Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Deuxième partie. L'Éveil du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1924

Chapitre VIII. La première grande vague de luttes ouvrières (1921-1923)

Texte intégral

  • 1 Sur la fondation du Parti communiste chinois, cf. Hu Qiao-mu, Zhong guo gong-chan-dang-de san-shi- (...)
  • 2 Soit deux délégués en principe pour Pékin, Jinan, Hankou, Changsha et Changhai, et un délégué pour (...)

1Le parti communiste chinois est officiellement fondé en juillet 1921, dans une école chinoise de la concession française de Changhai ; c’est là du moins que se tiennent les premières sessions du Congrès, mais un raid de la police disperse les participants le quatrième jour et ils se retrouvent secrètement sur un bateau d’agrément du « Lac du Sud », au Zhejiang, pour y adopter les résolutions finales1. Douze (ou treize) militants représentant sept des huit petits groupes communistes déjà existants2 étaient présents, ainsi qu’un visiteur étranger, Mahring, délégué par l’Internationale communiste.

2Ces participants, délégués par les cinquante-sept membres que comptait alors le parti communiste, étaient tous des intellectuels : Li Da, Li Han-jun et Zhou Fu-hai de Changhai, Mao Ze-dong et He Shu-heng du Hunan, Dong Pi-wu du Hubei, Chen Gong-bo de Canton, Zhang Guo-tao de Pékin ; leurs illustres aînés Li Da-zhao et Chen Du-xiu avaient été tous deux empêchés de venir, mais Mahring s’était préalablement entretenu avec eux. Néanmoins, il semble légitime de considérer la fondation du parti communiste chinois comme une étape décisive dans l’évolution du mouvement ouvrier chinois.

  • 3 XGS, op. cit. L’auteur de cet article cache son identité sous le nom de Xi wu lao-ren (le vieux Xi (...)

3Le choix même de Changhai, principal centre industriel et ouvrier de Chine, était significatif ; Changhai préféré à Pékin, vieux centre de la culture chinoise d’où était parti en 1915 le mouvement de renaissance littéraire et en 1919 le grand mouvement patriotique du 4 mai ; Changhai préféré en même temps à Canton, où Sun Yat-sen était rentré depuis plusieurs mois et qui restait en Chine la principale base d’appui des forces politiques de progrès. Il faut en même temps souligner que ces douze ou treize intellectuels fondateurs du parti communiste possèdent, en raison du travail que les petits groupes communistes avaient effectué au sein du prolétariat industriel, une réelle expérience du mouvement ouvrier ; dans une certaine mesure, ils parlent déjà au nom des ouvriers des cotonnières de Changhai, des cheminots de Changxindian, des rickshaws de Wuhan, des imprimeurs de Changsha. L’orientation ouvrière et le caractère ouvrier du 1er congrès seraient encore plus nets s’il se vérifiait, comme le rapporte un témoin3, qu’y assista comme invité aux côtés de Mahring, représentant politique de l’Internationale communiste, un délégué de l’Internationale syndicale rouge, l’ouvrier soviétique Lizonski, qui dès la première session aurait présenté un rapport sur les buts et l’activité de cette organisation.

  • 4 Cf. Hu Hua, op. cit., p. 53 et XGS, op. cit. Il n’est pas impossible que la fondation du Secrétari (...)
  • 5 Les fondateurs du parti communiste chinois, en 1921, ne regardent guère en revanche vers le monde (...)

4Les discussions du Congrès, tant à Changhai qu’au Zhejiang, firent en tout cas large place aux problèmes du mouvement ouvrier chinois, second point à l’ordre du jour avec les statuts du parti. C’était une conséquence directe de l’acceptation de la thèse marxiste sur la dictature du prolétariat, à laquelle se référait la résolution finale. S’il fut décidé, contrairement aux vues modérées des « marxistes légaux » comme Li Han-jun, de conserver au parti lui-même un caractère de clandestinité combative, on résolut aussi de créer parallèlement à ce dernier et sous son contrôle un organisme public d’agitation ouvrière et d’impulsion des syndicats, le « Secrétariat chinois d’organisation du travail »4. Dès sa fondation, le parti communiste se considère comme le parti de la classe ouvrière et entend agir comme tel. Ce parti s’identifie d’autant plus facilement au monde du travail que, s’il est l’héritier du radicalisme intellectuel chinois, il n’est en rien le continuateur, comme ses homologues d’Occident à la même époque, d’un courant social-démocrate. Il n’est pas né d’une scission de ce dernier, mais de l’introduction à retardement du marxisme en Chine, sous sa forme léniniste et dans le contexte (« sous les salves », dira Mao Ze-dong), de la révolution soviétique ; il n’aura pas à se heurter comme en Occident aux solides positions que conserve la social-démocratie dans le monde du travail, au lendemain des scissions de 19205.

  • 6 Publié dans la dernière livraison n° 6 de Gong-Chan-dang (Le parti communiste), organe mensuel du (...)
  • 7 Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 17.
  • 8 Ibid., p. 15.
  • 9 Cf. ci-dessus p. 253.
  • 10 Cf. JFRB, 1er octobre 1956 (Lao-dong zu-he shu-ji-bu. Le Secrétariat d’organisation du Travail).
  • 11 PDR, 16 janvier 1922.
  • 12 Ibid., 9 février 1922.

5Le Secrétariat du travail est constitué dans les premiers jours de juillet, soit au moment même du Congrès. Son manifeste6 reprend la dénonciation marxiste de l’exploitation du prolétariat par le grand capital, et critique l’insuffisance des organisations ouvrières existant alors en Chine. Il appelle les ouvriers à s’organiser sur la base des industries elles-mêmes. Ce texte était signé de Zhang De-li, pseudonyme de Zhang Guo-tao, venu de Pékin pour le Congrès et à qui avait été confiée la direction du nouvel organisme7. Zhang avait déjà participé en 1920 aux premières initiatives communistes chez les cheminots de Changxindian8, et on lui avait adjoint Li Qi-han, étudiant hounanais qui au début de 1921 avait fait ses premières armes chez les ouvriers des cotonnières de l’Ouest de Changhai9. Le Secrétariat s’installe dans la concession internationale, au 19, Chengtu Road, et établit rapidement des correspondants à Wuhan, Pékin, Jinan, Changsha10 ; il publie un hebdomadaire, la Semaine du Travail. Le local de Chengtu Road devient vite un centre d’activité ouvrière ; Li Qi-han en janvier 1922 y commémore la mort de Liebknecht et de Rosa Luxembourg11, et en février 1922 y réunit des ouvriers d’une vingtaine d’imprimeries pour envisager la formation d’un syndicat de compositeurs12.

  • 13 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19. Une nouvelle hausse des cours du riz qui de 8,80 yuans le picul (...)
  • 14 Cf. GMRB, 28 octobre 1934 (Shi Yang lie-shi yu zhong-guo gong-ren yun-dong. Le héros Shi Yang et l (...)
  • 15 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19. Sur le déroulement de cette grève, cf. Annuaire, II, pp. 311-314 (...)
  • 16 Cf. Yang Shao-ying. Zhong-guo gong-ren-de ba-gong-iou-zheng (Les luttes de grèves des ouvriers chi (...)
  • 17 Ibid, p. 9.

6Le Secrétariat du travail s’oriente en effet, dès l’été 1921, vers le développement des actions revendicatives et des organisations ouvrières. A Changhai, il joue un rôle dans un certain nombre de grèves qui éclatent en automne, en particulier dans celle de la B.A.T. à Pudong13. A Wuhan, ses correspondants, dont l’un des plus actifs est l’avocat Shi Yang14, animent en octobre 1921 la grève de la section Nord du Yue-han15 et en décembre celle des rickshaws de Hankou16 ; dans ce dernier cas, se constitue avec l’aide de Shi Yang qui depuis quelque temps assistait les coolies comme conseiller juridique dans leurs démêlés avec les hang (firmes propriétaires des voitures), un « Syndicat des tireurs de rickshaws des concessions de Hankou » ; c’est ce syndicat qui prend en main la grève elle-même, et qui obtient que soit reportée la hausse des taux de location des voitures qui avait été annoncée. Cette grève, que le Secrétariat avait appuyée en organisant dans d’autres centres industriels de Chine des collectes de solidarité17, est un succès complet ; deux coolies arrêtés pendant le mouvement par la police de la concession française sont libérés.

  • 18 Premier recueil des combattants, p. 8-9, biographie de l’étudiant You Tian-yang, que le Secrétaria (...)
  • 19 Cf. MGRB, 26 novembre et 2 décembre 1921. Les grévistes obtiennent le renvoi d’un ingénieur belge (...)
  • 20 Cf. Premier recueil des combattants, ibid.
  • 21 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 40.

7Dans les chemins de fer du Nord du Yangzi, le Secrétariat poursuit l’organisation de clubs ouvriers dans les principales gares du Jing-han. Des militants communistes, en liaison avec des organisations de cheminots de type traditionnel comme la Société du Lao-jun18, participent à l’organisation de la grande grève de la ligne du Lonu-hai à l’automne 1921, qui remporte elle aussi un succès complet19 ; la Société du Lao jun se transforme au cours de l’hiver en un Syndicat général du Long hai20, avec lequel le Secrétariat entretient de bons rapports, mais qui semble être resté sous l’influence prédominante des contremaîtres ; ces derniers avaient déjà été pour une bonne part à l’origine de la grève de l’automne21.

  • 22 Li Rui, op. cit., p. 168-169.
  • 23 Ibid, p. 167-168 ; les manuels de lecture utilisés dans ces écoles contenaient des textes sur les (...)
  • 24 Ibid, p. 181.
  • 25 Cf. Martyrs du Hunan, p. 21 (biographie de Guo Liang).
  • 26 Yang Shao-ying, op. cit., pp. 10-12. Cette grève obtient des augmentations de salaires et une dimi (...)

8Mais c’est au Hunan que l’action des militants communistes du Secrétariat semble avoir été menée avec le plus de vigueur, dès la fondation de cet organisme. Mao Ze-dong en assure personnellement la direction, assisté d’étudiants comme Guo Liang, Liu Shao-qi, Li Li-san (qui revient de France au début de 1922), Jiang Xian-yun22. Ils s’efforcent d’abord d’organiser à Changsha et chez les cheminots et mineurs de la province des cours du soir et des écoles complémentaires qui permettent ces jeunes intellectuels de se familiariser avec les soucis des travailleurs, d’entrer en contact avec eux, de leur ouvrir en même temps un horizon plus large23. Une de ces écoles est fondée par Li Li-san aux houillères de Pingxiang-Anyuan en janvier 192224. Les cadres du Secrétariat contribuent aussi à la fin de 1921 au succès de la grève des rickshaws de Changsha, dirigée par Guo Liang25, et en avril 1922 de celle des imprimeurs de la ville, Henée par un Syndicat de l’imprimerie, récemment constitué par Mao26.

  • 27 Li Rui, op. cit., p. 176.
  • 28 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 33.
  • 29 Li Rui, op. cit., p. 179.
  • 30 Périodiques du 4 mai, tome II, pp. 121-134 et p. 667 sq.

9La principale force ouvrière organisée de la province reste néanmoins alors l’Association des Travailleurs du Hunan, animée depuis 1920 par de jeunes anarchistes comme Huang Ai et Pang Ren-quan. Mao et le bureau de Changsha du Secrétariat du travail continuent à leur égard pendant la seconde moitié de 1921 la politique de rapprochement qui s’esquissait déjà avant la fondation du parti communiste ; les militants du Secrétariat critiquent leur timidité à lancer des grèves revendicatives, leur négligence des questions financières (fonds de grèves) leurs statuts trop lâches qui admettent sur le même plan ouvriers et étudiants sans prévoir d’organisations d’industrie27. Mais ils amènent un certain nombre des dirigeants de l’Association des Travailleurs, dont Huang et Pang, à adhérer à la fin de 1921 à la Jeunesse socialiste de Chine, organisation très proche du parti communiste28 ; les contacts entre ces deux courants du mouvement ouvrier sont assez bons pour qu’à l’automne 1921 Mao Ze-dong fasse en compagnie de Huang et Pang et d’autres militants syndicalistes un voyage d’une semaine aux houillères de Anyuan, principale base ouvrière de la région29. L’influence du Secrétariat sur l’Association des Travailleurs se reflète aussi dans l’orientation de L’Hebdomadaire des travailleurs que publie cette dernière à partir d’octobre 192130. On n’y renie certes pas les thèses de l’anarcho-syndicalisme, on continue à y considérer la grève générale comme l’arme suprême, mais on y lance des appels plus nets à l’unité ouvrière ; on y préconise une organisation sur une base industrielle et on y combat vigoureusement les bang coutumiers. L’Association, à l’automne 1921, appuie aussi vigoureusement que le Secrétariat les mouvements revendicatifs du Hunan.

  • 31 Sur cette grève et la répression qu’elle entraîne, cf. L. Wieger, Chine moderne, tome IV, pp. 441- (...)
  • 32 Cf. Sur ces mouvements de solidarité, World to-morrow, novembre 1923.

10Mais de tragiques événements interrompent bientôt ce rapprochement. Le 31 décembre 1921, une grève éclate à la cotonnière provinciale de Changsha, celle-là même dont l’agitation populaire avait éliminé au printemps précédent les marchands et la main-d’œuvre du Hubei31. Le point de départ du mouvement est une protestation contre la réduction des traditionnelles gratifications du Nouvel An lunaire, et il s’y ajoute des revendications relatives aux salaires et aux Conditions de travail. Le choc est très violent et se caractérise par le recours au da-chang, à la violence élémentaire ; les vitres sont brisées, les installations mécaniques saccagées. Les grévistes, le 17 janvier, envoient en délégation Huang et Pang vers le gouverneur de la province Zhao Heng-ti dont la politique autonomiste s’était depuis quelque temps accompagnée de certaines « avances » au monde du travail. Mais si la plupart des demandes des grévistes sont acceptées, Zhao fait en revanche décapiter séance tenante Huang et Pang devant une des portes de la ville ; l’Association des travailleurs du Hunan est dissoute et ses publications interdites. Ces mesures brutales suscitent dans les principaux centres ouvriers de Chine des protestations, des collectes, des gestes divers de sympathie32 qui soulignent combien, au début de 1922, commence déjà à s’aiguiser le sens de la solidarité ouvrière de province à province.

***

  • 33 Cf. ci-dessus p. 197. A Hongkong, au début de 1922, le riz poli avait augmenté de 155 % par rappor (...)
  • 34 NCH, 7 janvier 1922.
  • 35 Cf. ci-dessus p. 239.

11Cette solidarité ouvrière va se manifester plus nettement encore quelques semaines plus tard à l’occasion de la grande grève des marins de Hongkong. L’origine de celle-ci se trouve dans le décalage croissant qui depuis la fin de la Grande Guerre s’est opéré entre les prix et les salaires33, décalage particulièrement sensible à des hommes que leurs déplacements mettent constamment en contact avec d’autres pays et tiennent notamment au courant de la grande poussée mondiale des grèves de 1920-1921. Il s’y ajoute les dures conditions de recrutement et de travail des marins chinois, que rend plus amères encore la situation plus avantageuse des marins blancs des lignes transocéaniques. Les récents succès des mécaniciens de Hongkong en 1920 et de ceux de Canton en 1921, l’augmentation de salaires de 40 % obtenue en décembre 1921 par les imprimeurs de Canton, également à la suite d’une grève34, encouragent aussi les marins à s’engager dans la voie de l’action revendicative avec d’autant plus de vigueur que, depuis quelques mois, ils disposent d’un véritable syndicat qui avait remplacé leurs anciennes mutuelles, la Fédération générale d’industrie des marins chinois35.

  • 36 Cf. ci-dessus p. 242. C’était un ancien steward, membre du Guo-min-dang et autrefois du Tong-meng- (...)
  • 37 Cf. Yi Bin, Xiang-gang hai-yuan da-ba-gong (La grande grève des marins de Hongkong), p. 16.
  • 38 Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 47.
  • 39 SCMP, 2 décembre 1921 (qui publie le texte de la lettre du syndicat).
  • 40 SCMP, 14 janvier 1922.
  • 41 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 47.

12Dès l’été 1921, la Fédération, dont le président Chen Bing-sheng fait davantage figure de notable du Guo-min-dang que de militant syndical36, mais où s’affirme déjà des éléments combatifs comme Su Zhao zheng et Lin Wei-min37, se prépare à la grève. Elle renforce sa structure interne en créant un « comité de rajustement des salaires » et diverses sections spécialisées (propagande, protection), et entame une campagne d’opinion pour mieux faire connaître dans le Sud la situation pénible des marins chinois. La plateforme revendicative élaborée alors comporte des demandes de hausses de 10 % à 50 %, le droit pour le syndicat de présenter directement les marins à l’embauche (éliminant ainsi les « xi-ma-sha »), et celui d’envoyer un délégué lors de la signature des contrats de travail. Une première démarche en septembre 1921 reste sans réponse38, ainsi qu’en novembre une nouvelle demande d’augmentation39. Une troisième demande, présentée le 12 janvier 1922, a le caractère d’un ultimatum, et la grève est déclenchée le lendemain matin. Un premier contingent de 2 000 marins quitte le port pour Canton, où les grévistes établissent leur quartier général ; un système de piquets de grève permet de toucher rapidement les navires au fur et à mesure de leur arrivée40 ; leurs équipages les abandonnent et il y a dès la première semaine 6 500 grévistes41.

  • 42 ibid, P. 50).
  • 43 SCMP, 28 janvier 1922.
  • 44 SCMP, 21 janvier 1922. Le prix du riz monte à Hongkong de 69 % du 10 au 24 janvier, celui du bœuf (...)
  • 45 Sur le détail de ces négociations, cf. SCMP, passim, Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 48-49, et Hong (...)

13Au cours d’une première phase, la grève s’étend régulièrement jusqu’à compter 30 000 participants à la fin de janvier42 ; 151 bâtiments sont immobilisés, avec un tonnage de 231 000 tonnes43. Ce n’est pas seulement les grandes compagnies de navigation que touche le mouvement, mais toute la vie économique de l’île ; la pénurie de matières premières et de denrées alimentaires se fait rapidement sentir et les prix montent, d’autant plus que les coolies de Canton refusent par solidarité de charger les navires que Hongkong y envoie se ravitailler44. Les autorités coloniales anglaises, et en particulier le Secrétaire aux affaires chinoises, Hallifax, font alors de gros efforts pour amener les marins à composition ; elles sont activement secondées par la grosse bourgeoisie comprador de Hongkong, directement touchée elle aussi par la grève. Du 17 au 28 janvier, s’engagent une série de négociations entre les marins d’une part, Hallifax et les compagnies de l’autre. Celles-ci ne proposent qu’une augmentation de 17,5 % à 25 % qu’approuve Hallifax, alors que les marins maintiennent la demande de hausses de 20 % à 40 % selon les catégories ; ces derniers proposent de constituer un comité d’arbitrage composé du gouvernement de Canton, du consulat britannique de Canton, des compagnies occidentales, des compagnies chinoises et du syndicat, comité qui discuterait non seulement des hausses de salaires, mais de la réintégration des grévistes sans sanctions et des problèmes de recrutement45. Ce comité siégerait à Canton.

  • 46 SCMP, 31 janvier et 3 février 1922.
  • 47 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 48.
  • 48 NCH, 7 février 1922. L’arrêté d’interdiction (Orders in Council, 1er février 1922) déclare que « l (...)
  • 49 Order in Council, 8 février 1922.
  • 50 Le 17 février est établie la « surveillance policière de certaines personnes » (Hongkong ordinance (...)
  • 51 Sur ces négociations, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 51-52, et SCMP, passim.
  • 52 SCMP, 7 février 1922 et Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 55.
  • 53 NCH, 18 février 1922.
  • 54 MLR, mai 1922 (The shipping strike in Hongkong).

14Mais, le 29 janvier, les différentes guildes de coolies et de portefaix de Hongkong déclenchent une grève de solidarité, largement suivie en dépit de leur morcellement corporatif et de l’influence qu’exerçaient dans ces guildes les contre-maîtres et les intermédiaires de recrutement46. Le gouvernement colonial, qui avait déjà proclamé h loi martiale le 16 janvier47, tente alors de briser la grève par la tête ; la Fédération des marins est déclarée dissoute, son local est fermé, son matériel saisi, ses dirigeants arrêtés48. Le 8 février les guildes de portefaix sont dissoutes à leur tour49, et la police renforce sa surveillance contre les militants les plus actifs du syndicat50. Ces mesures de répression s’accompagnent de toute une série de pressions exercées sur les grévistes par les Chambres de commerce chinoises de Hongkong, et par d’autres groupements de la bourgeoisie chinoise de l’île comme la fondation hospitalière Dong hua51. Mais les marins maintiennent leurs demandes de janvier, en y ajoutant maintenant la question de la réouverture de leur syndicat, sous son vrai nom et non avec une nouvelle appellation comme le propose Hallifax pour « sauver la face » de son gouvernement. Une autre forme de pression est tentée aussi avec l’embauche par Hongkong de briseurs de grève (xin-gong, nouvelle main-d’œuvre), recrutés à Ningbo, aux Philippines, aux Indes et largement payés à 1,50 yuan par jour plus la nourriture52, alors que le salaire mensuel moyen des marins avant la grève était de 20 yuans par mois et celui des coolies encore inférieur. Mais les mesures de contre-propagande prises par le syndicat, ainsi que l’activité des comités d’aide aux marins qui se constituent, en particulier à Changhai, restreignent beaucoup la portée de ces tentatives, et en février la grève continue à s’étendre : 40 000 grèvistes le 10 février53, 280 000 tonnes immobilisées le 15 février54.

  • 55 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 48 et 60.
  • 56 SCMP, 20 janvier 1922.
  • 57 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 59.
  • 58 SCMP, 14 janvier 1922. Cet hébergement était souvent très précaire, par exemple dans des jonques e (...)

15Cette prolongation et cette extension du mouvement n’auraient pas été possibles sans sa forte organisation intérieure et sans les appuis dont il avait bénéficié à l’extérieur. Tandis que se maintenait à Hongkong un échelon avancé, clandestin à partir du 1er février, le centre de la grève s’était dès janvier installé à Canton, bénéficiant de la bienveillante tolérance du gouvernement sudiste ; des sections locales avaient été établies à Shantou et à Wuzhou, les autres ports importants du Guangdong55. Le problème essentiel était celui du financement de la grève, c’est-à-dire de la subsistance des grévistes ; un fonds de grève, accumulé depuis longtemps à cette fin, aurait été en janvier riche de 200 000 yuans56, chiffre sans doute exagéré. Le gouvernement de Canton, de son côté, fournit régulièrement une aide substantielle, pour laquelle on avançait alors le chiffre de 100 000 yuans57. Il fut ainsi possible de transporter les grévistes à Canton et de les y héberger, avec l’aide des syndicats et guildes locales58.

