Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre V. Salaires et niveau de vie

Texte intégral

  • 1 Cf. sur la formation du marché du travail dans la Chine de la fin des Ming et du début des Qing (xv (...)

1La rémunération salariée du travail industriel, même si elle remonte en Chine au xviie et au xviiie siècle dans un certain nombre de centres1, est encore loin, dans les années 1920, de se présenter sous une forme simple, directe et universelle ; les régimes de salaire les plus variés se rencontrent côte-à-côte dans une même région, dans une même branche d’industrie, voire dans une même entreprise.

  • 2 Comme à l’usine de la B.A.T. à Tianjin (CEM, oct. 1926, Wages in Tientsin industries), dans les fab (...)
  • 3 D’après l’enquête de T. Y. Tsha (NQ, oct. 1935, Wage rates in Shanghai), les salaires à la pièce re (...)
  • 4 En 1935 (T. Y. Tsha, ibid.), les salaires au temps représentaient 87,2 % dans les industries mécani (...)
  • 5 D. K. Lieu, Silk industry in Shanghai, p. 69 sq.
  • 6 Chen Da, Question du travail, pp. 65-68.
  • 7 Les brèves remarques qui précèdent ne font que souligner l’intérêt qu’il y aurait à étudier plus sy (...)

2La distinction entre salaires à la pièce et salaires au temps est extrêmement courante. Le salaire à la pièce prédomine largement dans les manufactures de tabac et d’allumettes2, mais on le trouve aussi très communément dans les filatures de coton, les tissages, les ateliers de bonneterie et de tricot3. Le salaire au temps est au contraire le plus fréquent sinon le seul en usage dans les industries mécaniques, les chantiers de construction navale et de réparation de bateaux, les minoteries et les huileries, tandis que les imprimeries utilisent les deux systèmes à peu près à égalité4. Les salaires à la pièce, encore que la documentation reste sur ce point fort sommaire, semblent donc avoir été le lot des ouvriers les moins qualifiés et les moins bien rémunérés. C’est ainsi que, dans les filatures de soie de Changhai5, les éplucheuses de cocons et les trieuses, qui sont engagées et renvoyées chaque jour au fur et à mesure que varient les besoins, sont payées à la pièce, tandis que les dévideuses et leurs aides, dont la situation est plus stable, sont payées à la journée. De même, dans les mines de Fushun6, les charpentiers, les mécaniciens, les mineurs de fond sont payés au temps, tandis que les coolies sont payés à la pièce, du moins ceux qui sont embauchés directement par la Compagnie et non par bao-gong (soit une minorité)7.

  • 8 D. K. Lieu, op. cit., p. 84-85.
  • 9 Annuaire, I, p. 318.

3Dans la catégorie des travailleurs payés au temps, intervient une autre distinction fondamentale, celle des salaires à la journée et des salaires au mois ; cette distinction est encore soulignée, on y reviendra, par la différence des unités monétaires (cuivre ou argent) utilisées dans ces deux cas. Ici aussi, c’est très nettement la qualification du travail qui constitue le facteur le plus important ; dans les filatures de soie de Changhai par exemple, tous les hommes sont payés au mois et portent le titre de « officiers », qu’ils soient chargés de travaux manuels comme peser les cocons, empaqueter la soie, entretenir les machines (« officiers militaires »), ou qu’ils soient affectés à des fonctions administratives et de surveillance (« officiers civils »), alors que les femmes même qualifiées sont payées à la journée8. Parmi les ouvriers des cotonnières qui sont payés au temps, seuls les mécaniciens sont rémunérés sur une base mensuelle, ainsi que les contremaîtres9.

  • 10 Elles atteignaient la moitié du salaire aux mines de la K.M.A. (Deng Zhongxia, Abrégé..., p. 80). O (...)
  • 11 D’après une enquête du B.I.T. (Archives, C/1803/20) de 1932, les dockers de Changhai ne percevaient (...)
  • 12 C’est ainsi qu’à Hongkong les bao-tou, qui souvent ne faisaient qu’un avec les compradors des grand (...)
  • 13 Liu Shao-qi raconte dans ses souvenirs de militant syndical aux mines d’Ayuan-Pinxiang en 1922 (An- (...)
  • 14 Cf. NQ, juillet 1937 (Coal mining in China). Deng Zhong-xia, qui avait séjourné aux mines de la K.M (...)
  • 15 Cf. par exemple un rapport du B.I.T. sur les mines de la K.M.A. en 1935 (Archives du Β.Ι.Τ., C/1802 (...)
  • 16 Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 110) donne une vivante description de divers procédés frauduleux prat (...)
  • 17 C’est ainsi que, sur la ligne Tianjin-Pukou, le règlement prévoyait que les bao- tou payeraient 60  (...)

4Plus originale était la distinction, également très courante, entre les salaires directs et les salaires indirects, c’est-à-dire perçus par un intermédiaire qui ne reverse aux travailleurs qu’une partie de la rémunération qu’il touche à leur place. On retrouve ici l’institution du bao-gong, dont on a déjà souligné l’importance à propos du recrutement des ouvriers, mais qui continue à peser sur ceux-ci pendant toute la durée du travail industriel. Il s’agit tantôt du bao-gong proprement dit ou travail à forfait, comme celui qui est pratiqué dans les mines de la K.M.A. par des bao-tou qui traitent en bloc avec la compagnie pour une certaine quantité de charbon à extraire, et tantôt du système changhaien des fournisseurs de main-d’œuvre ou bao-fan-zuo qui recrutent les ouvrières des cotonnières et perçoivent à leur place les salaires, sans toujours prendre en charge la production elle-même. Mais le fait principal demeure, à savoir que la majeure partie de la rémunération du travail est absorbée par le ou les intermédiaires ; la direction de l’entreprise ne connaît généralement pas plus le montant exact du salaire réel touché par les ouvriers que le nombre exact de ceux-ci. Ces retenues effectuées sur le salaire par les intermédiaires de recrutement, toujours importantes10, étaient d’autant plus élevées que se multipliaient ces derniers entre la firme principale et les ouvriers, par exemple dans le cas des dockers11. Aux retenues proprement dites prélevées par les bao-tou sur les salaires s’ajoutaient encore les profits réalisés sur les repas vendus par ceux-ci aux ouvriers, sur le logement quand celui-ci était fourni, et surtout sur les opérations usuraires telles que les avances sur les salaires à venir12. Les bao-tou ne se privaient pas non plus d’effectuer de fructueuses manipulations monétaires sur les salaires ; ils touchaient en effet d’un seul coup des sommes assez importantes, qui leur étaient versées généralement en yuans-argent ; mais les salaires n’étaient distribués par eux aux ouvriers qu’en monnaie divisionnaire de cuivre, dépréciée et de valeur instable13, et si le total dû était supérieur à un yuan, celui-ci était versé en monnaie d’argent, le complément l’étant en pièces de cuivre14. Un autre procédé couramment employé par les bao-gong-tou était de ne verser les salaires que chaque semaine ou chaque quinzaine, alors que les compagnies les payaient chaque jour ; ce système était particulièrement avantageux en période de dévaluation et permettait de toute façon de fructueuses opérations d’usure15. Maints autres artifices servaient encore aux bao-gong-tou à augmenter leurs profits, tels que l’aggravation artificielle des conditions d’extraction pour pouvoir réclamer une prime supplémentaire, la déclaration d’ouvriers fictifs, ou la fraude sur la quantité de charbon convenue avec la compagnie16. Si en contrepartie les « forfaitaires » étaient astreints à un certain nombre d’obligations, telles que celle de partager avec les compagnies les frais d’indemnisation en cas d’accidents17, ils disposaient encore d’une marge de bénéfices très considérable.

  • 18 D. K. Lieu, Silk industry in Shanghai, p. 69 sq.
  • 19 Shanghai Municipal Council, Report of the Rickshaw Committee (Municipal Gazette, 13 févr. 1934).

5La rémunération par bao-gong est la plus importante et la plus connue, mais non la seule, des multiples pratiques qui à cette époque continuaient à compliquer les rapports de salariat dans le monde industriel. L’achat pur et simple de la force de travail ouvrière par le propriétaire des instruments de production n’avait pas encore complètement éliminé ces pratiques plus anciennes, non plus que les liens de dépendance personnelle qu’elles comportaient souvent. Un exemple caractéristique de ces survivances est fourni par le régime des employés des machines à vapeur en service dans les filatures de soie de Changhai18 : ce personnel était considéré comme faisant partie de la filature et recevait par exemple comme les autres ouvriers qualifiés la « prime de cocons » mensuelle ; mais il était recruté, dirigé et payé directement par le concessionnaire des chaudières, le lao-gui (« vieux diable »), qui avait passé marché avec l’usine pour lui fournir la force motrice et la vapeur nécessaire à la préparation des cocons à un certain prix, toutes les dépenses étant à sa charge (sauf le charbon, fourni par la filature elle-même) ; il arrivait même que ce concessionnaire traite avec plusieurs filatures à la fois, et dans ce cas sous-traite la fourniture de vapeur d’eau dans chaque usine à un er-gui (« diable en second »). Le mode de rémunération des tireurs de rickshaws de Changhai19 est un autre exemple de rétribution indirecte ; entre le propriétaire de la voiture et le coolie qui la tire s’interposent un et parfois plusieurs intermédiaires « à forfait ».

  • 20 FER, février 1920.

6Egalement caractéristique d’une société en transition, mais bien différents des précédents, sont les modes de rémunération qui continuent à laisser au travailleur de la grande industrie quelque chose de l’indépendance économique des artisans de jadis. C’est par exemple le cas de ces mineurs des mines de plomb et d’antimoine de Shuikoushan, au Hunan20, dont on rapporte en 1920 qu’ils étaient encore propriétaires de leurs lampes et devaient acheter à leur propre compte leur huile et leurs explosifs, tandis que le Bureau provincial des mines, qui était propriétaire de celles-ci, leur fournissait les marteaux, les pioches et autres instruments, et leur versait un salaire mensuel.

  • 21 Chen Da, Question du Travail, pp. 65-68 (ouvriers logés).
  • 22 D. K. Lieu, op. cit., p. 69 sq. (ouvriers logés et nourris).
  • 23 CEB, 23 janvier 1926 (ouvriers logés et nourris).
  • 24 CEJ, novembre 1927 (Three towns in South Chihli) (ouvriers logés et nourris).
  • 25 CEJ, juillet 1928 (Match factories in China) (ouvriers logés et nourris).
  • 26 CEB, 13 juin 1925 (ouvriers nourris).
  • 27 TIB, n° 7, 27 mars 1922 (Cement industry in China) (ouvriers logés).
  • 28 CEB, 12 juillet 1924.

7Les compléments de salaires dont bénéficiaient une bonne partie des travailleurs, en nature ou en espèce ont fréquemment aussi le caractère de privilèges traditionnels, de survivances de l’âge précapitaliste. C’est ainsi que les ouvriers sont, soit logés gratuitement, soit nourris gratuitement, soit les deux à la fois dans un certain nombre d’entreprises modernes. Cet avantage est souvent réservé aux travailleurs les plus qualifiés, tels que les charpentiers et mineurs de fond de Fushun21, les « officiers » des filatures de soie de Changhai22, les ouvriers des ateliers mécaniques de Wuhu23, les mécaniciens des minoteries du Zhili24, les hommes adultes des manufactures d’allumettes de Changhai25 ou des fabriques de serviettes de toilette de Nankin26, les ouvriers qualifiés d’une cimenterie japonaise du Shandong27 ; il s’agit dans ce cas d’accorder des privilèges supplémentaires à une catégorie déjà bien mieux payée que la moyenne des travailleurs, et sans doute de lui conserver quelque chose de l’aisance que connaissaient les « compagnons » des anciennes guildes artisanales. Mais parfois au contraire, ce sont les catégories les plus basses et les moins favorisées auxquelles on assure le logement et la nourriture, comme pour se dispenser d’y ajouter autre chose qu’un salaire presque nominal. C’est le cas, on l’a déjà vu, des enfants embauchés sous le régime de « l’apprentissage industriel » dans les manufactures d’allumettes, cotonnières, manufactures de tapis de Pékin ou de Tianjin ; c’est aussi le cas, pour prendre cet autre exemple, des coolies des décortiqueries de riz de Hankou et de sa banlieue, qui en 1924 recevaient en plus de quelques centimes de cuivre par jour trois repas de riz et légumes, plus de la viande deux fois par mois, pour un travail de pure force physique28.

