Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Conclusion sur la première partie. Unité et diversité de la classe ouvrière chinoise en 1919

Texte intégral

1Le prolétariat industriel chinois, vers 1919, apparaît donc comme fondamentalement semblable au prolétariat de tous les pays qui tour à tour, à l’exemple de l’Angleterre et de la France, se sont engagés dans la voie de la révolution industrielle. Il est directement lié aux formes économiques et techniques les plus avancées de la production industrielle. Il se présente en même temps comme fortement concentré ; concentré géographiquement dans un petit nombre de zones, de pôles de développement de l’économie moderne ; concentré techniquement aussi, et groupé en vastes entreprises de plusieurs centaines, plusieurs milliers, parfois plusieurs dizaines de milliers d’ouvriers et d’ouvrières : cotonnières et filatures de soie de Changhai, mines de Tangshan, manufactures de tabac et d’allumettes de Tianjin, voies ferrées, lignes maritimes de navigation commerciale.

2Les ouvriers d’industrie proprement dits, ainsi que les couches sociales qu’on peut leur assimiler, ne sont plus propriétaires, contrairement aux artisans des anciens métiers, ni de leurs instruments de travail, ni du produit de ce travail ; ils ne vendent à leur patron que leur force de travail ; ils sont astreints à exécuter les tâches qui leur sont confiées dans des conditions d’autant plus dures que sur le marché chinois du travail l’offre est bien supérieure à la demande, en raison de la pression constante qu’exerce « l’armée industrielle de réserve » des chômeurs de la plèbe urbaine et des paysans chassés par la crise agraire. Il leur faut donc subir de très longues heures de travail, les amendes et les mauvais traitements, de déplorables conditions de sécurité et d’hygiène, la sévérité des contremaîtres et des surveillants, pour ne recevoir qu’un salaire à peine égal au minimum vital et souvent inférieur. C’est sur leurs épaules que pèse tout l’appareil de la grande production capitaliste.

3Ce prolétariat d’industrie, en Chine et dans les autres pays à l’époque contemporaine, se trouve en mesure de faire sur la scène politique une entrée tumultueuse et spectaculaire ; sa concentration géographique et technique compense et au-delà sa faiblesse numérique, et son association intrinsèque avec les secteurs les plus évolués de l’économie chinoise, avec les secteurs les plus sensibles aux intérêts financiers et politiques des maîtres du pays (mines, chemins de fer, textiles, etc.), confère à ses activités de groupe une efficacité particulière. Sa misère même risque « de ne lui faire perdre que ses chaînes », selon une formule qui dans le monde des années 1920 conserve dans maints pays une vigueur singulière. Enfin, le jeu des forces économiques n’assure aux ouvriers d’industrie chinois aucun avantage propre ou aucun profit qui soient accumulés aux dépens d’une autre couche sociale, puisque leurs seuls revenus proviennent de la vente de leur force de travail. Tout cela fait du prolétariat industriel chinois dans les années 1920 une classe révolutionnaire par excellence.

4Il s’est ainsi, sous l’effet de sa nouvelle condition économique, différencié radicalement des couches sociales qui viennent de lui donner naissance : paysannerie pauvre, artisans qualifiés, plèbe urbaine ; il a subi une mutation qualitative. C’est le travail industriel qui a soudé entre eux ces éléments disparates pour les unir en une force sociale neuve, étrangère à la vieille Chine.

***

5Mais ce prolétariat chinois, s’il présente cette identité fondamentale avec la classe ouvrière des autres pays industriels, s’en distingue aussi par un certain nombre de traits originaux.

  • 1 Sur les 32 vieux ouvriers interrogés en 1957, quatre seulement étaient fils d’ouvriers : deux femm (...)

6Il est extrêmement jeune, en tant que classe aussi bien qu’en raison de l’âge des individus qui le composent. Vers 1919, la grande majorité des entreprises industrielles n’ont pas 15 ans et bien rares sont les ouvriers de souche proprement ouvrière, les ouvriers à la seconde génération1. L’expérience historique, les traditions du mouvement ouvrier sont donc encore fort limitées ; elles ne peuvent jouer le rôle des puissants ferments idéologiques que sont, à la même époque, les souvenirs des Taiping chez les paysans chinois ou ceux de la Commune chez les ouvriers français.

