Version classiqueVersion mobile

Dossier : Soigner par les lettres

Varia

L’enquête sur le fragment apulien Kiev 147 a1

The Investigation on the Apulian Fragment Kiev 147 a

Graham Cuvelier

Résumé

En partant d’un dessin de la fin du xixe siècle, recoupé par une photographie récente et inédite, cet article présente le parcours d’un fragment apulien attribué à l’entourage du Peintre de Darius. Ce parcours est mis en parallèle avec l’historique de la recherche concernant ce fragment, depuis sa découverte en 1869 à Ruvo jusqu’à sa redécouverte en 2000 à Kiev. S’ensuivent une description et une analyse iconographique de la scène qu’il revêt puis des interprétations qu’elle suscite.

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend d’une part, les recherches entamées durant l’année académique 2011-2012, dans (...)
  • 1 Heydemann 1873, p. 65. Un historique complet des fouilles de Ruvo se trouve chez Montanaro 2007, p (...)
  • 2 Cette photographie est issue d’une série de clichés pris en mai 2000, dans les réserves du Musée d (...)

1Dans un article publié en 1873, Heinrich Heydemann nous apprend qu’au printemps 1869, des fouilles menées à Ruvo par un dénommé Fatelli, propriétaire et inventeur du site, mettent au jour trois fragments de céramique apulienne à figures rouges1. Heydemann déclare avoir vu ces fragments peu de temps après leur découverte. En 1873, il les décrit à partir d’un dessin qu’il a reçu de Giovanni Jatta. Ce dessin – qui a donc été réalisé entre 1869 et 1873, probablement par Jatta lui-même – n’est pas reproduit dans son article. Cependant, en confrontant la description qu’en donne Heydemann avec un cliché pris en 2000 (fig. 1)2, on comprend que le dessin en question est imprimé à l’envers.

  • 3 Bielefeld 1951-1952, p. 29, 14 et fig. 10. Les dimensions du fragment original (28 x 18 cm) sont d (...)

2Un dessin (fig. 2), à l’envers lui aussi, est publié pour la première fois en 1951 par Erwin Bielefeld3. Il est très probable qu’il s’agisse du dessin de Giovanni Jatta à partir duquel Heydemann avait travaillé mais Bielefeld n’en dit rien. Il annonce seulement que ce fragment est perdu et ne mentionne pas le lieu de conservation précédant cette perte. Le fragment qu’il décrit et illustre via ce dessin correspond au dernier des trois fragments commentés par Heydemann. Bielefeld ne dit rien des deux autres. On est donc passé de trois fragments à un seul et ce dernier n’est dès lors plus connu que par le dessin de Giovanni Jatta. À l’époque de l’article de Bielefeld au plus tard (1951-1952), les trois fragments sont perdus et on semble ignorer où ils ont pu un jour être conservés.

  • 4 Diehl 1964, p. 173 et pl. 48, 2. Le renvoi à Bielefeld pour l’illustration se trouve en p. 251, pl (...)
  • 5 Prückner 1968, p. 21-22. Les conclusions de Trendall se trouvent en p. 136, n. 137.

3En 1964, Erika Diehl traite de ce fragment en se référant à Heydemann et en renvoyant à Bielefeld pour l’illustration4. Quatre ans plus tard, Helmut Prückner aborde, à son tour, ce fragment. Il mentionne également un échange épistolaire qu’il a entretenu avec Arthur D. Trendall à son propos5. Trendall y explique qu’il a cherché, en compagnie d’Alexander Cambitoglou, les trois fragments décrits par Heydemann mais que ces recherches n’ont pas abouti.

  • 6 Pensa 1977, p. 43.
  • 7 Pensa 1977, p. VIII.

4En 1977, Marina Pensa apporte un élément nouveau en mentionnant, contre toute attente, le Cabinet des Médailles de Paris comme le lieu où ce fragment était conservé avant sa disparition6. Il s’agit cependant d’une erreur due à une malencontreuse inattention. En effet, lorsqu’elle en vient à traiter de ce fragment, en page 43, elle indique : « un frammento ormai perduto del Louvre » et renvoie à la figure 6 (le dessin de Jatta, toujours à l’envers). Sur la même page, la légende de la figure 6 renseigne : « Fig. 6 – Frammento perduto del Cabinet des Médailles ». La confusion entre le Musée du Louvre et le Cabinet des Médailles pourrait paraître surprenante mais elle est tout à fait compréhensible étant donné la proximité de ces deux institutions parisiennes et le fait que beaucoup d’objets voyagent de l’une à l’autre. Ensuite, dans l’index des figures, on peut lire : « 6) frammento perduto al Cabinet des Médailles : dis. G. Bonfiglioli da H. Dihel [sic], Die Hydria, tav. 487 ». Dans cette brève notice, trois détails attirent l’attention : 1. l’initiale du prénom : « H » au lieu du « E » d’Erika ; 2. l’orthographe erronée du nom : « Dihel » au lieu de « Diehl » ; 3. l’imprécision du « tav 48 » : c’est la planche 48, 2 chez Diehl.

5Ces trois petites erreurs dans la façon de citer la référence à l’ouvrage de Diehl attirent d’autant plus l’attention qu’à la note 140, au bas de la page 43, là où apparait le dessin, il est correctement fait mention de « E. Diehl, Die Hydria, Mainz 1964, tav. 48, 2 ». Le fait que le dessin présenté par Diehl se trouve effectivement en « pl. 48, 2 » et pas simplement en « pl. 48 » a dû amener la confusion entre les objets « pl. 48, 1 » et « pl. 48, 2 ». En effet, dans l’ouvrage de Diehl, l’objet de la « pl. 48, 1 » est une œnochoé attique à figures noires qui, elle, est bel et bien conservée au Cabinet des Médailles de Paris. Ces fautes d’attention apparaissent dans l’index des figures mais pas dans le texte, ni dans les notes de bas de page ce qui me fait penser que ce n’est pas Marina Pensa qui les a commises.

