, au moment du mariage ou dès le premier enfant46. En revanche, dans notre échantillon comme dans l’ensemble de la population active féminine47, l’activité professionnelle favorise les comportements malthusiens, les femmes qui continuent à travailler ayant moins d’enfants que les autres (2,2 enfants contre 2,8). Sur ce point, les migrantes de Tunisie se distinguent toutefois des actives françaises par une fécondité légèrement plus élevée48. Si l’on prend en compte les étrangères, les femmes de notre échantillon ont eu en moyenne 3,07 enfants, le nombre moyen d’enfants par couple étant en France de 2,42 en 196049. La contribution des femmes nées à l’étranger à la fécondité française50 apparaît donc comme une donnée ancienne, qui vaut pour les Tunisiennes, mais aussi pour les Françaises nées en Tunisie51.

Le reclassement des Français par acquisition : une distinction privé-public

18Pour les hommes qui ont acquis la nationalité française, la discontinuité professionnelle correspond à une différence de position initiale dans la société coloniale52. Dans notre échantillon, les Français par acquisition sont le plus souvent des juifs tunisiens qui n’ont pas encore acquis la nationalité française à leur arrivée en France et qui occupaient en Tunisie une position d’entre-deux, entre colonisateurs et colonisés. Originaires pour la plupart des villes de la Tunisie côtière53, dans un pays majoritairement rural, les juifs tunisiens se distinguaient des autres « indigènes » par un plus fort taux de scolarisation54 et par une concentration dans les activités économiques urbaines, en particulier dans le commerce de détail et les activités artisanales55. En 1946, 33 % de la population active juive tunisienne était employée dans le commerce et le secteur bancaire, 46,5 % dans l’industrie : les secteurs de l’habillement, du textile, de la confection et des industries du cuir et des peaux concentraient à eux seuls 30 % des actifs juifs tunisiens56. Les progrès de la scolarisation ont également facilité l’accès aux professions libérales, qui comptaient 8,9 % des actifs en 1946.

19Les tentatives de reconversion professionnelle au-delà de la migration aboutissent à une forme de transposition de cette segmentation professionnelle en France. Né en 1932 à Tunis, Raymond Haddad57 commence à travailler à 14 ans et effectue l’ensemble de sa carrière tunisienne dans des petites entreprises, comme vendeur en alimentation, barman ou vendeur-monteur de lustres. Après son mariage en février 1955, Raymond quitte la Tunisie et le jeune couple s’installe en France, où leur premier fils naît en juillet. Raymond trouve immédiatement à s’employer dans une petite entreprise de fabrication et de vente de vêtements. Malgré la migration, Raymond continue ainsi à évoluer dans le même espace de travail qu’en Tunisie et à exercer le même métier de vendeur. Sur ce point, les hommes français par acquisition ne présentent donc pas de différence avec les Français de naissance de l’échantillon, eux aussi employés majoritairement dans des activités urbaines.

20Comme chez les Français de naissance, les possibilités de reclassement sont fonction du capital de départ, mais aussi de l’âge du migrant. Le père de Claude Bellaiche58 était boucher à Tunis. Il possédait certes sa propre boutique, mais son statut d’indépendant n’était en rien un gage d’aisance financière. « Mon père était illettré, il était boucher à Tunis, dans la partie pauvre de la ville. Il travaillait du matin au soir. Le travail de boucher à Tunis, c’est pas le laboratoire comme ici, c’est un travail de force. Il est arrivé en 1964, il n’a jamais travaillé en France. Et puis ma mère est très vite tombée malade. Pour eux, ça a été très dur de venir en France. Le cancer, il a toujours une cause, ou plusieurs causes, mais pour elle, c’est sûr que ça a contribué. Elle est morte en 1967. » Claude et sa femme décident de prendre en charge ce père âgé et désormais veuf, une façon pour Claude de rendre à son père le travail de force qu’il a supporté pour eux. « Mon père n’a jamais travaillé ici, il a vécu avec nous, avec la bénédiction de ma femme. Nous, on l’a trop vu souffrir, on voyait bien qu’il faisait ça [le métier de boucher] parce qu’il avait pas le choix. [Absorbé par sa tâche], il savait même pas en quelle classe on était, mais il a bien vu l’effervescence [dans la maison à chaque étape de leur scolarité]. Après, il était très fier qu’on soit devenus profs59, mais il est toujours resté discret. Il a beaucoup travaillé pour nous, mais on a parlé peu avec lui. » L’expérience du père de Claude est donc très proche de celle vécue par le mari de Ninette. Moins âgé et sans le soutien de son fils, le père de Claude aurait sans doute dû tenter une reconversion professionnelle qui, à en juger par les parcours des individus de notre échantillon, n’aurait pas posé de difficultés particulières mais aurait certainement entraîné une forme de déclassement. Ainsi, à ce point du raisonnement, les trajectoires des Français par acquisition n’ont rien de différent par rapport à celles observées pour les Français de naissance. Pourtant, seule la moitié des Français par acquisition parvient à maintenir une activité continue entre la Tunisie et la France.

21La différence avec les Français de naissance découle en fait de l’absence de reconversion des salariés des services publics. Les discontinuités professionnelles observées pour les hommes français par acquisition concernent deux individus qui travaillaient dans les services publics, l’un comme agent des postes et l’autre comme employé au service des fraudes dans les chemins de fer tunisiens, devenus respectivement en France artisan chemisier et ouvrier chauffagiste. Les populations de l’entre-deux colonial ne peuvent en effet bénéficier des formes de reclassement systématique édictées pour les fonctionnaires. Les « Européens », autre catégorie de l’entre-deux colonial, rencontrent les mêmes difficultés60. Le reclassement des Tunisiens travaillant dans les services publics n’est pas impossible, mais il dépend de l’administration de tutelle et du statut de l’emploi occupé. Ainsi le frère de Claude Bellaiche, maître auxiliaire dans l’enseignement public français à Tunis, parvient à obtenir sa mutation dans un collège de banlieue parisienne à la rentrée de 1964-1965.