  • 2 « Le revenu de la vaste majorité des travailleurs chinois reste scandaleusement bas, et bien que l (...)
  • 3 Un éditorial du NCH (15 octobre 1921) souligne par exemple le danger, du point de vue de ce journa (...)
  • 4 Ce sont les termes qu’emploie en 1924, au cours d’un entretien avec un envoyé du B.I.T., le direct (...)

7Ce prolétariat jeune est encore incomplètement constitué et mal stabilisé. Il se caractérise par l’hypertrophie de sa couche inférieure, de tous ces éléments marginaux qui sont mal dégagés de la paysannerie ou de la plèbe urbaine et à qui font encore défaut l’acclimatation au travail industriel et la conscience de classe. La basse qualification du travail, liée aux conditions mêmes dans lesquelles doivent fonctionner à cette époque les entreprises industrielles, contribue fortement aussi à cette hypertrophie des éléments instables du prolétariat. En revanche, la couche supérieure du prolétariat, cette « aristocratie ouvrière » qui prenait déjà tant d’importance à cette époque dans les pays industriels d’Occident, est en Chine très peu développée, sinon atrophiée. Des catégories comme les mécaniciens qualifiés des grandes entreprises modernes ou comme certains imprimeurs ne sont qu’une exception. Cette faiblesse de l’aristocratie ouvrière, qui tient à la structure même du prolétariat, doit en même temps être rapprochée du fait qu’en Chine, contrairement aux pays industriels d’Occident, il ne s’exerce au sein du patronat aucune pression en vue d’élever le pouvoir d’achat des ouvriers et d’élargir ainsi le marché intérieur des produits de consommation courante. Le patronat chinois, même s’il a parfois envisagé une politique de hauts salaires2, est hors d’état de l’appliquer en raison de sa position d’infériorité permanente par rapport à ses concurrents étrangers, en raison aussi de l’étroitesse et de l’instabilité du marché intérieur. Au sein du patronat étranger, bien rares ont été les voix qui se sont élevées dans ce sens3 ; l’activité des industriels japonais et britanniques de Chine, étroitement liée aux grands groupes financiers de Hongkong, Londres ou Tokyo, reste en effet fort indifférente aux problèmes d’ensemble du développement économique de la Chine ; ces industriels se contentent généralement, sur la question des hauts salaires, de répéter que « l’ouvrier ne tient pas à travailler moins longtemps parce qu’il n’a pas l’emploi de son temps en dehors de son travail », que « si l’on augmentait les salaires des femmes les maris refuseraient de travailler », que « l’ouvrier chinois est heureux et que les enfants chantent en allant au travail »4.

8Ces traits originaux de la structure du prolétariat, jeunesse, mobilité, hypertrophie de la couche inférieure, faiblesse de l’aristocratie ouvrière, ne peuvent en effet être séparés de la situation historique dans laquelle il s’est développé et du double contexte social et politique dans lequel il se trouve placé.

  • 5 Le gouvernement provincial y administrait directement la cotonnière de Changsha, les mines de Shui (...)

9Il baigne profondément dans la Chine traditionnelle. Il n’existe pas encore un marché du travail parfaitement dégagé des liens pré-capitalistes de dépendance personnelle, et on a noté l’importance de pratiques comme le bao-gong ou l’apprentissage industriel, et des liens coutumiers qui soumettent à leurs contremaîtres les ouvriers libres eux-mêmes. Le prolétariat reste également marqué par des traditions corporatives ou régionalistes vivaces, caractéristiques d’une Chine où la grande production capitaliste n’a pas encore supplanté la petite production marchande et où le marché national n’a pas encore réussi à se former. Enfin, ce sont pour une large part les forces sociales et politiques d’Ancien Régime que le prolétariat trouve en face de lui. Une fraction non négligeable de ses membres est directement salariée par les chefs militaires et par les notables ruraux des gouvernements provinciaux et central : cheminots, ouvriers des arsenaux, ouvriers des mines et usines provinciales du Hunan, etc.5. Plus généralement, sur tout le territoire chinois à l’exception des concessions et zones étrangères à statut spécial, les activités ouvrières se heurtent à une législation et à un appareil d’Etat encore semi-médiéval, dont l’inexpérience peut permettre parfois des succès rapides comme ce sera le cas en 1921-1923, mais dont la force brutale reste l’expression finale comme elle l’était sous Yuan Shi-kai.

