Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 13-24


Texte intégral

1Tunis, Bab-al-Bhar, 1879. « Mon grand-père vient d’avoir quatorze ans, il se promène […], il voit une pomme tomber des bras d’un homme. On reconnaît que l’homme est français, il porte des gants blancs, une canne sculptée dans une main, un panier de pommes dans l’autre. […] Mon grand-père court ramasser la pomme et la tend à l’homme. Voilà votre pomme, monsieur, elle était tombée de votre panier. C’est ce qu’il ne dit pas. Il tend juste la pomme au monsieur très élégant, sans un mot. […] L’homme dit merci. Très bas. Peut-être sans sourire […]. Mon grand-père le regarde, ne comprend pas le français. Il entend la voix basse de l’homme, mais un doute soudain dans ses yeux : est-ce que ce mot à peine chuchoté veut dire merci ou voleur ? En quatre secondes, une grande passion se lève aussitôt en lui. […] La décision est prise. Dans le regard qu’il adresse à cet homme, on peut lire qu’il apprendra le français dès ce soir, qu’il ne pourra plus rester avec ses yeux d’ignorance devant tous ces nouveaux venus qui ont l’air de trouver ce pays bien agréable et qui vont sans doute s’y installer1. »

2Deux ans plus tard, « le pays n’est […] ni un royaume ni une république. C’est un protectorat, le mot est lancé, il est aussitôt adopté. Quand on croit aux mots, on prend tout en vrac, sans réfléchir. Dans ce vrac, il y a des princes, des fellahs, des beys, des colons, des agriculteurs et toutes sortes de visages différents, suivant les quartiers. Des Grecs, des Maltais, des Turcs, des Livournais, des Portugais, des Berbères, des Siciliens, des Espagnols2. » C’est dans ce pays qui n’est ni un royaume ni une république qu’est née Colette Fellous, la petite-fille du jeune garçon de quatorze ans. « Le français est [sa] langue maternelle, [sa] seule langue. La langue maternelle [de son grand-père], l’arabe, [elle] ne l’[a] jamais parlée3. » C’est aussi dans ce ni royaume ni république que César Di Pietro, Azzedine Zghaier, Zouiza Maarek, Jacqueline Choquet, Claude Bellaiche et Abdelmajid Bellamine sont nés, entre le début du xxe siècle et la fin des années 1930, à une époque où la porte de la mer ne s’appelait déjà plus Bab-al-Bhar, mais la porte de France.

La mosaïque tunisienne

3Sous le protectorat, la Tunisie est peu à peu devenue ce que l’on nommerait désormais une société multiculturelle. En 1946, le pays compte 3 230 952 habitants parmi lesquels près de 144 000 Français, 100 000 « Européens » – dont 85 000 Italiens – et 87 000 « autres Musulmans4 ». Cette « Tunisie mosaïque5 » a une existence pluriséculaire. Une importante communauté juive y est implantée depuis l’Antiquité6. Les siècles suivants ont vu s’installer des Turcs, des juifs chassés de la péninsule Ibérique, des Libyens… À l’époque contemporaine, ces migrations s’accentuent encore. Dès le milieu du xixe siècle, on compte à Tunis plus de 10 000 étrangers originaires du Bassin méditerranéen, maltais, italiens, grecs ou français7. L’administration coloniale hérite donc d’une situation qui lui préexiste largement, mais qu’elle contribue à perpétuer. L’instauration du protectorat en 1881 ne détruit nullement les institutions politiques et administratives tunisiennes, le bey étant censé conserver sa fonction souveraine. Ainsi, les statuts personnels distincts des juifs et des musulmans ressortissants du bey restent en vigueur8.

4Les autorités coloniales ne se contentent toutefois pas de reprendre ces catégories préexistantes, elles contribuent à en modifier les contours en introduisant de nouveaux principes de catégorisation. La définition des identités par l’administration coloniale repose sur un savant mélange entre des critères de distinction « ethnico-culturels », inconcevables en métropole, et des critères fondés sur l’appartenance à un État-nation. La principale ligne de clivage, qui distingue les Européens des indigènes, en recouvre une seconde, qui distingue les Français des autres Européens et les Tunisiens musulmans des Tunisiens israélites9. Musulmans, israélites, Européens – au premier rang desquels les Italiens – et Français constituent ainsi autant de catégories administratives courantes dans le protectorat, utilisées en particulier pour le recensement de la population. Si, à l’époque coloniale, être « français », « italien », « tunisien musulman » ou « tunisien israélite » veut dire quelque chose, c’est parce que ces catégories renvoient à des positions sociales et juridiques différentes, le droit venant ici objectiver et réifier des appartenances sociales.