  • 59 SCMP, 26 janvier et 9 février 1922.
  • 60 SCMP, 26 et 27 janvier 1922.
  • 61 MGRB, 31 janvier 1922.
  • 62 Sur ces faits, cf. PDR, 30 janvier et 9 février 1922, et Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 55.

16Les appuis extérieurs dont bénéficia la grève furent d’abord le fait des marins des autres ports, sans lesquels il ne pouvait être fait échec aux tentatives de briser la grève par des xin-gong. Dès janvier, les marins de Wuzhou et de Shantou avaient eux aussi cessé le travail, sous l’impulsion des bureaux locaux du syndicat ; des grévistes avaient été hébergés dans ces deux ports59. Des marins chinois du Siam, des Philippines, de Yokohama, de Calcutta, parvinrent aussi des témoignages de solidarité60. Mais c’était Changhai, le plus grand port de la Chine du Sud et de tout l’Extrême-Orient, qui représentait de ce point de vue le secteur décisif ; c’était là que, parmi la masse des demi-chômeurs, il semblait aisé de recruter la main-d’œuvre de remplacement qui pourrait permettre de briser la grève. A Changhai, la riposte à ces tentatives vint à la fois des organisations corporatives de marins et des militants du Secrétariat du travail, alertés les uns et les autres par des messages adressés de Canton par le Syndicat des marins. Un comité de soutien des grévistes se constitua au siège du Secrétariat61, dont les principaux animateurs étaient le vieux marin Qian Xiao-yu, président de la Guilde marine Jun-an, et le communiste Li Qi-han. Tous deux sont arrêtés à la fin de janvier pour avoir tenté une démarche auprès d’une firme chinoise de recrutement ; libérés peu après, ils réussirent à dissuader de partir la plupart des xin-gong recrutés62.

  • 63 Dès leur arrivée à Canton, les grévistes avaient été salués par 200 délégués de 38 syndicats et gu (...)
  • 64 CWR, 23 février 1922.
  • 65 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 61.

17L’aide aux grévistes fournie par les syndicats de Canton était non moins importante puisqu’elle leur assurait une base de repli à proximité immédiate de l’île. Mécaniciens, cheminots, artisans, se dépensèrent activement pour l’accueil de leurs camarades de Hongkong63. Mais de nombreux témoignages de solidarité parvinrent également des autres régions industrielles de Chine, par exemple des cheminots du Yue-han ou des tireurs de rickshaws de Hankou64 ; le Secrétariat du travail constitua un comité de soutien chez les cheminots du Jing-han65.

  • 66 Cf. par exemple une lettre d’Eugène Chen, conseiller du gouvernement sudiste, au North China Daily (...)
  • 67 Le 19 janvier se tient par exemple au domicile de Chen Jiong-ming, gouverneur provincial, une entr (...)
  • 68 Le 18 janvier, 7 000 marins défilent aux cris de « Vive le gouverneur Chen, Vive le président Sun  (...)
  • 69 Il offre un thé en l’honneur des grévistes, SCMP, 19 janvier 1922.
  • 70 Cf. SCMP 8 février 1921 (souscription financière organisée par les syndicats cantonais pour souten (...)
  • 71 Sur les liens entre Chen Jiong-ming et les milieux conservateurs chinois de Hongkong, cf. ci-desso (...)
  • 72 Une première fois par l’intermédiaire du syndicat des mécaniciens de Canton, dont sont ainsi souli (...)

18Quelle était exactement l’attitude du gouvernement constitutionnel de Canton ? Officiellement, son aide financière n’avait que le caractère d’un prêt, et il maintint continuellement le principe de sa non-intervention dans la grève66 ; il se contentait d’offrir ses bons offices pour la négociation entre les deux parties67. Mais il n’est pas douteux qu’au moins certains milieux gouvernementaux soutenaient la cause des grévistes, et que le climat politique à Canton leur était largement favorable68. Etait-ce là une attitude de duplicité ? Il semble plutôt que l’unanimité n’était pas faite au sein du gouvernement sudiste sur la conduite à tenir ; les éléments avancés du Guo-min-dang, comme Liao Zhong kai69, à défaut de Sun Yat-sen qui guerroyait alors sur les confins septentrionaux du Guangdong, ont certainement été partisans d’une aide importante aux grévistes. Chen Jiong-ming et les éléments modérés de la gentry cantonaise, grâce à l’aide desquels les Guo-min-dang étaient à l’automne 1920 revenus à Canton, avaient sans doute une position plus nuancée ; s’ils avaient l’année précédente, au cours de la campagne de Chen au Guangxi, mesuré l’importance de l’opinion ouvrière dans la vie publique cantonaise70, s’ils souhaitaient rester en bons termes avec le monde du travail, par contre, leurs vues conservatrices en général, les liens d’amitié aussi qui les unissaient aux milieux d’affaires chinois et anglais de Hongkong71, leur rendaient difficile de prendre sans réserve parti pour les grévistes. Au total, il semble donc que le gouvernement de Canton n’ait pas dépassé le stade de la neutralité favorable et ait reculé devant l’intervention directe au profit de la grève. Lui aussi, à mesure que celle-ci se poursuit pendant le mois de février, en vient à imiter la bourgeoisie chinoise de Hongkong et à pousser les grévistes à accepter un compromis72.

  • 73 SCMP, 28 février 1922.
  • 74 Cf. la liste des métiers en grève, SCMP, 10 mars 1922.
  • 75 SCMP, 3 mars 1922.
  • 76 30 % pour les vapeurs fluviaux, 20 % pour les lignes de cabotage et les lignes desservant les port (...)
  • 77 NCH., 11 mars 1922, (la SCMP n’avait pas paru, touchée elle-même par la grève de son personnel).

19Mais la situation de Hongkong s’aggrave encore le 26 février quand commence une grève de solidarité de tous les travailleurs chinois de la colonie, grève que n’entrave pas la proclamation d’un véritable état de guerre73. Au début de mars, le nombre des grévistes atteint 120 000 personnes74, depuis les employés des tramways jusqu’aux vendeurs de légumes et depuis les vanniers jusqu’aux électriciens et aux domestiques privés. Un exode général vers Canton s’organise immédiatement ; il est marqué le 3 mars par un incident sanglant, quand le poste britannique de Shatian, faubourg de Hongkong, fait feu sur des grévistes partant à pied vers leur point d’embarquement75. La vie de la colonie est alors complètement désorganisée, et le syndicat des marins saisit l’occasion de conclure la grève à son avantage ; ses députés arrivent à Hongkong le 3 mars au soir, et après d’ultimes pourparlers l’accord est signé le 5 au matin, accordant aux marins des augmentations de 15 à 30 %76, auxquelles s’ajoutait la perspective de voir aboli le recrutement par xi-ma-sha. Le 6 mars, on annule l’ordre de dissolution de la Fédération des marins et des trois guildes de transport, qui le lendemain sont solennellement réinstallées dans leurs locaux, tandis que les syndicalistes arrêtés sont relachés77. C’est pour les grévistes une victoire considérable, économiquement et psychologiquement.

  • 78 93 912 £ d’après NCH, 1er janvier 1922, 39 394 £ d’après les sources officielles (Hongkong adminis (...)
  • 79 Archives du Secrétariat de la municipalité de la concession internationale, dossier 2879. Cette le (...)
  • 80 Telles que celles des coiffeurs et des charpentiers de Hongkong, des ouvriers du sel, des maçons e (...)
  • 81 Novyi Vostok, n° 2, p. 344.

20Cette grève des marins n’a pas seulement coûté des sommes très élevées au gouvernement de Hongkong lui-même78, et aux compagnies privées de navigation. Elle n’a pas seulement donné à tout le patronat occidental de Chine un sévère avertissement, que méditera par exemple à la fin du mois de mars le commissaire de police de la concession internationale de Changhai dans une lettre confidentielle adressée au secrétaire de la municipalité79. Elle a aussi donné une impulsion vigoureuse à l’ensemble du mouvement ouvrier chinois. A court terme, elle suscite en Chine du Sud et du Centre une importante vague de grèves économiques pendant le printemps et l’été 192280. Elle contribuera aussi à faire mieux prendre conscience à Sun Yat-sen et au Guo-min dang de la force potentielle considérable que représente le monde du travail, et elle préparera ainsi la politique de coopération des communistes et du Guo-min-dang qui s’établira en 1924. Elle a surtout été « le premier mouvement qui met en avant en Chine des mots d’ordre de solidarité de classe à une échelle nationale »81, et en même temps le premier coup direct porté par la classe ouvrière aux grands intérêts étrangers de Chine. Certes, cette grève n’est au départ qu’un mouvement local, à caractère économique et corporatif, et elle se trouvait très en retrait sur les objectifs politiques du Secrétariat du travail qui n’avait d’ailleurs joué aucun rôle dans son déclenchement. Mais elle a, par son ampleur même et son retentissement, contribué à rendre plus aisé le travail de ce dernier dans les masses ouvrières ; elle a en particulier préparé directement le succès du premier Congrès pan-chinois du travail.

***

  • 82 Congrès du Travail, p. 2. Cf. aussi Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 68.
  • 83 Cf. par exemple le communiqué paru dans le SB de Changhai (Congrès du travail, p. 2).

21Dans le courant d’avril 1922, le Secrétariat du travail prend en effet l’initiative de convoquer à Canton un « Congrès pan-chinois du travail », ouvert à toutes les organisations ouvrières de Chine et se proposant, aux termes de la lettre d’invitation, de « resserrer l’unité du monde du travail, de discuter de l’amélioration des conditions de vie, d’examiner les suggestions diverses des délégués »82. La date du Congrès était fixée au 1er mai en l’honneur de la Journée des travailleurs et la lettre d’invitation fut diffusée dans la presse chinoise83 en même temps qu’adressée directement aux intéressés.

  • 84 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 67. Selon NCH, 11 mars 1922, cette mesure aurait été prise à l’initi (...)
  • 85 Cf. par exemple l’interview de Frank Li, commissaire aux affaires étrangères du gouvernement de Ca (...)

22Le Secrétariat du travail était loin d’exercer à Canton la même influence que dans les usines de Changhai, en Chine centrale, ou chez les cheminots des lignes du Nord. Mais le choix de cette ville s’imposait néanmoins parce que c’était sans doute le seul point du territoire chinois où les organisateurs pouvaient espérer des autorités une neutralité bienveillante. Le gouvernement sudiste, surtout depuis la grève des marins, s’était engagé nettement dans une politique de tolérance envers le mouvement ouvrier. L’article 224 du Code criminel de Yuan Shi-kai avait été annulé ainsi que les autres dispositions légales de répression des grèves84, et les membres du gouvernement exprimaient publiquement leurs dispositions bienveillantes à l’égard des syndicats85.

  • 86 Chiffres de Deng Zhong-xia (Abrégé...p. 69) qui assistait lui-même au Congrès. Ils concordent avec (...)
  • 87 Une liste de ces organisations figure dans MGRB, 8 mai 1922.

23Le Congrès s’ouvre le 1er mai avec la participation de 160 délégués venus de douze villes et représentant une centaine de syndicats, qui eux-mêmes groupaient environ 300 000 adhérents86. La majorité d’entre eux venaient des organisations cantonaises, mais une quarantaine étaient envoyés par les groupements ouvriers du Centre et du Nord ; moins nombreux, il semble cependant qu’ils aient disposé d’une plus grande influence dans le Congrès. Parmi ces groupements extérieurs à Canton87, certains touchaient de près au Secrétariat du travail, tels que le club de cheminots de Changxindian, le syndicat des rickshaws de Hankou, le syndicat textile de Pudong ; d’autres, plus anciens, avaient aussi un caractère authentiquement ouvrier : mutuelles des marins de Changhai, club ouvrier de Tangshan, syndicats d’imprimeurs et de mécaniciens de Changhai, Fédération des marins de Hongkong ; d’autres enfin ne représentaient que très partiellement la classe ouvrière, comme les associations changhaiennes de « promotion industrielle ».

  • 88 Ces documents sont perdus (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 70) et l’on nedispose que de quelques cou (...)
  • 89 Deng Zhong-xia, Abrégé..., po. 69-70. Ce compromis intervint entre les éléments du Secrétariat du (...)
  • 90 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 72-73, qui cite neuf résolutions. Le reporter du Xin-shen-bao ( (...)
  • 91 La résolution appelle hu-chang (fantôme du tigre) ces éléments dévoyés du mouvement syndical. D’ap (...)
  • 92 Deng Zhong-xia passe cette résolution sous silence, bien que le syndicat des rickshaws de Hankou a (...)
  • 93 Cette résolution est rapportée par le Xin-shen-bao (Congrès du Travail, pp. 5-6), mais Deng Zhong- (...)

24Bien qu’on ne dispose pas des procès-verbaux du Congrès ni du texte complet de ses décisions88, il semble bien que plusieurs tendances se soient fortement heurtées pendant les quatre jours des sessions : celle que dirigeaient le Secrétariat et ses cadres communistes, celle des anarchistes, encore influents dans la région de Canton, celle qui était plus favorable à un corporatisme étroit, celle dont les sympathies politiques allaient au Guo-min-dang. Dès l’ouverture du Congrès, se produisit un premier heurt à propos de la présidence, finalement confiée à Xie Ying-bo, un ami de Sun Yat-sen89. Les mêmes conflits de tendances se laissent déceler à l’examen des résolutions votées90. La revendication du principe de la journée de huit heures, l’unification des drapeaux et hymnes syndicaux, la décision de commémorer chaque année la mort des Hunanais Huang et Pang et le massacre de Shatian, la convocation d’un second Congrès à Wuhan pour 1923, ne soulevaient certes pas de difficultés spéciales entre la droite et la gauche du Congrès. Trois autres décisions allaient plus nettement dans le sens voulu par le Secrétariat du travail, dans le sens d’un resserrement de la discipline syndicale et d’une élévation de la combativité ouvrière : il s’agit de la résolu don spéciale sur la solidarité dans les grèves (jusques et y compris la grève générale), de l’adoption du principe d’organisation sur la base de l’industrie et non du métier, et enfin de la condamnation sévère des éléments démagogiques et parasites du mouvement ouvrier, baptisés pittoresquement « les fantômes qui aident le tigre »91. Il en est de même du vœu formulé par le syndicat des rickshaws de Hankou quant à la constitution d’un syndicat national de cette corporation qui aurait ainsi été le premier syndicat chinois d’industrie dont la compétence se serait étendue à l’ensemble du pays92. Par contre, la décision de reconnaître au Secrétariat un caractère d’organisme de liaison, de bureau de correspondance, en attendant la formation d’un véritable organisme syndical pan-chinois, semble bien être un compromis, en retrait sur les ambitions initiales du Secrétariat, et qui expliquerait le jugement de Deng Zhong-xia sur les décisions du Congrès : « trop partielles » ou « trop techniques ». Il en est de même a fortiori pour une résolution proposée par les cheminots hunanais de Xujiapeng qui interdisait aux syndicats toute activité politique93 : « le mouvement ouvrier, à l’étape présente, n’est qu’un mouvement économique et ne s’occupe pas des affaires politiques ». L’origine hounanaise de cette proposition souligne combien dans cette province, en dépit du travail accompli par Mao Ze-dong et les autres cadres locaux du Secrétariat, l’influence anarchiste était restée vivante.

  • 94 Li Da, pour mieux souligner la force du régionalisme dans le monde chinois du travail et les dange (...)

25Le Secrétariat du travail et le parti communiste avaient mis de grands espoirs dans ce Congrès, qu’avait salué par exemple le 1ermai un numéro spécial de l’hebdomadaire de la Jeunesse socialiste de Chine, Xian-qu (Le pionnier). Chen Du-xiu y avait appelé au développement de la conscience syndicaliste et Li Da y avait exprimé dans un important article l’espoir que le Congrès fonderait sans délai une organisation nationale du travail, éliminerait les vues régionalistes94, dissiperait chez les ouvriers la peur du socialisme et obtiendrait une législation du travail ; Cai He-sen y avait souligné que le but final restait le socialisme et que la lutte économique quotidienne était nécessaire mais insuffisante.

  • 95 Il y fait écho les manifestations du 1er mai 1922, qui un peu partout prennent plus d’ampleur que (...)
  • 96 Certains syndicats très hostiles aux communistes, comme celui des mécaniciens de Canton, s’étaient (...)

26Certes le Congrès de mai 1922 est resté en deçà de ce programme ambitieux. Mais, avec ses hardiesses et ses timidités, il marque bien une étape d’une importance considérable dans l’histoire du mouvement ouvrier chinois95. Pour la première fois, tombent vraiment les barrières régionalistes, et les organisations ouvrières du pays tout entier entrent en contact les unes avec les autres. Sans doute, le Secrétariat s’est heurté à d’autres tendances politiques au sein du Congrès, et n’a pu toujours faire prévaloir son point de vue96.

  • 97 Zhu représentait à Canton la Guilde marine Jun-an (Lei Jia, op. cit., p. 31). Il faut noter le peu (...)

27Mais des thèmes nouveaux tels que la priorité des organisations d’industries, la solidarité de classe, la journée de huit heures, sont pour la première fois diffusés à une échelle aussi large. Le principe d’une Fédération pan-chinoise du travail est posé, qui prendra corps trois ans plus tard dans cette même ville de Canton ; au Congrès, se sont affirmés des dirigeants déjà expérimentés du mouvement ouvrier : l’intellectuel Deng Zhong-xia, fondateur du club des cheminots de Changxindian, l’étudiant Li Qi-han, animateur du Secrétariat à Changhai, le marin cantonais Su Zhao-zheng, un des meneurs de la grande grève de février, et le marin changhaien Zhu Bao-ting97, qui avait participé en février à l’action contre le recrutement de xin-gong à Changhai. Si le Secrétariat n’a pas encore organisé l’ensemble du mouvement ouvrier selon les principes de lutte de classe qu’il a formulés, il a déjà au cours du Congrès établi des contacts et accumulé une expérience qui lui seront très précieux pendant les mois suivants ; le succès même du Congrès lui assure un crédit qui va considérablement faciliter pendant le reste de l’année 1922 l’extension de ses activités.

***

  • 98 Cf. ci-dessous p. 281.
  • 99 Deng-Zhong-xia, Abrégé..., pp. 38-39.
  • 100 En 1921-1922, le Secrétariat publie L’hebdomadaire du travail, dont il paraît dix-huit numéros ((...)

28Pendant les neuf mois qui séparent le Congrès de Canton du massacre des cheminots du Jing-han le 7 février 1923, l’influence du Secrétariat va en effet atteindre son apogée. Dès juin, ses bureaux se sont transportés de Changhai à Pékin, tant en raison de difficultés survenues avec la police de la concession internationale98 que, semble-t-il, pour des considérations géographiques. Le rayonnement du Secrétariat était faible en Chine du Sud et très inégal dans la région du Bas-Yangzi ; ses secteurs de force étaient le Hunan, le Hubei, les voies ferrées et mines de Chine du Nord, et de ce point de vue la capitale septentrionale, malgré son apparent éloignement, et grâce aux voies ferrées qui y convergeaient, était un meilleur poste de commandement que la grande métropole de l’Est, aux liaisons plus maritimes et fluviales que ferroviaires. Les chemins de fer, dit Deng Zhong-xia qui semble avoir personnellement joué un rôle important dans ce transfert, formaient « l’ossature » de la sphère d’activité du Secrétariat99. Le bureau de Pékin connaît alors une intense activité, maintenant une liaison constante avec ses correspondants de Changhai, de Wuhan, de Jinan, du Hunan, envoyant des cadres en renfort aux points où se déclenchent les grèves et organisant des collectes au bénéfice de celles-ci, alertant l’opinion publique tant par ses propres publications100 qu’avec l’aide de la presse libérale.

29C’est au Hubei, et plus encore au Hunan, que cette activité aboutit aux plus brillants résultats, et c’est sans doute aussi dans cette région que les circonstances générales étaient les plus favorables au développement des luttes ouvrières et des organisations d’industrie dans la ligne définie à Canton. L’importance de l’industrie lourde dans ces deux provinces conférait au prolétariat, déjà concentré dans de grandes entreprises, une capacité de pression économique dont ne disposaient pas au même degré les travailleurs des usines et manufactures de Changhai ou des ateliers de Canton ; ce prolétariat de Chine centrale, mieux stabilisé sociologiquement puisque ces entreprises dataient déjà de la fin du xixe siècle, comptait aussi une plus forte proportion d’hommes adultes ; l’influence du syndicalisme révolutionnaire ne s’y heurtait pas non plus, ou ne s’y heurtait guère, aux traditions corporatives comme à Canton ou au zèle un peu superficiel des organisations « semi-ouvrières » et travaillistes de type changhaien. Le terrain était libre.

  • 101 Cf. Liu Shao-qi, Anyuan lu-kuang gong-ren ju-le-bu lue-shi (Histoire abrégée du club ouvrier de la (...)

30Dès le 1er mai 1922, Liu Shao-qi et Li Li-san inaugurent aux houillères de Anyuan un club ouvrier qui est en fait un véritable syndicat, solidement appuyé sur des « délégués de dizaines », « délégués de centaines », « délégués généraux », et dont les effectifs à la fin de l’année dépassent 10 000 personnes101. Il gère une caisse d’aide mutuelle, une coopérative de consommation, des œuvres d’éducation et de loisirs, une bibliothèque, tout en prenant en charge les revendications ouvrières comme le montrera la grande grève de septembre.

  • 102 GMRB, 28 octobre 1954 (biographie de Shi Yang).
  • 103 Martyrs du Hunan, p. 42 (biographie de Guo Liang).
  • 104 Li Rui, op. cit., p. 206.
  • 105 Ibid., p. 208. Cf. les statuts de ce syndicat, Annuaire, II, p. 108.

31Chez les cheminots de la section Nord du Yue-han, des clubs ouvriers d’orientation analogue se constituent dans les mois suivants, à l’initiative de Shi Yang dans les gares du Hubei102 et de Guo Liang dans celles du Hunan, en particulier à Yuezhou, Xinhe et Xujiapeng103. Ces clubs de gare s’unissent en septembre en un club général de l’ensemble de la ligne104, qui en novembre devient un syndicat proprement dit, dont le manifeste appelle au renforcement de la solidarité ouvrière et au renversement des forces d’oppression105.

  • 106 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 39.
  • 107 Li Rui, op. cit., p. 212.

32D’autres clubs se forment, au cours de l’année 1922 et également sur l’initiative des militants du Secrétariat, chez les métallurgistes du Hubei (fonderie de Dayé, Forges du Yangzi, hauts-fourneaux et aciéries)106. Aux mines de plomb de Shuikoushan, l’initiative vient des ouvriers eux-mêmes ; informés des succès remportés par leurs camarades de Anyuan au cours de leur grève de septembre, ils leur envoient l’un d’eux, le mécanicien Liu Dong-xuan ; celui-ci prend contact avec Li Li-san et revient à Shuikoushan avec un délégué du Secrétariat, l’étudiant Jiang Xian-yun ; en octobre un club ouvrier est constitué dans la mine107.