  • 6 Ce terme sera employé dans ce sens au IIIe Congrès national du travail (cf. ci-dessous, chap. xii)

10Mais ce prolétariat moderne est en même temps à l’œuvre dans une Chine « semi-coloniale » qui est profondément marquée par la pénétration des grands intérêts étrangers ; environ la moitié des ouvriers sont au service de firmes étrangères, se heurtent à des cadres étrangers comme dans les chemins de fer ou les Postes, ou sont comme les rickshaws des concessions placés sous le contrôle administratif et policier des étrangers. Plus généralement, dans des zones restreintes mais fortement industrialisées comme la concession internationale de Changhai, le territoire du S.M.R. ou les concessions de Wuhan, les ouvriers en grève ou les militants syndicaux trouvent dans les autorités étrangères des adversaires déterminés ; et des adversaires qui sont d’autant plus redoutables qu’ils disposent de leurs propres forces armées et de leur propre appareil répressif (tel que la Cour mixte de Changhai), et qu’ils bénéficient d’une expérience déjà longue acquise au cours de leurs démêlés avec la classe ouvrière de leurs propres pays, Angleterre et Japon en particulier. Pour toutes ces sections du prolétariat qui sont aux prises, sous une forme ou sous une autre, avec les étrangers, la lutte économique se confond d’emblée avec la lutte nationale. En revanche, la présence de cet appareil politico-militaire des Puissances modifie très sensiblement le rapport « naturel » des forces politiques en Chine. Aux côtés des féodaux et de la bourgeoisie comprador, le prolétariat trouve en face de lui dans les grands centres industriels uu autre adversaire, souvent plus puissant et plus expérimenté. Cette situation n’augmente guère les chances de succès des luttes ouvrières, au moins aussi longtemps que la stratégie révolutionnaire considérera ces grands centres urbains comme l’enjeu essentiel et immédiat de la lutte et la paysannerie comme une simple « arrière-garde ».6.

11Si en définitive c’est bien un triple fardeau qui pèse vers 1919 sur les épaules des ouvriers chinois, celui du capitalisme industriel proprement dit, celui de l’ancien régime semi-féodal et celui qui résulte de la pénétration des grands intérêts étrangers en Chine, le mouvement ouvrier chinois trouve en revanche en face de lui un front patrona fort hétérogène, et dont il ne manquera pas d’exploiter les divisions

  • 7 Elles organisent à Changhai en août 1920 un Bureau d’information du travail qui prend en février 1 (...)
  • 8 C’est ainsi que les marines britanniques interviendront en octobre 1922 contre les mineurs en grèv (...)
  • 9 Comme ce sera le cas en février 1923 lors de la répression de la grève générale des cheminots du J (...)
  • 10 En février-mars 1922, par exemple, des chambres de commerce collecteront des fonds pour les grévis (...)

12Entre le secteur étranger de l’industrie, le secteur d’Etat et le secteur privé chinois, la situation des ouvriers peut varier et plus encore leurs relations avec le patronat. Le bao-gong est par exemple beaucoup plus répandu dans les entreprises étrangères ou d’Etat, alors que, dans les entreprises chinoises même importantes, quelque chose survit des anciens liens de solidarité corporative. Il semble bien aussi que dans les entreprises étrangères les conditions de travail aient été plus pénibles qu’ailleurs, car le relatif laisser-aller des entreprises chinoises même modernes et les tolérances de toutes sortes quant à l’horaire et au rythme de travail s’y effacent devant l’implacable mécanisme de la grande production moderne. Par ailleurs, les entreprises étrangères, fortement concentrées sur le plan technique et financier et donc capables d’élaborer une politique cohérente et vigoureuse7, sont assurées en même temps du soutien politique et militaire des autorités étrangères de Chine8. Les entreprises du capital privé chinois apparaissent au contraire comme des zones de moindre résistance du front patronal. Elles sont financièrement les plus faibles, les moins capables de faire face à une grève prolongée. Elles n’ont pas toujours l’appui de la police et de l’armée des du-jun, avec qui elles entretiennent de mauvaises relations. En effet, si les étrangers et les autorités chinoises sont généralement en bons termes, et agissent de concert face aux poussées du mouvement ouvrier9, il n’en est pas de même pour le patronat chinois ; des conflits politiques et économiques opposent en effet ce dernier aux étrangers d’une part, aux forces d’Ancien Régime de l’autre, et ces contradictions seront assez fortes pour le pousser à s’abstenir lors de maints conflits du travail qui ne le concernent pas directement, voire même à témoigner activement au prolétariat sa sympathie10.