5Cette mosaïque fait de la Tunisie de la première moitié du xxe siècle un ensemble complexe à définir. Comme le rappelle Lucette Valensi, la Tunisie coloniale est une société fragmentée en sous-ensembles qui sont autant d’éléments inégaux et séparés. Cette logique de la distinction se matérialise dans l’espace social et économique10, mais aussi dans l’espace urbain, structuré selon un principe de regroupement communautaire par quartiers11. À Tunis, la porte de France marque la séparation entre la ville coloniale et la ville arabe. Colette Fellous évoque cette frontière tacite : « je n’ai pas franchi la porte de France avant l’âge de seize ans, c’est inconcevable, vous ne trouvez pas ? Je m’arrêtais toujours à cette frontière. La ville arabe était de l’autre côté mais on n’y allait jamais. Un jour, j’ai remarqué un […] tissu légèrement brillant, très souple […]. On m’a dit qu’il venait du souk des tissus, là-bas, derrière la rue de l’Église. Alors j’ai compris qu’à cent mètres de mon pays, il y avait le vrai pays. Je suis entrée […], je reconnaissais tout, même si c’était ma première fois12. » Si les communautés se côtoient au quotidien, du moins dans les villes et dans certaines régions rurales ou minières, elles sont donc loin de se fondre les unes dans les autres, leurs contours étant matérialisés par des frontières juridiques et socio-économiques.

6Pour autant, ces unités sont « scellées les unes aux autres » par la position relative que chacune occupe dans le dessin d’ensemble13 : cette définition par comparaisons réciproques tend à donner une coloration proprement tunisienne à chaque groupe. En outre, les frontières entre communautés ne sont pas complètement étanches, moins sous l’effet des mariages mixtes14 que sous l’effet des politiques de scolarisation et de naturalisation menées par les autorités coloniales. À défaut d’être un espace de mixité sociale, les écoles françaises sont en effet un lieu de mixité communautaire. La politique de naturalisation joue également en faveur d’une certaine fluidité entre les groupes. Les Français de Tunisie sont en partie les enfants de Français qui sont venus tenter leur chance dans la régence depuis la signature du traité du Bardo en 1881. Mais une partie non négligeable d’entre eux est constituée d’enfants des minorités européennes – italiens, maltais, russes, grecs, espagnols… – et d’une petite poignée d’enfants tunisiens, juifs le plus souvent, ayant acquis la nationalité française.

7En 1956, l’avenue de France porte toujours le même nom, elle mène toujours à la porte de France – ou Bab-al-Bhar, c’est selon –, mais dans son prolongement Habib Bourguiba a remplacé Jules Ferry. Que sont devenus les hommes et les femmes qui, nés dans la première moitié du siècle dernier, ont atteint l’âge adulte au moment où l’indépendance de la Tunisie est proclamée, le 20 mars 1956 ?

8Une grande partie a quitté la Tunisie. Certains pour quelques années, d’autres définitivement – c’est le cas de la majorité des ressortissants européens, mais aussi de la quasi-totalité des juifs tunisiens et d’une part non négligeable des Tunisiens musulmans. Les flux migratoires à destination de la Tunisie étant sans commune mesure avec ceux de la première moitié du xxe siècle, les différentiels de natalité et de mortalité ont fini de modifier l’équilibre des populations. En 1966, les étrangers ne représentent plus que 1 % de la population résidant en Tunisie, contre un peu plus de 10 % en 1946. On ne compte plus que 16 000 Français, 10 500 Italiens et un peu moins de 6 000 autres Européens. Parmi eux, rares sont ceux qui sont nés en Tunisie : la communauté française s’est à la fois renouvelée et rajeunie, sous l’effet de l’arrivée de nouveaux migrants, coopérants venus en Tunisie après l’indépendance. Les Européens nés en Tunisie ont vieilli : en 1975, la communauté italienne n’est plus composée que de 3 130 personnes et compte en son sein 30 % de personnes de plus de 65 ans15.

9Ainsi, en moins de quinze ans, la Tunisie a connu un changement total d’identité ; elle a perdu son caractère de société coloniale et multiculturelle pour devenir un État indépendant, arabe et musulman16. Le départ de la quasi-totalité de la population juive tunisienne17 a tendu à faire coïncider la réalité sociale du pays avec la nouvelle définition de l’identité nationale tunisienne. Les premières décennies de la Tunisie indépendante ont correspondu à une perte de mémoire, laissant dans l’ombre la période coloniale et avec elle le souvenir de son passé de société multiculturelle. Cette période d’amnésie collective a récemment pris fin, sous l’effet d’un travail de mémoire et d’une mobilisation de nombreuses associations d’originaires de Tunisie18. Bien qu’elle tende à refaire surface dans les mémoires collectives et dans le débat politique19, la mosaïque tunisienne est cependant bel et bien dispersée et appartient désormais à un passé révolu.