  • 108 Chez qui se constituent des syndicats en octobre 1922 (QF, 1er juil. 1923, Sheng-xian-xia-zhi Huna (...)
  • 109 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 39.
  • 110 ibid., pp. 15-16.

33Ce mouvement d’organisation, qui touche aussi les imprimeurs et les rickshaws de Changsha108, ou les ouvriers des usines de poudre d’œuf, de mise en balle du coton, de tabac de Wuhan109, s’effectue le plus souvent sous le vocable de « Clubs ouvriers » (gong-ren-ju-le-bu) ; il est intéressant de noter que le même terme avait été employé à Chang xindian au début de 1921, et à la même époque par les mécaniciens cantonais s’efforçant de créer leurs propres organisations ouvrières distinctes du groupement mixte où jusque-là ils voisinaient avec les patrons. Ce terme de ju-le-bu est un néologisme, puisqu’il n’est en réalité que la simple phonétisation du mot « club ». Faut-il, comme le fait Deng Zhong-xia110, lui attribuer une notation nouvelle, un contenu de classe plus radical que celui de gong-hui (syndicat), déjà contaminé par l’usage qu’en avaient parfois fait des éléments non prolétariens désireux de se constituer des clientèles dans le monde du travail. Dans quelques cas en effet, un réel discrédit a pu frapper le terme de gong-hui, et à l’inverse on peut noter que même au faîte de sa puissance l’organisation des mineurs de Anyuan avait gardé le nom de ju-le-bu. Mais l’opposition entre ces deux termes est loin d’être rigoureuse et générale ; le club n’est le plus souvent, comme chez les cheminots, qu’une étape vers la fondation d’un véritable syndicat. Le mot ju-le-bu offrait aussi, surtout pendant la période initiale du travail, l’avantage d’être plus inoffensif aux yeux des autorités.

  • 111 Liu Shao-qi, op. cit., pp. 20-21.
  • 112 Li Rui, op. cit., p. 203.
  • 113 C’est ainsi que les cheminots originaires de Tianjin refusèrent à l’automne de participer à la grè (...)
  • 114 CWR, 12 août 1922 et IS, 1924, III, p. 394. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 39.
  • 115 CWR, 21 octobre 1922.
  • 116 Cf. Li Rui, op. cit., p. 163.
  • 117 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 40.

34La constitution de tous ces clubs et de ces syndicats dans les principaux secteurs industriels du Hubei et du Hunan ne va pas sans susciter des résistances, surtout de la part des éléments de la maîtrise puisque dans cette région les entreprises provinciales ou d’Etat sont beaucoup plus importantes que celles du patronat privé. Aux houillères de Anyuan, des contremaîtres et des forfaitaires tentent en octobre 1922 de regrouper leur clientèle au sein d’un You-le-bu (section de loisir) destiné à faire concurrence au club, et ils auraient même envisagé l’assassinat de Li Li-san111. Sur le Yue-han, des contremaîtres essayent également de s’opposer aux clubs de Guo Liang en constituant des « centres d’études ouvrières » (gong-ren jan-jiu-suo)112 ou des amicales régionalistes113. Mais ces résistances n’empêchent pas le Secrétariat de poursuivre ses efforts d’organisation sur une base plus large que celle des clubs d’entreprise, sur une base industrielle ou régionale. Une « Fédération des groupements ouvriers du Hubei » est constituée à la fin de l’été ; elle a son siège à Wuhan et plus de 20 syndicats et clubs y sont affiliés, représentant 40 000 personnes114. Elle se manifeste publiquement au défilé du 10 octobre 1922, jour anniversaire de la République chinoise, et ses délégués parcourent les rues avec des pancartes réclamant l’amélioration du sort des ouvriers115. Au Hunan, on forme le 1er novembre une « Fédération provinciale des groupements ouvriers », dont le secrétaire général est Mao Ze-dong, et qui groupe à la fois des éléments originaires de l’ancienne Association des travailleurs de tendance anarchiste, dissoute en janvier 1922, et des groupements liés au Secrétariat du travail comme les clubs des mineurs de Anyuan ou de Shuikoushan116. Enfin l’existence dans cette région du grand combinat de Han-ye-ping fournit au Secrétariat l’occasion de tenter pour la première fois en Chine un regroupement syndical sur une large base industrielle ; en décembre 1922, est formé le syndicat général de Han-ye-ping, qui groupe les clubs et syndicats des mines de Anyuan, des mines et fonderies de Dayé, des aciéries de Hanyang, des péniches du Yangzi117.

  • 118 Sur cette vague de grèves, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 24-32, et aussi CWR, passim (le corr (...)
  • 119 CWR, 14 octobre 1922.
  • 120 Li Rui, op. cit., p. 184. D’après Liu Shao-qi, op. cit., p. 6, la grève de Anyuan aurait également (...)

35L’orientation de classe de tous ces clubs et syndicats animés au Hubei et au Hunan par le Secrétariat se mesure à l’ampleur des actions revendicatives que très vite la plupart d’entre eux organisent ; des grèves éclatent en juillet aux aciéries de Hanyang et aux usines textiles provinciales de Wuchang, en août à l’arsenal de Hanyang, en septembre sur la section Nord du Yue-han et aux houillères de Anyuan, ainsi qu’aux forges du Yangzi et aux usines d’eau et d’électricité de Wuhan, en octobre à la B.A.T. à Hankou et aux mines de Shuikoushan118. Il s’agit bien là d’une vague de grèves cohérente et coordonnée, non d’une série d’actions isolées ; la grève des Forges du Yangzi par exemple est déclenchée à la nouvelle que les cheminots du Yue-han viennent eux-mêmes de se mettre en grève119, et il en est de même pour celle de Anyuan ; celle de Shuikoushan est la première initiative publique du club qui venait de s’y fonder avec l’appui des mineurs de Anyuan120.

  • 121 Sur les demandes présentées au cours de ces différentes grèves, cf. pour Anyuan, Liu Shao-qi, op. (...)

36Ces grèves, menées par des organismes responsables jouissant de la confiance des travailleurs, contrastent aussi avec les grèves spontanées de la période précédente par la richesse et l’ampleur de leurs plateformes revendicatives. Ces demandes des grévistes (ceux de Anyuan en septembre en présentèrent dix-sept) ne portent pas seulement sur des augmentations de salaires, mais sur l’établissement d’un barême d’indemnités pour les maladies, les blessures, les morts (Anyuan, Shuikoushan, Forges du Yangzi), sur la participation aux profits de l’entreprise (Shuikoushan), sur l’abolition du « travail privé » (si-gong) au profit des surveillants et contremaîtres (Anyuan). Elles sont généralement des succès ; les aciéries de Hanyang obtiennent en juillet une hausse de 20 %, et en septembre Liu Shao-qi et Li Li-san réussissent à faire admettre à la compagnie Han-ye-ping la plupart des demandes présentées par les mineurs de Anyuan, y compris la révision complète du système de recrutement par bao-gong : un barême fixe est institué qui ne laisse que 15 %des salaires aux contremaîtres et 5 % aux surveillants, les ouvriers étant assurés du reste121.

  • 122 Tantôt c’est le club ou syndicat de l’entreprise qui négocie la fin de la grève, tantôt, comme pou (...)
  • 123 Comme c’est le cas à Anyuan, aux usines d’eaux et d’électricité de Hankou, à Shuikoushan.
  • 124 Les grèves des aciéries de Hanyang et des Forges du Yangzi sont une riposte à une tentative de fer (...)
  • 125 Ce que demandent les grévistes de Shuikoushan.

37Ces grèves sont au premier chef des grèves syndicales, non seulement du fait que les syndicats et clubs ouvriers ont effectivement l’initiative de leur déclenchement et négocient leur conclusion au nom de tout le personnel122, mais encore parce que très souvent elles visent à obtenir la reconnaissance officielle de ces syndicats et clubs par les autorités administratives ou patronales123, à protester le cas échéant contre leur fermeture124, sinon à les faire bénéficier de subventions125. Ici encore, ces demandes sont la plupart du temps acceptées et les syndicats, ainsi que les Unions régionales ou industrielles qui s’y superposent à la fin de 1922, deviennent de véritables puissances locales ; tel est en particulier le cas du club de Anyuan.

  • 126 CWR, 25 septembre 1922.
  • 127 CWR, 9 novembre 1922.
  • 128 Liu Shao-qi, op. cit., p. 14.

38Les autorités civiles et militaires (presque toutes ces grèves, on l’a noté, se déroulent dans des entreprises provinciales ou d’Etat, ou liées étroitement à l’administration comme la compagnie Han-ye-ping), esquissent cependant une résistance qui va parfois jusqu’au recours à la force armée ; c’est le cas sur le Yue-han, à Yuezhou où en septembre un choc entre les grévistes couchés sur les rails et la troupe fait 10 tués, 20 blessés et de nombreux noyés dans une rivière voisine où se jettent les ouvriers126. La grève de l’arsenal de Hanyang en août127, celle des houillères de Anyuan en septembre128, sont aussi marquées par des tentatives de répression, qui présagent déjà le coup de force par lequel, en février 1923, les forces de conservation sociale de la Chine centrale tenteront de briser l’essor soudain des activités ouvrières.

  • 129 Cf. Martyrs du Hunan, p. 43 (biographie de Guo Liang).
  • 130 Cf. Li Rui, p. 213, op. cit.
  • 131 Sur le problème des rapports entre la classe ouvrière et la paysannerie à cette époque, cf. ci-des (...)

39Par l’ampleur du mouvement de grève comme par l’importance de l’édifice syndical qu’y construit alors le Secrétariat, le Hubei et le Hu nan apparaissent bien, en cet été et cet automne 1922, comme la zone où le mouvement ouvrier est le plus vigoureux et le plus avancé. Ce trait se confirme si on souligne les efforts, tout à fait exceptionnels à cette époque dans le mouvement ouvrier chinois, qui y sont faits pour établir des liens avec le monde rural. C’est ainsi que Guo Liang, collaborateur de Mao Ze-dong à la direction de la Fédération provinciale du Hunan, est envoyé en 1922 par ce dernier pour organiser les potiers ruraux des villages de son district natal de Tongguan. Il y fondera un peu plus tard un syndicat d’artisans ruraux, à l’inauguration duquel viendront assister en mars 1923 des délégués des mineurs de Anyuan et de Shuikoushan et des syndicats ouvriers de Changsha129. De même, la grève de Shuikoushan en octobre 1922 est activement soutenue par les paysans des districts voisins, qui hébergent les mineurs, les ravitaillent, et participent avec eux aux festivités qui marquent la victoire de la grève130. Il y avait là l’amorce d’une orientation très originale du mouvement ouvrier, orientation qui aurait pu modifier radicalement la fortune de celui-ci dans les années suivantes131.

  • 132 On a vu (ci-dessus p. 260) que la grève du Long-hai, à la fin de 1921, avait été déclenchée et con (...)

40Sur les réseaux ferrés du Nord du Yangzi, le Secrétariat du travail poursuit en 1922 le même travail combiné d’édification syndicale et d’action revendicative, en dépit des obstacles divers qu’il rencontre : survivances corporatives ou régionalistes, influence des contremaîtres, intrigues des politiciens de la capitale. Pour n’être pas les héritiers directs d’un métier artisanal, les cheminots n’en étaient pas moins fréquemment divisés par des rivalités de caractère corporatif, en particulier entre les trois sections de la voie, du trafic et des ateliers. Très forte aussi était l’influence des contremaîtres qui avaient parfois réussi, comme sur le Long-hai, à organiser des syndicats contrôlés par eux et dont ils usaient pour manœuvrer contre l’administration132. Quant aux politiciens de la « Clique des communications », Liang Shi-yi et Ye Gong-chuo, qui depuis la chute de leurs alliés du club Anfu en 1920 s’étaient maintenus au pouvoir à Pékin grâce à l’appui du parti du Fengtian, ils s’étaient retranchés dans les chemins de fer de Chine du Nord comme en un puissant fief, et cherchaient à conserver une certaine influence auprès du personnel.

  • 133 Sur la crise politique de 1922 et la victoire du Zhili, cf. Li Chien-nung, Political history, pp. (...)
  • 134 Cf. ZGGR, 27 avril 1957, Ge-ming xian-lie Li Da-zhao-de ji-ge gu-shi, (Quelques données concernant (...)
  • 135 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p.25, raconte qu’il avait par exemple fait distribuer parmi les chemino (...)
  • 136 Il avait organisé pendant les années précédentes, en particulier sur la ligne du Jing-han qui étai (...)
  • 137 Ibid., p. 71 (ce témoin rapporte les noms des inspecteurs secrets et les réseaux auxquels chacun é (...)
  • 138 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 107.
  • 139 Les cadres du Secrétariat du travail, pour entrer en contact avec les cheminots, ne négligeaient n (...)
  • 140 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 40.
  • 141 Ibid. A plusieurs reprises, à l’été et l’automne 1922, le gouvernement de Pékin (aux mains du grou (...)

41Quand survient au printemps 1922 la victoire de Wu Pei-fu et du clan du Zhili sur leurs rivaux du Fengtian, et que le groupe de Liang Shi-yi, privé de ses protecteurs militaires, est éliminé133, il apparaît possible à Li Da-zhao, qui à ce moment s’occupe très activement du travail du Secrétariat chez les cheminots134, d’envisager une sorte d’accord de neutralité mutuelle, sinon de coopération, avec le parti du Zhili. Wu Pei fu, qui joue déjà habilement auprès de l’opinion chinoise de sa victoire de 1920 sur les Anfu détestés et corrompus, a habilement renforcé sa popularité en tirant parti des liens notoires de ses autres adversaires, Fengtian et Clique des communications, avec le Japon. Il fait figure de militaire ami du progrès politique et social et de l’intégrité nationale ; il a inclus la « protection du travail » (bao-hu lao-dong) parmi les quatre points de son programme politique et ne néglige pas les gestes de propagande en direction des ouvriers135. Mais le groupe des Communications conservait sur les voies ferrées du Nord136 une influence qui pouvait se révéler dangereuse pour le groupe du Zhili, en particulier en cas de crise militaire, et ce dernier fut ainsi amené à rechercher l’appui des éléments communistes pour éliminer complètement ses adversaires. Le Secrétariat du travail, de son côté, crut possible de profiter de ces rivalités entre factions conservatrices pour implanter chez les cheminots une solide organisation. L’accord se fit après une entrevue entre Li Da-zhao et un collaborateur de Wu Pei-fu, et six membres du parti communiste furent nommés « inspecteurs secrets » des chemins de fer par les autorités de Pékin, et autorisés à circuler librement sur tous les réseaux, tous frais payés137. Cette politique reposait peut-être de la part de Li Da-zhao sur quelques illusions quant à la bonne volonté réelle de Wu Pei-fu à l’égard des travailleurs, illusions que dissipera le sanglant massacre de février 1923 ; elle sera ultérieurement critiquée comme opportuniste138. Dans l’immédiat, elle permit toutefois au Secrétariat du travail de réaliser en 1922 des progrès substantiels139. A la fin de l’année, il contrôlait l’ensemble du réseau du Jing-han (seize clubs ouvriers de gare), et celui du Zheng-tai, les clubs des quatre principales gares du Jing-feng avant la Grande Muraille (Tangshan, Shanhaiguan, Tianjin, Fengtai), les clubs de Pukou, Jinan et Puzhen sur le Jin-pu, les sections du trafic et des ateliers sur le Jing-sui, le club de Luoyang sur le Long-hai. Les syndicats contrôlés par les contremaîtres n’étaient restés forts que sur le Jing-pu et à un moindre degré sur le Long-hai140. Le groupe des Communications avait perdu toutes ses positions sur le Jing-han, et ne gardait d’influence que dans un syndicat de la voie à caractère corporatif sur le Jing-sui141.

  • 142 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 24 à 29. Sur ces grèves, cf. aussi Annuaire, II, p. 313 (grève de S (...)
  • 143 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 41.

42Ces clubs de cheminots, comme ceux du Hunan et du Hubei, déclenchent pendant l’été 1922 une série de grèves victorieuses : en août sur la section Sud du Jing-han et sur le Jing-sui, puis à Changxindian, en septembre à Shanhaiguan, en octobre à Tangshan et parmi le personnel roulant du Jing-sui (à l’exception des autres sections), en décembre sur le Zheng-tai142. Ces grèves, comme celles de Chine centrale, sont nettement plus avancées que les mouvements spontanés et élémentaires des années précédentes. Elles posent, en même temps que les problèmes de salaires, ceux du contrôle de l’embauche et du bao-gong (Tangshan), ou ceux des loisirs et des établissements de repos pour ouvriers (Changxindian) ; la discipline est strictement assurée par des piquets de grève établis par les syndicats, comme à Changxindian en août quand les grévistes occupent les ateliers ; elles demandent et obtiennent la reconnaissance des clubs comme organismes représentatifs des cheminots, à Changxindian, à Shanhaiguan, à Tangshan, sur le Jing-sui ; dans ce dernier cas, il ne s’agit pourtant que d’un groupement corporatif réunissant le seul personnel roulant. A la fin de l’année 1922, ce travail d’organisation chez les cheminots et le succès de ces grèves permettent au Secrétariat du travail d’envisager la constitution d’une grande fédération nationale d’industrie dans ce secteur. Une commission préparatoire est constituée à Pékin143 et les contacts se poursuivent au début de l’hiver 1923 ; le « 7 février » ruinera ces espoirs.

  • 144 ZGGR, novembre 1924 (Wo-men-de li-liang, Nos forces).
  • 145 Sur cette grève, cf. Annuaire, II, pp. 302-304, et Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 81-83. Cf. aussi (...)

43Dans les autres foyers industriels de la Chine du Nord et du Nord Est, le Secrétariat est loin d’obtenir les mêmes résultats. Il ne compte guère à son actif en 1922 de fondation syndicale importante et il est significatif que les mineurs de Jiaozuo au Henan, par exemple, s’affilient directement au syndicat du Jing-han, réseau dont une branche desservait leurs houillères144. Certes, la grande vague de grèves de l’été touche aussi les usines et les mines de Chine du Nord, mais le Secrétariat n’y intervient qu’après coup, au lieu d’en avoir l’initiative comme dans les secteurs précédents. Tel est par exemple le cas de la grande grève des 30 000 mineurs de la compagnie britannique K.M.A., en octobre 1922145.

  • 146 Annuaire, II, 303. Le MDN (10 novembre 1922) qualifie les mécaniciens cantonais de la K.M.A. de « (...)
  • 147 L’année 1922 avait été marquée à la fois par l’éviction des Japonais du Shandong à la suite des pr (...)
  • 148 Cf. Archives de la K.M.A. dossier 14/2/13, pièce n° 229 (lettre de la police du Zhili à la compagn (...)
  • 149 Deng, Zhong-xia, Abrégé...., p. 84.
  • 150 En particulier ceux de Tangshan.
  • 151 Les étudiants de « l’Université des Communications », située à Tangshan, se dépensent activement p (...)
  • 152 La Chambre de commerce de Tangshan verse 30 yuans par jour. Cf. dans XD, 15 novembre 1922, le text (...)
  • 153 20 000 yuans sont collectés à Changhai, 10 000 à Canton, 9 000 à Singapour, 16 000 à Pékin et Tian (...)

44Les objectifs de cette grève, lancée le 23 octobre, étaient de revendiquer des augmentations de salaires, le versement annuel d’un treizième mois au Nouvel An lunaire, la prise en charge par la compagnie des frais médicaux, et l’augmentation de la prime pour décès, portée à cinq années de salaires. Il s’y ajoute, quelques jours après le début de la grève, la reconnaissance officielle du syndicat formé spontanément peu de temps auparavant, et de son droit de contrôle sur l’embauche et le renvoi des ouvriers. L’initiative du mouvement semble avoir appartenu aux ouvriers mécaniciens qualifiés, d’origine cantonaise, employés à la mine146, et c’est à l’exemple des marins de Hongkong qu’on s’organise aussitôt avec comité de direction, piquets de grève, sections spécialisées (finances, propagande etc.). Mais le climat politique n’était pas celui de la Chine du Sud et la répression vient vite, avec l’intervention à la fois des « marines » britanniques, de la police privée de la mine, et des troupes de Yang Yi-de, adjoint du Wu Pei-fu et chef de la police du Zhili. L’entente entre les puissances anglo-saxonnes et le groupe politico-militaire du Zhili, esquissée dès la fin de la Grande Guerre et renforcée depuis la conférence de Washington147 se manifeste concrètement par la coopération de Yang Yi-de et de la K.M.A. contre les mineurs148. Il y a plusieurs tués le 25 octobre au cours d’un heurt entre les grévistes et les forces engagées contre eux, le syndicat est dissous, ses dirigeants arrêtés, et des poursuites sont engagées contre les autres groupements ouvriers de Tangshan (cimentiers, cheminots), qui s’étaient solidarisés avec les mineurs. Le mouvement passe alors par une crise de direction, certains membres du comité de grève s’enfuyant à la campagne et d’autres partant avec la caisse. Il semble bien que les animateurs de cette grève, méridionaux et ouvriers qualifiés pour la plupart, ne se soient guère souciés d’organiser dès le début et de façon responsable la masse des mineurs, gens à basse qualification, originaires de la paysannerie du Shandong et du Zhili. Rien de comparable à la solide pyramide hiérarchisée qui avait le mois précédent assuré le succès des mineurs d’Anyuan. Le Secrétariat du travail avait dès le début envoyé quelques cadres, mais ils furent arrêtés avec les dirigeants locaux dès le 26 octobre ; son aide ne semble pas avoir été poursuivie très vigoureusement par la suite et Deng Zhong-xia, qui se trouvait alors à Pékin, admettra plus tard qu’il était « débordé de tâches »149. La grève bénéficie néanmoins d’une vague de solidarité d’un caractère national, et cela d’autant plus que comme à Hongkong l’adversaire était le grand capital britannique ; les mineurs sont moralement et financièrement soutenus, non seulement par les groupements ouvriers150, mais par l’intelligentsia151 et même par la bourgeoisie commerçante152. Les importantes sommes réunies à travers la Chine toute entière et jusqu’à Singapour153 permettent à la grève de tenir un certain temps, mais non de triompher ; le 16 novembre, le travail est repris contre une augmentation uniforme de 10 % et un hua li (prime de Nouvel An) de deux semaines. C’est presque une défaite et le reflux de la grande vague ouvrière de 1922 s’amorce déjà.

  • 154 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 23-24.
  • 155 Cf. Lei-Jia, Hai-juan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting) ; Lin Wei-min prend les fonctions de se (...)
  • 156 NCH, 12 août et 2 septembre 1922. La grève dura vingt et un jours et obtint des augmentations de s (...)
  • 157 PDR, 22 mai 1922. Li Qi-han avait déjà été en avril un des animateurs de la grève des postiers (ZG (...)
  • 158 PDR, 20 mars 1922 ; Li Qi-han participe personnellement à la création de ce syndicat et il assiste (...)
  • 159 PDR, 21 avril 1922 (comité d’aide aux grévistes de Pudong).

