Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre VI. L’expérience historique du prolétariat chinois en 1919

Texte intégral

  • 1 Department of oversea trade (Board of Trade), Report for the year 1919 on the conditions and prosp (...)

1« La Chine n’était pas présente à la récente Conférence internationale du Travail pour cette simple raison qu’elle n’a aucun problème du travail » : cette affirmation d’un rédacteur du Board of Trade en 19191 peut sans doute être considérée comme bien hâtive. Si la classe ouvrière chinoise, à cette date, ne s’est pas encore manifestée de façon aussi spectaculaire que l’avait fait le prolétariat industriel d’Occident depuis le milieu du xixe siècle, elle a pourtant déjà derrière elle des traditions d’organisation, des mouvements revendicatifs, une participation à la vie politique nationale qui sont loin d’être négligeables. Elle dispose d’une expérience historique qu’il importe de préciser.

2Les plus anciennes de ces traditions sont celles que la classe ouvrière moderne a hérité des guildes corporatives ; bien qu’elles soient surtout restées vivaces chez les artisans qualifiés et les coolies de la plèbe urbaine, elles ont joué, même chez les travailleurs de la grande industrie, un rôle suffisamment important pour qu’il vaille la peine de les rappeler au moins sommairement.

  • 2 Il n’existe sur les guildes de l’ancienne Chine et sur leur évolution à l’époque moderne que des é (...)
  • 3 Cf. S. D. Gamble, op. cit., p. 436.
  • 4 Cf. Ma Chao-jun, op. cit ., pp. 66-67.
  • 5 Cf. par exemple les statuts de la guilde des coiffeurs (cités par S. D. Gamble, op. cit., pp. 188- (...)

3Ces guildes (gong-suo), vieilles souvent de plusieurs siècles, se caractérisaient, se caractérisent encore au début du xxe siècle par leur dirigisme économique élémentaire2 ; elles contrôlent étroitement les techniques de production, fixant par exemple la qualité de la laine et de la soie que les tisserands doivent employer ou interdisant aux coiffeurs de boire de l’alcool et d’introduire de l’ail ou des oignons dans leur alimentation3 ; elles veillent au besoin à conserver le secret de certains procédés. Elles réglementent aussi les conditions d’exercice de la profession ; quiconque veut ouvrir un atelier doit non seulement avoir accompli le temps réglementaire d’apprentissage, mais avoir obtenu l’accord de la guilde et acquitté des droits, parfois très élevés : 20 yuans vers 1920 pour les teinturiers de Hankou, 200 taëls pour les tailleurs de jade de Canton4. Les guildes fixent le prix des marchandises, au besoin quotidiennement quand il s’agit de denrées sujettes à des fluctuations à court terme comme le riz ; elles contrôlent non moins étroitement le marché du travail, non seulement en décidant le montant des salaires et la durée de la journée de travail, mais par l’institution de l’apprentissage. Nul ne peut travailler dans le métier sans avoir servi comme apprenti chez un maître pendant une période variant en général de trois à cinq ans, et toujours précisée par les statuts ; l’apprenti doit être présenté par un garant (bao-ren), qui a signé un certificat de garantie (bao-dan) ; la guilde, sur vue de ce dernier, établit une lettre d’agrément (zhi-gu-shu), remise au patron de l’atelier et qui rappelle les règlements corporatifs en matière d’apprentissage ; même quand l’accord de la guilde n’est pas formellement nécessaire pour l’embauche d’un apprenti, aucun maître n’en engagera un au-delà des besoins du métier. Pendant la période probatoire, les apprentis sont tenus à une absolue docilité envers leurs maîtres, et les règlements des guildes sont profondément imprégnés des traditions confucéennes de respect de l’ordre établi et d’obéissance à l’égard des supérieurs dans la hiérarchie familiale et sociale5. Ces jeunes gens sont logés et nourris, ne recevant en argent de poche qu’une somme très modique, et ils ne doivent pas quitter leur maître avant l’expiration de la période d’apprentissage ; celle-ci est marquée, sinon par l’exécution d’un « chef-d’œuvre » à la façon de l’ancienne France, du moins par une cérémonie d’initiation officielle.

4La guilde est en effet et par définition un organisme mixte, une communauté de petits producteurs dont tous les efforts tendent à stabiliser autant que possible le mouvement économique. Elle comprend à la fois les maîtres (da-shi-fu, gu-zhu), les compagnons (er-shi-fu, huojou), et à titre transitoire, les apprentis (tu-di, yi-tu). Compagnons et ouvriers sont bien des membres de plein droit de la guilde et ils bénéficient par exemple de ses œuvres de bienfaisance (aide en cas de maladie, subvention pour l’achat d’un cercueil et les frais d’un enterrement, éducation des enfants) ; mais il n’en reste pas moins qu’en son sein le pouvoir est exercé par les maîtres-artisans. Il est fréquent que la cotisation versée par ceux-ci soit supérieure à celle de leurs salariés, et même quand toute la communauté est censée élire (en général chaque année), ses organismes dirigeants, seuls les riches patrons entrent en fait dans ceux-ci. Au côté d’un syndic appelé « en charge pour l’année » (zhi-nian), ces organismes comportent plusieurs commissaires, dont le nombre est le plus souvent de douze ou un multiple de douze ; un roulement s’établit ainsi entre eux selon les douze mois de l’année lunaire, sans que chacun soit distrait trop longtemps de ses occupations professionnelles. Ce sont ces dirigeants des guildes qui réglementent les prix, les salaires, et les autres éléments de l’activité de celles-ci. Ce sont eux qui font respecter la discipline, envoient des inspecteurs dans les ateliers et boutiques, infligent des sanctions qui peuvent aller du simple châtiment corporel aux amendes et même à l’exclusion temporaire ou définitive, mesure extrême qui équivaut à une interdiction d’exercer le métier. S’il est rare en effet que les statuts comportent une clause d’adhésion obligatoire, la pression de la coutume est si forte que nul ne songerait à travailler sans faire partie de la guilde et bénéficier de son appui. Les commissaires jouent aussi le rôle d’arbitre en cas de conflit, soit entre deux maîtres, soit, le cas étant plus fréquent, entre les maîtres et les compagnons ; une clause des statuts, le plus souvent, prévoit formellement l’interdiction pour les membres de la guilde de s’adresser à la juridiction civile ordinaire avant d’avoir épuisé les recours d’arbitrage qu’elle leur offre en son sein. Ces commissaires gèrent aussi les finances corporatives, alimentées par les droits d’entrée, les cotisations (annuelles ou parfois mensuelles), les amendes, les taxes sur les ventes des ateliers, le revenu des biens fonciers de la guilde ou des capitaux qu’elle fait fructifier par prêt ; les principales dépenses correspondent aux activités de bienfaisance, aux frais de gestion, à la célébration annuelle de la fête de la guilde.

  • 6 Cf. S. D. Gamble, op. cit., pp. 195-196.
  • 7 En 1918, le budget annuel de la guilde des bottiers de Pékin se montait environ à 230 000 sapèques (...)

5Il n’est pas douteux, dans un tel système, que les intérêts des compagnons soient loin de coïncider exactement avec ceux des maîtres, et les conflits sur les salaires ne sont pas rares, allant même jusqu’à la grève comme à Pékin en 1885 dans les métiers de la chaussure et du jade6. Mais c’est néanmoins la solidarité des membres de la guilde entre eux, la cohésion interne de ces métiers qui semble être leur caractéristique la plus nette. Cette cohésion économique et coutumière se reflète sur le plan religieux par le culte du saint-patron, du « maître-ancêtre » (zu-shi) de la guilde, qui est réputé lui avoir enseigné autrefois sa technique. Ces patrons des guildes sont en général des divinités populaires du panthéon taoïste, des empereurs mythiques, ou des personnages historiques dont on idéalise l’image : Lu-ban, divinité des charpentiers, des maçons et de tous les métiers du bâtiment, qui aurait vécu au Shandong au ve siècle avant notre ère, et aurait été assez habile pour fabriquer un oiseau volant dans le Ciel ou une échelle de bois qui se dressait en l’air à son commandement ; Sun Bin, héros du temps des Royaumes Combattants, qui aurait inventé les chaussures pour dissimuler la perte de ses pieds coupés par l’ennemi, et serait resté le patron des cordonniers et bottiers ; Luo-zu, patron des coiffeurs, qui à l’époque des Ming aurait transformé l’aspect de la chevelure de son maître l’empereur pour dissimuler celui-ci à des envahisseurs mongols. Tantôt les guildes ont leur propre temple consacré au maître-ancêtre et entretenu à leurs frais7 ; tantôt elles se contentent de louer à certaines périodes de l’année un temple taoïste de la ville. Mais, dans tous les cas, elles célèbrent chaque année la fête de leur saint, chôment à cette occasion, donnent un banquet auquel participent tous les membres, tiennent leur assemblée générale, élisent leurs syndics et commissaires, arrêtent leurs comptes. Cette cérémonie se termine par une représentation théâtrale à caractère rituel.

  • 8 La guilde des coiffeurs de Pékin, par exemple, se réorganise entièrement en 1914 après la chute de (...)
  • 9 Cf. dans l’Annuaire, IIe partie, pp. 10 à 20, les règlements des maçons, des charpentiers, des ouv (...)

6Les statuts des guildes contribuent eux aussi dans une grande mesure à leur forte cohésion. Ils sont en général, à l’époque moderne, rédigés par écrit, et on les révise et les complète au fur et à mesure des divers besoins8 ; ils contiennent, avec toutes les précisions nécessaires, les dispositions relatives à l’apprentissage, aux conditions d’exercice de la profession, aux techniques, à la désignation des organismes dirigeants de la guilde, aux pouvoirs de ceux-ci. Ils sont l’expression directe de la solidité des liens économiques et coutumiers qui unissent entre eux tous les membres de la guilde9. Liens que renforce encore la pratique, très répandue, de fournir gratuitement le logement et la nourriture aux compagnons et aux apprentis dans l’atelier du maître.

  • 10 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).
  • 11 J. S. Burgess, The guilds of Peking, p. 119.
  • 12 Cf. Cmd. 2442, p. 26 (rapport du consul-général Jamieson).
  • 13 A Hongkong, en 1917, parmi les associations artisanales légalement enregistrées, on comptait sept (...)

7En revanche, le cloisonnement professionnel est très poussé d’une guilde à l’autre, et n’est que très faiblement atténué par le fait que des guildes économiquement et techniquement apparentées révèrent souvent le même zu-shi : Lu-ban pour les charpentiers, les menuisiers, les maçons, les ouvriers en bambou ; Cai-shen pour les différentes catégories de graveurs et de lithograveurs ; Sun Bin pour les sabotiers, fabricants de chaussons, bottiers, etc. ; Ge pour les teinturiers, les laqueurs, les fabriquants de bâtonnets d’encens. Un bon exemple de ce cloisonnement est fourni par le fait qu’en 1921 existaient à Changhai huit guildes distinctes de charpentiers, représentant les différentes étapes techniques du travail et aussi les diverses origines provinciales des compagnons10. A Pékin, encore en 1927, la guilde des fabriquants de chaussures pour cavaliers était séparée de celle des artisans en chaussures ordinaires, de celle des rembourreurs de chaussons, de celle des lacets de chaussures, de celle des fabriquants de semelle, de celle des cornes à chaussures11 ; la même spécialisation très poussée caractérisait les célèbres « Soixante-douze » guildes de Canton12, ou les associations artisanales de Hongkong13. Les conflits d’appartenance étaient fréquents entre guildes d’activité connexe, et cette tradition de spécialisation, que les ouvriers de l’industrie moderne hériteront du monde artisanal, sera un obstacle considérable, surtout dans la région de Canton, à la formation de syndicats unifiés sur la base de l’industrie et non plus seulement du métier.

  • 14 IS, 1924, III, p. 494.
  • 15 Dossier Henry, Pékin.
  • 16 Annuaire, I, p. 611.
  • 17 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1266 sq.
  • 18 Ibid.
  • 19 CEB, 26 juin 1924. Une grève déclenchée à cette date par la guilde des fabricants d’encens non-nat (...)
  • 20 S. D. Gamble, op. cit., p. 178.
  • 21 Annuaire, I, p. 609.

8Les distinctions d’origine régionale ou provinciale compliquaient encore la structure des guildes d’artisans. Dans un certain nombre de cas, on se trouvait devant un véritable monopole régional ou local d’un métier donné : tous les artisans fabricants d’encre, dans les diverses grandes villes, étaient traditionnellement originaires du xian de Wuyuan, dans l’Anhui14 ; en Chine du Nord, le colportage de l’eau dans les villes était réservé aux robustes paysans du Shandong15. Tantôt aussi, au sein d’une même profession, les artisans originaires d’une même région se groupaient en guildes distinctes. A Changhai, les charpentiers locaux adhéraient à une autre organisation que leurs confrères ningponais16 ; il existait également une guilde des charpentiers originaires de Suzhou et une guilde des charpentiers cantonais17 ; la compétition entre elles étaient toujours très vive, et en 1902 les charpentiers ningponais travaillant aux chantiers de construction navale Farnbam & Co refusèrent par exemple de soutenir une grève déclenchée par leurs camarades cantonais de la même entreprise, en vue d’obtenir une augmentation de salaires18. La même mésentente régnait à Changhai entre la guilde locale des fabriquants d’encens et celle qui groupait les artisans de ce métier originaires du reste de la Chine19. Rares étaient les cas où les guildes avaient, dans leurs statuts mêmes, pris des mesures pour conserver l’unité de la profession et réduire ces antagonismes provincialistes : telle par exemple la guilde de la fourrure de Pékin20, dont le conseil de quarante-huit membres devait comprendre des maîtres-artisans originaires du Zhili, du Shanxi et du Shandong, chaque groupe fournissant au moins un quart et au plus un tiers des conseillers ; les douze sous-comités chargés de la diriger chaque mois par rotation comprenaient eux-mêmes obligatoirement un représentant de chacune de ces trois provinces, le quatrième étant choisi parmi les autres adhérents. La plupart du temps au contraire, les gens originaires des autres provinces n’étaient pas admis, et n’avaient même pas toujours la ressource, comme dans le cas des teinturiers du Hunan, de payer une taxe de 16 yuans pour obtenir leur permis de travail au sein de la guilde21. Il est bon de souligner ce caractère fortement provincialiste, reflet lui même du profond morcellement régional de l’économie et de la société chinoise jusqu’au xxe siècle.

  • 22 Cf., sur ces amicales régionales, Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 2-3, ou Chen Da, Question du trav (...)

9La vigueur de ces tendances provincialistes est aussi attestée par l’existence des amicales régionales (« Bureaux de société » ou hui-guan, « associations de la même région » ou tong-xiang-hui), très nombreuses dans toutes les grandes villes, et qui groupaient sans distinction sociale ou professionnelle, sur une base purement provinciale, les riches notables, les commerçants, les artisans qualifiés et jusqu’aux coolies et portefaix22. Ces associations étaient de véritables puissances politiques et sociales, qui garantissaient le crédit de leurs membres dans les transactions de ville à ville, assuraient la garde des marchandises, offraient l’hospitalité aux voyageurs, intervenaient dans les affaires locales ; tel était le cas à Changhai de l’amicale des cantonais ou de l’amicale des ningponais. Mais ces organisations essentiellement bourgeoises avaient une réelle influence auprès des ouvriers et coolies, et ceux-ci s’y adressaient pour obtenir un secours d’urgence, pour solliciter le rapatriement du cercueil de l’un des leurs, pour obtenir l’appui de leurs puissants compatriotes auprès des autorités ou leur aide dans leur recherche d’un emploi. Ces amicales régionales ne manquaient pas non plus de jouer dans les grèves un rôle conciliateur, et continueront de le faire dans maint conflit industriel après 1919, surtout à Changhai.

  • 23 C’est ainsi que Liao Zhong-kai, originaire de Huizhou au Guangdong, et l’un des principaux dirigea (...)
  • 24 Certains auteurs confondent purement et simplement les hui-guan et les bang-hui, sans doute en rai (...)
  • 25 Les coolies de la zone d’influence japonaise du Nord-Est, par exemple, se groupaient en bang du Sh (...)

10Ces hui-guan et ces tong-xiang-hui avaient, comme les guildes de métier, une organisation solide, des statuts, des finances, des organismes dirigeants à caractère officiel, des locaux23, des archives. Il ne faut pas les confondre avec les amicales régionales de coolies, de portefaix, de demi-chômeurs, si nombreuses dans les grands centres industriels24. Ces « entraides » (bang, bang-kou), ces « sociétés d’entraide » (bang-hui) ne différaient pas seulement des amicales régionales de la bourgeoisie par leur recrutement exclusivement plébéien et prolétarien ; elles s’en distinguaient aussi par leur caractère beaucoup plus flou, par l’absence de statuts, d’appareil administratif stable en leur sein, et aussi par l’étroitesse de leur recrutement. Ces bang régionaux de travailleurs non-qualifiés ne groupaient en effet que quelques dizaines, au plus quelques centaines d’hommes qui associaient spontanément leur sort dans le but essentiel de trouver un emploi, et de briser l’isolement que leur imposaient les barrières dialectales ou linguistiques25. Le chef du bang, (tou-mu, « tête »), dont le zèle et parfois aussi l’intérêt avait réussi à regrouper ses compatriotes, négociait en leur nom avec l’employeur éventuel. On peut d’ailleurs se demander si ces groupements coutumiers ne constituaient pas une forme de transition pouvant conduire dans certains cas à l’embauche par bao-gong : le tou-mu risquait de se transformer aisément en intermédiaire de recrutement, en bao-tou, tirant ainsi profit de la détresse de ses camarades.