22Si la nationalité constitue un principe de clôture territoriale – qui s’exprime par les conditions légales d’entrée et de séjour sur le territoire contrôlé par l’État –, politique – la participation à la vie de la nation excluant les non-nationaux – et juridique – les conditions de naturalisation assurant l’intégration à la nation61 –, elle joue donc également un rôle de clôture socio-économique. L’accès au marché du travail est en effet conditionné par l’existence d’emplois interdits, de fait ou de droit, aux étrangers62. Parmi les formes les plus anciennes de fermeture par une condition de nationalité, la fonction publique constitue le principal secteur d’activité concerné par l’exclusion des non-nationaux ; la compréhension très extensive du concept de puissance publique63 permet également d’exclure les étrangers de bon nombre d’entreprises publiques à monopole. Depuis 1945, le développement de l’État-providence64 et la multiplication des domaines d’intervention de l’État65 n’ont fait que renforcer la part de l’emploi public66. L’extension de l’espace public a également conduit, depuis les débuts de la Troisième République, à la constitution d’emplois réservés, en dehors de la fonction publique, et à la fermeture de la majorité des professions libérales ou des emplois des banques et assurances67. Aux emplois interdits de droit s’ajoutent les emplois interdits de fait, par une condition de diplôme, l’extension des garanties données au marché du travail par l’État allant ici de pair avec une limitation plus stricte des emplois ouverts aux étrangers. Au terme de ce long mouvement de construction de barrières légales, on estime à près d’un tiers le nombre d’emplois interdits aux étrangers dans les années 199068. L’effet de ces discriminations légales peut sembler altéré par la nature des emplois protégés. On pourrait penser que, même sans barrière à l’entrée, ces emplois seraient peu accessibles aux étrangers en raison de différences de formation et de maîtrise, orale et écrite, de la langue. Mais ce serait tout à la fois présupposer l’absence systématique de formation chez les étrangers et une situation inverse chez les Français, qui est loin de refléter la réalité de l’emploi public69. De fait, l’examen des secteurs d’activité des étrangers de notre échantillon montre que l’exclusion des étrangers ne joue pas de façon stricte pour l’ensemble des services publics. 11 % des Tunisiens de notre échantillon ont ainsi travaillé dans les collectivités territoriales au cours de leur carrière, comme éboueurs ou agents de voirie. La condition de nationalité exigée à l’entrée de la fonction publique les empêche simplement d’être titularisés70. On voit ici combien la notion de « puissance publique » opère selon une définition à géométrie très variable.

23La comparaison des trajectoires de Jacqueline Choquet et de Claude Bellaiche montre combien les conditions de nationalité exigées à l’entrée de certains emplois contribuent à modeler les parcours professionnels des individus. Tous deux titulaires d’un diplôme du supérieur, ils ont effectué la majeure partie de leur formation en Tunisie, avant d’exercer la profession d’enseignant. Jacqueline, française de naissance, a suivi le parcours classique qui mène à l’enseignement public : ayant obtenu sa licence, elle quitte la Tunisie pour venir terminer ses études en France. La réussite à un concours lui ouvre une carrière dans la fonction publique où elle reste employée jusqu’à la retraite. Le parcours scolaire de Claude est relativement proche. Fait rare, à cette date, pour les Tunisiens d’origine modeste, il a obtenu sa licence, qu’il a financée en donnant des cours particuliers et en travaillant comme assistant dans un établissement scolaire français de Tunis. En Tunisie, Claude préfère le statut de maître auxiliaire à celui d’enseignant titulaire ; en raison d’accords bilatéraux, il aurait pu passer les concours de l’Éducation nationale, comme Tunisien. Il aurait alors été obligé de signer un engagement avec le gouvernement tunisien, qui lui aurait permis d’être embauché comme titulaire mais sous couvert d’un contrat local. Avec ce statut, il aurait « touché un salaire deux fois moins élevé ; ça ne présentait aucun intérêt ». À son arrivée en France, il poursuit sa carrière d’enseignant dans un collège public de la banlieue parisienne. L’explosion de la demande scolaire pendant les Trente Glorieuses a en effet entraîné une augmentation des effectifs enseignants71, le nombre de professeurs de lycée doublant entre 1954 et 1964. Tous les emplois créés pour faire face à cette demande sociale ne sont toutefois pas des postes de titulaires. Dans le secondaire, le nombre de maîtres auxiliaires va croissant, constituant, à la fin des années 1960, près de 20 % des enseignants72. On compte parmi eux une part non négligeable d’étrangers, auxquels la condition de nationalité exigée à l’entrée de la fonction publique interdit la titularisation. C’est donc comme maître auxiliaire que Claude est embauché à son arrivée en France. Il n’y reste pourtant qu’un an, avant de se diriger vers l’enseignement privé où il effectuera l’ensemble de sa carrière.

24L’entretien avec Claude débute sur cette bifurcation : « J’ai été maître auxiliaire en sciences physiques à Tunis, pendant trois ans, de 1961 à 1964. En France, je n’ai fait qu’un an dans le public. À la rentrée 1964-1965, j’ai été embauché comme maître auxiliaire en maths. Il n’y avait que ça. L’enseignement public, je n’ai rien contre, mais j’ai tiré le mauvais numéro. Ce n’était pas ma matière, le lycée n’était pas bien et je n’étais pas encouragé à aller de l’avant. J’étais maître auxiliaire, je n’avais pas les concours, pas le Capes, je ne pouvais pas être titularisé. Si j’avais continué, bien sûr, j’aurais pu être titularisé, mais j’ai reçu une proposition intéressante pour travailler dans le privé hors contrat. Je n’étais pas propriétaire de mon poste à vie, mais c’était un CDI. J’ai fait toute ma carrière dans le privé hors contrat. » Son choix du privé hors contrat, dans une école où les juifs d’Afrique du Nord constituent la majorité de la clientèle, pourrait être interprété comme un repli communautaire ; il s’agit en fait d’un choix par défaut, ou plutôt par opportunité. Si Claude quitte l’enseignement public, c’est parce que les perspectives de carrière qui lui sont offertes dans le privé sont plus attractives. Le retard pris par la démocratisation de l’enseignement dans le supérieur et le faible nombre de diplômes du supérieur délivrés jusqu’aux années 1960 entraînent en effet une vive concurrence pour attirer les jeunes diplômés73 ; lorsque Claude est amené à examiner les mérites comparés du public et du privé, sa nationalité tunisienne est un élément déterminant dans la balance. L’établissement d’enseignement privé offre à Claude des perspectives de reconnaissance professionnelle rapide ainsi qu’un emploi de professeur dans sa spécialité, les sciences physiques. Étranger74, il ne peut passer les concours de l’enseignement public ; maître auxiliaire, il ne peut espérer être titularisé qu’au bout de plusieurs années d’enseignement. Certes, tous les maîtres auxiliaires, étrangers ou non, n’ont pas fait le choix de Claude et certains ont accepté les règles de ce long jeu de patience. Mais Claude ne présente aucune des caractéristiques qui auraient pu le maintenir dans le public. Tunisien, fils de Tunisiens, marié à une Tunisienne75, il n’a aucune expérience familiale de la fonction publique76, dont on sait qu’elle est d’un grand poids dans le recrutement des agents du public77. Sa lourde charge de famille l’oblige à parer au plus pressé : dès sa première année en France, il doit subvenir aux besoins de sa femme et de leur premier-né, mais aussi de ses parents qui viennent de les rejoindre. Le salaire supérieur proposé dans le privé finit de le convaincre. Pour entretenir sa famille, que la naissance d’un second fils en 1969 vient encore agrandir, Claude effectue « 44 heures de cours hebdomadaire, sans compter les cours à domicile le soir. Le dimanche, je corrigeais les copies. J’ai fait dix ans à ce rythme ».