10La majorité des individus qui composaient cette mosaïque s’est installée en France. Celle-ci constitue le lieu de destination de la quasi-totalité des Français, dont, rappelons-le, une large partie ne disposait d’aucune attache familiale en métropole et ne connaissait de la France que le visage qu’elle avait donné d’elle sous le protectorat. L’ancienne puissance coloniale est également le lieu de destination d’une partie des Italiens, déjà adultes, dont les enfants étaient principalement français. Les Tunisiens ne sont pas restés en marge de ce mouvement migratoire vers la France, principale destination des migrants tunisiens, loin devant de la Libye, la République fédérale d’Allemagne ou l’Italie20. Dans ce mouvement, l’émigration des juifs tunisiens a tourné progressivement à un exode qui les a conduits pour la plupart en France ou en Israël21, où ils ont bien souvent acquis la nationalité de leur pays d’accueil.

Les natifs de Tunisie : un laboratoire privilégié d’observation

11Les individus qui constituent le matériau de notre recherche sont nés en Tunisie à l’époque du protectorat ; désormais à la retraite, ils ont tous exercé, à un moment ou un autre de leur vie, une activité professionnelle en France22. On peut ainsi définir l’ensemble de ces migrants comme une population, c’est-à-dire un groupe d’individus présentant des caractéristiques sociales communes, dont l’intérêt réside dans les possibilités de comparaison de ses composantes internes. Les migrants de Tunisie sont en effet caractérisés par la diversité de leurs statuts juridiques : si certains sont nés français en Tunisie, d’autres le sont devenus, en Tunisie ou, plus fréquemment, en France ; d’autres enfin, nés tunisiens ou italiens, le sont restés jusqu’à la fin de leur vie. Les motivations qui les amènent à gagner la France sont également multiples. Les migrations des Français de Tunisie s’apparentent à un rapatriement vers la métropole, dans un contexte de bouleversement politique lié à la décolonisation ; celles des Tunisiens s’apparentent soit à une immigration de travail, soit à une immigration politique, en particulier pour les juifs tunisiens qui quittent en masse le pays après l’indépendance.

12Rendre compte de la diversité de cette population migrante suppose de lier histoire de l’immigration – comprise comme une analyse des migrations de personnes nées étrangères au moment de leur déplacement au-delà de frontières étatiques – et histoire des migrations – incluant les migrations de nationaux dans un contexte de décolonisation23. En prenant comme point d’observation les migrations en provenance de la Tunisie coloniale, puis postcoloniale, il s’agit ainsi d’étudier ensemble des phénomènes qui, généralement, sont analysés séparément. Une telle entreprise oblige à employer une terminologie peu habituelle, celle des « natifs de Tunisie ». Son usage a suscité bon nombre de réactions d’étonnement ou d’incompréhension, conduisant à d’incessantes précisions sur le fait que, par natif de Tunisie, il ne faut pas entendre seulement « Tunisien ». Parmi les enquêtés, les moins surpris ont été les Tunisiens : ils semblent avoir parfaitement intégré le fait qu’ils étaient ou qu’ils avaient été des immigrés et que, sans conteste, les migrants de Tunisie, ce sont eux. En revanche, le choix d’un tel sujet de recherche a davantage déconcerté les personnes nées françaises en Tunisie. L’enjeu est précisément d’interroger la pertinence des formes d’appar­tenance habituellement jugées comme allant de soi et d’étudier l’influence des « identités de papiers24 » – qui définissent un individu comme « protégé », « étranger » ou « national » – sur le cours des trajectoires professionnelles.

13La Tunisie constitue un laboratoire hors du commun pour étudier ces questions, en raison de la multiplicité des statuts en période coloniale, mais aussi de la temporalité particulière des migrations qui aboutissent à la dispersion de la mosaïque tunisienne. À la différence de l’Algérie, où le conflit armé radicalise les positions et entraîne un départ massif des Français en 1961 et 1962, en Tunisie, le processus de décolonisation dure une dizaine d’années et donne lieu à un étalement dans le temps des départs pour la France. Le premier pic migratoire est consécutif à l’accession de la Tunisie à l’autonomie puis à l’indépendance : entre 1955 et 1957, une grande partie des Français de Tunisie ainsi que les premiers émigrés tunisiens quittent le pays. Ils sont suivis par une grande majorité des Européens installés en Tunisie à l’époque du protectorat. Entre 1961 et 1964, le deuxième pic correspond à une phase d’achèvement de la décolonisation militaire et économique de la Tunisie, marquée par la crise de Bizerte en 1961 et par la nationalisation des terres agricoles en 1964 ; cette période voit le départ des derniers Français nés en Tunisie à l’époque coloniale. Elle marque aussi une accélération des migrations de Tunisiens, dont témoigne la signature, en 1963, d’un accord franco-tunisien de main-d’œuvre. Déstabilisées par les transformations du contexte politique et socio-économique, les populations de l’entre-deux colonial25, en particulier les Italiens et les juifs tunisiens, suivent le même rythme de départ. Le dernier pic prend place à la fin des années 1960. En 1967, la guerre des Six Jours entraîne un départ massif des juifs tunisiens ; à cette période, les migrations de travailleurs tunisiens connaissent également leur apogée, avant de décliner à partir de 1974.

