Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Deuxième partie. L'Éveil du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1924

Chapitre VII. Du Mouvement du 4 mai a la fondation du Parti communiste chinois (1919-1921)

Texte intégral

  • 1 Sur le Mouvement du 4 mai, cf. Hua Gang, Wu-si yun-dong-shi (Histoire du Mouvement du 4 mai), le v (...)

1Quand, le 4 mai 1919, arrive à Pékin la nouvelle que la Conférence de la Paix, par les articles 156 à 158 du traité de Versailles, rétrocède au Japon les anciennes bases et privilèges allemands au Shandong, l’émotion qui s’empare des étudiants de la capitale et de l’ensemble de l’opinion chinoise va déclencher dans tout le pays un mouvement politique d’une ampleur sans précédent1. 3 000 étudiants manifestent devant Tian-an-men, réclamant le retour de Qingdao à la Chine, la non-signature du traité de paix par la délégation chinoise à Versailles, l’abolition des 21 demandes, le boycott des marchandises japonaises, la démission des ministres pro-japonais du cabinet Duan Qi-rui ; ils rouent de coups Zhang Zong-xiang, ancien ministre de Chine à Tokyo, et incendient la maison de Cao Ru-lin, ministre des communications et nippophile notoire.

  • 2 SSXB, 8 mai 1919.
  • 3 Sur le boycott anti-japonais de 1919, cf. Matsumoto (Shigeharu), The historical development of Chi (...)
  • 4 Ces « groupes de dix » comprenaient un président, un inspecteur (visitant les boutiques), un rédac (...)

2Ce « Mouvement du 4 mai » s’étend rapidement aux étudiants, aux milieux intellectuels et politiques, au monde des affaires de toutes les provinces de Chine. L’affaire du Shandong cristallise les aspirations nationales qui depuis plusieurs années s’affirmaient de plus en plus nettement dans les diverses couches de la bourgeoisie chinoise, en même temps que l’hostilité croissante de celle-ci envers les forces militaristes et conservatrices au pouvoir depuis le coup de force de Yuan Shi-kai en 1913. Des grèves d’étudiants et des manifestations de rues se multiplient partout ; les Chambres de commerce, les associations éducatives ou industrielles, les Assemblées provinciales, les amicales régionales (hui-guan) prennent position par des communiqués de presse, des télégrammes envoyés à Pékin ou à Versailles, des réunions publiques, et reprennent les demandes des étudiants de Pékin ; à Changhai se tient dès le 7 mai une réunion convoquée par 57 associations et groupements2. Ce sursaut national d’une vigueur sans précédent ne se limite pas à des protestations platoniques, mais se traduit aussi par une propagande en faveur du boycott systématique des marchandises japonaises : les intérêts économiques de la bourgeoisie chinoise se confondaient étroitement avec son attachement patriotique à l’intégrité du territoire national. Ce boycott s’organise dès la mi-mai3 dans les principaux ports, avec la participation de « groupes de dix pour le salut national »4, organismes spontanés où les étudiants jouent un rôle très actif. Ces groupes de dix s’engagent par serment, non seulement à ne pas utiliser de produits japonais, mais à propager le même mot d’ordre autour d’eux et au besoin à intervenir activement sur les quais et dans les boutiques.

  • 5 Matériaux sur le 4 Mai, p. 133.
  • 6 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, chronique de Nanchang).
  • 7 Matériaux sur le 4 mai, p. 133.
  • 8 Ibid. p. 808.
  • 9 Entretien avec l’ouvrier Wang Chun-rong.
  • 10 Li Rui, Mao Ze-dong, pp. 97-98.

3Dès cette première phase du mouvement, on note une importante participation ouvrière, tant aux manifestations publiques qu’au boycott. A Pékin se tient le 11 mai un grand meeting des ouvriers originaires du Shandong, et à Jinan, le 22 mai, les ouvriers assistent en grand nombre à une manifestation de plein air5. A Nanchang, le 9 mai, une réunion de Plusieurs milliers de personnes, y compris de nombreux travailleurs, décide le principe d’une grève ouvrière et d’une fermeture des boutiques6. Dockers et tireurs de rickshaws sont naturellement les premiers touchés par le mouvement anti-japonais ; ils refusent de transporter les marchandises et les personnes7, comme le font ceux de Hangzhou le 25 mai8. Les ouvriers sont également nombreux à entrer dans les groupes de dix et à prêter le serment, comme à Changxindian9 et au Hunan, où près de quatre cents « groupes de dix » s’unissent en une Fédération provinciale10.

  • 11 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 8, avance le chiffre de 60 000 grévistes ouvriers à Changhai au débu (...)

4Le gouvernement de Pékin ne se laisse pourtant pas intimider. Il maintient à leur poste Cao, Zhang et un troisième homme politique pro-japonais qui avait démissionné au lendemain du 4 mai, et fait arrêter les étudiants les plus remuants, ainsi que des personnalités dirigeantes du radicalisme universitaire comme Chen Du-xiu. Au début de juin, le mouvement entre alors dans une nouvelle phase, marquée non seulement par l’extension du boycott et des manifestations, mais par l’essor des grèves ouvrières et commerçantes. A Changhai, quand arrive la nouvelle que 400 étudiants de Pékin viennent d’être emprisonnés, il y a dans les jours qui suivent le 6 juin plusieurs dizaines de milliers de grévistes, et les boutiques chinoises des concessions et des quartiers chinois ferment en même temps11.

  • 12 Matériaux sur le 4 mai, p.. 831 à 848.

5La grève de Changhai touche les cotonnières de Yangshupu, l’arsenal du Jiangnan, diverses fonderies et ateliers mécaniques, le port (dockers et marins), les lignes Changhai-Nankin et Changhai-Hangzhou, les télégraphes et téléphones, les tramways étrangers et chinois, l’usine des eaux, les Presses commerciales, la B.A.T., les entrepôts de la Standard Oil et de la East Asia Co. Les corps d’artisans y participent largement aussi : forgerons, tisserands, étameurs, laqueurs, ouvriers au bâtiment12.

  • 13 PDR, 6 à 12 juin 1919.
  • 14 Matériaux sur le 4 mai, p. 130.
  • 15 Ibid, p. 460.

6A première vue, ces grèves n’ont qu’un caractère spontané et soudain, et sont dues dans chaque entreprise à l’initiative d’un groupe plus zélé qui entraîne le reste du personnel. La grève des tramways français est décidée par une assemblée des travailleurs au siège de la compagnie, et celle des imprimeurs de journaux chinois est préparée par des conciliabules dans les maisons de thé voisines13. Celle de la cotonnière Heng-feng, à Yangshupu, fait suite à une réunion de masse tenue le 8 juin, qui décide le boycott des produits japonais et désigne un délégué pour représenter le personnel en cas de besoin14. De même les marins s’assemblent au siège de la société mutualiste Jun-an et rédigent un communiqué à la presse annonçant leur grève15.

  • 16 C’est le cas de la guilde des graveurs sur bois, de celle des savonniers (Matériaux sur le 4 mai, (...)
  • 17 Ibid, p. 466.
  • 18 Ibid, p. 461.
  • 19 Ibid, p. 496.

7A y regarder de plus près, il semble pourtant qu’on puisse déceler derrières ces grèves sans précédent dans l’histoire de Changhai au moins l’ébauche d’initiatives concertées et organisées. C’est ainsi que les guildes traditionnelles d’artisans organisent et soutiennent le mouvement non seulement dans les ateliers et boutiques d’artisans16, mais dans celles des entreprises modernes dont le personnel qualifié leur est affilié : c’est la guilde de la métallurgie qui prend l’initiative de la grève à l’usine des eaux, sur les lignes de chemins de fer, aux tramways chinois17. L’arrêt de travail aux Presses commerciales est déclenché par une organisation mixte, l’Association pour la promotion de la Jeunesse industrielle ; celle-ci organise aussi des équipes de jeunes propagandistes qui parcourent les rues de Zhabei18. Même des sociétés secrètes comme la Bande verte et la Bande rouge se prononcent en faveur de la grève et menacent de représailles leurs adhérents non-grévistes19.

  • 20 SHSB, 8 juin 1919.
  • 21 Matériaux sur le 4 mai, p. 568.
  • 22 Ibid, p. 701.
  • 23 Matériaux sur le 4 mai, p. 701.

8Le Gong-dang (Parti du travail), qui avait récemment reparu à Changhai après sa dissolution en 1913, publie de son côté un appel aux travailleurs, les invitant à organiser des « groupes ouvriers », petits et grands, et à préparer un défilé populaire. Cet appel était signé, outre les deux dirigeants du parti, par onze artisans de divers corps de métiers et par deux dockers, deux tireurs de rickshaws, des ouvriers de la métallurgie, du tabac, des cotonnières, des filatures de soie20. Les associations semi-ouvrières de « promotion industrielle » apparues à Changhai depuis quelques années prennent la même position favorable à la grève, telles la Société pour l’étude de l’industrie et du commerce21, ou la Fédération industrielle22. De même la Société industrielle, qui avait déjà le 7 mai signé l’appel des 57 organisations, convoque le 11 juin sous la présidence d’un de ses dirigeants, Wu Can-huang, une assemblée ouvrière qui discute de l’extension du boycott, fait appel à l’aide financière des guildes et chambres de commerce au bénéfice des grévistes, réaffirme les objectifs nationaux de la grève23.

9On peut donc conclure que la participation ouvrière au Mouvement du 4 mai, quand elle n’est pas spontanée, conserve ce caractère dépendant qui marquait déjà les manifestations d’activité politique du prolétariat à l’époque précédente ; toutes les initiatives organisées qui viennent d’être citées, à l’exception peut-être de celle du Gong-dang, émanent d’organisations qui, même si elles sont fort influentes dans la classe ouvrière, représentent essentiellement d’autres couches sociales. La classe ouvrière n’a pas encore et ne peut avoir son autonomie d’organisation et traiter d’égale à égale avec ses alliés.

  • 24 Chow Tse-tsung, op. cit. p. 154.

10Les organisations ouvrières n’avaient joué qu’un rôle très effacé dans la « Fédération chinoise de tous les milieux », formée à Changhai le 5 juin pour protester contre l’arrestation des étudiants de Pékin, et dont les éléments les plus actifs étaient les groupements de marchands, de journalistes et d’étudiants24.

  • 25 Ibid. p. 472.
  • 26 Ce terme est par exemple employé le 11 juin à l’Assemblée ouvrière convoquée par la Fédération ind (...)
  • 27 Ibid. p. 464.
  • 28 Cf. le communiqué des marins annonçant leur grève (Ibid. p. 460), ou les résolutions adoptées à l’ (...)
  • 29 C’est une autre différence fondamentale avec la grande grève tripartite de juin 1925, au cours de (...)

11Cette dépendance du mouvement ouvrier par rapport à ses partenaires des boutiques et des écoles, au cours du Mouvement du 4 mai, se reflète aussi dans les mots d’ordre des grèves ouvrières de juin à Changhai. « Nous autres camarades du monde du travail, nous voulons marcher du même pas que les marchands et les étudiants », disait la banderole des jeunes employés des Presses commerciales promenée dans les rues25. Une expression couramment en usage pour caractériser la participation ouvrière au Mouvement du 4 mai est celle de « arrière-garde » (hou-dun)26 et les éléments patronaux, si actifs au cours du mouvement par l’intermédiaire des guildes mixtes ou des organisations de promotion industrielle, semblent avoir pris le plus grand soin à maintenir le prolétariat dans ce rôle subordonné. « Le monde du travail est le bouclier d’arrière garde des marchands et des étudiants ; protégeons l’ordre public et interdisons toute manifestation turbulente », déclare par exemple la guilde des métaux quand le II juin elle décide de lancer la grève dans un certain nombre d’entreprises modernes qui sont de son ressort27. De fait, les assemblées ouvrières de juin et les communiqués collectifs de grévistes reprennent à leur compte les objectifs formulés dès mai par la bourgeoisie nationale (retour du Shandong à la Chine, renvoi des ministres pro-japonais, boycott des produits japonais), auxquels s’ajoute depuis le début de juin la libération des étudiants emprisonnés28 ; mais ils ne semblent pas avoir formulé de revendications économiques ou politiques propres au prolétariat29.

  • 30 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 8.
  • 31 Matériaux sur le 4 mai, p. 826.
  • 32 SCMP, 12 juin 1919.
  • 33 Matériaux sur le 4 mai, pp. 818, 842, 843, 851.
  • 34 Ibid., p. 847, 851.
  • 35 Ibid, p. 853.
  • 36 Ibid.

12Les grèves ouvrières de Changhai prennent fin le 12 juin, quand Pékin démet de leur poste les trois politiciens pro-japonais auxquels les étudiants s’en étaient pris dès le premier jour du mouvement. Elles ont été la plus importante, mais non la seule contribution de la classe ouvrière chinoise à cette grande vague d’indignation nationale. Les cheminots de Changxindian et de Tangshan ont de leur côté organisé des manifestations et pris part au boycott anti-japonais30. Le 1er juin, les coolies et portefaix de Canton participent à la destruction de stocks de marchandises japonaises31 et le 10 juin, c’est au siège de la Fédération industrielle des émigrés d’outre-mer que se réunissent à Canton un certain nombre d’organisations ouvrières et marchandes pour organiser la campagne de soutien aux « marchandises nationales » (guo-huo)32. Les dockers de Xiamen, les rickshaws de Nankin et de Tianjin, les dockers et marins de Jiujiang refusent de leur côté de transporter les personnes et les marchandises japonaises33. Le 10 juin, les usines de Hangzhou sont en grève, et un mouvement est signalé parmi les mineurs de Tangshan34. Le 14 juin se tient à Jinan une assemblée qui décide la grève des entreprises japonaises35. Le 25 juin a lieu à Changsha un grand défilé ouvrier avec la participation d’organisations telles que le syndicat unifié des imprimeurs, créé quelques mois auparavant36.

CARTE N° 8. — Participation ouvrière au Mouvement du 4 mai.

13L’originalité du Mouvement du 4 mai réside en ce que, pour la première fois dans l’histoire de la Chine contemporaine, il groupe dans une action commune des éléments de la bourgeoisie, les intellectuels, l’artisanat et le prolétariat industriel. En ce que, pour la première fois également, il tend simultanément à remettre en question le statut de dépendance internationale de la Chine, et à faire échec aux forces de conservation sociale au pouvoir depuis 1913. La question du Shandong et le cas des trois ministres avaient en effet cette double signification beaucoup plus générale. Il est certain que la participation ouvrière au Mouvement du 4 mai et particulièrement la vague de grèves de juin, pour subordonnées qu’elles aient été au reste du mouvement, n’ont pas peu contribué à faire céder Pékin, beaucoup plus vite que n’auraient pu le faire de simples manifestations d’étudiants. Non seulement les ministres furent finalement renvoyés, mais la délégation chinoise à la Conférence de Versailles refusa de signer le traité. Certes, les choses n’allèrent pas plus loin cette fois ; il faudra attendre jusqu’en 1924-1925, jusqu’à la réorganisation du Guo-min-dang et aux mouvements de Changhai et de Canton, pour que reviennent au premier plan dans la vie politique chinoise les problèmes de la liquidation des gouvernements conservateurs et de la restauration de la Chine comme puissance souveraine, et pour que se constitue l’alliance politique entre la classe ouvrière, la bourgeoisie nationale, les petits artisans et commerçants, et l’intelligentsia. Mais le 4 mai 1919, et singulièrement les grèves et manifestations de travailleurs qui l’ont accompagné (carte n° 8) ne sont pas qu’un épisode sans lendemain dans l’histoire du mouvement ouvrier chinois. Non seulement les luttes revendicatives vont s’amplifier dans les mois et les années qui suivent, mais les organisations ouvrières et semi-ouvrières vont se renforcer, surtout à Changhai.

***

  • 37 Le recensement effectué en 1933 par la municipalité de Changhai (grèves et lockouts, p. 61) relève (...)
  • 38 Les listes de grèves de l’Annuaire (pp. 155-157) sont très incomplètes, comme l’a fait apparaître (...)