25Lors de ses premières années en France, Jacqueline Choquet partage avec Claude cette charge familiale. Elle doit elle aussi loger ses parents, âgés, avant de leur trouver un petit studio dans le même immeuble. À son arrivée en France, l’emploi qu’elle trouve dans le privé, contre l’avis de ses professeurs, lui permet de terminer ses études, au prix d’une lourde charge de travail. Mais les vicissitudes des premières années de migration ne remettent pas en cause son avenir professionnel, pas plus qu’elles ne pèsent sur ses choix personnels. Française, fille de fonctionnaire78, tout contribue à l’orienter vers la fonction publique. La réussite aux concours lui assure un avenir professionnel qui la met à l’abri des soubresauts de la vie familiale. Si Claude avait été Français dès son arrivée en France, nul doute qu’il serait resté dans le public ; aux yeux de Claude, l’enseignement est public par définition, privé par défaut. D’emblée, il précise qu’« il n’a rien contre le public ». Lorsque son fils aîné, Français par déclaration puisque né en France, décide d’embrasser à son tour la carrière d’enseignant, il passe, avec succès, l’agrégation ; il est désormais enseignant dans un lycée parisien79.

26Par leur situation d’entre-deux colonial, les Français par acquisition occupent ainsi une position particulière dans l’économie urbaine qui leur ouvre des possibilités de continuité professionnelle en France. La proximité avec les Français s’arrête cependant aux portes des emplois protégés par une condition de nationalité. En revanche, pour les Tunisiens dénués de tout contact avec l’économie coloniale, la migration en France constitue une rupture dans leur parcours professionnel ; comme ils sont embauchés en France comme travailleurs étrangers, la place qu’ils occupent sur le marché du travail français est liée à leur statut d’étranger, c’est-à‑dire à leur distance avec l’économie et la société françaises, en Tunisie comme en France.

Discontinuité professionnelle et recrutement spécifique des travailleurs tunisiens

27Les Tunisiens des deux sexes présentent la double caractéristique de déclarer très rarement80 l’activité qu’ils exerçaient avant leur arrivée en France mais, en cas de déclaration, d’indiquer une continuité professionnelle systématique entre la Tunisie et la France. S’ils partagent la seconde caractéristique avec les Français de naissance, ils s’en distinguent donc par la première. Les trois Tunisiens qui précisent leur activité antérieure ont des profils familiaux et/ou professionnels particuliers ; la première81, une Tunisienne mariée tardivement, travaillait comme femme de ménage dans un cabinet d’avocats français avant l’indépendance. Le deuxième82 était membre de l’encadrement ouvrier dans de grandes entreprises industrielles tunisiennes. Quant au dernier83, il était déjà employé en Tunisie par la même entreprise que celle dans laquelle il a effectué toute sa carrière en France. Ces trois individus ont donc en commun d’avoir travaillé en Tunisie pour des employeurs affiliés à un régime de protection sociale, ce qui leur permet d’espérer faire valider leur parcours antérieur par le régime de retraite français.

28Les autres n’ont aucun intérêt à préciser leur ancienne activité. À l’époque du protectorat, seules les entreprises intégrées à l’économie coloniale offraient une protection sociale à leurs salariés84. L’immense majorité de l’économie tunisienne, rurale et agricole, en était tenue à l’écart. Après l’indépendance, le système de protection sociale fut lent à s’étendre à l’ensemble de la population active, le maintien d’un important secteur agricole, du sous-emploi et de formes d’emploi parallèles85 ayant persisté jusqu’à une période très récente86. Lors du passage à l’indépendance, l’absence d’intégration des Tunisiens à l’économie coloniale ôte toute pertinence à la notion de reclassement dans l’économie métropolitaine et engendre une forte discontinuité professionnelle entre la Tunisie et la France. Les trajectoires qui mènent en France mettent ainsi en jeu d’autres formes d’accès au marché du travail.

Les premiers recrutements collectifs en Tunisie

29Les entretiens montrent qu’à l’origine – directe ou indirecte – de la migration en France des Tunisiens, on trouve souvent une décision de recrutement organisé, plus ou moins en marge de la légalité. Abdelmajid Bellamine87 est arrivé en France en 1957. Sa venue s’inscrit dans le cadre de la coopération technique entre la France et la Tunisie nouvellement indépendante. « Je suis parti en 1957. J’ai fait la formation professionnelle pour adultes, sous l’égide des Affaires sociales tunisiennes […] J’étais dans le centre de Rennes. » Le processus de décolonisation et le départ des Français de Tunisie obligent en effet le nouvel État à penser la question de la formation des cadres techniques et administratifs. « La Tunisie a demandé des gens qui savent lire et écrire, qui ont une capacité niveau certificat d’études primaires. » Le recours aux centres français de formation professionnelle pour adultes (FPA) répond à un impératif de construction du jeune État tunisien. Des centres de recrutement, dépendant des services de l’Émigration, sont implantés dans toutes les régions de Tunisie. Un de ces centres s’installe à T., d’où sont originaires Abdelmajid et Salah. « Le ministère du Travail a demandé des gens aptes, qui savent lire et écrire et [les gens du centre de recrutement] m’ont envoyé à la rue Kleber à Tunis […] On passait là-bas un examen. Maths, français et dessin. On vous donne une feuille avec des plans et vous dessinez une vue de côté et une vue de face. On vous donne un dessin en plan et on a un questionnaire dessus. »

30Les personnes qui réussissent le test sont ensuite convoquées rue Kleber, où elles se voient remettre un passeport et des instructions pour le départ en France. Lors de cette première opération de recrutement, ils sont six originaires du gouvernorat de Béja à partir pour Rennes ; Abdelmajid est le premier habitant de T. à être recruté dans le cadre de la formation professionnelle. « On est parti d’ici à Marseille, on a trouvé des gens qui sont en relation avec le centre, qui nous ont amenés à la gare et qui nous ont mis dans le train. » À l’époque le voyage Marseille-Rennes prend une journée, à laquelle s’ajoute celle passée sur le bateau. Les stagiaires sont logés dans le centre. La formation dure six mois, au terme desquels Abdelmajid obtient son certificat avec la mention très bien. À la fin de la formation, les candidats sont libres de rester en France ou de revenir en Tunisie, quoique l’on ne sente pas, dans les propos d’Abdelmajid, une forte pression les incitant au retour. En 1957, le marché du travail tunisien connaît un fort taux de chômage88 qui conduit les autorités tunisiennes à encourager – ou du moins à ne pas décourager – les stagiaires tunisiens à s’installer en France. Parmi les 10 personnes de T. recrutées en 1957 à la suite d’Abdelmajid pour suivre une formation professionnelle en France, un seul, d’après Abdelmajid, est revenu en Tunisie, où il est devenu moniteur FPA jusqu’à sa retraite. La logique de recrutement par les centres FPA est donc assez proche de celle développée à la même époque par l’ONI.