  • 26 Ch. Maybon et J. Fredet, Histoire de la concession française de Changhai, pp. 63-64.
  • 27 Sur cette grève de 1884, cf. ci-dessous, p. 198.
  • 28 Sur ces deux sociétés secrètes, cf. Ma Chao-jun, Histoire, pp. 74-77.
  • 29 Comme la grève des mineurs du Jiangxi en 1915, ou celle des charpentiers de Changhai en 1918. Sur (...)
  • 30 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 3-4.
  • 31 Les ouvriers des cotonnières de Yangshupu, par exemple, étaient fréquemment exposés à leurs sollic (...)

11Les sociétés secrètes traditionnelles n’étaient pas non plus sans influence, jusqu’à l’époque de la première guerre mondiale, dans le monde des artisans qualifiés et plus encore dans la plèbe urbaine. Du moins dispose-t-on d’indices suffisamment nombreux pour l’avancer, même en l’absence d’une enquête systématique sur les sociétés secrètes chinoises à l’époque moderne. La société du Petit Couteau (Xiao-dao-hui), filiale de la Triade, qui s’était emparée temporairement de la cité murée de Changhai en 1853, avait alors parmi ses adhérents beaucoup de marins, de bateliers, de portefaix26. La Triade elle-même avait été assez influente, en septembre 1884, pour organiser à Hongkong une grève affectant les principaux métiers de l’île et en particulier le port, en réponse à l’attaque de l’amiral Courbet contre Taiwan et Fuzhou27. Plus directement liées encore au monde du travail étaient les deux grandes organisations clandestines connues sous le nom de Bande Verte (Qing-bang) et de Bande rouge (Hong-bang)28. La Bande verte, formée au début du xviiie siècle parmi les marins, les débardeurs, les coolies du Canal Impérial assurant le transport vers la capitale du riz fourni par les provinces, était à l’origine une vaste organisation professionnelle réglementant l’embauche et coordonnant les transports ; le nombre de ses adhérents, ou au moins des travailleurs soumis à ses directives, passait pour atteindre 200 000. La Bande rouge était au contraire une organisation proprement politique, formée dès le xviie siècle dans le but de chasser les envahisseurs mandchous au profit de la dynastie légitime des Ming. Mais, au début du xxe siècle, si ces deux organisations conservent leur structure fortement hiérarchisée, leurs rites d’initiation, leur discipline, elles semblent s’être fort éloignées de leurs buts initiaux. Le trafic du Grand Canal était en pleine décadence depuis l’ouverture en 1903 de la route maritime du riz, des bouches du Yangzi à Tianjin, et la restauration des Ming semblait de plus en plus irréalisable ; Bande verte et Bande rouge pouvaient encore conserver quelque influence en milieu ouvrier, comme l’attestent les grèves qu’elles soutiennent ou animent29, et comme l’ont noté les fondateurs du syndicalisme moderne30 ; mais de plus en plus, vers 1919, ces deux associations tendaient à n’être plus que des coalitions privées d’intérêts, servant les ambitions personnelles de leurs dirigeants et s’adonnant à toutes les pratiques illégales et lucratives dont une grande métropole comme Changhai leur fournissait l’occasion : trafic d’armes et de drogue, prostitution, exactions diverses31.

  • 32 Cf. J. S. Burgess, The guilds of Peking, chap. xiii, « Contemporary trends in guild life. »
  • 33 Annuaire, I, pp. 608-611. Les teinturiers forment vers 1919 une association de compagnons (Tong-yi (...)
  • 34 Annuaire, I, p. 612. En 1917, se constituent dans ces trois professions des associations ouvrières (...)
  • 35 Une liste de guildes chinoises exemptées des formalités d’enregistrement, publiée en 1917 par le g (...)
  • 36 Burgess, op. cit., chap. xiii.
  • 37 Burgess (op. cit., p. 119) en a encore relevé 40 en activité à Pékin lors de son enquête de 1927, (...)
  • 38 Une liste publiée en 1922 par le Bureau d’information économique de Pékin (CEB, 11 mars 1922) y me (...)

12En 1919, toutes ces formes traditionnelles d’organisations ouvrières ou à participation ouvrière, guildes, amicales régionales, bang, sociétés secrètes, sont déjà sur leur déclin, en particulier les guildes. Les compagnons et les apprentis prennent de plus en plus l’habitude de se réunir d’un côté, et les patrons de l’autre. C’est le cas par exemple de la guilde des cosmétiques de Pékin, ou de la guilde de l’encens à Hangzhou32, ainsi que celles des teinturiers et tisserands du Hunan33, des tuiliers, charpentiers, tailleurs de pierre de Fuzhou34. A Hongkong, cette dissociation des guildes mixtes est plus avancée encore35. Par ailleurs, les progrès de l’économie de marché et de la libre initiative capitaliste tendent à relâcher la solidarité entre maîtres-artisans ; les guildes n’arrivent plus à faire respecter les prix corporatifs, comme c’est le cas dans les ateliers de tapis de Pékin, concurrencés par les ateliers américains récemment établis en Chine du Nord ; les patrons tendent à traiter directement avec les acheteurs étrangers, par dessus la tête de la guilde36. Mais les corporations, vers 1919, sont encore fort actives dans maints centre. » urbains, dans les vieilles hu-tong (ruelles) de Pékin37 comme dans les quartiers modernes des concessions de Changhai38. Bien que la majorité des travailleurs de l’industrie et des transports modernes soient issus de la paysannerie et non de l’artisanat qualifié, les traditions qu’elles représentent sont trop proches et trop vivantes pour ne pas avoir marqué profondément le mouvement ouvrier chinois à ses débuts : cloisonnement professionnel, cohabitation des patrons et des salariés dans une même organisation, particularisme provincial ou local.

***

  • 39 C’était du moins le cas dans les grands centres urbains, où des guildes des principaux métiers exi (...)
  • 40 CEJ, février 1927 (Labor conditions in Chekiang).
  • 41 Les charpentiers des docks britanniques adhéraient, on l’a déjà signalé, aux différentes guildes p (...)
  • 42 Cf. Matériaux sur le 4 mai, p. 466 sq. (c’est cette guilde artisanale qui déclenchera en juin 1919 (...)
  • 43 En 1878, un long procès opposa la guilde des charpentiers cantonais de Changhai à trois compagnons (...)

13Quelle était, avant 1919, l’influence des guildes parmi les ouvriers des transports modernes par terre et par eau, des mines, des grandes usines ? Il semble que bien souvent les travailleurs qualifiés, en particulier les mécaniciens, les charpentiers, les tisserands qu’emploient les nouvelles entreprises mécanisées se soient contentés d’abord d’adhérer individuellement aux corporations artisanales, au sein desquelles ils avaient reçu leur formation technique, et où ils avaient souvent travaillé avant d’être embauchés dans la grande industrie39. A Hangzhou, les tisserands et les imprimeurs des entreprises modernes continuent à faire partie des mêmes guildes que les artisans40. A Changhai, il en est de même pour les charpentiers des chantiers chinois ou britanniques de construction navale41 ; les mécaniciens des tramways, des chemins de fer, de la centrale des eaux et d’autres usines, eux aussi, adhéraient encore vers 1919-1920 à la traditionnelle « Guilde des métaux », dont faisaient en même temps partie les petits patrons et compagnons des ateliers artisanaux42. On doit se contenter, faute de documentation suffisamment complète, de soupçonner les multiples difficultés que souleva l’appartenance de salariés de la grande industrie capitaliste à ces organismes de défense de la petite production marchande. Il semble bien que pendant un certain temps les guildes essayèrent de sauvegarder leurs prérogatives économiques, et en particulier l’exercice d’un contrôle sur l’embauche par les usines d’artisans qualifiés, qui restaient tenus de cotiser chez elles43. Mais il ne devait plus s’agir, en particulier à Changhai, que d’une adhésion de caractère coutumier, assurant aux intéressés le bénéfice des oeuvres d’entr’aide de la guilde.

  • 44 Sur les origines du Syndicat des Mécaniciens du Guangdong, cf. Lowe Chuanhua, Facing labor issues. (...)

14Si en 1919 les guildes traditionnelles exercent encore une influence directe sur la classe ouvrière, celle-ci participe à la vie d’organisations « modernes », qui s’efforcent de soutenir les aspirations nationales à la « promotion industrielle ». Le mouvement pour le développement en Chine d’une industrie moderne, sensible dès la tentative de Kang You-wei, s’amplifie dans les deux premières décades du xxe siècle au point que ses promoteurs pensent possible d’y associer à la fois patrons et ouvriers. De ce point de vue, la floraison à partir des dernières années de l’Empire d’associations soutenant un programme d’expansion industrielle peut apparaître comme la prolongation, dans un autre contexte, de la tradition corporative groupant maîtres et compagnons pour la défense de la stabilité économique de l’artisanat. Le fait que, bien souvent, le capitalisme national chinois ne puisse créer que de petites et moyennes entreprises, favorise aussi l’essor dans l’industrie moderne de ces associations mi-patronales mi-ouvrières, dont un des plus anciens exemples est l’« Association pour l’étude de la mécanique », fondée à Canton en 1909, et futur noyau du Syndicat des Mécaniciens du Guangdong44. Cette association groupait des petits patrons et des ouvriers qualifiés de Canton, du reste de la province, et des colonies chinoises des « Mers du Sud », en particulier de Singapour. Son activité essentielle était d’assurer la formation professionnelle de ses membres, par des cours du soir, des stages de perfectionnement, des conférences, et de fournir ainsi une main-d’œuvre qualifiée aux entreprises chinoises de mécanique et de métallurgie dans toute la région. En 1912, son siège définitif fut fixé au Sud de Canton, dans l’île de Henan où se trouvaient bon nombre de petits ateliers mécaniques chinois, et en 1918 elle fusionnait avec une organisation corporative des mécaniciens de Hongkong, prenant le titre de « Association générale des mécaniciens chinois », mais conservant son caractère mixte, mi-patronal, mi-ouvrier.

  • 45 Cf. l’étude de LSYJ, 1959, n° 2 (Xin-hai ge-ming-qian-hou-de Zhong-guo gong-ren yun-dong. Le mouve (...)

15En 1912, la victoire provisoire de la révolution ouvrit à la bourgeoisie moderne chinoise de nouvelles perspectives de progrès économiques, aussi bien que de réformes politiques. Il parut utile d’associer les ouvriers à ces espoirs de développement industriel, et l’on assista dans les premiers mois qui suivirent l’instauration de la République à une floraison éphémère d’organisations industrielles mixtes, dues à l’initiative patronale le plus souvent, mais dont la nomenclature montre qu’on souhaitait y faire large place aux salariés45. La presse de Changhai signale par exemple une Association amicale des ouvrières de la soie, formée en avril 1912 par le marchand de soie Wu Ju-ting et plusieurs ouvrières, et une Alliance ouvrière de la construction navale, fondée en mai 1912 à l’arsenal du Jiangnan par l’intellectuel Yu Hui-min, et dont le manifeste appelait à la collaboration entre patronat et prolétariat. Ces organisations disparurent vite, emportées par la réaction autoritaire de 1915-1914.

  • 46 Elle est fondée en février 1919 (XWB, 1er mars 1920) et Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 9) l’accuse (...)
  • 47 Un de ses fondateurs est l’ouvrier électricien (chrétien) Li Heng-lin, qui sera au nom de cette as (...)
  • 48 Elle soutiendra elle-aussi les grèves de juin 1919 (Matériaux sur le 4 mai, p. 568) et figurera en (...)

16Mais l’éclipse temporaire des Occidentaux en Chine pendant la première guerre mondiale permet au capitalisme chinois de compenser dans le domaine de l’industrie légère ses défaites politiques des années précédentes, et le succès de ce mouvement d’expansion industrielle suscite à nouveau, comme à Canton et à Changhai en 1912, des tentatives d’y associer les salariés. En 1918-1919, apparaissent à Changhai à la veille du Mouvement du 4 mai des associations « semi-ouvrières » au nom significatif : la Société industrielle de Chine, fondée à Changhai en février 191946, la Fédération industrielle nationale chinoise47, la Société pour l’étude de l’industrie et du commerce48.

  • 49 XWB, 19 janvier 1920.
  • 50 Entretien avec l’ouvrier Ren Qi-xiang. Lowe Chuan-hua (Facing labor issues..., p. 63) donne égalem (...)
  • 51 NCH, 15 mars 1919. A Hangzhou, existait aussi vers cette époque une association mixte de rickshaws (...)

17Les années qui précèdent 1919 voient aussi l’apparition, et cela confirme combien la tradition corporative des guildes est restée vivante dans les entreprises modernes, d’organisations mixtes, mi-patronales, mi-ouvrières, limitées à une usine ou à une profession données. Ainsi, en janvier 1918, se crée à Changhai la « Fédération amicale de la pharmacie », qui réunit employés et boutiquiers, et qui sera en 1920 une des sept organisations patronnant la première célébration du 1er mai dans la ville49. L’année précédente s’était constituée aux Presses commerciales une « Association amicale de la vertu commune », ouverte aux cadres dirigeants comme aux ouvriers, et mettant à la disposition de ses membres des salles de lecture et de distraction et, ce qui souligne bien son caractère, des cours professionnels50. De même, en 1919, on signale à Changhai un syndicat mixte des rickshaws, ouvert à la fois aux coolies, aux loueurs-intermédiaires et aux propriétaires, et sans doute animé par ceux-ci51.

  • 52 Ma Chao-jun, Histoire, p. 81.
  • 53 LJTJ, 1959, n° 2, op. cit.
  • 54 CEB, 5 décembre 1925. Cette association porte le nom de gong-bui, qu’on peut déjà semble-t-il trad (...)
  • 55 Ma Chao-jun, ibid., p. 84.

18Mais, dans les années précédant immédiatement le 4 mai 1919, la tendance à l’organisation séparée sur une base de classe s’aperçoit déjà nettement dans le prolétariat industriel moderne, de même qu’elle s’esquisse à la même époque chez les compagnons des anciennes guildes. Ce sont surtout chez les travailleurs qualifiés qu’apparaissent ces associations proprement ouvrières. Dès 1906, on signale à Canton un Club des employés des Postes52 et en 1913 se constitue chez les métallurgistes de Hanyang une Fédération de la fonderie53. En 1918 se forme à Changsha, et dans ce cas on saisit nettement l’unité profonde du mouvement des ouvriers d’industrie et des compagnons-artisans, une fédération ouvrière de l’imprimerie à caractère industriel, sans distinction de métier ni d’entreprises ; c’est le Syndicat des imprimeurs du Hunan, une des premières sinon la première association ouvrière à avoir porté en Chine le nom de gong-hui (syndicat)54. Il est formé à la suite d’une grève de salaires, les lithograveurs fusionnant alors avec une association d’ouvriers-imprimeurs existant depuis 1913. En juin 1912, à Wuhan, c’est aussi à l’ocasion d’une grève que s’est constituée la « Société du bien commun des tireurs de rickshaws des concessions de Hankou », et plus précisément à l’occasion d’un conflit avec les firmes britanniques (bang) propriétaires des voitures55.

  • 56 Cf. MLR, août 1921 (Labor unrest in China). Le club dissident des Cantonais de Tangshan s’orienta (...)
  • 57 LSYJ, 1959, n° 2, op. cit.
  • 58 SB, 11 avril 1912.
  • 59 Lin Sung-ho, op. cit., p. 42.
  • 60 Cf. Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 51 sq. (l’auteur a consulté vers 1930 des documents (...)
  • 61 LSYJ, 1959, n 2, op. cit.
  • 62 Cf. Lei Jia, Hai-yuan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting), p. 18.

19Les cas où l’on peut saisir un rapport direct entre des mouvements revendicatifs et les premières associations authentiquement ouvrières ne semblent pourtant être que l’exception. Ces associations, pour autant qu’on puisse préciser leurs contours, avaient la plupart du temps un caractère amical, et se consacraient surtout aux loisirs, aux secours mutuels, à l’éducation. A Tangshan, dès le début du xxe siècle, se forme un club ouvert aux mineurs de la K. M. A., aux cheminots et ouvriers du dépôt local du Jing-feng, aux ouvriers de la cimenterie ; on y lit, on y fait de la musique, on y écoute des conférences ; mais en 1905, à la suite d’une mésentente entre les ouvriers d’origine locale et les Cantonais amenés de Hongkong par les autorités britanniques de la mine et du chemin de fer, ces derniers font sécession et organisent leur propre club56. Chez les cheminots du Centre, se constituent aussi au lendemain de la Révolution républicaine plusieurs groupements à caractère mutualiste : l’Association de secours mutuels des camarades cheminots, formée en mars 1912 sur la section occidentale du Long-hai à l’initiative d’un ingénieur57, ou la Société des camarades employés et ouvriers, fondée à Nankin à la même époque par les cheminots de la section Sud (britannique) du Jin-pu ; les statuts de cette dernière, parus en avril 1912 dans un journal de Changhai58 insistent sur les devoirs d’assistance mutuelle et de bonne entente, invitent les membres à faire preuve de zèle et de sens de l’égalité, et prévoient que le président et les vice-présidents représenteront ceux-ci auprès de la direction du chemin de fer. Un club de secours mutuels est aussi signalé chez les ouvriers de la raffinerie de sel Jiu-da à Tanggu dès sa fondation en 191659. Mais c’est chez les marins que, avant 1919, apparaît le plus nettement le rôle des associations mutualistes comme précurseurs du syndicalisme d’industrie. La Société de secours mutuels des marins, formée en 1914 parmi le personnel chinois des lignes transocéaniques, en même temps qu’elle avait des fins politiques sur lesquelles on reviendra, était une association de bienfaisance qui quelques années plus tard établit à Hongkong son siège permanent, légalement enregistré, sous le nom de « Société de bienfaisance des marins »60 ; le syndicat des marins de Hongkong, initiateur de la grande grève de 1922, en sera l’héritier direct. A Changhai, où était apparue vers 1912 une ébauche d’organisation professionnelle des marins61, existaient à la veille du Mouvement du 4 mai deux sociétés de secours mutuels62 : la Société Yan-ying, créée en 1914 parmi les chauffeurs et mécaniciens de bateaux, et la Guilde marine Jun-an, qui depuis 1918 groupait les marins d’origine ningponaise ; l’une n’avait donc qu’un caractère corporatif étroit, et l’autre une coloration régionaliste très marquée ; mais toutes deux seront le point de départ du syndicalisme industriel des marins dans le port de Changhai.