13Si le prolétariat industriel chinois, par certains de ses traits, se rapproche donc du prolétariat occidental du milieu du xixe siècle, cet archaïsme apparent se combine étroitement vers 1919 à une situation historique « moderne », originale et complexe comme celle de la Chine elle-même.

***

14La classe ouvrière chinoise, vers 1919, n’est pas seulement morcelée en un certain nombre de gros noyaux situés à des centaines de kilomètres les uns des autres. Les six grandes régions ouvrières précédemment décrites diffèrent profondément entre elles, qu’il s’agisse de l’équilibre entre l’industrie légère et l’industrie lourde, de la proportion de la main-d’œuvre féminine et enfantine, du degré de stabilisation du prolétariat, de son expérience politique et sociale ou enfin de l’état de ses rapports avec les diverses sections du patronat chinois et étranger. Cette disparité régionale est un autre, et non le moindre, des caractères originaux de la classe ouvrière chinoise vers 1919.

15Dans les grandes entreprises japonaises du Nord-Est, où prédominent les industries extractives et la grosse industrie, femmes et enfants ne comptent guère, mais les ouvriers ne sont encore pour la plupart que des migrants temporaires. Dans cette région neuve, ouverte seulement à l’industrie moderne depuis l’extrême fin du xixe siècle, il n’y a ni bourgeoisie chinoise active ni traditions corporatives chez les ouvriers ; il n’y a pas non plus d’intelligentsia capable de venir renforcer l’encadrement du prolétariat. Les ouvriers n’ont pas davantage l’expérience des luttes revendicatives et politiques. C’est pourtant avec le pouvoir japonais et avec le patronat japonais que le mouvement ouvrier bien neuf et bien mal aguerri va se trouver directement aux prises.

16La zone du Zhili est au contraire le domaine de l’industrie légère et les femmes et les enfants y sont nombreux dans les usines textiles ou les manufactures de tabac et d’allumettes ; mais c’est aussi une région de mineurs et de cheminots qui y seront les éléments les plus actifs du mouvement ouvrier. Les traditions artisanales ne sont pas très fortes, et bien des ouvriers, ici encore, sont mal différenciés de la paysannerie environnante. Si la bourgeoisie chinoise ne compte guère non plus dans cette zone, qui jusqu’au xixe siècle était bien loin en arrière des provinces du Sud-Est pour le développement économique, le voisinage de Pékin, premier centre intellectuel et universitaire de Chine, contribuera à fournir aux syndicats des cadres et des alliés jeunes et pleins d’ardeur ; mais Pékin est également le siège du gouvernement central, l’objet des convoitises des différentes cliques militaristes en lutte, et donc un foyer de concentration des forces années chinoises, auxquelles s’ajoutent les contingents que les Puissances ont le droit de stationner dans la région. Le rapport des forces n’y est pas non plus à l’avantage du mouvement ouvrier.

17Au Shandong, où les industries légères de Jinan, de Qingdao et de Zhifu équilibrent les mines et les ateliers de chemin de fer, la situation du prolétariat est un peu la même qu’au Zhili, avec peut-être une proportion plus faible de femmes et d’enfants. C’est le Japon, installé dans la province depuis 1914, qui occupe ici comme dans le Nord-Est une position dominante, tandis que la bourgeoisie nationale chinoise n’a qu’une activité très modeste.

18Les zones industrielles du Nord-Est, du Zhili et du Shandong diffèrent donc entre elles par un certain nombre de traits non négligeables ; mais toutes sont en 1919 des régions où l’industrie moderne est à la fois très récente et très neuve, car elle n’est pas en général l’héritière des manufactures artisanales de l’âge précédent. Le prolétariat n’y a ni traditions industrielles ni même de traditions corporatives, et jusque-là le mouvement ouvrier n’y avait guère compté à part quelques exceptions comme le club ouvrier de Tangshan. On verra que de 1919 à 1927, sauf pour les cheminots, ce retard des régions du Nord ne sera pas réellement rattrapé.

19Ce sont en 1919, et elles le resteront par la suite, les trois régions du Sud qui représentent les éléments les plus avancés du mouvement ouvrier. C’est là dans le Hubei et le Hunan, à Changhai et dans la région de Canton-Hongkong que dès la Révolution républicaine sinon même avant se sont constitués les premiers groupements ouvriers, qu’ont eu lieu les premières grèves, que sont tombés les premiers martyrs du mouvement ouvrier et que les travailleurs sont déjà activement intervenus dans la vie politique. Mais dans ces trois régions, la situation du mouvement ouvrier et du prolétariat est, elle aussi, loin d’être identique.