31C’est en effet un processus identique qui conduit en France le frère aîné de Sadok Ghareb89. En 1960, les premiers contrats ONI arrivent à la mairie de M., ville du Sud-Est tunisien d’où est originaire la famille Ghareb. Son frère, qui est alors employé à la mairie, est l’un des premiers à prendre connaissance des possibilités d’emploi offertes en France et à prendre la décision d’émigrer. Le type de contrats proposé est similaire à l’offre faite par les centres FPA : le frère de Sadok est recruté pour un emploi du bâtiment. Comme dans le cas d’Abdelmajid, ces formes de recrutement collectif sont guidées par un principe d’encadrement ; encadrement de la migration tout d’abord, mais aussi encadrement de la main-d’œuvre en France. L’entreprise fournit non seulement le contrat de travail, mais aussi un logement dans une structure collective. « D’après ce que j’ai entendu, je crois qu’il y avait des baraques pour eux. » À l’écoute du récit de Sadok, on est pourtant surpris de cette mention de contrats délivrés par l’ONI, dont la première antenne ne sera implantée en Tunisie qu’en 1969. Le récit de Sadok souligne que cette situation n’interdit pas toute forme de recrutement organisé. De 1957 à 1963, l’absence d’accord de main-d’œuvre et l’existence d’un régime dérogatoire pour les Tunisiens créent un différentiel de coût entre la main-d’œuvre tunisienne et les autres travailleurs étrangers90. Ces années sont ainsi celles où les recrutements collectifs en Tunisie sont les plus avantageux pour les employeurs. Pour cette raison, ils jouent un rôle décisif dans les premiers mouvements d’émigration vers la France.

32Une première solution consiste à faire parvenir des contrats collectifs aux services d’émigration et de main-d’œuvre tunisiens, qui ont alors le loisir de redistribuer ces offres d’embauche dans les différentes régions. L’ONI joue ici un rôle d’intermédiaire dans le recrutement de travailleurs étrangers par le patronat français. Mais, contrairement au recrutement effectué dans le cadre de la FPA, l’envoi de contrats ONI n’offre aucune possibilité de contrôle des candidats par les employeurs français. Seules les missions de recrutement de travailleurs italiens par l’ONI ont permis aux employeurs de pratiquer une sélection ponctuelle à la fin des années 195091. Pour garantir un meilleur contrôle, certains d’entre eux n’hésitent donc pas à faire appel aux services d’intermédiaires officieux. Le recours du patronat français à des agents recruteurs92 qui procèdent à une sélection directe, en Tunisie, mais aussi au Maroc93, s’inscrit dans une longue tradition qui remonte à la fin du xixe siècle94. Les missions privées de recrutement sont attestées en Tunisie dès la fin des années 195095. Renault effectue ainsi plusieurs campagnes d’embauche directe de main-d’œuvre96. Les filières de recrutement collectif se fondent parfois sur l’existence d’échanges, économiques ou sociaux, préalables : dans le cas de la régie Renault, le choix d’un recrutement dans la région de Sousse s’explique ainsi par la présence d’une usine de construction automobile spécialisée dans le montage de véhicules Renault dans la banlieue de cette ville. En outre, les Français de Tunisie qui se reclassent dans les entreprises métropolitaines à partir de 1956 sont autant d’intermédiaires possibles dans ces opérations de recrutement. Le directeur du centre de Rennes qui accueille Abdelmajid Bellamine en stage de formation professionnelle est ainsi « un français tunisien de Sfax ; nous [étions] privilégiés par rapport à lui étant donné qu’il est tunisien de Sfax, français d’origine ». Cependant, les liens tissés, à l’époque coloniale et dans les premiers temps de l’indépendance, par les acteurs chargés des premiers recrutements de travailleurs tunisiens sont loin d’être systématiques. Les entreprises françaises qui recourent aux services d’agents recruteurs procèdent au recrutement collectif de travailleurs tunisiens non pas selon un principe de proximité, mais au contraire en raison de leur différence avec la main-d’œuvre nationale. Ce mécanisme explique la forte concentration initiale des Tunisiens dans les quelques secteurs d’activité qui pratiquent un recrutement organisé de main-d’œuvre étrangère.

33Le recours ancien et massif à une immigration de travail est souvent mis en relation avec la situation démographique de la France. Le lien entre immigration de travail et pénurie de main-d’œuvre est cependant complexe97. La France présente un déficit chronique de population active, en raison d’une transition démographique précoce et d’une faible natalité, mais aussi en raison du nombre de mutilés et inaptes des deux guerres mondiales. Pour pallier ce déficit de main-d’œuvre, plusieurs solutions s’offrent aux autorités et aux employeurs, comme le recours à la main-d’œuvre féminine, le maintien dans l’emploi des travailleurs âgés ou le reclassement des travailleurs mutilés et handicapés. L’appel aux travailleurs étrangers n’est ainsi qu’une possibilité parmi d’autres, que tous les États98 et tous les employeurs n’ont pas choisie. En outre, la pénurie de main-d’œuvre n’est pas également répartie et traduit une hiérarchie des préférences chez les nationaux, plus qu’un simple déficit démographique : le mécanisme d’appel aux travailleurs étrangers opère dès lors de façon sélective. L’existence d’un système de préférences et de hiérarchisation des postes et des secteurs d’activité explique la persistance de difficultés de recrutement dans les secteurs les moins prisés par la main-d’œuvre nationale, y compris en période de chômage de masse. La période des Trente Glorieuses relance le jeu de définition des préférences et de mobilité vers les « bons » emplois. Cette période de croissance économique sans précédent s’accompagne en effet d’une stagnation de la population active99, qui contraste avec la forte croissance de la population totale en raison du baby-boom100. Les pénuries de main-d’œuvre se font donc rapidement ressentir dans certains secteurs et relancent les opérations de recrutement collectif de travailleurs étrangers, et tunisiens en particulier.

34La description des emplois des natifs de Tunisie101 permet de dégager certains éléments de définition des « mauvais » emplois. Les emplois occupés par les Tunisiens et les Italiens de notre échantillon possèdent la triple caractéristique d’être mal rémunérés, plus flexibles et plus souvent ouvriers102 que les « bons » emplois occupés par les Français. Ces trois critères ne se recoupent cependant pas parfaitement. Certains emplois peu recherchés, comme ceux d’éboueur ou d’agent de voirie dans les collectivités locales, sont en effet relativement bien payés et stables, quoique peu prisés. Dans la définition d’un « bon » emploi, il semble donc que les questions de prestige social attaché à l’emploi103 interviennent en premier ordre.

