Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre IV. Caractères du travail industriel

Texte intégral

1La très longue durée de la journée de travail et la rareté des jours de repos, qui au milieu du xixe siècle rendaient si pénible la condition des ouvriers d’industrie anglais ou français, étaient encore dans les années 1920 un des traits fondamentaux du travail industriel en Chine.

  • 1 CEB, 1er juillet 1921 ; L’Estrange Malone, New China, t. II, pp. 5-6.
  • 2 Annuaire, I, pp. 309-311.
  • 3 Comme l’usine de tissage Guang-da à Changhai en 1926 (Annuaire, I, p. 307), ou une filature japona (...)
  • 4 Comme celles de Changhai (Annuaire, I, 326), de Wuhu (CEB, 9 janv. 1925), de Cangzhou au Zhili (CE (...)
  • 5 Telles qu’en 1925 une usine de conserve d’œufs au Jiangsu septentrional, ou que les huileries de T (...)
  • 6 Annuaire, I, p. 316.
  • 7 Annuaire, I, p. 312.
  • 8 Ibid., pp. 321-322.

2Un des horaires couramment en usage dans les usines et mines modernes était le système des deux ban (équipes), se relayant de douze heures en douze heures. C’était la règle générale dans les grandes cotonnières de Changhai1, comme de Tianjin, de Quingdao ou de Wuxi2 ; dans les filatures de soie, où la journée de travail diurne était aussi longue, il n’y avait par contre que quelques entreprises modernes de Changhai ou de Qingdao à avoir recours au travail de nuit3. Les deux ban de douze heures étaient également d’usage fréquent dans les minoteries4 et dans d’autres usines de produits alimentaires5, dans des manufactures de tabac comme celles de la Nan-Yang à Changhai6, dans des petits ateliers mécaniques comme l’usine de matériel électrique Guang- ming à Changhai7. Il en était de même dans bon nombre de grandes mines modernes8, telles que Jinlingzhen, Fangzi et Zichuan au Shandong, Benxihu, Anshan et Fushun dans le Nord-Est, Pingxiang au Jiangxi, Jingxing au Zhili.

3Le travail de nuit s’étendait donc non seulement à des grandes entreprises entièrement mécanisées, mais aussi à des industries comme celles du tabac, où le travail à la main joue pourtant le rôle principal, et où le souci d’un amortissement rapide du capital fixe ne peut être aussi impérieux. Ce travail de nuit commençait même, au lendemain de la Grande

  • 9 Ibid., p. 315.
  • 10 Bulletin de l’Y.M.C.A. chinoise n° 62 (avril 1923), cité dans Wieger, Chine moderne, t. IV, p. 435
  • 11 Annuaire, I, p. 318.
  • 12 CEB, 9 mai 1925 (chaussons) et 24 janvier 1925 (dépôts de charbon).

4Guerre, à apparaître dans des entreprises « semi-modernes », voire traditionnelles, telles qu’une papeterie de Hangzhou9, de petits ateliers de fonderie et de forge de Tianjin10, des imprimeries de Pékin11, des ateliers de fabrication de chaussons et des dépôts de charbon de la capitale12.

  • 13 Annuaire, I, 319 (à propos de centrales du Shandong).
  • 14 Ibid. (à propos de la compagnie des eaux de Pékin).
  • 15 Comme une verrerie de Qinghuangdao (Annuaire, I, 315) ou une fabrique d’ampoules électriques de Pé (...)
  • 16 Annuaire, I, p. 320.
  • 17 CEJ, avril 1930 (Manufacturing industries in Northern Manchuria).

5Le système des trois ban de huit heures, en usage dans certaines centrales électriques13 et compagnies d’adduction d’eau14, dans certaines usines de petit matériel15, pouvait paraître moins pénible ; mais l’expérience prouvait qu’il aboutissait au contraire à un nouvel allongement de la journée de travail, dans la mesure où les ouvriers tentaient, pour augmenter leurs gains, de travailler pendant deux ban consécutifs, ou un ban sur deux. C’était par exemple ce qui se passait couramment aux mines de la K.M.A., qui pratiquaient le système des trois ban16 ; de même, dans une minoterie de Harbine, tous les ouvriers faisaient huit heures le premier jour et seize le second17.

  • 18 Paul Henry rapporte dans ses notes de voyage (dossier « Pékin ») qu’en visitant une minoterie chin (...)

6Au total, que ce soit par le système des deux ban ou celui des trois ban, quelle était la diffusion réelle du travail de nuit ? On ne dispose certes d’aucune statistique, mais seulement de groupes de sondages sujets à caution18. En fait, il semble avoir été adopté dans les mines modernes et les cotonnières, mais n’avoir eu qu’un caractère relativement peu fréquent dans les autres catégories industrielles citées précédemment. La règle générale restait la journée de travail simple, toujours longue, mais dont la durée semble toutefois avoir considérablement varié selon les branches d’industrie, les régions, les entreprises, la nature même du travail à l’intérieur d’une entreprise donnée.

  • 19 L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 6.
  • 20 Minutes de la Child Labor commission, séance du 6 juillet 1923.
  • 21 Annuaire, I, 308.
  • 22 Ibid., pp. 310-311.
  • 23 Ibid., pp. 314-315.
  • 24 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 22.

7Il était fréquent que cette journée simple atteigne et même dépasse les douze heures. C’était le cas des filatures de soie de Changhai, où le travail commençait dès 6 heures ou même 5 heures du matin, pour ne prendre fin qu’à 5 heures ou 6 heures du soir19 ; c’était aussi le cas des usines de la B.A.T. à Pudong, où l’horaire était de 7 heures du matin à 7 heures du soir20. Dans 23 ateliers textiles de Tianjin examinés en 1925, la durée moyenne de la journée de travail était de onze heures cinquante cinq minutes, un atelier allant jusqu’à quinze heures et deux jusqu’à quatorze heures21. On travaillait douze heures à quatorze heures dans les filatures de soie du Shandong ou du Sichuan22, et dans les usines d’allumettes de Tianjin, Qingdao, Jinan, Pékin23. Dans les manufactures de tapis de Pékin, d’après l’enquête de 192324, la journée de travail n’était pas moins longue : quatorze heures dans 19 ateliers, treize heures dans 83 autres, douze heures dans 21 autres, tandis que 3 ateliers seulement travaillaient dix heures ou moins.

  • 25 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).
  • 26 Annuaire, I, pp. 317-318.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid., pp. 312-313.
  • 29 MLR, mars 1924 (pour Changhai). A Hongkong en 1924 les chantiers de Butterfield & Swire (« Taikoo  (...)
  • 30 Annuaire, I, p. 326.
  • 31 Lin Sung-ho, op. cit., p. 22.

8La journée de travail semble avoir été un peu moins longue dans les imprimeries, les ateliers mécaniques, les constructions navales, les ateliers de chemins de fer et voies ferrées. On travaillait en 1920 neuf heures par jour aux Presses commerciales de Changhai25, neuf à dix heures en 1926 dans les imprimeries de Tianjin26, dix à onze heures dans celles de Pékin27. Dans les ateliers mécaniques, la journée de travail variait de neuf à douze heures à Tianjin, à Dairen et à Moukden28, et elle n’était en règle générale que de neuf heures dans les chantiers navals et arsenaux de Changhai ou de Hongkong29 ; sa durée était sensiblement la même sur les principales lignes de chemin de fer : dix heures par exemple à Tangshan, principal atelier du Jing-feng30. De ces indications, on peut déduire une nette tendance à la réduction du temps de travail à mesure que s’élève la qualification du travail ; cette tendance se confirme aussi à l’intérieur d’une entreprise particulière : à la raffinerie de sel Jiu-da, les mécaniciens qualifiés ne travaillaient que dix heures, mais les manœuvres douze heures31.

  • 32 Par exemple à Pékin (CEB, 11 avril 1923).
  • 33 CEJ, juillet 1928 (Shanghai silk filatures).
  • 34 Dossier Henry, Changhai.
  • 35 Cmd. 2442, p. 24.
  • 36 L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 5.

9Sauf dans les cas les plus favorisés, la journée de travail ne descendait donc guère en-dessous de dix heures, et atteignait le plus souvent douze heures ou même davantage. Il faut retirer de ce chiffre le temps alloué pour le repas de midi (sauf naturellement pour les ban de nuit, qui en général ne s’arrêtaient pas du tout). Parfois cette pause était d’une heure entière, comme dans les imprimeries32, certaines filatures de soie de Changhai33, les usines de la B.A.T. à Pudong34, parfois seulement d’une demi-heure, comme dans une sucrerie japonaise de Changhai35. Mais, le plus souvent, le repas réchauffé par des moyens de fortune était avalé en hâte à côté de la machine sans cesser de surveiller celle-ci ; c’était en particulier le cas de presque toutes les cotonnières36.

  • 37 Cmd. 2442, p. 19.
  • 38 Cf. ci-dessus, p. 119.
  • 39 CEB, 12 juillet 1924.

10Du point de vue de la longueur de la journée de travail, il n’est donc pas possible de faire une distinction nette entre les entreprises de nationalité chinoise et celles de nationalité étrangère. Les Presses commerciales et les chantiers navals de Butterfield & Swire étaient parmi les entreprises les plus libérales, alors qu’on travaillait quatorze heures par jour aux tissages britanniques Ewo à Changhai37, dans des usines japonaises d’allumettes38, aussi bien que dans les décortiqueries de riz chinoises de Hankou39 et dans les ateliers chinois de tapis de Pékin.

  • 40 Cf. sur le calendrier des festivals chinois, W. Eberhardt, Chinese festivals.
  • 41 Annuaire, I, 229.
  • 42 Lin Sung-ho, op. cit., p. 24.
  • 43 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 22.

11Bien peu nombreux également étaient les jours de repos dans le mois et l’année. La Chine traditionnelle, contrairement aux sociétés médiévales de l’Europe chrétienne ou des pays d’Islam, ignorait toute espèce de repos hebdomadaire à caractère religieux ; elle ne connaissait que des fêtes plus espacées, reliées au calendrier lunaire, et dont les trois principales étaient le Nouvel An, la fête des Bateaux-dragons (cinquième jour de la cinquième lune) et la fête de la mi-automne ou fête de la Lune (quatorzième jour de la huitième lune)40. Vers 1920, ces jours traditionnels de repos, dont le calendrier effectif pouvait varier fréquemment d’une province à l’autre selon les usages locaux, étaient le plus souvent les seuls que continuaient d’observer, non seulement les ateliers traditionnels, mais la grande majorité des entreprises industrielles modernes. C’était le cas par exemple des mines japonaises du Nord-Est41, et la raffinerie de sel Jiu-da donnait à son personnel cinq jours et demi au Nouvel An, un jour et demi à la cinquième lune et un jour et demi à la huitième lune42. Les ateliers de tapis de Pékin donnaient à ces mêmes dates dix jours, trois jours et trois jours43.