45Dans la région de Changhai, ce recul du mouvement s’esquisse plus tôt encore. Le Secrétariat du travail y était très actif depuis le début de l’année. Il soutient en juillet le mouvement des marins du Yangzi154, qu’organise la section locale de la Fédération des marins de Hongkong Canton ; cette section locale s’était formée au printemps sur l’initiative des éléments les plus actifs des anciennes mutuelles de marins, comme Zhu Bao-ting, épaulés par des « conseillers » envoyés de Hongkong par la Fédération, comme Lin Wei-min155 ; Zhu et Lin, qui entreront un peu plus tard au parti communiste, étaient déjà en rapport avec le Secrétariat du travail. Le succès de cette grève156, qui obtient pour les marins de Changhai et du Bas-Yangzi les mêmes avantages que leurs camarades de Hongkong quatre mois auparavant, renforce beaucoup le prestige des organisations syndicales à large base industrielle. A la même époque, le Secrétariat s’efforce de créer à Changhai d’autres syndicats d’industrie, par exemple chez les postiers parmi lesquels Li Qi-han s’était introduit157 et chez les ouvriers des usines textiles japonaises de Pudong158. Li Qi-han est en avril et mai un des principaux animateurs du comité d’aide aux grévistes de ces usines, comité où se poursuit encore la coopération entre le Secrétariat du travail et des organisations « travaillistes » comme la Société pour le progrès industriel et la Société amicale des ouvriers et des marchands159. Cette grève du textile de Pudong obtient elle aussi les augmentations de salaires réclamées et la reconnaissance du syndicat par le patronat.

  • 160 Le Conseil municipal de la concession discute au printemps et pendant l’été d’un « plan de détress (...)
  • 161 He Feng-lin était lié au gouverneur du Zhejiang, Lu Yong-xiang, un des derniers tenants du parti A (...)
  • 162 PDR, passim.
  • 163 SMCR, 1922, p. 77A. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 36.
  • 164 ZGGR, 27 avril 1957 (article commémoratif de Li Qi-han).

46Mais cette offensive ouvrière du printemps et du début de l’été se heurtait à Changhai à beaucoup plus forte partie que dans le Sud, qu’en Chine centrale ou que sur les voies ferrées du Nord. Ni les autorités internationales de la concession160, ni les autorités chinoises, représentées par le général He Feng-lin161, ni le patronat étranger et chinois ne sont désormais pris par surprise comme à Hongkong en février, et leurs moyens d’action sont en même temps bien supérieurs à ceux des mandarins et des généraux du Hubei et du Hunan. Li Qi-han, que la police de la concession internationale surveillait depuis longtemps162, est arrêté le 1er juin pour perturbation de l’ordre public et en raison de son activité dans la grève des postiers ; le Secrétariat du travail, qui fonctionnait ouvertement dans la concession depuis un an, est fermé peu après163 ; il n’aura plus qu’une vie clandestine et dans les mois qui suivent ne pourra plus, à beaucoup près, exercer la même influence dans le monde du travail de Changhai. Li Qi-han est au début de juin jugé par la Cour Mixte et condamné à trois mois de prison ; à l’expiration de sa peine, il est remis par la police anglaise aux services de He Feng-lin, qui le gardent prisonnier164.

  • 165 C’est par exemple après une démarche de la direction d’une cotonnière japonaise de Pudong, où une (...)
  • 166 NCH, 12 août 1922.
  • 167 NCH, 7 octobre 18 et 23 novembre 1922. Le recours au da-chang s’observe encore en décembre dans un (...)

47Cette étroite coopération des autorités des concessions et de la police chinoise165 se poursuit en août quand est brisée la grève de 20 000 ouvrières des filatures de soie de Hongkou et Zhabei, la première grande grève de femmes de l’histoire ouvrière chinoise. Accablées en plein été par la chaleur moite que dégagent les bassines où ramollissent les cocons, travaillant plus de treize heures par jour pour 40 cents, ces ouvrières demandaient une réduction d’horaire et des augmentations de salaires. La police chinoise réplique en fermant la « Société féminine pour le progrès de la vertu », sorte d’amicale ouvrière qui avait pris l’initiative de la grève, et en contraignant les femmes à reprendre le travail sans avoir obtenu le moindre avantage ; les dirigeantes du mouvement sont traduites devant un tribunal militaire166. A la fin de septembre, c’est le syndicat textile de Pudong qui est dissous par la police chinoise, et en novembre une grève triangulaire des cotonnières japonaises de Pudong (qui réclamaient la réouverture de leur syndicat), de la B.A.T. et des ateliers artisanaux d’orfèvrerie et d’argenterie (où s’était constitué récemment un club lié au Secrétariat du travail), est brisée par He Feng-lin ; des incidents très violents, qui étaient allés jusqu’au sac de maisons d’habitation des ingénieurs et aux combats de rues, avaient montré au cours de ces luttes revendicatives que la tradition du da-chang, de la violence élémentaire, était bien vivante dans le prolétariat textile de Changhai167.

  • 168 Cf. la lettre du 2 mai 1922 de Lozovski, président de l’I.S.R., aux travailleurs de Chine : « les (...)

48A considérer le bilan d’ensemble de son action à la fin de 1922, le Secrétariat du travail avait donc accompli en une dizaine de mois des progrès inégaux mais considérables ; si son influence restait extrêmement faible dans le Sud, si à Changhai il avait perdu du fait de la vague de répression de l’été le terrain gagné pendant les mois précédents, si dans les mines et les usines du Nord et du Nord-Est il n’avait guère noué que quelques contacts épisodiques, ses positions étaient très fortes dans ses deux bastions des entreprises industrielles de Chine centrale et des voies ferrées du Centre et du Nord. Dans ces deux secteurs, il avait non seulement réussi à déclencher une imposante série de grèves ou à les épauler, mais aussi à diffuser dans la classe ouvrière les mots d’ordre de lutte anti-capitaliste et anti-impérialiste que lançait alors à Moscou l’Internationale des syndicats rouges168, et à mettre sur pied un ensemble d’organisations syndicales plus ou moins éphémères peut-être, mais déjà vigoureuses.

  • 169 Les guildes ne connaissaient aucun échelon intermédiaire entre l’assemblée générale et le comité e (...)
  • 170 Ni les anciennes guildes ni les bang (compagnonnages) ne comportaient de groupements organisés à l (...)
  • 171 Comme exemple de ces statuts, cf. HNLSZL, 1938, n° 2 (Hunan Shuikoushan gong-ren ju-le-bu. Le club (...)

49Ces organisations syndicales suscitées par le Secrétariat ont des statuts généralement rédigés avec le plus grand détail, et même avec un soin qui se teinte d’un certain formalisme ; elles se caractérisent par un schéma d’organisation à trois échelons, assez étranger à la tradition corporative chinoise169 et sans doute directement emprunté à l’I.S.R. et aux autres organisations communistes : une assemblée générale délègue ses pouvoirs à un comité exécutif, lui-même représenté et suppléé dans l’intervalle de ses sessions par un bureau plus réduit. Leurs statuts soulignaient aussi le caractère ouvert de ces syndicats (à charge pour l’adhérent d’être présenté par deux parrains) et condamnaient toute discrimination sur la base de l’origine provinciale, de l’âge, du sexe, de la qualification technique. Leur caractère démocratique ressortait aussi de l’importance accordée à l’activité des sections de base par gare chez les cheminots, par puits dans les mines, par service dans les usines)170, et par le taux relativement bas des cotisations (une demi-journée de travail par mois)171.

  • 172 Cf. ci-dessus p. 272.
  • 173 Rabocij Kitai, p. 105.
  • 174 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 41-42.

50Mais il semble bien qu’à quelques exceptions près, comme le club ouvrier des houillères de Anyuan172, ces dispositions n’aient guère été mises effectivement en pratique et que tout cela soit un peu resté « un schéma vide », selon l’expression d’un observateur soviétique de l’époque173 ; ces clubs et syndicats animés par le Secrétariat n’avaient en fait qu’une activité au sommet, comme le reconnaît Deng Zhong xia174.

  • 175 Martyrs du Hunan, p. 113 et p. 114.
  • 176 Li Rui, op. cit., pp. 212-215.
  • 177 Cf. ci-dessus p. 280.
  • 178 XGS, 1957, n° 3 (Er-qi ba-gong hui-yi, Souvenirs sur la grève du 7 févr.).
  • 179 Cf. ci-dessus, p. 272-73.
  • 180 Lin Yu-nan, qui sera secrétaire du syndicat unifié du réseau du Jing-han au moment de l’affaire du (...)

51On a manqué vraisemblablement de cadres pour faire correctement fonctionner les appareils assez lourds prévus par ces statuts syndicaux. Certes on assiste dès 1922, surtout au Hunan, à la promotion de cadres syndicaux d’origine ouvrière, tels les mineurs Liu An-yi et Xie Huai-de, animateurs du Club ouvrier d’Anyuan175, le mécanicien Liu Dong-xuan, un des fondateurs du club de Shuikoushan176, les marins Lin Wei-min et Zhu Bao-ting grâce auxquels le Secrétariat prend contact avec le syndicalisme des gens de mer177, les cheminots Lin Xiang-qian, mécanicien originaire du Fujian, et Yang De-fu, ancien dirigeant à Zhengzhou du bang du Hubei, qui tous deux sont parmi les fondateurs des clubs ouvriers de la section Sud du Jing-han178. Mais dans la grande majorité des cas, les cadres du Secrétariat et des syndicats qu’il anime restent des intellectuels ; aux premiers animateurs du mouvement, comme Mao Ze-dong, Liu Shao-qi, Li Li-san au Hunan, Li Qi-han à Changhai, Shi Yang au Hubei, Li Da-zhao, Deng Zhong-xia et Zhang Guo-tao à Pékin, se sont joints de nombreux étudiants comme Guo-Liang et Jiang Xian-yun au Hunan179, ou comme Lin Yu-nan au Hubei, qui est passé des cercles d’intellectuels anarchistes au bureau du Secrétariat à Wuhan180.

  • 181 Sur l’ardeur et le dévouement dont faisaient preuve ces jeunes étudiants communistes, cf. le témoi (...)
  • 182 Ce n’est qu’exceptionnellement qu’est disponible une personne qualifiée, comme cet ouvrier de la c (...)
  • 183 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 42.

52Ces intellectuels et ces étudiants entraient souvent eux-mêmes en usine ou à la mine, au prix d’un effort physique auquel ne les avait guère préparés leur éducation confucéenne de fils de notables181. Mais leurs efforts et leur bonne volonté ne suppléaient pas complètement à la rareté des cadres d’origine ouvrière. Beaucoup de syndicats avaient dû, dans leurs statuts, prévoir des « membres associés », c’est-à-dire des personnes des classes moyennes sympathiques au mouvement ouvrier, qui se chargeaient souvent des tâches administratives dont les ouvriers étaient en général incapables par manque d’instruction182. Mais cela dégénérait trop fréquemment, dit Deng Zhong-xia, en une « dictature du secrétaire »183.

  • 184 Deng Zhong-xia (ZGGR, 1924, n° 2, Wo-men-de li-liang, Nos forces) évalue à 270 000 le nombre des o (...)

53Il semble donc qu’il existait un réel décalage entre l’influence très vaste dont disposait le Secrétariat du travail dans de larges couches ouvrières, et la cohésion propre, la force interne des organisations ouvrières qu’il avait mis sur pied184. Ce retard, peu apparent à ce moment-là mais bien réel, de l’infrastructure syndicale sur la poussée revendicative de 1922, rendait le mouvement ouvrier encore bien vulnérable, et le mettait à la merci de secousses brutales comme celle de février 1923.

  • 185 Cf. ci-dessus p. 270 (numéro du 1er mai de XQ). Le second congrès du parti communiste, en juin 192 (...)
  • 186 Sur le retour à Pékin de l’ancien Parlement et de l’ancien président, cf. Li Chien nung, Political (...)
  • 187 On sait que ses « quatre points » comprenaient la « protection du travail » (ci-dessus, p. 277).
  • 188 Cf. le texte de ce programme, Annuaire, II, pp. 436-438.
  • 189 L. Wieger, Chine moderne, t. II, p. 438.
  • 190 Annuaire, II, p. 438.
  • 191 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 78.
  • 192 L. Wieger, ibid., p. 438.
  • 193 Deng Zhong-xia, ibid.
  • 194 CWR, 21 octobre 1922.
  • 195 NCH, 16 septembre 1922.
  • 196 A. Kotenev, Shanghai, its municipality..., p. 10.
  • 197 NCH, 19 août 1922.

54La campagne lancée pendant l’été 1922 par le Secrétariat du travail en faveur d’une législation du travail visait justement, en même temps qu’à alerter l’opinion chinoise sur la pénible situation matérielle des ouvriers, à renforcer la cohésion et l’audience de ces organismes syndicaux encore bien fragiles. L’occasion de cette campagne, qu’avait déjà envisagée le Secrétariat à la veille du Congrès du travail de mai 1922185, est fournie par le retour à Pékin au début de l’été du « Vieux Parlement » de 1917 et de l’ancien président de la République Li Yuan-hong, sur l’invitation du groupe du Zhili186, retour dont on pouvait espérer qu’il serait suivi de mesures libérales conformes au programme précédemment exposé par Wu Pei-fu187. Le Secrétariat du travail élabore alors un programme très complet de législation ouvrière en dix-neuf articles188, dont les principaux concernaient la reconnaissance des syndicats, la journée de huit heures, le contrôle du travail des femmes et des enfants l’institution d’un salaire minimum, la participation des ouvriers à un certain nombre d’organismes d’Etat (à créer) chargés des problèmes industriels, l’établissement d’assurances ouvrières. Ce programme, en août, septembre et octobre, est largement soutenu à travers toute la Chine, tant par les organisations liées au Secrétariat que par d’autres groupements ouvriers. Les associations ouvrières de Wuhan reprennent par exemple en septembre ces dix-neuf points dans une pétition adressée au Parlement189, une assemblée ouvrière pour la législation du travail se tient à Changsha190, et les ouvriers de Tangshan constituent une « Ligue pour la législation du travail »191 ; des initiatives analogues sont prises sur le Jing-han, à Changxindian192 et à Zhengzhou193, chez les groupements corporatifs de Canton194, les marins de Changhai195 et les cheminots du Changhai-Nankin196. Le mouvement s’élargit même sur le plan provincial, puisqu’en août 1922 c’est au gouverneur provincial du Jiangsu que s’adressent, d’ailleurs en vain, les ouvrières en grève des filatures de soie de Changhai pour obtenir une réduction de leur horaire197.

  • 198 Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 78) fait état de contacts entre le Secrétariat et certains parlement (...)
  • 199 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 78.

55Ce dernier exemple souligne bien les limites de la campagne pour la législation du travail, dont les objectifs n’étaient guère réalisables dans le contexte politique et social de la Chine des Du-jun, et au sujet de laquelle il semble bien que certains dirigeants, et Deng Zhong-xia lui-même, se soient fait quelques illusions198. Mais l’ampleur même de cette campagne a néanmoins contribué à renforcer le crédit du Secrétariat dans le monde du travail et dans l’ensemble de l’opinion. Ses initiateurs considérèrent comme un succès qu’elle ait aussi contribué à « renforcer la conscience de classe du prolétariat »199.

56Le parti communiste chinois est donc activement intervenu dans le monde ouvrier, par l’intermédiaire du Secrétariat du travail. Cet organisme a proposé au mouvement ouvrier des principes nouveaux d’organisation et d’action, tels que le syndicalisme d’industrie et la lutte des classes ; il a diffusé en Chine les textes de l’Internationale syndicale rouge. Certes, il n’a repris qu’avec une certaine retenue les grands thèmes du marxisme, et n’a pas soutenu ouvertement et directement le programme politique du parti lui-même ; son action a conservé un caractère légal et large. Mais il a fourni au mouvement ouvrier des cadres très actifs, qui ont contribué à élever le niveau des luttes revendicatives et ont fondé de nombreux clubs et syndicats. Il a été en même temps à l’origine des premières grandes manifestations nationales organisées d’unité ouvrière, comme le Congrès de Canton et la campagne d’août 1922 pour la législation du travail.

  • 200 Comme le fait par exemple l’ancien dirigeant des Mécaniciens de Canton Ma Chao-jun, qui ne cite mê (...)
  • 201 ZGGR, n° 4 (Bei-jing zheng-bian-hou-de sheng-ju yu gong-ren jie-ji. La situation politique après l (...)

57Mais, s’il ne peut être question de minimiser ce rôle du Secrétariat200, il ne faudrait pas non plus lui attribuer un monopole qu’il n’a jamais détenu réellement, et qu’il ne pensait pas détenir. Il a plutôt canalisé, encadré, amplifié, un mouvement de grèves et des tendances à l’organisation qui le dépassaient largement. Le cas des marins de Hongkong, celui des mineurs de la K.M.A., montrent bien la vigueur de ces aspirations de la classe ouvrière chinoise à posséder ses propres organisations de lutte, et le Secrétariat n’est alors intervenu que pour soutenir, avec plus ou moins de succès, des grèves et des groupements dont il n’avait pas eu l’initiative. Les syndicats formés au Shandong en 1922, après le départ des Japonais, sont un autre exemple de la force de ce mouvement spontané d’organisation : une « Association de camarades ouvriers » se constitue à Jinan, une « Association de camarades machinistes » se forme aux houillères de Fangzi, et à Qingdao une « Association pour la célébration de l’industrie » réunit des ouvriers qualifiés des eaux, de l’Arsenal, des ateliers de chemins de fer de Sifang, de l’usine de matériel électrique201.

58La force de la poussée ouvrière de l’année 1922 ne s’explique que par la conjonction de ces deux éléments : l’intervention organisée du Secrétariat et derrière lui du parti communiste, et l’ébranlement profond d’un prolétariat chinois qui depuis mai 1919 a mûri et pris conscience de sa puissance.

59La plupart du temps, comme le montrent le succès du Congrès de Canton ou celui de la campagne pour la législation du travail, le Secrétariat avait réussi à nouer de bons rapports avec tous ces groupements au programme plus vague ou plus modéré, apparus pendant cette poussée de lutte ouvrière, et à les influencer. Mais dans d’autres cas, en particulier à Changhai et à Canton, des courants syndicaux dont les objectifs étaient bien éloignés des siens et même opposés se sont maintenus de leur côté.

***

  • 202 Cf. Une liste de quarante-sept « syndicats », dont la plupart sont des associations semi-ouvrières (...)
  • 203 PDR, 2 février 1922.
  • 204 PDR, 20 avril 1922 et jours suivants.
  • 205 MGRB, 2 mai 1922.

60A Changhai, les organisations semi-ouvrières et travaillistes continuent à se montrer très actives, telles la Société pour le progrès industriel, la Société amicale des ouvriers et des marchands, la Fédération industrielle de l’électricité et celle des bateaux et entrepôts, la Fédération industrielle de Chine, le Syndicat chinois des participants à la Grande Guerre, la Fédération industrielle nationale et bien d’autres groupements de même tendance202. On les retrouve par exemple dans le comité d’aide aux grévistes de Hongkong en février 1922203, et dans celui qui en avril et mai organise la solidarité envers les grévistes du textile de Pudong204. Ils continuent encore à coopérer avec le bureau de Changhai du Secrétariat du travail au sein du comité qui en 1922 célèbre la Journée des Travailleurs ; à la cérémonie organisée le 1er mai, prennent à la fois la parole, comme l’année précédente, Li Qi-han pour le Secrétariat et Tong Li-zhang pour la Société amicale des ouvriers et des marchands205.

  • 206 PDR, 2 août 1922.
  • 207 PDR, 11 septembre 1922.
  • 208 Le postier Xu Xi-lin, un des animateurs de ces associations, est signalé en juin comme un des diri (...)
  • 209 PDR, 6 octobre et 6 novembre 1922.

61La rupture entre les deux courants semble s’être effectuée au début de juillet, à partir du moment où se déclenche la répression directe contre le Secrétariat, sur les concessions comme en territoire chinois. Le 1er août 1922, les principales de ces organisations se réunissent pour condamner les activités du Secrétariat et nommément attaquer des personnalités communistes comme Chen Du-xiu ; elles les accusent d’exploiter la misère ouvrière à des fins politiques206. Désormais ces associations chercheront à se différencier de la tendance révolutionnaire et à en prendre le contre-pied, en profitant d’ailleurs de l’éclipse qu’elle subit à Changhai jusqu’en juin 1925 ; elles se soucieront avant tout de se mettre au premier rang, et seront ainsi amenées à jouer dans le mouvement ouvrier changhaien un rôle de frein, de diversion. Cette nouvelle orientation de groupements qui avaient été très actifs dans le Mouvement du 4 mai et avaient en 1920-1921 collaboré largement avec les communistes est très nette dès la fin de 1922. Quand en septembre par exemple elles réclament en commun une législation du travail, c’est en avançant la nécessité de réduire l’influence des communistes, pourtant animateurs de cette campagne207. En octobre, elles protestent encore contre la fermeture du syndicat textile de Pudong, animé originellement par des éléments communistes, et où ces associations avaient ensuite pénétré208 ; mais elles désapprouvent en novembre la grande « grève triangulaire » que suscite cette mesure de police209. Ces groupements qui au lendemain de la Grande Guerre formulaient un ambitieux programme de développement industriel de la Chine et avaient hardiment envisagé d’y associer le prolétariat et ses représentants politiques, en échange de réformes sociales, se replient ainsi à partir de 1922 sur des positions beaucoup plus étroites. Ils ne cherchent plus qu’à canaliser le mouvement ouvrier dans le sens de la modération, socialement et politiquement, et à lutter contre l’influence communiste.

  • 210 PDR, 1er décembre 1922.
  • 211 Cette association avait à ses débuts dirigé la grève des filatures de soie du mois d’août (IS, 6 o (...)
  • 212 PDR, 11 septembre 1922. Une association d’un nom voisin est signalée dès la Fête du 1er mai (MGRB,(...)
  • 213 PDR, 4 octobre 1922.
  • 214 Telles que la Fête du 1er mai (MGRB, 2 mai 1922) ou celle du 10 octobre (PDR, 11 oct. 1922).