6Le dessin présenté en figure 6 chez Pensa – comme tous les autres présentés dans son ouvrage – a été réalisé par un(e) dénommé(e) G. Bonfiglioli. La mention erronée de Paris comme lieu de conservation de ce fragment doit probablement lui être imputée. Bonfiglioli a recopié le dessin présenté par Diehl en « pl. 48, 2 » mais s’est malheureusement référé, sans doute par inattention, à l’objet « pl. 48, 1 » dans l’index des figures. L’erreur est humaine.

  • 8 RVAp II, p. 504, 81.
  • 9 Ces informations m’ont été transmises par Gillian Shepherd, directrice du Trendall Research Centre (...)
  • 10 En effet, il situe le temple sur la droite du fragment. Or cet édifice apparaît sur le bord gauche (...)

7Comme il en exprimait l’intention dans son échange épistolaire avec Prückner, Trendall a retrouvé le troisième fragment décrit par Heydemann. Il le publie en 1982, dans le second volume des Red-Figured Vases of Apulia, sous le numéro d’inventaire « 147 a » du Musée d’Art Occidental et Oriental de Kiev8. Trendall cite Bielefeld et souligne que la figure que ce dernier propose est « printed in reverse ». En effet, en plus du dessin de Jatta, Trendall possède une photographie en noir et blanc (non publiée) du fragment, prise sur place par Ian McPhee9. C’est cette photographie qui lui permet de formuler cette remarque quant au sens de lecture de l’image. Paradoxalement, la brève description qu’il en donne ne semble pas tenir compte de cette même remarque10. Cela tient peut-être au fait que Trendall aurait davantage travaillé à partir du dessin puisqu’il permet une description plus complète du fragment original. Ainsi, pour l’avoir auparavant comparé avec la photographie, Trendall se souvenait que le dessin présenté par Bielefeld était à l’envers mais, quand il a finalement intégré ce fragment à la publication, il ne se rappelait peut-être plus quel était son sens de lecture correct. Quand on sait la masse de documents que Trendall a magistralement traités, cette maigre erreur est tout à fait compréhensible.

8Par ailleurs, cette photographie révèle que le fragment « 147 a » ne correspond qu’en partie au troisième fragment décrit par Heydemann et dessiné par Jatta. Le fragment s’est donc brisé – en trois morceaux au moins, d’après la forme en « V » de la cassure inférieure du fragment. Le numéro d’inventaire « 147 a » suppose qu’il y avait au minimum un fragment « 147 b », voire un « 147 c ». Trendall n’en dit rien. Lors de la prise du cliché en 2000 (fig. 1), ils n’ont pas non plus été retrouvés. Quand le troisième fragment de Heydemann est-il arrivé à Kiev ? Était-il déjà brisé ou est-il arrivé en Ukraine en un seul morceau et s’est brisé ultérieurement (d’où la subdivision en « 147 a ») ? Ces questions demeurent actuellement sans réponse.

9Nous conservons donc seulement une partie d’un des trois fragments mis au jour à Ruvo en 1869 ainsi que le dessin réalisé par Giovanni Jatta dont le sens peut maintenant être définitivement corrigé grâce aux photographies prises à Kiev en mai 2000.

  • 11 Crouwel 1992, p. 96 et pl. 34, 3.
  • 12 Crouwel 1992, p. 112.

10En 1992, dans une série d’ouvrages consacrés aux véhicules antiques, Joost Crouwel présente un détail du dessin de Jatta et le sens de l’image est toujours inversé11. Il indique toujours que ce fragment est perdu et renvoie à l’ouvrage de Diehl pour l’origine de l’illustration12.

  • 13 Cf. n. 6.
  • 14 Cf. n. 9.

11Pour ce qui est de l’identification du peintre qui a réalisé le décor de ce fragment, c’est Helmut Prückner qui le premier l’attribue à un membre de l’entourage du Peintre de Darius mais il le doit à Arthur D. Trendall, suite à l’échange épistolaire que j’ai précédemment mentionné13. En effet, Trendall confirme ensuite cette attribution lorsqu’il retrouve et publie ce qu’il reste du fragment14.

Description et analyse iconographique du fragment

12En l’absence du fragment complet, le dessin de Giovanni Jatta se révèle précieux pour tout commentaire sur cet objet et il semble fidèle à ce que devait être le fragment d’origine. D’ailleurs, lorsqu’on lui superpose la photographie du fragment « 147 a », les deux images concordent parfaitement (fig. 3).

  • 15 Ce registre supérieur est celui que le langage iconographique apulien réserve à la représentation (...)
  • 16 C’est la façon dont la main est appuyée sur ce vêtement qui laisse penser que le personnage est as (...)
  • 17 RVAp Suppl. II, p. 180-181, 278-2 et pl. XLVII, 2 ; LIMC VI, p. 233, 17 ; Ællen 1994, p. 212, cat. (...)
  • 18 RVAp I, p. 424/54 ; Heydemann 1872, p. 629-631 ; Leonhard 1974, p. 140/T 14 ; Pensa 1977, p. 25 et (...)
  • 19 Cf. n. 18. On la retrouve également appuyée sur le bord d’un bassin sur un cratère à volutes apuli (...)
  • 20 RVAp II, p. 498, 48 ; Heydemann 1872, p. 94-97 ; LIMC II, p. 142, 1494 ; Morard 2009, p. 111 et pl (...)

13Dans le registre supérieur15 – qui correspond en grande partie au fragment de Kiev – se tiennent deux personnages. De celui de droite, seuls sont conservés la main droite posée sur un pan de ce qui pourrait bien être une chlamus (sur laquelle il est assis16) ainsi que le pied droit chaussé d’une sandale à talonnières. Il s’agit probablement d’Hermès. Cependant d’autres personnages peuvent porter le même genre de talonnières. C’est, par exemple, le cas d’Hypnos sur une loutrophore apulienne contemporaine, conservée à Malibu (fig. 4)17. Le personnage de gauche du fragment de Kiev est plus complet et porte un épais chitôn aux replis abondants. Ce personnage, féminin donc, croise la jambe gauche devant l’autre pour s’appuyer sur un pilier hermaïque dont on devine le bas du visage barbu. On trouve le même type de pilier hermaïque sur un cratère à volutes apulien conservé à Naples (fig. 6)18 où il marque la frontière des Enfers hors desquels Héraklès est en train de tirer Cerbère. La position du personnage féminin du fragment de Kiev correspond à celle dans laquelle est souvent représentée Aphrodite. Par exemple, elle l’adopte, en s’appuyant à l’une des colonnes du palais de Zeus, sur la loutrophore de Malibu précédemment mentionnée (fig. 5)19. La même déesse est justement associée à un pilier hermaïque sur une amphore apulienne conservée à Naples (fig. 7)20. Il est à noter que ce même vase est attribué au Peintre de Darius et provient également de Ruvo.