  • 44 Annuaire, I, 334.
  • 45 MLR, août 1921.
  • 46 Dossier Henry, Changhai.
  • 47 MLR, août 1921. — Cf. une liste de 23 entreprises accordant le repos hebdomadaire, Annuaire, I, p. (...)
  • 48 CEJ, juillet 1928 (Shanghai silk filatures).
  • 49 Qui travaillaient pour la plupart 330 à 340 jours par an (Annuaire, I, p. 334). Cf. une liste de 2 (...)
  • 50 L’Estrange Malone, op. cit., II, p. 6.

12Le repos hebdomadaire n’était au contraire qu’exceptionnel, dans les entreprises occidentales aussi bien que dans les entreprises chinoises ; il était observé dans quelques ateliers des voies ferrées44, aux Presses commerciales à Changhai et à Pékin45, à l’usine de matériel électrique Edison à Changhai (usine américaine)46, chez les postiers47. L’usage d’accorder un jour de repos tous les quinze jours était un peu plus fréquent, sans être pourtant la règle générale ; c’était le cas d’un certain nombre de filatures de soie et de cotonnières de Changhai48, ou de la plupart des ateliers et dépôts de chemin de fer49. Dans d’autres entreprises, comme les cotonnières de Hankou, les congés correspondaient aux jours où on arrêtait les machines pour entretien, soit tous les dix jours50.

  • 51 Cf. ci-dessous, p. 149.
  • 52 Cf. par exemple ci-dessous, chap. viii.

13Mais la réalité sociale était plus sévère encore que le calendrier officiel des entreprises ; les liens quasi féodaux de dépendance personnelle qui mettaient les ouvriers à la merci des contremaîtres et surveillants, même dans le cas d’embauchés libres, comportaient par exemple l’obligation, purement coutumière mais tout aussi rigoureuse, d’effectuer au profit de ceux-ci pendant les jours de repos diverses prestations en travail et services domestiques51 ; les intentions libérales d’un certain nombre d’entreprises perdaient ainsi toute efficacité. Quand les syndicats revendiqueront le repos hebdomadaire, ils exigeront en même temps l’abolition du travail privé (si-gong) au profit des contremaîtres52.

***

14L’importance considérable de la main-d’œuvre féminine et enfantine, plus mal payée, mais astreinte à un travail aussi long et aussi rude que celui des hommes, est un autre trait fondamental du travail industriel en Chine à cette époque.

  • 53 A. Kotenev, Shanghai, its municipality and the Chinese, pp. 306-310.

15Le travail des femmes et des enfants est particulièrement important dans l’industrie textile et tout spécialement à Changhai, comme le fait ressortir le tableau IX, établi d’après un recensement des principales entreprises industrielles de la ville effectué en 1923-2453.

  • 54 En 1924, sur instructions du Foreign Office, le Ministre britannique à Pékin demanda à tous les co (...)

16La proportion des femmes et des enfants était donc encore plus élevée dans les filatures étrangères de soie que dans les filatures chinoises ; dans les cotonnières, au contraire, usines étrangères et chinoises étaient à égalité sous ce rapport. Dans les unes comme dans les autres, les conditions faites à cette main-d’œuvre féminine et enfantine était des plus pénibles et, bien que les employeurs n’aient pas toujours été très loquaces sur ce point54, on dispose d’un certain nombre de témoignages de première main qui évoquent, à près de cent ans de distance, les célèbres rapports des « Fabrics inspectors » britanniques ou l’enquête du Dr Villermé dans la région rouennaise.

TABLEAU IX : Proportion de la main-d’œuvre enfantine dans diverses usines de Changhai.

TABLEAU IX : Proportion de la main-d’œuvre enfantine dans diverses usines de Changhai.
  • 55 Sur cet épisode sans lendemain des tentatives de lois sociales, cf. ci-dessous, chap. ix.

17« Après avoir quitté ces usines, déclare en octobre 1923 Mrs Mc-Gilli-vray, membre de la Commission sur le travail des enfants instituée par le Conseil Municipal de la concession internationale de Changhai55, je gardai une impression générale d’horreur emphatique pour le travail des enfants tel que nous y avions assisté ce jour-là. Je suis absolument certaine qu’il y avait très peu d’enfants âgés de douze ans dans celles des usines que nous avions visitées. La majorité d’entre eux avaient environ dix ans, et un bon nombre étaient plus jeunes encore.

18Ces enfants m’ont frappée comme étant bien au-dessous de la moyenne au point de vue physique. J’ai porté à cette question une attention particulière, et je peux dire que je n’ai pas vu dix enfants frais, épanouis et en bonne santé. Certains avaient des ulcères aux jambes, certains des pustules, d’autres la tête couverte de croutes. Ils avaient l’air de petites choses fatiguées, et beaucoup d’entre eux avaient très peur quand on leur parlait, certains s’enfuyant même ; il était difficile d’obtenir d’eux même un sourire. C’était le cas en particulier dans les filatures de soie.

  • 56 Minutes de la Child Labour Commission, visite de trois filatures de soie et d’une cotonnière, le 1 (...)

19Leur nourriture était posée à même le sol sous les bassins d’eau bouillante, sans aucun effort pour la couvrir et la préserver, elle était mise dans des bols d’osier ou de vieilles boîtes de conserves. Plusieurs bébés étaient également endormis sur le sol et de tout petits enfants s’agitaient autour d’eux, tandis qu’à certains endroits de la volaille s’y mêlait. Aucun siège n’était fourni dans les deux premières filatures que nous avons visitées56 ».

20« Certains des enfants ne pouvaient certainement avoir plus de sept ans, rapporte de même le Colonel l’Estrange Malone en 1926 après une visite des filatures de soie de Changhai, et certains étaient probablement même plus jeunes. Les enfants avaient en face d’eux un bassin garni d’eau bouillante dégageant de la vapeur, et ils y agitaient les cocons de soie, ébouillantant fréquemment leurs petites mains. Il y avait un enfant avec son bassin, pour deux femmes en face de lui. L’enfant passe les cocons, une fois détrempés, sur un autre plateau d’eau bouillante en face des femmes. Les bouts de six cocons sont réunis pour former un fil de soie ; la femme rassemble ces six bouts, les passe dans diverses poulies au-dessus de sa tête jusqu’à un cadre à dévider ou sorte de tambour placé derrière elle. Ce dernier est mu par un mécanisme qu’elle met en mouvement ou arrête avec une pédale à pied. Chaque femme surveille cinq installations, soit cinq fils ou trente cocons.

  • 57 L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 6.

21Les cocons dont on se sert ne se déroulent pas tant qu’ils ne flottent pas dans l’eau bouillante, de sorte qu’on a disposé de vastes surfaces d’eau bouillante qui remplissent tout l’atelier de vapeur, sans compter les fuites des tuyaux d’adduction de la vapeur. L’atmosphère est étouffante et doit être terrible en été. Il n’y a absolument aucun dispositif de ventilation artificielle pour évacuer la vapeur ou amener de l’air frais. Toutes les femmes étaient couvertes de transpiration, l’atelier étant rempli de vapeurs brûlantes et humides. D’acres émanations se dégageaient des cocons morts accumulés sur le sol57 ».

  • 58 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1195.
  • 59 CEJ, juin 1927 (Women’s work in Kivantung province).
  • 60 CEB, 29 mars 1924. On n’y comptait que 13 % d’hommes adultes.
  • 61 CEJ, octobre 1928 (Industrial works of Wuhan). Les trois cotonnières de cette ville employaient 5  (...)
  • 62 Cf. Wang Simine (op. cit., pp. 80 à 98) : tricoteuses de Changhai, de Tianjin, du Zhejiang, brodeu (...)

22La main-d’œuvre féminine et enfantine n’était pourtant pas une particularité de l’industrie textile changhaienne. Elle tenait une place aussi importante dans les filatures de soie du Guangdong58, dans les ateliers de vêtement de Canton59, dans les filatures de soie et les cotonnières de Wuxi60, dans les cotonnières de Wuhan61, et dans celles de Tianjin, où on a déjà noté l’importance du pseudo-apprentissage industriel. Dans des secteurs tels que le tricot, la bonneterie, la broderie, la fabrication des filets à cheveux, le rôle des femmes et des enfants était non moins considérable62, qu’il s’agisse de vastes usines modernes, de petits ateliers, ou des formes marginales (travail à domicile et machinisme rural) qu’on a déjà signalées dans ces industries. On sait qu’il en était de même dans l’industrie du tapis, par le biais également du pseudo-apprentissage.

  • 63 A. Kotenev, op. cit., pp. 306-310 ; les manufactures chinoises employaient 3 664 femmes sur 5 301 (...)
  • 64 Témoignage de Mme Zhao Jin-ying.
  • 65 Annuaire, I, p. 560 ; les termes de wai-gong et li-gong n’ont pas exactement ici la même acception (...)

23Les usines et manufactures de tabac et d’allumettes formaient le second secteur où la main-d’œuvre féminine et enfantine tenait une place prépondérante. A Changhai, d’après le recensement (incomplet) de 1923, 4 manufactures chinoises de tabac employaient 69 % de femmes, tandis que 7 manufactures étrangères (surtout japonaises) employaient parmi leur personnel 62,7 % de femmes et 7,3 % d’enfants63. A la B.A.T., c’était souvent une simple barre de bois, placée horizontalement à l’entrée de l’usine, qui permettait de toiser les jeunes ouvrières et d’éliminer les fillettes jugées trop jeunes pour le travail à l’usine64. Dans les manufactures d’allumettes, la proportion de femmes et d’enfants était aussi élevée, sinon davantage. A Tianjin par exemple, femmes et fillettes y étaient classées comme wai-gong (« main-d’œuvre extérieure ») et étaient beaucoup plus nombreuses65 que les li-gong (« main-d’œuvre intérieure ») ; ceux-ci se composaient à la fois de garçonnets, liés par le pseudo-apprentissage industriel, et d’adultes qualifiés, dont les conditions de travail et la rémunération étaient bien plus avantageuses ; beaucoup des wai-gong travaillaient à domicile à la fabrication des boîtes, au collage des étiquettes, etc.