14Une telle convergence permet d’analyser l’influence des facteurs de différenciation de ces sous-populations sur les trajectoires individuelles. Si des migrants de statuts différents arrivent sur le marché du travail à la même date mais connaissent des parcours ultérieurs divergents, c’est sans doute que l’effet de statut aura joué un plus grand rôle. L’enjeu d’une analyse des trajectoires de migrants, nationaux et étrangers, est donc de contribuer à la compréhension des mécanismes de mobilité professionnelle et sociale, dont certains ressorts sont encore mal connus.

15Apparues tardivement en France26, les études de mobilité ont longtemps laissé dans l’ombre les étrangers27. Cette absence est souvent mise en relation avec la longue prédominance d’une conception unitaire et assimilationniste de la nation28, qui expliquerait la faible attention accordée, dans la statistique publique, à l’origine nationale. Cette absence ne saurait toutefois être imputée au seul mode de construction des statistiques29. L’immigration, qui a cessé depuis longtemps d’être un « non-lieu de mémoire30 », n’est pas le seul point aveugle des enquêtes de mobilité. Si les étrangers ont été, avec les femmes31, les grands oubliés de l’analyse de la mobilité, c’est avant tout en raison des conceptions dominantes du travail : considérés comme une main-d’œuvre d’appoint, périphérique, ils ne permettraient pas de comprendre le cœur de l’activité économique.

16Pourtant, dans l’histoire de l’immigration, la figure du « travailleur immigré » a longtemps occupé une place centrale et même constitutive de ce champ de recherche32. Mais, empreinte des problématiques de l’époque, l’analyse du travailleur immigré restait centrée sur les groupes sociaux et faisait une faible part aux trajectoires individuelles. Depuis les années 1980, à quelques notables exceptions près33, la figure du travailleur immigré est devenue moins centrale. Avec le déclenchement de la crise et l’apparition d’un chômage de masse, « le travailleur immigré, catégorie centrale à l’époque des Trente Glorieuses, » a en effet cédé « la place au beur, catégorie beaucoup plus floue34 » et aux interrogations sur les « deuxièmes générations » et sur les « communautés », formulées de plus en plus souvent en termes culturels, dans le débat public comme dans les travaux scientifiques. Le développement d’orientations culturalistes dans les sciences sociales témoigne également d’un scepticisme croissant à l’égard des approches macroscopiques, dominantes à l’époque où l’approche socio-économique était reine. Les travaux menés depuis les années 1990 ont toutefois posé les jalons d’un renouveau de l’analyse de la figure du travailleur immigré35 : les études sur les trajectoires sociales d’étrangers36 et les travaux consacrés à l’analyse des effets sociaux du droit37 et des interactions entre trajectoires sociales et statuts juridiques38 ont ouvert des perspectives particulièrement fécondes pour l’analyse des phénomènes migratoires39 et des populations40. Les migrants de Tunisie offrent un terrain d’observation privilégié pour explorer ces problématiques.

17Les Tunisiens connaissent-ils une plus faible mobilité sociale que les Français de Tunisie ? Les voies de la mobilité qu’ils empruntent sont-elles les mêmes que celles des actifs français ? En arrière-plan d’une telle analyse de la mobilité professionnelle se profile l’image emblématique de « l’immigré OS à vie41 », figure centrale des Trente Glorieuses dont il s’agit ici d’interroger la réalité. Cette figure vaut-elle seulement pour les étrangers, pour tous les étrangers et pendant toute leur carrière ? Est-elle le reflet d’une moindre qualification des étrangers ou faut-il, au contraire, y voir une caractéristique des espaces de travail qui les emploient ? La non-qualification et l’exercice d’un emploi ouvrier sont-ils le fait de tous les étrangers ? Les trajectoires individuelles suivent-elles un schéma d’intégration temporelle qui permet aux étrangers de se rapprocher peu à peu des moyennes nationales ? Seule une analyse longitudinale est susceptible d’éclairer ces questions.

