Version classiqueVersion mobile

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre III. Origine sociale et modes de recrutement des travailleurs industriels

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre et dans ceux qui seront ensuite consacrés aux conditions du travail industriel, pu (...)

1Les travailleurs de l’industrie chinoise et des transports modernes, au lendemain de la Grande Guerre, ne sont en majorité que d’anciens paysans tout récemment transplantés à la ville, à peine stabilisés dans leur condition nouvelle, et dont les attaches rurales restent très fortes. C’est du moins ce que permettent d’avancer un certain nombre d’indices et de témoignages, même en l’absence de matériaux décrivant systématiquement les mouvements intérieurs de la population chinoise à cette époque1.

2On dispose par exemple d’un certain nombre de sondages relatifs à la profession antérieure de groupes donnés d’ouvriers, et tous sauf un, révèlent une majorité d’éléments d’origine paysanne (Tableau V).

  • 2 H. D. Fong, Tientsin carpet industry, p. 44.

3Egalement significative est l’enquête, malheureusement unique et portant sur une industrie un peu marginale, effectuée en 1929 parmi 300 ouvriers des usines de tapis de Tianjin2 ; la grande majorité d’entre eux sont originaires de xian purement ruraux de la province, et ce sont même les xian les plus éloignés des voies ferrées, les moins remués par le développement de l’économie de marché, qui fournissent les plus gros contingents : 37 pour Zaoqiang, 36 pour Shulu, 29 pour Shenxian (carte n° 1).

TABLEAU V : Eléments d’origine paysanne dans la classe ouvrière.

TABLEAU V : Eléments d’origine paysanne dans la classe ouvrière.
  • 3 Sur ces termes de wai-gong et de li-gong, cf. ci-dessous, p. 100.

Note (1)3

  • 4 Un vieux paysan d’un village voisin de Changhai, interrogé en 1931 par des étudiants (CEJ, oct. 193 (...)
  • 5 Kyong Bae-tsong, Industrial women in Wusih, p. 6.
  • 6 SCMP, 13 janvier 1922.

4Les ouvriers des cotonnières de Changhai sont eux aussi des paysans des villages du Jiangsu4, et une enquête de l’Y.W.C.A. de Changhai5 estime que parmi les ouvrières des filatures de soie de Wuxi, 50 % viennent des villages des alentours du Lac Tai, et 30 % des régions pauvres du Nord du Yangzi (Jiangbei, « Kompo » en patois). « Nous, marins, avons quitté nos villages et les puits de nos villages pour travailler comme gens de mer et y risquer nos vies », déclare le syndicat des marins de Hongkong à la veille de la grande grève de 1922, dans une circulaire à ses membres6.

CARTE N° 1. —·District d’origine de 300 ouvriers du tapis de Tianjin en 1929.

  • 7 Martyrs du Hounan, p. 109.
  • 8 Nym Wales, Red Dust, p. 10.
  • 9 A. L. Strong, China’s millions, p. 100.
  • 10 Id., ibid., p. 89.
  • 11 Su Zhao-zheng, p. 27.
  • 12 Premier recueil des combattants, p. 43.
  • 13 Il ne s’agit ici que de souligner l’origine paysanne de bien des ouvriers. La question de l’origine (...)

5Maints dirigeants du mouvement syndical chinois de cette époque, on peut également le noter, sont de souche directement paysanne : Ren Shu-de, qui en 1922 dirige avec Mao Ze-dong une grève du bâtiment à Changsha7, Wang Zheng, poseur de rail de la ligne Hankou-Zhuzhou devenu chauffeur de locomotive et dirigeant du syndicat des cheminots de cette ligne8, Tang Chou-yi, mineur et militant syndical de la Compagnie « Han-ye-ping »9, sont des paysans originaires du Hunan ; Su Zhao-zheng, fondateur du syndicat des marins de Hongkong, et qui exercera pour la première fois dans l’histoire de Chine les fonctions de ministre du Travail à Wuhan en 1927, est un paysan du Guangdong10, de même que Chen Quan, un autre marin qui en 1926 représentera le Comité de grève de Canton-Hongkong au Congrès international de Bruxelles11 ; Lun Ke-zhong, fondateur en 1924 du syndicat des cheminots du Jiao-ji, est un paysan du Shandong12, et l’on pourrait mulitplier ces exemples13.