14De juin 1919 à juillet 1921, date qui ouvrira avec la fondation du parti communiste une nouvelle étape pour le mouvement ouvrier chinois, la vague de grèves économiques esquissée dès 1917-1918 gagne en ampleur et en vigueur dans les diverses industries et les différentes régions37. A Changhai, elles touchent les cotonnières chinoises et japonaises et d’autres ateliers textiles japonais, des ateliers métallurgiques, la B.A.T., les dockers de Pudong et de Yangshupu, les filatures de soie, les tramways français. Dans le Sud, elles entraînent les ouvriers mécaniciens de Canton et Hongkong, les cheminots du Guangdong, les imprimeurs de Hongkong, les téléphonistes de Canton, les coolies porteurs de charbon. Dans la Chine du Centre et du Nord, ces grèves de 1919-1921 affectent les mineurs de la K.M.A., les cheminots de Nankin, les métallurgistes de la compagnie Han-ye-ping, les postiers de Dairen, les tireurs de rickshaws de Hankou38.

  • 39 CEJ, octobre 1927 (op. cit.).
  • 40 Annuaire, II, p. 157. Chen Da compte en 1920 sept grèves dirigées contre les mauvais traitements d (...)
  • 41 SHSB, 21 juillet 1921.
  • 42 MGRB, 18 juin 1920.
  • 43 SCMP, mars 1921, passim.
  • 44 Ibid, mars 1921, passim.

15Ces mouvements revendicatifs, la plupart du temps, sont encore des grèves économiques élémentaires, protestant comme en 1917-18 contre la cherté de la vie et demandant des hausses de salaires ou l’annulation de baisses de salaires ; sur 46 grèves relevées en 1920 par Chen Da, 36 ont ce motif39. La comparaison entre l’évolution du prix du riz à Changhai et le nombre mensuel de grèves souligne aussi le caractère étroitement alimentaire de ces dernières. Le deuxième motif par ordre d’importance est les conflits avec les cadres et la maîtrise, comme aux mines de la K.M.A., en mai 1921, sur la section Sud du Jin-pu en juin 192140, ou comme à la B.A.T. en juillet 192141. Il peut aussi s’agir, comme dans cette dernière entreprise en 1920, d’un mouvement de protestation contre une compression de personnel42 ou, plus rarement, de la revendication de la journée de huit heures comme au printemps 1921 chez les imprimeurs de Hongkong43 ou les mécaniciens de Canton44.

  • 45 NCH, 7 février 1920.
  • 46 Lowe Chuan-hua, Facing labor issues, p. 60.
  • 47 NCH, mars 1921, passim.
  • 48 SMCR, 1920, p. 67 A.
  • 49 Municipal Gazette, NCH, 21 août 1920.
  • 50 NCH, 31 juillet 1920.
  • 51 NCH, 31 juillet 1920.

16Ces grèves de 1919-1921, en particulier celles qui sont dirigées contre la cherté de la vie et les bas salaires, sont des grèves qui atteignent au moins partiellement leurs objectifs. Les salaires augmentent sensiblement pendant cette période : 10 à 15 % dans les cotonnières de Changhai45, 10 à 40 % chez les mécaniciens de Canton46, 20 % aux tramways français de Changhai47. Très caractéristiques sont les résultats obtenus au printemps 1920 à Changhai par la vague revendicative que suscite une brusque hausse des cours de riz, qui sont à7, 40 yuans le picul en décembre 1919, 8,80 en mars 1920, 9,00 en mai, 10,40 en juin, 14,00 en juillet48 à la suite de mauvaises récoltes dans le Bas-Yangzi et de spéculations. Des grèves éclatent en série dans les filatures de soie, les cotonnières, la métallurgie changhaienne, ainsi que chez les artisans. Il y a 8 800 grévistes dans la Concession internationale à la fin de juin49. Un peu partout sont alors consenties des hausses de salaires de 10 à 20 %, et les plus importantes firmes organisent elles-mêmes le ravitaillement en riz de leur personnel. La Nan-yang xiong-di en importe à ses frais de Chine du Sud50 ; les chantiers de construction navale de Pudong versent directement en riz la moitié de l’augmentation de salaires qu’ils consentent51.

  • 52 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).
  • 53 EE, 18 mai 1922.
  • 54 NCH, 26 juillet 1919 ; dans le même sens, FER, janvier 1920 (déclaration de Brooke-Smith, présiden (...)

17Ces hausses de salaires sont évidemment le fruit de la vague de grèves de 1919-1921 et de la combativité dont les ouvriers ont fait preuve à maintes reprises. Mais leur succès a sans doute été également facilité, au moins à Changhai, par la relative contraction du marché du travail que l’on constate alors, et qui vient renforcer le poids des revendications ouvrières. Les années qui suivent immédiatement la Grande Guerre, en même temps qu’elles marquent la reprise des activités économiques des Occidentaux sur le sol chinois, voient se poursuivre le mouvement ascendant de l’industrie nationale chinoise déjà amorcé pendant la guerre. Dans la vallée du Yangzi, en 1919 et 1920, se créent par exemple 5 3 usines diverses, 16 cotonnières, 26 centrales électriques52 ; à Changhai en 1921, apparaissent 42 nouvelles usines dont 16 dans l’industrie textile53. Quelle que soit l’importance du demi-chômage permanent, il n’est pas toujours possible de recruter immédiatement la main-d’œuvre nécessaire aux uns et aux autres. Les milieux d’affaires étrangers de Changhai commencent alors à manifester quelque inquiétude ; c’est ce que reflète par exemple un éditorial du North China Herald, leur principal porte-parole, se plaignant des difficultés d’embauche dans le port de Changhai dont l’activité est pourtant en pleine reprise, et espérant que la ville redeviendrait bientôt « the happy hunting ground for casual labour » (sic)54.

  • 55 NCH, 5 mars 1921 et 12 mars 1921.
  • 56 Annuaire, II, p. 156.
  • 57 Archives de la K.M.A., dossier 14/2/9 (lettre du directeur général du 28 juin 1920 et rapport de l (...)

18La plupart de ces grèves de 1919-1921 sont aussi, c’est un autre de leurs traits originaux, des mouvements spontanés, déclenchés soudainement sur l’initiative de quelques ouvriers plus déterminés ; c’est ainsi que la grève des tramways français de Changhai, en mars 1921, commence par le dépôt d’une longue liste de revendications, s’ajoutant à une demande de hausse de salaires ; ces demandes avaient été élaborées au cours de conciliabules dans les maisons de thé du voisinage55. C’est avec la même spontanéité que l’action semble se propager d’usine à usine et de région à région, à mesure que des succès sont remportés. C’est ainsi qu’en janvier 1920, les grévistes d’une cotonnière japonaise de Changhai revendiquent le système de prime annuelle (hua-li) que les ouvriers des cotonnières britanniques ont récemment obtenu56. En juin 1920, la grève des mineurs de Tangshan, dont l’origine immédiate se trouve dans la hausse des prix au Zhili et la sévérité du système du bao-gong57, est en même temps l’écho des succès des grévistes de Changhai au moment de la crise du riz, et des augmentations de salaires que viennent de leur côté d’obtenir les mécaniciens de Hongkong ; les mineurs s’y réfèrent explicitement dans leurs pétitions.

  • 58 NCH, 10 juillet 1920. Cf. aussi PDR, 11 juillet 1920.
  • 59 NCH, 29 mai 1920.
  • 60 SCMP, 2 juillet 1920.
  • 61 NCH, 30 juillet 1921. Le 2 juin 1921, un coolie de la compagnie des eaux est par exemple condamné (...)
  • 62 Deng Zhong-xia, Abrégé...,p. 19, situe cette grève en mars 1921, et la CWR 14 mai 1921), en mai.
  • 63 SHSB, 21 juillet 1921.

19Si ces actions spontanées se déroulent parfois dans un ordre parfait, comme aux tramways français de Changhai, elles sont souvent marquées par les actes de violence élémentaire déjà observés dans les conflits du travail de la fin de l’Empire. En juillet 1920, au moment de la crise du riz à Changhai, les femmes grévistes des filatures de soie de Zhabei entrent dans une filature de Hongkou, entraînent 700 ouvrières à cesser le travail et commencent à couper les fils des dévidoirs58. En mai 1920, une tentative de grève dans une cotonnière de Yangshupu s’accompagne des mêmes désordres : électricité coupée, courroies des roues arrachées etc.59. A Suzhou en juin 1920, les manifestations de violence s’apparentent plus directement encore au luddisme classique, puisque ce sont des tisserands auxquels on refuse une augmentation de salaires qui attaquent la fabrique du président de la guilde mixte du satin, dont ils sont membres, et démolissent ses machines60. La vigueur juvénile de ces grèves de 1919-1921 se manifeste aussi par les voies de fait auxquelles il est fréquent que se livrent les grévistes sur la personne des ouvriers qui refusent de suivre le mouvement. La Cour mixte de la concession internationale de Changhai, à cette époque, juge et condamne très fréquemment les « intimidateurs » accusés d’avoir contraint leurs camarades à faire grève. On compte, en juin 1921, 26 procès de ce genre, à l’occasion des grèves de la compagnie des eaux, des balayeurs de la concession française, des maçons, des charpentiers61. Cette combativité ouvrière se manifeste encore lors des chocs parfois très violents qui surviennent avec la police, comme c’est le cas au printemps 1921 pour les tireurs de rickshaws de Hankou ; quand les coolies cessent le travail pour protester contre une augmentation du taux de location de leurs véhicules, la police arrête un certain nombre d’entre eux ; une manifestation collective de protestation se heurte à cette dernière, qui tire et fait plusieurs blessés. L’affaire semble assez grave pour que les consuls étrangers de Hankou, la Chambre de commerce, l’Y.M.C.A. locale, les autorités civiles chinoises proposent leur médiation et retardent la hausse qui avait été à l’origine de la grève62. En juillet 1921, à l’usine de Changhai de la B.A.T., une grève provoquée par l’impopularité d’un surveillant britannique entraîne aussi un heurt très violent avec la police63.

  • 64 PDR, 17 septembre 1920.
  • 65 SCMP, avril 1920, passim.
  • 66 Cf. ci-dessous, p. 238.
  • 67 Texte de ce manifeste dans Lowe Chuan-hua, Facing labor issues, p. 59.
  • 68 Ibid, p. 61.
  • 69 D’avril à août 1920, on relève dans le Sud, d’après la SCMP, 26 grèves d’artisans : charpentiers e (...)
  • 70 SCMP, passim, mars 1921.

20Si la plupart de ces actions revendicatives se caractérisent par leur spontanéité, certaines d’entre elles sont cependant le fruit d’initiatives organisées. A Changhai, en septembre 1920, la grève déclenchée par la guilde mixte des charpentiers cantonais dans les petits chantiers du port, les entreprises de construction, les entreprises de réparation de bateaux telles que les docks du Jiangnan, est observée par tous ses membres, mais par eux seuls64. Ce sont leurs éternels rivaux ningponais qui sont engagés à leur place, du moins jusqu’à ce que soit accordée l’augmentation demandée. Mais c’est surtout dans la région de Canton, où est particulièrement vivante la tradition corporative, que la vague de grèves de 1919-1921 se présente sous une forme organisée qui contraste avec la spontanéité presque générale du mouvement en Chine du Centre et du Nord. En avril 1920, la grève des mécaniciens de Hongkong, motivée par une demande de hausse de salaires de 40 %, s’étend rapidement aux entreprises britanniques de réparation de bateaux, aux transports de l’île, aux télécommunications, à la métallurgie, et 9 000 personnes cessent le travail dans 26 entreprises, alors que leur degré de qualification empêche de les remplacer à l’improviste. Ces mécaniciens en grève sont dirigés, encouragés, accueillis et pris en charge par leur association professionnelle de Canton, et ils obtiennent le 19 avril des] augmentations de 20 % à 32,5 %, après médiation des autorités anglaises qui en l’occurrence se montrent d’une prudente modération65. L’année suivante, ce sont les mécaniciens de Canton, enhardis par ce succès, qui après s’être séparés des éléments patronaux que contenait encore leur association66 revendiquent à leur tour des hausses de salaires dans un manifeste adressé à leurs employeurs67, manifeste qui pose aussi les questions de la journée de huit heures et des assurances ouvrières. Après refus, la grève est effective le 9 juin, et remporte de très substantiels avantages : hausses de 10 % à 40 %, journée de neuf heures, double paie pour le travail de nuit68. Ces succès spectaculaires des mécaniciens encouragent non seulement les corps d’artisans de Canton et de Hongkong, qui à leur tout obtiennent d’importantes augmentations69, mais d’autres secteurs du travail industriel. La guilde ouvrière des imprimeurs de Hongkong obtient par exemple au printemps 1921, après une grève, une réduction des heures de travail et des hausses de salaires70. Les imprimeurs eux aussi se sont retirés à Canton après avoir cessé le travail ; ainsi s’esquisse déjà la solidarité entre le mouvement ouvrier de la colonie anglaise et celui de la grande ville voisine, solidarité qui s’affirmera tant de fois encore pendant toute la période suivante.

***

21La phase qui suit immédiatement le Mouvement du 4 mai n’est pas seulement marquée par le développement des mouvements revendicatifs, mais par le renforcement des organisations ouvrières ou semi-ouvrières. Le Mouvement du 4 mai avait rassemblé le monde de la petite industrie nationale chinoise et le prolétariat industriel pour des objectifs patriotiques communs, à savoir la lutte contre la pénétration politique et économique du Japon en Chine et la lutte contre les politiciens conservateurs liés à celui-ci. Son ampleur même, la démonstration de force qu’ont alors effectué les ouvriers chinois, ont fait forte impression dans les milieux du petit patronat et de l’intelligentsia ; ils ont l’espoir qu’il sera possible de canaliser et d’orienter le mouvement ouvrier à sa phase naissante dans une voie où patrons chinois et ouvriers chinois continueraient d’avoir les mêmes intérêts. Cette voie, c’est celle du progrès en Chine de l’industrie moderne et du capitalisme national, dont l’avenir est maintenant beaucoup moins assuré que pendant « l’âge d’or » de 1914-1918, en raison de la reprise de la concurrence des grands pays industriels d’Occident.

  • 71 SHSB, 7 juillet 1919.
  • 72 SB, 1er juillet 1919.
  • 73 SB, 5 août 1919 (d’après le MGRB, 24 juillet 1924, cette association aurait été fondée dès 1917 pa (...)
  • 74 Ma Chao-jun, Histoire (édition de 1942), p. 98.
  • 75 SHSB, 9 janvier 1920.
  • 76 MGRB, 4 août 1920.
  • 77 MGRB, 20 juillet 1924.
  • 78 Matériaux sur le 4 mai, p. 701.
  • 79 MGRB, 24 juillet 1924.
  • 80 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 9. Ce dernier était aussi (Ma Chao-jun, op. cit., p. 97) un des diri (...)
  • 81 FDXB, 1952, n° 2 (op. cit.).
  • 82 CWR, 1er janvier 1921.

22C’est pourquoi, en particulier à Changhai qui a été le théâtre principal des grèves du printemps 1919 et qui est en même temps la principale base de la bourgeoisie industrielle chinoise, les associations semi-ouvrières de « promotion industrielle » qui y étaient déjà apparues précédemment continuent à se multiplier après le Mouvement du 4 mai. Pendant l’été 1919 sont créés la Société pour la promotion industrielle71, la Société syndicale générale de Chine72, la Société pour le progrès industriel de la Chine73, le Syndicat chinois des participants à la Grande guerre74 ; à la fin de 1919 c’est la Fédération du Travail75, en août 1920 la Société amicale des ouvriers et des marchands76, en 1921 le Club des employés et des ouvriers77. Dans tous les cas il semble bien s’agir d’associations mixtes, ouvertes à la fois au patronat, aux ouvriers, aux cadres et techniciens, à tous ceux que préoccupent à titre économique ou civique les problèmes du travail et de l’industrie ; plusieurs d’entre elles conservent dans leur appellation le terme de gong-jie (« milieux industriels »), dont le contenu de classe est volontairement ambigu. Leurs dirigeants sont parfois des ouvriers comme l’électricien protestant Li Heng-lin78, de la Fédération industrielle, mais le plus souvent des hommes de la moyenne bourgeoisie comme le marchand cantonais Lu Wei-chang, de la Société pour le progrès industriel79, l’ancien étudiant Huang Jie-min, de la Société industrielle80, l’industriel Tong Li-zhang, de la Société amicale des ouvriers et des marchands81, le journaliste Xia Qi-feng, de l’Association des « retour de France »82.