35Le cas du bâtiment, premier secteur d’emploi des Tunisiens, est emblématique de ce recours massif aux travailleurs étrangers pendant les Trente Glorieuses. Le recrutement d’Abdelmajid Bellamine s’effectue, nous l’avons vu, dans le cadre de la FPA. En pleine période de reconstruction, les métiers du bâtiment concentrent l’essentiel de l’effort en matière de formation professionnelle104. Cette priorité est encore renforcée par le lancement, en 1954, d’un programme de construction de 200 à 250 000 logements par le ministre du Logement et de la Reconstruction. Dans les centres FPA, la logique d’orientation vers les professions du bâtiment s’accompagne d’une affectation privilégiée des étrangers dans les métiers du gros œuvre105. Ainsi c’est une spécialité en béton armé qui est proposée à Abdelmajid à son arrivée au centre de Rennes. Au début des années 1960, les entreprises du bâtiment rencontrent de plus en plus de difficultés de recrutement. Alors que le bâtiment n’arrive plus à attirer de nouveaux travailleurs, la situation de pénurie est encore aggravée par un mouvement de fuite des salariés106. Dans la concurrence à laquelle se livrent les employeurs pour attirer la main-d’œuvre, la position relative du bâtiment tend en effet à se dégrader au cours des Trente Glorieuses. Le bâtiment occupe la dernière place dans la hiérarchie des salaires ouvriers masculins107 et connaît une dégradation relative du niveau des salaires offerts108. Au différentiel de salaires s’ajoute un différentiel dans les conditions de travail, en termes de congés hebdomadaires ou de contraintes physiques ou climatiques, particulièrement fortes dans le bâtiment109. Selon la théorie des primes compensatoires (compensatory wage differentials), pour assurer une bonne adéquation entre l’offre et la demande de travail, la pénibilité du travail devrait être compensée par un salaire plus élevé110, ce qui, dans le bâtiment, est loin d’être la règle. Toutes les conditions sont donc remplies pour expliquer la faible attractivité de ce secteur et le recours massif à une main-d’œuvre étrangère. Recrutés justement pour leur absence de ressemblance avec les nationaux, les travailleurs étrangers ne se substituent pas à la main-d’œuvre nationale mais apparaissent bien plus comme une main-d’œuvre complémentaire111.

36Si les Tunisiens connaissent une rupture professionnelle au moment de leur départ vers la France, c’est donc en raison de la logique de séparation et d’éloignement des populations qui prévaut dans la Tunisie coloniale, selon un principe d’opposition entre indigènes et colonisateurs, mais aussi en France métropolitaine, selon une opposition entre nationaux et étrangers. Au niveau des individus, c’est en revanche un principe de proximité avec la société coloniale qui joue un rôle déterminant dans le processus de sélection des premiers émigrés tunisiens.

La sélection des premiers migrants tunisiens : un effet différé de la colonisation

37Les Tunisiens qui partent dans les premières années de l’indépendance entre­tiennent une relation particulière avec la colonisation. Lorsque la question des premiers émigrés est évoquée dans les entretiens, il est souvent fait mention de liens tissés à la période coloniale.

38Cette relation avec la colonisation prend plusieurs formes. Elle peut tout d’abord revêtir celle de liens personnels ou professionnels avec des Français qui quittent la Tunisie à l’indépendance. La famille maternelle de Jacqueline Choquet est originaire du Nord-Ouest tunisien. Jusqu’à l’indépendance, la présence des Européens dans ces régions du Tell est essentiellement liée à la colonisation agricole112, qui a vu affluer dans cette zone rurale un grand nombre de colons européens113. En 1956, les fermes coloniales couvrent 40 à 45 % des terres cultivables de la région du Tell114, qui concentre les deux tiers des biens coloniaux agricoles115. Après l’indépendance, une partie des membres de la famille de Jacqueline a poursuivi ses activités agricoles en France. Installé dans le Sud-Ouest, comme de nombreux autres exploitants français de Tunisie, l’oncle maternel de Jacqueline a fait venir avec lui son « homme de confiance », qui a travaillé sur l’exploitation toulousaine jusqu’à sa retraite – et son retour en Tunisie. Un des frères cadets de cet oncle est également devenu exploitant agricole en France ; la jeune femme tunisienne qui s’occupait de la maison en Tunisie a suivi un temps la famille en France, avant de revenir elle aussi en Tunisie.

39Fréquemment, les liens des premiers émigrés avec la colonisation sont plus indirects. Si Abdelmajid Bellamine a un rapport particulier avec l’entreprise coloniale, c’est moins en raison de liens personnels qu’en raison de son niveau de scolarisation. À cet égard, il fait déjà figure d’exception au sein d’une population tunisienne qui compte près de 85 % d’analphabètes en 1956. Situé dans la même région nord-ouest qui a vu naître Jacqueline, son bourg d’origine joue le rôle de marché local à l’échelle de la délégation. La colonisation agricole a entraîné dans son sillage une foule de commerçants et d’artisans européens et, jusqu’à l’indépendance, les salons de coiffure, les cafés et les commerces du centre-ville sont tenus pour la plupart par des Européens, Français ou Italiens. L’infrastructure scolaire de T., particulièrement développée pour une région rurale, avait pour fonction de répondre aux besoins de la population européenne installée dans la région. Bon élève, Abdelmajid a ainsi effectué toute sa scolarité à l’école franco-arabe de T., aux côtés des enfants d’Italiens, de Français et de Tunisiens.

40Comme en France à la même période, c’est à la fin de la formation primaire que les chemins entremêlés des élèves de la « franco-arabe » se séparent. Le système scolaire du protectorat reproduit en effet presque à l’identique le schéma dualiste de l’enseignement français, ajoutant à la bipartition entre un modèle de jeunesse populaire et un modèle de jeunesse bourgeoise116 un principe de sélection selon le statut dans la société coloniale, qui distingue les Français des autres Européens et plus encore des « indigènes ». À la fin du primaire, trois voies s’offrent aux enfants de la « franco-arabe ». Si la plupart d’entre eux arrêtent leur scolarité, certains passent leur certificat d’études primaires, qui leur permet de poursuivre leurs études au lycée à Tunis, tandis qu’un troisième groupe poursuit sa scolarité dans le système d’ensei­gnement tunisien, aux principes de fonctionnement complètement différents. C’est cette troisième voie que choisit Salah, le frère aîné d’Abdelmajid. Après un court passage à la « franco-arabe », il part pour Tunis où il poursuit ses études à la prestigieuse université de la Zitouna. En entrant à l’école de la grande mosquée de Tunis, Salah suit ainsi les traces de ses oncles, devenus juges ou notaires, mais surtout celles du grand-oncle, considéré comme le fondateur de la famille Bellamine, et dont la migration et l’ascension professionnelle occupent une place centrale dans les conversations – et la mythologie – familiales. Originaire de Kairouan, ce grand-oncle est devenu juge117 à T., après des études menées à la Zitouna. Le passage de Salah à l’école de la grande mosquée est donc une façon explicite de s’inscrire dans la tradition familiale.