  • 21 Fontannaz 2008, p. 68 et pl. 13, 4.
  • 22 Pour ce motif iconographique particulier, cf. n. 40.
  • 23 RVAp II, p. 533, 282, pl. 194 ; Leonhard 1974, p. 140, T 11 ; Pensa 1977, p. 23-24, fig. 5 ; LIMC (...)

14Devant ces deux divinités, se trouve un autel cylindrique dont la partie supérieure semble percée de petits trous. Ces petits points en rehauts de blanc, regroupés comme un tas au centre de la partie supérieure de cet autel, pourraient évoquer les cendres, restes d’un sacrifice qu’on y aurait récemment accompli. En effet, sur un fragment apulien provenant de Satyrion (fig. 8)21, une flamme brille sur le même genre d’autel cylindrique face auquel se tient un personnage féminin. Au pied de l’autel, il y a également deux petites torches en croix22. C’est aussi par-dessus le même genre d’autel cylindrique que cherche à bondir Cerbère, retenu par Héraklès, sur un cratère à volutes apulien de Munich (fig. 9)23.

  • 24 À titre de comparanda pour ce qui est de la composition de la scène, je cite un cratère à volutes (...)

15Tout à gauche, deux colonnes se dressent sur un stylobate. Il s’agit certainement de l’édifice central typique de l’iconographie apulienne. Cet élément permet donc de situer le fragment dans la partie inférieure droite de la composition à laquelle il appartenait24.

  • 25 Une telle hydrie garnie d’épis apparaît à côté d’une jeune femme couronnée du même végétal et tena (...)

16Au registre inférieur, un char à deux roues massives aux rayons en « H » est tiré par deux mules, reconnaissables à la marque dorsale et aux zébrures sur leurs jambes. Ces animaux sont attelés au moyen d’un joug d’encolure particulier sur lequel je reviendrai. Une femme à la tête voilée, vêtue d’un chitôn et d’un himation, est assise sur un trône confortable placé sur ce char. Sur le dessin de Jatta, elle semble avoir les cheveux courts mais, comme sa tête est voilée, je ne l’affirmerai pas avec certitude. Elle tient sur les genoux une hydrie d’où émergent quatre épis de blé25.

  • 26 Ce terme grec, dont les équivalents latins sont à chercher du côté de carpentum ou pilentum, désig (...)

17Enfin, sur le bord droit du fragment « 147 a », un jeune homme, torse nu, brandit un bâton noueux, probablement pour diriger les mules puisqu’elles ne sont pas munies de rênes. Ce véhicule particulier correspondrait à ce que le grec ancien désignait par apênê et qui serait tout à fait à sa place dans le contexte religieux évident de la scène26.

  • 27 Munich, Antikensammlungen, 2383 (J 299) : ARV², p. 591, 23 ; Dugas 1960, p. 135, 48 ; Schwarz 1987(...)
  • 28 Londres, British Museum, E 469 : ARV², p. 589, 1 ; Dugas 1960, p. 135, 49 ; Schwarz 1987, p. 42, V (...)

18Sans parler de l’analogie que présente le transport des épis de blé, ce véhicule n’est pas non plus sans rappeler le char-trône de Triptolème qui figure sur certains vases attiques, justement découverts en Italie méridionale. Par exemple, sur un cratère en cloche du Peintre d’Altamura, conservé à Munich, le héros éleusinien, muni d’épis de blé, est sur le point de s’y asseoir27 ; sur le col d’un cratère à volutes attribué au même Peintre, conservé à Londres, Triptolème y est assis, prêt à répandre les épis de blé à travers le monde28.

  • 29 ABV, p. 146, 22-23 ; Crouwel 1992, pl. 21 ; Mommsen 1997, p. 47-55 et pl. XIV-XIV a et pl. couleur (...)
  • 30 C’est du moins comme cela que le reconstitue Mommsen 1997, pl. XIV (fig. 10 du présent article). D (...)

19Ce qui est particulier au char du fragment de Kiev, c’est la forme du joug et sa position haute sur le garrot des mules. À observer de plus près le dessin de Jatta, on peut voir que ce joug est constitué d’un tréteau décoré d’une palmette duquel pend un long bâton qui semble d’ailleurs toucher le sol. Ce même type de joug se retrouve sur l’une des plaques funéraires en terre cuite attribuées à Exékias (fig. 10-11)29. On y voit un homme dénudé tenant un long bâton qu’il utilise pour enfiler le même type de joug autour du garrot de deux mules. Il est probable que ce bâton servait aussi à soulager les animaux du poids du tréteau lorsqu’à l’arrêt, il reposait sur le sol. Tout comme sur le fragment de Kiev, les mules de cette plaque funéraire tirent un char-trône aux roues massives en rayons en « H » qui véhicule un personnage féminin30.

  • 31 Prückner 1968, p. 20, fig. 2 ; Torelli 1976, pl., I, 1 ; Arias 1976, pl. LXXIX, 2 ; Crouwel 1992, (...)
  • 32 Paribeni 1973, pl. XXVIII, 2 ; Adamesteanu 1974, p. 36-37 ; Crouwel 1992, p. 96 et pl. 34, 1 ; Pug (...)
  • 33 Bianco, Giardino 2010, p. 635, fig. 20 et pl. couleur III.