  • 14 Sur les 985 li-gong de la mine de Zhongxing interrogés en 1931, 197 (soit 20,8 %) étaient de petits (...)
  • 15 CWR, 21 novembre 1925 (Unfavorable conditions in Northern Kiangsu).
  • 16 Dans une cotonnière de Changhai en 1925 (Annuaire, I, pp. 360-362), 579 hommes sur 861 (soit 65 %) (...)
  • 17 « Les tireurs de rickshaws sont en majorité des fermiers ruinés qui sont venus à Changhai des distr (...)
  • 18 Annuaire, I, 365.

6Ces paysans qui ont quitté la terre, chassés par la crise agraire, sont des journaliers agricoles ou de tout petits exploitants qui ne peuvent plus subsister sur leur ferme14. La partie de la province du Jiangsu située au Nord du Yangzi et populairement dénommée Kompo ou Supo, dans laquelle les conditions de vie étaient extrêmement dures15, formait par exemple un réservoir de main-d’œuvre constamment ouvert en direction de Changhai, de Wuxi et des autres foyers industriels de l’estuaire du Yangzi. Ouvriers des cotonnières et des filatures de soie16, tireurs de rickshaw des quartiers résidentiels17, dockers du port, s’y recrutaient en grand nombre. La paysannerie misérable du Shandong populeux jouait le même rôle pour les mines, les usines et les chemins de fer du Nord et du Nord-Est18.

  • 19 Cf. W. Mallory, China, land of famine (l’auteur fut un des animateurs de Y International famine rel (...)
  • 20 Cf. entretiens avec les ouvriers Liu Mo-guang, Liu Qing-zhou, Li Dian-qing, Zuo Zhen-yun, entrés en (...)
  • 21 CEJ, juillet 1927 (Chinese labor migration to Manchuria).
  • 22 Cf. Cmd, n° 2442 (rapport du consul Clenwell), p. 43 sq. A Fuzhou en 1925, l’afflux de paysans prov (...)

7Aux périodes de famine et de troubles, cet exode rural vers la ville est particulièrement intense. La grande famine du Zhili en 1920-192119 suscita un grand afflux de « sinistrés » (Zai-min) vers les centres industriels, vers les cotonnières chinoises de Tianjin20 ou les entreprises japonaises de Mandchourie ; le nombre des ouvriers envoyés aux mines de Fushun par les agences de recrutement japonaises du Shandong et du Zhili passa à cette occasion de 10 874 en 1918 à 16 516 en 192021. De même au Fujian, vers 1924-25, l’extension du banditisme et de l’insécurité provoquèrent l’arrivée à Fuzhou de nombreux paysans prêts à s’engager à n’importe quel travail, par exemple à tirer des rickshaws22.

8Mais il faut noter dès maintenant que cette intégration rapide et relativement facile des paysans dans la classe ouvrière n’est possible qu’en raison du niveau très bas de la qualification du travail, fait fondamental sur lequel on reviendra.

  • 23 Lin Sung-hο, op. cit., p. 53.
  • 24 Sur cette question, cf. ci-dessous, chap. V.
  • 25 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 126.
  • 26 Municipal Gazette, 13 février 1934.
  • 27 RT, Changsha, 1926, p. 3.
  • 28 MDN, 10 octobre 1918.
  • 29 CEB, 5 février 1927.
  • 30 CEB, 12 juillet 1924.
  • 31 Yeh Kung-cho, An industrial tour around Manchuria, p. 27.
  • 32 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 21.