18Plus globalement, l’analyse des trajectoires des migrants de Tunisie a pour objectif de renouveler le point de vue porté sur les trajectoires professionnelles. En proposant une analyse croisée des parcours individuels et des espaces sociaux dans lesquels ils prennent place, il s’agit de s’affranchir du regard atomiste dont sont habituellement empreintes les études de mobilité, attentives aux seuls individus et à leur parcours, et de réconcilier deux courants de l’histoire et de la sociologie du travail – l’analyse de la mobilité et l’analyse des relations industrielles – qui se sont développés séparément, dans une forme d’ignorance mutuelle. La trajectoire socioprofessionnelle est ainsi définie comme le cours pris par la vie au travail d’un individu, cours qui est certes modelé par les choix personnels mais qui prend corps dans un ensemble, la société, où l’individu rencontre d’autres individus, mais aussi des groupes et des institutions – en particulier les entreprises et l’État – dont le fonctionnement est régi par des règles, notamment par des règles de droit. Pour analyser les trajectoires des migrants de Tunisie, le point de vue adopté dans ce travail se veut donc global : il repose sur l’hypothèse que la compréhension de ces vies au travail et hors travail ne peut émerger que d’une prise en compte conjointe du mode de fonctionnement du marché du travail et des principes qui régissent la mobilité professionnelle et sociale, mais aussi des trajectoires migratoires et de la façon dont se construisent les identités sociales.

Analyser les dossiers de retraite à la lumière des déclarations sociales des entreprises

19Les sources sur lesquelles se fonde cette étude ont été constituées dans un souci de mesure statistique des effets d’ensemble mais aussi en portant attention aux stratégies individuelles. Le matériau utilisé est donc essentiellement composé de sources nominatives.

20En dépit du miroir déformant qui efface les traces de ceux qui sont morts avant d’atteindre la vieillesse42, les dossiers de retraite constituent une source privilégiée lorsqu’il s’agit de reconstituer l’ensemble d’une vie au travail43. Pour répondre au souci de concilier analyse des trajectoires et analyse des espaces de travail, la constitution de l’échantillon a mis à profit une technique récente, essentiellement utilisée, pour l’heure, par des statisticiens et des économistes44 : celle de l’appariement de données. Ce mode de construction des données consiste à croiser les informations individuelles sur les salariés, fournies par les dossiers de retraite, avec les caractéristiques propres de leurs employeurs, consignées dans les déclarations sociales des entreprises : les sources recueillies s’organisent ainsi en trois échantillons – l’échantillon aléatoire, l’échantillon générationnel et l’échantillon d’entreprises – constitués par emboîtements successifs45.

21L’échantillon aléatoire est composé de 421 dossiers de natifs de Tunisie ayant cotisé, à un moment ou un autre de leur carrière, auprès de l’antenne parisienne de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav)46. Nés entre 1903 et 1938, ces individus résident en région parisienne ou en Tunisie47. Constitué sur un critère d’année de naissance, un sous-échantillon générationnel a été extrait de cet échantillon principal48 : il est composé de 193 individus, nés respectivement entre 1913 et 1915, entre 1923 et 1925, entre 1930 et 1932 et entre 1936 et 1938. Les informations recueillies sur cet échantillon générationnel permettent de suivre, année après année, la trajectoire migratoire et familiale des individus, mais aussi de reconstituer tous les emplois salariés que les assurés ont occupés ainsi que les périodes pendant lesquelles ils ont cotisé auprès d’autres régimes de protection sociale. Ces données ont été construites selon un principe d’appariement entre les caractéristiques des salariés et les caractéristiques des entreprises, par croisement des dossiers de retraite et des déclarations annuelles de données sociales (DADS), c’est-à-dire des déclarations de cotisations sociales faites par les employeurs à l’Urssaf. Les 6 493 épisodes annuels d’emploi réalisés par les individus de l’échantillon générationnel sont ainsi mis en relation avec les caractéristiques des espaces de travail dans lesquelles ils prennent place49, en termes notamment d’effectif total ou de pourcentage d’étrangers. Enfin, pour affiner l’analyse des espaces de travail, un échantillon d’entreprises a été extrait parmi les entreprises des secteurs du bâtiment et de la confection qui ont employé un individu de l’échantillon générationnel50. Les informations recueillies sur ces 5 903 épisodes d’emploi portent en particulier sur le taux de rotation de la main-d’œuvre51 et sur la répartition des postes dans l’entreprise ; elles permettent d’analyser les caractéristiques sociales des individus de notre échantillon générationnel à la lumière des caractéristiques des entreprises qui les emploient et de leurs collègues de travail, qu’ils soient ou non nés en Tunisie.