  • 29 D. K. Lieu, Silk industry..., p. 84.
  • 30 Annuaire, II, p. 159.
  • 31 Lin Sung-ho, op. cit., p. 33.
  • 32 D. K. Lieu, ibid., p. 84.
  • 33 C’est le cas de l’usine d’allumettes Yong-hua au Shandong (CEJ, nov. 1927, Three towns in South Chi (...)

8Il semble que, dans d’autres avantages en nature accordés en sus du salaire proprement dit, les anciennes mœurs artisanales continuaient à se survivre de la même façon : droit pour les ouvriers des filatures de soie de balayer et de vendre les débris de soie à leur profit ou de les utiliser pour confectionner des vêtements molletonnés29, droit pour les femmes des fabriques de bas de Changhai d’emporter quelque paires pour leur usage personnel30, privilège d’un catty de sel gratuit pour les ouvriers de la raffinerie Jiu-da31, Mais, par une évolution normale des mœurs qui elle-même reflétait les progrès de l’économie de marché, ces avantages en nature tendent au lendemain de la première guerre mondiale à se commercialiser, à être remplacés par des primes en espèces ; ces primes restent toutefois distinctes du salaire principal et conservent ainsi quelque chose de leur ancien caractère communautaire ; les filatures de soie vendent elles-mêmes à des fabricants de vêtements d’hiver leurs déchets, mais versent à leurs ouvriers qualifiés masculins une « prime de cocons » calculée au prorata du salaire32 ; certaines usines versent de même une prime de nourriture à leurs ouvriers, précédemment nourris par leur soin33.

  • 34 CEB, 14 février 1925.
  • 35 Annuaire, I, p. 223.
  • 36 Lin Sung-ho, op. cit., p. 26. C’est la haute qualité de cette enquête monographique qui conduit à c (...)
  • 37 Entretien avec l’ouvrier Ren Qi-xiang. Cf. aussi Wou Mong-peng, L’évolution des corporations ouvriè (...)

9Dans l’ancien artisanat, à la fin de l’année lunaire, les patrons avaient la faculté de renvoyer leur personnel et l’obligation de mettre leurs comptes en ordre. L’usage était aussi de verser aux ouvriers une prime annuelle et vers 1920 cette pratique est encore très répandue, par exemple, dans les poteries modernes de Pékin34, ou dans certaines cotonnières de Changhai35. A la raffinerie de sel Jiu-da, cette prime de fin d’année se présentait sous la forme, plus traditionnelle encore, de deux complets accompagnés de quelques friandises ; l’ensemble sera en 1927 commué en une prime forfaitaire de neuf yuans36. Cette prime traditionnelle du Nouvel An lunaire conserve, dans les nombreuses entreprises modernes qui continuent à la verser37, ses vieux noms de hong-li (« gain rouge », le rouge étant la couleur de fête, largement utilisée en ces journées pour les cadeaux, les cartes de vœux, etc.), ou de hua-li (« gain à dépenser joyeusement »).

  • 38 CEJ, avril 1928 (Manufacturing industries in Northern Manchuria).
  • 39 Cmd. 2442, p. 34 (rapport de J. W. Nipps, secrétaire industriel de l’Y.M.C.A. chinoise à Zhifu).
  • 40 Lin Sung-ho, op. cit., p. 28.
  • 41 CEJ, février 1927 (Labor conditions in Chekiang). Cf. d’autres barêmes de primes d’assiduité dans l (...)

10D’une façon générale, la pratique des primes versées en sus du salaire principal est très répandue dans le monde industriel chinois des années 1920. Si certaines d’entre elles, on vient de le voir, se substituent à des avantages en nature de caractère traditionnel, d’autres sont au contraire des innovations nées du fonctionnement même de la grande industrie moderne. Telles sont par exemple les primes instituées pour combattre l’absentéisme et encourager la main-d’œuvre à se stabiliser ; les minoteries et huileries de Harbine les versent aux ouvriers qui sont à l’usine depuis trois ans au moins38, et les filatures de soie de Zhifu à ceux qui n’ont eu aucun jour d’absence pendant le mois39 ; à Jiu-da, c’est le treizième mois du Nouvel An lunaire qui est retiré aux ouvriers ayant eu plus d’un mois d’absence au cours de l’année écoulée40. Cette prime d’assiduité, sous ses formes diverses, est en général appelée shen-gong (« extension de salaire »), et son importance souligne à nouveau l’extrême mobilité de la main-d’œuvre industrielle chinoise à cette époque41.

  • 42 NCH, 18 septembre 1920.
  • 43 C’est ainsi qu’une autre cotonnière japonaise de Changhai (Annuaire, I, p. 225) donnait une prime d (...)
  • 44 CEM, octobre 1926 (Wages in Tientsin industries).
  • 45 Wang Simine, op. cit., pp. 62 et 86.

11D’autres types de primes tendaient à élever la productivité du travail ; dans une cotonnière japonaise de Yangshupu, en 1920, tout ouvrier produisant plus de 126 balles de coton par jour voyait son salaire augmenter de 10 %42, et les primes accordées à tout ouvrier dépassant une certaine norme journalière étaient courantes dans les usines japonaises de Changhai43. A Tianjin, les employés des tramways français recevaient de même une prime quand leurs recettes quotidiennes atteignaient un certain montant44. Ces primes de rendement étaient aussi employées pour inciter à plus d’ardeur les « apprentis d’industrie », comme ceux des usines d’allumettes et de tricot de Tianjin45.

  • 46 Les Presses commerciales accordaient en 1924 aux ouvriers gagnant moins de 15 yuans des primes mens (...)

12Certaines primes enfin n’étaient octroyées qu’à titre d’expédient temporaire contre la vie chère, et restaient distinctes du salaire dans la mesure où les entreprises conservaient l’espoir de pouvoir les supprimer à la prochaine baisse saisonnière des prix ; l’évolution du mouvement ouvrier chinois fournira maints exemples de vagues de grèves aboutissant à obtenir des primes de vie chère, par exemple au moment de la grande crise du riz à Changhai au printemps 1920. L’instabilité des cours du riz conduira à plusieurs reprises les grandes entreprises changhaiennes comme la B.A.T., les Presses commerciales, les cotonnières japonaises, à instituer une véritable échelle mobile des primes de nourriture, en fonction du prix de détail du riz46.

  • 47 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).

13Les primes pour heures supplémentaires ne sont par contre que l’exception, dans la mesure évidemment où la longueur déjà excessive de la journée de travail proprement dite dans la plupart des industries ne permettait guère de l’allonger à nouveau. On ne les rencontre que dans les secteurs industriels requérant un niveau de qualification déjà élevé et où, on l’a vu, la journée de travail est plus courte. C’est ainsi qu’aux chantiers de construction navale du Jiangnan, à Changhai, deux heures supplémentaires effectuées de nuit sont payées en 1920 comme le tiers ou la moitié d’une journée moyenne de travail47.

  • 48 Lin Sung-ho, op. cit., passim.

14Au total, ces diverses primes et compléments de salaire arrivaient à constituer une fraction très notable de la rémunération totale. A la raffinerie de sel Jiu-da, la prime générale annuelle, la prime mensuelle d’assiduité, la prime de productivité calculée selon la quantité de sel produite (le cas échéant) par chacun, la prime de « commutation » des cadeaux traditionnels, et les heures supplémentaires quand il y en avait représentaient au total 31,1 % en moyenne du gain total annuel des ouvriers48.

  • 49 Un ancien policier de la concession internationale de Changhai relatait en novembre 1919 dans la FE (...)
  • 50 H. D. Fong, Industrial organisation in China, p. 57.
  • 51 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 44.
  • 52 H. D. Fong, ibid., p. 57.
  • 53 Ce fut par exemple l’institution d’un règlement de cette nature qui en février 1922 entraîna la grè (...)
  • 54 Entretien avec l’ouvrier Shen Bao-hua.

15Dans cette rapide revue des compléments de toute sorte qui venaient s’ajouter à la rémunération principale, il faut enfin faire place aux ressources plus ou moins illicites ou clandestines qu’offrait l’organisation particulière d’un certain nombre d’industries, et qui constituaient autant de palliatifs à la misère élémentaire que connaissaient la plupart des ouvriers chinois. Cette « délinquance industrielle », qu’il faut décrire en historien des mœurs plutôt qu’en moraliste49, pouvait prendre des formes très diverses : ampoules électriques détachées dans les corridors des mines50, trafic d’armes et de munitions ainsi que de passagers clandestins sur les lignes de commerce maritime de Chine du Sud51, découpage des courroies de machines pour en confectionner des semelles de chaussures52 ; c’est la fréquence de telles pratiques, dans les cotonnières, qui incitait la direction à instituer des fouilles systématiques à l’entrée des usines et à interdire aux enfants d’y apporter des provisions à leurs parents qui y travaillaient53. Le long des voies ferrées, malgré les interdictions et les risques d’accident, le spectacle était courant des enfants et des femmes ramassant un à un les morceaux de charbon tombés des tenders et les escarbilles non consumées54.

  • 55 Dans les filatures du Guangdong, la rupture du fil coûtait 5 centimes d’argent et la façon d’un fil (...)
  • 56 Ce qui coûtait 20 centimes dans les tramways de Tianjin (CEM, oct. 1926, Wages in Tientsin industri (...)
  • 57 NCH, 29 mai 1920 (une ouvrière se voit infliger une amende de 20 % du salaire quotidien).
  • 58 CEB, 18 avril 1925.
  • 59 NCH, 29 avril 1922.
  • 60 Wou Mong-peng, L’évolution des corporations ouvrières..., p. 20.
  • 61 CEM, octobre 1926 (Wages in Tientsin industries).
  • 62 Citée par Wieger. La Chine moderne, t. IV, p. 446.

16Les retenues sur les salaires étaient non moins nombreuses et variées que les compléments de salaire. Les amendes de toute sorte, qui dans les règlements d’usines étaient aussi fréquemment prescrites que les châtiments corporels, en étaient la forme la plus courante ; elles sanctionnaient les malfaçons et fautes professionnelles telles que la rupture du fil de soie et la façon d’un fil de taille incorrecte55 dans les filatures de soie, l’admission d’un voyageur n’ayant pas acquitté le prix de sa place dans les tramways56, les dommages matériels, les actes d’indiscipline tels que fumer57 ou s’endormir58 au cours du travail. Très courante aussi était la pratique du gage sur salaire, qui sous des formes diverses visait toujours à bloquer une partie de la rémunération de l’ouvrier et à ne la lui attribuer qu’une fois acquise son assiduité et son ardeur au travail pendant une période donnée ; c’est ainsi que l’administration des Postes, à Changhai, avait l’habitude de retenir un yuan sur le salaire de ses employés, en gage de bonne conduite59 ; en 1922, le Ministère des Communications institua de son côté pour les cheminots un système d’épargne obligatoire (1 % pour les salaires de 20 yuans par mois, 2 % pour les salaires de 50 yuans etc.), dont le montant n’était remboursable qu’en cas d’accident, de décès, ou de retraite pour cause de vieillesse60. Les patrons maçons de Tianjin gardaient de même par devers eux 5 % à 10 % des salaires, jusqu’à l’achèvement de l’œuvre61 ; dans certaines filatures de soie de Changhai, c’était, d’après une proclamation syndicale de 192362, la moitié du salaire qui était retenue pendant deux mois, pour être confisquée à la moindre infraction (absence, malfaçon, indiscipline, etc.).

  • 63 Cf. ci-dessus, p. 121.
  • 64 Cf. nos entretiens avec le vieil ouvrier de Changhai Wang Rui-an et le vieux cheminot de Changxindi (...)

17Les « cadeaux » et services coutumiers exigés par les contremaîtres63, pour s’apparenter plutôt à l’économie précapitaliste, peuvent aussi être rangés en fait dans la catégorie des retenues sur le salaire. Contremaîtres et surveillants ne laissaient pas passer un Festival lunaire ou une fête de famille (naissance, anniversaire, mariage), sans inviter leurs ouvriers à leur faire des cadeaux souvent coûteux ; ils exigeaient fréquemment aussi que ceux-ci viennent labourer leur jardin, balayer leur maison et y faire la lessive, soigner les enfants à titre gratuit, et leur pouvoir dans l’entreprise ne permettait à personne de se soustraire à ces exactions et obligations à caractère quasi féodal64.