41L’expérience scolaire d’Abdelmajid est bien différente : au départ, leurs chemins sont pourtant parallèles ; Abdelmajid entre à l’école franco-arabe, où il effectue toute sa scolarité. Mais à la fin de sa scolarité primaire, sa trajectoire prend une orientation qui le laisse profondément meurtri. Pourtant bon élève, il ne peut poursuivre ses études au-delà de l’instruction primaire. C’est avec une grande amertume qu’il revient, au cours de l’entretien, sur cette période : « je n’ai pas eu le certificat d’études primaires. Ils ne voulaient pas le donner. C’était comme ça la vie d’avant – ils voulaient qu’on reste esclaves. Si tu étudies et que tu as le niveau, ils te laissent pas le passer. » La scolarité d’Abdelmajid s’interrompt donc brutalement sur un sentiment d’injustice. Pour les Tunisiens, le passage du certificat d’études primaires est une voie d’exception, réservée aux fils des familles les plus riches ou à quelques très bons élèves, particulièrement doués et sursélectionnés118. On comprend mieux le sentiment de fierté qui imprègne les propos d’Abdelmajid lorsqu’il évoque sa réussite au test de sélection et au certificat de formation professionnelle en France, obtenu avec la mention très bien. Cette réussite est vécue par Abdelmajid comme une forme de revanche, qui génère cependant des sentiments ambivalents ; si elle permet en partie de rétablir une situation d’équité, plus respectueuse de ses qualités personnelles, elle vient aussi confirmer l’injustice subie quelques années plus tôt et redouble le sentiment d’amertume éprouvé par Abdelmajid. Les liens de la famille Ghareb avec la France sont également noués à la période coloniale, à la génération précédente. Le père de Sadok « connaissait bien la France », non pour y avoir séjourné, mais pour avoir été lui aussi à l’école française – « Il parle mieux que moi, il écrit mieux et il parle mieux », reconnaît Sadok – et pour avoir fait la guerre pour la France en Tunisie. Son frère aîné, un des premiers émigrés de la ville de M., a lui aussi un bon bagage scolaire ; cette formation lui permet d’être embauché comme chef de travaux par la ville de M. et d’être ainsi l’un des premiers informés de l’existence de contrats pour la France.

42Ainsi, à l’examen des modalités d’entrée sur le marché du travail français, il apparaît que la différence entre Français et Tunisiens tient essentiellement à la relative continuité de leur carrière, qui prolonge le principe de continuité territoriale sélective observé pour les statuts juridiques. Les modes d’accès au marché du travail français reflètent des différences de position initiale dans la société coloniale, qui frappent les parcours individuels de leur marque jusqu’en France, plus encore qu’ils ne révèlent des différences liées au type de migration – politique ou économique. La continuité professionnelle caractérise les individus qui étaient les plus intégrés à l’économie coloniale. Les Français du secteur privé et les populations de l’entre-deux colonial fondent leur reconversion professionnelle en France sur leur expérience de l’économie urbaine coloniale. La principale différence entre les Français de Tunisie et les populations de l’entre-deux colonial réside dans les possibilités de reclassement offertes par les emplois publics. Ainsi, pour les Français de Tunisie comme pour les catégories de l’entre-deux colonial, les mécanismes de push collectifs l’emportent largement : la décolonisation est d’abord marquée par le départ, organisé, des cadres administratifs et économiques coloniaux qui entraînent dans leur sillage l’ensemble des Français de Tunisie et des populations de l’entre-deux colonial.

43Dans cette transposition d’un marché du travail segmenté en France, les phénomènes de discontinuité les plus forts s’observent par conséquent chez les Tunisiens qui, à l’époque du protectorat, occupaient les positions les plus éloignées du cœur du système colonial. Dans leur cas, la migration résulte davantage de mécanismes de pull ou d’attraction sélective : les Tunisiens sont recrutés en tant que travailleurs étrangers pour occuper les emplois délaissés par les nationaux. Toutefois, ce principe d’éloignement vaut uniquement du point de vue de la catégorie de population à laquelle les Tunisiens sont rattachés, celle des travailleurs étrangers. Du point de vue des individus qui migrent, ce sont en revanche les plus intégrés au système colonial qui, selon un principe de proximité, partent les premiers.

44La transposition, en France, d’un marché du travail colonial segmenté est en partie permise par l’adoption de mesures institutionnelles destinées à encadrer l’entrée des originaires de Tunisie sur le marché du travail français. Cependant, ces mesures ne bénéficient qu’à une minorité de migrants. Chez les Français, seuls les titulaires de la fonction publique font l’objet d’une politique de reclassement systématique. Pour les Tunisiens, ce sont essentiellement les premiers émigrés qui quittent la Tunisie dans le cadre de campagnes de recrutement collectif. Qu’ils soient français ou tunisiens, la plupart des migrants échappent à ces formes d’institutionnalisation et doivent donc emprunter d’autres canaux, plus informels. De ce point de vue, le recours aux réseaux de relations dans la recherche d’un emploi contribue à amplifier les premiers mouvements migratoires impulsés par des décisions institutionnelles et à renforcer la segmentation du marché du travail.

Notes de bas de page

1 Voir CERC, 1999, p. 27-34 ainsi que Massey et al., 1993 et Massey et Espinosa, 1997.

2 Si les migrations politiques peuvent sans difficulté être intégrées à l’analyse en terme d’économie-monde, la théorie du push and pull est en revanche incompatible avec la réalité des flux internationaux de réfugiés politiques, les pays riches n’ayant attiré, depuis 1945, qu’une faible partie de ces flux.

3 Au moment de la reconstitution de carrière qui précède la liquidation du dossier de retraite, la caisse procède, de façon systématique, à des demandes d’informations complémentaires sur ces périodes d’absence de cotisations.

4 Seul un quart des dossiers contient des informations sur les emplois occupés en Tunisie.

5 Parmi les individus de sexe masculin, les dossiers de retraite mentionnent la carrière antérieure de 21 Français sur 47, de 4 Français par acquisition sur 18, de 2 Tunisiens sur 59 et d’un Italien sur 3 ; pour les femmes, on dispose de la carrière antérieure de 12 Françaises sur 47, de 4 Françaises par acquisition sur 8 et d’une Tunisienne sur 5.

6 Soit 45 % d’entre eux.

7 Ces pourcentages sont calculés à partir des 45 dossiers qui indiquent une profession antérieure en Tunisie.

8 Par économie coloniale, nous entendons les activités dominées par des intérêts français, du point de vue du capital et/ou des règles de décision.

9 Pour les hommes qui ont travaillé en général entre dix et vingt ans en Tunisie mais n’ont pu justifier du versement de cotisations sociales pendant cette période, il est essentiel de préciser l’activité qu’ils exerçaient avant leur arrivée en France ; cette information permet bien souvent de prendre en compte cette période d’activité en Tunisie pour le calcul du montant de leur retraite, une simple déclaration sur l’honneur étant suffisante dans la plupart des cas. Ces différences de calcul du montant de la retraite seront analysées plus en détail dans l’épilogue.

10 CAC, 880312, art. 22, loi 55-1086, 7 août 1955, publiée au Journal officiel du 17 août 1955, p. 8205.

11 Scioldo-Zurcher, 2010.

12 AN, F1A 51016, rapport confidentiel du centre d’orientation, d’accueil et de recasement pour les Français du secteur public et du secteur privé rentrant du Maroc et de Tunisie, 12 mai 1957.

13 Entretien du 16 mars 2005.

14 AMAE, Tunisie, 1956-1969, vol. 512, instructions concernant l’octroi de secours aux Français rapatriés du Maroc et de Tunisie, 25 janvier 1957.