  • 66 A. Kotenev, op. cit., pp. 306-310.
  • 67 CEB, 9 janvier 1925.
  • 68 Annuaire, I, p. 549.

24Le troisième groupe d’industries fortement marquées par la main- d’œuvre féminine et enfantine est constitué par la manutention et le conditionnement d’un certain nombre de produits destinés à l’exportation. A Changhai, cinq firmes étrangères de nettoyage et de mise en balle des cotons bruts, laines et peaux employaient en 1925 68,7 % de femmes66, et à Hankou les trois grandes firmes britanniques de mise en balle du coton en employaient 6 000 sur 9 000 personnes au total67. Il en était de même à Tianjin, où c’étaient des femmes qui assuraient presque exclusivement les travaux de nettoyage du coton, d’égrenage. D’épluchage et de préparation des noix, arachides et autres graines oléagineuses, de nettoyage de la laine. Beaucoup de ces travaux, liés à l’arrivée massive de produits agricoles d’exportation après leur récolte, n’avaient d’ailleurs qu’un caractère saisonnier68.

  • 69 Il serait intéressant de pouvoir préciser davantage les variations par province du pourcentage de (...)

25On peut donc considérer que la diffusion du travail des femmes et des enfants correspond à la fois aux secteurs de basse qualification du travail, à ceux où l’emploi a nécessairement un caractère saisonnier, à ceux où il est aisé de distribuer à domicile une partie du travail, à ceux enfin, comme la filature et le tissage, dans lesquels les femmes étaient déjà traditionnellement spécialisées à l’époque pré-industrielle69.

  • 70 Annuaire, I, p. 565 (cotonnières de Tianjin) ; L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 6 (cotonnièr (...)
  • 71 Wang Simine, op. cit., passim.
  • 72 MLR, décembre 1920. Sur le faible développement des œuvres sociales patronales et l’échec des réfo (...)
  • 73 Cf. ci-dessous, chap. ix.

26Si le salaire des femmes et des enfants était en général nettement plus bas que celui des hommes adultes, leur temps de travail était par contre sensiblement égal. Dans les cotonnières et autres grandes entreprises modernes, femmes et enfants s’intégraient sans la moindre dérogation dans le système des deux ban journaliers70. Là où les femmes et enfants travaillaient à la pièce, comme dans les fabriques d’allumettes, le temps de travail était au moins aussi long71. Quant aux avantages sociaux tels que congés de maternité pour les femmes et horaires réduits pour les enfants, ils étaient pratiquement inconnus sauf quelques exceptions comme les cours du soir et les écoles primaires des Presses commerciales72. Le règlement industriel provisoire de 1923, qui établira entre autres l’obligation de congés avec allocations pour les femmes en couches, ou la limitation du travail des enfants, ne sera jamais appliqué73.

***

27La fréquence des accidents, l’extension des maladies professionnelles, le mauvais état sanitaire général des ouvriers, sont autant d’autres traits du travail industriel en Chine dans les années 1920, autant de traits qui ici encore reportent à un siècle en arrière l’historien de la condition ouvrière.

  • 74 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1208.
  • 75 LCT, 22 janvier 1917.
  • 76 Annuaire, I, pp. 353-354.
  • 77 Annuaire, ibid.
  • 78 JWC, 15 mars 1919.
  • 79 CWR, 30 octobre 1920. Cf. un récit détaillé de la catastrophe de Tangshan dans LDJ, n° 11 et 12 (1 (...)
  • 80 NCH, 29 mars 1924. — Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 122.
  • 81 NQ, juillet 1937 (Coal industry in China).
  • 82 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 122.
  • 83 Cf. ceux des mines japonaises de Benxihu et de Fushun, et ceux de la mine chinoise de Pingting (An (...)

28Les catastrophes minières et les accidents divers survenus aux mineurs semblent avoir été particulièrement fréquents et désastreux dans les grandes mines étrangères de Chine à cette époque. Dans les houillères japonaises de Fushun, on comptait 1 247 accidentés en 1911, 1 864 en 1912, 3 184 en 191374. En 1917 la catastrophe du puits Oyama y fit plus de 1 000 victimes75, et en 1919 on y comptait 4 539 blessés et 50 tués76. A Benxihu, cette même année, on relevait 242 tués ou disparus, 253 blessés graves et 2 162 blessés légers77, tandis qu’un accident survenu dans une mine japonaise près de Moukden en janvier de la même année faisait 250 tués ou disparus78. Aux houillères de la K.M.A., au puits n° 7 de Tangshan, le coup de grisou du 14 octobre 1920 qui fit plus de 400 victimes fut, d’après la version officielle de la compagnie, provoqué par le fait que les mineurs utilisaient des lampes non protégées, ou auraient ouvert leurs lampes réglementaires pour allumer leurs cigarettes ; l’hebdomadaire libéral américain de Changhai China Weekly Review, dans un éditorial consacré à cette catastrophe, qualifia d’ailleurs ces explications de notoirement absurdes79 et rapporta que, d’après les familles, les mineurs auraient signalé les premières émanations de grisou aux ingénieurs anglais, mais que ceux-ci au lieu de faire cesser le travail leur auraient seulement donné l’ordre de continuer en baissant les lampes ; « les ingénieurs étrangers, concluait l’éditorial, bien qu’informés de la présence des émanations, ordonnèrent néanmoins aux hommes de piocher davantage de charbon pour la Compagnie. On nous dit que le grisou explose souvent au contact de la lumière, et non nécessairement du feu. Si tel est le cas, les quelques 400 coolies furent délibérément envoyés à la mort... Ceci équivaut presque à un meurtre de sang-froid (« cold-blood murder »). En mars 1924, 53 mineurs de Tangshan furent ensevelis dans un glissement de terrain80. Mais des accidents d’une telle ampleur n’étaient pas rares non plus dans les mines modernes chinoises, comme en témoignent les 400 morts et 200 blessés des houillères de Zhong-xing en 191581 ou les 75 morts de Fangzi en 192482. Les règlements de sécurité qu’édictaient certaines compagnies ne semblent donc guère avoir été observées83.

  • 84 H. D. Lamson, Industrial accidents in China (CWR, 1er févr. 1930 à 8 mai 1930).
  • 85 Deng Zhong-xia, ibid., p. 122.
  • 86 CMMJ, mars 1924 (Industrial Hospital, Shanghai, review of 880 cases).

29La fréquence et la gravité des accidents n’étaient pas moindres dans les usines des grandes villes. Une enquête signale84 dans l’année 1928 79 cas mortels pour 1 000 accidents étudiés dans 26 usines, employant 18 748 personnes ; le pourcentage en est parfois très élevé : 137 accidents dont 35 morts dans une usine de Hankou de 1 300 personnes, et III accidents dont 9 morts dans une minoterie de Pudong employant 890 personnes. En 1924, l’incendie d’une filature de soie à Changhai fait plus de 100 victimes85 et cette même année une étude du Dr Decker portant sur 880 ouvriers hospitalisés dans l’hôpital industriel missionnaire de Yangshupu86, presque tous employés dans les cotonnières de ce district, montrait que 20 % des hommes traités, 29 % des enfants, 44 % des femmes étaient atteints d’une invalidité permanente ; d’après cette étude, plus de la moitié des accidents survenus aux femmes et aux enfants affectaient les membres supérieurs, dont 95 % pour les mains ; très fréquents aussi étaient les accidents aux yeux chez les ouvrières chargées des métiers à tisser, que la navette pointue venait frapper quand elles se penchaient pour surveiller leur travail.

  • 87 NCH, 19 novembre 1921.
  • 88 CWK, 15 février 1930.
  • 89 E. Hinder, Social and industrial problems of Shanghai, p. 15.

30Quelle que soit la mauvaise adaptation technologique de ces paysans émigrés à l’usine de fraîche date, il semble bien que la déficience ou même l’absence pure et simple des dispositifs de sécurité aient été la cause principale de ces accidents. Les courroies des machines étaient par exemple dépourvues de gaine de protection ; en 1921, dans une cotonnière de Changhai, une ouvrière de 14 ans fut tuée par une machine alors qu’elle essayait de rattraper un morceau de corde qui y était resté pris87 ; un inspecteur de police, chargé d’enquêter par le Tribunal mixte de la concession internationale, constata que les machines « étaient très modernes, mais dépourvues de tout dispositif de sécurité ». L’enquête de H.D. Lamson en 1928, déjà citée, mentionne parmi les accidents mortels des cas de non-sécurité aussi flagrants que la chute d’une grosse poutre de fer qui écrase la tête d’un ouvrier, l’effondrement d’une machine sur celui qui la répare, un faux pas qui précipite dans la fonte un ouvrier brûlé vif, etc.88. A une date un peu plus tardive, en 1935, un incendie éclata au rez-de-chaussée d’une usine de chaussures, sans doute à cause d’une mauvaise installation électrique, et communiqua le feu aux vapeurs de l’essence utilisée dans le travail du caoutchouc ; l’incendie se communiqua rapidement au plancher de bois du premier étage, qui ne disposait d’aucune sortie de secours et où des femmes maniaient aussi des produits inflammables ; il y eut 81 morts89.

  • 90 Minutes de la Child Labour Commission, séance du 3 juin 1923, déposition du Dr Decker.
  • 91 CEJ, octobre 1931 (The effect of industrialization upon village livelihood).

31Mais il faut en même temps tenir compte du surmenage, de l’épuisement physiologique de ces travailleurs mal nourris et astreints à de trop longues journées de travail, encore augmentées par la durée des allées et venues entre l’entreprise et le domicile. La majorité des accidents arrivaient dans les cotonnières à la fin du ban de jour et surtout de nuit90, et une paysanne déclarait en 1931 à un enquêteur : « Je préférerais volontiers travailler à la ferme qu’à l’usine. En effet, tandis qu’à la ferme j’étais physiquement fatiguée, mon esprit restait clair ; tandis que maintenant à l’usine, le bruit des machines et la monotonie du travail me donnent le vertige91 ».

  • 92 CWR, 30 octobre 1920.
  • 93 FER, février 1920.
  • 94 Annuaire, III, p. 31.
  • 95 Ibid., p. 29.
  • 96 Cf. le texte de ces règlements dans l’Annuaire, III, p. 29.