  • 65 Cf. nos entretiens avec l’ouvrier Wang Rui-an et l’ouvrière Fang Lan-ying, tous deux employés à cet (...)
  • 66 Cf. Lowe chuan-hua, Facing labor issues..., p. 28.

18Il faut enfin noter l’existence de deux autres facteurs d’amoindrissement des salaires qui, pour n’être pas directement le fait des entreprises industrielles, n’en pesaient pas moins lourdement sur le niveau de vie des ouvriers. Il s’agit d’abord, surtout à Changhai, des exactions des liu-mang (« gangsters ») des faubourgs ; bien que les documents occidentaux ou chinois soient généralement d’une grande discrétion à leur égard, il n’est pas douteux que, pour ces associations semi-légales de malfaiteurs et d’éléments déclassés, la présence de plusieurs milliers ou dizaines de milliers d’ouvriers, passant chaque jour sur leur « territoire », à leur portée immédiate, constituait une source de revenus considérable ; souvent tolérés par les postes de police et aussi par les bao- gong-tou, sinon associés avec eux, ces potentats de quartiers disposaient d’équipes d’hommes de main bien armés ; ils prélevaient, surtout autour des cotonnières des quartiers occidentaux de Changhai (qui échappaient au contrôle de la police de la concession internationale), des dîmes sur les ouvriers qui passaient par « leurs » rues ; ils les obligeaient à leur verser des cadeaux pour les Festivals traditionnels, n’hésitaient pas à enlever leurs victimes pour exiger des rançons, et s’appropriaient pour d’autres fins les ouvrières jeunes et jolies65. Le tribut que payaient ainsi les travailleurs des usines à ce monde souterrain des faubourgs était certainement fort lourd. Les tireurs de rickshaws étaient aussi en butte aux entreprises de ces liu-mang, qui n’hésitaient pas à confisquer le véhicule du coolie pendant que celui-ci menait le client jusqu’à sa porte avec ses bagages, pour ne le lui restituer que contre rançon ; il leur arrivait souvent aussi de se faire embarquer comme passager, de se faire conduire en un endroit isolé convenu avec des complices, et de dépouiller le coolie de son gain après l’avoir roué de coups66.

  • 67 Cf. sur ces modes de compte des salaires, l’entretien avec l’ouvrier Wang Rui- an. Cf. aussi S. Gam (...)

19Un autre facteur, qui reflétait lui-aussi l’état troublé de l’économie et de la société chinoise, contribuait encore à diminuer les salaires réels : c’est l’instabilité monétaire chinoise, dont les bao-gong-tou tiraient large profit. On a déjà signalé en effet que la dépréciation par rapport au yuan d’argent de la monnaie divisionnaire d’argent et plus encore de la monnaie divisionnaire de cuivre se traduisait par l’existence de deux systèmes de calcul des salaires, le calcul par « grande monnaie » (da-yang) et celui par « petite monnaie » (xiao-yang). Dans le premier cas, on faisait le compte des centimes d’argent dus à l’ouvrier, par exemple en fin de semaine ou de quinzaine, et on lui versait un dollar véritable par 100 centimes, en complétant avec de la monnaie divisionnaire. Dans le second système, on ne versait que des centimes d’argent ou même de cuivre, même si le total atteignait plusieurs yuans67. Ce système de compte par xiao-yang, le moins avantageux pour les ouvriers, était aussi le plus communément répandu et des grèves n’auront souvent comme objectif que d’obtenir un meilleur mode de calcul des salaires, surtout quand s’aggravera à partir de 1922-23 la dépréciation de la monnaie divisionnaire de cuivre.

20Le taux des salaires, à cette époque, peut varier considérablement d’une industrie à une autre, d’une région à une autre, d’un emploi à un autre. Cette inégalité, que fait ressortir le tableau suivant malgré son caractère fragmentaire et disparate, interdira au mouvement ouvrier et aux syndicats de peser sur les salaires autrement que de façon locale et empirique, et d’envisager en la matière une politique unifiée qui n’était pas compatible avec l’état de morcellement dans lequel se trouvait à cette époque l’économie chinoise (Tableau XII).

TABLEAU XII : Salaires nominaux en Chine vers 1920.

TABLEAU XII : Salaires nominaux en Chine vers 1920.
  • 68 Ces prix ne sont donnés ici qu’à titre indicatif, et on n’a pas cherché à fixer avec précision les (...)

Note (1)68

  • 69 L’expert de l’Y.M.C.A. chinoise Thomas Tchou (Report on industrial and social survey, p. 19) évalua (...)
  • 70 NB, 24 mai 1927.

21Ce tableau, quelles que soient ses incertitudes, surtout dans les industries où l’on sait que prédominait le recrutement par bao-gong, met clairement en évidence les différences parfois considérables qui existaient de région à région, pour les salaires nominaux au moins ; les salaires semblent en général plus bas dans le Nord que dans le Sud : un charpentier gagne 0,10 yuan à 0,30 dans le Shanxi, 0,43 à 0,87 yuan à Xiamen ; un manœuvre des chemins de fer gagne 0,18 à 0,42 yuan dans le Shandong et 0,58 dans le Guangdong. Ils semblent également plus bas dans l’intérieur que sur la côte, en particulier qu’à Changhai et à Canton. Les différences de rémunération entre les différentes branches d’industrie sont non moins frappantes : au bas de l’échelle, les manœuvres et les portefaix, puis les ouvriers et ouvrières des filatures de soie et cotonnières, puis les mines, puis la métallurgie69 ; cette hiérarchie des salaires semble correspondre à celle que fournissent des documents plus tardifs, telle une enquête syndicale effectuée à Changhai en 192770 : les ouvrières des filatures de soie étaient les moins payées à cette époque (6 à 10 yuans par mois), puis venaient les dockers (9 yuans), les ouvriers des cotonnières (12 yuans), ceux des manufactures de tabac (15 à 20 yuans), les imprimeurs (20 à 30 yuans), les postiers et cheminots (25 yuans), les mécaniciens et électriciens (30 yuans).

  • 71 D. K. Lieu, Silk reeling industry, p. 86.
  • 72 CEJ, novembre 1927 (Three towns in South Chihli).

22Aussi considérables sont les différences de salaire qui interviennent à l’intérieur d’une entreprise donnée ; les hauts salaires de quelques travailleurs qualifiés n’en font que mieux ressortir le très bas niveau de la rémunération accordée à la masse des travailleurs non-qualifiés ; c’est ce que souligne l’exemple de la cotonnière de Changhai mentionnée dans le tableau ci-dessus, ou ceux du personnel des mines de Zichuan ou de la K.M.A.. Dans les filatures de soie de Changhai, quelques années plus tard, les éplucheuses à la journée gagnaient 9 centimes d’argent par jour, les femmes détrempant les cocons sur les bassins d’eau bouillante 36 centimes, les trieuses et dévideuses 65 à 70 centimes, les « officiers » masculins un yuan à un yuan et demi71 ; de même, dans la minoterie de Cangzhou au Zhili, en 1926, les manœuvres gagnaient 10 yuans par mois, les mécaniciens 30 yuans, différence encore accentuée par le fait que ces derniers étaient également logés et nourris par l’entreprise72.

  • 73 MDN, 15 mars 1921.
  • 74 TIB, n° 61 (18 sept. 1922).
  • 75 Enquête du SSXB, citée dans l’Annuaire, I, p. 532.

23Enfin les conditions de nationalité, de sexe, d’âge, interviennent pour accentuer encore l’ouverture de l’éventail des salaires ; à Dairen en 1920, à travail égal, les manœuvres japonais sont payés 2 yens par jour, et les manœuvres chinois 0,80 yen73 ; à Moukden en 1922, es verriers japonais reçoivent 2,50 yens, et les verriers chinois 1,20 yen74. Les femmes, de leur côté, sont constamment défavorisées par rapport aux hommes, comme le souligne l’enquête d’un journal de Changhai à cette époque75 ; leur salaire moyen en 1920 serait dans les usines de laine de la ville de 0,19 centimes d’argent contre 0,40 centimes pour les hommes, dans les usines d’allumettes de 0,15 centimes contre 0,25, dans les manufactures de tabac de 0,22 centimes contre 0,70, dans les tissages de coton de 0,18 contre 0,45 etc. Il faut certes tenir compte du fait que, par exemple, dans les usines de tabac, les femmes accomplissaient en général un travail de qualification inférieure à celui des hommes et que les chiffres précédents, qui n’ont qu’une valeur moyenne, doivent être corrigés d’autant ; mais une différence très appréciable n’en subsiste pas moins. Les enfants des deux sexes étaient eux aussi l’objet de discriminations très marquées, même quand elles n’atteignaient pas les formes extrêmes de l’apprentissage industriel au salaire quasi nominal.

***

24Quel est le pouvoir d’achat de ces salaires ? Il ne peut naturellement s’agir ici que de citer quelques sondages partiels et quelques évaluations approximatives dus aux contemporains eux-mêmes ; ces éléments d’appréciation, même s’ils sont loin de pallier l’absence de véritables statistiques scientifiques sur le niveau des salaires et des prix, suffisent à souligner l’extrême précarité de la condition ouvrière (Tableau XIII).

TABLEAU XIII : Rapport entre les salaires et le coût de la vie vers 1920-1925.

TABLEAU XIII : Rapport entre les salaires et le coût de la vie vers 1920-1925.
  • 76 CEJ, septembre 1930 (Shanghai Labor).
  • 77 CEJ, août 1930 (Shanghai Labor).
  • 78 S. Yang et L. K. Tao, A study of the standard of living of working families in Shanghai, pp. 46 et (...)
  • 79 CWR, 30 septembre 1922.
  • 80 Lin Sung-ho, op. cit., p. 86.
  • 81 Th. Tchou, Report on industrial and social survey (Y.M.C.A.).

25Ces données sont toutes concordantes et suggèrent que les ressources des ouvriers et de leurs familles étaient loin de leur permettre de subvenir même à des besoins très élémentaires ; les correspondants du B.I.T. cités ci-dessus estimaient par exemple que 40 % des ouvriers de Changhai se trouvaient en état de déficit plus ou moins permanent. Le recours aux services des usuriers représentait pour beaucoup d’entre eux la seule solution possible, comme le confirme un certain nombre de sondages dont on dispose pour cette période ; 17 % des 100 familles d’imprimeurs de Changhai examinées en 193076, 30 % des 85 familles de postiers de Changhai examinées en 193077, et un grand nombre des 230 familles du faubourg ouvrier de Caojiadu (Changhai) en 192878, déclarèrent s’être endettées à des taux usuraires : dans ce dernier cas, le taux d’intérêt constaté est de 5 % par mois, soit 60 % par an. L’endettement semble avoir été d’autant plus grave que les revenus de la famille étaient plus bas ; le commissaire industriel de la province du Jiangsu estimait en 192079 que les ouvriers gagnant 15 yuans par mois étaient en moyenne endettés de 4 yuans, ceux gagnant 20 yuans de 3,50 yuans, et ceux gagnant 25 yuans, de 1,50 yuan. On constate la même progression de l’endettement chez les familles des ouvriers de la raffinerie de sel Jiu-da : 12 familles sur 22 sont endettées parmi celles qui gagnent de 130 à 180 yuans par an, et 8 familles sur 21 parmi celles qui gagnent de 180 à 230 yuans80. Même les misérables émigrés du Kompo, venus des campagnes sableuses du Nord du Yangzi pour s’engager à Changhai comme portefaix, s’endettaient81 pour construire leurs huttes de boue et de roseau au bord du Huangpu et de ses affluents ; une hutte coûtait 12 à 30 yuans, et ils empruntaient à des amis au taux de dix centimes de cuivre par mois pour un yuan (soit environ 50 % par an,) ou à des prêteurs professionnels au taux de dix centimes d’argent pour un yuan (soit environ 120 % par an).

26La composition des budgets familiaux, qu’on connaît également par un certain nombre d’enquêtes et de sondages, vient encore souligner le caractère aigu et général de la misère ouvrière ; ces budgets familiaux se caractérisent tous par le pourcentage élevé des dépenses d’alimentation, qui dépassent presque toujours la moitié des dépenses totales, et atteignent parfois les deux tiers, sinon les trois quarts (figure n° 4).