20Il serait intéressant, si l’on disposait pour les débuts du mouvement ouvrier de documents comparables à ceux qui concernent la période 1919-1927, de pouvoir préciser dans quelles branches d’industrie les associations ouvrières plus ou moins mutualistes se sont d’abord développées, et dans quels autres secteurs a prédominé la tendance à l’organisation de « promotion industrielle ». L’exemple des chemins de fer, de l’aciérie de Hanyang, de la K. M. A., des marins, permet de supposer que le mutualisme s’est sans doute plus facilement installé dans les entreprises d’État et les entreprises étrangères, tandis que les entreprises du capitalisme national offraient un terrain tout préparé pour les associations mixtes semi-ouvrières et semi-patronales.

21D’une façon générale, ces premières associations ouvrières ou à participation ouvrière sont encore fortement marquées de l’empreinte du passé. Des guildes d’artisans, elles conservent bien souvent encore non seulement la tradition d’organisation mixte, mais aussi, même quand il y a séparation d’avec le patronat, les tendances corporatistes ou régionalistes, comme le montrent les exemples des marins de Changhai ou des ouvriers de Tangshan. Elles sont non moins fortement marquées par un moralisme d’inspiration et de formulation confucéennes qu’il est bon de souligner, et qui restera vivace dans le mouvement ouvrier chinois. On a pu noter la fréquence, dans le nom même de ces associations, de termes comme » égalité et paix » (jun-an), « bien commun » (tong-yi), « vertu commune » (tong-ren). En aucun cas, à l’exception peut-être des imprimeurs du Hunan et des rickshaws de Hankou, il ne s’agit encore de véritables syndicats organisés sur une base de classe et se proposant de clairs objectifs revendicatifs.

  • 63 Ma Chao-jun, op. cit., p. 84.
  • 64 Entretien avec l’ouvrier Wang Rui-an.

22Encore ces organisations ouvrières, à la veille de 1919, ne groupaient-elles sans doute et n’influençaient-elles qu’un nombre très restreint d’ouvriers. Il est en particulier permis de penser, même à défaut d’études précises sur leur composition sociale, que la grande masse des paysans fraîchement arrivés à l’usine ou à la mine ne connaissaient même pas leur existence. Une réunion « de masse » comme celle qui à Changhai, le 7 juillet 1912, réunit plus de 800 ouvriers des constructions navales à l’appel de l’Alliance ouvrière de la construction navale63 est un épisode sans lendemain. Il est très probable que la grande majorité des ouvriers d’usine, des dockers, des cheminots, des mineurs, dont l’activité professionnelle échappait par nature à la compétence des guildes traditionnelles, surtout quand il s’agissait d’ouvriers non-qualifiés ou à basse qualification, ne connaissaient comme forme d’organisation que les bang-kou, ces groupements élémentaires à base régionaliste qui, on l’a noté, réunissarent les manœuvres des villes bien avant la naissance de la grande industrie. Dans les cotonnières japonaises de Changhai, vers 1919, existaient par exemple des bang des gens du Hubei, de l’Anhui, du Kompo, de Changzhou, de Nankin64. Les tisserands de soie des usines de Changhai se répartissaient de même entre quatre bang-kou, ceux de Dongyang et de Shengxian (deux districts du Zhejiang aux traditions artisanales), et ceux de Hangzhou et de

  • 65 Zhu Bang-xing et autres, Shanghai chan-ye yu shan-hai zhi-gong (Les industries de Changhai et les (...)
  • 66 Entretien avec le cheminot Lin Mao-xiang.
  • 67 Liu Shao-qi, Anyuan lu-kuang gong-ren ju-le-bu lue-shi (Histoire abrégée du club ouvrier de la min (...)
  • 68 Entretien avec les ouvrières Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying.

23Suzhou, centres anciens du tissage de la soie65 ; c’était de ces localités surtout qu’étaient venus les ouvriers, quand s’était créée l’industrie moderne de la soie à Changhai. Les cheminots du Jing-han66, les mineurs de Anyuan67 se groupaient eux aussi en bang régionaux. A la B. A. T., à Changhai, les ouvriers et surtout ouvrières se réunissaient en unités plus élémentaires encore, les groupes de « dix frères et sœurs » (shi-di-mei), cellules spontanées au sein desquelles ces paysans brusquement transplantés dans le monde de l’industrie tentaient de mieux se défendre contre l’ambiance inhumaine des grands ateliers68.

  • 69 CEB, 20 février 1920.
  • 70 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 4.
  • 71 Premier recueil des martyrs, p. 8.
  • 72 Ibid., p. 31. Cf. aussi l’entretien avec le cheminot Li Chen-gang.
  • 73 Li Shi-yue, op. cit., p. 10.

24C’était aussi parmi ces ouvriers à basse qualification, récemment émigrés de la campagne et sans lien technique ou coutumier avec les guildes artisanales, que les sociétés secrètes conservaient le plus d’influence : la Bande verte et la Bande rouge à Changhai, ou la Société du Lao-jun chez les mineurs d’étain du Sichuan69, chez les ouvriers de l’arsenal de Hanyang70, chez les cheminots du Long-hai71. L’association essentiellement paysanne des Épées rouges (Hong-xiang-hui) du Henan pénétrait également chez les ouvriers de cette dernière voie ferrée72, de même que la Société des Aînés et des Anciens (Ge-lao-bui) parmi les bang de coolies du Moyen-Yangzi73.

***

25Ces difficultés d’organisation, dues à la jeunesse du prolétariat chinois et à son inexpérience, étaient encore aggravées par la sévérité des dispositions gouvernementales à l’égard des activités ouvrières. Cette sévérité était d’ailleurs aussi bien le fait des différentes autorités chinoises, impériales ou républicaines, que des autorités occidentales de droit ou de fait établies sur le sol chinois.

  • 74 Sur la répression politique à la fin des Qing, cf. par exemple Li Chien-nung, Political history, p (...)

26Jusqu’à la Révolution de 1911, seules étaient reconnues par les fonctionnaires impériaux les groupements coutumiers tels que les gong-suo corporatifs ou les hui-guan à base régionaliste. D’autres associations pouvaient être tolérées, tel le club ouvrier de Tangshan dont il ne semble pas qu’il ait fait l’objet de mesures répressives ; mais cela seulement à titre précaire, et au risque d’être rejetées à chaque instant dans la catégorie des sociétés secrètes et des conspirations politiques74.

  • 75 CYB, 1916, p. 312.
  • 76 « Quand des ouvriers d’une même entreprise se coalisent dans une grève, le meneur sera puni d’empr (...)
  • 77 Cf. des extraits de cette loi dans Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 83, et un résumé dan (...)
  • 78 Cf. LSYJ, 1959, n° 2, op. cit. — L’Association amicale des ouvrières de la soie fut par exemple di (...)
  • 79 Cf. ci-dessous, p. 194.
  • 80 Résumé de ce texte dans Min-Guo Fa-ling ta-quan, p. 1197. Extraits cités par J. Lamb, Origin and d (...)

27La Révolution républicaine accorda, très temporairement, une liberté d’action beaucoup plus grande aux formations ouvrières, comme d’ailleurs aux groupements et partis politiques. La Constitution provisoire de mars 1912, dans son article 6, assurait la liberté d’association75, et on a déjà noté comment ces dispositions libérales profitèrent, en Chine centrale en particulier, à toute une série de groupements ouvriers ou semi-ouvriers. Mais ce n’est là qu’une accalmie acceptée de mauvaise grâce par Yuan Shi-kai et les forces conservatrices. Dès l’assassinat de Song Jiao-ren et l’échec de la « seconde révolution », la répression commence. Déjà en avril 1912, le Code pénal provisoire, dans son article 224, avait frappé de sanctions sévères les animateurs d’une grève : amende de 300 yuans et détention au quatrième degré76. En 1914, la « loi de police sur l’ordre public », dans sa section I, donne plein pouvoir aux autorités locales pour contrôler les activités ouvrières et, dans sa section XXII, interdit purement et simplement celles-ci quand elles peuvent mener à une grève, à des arrêts de travail concertés, à des demandes de hausse de salaire77. Dès 1913, les organisations ouvrières existant alors, qu’elles fussent professionnelles ou politiques, avaient été dissoutes par les autorités78 et les exemples ne manquèrent pas, surtout sous la dictature de Yuan, de grèves réprimées brutalement par l’exécution de leurs dirigeants79. Le règlement minier promulgué par Yuan en mars 191480 s’inscrit aussi dans cet ensemble de mesures répressives ; il instituait un « livret de travail » établi par la direction de la mine pour tout ouvrier quittant son service, et sur lequel seraient portés la durée de son séjour, ses qualités et défauts, les motifs de son départ. Après la mort de Yuan Shi-kai, ces différentes lois et dispositions légales restèrent en vigueur dans l’ensemble de la Chine, sauf la dernière qui n’a sans doute jamais été appliquée. Il semble que seules continuèrent à être tolérées par les autorités les organisations coutumières telles que les guildes et les groupements qui en étaient directement issus, et les groupements mutualistes ou d’expansion industrielle dont le programme était très modéré.

  • 81 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 10.

28La restauration en Chine du Sud de la Constitution de 1912, à partir de 1917 et au moins nominalement et par éclipses, comportait en principe le rétablissement de la liberté d’association. Cela semble avoir favorisé le développement à Canton des organisations ouvrières81. Mais en raison du faible développement de l’industrie moderne dans les zones soumises à l’autorité du gouvernement sudiste, ce climat relativement libéral profita plus aux guildes d’artisans et aux groupements de métier qui en étaient issus qu’au syndicalisme ouvrier proprement dit.

  • 82 « En vue d’empêcher des agitateurs de se frayer un chemin dans la province, les travailleurs chino (...)
  • 83 Mc Murray, op. cit., pp. 25 et 133.
  • 84 Cf. ci-dessous, chap. viii.

29Dans les portions du territoire chinois soumises aux Puissances occidentales et au Japon, la situation faite aux organisations ouvrières et à leurs activités n’était guère meilleure que dans le reste de la Chine. Dès l’époque du break-up, les accords ferroviaires ou miniers passés entre le gouvernement chinois et les compagnies étrangères bénéficiant de privilèges territoriaux avaient comporté des clauses sur la répression éventuelle de l’agitation ouvrière. Les accords franco-chinois de 1902 et 1903 sur le Yunnan prévoyaient par exemple un strict contrôle de la main d’œuvre chinoise embauchée et le droit pour le « Syndicat du Yunnan » de recruter sa propre police minière82. Des dispositions analogues figuraient dans l’accord de 1898 entre la Chine et le Peking Syndicate, ou dans celui de 1900 entre la Chine et la Schantung Bergbaugesellschaft83. La présence dans les ports ouverts de contingents étrangers d’infanterie et d’infanterie de marine, ainsi que dans la zone Tianjin-Pékin, permettait aux compagnies étrangères, invoquant au besoin l’article 224 du Code de 1912, d’intervenir efficacement dans les conflits du travail en particulier dans les grands centres miniers ; les marines britanniques participeront par exemple à la répression des grèves de la K. M. A. en 1921 et 192284.

  • 85 Cf. Feetham Report, I, pp. 222-223.
  • 86 « Aucune coalition ou union, qu’elle soit une union de rue, une association d’étudiants ou un synd (...)
  • 87 NCH, 20 avril 1917.
  • 88 On payait 5 yuans par jour pour un policier blanc monté, 16 yuans pour un policier blanc à pied, 8 (...)

30Sur le territoire des « concessions », la loi chinoise restait en principe en vigueur. Les Land regulations de la concession internationale de Changhai, par exemple, se référaient explicitement aux lois de 1912 et 1914 pour interdire toute réunion et toute publication susceptible de troubler l’ordre public85. L’activité éventuelle des syndicats, comme le rappellera en 1920 l’officielle Municipal Gazette, était strictement surveillée86, de même que toute manifestation ouvrière ; la police de la Concession n’hésitait par à intervenir aussi rapidement et aussi rudement que celle des « seigneurs de la guerre » à l’intérieur de la Chine, comme en avril 1917 lorsqu’elle tire à coups de revolver sur un rassemblement de tireurs de rickshaws protestant contre un règlement de la circulation : un des manifestants fut tué et les autres furent dispersés par une charge de la cavalerie sikh87. Tout particulier qui le désirait pouvait d’ailleurs louer à ses frais les services des policiers de la concession, à des tarifs qui respectaient duement les hiérarchies raciales88.

  • 89 Feetham Report, I, p. 173. Sur la Cour mixte en général, cf. A. Kotenev, Shanghai, its Mixed Court (...)
  • 90 C’est par exemple au nom des lois de 1912 et 1914 qu’en février 1925 plusieurs journaux de tendanc (...)

31La Cour mixte de la concession internationale de Changhai était la juridiction à laquelle incombaient normalement la surveillance et la répression des activités ouvrières. La pratique selon laquelle, dès qu’une affaire intéressant un national d’une des « puissances à traité », l’assesseur non-chinois du tribunal était automatiquement choisi parmi les magistrats de la même nationalité89, aboutissait à ce que, dans une affaire de grève ou « d’intimidation », comme il s’en jugeait tant, la firme étrangère plaignante trouvât en face d’elle un compatriote dont le soutien lui était en fait acquis. La Cour mixte, pendant toute la période de 1919 à 1927, continuera à jouer un rôle considérable dans la répression du mouvement ouvrier sur le territoire de la concession et dans l’ensemble de l’agglomération changhaienne, au nom des lois répressives de Yuan Shi-kai qu’elle considère toujours comme en vigueur90.

  • 91 Le Parti communiste sera par exemple fondé dans la concession française de Changhai en juillet 192 (...)
  • 92 Ce sera le cas en 1922 de Li Qi-han, animateur du Secrétariat du Travail, et qui restera en prison (...)

32Certes, le morcellement des responsabilités administratives et policières dans l’agglomération changhaienne favorise dans une certaine mesure l’installation des organisations ouvrières chinoises sur le territoire des concessions91 ; mais l’appareil de répression est néanmoins suffisamment homogène et suffisamment bien coordonné pour que ces concessions, loin d’être le hâvre de paix et de tolérance que certains ont parfois décrit, ne soient qu’un abri très provisoire. De 1919 à 1927, en règle générale, les autorités des concessions continueront comme avant 1919 à coopérer étroitement avec les autorités chinoises de Changhai, et par exemple à leur livrer les militants syndicalistes arrêtés par elles92.

  • 93 Cf. une telle liste dans Hongkong government Gazette, 27 avril 1917.
  • 94 Un certain nombre de syndicats de marins seront par exemple interdits pour ce motif à la fin de 19 (...)
  • 95 En août 1922, 27 tireurs de rickshaws du quartier résidentiel de Hongkong (le « Pic ») seront cond (...)
  • 96 Cf. ci-dessous, chap. XII et XIII.

33Le seul point du territoire chinois qui offre, au moins à court terme, une relative sécurité au mouvement ouvrier est l’île de Hongkong et ses dépendances de terre ferme. Le statut des associations chinoises y était mieux assuré qu’en Chine propre, et il appartenait au gouvernement colonial britannique de promulguer régulièrement la liste de celles qui étaient considérées comme légales93, ou inversement de prononcer l'interdiction de certaines associations, considérées comme « ayant des objectifs incompatibles avec la paix et l'ordre de la colonie »94 ; la reconnaissance était la règle, et l'interdiction l'exception. De même, aucune disposition légale n'interdisait à Hongkong les grèves, comme c'était le cas en Chine propre; les autorités britanniques et spécialement le « Secretary for Chinese Affairs », haut fonctionnaire chargé des affaires de la communauté chinoise de l'île, restaient fidèles en ce domaine à leur empirisme traditionnel. Certes, le gouvernement de Hongkong au lendemain de la Grande Guerre est loin d'être un modèle de bienveillance à l'égard du monde du travail95, mais, au moins dans sa phase initiale, le mouvement ouvrier en Chine du Sud y trouvera une relative liberté d'action; il y sera en revanche plus largement pénétré par l'influence modératrice des guildes artisanales et de la bourgeoisie comprador96.

***

  • 97 Pour la période 1895-1913, liste dressée dans les Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1299- (...)