20Ce type de véhicule apparaît également dans l’iconographie d’Italie méridionale. Il est, entre autres, représenté sur un des reliefs de Locres Épizéphyrienne (fig. 12)31. La reconstitution est cependant lacunaire au niveau du passager. Ce char-trône apparaît aussi sur la frise à reliefs en terre cuite du temple C de Métaponte32. Des fragments d’une frise réalisée à partir de la même matrice – probablement tarentine – ont aussi été découverts à Héraclée (fig. 13)33. Sur cette frise, c’est également un jeune homme nu qui guide les mules et deux femmes à la tête voilée sont assises sur ce char-trône. L’une d’elles tient d’ailleurs un élément végétal. Ce char est suivi de trois autres personnages féminins portant aussi des végétaux.

Interprétation de la scène

21La scène que présente le fragment de Kiev a donné lieu à diverses interprétations au cours de l’étude de cet objet telle que détaillée précédemment. Il est indéniable que le personnage féminin assis sur le char-trône revêt une importance particulière. Elle doit probablement être une officiante de la célébration évoquée sur l’image. Mais c’est assurément l’hydrie garnie d’épis de blé qu’elle tient dans les mains qui constitue le point focal de cette scène.

  • 34 Heydemann 1873, p. 65. C’est de cette fête qu’il est question chez Théocrite, Idylle XV (éd. P. Mo (...)

22Heinrich Heydemann y reconnaît la procession des Adônia, célébrations consacrées à la renaissance d’Adonis associée à celle de la végétation34. L’hydrie décorée d’épis serait alors l’un desdits kêpoi Adônidos, ces vases dans lesquels on entretenait des végétaux pendant les huit jours que durait cette célébration.

  • 35 Bielefeld 1951-1952, p. 27. Malgré mes recherches, je ne suis pas parvenu à retrouver le relief en (...)

23Erwin Bielefeld doute de cette interprétation et met cette scène en parallèle avec celle d’une stèle découverte à Mesembria, l’antique cité grecque de Zôné, en Thrace. Le personnage féminin y est également assis sur un trône placé sur un char et serait à mettre en rapport avec le culte d’Hécate35. Cependant, à Mesembria, on est bien loin de la Grande Grèce.

  • 36 Diehl 1964, p. 173 et 181-186. En p. 173, n. 19, elle associe les épis au contexte matrimonial.
  • 37 Prückner 1968, p. 21-22.

24Erika Diehl y voit une hydrophorie en relation avec une théogamie d’Hermès et d’Aphrodite. À la manière d’une loutrophore, l’hydrie contiendrait les eaux lustrales liées à ce mariage divin36. Helmut Prückner reprend l’hypothèse de la théogamie et la met en lien avec un relief en terre cuite de Locres Épizéphyrienne représentant Hermès et Aphrodite montant sur un char tiré par un Éros et une figure féminine, sans doute Psyché. Il ajoute que le temple dont subsistent deux colonnes et le stylobate sur le fragment de Kiev est celui de Locres Épizéphyrienne dédié à ces deux divinités. Ce fragment représenterait alors une hydrophorie telle qu’elles avaient lieu à Locres Épizéphyrienne dans le cadre d’un culte rendu au couple divin Hermès et Aphrodite37. Outre le fait qu’une image est davantage l’évocation d’un acte cultuel plutôt que sa représentation « photographique », l’hypothèse de Prückner ne tient pas compte du fait que, sur le fragment de Kiev, Hermès et Aphrodite se tiennent à côté de l’édifice. Or, dans le langage iconographique apulien, les personnages principaux se trouvent à l’intérieur de cet édifice. Hermès et Aphrodite sont plutôt représentés ici en tant que divinités spectatrices : lui est assis, elle s’appuie nonchalamment sur le pilier hermaïque.

  • 38 Neutsch 1968, p. 38, fig. 27 ; Leonhard 1974, p. 114, T 58 ; Hinz 1998, p. 187-193 et fig. 52. Con (...)
  • 39 Les exemples dans la céramique apulienne sont très nombreux, je citerai seulement un cratère à vol (...)
  • 40 Pensa 1977, p. 42-44.
  • 41 Ce rituel et sa symbolique sont évoqués chez Athénée, XI, 496a-b (éd. S. Douglas Olson, London, 20 (...)

25C’est Marina Pensa qui, la première, rapproche cette scène du culte de Déméter tel qu’il lui était rendu à Héraclée. Dans ce sanctuaire, des hydries étaient déposées dans le temple (fig. 14-15)38. Le col de ces vases était bien souvent décoré d’une torche en croix, attribut de Déméter et de sa fille dans l’imagerie apulienne39. Sur le fragment, le temple est présent et la procession où l’hydrie joue le premier rôle se déroule devant lui. Pensa rapproche également ces hydries de la libation à laquelle on procédait à l’occasion des Plêmochoai, durant le dernier jour de la célébration des Mystères d’Éleusis40. Ces célébrations tireraient leur nom des récipients avec lesquels on procédait à des libations devant le Telestêrion (édifice central du sanctuaire d’Éleusis), l’une vers l’Orient, l’autre vers l’Occident, au son de la prière « hue kue » (« pleus et sois féconde ») adressée au ciel et à la terre41. L’autel cylindrique percé de trous du registre supérieur du fragment de Kiev se prêterait tout à fait à l’évocation de ce type de pratiques rituelles. La scène qu’il présente aurait ainsi une connotation démétriaque, voire « éleusinienne ».

  • 42 Heydemann 1873, p. 65. Diehl 1964, p. 173, n. 21 n’est cependant pas certaine qu’ils appartiennent (...)

26Aucun commentaire ne tient compte des deux autres fragments étudiés par Heydemann qu’il considère pourtant comme appartenant au même vase42. Suivant sa description, le premier fragment (19 x 15 cm) présente un autel entouré de deux personnages masculins accompagnés d’un troisième mal conservé. Le deuxième (15 x 12 cm) figure une jeune femme munie d’une hydrie suivie d’un autre personnage féminin dont seule subsiste la jambe droite. Rien ne s’oppose à ce qu’ils appartiennent à la même scène et l’hydrie qui apparaît sur le deuxième fragment irait d’ailleurs dans ce sens tout en renforçant aussi l’hypothèse de Pensa d’un culte démétriaque. Sur les fragments de relief en terre cuite de Métaponte et d’Héraclée (fig. 13), le char-trône est suivi de trois jeunes femmes qui portent des végétaux comme la prêtresse qui y est assise. De la même manière, on pourrait penser que le personnage féminin à l’hydrie du deuxième fragment décrit par Heydemann suivait le char de la prêtresse portant la même forme de vase.