15 AMAE, Tunisie, 1956-1969, vol. 510, note, 28 août 1961.

16 AN, F1A 5016, rapport du 12 mai 1957 déjà cité.

17 Le surendettement des entreprises françaises – commerciales, industrielles et agricoles – semble être lié à une politique libérale de crédit mise en œuvre par les autorités françaises dans le protectorat (voir AN, F1a 5016, rapport général de la commission interministérielle pour le reclassement des agriculteurs du Maroc et de Tunisie contraints de se réinstaller dans la métropole, 9 janvier 1958) ; les facilités d’installation à son compte contribuent en effet à entretenir le mythe d’une terre coloniale où l’enrichissement et la réussite professionnelle sont la règle.

18 AMAE, Tunisie, 1956-1969, vol. 510, projet Busson, 19 décembre 1957.

19 Duby et Wallon, 1977 et Moulin, 1988, p. 211 sq.

20 AMAE, Tunisie, 1956-1969, vol. 512.

21 La reconversion de certains agents de l’administration des protectorats dans les structures métropolitaines de l’association n’est sans doute pas étrangère à cette décision (AN, F1a 5016, chronologie des principales dispositions prises à la date du 15 novembre 1957 pour faciliter le reclassement en métropole des agriculteurs du Maroc et de Tunisie). Plus généralement, sur l’influence des agents coloniaux reconvertis dans l’administration métropolitaine, on se reportera à Spire, 2005a.

22 AN, F1a 5016, rapport du 9 janvier 1958 déjà cité.

23 Gravier, 1947.

24 Tel est en particulier le cas de la Société d’aménagement de la plaine de Corse ou de la Société d’aménagement du Bas-Rhône Languedoc, à l’inverse de la Société d’aménagement des Landes et Coteaux de Gascogne (AN, F1a 5016, note du secrétariat d’état à l’Agriculture sur le reclassement des agriculteurs du Maroc et de la Tunisie et les perspectives de création d’exploitations nouvelles avec les aménagements régionaux, juin 1957).

25 AN, F1a 5016, rapport du 9 janvier 1958 déjà cité et AN, F1a 5049, rapport de mission dans les départements du Sud-Ouest sur la réinstallation en métropole des agriculteurs français de Tunisie ou du Maroc pour le ministère de la Santé publique, sous-direction du peuplement, janvier 1958.

26 Chiffres cités par Scioldo-Zurcher, 2010.

27 Ce lieu d’implantation est fictif.

28 AN, F1a 5016, rapport du 9 janvier 1958, déjà cité.

29 ACNAV, dossier no 12094911.

30 70 % des Français de notre échantillon travaillaient, à l’époque coloniale, dans des petites structures.

31 ACNAV, dossier no 11037282.

32 ACNAV, dossier no 12175257.

33 Baduel, 1980b.

34 Voir chapitre 4.

35 Scioldo-Zurcher, 2010.

36 Memmi, 1985. Les déclarations de bonne intelligence entre colonisés et colonisateurs et entre toutes les communautés sont ainsi systématiques chez les enquêtés qui occupent la position de colonisateur, comme Jacqueline, ou la position d’entre-deux colonial, comme Claude. En revanche, le tableau brossé par les ex-colonisés est, nous le verrons, moins idyllique. Le déni de l’aide à la réinstallation fait ainsi écho au déni de la position de colonisateur.

37 Un quart de leurs dossiers mentionne ces informations.

38 Dans leur cas, la continuité professionnelle concerne la moitié des dossiers, contre 80 % chez les Français de naissance.

39 Battagliola, 2004, p. 82-83.

40 ACNAV, dossier no 11131232.

41 ACNAV, dossier no 122078054.

42 Il a alors 20 ans.

43 Sur l’analyse des carrières féminines, voir Grimm et Bonneuil, 2001.

44 Selon les résultats de l’enquête « Famille » de 1982 et 1990, cités dans Battagliola, 2004, p. 83.

45 Pour comprendre les choix d’activité féminins, il faudrait sans doute disposer d’informations complémentaires sur l’entourage familial des femmes de notre échantillon, en particulier sur les trajectoires professionnelles des mères et des conjoints, mais aussi sur le niveau de revenus du ménage, qui apparaît comme un élément déterminant dans le maintien d’une activité professionnelle chez les femmes. Voir Omnès, 1997, p. 306 et 309.

46 Les femmes qui présentent une discontinuité de carrière ont en moyenne 1,27 enfant au moment où elles cessent leur activité professionnelle.

47 Omnès, 1997, p. 302-303.

48 Parmi les femmes dont on peut reconstituer la carrière antérieure, 10 % n’ont jamais eu d’enfants ; celles qui ont été mère ont eu en moyenne 3 enfants. Ce chiffre est beaucoup plus élevé que celui observé pour les actives françaises nées au début du siècle, qui ont eu entre 1,6 et 2,19 enfants selon la génération (Omnès, 1997). Dans l’échantillon de Françoise Cribier, qui porte sur des femmes nées dans la première décennie du siècle, le nombre moyen d’enfants est de 1,9 par femme ayant eu au moins un enfant.

49 Rioux, 1983, p. 216.

50 Dans les années 1990, le taux de fécondité des étrangères se situait autour de 2,8 enfants par femme en âge de procréer contre 1,7 pour les Françaises (Legros, 2003).

51 Les Tunisiennes de notre échantillon ont eu en moyenne 5,2 enfants chacune, les Françaises par acquisition 4,14 enfants et les Françaises de naissance 2,66 enfants.

52 Les analyses qui suivent ont une faible valeur statistique car seuls 4 Français par acquisition sur les 18 de l’échantillon générationnel indiquent leur carrière antérieure en Tunisie.

53 L’implantation urbaine de la population juive tunisienne s’est encore accrue à la période coloniale. Voir Sebag, 1991, p. 184-186.

54 Voir à ce sujet le chapitre premier.

55 Sebag, 1991, p. 114-116.

56 Chouraqui, 1952, p. 237-241.

57 ACNAV, dossier no 11196423.

58 Entretien du 24 mars 2006.

59 Claude parle ici de lui et de son frère.

60 AMAE, Tunisie, 1956-1969, art. 489, lettre de la présidence du Conseil au MAE, 17 avril 1956, transmise au haut-commissariat de France en Tunisie le 19 mai ; réponse du haut­commissariat de France en Tunisie, 30 mai 1956.

61 Brubaker, 1997.

62 Voir Lochak, 1990, 1995 et 1999, ainsi que OMI, 1990.

63 Richer, 1986, p. 66.

64 Noiriel, 2001 p. 421-447.

65 Rosanvallon, 1990 et Gueslin, 1992a. Sur les nationalisations à la Libération, voir Prost, 1986.

66 En 1914, les fonctionnaires représentent 3,8 % de la population active. En 1975, ce pourcentage s’élève à 13,5 %, auxquels s’ajoutent les salariés des entreprises publiques. Dans les années 1990, la fonction publique emploie ainsi près d’un salarié sur quatre.

67 Noiriel, 1992 et 1988b, p. 284-287 ; Zalc, 2002, p. 70-84 et quatrième partie ; Zdatny, 1999. Voir aussi GISTI, 2000.

68 CERC, 1999, p. 106-107.

69 Aux postes de catégorie C de la fonction publique (employés et ouvriers), en 1982, 50 % des salariés ne sont titulaires d’aucun diplôme ou ont seulement un brevet, contre un peu plus de 60 % dans le privé (Pouget, 2005-2006, p. 151).