34A la veille du Mouvement du 4 mai et dès la fin du xixe siècle, les grèves et mouvements revendicatifs avaient déjà pris en Chine leur essor, en dépit de la faiblesse des organisations ouvrières et de la rigueur des autorités chinoises ou étrangères. Un recensement très partiel permet déjà97 d’en compter 152, de 1895 à la fin de l’année 1918.

  • 98 Matériaux sur l’industrie moderne, ibid.
  • 99 MGRB, 22 juillet 1917.
  • 100 Matériaux sur l’industrie moderne, I, p. 1250.
  • 101 Ibid., II, p. 1259.
  • 102 SHSB, 15 août 1918.
  • 103 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1299.
  • 104 Ibid., I, p. 1249.
  • 105 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 4.
  • 106 Li Shi-yue, op. cit., p. 5.

35Ces grèves sont la plupart du temps des mouvements économiques élémentaires de protestation contre les bas salaires ou contre les tentatives pour les réduire encore. Sur 72 grèves recensées de 1895 à 191398, 22 appuyaient des demandes de hausse de salaires, une était dirigée contre une tentative de substituer le salaire aux pièces au salaire au temps, 15 protestaient contre des diminutions de salaires, en particulier dans les filatures de soie de Changhai touchées par la mévente de la soie chinoise ; c’est aussi ce dernier motif qui entraîne en 1916 et 1917 des grèves aux usines de la B. A. T. à Pudong99. D’autres mouvements sont dirigés contre des mesures patronales tendant à rendre plus pénible le travail industriel : à l’arsenal du Jiangnan en 1883 et 1890 contre l’allongement de la journée de travail100, dans les filatures de soie de Changhai en 1909 pour le même motif101, à la cotonnière japonaise de Pudong en 1918 contre une augmentation du nombre des métiers mécaniques confiés à chaque ouvrière102. Des conflits avec les cadres chinois, à l’occasion de nouveaux règlements d’usine, ou pour protester contre les mauvais traitements, ne sont pas rares non plus (douze grèves pour ce motif de 1895 à 1914)103. Les mauvais rapports des ouvriers avec les ingénieurs et cadres étrangers, là où il s’en trouve, sont aussi une cause fréquente de grèves : aux mines de Kaiping en 1891 (contre un ingénieur anglais)104, aux mines de Pingxiang-Anyuan en 1915 (contre un ingénieur allemand accusé par les ouvriers d’encourager les contremaîtres à la brutalité)105, chez les tireurs de rickshaws de Changhai en 1911 (après que l’un d’eux eut été battu par les policiers anglais de la concession internationale)106.

  • 107 Deng Zhong-xia, op. cit., p. 4.
  • 108 Ibid.
  • 109 SSXB, 14 mai 1918. Le journal rapporte que ces grévistes auraient bu entre eux un « vin de purific (...)
  • 110 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1263.
  • 111 Ibid., II, pp. 1263-1264.

36Dans la grande majorité des cas, il s’agit de grèves spontanées, dont aucune organisation n’a eu l’initiative ou ne décide la cessation. Tout au plus la presse ou les traditions font-elles parfois état de « meneurs », qui auraient été affiliés à des sociétés secrètes ; un nommé Liu, membre de la société du Lao-jun, aurait été l’animateur de la grève de l’arsenal de Hanyang en 1913107 ; des éléments de la Bande rouge auraient dirigé celle des mines de Pingxiang en 1915108, et des membres de la Bande verte celle des charpentiers de Changhai (y compris ceux des entreprises modernes) en 1918109. Cette spontanéité se reflète aussi dans la violence qui semble avoir accompagné un bon nombre de ces grèves primitives. En avril 1905, dans une cotonnière japonaise de Yangshupu, une grève des mécaniciens mécontents de la brutalité du directeur chinois s’étend au reste du personnel, soit 2 000 personnes, et le heurt est si violent que les vitres, les installations matérielles, les machines, sont endommagées par les ouvriers soudainement déchaînés110. Cette tendance à « frapper es usines » (da-chang), selon l’expression communément employée alors pour qualifier ces incidents, marque aussi une grève survenue dans une teinturerie mécanique de Hankou en 1909, celle d’une filature de soie de Changhai en 1910, celle de plusieurs cotonnières japonaises de Changhai en 1911. Dans ces deux derniers exemples, ces émeutes destructrices avaient été provoquées par des sanctions prises contre les meneurs de la grève ou par leur arrestation111.

  • 112 Ibid., II, p. 1263.
  • 113 SSHB, 1905, n° 7 et 1906, n° 29.
  • 114 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1264 et pp. 1286-1287.
  • 115 SSXB, 19 avril 1918.

37La solidarité de classe, dans ces toutes premières manifestations du mouvement ouvrier chinois, s’exprime ainsi dans des formes qui reflètent en même temps une profonde hostilité envers les machines et les techniques industrielles modernes ; il est sans doute légitime de supposer que cette hostilité était héritée par les ouvriers, d’une part de la paysannerie, de l’autre des artisans qualifiés, couches dont le prolétariat avait seulement à peine commencé à se différencier. Le caractère « luddite » de ces actes de da-chang, de ces « coups à l’usine », est par exemple très net en 1909 à la teinturerie mécanique de Hankou, où ce sont des artisans qualifiés employés dans l’usine qui déclenchent le mouvement112. Dans la région de Canton, en 1905-1906, l’attaque contre des métiers mécaniques récemment installés dans le centre textile de Xinan, à l’Ouest de la ville, est menée par des tisseuses des villages voisins113. On signale aussi des cas de démolition du matériel dans des mines de l’Anhui en 1898, et en 1905 dans les mines de Pingxiang, où les ouvriers attaquent et mettent à sac, en même temps que les installations de la mine, les logements des ingénieurs étrangers114. A Changhai en 1918, une grève des tireurs de rickshaws reflète plus directement encore la rivalité qui oppose les travailleurs manuels aux techniques plus modernes qui menacent leur gagne-pain : de fortes bandes de coolies vont s’attaquer aux dépôts de la compagnie des tramways, démolissent onze voitures et mettent à sac les ateliers115 ; ils soupçonnaient la compagnie d’être secrètement à l’origine d’un contrôle récemment institué à la police sur leurs voitures, mesure à la suite de laquelle l’un des leurs s’était vu retirer sa licence.

38Il faut noter que ces mouvements de da-chang, pour autant qu’on puisse en juger d’après ces épisodes, semblent s’attaquer plus spécialement aux entreprises étrangères établies en Chine, bien qu’on en connaisse aussi des exemples dans des entreprises chinoises privées ou d’État. Cette tendance radicale rapproche ainsi le mouvement ouvrier, à ses origines, des manifestations d’anti-machinisme auxquelles avaient eu recours à la fin du xixe siècle les mouvements populaires anti-occidentaux ; on sait par exemple que les bandes paysannes des Boxers s’étaient attaqué aux réseaux de télégraphe en Chine du Nord. Les tendances destructrices du mouvement ouvrier chinois à son origine ne sont pas seulement un acte de lutte économique, comme cela avait été le cas en Occident au début du xixe siècle, contre les instruments nouveaux qui ruinent l’économie traditionnelle ; le da-chang est en même temps un acte politique, une manifestation du radicalisme national et il gardera ce caractère encore en plein xxe siècle.

  • 116 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1289.
  • 117 Ibid., II, p. 1269.
  • 118 Cf. Min-sheng za-zhi, n° 21 — Cf. aussi Liu Li-kai, op. cit., p. 14.

39Si le mouvement ouvrier chinois, au cours de ces premières vagues de grèves, manifeste déjà un sens vigoureux de la solidarité ouvrière dont on vient de citer des exemples à propos du da-chang, il reste néanmoins profondément marqué des mêmes rivalités régionalistes ou provincialistes que les anciennes guildes. Il est par exemple fréquent qu’une grève soit déclenchée et poursuivie par les ouvriers d’une entreprise originaires d’une seule province, les autres refusant d’y prendre part ; seuls les charpentiers cantonais cessent le travail en 1896 à l’arsenal de Hanyang116 ; inversement, en novembre 1912, une grève générale des charpentiers de Changhai n’est pas observée par ceux qui sont originaires de Wenzhou, lesquels poursuivent le travail117. Ces rivalités offraient naturellement au patronat de larges possibilités de manœuvre : en 1911, les charpentiers ningponais de Changhai acceptent de travailler à la place de leurs confrères cantonais en grève, et pour un salaire inférieur (0,60 yuan au lieu de 0,73) ; en revanche, c’est avec des marins cantonais que les compagnies de navigation de Changhai brisent en 1914 la grève de leurs équipages ningponais118.

  • 119 Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1299-1301.
  • 120 Ibid.
  • 121 Sur ces trois grèves, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 4 et LSYJ, 1959, n° 2, op. cit. La grève d (...)

40Ces grèves ne sont presque toujours que des échecs, qu’il s’agisse de l’intensité du travail, de salaires ou de mauvais traitements. Sur les 72 grèves recensées entre 1895 et 1913119, 9 seulement ont été des succès certains, 38 des échecs certains ou probables, et les résultats des 25 autres ne sont pas connus. Autant qu’à l’inexpérience des ouvriers, au manque de direction organisée, à la persistance des rivalités régionalistes, ces échecs sont dus à la vigueur de la répression patronale et surtout gouvernementale. Dans 17 de ces 72 grèves, il y a eu arrestation immédiate des meneurs du mouvement : neuf personnes dans les huileries mécaniques de Yingkou en 1899, neuf également dans les filatures de soie de Changhai en 1911120. Dans les entreprises d’État : arsenaux, mines, administrations, ce n’est pas la police qui intervient mais l’armée, pour exécuter séance tenante les promoteurs de la grève : celle de l’arsenal de Hanyang, déclenchée en 1913 pour protester contre le paiement des salaires en papier-monnaie dévalué, ne dure que quelques heures et Li Yuan-hong, ancien chef provisoire du gouvernement de 1911 devenu gouverneur du Hubei, intervient avec ses soldats et met à mort les ouvriers qui ont lancé le mouvement ; c’est aussi par l’exécution de ses dirigeants improvisés que se termine la grève des postiers de Pékin la même année, et en 1915 celle des mineurs de Pingxiang-Anyuan121.

  • 122 En l’absence d’une étude approfondie sur l’histoire du mouvement ouvrier chinois avant 1919, ces r (...)
  • 123 Deux d’entre elles se déroulent à la fois dans des entreprises chinoises et étrangères, ce qui exp (...)

41Il faut aussi prendre en considération la distribution de ces premières grèves par région, par branche d’industrie, par nationalité du patronat. Si le foyer principal en est Changhai et l’industrie légère changhaienne, les autres régions n’y restent pas aussi étrangères qu’on pourrait s’y attendre, y compris le lointain Sichuan ou le Nord-Est tout récemment ouvert à la vie industrielle (cf. la carte n° 6). Des secteurs comme les mines, la métallurgie, les services urbains sont notablement touchés par ces mouvements, même si c’est l’industrie textile qui vient en premier lieu122. Du point de vue de la nationalité du patronat, 25 de ces 72 grèves se déroulent dans des entreprises étrangères ou mixtes, 35 dans des entreprises privées chinoises, 14 dans des entreprises provinciales ou d’État (mines, arsenaux, hôtels des monnaie, etc.)123. C’est donc bien l’ensemble du monde ouvrier chinois qui s’éveille.

CARTE N°6.- Distribution géographique des grèves entre 1895 et 1913.

42Dans leur développement chronologique, on peut constater que ces premières grèves de la Chine industrielle se répartissent en quatre poussées distinctes (figure n° 6) : celles de 1898-1899 (10 grèves), de 1904-1906(15 grèves),de 1909-1913 (38 grèves), de 1917-1918 (46 grèves). Cette répartition signifie donc que, dès cette période d’activité élémentaire et spontanée, le mouvement ouvrier chinois est déjà très sensible à l’évolution de la conjoncture politique dans le pays ; le « breakup » de 1898, la tentative de Kang You-wei, les débuts des Boxers, correspondent à de grandes grèves dans les cotonnières et les filatures de soie étrangères de Changhai, dans les mines de l’Anhui, à l’arsenal de Fuzhou ; les années 1904-1906, qui voient une recrudescence du mouvement national en Chine, comme d’ailleurs dans toute l’Asie, (fondation du Tong-meng-hui, boycott anti-américain de 1905, insurrection anti-mandchoue du Hunan), sont marquées par une nouvelle série de grèves, non seulement dans l’industrie textile changhaienne, mais à l’arsenal de Chengdu, à l’hôtel des monnaies de Hangzhou, aux houillères de Pingxiang ; la troisième vague de grèves est celle qui précède immédiatement et accompagne la Révolution républicaine, dans les filatures de soie de Changhai et les autres usines de la ville, mais aussi dans les houillères de l’Anhui, et à deux reprises à l’arsenal de Hanyang.

Fig. 6. — Évolution des mouvements de grèves de 1895 à 1913.

43La quatrième vague de grèves, celle de 1917-1918-1919, mérite qu’on s’y arrête un peu plus ; elle met en relief le fait que le Mouvement du 4 mai 1919, loin d’éclater soudainement dans un ciel sans nuage, a été précédé dans le monde du travail par une série d’actions revendicatives à caractère économique, qui préparaient ainsi cette entrée massive de la classe ouvrière chinoise sur la scène politique.

  • 124 Cf. dans LSYJ, 1959, n° 2, op. cit, de nombreux exemples de ce processus.
  • 125 Cf. ci-dessus, p. 33.
  • 126 SCMP, 29 juillet 1919.

44C’est l’aggravation de la condition économique des ouvriers, à la fin de la première guerre mondiale et dans les mois qui suivirent, qui est la cause principale de l’intensification des grèves pendant cette période ; l’affaiblissement du pouvoir central après la mort de Yuan Shikai et la diminution des risques de répression brutale constituaient d’autres facteurs favorables. Si la Grande Guerre avait en effet été « l’âge d’or » du capitalisme national chinois, provisoirement débarrassé de la concurrence occidentale, ces années n’avaient au contraire entraîné pour le prolétariat chinois qu’une aggravation de son sort : allongement de la journée de travail, tentatives de baisse des salaires, et aussi extension du chômage dans les secteurs dominés par les entreprises étrangères, dont les activités ne se maintenaient qu’au ralenti124. Par ailleurs, en Chine comme dans le reste du monde, la hausse des prix avait été très sensible depuis 1914125. La fin de l’année 1918 et le début de 1919 avaient en particulier été marqués, en Chine du Sud, par une brusque flambée des cours du riz, passés de 5,60 yuans le picul en juillet 1918 à 10,50 yuans en avril 1919126.

  • 127 CEB, 4 juillet 1925.
  • 128 E. Kann, Currency in China, p. 537.
  • 129 CEB, 24 avril 1925.
  • 130 CWR, 28 janvier 1928.
  • 131 FER, janvier 1920.

45La dévalorisation de la monnaie de cuivre, qui s’esquissait déjà, aggravait encore le sort des salariés : le yuan d’argent valait à Changhai 130 centimes de cuivre en 1913, 136 en 1919127 ; à Hankou, il en valait 130 à 140 en 1917, 138 à 147 en 1919128. Au Shanxi, on donnait 70 centimes de cuivre pour un yuan en 1912, 140 en 1915, 170 en 1920129. Mais les salaires n’avaient pas suivi ce double mouvement de hausse des prix et de dévaluation. À Canton en 1919, une statistique officielle indiquait qu’ils n’étaient qu’à l’indice 106,9 par rapport à la base 100 en 1913130. Au printemps 1919, le directeur de Changhai de la firme Ewo (filiale de Jardine & Matheson), déclarait : « la hausse du prix de la vie nécessiterait de reconsidérer notre échelle de salaires du personnel indigène »131.

  • 132 CEJ, octobre 1927 (An analysis of strikes in China 1918-1927).
  • 133 Annuaire, II, p. 154.
  • 134 SCMP, 31 décembre 1918.
  • 135 SCMP, 24 avril 1918.
  • 136 MDN, 14 janvier 1918. Dès l’annonce de la grève, une augmentation est accordée « en raison de la d (...)
  • 137 Annuaire, II, p. 154.
  • 138 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 6.
  • 139 Annuaire, II, p. 154.
  • 140 NCH, 11 mai 1918. Les compagnons distribuèrent des tracts contre la cherté de la vie, s’assemblère (...)

46Cette vague de grèves qui précède et annonce immédiatement le Mouvement du 4 mai est encore un mouvement économique élémentaire ; sur 25 grèves de l’année 1918, 15 n’avaient comme objet que des augmentations de salaires ou leur maintien au taux présent ; la plupart des autres n’étaient provoquées que par les mauvais rapports avec les cadres et la maîtrise ou par les règlements d’usine132. Le mouvement, s’il est particulièrement puissant à Changhai et à Pudong (où les ouvrières de la cotonnière japonaise Ri-hua cessent le travail à quatre reprises en 1918)133, atteint aussi les autres régions de la Chine : les télégraphistes de Canton134 et les bateliers ningponais de cette ville135, les imprimeurs de Dairen136 et les tisserands de Hangzhou137. La détérioration du climat social est aussi soulignée pendant cette période par le développement des grèves d’artisans, provoquées elles aussi par la hausse des prix : fabricants de pinceaux de Hangzhou138, tailleurs de Suzhou139, charpentiers de Changhai140.