27Dans quelques cas particuliers, il est même possible de préciser les variations de ces budgets selon le revenu réel (et non plus moyen) des familles ouvrières. C’est par exemple le cas de l’enquête de 1926 parmi 48 familles de Pékin et de celle de 1927 parmi 86 célibataires de la raffinerie Jiu-da ; l’une et l’autre mettent en évidence le fait que non seulement le pourcentage des dépenses alimentaires ne diminue pas à mesure que le revenu s’élève, comme le voudrait la « ire loi d’Engel », mais qu’il a tendance à croître (Tableau XIV).

Fig. 4. — Composition du budget des familles ouvrières
(d’après un certain nombre d’enquêtes).

TABLEAU XIV : Variations des dépenses alimentaires en fonction du revenu vers 1925.

TABLEAU XIV : Variations des dépenses alimentaires en fonction du revenu vers 1925.

28Ces faits soulignent bien à quel point les lois d’Engel n’ont qu’une valeur relative, et ne jouent que dans le cas de groupes sociaux jouissant globalement d’un minimum d’aisance ; le « seuil d’application » de ces lois n’était sans doute pas atteint en Chine à cette époque, même par les moins défavorisées des catégories envisagées dans les enquêtes ci-dessus.

  • 82 FER, novembre 1919.
  • 83 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 21.
  • 84 Lin Sung-ho, op. cit., p. 62.
  • 85 S. Yang et L. K. Tao, op. cit., pp. 48-50.

29Ces dépenses alimentaires, dont le poids relatif était considérable, n’assuraient pourtant aux ouvriers qu’une nourriture monotone, pauvre, et de faible valeur nutritive. Il ne s’agissait souvent que de quelques bols de riz (dans le Sud et le Centre), avec une soupe et un peu de légumes cuits82. A Pékin, les ouvriers des ateliers de tapis, d’après l’enquête de 192383, ne faisaient que deux repas par jour, composés de pain de maïs, d’oignons et de soupe, ou bien de nouilles, de légumes en saumure et de soupe ; ils ne mangeaient de la viande qu’une fois par mois. Un manœuvre de l’usine Jiu-da se contentait, à cette époque, d’une ration journalière de trois man-tou (pain cuit à la vapeur), de trois galettes de maïs, de trois bols de bouillie de millet, de trois beignets frits84. L’enquête menée en 1928 parmi 230 familles ouvrières de Caojiadu85 montre que chacune d’entre elles, composée en moyenne de 4,7 personnes, consommait 90 dou de riz (environ 750 kgs) par an, et 45 catties (24 kgs) de blé, et consacrait aux céréales 53,2 % de ses dépenses alimentaires ; les légumineuses, et surtout le soja sous ses diverses formes (en fèves, en germes, en pâte fermentée ou dou-fu), représentaient de leur côté 7,6 % de celles-ci, et les légumes verts, chou chinois, épinards, céleris, ainsi que les légumes en vinaigre, 10,9 %. Ces 230 familles consommaient en moyenne 16,7 kgs de viande par an et par famille (volaille et surtout porc), soit 7 % de leurs dépenses alimentaires ; les graisses et huiles alimentaires représentaient de leur côté une dépense d’importance égale ; il restait 14,3 % pour les articles divers : 92 œufs par an et par famille, des condiments, un peu de sucre, quelques pastèques, des graines et noix du Nouvel An. Mais ces chiffres n’ont qu’une valeur moyenne, et sont calculés globalement sur des familles dont les revenus les plus faibles n’atteignaient pas 20 yuans, tandis que ceux des familles les plus riches dépassaient 50 yuans ; l’examen séparé des catégories les plus misérables révélerait une alimentation plus pauvre encore.

  • 86 Lee Wei-yung, Eric Reid, Bernard Read, Industrial health in Shanghai, fasc. III, Shanghai factory d (...)

30On a étudié du point de vue médical les insuffisances de cette nourriture, en particulier au cours de l’enquête menée vers 1935 par un organisme missionnaire, le « Henry Lester Institute for Medical Research » de Changhai ; on peut sans doute en étendre les conclusions à toute la période précédant immédiatement cette dernière date86. Selon cette source, un ouvrier, même mangeant un peu de porc à midi, et donc d’une condition bien au-dessus de la moyenne, ne disposait que de 2 660 calories par jour, dont 75,1 % fournis par des hydrocarbures, 15,4 % par des graisses et 9,5 % par des protéines ; le déficit ainsi révélé est qualitatif autant que quantitatif, puisque la norme couramment admise est de 3 000 à 4 000 calories, dont 45 % devraient parvenir de graisses et de protéines. 70 % des cas examinés révélaient par ailleurs une déficience en vitamines A, 80 % en vitamines B, 40 % en vitamine C.

  • 87 Cf. les Minutes de la Child Labour Commission, passim, et aussi L’Estrange-Malone, New China, t. II (...)
  • 88 C’est par exemple le cas à la raffinerie Jiu-da (Lin Sung-ho, op. cit., p. 32).
  • 89 Comme c’est le cas pour les apprentis des usines d’allumettes de Tianjin (Wang Simine, op. cit., p. (...)
  • 90 Vera Kelsey, China’s industrial workers (reportage publié dans le NCH du 17 mars au 14 avril 1923).
  • 91 Cité par Vera Kelsey, ibid.
  • 92 FER, novembre 1919 (The cost of living to Chinese in Shanghai).

31Cette nourriture est fournie et consommée dans des conditions très diverses. Elle est tantôt apportée du dehors et consommée sur place87, tantôt aussi, on l’a vu, fournie par l’entreprise elle-même et donc comprise dans la rémunération du travail ; les cantines ouvrières où chacun paye sa ration semblent avoir été beaucoup plus rares88 ; mais il arrive parfois que les ouvriers payent à leurs frais un cuisinier qui leur prépare leurs repas89. Ceux qui ont une famille prennent en général le repas du soir avec elle, tandis que les célibataires se contentent de ce que peuvent leur fournir les marchands ambulants ; il n’est pas rare, signale-t-on90, de les voir ne commander à ceux-ci que de très faibles quantités de nourriture, un demi-œuf dur à la fois, une théière d’eau chaude, un pouce de sauce, une demi-douzaine de crevettes séchées, et c’est là un nouvel indice de la précarité de leur condition économique. Les ouvriers peuvent aussi s’asseoir sur les mauvaises planches d’un restaurant bon marché, dont le confort et l’état sanitaire peuvent se juger par ces vœux reçus en 1923 à leur sujet par l’Y.M.C.A. de Changhai91 : que le riz n’y soit pas stocké au point de se gâter ; que les légumes soient lavés avant cuisson, et les bols après usage ; que les ordures soient vidées chaque jour du restaurant ; que les aliments soient protégés des mouches ; que le sol soit nettoyé au moins une fois par mois... Il existait aussi pour les célibataires des pensions de famille de bas étage, comme celles qui à Changhai en 1919 prenaient 4 yuans par mois pour loger et nourrir deux manœuvres alternant nuit et jour sur le même grabat92.

32Les conditions de logement des ouvriers dans les grands centres industriels et miniers étaient sans doute plus misérables encore, qu’il s’agisse des logements familiaux en location, des dortoirs et hôtels de rapport, des logements fournis par les entreprises, ou des huttes et abris divers.

  • 93 Cf. l’enquête conduite à Changhai en 1926 par Th. Tchou, pour le compte de l’Y.M.C.A. Texte anglais (...)
  • 94 Sh. Eddy, The new world of labor, p. 23.

33Les maisons familiales de type traditionnel sont encore fréquentes93 ; construites en murs de briques cuites ou crues et toits de tuiles, elles ont un ou deux étages et sont disposées en rangées avec un robinet à l’extrémité ; d’autres n’ont qu’un rez-de-chaussée, mais on y a souvent ajouté un étage de fortune en nattes tendues par des perches, pour loger une seconde famille. Leur mobilier est extrêmement sommaire ; un petit poêle de terre, quelques planches en guise de bancs, de tables, de lits. Le Dr Eddy, un des dirigeants internationaux de l’Y.M.C.A., rapporte avoir visité à Changhai en 1922 une pièce de dix pieds carrés, où dormaient six personnes sans aucun confort mobilier, et un autre logement dont chaque pièce était subdivisée en petites niches, louées chacune un yuan par mois ou même davantage ; dans l’une d’elles logeaient six personnes94.

  • 95 CEJ, août 1930 (Shanghai labor).
  • 96 Op. cit., p. 60.
  • 97 Lin Sung-ho, op. cit., p. 81.
  • 98 Op. cit., p. 61.

34Cette impression de surpeuplement extrême des logements, que suggèrent récits et enquêtes, est confirmée par les quelques sondages chiffrés dont on dispose. En 1930 à Changhai95, 100 familles disposaient chacune en moyenne de 1,26 pièce, et 30 d’entre elles n’avaient même pas une pièce. Des 230 familles étudiées par S. Yang et L. K. Tao, 62,6 % vivaient dans une pièce ou moins, et chaque pièce était occupée en moyenne par 3,29 personnes96. Cette exiguité du logement est naturellement plus accentuée encore à mesure que le revenu familial s’abaisse ; parmi les familles de la raffinerie de sel Jiu-da, celles dont les ressources étaient inférieures à 180 yuans par an ne disposaient chacune en moyenne que de 1,18 pièce, celles qui gagnaient entre 230 et 280 yuans en avaient 1,6097. Mais il faut aussi tenir compte, on y reviendra, de ce que les effectifs moyens de la famille s’élèvent avec son revenu, ce qui tend à rendre plus ou moins constant le taux de surpeuplement, comme le montre le cas des 230 familles de S. Yang et L. K. Tao98 (Tableau XV).

TABLEAU XV : Condition de logement de 230 familles ouvrières de Changhai vers 1930.

TABLEAU XV : Condition de logement de 230 familles ouvrières de Changhai vers 1930.
  • 99 Th. Tchou, op. cit.,passim.

35Si défectueux qu’ils soient, les logements familiaux locatifs semblent néanmoins le lot d’une catégorie relativement privilégiée, à cause de la cherté des loyers99. La moindre maison de Changhai, en 1926, coûte 700 yuans (le terrain, même en banlieue, valait déjà 4 yuans le mou) et les propriétaires, ne voulant pas s’assurer un profit inférieur à 15 %, demandent couramment un loyer d’une centaine de yuans par an. Même en s’entassant à plusieurs familles, il reste à chacune à payer plusieurs yuans par mois, ce qui est trop pour beaucoup d’entre elles.

  • 100 V. Kelsey, op. cit.

36Les dortoirs et hôtels de rapport sont surtout fréquentés par des célibataires. Chaque ouvrier y reçoit au mieux un bas-flanc et une étagère pour ses affaires personnelles, et souvent les locataires s’entassent à douze ou quinze par pièce, sont astreints à des heures fixes de lever et de coucher, et n’ont pas le moindre élément personnel de confort100. Les dortoirs où les bao-gong-tou logeaient les ouvrières amenées par eux de la campagne et dont ils conservaient le salaire ne sont qu’une variante, plus pénible encore, de ce type de logement.

  • 101 CEJ, août 1932 (The problem of housing for workers in China).
  • 102 Kyong Bae-tsong, op. cit., p. 10.
  • 103 CEJ, août 1930 (Mining labor in China).
  • 104 Ibid.
  • 105 MDN, 9 octobre 1924.
  • 106 Dossier Henry, Qingdao.
  • 107 FER, octobre 1922.

37Quand les compagnies assuraient elles-mêmes le logement de leurs ouvriers, elles étaient poussées à la fois par le désir de stabiliser ceux-ci, et d’établir sur eux un contrôle plus strict. Tantôt les entreprises louaient aux familles ouvrières des maisons construites à leur frais, comme le faisaient à Changhai la Naigai Wata Kaisha101, à Wuxi les filatures de soie102, à Tangshan la K.M.A., à Anshan la Compagnie du S.M.R.103. Tantôt elles établissaient de véritables zones closes, dont les baraquements étaient entourés d’une enceinte fortifiée gardée par leur police privée, sans que les ouvriers puissent entrer et sortir à leur gré ; les firmes japonaises semblent avoir eu une prédilection particulière pour ce dernier système, que ce soit pour les mineurs du Nord-Est104, pour les dockers et portefaix de Dairen et du S.M.R.105, ou à Qingdao, où une filature de soie japonaise construisait en 1924 un grand camp de douze bâtiments à deux étages, comportant vingt pièces logeant chacune douze ouvriers106 ; ces bâtiments destinés aux célibataires voisinaient à l’intérieur de l’enceinte avec des maisonnettes destinées aux familles. Certaines entreprises chinoises, comme la cotonnière Yu-yuan à Tianjin, avaient aussi leur village ouvrier entouré de murs dans le voisinage de l’usine107.