70 Les agents étrangers des collectivités publiques relèvent ainsi du régime général de la Sécurité sociale, et non du régime de la fonction publique. Voir le prologue.

71 Prost, 2004, chap. 7 et 8.

72 Prost, 2004, p. 328. Les emplois au statut précaire se multiplient à tous les degrés, y compris dans le supérieur.

73 Prost, 2004, p. 288.

74 Naturalisé en 1975, il est alors trop âgé et sa carrière trop avancée pour esquisser un retour au public.

75 Si Claude avait rencontré son épouse dans l’établissement public qui l’employait comme maître auxiliaire, il aurait sans doute consenti à rester en poste en attendant sa titularisation.

76 Son père était boucher dans la hara – ghetto juif – de Tunis.

77 De Singly et Thélot, 1989. Voir aussi Audier, 2000.

78 Son père était fonctionnaire des impôts en Tunisie.

79 Les enfants de deux parents immigrés ont pourtant 2,7 fois moins de chance d’entrer dans la fonction publique que les enfants de parents nés en France (Pouget, 2005-2006, p. 159). Le fils de Claude a sans doute bénéficié de l’expérience, quoique courte, de son père dans l’enseignement public et de son attachement à la profession d’enseignant, dont on a vu qu’à ses yeux, elle s’exerçait par défaut dans le public.

80 Rappelons que, pour les hommes tunisiens, seuls 3 % des dossiers mentionnent la carrière antérieure.

81 ACNAV, dossier no 13597686.

82 ACNAV, dossier no 12295051.

83 ACNAV, dossier no 13356492.

84 Voir Guederi, 2006, notamment p. 66-67.

85 En 1975, le secteur agricole employait encore 41 % de la population active tunisienne, le taux de sous-emploi dans l’agriculture étant de 40 %. Par ailleurs, on comptait 15 % de chômeurs déclarés au sein de la population active totale (chiffres cités par Taamallah, 1983, p. 187-200, en particulier, p. 189). Voir aussi Dubois, 1973.

86 Dans les années 1990, l’emploi informel représenterait près de 40 % de l’emploi féminin et 58 % de l’emploi masculin (Jomni, 2002).

87 Entretien avec Abdelmajid et Salah Bellamine, 1er septembre 2005.

88 Letaief Azaïez, 2000, p. 59 et Toumi, 1989, p. 51-55.

89 Entretien du 1er juillet 2005.

90 Voir chapitre premier.

91 Voir chapitre premier.

92 Henneresse, 1979.

93 Cegarra, 1999.

94 Bonnet, 1976, Ponty, 1988 et Collomp, 1996.

95 CAC, 880312, art. 22, liasse 3, procès-verbal de la 1re réunion interministérielle relative à l’élaboration d’un projet concernant la main-d’œuvre tunisienne en France, 10 janvier 1958.

96 Simon, 1995, en particulier p. 105.

97 Noiriel, 2001, p. 279-304.

98 La Suède a ainsi privilégié le reclassement des mutilés et des inaptes ainsi que l’intégration des femmes sur le marché du travail, en facilitant les aménagements entre vie familiale et vie professionnelle.

99 La population active reste stable, autour de 20 millions de personnes.

100 La population totale résidant en France passe de 40,3 millions d’habitants en 1946 à 47 millions en 1962 et à 52,6 millions en 1975, soit une augmentation de 30 % en trente ans.

101 Voir le prologue.

102 On retrouve ici la distinction entre emplois ouvriers et emplois non ouvriers, définie par Marc Maurice, François Sellier et Jean-Jacques Silvestre comme un élément central du rapport salarial en France.

103 Cette réflexion sur la qualité du travail et les systèmes de préférence est en particulier au cœur de la notion de salaire juste, proposée par George Akerlof (sur ce sujet, voir Cahuc et Zylberberg, 2004, p. 254-256 ou Piketty, 2001b, p. 92).

104 Dominique Saint-Jean, « De la terre aux métiers du bâtiment : les Italiens du Sud-Ouest dans le deuxième après-guerre. Le cas du centre FPA de Bordelongue », in Colin, 2001, p. 147.

105 Dominique Saint-Jean, « De la terre aux métiers du bâtiment : les Italiens du Sud-Ouest dans le deuxième après-guerre. Le cas du centre FPA de Bordelongue », in Colin, 2001, p. 147, p. 151-152 : à propos de l’accueil des stagiaires étrangers, certains témoins affirment « ne pas avoir été autorisés à s’inscrire dans la spécialité de leur choix, alors que les Français auraient été moins limités ». Le gros œuvre regroupe ainsi les deux tiers des Italiens du centre de Bordelongue, contre un tiers pour les Français d’origine italienne.

106 Campinos-Dubernet, 1985, p. 276.

107 Silvestre, 1973.

108 Campinos-Dubernet, 1985, p. 289-290 et Boyer, 1978.

109 Campinos-Dubernet, 1985, p. 299.

110 Cahuc et Zylberberg, 2004, p. 250-254.

111 Les théoriciens du dualisme insistent notamment sur cet effet de complémentarité plutôt que de substitution entre main-d’œuvre étrangère et main-d’œuvre nationale.

112 Le nord-ouest de la Tunisie est une importante région agricole depuis l’Antiquité. Voir Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, tome 2, La crise de l’Empire (161-284), Paris, Seuil (coll. « Points. Histoire »), 1974, p. 111-127.

113 Les raisons de ce phénomène sont essentiellement liées à la structure foncière de cette région. La progression de la colonisation agricole s’est surtout faite aux dépens des zones de habous publics et des domaines privés, détenus par de grands propriétaires citadins absentéistes. La majorité des habitants de la région a donc toujours connu une situation de métayage ou de salariat agricole. Voir Sethom, 1992 et Simon, 1978, p. 29-38.

114 Sethom, 1992, p. 20.

115 Simon, 1978, p. 34.

116 Voir Prost, 2004, p. 515-545. Les Français et les Italiens qui fréquentent la « franco-arabe » sont en général les enfants des artisans, petits commerçants ou des ouvriers européens. À l’inverse, ceux des familles les plus aisées effectuent en général la totalité de leur scolarité dans les lycées français de Tunis, comme pensionnaires ou en résidence chez des membres de la famille.

117 La ville de Kairouan est considérée comme la capitale religieuse de la Tunisie, ce qui contribue à la légitimité professionnelle de cet homme, la religion et le droit étant étroitement liés dans la tradition musulmane.

118 Nos observations personnelles nous laissent penser que ces enfants étaient l’exception. De la génération des personnes nées au début des années 1940 – la dernière à avoir effectué sa scolarité en situation coloniale – seuls trois enfants tunisiens de T., sur plus d’une vingtaine d’élèves, ont poursuivi leurs études à Tunis, dont un seul enfant issu d’une famille populaire. Cette remarque s’appuie cependant sur de simples observations, sans fondement statistique.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.