32Les indemnités prévues pour les victimes des accidents du travail étaient en revanche dérisoires et souvent facultatives. Les familles des 400 victimes du coup de grisou de Tangshan en 1920 reçurent chacune 60 yuans, soit quatre mois de salaire environ ; l’opinion chinoise libérale ne manqua pas de faire remarquer que ce chiffre était bien inférieur au prix des 60 mules qui avaient également trouvé la mort dans la catastrophe92. Aux mines de plomb et de zinc de Shuikoushan au Hunan, l’indemnité était de 30 yuans pour un mort, et 15 centimes par jour d’invalidité93 ; aux houillères de Pingting, le tarif était de 45 yuans pour un mort94, et dans les cotonnières de Changhai de 10 à 15 yuans95. Rares étaient les entreprises qui, comme les houillères japonaises de Benxihu et de Fushun, les Presses commerciales, certaines cotonnières de Changhai ou les lignes de chemin de fer, pratiquaient un barême précis d’indemnités d’accidents selon la gravité de ceux-ci, l’ancienneté de la victime et l’importance de l’emploi occupé96.

  • 97 Cf. C. T. Maitland, Phosphorus poisoning in match factories in China (CJSA, nos 2 et 3, 1925).
  • 98 Sur 3 612 cas chirurgicaux traités à l’hôpital des deux usines entre octobre 1924 (date de la fond (...)
  • 99 Sur 999 ouvriers d’un de ces ateliers examinés en 1926-1927 dans un hôpital missionnaire de Pékin, (...)
  • 100 H. S. Gear, Industrial health in Shanghai, I : an investigation of printing ; sur 89 ouvriers exam (...)
  • 101 Cmd. 2442, p. 30.

33Les maladies professionnelles spécifiques, qui n’étaient ni dépistées et traitées systématiquement, ni prévenues par des modifications des techniques industrielles qui les entraînaient, touchaient dans certains secteurs des proportions très élevées d’ouvriers. Tel était par exemple le cas des nécroses de la machoire que provoquait l’emploi du phosphore blanc à la place du phosphore rouge dans les manufactures d’allumettes, à cause de son prix de revient moins élevé97. L’usage de ce produit était pourtant interdit dans la plupart des pays européens depuis la fin du xixe siècle. Il en était de même pour les inflammations des tissus provoquées par le contact constant avec le sel, à la raffinerie Jiu-da de Tanggu et à l’usine de soude qui lui était attachée98, pour le trachome dans les ateliers de tapis99, pour l’empoisonnement par le plomb chez les imprimeurs ; une enquête sur cette dernière maladie, en 1929, estimait qu’en raison des conditions de manutention du métal et de la mauvaise aération, « on ne pourrait imaginer des circonstances plus propices pour la contamination de l’air, de la nourriture et des boissons dans les ateliers100 ». Dans les mines de charbon de Pingxiang, au Hunan, une enquête de 1914 établit que 81,6 % des mineurs de surface et 90,2 % des mineurs de fond souffraient de vers parasitaires (ankylostomose) dûs à leur contact prolongé avec la terre déjà souillée101.

  • 102 Wang Simine, op. cit., p. 23.
  • 103 Cette mauvaise aération frappait tous les visiteurs ; cf. p. ex. L’Estrange Malone, op. cit., p. 6 (...)
  • 104 CMMJ, mars 1924, op. cit.
  • 105 CEB, 5 décembre 1925.
  • 106 Dossier Henry, Zhifu.
  • 107 Sur 999 cas médicaux examinés dans un atelier de tapis de Pékin en 1928, 291 comportaient des mala (...)

34Il faut enfin faire place aux conséquences physiologiques générales qu’entraînaient les mauvaises conditions du travail industriel. A la fatigue et à l’usure générale de l’organisme résultant de la trop longue journée de travail, à la mauvaise alimentation, aux mauvaises conditions dans lesquelles les repas étaient souvent pris, sans que la machine soit arrêtée et alors que les aliments n’étaient même pas réchauffés102, à la mauvaise aération des ateliers103, venaient s’ajouter pour beaucoup d’ouvriers les séquelles du travail entrepris dès un trop jeune âge et des troubles de la croissance qui en résultaient. La tuberculose endémique semble en particulier avoir fait beaucoup de victimes ; sur les 880 ouvriers des cotonnières de Yangshupu examinés par le Dr Decker en 1924, se trouvait une proportion de 6 % de tuberculeux chez les hommes, 14 % chez les femmes et 22 % chez les enfants104 ; on pouvait observer les mêmes ravages chez les imprimeurs de Changsha105, ou dans les filatures de soie de Zhifu106, où les ouvriers travaillaient torse nu dans les salles remplies de vapeur d’eau et avaient à sortir dans les cours pour prendre les paniers remplis de cocons sans avoir le temps de se vêtir, même par le dur hiver du Shandong. Maladies de peau, maladies gastro-intestinales et autres affections chroniques étaient également très fréquentes, d’après les quelques sondages dont on dispose107.

35La rareté des données précises sur l’état de santé des ouvriers, qui oblige à se reporter constamment aux trois ou quatre mêmes exemples, ne fait que souligner l’insuffisance des services médicaux mis par les entreprises à la disposition de leur personnel. Hôpitaux et dispensaires d’entreprise étaient extrêmement rares en 1919, et il ne s’en créera qu’un petit nombre dans les années suivantes.

***

36Les frictions occasionnées par les mauvais rapports entre les cadres et les ouvriers, et la sévère réglementation du travail dans les usines, seront pour le mouvement ouvrier chinois à cette époque des thèmes de revendications aussi importants que la longueur de la journée de travail, les mauvaises conditions faites aux femmes et aux enfants, ou la fréquence des accidents et des maladies professionnelles.

  • 108 A Fushun en 1921, les cadres proprement dits comprenaient 653 Japonais et 2 Chinois, et les employ (...)
  • 109 Comme une cotonnière japonaise de Yangshupu (NCH, 2 oct. 1922) ou une cotonnière chinoise de Chang (...)
  • 110 NCH, passim.
  • 111 Sur la nationalité des ingénieurs de chaque réseau, cf. par exemple CYB, 1921-1922, pp. 441 sq.
  • 112 Cf. les rapports annuels des Postes chinoises.

37Dans les entreprises étrangères, il était courant que les cadres supérieurs et moyens, et aussi un bon nombre de contremaîtres et de surveillants, soient d’origine étrangère. Les cadres des cotonnières japonaises de Changhai et des mines japonaises du Nord-Est étaient eux-mêmes japonais108 ; nombreux aussi étaient les Sikhs, amenés du Nord de l’Inde par les autorités civiles et militaires britanniques de Chine et par les firmes britanniques, et que leur docilité et leur force physique faisaient également rechercher par les entreprises japonaises ou chinoises109. Les Russes blancs récemment émigrés de Sibérie orientale fournissaient fréquemment aussi des cadres subalternes et des surveillants aux usines, en particulier dans les entreprises françaises110. Dans les réseaux de chemins de fer, la nationalité des groupes financiers qui avaient initialement fourni les capitaux nécessaires à la construction des lignes continuait à se refléter dans la nationalité des ingénieurs et cadres supérieurs ; ceux du Jing-han, du Long-hai ou du Zheng-tai, par exemple, continuaient d’être français ou belges, ceux du Canton- Hankou britanniques, ceux du Tianjin-Pukou britanniques ou allemands, même depuis que ces lignes étaient passées sous l’administration du Jiao-tong-bu111. Dans les Postes également, les cadres supérieurs et un certain nombre de cadres moyens étaient français, anglais, japonais, et cette situation continua même après que la Conférence de Washington eut officiellement mis fin à la gestion internationale des Postes chinoises112.

  • 113 Sur les horaires plus avantageux du personnel étranger des entreprises, cf. par exemple Annuaire, (...)
  • 114 Cf. le meurtre d’un Sikh, gardien d’un wharf, par un ouvrier qu’il venait d’en chasser parce que c (...)
  • 115 Cf. la grève qui éclate en 1922 dans une imprimerie japonaise de Changhai pour exiger le renvoi d’ (...)
  • 116 Cf. par exemple les grèves d’octobre 1921 (CWR, 22 oct. 1921) et d’avril 1925 (SCMP, 10 avril 1925 (...)

38Les frictions étaient fréquentes entre les ouvriers chinois et ces cadres étrangers, dont la situation matérielle était considérablement supérieure à la leur et dont le comportement autoritaire à leur égard se colorait bien souvent d’un certain racisme113. Les rixes et les altercations, les incidents de toute sorte allant parfois jusqu’au meurtre n’étaient pas rares, par exemple à Changhai entre surveillants sikhs et ouvriers chinois114 ; plus d’une grève se déclenchera pour obtenir le renvoi d’un Sikh ou d’un Japonais détesté pour sa brutalité, ou au moins une sanction contre lui115. Dans les chemins de fer et les mines, l’antagonisme n’était pas moins accusé entre les ingénieurs étrangers et les ouvriers, et allait aussi être à l’origine de maintes grèves116.

  • 117 Cf. les nombreux exemples de châtiments corporels cités dans les Matériaux sur l’industrie moderne (...)
  • 118 Citée par Wieger, Chine moderne, t. IV, p. 446.
  • 119 NCH, 19 avril 1924.

39Les rapports des ouvriers avec les contremaîtres et surveillants chinois n’étaient pas meilleurs, même dans le cas des embauchés libres, sur qui ne pesaient pas les servitudes du bao-gong. On a vu que ces contremaîtres et surveillants étaient maîtres absolus de l’embauche et du renvoi, et nombreuses seront les grèves qui viseront à obtenir de la direction une garantie contre les licenciements sans motif valable par les contremaîtres. L’existence d’un système d’amendes dans la plupart des entreprises conférait aux cadres un pouvoir supplémentaire sur les ouvriers, de même que les châtiments corporels fréquemment en usage dans les usines étrangères comme dans les usines chinoises : cangue, coups de rotin, de bambou ou de bâton117 ; les ouvrières des filatures de soie se plaignent en 1923, dans une lettre à la presse118, qu’au moindre retard ou à la moindre maladresse on leur inflige des coups de fouet, on leur arrose les mains à l’eau bouillante ou on les marque à la braise brûlante. Dans les grandes usines, les contremaîtres disposaient même d’équipes d’hommes de main qui étaient chargés de rouer de coups les fortes têtes à la sortie de l’usine ; en avril 1924, par exemple, comparait devant le Tribunal mixte de Changhai un contremaître de la Compagnie du Gaz accusé d’avoir fait bâtonner un ouvrier par ses hommes119.

  • 120 NCH, 3 juillet 1926.