22Ces trois échantillons emboîtés constituent le cœur des sources exploitées dans cette recherche. La volonté de dégager une vision globale du marché du travail et de son fonctionnement nécessite toutefois de recourir à des données complémentaires susceptibles d’éclairer ce noyau central qu’est le salariat.

Les contrepoints de l’analyse des trajectoires salariées

23En premier lieu, il nous a semblé pertinent d’étudier, par contraste, la situation des travailleurs indépendants. En la matière, les archives de la chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), et notamment les dossiers de demande de carte de commerçant étranger (CCE) et les dossiers de naturalisation, sont particulièrement riches de renseignements sur les caractéristiques sociales des travailleurs indépendants tunisiens, mais aussi sur l’attitude des instances consulaires à leur égard. Dans cette perspective, deux échantillons aléatoires de 240 dossiers de CCE et de 200 demandes de naturalisation ont été constitués. Ces données sur les travailleurs indépendants sont essentiellement utilisées comme contrepoint des données sur les salariés. En raison de la construction même de la source, elles ne concernent que les Tunisiens ; les travailleurs indépendants nés en Tunisie mais de nationalité française échappent donc à toute observation comparable. En outre, les dossiers de CCE fournissent des informations sur les demandes de création d’entreprise ; ils ne permettent donc pas de suivre les entreprises après leur ouverture.

24L’étude de la législation et de la réglementation, spécifiques aux Tunisiens ou communes à l’ensemble des étrangers, permet quant à elle d’analyser les contraintes juridiques qui pèsent sur les trajectoires individuelles. Les archives des administrations centrales52 permettent ainsi de dégager le cadre légal qui régit l’installation en France des migrants en provenance de Tunisie.

25Enfin, l’analyse a été complétée par une série d’entretiens approfondis avec cinq natifs de Tunisie. Jacqueline Choquet est française de naissance ; originaire du nord-ouest de la Tunisie, elle a quitté le pays en 1956. Abdelmajid et Salah Bellamine sont nés dans la même région que Jacqueline ; après avoir travaillé plusieurs années en France, ils sont ensuite rentrés en Tunisie. Claude Bellaiche, originaire de Tunis, est arrivé en France en 1964 ; de nationalité tunisienne, il a acquis la nationalité française il y a trente ans. Sadok Ghareb est le seul enquêté encore en activité ; né dans le Sud-Est tunisien, installé avec sa famille en banlieue parisienne, il vient d’acquérir récemment la nationalité française. Ces récits de vie permettent tout d’abord de recueillir des informations difficiles à saisir par le biais des autres sources – ils fournissent en particulier des informations complémentaires sur les réseaux de relations, sur les interactions entre statut juridique et trajectoire personnelle ou sur leur parcours avant le départ de Tunisie. Ils nous donnent également la possibilité d’entrevoir la façon dont les individus perçoivent leur propre trajectoire, migratoire, statutaire, sociale, professionnelle et familiale. Par le jeu des voix dissonantes qu’ils font entendre, ils invitent aussi à la prudence dans l’interprétation. Le choix des enquêtés53 ne répond à aucun critère de représentativité. Jacqueline, Abdelmajid, Salah, Claude et Sadok n’ont pas pour fonction d’incarner des types sociaux ou des individus statistiques moyens. Leurs récits ont surtout pour vertu d’humaniser les résultats, en montrant comment les mécanismes sociaux mis en évidence par l’analyse statistique s’incarnent dans des trajectoires concrètes. Ils rappellent aussi que les trajectoires individuelles mettent en œuvre, à chaque instant, une multitude d’identités et de mécanismes sociaux dont la combinaison complexe fait de chaque vie une expérience singulière.

Notes de bas de page

1 Fellous, 2001, p. 108-109.

2 Fellous, 2001, p. 140.

3 Fellous, 2001, p. 110.

4 Les « autres Musulmans » désignent en particulier les migrants libyens et marocains, qui ne sont donc pas définis par leur appartenance à un État mais avant tout par leur appartenance religieuse.

5 Alexandropoulos et Cabanel, 2000.

6 Sebag, 1991.

7 Ganiage, 1960.

8 Ces statuts personnels datent de 1861. Tout litige ayant trait au statut personnel continue ainsi à relever de tribunaux communautaires, tandis que les procès à caractère criminel, civil ou commercial opposant des Tunisiens sont jugés par les tribunaux de l’État tunisien.

9 La logique coloniale contribue ainsi à simplifier les critères de différenciation interne, et notamment à rendre plus lâche la ligne de partage entre juifs tunisiens (Twansâ) et juifs « livournais » (Grânâ), descendants des juifs d’origine ibérique établis en Italie, puis en Tunisie à partir du xviiie siècle (Tapia, 1986, p. 56).