  • 83 SB, 1er janvier 1919.
  • 84 SB, 28 juillet 1919.
  • 85 SB, 7 juillet 1919.
  • 86 CWR, 20 mars 1920.
  • 87 SB, 1er juillet 1919 et 10 août 1919 (réunions éducatives de la Société syndicale générale).
  • 88 SB, 3 août 1919. Un mot d’ordre similaire, « vertu et technique » (dao-degong-yi) est repris en fé (...)
  • 89 C’est l’Y.M.C.A. qui devait prendre en charge l’usine de Hankou mentionnée ci-dessus (CWR, 20 mars (...)
  • 90 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).

23Le développement des petites entreprises industrielles, dans le cadre de la campagne lancée en Chine au lendemain du 4 mai pour la substitution des « produits nationaux » (guo-huo) aux produits japonais, est un des principaux objectifs de ces associations. « Etendre l’industrie et soutenir les produits nationaux » (kuo-zhan gong-ye, ti-chang guo-huo), tel est par exemple le mot d’ordre de la Société syndicale générale à sa seconde réunion83, et cette dernière association élabore dès l’été 1919 un projet d’usines de boutons et de chapeaux de paille84. En juillet 1919, la Société pour la promotion industrielle projette de fonder une usine-modèle d’articles textiles, dont le capital serait souscrit par 5 000 actions de 5 yuans, somme très modique85. Dans ces projets, on est amené à faire une place particulière aux ouvriers revenus de France, dont on attend qu’ils fournissent une main-d’œuvre qualifiée ; l’association qui groupe ces derniers envisage par exemple d’ouvrir pour ses membres au début de 1920 une usine à Hankou86. Mais pour résoudre les problèmes de main-d’œuvre, les animateurs de ces associations cherchent surtout à perfectionner les connaissances techniques et l’instruction générale des ouvriers, et ils annoncent des plans de cours du soir, de stages professionnels, de journaux et brochures en bai-hua élémentaire87, qui sont sans doute restés à l’état de projet. Ce souci d’instruction est aussi teinté d’un certain moralisme bien conforme à la tradition confucéenne, et qui se reflète par exemple dans la formule « Vertu et savoir » (Dao-de yu zhi-shi), qu’emploie dans ses statuts la Société pour le progrès industriel88. Ce moralisme n’avait pu d’ailleurs que se renforcer par l’intermédiaire des éléments protestants de l’Y.M. C.A., qui avait été si active dans les camps d’ouvriers de France pendant la guerre et qui restait en contact avec les « retour de France » à Changhai89 ; les statuts de l’association formée par ces derniers interdisent aux membres les jeux de hasard et la fréquentation des prostituées90.

  • 91 SB, 7 septembre 1919 (lettre de la Société industrielle à l’Association des « retour de France »).
  • 92 SB, 15 septembre 1919 (Club des employés et des ouvriers).
  • 93 MLR, août 1921.
  • 94 En 1920, l’Association des « retour de France » annonce qu’elle est en relation directe avec l’A.F (...)
  • 95 SHSB, 22 novembre 1919. Les relations du B.I.T. avec la Chine ne furent guère que nominales en 191 (...)
  • 96 MGRB, 2 décembre 1919.
  • 97 SHSB, 9 janvier 1920.
  • 98 SB, 8 août 1919 (à propos d’une réunion de la Société pour le progrès industriel).
  • 99 SHSB, 7 septembre 1919 (réunion de la Société industrielle).
  • 100 C’est le cas de la Société syndicale générale ou de l’Association des « retour de France ».

24Les animateurs de ces associations envisagent aussi une politique de promotion ouvrière, qui va de pair avec le développement de l’industrie et l’enseignement professionnel. Ils envisagent la fondation d’hôpitaux ouvriers, de caisses d’épargne, de fonds de secours91 ; ils demandent l’augmentation des salaires et la réduction de la journée de travail92 ; ils parlent du droit de grève et des conventions collectives93. Il n’est pas douteux que ces divers thèmes sont inspirés par l’exemple des pays industriels d’Occident et de leur législation ouvrière94. L’influence de l’Occident dans ces milieux de la petite bourgeoisie industrielle peut se mesurer au prestige dont jouit parmi eux le B.I.T., auquel la Société industrielle dès la fin de 1919 invite le gouvernement de Pékin à adhérer95, et en qui la Société pour la promotion industrielle saluait à la fin de 1919 « une aurore pour la Chine »96. Le « caractère sacré du travail », formule courante en Chine dès 1917-1918, est aussi un des thèmes favoris de ces associations mixtes97, et on y développe volontiers un commentaire métaphorique sur l’idéogramme gong (travail), dont la barre verticale relie deux traits horizontaux qui sont le ciel et la terre, l’esprit et la matière98. On y parle aussi de la nécessité de faire naître une « conscience ouvrière »99, et il est significatif que certaines de ces associations aient déjà pris, en dépit de leur caractère mixte, le nom de syndicat (gong-hui)100.

  • 101 SB, 7 juillet 1919.
  • 102 MGRB, 3 avril 1919.
  • 103 SB, 7 juillet 1919.
  • 104 MGRB, 24 juillet 1924.
  • 105 Le premier secrétaire général de la Fédération de l’électricité est Chen Yue-fu, directeur d’une e (...)
  • 106 MGRB, 3 avril 1920.

25Dans le sillage de ces associations semi-ouvrières au recrutement très flou, apparaissent en 1919-1920 un certain nombre de groupement dont la base professionnelle est beaucoup plus nette : la Fédération industrielle de l’électricité, créée en juillet 1919101, la Fédération industrielle du personnel de service des bateaux et entrepôts, créée en février 1920102, d’autres encore sans doute. Mais ce ne sont pas de véritables syndicats. La Fédération de l’électricité n’a qu’un caractère corporatif et groupe des adhérents d’entreprises très diverses (tramways, téléphones, télégraphes, filatures de soie, ateliers de matériel électrique)103. La Fédération du personnel de service des bateaux et entrepôts est étroitement limitée aux employés de bord, serveurs de thé, mécaniciens, dockers d’origine cantonaise104. Ces deux associations conservent par ailleurs un caractère mixte, que souligne leur nom de « Fédération industrielle » (Gong-jie lian-he-hui)-, les petits patrons électriciens105, les contremaîtres des bateaux et entrepôts106, y sont très actifs.

  • 107 Dans une usine française de bas, se constitue par exemple en mai 1920 un syndicat de femmes, qui a (...)
  • 108 En septembre 1920, un manifeste de la Fédération de l’électricité formule un programme d’éducation (...)
  • 109 SB, 20 avril 1920 (réunion de la Fédération de l’électricité).
  • 110 Le militant communiste Deng Zhong-xia (Abrégé..., pp. 20-21) les qualifie de syndicats à enseigne (...)
  • 111 SHSB, 14 avril 1920 et SB, 1er janvier 1920.
  • 112 MGRB, 24 juillet 1924.

26Ces associations professionnelles « pré-syndicales », dont il y a d’autres exemples107, emploient volontiers les mêmes formules et s’assignent les mêmes objectifs que les associations de promotion industrielle108 ; ils partagent par exemple leurs espoirs en une intervention en Chine du B.I.T.109. Les uns et les autres se montrent très remuants, très soucieux d’attirer sur eux l’attention de la presse et du grand public110, très désireux aussi d’élargir au-delà de Changhai leur influence. Les termes de Zhong-hua (Chinois, au sens patriotique) de Quan-guo (panchinois, au sens géographique) figurent souvent dans leurs appellations officielles. La Société industrielle établit en mars 1920 une section à Yangzhou, centre textile du Bas-Yangzi, et reçoit à cette époque des délégués de Pékin et de Tianjin venus prendre part à la célébration de son premier anniversaire111. A la réunion de fondation de la Fédération de l’électricité, assiste un délégué des électriciens de Tianjin112. Le 1er mai 1920, ces associations vont tirer parti de la Fête du Travail pour se poser en organisations représentatives du mouvement ouvrier, en même temps que pour renforcer leur influence dans la classe ouvrière.

  • 113 SHSB, 2 mai 1920.
  • 114 Le premier président de la Fédération de l’électricité, Li Heng-lin était au moment du 4 mai 1919 (...)
  • 115 Sur le 1er mai à Changhai en 1920, cf. MGRB et SB, avril et mai 1920, passim.

27Parmi les sept parrains de cette première célébration à Changhai du 1er mai113, figurent en effet quatre des associations semi-ouvrières de promotion industrielle, si actives depuis 1918-1919 : Société industrielle, Société pour le progrès industriel de la Chine, Société syndicale générale, Société pour la promotion industrielle, et les deux Fédérations industrielles de l’électricité et des bateaux et entrepôts, qui leur étaient étroitement liées114. La septième association était la Fédération amicale de la pharmacie, organisation professionnelle mixte fondée en 1918. Le jour prévu, la police interdit toute manifestation publique, et les participants s’assemblèrent sur un terrain de sports. Les discours prononcés par Li Heng-lin et d’autres dirigeants, les banderoles placées dans la salle, de même que les éditoriaux publiés à cette occasion par les journaux libéraux de Changhai comme le Shen-bao ou le Min-guo-ri-bao, reflètent les tendances conciliatrices et réformistes déjà notées chez ces associations. « La célébration du 1er mai se fait dans le rayonnement, la concorde et la correction », déclare par exemple le Min-guo-ri-bao. A la réunion commémorative, sont repris les thèmes de la sainteté du travail et de la promotion ouvrière ; on réitère le vœu que les décisions de la Conférence de Washington du B.I.T. sur la journée de huit heures soient appliquées en Chine, mais on n’envisage en ce sens qu’une action prudente et progressive. Il est remarquable qu’en cette journée du 1er mai, on ne relève aucun geste de solidarité, aucun encouragement à l’adresse de la vague de grèves qui, en ce printemps 1920, commençait à ébranler le prolétariat changhaien durement touché par la hausse des cours du riz115.

  • 116 Cf. M.T.Z. Tyau, China awakened, p. 227. Cf. aussi une brochure de propagande, Regulations for the (...)
  • 117 NCH, 5 et 12 mars 1921.

28Les idées diffusées en 1919 et 1920 dans l’entourage de ces associations semi-ouvrières ne sont sans doute pas restées tout à fait lettre morte. Il est par exemple intéressant de noter que c’est en mai 1920 que les actionnaires des Presses commerciales de Changhai décident de constituer un fonds spécial pour subventionner dans leurs établissements des cours du soir, un dispensaire, des loisirs, des allocations aux vieux travailleurs et aux femmes en couches116. Sur un autre plan, il semble bien que les thèmes propagés par ces associations viennent enrichir et diversifier, à partir de la seconde moitié de 1920, les plateformes revendicatives des grèves. Celles-ci conservent leur caractère spontané, sans lien organisé avec ces associations, mais elles ne sont plus seulement des protestations élémentaires contre la faim et la misère. Une grève comme celle des tramways français au printemps 1921 montre ce lent cheminement des idées nouvelles ; outre une demande d’augmentation de salaires, les revendications posées comportent le paiement des frais médicaux pendant les maladies, la révision du système des amendes, la journée de huit heures117.

29Mais tout cela est néanmoins bien peu de choses. Même si leur propagande peut se combiner aux effets des grèves pour faire pression sur certaines parties du patronat, même si elles peuvent contribuer par ailleurs à élargir les aspirations qui s’expriment par les grèves, ces associations semi-ouvrières changhaiennes sont encore très loin d’une véritable activité syndicale ; elles restent tout à fait indifférentes, on l’a noté, aux mouvements revendicatifs. Même quand elles prennent des positions favorables au prolétariat, par exemple sur la journée de huit heures, même quand elles célèbrent le 1er mai, il ne s’agit que de mesures secondaires par rapport à leur objectif principal : le développement en Chine de la petite industrie nationale. Leur échec dans les années suivantes sera l’échec de ces espoirs d’unir bourgeoisie et classe ouvrière pour le progrès industriel d’une Chine encore dominée par les forces militaristes et conservatrices et par les grands intérêts étrangers.

  • 118 LDJ, n° 9 (10 oct. 1920).
  • 119 LDJ n° 19 (19 déc. 1920).
  • 120 SHSB, 7 juillet 1921 et LDJ, n° 18 (12 déc. 1920).

30Ce sont évidemment ces associations semi-ouvrières sans caractère de classe bien net que vise le 3 octobre 1920, dans son manifeste inaugural, le Syndicat des mécaniciens de Changhai, quand il énumère cinq types de syndicats dont il est décidé à se différencier à tout prix : les « syndicats de capitalistes », les « syndicats soutenus par les amicales régionalistes (hui-guan) », les « syndicats de politiciens », les « syndicats mixtes » (mi-patronaux, mi-ouvriers), les « syndicats à pancarte publicitaire ». « Nous espérons, déclare ce manifeste des mécaniciens, que notre syndicat ne sera ni dans la main des capitalistes, ni dans celle des politiciens, qu’il ne fera pas de distinctions provincialistes, mais qu’il englobera tous les mécaniciens et eux seuls »118. Ce nouveau syndicat changhaien conserve certes des traits hérités du passé ; il est constitué sur une base de métier plutôt que d’industrie, puisqu’il groupe les mécaniciens des diverses usines, même là où ils ne sont qu’une poignée comme dans les cotonnières ; il continue à vouloir se protéger des risques de chômage par le vieux système de l’apprentissage ; il insiste surtout sur l’éducation et l’aide mutuelle. Mais la cotisation est fixée à 4 centimes de cuivre par mois, et il est dirigé par d’authentiques ouvriers comme Li Zhong, ouvrier de l’arsenal de Changhai. « Nous sommes des ouvriers vêtus en ouvriers », déclarent ses membres en décembre 1920, en se mettant mutuellement en garde contre les « chiens courants » (gou-gou) des capitalistes qui tenteraient de s’emparer de leur organisation119. Un syndicat des imprimeurs, formé à Changhai en mars 1921, semble avoir eu le même caractère nettement prolétarien120.

  • 121 Annuaire, II, p. 6.
  • 122 Hongkong Ordinances, 1920, n° 8.
  • 123 Hongkong administrative reports, 1920, p. C. 14.

31Canton est avec Changhai le centre ouvrier de Chine où dès le lendemain du 4 mai le processus d’organisation ouvrière est le plus avancé. On y compterait alors plus d’une centaine de syndicats, y compris sans doute des groupements d’ouvriers de l’artisanat et d’employés de commerce121. La même évolution s’observe à Hongkong, au point que les autorités coloniales rendent obligatoires en juin 1920122 les formalités d’immatriculation des organisations syndicales et corporatives, jusque-là facultatives. 81 associations ouvrières sont ainsi immatriculées pendant le reste de l’année123.

  • 124 Cf. Huang Yi-bo, Guang-dong ji-qi gong-ren (Les ouvriers mécaniciens du Guangdong), pp. 8-9. Cf au (...)
  • 125 Le syndicat des mécaniciens de Changhai se réclame par exemple dès décembre 1920 de l’illustre exe (...)
  • 126 SCMP, 5 mai 1921.
  • 127 Huang Yi-bo, op. cit., p. II.