40Des rivalités de caractère régionaliste venaient parfois envenimer encore ces relations entre ouvriers et cadres subalternes ; dans les cotonnières japonaises de Changhai, par exemple, il était fréquent que les ouvriers, originaires pour la plupart du Kompo, soient encadrés par des contremaîtres et surveillants amenés par les Japonais de leur zone d’influence du Shandong ; connus pour leur corpulence et leur force physique, ces gens du Shandong traitaient sans ménagement leurs subordonnés ; des altercations éclataient, qui dégénéraient parfois en véritables batailles rangées faisant de nombreux morts et blessés et d’importants dégâts matériels, comme par exemple en juin 1926 à la cotonnière n° 4 de la Naigai Wata Kaisha120.

  • 121 CEB, 2 octobre 1926.
  • 122 SCMP, 7 février 1927.
  • 123 MDN, 28 août 1919.

41Mais cet antagonisme constant et quotidien entre ouvriers et contremaîtres, encore renforcé par les corvées et services gratuits que ces derniers exigeaient de leurs subordonnés, n’était pourtant pas incompatible, aussi paradoxal que cela puisse paraître, avec une certaine forme de solidarité entre eux. Si rude et pesant que soit le despotisme du contremaître, du gong-tou, celui-ci était supporté comme une partie intégrante du travail industriel, comme la seule alternative au chômage, tant que le mouvement ouvrier n’avait pas la force ou au moins l’ambition de réformer la structure de l’emploi. Que le contremaître soit lui-même écarté par la direction et son successeur s’empressera sûrement de remplacer le personnel par ses hommes à lui, par ceux que lui recommanderont ses parents et amis ou que d’autres « questions de face » le conduiront à faire embaucher. D’où une relative solidarité d’exploiteurs à exploités, qui seule peut permettre d’expliquer des faits inattendus à première vue, tels que des grèves ou des manifestations diverses tendant à apporter à un contremaître le soutien de ses ouvriers quand ce dernier est menacé de renvoi par la direction ; c’est le cas à Tianjin en 1926 lors de la grève de l’usine d’allumettes Zhong-hua121 ; en 1927 dans une fabrique américaine de tapis de la même ville, un contremaître chinois renvoyé organise contre le directeur et ses gardes sikhs un véritable assaut122. Le fait que le contremaître soit souvent amené à embaucher des ouvriers originaires du même village ou du même xian que lui contribuait à renforcer cette paradoxale solidarité, à vrai dire plutôt subie par les ouvriers que véritablement acceptée ; c’est ce qu’illustre la grève de 1 400 poseurs de briques de Dairen en août 1919, protestant contre le renvoi de 19 contremaîtres dont ils étaient compatriotes et dont ils craignaient les représailles123. L’existence de syndicats contrôlés par les contremaîtres s’expliquera de la même façon.

  • 124 Comme c’est le cas par exemple pour le barême des amendes en usage dans les filatures de soie du G (...)
  • 125 L’introduction d’un nouveau règlement en ce sens provoqua en mars 1920 une grève dans une cotonniè (...)
  • 126 Cette interdiction provoqua en février 1922 une grève dans une cotonnière de Changhai (Deng Zhong-(...)
  • 127 En juin 1920, fut jugée devant le tribunal de police britannique de Changhai la plainte d’un ouvri (...)
  • 128 Comme aux Tramways français de Changhai en 1926 (NCH, 31 déc. 1926) ou dans les mines de Fushun en (...)
  • 129 Comme dans les cotonnières n°3 3 et 4 de la Naigai Wata à Changhai (NCH, 3 juill. 1926) ou à la So (...)
  • 130 Comme dans certaines cotonnières japonaises de Changhai (témoignage de l’ouvrier Wang Rui-an).
  • 131 Comme à la B.A.T. (témoignage de l’ouvrière Zhao Jin-ying).
  • 132 MDN, 16 mars 1927.

42Les contremaîtres étaient en même temps les agents d’application des règlements d’usines, eux-aussi supportés avec impatience et mauvaise volonté par les ouvriers. Ces règlements, pour autant qu’on puisse en juger par les dispositions contre lesquelles les ouvriers étaient amenés à faire grève, visaient à la fois à surveiller la qualité de la production124, à diminuer la délinquance industrielle, et à resserrer le contrôle individuel sur chaque ouvrier. C’était la délinquance que visaient les mesures tendant à diminuer les allées et venues dans la journée, à obliger les ouvriers à prendre leurs repas dans l’usine125, ou à interdire les visites des femmes ou des enfants sur le lieu de travail126 ; c’est dans le même but que des fouilles étaient organisées fréquemment dans les usines ou à la sortie sur la personne des ouvriers127. Les mesures de contrôle individuel, empreintes digitales128, disques d’identification129, numéro sur la poitrine130, carte individuelle131, ne seront au contraire mises en vigueur que progressivement ; il semble qu’elles répondent moins à un souci économique d’élévation du rendement et de stabilisation de la main- d’œuvre, qu’à un objectif politique : entraver à l’époque de la poussée révolutionnaire de 1925-27 l’activité des propagandistes des « mauvaises idées », selon l’expression du patronat japonais du Nord-Est en mars 1927132.

***

43D’autres caractéristiques du travail industriel, pour avoir été moins immédiatement sensibles aux travailleurs que la durée de la journée de travail ou les mauvais rapports avec les cadres, n’en sont pas moins importantes pour l’histoire du mouvement ouvrier chinois et l’analyse de ses particularités : il s’agit en particulier du bas niveau de la qualification du travail, de la forte concentration des ouvriers dans les entreprises et du taux élevé de la mobilité ouvrière (turnover).

  • 133 Cf. par exemple le rapport présenté en 1925 au consul britannique de Changhai par la direction de (...)
  • 134 CEM, octobre 1926 (Wages in Tientsin industries).

44Si la faiblesse de la qualification des ouvriers chinois et la basse productivité par tête d’ouvrier qui en découlait étaient à cette époque des thèmes favoris des employeurs occidentaux en Chine133, on manque sur cette question de données établies selon des critères scientifiques, et il faut comme sur tant d’autres points se contenter d’estimations hasardeuses et de renseignements fragmentaires ; ces derniers font toutefois ressortir sans équivoque possible la large prédominance des manœuvres non-spécialisés. A Tianjin par exemple, d’après une estimation de 1926134, l’usine de la B.A.T. n’employait que 350 hommes considérés comme « qualifiés » contre plus de 2 000 femmes et enfants et l’usine de cigarettes Dan-Hua employait 200 hommes qualifiés, à côté de 300 manœuvres hommes et de plus de 1 500 femmes et enfants ; la cotonnière Yu-yuan, dans la même ville, ne comptait que 2 000 hommes qualifiés venus de Changhai ou de Wuhan, contre 4 400 manœuvres (dont 600 femmes et 100 enfants).

  • 135 D. K. Lieu, Silk industry in Shanghai, p. 69. Les proportions ci-dessus furent déduites d’une enqu (...)

45A Changhai, dans les filatures de soie135, on ne comptait que 5 % de travailleurs qualifiés, tous des hommes, qu’on nommait « officiers » : employés, contremaîtres, ouvriers chargés de peser et de transporter les cocons, d’entretenir les machines ; le reste du personnel comportait 60 % de dévideuses, qu’on peut considérer comme semi-spécialisées, et 35 % de femmes et fillettes sans aucune qualification, épluchant les cocons, les mettant à tremper, ou les déroulant au-dessus des bassins d’eau bouillante.

  • 136 Lin Hsiu-chuan, op. cit.
  • 137 A Fushun (Chen Da, Question du travail, p. 65-68), les embauchés libres étaient charpentiers, méca (...)

46Dans les houillères de Zhong-xing, pour se limiter à ce dernier exemple, on trouvait en 1925 212 mécaniciens, 234 électriciens, 913 mineurs de fond semi-qualifiés, qui étaient embauchés libres, et plusieurs milliers de manœuvres recrutés par bao-gong136. Dans les mines, d’une façon générale, il semble que la ligne de démarcation entre embauchés libres et ouvriers recrutés selon ce dernier système recoupe assez exactement celle qui séparait les ouvriers qualifiés et les manœuvres137.

  • 138 Tang-hai (Zhong-guo lao-dong wen-ti. La question ouvrière en Chine, pp. 271-272) distingue onze ca (...)

47Cette basse qualification du travail, phénomène socio-économique complexe qui n’est incompatible en rien avec la traditionnelle habileté manuelle des artisans et des ouvriers chinois, pose des problèmes qui dépassent largement le cadre des présentes recherches. Seule une analyse très poussée des conditions dans lesquelles s’est développée en Chine la grande industrie moderne permettrait d’en dessiner les contours de façon satisfaisante ; il faudrait en particulier tenir compte de l’abondance et du bon marché de la main-d’œuvre, des faibles investissements fixes auxquelles les Occidentaux préféraient se limiter, de la longueur de la journée de travail, et du taux élevé du turnover138. Il suffit ici de souligner l’importance de ce phénomène, dont les conséquences pour le développement du mouvement ouvrier sont d’ailleurs fort diverses ; la grande masse des ouvriers, en raison même de sa faible qualification, ignorera d’une part les divisions de « catégorie », les rivalités de caractère technique ou corporatif ; les grands syndicats industriels se constitueront avec une relative facilité ; mais à l’inverse, ces ouvriers sans grande spécialisation sont aisément remplaçables, et il n’est besoin pour cela que de plonger dans la réserve sans limites des chômeurs et demi- chômeurs de la plèbe urbaine et des émigrés ruraux. Plus d’une grève sera aisément brisée par l’embauche soudaine de centaines ou de milliers de nouveaux manœuvres, eux aussi capables tant bien que mal de fournir le travail médiocre qu’on attend d’eux ; les grèves d’ouvriers qualifiés, imprimeurs, cheminots, mécaniciens, seront les plus tenaces.

  • 139 Wou Mong-peng, L’évolution des corporations ouvrières et commerciales dans la Chine contemporaine,(...)
  • 140 Annuaire, I, p. 387.

48Il ne semble pas que le patronat ait manifesté grand souci d’organiser la formation professionnelle des ouvriers et d’élever leur qualification technique. On a vu combien le pseudo-apprentissage des grandes usines modernes était vidé de tout contenu éducatif. On ne peut parler de formation professionnelle proprement dite que dans des secteurs particuliers comme l’imprimerie ou les chemins de fer, dans lesquels elle était pratiquement indispensable. Les Presses commerciales par exemple organisaient à Changhai un enseignement professionnel assez complet139 ; les grands réseaux de chemins de fer faisaient de même, et en 1925 6,6 % des cheminots du Jing-feng, 10,8 % de ceux du Jing-han, 8,9 % de ceux du Jin-pu, 7,3 % de ceux du Jing-sui participaient à des stages de perfectionnement140.