  • 43 C’était justement le sujet de mon mémoire de master (cf. n. 1).

27La présence d’une thématique iconographique à connotation démétriaque voire « éleusinienne » n’aurait rien de surprenant dans le contexte culturel de la Grande Grèce, au ive siècle avant notre ère43. Le fragment de Kiev – et sa potentielle association avec les pratiques rituelles démétriaques d’Héraclée – entre dans la série de témoignages faisant l’objet de ma thèse en cours qui étudie le contenu des cultes démétriaques en Italie méridionale tel qu’il peut être appréhendé via la culture matérielle et l’iconographie.

Fig. 1 : Fragment d’un vase apulien à figures rouges

Fig. 1 : Fragment d’un vase apulien à figures rouges

Kiev, Musée d’Art Occidental et Oriental, 147 a

Photo Th. Morard.

Fig. 2 : Dessin de Giovanni Jatta

Fig. 2 : Dessin de Giovanni Jatta

Dessin du troisième fragment décrit par Heydemann, tel qu’il apparaît, dans le mauvais sens, chez Bielefeld 1951-1952, fig. 10.

Giovanni Jatta

Fig. 3 : Fragment Kiev 147 superposé au dessin de Giovanni Jatta (sens corrigé)

Fig. 3 : Fragment Kiev 147 superposé au dessin de Giovanni Jatta (sens corrigé)

Montage de G. Cuvelier.

Fig. 4-5 : Loutrophore apulienne à figures rouges

Fig. 4-5 : Loutrophore apulienne à figures rouges

Malibu, John Paul Getty Museum, 86.AE.680

© John Paul Getty Museum.

Fig. 6 : Cratère à volutes apulien à figures rouges

Fig. 6 : Cratère à volutes apulien à figures rouges

Naples, Museo Archeologico Nazionale, 80854 (SA 11)

D’après De Caro 2001, p. 58.

Fig. 7 : Relevé du décor de l’amphore apulienne à figures rouges

Fig. 7 : Relevé du décor de l’amphore apulienne à figures rouges

Naples, Museo Archeologico Nazionale, 81942 (H 1769)

D’après Morard 2009, pl. 99, 2.

Fig. 8 : Fragment apulien à figures rouges

Fig. 8 : Fragment apulien à figures rouges

D’après Fontannaz 2008, pl. 13, 4.

Fig. 9 : Cratère à volutes apulien à figures rouges

Fig. 9 : Cratère à volutes apulien à figures rouges

Photo G. Cuvelier.

Fig.  10 : Fragment de plaque funéraire en terre cuite à figures noires

Fig.  10 : Fragment de plaque funéraire en terre cuite à figures noires

D’après Mommsen 1997, pl. couleur 3.

Fig. 11 : Reconstitution du décor de la plaque funéraire en terre cuite à figures noires

Fig. 11 : Reconstitution du décor de la plaque funéraire en terre cuite à figures noires

Berlin, Staatliche Museen, 1814 & 1823

D’après Mommsen 1997, pl. XIV.

Fig. 12 : Reconstitution du relief de Locres Épizéphyrienne Prückner « Typ 3 »

Fig. 12 : Reconstitution du relief de Locres Épizéphyrienne Prückner « Typ 3 »

D’après Prückner 1968, p. 20, fig. 2.

Fig. 13 : Relevé du décor de la frise en terre cuite du temple C de Métaponte (en bas) et fragments issus de la même matrice provenant de Policoro (en haut)

Fig. 13 : Relevé du décor de la frise en terre cuite du temple C de Métaponte (en bas) et fragments issus de la même matrice provenant de Policoro (en haut)

D’après Bianco, Giardino 2010, pl. couleur III.

Fig. 14 : Fragments d’une hydrie votive

Fig. 14 : Fragments d’une hydrie votive

Fig. 15 : Relevé et reconstitution de l’hydrie votive présentée en fig. 14

Fig. 15 : Relevé et reconstitution de l’hydrie votive présentée en fig. 14

Policoro, Muzeo Nazionale della Siritide, 25912

D’après Neutsch 1968, p. 38, fig. 27.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

ABV : John D. Beazley, Attic Black-figure Vase-painters, Oxford, 1956.

ARV² : John D. Beazley, Attic Red-figure Vase-painters, 2 vol., Oxford, [1942] 1963.

LIMC : Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, Düsseldorf-Münich-Zürich, 1981-1999.

RVAp : Arthur D. Trendall, Alexander Cambitoglou, The Red-figured Vases of Apulia, 3 vol., Oxford, 1978-1982.

Références bibliographiques

Abaecherli 1935-1936 : Aline Abaecherli, « Fercula, Carpenta, and Tensae in the Roman Procession », Bollettino dell’Associazione Internazionale Studi Mediterranei 6, p. 1-19.

Adamesteanu 1974 : Dinu Adamesteanu, La Basilicata antica. Storia e monumenti, Sorrente.

Ællen 1994 : Christian Ællen, à la recherche de l’ordre cosmique. Forme et fonction des personnifications dans la céramique italiote, Kilchberg-Zurich.

Ællen, Cambitoglou, Chamay 1986 : Christian Ællen, Alexander Cambitoglou, Jacques Chamay, Le Peintre de Darius et son milieu. Vases grecs d’Italie méridionale, catalogue d’exposition (Genève, Musée d’art et d’histoire, 24 avril - 3 août 1986), Genève.

Arias 1976 : Paolo E. Arias, « L’arte locrese nelle sue principali manifestazioni artigianali. Terrecote, bronzi, vasi, arti minori », Atti di Taranto 16, p. 479-579.

Bianco, Giardino 2010 : Salvatore Bianco, Liliana Giardino, « Forme e processi di urbanizzazione e di territorializzazione nella fascia costiera ionica tra i fiumi Sinni e Basento », Atti di Taranto 50, p. 609-641.

Bielefeld 1951-1952 : Erwin Bielefeld, « Zum Relief aus Mondragone », Wissenschaftliche Zeitschrift der Universität Greifswald 1, p. 1-35.