20La zone de Changhai et du Bas-Yangzi, premier centre ouvrier de Chine, est une région où prédomine largement l’industrie légère, et où la main-d’œuvre féminine et enfantine tient une place considérable dans les cotonnières, les filatures de soie, l’industrie du tabac et des allumettes. Changhai est avec le Nord-Est celle des régions industrielles de Chine qui a le moins de traditions artisanales puisque ce n’était qu’une bourgade en 1842, et la population ouvrière immigrée de toutes les provinces y revêt un caractère extrêmement composite ; c’est un terrain favorable à l’éclosion des tendances provincialistes. Cette concentration prolétarienne d’importance sans égale en Chine représente une force potentielle considérable ; mais les problèmes d’encadrement qu’elle pose ne tiennent pas seulement à son nombre mais aussi à la structure administrative complexe de l’agglomération changhaienne ; les syndicats n’arriveront sérieusement à les résoudre qu’au cours des grandes luttes de masse de l’été 1925 et du printemps 1926.

21C’est à Changhai que le capital national chinois est le plus important et le plus vigoureux et ses porte-paroles ont déjà commencé en 1919, comme ils continueront à le faire à l’époque du 4 mai et au-delà, à chercher dans le monde du travail une clientèle, une force d’appoint pour leurs entreprises industrielles et politiques. Changhai est aussi un grand centre intellectuel, dont la jeunesse étudiante nombreuse et dynamique est déjà toute pénétrée d’idées nouvelles et capable de jouer un rôle actif dans les luttes sociales. Mais Changhai est en même temps la principale base financière et militaire des étrangers en Chine ; c’est là que, directement ou par l’intermédiaire de leurs agents de la bourgeoisie comprador, les intérêts étrangers seront le plus rapidement capables de redresser les situations compromises, par exemple pendant l’été 1925 ou au printemps 1927. En définitive, Changhai est à la fois en Chine le premier centre ouvrier, le premier centre de la bourgeoisie chinoise et la principale base des étrangers. C’est le sort de Changhai qui décidera du sort des mouvements populaires à l’échelon national, au moins pour la période où les luttes essentielles se déroulent dans les villes. La période étudiée ici s’encadre de façon significative entre les grèves ouvrières de Changhai en juin 1919, épisode décisif du Mouvement du 4 mai, et l’attentat contre les milices syndicales de Changhai en avril 1927, épisode décisif de la rupture entre le mouvement ouvrier et la droite du Guo-min-dang.

22Les foyers industriels du Hubei et du Hunan présentent la quadruple particularité d’être parmi les plus anciens de Chine (ils remontent à la vice-royauté de Zhang Zhi-dong, à la fin du xixe siècle), de présenter un équilibre entre industrie lourde et industrie légère assez exceptionnel pour l’époque, de compter un nombre beaucoup plus grand qu’ailleurs d’entreprises publiques ou provinciales, et d’être relativement éloignés des bases principales d’activité des Puissances. Les travailleurs hommes y sont plus nombreux que les femmes et les enfants. La bourgeoisie nationale chinoise est fort active dans cette région, où les vieilles traditions des lettrés du Hunan survivent avec la présence d’une intelligentsia nombreuse, influente et fortement liée à la vie provinciale. C’est dans cette zone que le mouvement ouvrier remportera ses premiers succès spectaculaires en matière d’organisation syndicale et de lutte revendicative, et c’est là qu’il tentera de se retrancher au moment du reflux du printemps 1927.

23Le Guangdong, enfin, présente une physionomie originale à bien des égards. Les industries modernes y restent bien en arrière des manufactures « semi-modernes » et des petits ateliers, et les traditions corporatives sont sans doute plus fortes là que partout ailleurs en Chine. Les entreprises étrangères ne comptent guère non plus dans cette zone, mis à part le port de Hongkong avec lequel la bourgeoisie cantonaise conserve d’ailleurs des liens étroits. La main-d’œuvre féminine et enfantine n’a d’ailleurs pas ici l’importance qu’elle a à Changhai. Si la classe ouvrière cantonaise fera preuve d’une capacité d’organisation bien supérieure à celle du reste de la Chine, ce sera dans une ligne corporative qui nuira longtemps à la cohésion générale du mouvement ouvrier.