***

  • 141 Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1184-1192.
  • 142 A. Kotenev, op. cit., pp. 306-310.

49L’inégale concentration des travailleurs dans les entreprises et l’importance considérable des grandes et très grandes entreprises est un autre trait du travail industriel qu’il convient de souligner, bien qu’ici encore, faute de disposer d’aucun recensement précis, il faille se contenter d’indiquer une tendance. Une liste, compilée pour 1914 d’après de multiples sources partielles, et donc incomplète141, comporte 85 entreprises employant entre 500 et 1 000 ouvriers, et 67 entreprises de plus de 1 000 ouvriers, y compris les mines et les ateliers de chemins de fer. En face de cette liste, on ne dispose comme élément de comparaison. que du relevé établi en 1923 par les autorités de la concession internationale de Changhai142, pour les usines de ce territoire et quelques autres entreprises de Zhabei et de Pudong ; ce document, incomplet puisqu’une usine comme celle des Presses commerciales de Zhabei n’y figure pas, fournit un total de 57 usines de 500 à 1 000 ouvriers, et de 49 usines de plus de 1 000 ouvriers, chiffres qui confirment l’importance de la concentration ouvrière dans de grosses et très grosses entreprises. Ces listes font aussi ressortir le fait que cette concentration est surtout poussée dans les cotonnières, filatures de soie et autres usines textiles, dans la grosse métallurgie et les constructions navales, dans les mines (Tableau X).

TABLEAU X. — Grosses entreprises industrielles en Chine et à Changhai

TABLEAU X. — Grosses entreprises industrielles en Chine et à Changhai

50C’est dans ces secteurs d’industrie, en y ajoutant naturellement les entreprises de manutentions et les transports, que dès 1919 et même auparavant le mouvement ouvrier se révélera le plus actif, dans l’organisation des syndicats comme dans la conduite des grèves.

51Ces deux listes semblent également suggérer que les grosses entreprises chinoises et les grosses entreprises étrangères pouvaient se comparer en nombre et en importance, en particulier pour celles de plus de 1 000 ouvriers ; cette catégorie comportait en effet en 1914, pour toute la Chine, 40 entreprises chinoises totalisant 82 615 ouvriers, et 27 entreprises étrangères totalisant 100 427 ouvriers. La liste de 1923, de son côté, compte à Changhai 15 entreprises chinoises totalisant 42 702 ouvriers, et 34 entreprises étrangères totalisant 76 382 ouvriers.

  • 143 A Changhai, d’après la liste de 1923, il n’existait que 14 entreprises étrangères de moins de 100 (...)

52Mais dans le secteur étranger, les petites et moyennes entreprises étaient rares143 et on peut estimer que la dimension moyenne des unités industrielles était déjà importante, même en l’absence de statistiques complètes sur ce sujet ; c’était aussi dans ce secteur que se rencontraient les entreprises et groupes d’entreprises les plus concentrés, les 50 000 mineurs de la K.M.A. à Tangshan, les 50 000 mineurs de Fushun, les 25 000 ouvriers du groupe de cotonnières de la Naigai Wata Kaisha à Changhai.

  • 144 Cf. ci-dessus, p. 65.

53S’il existait aussi de vastes entreprises chinoises, comme les cotonnières de Changhai, la Compagnie Han-ye-ping, les manufactures de tabac de la Nan-yang, les Presses commerciales, le secteur du capital chinois comportait en revanche un grand nombre de petites et moyennes usines, comme les petits ateliers mécaniques de Canton, Tianjin ou Changhai144, les petites imprimeries, les minoteries et huileries, les petits ateliers textiles (Tableau XI).

TABLEAU XI : Effectifs des petits ateliers textiles de Pékin et de Tianjin

TABLEAU XI : Effectifs des petits ateliers textiles de Pékin et de Tianjin
  • 145 Cf. ci-dessus, p. 80.

54Il serait tout à fait hasardeux d’avancer un pourcentage précis pour la partie des effectifs ouvriers qui était concentrée dans les grandes et très grandes entreprises. A Changhai, même en ne tenant compte que de la liste incomplète de 1923, les usines de plus de 500 ouvriers représentaient 157 464 ouvriers, soit plus de la moitié de la population ouvrière de la ville telle qu’on peut l’estimer à cette époque145. Dans la zone industrielle du Nord-Est, où la place prépondérante appartenait aux grosses entreprises japonaises, le taux de concentration devait être plus élevé encore. D’une façon générale, cette concentration du prolétariat industriel chinois en un petit nombre d’usines renforcera encore les effets de la concentration géographique, et contribuera à lui donner une cohésion et une vigueur auxquelles ni ses faibles effectifs totaux, ni sa jeunesse ne pouvaient à première vue lui permettre de prétendre.

***

  • 146 CYB, 1928, p. 969.
  • 147 A. Strong, China’s millions, p. 91.
  • 148 L’ouvrier Zhou Guo-qiang, interrogé à Changhai en 1957, avait successivement été avant d’entrer en (...)
  • 149 Deng Zhong-xia, par exemple, dirige successivement le club des cheminots de Changxindian en mai 19 (...)

55Le prolétariat industriel chinois se caractérise enfin par sa mobilité, par le fréquent passage des ouvriers d’une entreprise à une autre et d’une région à une autre. Quelques exemples individuels peuvent illustrer cette mobilité. Tel le cas de deux ouvriers, Lim Chou et Lok Shoo- yung, qui au printemps 1926 passèrent en jugement devant le Tribunal mixte de Changhai pour meurtre présumé d’un contremaître qui en 1925 avait tenté de briser la grève de la compagnie des eaux ; l’un était arrivé à Changhai en 1918, venant de Canton, et y avait travaillé dans diverses entreprises métallurgiques japonaises ; parti en 1920 à Hankou il était revenu à Changhai en 1924, pour s’engager dans la Compagnie des eaux. L’autre avait été apprenti forgeron à Hankou de 1919 à. 1922, puis forgeron en 1922-1925 dans le Nord-Est sur le réseau ferré du S.M.R., et exerçait le même métier à Changhai depuis 1925146. Le cheminot Yu Mo-huai, un des dirigeants en 1927 des grèves insurrectionnelles changhaiennes, avait successivement été batelier à Anqing, garçon de cabine sur un steamer moderne de la ligne du Yangzi, mécanicien de bateaux, cheminot sur le Changhai-Nankin147. Il serait aisé de multiplier les exemples concrets du même phénomène148 ; cette situation sera mise à profit par les militants du mouvement syndical, qui pourront aisément et sans risquer d’attirer les soupçons se faire successivement mineurs, cheminots, ouvriers d’usine et passer d’une extrémité de la Chine à l’autre selon les fluctuations du mouvement ouvrier149.

56Mais cette mobilité se traduisait aussi par la faible durée du séjour moyen des ouvriers dans l’entreprise, par la fréquence des allées et venues, l’absentéisme, la variation des effectifs au cours de l’année.

  • 150 Annuaire, I, p. 370 (cette enquête ne mentionne pas le nombre moyen des ouvriers employés dans l’u (...)
  • 151 Annuaire, I, p. 367.

57Dans une cotonnière japonaise de Changhai, de novembre 1923 à octobre 1924150, on comptait 2 150 départs et 2 417 entrées, les plus forts mouvements se situant en mars avec 342 départs et 278 entrées. De même en 1925, dans 26 usines du Nord-Est, il y avait eu 5 143 départs sur 9 932 personnes, soit 51,7 % du total151.

  • 152 Ibid., I, p. 371.

58Une enquête sur les motifs pour lesquels, en 1923-24, 2 150 ouvriers de cette cotonnière japonaise de Changhai avaient quitté l’usine152 montrent que 257 manifestèrent le désir de rentrer chez eux, 168 obéirent « à des préoccupations d’ordre domestique », 129 partirent à cause d’un mariage ou d’un accouchement, 33 par mécontentement, 280 parce que leur travail n’était pas jugé satisfaisant, 105 parce qu’ils n’étaient pas considérés comme assez zélés, 91 pour avoir désobéi aux règlements et instructions reçues, 605 pour gaspillage excessif, pour ne pas mentionner bien d’autres motifs encore. Il est clair que le taux élevé du turnover ne reflétait pas seulement les origines paysannes de bien des ouvriers et la date récente de leur arrivée à la ville, mais leur difficile adaptation au travail industriel et à la vie dans les grandes usines.

***

59Le travail industriel dans les entreprises de la grande production capitaliste était-il en définitive plus ou moins pénible que celui que les ouvriers devaient accomplir dans les petites manufactures traditionnelles, les ateliers artisanaux, les mines à « méthode indigène » (tu-fa) comme il en subsistait encore tant vers 1920 ?

  • 153 Dossier Henry, IIe partie, p. 3.

60A première vue, les conditions de travail dans ces entreprises précapitalistes n’étaient guère meilleures et la description qu’en ont donnée ceux qui les visitèrent ne laisse rien à envier à celles dont on dispose pour les usines modernes. « Certaines manufactures d’allumettes, de tapis, de cloisonnés, certaines verreries, certaines filatures de soie et de coton (ancien style), pourraient encore inspirer un Dante dans une description de l’enfer. De pâles êtres chétifs se meuvent dans une atmosphère irrespirable pour qui vient du dehors, dans une obscurité presque totale et au milieu d’immondices. A dix heures du soir, quelquefois même plus tard, ils sont encore à l’ouvrage, et les ateliers qu’éclairent faiblement quelques lampes à huile prennent un aspect encore plus sinistre. Quelques interruptions pour les repas pris sur place ou dans une cour couverte d’excréments, grouillante de pourriture. Quand vient enfin l’heure du repos, ces malheureux se couchent n’importe où, les privilégiés sur des déchets, dans des greniers quand il y en a, les autres sur le sol même de leurs ateliers, comme des chiens à l’attache...153 ».

  • 154 C. C. Chu et Th. C. Blaisdell, op. cit., p. 19.
  • 155 NQ, avril 1937, Coal mining in China.

61De même, les enquêteurs qui visitèrent en 1922-1923 des ateliers traditionnels de tapis de Pékin furent frappés « de la saleté et du désordre, de l’obscurité, de la mauvaise aération, du manque absolu d’hygiène... », « de l’odeur fétide qui imprègne tout le bâtiment... », « le sol est fait de détritus, et d’une couche épaisse de déchets, de poussière et de brins de laine et dans la plupart des ateliers l’air est si épais, avec des particules en mouvement, qu’on ne peut se voir qu’avec difficulté d’une extrémité à l’autre de cette petite pièce... »154 ; c’est là aussi que dorment les apprentis de ces ateliers, et qu’ils préparent leur maigre chère. Aussi primitives et aussi pénibles sont les conditions de travail dans les mines traditionnelles. A Mentougou par exemple155, près de Pékin, les mineurs de fond restent dix-huit heures de suite dans les galeries, et ramènent la houille dans de simples paniers d’osier ; on ventile en allumant un feu à une extrémité de la galerie, sauf par grand froid.