  • 141 Statistiques de Chen Da dans CEJ, octobre 1927 (op. cit.).
  • 142 Grèves et lockouts, p. 65.
  • 143 NCH, 7 février 1920 (Rapport du conseil d’administration de la cotonnière britannique « Yangtzepoo (...)

47Ces grèves de 1917-1919, qui se signalent également par leur durée relativement longue (8,27 jours en moyenne pour les quinze dont la durée est connue)141, semblent avoir été beaucoup plus efficaces que celles des années 1898, 1905 ou 1911. Un recensement portant sur celles qui se sont déroulées dans la seule ville de Changhai montre qu’en 1918, sur 19 dont les résultats sont connues, 12 ont vu les revendications ouvrières pleinement satisfaites, et 5 ont été marquées par un succès partiel142. Au début de l’année 1919, les grosses cotonnières étrangères de la ville se voient par exemple contraintes d’augmenter leur personnel de 12 à 15  %143.

***

48Le prolétariat industriel chinois, en 1919, n’est pas non plus dépourvu de tradition d’activité politique, même s’il n’a presque jamais constitué jusque-là qu’une force d’appoint à des mouvements dirigés par d’autres forces sociales, et même s’il s’est davantage agi d’une participation individuelle des ouvriers à la vie politique nationale que d’une action collective du prolétariat en tant que tel.

  • 144 Sur la grève de Hongkong en 1884, cf. Revue historique, octobre 1956 (En marge de l’expédition du (...)
  • 145 Cf. JDSZL, 1958, n° 5 (1905 nian Guang-dong fan-mei yun-dong, Le mouvement anti-américain de 1905 (...)
  • 146 LSYJ, 1959, n°2 (op. cit.).
  • 147 Ibid.
  • 148 Cf. sur cette grève LSYJ, 1954, n° 2 (1905 nian 4-yue Zhong-guo gong-ren fankang di-guo-zhu-yi zi- (...)

49Les exemples ne manquent pas, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, d’une présence ouvrière dans les mouvements populaires de résistance à la pénétration militaire et économique des Occidentaux en Chine. Les employés chinois et dockers de Hongkong s’étaient mis en grève en septembre 1884 pour protester contre la visite dans la colonie anglaise du La Galissonnière, venu effectuer des réparations après avoir participé à l’attaque de l’amiral Courbet contre Fuzhou ; des chantiers du port, la grève s’étendit aux dockers, aux coolies charbonniers, aux employés d’hôtels, et le navire français dut s’en aller au Japon ; quand les autorités anglaises arrêtèrent une dizaine de dockers, le mouvement se transforma au début d’octobre en véritables émeutes, où la Triade semble avoir joué un rôle très actif144. Les dockers de Canton soutinrent également le boycott anti-américain de 1905, qui protestait contre l’interdiction de l’immigration ouvrière chinoise aux États-Unis145 ; les ouvriers de Changhai, Nankin, Wuhan y prirent également part146. Les dockers de Changhai appuyèrent le boycott anti-japonais de 1915, provoqué par les « Vingt et une demandes », de même que les employés et ouvriers des firmes japonaises de Changsha ; on rapporte que les ouvriers avaient à cette occasion contribué, même par des sommes très minimes, aux collectes organisées pour constituer des « fonds d’épargne pour le salut national »147. Les préoccupations nationales sont également très nettes dans une grève comme celle qui éclate en 1905 à la cotonnière Hua-xin à Changhai, pour protester contre sa cession au Japon par son propriétaire Sheng Xuan-huai, et contre d’éventuelles compressions de personnel qui risquaient d’en résulter148.

  • 149 Cf. JDSZL, 1958, n° 5 (Tianjin fan-kang fa-ti kang-zhan Lao-xi-kai, Matériaux sur la résistance de (...)

50Sauf peut-être dans ce dernier cas, il ne s’agit pourtant encore que d’un soutien du prolétariat au mouvement national dont d’autres couches sociales, en particulier la bourgeoisie commerçante et l’intelligentsia, ont l’initiative ; la participation ouvrière à l’affaire de Laoxikai en octobre 1916 a le même caractère149. Laoxikai était un quartier de Tianjin adjacent à la concession française de cette ville, et que les autorités françaises de cette dernière convoitaient de longue date. Quand le 20 octobre 1916 les troupes et la police françaises s’y installent et arrêtent neuf policiers chinois, il se crée à Tianjin une Société pour le maintien des droits de la nation, où commerçants et étudiants sont très actifs, et qui le 23 octobre décide au cours d’une assemblée générale de demander au gouvernement la rupture des relations commerciales avec la France, de refuser la monnaie française, de priver les entreprises françaises de main-d’œuvre chinoise. Le 2 novembre, quelques jours après une manifestation d’étudiants, 1 600 ouvriers environ des entreprises françaises se mettent en grève (il ne s’agit que de petits ateliers de fonderie, de garages de voitures, etc.). Cette grève, qu’accompagne un boycott des marchandises françaises, est activement soutenue par la Chambre de commerce chinoise de Tianjin et autres groupements de la bourgeoisie locale, qui distribuent des subsides aux grévistes, des allocations de charbon et de riz ; des messages de solidarité sont adressés aux grévistes par les Chambres de commerce chinoises de Kalgan, Hangzhou, Chengdu, par les Assemblées provinciales du Zhejiang, du Fujian, et par de nombreux organismes et personnalités.

51Cette grève, qui s’achève quand à la fin de novembre un accord franco-chinois institue à Laoxikai un régime mixte assez favorable à la France, préfigure déjà les grands mouvements comme ceux de Changhai en juin-juillet 1925 ; non seulement en ce qu’elle annonce déjà l’alliance entre ouvriers et bourgeoisie dans l’action commune contre les « traités inégaux », mais encore parce que les grévistes s’y sont déjà donné un organisme de direction autonome et solidement charpenté, comme il en existera à Changhai en 1925 et à Canton en 1925-1926 : un gong-tuan (« corps ouvrier ») qui groupe des délégués des différentes corporations en grève, se réunit chaque jour et assure la distribution des subsides.

  • 150 Cf. J. Chesneaux, Sun Yat-sen, p. 72.
  • 151 Cf. LSYJ, 1955, n° 1 (1905 nian E-guoge-ming he zhong-guo, La révolution russe de 1905 et la Chine (...)
  • 152 C’est le cas du marin Su Zhao-zheng, qui deviendra en 1920-1927 un des principaux promoteurs du sy (...)
  • 153 Cf. LSYJ, 1959, n° 2, op. cit.
  • 154 Chen Da, Question du travail, p. 102.
  • 155 Lei Jia, Hai-yuan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting), p. 13.
  • 156 Li Shi-yue, op. cit., p. 6.
  • 157 Cf. Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 51.
  • 158 Cf. ci-dessus, p. 185.
  • 159 Dans son rapport de 1924 sur le syndicalisme à Changhai (Cmd. 2442, p. 84), le consul britannique (...)
  • 160 LSYJ, 1959, n° 2, loc. cit.

52La classe ouvrière chinoise, en 1919, a aussi des traditions assez anciennes de participation à la lutte révolutionnaire contre l’Ancien régime mandchou et ses épigones militaires. Elle peut se réclamer des quarante marins du Tai-an, arrêtés en 1895 pour leur participation au coup de main manqué du Xing-zhong-hui contre le ya-men de Canton150 ou des 3 000 mineurs de Pingxiang, Liuyang et Liying, soulevés en 1906 en Maison avec le Tong meng-hui contre la dynastie mandchoue, au mot d’ordre d’une république de liberté et d’égalité151. Nombreux étaient en 1911 les membres du Tong-meng-hui d’origine ouvrière152, par exemple parmi les poseurs de rail de la ligne en construction du Sichuan au Hubei153, ou parmi les cheminots des lignes Changhai-Hangzhou ou Changhai-Nankin154. Pendant la Révolution républicaine, les marins et les dockers de Shantou155, les ouvriers de l’arsenal de Hanyang, les cheminots de Chine centrale156, prennent part aux soulèvements contre l’armée et la police mandchoue. Après l’échec en 1913 de la « seconde révolution », c’est parmi les ouvriers que Sun Yat-sen recrute certains des plus actifs militants de son nouveau Zbong-hua geming-dang (« Parti révolutionnaire chinois »), organisation secrète dont le programme et les méthodes radicales tranchent avec la modération du Guo-min-dang de 1912. Sun compte en particulier sur les marins des grandes lignes transocéaniques pour assurer ses liaisons avec les riches commerçants chinois d’outre-mer et les organise en un « Département des communications d’outre-mer de la Société pour la justice », dont la direction est confiée à un de ses amis politiques, Chen Bingsheng157 ; ce groupement se réorganise peu de temps après en une société de secours mutuels maritimes, établie à Hongkong158, et que cette orientation mutualiste n’empêche pas de maintenir un étroit contact avec l’entourage de Sun Yat-sen. Il semble bien que dès cette époque le parti de Sun Yat-sen, pourtant numériquement très faible, ait envisagé de s’implanter en milieu ouvrier, en particulier à Changhai159. Le mouvement anti-monarchique de 1915-1916 dit « Mouvement pour la protection du pays » (Hu-guo yun-dong) avait de son côté été soutenu par des éléments ouvriers, et la grève des imprimeurs du ministère des Finances de Pékin en 1916, outre des demandes de caractère économique, s’inscrivait aussi dans ce contexte politique160.

  • 161 Sur la multiplicité des partis et des cliques politiques en Chine au lendemain de la Révolution, c (...)
  • 162 LSYJ, 1959, n° 2, ibid.
  • 163 Lowe chuan-hua, Facing labor issues..., p. 31.
  • 164 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 5.
  • 165 Cf. FDXB, 1952, n° 2 (Zhong-guo gong-ren jie-ji bao-kan-de chan-sheng he chu-bu fa-zhan, La naissa (...)

53Le rôle d’appoint de la classe ouvrière dans les luttes politiques chinoises du début du xxe siècle n’est pas moins sensible quand on examine la floraison, à partir de 1912, d’organisations politiques161 — faut-il les appeler des partis ? — qui permettent à un certain nombre de politiciens de se constituer des clientèles ouvrières ou au moins de se réclamer du monde du travail : le Parti libéral de Tan Ren-feng, la Société pour la promotion du travaillisme de Chen Qi-mei162 et plus encore le Parti socialiste de Jiang Kang-hu. Ce dernier, dont les ambitions étaient surtout électorales, et qui eut des succès aux élections de 1913163, semble avoir exercé quelque influence parmi les premières organisations de cheminots apparues à cette époque sur les réseaux du Centre et du Nord164 ; il publiait un hebdomadaire, la « Voie de l’homme »165, mais s’évanouit complètement après l’arrivée au pouvoir de Yuan Shikai.

  • 166 Chen Da, Question du travail, p. 102. Il semble toutefois difficile d’accepter la tradition, rappo (...)
  • 167 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 5.
  • 168 Cf. son interview à la SCMP, 10 mars 1922.
  • 169 SCMP, 15 avril 1919 et 3 mai 1919.

54Après la mort de ce dernier, réapparaît en Chine la tendance au « clubisme » et au foisonnement des organisations politiques ; à nouveau le mouvement ouvrier se présente à un certain nombre d’ambitions individuelles comme une avantageuse plateforme d’action. Dès 1916, on signale à Changhai une Fédération ouvrière et paysanne de Chine, fondée par l’étudiant Hua Hong-tu166 ; en 1918-1919, l’intellectuel Dai Ji-tao, proche ami de Sun Yat-sen, publie à Changhai le « Journal des droits du peuple », qui appelle à la formation d’un parti travailliste167. Mais c’est surtout à Canton, où s’est établi depuis 1917 un gouvernement militaire dissident qui se réclame de la Constitution de 1912, que ce mouvement « travailliste » est le plus net. Dès cette même année 1917, se forme dans cette ville une Fédération industrielle des émigrés chinois d’outre-mer ; un de ses animateurs est le politicien Xie Ying-bo, membre du Vieux -Parlement, qui avait passé plusieurs années aux Etats-Unis après le coup de force de Yuan Shi-kai et y avait même adhéré au parti socialiste américain168. C’est cette Fédération qui, le 1er mai 1919, célèbre pour la première fois en Chine la Fête du Travail, au cours d’un meeting public d’un millier de personne, tenu au « Jardin de l’Est » (Dong-yuan) de Canton169.

55L’existence de toutes ces organisations souligne bien à quel point le poids propre du mouvement ouvrier s’est déjà accru dans les affaires chinoises depuis la Révolution de 1911, à quel point il apparaît déjà comme une force neuve dont il peut être utile de savoir tirer parti. Mais aucune d’entre elles, si mal renseigné qu’on soit à leur égard, ne peut encore être considérée comme une organisation politique de la classe ouvrière, ni par l’origine et l’idéologie de ses dirigeants, ni par ses objectifs politiques et économiques, ni par ses activités réelles. Ce n’était que des organisations « travaillistes », des organisations tendant à tirer profit du mouvement ouvrier, dans l’intérêt d’autres forces politiques et sociales, en l’espèce dans l’intérêt des ambitions confuses de la petite bourgeoisie chinoise et du capitalisme national chinois ; elles étaient aussi éloignées d’un parti politique ouvrier que les organisations-mixtes de « promotion industrielle » qui surgissent vers la même époque l’étaient d’un véritable syndicalisme de classe.

  • 170 Sur le Gong-dang, cf. Li Shi-yue, op. cit., pp. 13 à 25. Cf. aussi Matériaux sur l’industrie moder (...)
  • 171 « Tous les travailleurs de plus de 16 ans, s’ils gagnent leur vie, qu’ils soient hommes ou femmes, (...)

56Est-ce à dire qu’avant 1919, il ne soit encore apparu en Chine aucune organisation véritablement soucieuse de faire pénétrer dans l’arène politique le prolétariat chinois en tant que classe ? Le précédent du « Parti du travail » de 1912, l’activité des anarchistes chinois, les débuts en Chine du marxisme constituent au moins des transitions en ce sens. Le Parti du Travail (Gong-dang), formé en décembre 1911 et disparu à la fin du printemps 1913 avec le coup de force de Yuan Shi-kai, mérite en effet un examen plus approfondi que les organisations précédentes. Il combine de curieuse façon les traits d’une organisation de collaboration de classe et ceux d’un groupement spécifiquement ouvrier, contradiction fondamentale à laquelle sans doute seule la brièveté de son existence lui a permis de ne pas succomber170. Fondé par l’intellectuel Xu Qi-wen, ancien militant du Tong-meng-hui, et par l’industriel Zhu Zhi-yao, son premier président, ce parti se présente à première vue comme un de ces organismes de promotion économique comme il en était apparu tant à cette époque ; les deux premiers points de ses statuts concernent le développement de l’industrie moderne en Chine et l’amélioration des connaissances techniques des ouvriers. Dans son manifeste du 1er mai 1913, peu de temps avant sa dissolution, le parti appelait à la formation de coopératives et à l’accumulation de capitaux par les ouvriers. Sa section du Hunan organisa une banque ouvrière, ainsi qu’une coopérative de maçonnerie à la suite d’une grève des maçons ; sa section de Changhai créa un atelier métallurgique. Mais le Gong-dang se présente en même temps comme une organisation de défense ouvrière, de participation de la classe ouvrière aux luttes politiques en fonction de ses intérêts propres. Ses statuts appellent à « diminuer les souffrances des ouvriers » (point 3), à constituer des « corps ouvriers » (gong-tuan), aux fonctions à la fois revendicatives, politiques et militaires (point 4), à faire voter des lois du travail. Ils préconisent l’unité ouvrière par delà toutes les distinctions corporatives ou régionalistes171. De fait, le Gong-dang semble avoir activement soutenu, sinon même organisé, des grèves comme celle des fondeurs de Changhai en juillet 1912 ou celle des artisans fabriquant la pâte de soja ; ses dirigeants tentèrent de créer un hôpital ouvrier, un bureau d’embauche, et télégraphièrent en 1913 leur solidarité aux grévistes de l’arsenal de Hanyang ; en février 1913, ils adressèrent au Parlement, tout nouvellement élu, une délégation demandant le repos hebdomadaire, un salaire minimum garanti, des assurances ouvrières.

  • 172 Li Shi-yue, op. cit., p. 21.
  • 173 Sur la section de Tangshan du Gong-dang, cf. XQN, 1er mai 1920 ; cf. aussi Chen Da, op. cit., p. 1 (...)
  • 174 Après 1916, il semble qu’un certain nombre de militants du Gong-dang reprirent quelque activité. O (...)

57Le Gong-dang est aussi dans l’histoire du mouvement ouvrier chinois le premier exemple d’une organisation fonctionnant effectivement à l’échelle nationale. Il groupait plus de soixante-dix sections locales, surtout dans la vallée du Yangzi, et dans ses organismes directeurs figuraient par ailleurs ès-qualités des représentants de chaque branche d’industrie. A son Congrès national tenu à Nankin en novembre 1912, on avançait même le chiffre, sans doute fort exagéré, de 400 000 membres172, et certaines sections comme celles du Hunan ou de Tangshan semblent avoir eu une activité réelle ; cette dernière était surtout animée par des Cantonais de cette ville, dont on a déjà mentionné les activités mutualistes, et qui avaient aussi avant la Révolution républicaine constitué des associations ouvrières soutenant le mouvement pour des réformes constitutionnelles173. En mai 1913, le parti fut interdit, après que son animateur XII eut été arrêté et exécuté pour avoir tenté avec des ouvriers un coup de main sur l’arsenal du Jiangnan, au moment de la « seconde révolution ». Mais la section de Tangshan survécut quelques années, en poursuivant ses activités mutualistes et éducatives174.