24Dans chacune des régions industrielles de Chine, les chances de réussite et les facteurs d’insuccès du mouvement ouvrier se présentent donc de façon bien différente, et ce ne sera pas la moindre originalité des luttes ouvrières pendant la période considérée que d’avoir dans chacune de ces régions leur physionomie à part et leur rythme propre. L’unification du mouvement ouvrier à l’échelon national ne se fera que tardivement et incomplètement.

25Mais ces éléments de diversité régionale, de même que les particularités sociologiques telles que la jeunesse et la mobilité, ne doivent jamais masquer la réalité fondamentale d’une classe ouvrière déjà complètement formée, déjà unie sous l’effet de sa dure condition commune, et qui se prépare à jouer un rôle de premier plan dans les luttes politiques et économiques qui vont violemment secouer la société chinoise entre 1919 et 1927.

Notes

1 Sur les 32 vieux ouvriers interrogés en 1957, quatre seulement étaient fils d’ouvriers : deux femmes de l’usine de Pudong de la B.A.T., filles d’un ouvrier de la même usine, un cheminot de Changxindian, fils d’un porteur de charbon de la ligne du Jing-han, et un cheminot de Zhengzhou, fils d’un charpentier de cette ligne.

2 « Le revenu de la vaste majorité des travailleurs chinois reste scandaleusement bas, et bien que les salaires aient augmenté à plusieurs reprises, ils restent très en-dessous de ce que gagnent les ouvriers des autres nations. Avec 20 ou 25 centimes par jour, comment le peuple chinois peut-il se nourrir de viande, porter des vêtements de laine, aller au cinéma, vivre dans des bâtiments de ciment ? c’est seulement en élevant leur revenu qu’ils pourront étendre leurs achats des objets de nécessité élémentaires aux articles de luxe et de confort... » (CWR, 22 mars 1924).

3 Un éditorial du NCH (15 octobre 1921) souligne par exemple le danger, du point de vue de ce journal, que les Européens de Chine se divisent en « intransigeants » et en « réformistes » et conclut : « d’un point de vue purement commercial, l’amélioration du sort des ouvriers est une proposition avantageuse (a paying proposition) ».

4 Ce sont les termes qu’emploie en 1924, au cours d’un entretien avec un envoyé du B.I.T., le directeur-général de Changhai de la firme Jardine & Matheson (Dossier Henry, 2e partie, annexe).

5 Le gouvernement provincial y administrait directement la cotonnière de Changsha, les mines de Shuikoushan et de Xinhua, et les fonderies qu’elles alimentaient, une minoterie, l’arsenal de Changsha, l’hôtel des monnaies (RT, 1922, Changsha, pp. 13-14, et CEB, 22 novembre 1924).

6 Ce terme sera employé dans ce sens au IIIe Congrès national du travail (cf. ci-dessous, chap. xii).

7 Elles organisent à Changhai en août 1920 un Bureau d’information du travail qui prend en février 1922 le nom de Fédération des employeurs (Archives B.I.T., n° 206/1 /13/1). Il n’a pas été possible de retrouver trace de cet organisme dans les diverses sources consultées, et pas même dans le NCH, pourtant directement lié aux milieux d’affaires étrangers de Changhai. Cet organisme a pourtant dû jouer un rôle actif à Changhai dans les périodes de crise, par exemple en 1925, mais l’accès des historiens aux archives des firmes étrangères de Chine reste une perspective très problématique.

8 C’est ainsi que les marines britanniques interviendront en octobre 1922 contre les mineurs en grève de la K.M.A. (cf. ci-dessous chap. viii) et que le consul-général japonais négociera en août 1925 le règlement de la grève des cotonnières japonaises de Changhai (cf. ci-dessous, chap. xi).

9 Comme ce sera le cas en février 1923 lors de la répression de la grève générale des cheminots du Jing-han (cf. ci-dessous, chap. viii).

10 En février-mars 1922, par exemple, des chambres de commerce collecteront des fonds pour les grévistes des compagnies maritimes étrangères de Hongkong. On verra comment, à partir de 1924, s’instaurera entre le mouvement ouvrier et la bourgeoisie une coopération politique sur une grande échelle (cf. ci-dessous, toute la IIIe partie).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site