  • 156 « Dans un atelier propre, bien éclairé, même si c’est un de ses compatriotes qui le dirige, l’ouvr (...)

62Mais une comparaison entre les entreprises traditionnelles et les entreprises modernes ne peut seulement porter sur la durée de la journée de travail, sur l’effort physique exigé des ouvriers, ou sur les conditions d’hygiène. Sans le moins du monde idéaliser les premières, il faut bien constater que les antagonismes sociaux y étaient moins tranchés, le climat de travail moins inhumain, les règlements et la surveillance moins sévères, les exigences de la production moins rigoureuses. La distance qui séparait de son patron un ouvrier d’un petit atelier n’était pas si considérable et la perspective de devenir lui-même un petit producteur n’était pas pour lui absolument inaccessible156. Le travailleur de la grande industrie moderne, engagé dans un appareil de production dont l’importance technique et financière ne soulignait que mieux sa propre faiblesse, et qui cotoyait chaque jour des centaines, des milliers de camarades réduits au même sort que lui, n’avait pas d’autre avenir que celui de sa propre classe.

Notes

1 CEB, 1er juillet 1921 ; L’Estrange Malone, New China, t. II, pp. 5-6.

2 Annuaire, I, pp. 309-311.

3 Comme l’usine de tissage Guang-da à Changhai en 1926 (Annuaire, I, p. 307), ou une filature japonaise de Qingdao en 1924 (Dossier Henry, Qingdao).

4 Comme celles de Changhai (Annuaire, I, 326), de Wuhu (CEB, 9 janv. 1925), de Cangzhou au Zhili (CEJ, nov. 1927, Three towns in South Chihli).

5 Telles qu’en 1925 une usine de conserve d’œufs au Jiangsu septentrional, ou que les huileries de Tianjin (Annuaire, I, p. 325).

6 Annuaire, I, p. 316.

7 Annuaire, I, p. 312.

8 Ibid., pp. 321-322.

9 Ibid., p. 315.

10 Bulletin de l’Y.M.C.A. chinoise n° 62 (avril 1923), cité dans Wieger, Chine moderne, t. IV, p. 435.

11 Annuaire, I, p. 318.

12 CEB, 9 mai 1925 (chaussons) et 24 janvier 1925 (dépôts de charbon).

13 Annuaire, I, 319 (à propos de centrales du Shandong).

14 Ibid. (à propos de la compagnie des eaux de Pékin).

15 Comme une verrerie de Qinghuangdao (Annuaire, I, 315) ou une fabrique d’ampoules électriques de Pékin en 1925 (ibid., I, 317).

16 Annuaire, I, p. 320.

17 CEJ, avril 1930 (Manufacturing industries in Northern Manchuria).

18 Paul Henry rapporte dans ses notes de voyage (dossier « Pékin ») qu’en visitant une minoterie chinoise il s’était d’abord entendu dire par le directeur que l’usine ne travaillait que huit heures par jour ; il put se rendre compte sur place, qu’en réalité elle pratiquait les deux ban de douze heures, et le Directeur finit par avouer que la visite avait été « préparée » sur instructions téléphoniques du Ministère.

19 L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 6.

20 Minutes de la Child Labor commission, séance du 6 juillet 1923.

21 Annuaire, I, 308.

22 Ibid., pp. 310-311.

23 Ibid., pp. 314-315.

24 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 22.

25 MLR, août 1921 (Labor unrest in China).

26 Annuaire, I, pp. 317-318.

27 Ibid.

28 Ibid., pp. 312-313.

29 MLR, mars 1924 (pour Changhai). A Hongkong en 1924 les chantiers de Butterfield & Swire (« Taikoo ») travaillaient de 7 heures à 12 heures et de 13 heures à 17 heures (dossier Henry, Hongkong).

30 Annuaire, I, p. 326.

31 Lin Sung-ho, op. cit., p. 22.

32 Par exemple à Pékin (CEB, 11 avril 1923).

33 CEJ, juillet 1928 (Shanghai silk filatures).

34 Dossier Henry, Changhai.

35 Cmd. 2442, p. 24.

36 L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 5.

37 Cmd. 2442, p. 19.

38 Cf. ci-dessus, p. 119.

39 CEB, 12 juillet 1924.

40 Cf. sur le calendrier des festivals chinois, W. Eberhardt, Chinese festivals.

41 Annuaire, I, 229.

42 Lin Sung-ho, op. cit., p. 24.

43 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 22.

44 Annuaire, I, 334.

45 MLR, août 1921.

46 Dossier Henry, Changhai.

47 MLR, août 1921. — Cf. une liste de 23 entreprises accordant le repos hebdomadaire, Annuaire, I, p. 327.

48 CEJ, juillet 1928 (Shanghai silk filatures).

49 Qui travaillaient pour la plupart 330 à 340 jours par an (Annuaire, I, p. 334). Cf. une liste de 20 entreprises observant le repos bimensuel (Annuaire, I, pp. 327-328).

50 L’Estrange Malone, op. cit., II, p. 6.

51 Cf. ci-dessous, p. 149.

52 Cf. par exemple ci-dessous, chap. viii.

53 A. Kotenev, Shanghai, its municipality and the Chinese, pp. 306-310.

54 En 1924, sur instructions du Foreign Office, le Ministre britannique à Pékin demanda à tous les consuls britanniques en Chine de lui fournir des renseignements sur le travail des enfants dans les entreprises étrangères de Chine, et particulièrement britanniques. Le texte de ces rapports consulaires (Cmd. 2442) donne maints exemples de la mauvaise volonté des employeurs à aborder ce sujet : à Hankou, par exemple, les grandes firmes britanniques (tabac, mise en balle du coton) négligèrent de répondre (op. cit., p. 67) ; à Moukden, la B.A.T. fit de même (ibid., p. 74).

55 Sur cet épisode sans lendemain des tentatives de lois sociales, cf. ci-dessous, chap. ix.

56 Minutes de la Child Labour Commission, visite de trois filatures de soie et d’une cotonnière, le 16 octobre 1923.

57 L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 6.

58 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1195.

59 CEJ, juin 1927 (Women’s work in Kivantung province).

60 CEB, 29 mars 1924. On n’y comptait que 13 % d’hommes adultes.

61 CEJ, octobre 1928 (Industrial works of Wuhan). Les trois cotonnières de cette ville employaient 5 700 femmes et 1 100 enfants sur un effectif total de 7 647 personnes.

62 Cf. Wang Simine (op. cit., pp. 80 à 98) : tricoteuses de Changhai, de Tianjin, du Zhejiang, brodeuses de Ningbo, dentelières de Changhai, brodeuses du Guangdong et de Zhifu, etc.

63 A. Kotenev, op. cit., pp. 306-310 ; les manufactures chinoises employaient 3 664 femmes sur 5 301 personnes, les manufactures étrangères 4 727 femmes et 565 enfants sur 7 647 personnes.

64 Témoignage de Mme Zhao Jin-ying.

65 Annuaire, I, p. 560 ; les termes de wai-gong et li-gong n’ont pas exactement ici la même acception que dans les mines. — Vers 1927, la plus grande usine d’allumettes de Tianjin employait plus de 2 000 femmes et beaucoup d’enfants sur 3 600 personnes (CWR, 28 avril 1928).

66 A. Kotenev, op. cit., pp. 306-310.

67 CEB, 9 janvier 1925.

68 Annuaire, I, p. 549.

69 Il serait intéressant de pouvoir préciser davantage les variations par province du pourcentage de femmes et d’enfants, et de souligner ainsi, à côté des mécanismes proprement économiques, l’importance du facteur coutumier et des habitudes sociales. Mais les données disponibles sont trop rares, voire contradictoires. D’après l’enquête très sérieuse faite par H. D. Fong dans les cotonnières en 1930 (H. D. Fong, Cotton Industry..., p. 148), les femmes et enfants représenteraient 78,6 % du personnel total à Changhai, 47 % à Wuhan et seulement 6,4 % à Qingdao, différence considérable à l’intérieur d’une même industrie. Mais ces indications ne concordent guère avec la statistique établie en 1920 par le Nong-shang-bu (Annuaire, I, p. 549) : celle-ci, qui porte théoriquement sur l’ensemble des entreprises de nationalité chinoise (usines et ateliers), donne une proportion de 73 % de femmes pour le Jiangsu et 34 % pour le Hubei, ce qui semble vraisemblable, mais 35 % pour le Shandong, ce qui paraît excessif, et 1,6 % pour le Zhili, chiffre difficilement compatible avec ce qu’on sait du travail féminin et enfantin à Tianjin et aux alentours.

70 Annuaire, I, p. 565 (cotonnières de Tianjin) ; L’Estrange Malone, op. cit., t. II, p. 6 (cotonnières de Changhai).

71 Wang Simine, op. cit., passim.

72 MLR, décembre 1920. Sur le faible développement des œuvres sociales patronales et l’échec des réformes, cf. ci-dessous chap. ix.

73 Cf. ci-dessous, chap. ix.

74 Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1208.

75 LCT, 22 janvier 1917.

76 Annuaire, I, pp. 353-354.

77 Annuaire, ibid.

78 JWC, 15 mars 1919.

79 CWR, 30 octobre 1920. Cf. un récit détaillé de la catastrophe de Tangshan dans LDJ, n° 11 et 12 (17 et 24 oct. 1920).

80 NCH, 29 mars 1924. — Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 122.

81 NQ, juillet 1937 (Coal industry in China).

82 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 122.

83 Cf. ceux des mines japonaises de Benxihu et de Fushun, et ceux de la mine chinoise de Pingting (Annuaire, III, pp. 13 à 28).