62Les dirigeants de ce groupe s’orientent déjà en 1922, et cela s’accentuera en 1923-24 lors du reflux général du mouvement ouvrier chinois, vers la multiplication un peu artificielle d’associations qui viennent grossir leur clientèle et assurer leur crédit ; ils pensent à la fois satisfaire dans une certaine mesure les aspirations traditionnelles du prolétariat changhaien à posséder ses propres organisations, et rehausser dans la ville leur prestige aux yeux de l’opinion libérale et modérée. Ils suscitent par exemple la formation d’un club amical, d’orientation très modérée et en bons termes avec la direction de l’usine, à la manufacture de tabac de la Nan-yang210, et s’assurent le contrôle d’une amicale des ouvrières de la soie, la Société féminine pour le progrès de la vertu211. Ils tentent aussi de tirer parti des sentiments régionalistes restés si vivants dans le composite prolétariat changhaien, et forment en septembre une Association ouvrière des gens de l’Anhui résidant à Changhai212, en octobre une Fédération industrielle des Cantonais de Changhai213 ; ils s’efforcent aussi d’exploiter à leur profit le prestige de l’Association des travailleurs du Hunan, brisée en janvier 1922 après l’exécution de ses chefs Huang et Pang ; avec l’aide d’anciens compagnons de ceux-ci, ils forment un « bureau de Changhai de l’Association des travailleurs du Hunan », qui participe à toutes leurs activités214 et y rappelle les figures des deux glorieux décapités du 17 janvier.

  • 215 PDR, passim.
  • 216 MGRB, 24 juillet 1924.
  • 217 PDR, 1922, passim.
  • 218 Cf. ci-dessus, p. 251.
  • 219 PDR, 1922, passim. Si les rapports de police quotidiens de la concession internationale mentionnen (...)
  • 220 Ce nom est ici transcrit conformément à ces rapports, faute d’avoir identifié personnage dans un t (...)

63Leurs initiatives sont multiples et les dirigeants de ces associations se montrent des personnages extrêmement remuants, fort habiles à saisir toute occasion de se manifester personnellement dans la presse et dans la vie publique. Il y a parmi eux le postier hunanais Xu Xi-lin et l’employé de la Nan-yang Wang Guang-hui, deux rescapés de l’affaire de Changsha venus se réfugier à Changhai215 ; le tailleur Chen Guo-liang qui en 1919 dirigeait déjà la Société syndicale générale216 et avait à ce titre participé au mouvement du 4 mai, et qui en 1922 animait la Société pour le progrès industriel en Chine217 ; le petit entrepreneur Tong Li-zhang, président de la Société amicale des ouvriers et des marchands, ancien collaborateur en 1920 du groupe communiste de Changhai218 ; Shi Guan-tao, employé de la B.A.T. et président de la Fédération industrielle nationale219 ; le relieur Wang Kyih-zung, dirigeant de cette dernière association ainsi que de la Société pour le progrès industriel, originaire de l’Anhui et fondateur aussi à ce titre de l’Amicale des originaires de cette province220.

  • 221 Cf. W. W. Willoughby, China at the Conférence. Sur le mouvement d’opinion qui se manifeste en Chin (...)
  • 222 Cf. L. Wieger, t. IV, p. 375, et CWR, 24 décembre 1921 (cortège d’étudiants et d’ouvriers).
  • 223 Le 27 décembre 1921, à une assemblée convoquée par trente-sept associations de la ville, un chemin (...)
  • 224 L’Association des travailleurs du Hunan, très peu de temps avant sa dissolution, organise à Changs (...)
  • 225 Les coolies de Chongqing boycottent les marchandises japonaises (RT, Chung king, 1922, p. 9), et c (...)
  • 226 Cette réserve, semble-t-il, ne s’explique pas seulement par le développement encore faible des moy (...)
  • 227 SB, 9 décembre 1921.
  • 228 L. Wieger, IV, p. 368. Cf. sur cette manifestation, PDR, 9 août 1922, qui la considère comme un éc (...)

64La réunion à la fin de 1921 de la Conférence de Washington avait été l’occasion pour les Chambres de commerce, les associations d’enseignants, les Assemblées provinciales, la grande presse libérale, de lancer à la fin de 1921 et au début de 1922 une grande campagne d’opinion contre les visées japonaises sur la Chine221 ; la bourgeoisie chinoise et ses porte-parole espéraient ainsi pousser la délégation chinoise à la Conférence, non seulement à demander le retour du Shandong à la Chine, mais encore à poser des questions comme l’autonomie douanière, l’exterritorialité, et en général les privilèges des Occidentaux sur le sol chinois. On sait que la Chine n’y obtint satisfaction, à part le Shandong, que sur l’abolition des bureaux de postes étrangers et autres points mineurs, les questions des douanes et de l’exterritorialité étant renvoyées pour étude à des commissions internationales. Pendant la tenue de la Conférence, des voix ouvrières s’étaient jointes un peu partout à celles des organisations de la bourgeoisie, à Tianjin222, à Pékin223, à Chang sha224, au Sichuan225, sans d’ailleurs semble-t-il que le Secrétariat du travail ait chercher à les orchestrer de façon systématique226. A Changhai, les organisations semi-ouvrières prennent très activement part à cette campagne ; elles suscitent à Nanshi le 9 décembre un défilé à bannières blanches (couleur de deuil) de plusieurs milliers de personnes, au cours duquel il est significatif qu’ait été avancé le mot d’ordre « nous n’avons pas besoin de faire grève »227. Une autre manifestation, organisée au début de janvier par ce groupe, reprenait la même prudente directive : « pas de grève, pas de menace, mais seulement l’expression de nos sentiments »228.

  • 229 PDR, 5 mai et 19-26 juin 1922 (sur l’affaire de Macao, cf. ci-dessous, p. 295).
  • 230 PDR, 22 septembre 1922.
  • 231 ΡDR, 11 octobre 1922.

65L’anniversaire de l’entrée en fonction de Sun Yat-sen comme président de la République en mai, de même que l’affaire de Macao en juin229 sont pour ces associations des occasions de se manifester bruyamment. Quand pendant l’été 1922 Sun Yat-sen chassé de nouveau de Canton par son ancien allié Chen Jiong-ming arrive à Changhai, les délégués au grand complet de toutes ces associations semi-ouvrières, dont Tong Li-zhang, Wang Guang-hui, Wong Kyih-zong, Mu Zhi-ying, Shi Guang-tao, Xu Xi-lin, Chen Guo-liang et une trentaine d’autres vont avec cérémonie le saluer dans sa villa de la rue Molière230. Ils célèbrent avec la même solennité la fête républicaine du 10 octobre231.

***

  • 232 v Le correspondant cantonais de la revue communiste XF (1er déc. 1922) distingue à cette époque ci (...)

66A Canton, les vicissitudes de la politique locale n’empêchaient pas non plus les organisations ouvrières d’orientation modérée de conserver dans le monde du travail leur position prépondérante. Mais aux syndicats cantonais restés fidèles au corporatisme classique, s’opposent le groupe des anarchistes et celui des partisans du Guo-min-dang232.

  • 233 SCMP, 16 décembre 1922.
  • 234 Cf. la liste des principaux de ces syndicats (avec leurs effectifs) dans l’Annuaire, II, pp. 73-79 (...)
  • 235 Annuaire, ibid. (ceux des maisons de thé proprement dites, des maisons de thé servant aussi du vin (...)
  • 236 NCH, 29 avril 1922 (charpentiers du bâtiment, menuisiers de meubles, sculpteurs sur bois).
  • 237 Annuaire, ibid.
  • 238 SCMP, 27 mars 1922.
  • 239 Elle avait été formée au printemps 1922 (Ma Chao-jun, Histoire, p. 95).
  • 240 SCMP, 22 janvier 1923.
  • 241 SCMP, 5 mai 1922 ; cette Fédération groupait une quarantaine de guildes artisanales (Deng Zhong-xi (...)

67Ce sont encore les syndicats traditionnels de métier qui dominent le monde ouvrier cantonais en 1922. S’il existe quelques exemples de regroupements sur une base professionnelle large, comme le Syndicat des mécaniciens depuis 1921 ou comme dans un secteur artisanal la guilde des boulangers, avec ses 10 000 membres groupés en six sections (boulangers proprement dits, pâtissiers, cuisiniers etc.)233, c’est encore l’émiette ment des métiers et des catégories de métiers qui prédomine. On compte alors à Canton près de 200 syndicats artisanaux ou industriels234, entre lesquels la spécialisation professionnelle est très poussée : il y a trois syndicats différents pour le personnel des maisons de thé235, trois pour les métiers du bois236, cinq pour les bateliers et le personnel des différents types de bateaux237. Les rivalités de compétence sont encore très fréquentes entre ces différents syndicats, allant parfois jusqu’à des rixes sanglantes comme quand en mars 1922 des scieurs de bois attaquent à coups de barre de fer des charpentiers qui refusent de soutenir leur grève238. L’existence à Canton d’une Fédération provinciale des syndicats et corporations239, et à Hongkong de deux fédérations distinctes, le Syndicat général des ouvriers chinois240 et le Syndicat général des groupements ouvriers241, organismes à la structure très lâche et aux pouvoirs très réduits, n’offrent guère de palliatif sérieux à ce morcellement corporatif.

  • 242 SCMP, 3 juillet 1923. Cette guilde réunit à la fois des compagnons et des entrepreneurs.
  • 243 C’est l’objectif de la grève des conducteurs de tramways de Hongkong (SCMP, 30 mars 1922) et de ce (...)
  • 244 En septembre 1922, le Syndicat des mécaniciens obtient sans grève d’une firme britannique de Hongk (...)
  • 245 SCMP, 22 avril 1921 ; le syndicat du livre envisage d’ouvrir une imprimerie coopérative et achète (...)
  • 246 SCMP, 20 octobre 1922 (restaurants) et 2 novembre 1922 (horlogers). Il est plus rare de trouver de (...)

68Si la coexistence des maîtres et des compagnons dans une même corporation n’était plus que l’exception, comme dans le cas des poseurs de briques242, ces syndicats de métier cantonais restaient fortement marqués par l’empreinte des anciennes guildes. Une de leur principale préoccupation était de réglementer à leur avantage exclusif le marché du travail et d’obtenir le monopole de la présentation de nouveaux ouvriers à l’embauche243 ; même s’il leur arrivait de déclencher des grèves, leur préférence allait nettement aux procédures de médiation ou de conciliation dans les conflits avec le patronat244. Aussi caractéristiques de la persistance des traditions corporatives sont les tentatives, d’ailleurs infructueuses, des ouvriers grévistes d’un certain métier pour fonder des ateliers coopératifs patronnés par leur syndicat : c’est le cas en 1921 des grévistes du livre245, en 1922 celui des employés de restaurants et des horlogers246.

  • 247 Cf. ci-dessus, p. 269.

69Le courant anarchiste semble encore bien vivant en 1922 et ses représentants s’étaient montrés très actifs au Congrès du Travail247. A cette occasion, le 1er mai, une revue cantonaise, Travail, avait dans son numéro spécial publié un article au titre significatif : « l’action directe et la grève générale ». Mais l’anarchisme est déjà sur son déclin, et s’effacera progressivement en 1923-24.

  • 248 Xie Ying-bo, dans une interview à la SCMP (10 mars 1922), se pose en syndicaliste révolutionnaire  (...)

70L’influence politique du Guo-min-dang et de Sun Yat-sen dans le monde du travail n’a au contraire cessé de se renforcer. Si la plupart des guildes et syndicats de métier, et avec eux la Fédération provinciale du Guandong, restent attachés à un apolitisme en fait très conservateur, un certain nombre de groupements soutiennent activement le programme nationaliste, constitutionnaliste et socialement modéré qui en 1922 est encore celui de Sun Yat-sen. C’est le cas des mécaniciens, du groupement mutualiste qu’anime Xie Ying-bo248, et aussi des marins dont le président Chen Bing-sheng est un vieux compagnon de Sun Yat-sen.

  • 249 Cf. sur ces événements Li Chien-nung, Polilical history, p. 418.
  • 250 Ces attaches de Chen avec la bourgeoisie modérée du Sud ressortent par exemple du fait qu’il chois (...)
  • 251 SCMP, 24 juillet 1922.
  • 252 Ils protestent par exemple contre le projet d’emprunt anglais de Chen Jiong ming (ibid., 2 oct. 19 (...)
  • 253 Ibid., 20 juin et 13 juillet 1922. La Fédération déclare que « les guildes placées sous son contrô (...)
  • 254 Ibid., 11 octobre 1922.

71Entre les éléments conservateurs groupés dans la Fédération provinciale et les partisans de Sun Yat-sen, une différenciation politique s’amorce à partir de juin 1922, quand Chen Jiong-ming et ses troupes cantonaises chassent de Canton Sun Yat-sen, Liao Zhong-kai, Xie Ying-bo, Chen Bing-sheng et tout le groupe du Guo-min-dang249. Chen, en se retournant contre ses alliés de la veille, ceux qu’en 1921 il avait réintroduit dans Canton après en avoir chassé les militaristes du Guangxi, agissait en accord avec la gentry du Guandong et les éléments modérés de la bourgeoisie de Canton et de Hongkong, inquiets des projets militaires de Sun contre le Nord250. Au moment du coup de force de Chen à Canton, les groupements ouvriers favorables à Sun tentent d’intervenir en faveur de ce dernier ; les mécaniciens lancent une grève de la Centrale électrique de Canton251 et continueront dans les mois suivants à manifester leur hostilité au nouveau régime252. La Fédération provinciale au contraire, ou du moins ses dirigeants, semble avoir vu d’un bon œil l’instauration du régime autoritaire et conservateur de Chen ; en juin, elle avait essayé de proposer sa médiation entre Sun et Chen, et elle désapprouve la grève politique des mécaniciens au moment du coup de force253. Le 10 octobre 1922, elle participe solennellement à la parade qu’organise le nouveau gouvernement cantonais pour la Fête républicaine254.

  • 255 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 37.

72Dans ce conflit entre partisans de Sun Yat-sen et de Chen Jiong-ming, il semble que les éléments communistes cantonais aient pris une position assez équivoque. Chen Gong-bo, alors le principal dirigeant communiste de Chine du Sud, formule en effet le mot d’ordre « s’unir à Chen pour renverser Sun »255. La direction du parti condamna bientôt cette position comme opportuniste et écarta Chen Gong-bo, mais cet épisode ne contribua guère à renforcer dans le Sud l’influence jusque-là bien mince du communisme.

  • 256 Chen fait par exemple arrêter en décembre 1922 (SCMP, 8 déc. 1922) les dirigeants du syndicat des (...)
  • 257 Cf. XD, 23 décembre 1922 et SCMP, 6 novembre 1922.

73Le caractère conservateur du régime de Chen Jiong-ming à Canton, à partir de juillet 1922, se mesure à l’orientation de sa politique ouvrière. On ne revient pas sur la révision législative du printemps abolissant les mesures de Yuan Shi-kai sur les grèves, mais celles-ci sont étroitement contrôlées256 et en novembre 1922 est constitué un Bureau du travail257, chargé de surveiller les syndicats et composé de délégués patronaux, de magistrats, de délégués ouvriers ; en cas de conflit du travail, ses sentences arbitrales étaient obligatoires.

  • 258 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 38.
  • 259 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 198-199.
  • 260 Ibid., pp. 200-201. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 41.
  • 261 Martyrs de la Révolution, p. 233.

74Le Secrétariat du travail ne semble pas avoir eu en définitive beaucoup d’influence à Canton, où son correspondant était Feng Ju-po258. A la fin de 1921, celui-ci, ainsi que Tan Ping-shan, un autre militant communiste, avaient tenté de se faire admettre dans le Syndicat des mécaniciens et de s’y faire confier des responsabilités d’éducation ; mais ils en furent rapidement expulsés259. La tentative au début de 1922 de créer une « Fédération des Syndicats » opposée à la Fédération provinciale conservatrice n’eut de leur part guère plus de succès260. Au total, l’influence du Secrétariat en Chine était probablement en 1922 bien en retard sur ce qu’elle était dans le reste de la Chine, Nord-Est excepté. Su Zhao-zheng, le futur président du Syndicat général pan-chinois, racontera plus tard qu’en 1922, après la grève des marins de Hongkong, il avait cherché à contacter des communistes à Canton et n’en avait pas trouvé261.

  • 262 SCMP, 31 mai à 15 juin 1922, passim ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 37.
  • 263 SCMP, 10 février 1923 ; le puissant syndicat des mécaniciens avait quelques jours avant négocié sa (...)

75Le mouvement ouvrier, s’il est en Chine du Sud act I et florissant, reste donc à la fin de 1922 bien éloigné de l’orientation nouvelle qu’il a prise en Chine Centrale et jusqu’à un certain point à Changhai. Cette situation différente ne peut s’expliquer que si l’on prend en considération sa base économique bien particulière, et le caractère émietté et dispersé de la production industrielle à Canton. Mais déjà, derrière le conservatisme désuet de ces syndicats de métier ou l’allégeance politique de caractère surtout personnel qui lie à Sun Yat-sen certains de leurs dirigeants, on peut distinguer les premiers signes des vagues de fond qui de 1924 à 1927 mettront largement en mouvement les masses ouvrières de Chine du Sud. Le mouvement de solidarité aux marins de Hongkong avait déjà, en février, été soutenu par toute la population ouvrière cantonaise, et l’affaire de Macao au début de juin confirme bien ces progrès d’une conscience de classe au sens le plus large. Le point de départ de cette affaire262 se trouve dans une rixe qui opposa la police portugaise à des ouvriers chinois de Macao, prenant eux-mêmes la défense d’une femme maltraitée par un policier goain. Le 29 mai, la police tire sur une manifestation de protestation, faisant 40 morts et 130 blessés ; les guildes de Macao répliquent par une grève générale, et par un exode sur l’île voisine de Gongbei (Lappa), auquel participent de nombreux Chinois du territoire portugais. A Canton, les syndicats et l’ensemble de la population prennent immédiatement fait et cause pour les gens de Macao, organisant des souscriptions, demandant au gouvernement d’intervenir activement auprès des autorités portugaises, envoyant des vivres et des médicaments aux réfugiés de Gongbei, stockant du riz en prévision d’un conflit prolongé. Les autorités portugaises ne céderont en fait qu’en février 1923, et négocieront avec les groupements chinois de Macao la reprise du travail, contre l’octroi d’indemnités aux blessés et aux familles des victimes du 29 mai263. Cet épisode n’est pas seulement significatif par lui-même. Il préfigure curieusement, y compris dans le détail des événements, le grand mouvement de solidarité qui entraînera tout le prolétariat cantonais derrière les grévistes chinois des îles sous contrôle étranger, Shamian en 1924 et Hongkong en 1925-1926.

***

76La poussée en 1922 du mouvement ouvrier sous l’impulsion du Secrétariat du travail, la vague de grèves, l’activité croissante des organisations ouvrières modérées de Canton et de Changhai, la campagne pour une législation du travail, n’ont pas été alors sans éveiller quelque écho dans les milieux patronaux et gouvernementaux de Chine, chinois ou étrangers. N’était-il pas souhaitable à leurs yeux, n’était-il pas également possible d’orienter la Chine dans la voie des réformes modérées, dans la voie des concessions bien calculées du type de celles par lesquelles, depuis la fin du XIXe, les gouvernements d’Occident tentaient de freiner le conflit du capital et du travail ?

  • 264 « Il ne semble pas qu’il y ait de raison pour laquelle les industriels de Chine ne pourraient pas (...)
  • 265 Cf. ci-dessus, p. 281, n° 4.

77Il ne semble pas — encore qu’il faille se contenter, faute de pièces d’archives, de ce témoignage indirect qu’est la presse de langue anglaise de Changhai —, que les milieux d’affaires occidentaux de Changhai aient envisagé sur une grande échelle de pratiquer une politique réformiste ; c’est seulement au printemps 1922 que la China Weekly Review, évidemment encore sous le coup de la grève des marins de Hongkong, consacre pour la première fois un éditorial aux problèmes du travail. Mais cet appel à des « mesures de progrès » reste isolé264. A cette époque, c’est surtout vers la recherche d’une plus grande efficacité dans la répression que s’oriente le patronat occidental changhaien265.

  • 266 Sur la propagande anti-chrétienne en Chine en 1920-1922, cf. L. Wieger, t. III, pièces 1 à 33.
  • 267 « Le conflit entre le capital et le travail ne s’est pas encore développé de façon très aiguë, mai (...)

78Le seul effort sérieux de réflexion sur les problèmes du travail semble avoir été le fait des milieux protestants de Chine, soucieux de répondre aux accusations que lançait contre eux la propagande anti-chrétienne des intellectuels chinois266 ; ces milieux subissaient sans doute aussi la pression de certains groupements ouvriers d’Occident inquiets de la concurrence d’une main-d’œuvre chinoise trop misérable et trop mal payée, et bénéficiaient des premiers contacts qu’ils avaient noués, bien que dans des conditions un peu anormales, avec les travailleurs chinois dans les camps de France en 1917-1919. Il est probable que beaucoup de ces missionnaires ne séparaient pas un désir sincère d’améliorer la condition ouvrière en Chine et le souci très vif de freiner la montée du mouvement ouvrier et les « désordres » que dans leur esprit celui-ci devait inévitablement entrainer267.

  • 268 Le ton persifleur et somme toute assez peu charitable adopté par le P. Wieger chaque fois que dans (...)
  • 269 Cf. L. Ch. Porter, China’s Challenge to Christianity, p. 37 sq. II n’a pas été possible de retrouv (...)
  • 270 Sur la formation de cet organisme et son contexte politique, cf. A. Varg, Missionaries, Chinese an (...)
  • 271 Résumé de ce rapport dans CWR, 6 mai 1922.

79Cet effort de réflexion des milieux protestants, qui tranche en tout cas avec l’indifférence assez méprisante manifestée envers les problèmes ouvriers par les missions catholiques268, se traduit par toute une série d’initiatives concrètes. L’Y.M.C.A., dès 1920 et 1921, constitue en son sein des « départements industriels » et encourage ses sections locales à créer des postes de « secrétaire industriel », dont le titulaire est chargé d’étudier dans chaque grand centre les problèmes ouvriers269. En mai 1922 est formé à Changhai, alors que les missions protestantes se préoccupent de ne pas se laisser déborder par le mouvement national chinois, un « Conseil national chrétien de Chine », où sont représentées à la fois les différentes « dénominations » du protestantisme chinois et la plupart des missions protestantes occidentales270. Un rapport est présenté sur « l’attitude de l’église à l’égard des problèmes industriels et sociaux de la Chine » par F.C. Remer, missionnaire et économiste, professeur à l’Université Saint-John de Changhai, rapport qui décrit longuement la situation misérable du prolétariat chinois271. La conférence, dont on peut noter qu’elle siège exactement au même moment que le Congrès du travail de Canton, décide de se fixer comme objectif l’application en Chine des normes définies en 1919 par le B.I.T. à la suite de sa conférence inaugurale (journée de huit heures, contrôle du travail des femmes et des enfants, etc.). A titre transitoire, la Conférence de Changnai réclame la mise en pratique des trois règles suivantes : interdiction du travail des enfants de moins de douze ans, repos hebdomadaire, amélioration des conditions sanitaires et de sécurité.

  • 272 En décembre 1922, le Dr Eddy est par exemple reçu à la Chambre de commerce chinoise de Changhai et (...)
  • 273 L. Porter, op. cit.