  • 175 FDXB, 1952, n° 2, op. cit.
  • 176 FDXB, 1952, n° 2, op. cit. (2 bis) Cf. Périodiques du 4 mai, t. II, pp. 167-178 (analyse générale (...)
  • 177 E. Snow, Red Star over China, p. 146 et 149 (notes prises au cours d’une conversation avec Mao Ze- (...)
  • 178 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 5.
  • 179 Ibid.

58Le mouvement anarchiste, dont les initiateurs étaient des intellectuels venus de France et familiers avec la pensée de Bakounine et de Kropotkine, et qui publiaient dès 1912 plusieurs périodiques, comme la « Voix du Peuple » à Canton et la « Voie directe » à Amoy175, eut certainement, dans le monde ouvrier, une influence réelle avant 1919. A Changhai, parurent en 1918 cinq livraisons d’un périodique anarchiste intitulé Travail. Son animateur est Wu Zhi-hui, un intellectuel qui avait séjourné à Paris et y avait publié déjà en 1908 une feuille anarchiste en chinois, Nouveau monde176. Travail, fortement marqué par les idées de Proudhon et de Tolstoï, étudie aussi la Révolution socialiste d’octobre et le léninisme, et leur est dans l’ensemble favorable malgré quelques rérserves. Dans le domaine de l’action ouvrière, la revue fait connaître la signification du 1er mai et invite à le célébrer ; elle appelle à la grève genérale et à l’occupation des usines par les producteurs. Dans l’immédiat, elle soutient les grèves de Changhai du printemps 1918 comme celle des rickshaws (y compris leur attaque contre les tramways) et celle des charpentiers. Elle se déclare favorable au principe d’un parti de la classe ouvrière (Gong-dang) mais n’en juge pas encore la création possible (2 bis). Au Hunan, les idées anarchistes étaient très vivantes au moment des débuts politiques de Mao Ze-dong177 et à Canton elles pénétraient certaines sections de la classe ouvrière, en particulier les employés coiffeurs et le personnel des maisons de thé178. Un « parti anarchiste » avait même été constitué officiellement en Chine du Sud par Liu Shi-fu au lendemain de la Révolution républicaine179.

  • 180 LSYJ, 1957, n° 5 (Li Da-zhao tong-zhi he wou-si shi-qima-ge-si zhu-yi si-xiang-de xuan-chuan, Le c (...)
  • 181 Ces trois textes de Li Da-zhao sont reproduits dans ses Œuvres Choisies (Li DaZhao xuan-ji, Pékin, (...)
  • 182 Le mot d’ordre « le travail est sacré » (lao-gong shen-cheng) est couramment employé dans ces mili (...)
  • 183 L’étude parue dans LSYJ, 1958, n° 2 (Shi-yue ge-ming he Zhong-guo gong-renyundong, La révolution d (...)

59Le marxisme, dès le lendemain de la Révolution d’octobre, avait commencé à pénétrer chez les intellectuels radicaux chinois, à la faveur d’écrits comme ceux de Li Da-zhao et de Chen Du-xiu dans Xin-qingnian (« La Jeunesse »). Ses promoteurs avaient déjà, dès avant 1919, commencé à s’intéresser concrètement au monde ouvrier chinois, à cette classe ouvrière dont leurs maîtres Marx et Engels avaient annoncé l’avènement politique ; Li Da-Zhao, qui en 1912 aurait déjà été en contact avec l’éphémère « Parti socialiste » de Jiang Kang-hu180, publia au début de 1919 dans le Chen-bao de Pékin un article sur l’importance de l’éducation ouvrière, et dans son hebdomadaire « La critique hebdomadaire » un reportage indigné sur le sort des mineurs de charbon de Tangshan, sort « pire que celui des mules » ; le 1er mai 1919, il consacrait à la Fête du travail un éditorial du Chen-bao181. Ce rapprochement des premiers marxistes chinois et de la classe ouvrière était facilité par le mouvement général d’intérêt qui vers 1917-1919 portait vers cette dernière toute l’intelligentsia radicale182. Mais il est néanmoins difficile de préciser dans quelle mesure, à la veille du Mouvement du 4 mai, le marxisme avait déjà pénétré effectivement chez les travailleurs chinois183.

***

60Quelle expérience la classe ouvrière chinoise, en 1919, a-t-elle du mouvement ouvrier mondial ? quels contacts a-t-elle pu avoir, soit avec les organisations ouvrières et les idéologies ouvrières des grands pays industriels, soit avec les organisations ouvrières internationales ? On ne peut guère en ce domaine que formuler quelques hypothèses ou se limiter à quelques remarques préliminaires.

  • 184 Ces informations nous ont été communiquées par M. Haupt, qui a examiné à Bruxelles les archives du (...)

61Vers 1912, la Deuxième Internationale et en particulier son Bureau permanent de Bruxelles avaient déjà eu quelques contacts avec la Chine, par exemple par l’intermédiaire de membres du parti socialiste américain établis à Changhai. Le bureau de Bruxelles avait également été en relations directes avec Sun Yat-sen et avait même adressé à ses sections au lendemain de la Révolution républicaine une circulaire les invitant à attacher plus d’importance aux affaires de Chine184. Mais en fait, ces contacts semblent bien s’être limités à quelques cercles de jeunes intellectuels occidentalisés, et n’avoir guère touché les milieux ouvriers.

62C’est surtout du côté de la Révolution d’octobre et du tout jeune gouvernement soviétique qu’on est tenté de rechercher d’éventuels rapports, tant en raison de la contiguité géographique des deux pays que de l’influence prépondérante qu’exercera le communisme dans le mouvement ouvrier chinois, pendant toute la période suivante. Pour que s’effectuent ces éventuels contacts directs entre la classe ouvrière chinoise et la révolution soviétique, deux intermédiaires semblent à première vue possibles : les ouvriers chinois de Russie et les ouvriers russes des voies ferrées tsaristes de Chine du Nord-Est.

  • 185 40 000 d’après le NCH, 15 novembre 1919, employés surtout dans le bassin houiller du Don.
  • 186 Cf. Peng Ming, Zhong-su you-yi-shi (Histoire de l’amitié sino-soviétique), pp. 81-82.
  • 187 Cf. A. Whiting, Soviet policies in China 1917-1924, p. 36 (d’après la presse quotidienne soviétiqu (...)
  • 188 Ibid.
  • 189 Ibid.
  • 190 Cf. SCMP, 18 avril 1919, annonçant l’arrivée imminente à Canton de 2 000 bolcheviks chinois, ou NC (...)
  • 191 A. Whiting, op. cit., p. 293 (Izvestia, 22 juin 1920).
  • 192 Comme parmi les marins de Changhai (Lei Jia, Hai-yuan Zhu Baoting, Le marin Zhu Bao-ting, p. 17).
  • 193 Cf. XGS., 1er juillet 1957 (Zhong-guo gong-chan-dang cheng-li qian-hou-de jian-wen, Souvenirs sur (...)

63Sans être aussi élevé que celui des ouvriers chinois amenés en France à la fin de la Grande Guerre, le nombre des ouvriers chinois de Russie se montait sans doute à plusieurs dizaines de milliers d’hommes185. Il semble qu’un certain nombre d’entre eux participèrent activement aux combats de la guerre civile du côté de l’Armée rouge186, et en janvier 1919 fut formée parmi eux une Association des Travailleurs chinois187 dont Lénine lui-même jugea nécessaire cette année-là d’assister à une des assemblées188. C’est probablement parmi eux que furent choisis les délégués chinois qui prirent la parole au premier congrès de l’Internationale communiste ; ils parlaient au nom d’un « Parti des ouvriers socialistes chinois », qui de l’aveu de Tchitcherine n’était formé que parmi ces travailleurs chinois émigrés en Russie189. En 1919 et 1920, la grande majorité de ces ouvriers rentrent progressivement au pays, et les autorités civiles chinoises, ainsi que la presse occidentale de Chine, se répandent en informations alarmistes sur l’imminence en Chine d’une révolution bolchevique que ces ouvriers, dûment endoctrinés, ne vont pas manquer de déclencher190. Il est très vraisemblable que, parmi ces rapatriés, un certain nombre avaient fortement subi l’influence politique du communisme russe, sinon participé en personne à la révolution. En juin 1920, se tiendra encore un « Second congrès pan-russe des travailleurs chinois », qui discutera du rapatriement des Chinois de Russie, après avoir entendu des exposés de Kalinine, Tchitcherine, Voznessenski191. Mais il est extrêmement difficile de retracer le rôle éventuel qu’ont pu jouer ces ouvriers à leur retour. Beaucoup n’ont sans doute pas manqué de relater autour d’eux les événements auxquels ils avaient assisté192 et certains ont pu même jouer un rôle actif dans les débuts du mouvement communiste, comme ce Yang Ming-qi, ancien ouvrier à Moscou, qui dans l’hiver 1919-1920 fut l’interprète de Voitinski, un des premiers envoyés soviétiques en Chine193. Seule une étude approfondie des cadres et des militants du mouvement ouvrier chinois à cette époque, portant sur un nombre suffisant de cas individuels, permettrait de préciser l’importance de cette influence.

  • 194 MDN, 16 mai 1918.
  • 195 MDN, 5-7 septembre 1918.
  • 196 MDN, 26 août 1919. « Pendant ces grèves, les ouvriers chinois furent remarquables par la façon don (...)

64Les entreprises tsaristes de Mandchourie, chemins de fer, mines, usines, où en 1917-1919 se côtoyaient un personnel chinois et un personnel russe activement pénétré par les idées et les organisations bolcheviques, formaient une autre zone de contact entre ces dernières et la classe ouvrière chinoise. En 1917-1919, alors que les Russes blancs sont maîtres de la région, des grèves menées en commun par le personnel russe et chinois éclatent à plusieurs reprises : par exemple à Harbine en mai 1918, à la suite du meurtre d’un instituteur par les hommes de l’ataman Semënov194. En août 1917, en septembre 1918, le personnel du chemin de fer de l’Est chinois (Transmandchourien) est en grève pour demander des hausses de salaires195. Ces mouvements, qui se poursuivront en août 1919 pour protester contre la dévalorisation du rouble-papier des autorités blanches et entraineront de véritables rencontres armées entre soldats et ouvriers, avec proclamation de la loi martiale, sont caractérisés aussi par l’étroite union qui semble s’être établie entre grévistes russes et chinois196 ; le 9 août 1919, deux officiers blancs seront mis à mort par des ouvriers des deux nationalités.

  • 197 On sait par exemple qu’un certain Zhao Zhuan-qiang, ancien cheminot des voies ferrées de Sibérie o (...)

65Il est difficilement concevable que les ouvriers chinois qui ont participé à ces grèves semi-insurrectionnelles, n’aient pas subi l’influence de leurs camarades russes et des sympathies bolcheviques de ceux-ci. Mais, ici encore, les données individuelles sur ce processus éventuel de transmission sont extrêmement rares197.

  • 198 Cf. Chen Da. Chinese migrations and labor conditions, chap. ix. Cf. aussi Blick (J.). The Chinese (...)
  • 199 Op. cit., p. 151.
  • 200 Cf. Current history magasine, décembre 1919 (Managing 200 000 coolies in France).

66Près de 200 000 ouvriers chinois servirent en France à partir de 1916198. Par son importance numérique comme par la date à laquelle elle se place, cette immigration représente pour le mouvement ouvrier chinois dans sa phase initiale une autre possibilité de contacts internationaux, qu’il n’est pas aisé non plus de préciser. Ces ouvriers, recrutés surtout dans le Zhili et le Shandong, parmi les paysans mais aussi parmi les artisans qualifiés, avaient été affectés soit à des entreprises privées françaises travaillant pour le Ministère de la Guerre (Schneider, Delaunay-Belleville, Forges et Chantiers de la Méditerranée, etc.), soit à des entreprises militaires d’Etat (arsenaux, manufactures d’armes), soit à des camps et services de l’armée française (entrepôts, intendance, génie), soit aux armées américaines et anglaises en France ; l’ensemble représentait 87 camps français de travailleurs chinois, 7 camps anglais, 12 camps américains. Les conditions de travail et les règlements de ces camps étaient loin de leur donner satisfaction, et en 1917 et 1918 se déclenchent une série de grèves et de manifestations qui tournent plusieurs fois en rixes, sinon en véritables émeutes. Le recensement de Chen Da199 relève 13 grèves, 6 cas d’insubordination collective, 3 mutineries (carte n° 7) ; ainsi, en novembre 1916, une grève à l’arsenal militaire de Roanne entraîne la dissolution de la compagnie de travailleurs chinois qui y est affectée ; en septembre 1917, à Dunkerque, les coolies chinois refusent de travailler à proximité du front (leur engagement portait qu’ils ne seraient pas dirigés vers des opérations militaires), et engagent une véritable bataille rangée à coups de pioches, de briques, quand la troupe veut les contraindre à creuser des tranchées en premières lignes. C’est surtout pour enrayer ce mécontentement croissant qu’en 1918 les autorités alliées font appel à l’Y.M.C.A.200, qui lance un journal en chinois pour les travailleurs des camps, organise des clubs d’échecs ou de théâtre, des conférences, et fait campagne contre les jeux de hasard et les narcotiques.

CARTE N°7.- Mouvements d’agittion des travailleurs chinois en France en 1916-1918.

  • 201 NCH, 15 mars 1919.
  • 202 M.T.Z. Tyau, China awakened, p. 237.
  • 203 H. Isaacs, Tragedy, p. 55.
  • 204 Il restait à ceux qui travaillaient dans les entreprises françaises environ 2 francs par jour, une (...)
  • 205 C’est ainsi que sur 323 de ces ouvriers rapatriés en octobre 1921 par l’André Lebon (PDR, 12 oct. (...)
  • 206 Ces retours de France sont réduits à se faire coolies, mendiants, tireurs de rickshaws, même quand (...)
  • 207 Cf. ci-dessous, p. 231.
  • 208 Le rapport de l’ingénieur Demaret sur les origines de la grève des houillères de Tangshan en juin (...)

67Beaucoup de ces ouvriers rentrent dès la fin de la guerre : tous ceux qui servaient dans les armées britannique et américaine, et un certain nombre de ceux qui travaillaient dans les services et entreprises françaises. Leur retour fait en Chine quelque bruit, tel en mars 1919 un groupe de 900 ouvriers rapatriés par l’André Lebon qui défilent militairement dans l’avenue Joffre, au cœur de la concession française de Changhai201. Mais leur rôle historique réel fut-il à la hauteur de ces manifestations spectaculaires ? Plusieurs auteurs l’ont cru, et ont par exemple salué en ces ouvriers rapatriés de France le « pétrel des tempêtes du monde chinois du travail »202, le « noyau solide et plein d’énergie » de nouvelles associations ouvrières chinoises203. La plupart d’entre eux étaient pourtant en fait des paysans dont les économies réalisées en France, pour maigres qu’aient été les salaires et les allocations versées204, leurs permettaient néanmoins d’acheter un peu de terre, ambition suprême de tout paysan chinois. Ils retournèrent à leur village205. D’autres se perdirent sans doute à leur retour dans le sous-prolétariat urbain et le monde des demi-chômeurs206. L’association que formeront en septembre 1919 les plus aisés d’entre eux207 restera par ailleurs très en marge de l’orientation générale du mouvement ouvrier chinois après 1919. Faut-il pourtant exclure l’hypothèse d’une certaine influence exercée en Chine par ceux des ouvriers chinois qui en France avaient pu être en contact avec les « minoritaires » du parti socialiste et de la C.G.T. et assister ou prendre part aux grèves de la fin de la Grande Guerre ? Ici encore, l’étude détaillée de cas individuels permettrait de préciser une influence qu’au moins le patronat occidental de Chine ne semblait pas mettre en doute à l’époque208.

  • 209 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, pp. 36-39.
  • 210 Sur les débuts du mouvement « Travail et étude » au Hunan, cf. Li Rui, Mao Ze-dong, pp. 83 à 91.

68Beaucoup plus nette sera l’influence politique et idéologique des « ouvriers-étudiants », venus en France pour élargir leur horizon politique et se familiariser avec le monde industriel moderne. Sous l’égide de l’éducateur Cai Yuan-pei, les premiers groupes « pour le travail et l’étude » se constituent à Paris dès 1915 et 1916209. Le mouvement prend de l’ampleur pendant l’été 1918, et c’est à cette date que Cai He-sen, futur dirigeant du parti communiste chinois, organise à Changsha avec Mao Ze-dong une association pour « l’étude et le travail de la Jeunesse du Hunan par un voyage en France ». Les émigrés de cette seconde vague s’y initieront au marxisme, le propageront parmi ceux des ouvriers venus dès 1916 qui étaient restés dans les usines privées françaises, et joueront un rôle non négligeable dans la formation et l’essor du parti communiste en 1920-1925210.

  • 211 On signale vers 1920 à Dairen plusieurs syndicats chinois formés sous l’influence du syndicalisme (...)
  • 212 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 10, considère que le processus de dissociation des guildes cantonais (...)
  • 213 Ils publiaient à partir de 1918 un Chinese Student Monthly, qui très vite fait large place aux pro (...)