32Le Syndicat des mécaniciens du Guangdong, dont l’origine remonte à la fin de l’Empire, fait figure de grande puissance dans ce monde ouvrier de Chine du Sud. En 1919, il conservait encore son caractère mixte. Mais les petits patrons mécaniciens chinois de la région de Canton, qui en 1920 n’avaient pas vu d’un mauvais œil la vigoureuse offensive revendicative que l’association avait lancé contre les grandes firmes britanniques de Hongkong, refusent en 1921 à leurs ouvriers les augmentations de salaires que les camarades de ceux-ci avaient l’année précédente obtenues à Hongkong par la grève. En avril 1921 est alors constituée sans eux une association purement ouvrière, la Société pour la défense des mécaniciens du Guangdong. Elle absorbe un certain nombre de clubs ouvriers qui s’étaient spontanément formés en 1920 parmi les cheminots cantonais, les téléphonistes et dans diverses usines de la région, et dont l’existence révélait déjà les aspirations des mécaniciens à une organisation ouvrière autonome124. Les importants succès que remporte en juin 1921 la grève que le nouveau syndicat lance à Canton, venant après ceux du mouvement de Hongkong de l’année précédente, renforcent considérablement le prestige des mécaniciens de Canton en Chine du Sud et dans l’ensemble du pays125. Le syndicat, puisqu’il mérite maintenant pleinement ce nom, conserve néanmoins, malgré la séparation d’avec les éléments patronaux, une orientation très modérée ; ses préférences continuent à aller aux œuvres de formation professionnelle, aux activités de loisir, aux secours mutuels, beaucoup plus qu’aux activités revendicatives violentes126, et la grève de juin 1921 n’avait été déclenchée elle-même qu’à contre-cœur. « Nous ne désirons en rien que la paix soit rompue, déclarait le syndicat en présentant ses revendications le 26 mai, et si par malheur nous rompons la paix, nous espérons que notre détresse nous sera pardonnée par tous nos parents »127. Le syndicat des mécaniciens reste en même temps un syndicat de métier, groupant sur la base de leur seule qualification technique les cheminots des lignes du Guangdong, des employés d’entreprises provinciales comme l’arsenal, les téléphonistes et télégraphistes, les compagnons des petits ateliers mécaniques chinois de la région, les ouvriers mécaniciens des grandes firmes britanniques de Hongkong.

  • 128 Lowe Chuan-hua, Facing labor issues... p. 53.
  • 129 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 46. Deng fait remarquer aussi que les marins, de par leur métier, ét (...)

33Le syndicat des marins, constitué officiellement en 1920 en Fédération générale industrielle des marins chinois, et enregistré comme tel à Hongkong où est fixé son siège128, se distingue dès cette époque du syndicat des mécaniciens par une orientation plus radicale qui ne fera que s’accentuer par la suite. Aux activités mutualistes qui étaient les siennes à l’origine, viennent s’ajouter des actions revendicatives dirigées contre les intermédiaires de recrutement, ou cherchant à faire réintégrer des matelots licenciés en diverses occasions ; dès cette époque s’affirment un certain nombre d’éléments très actifs, comme Su Zhao-zheng et Lin Wei-min129, qui après leur entrée au Parti communiste quelques années plus tard orienteront le syndicat dans une voie nettement révolutionnaire.

  • 130 SCMP, 24 janvier 1921.

34Le syndicat « Jing-yuan » des imprimeurs, qui dirige en mars 1921 à Hongkong une grève de plusieurs semaines, est déjà un véritable syndicat d’industrie, qui groupe compositeurs, ouvriers de la presse, relieurs, fabricants de caractères130. Comme les syndicats des mécaniciens et des marins, il est commun à Hongkong et au Guangdong, ce qui souligne l’importance de ces liens entre les grands centres ouvriers du Sud (il faut y ajouter Macao), par delà les différences de statut politique. Les ouvriers de Hongkong et de Macao étaient ainsi assurés d’un refuge en cas de grève, et ceux de Canton n’avaient plus à craindre que des « briseurs de grève » soient recrutés dans les colonies voisines.

  • 131 Cf. dans LDJ, (5 sept. 1920) un jugement de Chen Du-xiu rendant hommage à la maturité des ouvriers (...)
  • 132 Que revendiquent par exemple au printemps 1921 les imprimeurs et les mécaniciens. Ces derniers, da (...)
  • 133 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 45.
  • 134 A Hongkong en février 1921, les syndiqués des ateliers de thé font grève pour que le bénéfice de l (...)

35Si ce mouvement syndical de Chine du Sud frappe par sa cohésion, sa discipline, son niveau élevé d’organisation131, par la diffusion aussi de mots d’ordre « modernes » comme la journée de huit heures132, il est encore fortement marqué par les tendances à l’étroitesse corporative, que perpétue le danger constant du chômage. Canton en effet ne semble pas avoir connu la relative contraction du marché du travail qui au même moment jouait à Changhai en faveur des revendications ouvrières. On y compterait alors, pour ne prendre qu’un exemple, près de 20 000 marins en chômage133. C’est cette pression de l’« armée industrielle de réserve » qui explique avec quelle âpreté on voit dans les entreprises les non-syndiqués être en butte à l’hostilité des syndiqués134.

  • 135 Sur la situation politique dans le Sud en 1919 et cette affaire du gouvernorat civil de la provinc (...)
  • 136 Cf. SCMP, 15 et 16 juillet 1919, et NCH, 19 juillet 1919.
  • 137 Ma Chao-jun, Histoire (n. éd.). pp. 133-135

36Cet essor du syndicalisme en Chine du Sud avait été facilité par la situation politique locale, depuis la formation en 1917 du gouvernement « constitutionnaliste » dissident. Corporations traditionnelles et syndicats « modernes » sont en effet dans les meilleurs termes avec les dirigeants de Canton du mouvement constitutionnel, dont le principal représentant depuis le départ de Sun Yat-sen en 1918 est le vénérable Wu Ting-fang ; ce dernier, au sein du directoire sudiste, est en conflit aigu avec les militaristes du groupe du Guangxi, Lu Rong-ting et Mo Rong-xin. En juillet 1919, alors que l’agitation née du Mouvement du 4 mai n’est pas encore calmée et que le boycott anti-japonais est en pleine force, éclate à Canton une crise politique où va se manifester cette solidarité ouvrière envers les constitutionnalistes. Il s’agit de la nomination de Wu Ting-fang, lui-même cantonais de vieille souche, comme gouverneur civil du Guangdong, nomination réclamée par les Chambres de commerce locales et tous les milieux représentatifs de la province, mais à laquelle s’oppose le groupe du Guangxi135. Le 11 juillet 1919, éclate une grève des marchands de Canton, que soutient l’association (encore mixte à cette époque) des mécaniciens, et les autres organisations ouvrières ; les ouvriers de la centrale électrique coupent le courant dans la ville, les téléphonistes sont en grève le 13, suivis bientôt par les cheminots des trois lignes cantonaises136. Tout le mouvement d’agitation, que dirigent Xie Ying-bo, militant actif du Guo-min-dang, et Huang Huan-tiug, président des mécaniciens, a un caractère nettement régionaliste ; au cours d’un meeting organisé par les mécaniciens, on crie « Vive le Guangdong des Cantonais »137 ; bourgeoisie, artisans, intellectuels et ouvriers d’industrie s’unissent pour tenter d’écarter de leur province les avides militaires du Guangxi. Mais ceux-ci sont encore assez forts pour faire arrêter Huang Huan-ting, pour faire exécuter une cinquantaine de personnes, et ils restent maîtres de Canton après que Wu Ting-fang ait retiré sa candidature et que le mouvement se soit peu à peu apaisé.

  • 138 CWR, 30 octobre 1920.
  • 139 CWR, 6 novembre 1920.
  • 140 SCMP, 6 et 7 mai 1921.
  • 141 CWR, 29 janvier 1921. Les autres membres du conseil municipal consultatif étaient soit nommés par (...)
  • 142 CWR, 19 février 1921.
  • 143 SCMP, 19 avril 1921.
  • 144 SCMP, 4 mai 1920.
  • 145 SCMP, 4 mai 1921.
  • 146 Lowe Chuan-hua, Facing labor issues... p. 60.

37Quand, à la fin de l’année suivante, les constitutionnels et le Guomin-dang chassent pour de bon les Guangxiites de Canton grâce aux troupes cantonaises du général Chen Jiong-ming, ils bénéficient une nouvelle fois du soutien des organisations ouvrières. Le mot d’ordre de Chen, Yue-ren Yue (« que les Cantonais gouvernent Canton ! ») est populaire non seulement dans la bourgeoisie cantonaise, mais dans les corporations et les groupements syndicalistes comme les mécaniciens, qui lancent un ordre de grève en octobre 1920 ; les chemins de fer s’arrêtent138, entravant ainsi les mouvements des troupes du Guangxi ; les imprimeurs de Canton font grève eux aussi139. La classe ouvrière cantonaise a bien le sentiment d’avoir efficacement contribué à la victoire de Sun Yat-sen et de Chen Jiong-ming au début de 1921 ; les syndicats participent activement aux fêtes qui marquent le retour de Sun et son élection le 5 mai comme président constitutionnel du Sud, et à cette occasion ce dernier leur accorde une audience officielle140. En échange de cette aide ouvrière, le nouveau gouvernement met en veilleuse les lois anti-ouvrières de Yuan Shi-kai ; en outre, il fait officiellement place aux syndicats dans la nouvelle municipalité de Canton, dirigée par Sun Ke, et dont le conseil consultatif comprend trois syndicalistes141. Dès janvier 1921, le nouveau gouvernement sudiste a constitué sous l’impulsion de Sun Yat-sen un Bureau du travail142, et l’intérêt que le Président porte au monde ouvrier est encore confirmé quand le 17 avril 1921 il s’adresse à 3 000 ouvriers cantonais au cours d’une réunion publique présidée par Huang Huan-ting143. La Journée du 1er mai, déjà marquée en 1920 sous le régime des gens du Guangxi par un défilé et une réunion publique144, est célébrée en mai 1921 avec plus d’ampleur encore, au cours d’une grande parade aux lanternes organisée par syndicats et corporations et par des réunions publiques145. Cette bonne entente entre le gouvernement sudiste de Sun Yat-sen et le monde cantonais du travail peut se noter encore à maints détails ; c’est ainsi que, parmi les fêtes que les mécaniciens obtiennent de chômer grâce au succès de leur grève de juin 1921, figurent non seulement des festivals traditionnels comme le Nouvel an lunaire ou la fête des Arbres, mais des fêtes « constitutionnelles » comme le 10 octobre (soulèvement de 1911) et le 5 mai (entrée en fonction de Sun Yat-sen comme président du Sud)146.

  • 147 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), p. 158.
  • 148 Ibid., p. 153-154.
  • 149 Ibid., p. 174.

38A Canton, en 1920-1921, des liens étroits unissent donc d’importantes sections du monde du travail à Sun Yat-sen et au Guo-min-dang, en particulier par l’intermédiaire de personnages mi-politiciens, mi-syndicalistes comme Xie Ying-bo, Huang Huan-ting ou Chen Bing-sheng, le président du syndicat des marins. Au début de 1921, Xie Ying-bo constitue une association ouvrière de secours mutuels, dont les services sont réservés aux seuls membres du parti147. Il semble même que dès cette époque le Guo-min-dang se soit efforcé de susciter dans d’autres régions de la Chine la formation de groupements ouvriers se réclamant des « trois principes », comme chez les cheminots du dépôt de Xiujiapeng, sur le Yue-han, ou chez ceux du Jin-pu148. Le comité de Jinan du parti, au début de 1921, constitue de même une « Société de lecture du Shandong », qui envisage de créer des syndicats à la cotonnière de la ville, à l’arsenal et dans diverses imprimeries149.

  • 150 LDJ, n° 16 (28 nov. 1920).
  • 151 LDJ, n° 19 (19 déc. 1920) publie la lettre d’un ouvrier de la fonderie d’antimoine Hua-chang, décl (...)
  • 152 Annuaire, II, p. 94 ; Deng Zhong-xia, Abrégé... p. 33 ; Li Rui, Mao Ze-dong p. 161. Mais E. Snow r (...)
  • 153 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 151-153.
  • 154 LDJ, n° 17 (5 déc. 1920).
  • 155 LDJ n° 19 (19 déc. 1920). L’auteur de cette lettre rapporte qu’après enquête les ouvriers de cette (...)

39C’est au Hunan, après Changhai et Canton, que le processus d’organisation de la classe ouvrière semble le plus avancé dans la période qui suit le Mouvement du 4 mai. Mais il n’est pas facile de préciser le vrai caractère des associations ouvrières qui se constituent alors. Dans le cas par exemple de la Société de la mécanique du Syndicat chinois du Hunan, formée en novembre 1920, et qui faisait figurer à son programme l’augmentation des salaires, la réduction des heures de travail et l’élévation du niveau d’instruction des ouvriers150, on ne sait guère s’il s’agit d’une véritable organisation ouvrière ou d’un simple instrument aux mains de politiciens locaux151. Il n’est guère plus facile de savoir à quel point l’Association des Travailleurs du Hunan, qui se constitue à la fin de 1920, est réellement représentative du prolétariat industriel de la province. Ses fondateurs étaient deux jeunes élèves des écoles industrielles de Changsha, Huang Ai et Pang Ren-quan, gagnés aux idées anarchistes152 ; son programme comportait l’élévation du bien-être des ouvriers, la réunification du pays et la restauration de l’honneur national, et se proposait donc des objectifs patriotiques en même temps que sociaux153 ; dans les organismes directeurs de l’Association figuraient statutairement, aux côtés des huit présidents de section (propagande, finances etc.), vingt-huit délégués des quatorze métiers principaux qui y étaient représentés : mines, métallurgie, électricité, fonderie, tissage, mais aussi vernissage, broderie, bâtiment ; ce qui laisserait à penser qu’artisans et travailleurs de la grande industrie s’y retrouvaient sur un pied d’égalité154. Dès décembre 1920, l’Association aurait groupé plus de 2 000 membres et aurait déjà ouvert une école ouvrière. Il semble pourtant qu’au moins dans certains cas son caractère ouvrier n’ait pas été très authentique, comme dans cette fonderie d’antimoine où, d’après une lettre d’un ouvrier au journal de Changhai Lao-dong-jie, ce furent les patrons eux-mêmes qui firent adhérer leurs ouvriers à l’Association et se firent élire par eux « conseillers syndicaux »155.

  • 156 Cf. sur cette affaire de la cotonnière de Changsha, RT, 1921, Changsha, p. 15, et CWK, 30 avril et (...)
  • 157 Cf. Huang-Pang zhou-nian ji-nian-ce (Cahier commémoratif de l’anniversaire de Huang et de Pang), p (...)
  • 158 CWR, 14 mai 1921.

40Mais en mars 1921, l’Association des travailleurs du Hunan participe activement à l’agitation populaire que déclenche à Changsha la nouvelle que dans la cotonnière de la ville, propriété provinciale qui en 1920 avait été vendue à des marchands du Hubei, le personnel hounanais en service va être remplacé par des ouvriers venus de Wuhan ou de Changhai156 Etudiants, Chambres de commerce, associations d’intellectuels déclenchent une agitation qui aboutit le 21 mars 1921 à un grand défilé populaire157, dans l’organisation duquel l’Association des Travailleurs joue un rôle prépondérant, et qui déclare l’usine « propriété des trente millions de Hounanais » ; les manifestants envahissent celle-ci, forcent le directeur à démissionner, et obtiennent la promesse que les ouvriers du Hubei seraient renvoyés et que seuls des Hounanais seraient employés à l’avenir. C’est aussi l’Association des travailleurs qui le 1er mai organise la Fête du Travail à Changsha, profitant de l’élan ainsi donné au mouvement ouvrier ; 5 000 travailleurs participant à une grande réunion publique placée à la fois sous le signe de la sauvegarde de la cotonnière et sous celui de la journée de huit heures158.

  • 159 Li Rui, op. cit, p. 122. Sur le mouvement autonomiste au Hunan en général, cf. Li Chien-nung, Poli (...)