80Pendant l’été et l’automne 1922, la visite en Chine du Dr Sherwood Eddy, une des grandes personnalités mondiales du protestantisme libéral, est l’occasion de nouvelles discussions sur ces thèmes. Le Dr Eddy visite des usines, multiplie les articles et les conférences sur la condition ouvrière en Chine, et dénonce ce qui est à ses yeux un scandale au sens évangélique du terme272. En décembre 1922, le Dr Eddy, secondé par Miss Harrisson, une collaboratrice de l’Y.M.C.A. qui depuis deux ans avait été appelée en Chine comme spécialiste des problèmes du travail et s’était consacrée avec toute son ardeur de quaker à alerter l’opinion chrétienne de Chine sur la situation du prolétariat chinois, réunit à Changhai sous l’égide du Conseil national chrétien une « Conférence sur les problèmes industriels » ; celle-ci décide d’éditer un bulletin, d’entamer des démarches auprès des industriels, et elle adresse aux patrons chrétiens de Chine un appel pressant pour instituer au moins le repos hebdomadaire273.

  • 274 CWR, 22 octobre 1921 et 2 février 1922.
  • 275 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19. L’Y.M.C.A. de Canton tenta pareillement de faire accepter sa méd (...)
  • 276 MLR, août 1921 (Labor unrest in China)·, les postes chinoises étaient alors sous administration oc (...)
  • 277 CMMJ, mars 1924 (Industrial hospital, Shanghai). Les compagnies donnaient à leurs ouvriers des bon (...)
  • 278 Archives B.I.T., dossier Henry, IVe partie, annexe 1.

81Ce travail de réflexion, d’étude et de propagande accompli par les organisations protestantes s’accompagne aussi de quelques tentatives concrètes pour faire vivre des « œuvres sociales » dans les quartiers ouvriers. A Hankou, le secrétariat industriel de l’Y.M.C.A. établi dès 1921 dans le quartier des usines est ouvert aux syndicats qui veulent s’y réunir274, et intervient même pour proposer sa médiation dans des grèves comme celles des rickshaws à la fin de cette année275. A Changhai, l’Y.M.C.A. organise des cours du soir pour les postiers, en commun avec l’administration276, et cette coopération entre le patronat et les organisations protestantes est aussi à l’origine de l’hôpital industriel de Yangshupu, financé par les cotonnières de ce district et fonctionnant avec un personnel missionnaire277. Le « Centre social de Yangshupu », fondé par des missionnaires baptistes et subventionné partiellement par les employeurs, donnait de son côté à quelque deux cents enfants un enseignement général, complété par des cours pour adultes ; les frais d’inscription étaient de douze à vingt yuans par an, somme que seule une très mince couche d’ouvriers aisés était en mesure d’acquitter278.

  • 279 National Christian council of China, Industrial reconstruction series, brochure n° 4.
  • 280 Cet hôpital est ouvert en 1922. Cf. Chen Da, Questions du travail, p. 49.
  • 281 NCH, 18 novembre 1922. Cf. aussi The record in China of the British and Ame ican Tobacco Company, (...)

82Mais toutes ces initiatives missionnaires ne pesaient pas très lourd, et les appels du Conseil national chrétien ne furent guère entendus du patronat, pas même du patronat occidental pourtant si attaché à défendre alors en Chine contre toute nouvelle idéologie la « civilisation occidentale et chrétienne », pas même non plus des quelques éléments de la bourgeoisie chinoise convertis au protestantisme. L’exemple des patrons chrétiens chinois de Zhifu, accordant aux ouvriers le repos payé du dimanche et amenant la Chambre de commerce chinoise de la ville à généraliser cette mesure279 semble être resté exceptionnel. A l’actif des grandes firmes industrielles de Chiee, on ne peut guère mettre en 1922 que l’ouverture à Tangshan par la K.M.A. d’un hôpital ouvrier280, et que la constitution par la B.A.T., au lendemain des grandes grèves de l’automne 1922 à Pudong, d’un fonds de prévoyance financé par la compagnie sur une base de 5 % du volume des salaires versés dans l’année, et permettant de donner des secours (maladies, cherté de vie, vieillesse) aux ouvriers ayant travaillé à l’usine au moins cinq années consécutives281.

  • 282 Hongkong ordinances, 1922, n° 22. Texte reproduit dans A. Anderson, Humanity and labour in China, (...)
  • 283 L’expose des motifs de cette ordonnance sur le travail des enfants déclare : « en ce qui concerne (...)

83Les autorités chinoises et étrangères ne montrent pas plus d’ardeur à s’engager dans la voie des réformes sociales. Aucune suite n’est donnée par Pékin à l’automne 1922 au projet de législation ouvrière du Secrétariat du travail, malgré les phrases prometteuses de Wu Pei-fu sur la « protection du travail » ; les autorités des concessions ne semblent pas non plus avoir envisagé sérieusement de faire quelque chose dans ce domaine. Si le gouvernement colonial de Hongkong, en septembre 1922, établit un contrôle officiel sur le travail des enfants de moins de quinze ans, l’interdisant complètement au-dessous de dix ans et de dix à quinze ans dans certaines entreprises, limitant à 9 heures la journée de travail des enfants, et interdisant pour eux le travail de nuit et du dimanche282, il ne s’agit que d’une mesure de portée très partielle, et dont les mobiles avoués étaient sans doute aussi publicitaires qu’humanitaires283.

***

84Au début de l’année 1923, le mouvement ouvrier chinois n’a plus tout à fait l’élan, le dynamisme dont avaient témoigné au cours de l’année 1922 la grève des marins de Hongkong, le Congrès du travail de Canton, la vague de grèves du printemps et de l’été, la campagne pour la législation du travail. Il a subi à Changhai, aux mines de la K.M.A., et aussi à Canton depuis l’arrivée au pouvoir de Chen Jiong-ming, un certain nombre d’échecs et de coups d’arrêts. Mais chez les cheminots du Nord et du Centre et dans le Hubei-Hunan, l’œuvre d’organisation entreprise depuis dix-huit mois par le Secrétariat du travail restait intacte. Le massacre du 7 février 1923 va brusquement compromettre ces premiers résultats.

  • 284 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 91, évalue à 700 000 ou 800 000 yuans en année pleine les charges fi (...)
  • 285 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 91.
  • 286 Dès la fin de l’été, d’ailleurs, les autorités militaires du Hubei (liées au groupe du Zhili) avai (...)

85Depuis l’automne 1922, les relations entre le mouvement ouvrier et les autorités militaires de Chine centrale n’avaient cessé de se détériorer. Wu Pei-fu avait été directement lésé sur le plan financier par des grèves comme celle de Changxindian en septembre284. A plus long terme, le réseau du Jing-han était d’une grande importance politique et stratégique, tant pour Wu Pei-fu et le groupe du Zhili que pour les intérêts financiers britanniques en Chine avec qui ces derniers étaient étroitement liés ; cette ligne réunissait en effet la capitale du Nord, les mines britanniques du Henan, les camps militaires de Baoding et de Luoyang, et Wuhan, base politique et économique de la Chine centrale et du bassin moyen du Yangzi. Wu Pei-fu et ses amis étrangers ne pouvaient que s’inquiéter de voir l’influence du Secrétariat et des communistes, un moment favorisés par Wu pour éliminer les éléments pro-japonais de la Clique des Communications, se renforcer dans ce secteur. Dès la fin de l’année 1922, Wu essaye de contrebattre cette influence. S’il maintient officiellement son programme de « protection du travail », il suscite la formation, sous son contrôle, de clubs d’employés, d’amicales régionales, et aussi d’équipes de soldats-cheminots285, dont le caractère militaire souligne que le coup de force de février ne sera pas le fruit d’une décision fortuite286.

  • 287 FER, février 1923 (Labor unrest in China) ; NCH, 13 janvier 1923.
  • 288 SCMP, 12 janvier 1923.
  • 289 CWR, 20 janvier 1923.
  • 290 JWC, 1er février 1923 et CWR, 3 février 1923.
  • 291 Cf. pour le règlement de la grève de la British Cigarette C°, FER, février 1923 op. cit.), et pour (...)
  • 292 Cité par JWC, 8 février 1923.

86Parallèlement, la poussée ouvrière qui pendant l’été 1922 avait surtout touché les entreprises d’Etat ou assimilées (chemins de fer, mines, usines provinciales et arsenaux, entreprises de Han-ye-ping), avait au début de 1923 atteint les entreprises occidentales et particulièrement britanniques du Hubei. La grève de la British Cigarette Co287, celle des cotonnières britanniques de Hankou288, celle de Mackenzie and Co (mise en balle du coton brut)289, sont marquées en janvier par des incidents très violents entre la police britannique de Hankou et les grévistes. Des postes de garde sont assiégés à plusieurs reprises, le surintendant de police est personnellement malmené, il y a plus d’une centaine d’arrestations et à chaque grève les autorités britanniques sont inquiètes au point de mobiliser la police des « Volontaires », c’est-à-dire les résidants étrangers en armes. Ces grèves des entreprises britanniques de Hankou, soutenues directement par les syndicats locaux et la Fédération provinciale des syndicats du Hubei, se colorent aussi d’une idéologie nouvelle ; beaucoup plus nettement que lors de mouvements comme ceux des marins de Hongkong ou des mineurs de la K.M.A. les mois précédents, les grévistes remettent en question l’ensemble des positions économiques et politiques des Puissances étrangères en Chine ; la défense des intérêts matériels immédiats des ouvriers tend déjà à se confondre, au cours de ces grèves d’Hankou en janvier 1923, avec l’action politique contre ces Puissances et leurs privilèges sur le sol chinois. Les tracts distribués, les proclamations de la Fédération provinciale, envisagent la rupture des relations commerciales sino-britanniques, critiquent la police anglaise de Hankou, s’en prennent aux « capitalistes étrangers » et à leurs compradors290. Les autorités et les firmes britanniques, devant cette attaque inattendue, cèdent provisoirement du terrain. Les ouvriers arrêtés sont relâchés, les syndicats de Mackenzie & Co et de la British Cigarette Co sont officiellement reconnus par ces entreprises, comme devant être consultés sur un certain nombre de questions ; des augmentations substantielles de salaires sont accordées ainsi que diverses primes (travail de nuit, treizième mois, etc.)291. Mais ce n’est qu’un repli tactique, et les autorités de Chine centrale ne vont pas tarder à rassurer les intérêts britanniques locaux inquiets, selon le mot du Central China Post, de cette apparente capitulation devant les exigences des « bolcheviks »292.

  • 293 Sur toute cette affaire du Jing-han, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 85 à 107. Cf. aussi JDSZL,(...)
  • 294 Texte dans Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 86 à 90.

87Tous ces antagonismes latents vont brusquement éclater au grand jour au début de février, quand les seize clubs de cheminots du Jing-han se constituent officiellement en « Syndicat général du Jing-han »293. Les pourparlers d’unification avaient commencé dès l’automne, et des statuts provisoires avaient été élaborés294. Les autorités du réseau, tenues informées, avaient accordé des facilités de transport aux délégués des seize clubs qui le 2 février devaient se réunir en Congrès à Zhengzhou, au centre du réseau. Les invités des autres syndicats de cheminots et des autres organisations ouvrières de Chine centrale étaient eux aussi en route quand, le 30 janvier, Wu Pei-fu fait brusquement connaître à des délégués du comité préparatoire sa décision d’interdire le Congrès, pour des raisons de « sécurité militaire », tout en prétendant rester fidèle à sa politique de protection du travail. Le Congrès s’assemble néanmoins au lieu et à la date prévus, proclame la fondation du syndicat et se disperse aussitôt, pas assez tôt toutefois pour empêcher la police et l’armée d’arrêter un certain nombre de délégués et d’en poursuivre d’autres. La direction du nouveau syndicat unifié réplique alors par Un ordre de grève générale, en vue d’exiger le renvoi du directeur général du réseau, le remboursement au syndicat des frais occasionnés par la préparation du Congrès, l’évacuation par la police des locaux syndicaux, ainsi qu’un jour de repos hebdomadaire payé et une semaine de repos payé au Nouvel An lunaire. La grève générale commence le 4 février sur l’ensemble du réseau et malgré les pressions diverses, l’arrestation des dirigeants, les tentatives de réquisition militaire des chauffeurs de locomotives, ou l’emploi de xin-gong (briseurs de grèves), l’ensemble du personnel tient bon, refuse de reprendre le travail sans ordre du syndicat et donne ainsi la mesure de l’autorité dont jouissait déjà ce dernier. Après trois jours de grève, les chefs militaires du Zhili ont recours à la force brutale, et les troupes de Cao Kun à Changxindian, de Wu Pei-fu à Zhengzhou et de Xiao Yao-nan, gouverneur du Hubei, à Jiang’an, attaquent les grévistes et font trente-cinq morts et de nombreux blessés graves. Lin Xiang-qian, secrétaire du syndicat du dépôt de Jiang’an, est décapité sur le quai de la gare devant ses camarades après avoir une nouvelle fois refusé de donner l’ordre de reprise du travail.

  • 295 Mif, Pour une Chine forte et libre, p. 20 ; il resterait en particulier à savoir si cette réunion (...)

88Si c’est avant tout aux autorités militaires de Chine du Nord qu’appartiennent l’initiative et l’exécution de ces brutales mesures, il semble bien qu’il faille aussi assigner un rôle dans cette affaire aux autorités occidentales de Hankou, qui avaient elles aussi été atteintes par la vague ouvrière des semaines précédentes. Il est établi que des contingents britanniques d’infanterie de marine débarquèrent à Hankou et participèrent le 8 février à la répression d’une grève de solidarité déclenchée au lendemain du massacre par la Fédération provinciale des syndicats du Hubei. Par ailleurs, selon une tradition rapportée par les sources syndicales, le coup de force n’aurait été décidé par les militaires qu’après consultation des Occidentaux ; le 6 février au soir, se serait tenu au consulat britannique de Hankou une conférence secrète réunissant, outre les principaux consuls étrangers, les représentants de l’armée et de la police chinoise, la direction du réseau en grève, les délégués des principales firmes étrangères de Hankou295.

  • 296 Sur ces mouvements de solidarité, cf. en particulier JDSZL, op. cit.
  • 297 PDR, 12 février 1923.
  • 298 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 104.
  • 299 PDR, 13 et 22 février 1923.
  • 300 Texte de son message de solidarité, XD, 27 février 1923.
  • 301 Cf. JDSZL, op. cit. (textes de divers messages et protestations).
  • 302 NCH, 13 février 1923.
  • 303 Cette émotion eut même un écho au Parlement de Pékin, pourtant étroitement lié au groupe du Zhili  (...)

89L’affaire du Jing-han, qui se clôt quand le 9 février est donné l’ordre de reprise du travail, suscite une émotion considérable dans toute la Chine. L’ensemble des groupements ouvriers de Wuhan avaient lancé le 8 février une série de grèves de solidarité, suspendues dès le lendemain. Les cheminots de Chine du Nord déclenchent sur le Zheng-tai, sur le Jin-pu, sur le Jing-feng, des grèves et d’autres manifestations de protestation296. A Changhai, les délégués des organisations modérées (clubs ouvriers de la Nanyang et de la B.A.T., amicales régionales de l’Ânhui et de Canton, électriciens, marins, Société amicale des ouvriers et des marchands etc.) envoient un télégramme de protestation297 ; il semble que certains éléments restés liés au Secrétariat du travail, en particulier les mécaniciens, aient formé un projet de grève générale auquel coupe court la proclamation de la loi martiale par le général He Feng lin en territoire chinois298 et des perquisitions au siège du syndicat des mécaniciens par la police internationale299. Des protestations et des témoignages de solidarité, par delà les organisations syndicales, émanent aussi du parti communiste300, de Sun Yat-sen, des associations d’étudiants de Wuhan, de Pékin, de Changhai, de la bourgeoisie chinoise des mers du Sud, des amicales des originaires du Hubei établies à Pékin, à Changhai et dans d’autres villes301. La Chambre de commerce de Changxindian intercède de son côté pour onze militants syndicaux arrêtés, et obtient leur libération302. L’affaire du 7 février est pour le prolétariat chinois l’occasion d’affirmer nettement sa conscience nationale de classe, pour l’opinion libérale en général l’occasion de marquer plus nettement que par le passé son opposition au régime militaire et à la terreur des du-jui303.

  • 304 Sur cet effort de réflexion critique, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 104-105.

90C’est aussi pour les dirigeants du mouvement ouvrier chinois l’occasion d’examiner la gravité de leur échec, les erreurs qu’ils ont pu commettre, et à plus long terme les perspectives qui s’offrent désormais à eux. Dans l’immédiat, la critique porte304 sur certaines illusions qu’avait entretenues le Secrétariat à propos de Wu Pei-fu et sur des considérations de technique syndicale comme l’insuffisance du travail dans l’armée ou la date trop tardive du déclenchement de la grève de solidarité des syndicats locaux de Wuhan ; de même, la faiblesse de l’influence du Secrétariat chez les travailleurs des communications laissa isolés les grévistes à partir du 4 février, et les troupes d’élites du syndicat furent coupées en trois tronçons (Changxindian, Zhengzhou, Jiang’an). Mais à plus longue échéance, le brusque coup d’arrêt porté le 7 février au mouvement ouvrier chinois pose en termes nouveaux le problème du rapport des forces politiques et sociales en Chine.

91A ce titre, il prépare les alliances nouvelles qu’après une phase temporaire de reflux le mouvement ouvrier chinois allait contracter pendant la Révolution de 1924-1927.

Notes

1 Sur la fondation du Parti communiste chinois, cf. Hu Qiao-mu, Zhong guo gong-chan-dang-de san-shi-nian (Trente années du parti communiste chinois), p. 7 et Hu Hua, Exposé, pp. 52-56. Ces deux ouvrages ont un caractère officiel et ne reprennent pas toutes les données fournies par des témoins tels que l’auteur de l’article déjà cité de XGS (1er juil. 1957). Cf. aussi Brandt et autres, Documentary history, pp. 30 sq. La chronologie officielle du parti communiste ne s’est précisée que peu à peu, et notamment la distinction entre les « petits groupes communistes » et le parti lui-même. Deng Zhong-xia par exemple, écrivant en 1930, place encore en 1920 la fondation du parti (Abrégé..., p. 13). c’est-à-dire la fondation de ce qui est seulement considéré aujourd’hui comme le groupe précurseur créé alors à Changhai.

2 Soit deux délégués en principe pour Pékin, Jinan, Hankou, Changsha et Changhai, et un délégué pour Tokyo et Canton, Paris n’étant pas représenté. D’après le témoin de XGS, Tokyo également aurait eu deux délégués d’où le total de treize.

3 XGS, op. cit. L’auteur de cet article cache son identité sous le nom de Xi wu lao-ren (le vieux Xi-wu).

4 Cf. Hu Hua, op. cit., p. 53 et XGS, op. cit. Il n’est pas impossible que la fondation du Secrétariat du travail soit légèrement antérieure à celle du Parti communiste. En effet, le N° 6 de Gong-chan-dang, publié en juillet par le petit groupe communiste de Changhai, mentionne la fondation du Secrétariat du travail, sans même faire allusion à celle du par i.

5 Les fondateurs du parti communiste chinois, en 1921, ne regardent guère en revanche vers le monde paysan ; ils ne s’intéressent guère à la capacité révolutionnaire de la paysannerie et sont passablement coupés de la tradition chinoise des jacqueries, pourtant si importantes dans les luttes politiques de l’ancienne Chine comme dans celles du début de la période moderne. Contrairement à ce qui s’était passé pour le Guo-min-dang et son prédécesseur le Tong-meng-hui, il ne semble pas que les fondateurs du parti communiste aient été en relation avec les sociétés secrètes rurales. Le communisme chinois ne renouera qu’à partir de 1926-1927 avec cette tradition chinoise de révolution paysanne (cf. ci-dessous chap. xiv).

6 Publié dans la dernière livraison n° 6 de Gong-Chan-dang (Le parti communiste), organe mensuel du petit groupe communiste de Changhai depuis la fin de 1920. Cette livraison est datée du 7 juillet.

7 Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 17.

8 Ibid., p. 15.

9 Cf. ci-dessus p. 253.

10 Cf. JFRB, 1er octobre 1956 (Lao-dong zu-he shu-ji-bu. Le Secrétariat d’organisation du Travail).

11 PDR, 16 janvier 1922.

12 Ibid., 9 février 1922.

13 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19. Une nouvelle hausse des cours du riz qui de 8,80 yuans le picul en avril 1921 passent à 10,80 en juin et à 12,30 en octobre (PDR, passif »), suscite à Changhai à la fin de l’été une série de grèves dans les cotonnières, aux téléphones, à la B.A.T.

14 Cf. GMRB, 28 octobre 1934 (Shi Yang lie-shi yu zhong-guo gong-ren yun-dong. Le héros Shi Yang et le mouvement ouvrier chinois).

15 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19. Sur le déroulement de cette grève, cf. Annuaire, II, pp. 311-314. La hausse de salaires demandée fut obtenue.

16 Cf. Yang Shao-ying. Zhong-guo gong-ren-de ba-gong-iou-zheng (Les luttes de grèves des ouvriers chinois), pp. 7-10.

17 Ibid, p. 9.

18 Premier recueil des combattants, p. 8-9, biographie de l’étudiant You Tian-yang, que le Secrétariat du Travail avait affecté à la ligne du Long-hai en 1921.

19 Cf. MGRB, 26 novembre et 2 décembre 1921. Les grévistes obtiennent le renvoi d’un ingénieur belge très impopulaire.

20 Cf. Premier recueil des combattants, ibid.

21 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 40.

22 Li Rui, op. cit., p. 168-169.

23 Ibid, p. 167-168 ; les manuels de lecture utilisés dans ces écoles contenaient des textes sur les droits des ouvriers, sur le rôle des syndicats, etc.

24 Ibid, p. 181.

25 Cf. Martyrs du Hunan, p. 21 (biographie de Guo Liang).

26 Yang Shao-ying, op. cit., pp. 10-12. Cette grève obtient des augmentations de salaires et une diminution de la journée de travail.

27 Li Rui, op. cit., p. 176.

28 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 33.

29 Li Rui, op. cit., p. 179.

30 Périodiques du 4 mai, tome II, pp. 121-134 et p. 667 sq.

31 Sur cette grève et la répression qu’elle entraîne, cf. L. Wieger, Chine moderne, tome IV, pp. 441-442 et Deng Znong-xiA, Abrégé..., p. 33.

32 Cf. Sur ces mouvements de solidarité, World to-morrow, novembre 1923.

33 Cf. ci-dessus p. 197. A Hongkong, au début de 1922, le riz poli avait augmenté de 155 % par rapport à 1914 (MLR, mai 1922, The shipping strike in Hongkong).

34 NCH, 7 janvier 1922.

35 Cf. ci-dessus p. 239.

36 Cf. ci-dessus p. 242. C’était un ancien steward, membre du Guo-min-dang et autrefois du Tong-meng-hui (NCH, 29 avril 1922).