Crouwel 1992 : Joost H. Crouwel, Chariots and other Wheeled Vehicles in Iron Age Greece, Amsterdam.

De Caro 2001 : Stefano De Caro, Ercole : l’eroe, il mito, catalogue d’exposition (Milano, Biblioteca di Via Senato, 5 avril - 7 octobre 2001), Milano.

De Siena 2001 : Antonio De Siena, Metaponto. Archeologia di una colonia greca, Taranto.

Denoyelle, Iozzo 2009 : Martine Denoyelle, Mario Iozzo, La céramique grecque d’Italie méridionale et de Sicile. Productions coloniales et apparentées du VIIIe au IIIe siècle av. J.-C., Paris.

Diehl 1964 : Erika Diehl, Die Hydria. Formgeschichte und Verwendung im Kult des Altertums, Mainz am Rhein.

Dugas 1960 : Charles Dugas, « La mission de Triptolème d’après l’imagerie athénienne », in Henri Metzger (éd.), Recueil Charles Dugas, Paris, p. 123-139.

Fontannaz 2008 : Didier Fontannaz, « L’entre-deux-mondes. Orphée et Eurydice sur une hydrie proto-italiote du sanctuaire de la source à Saturo », AntK 51, p. 41-72.

Heydemann 1872 : Heinrich Heydemann, Die Vasensammlungen des Museo Nazionale zu Neapel, Berlin.

Heydemann 1873 : Heinrich Heydemann, « Adonia (?) auf einer Vase aus Ruvo », Archäologische Zeitung 30, p. 65.

Hinz 1998 : Valentina Hinz, Der Kult von Demeter und Kore auf Sizilien und in der Magna Graecia, Wiesbaden.

Leonhard 1974 : Magda M. Leonhard, Die Kreuzfackel. Ein Beitrag zum Kult der Demeter und Persephone in Unteritalien, Innsbruck.

Mommsen 1997 : Heide Mommsen, Exekias, vol. I, Die Grabtafeln, Mainz am Rhein.

Montanaro 2007 : Andrea C. Montanaro, Ruvo di Puglia e il suo territorio. Le necropoli : i corredi funerari tra la documentazione del XIX secolo e gli scavi moderni, Studia Archaeologica, Roma.

Morard 2002 : Thomas Morard, Les Troyens à Métaponte : étude d’une nouvelle Ilioupersis de la céramique italiote, Mainz am Rhein.

Morard 2009 : Thomas Morard, Horizontalité et verticalité. Le bandeau humain et le bandeau divin chez le Peintre de Darius, Mainz am Rhein.

Moret 1975 : Jean-Marc Moret, L’Ilioupersis dans la céramique italiote. Les mythes et leur expression figurée au IVe siècle, Roma.

Moret 1993 : Jean-Marc Moret, « Les départs des Enfers dans l’imagerie apulienne », RA 16, p. 293-351.

Neutsch 1968 : Bernhard Neutsch, Siris ed Heraclea. Nuovi scavi e ritrovamenti archeologici di Policoro, Urbino.

Otto 2007 : Brinna Otto, Il santuario di Demetra a Policoro. Gli spazi del culto, le divinità e i rituali, Taranto.

Paribeni 1973 : Enrico Paribeni, « Metaponto. Lineamenti di uno sviluppo artistico », Atti di Taranto 13, p. 135-151.

Pensa 1977 : Marina Pensa, Rapprensentazioni dell’oltretomba nella ceramica apula, Roma.

Prückner 1968 : Helmut Prückner, Die lokrischen Tonreliefs. Beitrag zur Kultgeschichte von Lokroi Epizephyrioi, Mainz am Rhein.

Pugliese Carratelli 1996 : Giovanni Pugliese Carratelli, Grecs en Occident, Milano.

Raepsaet 2002 : Georges Raepsaet, Attelages et techniques de transport dans le monde gréco-romain, Bruxelles.

Schwarz 1987 : Gerda Schwarz, Triptolemos. Ikonographie einer Agrar- und Mysteriengottheit, Graz.

Todisco 2012 : Luigi Todisco, La ceramica a figure rosse della Magna Grecia e della Sicilia (3 vol.), Roma.

Torelli 1976 : Mario Torelli, « I culti di Locri », Atti di Taranto 16, p. 147-184.

Notes

1 Cet article reprend d’une part, les recherches entamées durant l’année académique 2011-2012, dans le cadre de mon travail de fin de bachelier, d’autre part, celles qui ont suivi, à l’occasion de mon mémoire de master, défendu en janvier 2015, à l’université de Liège, sous la direction de Thomas Morard, qui avait pour titre La réception de l’iconographie éleusinienne dans la céramique italiote.

1 Heydemann 1873, p. 65. Un historique complet des fouilles de Ruvo se trouve chez Montanaro 2007, p. 31-73. « Un certo Fatelli » y est mentionné (p. 65) comme étant un marchand d’antiquités bien connu à l’époque.

2 Cette photographie est issue d’une série de clichés pris en mai 2000, dans les réserves du Musée d’Art Occidental et Oriental de Kiev, par Jean-Marc Moret et Thomas Morard à qui j’adresse mes plus chaleureux remerciements pour m’avoir donné accès à ce matériel.

3 Bielefeld 1951-1952, p. 29, 14 et fig. 10. Les dimensions du fragment original (28 x 18 cm) sont données par Heinrich Heydemann 1873, p.  65.

4 Diehl 1964, p. 173 et pl. 48, 2. Le renvoi à Bielefeld pour l’illustration se trouve en p. 251, pl. 48, 2.

5 Prückner 1968, p. 21-22. Les conclusions de Trendall se trouvent en p. 136, n. 137.

6 Pensa 1977, p. 43.

7 Pensa 1977, p. VIII.

8 RVAp II, p. 504, 81.

9 Ces informations m’ont été transmises par Gillian Shepherd, directrice du Trendall Research Centre for Ancient Mediterranean Studies, à qui j’adresse mes plus chaleureux remerciements. Elle m’a également confié que, pour autant qu’elle sache, Arthur D. Trendall ne s’est jamais rendu à Kiev.