41Au Hunan comme au Guangdong, le mouvement ouvrier subit donc à cette époque des influences nettement régionalistes, qu’il faut ici encore situer par rapport aux vicissitudes de la politique locale. Le nouveau Du-jun du Hunan, Zhao Heng-ti, arrivé au pouvoir après la chute du parti Anfu en 1920, tentait alors d’assurer sa position en jouant la carte de l’autonomie provinciale. Soutenu tout naturellement dans cette voie par la gentry conservatrice hounanaise, il tentait en même temps d’attirer à lui les éléments libéraux par la promesse d’accorder dans sa future Constitution provinciale les libertés civiles et même la liberté syndicale159. Il n’avait sans doute pas vu d’un mauvais œil les manifestations ouvrières de mars et de mai à Changsha, ce qui expliquerait la tolérance dont elles avaient bénéficié de la part des autorités.

  • 160 LDJ, n° 18 (12 déc. 1920).
  • 161 Cmd. 2442, p. 39 : rapport du consul Ogden mentionnant à Chengdu une « Société pour l’auto-gouvern (...)
  • 162 Il s’y forme en décembre 1919 un « Groupement de secours mutuels des travailleurs de l’imprimerie  (...)
  • 163 Il s’y forme en 1920 une « Association d’aide mutuelle des compagnies d’imprimerie du Zhejiang », (...)
  • 164 CWR, 7 mai 1921.
  • 165 Li Chien nung, Political history, p. 394-397.
  • 166 LCT, 28 décembre 1920.
  • 167 CWR, 7 mai 1921 (On sait que les militaires du groupe du Zhili, dont faisait partie Yang Yi-de, ét (...)
  • 168 Cf. Chen Da, Question du travail, p. 217 ; cf. aussi Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 24.

42Si dans le reste de la Chine on ne peut mentionner à cette époque que des tentatives très épisodiques et fort mal connues d’organisation ouvrière, comme à Nanchang160, à Chengdu161, chez les imprimeurs de Chongqing162 et de Hangzhou163, ou telles que la célébration du 1er mai à Tianjin ou à Wuhan164, ce n’est sans doute pas seulement parce qu’on a utilisé ici une documentation surtout changhaienne et cantonaise. Le régime des seigneurs de la guerre continuait à peser lourdement sur toutes les provinces du Centre et du Nord de la Chine, rendant très difficile un éveil de la vie publique comparable à celui qui s’effectue alors à Canton dans le cadre du constitutionnalisme, à Changhai, et dans une certaine mesure au Hunan. La chute du parti Anfu et du gouvernement de Duan Qi-rui en juin-juillet 1920, après la victoire des coalisés du clan du Zhili et du clan du Fengtian (Wu Pei-fu et Zhang Zuo-lin)165 n’avait été qu’un épisode des interminables rivalités entre chefs militaires, sans que soit en rien modifiée l’orientation fondamentalement autoritaire et conservatrice du gouvernement nordiste et de ses représentants dans les provinces. Tout au plus, les nouveaux maîtres de la Chine s’efforcent-ils, et ceci confirme encore le poids croissant que prend le mouvement ouvrier dans les affaires politiques de la Chine, de faire en direction du prolétariat quelques gestes d’apaisement sans grande portée d’ailleurs, pour mieux se distinguer des Anfu tant détestés, auprès de l’opinion publique. C’est ainsi qu’en octobre 1920, quand se produit la grande catastrophe des houillères britanniques de Tangshan, le gouvernement de Pékin intervient ostensiblement auprès de la K.M.A. pour lui demander de mieux veiller sur ses ouvriers166. Quand en mai 1921 survient une grève de ces mêmes mineurs de Tangshan, le général Yang Yi-de, adjoint de Wu Pei-fu et chef de la police du Zhili, intervient en médiateur, annonce aux ouvriers qu’il veut les protéger, et leur demande en revanche de bien comprendre que les étrangers aident au développement économique de la Chine167. De même, les politiciens pékinois de la « Clique des communications », alliés de Zhang Zuo-lin et qui se sont installés depuis quelques années dans les réseaux ferrés de Chine du Nord comme dans un véritable fief, cherchent à se concilier les cheminots par l’institution de cours professionnels et par un règlement améliorant les conditions de travail du personnel168. Mais il n’y a là que quelques gestes démagogiques sans portée réelle.

***

43Le Mouvement du 4 mai n’a pas seulement amplifié la vague de grèves économiques spontanées apparues dès 1917-18, et accéléré la formation d’organisations ouvrières dont l’idéologie est encore incertaine et dont beaucoup sont encore sous le contrôle d’éléments non-prolétariens. Il a aussi et surtout facilité et hâté la fusion du mouvement ouvrier et du courant de pensée marxiste apparu vers 1918 dans certains milieux de l’intelligentsia radicale, fusion qui en juillet 1921 conduira à la formation du Parti communiste chinois.

  • 169 Sur l’essor du marxisme en Chine avant 1921, cf. Hu Hua, Exposé ; Wang Shi, Zhong-guo gong-chan-da (...)
  • 170 Wang Shi, op. cit., p. 17.

44La diffusion de l’idéologie marxiste chez les intellectuels chinois, esquissée déjà en 1918, s’élargit et s’amplifie considérablement en 1919 et 1920, tant chez des maîtres à l’autorité morale bien établie comme Li Da-zhao et Chen Du-xiu, que dans la jeune génération dont Mao Ze-dong est un des plus actifs représentants169. A la revue « ha Jeunesse » (Xin-qing-nian), qui reste l’organe des intellectuels avancés, et où Li Da-zhao publie à l’automne 1919 ses retentissants articles « mon point de vue marxiste », s’ajoute l’influence de publications fondées au lendemain du 4 mai et où l’analyse des idées de Marx et de Lénine tient aussi une grande place : la « Critique du Hunan », fondée par Mao à Changsha en juillet 1919 et que les autorités interdisent au bout de quelques numéros, la « Critique hebdomadaire » publiée à Pékin par Li Dazhao, la « Critique de la semaine » à Changhai, et maints autres périodiques analogues170.

  • 171 Cf. Schwartz, op. cit., chap. i (qui semble trop négatif).
  • 172 Sur cette querelle, cf. Li Da-zhao xuan-ji (Œuvres choisies de Li Da-zhao), p. 228-34.
  • 173 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 20.
  • 174 Cf. Wang Shi, op. cit., pp. 17 et 18.

45Ce n’est que progressivement que des hommes comme Chen Du-xiu et Li Da-zhao acceptent les idées du matérialisme historique et du matérialisme dialectique, de la lutte des classes, de l’impérialisme, du passage du capitalisme au socialisme171. Mais dès 1920, leur adhésion est déjà suffisamment ferme pour qu’ils s’engagent à fond dans la célèbre querelle des « ismes » et des « problèmes » bu-yi et wen-ti. Quand Hu Shi, un des pionniers du mouvement de réforme littéraire, mais dont les vues politiques modérées avaient encore été affermies par ses récents contacts avec John Dewey et B. Russell, lance son slogan empiriste et pragmatiste « étudier le plus possible les problèmes, bavarder le moins possible sur les ismes », slogan évidemment dirigé contre les marxistes chinois, Li Da-zhao réplique avec vigueur172. Avec les tenants de l’anarchisme occidental, du moralisme tolstoïen, ou de l’utopisme japonais du « village modèle »173, les marxistes croisent aussi le fer en 1920, surtout à Pékin. C’est au cours de ces batailles d’idées que sont publiés pour la première fois en langue chinoise des textes comme le Manifeste communiste ou comme « Socialisme scientifique et socialisme utopique » ; dès 1919, ha Jeunesse a publié un numéro spécial sur le marxisme174.

  • 175 Cf. GMRB, 12 mai 1955.
  • 176 Li Rui, op. cit., pp. 133 à 144.
  • 177 Texte dans A. Whiting, Soviet policies in China, p. 269.
  • 178 Cf. Peng Ming, Zhong-su you-yi-shi (Histoire de l’amitié sino-soviétique) pp. 60-61. Ce rayonnemen (...)

46A l’influence des revues d’orientation marxiste s’ajoute en 1920 celle des sociétés d’étude comme au Hubei la Société de lecture dans l’intérêt des masses, ou à Canton la Société des études nouvelles175. Au Hunan, après la Société d’études populaires, fondée dès 1918 et qui avait activement soutenu le Mouvement du 4 mai, se crée en 1920 la Société de lecture littéraire, qui se consacre directement sous l’impulsion de Mao Ze-dong à la diffusion du socialisme. En août 1920, Mao fonde également une Association de recherches sur la Russie, qui se propose non seulement de diffuser des informations sur l’U.R.S.S. mais d’étudier son idéologie et de la défendre activement176. Cette initiative souligne à quel point l’intérêt suscité en Chine par le nouveau régime soviétique favorisait l’activité des premiers marxistes chinois. La déclaration soviétique du 25 juillet 1919177, renonçant aux droits et privilèges dont bénéficiait en Chine la Russie tsariste (exterritorialité, concessions, etc.), remettant à la Chine la partie russe de l’indemnité des Boxers, et offrant à la Chine de signer de nouveaux traités sur une base d’égalité, avait déjà l’année précédente éveillé un très large écho dans tous les milieux178.

  • 179 Cf. Wang Shi, op. cit., p. 20 et Hu Hua, op. cit., p. 40.
  • 180 Cf. Hu Hua, op. cit., p. 40. Sur la mission de Voitinski, cf. les souvenirs d’un vieux militant pa (...)
  • 181 Li Rui, op. cit., p. 146.
  • 182 Hu Hua, op. cit., p. 40.
  • 183 Cf. XGS, 1er juillet 1957, op. cit.
  • 184 Cf. par exemple dans le n° 1 un article sur les principes d’organisation des partis communistes, d (...)
  • 185 Cf. Chow Tse-tsung, op. cit., p. 250.

47Le marxisme est une doctrine d’action, et dès 1920 ses partisans chinois envisagent de s’organiser pour intervenir directement dans le jeu des forces sociales et politiques. Des « petits groupes communistes » s’organisent à partir de mai 1920 à Changhai, puis à Pékin, à Changsha, à Hankou, à Jinan, à Tianjin, à Hangzhou, à Canton, et La Jeunesse devient leur organe officieux179. En 1920 arrive en Chine Voitinski, envoyé de l’Internationale Communiste ; il prend contact à Pékin, puis à Changhai avec Li Da-zhao et Chen Du-xiu et avec d’autres représentants de l’intelligentsia radicale comme l’ami de Sun Yat-sen Dai Ji-tao ; son activité contribue au succès de ces efforts d’organisation180. Des sections de la « Jeunesse socialiste de Chine » sont aussi créées à la fin de 1920 dans la plupart des grandes villes181, et chez les émigrés chinois du Japon et de France se constituent à la même époque des groupes communistes, dont celui de Paris fait déjà figure de brillante pépinière d’hommes politiques, de futurs hommes d’Etat comme Zhou En-lai, Li Fu-chun, Li Li-san, Cai He-sen182. C’est le groupe de Changhai qui paraît le mieux organisé et le plus actif ; il a déjà constitué en son sein un « comité centrai » provisoire du parti communiste, anime des organismes légaux tels qu’une agence d’information sino-russe et une école de langues étrangères183, et publie à partir de décembre 1920 un mensuel clandestin, « Le Communiste », qui fait large place à la théorie marxiste et à la vie de la IIIe Internationale184. Il semble bien que ce soit le groupe de Changhai qui ait pris l’initiative de constituer dans les autres grandes villes des organismes similaires, par exemple à Canton où Chen Du-xiu se rend au printemps 1921 à l’appel du gouvernement constitutionnaliste, qui lui a offert les fonctions de commissaire à l’éducation185.

  • 186 Sur ces manifestations anti-japonaises du printemps 1920, cf. par exemple SMCR, 1920, p. 69 A., ou(...)
  • 187 Sur ces grèves d’enseignants de Pékin, cf. p. ex., NCH, 27 décembre 1919, NCH, 26 mars 1921, et su (...)

48L’influence idéologique du marxisme vient ainsi renforcer et orienter l’intérêt que, depuis le Mouvement du 4 mai, l’intelligentsia de gauche éprouvait pour le monde ouvrier et les problèmes du travail. Les grèves patriotiques menées en commun en mai-juin 1919 sur la question du Shandong, les manifestations populaires qui marquent l’anniversaire de ces grèves en mai 1920, la participation active des étudiants et des ouvriers au boycott anti-japonais qui s’était prolongé pendant toute cette année 1920186, tout cela avait déjà créé entre la jeunesse intellectuelle et les ouvriers une solidarité d’action, à laquelle les thèses marxistes sur le rôle éminent du prolétariat industriel dans la révolution viennent donner une assise théorique. Cette rencontre de l’intelligentsia influencée par le marxisme et du monde du travail est encore facilitée, vers 1920, par l’appauvrissement des classes moyennes. Ces dernières sont elles aussi affectées par la hausse des prix et il leur arrive d’avoir recours, en particulier les enseignants de Pékin que l’impéritie du gouvernement des du-jun laisse souvent sans traitement pendant plusieurs mois de suite, à des grèves économiques qui coïncident avec celles que déclenchent alors les ouvriers frappés par la vie chère187.

  • 188 Li Da-zhao xuan-ji (Œuvres choisies de Li Da-zhao), pp. 311-327.
  • 189 MGRB, 3 mai 1923.

49Le succès du numéro de mai 1920 de La Jeunesse, consacré entièrement au monde du travail, et préparé avec l’aide de correspondants répartis dans toute la Chine, atteste bien cette prise de conscience par les intellectuels de gauche de la place que tient le prolétariat chinois dans la vie nationale et de la force qu’il représente. Li Da-zhao avait rédigé pour ce numéro un long article sur l’histoire du Premier Mai, où il développait en particulier le thème de la journée de huit heures et de son importance dans le mouvement ouvrier international188. A cette date, la Fête des travailleurs est célébrée à l’Université de Pékin par une grande assemblée qui réunit symboliquement les professeurs, les étudiants, et les ouvriers et domestiques attachés à l’établissement. Reprenant une vieille coutume populaire pour lui donner un contenu nouveau, les étudiants avaient à cette occasion fait distribuer des pains où étaient dessinés les quatre caractères lao-gong shen-sheng, « le travail est sacré »189.

  • 190 XGS, op. cit., (1er juil. 1957).
  • 191 De 1919 à 1921, le Criminal Investigation Department de la Concession internationale saisit vingt- (...)
  • 192 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 17.
  • 193 Xi wu lao-ren, eul-qi hui-yi-lu (Souvenirs sur le 7 février), p. 32.

50Autant qu’à éveiller les intellectuels chinois à la conscience des problèmes ouvriers, les groupes communistes cherchent à faire pénétrer dans le prolétariat l’idéologie marxiste. A Changhai, le groupe établit en janvier 1921 un « Comité du mouvement ouvrier », animé par deux de ses membres, Li Han-jun et Yu Xiu-song190. Des brochures d’inspiration socialiste sont distribuées, en quantité suffisante pour attirer déjà l’attention de la police internationale et inquiéter la presse étrangère de Chine191. Un militant communiste de Changhai, le Hounanais Li Qi-han, organise au printemps 1921 dans le faubourg ouvrier de Xiaoshadu, au milieu des cotonnières de l’Ouest de Changhai, une « école complémentaire ouvrière » qui ne dispense pas seulement un enseignement général, mais aussi une formation politique192. Par l’intermédiaire d’une ouvrière qui fréquente cette école complémentaire, Li Qi-han réussit même à se faire accepter dans la société secrète de la Bande verte, et à être mis ainsi en relations avec des ouvriers des manufactures de tabac chinoises et des filatures de soie de Pudong et de Zhabei193.

  • 194 Périodiques du 4 mai, tome II, pp. 61-70.
  • 195 LDJ, n° 7 et n° 2.
  • 196 LDJ, n° 8.
  • 197 LDJ, n° 6, 11, 12.