37 Cf. Yi Bin, Xiang-gang hai-yuan da-ba-gong (La grande grève des marins de Hongkong), p. 16.

38 Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 47.

39 SCMP, 2 décembre 1921 (qui publie le texte de la lettre du syndicat).

40 SCMP, 14 janvier 1922.

41 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 47.

42 ibid, P. 50).

43 SCMP, 28 janvier 1922.

44 SCMP, 21 janvier 1922. Le prix du riz monte à Hongkong de 69 % du 10 au 24 janvier, celui du bœuf de 50 %, celui du poisson de 146 % (Deng Zhong xia. Abrégé..., pp. 49-50).

45 Sur le détail de ces négociations, cf. SCMP, passim, Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 48-49, et Hongkong government gazette, 10 mars 1922 (relation d’ensemble de la grève).

46 SCMP, 31 janvier et 3 février 1922.

47 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 48.

48 NCH, 7 février 1922. L’arrêté d’interdiction (Orders in Council, 1er février 1922) déclare que « la Fédération des marins est utilisée et semble devoir être utilisée à des fins incompatibles avec la paix et le bon ordre de la colonie ». Cette décision fut commentée en ces termes dans la Government Gazette du même jour : « ce n’est pas parce que les membres de la Fédération font grève pour de plus hauts salaires, mais parce qu’il y a eu des tentatives de sa part pour paralyser la vie de la colonie en suscitant des grèves dans d’autres secteurs de la part d’ouvriers qui n’avaient eux mêmes aucun grief contre leurs patrons ».

49 Order in Council, 8 février 1922.

50 Le 17 février est établie la « surveillance policière de certaines personnes » (Hongkong ordinances, 1922, n° 4).

51 Sur ces négociations, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 51-52, et SCMP, passim.

52 SCMP, 7 février 1922 et Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 55.

53 NCH, 18 février 1922.

54 MLR, mai 1922 (The shipping strike in Hongkong).

55 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 48 et 60.

56 SCMP, 20 janvier 1922.

57 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 59.

58 SCMP, 14 janvier 1922. Cet hébergement était souvent très précaire, par exemple dans des jonques et des sampans (SCMP, 17 janvier 1922).

59 SCMP, 26 janvier et 9 février 1922.

60 SCMP, 26 et 27 janvier 1922.

61 MGRB, 31 janvier 1922.

62 Sur ces faits, cf. PDR, 30 janvier et 9 février 1922, et Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 55.

63 Dès leur arrivée à Canton, les grévistes avaient été salués par 200 délégués de 38 syndicats et guildes, venus organiser leur hébergement (SCMP, 19 janvier 1922).

64 CWR, 23 février 1922.

65 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 61.

66 Cf. par exemple une lettre d’Eugène Chen, conseiller du gouvernement sudiste, au North China Daily News de Changhai : « le gouvernement de Canton n’est en aucune façon responsable de la grève des marins de Hongkong et souhaite le règlement du conflit » (SCMP, 6 février 1922).

67 Le 19 janvier se tient par exemple au domicile de Chen Jiong-ming, gouverneur provincial, une entrevue entre les marins et des fonctionnaires britanniques (SCMP, 21 janvier 1922).

68 Le 18 janvier, 7 000 marins défilent aux cris de « Vive le gouverneur Chen, Vive le président Sun », et sont reçus au siège du Guo-min-dang (SCMP, 19 et 20 janvier 1922).

69 Il offre un thé en l’honneur des grévistes, SCMP, 19 janvier 1922.

70 Cf. SCMP 8 février 1921 (souscription financière organisée par les syndicats cantonais pour soutenir la guerre contre le Guangxi). Cf. aussi SCMP, novembre1921, passim (réjouissances organisées par les syndicats de Canton pour fêter les victoires de Chen Jiong-ming au Guangxi).

71 Sur les liens entre Chen Jiong-ming et les milieux conservateurs chinois de Hongkong, cf. ci-dessous p. 293.

72 Une première fois par l’intermédiaire du syndicat des mécaniciens de Canton, dont sont ainsi soulignées à nouveau les tendances modérées (Hongkong government Gazette, 10 mars 1922), et une seconde fois le 26 février (NCH, 4 mars 1922).

73 SCMP, 28 février 1922.

74 Cf. la liste des métiers en grève, SCMP, 10 mars 1922.

75 SCMP, 3 mars 1922.

76 30 % pour les vapeurs fluviaux, 20 % pour les lignes de cabotage et les lignes desservant les ports chinois, 15 % pour les lignes du Japon, de l’Insulinde et trans océaniques.

77 NCH., 11 mars 1922, (la SCMP n’avait pas paru, touchée elle-même par la grève de son personnel).

78 93 912 £ d’après NCH, 1er janvier 1922, 39 394 £ d’après les sources officielles (Hongkong administrative reports, 1922, A (1), (2).

79 Archives du Secrétariat de la municipalité de la concession internationale, dossier 2879. Cette lettre, datée du 26 mars, soit moins d’un mois après la fin de la grève, tire les leçons de cette dernière. Elle souligne « la nécessité pour les employeurs de traiter sérieusement, avec sympathie et en termes d’affaires (in a businesslike manner) toute revendication, aussi déraisonnable qu’elle puisse apparaître d’abord... », « la futilité des déclarations vaniteuses dans les textes officiels, et la perte de face qui résulte des menaces ou des promesses non exécutées par manque d’autorité pour le faire... » ; « les jours où il fallait aux Chinois trembler et obéir sont finis à jamais... ». Le texte souligne aussi « la puissance de l’idée de grève de solidarité, et l’apparente disposition de toutes les catégories de travailleurs à répondre au prix de grands sacrifices à un appel à participer à un mouvement dans lequel ils n’ont pas d’intérêt personnel »..., « le talent remarquable et complètement inattendu manifesté dans la direction de la grève par ceux qui menaient le mouvement »...

80 Telles que celles des coiffeurs et des charpentiers de Hongkong, des ouvriers du sel, des maçons et des bouchers de Canton (CSMP, passim) ou celle des marins du Yangzi (cf. ci-dessous p. 280).

81 Novyi Vostok, n° 2, p. 344.

82 Congrès du Travail, p. 2. Cf. aussi Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 68.

83 Cf. par exemple le communiqué paru dans le SB de Changhai (Congrès du travail, p. 2).

84 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 67. Selon NCH, 11 mars 1922, cette mesure aurait été prise à l’initiative de Xu Qian, président de la Cour de justice de Canton, ami personnel de Sun Yat-sen et qui appartenait à la tendance la plus avancée du Guo-min-dang. Il faut toutefois noter qu’en contre-partie de ces mesures libérales, les autorités de Canton instituèrent à la fin de mars une procédure d’enregistrement obligatoire des syndicats auprès de la municipalité (SCMP, 23 mars 1922).

85 Cf. par exemple l’interview de Frank Li, commissaire aux affaires étrangères du gouvernement de Canton : « nous considérons avec faveur les organisations ouvrières... nous soutiendrons toute demande raisonnable qui permettra à l’ouvrier de se libérer de ses soucis quotidiens » (SCMP, 13 mars 1922).

86 Chiffres de Deng Zhong-xia (Abrégé...p. 69) qui assistait lui-même au Congrès. Ils concordent avec ceux d’un rapport de l’YMCA (IS, 1922, III, 187).

87 Une liste de ces organisations figure dans MGRB, 8 mai 1922.

88 Ces documents sont perdus (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 70) et l’on nedispose que de quelques coupures de presse (Congrès du travail, pp. 3 à 6), ainsi que des notes de Deng, incorporées à son Abrégé....

89 Deng Zhong-xia, Abrégé..., po. 69-70. Ce compromis intervint entre les éléments du Secrétariat du travail et les groupements modérés, malgré l’opposition des anarchistes.

90 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 72-73, qui cite neuf résolutions. Le reporter du Xin-shen-bao (Congrès du Travail, pp. 5-6), en énumère dix qui sont identiques à deux importantes exceptions près (cf. ci-dessous).

91 La résolution appelle hu-chang (fantôme du tigre) ces éléments dévoyés du mouvement syndical. D’après la tradition, les esprits (chang) des hommes mangés par un tigre sont contraints d’aider celui-ci à continuer ses déprédations ; l’expression, au sens étendu, désigne quiconque se fait l’auxiliaire d’une besogne malfaisante — en l’espèce celle du patronat.

92 Deng Zhong-xia passe cette résolution sous silence, bien que le syndicat des rickshaws de Hankou ait alors été très lié au Secrétariat. Aucune suite ne semble avoir été donnée à cette initiative.

93 Cette résolution est rapportée par le Xin-shen-bao (Congrès du Travail, pp. 5-6), mais Deng Zhong-xia la passe sous silence.

94 Li Da, pour mieux souligner la force du régionalisme dans le monde chinois du travail et les dangers qu’il présentait pour le développement ultérieur du mouvement ouvrier, reprenait la célèbre formule de Marx en disant : « les ouvriers n’ont pas de patrie, même pas provinciale ».

95 Il y fait écho les manifestations du 1er mai 1922, qui un peu partout prennent plus d’ampleur que l’année précédente : assemblée des groupements ouvriers de toute tendance à Changhai (PDR, 2 mai 1922), inauguration aux houillères d’Anyuan d’un grand club ouvrier (cf. ci-dessous p. 272), meeting de masse à Changsha, manifestation des rickshaws de Hankou (CWR, 20 mai 1922), réunion d’étudiants et d’ouvriers à Nanchang (JDSZL, 1957, N° 4, Nanchang da-shi-ji, chronologie de Nanchang), réunions publiques à Jinan, Changxindian, Pékin, Tangshan (MGRB, 3 avril 1922).

96 Certains syndicats très hostiles aux communistes, comme celui des mécaniciens de Canton, s’étaient d’ailleurs retirés dès avant la fin du Congrès et contestèrent par la suite la validité de ses décisions (Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), p. 201).

97 Zhu représentait à Canton la Guilde marine Jun-an (Lei Jia, op. cit., p. 31). Il faut noter le peu d’intérêt que les dirigeants hounanais du Secrétariat du travail, Li Li-san, Mao Ze-dong, Liu Shao-qi, Guo Liang, semblent avoir éprouvé pour le Congrès.

98 Cf. ci-dessous p. 281.

99 Deng-Zhong-xia, Abrégé..., pp. 38-39.

100 En 1921-1922, le Secrétariat publie L’hebdomadaire du travail, dont il paraît dix-huit numéros (Périodiques du 4 mai, tome II, pp. 92-98). L’Hebdomadaire ouvrier fondé au début de 1922 et qui subsistera jusqu’en 1925, est d’abord l’organe du bureau de Pékin du Secrétariat, et deviendra son organe central après son transfert dans cette ville en juin (Ibid., pp. 99-110). Le bureau de Jinan du Secrétariat publie de son côté en 1922 un Hebdomadaire du travail du Shandong, (Ibid., pp. 111-116).

101 Cf. Liu Shao-qi, Anyuan lu-kuang gong-ren ju-le-bu lue-shi (Histoire abrégée du club ouvrier de la mine et du chemin de fer d’Anyuan), p. 20.

102 GMRB, 28 octobre 1954 (biographie de Shi Yang).

103 Martyrs du Hunan, p. 42 (biographie de Guo Liang).

104 Li Rui, op. cit., p. 206.

105 Ibid., p. 208. Cf. les statuts de ce syndicat, Annuaire, II, p. 108.

106 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 39.

107 Li Rui, op. cit., p. 212.

108 Chez qui se constituent des syndicats en octobre 1922 (QF, 1er juil. 1923, Sheng-xian-xia-zhi Hunan. Le Hunan sous la constitution provinciale).

109 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 39.

110 ibid., pp. 15-16.

111 Liu Shao-qi, op. cit., pp. 20-21.

112 Li Rui, op. cit., p. 203.

113 C’est ainsi que les cheminots originaires de Tianjin refusèrent à l’automne de participer à la grève générale du réseau (Annuaire II, p. 313).

114 CWR, 12 août 1922 et IS, 1924, III, p. 394. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 39.

115 CWR, 21 octobre 1922.

116 Cf. Li Rui, op. cit., p. 163.

117 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 40.

118 Sur cette vague de grèves, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 24-32, et aussi CWR, passim (le correspondant de Hankou de cette revue envoyait à cette époque à Changhai des informations très abondantes sur les conflits du travail).

119 CWR, 14 octobre 1922.

120 Li Rui, op. cit., p. 184. D’après Liu Shao-qi, op. cit., p. 6, la grève de Anyuan aurait également été liée à celle des acieries de Hanyang.

121 Sur les demandes présentées au cours de ces différentes grèves, cf. pour Anyuan, Liu Shao-qi, op. cit. ; pour Shuikoushan, HNLSZL, 1958, n° 2 (Shuikoushan gong-ren ju-le-bu ji-shi, Données sur le club ouvrier de Shuikoushan) ; pour les Forges du Yangzi, CWR, 14 octobre 1922 ; pour l’arsenal de Hanyang et les autres usines de Wuhan, RT, 1922, Hankou ; pour le Yue-han, Annuaire, II, pp. 311-314.

122 Tantôt c’est le club ou syndicat de l’entreprise qui négocie la fin de la grève, tantôt, comme pour la grève des ouvriers de la B.A.T., c’est la Fédération provinciale.

123 Comme c’est le cas à Anyuan, aux usines d’eaux et d’électricité de Hankou, à Shuikoushan.

124 Les grèves des aciéries de Hanyang et des Forges du Yangzi sont une riposte à une tentative de fermer les syndicats de ces deux usines.

125 Ce que demandent les grévistes de Shuikoushan.

126 CWR, 25 septembre 1922.

127 CWR, 9 novembre 1922.

128 Liu Shao-qi, op. cit., p. 14.

129 Cf. Martyrs du Hunan, p. 43 (biographie de Guo Liang).

130 Cf. Li Rui, p. 213, op. cit.

131 Sur le problème des rapports entre la classe ouvrière et la paysannerie à cette époque, cf. ci-dessous, chap. x.

132 On a vu (ci-dessus p. 260) que la grève du Long-hai, à la fin de 1921, avait été déclenchée et contrôlée par la maîtrise, en conflit avec la direction franco-belge de la ligne. Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 40. Encore en août 1922, on signale sur la section Sud du Jing-han une grève pour la réintégration de trois contremaîtres renvoyés par un fonctionnaire belge (CWR, 19 août 1922).

133 Sur la crise politique de 1922 et la victoire du Zhili, cf. Li Chien-nung, Political history, pp. 408-414.

134 Cf. ZGGR, 27 avril 1957, Ge-ming xian-lie Li Da-zhao-de ji-ge gu-shi, (Quelques données concernant le précurseur révolutionnaire Li Da-zhao).

135 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p.25, raconte qu’il avait par exemple fait distribuer parmi les cheminots des médailles à son effigie.

136 Il avait organisé pendant les années précédentes, en particulier sur la ligne du Jing-han qui était la plus importante politiquement et militairement, un certain nombre d’écoles professionnelles et d’associations mutualistes. Cf. xi-wu lao-ren, Er-qi hui-yi-lu (Souvenirs sur le 7 février, p. 49).

137 Ibid., p. 71 (ce témoin rapporte les noms des inspecteurs secrets et les réseaux auxquels chacun était affecté ; il semble qu’il s’agissait d’étudiants de l’entourage de Li Da-zhao). Sur ces tractations entre Li Da-zhao et Wu Pei-fu, cf. aussi ZGGR, 27 avril 1957, op. cit.

138 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 107.

139 Les cadres du Secrétariat du travail, pour entrer en contact avec les cheminots, ne négligeaient ni les clubs contrôlés par les contremaîtres, ni les amicales régionales, les bang-kou. Cf. des exemples de ces contacts dans XGS, 1957, n° 3, Er-qi-ba gong hui-yi (Souvenirs sur la grève du 7 février) : dans les gares de la section centrale du Jing-han, les cadres du Secrétariat prirent d’abord contact avec les ouvriers par un club de Kaifeng, dirigé par les contremaîtres, et par les bang-kou de la gare de Zhengzhou.

140 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 40.

141 Ibid. A plusieurs reprises, à l’été et l’automne 1922, le gouvernement de Pékin (aux mains du groupe du Zhili) fait arrêter des personnalités de la « clique des Communications » accusées de fomenter des arrêts de travail sur le Jing-han ou sur le Jing-sui (NCH, 16 juil. 1922 ; SCMP, 17 novembre 1922).

142 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 24 à 29. Sur ces grèves, cf. aussi Annuaire, II, p. 313 (grève de Shanhaiguan), p. 305 (grève du Jing-sui), pp. 317-318 (grève de Tangshan).

143 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 41.

144 ZGGR, novembre 1924 (Wo-men-de li-liang, Nos forces).

145 Sur cette grève, cf. Annuaire, II, pp. 302-304, et Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 81-83. Cf. aussi Archives de la K.M.A., dossier 14/2/13.

146 Annuaire, II, 303. Le MDN (10 novembre 1922) qualifie les mécaniciens cantonais de la K.M.A. de « most enlightened and progressive ». Sur les huit délégués allant présenter les revendications au début de la grève, il y avait quatre tourneurs et un fondeur (Archives de la K.M.A., dossier 14/2/13, rapport de l’ingénieur en chef du 27 nov. 1922).

147 L’année 1922 avait été marquée à la fois par l’éviction des Japonais du Shandong à la suite des pressions anglo-saxonnes à Washington, et par l’éviction de Pékin du groupe pro-japonais du Fengtian, chassé par l’offensive de printemps de Wu Pei-fu. Cf. ci-dessus, p. 277.

148 Cf. Archives de la K.M.A. dossier 14/2/13, pièce n° 229 (lettre de la police du Zhili à la compagnie). Les mineurs après l’échec de la grève, accuseront Yang Yi-de d’avoir directement reçu des fonds de la K.M.A. pour mener vigoureusement la répression (JWC, 9 nov. 1922).

149 Deng, Zhong-xia, Abrégé...., p. 84.

150 En particulier ceux de Tangshan.

151 Les étudiants de « l’Université des Communications », située à Tangshan, se dépensent activement pour collecter et administrer le fonds d’aide aux grévistes.

152 La Chambre de commerce de Tangshan verse 30 yuans par jour. Cf. dans XD, 15 novembre 1922, le texte d’une motion de solidarité des étudiants de Tangshan avec les grévistes.

153 20 000 yuans sont collectés à Changhai, 10 000 à Canton, 9 000 à Singapour, 16 000 à Pékin et Tianjin (Annuaire, II, p. 303). Mais la poursuite de la grève coûtait 5 000 yuans par jour (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 83).

154 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 23-24.

155 Cf. Lei-Jia, Hai-juan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting) ; Lin Wei-min prend les fonctions de secrétaire général de la section syndicale (SMCR, 1922, p. 246A). Sur les statuts de celle-ci, cf. Annuaire, II, pp. 116-117 ; ces statuts affirmaient nettement la subordination de la section de Changhai à la Fédération de Hongkong, et reflètent ainsi les progrès de l’idée d’une organisation industrielle à base nationale, et non plus locale.

156 NCH, 12 août et 2 septembre 1922. La grève dura vingt et un jours et obtint des augmentations de salaires de 20 à 30 %, et le droit pour le syndicat de contrôler les licenciements.

157 PDR, 22 mai 1922. Li Qi-han avait déjà été en avril un des animateurs de la grève des postiers (ZGGR, 27 avr. 1957, article commémoratif de Li).

158 PDR, 20 mars 1922 ; Li Qi-han participe personnellement à la création de ce syndicat et il assiste avec Chen Du-xiu à son inauguration. Le communiste Dong Chu-ping en était un des principaux dirigeants.

159 PDR, 21 avril 1922 (comité d’aide aux grévistes de Pudong).

160 Le Conseil municipal de la concession discute au printemps et pendant l’été d’un « plan de détresse » au cas où Changhai connaîtrait une grève générale comme celle de Hongkong du début de mars, et au cours d’une séance extraordinaire, le 13 septembre 1922, examine le dispositif prévu (prise en charge des services essentiels, arrestation des dirigeants ouvriers, interdiction des réunions publiques, etc.) (Archives du Secrétariat de la Municipalité, dossier 28-79).

161 He Feng-lin était lié au gouverneur du Zhejiang, Lu Yong-xiang, un des derniers tenants du parti Anfu dans les provinces depuis la chute de ce parti en 1920 et son éviction de Pékin (Li Chien-nung, Political History, p. 424).

162 PDR, passim.

163 SMCR, 1922, p. 77A. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 36.

164 ZGGR, 27 avril 1957 (article commémoratif de Li Qi-han).

165 C’est par exemple après une démarche de la direction d’une cotonnière japonaise de Pudong, où une grève avait éclaté le 20 mai, que le principal animateur du syndicat de cette usine est arrêté et traduit devant un tribunal chinois (NCH, 27 mars 1922). Cf. aussi en juillet une correspondance entre Mackay, représentant le grand patronat occidental de Changhai, et Liddell, secrétaire du Conseil Municipal de la Concession (Archives du Secrétariat, dossier 2879) ; Mackay se plaignait que les grèves sur le territoire de la concession se déclenchaient à l’instigation de « mauvais éléments » ; Liddell lui signale parmi ces « mauvais éléments » le Syndicat du textile de Pudong et la Guilde marine Jun-an, et l’assure que « pendant la répression des grèves des cotonnières de Pudong en avril, il y avait eu coopération entre la police de la concession, la police française et la police chinoise de Pudong ». Cf. aussi en septembre et octobre 1922 un échange de lettres entre la Naigai Wata Kaisha et la police internationale, pour le renforcement des postes de police à Hongkou, sur des terrains que la compagnie offre de céder (Archives du Secrétariat, dossier 3192). En 1922, la Cour Mixte juge 64 personnes pour faits de grève et en condamne 59 (SMCR, 1922, p. 77A.)

166 NCH, 12 août 1922.

167 NCH, 7 octobre 18 et 23 novembre 1922. Le recours au da-chang s’observe encore en décembre dans une autre cotonnière de Pudong, où, pour protester contre une série d’amendes, plusieurs centaines de femmes attaquent un inspecteur et un ingénieur, et, bien que repoussées un moment à la lance à eau, démolissent le matériel de l’usine, les ampoules électriques, le mobilier (NCH, 30 déc. 1922).

168 Cf. la lettre du 2 mai 1922 de Lozovski, président de l’I.S.R., aux travailleurs de Chine : « les échos de vos récents combats sont arrivés à nos oreilles... les capitalistes chinois et étrangers travaillent la main dans la main contre vous... l’I.S.R. vous prie instamment, vous travailleurs chinois, de vous joindre à la famille internationale du prolétariat révolutionnaire ». Cette lettre avait été diffusée en Chine par le Secrétariat du travail (PDR, 7 juil. 1922).