10 En effet, il situe le temple sur la droite du fragment. Or cet édifice apparaît sur le bord gauche (cf. infra).

11 Crouwel 1992, p. 96 et pl. 34, 3.

12 Crouwel 1992, p. 112.

13 Cf. n. 6.

14 Cf. n. 9.

15 Ce registre supérieur est celui que le langage iconographique apulien réserve à la représentation des divinités spectatrices de la scène, celui que Morard 2009 désigne sous l’expression de « bandeau divin » surplombant le « bandeau humain ».

16 C’est la façon dont la main est appuyée sur ce vêtement qui laisse penser que le personnage est assis dessus.

17 RVAp Suppl. II, p. 180-181, 278-2 et pl. XLVII, 2 ; LIMC VI, p. 233, 17 ; Ællen 1994, p. 212, cat. 85 et pl. 101-104 ; Morard 2009, p. 184, cat. 49 et pl. 40 ; Todisco 2012, vol. I, p. 173-174 et vol. III, pl. 154, 2.

18 RVAp I, p. 424/54 ; Heydemann 1872, p. 629-631 ; Leonhard 1974, p. 140/T 14 ; Pensa 1977, p. 25 et pl. VII ; LIMC III, p. 828, 9 ; Moret 1993, cat. 6 ; Ællen 1994, p. 205, cat. 27 et pl. 32-33 ; De Caro 2001, cat. 31 ; Morard 2009, p. 150, n. 897 ; Todisco 2012, vol. I, p. 118-119 et vol. III, pl. 122, 1-2.

19 Cf. n. 18. On la retrouve également appuyée sur le bord d’un bassin sur un cratère à volutes apulien à figures rouges conservé à Genève (Musée d’Art et d’Histoire, HM 7797-8 : RVAp Suppl. II, 275, 23g ; Ællen, Cambitoglou, Chamay 1986, p. 215-224, ill. couleur p. 26 ; LIMC V, p. 750/100 ; Morard 2009, p. 187, cat. 58 et pl. 45).

20 RVAp II, p. 498, 48 ; Heydemann 1872, p. 94-97 ; LIMC II, p. 142, 1494 ; Morard 2009, p. 111 et pl. 99, 2.

21 Fontannaz 2008, p. 68 et pl. 13, 4.

22 Pour ce motif iconographique particulier, cf. n. 40.

23 RVAp II, p. 533, 282, pl. 194 ; Leonhard 1974, p. 140, T 11 ; Pensa 1977, p. 23-24, fig. 5 ; LIMC IV, p. 385, 132 ; Moret 1993, cat. 17, fig. 5 ; Ællen 1994, p. 208, cat. 50 et pl. 64-66 ; Morard 2009, p. 153, n. 939 ; Denoyelle, Iozzo 2009, fig. 220 ; Todisco 2012, p. 201-203 et vol. III, pl. 171, 1. Une suppliante, nommée Créüse, est debout, en compagnie d’un félin, sur le même autel cylindrique percé de trous, entouré d’une guirlande et encadré de deux serpents, sur une loutrophore apulienne à figures rouges autrefois conservée à Bâle (Galerie Palladion, 1988 : RVAp Suppl. II, 149-150, 59c et pl. 37, 1 ; Morard 2009, p. 181, cat. 39 et pl. 33). Dans le cas de ces deux derniers autels cylindriques, les petits points en rehaut de blanc semblent davantage matérialiser des orifices dont est percée la partie supérieure de l’autel.

24 À titre de comparanda pour ce qui est de la composition de la scène, je cite un cratère à volutes apulien à figures rouges conservé à Princeton (cf. n. 40), une loutrophore apulienne à figures rouges conservée à Princeton (cf. n. 26) et un cratère à volutes apulien à figures rouges conservé à Tarente (Museo Archeologico Nazionale, 127081 : RVAp I, 69, 29 ; Leonhard 1974, p. 140, T 7 ; Moret 1975, cat. 22, pl. 36-37 ; Morard 2009, p. 51 et pl. 87, 2 ; Todisco 2012, vol. I, p. 93-94 et vol. III, pl. 102, 2). Sur ces trois vases (dont deux sont attribués au Peintre de Darius), les personnages se répartissent sur deux rangées, de part et d’autre d’un édifice central. Ceux de la rangée supérieure ont les pieds au-dessus du niveau du stylobate. Pour ce qui est de la composition de l’image chez le Peintre de Darius, je renvoie à la thèse de Morard 2009. Compte tenu de ces comparanda et au vu des dimensions du fragment complet (cf. n. 4), on peut estimer que le vase auquel il appartenait – sûrement un cratère à volutes, peut-être une loutrophore – ne devait pas mesurer plus d’un mètre. Morard 2002, p. 84-85 synthétise en un tableau les dimensions des grands cratères apuliens. Dans les quelques notes manuscrites qui accompagnent la photographie noir et blanc qu’il avait prise sur place (cf. n. 10), Ian MacPhee observe que le fragment est issu d’un « large vase. Not glazed inside ».

25 Une telle hydrie garnie d’épis apparaît à côté d’une jeune femme couronnée du même végétal et tenant un rameau, qui est assise sur un autel sur une loutrophore apulienne à figures rouges conservée à Princeton (University Art Museum, 1989.29 : RVAp Suppl. II, p. 149, 56b et pl. 36, 2-3 ; Ællen 1994, p. 213, cat. 92 et pl. 114-115 ; Morard 2009, p. 180, cat. 36 et pl. 30). Le sort de cette jeune femme semble associé à cette hydrie garnie d’épis ; sa position assise sur l’autel indique qu’il sera favorable.

26 Ce terme grec, dont les équivalents latins sont à chercher du côté de carpentum ou pilentum, désigne un bige le plus souvent tiré par des mules et associé au transport des femmes dans des circonstances religieuses (Abaecherli 1935-1936, p. 1-19).

27 Munich, Antikensammlungen, 2383 (J 299) : ARV², p. 591, 23 ; Dugas 1960, p. 135, 48 ; Schwarz 1987, p. 41, V 71 et fig. 15 ; LIMC VIII, p. 58, 23.