  • 108 CEJ, août 1932, op. cit.
  • 109 Dossier Henry, Hongkong.
  • 110 CEJ, août 1932, op. cit.
  • 111 Les quelques exemples qui viennent d’être cités aident à saisir l’importance du logement par les co (...)

38Mais ces logements fournis par l’usine, que ce soit des dortoirs ou des maisonnettes familiales, n’apportaient guère de véritable amélioration. Les dortoirs étaient surpeuplés et mal tenus, et les maisonnettes étaient louées à des taux qui obligeaient les familles, ici encore, à sous-louer ou à partager des logements pourtant déjà trop exigus. A Wuxi, chaque maison de quatre pièces fournie par les filatures était en moyenne partagée entre six familles108 et à Hongkong les chantiers de construction navale « Taikoo », c’est-à-dire la firme britannique « Butterfield and Swire », louaient 18 yuans en 1924 une grande pièce, que les occupants étaient obligés de subdiviser par des nattes et de louer 4 à 5 yuans par mois la parcelle109. Le résultat en fin de compte était pire que le mal, c’est-à-dire que la situation dans les petites maisons traditionnelles louées sur le marché privé ; ces logements fournis par les compagnies, à Changhai par exemple, étaient apparemment de meilleure qualité : murs de briques et bois, fenêtres de verre, éclairage électrique, etc. « Ces améliorations étaient largement compensées par le surpeuplement qu’y subissaient, et peut-être y provoquaient, les ouvriers incapables de payer un loyer suffisant pour pouvoir occuper un espace raisonnable », note en 1932 le sociologue américain Lamson, à propos des maisons de la Naigai Wata Kaisha à Changhai110 ; il y constate que 221 familles occupent en moyenne 0,94 pièce par famille, que 108 d’entre elles sont logées dans une seule pièce et 73 dans une demi-pièce111.

  • 112 Dossier Henry, passim.
  • 113 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., pp. 20, 31.
  • 114 CEM, juin 1926 (Economic Study of Peking rickshaws pullers).

39Dans d’autres cas, il est vrai, le logement assuré par l’entreprise avait un caractère bien différent ; il constituait un droit de jouissance accordé gratuitement aux ouvriers, comme c’était autrefois l’usage dans les ateliers artisanaux. Dans maintes petites manufactures ne travaillant pas la nuit, tels que les ateliers mécaniques des grandes villes112 ou les ateliers de tissage de tapis de Pékin et Tianjin113, les ouvriers déroulaient simplement leur matelas sur le sol, le soir venu, et le rangeaient de jour dans un coin de l’atelier. Les rickshaws de Pékin, de la même façon, n’avaient souvent d’autre logis que le garage où ils entreposaient la nuit leur véhicule114.

  • 115 Sur ces logements marginaux, cf. Th. Tchou, Report on housing... ; H. D. Lamson, Social pathology i (...)
  • 116 Archives du Secrétariat de la concession internationale, dossier 2514.

40Enfin une fraction non négligeable du prolétariat industriel, surtout dans un grand centre urbain comme Changhai, devait se contenter de survivre dans des conditions quasi marginales, et de loger dans des abris de fortune, vieux bateaux hors d’usage échoués dans les « criques » (petits affluents envasés du Huangpu), huttes de bois, de roseaux, de débris divers ou de vieilles tôles et de bidons115. Ces huttes, dont les parois étaient maintenues par des perches en bambou, avaient en moyenne 3 m sur 4 m, et étaient parfois partagées entre deux familles par une natte suspendue. Le sol s’en trouvait en contre-bas, à mesure que s’entassaient à l’extérieur les détritus, et chaque pluie amenait à l’intérieur des torrents d’eau charriant avec eux toute sorte d’immondices malsaines. On peut évaluer sans doute à plusieurs centaines de milliers le nombre de leurs occupants, dont beaucoup étaient de misérables émigrés du Kompo. Un rapport officiel des autorités de la concession internationale y recensait en 1926, dans le seul quartier de Yangshu- pu, 14 394 personnes 116 ; un beaucoup plus grand nombre s’en trouvait en territoire chinois, au-delà des limites de la concession. Leurs occupants n’étaient pas seulement des coolies à la journée et des demi- chômeurs, mais des ouvriers à emploi stable, tels que des ouvriers d’usine, des dockers, des tireurs de rickshaws, des employés de la municipalité.

  • 117 Report on housing...
  • 118 CEJ, août 1932, op. cit.
  • 119 Cf. SMCR, rapport annuel du « Fire Department » ; les incendies étaient particulièrement fréquents (...)
  • 120 Cf. sur la spéculation foncière à Changhai vers 1925, CWR, 4 décembre 1926 (numéro spécial sur le G (...)
  • 121 H. Chung et M. Baywell, Women in industry in Chapei, Hong-kew, etc., p. 10.

41Même ces misérables huttes étaient l’objet d’actives spéculations. Si quelques-uns de leurs occupants étaient de simples « squatters », presque tous payaient un loyer au moins pour le sol, même quand ils avaient bâti leur hutte à leurs frais (ce qui revenait en moyenne à 10 yuans) et en étaient propriétaires. Une hutte toute bâtie se louait 50 centimes à 1 yuan par mois ; quant au sol, le taux de la rente était couramment de un yuan par hutte, parfois deux ou trois. Th. Tchou117 rapporte avoir trouvé au cours de son enquête le cas d’un terrain de un demi- mou loué 200 yuans par an à 21 familles qui s’étaient engagées à rester cinq ans locataires, sous peine de payer cinq années de loyer en cas de départ anticipé ; mais le propriétaire pouvait les expulser à son gré. Ces huttes étaient elles-mêmes surpeuplées (H. D. Lamson a compté dans les 23 huttes d’un hameau près de Yangshupu 5,4 personnes par hutte)118, et les conditions d’hygiène y étaient pires encore que dans les maisons ordinaires des villes ; le risque permanent d’éviction s’y ajoutait aux dangers d’incendie119 ; la hausse régulière des prix du terrain, si caractéristique de la vie économique changhaienne au lendemain de la Grande Guerre120, entraînait sans cesse les propriétaires à chasser de ces huttes leurs habitants, à les repousser vers la périphérie où le seul fait de leur présence contribuait à donner à nouveau de la valeur aux terrains où ils se réinstallaient, et donc à préparer une nouvelle éviction. C’est ainsi que le quartier de Hongkou, dans le Nord de la concession internationale, était pratiquement désert en 1920 ; on n’y trouvait que quelques maisons traditionnelles, quelques huttes de paille bâties le long de la crique de Suzhou par des coolies du Kompo, et de vastes espaces à demi marécageux. Mais une trentaine d’usines vont s’y bâtir entre 1920 et 1927, et les huttes de paille, qui s’y étaient d’abord multipliées, durent peu à peu céder le terrain121.

  • 122 CEB, 9 octobre 1926.
  • 123 CEJ, juin 1928 (A study of women and girls in Tientsin industries).

42Ces huttes, si elles constituaient un élément caractéristique de la banlieue de Changhai, n’étaient pas rares non plus dans les autres grands centres industriels de Chine. A Tianjin, par exemple, les employés de chemin de fer du Jing-feng logeaient dans des masures au voisinage de la gare122, et les ouvriers des fabriques d’uniformes militaires dans des huttes de boue près du canal123.

  • 124 V. Kelsey, op. cit.
  • 125 Chiffres fournis par une enquête sur les ouvriers de Changhai effectuée vers 1925 et citée dans DSZ (...)

43Tous ces types de logement, maisons en location ou constructions faites aux frais des compagnies, dortoirs de célibataires ou huttes de roseaux, se définissaient donc par leur surpeuplement, leur précarité matérielle et financière, leur manque total d’hygiène et de confort.. Mis à part les logements des compagnies, qui étaient construits à proximité immédiate des usines ou des mines, un autre trait commun mérite aussi d’être signalé : la dispersion parfois considérable et l’éloignement du lieu de travail ; les budgets familiaux étaient calculés si justes que rares étaient les familles qui trouvaient à se loger près de l’usine, et la plupart des ouvriers, pour payer un loyer moins cher, se condamnaient à de longs déplacements quotidiens d’une heure, deux heures, parfois trois heures124. Le chemin était souvent fait à pied, mais aussi en autobus ou en tramway quand la distance était par trop longue. D’où la proportion parfois surprenante des dépenses de transports dans les budgets familiaux à Changhai : 4 %, 6 %, parfois jusqu’à 11 %125.

44Ainsi se constituent dans les villes chinoises de vastes quartiers industriels et ouvriers, complètement étrangers aux gracieuses traditions de l’urbanisme et de l’architecture chinois comme aux conquêtes de la technique et du confort occidentaux. Murs en briques à bon marché, chemins boueux, mauvais éclairage, toits sommaires et mal entretenus, caractérisaient à la fois les bâtiments industriels et les pauvres logements ouvriers qui les entouraient. Les quartiers ouvriers de Changhai comme Yangshupu, Pudong, Zhabei, Caojiadu, Xiaoshadu, s’ils offraient le plus complet contraste avec le luxe d’avant-garde des immeubles d’affaires du « Bund » ou des riches résidences de la concession française, avec l’animation colorée des grands magasins modernes de Nanking Road, avec l’élégance pittoresque des pagodes du « Quartier du Sud », n’étaient sans doute pas très différents des quartiers les plus pauvres de Saint-Etienne, de Glasgow, d’Anzin ou de l’East End londonien.

  • 126 CEJ, juillet 1927 (China’s industrial development).
  • 127 CEJ, juillet 1928 (A study of women and girls in Tientsin industries).
  • 128 CEJ, avril 1928 (Manufacturing industries in Northern Manchuria).

45Le même processus de ségrégation urbaine, la même tendance à l’aliénation sociale du prolétariat industriel caractérisaient aussi les autres centres ouvriers de Chine ; le faubourg de Sifang, au Nord de Qingdao, abritait des cotonnières et des ateliers de chemins de fer126. A Tianjin, dans le quartier de Hebei (« au Nord du fleuve ») ainsi que le long de celui-ci dans les antiennes concessions austro-hongroise et russe, étaient concentrées les grandes cotonnières, les grandes entreprises modernes et leurs cortèges de misérables logements127. Autour de Harbine, les faubourgs ouvriers de Bazhan, de Xiangfang, de Liang-taixiaozhan groupaient des dizaines de minoteries et d’huileries128.

***

46Dans des conditions de vie matérielle aussi précaires, quelles activités sociales et culturelles demeuraient toutefois à la portée des ouvriers des grandes villes ? Quels éléments de vie familiale pouvaient néanmoins subsister parmi eux ?

  • 129 Sur ces traditions populaires chinoises, cf. par exemple. P. Doré, Recherches sur les superstitions (...)
  • 130 Ce tableau fait également apparaître une baisse saisonnière des effectifs et un ralentissement des (...)

47Certes, la classe ouvrière est loin d’avoir complètement rompu avec les traditions populaires et folkloriques chinoises aux origines séculaires sinon millénaires : célébration des Festivals du calendrier lunaire avec les rites qui y sont attachés (feux d’artifice, pâtisseries spéciales etc.), cérémonies du mariage et de l’enterrement avec leurs pittoresques cortèges, représentations théâtrales « civiles » ou « militaires », rites et cultes familiaux129. C’est ainsi que la fête du Nouvel An lunaire continue à être observée et chômée, même dans les entreprises modernes étrangères ; c’est en février que les baisses d’effectifs sont les plus sensibles, que les arrivées de coolies dans les mines du Nord-Est se ralentissent, que les entrées de nouveaux ouvriers dans les usines sont les moins nombreuses (figure n° 5)130.