10 Les Français ont un accès privilégié aux industries françaises, aux entreprises de transport ferroviaire et aux lots de colonisation agricole. L’administration était réservée aux seuls Français et Tunisiens, les premiers l’emportant très largement en nombre sur les seconds. Les Italiens étaient quant à eux particulièrement nombreux dans les activités de la pêche, du bâtiment, de la viticulture, des mines et de la mécanique.

11 Santelli, 1995 ; Sebag, 1951 et 1959.

12 Fellous, 2001, p. 93.

13 Lucette Valensi, « La mosaïque tunisienne : fragments retrouvés », in Alexandropoulos et Cabanel, 2000, p. 26-27.

14 Les mariages mixtes ont toujours été très peu nombreux au Maghreb (Liauzu, 1996, p. 97-98).

15 Taamallah, 1981b.

16 La construction de l’État tunisien emprunte à plusieurs principes difficilement conciliables. Si la Tunisie s’affirme dès 1956 comme un pays qui reconnaît la liberté de culte et la non-discrimination à l’égard des minorités religieuses, l’emprunt au modèle nationaliste conduit pourtant à l’énoncé de principes contradictoires : l’article premier de la constitution de 1959 définit en effet la Tunisie comme « un État libre, indépendant, souverain, sa religion est l’islam, sa langue est l’arabe et son régime la République » (Toumi, 1989, p. 33-34).

17 Le nombre de juifs tunisiens a fortement décliné, passant de 70 971 en 1946 à moins de 10 000 à la fin des années 1960.

18 Par une transformation du besoin de mémoire en demande d’histoire et par sa diffusion d’une rive de la Méditerranée à l’autre, ce passé multiculturel fait désormais l’objet d’une attention croissante de chercheurs tunisiens. La constitution d’une équipe de recherche « Histoire et mémoire communautaires » dirigée par Habib Kazhdaghli (université de la Manouba, Tunis) a ainsi conduit à la tenue d’une série de colloques en collaboration avec la faculté de Toulouse Le Mirail (Histoire communautaire, 1999 ; Alexandropoulos et Cabanel, 2000).

19 Depuis le début des années 1990, les principaux responsables politiques tunisiens exaltent, à intervalles réguliers, les vertus du passé multiculturel de la Tunisie. Ce discours de la bonne entente entre communautés vise à renouer des relations avec les anciennes composantes de la mosaïque tunisienne, particulièrement précieuses dans une nouvelle économie-monde fondée sur les réseaux transnationaux. Il permet également à la Tunisie de conforter son image de bonne élève dans la lutte contre l’islamisme radical.

20 Taamallah, 1980 et 1981a ; Simon et Noin, 1972.

21 On estime que l’émigration juive tunisienne s’est répartie pour moitié entre la France et Israël, l’ensemble du flux représentant entre 1946 et les années 1970 environ 100 000 personnes. Voir Simon, 1978, p. 61 ; Sebag, 1991 et Tapia, 1986.

22 Leur passage commun par la région parisienne n’empêche pas certains d’avoir ensuite poursuivi leur carrière ailleurs, en France ou en Tunisie.

23 Tout au long du xxe siècle, les mouvements migratoires en direction de la France sont en effet composés d’étrangers, mais aussi de citoyens – rapatriés, Français des départements d’outre-mer, etc. (Guillon, 1988, p. 19).

24 Noiriel, 1998, p. 155.

25 Par entre-deux colonial, nous entendons toutes les populations qui occupent une position intermédiaire entre colonisé et colonisateur (voir Memmi, 1985).

26 Merllié et Prévot, 1991, p. 15-16 ; Pinol, 1991, introduction.

27 Bertaux, 1974 et Schnapper, 1991, p. 14.

28 Sur le contraste avec la situation qui prévaut aux États-Unis, voir Green, 1991, p. 69.

29 La prise en compte de l’origine dans les statistiques publiques a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années. Dans ces débats, les partisans d’une mention des origines dans les statistiques oublient souvent de rappeler que la nationalité des individus est prise en compte depuis le milieu du xixe siècle et que, croisée au lieu de naissance des parents, elle permet d’analyser l’effet de la nationalité et de la migration. Voir Spire et Merllié, 1999.

30 Noiriel, 1988b. Ce « retard » de l’historiographie française par rapport à l’historiographie américaine est cependant à nuancer (voir Green, 2002, chap. 3).