28 Londres, British Museum, E 469 : ARV², p. 589, 1 ; Dugas 1960, p. 135, 49 ; Schwarz 1987, p. 42, V 73 et fig. 16.

29 ABV, p. 146, 22-23 ; Crouwel 1992, pl. 21 ; Mommsen 1997, p. 47-55 et pl. XIV-XIV a et pl. couleur 3 ; Raepsaet 2002, p. 178 et fig. 100-101.

30 C’est du moins comme cela que le reconstitue Mommsen 1997, pl. XIV (fig. 10 du présent article). Détail anecdotique : une inscription nomme une des deux mules Phalios (« noir tacheté de blanc »). Celle-ci porte en effet une tache blanche sur le front et sur le chanfrein.

31 Prückner 1968, p. 20, fig. 2 ; Torelli 1976, pl., I, 1 ; Arias 1976, pl. LXXIX, 2 ; Crouwel 1992, p. 96 et pl. 34, 2.

32 Paribeni 1973, pl. XXVIII, 2 ; Adamesteanu 1974, p. 36-37 ; Crouwel 1992, p. 96 et pl. 34, 1 ; Pugliese Carratelli 1996, p. 671, cat. 49 ; De Siena 2001, p. 49, fig. 48.

33 Bianco, Giardino 2010, p. 635, fig. 20 et pl. couleur III.

34 Heydemann 1873, p. 65. C’est de cette fête qu’il est question chez Théocrite, Idylle XV (éd. P. Monteil, Paris, 1968).

35 Bielefeld 1951-1952, p. 27. Malgré mes recherches, je ne suis pas parvenu à retrouver le relief en question.

36 Diehl 1964, p. 173 et 181-186. En p. 173, n. 19, elle associe les épis au contexte matrimonial.

37 Prückner 1968, p. 21-22.

38 Neutsch 1968, p. 38, fig. 27 ; Leonhard 1974, p. 114, T 58 ; Hinz 1998, p. 187-193 et fig. 52. Concernant l’usage d’hydries dans le cadre des pratiques rituelles du sanctuaire de Déméter et Koré à Policoro, je renvoie à Otto 2007, p. 42-43.

39 Les exemples dans la céramique apulienne sont très nombreux, je citerai seulement un cratère à volutes apulien à figures rouges conservé à Princeton sur lequel les deux déesses sont réunies côte à côte dans leur sanctuaire éleusinien (University Art Museum, 1983.13 : RVAp Suppl. I, 78, 41a, pl. XII, 1-2 ; Morard 2009, p. 179, cat. 35 et pl. 29 ; Todisco 2012, vol. I, p. 89-192 et vol. III, p. 164, 1). À ma connaissance, la seule étude d’envergure consacrée à la torche en croix est la thèse soutenue à Innsbruck, en 1974, par Magda Leonhard (Leonhard 1974). Depuis lors, de nombreux objets italiotes ornés de torches en croix sont apparus. De ce fait, ma thèse en cours – qui se penche sur les cultes démétriaques en Italie méridionale – reprend notamment l’étude de ce motif iconographique bien particulier.

40 Pensa 1977, p. 42-44.

41 Ce rituel et sa symbolique sont évoqués chez Athénée, XI, 496a-b (éd. S. Douglas Olson, London, 2009) ; Hippolyte, Réfutations de toutes les hérésies V, 7, 79-80 (éd. L. Dunker, Göttingen, 1859) ; Proclos, Commentaires sur le Timée III, 176, 26-177, 2 (éd. A.-J. Festugière, Paris, 1968).

42 Heydemann 1873, p. 65. Diehl 1964, p. 173, n. 21 n’est cependant pas certaine qu’ils appartiennent à la même face.

43 C’était justement le sujet de mon mémoire de master (cf. n. 1).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Fragment d’un vase apulien à figures rouges
Légende Kiev, Musée d’Art Occidental et Oriental, 147 a
Crédits Photo Th. Morard.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 2 : Dessin de Giovanni Jatta
Légende Dessin du troisième fragment décrit par Heydemann, tel qu’il apparaît, dans le mauvais sens, chez Bielefeld 1951-1952, fig. 10.
Crédits Giovanni Jatta
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 3 : Fragment Kiev 147 superposé au dessin de Giovanni Jatta (sens corrigé)
Crédits Montage de G. Cuvelier.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 4-5 : Loutrophore apulienne à figures rouges
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Malibu, John Paul Getty Museum, 86.AE.680
Crédits © John Paul Getty Museum.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 6 : Cratère à volutes apulien à figures rouges
Légende Naples, Museo Archeologico Nazionale, 80854 (SA 11)
Crédits D’après De Caro 2001, p. 58.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 7 : Relevé du décor de l’amphore apulienne à figures rouges
Légende Naples, Museo Archeologico Nazionale, 81942 (H 1769)
Crédits D’après Morard 2009, pl. 99, 2.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 8 : Fragment apulien à figures rouges
Crédits D’après Fontannaz 2008, pl. 13, 4.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 9 : Cratère à volutes apulien à figures rouges
Crédits Photo G. Cuvelier.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig.  10 : Fragment de plaque funéraire en terre cuite à figures noires
Crédits D’après Mommsen 1997, pl. couleur 3.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 11 : Reconstitution du décor de la plaque funéraire en terre cuite à figures noires
Légende Berlin, Staatliche Museen, 1814 & 1823
Crédits D’après Mommsen 1997, pl. XIV.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 12 : Reconstitution du relief de Locres Épizéphyrienne Prückner « Typ 3 »
Crédits D’après Prückner 1968, p. 20, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Fig. 13 : Relevé du décor de la frise en terre cuite du temple C de Métaponte (en bas) et fragments issus de la même matrice provenant de Policoro (en haut)
Crédits D’après Bianco, Giardino 2010, pl. couleur III.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 14 : Fragments d’une hydrie votive
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 15 : Relevé et reconstitution de l’hydrie votive présentée en fig. 14
Légende Policoro, Muzeo Nazionale della Siritide, 25912
Crédits D’après Neutsch 1968, p. 38, fig. 27.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/4727/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

FNRS, Université de Liège

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search