169 Les guildes ne connaissaient aucun échelon intermédiaire entre l’assemblée générale et le comité exécutif (qui avait généralement une structure duodécimale pour faciliter la rotation selon les mois de l’année) ; cf. ci-dessus p. 175.

170 Ni les anciennes guildes ni les bang (compagnonnages) ne comportaient de groupements organisés à la base.

171 Comme exemple de ces statuts, cf. HNLSZL, 1938, n° 2 (Hunan Shuikoushan gong-ren ju-le-bu. Le club ouvrier de Shuikoushan) ; ces statuts concernent les formalités d’adhésion, les pouvoirs de l’assemblée générale et des divers comités, la discipline, les ressources financières, le fonctionnement interne des diverses sections spécialisées (culture, enseignement, service d’ordre, assistance mutuelle, loisirs, etc.). Cf. les statuts du club du Yue-han (Annuaire, II, p. 106). Cf. aussi les remarques générales de Deng Zhong-xia sur le caractère un peu artificiel de ces statuts (Abrégé..., p. 41), et le texte du projet de statuts du syndicat unifié du Jing-han (Ibid., pp. 86

172 Cf. ci-dessus p. 272.

173 Rabocij Kitai, p. 105.

174 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 41-42.

175 Martyrs du Hunan, p. 113 et p. 114.

176 Li Rui, op. cit., pp. 212-215.

177 Cf. ci-dessus p. 280.

178 XGS, 1957, n° 3 (Er-qi ba-gong hui-yi, Souvenirs sur la grève du 7 févr.).

179 Cf. ci-dessus, p. 272-73.

180 Lin Yu-nan, qui sera secrétaire du syndicat unifié du réseau du Jing-han au moment de l’affaire du 7 février, avait d’abord, avant 1921, participé à Wuhan à la « Société de la vie commune », de tendance anarchiste (Xi-wu, Er-qi hui-yi-lu. Souvenirs sur le 7 février, p. 9.)

181 Sur l’ardeur et le dévouement dont faisaient preuve ces jeunes étudiants communistes, cf. le témoignage de T.C. Woo, membre de la tendance de gauche du Guo-min-dang (The Kuomintang and the future of the Chinese revolution, pp. 142-144) : « ... la première tâche qui attend chaque communiste quand il adhère au parti est de travailler parmi les ouvriers et de les organiser... Cela est très pénible et souvent la tâche d’un travailleur communiste dans une usine et une mine est si lourde que sa santé est prématurément ruinée et qu’il meurt prématurément, car outre son travail dans l’entreprise il a tout le travail que lui a confié le parti ». De fait., les recueils de biographies comme Martyrs du Hunan ou Premier recueil des combattants font ressortir qu’un grand nombre de ces étudiants moururent très jeunes de maladie — de tuberculose, semble-t-il.

182 Ce n’est qu’exceptionnellement qu’est disponible une personne qualifiée, comme cet ouvrier de la cotonnière de Hankou, Xiang Ying, qui avait étudié jusqu’à quinze ans et qui devient secrétaire du club des cheminots de Jiang’an en 1922 sur proposition du Secrétariat (XGS, 1957. n° 3, op. cit.).

183 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 42.

184 Deng Zhong-xia (ZGGR, 1924, n° 2, Wo-men-de li-liang, Nos forces) évalue à 270 000 le nombre des ouvriers alors encadrés par les syndicats, mais son recensement comprend aussi des syndicats modérés comme les groupements corporatifs de Canton et Hongkong (50 000), les groupements de marins (45 000) et un certain nombre de « divers » (30 000).

185 Cf. ci-dessus p. 270 (numéro du 1er mai de XQ). Le second congrès du parti communiste, en juin 1922, avait lui-aussi envisagé une campagne pour la législation du travail (Brandt et autres, Documentary History of Chinese communism, p. 63 sq. ; Hu Hua, Exposé, p. 67).

186 Sur le retour à Pékin de l’ancien Parlement et de l’ancien président, cf. Li Chien nung, Political history, p. 420.

187 On sait que ses « quatre points » comprenaient la « protection du travail » (ci-dessus, p. 277).

188 Cf. le texte de ce programme, Annuaire, II, pp. 436-438.

189 L. Wieger, Chine moderne, t. II, p. 438.

190 Annuaire, II, p. 438.

191 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 78.

192 L. Wieger, ibid., p. 438.

193 Deng Zhong-xia, ibid.

194 CWR, 21 octobre 1922.

195 NCH, 16 septembre 1922.

196 A. Kotenev, Shanghai, its municipality..., p. 10.

197 NCH, 19 août 1922.

198 Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 78) fait état de contacts entre le Secrétariat et certains parlementaires de Pékin (qualifiés de « politiciens »). De fait, plusieurs députés proposent en septembre une loi sur la protection ouvrière, qui reprenait, incomplètement d’ailleurs, le projet du Secrétariat. Ce projet de loi, qui ne fut jamais voté, était sans doute le fruit de ces contacts (IS, 24 nov. 1922, d’après un journal japonais).

199 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 78.

200 Comme le fait par exemple l’ancien dirigeant des Mécaniciens de Canton Ma Chao-jun, qui ne cite même pas le nom de Deng Zhong-xia quand il relate la fondation du club des cheminots de Changxindian, et qui fait le silence sur les clubs et syndicats animés en 1922 par le Secrétariat en Chine centrale (Histoire (N. éd.), p. 170 et pp. 208-239).

201 ZGGR, n° 4 (Bei-jing zheng-bian-hou-de sheng-ju yu gong-ren jie-ji. La situation politique après le coup d’état de Pékin et la classe ouvrière).

202 Cf. Une liste de quarante-sept « syndicats », dont la plupart sont des associations semi-ouvrières, dans CEB, 11 mars 1922. Cette liste comporte encore des guildes mixtes, comme celle du sucre ou celle des rickshaws, des associations corporatives (tailleurs, blanchisseurs, étameurs), et un petit nombre d’organisations ouvrières d’industrie, telles que le syndicat textile de Pudong (qui alors n’était pas encore dissous) ou les syndicats d’imprimeurs et de mécaniciens (créés en 1920).

203 PDR, 2 février 1922.

204 PDR, 20 avril 1922 et jours suivants.

205 MGRB, 2 mai 1922.

206 PDR, 2 août 1922.

207 PDR, 11 septembre 1922.

208 Le postier Xu Xi-lin, un des animateurs de ces associations, est signalé en juin comme un des dirigeants du syndicat textile de Pudong (PDR, 3 juin 1922).

209 PDR, 6 octobre et 6 novembre 1922.

210 PDR, 1er décembre 1922.

211 Cette association avait à ses débuts dirigé la grève des filatures de soie du mois d’août (IS, 6 oct. 1922) ; elle passe ensuite, après avoir été dissoute par la police, sous le contrôle de Mme Mu Zhi-ying, une des animatrices du groupe modéré (PDR, 11 oct. 1922).

212 PDR, 11 septembre 1922. Une association d’un nom voisin est signalée dès la Fête du 1er mai (MGRB, 2 mai 1922).

213 PDR, 4 octobre 1922.

214 Telles que la Fête du 1er mai (MGRB, 2 mai 1922) ou celle du 10 octobre (PDR, 11 oct. 1922).

215 PDR, passim.

216 MGRB, 24 juillet 1924.

217 PDR, 1922, passim.

218 Cf. ci-dessus, p. 251.

219 PDR, 1922, passim. Si les rapports de police quotidiens de la concession internationale mentionnent fréquemment tous ces personnages, ce n’est jamais en maupart.

220 Ce nom est ici transcrit conformément à ces rapports, faute d’avoir identifié personnage dans un texte chinois.

221 Cf. W. W. Willoughby, China at the Conférence. Sur le mouvement d’opinion qui se manifeste en Chine à cette occasion, cf. CWR, 1921, passim, et L. Wieger, t. IV, p. 375.

222 Cf. L. Wieger, t. IV, p. 375, et CWR, 24 décembre 1921 (cortège d’étudiants et d’ouvriers).

223 Le 27 décembre 1921, à une assemblée convoquée par trente-sept associations de la ville, un cheminot du Jing-feng propose de placer des banderoles et des drapeaux de deuil sur les locomotives (CWR, 7 janv. 1922).

224 L’Association des travailleurs du Hunan, très peu de temps avant sa dissolution, organise à Changsha le 23 décembre un grand défilé de 10 000 personnes pour demander le retour du Shandong (CWR, 14 janv. 1922).

225 Les coolies de Chongqing boycottent les marchandises japonaises (RT, Chung king, 1922, p. 9), et ceux de Chengdu également (M. Hewlett, Forty years in China, p. 132).

226 Cette réserve, semble-t-il, ne s’explique pas seulement par le développement encore faible des moyens du Secrétariat ou par le nombre trop limité de ses correspondants. Les communistes chinois, comme l’Union soviétique, ne mettaient pas de grands espoirs en une Conférence dominée par les Puissances « bourgeoises ». Cf. un article du n° 6 et dernier numéro de Gong-chan-dang (Le parti communiste), organe du petit groupe de Changhai avant la fondation du parti (Tai-ping-yang-hui-yi ji wo-men ying-qu-de tai-du, L’attitude que nous devons adopter à l’égard de la Conférence du Pacifique), article qui se termine par cet appel : « Frères chinois, n’espérons pas trop de la Conférence du Pacifique, vive la Révolution sociale ».

227 SB, 9 décembre 1921.

228 L. Wieger, IV, p. 368. Cf. sur cette manifestation, PDR, 9 août 1922, qui la considère comme un échec.

229 PDR, 5 mai et 19-26 juin 1922 (sur l’affaire de Macao, cf. ci-dessous, p. 295).

230 PDR, 22 septembre 1922.

231 ΡDR, 11 octobre 1922.

232 v Le correspondant cantonais de la revue communiste XF (1er déc. 1922) distingue à cette époque cinq groupes ou « clans » (pai) dans le mouvement ouvrier cantonais : les mécaniciens, les adhérents de la Fédération provinciale (conservatrice), ceux de la Société d’aide mutuelle, dont l’animateur était le politicien Xie Ying bo, les membres de la Société coopérative ouvrière, les anarchistes. Le quatrième ne comptait guère, tandis que le premier, comme le troisième étaient très liés au Guo min-dang et à Sun Yat-sen.

233 SCMP, 16 décembre 1922.

234 Cf. la liste des principaux de ces syndicats (avec leurs effectifs) dans l’Annuaire, II, pp. 73-79·

235 Annuaire, ibid. (ceux des maisons de thé proprement dites, des maisons de thé servant aussi du vin, des maisons de thé servant des nouilles).

236 NCH, 29 avril 1922 (charpentiers du bâtiment, menuisiers de meubles, sculpteurs sur bois).

237 Annuaire, ibid.

238 SCMP, 27 mars 1922.

239 Elle avait été formée au printemps 1922 (Ma Chao-jun, Histoire, p. 95).

240 SCMP, 22 janvier 1923.

241 SCMP, 5 mai 1922 ; cette Fédération groupait une quarantaine de guildes artisanales (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 223).

242 SCMP, 3 juillet 1923. Cette guilde réunit à la fois des compagnons et des entrepreneurs.

243 C’est l’objectif de la grève des conducteurs de tramways de Hongkong (SCMP, 30 mars 1922) et de celle des marins des remorqueurs (ibid., 23 mai 1922).

244 En septembre 1922, le Syndicat des mécaniciens obtient sans grève d’une firme britannique de Hongkong la réembauche d’un ouvrier renvoyé, et met fin lui-même aux grèves « inofficielles » déclenchées par solidarité par des camarades de la victime (SCMP, 8 sept. 1921). La Fédération régionale joue souvent aussi ce rôle de médiateur, par exemple en avril 1922 dans le cas de la grève des remorqueurs du port de Canton (SCMP, 13 avril 1922).

245 SCMP, 22 avril 1921 ; le syndicat du livre envisage d’ouvrir une imprimerie coopérative et achète des machines dans ce but.

246 SCMP, 20 octobre 1922 (restaurants) et 2 novembre 1922 (horlogers). Il est plus rare de trouver des tentatives de ce genre dans les centres de grosse industrie ; cf. cependant un essai d’atelier coopératif en octobre 1922, tenté par les joaillers et orfèvres de Changhai au cours de la grève « triangulaire » de cette époque (cf. ci dessus, p. 282) ; ce projet comportait la souscription de 2000 parts de 10 yuans, somme assez modique (NCH, 21 oct. 1922).

247 Cf. ci-dessus, p. 269.

248 Xie Ying-bo, dans une interview à la SCMP (10 mars 1922), se pose en syndicaliste révolutionnaire ; son bureau est orné des portraits de Liebknecht et R. Luxembourg et il évoque l’imminence d’une révolution ouvrière mondiale ; les activités de sa mutuelle étaient en fait très modérées ; ses 30 000 adhérents versaient trente cents par mois, dont le montant permettait de secourir les malades et leurs familles.

249 Cf. sur ces événements Li Chien-nung, Polilical history, p. 418.

250 Ces attaches de Chen avec la bourgeoisie modérée du Sud ressortent par exemple du fait qu’il choisit comme gouverneur provincial, après l’éviction des Guo-min-dang, un « Chinese merchant prince » (SCMP, 30 août 1922) dont le frère était comprador général de la firme britannique Douglas Steamship C° de Hongkong. Chen reçut après son coup de force une importante aide financière de Hongkong (CWR, 28 oct. 1922, The British loan to Canton).

251 SCMP, 24 juillet 1922.

252 Ils protestent par exemple contre le projet d’emprunt anglais de Chen Jiong ming (ibid., 2 oct. 1922), et contre diverses atteintes aux libertés civiles (ibid., 21 oct. 1922).

253 Ibid., 20 juin et 13 juillet 1922. La Fédération déclare que « les guildes placées sous son contrôle ne se mêleront pas de politique ».

254 Ibid., 11 octobre 1922.

255 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 37.

256 Chen fait par exemple arrêter en décembre 1922 (SCMP, 8 déc. 1922) les dirigeants du syndicat des vidangeurs, au cours de la grève de ces derniers. La répression des grèves à Canton, il faut le noter, avait d’ailleurs commencé un peu avant la chute de Sun Yat-sen en juin. Quand en mai avait éclaté une grève des ouvriers du sel, Wu Ting-fang, gouverneur civil du Guangdong, avait brutalement fermé leur syndicat et chassé de la ville bon nombre d’entre eux (SCMP, 21 à 29 mai 1922 ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 37). Il semble bien qu’en mai les forces conservatrices qui allaient porter Chen au pouvoir étaient déjà en fait maîtresses de Canton alors que Sun se trouvait sur le front du Nord, et que l’octogénaire Wu Ting-fang ne jouait plus qu’un rôle nominal.

257 Cf. XD, 23 décembre 1922 et SCMP, 6 novembre 1922.

258 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 38.

259 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 198-199.

260 Ibid., pp. 200-201. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 41.

261 Martyrs de la Révolution, p. 233.

262 SCMP, 31 mai à 15 juin 1922, passim ; Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 37.

263 SCMP, 10 février 1923 ; le puissant syndicat des mécaniciens avait quelques jours avant négocié sa paix séparée avec les Portugais pour ceux de ses membres qui étaient impliqués dans l’affaire, au grand mécontentement des autres guildes (SCMP 1er févr. 1923).

264 « Il ne semble pas qu’il y ait de raison pour laquelle les industriels de Chine ne pourraient pas résoudre leurs problèmes du travail avant que les travailleurs eux mêmes n’essayent de les débrouiller en arrêtant la production et en cessant le travail... Il devrait être possible d’éviter cette immobilisation et ce manque à gagner grâce à des mesures de progrès (« progressive moves ») prises par les employeurs, de façon à devancer les exigences des employés » (CWR, 11 mars 1922, éditorial).

265 Cf. ci-dessus, p. 281, n° 4.

266 Sur la propagande anti-chrétienne en Chine en 1920-1922, cf. L. Wieger, t. III, pièces 1 à 33.

267 « Le conflit entre le capital et le travail ne s’est pas encore développé de façon très aiguë, mais il y a de nombreux signes que le monde du travail commence à s’agiter et à s’organiser. Sauf s’il évite les fautes les plus évidentes, il est vraisemblable qu’il s’orientera vers les mesures désordonnées du mouvement ouvrier de l’Occident, avec des résultats infiniment plus graves en raison de son ignorance » (Rapport du missionnaire Remer au Conseil national Chrétien de 1922, CWR, 6 mai 1922).

268 Le ton persifleur et somme toute assez peu charitable adopté par le P. Wieger chaque fois que dans les volumes de sa Chine moderne il est question des problèmes ouvriers est assez caractéristique ; cf. par exemple t. III, p. 438-439 (grève de la K.M.A. en octobre 1922) ou t. IV, pp. 441-443 (affaire du 17 janvier et exécution de Huang et Pang). Cf. aussi un entretien de Paul Henry, envoyé du B.I.T. en Chine en 1924, avec 1e P. Robert, procureur des Missions étrangères et grand expert financier des missions catholiques de Chine (Archives B.I.T., dossier Henry, IVe partie, annexe 1) : « Nous avons longuement parlé de l’ouvrier chinois. Il (le P. Robert) le croit plus paresseux qu’autrefois. Il estime qu’une grande part de responsabilité incombe aux étrangers, qui ont essayé, à toute force, d’inculquer des notions de trade-unions aux ouvriers chinois. Avec les anciennes guildes, tout s’arrangeait plus simplement. Les ouvriers étaient inscrits dans les guildes, mais les patrons avaient seuls la parole... ».

269 Cf. L. Ch. Porter, China’s Challenge to Christianity, p. 37 sq. II n’a pas été possible de retrouver à Genève, à la direction internationale de l’Y.M.C.A., les matériaux réunis par ces « secrétaires industriels ». Leurs enquêtes, semble-t-il, avaient une réelle valeur, comme le montre celle du secrétaire industriel de Zhifu, incorporée dans les rapports consulaires britanniques de 1924 (Cmd. 2442, pp. 34 à 39).

270 Sur la formation de cet organisme et son contexte politique, cf. A. Varg, Missionaries, Chinese and diplomats, the American protestant movement in China, 1890 1952, chap. xi et xii.

271 Résumé de ce rapport dans CWR, 6 mai 1922.

272 En décembre 1922, le Dr Eddy est par exemple reçu à la Chambre de commerce chinoise de Changhai et y expose les trois points adoptés en mai par le Conseil national chrétien (NCH, 2 déc. 1922). Cf. aussi L. Wieger, Chine moderne, tome IV, pp. 434 438 (récit par le Dr Eddy de ses visites dans les usines) ; le Dr Eddy consacra à la Chine un chapitre de son The new morld of labor.

273 L. Porter, op. cit.

274 CWR, 22 octobre 1921 et 2 février 1922.

275 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19. L’Y.M.C.A. de Canton tenta pareillement de faire accepter sa médiation dans la grève des marins de Hongkong (SCMP, 6 févr. 1922).

276 MLR, août 1921 (Labor unrest in China)·, les postes chinoises étaient alors sous administration occidentale.

277 CMMJ, mars 1924 (Industrial hospital, Shanghai). Les compagnies donnaient à leurs ouvriers des bons d’hôpital.

278 Archives B.I.T., dossier Henry, IVe partie, annexe 1.

279 National Christian council of China, Industrial reconstruction series, brochure n° 4.

280 Cet hôpital est ouvert en 1922. Cf. Chen Da, Questions du travail, p. 49.

281 NCH, 18 novembre 1922. Cf. aussi The record in China of the British and Ame ican Tobacco Company, pp. 20-21.

282 Hongkong ordinances, 1922, n° 22. Texte reproduit dans A. Anderson, Humanity and labour in China, Appendice I, pp. 267-271.

283 L’expose des motifs de cette ordonnance sur le travail des enfants déclare : « en ce qui concerne l’emploi des enfants à des travaux divers de plein air comme le transport de débris dans la ville et le transport de briques jusqu’au Pic, ce qui est particulièrement susceptible d’attirer l’attention des résidents et des visiteurs, des mesures ont été prises pour contrôler et réglementer cette forme de travail. » (Hongkong administrative reports, 1923, C 13).

284 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 91, évalue à 700 000 ou 800 000 yuans en année pleine les charges financières supplémentaires résultant des hausses de salaires obtenues par les cheminots au cours de cette grève.

285 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 91.

286 Dès la fin de l’été, d’ailleurs, les autorités militaires du Hubei (liées au groupe du Zhili) avaient fait donner la troupe contre les grévistes du Yue-han (cf. ci-dessus, P 275).

287 FER, février 1923 (Labor unrest in China) ; NCH, 13 janvier 1923.

288 SCMP, 12 janvier 1923.

289 CWR, 20 janvier 1923.

290 JWC, 1er février 1923 et CWR, 3 février 1923.

291 Cf. pour le règlement de la grève de la British Cigarette C°, FER, février 1923 op. cit.), et pour celui de la grève de Mackenzie, JWC, 8 février 1923.

292 Cité par JWC, 8 février 1923.

293 Sur toute cette affaire du Jing-han, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 85 à 107. Cf. aussi JDSZL, 1955, n° t (Er-qi gong-chou, Vengeance contre les ouvriers du 7 févr.), et XGS, 1957, n° 2, 3 et 4 (Er-qi ba-gong hui-yi. Souvenirs sur la grève du 7 févr.). Le même auteur, qui signe Xi-wu lao-ren (le vieux Xi-wu) a publié ses souvenirs sous une forme plus développée (Er-qi hui-yi-lu, Souvenirs sur le 7 février). Cf. aussi Jing-han gong-ren liu-xie-ji, Mémorial du sang versé par les ouvriers du Jing-han. Le récit présenté par ces différentes sources recoupe sensiblement celui que donne la presse occidentale de Chine, par exemple SCMP, 19 février 1923.

294 Texte dans Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 86 à 90.

295 Mif, Pour une Chine forte et libre, p. 20 ; il resterait en particulier à savoir si cette réunion n’avait qu’un caractère local, ce que laisserait supposer sa composition, ou si elle a arrêté une ligne de conduite pour l’ensemble de la grève du Jing-han ; dans ce cas, les décisions prises ont nécessairement dues être communiquées à Wu Pei-fu.

296 Sur ces mouvements de solidarité, cf. en particulier JDSZL, op. cit.

297 PDR, 12 février 1923.

298 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 104.

299 PDR, 13 et 22 février 1923.

300 Texte de son message de solidarité, XD, 27 février 1923.

301 Cf. JDSZL, op. cit. (textes de divers messages et protestations).

302 NCH, 13 février 1923.

303 Cette émotion eut même un écho au Parlement de Pékin, pourtant étroitement lié au groupe du Zhili : le 12 février, un groupe de députés proposa une résolution invitant le gouvernement à interdire l’usage de la troupe dans les conflits sociaux, à reconnaître le droit syndical, à indemniser les familles des victimes, etc. (NCH, 17 févr. 1923).

304 Sur cet effort de réflexion critique, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 104-105.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site