Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Remerciements

p. 9-10


Texte intégral

1Dans le long parcours que constitue une thèse, dont cet ouvrage est une version remaniée, certaines rencontres sont décisives. Catherine Omnès a joué un rôle essentiel : tout en me laissant développer ma démarche dans la plus grande liberté, elle a fait preuve d’une présence et d’un soutien sans faille. Par sa rigueur et sa finesse tout autant que par ses qualités humaines, elle m’a montré la voie pendant toutes ces années. Ma dette à l’égard de Noël Bonneuil est également immense : sans ses vertus pédagogiques et sa patience, je n’aurais jamais eu connaissance des méthodes statistiques qui se sont avérées nécessaires pour mener à bien ce travail. Plus encore, sans son soutien et ses encouragements, je n’aurais sans doute jamais osé les mettre en œuvre. Toute ma gratitude va également à Michel Lescure, Gérard Noiriel, Paul-André Rosental, Émile Témime – pour lequel j’ai une pensée émue – et Michelle Zancarini-Fournel pour avoir nourri mes réflexions par leurs écrits et leurs critiques et pour avoir accepté de faire partie de mon jury.

2Les archives de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) constituent le corps de cette recherche ; je remercie la direction générale de la Cnav ainsi que Pierre Passera, alors directeur des Assurés de l’étranger de la Cnav de Tours, de m’en avoir autorisé l’accès, ainsi que Françoise Cribier pour son aide précieuse dans mes démarches. Merci à Nelly Bouzin, Dominique Depouy et Claude Pierrasson pour avoir facilité mon travail à Tours, et surtout à Liliane Élard, à Martine Grünenberger et à toute la « bande » – Marie-Christine, Marie-Ange, Jacky et Anne-Marie – pour les précieux renseignements qu’ils m’ont fournis, et plus encore pour la gaîté et la chaleur qu’ils ont apportées à mes séjours tourangeaux. Un grand merci aussi à tous les agents du service des Archives employeurs qui ont eu la gentillesse de m’accueillir dans leur équipe.

3Les analyses présentées ici doivent beaucoup à mes discussions avec Laure Pitti, Philippe Rygiel, Alexis Spire et Claire Zalc. Mille mercis aussi à Nadia Blétry, Cécile Chainais, Eric Geerkens, Hélène Lemesle, Claire Lemercier, Aimée Moutet et Charlotte Vorms pour leurs remarques, critiques et relectures.

4Merci également à ma famille et à mes villages ardéchois, zaïrois et souninois – et à Riadh en particulier – pour m’avoir accompagnée tout au long de cette recherche et pour avoir contribué, chacun à leur manière, à tracer ces chemins improbables. Merci aussi à Mehdi – premier lecteur, premier critique – pour sa patience, pourtant mise à rude épreuve. J’ai enfin une pensée particulière pour ma grand-mère qui m’a donné le goût des histoires de vie.

5Enfin, et surtout, je tiens à exprimer toute ma gratitude à Abdelmajid, Claude, Jacqueline, Sadok et Salah ainsi qu’à tous ceux, qui, indirectement, ont accepté de me donner accès à une part d’eux-mêmes. C’est à eux que ce travail est dédié.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.