51A partir d’août 1920, le groupe de Changhai publie un hebdomadaire, Lao-dong-jie (Le monde du travail), dont vingt-trois numéros paraissent jusqu’en janvier 1921194. Ce journal consacre une place importante à l’idéologie marxiste, et expose par exemple la théorie de la valeur ou celle des salaires195 ; les grèves du riz (printemps et été 1920), lui sont de même l’occasion de rappeler qu’il s’agit en cette circonstance de lutter pour une hausse de salaires, et non pour une baisse des prix du riz qui frapperait la paysannerie, alliée naturelle du prolétariat industriel196. Cet hebdomadaire semble s’être effectivement diffusé dans les milieux ouvriers, non seulement à Changhai, mais dans le reste de la Chine, comme l’attestent les lettres de lecteurs publiées : celles d’un ouvrier des cotonnières de Yangshupu, d’un tireur de rickshaw de Nankin, d’un ouvrier de l’arsenal du Hunan, d’un mineur de Tangshan197.

  • 198 Périodiques du 4 mai, t. II, p. 71.
  • 199 Ibid., pp. 75 et 80-85.
  • 200 Ibid., pp. 644 et 645 (tables de La Voie ouvrière et du Travailleur).
  • 201 Cf. sur l’activité éducative des étudiants de Pékin, JDSZL, 1955, n° 2 (Bei-jing da-hue ping-min j (...)
  • 202 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 16.
  • 203 Il est plus commode, conformément à la tradition des historiens chinois du mouvement ouvrier, de r (...)
  • 204 Li Rui, op. cit., p. 148.

52Dans le reste de la Chine, les petits groupes communistes travaillent dans la même direction. À Pékin, le communiste Deng Zhong-xia publie avec Li Da-zhao la Voix du Travail dont il parait cinq livraisons en novembre-décembre 1920198, et de son côté le petit groupe de Canton publie d’octobre 1920 à janvier 1921 Le Travailleur, et en février-avril 1921 Le travail et la femme199. Ces périodiques développent les thèses marxistes sur la lutte de classes et font large place, comme Lao-dong-jie, aux problèmes locaux du prolétariat, tels que la situation des mineurs de Tangshan ou les préparatifs d’un syndicat chez les imprimeurs de Canton200. En janvier 1920, Deng Zhong-xia part au dépôt de chemin de fer de Changxindian, un des principaux centres industriels du Zhili, et organise des cours du soir avec l’aide des étudiants de Pékin201 ; ce serale noyau à partir duquel se formera l’année suivante un véritable syndicat202. Au Hunan, Mao fonde des sections de la Jeunesse socialiste dans les principaux centres ouvriers : houillères d’Anyuan-Pingxiang203, mines de Shuikoushan, ateliers ferroviaires de Xinne204.

  • 205 LDJ, nos 10 et 17.
  • 206 M. Wilbur, Documents, p. 53. Cette orientation apparaît aussi dans les articles que Li Han-jun écr (...)
  • 207 Cf. ses articles dans Jie-fang yu gai-zao, organe des modérés amis de Liang Qi-chao, (janv. et avr (...)
  • 208 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 248.
  • 209 Mif, Pour une Chine forte et libre, p. 14.
  • 210 Périodiques du 4 mai, tome II, p. 75.

53Certes, il ne s’agit encore que des tout premiers tâtonnements du communisme chinois en direction du prolétariat industriel. Les frontières n’étaient pas encore si nettes entre ceux qui s’orientaient vers le marxisme-léninisme et les autres courants idéologiques de la révolution chinoise, non plus qu’à l’intérieur du groupe marxiste. Lao-dong-jie, dont les principaux collaborateurs sont marxistes, publie par exemple à l’automne 1920 un article de l’anarchiste Huang Ai sur la fondation de son Association des Travailleurs du Hunan205. Au sein même des petits groupes communistes, on pressent des divergences idéologiques qui s’accentueront par la suite ; une aile modérée, sinon réformiste, se dessine par exemple dans le groupe de Changhai avec Li Han-jun, dont les préférences vont aux activités « légales »206, ou avec Zhou Fu-hai, qui est partisan d’un travaillisme à l’anglo-saxonne207 ; ce groupe, au moins à ses débuts, comprenait aussi parmi ses membres de jeunes intellectuels radicaux du Guo-min-dang comme Dai Ji-tao et Shao Li-zi208. A Pékin, à Canton, il est également probable qu’au moins pendant une période transitoire le « petit groupe » ait compris des éléments anarchistes209. C’est ainsi que dans le premier numéro du Travailleur de Canton paraît un article de l’anarchiste Huang Jian-sheng intitulé « le vrai mouvement ouvrier », où sont développées les thèses anarcho-syndicalistes sur la grève générale et sur le rôle dirigeant des syndicats dans la lutte révolutionnaire210.

  • 211 C’est ainsi que la longue ananalyse théorique de l’anarchisme parue dans le n° 4, de ton très dogm (...)

54La suspension de Lao-dong-jie en janvier 1921, son remplacement par le mensuel Le communiste, revue beaucoup plus strictement liée à la IIIe Internationale, mais qui, à beaucoup près, ne faisait plus la place aussi large aux problèmes locaux du mouvement ouvrier chinois et aux affaires chinoises en général211, trahit sans doute aussi des incertitudes et des divergences auxquelles la fondation du Parti communiste en 1921 ne mettra pas immédiatement fin.

  • 212 « Les ouvriers sont au-dessus des empereurs, car ils ont créé toutes les valeurs », déclare Chen D (...)
  • 213 SHSB, 12 juillet 1920 (allocution de Chen Du-xiu à la Fédération de l’électricité).
  • 214 Zhang Guo-tao est en mars 1920 un des dirigeants de la Société industrielle (MGRB, 11 mars 1920), (...)
  • 215 Cf. sur cet hebdomadaire, qui suspend sa publication en décembre 1920 pour raisons financières, DS (...)
  • 216 PDR, 21 avril, 25 avril, 2 mai 1921.
  • 217 XGS, 1er juillet 1957, op. cit., Sur le rôle de Li Qi-han dans la préparation du 1er mai, cf. ZGGR (...)

55Les petits groupes communistes, en 1920-1921, ont déjà pris pied solidement dans le monde du travail. Outre la poursuite de leurs initiatives propres, ils mènent une « politique de présence » dans toutes les organisations semi-ouvrières qui s’étaient multipliées à Changhai depuis le 4 mai, confirmant ainsi d’ailleurs l’audience réelle que ces associations de « promotion industrielle » avaient dans la classe ouvrière. Chen Du-xiu, Zhang Guo-tao et autres intellectuels communistes de Changhai vont prendre la parole à la Société industrielle, à la Fédération de l’electricité, à la Fédération industrielle des bateaux et entrepôts ; ils y exaltent le rôle du travail dans la société moderne212, invitent les ouvriers à opposer la « patrie des travailleurs » à la « patrie des capitalistes »213, accèdent parfois même à des postes dirigeants dans ces associations214. C’est avec la Société amicale des ouvriers et des marchands que cette politique de coopération est le plus poussée ; un hebdomadaire destiné aux employés de boutiques, le « Compagnon de Changhai », est même publié en commun par cette dernière association et par le groupe communiste à l’automne 1920215. Cette coopération entre militants communistes et éléments de la petite bourgeoisie nationale, qui préfigure déjà curieusement les alliances politiques des années 1924-27 et 1948-56, s’affirme au grand jour le 1er mai 1921. La Fête du Travail est cette fois célébrée sous la double direction du communiste Li Qi-han et du petit industriel Tong Li-zhang, président de la Société amicale ; ils prennent en main les réunions préparatoires, qui se tiennent au siège de cette Société, et organisent à Zhabei un défilé public216, tandis que les étudiants lancent des tracts dans les autobus, les tramways et à travers Nanking Road217.

  • 218 SB, 8 août 1919.
  • 219 MGRB, 3 avril 1920.
  • 220 XWB, 1er mars 1920. Cao Ya-bo, le 18 janvier 1920, publie dans ce même journal une lettre demandan (...)

56Au sein de ces associations semi-ouvrières de « promotion industrielle », il est d’ailleurs fréquent que les intellectuels communistes se rencontrent en 1919-1920 avec des personnalités du Guo-min-dang, soucieuses elles aussi d’élargir leur influence dans le monde du travail, et qui sont nombreuses à Changhai depuis qu’elles ont dû abandonner Canton à la clique militaire du Guangxi. En août 1919, par exemple, Liao Zhong-kai vient saluer la Société pour le progrès industriel218 ; Dai Ji-tao est au printemps 1920 présent avec d’autres amis de Sun Yat-sen à la réunion inaugurale de la Fédération du personnel des bateaux et entrepôts219 ; un autre vieux compagnon de Sun Yat-sen, Cao Ya-bo, est en 1919 un des fondateurs de la Société industrielle de Chine, et c’est lui qui en 1920 présente à l’Assemblée générale de cette société le rapport sur sa première année d’activité220.

  • 221 LDJ, n° 1, 15 août 1920.
  • 222 LDJ, n° 2, 22 août 1920.
  • 223 LDJ, n° 7, 26 septembre 1920.
  • 224 Cf. ci-dessus p. 237-38.
  • 225 LDJ n° 9. Il en serait de même pour le syndicat des imprimeurs, formé en mars 1921 (Hu Hua, op. ci (...)

57Les militants des petits groupes communistes ne se contentent pas d’éditer les journaux ouvriers, d’organiser des clubs et cours du soir et de collaborer étroitement avec les associations de promotion industrielle. Ils essayent aussi de pousser au développement des luttes de classe et des organisations de classe. Ils ne semblent pas, à Changhai, avoir été en mesure d’organiser des grèves, mais ils soutiennent activement des mouvements comme ceux que provoque en 1920 la crise du riz221. Lao-dong-jie consacre aussi une large place aux questions syndicales, et multiplie dès ses premiers numéros les appels à la vigilance contre les syndicats corporatifs et patronaux et contre ceux que mènent à leur guise des contremaîtres cupides et des politiciens ambitieux222. Le journal publie des lettres comme celles du métallurgiste Li Zhong, qui en septembre 1920 se prononce en faveur de syndicats authentiquement ouvriers223. On sait que Li Zhong est précisément l’un des fondateurs, à l’automne 1920, du syndicat des mécaniciens de Changhai, que l’on peut considérer comme la plus ancienne organisation prolétarienne de la ville224. La création de ce dernier syndicat est certainement à mettre à l’actif du groupe communiste de Changhai, et Chen Du-xiu avait personnellement participé avec Li Zhong à la rédaction de ses statuts225. A Changhai comme à Canton et à Changsha, il faut noter au passage que ce sont les mécaniciens des entreprises modernes qui apparaissent à cette période comme possédant les plus fortes capacités d’organisation sur des bases de classe. Mais l’influence du marxisme est plus forte à Changhai, et la prédominance des grandes entreprises modernes y oriente tout naturellement les mécaniciens vers des positions plus radicales que celles de leurs camarades cantonais, encore très marqués par le corporatisme des petits ateliers.

  • 226 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19.
  • 227 Li Rui, op. cit. pp. 148-149.
  • 228 Li Rui, op. cit., pp. 104 et 161.
  • 229 Tels que Chen Gong-bo, qui quittera d’ailleurs le parti communiste peu après sa fondation, et que (...)
  • 230 Ma Chao-jun. Histoire (N. éd.) p. 158.
  • 231 Cf. le récit détaillé de Deng lui-même (Abrégé..., pp. 15-16).
  • 232 Ibid.

58A Hankou, la grève des tireurs de rickshaws est aussi à mettre au bénéfice des initiatives communistes226. Au Hunan, Mao Ze-dong et ses camarades comme He Shu-heng227 lancent de leur côté dans la presse, ou par l’intermédiaire de la Fédération des étudiants du Hunan, des appels à la formation de syndicats de classe. Dès la fin de l’année 1920, il sont entrés en contact avec l’Association des Travailleurs du Hunan, et auraient réussi à persuader ses dirigeants Huang et Pang d’adhérer à la section de Changsha de la jeunesse socialiste228. A Canton, l’influence du petit groupe communiste semble avoir été plus réduite au sein du monde ouvrier, non seulement en raison de la vitalité du syndicalisme modéré que soutient le gouvernement constitutionnel, mais probablement aussi à cause des hésitations politiques de certains membres de ce groupe229. Cette influence communiste fait néanmoins assez de progrès pour provoquer l’inquiétude des politiciens « travaillistes » comme Xie Ying-bo, dont la société de secours mutuels aurait été fondée au début de 1921 dans le but de la concurrencer230. Dans la banlieue de Pékin, en revanche, les efforts des communistes en direction des ouvriers semblent avoir été plus fructueux. L’école ouvrière fondée par Deng Zhong-xia à l’atelier ferroviaire de Changxindian prend au cours de l’année 1920 un caractère plus nettement prolétarien231 ; des contremaîtres qui avaient tenté de s’y infiltrer en sont chassés et les ouvriers constituent un « Club ouvrier » (gong-ren ju-le-bu) dont les activités touchent aux loisirs, à l’instruction, à l’éducation politique. C’est ce club qui, le 1er mai 1921, organise à Changxindian un défilé d’un millier de participants et décide la création d’un véritable syndicat de cheminots ; cet exemple est bientôt suivi dans les autres gares et dépôts de la ligne du Jing-han232.

  • 233 Cf. Chen ta, Chinese migrations and labor conditions, p. 150.
  • 234 Les statuts de ce syndicat chinois de France sont reproduits par Chen Da, Question du travail, pp. (...)
  • 235 Cf. Martyrs du Hunan, pp. 13-14 (biographie de Cai He-sen).
  • 236 Cf. sur l’activité des communistes chinois de France et leurs difficultés, JDSZL, 1955, n° 2, Liu- (...)

59Chez les émigrés chinois de France, parmi lesquels les rapatriements de 1920-21 sont compensés par l’arrivée non seulement de jeunes intellectuels « étudiants-ouvriers », mais par des chômeurs ayant quitté la Chine à la recherche d’un emploi, un groupe communiste est également actif. Ces travailleurs émigrés se montrent à cette époque fort remuants, participent par exemple aux grèves des gaziers parisiens d’avril 1920, et déclenchent à Caen en juillet 1921 une agitation qui se termine par un lock-out233 ; ils organisent en leur sein une association syndicale à programme vigoureusement revendicatif, qui groupe plusieurs milliers de personnes234. Ce milieu restait encore très ouvert à toute sorte d’idées nouvelles, et en particulier à l’anarchisme. C’est pour combattre ce dernier courant que Cai He-Sen, qui semble être à ce moment le principal animateur au groupe communiste de Paris, fonde des sociétés de secours mutuels d’ouvriers-étudiants et des cercles d’études marxistes235 dans lesquels Zhou En-lai, Li Fu-chun et tant d’autres futurs dirigeants de la révolution chinoise reçoivent leur formation politique236.

***

60Le Mouvement du 4 mai a donc ouvert au mouvement ouvrier chinois des perspectives nouvelles.

61Certes, les espoirs qu’il a fait naître chez les intellectuels, dans la bourgeoisie nationale et même dans le prolétariat restent équivoques et confus, en particulier celui de perpétuer au service du « salut national » et de la « promotion industrielle » les alliances de classe du printemps 1919 ; ce sont des associations « semi-ouvrières », c’est-à-dire largement sous l’influence de la petite bourgeoisie, qui ont pris l’initiative de célébrer pour la première fois à Changhai en 1920 la Journée internationale des travailleurs, sans y voir, bien au contraire, de contradiction avec leurs ambitions d’expansion économique de la Chine. En cette période d’effervescence idéologique qui commence avec le « 4 mai », des influences très diverses viennent se mêler dans le monde du travail, celle des anarchistes, celle du Guo-min-dang, celle des groupements d’expansion industrielle, celle du corporatisme traditionnel, sans que les premiers tenants du marxisme chinois aient encore l’avantage, et sans même qu’ils se soient encore différenciés parfaitement de ces courants rivaux.