Fig. 5. —Variations mensuelles des effectifs dans un certain nombre d’entreprises (ramenés à l’indice 100 en janvier).

  • 131 V. Kelsey, op. cit. Cf. aussi la photographie d’un autel familial dans un intérieur ouvrier, dans L (...)

48Quelque chose survit de même dans les foyers ouvriers, malgré la dureté de la vie, des traditions du culte des ancêtres. On y trouve par- fois encore131, sur le mur du fond, un rouleau représentant Guan-yin ou une autre divinité des cultes syncrétiques paysans, et des « sentences parallèles » offertes par un parent ou un ami ; ces dernières sont, comme il est d’usage, placées du côté gauche, le côté honorable, tandis que des images à bon marché achetées à un colporteur, et représentant des scènes d’une pièce de théâtre ou d’un roman célèbre ornent le mur de droite ; rouleaux et images ne coûtent que quelques centimes de cuivre. Sur le mur du fond, une table ou une tablette porte des chandelles ou des bâtons d’encens allumés les premier et quinzième jours de chaque lunaison.

  • 132 Lin Sung-ho, op. cit., p. 33. Cf. aussi à la même page une photographie d’ouvriers prise devant leu (...)

49De même, au moins dans les rares entreprises où le permet la longueur des journées de travail et le nombre des jours de congés, des groupes d’artistes amateurs continuent à témoigner de la vitalité du goût des Chinois pour leur opéra national et leurs danses populaires. Les ouvriers de la raffinerie Jiu-da pratiquaient encore à Tanggu vers 1925, comme les paysans du Zhili des rangs desquels ils étaient à peine sortis, la danse du lion, la danse des dragons lumineux, et autres réjouissances traditionnelles132.

  • 133 Les données fournies sur ce point par diverses enquêtes des années 1930 sont réunies dans H. D. Lam (...)

50Mais il n’est pas douteux que ces traditions folkloriques et cet attachement aux coutumes anciennes sont en train de dépérir chez les ouvriers des grands centres industriels modernes. Les bas salaires, la cherté de la vie, la constante menace du chômage sont déjà pour beaucoup dans ce dépérissement, comme le montre la part très restreinte que tiennent dans les budgets ouvriers les dépenses de caractère social et culturel133. Sur le maigre salaire, il ne reste presque plus rien pour célébrer, même à bon marché, les mariages et enterrements à l’ancienne mode, pour inviter et recevoir des amis lors des Festivals traditionnels, pour profiter de quelques distractions. Les dépenses en vin et en tabac, es seules qui puissent directement s’intégrer dans le rythme de vie industriel, et qui ont un caractère individuel et non plus collectif, restent un peu plus importantes ; mais beaucoup d’ouvriers néanmoins s’en passent tout à fait. Le manque absolu de ressources se révèle encore au fait que même le thé, la boisson nationale par excellence, le complément indispensable de tout acte de la vie sociale en Chine, est complètement absent du budget de plus d’un tiers des familles examinées dans ces diverses enquêtes ; on se contente d’eau chaude vendue dans la rue à la tasse, ou bien on va à la rigueur prendre un bol de thé chez le débitant du voisinage en une circonstance spéciale. Ces diverses dépenses de caractère social ou d’agrément sont particulièrement faibles, comme on peut s’y attendre, dans les budgets familiaux des catégories dont les revenus sont les plus bas. La seule exception à cette règle est constituée par les dépenses de vin et de tabac, qui représentent à peu près le même pourcentage quel que soit le salaire. Plus frappant encore est, dans le tableau ci-dessous, la très faible place tenue par les dépenses proprement religieuses et culturelles ; les enquêteurs constatent qu’un nombre relativement élevé de familles s’en dispense complètement : 63 % des 100 familles de Yangshupu, 2/3 des 85 familles de postiers de Changhaï, 32 % des 100 familles d’imprimeurs des Presses commerciales à Changhai, etc. (Tableau XVI).

TABLEAU XVI : Variations des dépenses sociales et d’agrément en fonction du revenu, vers 1930.

TABLEAU XVI : Variations des dépenses sociales et d’agrément en fonction du revenu, vers 1930.
  • 134 Lin Sung-ho, op. cit., p. 34.
  • 135 Cf. par exemple l’excellente enquête de S. D. Gamble et J. S. Burgess, Peking, a social survey, cha (...)

51Mais la comparaison des dépenses de vin et tabac avec les dépenses religieuses montre que la misère n’est pas seule en cause, et que la rupture entre la classe ouvrière et les mœurs traditionnelles chinoises a des racines plus profondes que le simple manque de ressources, si grave que soit ce facteur purement économique. Il faudrait ici examiner en détail toute une série de problèmes que la présente préface à l’histoire du mouvement ouvrier chinois ne peut que noter au passage : le caractère de la vie industrielle elle-même, la longueur de la journée de travail, la dispersion des logements ouvriers loin de la communauté de production, la nature technique des travaux effectués, l’éclatement des, anciens cadres sociaux. Il existe certainement de nombreux facteurs technologiques, sociaux et mêmes politiques, qui contribuent chez les ouvriers d’industrie, à la décadence des mœurs anciennes. « En raison des conditions troublées de ces dernières années, sur le plan politique et social, les ouvriers ne sont plus aussi enthousiastes pour ces représentations théâtrales qu’ils en avaient l’habitude », note en 1926 l’enquêteur de l’usine Jiu-da en constatant la décadence des jeux folkloriques et dramatiques précédemment pratiqués par les ouvriers134. Le contraste est d’autant plus net avec les artisans des anciennes guildes, qui dans un centre peu pénétré par l’industrie moderne comme Pékin continuent vers 1925 à célébrer leurs cultes traditionnels135.

52La classe ouvrière apparaît donc comme une classe neuve, étrangère déjà à l’univers mental de l’ancienne Chine et capable d’un comportement bien différent de celui des autres classes sociales, en particulier de la paysannerie dont pourtant elle n’est issue que tout récemment. Si longues que soient les journées de travail, si bas que soient les salaires, cela n’empêche pas que des soucis nouveaux et de nouvelles traditions viennent progressivement remplacer les coutumes d’autrefois. Les fêtes de l’armée lunaire continuent par exemple à être observées, mais des dates d’une toute autre signification vont prendre, on le verra, une importance croissante pour la grande masse des ouvriers de toute la Chine ; ce sera le cas du 1er mai, journée internationale des travailleurs, et d’autres anniversaires des luttes ouvrières. Un calendrier des traditions ouvrières se constituera ainsi peu à peu, et s’enrichira au fur et à mesure que se renforceront les contacts entre les ouvriers chinois et le mouvement ouvrier mondial, au fur et à mesure aussi que progresseront en Chine même les luttes ouvrières.

  • 136 Annuaire, I, p. 385.
  • 137 S. Yang et L. K. Tao, op. cit., p. 73.
  • 138 Lin Sung-ho, op. cit., p. 74.
  • 139 Cf. ci-dessus, p. 42.

53Malgré leurs faibles ressources et leur manque de loisirs, il semble bien d’ailleurs que l’éducation et l’instruction modernes suscitent chez les ouvriers au moins autant d’intérêt que les traditions du passé. Le nombre d’illettrés fourni par les quelques enquêtes dont on dispose pour cette période n’est pas extrêmement élevé : 60 % pour les hommes d’une cotonnière de Changhai en 1924136, 58 % pour les hommes et les garçons des 230 familles de Caojiadu en 1930137, 77 % pour les ouvriers de Jiu-da en 1925-26138 ; cette proportion est naturellement plus forte pour les femmes, soit respectivement 8 5 % pour la cotonnière de Changhai et 98 % pour les familles de Caojiadu. La participation à la vie d’une grande cité comme Changhai, la pression plus directe qu’ailleurs de l’actualité politique, les conditions de travail dans les usines, tout cela suscitait chez l’ouvrier des années 1920 un désir d’instruction que n’avait jamais éprouvé le paysan d’hier, tandis que le succès des campagnes d’opinion pour la diffusion du bai-hua comme langue écrite depuis quelques années139 rendait par ailleurs un peu moins inaccessibles que par le passé les idéogrammes traditionnels chinois. Le mouvement pour l’éducation ouvrière en Chine, de 1919 à 1927, ne sera pas seulement le fait d’organismes à tendances réformistes ; il représentera aussi pour les syndicats révolutionnaires un objectif fondamental, en même temps qu’il fournira, on le verra, un commode paravent légal à leurs autres activités.

***

  • 140 Cf. sur la transformation de la da-jia-ting à l’époque contemporaine, H. D. Lamson, Social patholog (...)

54La vie familiale des ouvriers, elles aussi, les différenciaient très nettement et de plus en plus de la société traditionnelle. La « grande famille », la da-jia-ting de l’ancienne Chine, caractérisée par la persistance de la cohésion familiale à travers plusieurs générations, par le mariage précoce, par la rareté du célibat, par le nombre élevé des enfants, par l’état de totale subordination des femmes, est dans la classe ouvrière en voie de désintégration rapide140. Les célibataires, si l’on se base sur deux sondages opérés en 1929 chez les ouvriers des tissages de Tianjin et en 1930 chez des ouvrières des cotonnières de Changhai, sont les plus nombreux jusqu’au-delà de 20 ans, chez les hommes comme chez les femmes ; ils continuent, au moins pour les hommes, à former une importante minorité après 30 ans (Tableau XVII).

TABLEAU XVII : Mariage et célibat chez les ouvriers vers 1930.

TABLEAU XVII : Mariage et célibat chez les ouvriers vers 1930.
  • 141 CEJ, octobre 1931 (Effects of industrialisation upon village livelihood).
  • 142 Cf. sur ces ouvrières célibataires du Guangdong, Howard et Buswell, A survey of the silk industry i (...)
  • 143 O. Lang, La vie en Chine, p. 197.
  • 144 Ibid., p. 199.

55La tendance à retarder volontairement le mariage semble particulièrement nette chez les ouvrières, alors que dans la société traditionnelle les filles devaient accepter passivement le mari choisi par leurs parents à la date qui plaisait à ceux-ci. Un enquêteur141 rapporte des propos en ce sens tenus par les ouvrières de la banlieue de Changhai ; leurs familles semblent d’ailleurs approuver ou au moins accepter ce célibat prolongé, qui leur assure pendant plus longtemps le bénéfice des gains de la jeune ouvrière ; « les filles, maintenant, se marient plus tard qu’autrefois... Comme elles gagnent de l’argent, nous ne tenons pas à ce qu’elles se marient trop tôt », déclarent les parents interrogés sur ce point. Dans la région de Canton, chez les ouvrières de la soie qui sont devenues par leur travail économiquement indépendantes, on signale la même tendance ; ces célibataires endurcies forment des groupes de bu-luo-jia (femmes « qui refusent de se marier »), font vœu de ne pas se marier, et remboursent sur leur salaire, si besoin est, ce qu’avait remis l’homme à qui leur famille les avait précédemment promises ; elles sont connues pour leur esprit d’indépendance et redoutées des patrons comme fortes têtes142. Quand elle se marie cependant, l’ouvrière d’usine est, selon l’expression d’un sociologue qui a enquêté vers 1935 parmi les ouvrières de Changhai et de Wuxi143, « un type nouveau d’épouse ». Elle ne se soumet plus aveuglément à l’autorité de sa belle- mère, et ses rapports avec son mari se modifient également ; sur 60 ouvrières interrogées144, 17 déclarèrent posséder plus d’autorité que leurs maris, 8 être sur un pied d’égalité avec lui, 12 être consultées par lui sur tous les sujets, 16 seulement conserver la passivité traditionnelle de l’épouse exigée par la morale confucéenne.

TABLEAU XVIII : Effectifs des familles ouvrières vers 1930.

TABLEAU XVIII : Effectifs des familles ouvrières vers 1930.

56La faiblesse des effectifs de la famille ouvrière est un autre indice de la désintégration de la da-jia-ting ; les enfants sont peu nombreux, et il n’y a plus place au foyer pour des ascendants et des collatéraux âgés ou oisifs, dont la présence serait un fardeau inutile. Tous les sondages confirment ces faibles dimensions de la famille ouvrière, réduite en fait à la famille conjugale de deux ou trois enfants (Tableau XVIII).