69Pour établir un bilan complet des contact internationaux de la classe ouvrière chinoise avant 1919, il serait sans doute nécessaire de regarder encore dans d’autres directions. Du côté du Japon par exemple, où un important mouvement socialiste, et syndicaliste était apparu dès avant la Grande Guerre, et a pu rayonner en Chine par l’intermédiaire des ouvriers et cadres de maîtrise japonais nombreux dans le Nord-Est, à Dairen, à Qingdao211. Du côté de l’Angleterre, avec laquelle sont en contact au moins indirect les ouvriers de Hongkong et plus particulièrement les marins212. Du côté des Etats-Unis, par l’intermédiaire des étudiants et des intellectuels chinois qui y séjournaient213. Mais il est douteux que ces contacts divers apparaissent jamais comme l’élément décisif de la formation du mouvement ouvrier chinois moderne. Tout au plus ont-ils pu jouer un rôle d’appoint, parfois notable, généralement de faible importance. Le brusque essor du mouvement ouvrier chinois en 1921-23 procède d’une évolution essentiellement interne du monde du travail. La seule influence internationale qui va précipiter cette évolution interne et qui va jouer un rôle décisif s’est alors exercée par l’intermédiaire de l’intelligentsia radicale chinoise ; c’est celle de la Révolution soviétique, « aux salves de laquelle » le marxisme et le communisme ont déjà commencé en 1919 à s’introduire en Chine.

Notes

1 Department of oversea trade (Board of Trade), Report for the year 1919 on the conditions and prospects of the British trade with China, p. 50. — Sur les rapports réels entre la Chine et le B.I.T. à cette époque, cf. ci-dessous, chap. vii.

2 Il n’existe sur les guildes de l’ancienne Chine et sur leur évolution à l’époque moderne que des études sommaires ou fragmentaires ; cf. p. ex. Ma Chao-jun, Histoire, ch. II, pp. 63-85 ; Quan Han-sheng, Zhong-guo hang-hui zhi-du-shi (Histoire du système des guildes en Chine) ; Chen-Da, Question du travail, pp. 84 à 96 ; J. S. Burgess, The guilds of Peking ; S. D. Gamble, Peking, a social survey, chap. vii ; H. B. Morse, The guilds of China. Cf. aussi Annuaire, IIe partie, chap. 1er.

3 Cf. S. D. Gamble, op. cit., p. 436.

4 Cf. Ma Chao-jun, op. cit ., pp. 66-67.

5 Cf. par exemple les statuts de la guilde des coiffeurs (cités par S. D. Gamble, op. cit., pp. 188-189).

6 Cf. S. D. Gamble, op. cit., pp. 195-196.

7 En 1918, le budget annuel de la guilde des bottiers de Pékin se montait environ à 230 000 sapèques (à peu près 170 yuans), consacrées presque exclusivement à l’entretien du temple de la guilde et à la cérémonie annuelle qui s’y tient (S. D. Gamble op. cit., pp. 439-440).

8 La guilde des coiffeurs de Pékin, par exemple, se réorganise entièrement en 1914 après la chute de l’Empire et l’abolition du port obligatoire de la natte. Cf. ses nouveaux statuts dans S. D. Gamble, op. cit., pp. 433-438.

9 Cf. dans l’Annuaire, IIe partie, pp. 10 à 20, les règlements des maçons, des charpentiers, des ouvriers en bambou, des tailleurs de pierre, des orfèvres, des ouvriers en cuivre, des étameurs, des fabricants de chapeaux, des tailleurs, et des teinturiers.

10 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).

11 J. S. Burgess, The guilds of Peking, p. 119.

12 Cf. Cmd. 2442, p. 26 (rapport du consul-général Jamieson).

13 A Hongkong, en 1917, parmi les associations artisanales légalement enregistrées, on comptait sept guildes différentes de ferblantiers, et six guildes de maçons (Hongkong government galette, 27 avril 1917).

14 IS, 1924, III, p. 494.

15 Dossier Henry, Pékin.

16 Annuaire, I, p. 611.

17 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1266 sq.

18 Ibid.

19 CEB, 26 juin 1924. Une grève déclenchée à cette date par la guilde des fabricants d’encens non-natifs de Changhai n’est pas suivie par l’autre organisation.

20 S. D. Gamble, op. cit., p. 178.

21 Annuaire, I, p. 609.

22 Cf., sur ces amicales régionales, Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 2-3, ou Chen Da, Question du travail, p. 93.

23 C’est ainsi que Liao Zhong-kai, originaire de Huizhou au Guangdong, et l’un des principaux dirigeants de l’amicale réunissant les Cantonais originaires de cette ville, mit en mai 1925 les locaux de la Huizhou-hui-guan à la disposition de la « Fédération pan-chinoise du travail », quand elle fut créée à Canton. Cf. ci-dessous, chap. x.

24 Certains auteurs confondent purement et simplement les hui-guan et les bang-hui, sans doute en raison de l’identité de leur critère géographique de recrutement. Des contacts pouvaient certes exister entre les uns et les autres, les bang de coolies pouvant solliciter l’aide des riches marchands des hui-guan et inversement ces derniers pouvant chercher à grossir leur clientèle dans le monde des bang-hui. Mais il semble bien qu’il faille constater l’existence de deux types nettement différents d’organisations, comme le note Deng Zhong-xia (Abrégé, pp. 2-3).

25 Les coolies de la zone d’influence japonaise du Nord-Est, par exemple, se groupaient en bang du Shandong, du Fujian, du « Nord », du « Sud » (Annuaire, II, p. 2).

26 Ch. Maybon et J. Fredet, Histoire de la concession française de Changhai, pp. 63-64.

27 Sur cette grève de 1884, cf. ci-dessous, p. 198.

28 Sur ces deux sociétés secrètes, cf. Ma Chao-jun, Histoire, pp. 74-77.

29 Comme la grève des mineurs du Jiangxi en 1915, ou celle des charpentiers de Changhai en 1918. Sur ces mouvements, cf. ci-dessous, p. 192.

30 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 3-4.

31 Les ouvriers des cotonnières de Yangshupu, par exemple, étaient fréquemment exposés à leurs sollicitations de « cadeaux » forcés. Cf. ci-dessus, p. 150. L’historien américain H. Isaacs, sur la foi d’informations recueillies en Chine vers 1930, juge ainsi l’évolution du Bang vert et du Bang rouge au lendemain de la première guerre mondiale : « Variant dans leurs origines et leurs objectifs initiaux, ces organisations étaient devenues des gangs criminels. Elles se livraient au trafic de l’opium et des esclaves. Elles effectuaient des enlèvements contre rançon. Elles s’adonnaient au chantage et au meurtre. Rare était le boutiquier, le colporteur ou le batelier, puissant ou faible, qui, des bouches du Yangzi aux gorges du Sichuan, n’avait pas eu à leur payer tribut » (H. Isaacs, Tragedy, p. 142).

32 Cf. J. S. Burgess, The guilds of Peking, chap. xiii, « Contemporary trends in guild life. »

33 Annuaire, I, pp. 608-611. Les teinturiers forment vers 1919 une association de compagnons (Tong-yi-hui, « société commune ») qui est distincte de la guilde traditionnelle, mais continue à vénérer le même ancêtre-maître, Ge.

34 Annuaire, I, p. 612. En 1917, se constituent dans ces trois professions des associations ouvrières autonomes.

35 Une liste de guildes chinoises exemptées des formalités d’enregistrement, publiée en 1917 par le gouvernement de Hongkong (Government Galette, 27 avril 1917) comporte 31 organisations purement patronales (soie, santal, cuivre, meubles d’osier, etc.), 33 organisations artisanales ouvrières (ferblanterie, maçons, santal, etc.), et seulement 5 organisations mixtes.

36 Burgess, op. cit., chap. xiii.

37 Burgess (op. cit., p. 119) en a encore relevé 40 en activité à Pékin lors de son enquête de 1927, dont certaines comptaient plusieurs milliers de membres (tissages de soie, tailleurs, fabricants de papiers décoratifs, etc.).

38 Une liste publiée en 1922 par le Bureau d’information économique de Pékin (CEB, 11 mars 1922) y mentionne encore des guildes mixtes de coiffeurs, de tailleurs, de fabricants de crêpe de soie, etc.

39 C’était du moins le cas dans les grands centres urbains, où des guildes des principaux métiers existaient avant l’apparition des grandes usines modernes. Il n’en était pas de même dans une petite localité rurale comme Changxindian, où les artisans qualifiés du grand dépôt de chemin de fer du réseau du Jing-han ne pouvaient adhérer à aucune guilde locale (entretien avec l’ouvrier Wang Chun-rong).

40 CEJ, février 1927 (Labor conditions in Chekiang).

41 Les charpentiers des docks britanniques adhéraient, on l’a déjà signalé, aux différentes guildes provinciales de charpentiers de la ville (Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1266 et 1269), de même que ceux du chantier chinois du Jiangnan (PDR, 17 sept. 1920).

42 Cf. Matériaux sur le 4 mai, p. 466 sq. (c’est cette guilde artisanale qui déclenchera en juin 1919 la grève des mécaniciens des entreprises modernes). Cf. aussi l’enquête de XQN en 1920 (volume du 1er mai 1920), selon laquelle la Guilde des métaux de Changhai comptait à cette date 40 000 membres, y compris les artisans et les ouvriers de la grande industrie.

43 En 1878, un long procès opposa la guilde des charpentiers cantonais de Changhai à trois compagnons cantonais d’une entreprise américaine de Hongkou, qui refusaient de lui verser un pourcentage sur leur salaire comme les y auraient obligés les statuts de la guilde (Matériaux sur l’industrie moderne, I, pp. 1246-1247). En 1880, une rixe sanglante opposa six charpentiers ningponais d’un chantier naval britannique de Changhai à leur contremaître, qui engageait des ouvriers non membres de leur guilde (Ibid., I, pp. 1247-1248).

44 Sur les origines du Syndicat des Mécaniciens du Guangdong, cf. Lowe Chuanhua, Facing labor issues..., p. 56 sq. (d’après des documents fournis par les dirigeants de ce syndicat). Cf. aussi Ma Chao-jun, Histoire, pp. 81-82, et Archives du B.I.T. C/1802/3, ainsi que Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 10.

45 Cf. l’étude de LSYJ, 1959, n° 2 (Xin-hai ge-ming-qian-hou-de Zhong-guo gong-ren yun-dong. Le mouvement ouvrier chinois à l’époque de la révolution de 1911). Cf. aussi Li Shi-yue, Xin-hai ge-ming-quian-hou-di Zhong-guo gong-ren yun-dong he Zhong-hua min-guo-gong-tang (Le mouvement ouvrier chinois à l’époque de la révolution de 1911 et le parti national chinois du travail).

46 Elle est fondée en février 1919 (XWB, 1er mars 1920) et Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 9) l’accuse de « tromper les travailleurs » par des mots d’ordre favorables au capitalisme. Elle soutiendra activement les grèves de juin 1919 et patronnera en 1920 la première célébration à Changhai du 1er mai (voir ci-dessous, chap. vii).

47 Un de ses fondateurs est l’ouvrier électricien (chrétien) Li Heng-lin, qui sera au nom de cette association un des animateurs des grèves de juin 1919 (Matériaux sur le 4 mai, p. 701). Son titre chinois signifie mot-à-mot « Fédération des milieux industriels » (gong-jie), et ce terme équivoque, qui s’applique à la fois aux patrons, aux cadres, aux techniciens, aux ouvriers qualifiés, souligne bien le climat de collaboration de classe qui caractérisait ces associations.

48 Elle soutiendra elle-aussi les grèves de juin 1919 (Matériaux sur le 4 mai, p. 568) et figurera encore en 1922 sur une liste officielle (CEB, 11 mars 1922) des syndicats ouvriers de Changhai.

49 XWB, 19 janvier 1920.

50 Entretien avec l’ouvrier Ren Qi-xiang. Lowe Chuan-hua (Facing labor issues..., p. 63) donne également la date de 1917 pour la fondation de cette association. Le SB (26 févr. 1919) mentionne dans cette même entreprise une « Association des Presses commerciales pour la promotion industrielle » qui aurait eu au début de 1919 plus de 1 000 adhérents et qui aurait été fondée en 1911. Une autre source (MGRB, 24 juill. 1924) cite de son côté une « Association pour la promotion de la jeunesse ouvrière dans le monde de l’industrie », fondée à la même époque. Sans doute s’agit-il en fait d’une même association, dont le terme de « avancement de l’industrie » (gongjie li-zhi) définit bien l’orientation générale et le caractère non-revendicatif.

51 NCH, 15 mars 1919. A Hangzhou, existait aussi vers cette époque une association mixte de rickshaws (CEJ, févr. 1927, Labor conditions in Chekiang).

52 Ma Chao-jun, Histoire, p. 81.

53 LJTJ, 1959, n° 2, op. cit.

54 CEB, 5 décembre 1925. Cette association porte le nom de gong-bui, qu’on peut déjà semble-t-il traduire par syndicat, bien que le caractère gong utilisé soit celui qui signifie « public », alors que c’est le caractère gong, « travail » (qui se prononce de la même façon), qui sera communément employé par la suite quand le mot « syndicat » (gong-bui) sera devenu d’usage courant.

55 Ma Chao-jun, ibid., p. 84.

56 Cf. MLR, août 1921 (Labor unrest in China). Le club dissident des Cantonais de Tangshan s’orienta vite vers l’action politique. Cf. ci-dessous, p. 203.

57 LSYJ, 1959, n° 2, op. cit.

58 SB, 11 avril 1912.

59 Lin Sung-ho, op. cit., p. 42.

60 Cf. Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 51 sq. (l’auteur a consulté vers 1930 des documents originaux du syndicat des marins).

61 LSYJ, 1959, n 2, op. cit.

62 Cf. Lei Jia, Hai-yuan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting), p. 18.

63 Ma Chao-jun, op. cit., p. 84.

64 Entretien avec l’ouvrier Wang Rui-an.

65 Zhu Bang-xing et autres, Shanghai chan-ye yu shan-hai zhi-gong (Les industries de Changhai et les travailleurs de Changhai), p. 133.

66 Entretien avec le cheminot Lin Mao-xiang.

67 Liu Shao-qi, Anyuan lu-kuang gong-ren ju-le-bu lue-shi (Histoire abrégée du club ouvrier de la mine et du chemin de fer d’Anyuan), p. 4.

68 Entretien avec les ouvrières Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying.

69 CEB, 20 février 1920.

70 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 4.

71 Premier recueil des martyrs, p. 8.

72 Ibid., p. 31. Cf. aussi l’entretien avec le cheminot Li Chen-gang.

73 Li Shi-yue, op. cit., p. 10.

74 Sur la répression politique à la fin des Qing, cf. par exemple Li Chien-nung, Political history, passim.

75 CYB, 1916, p. 312.

76 « Quand des ouvriers d’une même entreprise se coalisent dans une grève, le meneur sera puni d’emprisonnement pour une période du quatrième degré au maximum, ou puni d’une amende de 300 yuans au maximum, et les autres seront emprisonnés ou frappés d’une amende de 30 yuans au maximum ». Cité par Liu Lirai, 1919 zhi I927 nian-di zhong-guo gong-ren yun-dong (Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927), p. 13.

77 Cf. des extraits de cette loi dans Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 83, et un résumé dans Min-guo Fa-ling ta-quan (Somme juridique de la République), p. 485.

78 Cf. LSYJ, 1959, n° 2, op. cit. — L’Association amicale des ouvrières de la soie fut par exemple dissoute en septembre 1912 (SHSB, 22 sept. 1912).

79 Cf. ci-dessous, p. 194.

80 Résumé de ce texte dans Min-Guo Fa-ling ta-quan, p. 1197. Extraits cités par J. Lamb, Origin and development of social legislation in China, p. 23. Cette loi sur les mines prévoyait, outre le livret ouvrier, des mesures de réforme telles que la garantie du paiement du salaire en bonne monnaie, une échelle d’indemnité, l’institution d’une inspection du travail dans les mines.

81 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 10.

82 « En vue d’empêcher des agitateurs de se frayer un chemin dans la province, les travailleurs chinois venant d’autres provinces, aussi bien que ceux qui sont recrutés au Yunnan, doivent se présenter eux-mêmes aux autorités locales pour être immatriculés » (article XIII de l’accord franco-chinois de 1903, cité dans J.V.A. Mc Murray, Treaties and agreements with... China, p. 457). — » Pour assurer la paix et la tranquillité et pour empêcher des troubles, le Syndicat du Yunnan, Ltd, pourra, après avoir prévenu les autorités locales, recruter près des mines des soldats indigènes, qui seront placés sous l’autorité d’un officier choisi à cet effet, qui résidera avec ses hommes près des chantiers » (article XVIII de l’accord de 1902, ibid., p. 913).

83 Mc Murray, op. cit., pp. 25 et 133.

84 Cf. ci-dessous, chap. viii.

85 Cf. Feetham Report, I, pp. 222-223.

86 « Aucune coalition ou union, qu’elle soit une union de rue, une association d’étudiants ou un syndicat, ne sera autorisée à employer parmi la population des méthodes susceptibles d’intimidation ; toute tentative en ce sens sera punie avec la plus extrême rigueur » (Municipal Gazette, supplément au NCH, 17 avril 1920).

87 NCH, 20 avril 1917.

88 On payait 5 yuans par jour pour un policier blanc monté, 16 yuans pour un policier blanc à pied, 8 yuans pour un japonais, 6 yuans pour un sikh, 3 yuans pour un chinois (Municipal Galette, supplément au NCH, 25 octobre 1917).