62Mais les deux années qui séparent le Mouvement du 4 mai de la fondation du parti communiste chinois sont en même temps marquées par un puissant élan du mouvement revendicatif ; la classe ouvrière, en mai et juin 1919, a fait l’expérience de sa force et en tire parti pour la défense de ses propres intérêts. Certaines de ces grèves, comme celles des mécaniciens de Canton et de Hongkong, ont déjà un large retentissement dans tout le pays. Pendant cette période, des organisations authentiquement ouvrières prennent naissance ou se consolident, comme celles des marins de Hongkong, des mécaniciens de Changhai, des cheminots de Changxindian. La conscience de classe s’affirme et s’enrichit, et c’est au cours de ces deux années que le mot d’ordre de la journée de huit heures a réellement commencé à être populaire dans le monde du travail, ou que la journée du 1er mai a été célébrée à travers tout le pays, de Pékin à Canton.

  • 237 Cf. ci-dessus, p. 252.
  • 238 Cette lettre est reproduite dans Matériaux sur l'édition, tome I, pp. 435 à 440.

63Certes, cette conscience de classe est encore très inégalement combative, et pour un Li Zhong qui dans sa lettre à Lao-dong-jie à l’automne 1920 évoque l’exemple de la Russie, proclame sa confiance en l’avenir du socialisme, et se prononce en faveur de syndicats prolétariens237, bien d’autres travailleurs continuent à considérer, comme cet ouvrier imprimeur qui écrit à La Jeunesse en mai 1920238, que l’essentiel est, pour libérer la classe ouvrière de ses souffrances, « d’augmenter ses connaissances et d’élever sa vertu ». Mais dans un cas comme dans l’autre, il s’agit bien d’une véritable aptitude à réfléchir sur sa propre condition prolétarienne, d’une authentique recherche d’une solution.

64C’est le cheminement de cette prise de conscience collective qui donne tout son sens aux contacts qui, à travers l’activité des petits groupes communistes en 1920-1921, se sont déjà esquissés entre l’idéologie marxiste et le monde du travail, contacts que la fondation du Parti communiste chinois en juillet 1921 portera à un stade supérieur.

Notes

1 Sur le Mouvement du 4 mai, cf. Hua Gang, Wu-si yun-dong-shi (Histoire du Mouvement du 4 mai), le volume collectif Guang-hui-de Wu-si (l’éblouissant 4 mai), et les Matériaux sur le 4 mai ; cf. aussi l’ouvrage très détaillé de Chow Tse-tsung, The May Fourth movement.

2 SSXB, 8 mai 1919.

3 Sur le boycott anti-japonais de 1919, cf. Matsumoto (Shigeharu), The historical development of Chinese boycotts.

4 Ces « groupes de dix » comprenaient un président, un inspecteur (visitant les boutiques), un rédacteur, un disciplinaire (décidant quelles sanctions appliquer), un trésorier, et cinq orateurs (Chow Tse-tsung, op. cit., p. 141).

5 Matériaux sur le 4 Mai, p. 133.

6 JDSZL, 1957, n° 4 (Nanchang da-shi-ji, chronique de Nanchang).

7 Matériaux sur le 4 mai, p. 133.

8 Ibid. p. 808.

9 Entretien avec l’ouvrier Wang Chun-rong.

10 Li Rui, Mao Ze-dong, pp. 97-98.

11 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 8, avance le chiffre de 60 000 grévistes ouvriers à Changhai au début de juin. Le rapport du Commissaire de police de la concession internationale évalue leur nombre à 24 000 pour la seule concession, ce qui n’est que légèrement inférieur à l’estimation précédente, valable pour l’ensemble de la ville (Municipal Galette, NCH, 26 juillet 1919).

12 Matériaux sur le 4 mai, p.. 831 à 848.

13 PDR, 6 à 12 juin 1919.

14 Matériaux sur le 4 mai, p. 130.

15 Ibid, p. 460.

16 C’est le cas de la guilde des graveurs sur bois, de celle des savonniers (Matériaux sur le 4 mai, p. 130), ou de celle du thé (Ibid, p. 462).

17 Ibid, p. 466.

18 Ibid, p. 461.

19 Ibid, p. 496.

20 SHSB, 8 juin 1919.

21 Matériaux sur le 4 mai, p. 568.

22 Ibid, p. 701.

23 Matériaux sur le 4 mai, p. 701.

24 Chow Tse-tsung, op. cit. p. 154.

25 Ibid. p. 472.

26 Ce terme est par exemple employé le 11 juin à l’Assemblée ouvrière convoquée par la Fédération industrielle (Matériaux sur le 4 mai, p. 472).

27 Ibid. p. 464.

28 Cf. le communiqué des marins annonçant leur grève (Ibid. p. 460), ou les résolutions adoptées à l’assemblée ouvrière du 11 juin (Ibid. p. 472).

29 C’est une autre différence fondamentale avec la grande grève tripartite de juin 1925, au cours de laquelle les syndicats, qui cette fois ont l’initiative du mouvement, font insérer dans la plateforme revendicative commune leurs revendications propres (journée de huit heures, etc.) Cf. ci-dessous, chap. xi.

30 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 8.

31 Matériaux sur le 4 mai, p. 826.

32 SCMP, 12 juin 1919.

33 Matériaux sur le 4 mai, pp. 818, 842, 843, 851.

34 Ibid., p. 847, 851.

35 Ibid, p. 853.

36 Ibid.

37 Le recensement effectué en 1933 par la municipalité de Changhai (grèves et lockouts, p. 61) relève 54 grèves de juillet 1919 à juillet 1921. Chen Da (CEJ, octobre 1927, Analysis of strikes in China from 1918 to 1926) en compte 46 pour l’ensemble de la Chine pendant la seule année 1920, avec un total de 46 000 grévistes pour les 19 grèves dont les effectifs sont connus. Pour 1920, le nombre des grévistes de Changhai serait de 58 000 d’après la police de la Concession internationale (A. Kotenev, Changhai, its municipality and the Chinese, p. 9).

38 Les listes de grèves de l’Annuaire (pp. 155-157) sont très incomplètes, comme l’a fait apparaître le dépouillement systématique des périodiques CWR, NCH, SCMP, MDN. Ces périodiques eux-mêmes sont loin d’être complets, et c’est pourquoi il n’a pas paru possible, sur la base de ces seules sources, d’établir des listes détaillées des grèves. On s’est contenté d’en marquer la tendance et d’analyser quelques cas concrets.

39 CEJ, octobre 1927 (op. cit.).

40 Annuaire, II, p. 157. Chen Da compte en 1920 sept grèves dirigées contre les mauvais traitements de la part des cadres et contremaîtres et contre les règlements d’usine (Ibid.).

41 SHSB, 21 juillet 1921.

42 MGRB, 18 juin 1920.

43 SCMP, mars 1921, passim.

44 Ibid, mars 1921, passim.

45 NCH, 7 février 1920.

46 Lowe Chuan-hua, Facing labor issues, p. 60.

47 NCH, mars 1921, passim.

48 SMCR, 1920, p. 67 A.

49 Municipal Gazette, NCH, 21 août 1920.

50 NCH, 31 juillet 1920.

51 NCH, 31 juillet 1920.

52 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).

53 EE, 18 mai 1922.

54 NCH, 26 juillet 1919 ; dans le même sens, FER, janvier 1920 (déclaration de Brooke-Smith, président de la firme Ewo) ; NCH, 7 février 1920 (les actionnaires du Yangtsepoo Cotton Mill, britannique, se plaignent du manque de main-d’œuvre) ; LCT, 7 mars 1921 (conversations entre les différentes firmes étrangères de Changhai sur la question de la raréfaction de la main-d’œuvre).

55 NCH, 5 mars 1921 et 12 mars 1921.

56 Annuaire, II, p. 156.

57 Archives de la K.M.A., dossier 14/2/9 (lettre du directeur général du 28 juin 1920 et rapport de l’ingénieur en chef Demaret).

58 NCH, 10 juillet 1920. Cf. aussi PDR, 11 juillet 1920.

59 NCH, 29 mai 1920.

60 SCMP, 2 juillet 1920.

61 NCH, 30 juillet 1921. Le 2 juin 1921, un coolie de la compagnie des eaux est par exemple condamné à 3 yuans d’amende ou trois jours de prison pour avoir frappé un non-gréviste.

62 Deng Zhong-xia, Abrégé...,p. 19, situe cette grève en mars 1921, et la CWR 14 mai 1921), en mai.

63 SHSB, 21 juillet 1921.

64 PDR, 17 septembre 1920.

65 SCMP, avril 1920, passim.

66 Cf. ci-dessous, p. 238.

67 Texte de ce manifeste dans Lowe Chuan-hua, Facing labor issues, p. 59.

68 Ibid, p. 61.

69 D’avril à août 1920, on relève dans le Sud, d’après la SCMP, 26 grèves d’artisans : charpentiers et poseurs de briques de Hongkong, ouvriers des pressoirs d’huile de Jiangmen, batteurs d’or du Canton et Foshan, tisserands de Canton, ébénistes de Hongkong ; presque tous obtiennent des augmentations de 20 % à 35 %

70 SCMP, passim, mars 1921.

71 SHSB, 7 juillet 1919.

72 SB, 1er juillet 1919.

73 SB, 5 août 1919 (d’après le MGRB, 24 juillet 1924, cette association aurait été fondée dès 1917 par des membres du hui-guan cantonais de Changhai).

74 Ma Chao-jun, Histoire (édition de 1942), p. 98.

75 SHSB, 9 janvier 1920.

76 MGRB, 4 août 1920.

77 MGRB, 20 juillet 1924.

78 Matériaux sur le 4 mai, p. 701.

79 MGRB, 24 juillet 1924.

80 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 9. Ce dernier était aussi (Ma Chao-jun, op. cit., p. 97) un des dirigeants de la Société pour le progrès industriel, et des cas analogues d’interpénétration entre ces diverses associations sont très fréquents.

81 FDXB, 1952, n° 2 (op. cit.).

82 CWR, 1er janvier 1921.

83 SB, 1er janvier 1919.

84 SB, 28 juillet 1919.

85 SB, 7 juillet 1919.

86 CWR, 20 mars 1920.

87 SB, 1er juillet 1919 et 10 août 1919 (réunions éducatives de la Société syndicale générale).

88 SB, 3 août 1919. Un mot d’ordre similaire, « vertu et technique » (dao-degong-yi) est repris en février 1919 à une réunion pour le huitième anniversaire de la Société pour la promotion de la jeunesse industrielle, qui groupe les cadres des Presses commerciales (SB, 26 février 1919).

89 C’est l’Y.M.C.A. qui devait prendre en charge l’usine de Hankou mentionnée ci-dessus (CWR, 20 mars 1920). On peut de même noter que Xia Qi-feng, président de l’Association des « retour de France », est membre du comité directeur de l’Y.M.C.A. (CWR, 1er janvier 1921).

90 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).

91 SB, 7 septembre 1919 (lettre de la Société industrielle à l’Association des « retour de France »).

92 SB, 15 septembre 1919 (Club des employés et des ouvriers).

93 MLR, août 1921.

94 En 1920, l’Association des « retour de France » annonce qu’elle est en relation directe avec l’A.F.L. américaine (NCH, 17 janvier 1920).

95 SHSB, 22 novembre 1919. Les relations du B.I.T. avec la Chine ne furent guère que nominales en 1919. La Conférence inaugurale de l’organisation, à Washington, avait, sur demande des représentants des pays bénéficiant de privilèges extraterritoriaux en Chine, classé la Chine comme « pays spécial », où les vœux de la Conférence (journée de huit heures, etc.) n’était pas considérés comme applicables. Il n’y eut d’ailleurs de délégué chinois, ni à cette conférence de Washington, ni à celle qui se tint à Genève l’année suivante. Ce n’est qu’en 1921 qu’apparaît à la conférence annuelle du B.I.T. une délégation chinoise, d’ailleurs limitée à la personne de deux diplomates de Berne, et donc dépourvue du caractère tripartite qui est de règle au B.I.T. (gouvernement, employeurs, salariés). En avril 1921, quand le B.I.T. offrit au gouvernement chinois de faire des représentations aux gouvernements bénéficiaires de l’extraterritorialité, en vue d’une éventuelle application des vœux de Washington, le gouvernement de Pékin répondit qu’il considérait de toute façon comme prématuré de ratifier ces derniers (rapport du Directeur du B.I.T., 1921, p. 194).

96 MGRB, 2 décembre 1919.

97 SHSB, 9 janvier 1920.

98 SB, 8 août 1919 (à propos d’une réunion de la Société pour le progrès industriel).

99 SHSB, 7 septembre 1919 (réunion de la Société industrielle).

100 C’est le cas de la Société syndicale générale ou de l’Association des « retour de France ».

101 SB, 7 juillet 1919.

102 MGRB, 3 avril 1919.

103 SB, 7 juillet 1919.

104 MGRB, 24 juillet 1924.

105 Le premier secrétaire général de la Fédération de l’électricité est Chen Yue-fu, directeur d’une entreprise de matériel électrique de Nanking Road (MGRB, 2 mai 1920). En septembre 1920, lors d’une réunion de cette association, une collecte pour aider les victimes de la hausse des cours du riz réunit des sommes trop importantes pour un budget ouvrier ; deux assistants donnent 10 yuans, quatre autres 5 yuans (LDJ, n° 7, 26 sept. 1920).

106 MGRB, 3 avril 1920.

107 Dans une usine française de bas, se constitue par exemple en mai 1920 un syndicat de femmes, qui annonce son intention de promouvoir des négociations pacifiques à la place des grèves, et qui est largement subventionné par une « riche fondatrice » (SB, 29 mai 1920).

108 En septembre 1920, un manifeste de la Fédération de l’électricité formule un programme d’éducation ouvrière, fait appel à la bonne volonté patronale et présente la revendication que les jardins et parcs des concessions soient ouverts aux ouvriers chinois (LDJ, 3 octobre 1920).

109 SB, 20 avril 1920 (réunion de la Fédération de l’électricité).

110 Le militant communiste Deng Zhong-xia (Abrégé..., pp. 20-21) les qualifie de syndicats à enseigne publicitaire (Zhao-pai gong-hui), plus soucieux de gestes ostentatoires que de véritable action ouvrière.

111 SHSB, 14 avril 1920 et SB, 1er janvier 1920.

112 MGRB, 24 juillet 1924.

113 SHSB, 2 mai 1920.

114 Le premier président de la Fédération de l’électricité, Li Heng-lin était au moment du 4 mai 1919 un des animateurs de la Fédération industrielle (SB, 7 juillet 1919).

115 Sur le 1er mai à Changhai en 1920, cf. MGRB et SB, avril et mai 1920, passim.

116 Cf. M.T.Z. Tyau, China awakened, p. 227. Cf. aussi une brochure de propagande, Regulations for the melfare work of the Commercial Press employees.

117 NCH, 5 et 12 mars 1921.

118 LDJ, n° 9 (10 oct. 1920).

119 LDJ n° 19 (19 déc. 1920).

120 SHSB, 7 juillet 1921 et LDJ, n° 18 (12 déc. 1920).

121 Annuaire, II, p. 6.

122 Hongkong Ordinances, 1920, n° 8.

123 Hongkong administrative reports, 1920, p. C. 14.

124 Cf. Huang Yi-bo, Guang-dong ji-qi gong-ren (Les ouvriers mécaniciens du Guangdong), pp. 8-9. Cf aussi Ma Chao-jun. Histoire (N. éd.), pp. 162-165.

125 Le syndicat des mécaniciens de Changhai se réclame par exemple dès décembre 1920 de l’illustre exemple des mécaniciens du Guangdong (LDJ, n° 19, 19 déc. 1920).

126 SCMP, 5 mai 1921.

127 Huang Yi-bo, op. cit., p. II.

128 Lowe Chuan-hua, Facing labor issues... p. 53.

129 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 46. Deng fait remarquer aussi que les marins, de par leur métier, étaient tenus plus facilement au courant de la grande vague de grève qui s’étend en Europe en 1919-1920.