31 Omnès, 1997.

32 Lorsqu’elle naît dans les années 1970, l’histoire de l’immigration est en effet un sous-produit de deux courants historiographiques, l’histoire ouvrière (Lequin, 1977 ou Noiriel, 1984) et l’histoire des relations internationales (Milza, 1981 ou Ponty, 1988).

33 Green, 1998.

34 Liauzu, 1996, p. 207.

35 Pour un bilan historiographique récent, voir Blanc-Chaléard, 1999.

36 Voir Massard-Guilbaud, 1995 ; Blanc-Chaléard, 2000 ; Rygiel, 2001 et 2004 ; Rainhorn, 2005.

37 Weil, 1991 ; Noiriel, 1993, p. 115. Sur ce sujet, voir aussi Abdelmalek Sayad, « Immigration et “pensée d’État” », in Sayad, 1999a, p. 393-413.

38 Pour une analyse de la construction de la nationalité française et de ses effets sociaux, voir Weil, 2002.

39 Spire, 2005b.

40 Rosental, 2006.

41 Sayad, 1999b.

42 Les dossiers de retraite sont en effet détruits au décès de l’assuré, ou au décès du conjoint survivant en cas de versement d’une pension de réversion. Sur l’analyse des inégalités sociales face à la santé et à la mort, voir Desplanques, 1984.

43 Voir Omnès, 1997 ou Cribier, 1983.

44 Pour un exemple d’analyse statistique sur données appariées, voir Abowd et Kramarz, 1996, Abowd et al., 2000, Goux et Maurin, 1999.

45 Pour une présentation plus détaillée des échantillons, on se reportera à l’annexe 1.

46 Si les vertus des comparaisons internationales ou régionales sont indiscutables (Green, 1990), elles se heurtent bien souvent à la difficulté de trouver des sources non seulement comparables, mais aussi accessibles. Initialement, l’échantillon aléatoire comportait 1 000 dossiers extraits des fichiers gérés par les caisses de Paris, Lyon et Marseille, qui traitent plus de 80 % des dossiers des assurés nés en Tunisie. Ce projet de comparaison régionale a cependant dû être abandonné, la signature d’une convention de recherche avec la Cnav de Paris ayant à elle seule exigé plusieurs années d’âpres négociations.

47 Ces dossiers de la Cnav de Paris sont traités par les antennes locales de la Cnav en région parisienne, ainsi que par l’antenne de Tours qui est en charge des assurés résidant à l’étranger.

48 Le choix des années de naissance vise à tenir compte du changement introduit par la réforme de 1982, qui abaisse l’âge légal de la retraite à 60 ans et prend effet au 1er avril 1983. Les cohortes de naissance de 1913-1915 et de 1930-1932 étaient celles qui comportaient les effectifs les plus nombreux parmi les individus arrivés à l’âge de la retraite avant et après la réforme de 1982. Les natifs de 1923 à 1925 constituent quant à eux les premiers à avoir pu bénéficier de la retraite à 60 ans. Le tri aléatoire ayant été effectué en 1998, la dernière cohorte de 1936-1938 comprend des individus qui, par construction, sont tous partis à la retraite avant 65 ans.

49 Au total, 717 entreprises ont été identifiées.

50 Même restreinte à ces deux secteurs, la saisie exhaustive des entreprises était matériellement impossible. Les entreprises du textile et du bâtiment ont été choisies de façon à représenter l’ensemble du secteur, en tenant compte en particulier de la diversité des tailles d’entreprise et des types d’activité, et en veillant à disposer d’informations complémentaires sur au moins deux entreprises par individu suivi dans l’échantillon générationnel. L’échantillon d’entreprises couvre ainsi une entreprise sur cinq dans le bâtiment (soit 38 entreprises sur 111) et plus de la moitié dans le textile (soit 49 entreprises sur un total de 95).

51 Le taux de rotation de la main-d’œuvre a été estimé au moyen d’un indicateur de sédentarité des effectifs, fondé sur le rapport entre le nombre de salariés employés à l’année et le nombre total de salariés employés, à un moment ou un autre de l’année, dans cette même entreprise. Le calcul de cet indicateur a été étendu à l’ensemble des secteurs d’activité, quoique de façon moins systématique que pour le bâtiment et le textile ; au total, on dispose de cet indice pour un peu plus de 10 % des 717 entreprises rencontrées dans notre étude.

52 Les archives dépouillées concernent principalement celles du ministère de l’Intérieur et du ministère des Affaires étrangères. En raison de travaux de désamiantage au Centre des archives contemporaines (CAC) de Fontainebleau, les archives du ministère du Travail portant sur la période contemporaine sont largement indisponibles pour plusieurs années.

53 Ce choix s’est fait au hasard des rencontres ou, exprimé en d’autres termes, selon le jeu des réseaux personnels.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.