57Le tableau XVIII met en évidence le fait que les familles des employés et des ouvriers plus qualifiés (imprimeurs, postiers, tisserands, etc.) sont plutôt plus importantes que celles des autres catégories de travailleurs. Les quelques enquêtes qui étudient les variations des effectifs familiaux selon le niveau des salaires confirment d’ailleurs que ce sont bien les familles les plus misérables qui sont les moins nombreuses, sans doute parce que la mortalité infantile y est plus élevée qu’ailleurs (Tableau XIX).

TABLEAU XIX : Variations des effectifs des familles ouvrières en fonction du revenu, vers 1930.

TABLEAU XIX : Variations des effectifs des familles ouvrières en fonction du revenu, vers 1930.
  • 145 Lin Sung-ho, op. cit., p. 49 (d’après les archives de l’usine).
  • 146 Lin Sung-ho, op. cit., pp. 19-20.
  • 147 Entretien avec l’ouvrier Wang Rui-an, ancien ouvrier des cotonnières de Changhai.

58La dissociation de la famille entre ceux de ses membres qui sont restés à la campagne et ceux qui sont allés s’engager à la ville est un autre facteur de sa désintégration complète. Tantôt ce sont les filles et les femmes qui sont venues à la ville dans les filatures de soie et de coton, dans les manufactures de tabac et d’allumettes, que ce soit comme travailleuses indépendantes ou sous les ordres d’un bao-gong-tou ; tantôt ce sont les hommes qui ont laissé au village leur famille et lui envoient chaque mois quelques maigres subsides. En 1925, sur 500 ouvriers de Jiu-da, 210 envoyèrent des sommes d’argent à leur famille et 123 en 1926145 ; ces sommes étaient relativement élevées : 23 yuans par personne et par an en moyenne en 1925, et 39 yuans en 1926. Mais les ouvriers les plus pauvres ne pouvaient continuer longtemps à assurer ces envois, et en 1926 le nombre des ouvriers résidant au voisinage de l’usine en compagnie des leurs passe de 70 à 136146 ; la misère pousse vers la ville l’ensemble des familles. A Changhai, on note de même que les ouvriers les plus mal payés, en particulier ceux qui viennent du Kompo, ont le plus souvent leur famille avec eux, et qu’il fallait déjà une certaine aisance et la perspective d’un emploi relativement stable pour pouvoir assurer l’entretien de la femme et des enfants restés au village ou du moins y contribuer substantiellement.147.

59Enfin la vie familiale est complètement modifiée par le nombre important de femmes et d’enfants qui travaillent comme le père de famille, dont le salaire ne peut suffire aux besoins de tous. Il y a presque toujours, d’après les diverses enquêtes effectuées sur ce point, plus de deux salariés par famille, soit la moitié sinon plus de ses membres :

TABLEAU XX : Nombre de salariés des familles ouvrières.

TABLEAU XX : Nombre de salariés des familles ouvrières.

60L’affaiblissement des liens de solidarité familiale et de dépendance familiale, dont on vient de donner quelques exemples, le fait que la moitié sinon la majorité des membres de la famille soient ainsi jetés sur le marché du travail, n’est pas non plus sans contribuer à accroître la mobilité, la disponibilité, le dynamisme de la classe ouvrière chinoise.

Notes

1 Cf. sur la formation du marché du travail dans la Chine de la fin des Ming et du début des Qing (xviie-xviiie siècles) et sur l’apparition du salariat, Peng Ze-yi, Zhong-guo jin-dai shou-gong-ye shi-zi-liao (Matériaux sur l’histoire de l’artisanat moderne chinois), spécialement le t. I, 1re partie.

2 Comme à l’usine de la B.A.T. à Tianjin (CEM, oct. 1926, Wages in Tientsin industries), dans les fabriques d’allumettes de Changhai (MLR, août 1921), ou dans celles de Hangzhou (CEB, 17 avril 1926).

3 D’après l’enquête de T. Y. Tsha (NQ, oct. 1935, Wage rates in Shanghai), les salaires à la pièce représentaient 80 % des 60 406 cas examinés pour les ouvriers des cotonnières, 78 % pour ceux des ateliers de bonneterie (7 895 cas), 71,5 % pour les tisserands de soie (7 562 cas).

4 En 1935 (T. Y. Tsha, ibid.), les salaires au temps représentaient 87,2 % dans les industries mécaniques, 100 % dans les chantiers navals, les huileries et les minoteries, 56,8 % dans les imprimeries.

5 D. K. Lieu, Silk industry in Shanghai, p. 69 sq.

6 Chen Da, Question du travail, pp. 65-68.

7 Les brèves remarques qui précèdent ne font que souligner l’intérêt qu’il y aurait à étudier plus systématiquement, à partir d’archives d’entreprises ou de la presse patronale chinoise, la question du salaire à la pièce et du salaire au temps. La qualification du travail n’est sans doute pas le seul facteur en jeu, et il faudrait aussi faire la part des habitudes sociales héritées de l’ancien artisanat (qui connaissait déjà les deux régimes), la part aussi d’une politique patronale d’augmentation de la productivité. Il serait également nécessaire de vérifier si la tendance à passer du salaire au temps au salaire à la pièce, tendance que suggèrent un certain nombre de grèves, est générale dans la grande industrie moderne. Wang Simine (op. cit., pp. 21-22) rapporte par exemple que les vieilles cotonnières chinoises de Changhai utilisent encore vers 1930 le salaire au temps, tandis que les plus récentes préfèrent payer à la pièce.

8 D. K. Lieu, op. cit., p. 84-85.

9 Annuaire, I, p. 318.

10 Elles atteignaient la moitié du salaire aux mines de la K.M.A. (Deng Zhongxia, Abrégé..., p. 80). On a calculé (NQ, juill. 1937) que dans ces mines un bao-tou qui recevait de la compagnie 237,60 yuans pour 2 400 t. extraites ne reversait en salaires que 151,7 yuans, alors que les dépenses de matériel incombaient toutes à la K.M.A. A Jiujiang en 1926 (CEB, 1er mai 1926), les porteurs d’hôtels recevaient 12 centimes de cuivre par pièce de bagage, alors que les voyageurs en versaient 50 à l’hôtelier ; celui-ci se partageait le reste avec le bao-gong-tou.

11 D’après une enquête du B.I.T. (Archives, C/1803/20) de 1932, les dockers de Changhai ne percevaient guère que 40 % et parfois même 20 % des sommes versées par les compagnies de navigation.

12 C’est ainsi qu’à Hongkong les bao-tou, qui souvent ne faisaient qu’un avec les compradors des grandes firmes étrangères, retenaient un intérêt de 10 % par mois pour leurs avances sur salaire (SCMP, 25 janv. 1922).

13 Liu Shao-qi raconte dans ses souvenirs de militant syndical aux mines d’Ayuan-Pinxiang en 1922 (An-yuan lu-kuang gong-ren ju-le-bu lue-shi, Histoire abrégée du club ouvrier du chemin de fer et de la mine d’Anyuan, p. 2), que la compagnie versait par mineur 27 centimes en monnaie d’argent (da-yang ou « grande monnaie ») ; mais les intermédiaires ne donnaient à l’ouvrier que 27 centimes de cuivre, soit environ deux fois moins (le yuan d’argent, à cette date et dans cette région, valait environ 210 centimes de cuivre).

14 Cf. NQ, juillet 1937 (Coal mining in China). Deng Zhong-xia, qui avait séjourné aux mines de la K.M.A. en 1922 lors de la grande grève d’octobre, donne dans son Abrégé... (p. 80) d’autres exemples concrets de ces manipulations entre monnaie d’argent et monnaie de cuivre, effectuées par les bao-tou à leur profit.

15 Cf. par exemple un rapport du B.I.T. sur les mines de la K.M.A. en 1935 (Archives du Β.Ι.Τ., C/1802/3).

16 Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 110) donne une vivante description de divers procédés frauduleux pratiqués par les forfaitaires des mines de charbon de Pingxiang. Chi-dian (« manger le morceau ») consistait à déclarer à la mine un nombre d’ouvriers supérieur à celui qu’ils employaient en réalité. Mai-gong (« acheter du vide ») se disait d’une fraude sur la quantité de charbon extraite et fournie ; zuo-long ( « faire des trous ») se disait d’une fausse déclaration sur la quantité de matériaux et de travail nécessaire pour forer les galeries ; la fraude pouvait aussi porter sur la qualité du charbon extrait, quand les contremaîtres soudoyaient les chimistes de la compagnie pour que même du charbon trop riche en déchets soit accepté : cette opération était communément appelée par les ouvriers mai-hui (« acheter de la cendre »). Les mineurs faisaient toujours, au moins indirectement, les frais de ces procédés, qui augmentaient le revenu des contremaîtres et forfaitaires, sans que leur salaire s’en accroisse d’autant.

17 C’est ainsi que, sur la ligne Tianjin-Pukou, le règlement prévoyait que les bao- tou payeraient 60 % de ces indemnités, pour les ouvriers dont ils avaient la charge (Rapport du gouvernement chinois à la Conférence annuelle du B.I.T., 1925, p. 3).

18 D. K. Lieu, Silk industry in Shanghai, p. 69 sq.

19 Shanghai Municipal Council, Report of the Rickshaw Committee (Municipal Gazette, 13 févr. 1934).

20 FER, février 1920.

21 Chen Da, Question du Travail, pp. 65-68 (ouvriers logés).

22 D. K. Lieu, op. cit., p. 69 sq. (ouvriers logés et nourris).

23 CEB, 23 janvier 1926 (ouvriers logés et nourris).

24 CEJ, novembre 1927 (Three towns in South Chihli) (ouvriers logés et nourris).

25 CEJ, juillet 1928 (Match factories in China) (ouvriers logés et nourris).

26 CEB, 13 juin 1925 (ouvriers nourris).

27 TIB, n° 7, 27 mars 1922 (Cement industry in China) (ouvriers logés).

28 CEB, 12 juillet 1924.

29 D. K. Lieu, Silk industry..., p. 84.

30 Annuaire, II, p. 159.

31 Lin Sung-ho, op. cit., p. 33.

32 D. K. Lieu, ibid., p. 84.

33 C’est le cas de l’usine d’allumettes Yong-hua au Shandong (CEJ, nov. 1927, Three towns in South Chihli), ou de la raffinerie de sel Jiu-da (Lin Sung-ho, op. cit., pp. 26 et 32) ; dans cette dernière, on atteint en 1924 un troisième stade de l’évolution en instituant des tickets de repas maintenant déduits du salaire, et qui permettent d’acheter les aliments à la cantine de l’usine.

34 CEB, 14 février 1925.

35 Annuaire, I, p. 223.

36 Lin Sung-ho, op. cit., p. 26. C’est la haute qualité de cette enquête monographique qui conduit à citer fréquemment le cas de cette usine, qu’il n’y a par ailleurs aucune raison de considérer comme exceptionnelle.

37 Entretien avec l’ouvrier Ren Qi-xiang. Cf. aussi Wou Mong-peng, L’évolution des corporations ouvrières..., p. 118.

38 CEJ, avril 1928 (Manufacturing industries in Northern Manchuria).

39 Cmd. 2442, p. 34 (rapport de J. W. Nipps, secrétaire industriel de l’Y.M.C.A. chinoise à Zhifu).

40 Lin Sung-ho, op. cit., p. 28.

41 CEJ, février 1927 (Labor conditions in Chekiang). Cf. d’autres barêmes de primes d’assiduité dans l’Annuaire, I, pp. 223-224.

42 NCH, 18 septembre 1920.

43 C’est ainsi qu’une autre cotonnière japonaise de Changhai (Annuaire, I, p. 225) donnait une prime de un yuan par quinzaine aux ouvriers qui auraient produit chaque jour des fils d’une valeur dépassant de 7 yuans la norme, une prime de 0,60 yuan en cas d’un dépassement de 4 yuans de la norme, etc.

44 CEM, octobre 1926 (Wages in Tientsin industries).

45 Wang Simine, op. cit., pp. 62 et 86.

46 Les Presses commerciales accordaient en 1924 aux ouvriers gagnant moins de 15 yuans des primes mensuelles de 2, 3, 5 yuans à mesure que le prix du dou de riz atteignait 9, 11, 14 yuans ; cette prime était dégressive pour les salaires plus élevés, et disparaissait à un certain niveau (Wou Mong-peng, L’évolution des corporations ouvrières..., p. 27).