84 H. D. Lamson, Industrial accidents in China (CWR, 1er févr. 1930 à 8 mai 1930).

85 Deng Zhong-xia, ibid., p. 122.

86 CMMJ, mars 1924 (Industrial Hospital, Shanghai, review of 880 cases).

87 NCH, 19 novembre 1921.

88 CWK, 15 février 1930.

89 E. Hinder, Social and industrial problems of Shanghai, p. 15.

90 Minutes de la Child Labour Commission, séance du 3 juin 1923, déposition du Dr Decker.

91 CEJ, octobre 1931 (The effect of industrialization upon village livelihood).

92 CWR, 30 octobre 1920.

93 FER, février 1920.

94 Annuaire, III, p. 31.

95 Ibid., p. 29.

96 Cf. le texte de ces règlements dans l’Annuaire, III, p. 29.

97 Cf. C. T. Maitland, Phosphorus poisoning in match factories in China (CJSA, nos 2 et 3, 1925).

98 Sur 3 612 cas chirurgicaux traités à l’hôpital des deux usines entre octobre 1924 (date de la fondation de l’hôpital) et septembre 1925, 2 271 provenaient d’inflammations de tissus (le personnel des deux usines comportant environ 900 personnes) (Lin Sung-ho, op. cit., p. 117).

99 Sur 999 ouvriers d’un de ces ateliers examinés en 1926-1927 dans un hôpital missionnaire de Pékin, 922 souffraient du trachome, soit 39,7 % des effectifs totaux de cet atelier (CMMJ, avril 1929, Industrial health work in the Peking special area).

100 H. S. Gear, Industrial health in Shanghai, I : an investigation of printing ; sur 89 ouvriers examinés, 27 cas d’empoisonnement par le plomb furent constatés.

101 Cmd. 2442, p. 30.

102 Wang Simine, op. cit., p. 23.

103 Cette mauvaise aération frappait tous les visiteurs ; cf. p. ex. L’Estrange Malone, op. cit., p. 6 ; Dossier Henry, passim.

104 CMMJ, mars 1924, op. cit.

105 CEB, 5 décembre 1925.

106 Dossier Henry, Zhifu.

107 Sur 999 cas médicaux examinés dans un atelier de tapis de Pékin en 1928, 291 comportaient des maladies gastro-intestinales (CMMJ, avril 1929). — A Jiu-da, sur 4 080 cas médicaux soignés en 1924-1925, 1 021 correspondaient à des affections gastro-intestinales, 683 à des cas de dermatologie, 1 194 à des affections internes (Lin Sung-ho, op. cit., p. 117).

108 A Fushun en 1921, les cadres proprement dits comprenaient 653 Japonais et 2 Chinois, et les employés 2 515 Japonais et 4 199 Chinois (Yeh Kong-cho, op. cit., p. 23).

109 Comme une cotonnière japonaise de Yangshupu (NCH, 2 oct. 1922) ou une cotonnière chinoise de Changhai (NCH, 19 juin 1920).

110 NCH, passim.

111 Sur la nationalité des ingénieurs de chaque réseau, cf. par exemple CYB, 1921-1922, pp. 441 sq.

112 Cf. les rapports annuels des Postes chinoises.

113 Sur les horaires plus avantageux du personnel étranger des entreprises, cf. par exemple Annuaire, I, p. 306. Les marins chinois logés dans des soutes jalousaient les marins et quartiers-maîtres étrangers beaucoup mieux payés et mieux traités à égalité de fonction (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 45). Sur l’attitude méprisante des cadres à l’égard des ouvriers, cf. les témoignages des anciens ouvriers du Jing-han Shen Bao-hua, Wang Chun-rong et Sun Mao-Lin (qui en 1957 citaient encore de mémoire les termes injurieux français dont usaient les ingénieurs à leur égard), ou celui des anciennes ouvrières de la B.A.T. à Pudong Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying.

114 Cf. le meurtre d’un Sikh, gardien d’un wharf, par un ouvrier qu’il venait d’en chasser parce que ce dernier tentait une nuit d’y dormir (NCH, 6 juin 1921). Cf. aussi la rixe qui éclate à Harbine entre six surveillants sikhs de la Ice Storage Co et des ouvriers, et à la suite de laquelle deux Sikhs sont tués (LCT, 1er janv. 1917).

115 Cf. la grève qui éclate en 1922 dans une imprimerie japonaise de Changhai pour exiger le renvoi d’un Sikh et le droit pour les ouvriers, entre autres revendications, de choisir eux-même leurs surveillants étrangers (NCH, 21 oct. 1922).

116 Cf. par exemple les grèves d’octobre 1921 (CWR, 22 oct. 1921) et d’avril 1925 (SCMP, 10 avril 1925) intervenues sur la section britannique du Canton-Jiulong, pour protester contre diverses décisions des ingénieurs britanniques. Cf. aussi la grève de 1915 aux mines de Pingxiang, dirigée contre un ingénieur allemand accusé d’encourager les contremaîtres à la brutalité (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 4).

117 Cf. les nombreux exemples de châtiments corporels cités dans les Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1216-1220.

118 Citée par Wieger, Chine moderne, t. IV, p. 446.

119 NCH, 19 avril 1924.

120 NCH, 3 juillet 1926.

121 CEB, 2 octobre 1926.

122 SCMP, 7 février 1927.

123 MDN, 28 août 1919.

124 Comme c’est le cas par exemple pour le barême des amendes en usage dans les filatures de soie du Guangdong (cf. ci-dessous, chap. v).

125 L’introduction d’un nouveau règlement en ce sens provoqua en mars 1920 une grève dans une cotonnière de Changhai (Municipal Gazette, 17 avril 1920, rapport du Commissaire de police).

126 Cette interdiction provoqua en février 1922 une grève dans une cotonnière de Changhai (Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 35).

127 En juin 1920, fut jugée devant le tribunal de police britannique de Changhai la plainte d’un ouvrier accusant un surveillant sikh de l’avoir frappé au cours d’une fouille. Les autres ouvriers et les passants avaient pris parti pour la victime, blessant sérieusement l’Indien et deux de ses camarades (NCH, 20 juin 1920).

128 Comme aux Tramways français de Changhai en 1926 (NCH, 31 déc. 1926) ou dans les mines de Fushun en 1927 (MDN, 16 mars 1927).

129 Comme dans les cotonnières n°3 3 et 4 de la Naigai Wata à Changhai (NCH, 3 juill. 1926) ou à la Société franco-chinoise de construction métallique à Changhai (CEB, 21 août 1926).

130 Comme dans certaines cotonnières japonaises de Changhai (témoignage de l’ouvrier Wang Rui-an).

131 Comme à la B.A.T. (témoignage de l’ouvrière Zhao Jin-ying).

132 MDN, 16 mars 1927.

133 Cf. par exemple le rapport présenté en 1925 au consul britannique de Changhai par la direction de la cotonnière Ewo (Memoirs on labour conditions in China, p. 19) : « Un ouvrier moyen en Chine, dans la section des filatures, bien qu’il travaille onze heures trois quarts par jour, ne peut produire plus de 25 % de l’ouvrage fourni par un travailleur moyen du Lancashire travaillant huit heures ; la qualité du travail est bien inférieure ».

134 CEM, octobre 1926 (Wages in Tientsin industries).

135 D. K. Lieu, Silk industry in Shanghai, p. 69. Les proportions ci-dessus furent déduites d’une enquête portant en 1930 sur 66 filatures, et d’une enquête de 1931 portant sur 45 filatures.

136 Lin Hsiu-chuan, op. cit.

137 A Fushun (Chen Da, Question du travail, p. 65-68), les embauchés libres étaient charpentiers, mécaniciens, mineurs de fond, tandis que les 30 000 ou 40 000 ouvriers recrutés par bao-gong étaient simples manœuvres.

138 Tang-hai (Zhong-guo lao-dong wen-ti. La question ouvrière en Chine, pp. 271-272) distingue onze causes de la basse qualification professionnelle des ouvriers chinois : le bas niveau des salaires, le fait que les ouvriers travaillent sans enthousiasme et seulement pour leur subsistance quotidienne élémentaire, le caractère pénible du travail aux machines, le temps de travail trop long, l’hostilité des ouvriers envers le patronat, le fait que leurs revendications ne sont jamais satisfaites, la mauvaise hygiène et la mauvaise alimentation des ouvriers, la mauvaise qualité des matières premières, la mauvaise disposition des ateliers, le climat pénible de la Chine, l’insuffisance de la formation professionnelle.

139 Wou Mong-peng, L’évolution des corporations ouvrières et commerciales dans la Chine contemporaine, p. 69.

140 Annuaire, I, p. 387.

141 Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1184-1192.

142 A. Kotenev, op. cit., pp. 306-310.

143 A Changhai, d’après la liste de 1923, il n’existait que 14 entreprises étrangères de moins de 100 ouvriers.

144 Cf. ci-dessus, p. 65.

145 Cf. ci-dessus, p. 80.

146 CYB, 1928, p. 969.

147 A. Strong, China’s millions, p. 91.

148 L’ouvrier Zhou Guo-qiang, interrogé à Changhai en 1957, avait successivement été avant d’entrer en 1925 à la Compagnie française des Tramways, marin sur le Huangpu, petit employé de boutique à Changhai, ouvrier de la B.A.T. à Pudong, ouvrier dans un atelier de bonneterie de Changhai. L’ouvrier Cao Zhi-fang, après son apprentissage dans un petit atelier mécanique de Changhai, avait successivement travaillé à la cotonnière Ewo, dans les camps britanniques de Bassorah, aux chantiers navals du Jiang-nan, dans un atelier mécanique français du quartier de Nanshi, à la centrale électrique de la concession internationale à Yangshupu.

149 Deng Zhong-xia, par exemple, dirige successivement le club des cheminots de Changxindian en mai 1921, la grève des mineurs de la K.M.A. en octobre 1922, la grève des cotonnières de Changhai en février 1925, la grève des marins de Canton- Hongkong en juin 1925 (Abrégé..., passim.).

150 Annuaire, I, p. 370 (cette enquête ne mentionne pas le nombre moyen des ouvriers employés dans l’usine pendant cette période).

151 Annuaire, I, p. 367.

152 Ibid., I, p. 371.

153 Dossier Henry, IIe partie, p. 3.

154 C. C. Chu et Th. C. Blaisdell, op. cit., p. 19.

155 NQ, avril 1937, Coal mining in China.

156 « Dans un atelier propre, bien éclairé, même si c’est un de ses compatriotes qui le dirige, l’ouvrier chinois se trouve en dehors de son élément... dans les ateliers à la chinoise, les relations d’employeurs à ouvriers sont plus cordiales. Il y a peu de surveillance ; on s’arrête souvent pour prendre une tasse de thé... » (dossier Henry, IIe partie, p. 3).

Table des illustrations

Titre TABLEAU IX : Proportion de la main-d’œuvre enfantine dans diverses usines de Changhai.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre TABLEAU X. — Grosses entreprises industrielles en Chine et à Changhai
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre TABLEAU XI : Effectifs des petits ateliers textiles de Pékin et de Tianjin
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site