89 Feetham Report, I, p. 173. Sur la Cour mixte en général, cf. A. Kotenev, Shanghai, its Mixed Court and Council.

90 C’est par exemple au nom des lois de 1912 et 1914 qu’en février 1925 plusieurs journaux de tendance nationaliste seront condamnés par la Cour mixte à de fortes amendes, pour avoir publié des communiqués du Comité de grève des cotonnières japonaises de Changhai. (A. Kotenev, Shanghai, its municipality and the Chinese, p. 196).

91 Le Parti communiste sera par exemple fondé dans la concession française de Changhai en juillet 1921 (cf. ci-dessous, chap. viii). C’est de même sur le territoire de la concession internationale, à Chengdu Road, que préférera s’installer à ses débuts le Secrétariat du Travail jusqu’à sa fermeture par la police internationale (cf. ci-dessous, chap. viii.).

92 Ce sera le cas en 1922 de Li Qi-han, animateur du Secrétariat du Travail, et qui restera en prison jusqu’en 1924, ou le cas à l’automne 1925 de Liu Hua, dirigeant du Syndicat général de Changhai, exécuté peu après par les autorités militaires chinoises (cf. ci-dessous, chap. viii et xi).

93 Cf. une telle liste dans Hongkong government Gazette, 27 avril 1917.

94 Un certain nombre de syndicats de marins seront par exemple interdits pour ce motif à la fin de 1922 (Orders in Council, 13 oct. 1922).

95 En août 1922, 27 tireurs de rickshaws du quartier résidentiel de Hongkong (le « Pic ») seront condamnés à des peines de prison ferme pour refuser de travailler sous une pluie trop forte (CWR, 30 sept. 1922).

96 Cf. ci-dessous, chap. XII et XIII.

97 Pour la période 1895-1913, liste dressée dans les Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1299-1301. Pour les années 1914 à 1917, estimation de LSYJ, 1959, n° 2, op. cit. Pour l’année 1918, statistique établie par Chen Da (CEJ, oct. 1927, Analysis of strikes in China).

98 Matériaux sur l’industrie moderne, ibid.

99 MGRB, 22 juillet 1917.

100 Matériaux sur l’industrie moderne, I, p. 1250.

101 Ibid., II, p. 1259.

102 SHSB, 15 août 1918.

103 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1299.

104 Ibid., I, p. 1249.

105 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 4.

106 Li Shi-yue, op. cit., p. 5.

107 Deng Zhong-xia, op. cit., p. 4.

108 Ibid.

109 SSXB, 14 mai 1918. Le journal rapporte que ces grévistes auraient bu entre eux un « vin de purification » (qi-xin-jiu).

110 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1263.

111 Ibid., II, pp. 1263-1264.

112 Ibid., II, p. 1263.

113 SSHB, 1905, n° 7 et 1906, n° 29.

114 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1264 et pp. 1286-1287.

115 SSXB, 19 avril 1918.

116 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1289.

117 Ibid., II, p. 1269.

118 Cf. Min-sheng za-zhi, n° 21 — Cf. aussi Liu Li-kai, op. cit., p. 14.

119 Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1299-1301.

120 Ibid.

121 Sur ces trois grèves, cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 4 et LSYJ, 1959, n° 2, op. cit. La grève des postiers de Pékin, avait été provoquée par une mesure officielle portant à huit le nombre de tournées qu’ils devaient effectuer par jour.

122 En l’absence d’une étude approfondie sur l’histoire du mouvement ouvrier chinois avant 1919, ces remarques reposent sur l’examen des listes et études citées ci-dessus, p. 191, note 5).

123 Deux d’entre elles se déroulent à la fois dans des entreprises chinoises et étrangères, ce qui explique que le total des chiffres ci-dessus soit supérieur au nombre (72) de ces grèves. On peut par ailleurs compter pendant cette période 39 grèves dans le textile, 12 dans la métallurgie et les constructions navales, 5 dans les mines, 4 dans es huileries, 4 dans les imprimeries et papeteries, 8 dans des entreprises diverses.

124 Cf. dans LSYJ, 1959, n° 2, op. cit, de nombreux exemples de ce processus.

125 Cf. ci-dessus, p. 33.

126 SCMP, 29 juillet 1919.

127 CEB, 4 juillet 1925.

128 E. Kann, Currency in China, p. 537.

129 CEB, 24 avril 1925.

130 CWR, 28 janvier 1928.

131 FER, janvier 1920.

132 CEJ, octobre 1927 (An analysis of strikes in China 1918-1927).

133 Annuaire, II, p. 154.

134 SCMP, 31 décembre 1918.

135 SCMP, 24 avril 1918.

136 MDN, 14 janvier 1918. Dès l’annonce de la grève, une augmentation est accordée « en raison de la détresse dans laquelle la hausse anormale des prix a plongé les ouvriers ».

137 Annuaire, II, p. 154.

138 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 6.

139 Annuaire, II, p. 154.

140 NCH, 11 mai 1918. Les compagnons distribuèrent des tracts contre la cherté de la vie, s’assemblèrent au temple de Lu-ban et menacèrent ceux qui refuseraient d’aller à la réunion ou de soutenir la grève d’ « avoir le soleil et la lune dans le dos ».

141 Statistiques de Chen Da dans CEJ, octobre 1927 (op. cit.).

142 Grèves et lockouts, p. 65.

143 NCH, 7 février 1920 (Rapport du conseil d’administration de la cotonnière britannique « Yangtzepoo Cotton Mill »).

144 Sur la grève de Hongkong en 1884, cf. Revue historique, octobre 1956 (En marge de l’expédition du Tonkin ; les émeutes de Ouen-Tcheou et de Hongkong), cf. aussi LSYJ, 1958, n° 3 (1884 nian Xiang-gang ba-gongyun-dong. Le mouvement de grève de Hongkong de 1884).

145 Cf. JDSZL, 1958, n° 5 (1905 nian Guang-dong fan-mei yun-dong, Le mouvement anti-américain de 1905 au Guandong). Sur les boycotts de cette période, cf. aussi Matsumoto (Shigeharu), The historical development of Chinese boycotts, 1834-1925, et A A APS, vol. 152 (1930), (China’s use of the boycott as a political weapon).

146 LSYJ, 1959, n°2 (op. cit.).

147 Ibid.

148 Cf. sur cette grève LSYJ, 1954, n° 2 (1905 nian 4-yue Zhong-guo gong-ren fankang di-guo-zhu-yi zi-ben-jia-de dou-zheng, Les luttes des ouvriers chinois contre le capitalisme impérialiste en avril 1905).

149 Cf. JDSZL, 1958, n° 5 (Tianjin fan-kang fa-ti kang-zhan Lao-xi-kai, Matériaux sur la résistance de Tianjin à l’occupation forcée de Laoxikai par l’impérialisme français).

150 Cf. J. Chesneaux, Sun Yat-sen, p. 72.

151 Cf. LSYJ, 1955, n° 1 (1905 nian E-guoge-ming he zhong-guo, La révolution russe de 1905 et la Chine).

152 C’est le cas du marin Su Zhao-zheng, qui deviendra en 1920-1927 un des principaux promoteurs du syndicalisme chez les marins (Martyrs de la Révolution, p. 133 sq.).

153 Cf. LSYJ, 1959, n° 2, op. cit.

154 Chen Da, Question du travail, p. 102.

155 Lei Jia, Hai-yuan Zhu Bao-ting (Le marin Zhu Bao-ting), p. 13.

156 Li Shi-yue, op. cit., p. 6.

157 Cf. Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 51.

158 Cf. ci-dessus, p. 185.

159 Dans son rapport de 1924 sur le syndicalisme à Changhai (Cmd. 2442, p. 84), le consul britannique Moss rapporte qu’en 1917 un syndicat moderne d’électriciens aurait été fondé par un certain Han-Hwe (sic), militant du Guo-min-dang.

160 LSYJ, 1959, n° 2, loc. cit.

161 Sur la multiplicité des partis et des cliques politiques en Chine au lendemain de la Révolution, cf. par exemple Li Chien-nung, Political history, p. 275 sq.

162 LSYJ, 1959, n° 2, ibid.

163 Lowe chuan-hua, Facing labor issues..., p. 31.

164 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 5.

165 Cf. FDXB, 1952, n° 2 (Zhong-guo gong-ren jie-ji bao-kan-de chan-sheng he chu-bu fa-zhan, La naissance et les premiers développements de la presse ouvrière chinoise).

166 Chen Da, Question du travail, p. 102. Il semble toutefois difficile d’accepter la tradition, rapportée par cet auteur, selon laquelle il s’agirait d’un étudiant « revenu de Moscou », un an avant la Révolution soviétique.

167 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 5.

168 Cf. son interview à la SCMP, 10 mars 1922.

169 SCMP, 15 avril 1919 et 3 mai 1919.

170 Sur le Gong-dang, cf. Li Shi-yue, op. cit., pp. 13 à 25. Cf. aussi Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1273 sq., et LSYJ, 1959, n° 6, Guan-yu Zhong-hua min-guo gongdang-de xing-zhi wen-ti, La question du caractère du parti national chinois du travail. Ce dernier article, contrairement à l’interprétation de Li Shi-yue, tend à considérer essentiellement le gong-dang comme un parti bourgeois dépourvu de caractère ouvrier.

171 « Tous les travailleurs de plus de 16 ans, s’ils gagnent leur vie, qu’ils soient hommes ou femmes, riches ou pauvres, quel que soit le culte qu’ils pratiquent, peuvent adhérer au parti » (Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1273).

172 Li Shi-yue, op. cit., p. 21.

173 Sur la section de Tangshan du Gong-dang, cf. XQN, 1er mai 1920 ; cf. aussi Chen Da, op. cit., p. 100.

174 Après 1916, il semble qu’un certain nombre de militants du Gong-dang reprirent quelque activité. On les retrouve soutenant en 1917 les grèves de Pudong et des Presses commerciales (MGRB, 21 juill. 1917 et SHSB, 28 mars 1917). Le nom du Gong-dang sera encore mentionné au moment du 4 mai 1919 (cf. ci-dessous), sans qu’on puisse préciser s’il s’agit d’une véritable continuité.

175 FDXB, 1952, n° 2, op. cit.

176 FDXB, 1952, n° 2, op. cit. (2 bis) Cf. Périodiques du 4 mai, t. II, pp. 167-178 (analyse générale de Travail), p. 546 (texte du Manifeste publié dans la première livraison), p. 679 (table des matières détaillée des cinq livraisons).

177 E. Snow, Red Star over China, p. 146 et 149 (notes prises au cours d’une conversation avec Mao Ze-dong en 1937).

178 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 5.

179 Ibid.

180 LSYJ, 1957, n° 5 (Li Da-zhao tong-zhi he wou-si shi-qima-ge-si zhu-yi si-xiang-de xuan-chuan, Le camarade Li Da-zhao et la propagande marxiste à l’époque du 4 mai).

181 Ces trois textes de Li Da-zhao sont reproduits dans ses Œuvres Choisies (Li DaZhao xuan-ji, Pékin, 1959), pp. 138, 153, 171.

182 Le mot d’ordre « le travail est sacré » (lao-gong shen-cheng) est couramment employé dans ces milieux (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 9). Il est par exemple prononcé par Cai Yuan-pei, chancelier de l’Université de Pékin, au cours d’un discours commémorant la fin de la Grande Guerre (XQN, nov. 1918).

183 L’étude parue dans LSYJ, 1958, n° 2 (Shi-yue ge-ming he Zhong-guo gong-renyundong, La révolution d’octobre et le mouvement ouvrier chinois) ne mentionne pour la période antérieure au Mouvement du 4 mai aucun exemple concret d’une telle pénétration.

184 Ces informations nous ont été communiquées par M. Haupt, qui a examiné à Bruxelles les archives du Bureau socialiste international, à l’occasion du travail qu’il prépare sur la Deuxième internationale.

185 40 000 d’après le NCH, 15 novembre 1919, employés surtout dans le bassin houiller du Don.

186 Cf. Peng Ming, Zhong-su you-yi-shi (Histoire de l’amitié sino-soviétique), pp. 81-82.

187 Cf. A. Whiting, Soviet policies in China 1917-1924, p. 36 (d’après la presse quotidienne soviétique).

188 Ibid.

189 Ibid.

190 Cf. SCMP, 18 avril 1919, annonçant l’arrivée imminente à Canton de 2 000 bolcheviks chinois, ou NCH, 12 avril 1919, rapportant une réunion spéciale du Cabinet de Pékin pour examiner le renforcement des mesures de surveillance parmi les coolies rapatriés de Russie.

191 A. Whiting, op. cit., p. 293 (Izvestia, 22 juin 1920).

192 Comme parmi les marins de Changhai (Lei Jia, Hai-yuan Zhu Baoting, Le marin Zhu Bao-ting, p. 17).

193 Cf. XGS., 1er juillet 1957 (Zhong-guo gong-chan-dang cheng-li qian-hou-de jian-wen, Souvenirs sur l’époque de la fondation du parti communiste chinois).

194 MDN, 16 mai 1918.

195 MDN, 5-7 septembre 1918.

196 MDN, 26 août 1919. « Pendant ces grèves, les ouvriers chinois furent remarquables par la façon dont ils se dressèrent énergiquement aux côtés des ouvriers russes ».

197 On sait par exemple qu’un certain Zhao Zhuan-qiang, ancien cheminot des voies ferrées de Sibérie orientale et qui parlait le russe, est en 1922 un des auxiliaires du communiste Li Qi-han au Bureau de Changhai du « Secrétariat du travail » (cf. ci-dessous, chap. viii) et l’aide dans ses démarches pour empêcher le recrutement à Changhai de briseurs de grève pour Hongkong (PDR, 31 janv. 1922).

198 Cf. Chen Da. Chinese migrations and labor conditions, chap. ix. Cf. aussi Blick (J.). The Chinese labor corps in World War I.

199 Op. cit., p. 151.

200 Cf. Current history magasine, décembre 1919 (Managing 200 000 coolies in France).

201 NCH, 15 mars 1919.

202 M.T.Z. Tyau, China awakened, p. 237.

203 H. Isaacs, Tragedy, p. 55.

204 Il restait à ceux qui travaillaient dans les entreprises françaises environ 2 francs par jour, une fois déduits leurs frais d’entretien. Le contrat anglais prévoyait 1 franc net pour les coolies et 2 francs pour les spécialistes, plus 10 yuans par mois aux familles (Chen Da, op. cit.). En 1918, les autorités anglaises distribuèrent au Shandong par mandat postal 3 500 000 yuans. (Report of the Chinese post office, 1918, p. 11).

205 C’est ainsi que sur 323 de ces ouvriers rapatriés en octobre 1921 par l’André Lebon (PDR, 12 oct. 1921), 307 repartent immédiatement de Changhai par train.

206 Ces retours de France sont réduits à se faire coolies, mendiants, tireurs de rickshaws, même quand ils avaient reçu en France une bonne formation professionnelle (NCH, 24 déc. 1921). C’est aussi ce qu’affirme en septembre 1920 un communiqué de l’association des ouvriers retour de France (LDJ, n° 6, 19 sept. 1920).

207 Cf. ci-dessous, p. 231.

208 Le rapport de l’ingénieur Demaret sur les origines de la grève des houillères de Tangshan en juin 1920 met en cause l’influence des ouvriers récemment revenus de France et de Russie (archives de la K.M.A., 14-2-9).

209 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, pp. 36-39.

210 Sur les débuts du mouvement « Travail et étude » au Hunan, cf. Li Rui, Mao Ze-dong, pp. 83 à 91.

211 On signale vers 1920 à Dairen plusieurs syndicats chinois formés sous l’influence du syndicalisme japonais (CEB, 22 nov. 1924). Il faudrait aussi tenir compte des contacts entre les étudiants chinois du Japon et le mouvement socialiste japonais dès le début du xxe siècle ; c’est par exemple pendant son séjour d’étudiant au Japon que Jiang Kang-hu, le fondateur du parti socialiste chinois de 1912, s’était initié au socialisme (Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 33).

212 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 10, considère que le processus de dissociation des guildes cantonaises en groupements patronaux et groupements ouvriers est en fait un processus d’« européanisation » suscité par le voisinage de Hongkong et les contacts avec le syndicalisme britannique. Mais il ne donne aucun exemple concret de ce processus.

213 Ils publiaient à partir de 1918 un Chinese Student Monthly, qui très vite fait large place aux problèmes ouvriers. Au cours d’un entretien privé, M. George Hardy, ancien secrétaire-général de l’I.W.W. (International Workers of the World), organisation américaine de tendance anarcho-syndicaliste, nous a rappelé que des étudiants chinois, vers 1918-1919, venaient fréquemment à son bureau de Chicago acheter des brochures et des documents sur le syndicalisme, qu’ils expédiaient ensuite en Chine. Par ailleurs, le cas d’un Xie Ying-bo, affilié au parti socialiste américain pendant son séjour aux Etats-Unis, vers 1914, ne doit pas être isolé (cf. ci-dessus, p. 202).

Table des illustrations

Légende CARTE N°6.- Distribution géographique des grèves entre 1895 et 1913.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 6. — Évolution des mouvements de grèves de 1895 à 1913.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende CARTE N°7.- Mouvements d’agittion des travailleurs chinois en France en 1916-1918.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 373k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search