130 SCMP, 24 janvier 1921.

131 Cf. dans LDJ, (5 sept. 1920) un jugement de Chen Du-xiu rendant hommage à la maturité des ouvriers cantonais et à leur conscience de classe.

132 Que revendiquent par exemple au printemps 1921 les imprimeurs et les mécaniciens. Ces derniers, dans leur manifeste envoyé aux patrons avant la grève, se réfèrent explicitement aux récentes résolutions de la conférence syndicale internationale d’Amsterdam (Lowe Chuan-hua, Facing Labor issues... p. 59).

133 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 45.

134 A Hongkong en février 1921, les syndiqués des ateliers de thé font grève pour que le bénéfice de la prime annuelle soit retiré aux non-syndiqués (SCMP, 18 fév. 1921). En septembre 1921, à Henan, faubourg de Canton, plusieurs centaines de syndiqués d’une usine de thé attaquent à coups de pierre les non-syndiqués, les sommant de quitter l’usine (SCMP, 6 sept. 1921).

135 Sur la situation politique dans le Sud en 1919 et cette affaire du gouvernorat civil de la province, cf. Li Chien-nung, Political history, p. 397.

136 Cf. SCMP, 15 et 16 juillet 1919, et NCH, 19 juillet 1919.

137 Ma Chao-jun, Histoire (n. éd.). pp. 133-135

138 CWR, 30 octobre 1920.

139 CWR, 6 novembre 1920.

140 SCMP, 6 et 7 mai 1921.

141 CWR, 29 janvier 1921. Les autres membres du conseil municipal consultatif étaient soit nommés par le gouvernement, soit présentés par des organisations marchandes, soit élus.

142 CWR, 19 février 1921.

143 SCMP, 19 avril 1921.

144 SCMP, 4 mai 1920.

145 SCMP, 4 mai 1921.

146 Lowe Chuan-hua, Facing labor issues... p. 60.

147 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), p. 158.

148 Ibid., p. 153-154.

149 Ibid., p. 174.

150 LDJ, n° 16 (28 nov. 1920).

151 LDJ, n° 19 (19 déc. 1920) publie la lettre d’un ouvrier de la fonderie d’antimoine Hua-chang, déclarant que les véritables ouvriers de l’arsenal, des mines, des usines, adhèrent à ce syndicat. Mais un correspondant de Changsha de cette revue, dans la même livraison, relate que cette Société de la mécanique n’est qu’une annexe du « Syndicat chinois du Hunan », lui-même instrument d’un politicien nommé Chen ; il raconte aussi qu’à la réunion inaugurale de ce Syndicat chinois du Hunan on ne trouve pas un seul ouvrier, mais des personnages venus en chaise à porteurs soutenir leur « boss » (Da-yuan-shou), et que la Société de la mécanique est menée pas les mêmes méthodes.

152 Annuaire, II, p. 94 ; Deng Zhong-xia, Abrégé... p. 33 ; Li Rui, Mao Ze-dong p. 161. Mais E. Snow rapporte que Mao Ze-dong lui aurait lui-même défini les dirigeants de l’Association des Travailleurs du Hunan comme des « éléments de droite » recrutés parmi la jeunesse des écoles, et subissant partiellement des influences anarchistes (Red Star over China, p. 156).

153 Ma Chao-jun, Histoire (N. éd.), pp. 151-153.

154 LDJ, n° 17 (5 déc. 1920).

155 LDJ n° 19 (19 déc. 1920). L’auteur de cette lettre rapporte qu’après enquête les ouvriers de cette fonderie ont compris que « L’Association des travailleurs » ne comptait que quelques centaines d’adhérents, étudiants ou commerçants pour la plupart, et que ce n’était qu’une « association de travailleurs pour capitalistes », tandis que les vrais ouvriers adhéraient à la Société de la mécanique (cf. ci-dessus). Ce témoignage est évidemment en contradiction, non seulement avec ce qu’un autre correspondant de Lao-dong-jie dit de cette Société de la mécanique, mais de ce qu’on sait de l’activité ultérieure, authentiquement liée au mouvement ouvrier, de l’Association des travailleurs du Hunan ; peut-être ne s’agit-il que d’une tentative locale de contrôle par des éléments patronaux.

156 Cf. sur cette affaire de la cotonnière de Changsha, RT, 1921, Changsha, p. 15, et CWK, 30 avril et 21 mai 1921.

157 Cf. Huang-Pang zhou-nian ji-nian-ce (Cahier commémoratif de l’anniversaire de Huang et de Pang), p. 13. D’après cette source, la grande manifestation aurait eu lieu le 13 avril et non le 21 mars comme l’indique la CWR. Peut-être s’agit-il de deux épisodes distincts.

158 CWR, 14 mai 1921.

159 Li Rui, op. cit, p. 122. Sur le mouvement autonomiste au Hunan en général, cf. Li Chien-nung, Political history, pp. 404-405. Dès octobre 1920, l’association des étudiants de Changsha avait lancé le mot d’ordre d’une « doctrine de Monroe du Hunan » (CWR, 6 nov. 1920).

160 LDJ, n° 18 (12 déc. 1920).

161 Cmd. 2442, p. 39 : rapport du consul Ogden mentionnant à Chengdu une « Société pour l’auto-gouvernement des travailleurs », formée en 1920 et influente chez les employés des Occidentaux.

162 Il s’y forme en décembre 1919 un « Groupement de secours mutuels des travailleurs de l’imprimerie », réunissant comme â Changsha l’année précédente ou comme à Hongkong dans la guilde Jing-yuan les lithograveurs, les imprimeurs du plomb, les compositeurs dans le but « d’éliminer les divisions et de former une seule organisation solide et durable » (Guang-hui-de wu-si. L’éblouissant 4 mai, p. 174).

163 Il s’y forme en 1920 une « Association d’aide mutuelle des compagnies d’imprimerie du Zhejiang », dirigée par de jeunes intellectuels qui publient un périodique, la « Vague ouvrière au Zhejiang » (Périodiques du 4 mai, t. II, p. 465-66).

164 CWR, 7 mai 1921.

165 Li Chien nung, Political history, p. 394-397.

166 LCT, 28 décembre 1920.

167 CWR, 7 mai 1921 (On sait que les militaires du groupe du Zhili, dont faisait partie Yang Yi-de, étaient notoirement liés aux intérêts britanniques en Chine).

168 Cf. Chen Da, Question du travail, p. 217 ; cf. aussi Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 24.

169 Sur l’essor du marxisme en Chine avant 1921, cf. Hu Hua, Exposé ; Wang Shi, Zhong-guo gong-chan-dang li-shi jian-pian (Abrégé d’histoire du parti communiste chinois) ; cf. aussi B. Schwartz. Chinese communism and the rise of Mao.

170 Wang Shi, op. cit., p. 17.

171 Cf. Schwartz, op. cit., chap. i (qui semble trop négatif).

172 Sur cette querelle, cf. Li Da-zhao xuan-ji (Œuvres choisies de Li Da-zhao), p. 228-34.

173 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 20.

174 Cf. Wang Shi, op. cit., pp. 17 et 18.

175 Cf. GMRB, 12 mai 1955.

176 Li Rui, op. cit., pp. 133 à 144.

177 Texte dans A. Whiting, Soviet policies in China, p. 269.

178 Cf. Peng Ming, Zhong-su you-yi-shi (Histoire de l’amitié sino-soviétique) pp. 60-61. Ce rayonnement en Chine de l’Union soviétique est par exemple attesté par le fait que les sept organisations (conservatrices et réformistes) qui en mai 1920 patronnèrent à Changhai la première Fête du Travail envoyèrent à cette occasion un message au gouvernement soviétique (SHSB, 2 mai 1920).

179 Cf. Wang Shi, op. cit., p. 20 et Hu Hua, op. cit., p. 40.

180 Cf. Hu Hua, op. cit., p. 40. Sur la mission de Voitinski, cf. les souvenirs d’un vieux militant parus dans XGS, 1er juillet 1957, (Zhong-guo gong chan-chang-li-qian-hou-de jian-wen. Souvenirs sur l’époque de la fondation du parti communiste chinois).

181 Li Rui, op. cit., p. 146.

182 Hu Hua, op. cit., p. 40.

183 Cf. XGS, 1er juillet 1957, op. cit.

184 Cf. par exemple dans le n° 1 un article sur les principes d’organisation des partis communistes, dans le n° 4 une analyse critique détaillée de l’anarchisme occidental (sans références d’ailleurs aux courants anarchistes en Chine), dans le n° 3 une étude sur les IIe et IIIe Internationales.

185 Cf. Chow Tse-tsung, op. cit., p. 250.

186 Sur ces manifestations anti-japonaises du printemps 1920, cf. par exemple SMCR, 1920, p. 69 A., ou CWR, 29 mai 1920 (Changsha) et 8 mai 1920 (Wuhan). Sur le boycott anti-japonais, cf. à propos de Nanchang JDSZL, 1957, n° 4, (Nanchang da-shi-ji. Chronique de Nanchang). Sur le boycott au Hunan, cf. Li Rui, op. cit., p. 115 ; en décembre 1919, les ouvriers des fonderies et de la cotonnière participent à une manifestation organisée par les étudiants contre les marchandises japonaises.

187 Sur ces grèves d’enseignants de Pékin, cf. p. ex., NCH, 27 décembre 1919, NCH, 26 mars 1921, et surtout NCH, 11 juin 1921 ; cette dernière grève, provoquée par un retard de plus de trois mois dans les traitements, va jusqu’à un choc avec la police, au cours duquel plusieurs professeurs sont blessés.

188 Li Da-zhao xuan-ji (Œuvres choisies de Li Da-zhao), pp. 311-327.

189 MGRB, 3 mai 1923.

190 XGS, op. cit., (1er juil. 1957).

191 De 1919 à 1921, le Criminal Investigation Department de la Concession internationale saisit vingt-sept sortes de journaux et tracts « bolcheviques » (SMCR, 1921, p. 61 A). A Changhai, dès 1920, « il semble qu’une propagande bolchevique soit entreprise parmi les coolies pousse-pousse et autres individus de la même classe ; on parle d’une doctrine merveilleuse venue de Russie, capables de mettre fin à la misère des pauvres gens » (PP, 15 févr. 1920).

192 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 17.

193 Xi wu lao-ren, eul-qi hui-yi-lu (Souvenirs sur le 7 février), p. 32.

194 Périodiques du 4 mai, tome II, pp. 61-70.

195 LDJ, n° 7 et n° 2.

196 LDJ, n° 8.

197 LDJ, n° 6, 11, 12.

198 Périodiques du 4 mai, t. II, p. 71.

199 Ibid., pp. 75 et 80-85.

200 Ibid., pp. 644 et 645 (tables de La Voie ouvrière et du Travailleur).

201 Cf. sur l’activité éducative des étudiants de Pékin, JDSZL, 1955, n° 2 (Bei-jing da-hue ping-min jiao-yu jiang-heng-tuan. Le groupe de conférences éducatives pour le peuple de l’Université de Pékin). D’après ces notes quotidiennes d’un participant, les débuts des étudiants à Changxindian furent difficiles. Le 13 avril 1920, ils ne réunirent que cinq à dix personnes, enfants compris.

202 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 16.

203 Il est plus commode, conformément à la tradition des historiens chinois du mouvement ouvrier, de ranger ces houillères avec les centres de Hunan, bien qu’elles se trouvent de l’autre côté de la frontière du Jiangxi.

204 Li Rui, op. cit., p. 148.

205 LDJ, nos 10 et 17.

206 M. Wilbur, Documents, p. 53. Cette orientation apparaît aussi dans les articles que Li Han-jun écrit dans Lao-dong-jie, dont il est vraisemblablement le rédacteur en chef ; cf. par exemple son texte sur la hausse des prix du riz (n° 8) ou la publicité qu’il donne (n° 6) à une caisse d’épargne ouvrière de Yangshupu.

207 Cf. ses articles dans Jie-fang yu gai-zao, organe des modérés amis de Liang Qi-chao, (janv. et avr. 1920).

208 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 248.

209 Mif, Pour une Chine forte et libre, p. 14.

210 Périodiques du 4 mai, tome II, p. 75.

211 C’est ainsi que la longue ananalyse théorique de l’anarchisme parue dans le n° 4, de ton très dogmatique, ne fait aucune référence aux courants de l’anarchisme chinois, pourtant alors si influents dans l’intelligentsia et même la classe ouvrière (Deng Zhong-xia. Abrégé..., p. 20). C’est seulement dans ce numéro 4, daté du 7 mai 1921, soit cinq mois après le lancement de la revue, qu’apparaît une rubrique régulière « nouvelles du monde chinois du travail. » Nulle mention n’y est faite de la Journée du 1er mai, à laquelle La Jeunesse avait l’an dernier consacré un numéro entier. Il n’est pas douteux que les contacts du Communiste avec le monde du travail et l’intérêt qu’il semble porter à celui-ci soient nettement en retrait sur Lao-dong-jie.

212 « Les ouvriers sont au-dessus des empereurs, car ils ont créé toutes les valeurs », déclare Chen Du-xiu à la réunion de fondation de la Fédération des bateaux et entrepôts (MGBR, 3 avr. 1920).

213 SHSB, 12 juillet 1920 (allocution de Chen Du-xiu à la Fédération de l’électricité).

214 Zhang Guo-tao est en mars 1920 un des dirigeants de la Société industrielle (MGRB, 11 mars 1920), et Chen Du-xiu son responsable à l’éducation (MGRB 19 mai 1920).

215 Cf. sur cet hebdomadaire, qui suspend sa publication en décembre 1920 pour raisons financières, DSZL, 1955, n° 3, (Jie-chao lao-dong-jie he Shang-hai huo-you. Présentation du Monde du Travail et du Compagnon de Changhaï).

216 PDR, 21 avril, 25 avril, 2 mai 1921.

217 XGS, 1er juillet 1957, op. cit., Sur le rôle de Li Qi-han dans la préparation du 1er mai, cf. ZGGR, 27 avril 1957 (Wei zhong-guo gong-ren yun-dong zuo-lao-de diyi-ge gong-chan-dang-yuan. Le premier membre du parti communiste emprisonné pour le mouvement ouvrier chinois).

218 SB, 8 août 1919.

219 MGRB, 3 avril 1920.

220 XWB, 1er mars 1920. Cao Ya-bo, le 18 janvier 1920, publie dans ce même journal une lettre demandant la création de banques, d’ateliers et d’écoles ouvrières.

221 LDJ, n° 1, 15 août 1920.

222 LDJ, n° 2, 22 août 1920.

223 LDJ, n° 7, 26 septembre 1920.

224 Cf. ci-dessus p. 237-38.

225 LDJ n° 9. Il en serait de même pour le syndicat des imprimeurs, formé en mars 1921 (Hu Hua, op. cit., p. 42).

226 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 19.

227 Li Rui, op. cit. pp. 148-149.

228 Li Rui, op. cit., pp. 104 et 161.

229 Tels que Chen Gong-bo, qui quittera d’ailleurs le parti communiste peu après sa fondation, et que Deng Zhong-xia accuse de tendances « opportunistes » (Abrégé..., p. 37).

230 Ma Chao-jun. Histoire (N. éd.) p. 158.

231 Cf. le récit détaillé de Deng lui-même (Abrégé..., pp. 15-16).

232 Ibid.

233 Cf. Chen ta, Chinese migrations and labor conditions, p. 150.

234 Les statuts de ce syndicat chinois de France sont reproduits par Chen Da, Question du travail, pp. 112-116.

235 Cf. Martyrs du Hunan, pp. 13-14 (biographie de Cai He-sen).

236 Cf. sur l’activité des communistes chinois de France et leurs difficultés, JDSZL, 1955, n° 2, Liu-fa dong-gong jian-hue zi-liao (Matériaux sur le « travail-étude » des Chinois vivant en France).

237 Cf. ci-dessus, p. 252.

238 Cette lettre est reproduite dans Matériaux sur l'édition, tome I, pp. 435 à 440.

Table des illustrations

Légende CARTE N° 8. — Participation ouvrière au Mouvement du 4 mai.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search