47 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).

48 Lin Sung-ho, op. cit., passim.

49 Un ancien policier de la concession internationale de Changhai relatait en novembre 1919 dans la FER le cas d’un ouvrier volant chaque nuit une corbeille de charbon d’une valeur de 50 cents, alors que son salaire mensuel était de 25 yuans pour une famille de six personnes ; il fut tué une nuit par un policier qui le surprit et le narrateur de cette anecdote n’en concluait pas moins « les étrangers se trompent gravement en pensant que les Chinois sont malhonnêtes par nature ».

50 H. D. Fong, Industrial organisation in China, p. 57.

51 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 44.

52 H. D. Fong, ibid., p. 57.

53 Ce fut par exemple l’institution d’un règlement de cette nature qui en février 1922 entraîna la grève générale des ouvriers de la cotonnière chinoise « Changhai n° 2 » (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 35).

54 Entretien avec l’ouvrier Shen Bao-hua.

55 Dans les filatures du Guangdong, la rupture du fil coûtait 5 centimes d’argent et la façon d’un fil trop gros ou trop petit, une amende d’une demi-journée à dix journées de travail selon le cas (Howard et Buswell, Survey of silk industry in South China, p. 130).

56 Ce qui coûtait 20 centimes dans les tramways de Tianjin (CEM, oct. 1926, Wages in Tientsin industries).

57 NCH, 29 mai 1920 (une ouvrière se voit infliger une amende de 20 % du salaire quotidien).

58 CEB, 18 avril 1925.

59 NCH, 29 avril 1922.

60 Wou Mong-peng, L’évolution des corporations ouvrières..., p. 20.

61 CEM, octobre 1926 (Wages in Tientsin industries).

62 Citée par Wieger. La Chine moderne, t. IV, p. 446.

63 Cf. ci-dessus, p. 121.

64 Cf. nos entretiens avec le vieil ouvrier de Changhai Wang Rui-an et le vieux cheminot de Changxindian Shen Bao-hua.

65 Cf. nos entretiens avec l’ouvrier Wang Rui-an et l’ouvrière Fang Lan-ying, tous deux employés à cette époque dans les cotonnières de Changhai. — Cf. aussi des exemples concrets de jeunes ouvrières envoyées dans les maisons de prostitution cités par D. K. Lieu, The growth and industrialisation of Shanghai, pp. 169-170, d’après la presse chinoise.

66 Cf. Lowe chuan-hua, Facing labor issues..., p. 28.

67 Cf. sur ces modes de compte des salaires, l’entretien avec l’ouvrier Wang Rui- an. Cf. aussi S. Gamble et J. S. Burgess, Peking, a social survey, pp. 215-216.

68 Ces prix ne sont donnés ici qu’à titre indicatif, et on n’a pas cherché à fixer avec précision les variations du salaire réel de province à province.

69 L’expert de l’Y.M.C.A. chinoise Thomas Tchou (Report on industrial and social survey, p. 19) évaluait le salaire moyen des travailleurs non-qualifiés dans les filatures de soie à 8,50 yuans par mois pour les hommes et 7,50 pour les femmes, dans les cotonnières à 9 yuans pour les hommes et 7,50 pour les femmes, dans les mines à 14 yuans, dans la métallurgie à 15 yuans. En raison des différences régionales que l’on vient de signaler, ces chiffres sont passablement dépourvus de signification concrète, mais le classement par industrie qu’ils suggèrent concorde avec les conclusions présentées ci-dessus.

70 NB, 24 mai 1927.

71 D. K. Lieu, Silk reeling industry, p. 86.

72 CEJ, novembre 1927 (Three towns in South Chihli).

73 MDN, 15 mars 1921.

74 TIB, n° 61 (18 sept. 1922).

75 Enquête du SSXB, citée dans l’Annuaire, I, p. 532.

76 CEJ, septembre 1930 (Shanghai Labor).

77 CEJ, août 1930 (Shanghai Labor).

78 S. Yang et L. K. Tao, A study of the standard of living of working families in Shanghai, pp. 46 et 76. 77 familles déclarèrent avoir emprunté directement de l’argent, 11 autres s’être endettées à des taux usuraires par l’intermédiaire de « timbres de remboursement », 45 avoir emprunté sur gage et 12 avoir fait des achats à crédit. L’enquête ne permet pas de connaître le nombre total des familles endettées, car il est vraisemblable que certaines d’entre elles avaient simultanément recours à plusieurs de ces pratiques.

79 CWR, 30 septembre 1922.

80 Lin Sung-ho, op. cit., p. 86.

81 Th. Tchou, Report on industrial and social survey (Y.M.C.A.).

82 FER, novembre 1919.

83 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 21.

84 Lin Sung-ho, op. cit., p. 62.

85 S. Yang et L. K. Tao, op. cit., pp. 48-50.

86 Lee Wei-yung, Eric Reid, Bernard Read, Industrial health in Shanghai, fasc. III, Shanghai factory diets.

87 Cf. les Minutes de la Child Labour Commission, passim, et aussi L’Estrange-Malone, New China, t. II, passim.

88 C’est par exemple le cas à la raffinerie Jiu-da (Lin Sung-ho, op. cit., p. 32).

89 Comme c’est le cas pour les apprentis des usines d’allumettes de Tianjin (Wang Simine, op. cit., p. 62).

90 Vera Kelsey, China’s industrial workers (reportage publié dans le NCH du 17 mars au 14 avril 1923).

91 Cité par Vera Kelsey, ibid.

92 FER, novembre 1919 (The cost of living to Chinese in Shanghai).

93 Cf. l’enquête conduite à Changhai en 1926 par Th. Tchou, pour le compte de l’Y.M.C.A. Texte anglais : Housing and social conditions among industrial workers in Shanghai ; larges extraits du texte original chinois, Annuaire, I, p. 392 sq.

94 Sh. Eddy, The new world of labor, p. 23.

95 CEJ, août 1930 (Shanghai labor).

96 Op. cit., p. 60.

97 Lin Sung-ho, op. cit., p. 81.

98 Op. cit., p. 61.

99 Th. Tchou, op. cit.,passim.

100 V. Kelsey, op. cit.

101 CEJ, août 1932 (The problem of housing for workers in China).

102 Kyong Bae-tsong, op. cit., p. 10.

103 CEJ, août 1930 (Mining labor in China).

104 Ibid.

105 MDN, 9 octobre 1924.

106 Dossier Henry, Qingdao.

107 FER, octobre 1922.

108 CEJ, août 1932, op. cit.

109 Dossier Henry, Hongkong.

110 CEJ, août 1932, op. cit.

111 Les quelques exemples qui viennent d’être cités aident à saisir l’importance du logement par les compagnies, surtout dans les grandes entreprises ; mais ils sont trop disparates et trop peu nombreux pour permettre d’analyser dans son développement historique, à l’intérieur du « temps court », cette politique patronale de logement ; elle n’est sans doute apparue que très progressivement, et ici encore seule une étude très poussée des archives d’entreprises permettrait d’en préciser les étapes et les mobiles, qui furent certainement politiques autant qu’économiques ; les firmes étrangères semblent bien y avoir eu plus systématiquement recours que le patronat chinois.

112 Dossier Henry, passim.

113 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., pp. 20, 31.

114 CEM, juin 1926 (Economic Study of Peking rickshaws pullers).

115 Sur ces logements marginaux, cf. Th. Tchou, Report on housing... ; H. D. Lamson, Social pathology in China, p. 105 ; Vera Kelsey, op. cit. ; Archives du secrétariat de la concession internationale, dossier 2 514 (Squatters huts in Shanghai).

116 Archives du Secrétariat de la concession internationale, dossier 2514.

117 Report on housing...

118 CEJ, août 1932, op. cit.

119 Cf. SMCR, rapport annuel du « Fire Department » ; les incendies étaient particulièrement fréquents dans les quartiers occupés par ces huttes.

120 Cf. sur la spéculation foncière à Changhai vers 1925, CWR, 4 décembre 1926 (numéro spécial sur le Greater Shanghai).

121 H. Chung et M. Baywell, Women in industry in Chapei, Hong-kew, etc., p. 10.

122 CEB, 9 octobre 1926.

123 CEJ, juin 1928 (A study of women and girls in Tientsin industries).

124 V. Kelsey, op. cit.

125 Chiffres fournis par une enquête sur les ouvriers de Changhai effectuée vers 1925 et citée dans DSZL, 1954, n° 4 (1919-nian zbi 1927-nian Zhong-guo gong-ren yun- dong gai-guang. Aperçu général sur le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927). Il faut toutefois tenir compte du fait que ces chiffres comportent aussi les frais de voyage au village d’origine (ci-dessus, chap.III, p. 90).

126 CEJ, juillet 1927 (China’s industrial development).

127 CEJ, juillet 1928 (A study of women and girls in Tientsin industries).

128 CEJ, avril 1928 (Manufacturing industries in Northern Manchuria).

129 Sur ces traditions populaires chinoises, cf. par exemple. P. Doré, Recherches sur les superstitions populaires en Chine.

130 Ce tableau fait également apparaître une baisse saisonnière des effectifs et un ralentissement des mouvements à l’époque des gros travaux des champs : nouvel indice des liens très forts qui continuent à unir les travailleurs industriels à leurs villages d’origine. Cf. ci-dessus, chap. iii.

131 V. Kelsey, op. cit. Cf. aussi la photographie d’un autel familial dans un intérieur ouvrier, dans Lin Sung-ho, op. cit., face à la p. 69.

132 Lin Sung-ho, op. cit., p. 33. Cf. aussi à la même page une photographie d’ouvriers prise devant leur dortoir, et les montrant déguisés selon les personnages traditionnels de l’opéra chinois : fonctionnaires à « élytres », généraux barbus, soldats et bandits, etc.

133 Les données fournies sur ce point par diverses enquêtes des années 1930 sont réunies dans H. D. Lamson, Social pathology in China, pp. 63-65 (100 familles de Yangshupu, 85 postiers de Changhai, 100 imprimeurs de Changhai, 230 familles de Caojiadu, etc.).

134 Lin Sung-ho, op. cit., p. 34.

135 Cf. par exemple l’excellente enquête de S. D. Gamble et J. S. Burgess, Peking, a social survey, chap. viii.

136 Annuaire, I, p. 385.

137 S. Yang et L. K. Tao, op. cit., p. 73.

138 Lin Sung-ho, op. cit., p. 74.

139 Cf. ci-dessus, p. 42.

140 Cf. sur la transformation de la da-jia-ting à l’époque contemporaine, H. D. Lamson, Social pathology in China, chap. xvii, et Marion Levy, Family revolution in modern China.

141 CEJ, octobre 1931 (Effects of industrialisation upon village livelihood).

142 Cf. sur ces ouvrières célibataires du Guangdong, Howard et Buswell, A survey of the silk industry in South China, p. 139. Cf. aussi Wang Simine, op. cit., p. 51.

143 O. Lang, La vie en Chine, p. 197.

144 Ibid., p. 199.

145 Lin Sung-ho, op. cit., p. 49 (d’après les archives de l’usine).

146 Lin Sung-ho, op. cit., pp. 19-20.

147 Entretien avec l’ouvrier Wang Rui-an, ancien ouvrier des cotonnières de Changhai.

Table des illustrations

Titre TABLEAU XII : Salaires nominaux en Chine vers 1920.
Légende Note (1)68
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre TABLEAU XIII : Rapport entre les salaires et le coût de la vie vers 1920-1925.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 4. — Composition du budget des familles ouvrières(d’après un certain nombre d’enquêtes).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre TABLEAU XIV : Variations des dépenses alimentaires en fonction du revenu vers 1925.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre TABLEAU XV : Condition de logement de 230 familles ouvrières de Changhai vers 1930.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 5. —Variations mensuelles des effectifs dans un certain nombre d’entreprises (ramenés à l’indice 100 en janvier).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre TABLEAU XVI : Variations des dépenses sociales et d’agrément en fonction du revenu, vers 1930.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre TABLEAU XVII : Mariage et célibat chez les ouvriers vers 1930.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU XVIII : Effectifs des familles ouvrières vers 1930.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre TABLEAU XIX : Variations des effectifs des familles ouvrières en fonction du revenu, vers 1930.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre TABLEAU XX : Nombre de salariés des familles ouvrières.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/471/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site