9Ces ouvriers d’origine rurale n’ont pas d’ailleurs, beaucoup s’en faut, rompu toute attache avec la terre. Leur famille y est souvent restée, comme c’est le cas en 1927 pour 420 des 556 ouvriers de la raffinerie de sel Jiu-da à Tanggu23, et ils lui envoient chaque mois une certaine partie de leurs économies24. Il est également fréquent qu’en été, quand viennent les gros travaux des champs, l’absentéisme augmente dans les usines. Le coefficient d’assiduité dans une cotonnière de Tianjin, en 192825, tombe à 88,15 % en juillet des effectifs normaux, contre 93,76 % en janvier. Chez les tireurs de rickshaw de Changhai s’observent les mêmes fluctuations, et les compagnies de louage trouvent preneur en hiver pour la totalité de leurs voitures, tandis qu’en été les coolies sont souvent partis se louer pour la moisson dans les campagnes environnantes26. Des faits analogues sont rapportés pour les mineurs d’antimoine du Hunan, qui trouvent plus rémunérateur de s’engager l’été comme moissonneurs27, pour les mineurs de fer de Jinlingzhen au Shandong28, pour les ouvriers des usines d’allumettes de Tianjin29. Il n’est pas rare de voir, à la saison des gros travaux des champs, des entreprises industrielles suspendre tout-à-fait leur activité, comme les décortiqueries de riz de Hankou au moment du repiquage du riz30, ou les huileries de Harbine en juillet et août31. On connaît même, cas extrême, des entreprises à caractère mixte, mi-industriel, mi-agricole, comme cette manufacture de tapis de Pékin située à la périphérie de la ville, qui comportait de vastes terres où étaient employés les ouvriers en période de ralentissement des affaires32.

  • 33 Th. Tchou, Report on industrial and social survey, p. 15.
  • 34 Cf. sur cette question, ch. v, p. 164.
  • 35 Lin Sung-ho, op. cit., p. 61. Les dépenses de voyage, pour les ouvriers de Jiu-da gagnant de 115 à (...)
  • 36 Lou Yee-wen, Les Œuvres sociales dans les chemins de fer chinois, p. 88.
  • 37 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 168.

10L’importance des liens qui subsistent entre ces ouvriers et leur village d’origine est également attestée par l’importance des dépenses de voyage dans les budgets ouvriers, au moins d’après les quelques enquêtes disponibles ; ces frais représentaient en 1922 d’après un sondage de l’Y.M.C.A. 6 % des dépenses mensuelles des coolies, soit 0,71 yuans, et 11 % de celles des travailleurs qualifiés, soit 2,12 yuans33, et dans les deux cas venaient au quatrième rang après la nourriture le vêtement et le loyer ; ces chiffres sont relativement élevés, même si l’on tient compte du fait qu’ils comprennent vraisemblablement aussi les dépenses quotidiennes de transport, indispensables même aux plus pauvres dans une immense métropole comme Changhai34. A l’usine Jiu-da, située pourtant dans une localité d’importance moyenne, ces dépenses de voyage sont également très élevées, et leur pourcentage croît en raison inverse du salaire, ce qui signifie dans ce cas que ce sont les travailleurs les moins qualifiés qui sont le moins bien fixés à la ville35. Une des plus anciennes revendications des cheminots, satisfaite dès 1918 par un règlement du Jiaotong-bu36, fut de pouvoir circuler librement ou à tarif réduit sur le réseau ferré chinois. L’importance et donc l’intérêt de ces allées et venues entre l’entreprise et le village n’avait d’ailleurs pas échappé aux dirigeants syndicaux et au IIe Congrès national du Travail (1925), la résolution sur l’alliance de la paysannerie travailleuse et de la classe ouvrière invitera explicitement les ouvriers « à leur retour au village » à propager parmi les paysans les idées révolutionnaires et à les aider à organiser des Unions paysannes à caractère revendicatif37.

  • 38 Lin Sung-ho, op. cit., p. 21.
  • 39 NCH, 1er juin 1920.
  • 40 NCH, 25 février 1922.
  • 41 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 146.

11C’est en effet au village que retournent fréquemment les ouvriers quand ils quittent l’usine faute de s’y être adaptés ; parmi les ouvriers de Jiu-da abandonnant chaque année la raffinerie, 60 % retournent aux champs, tandis que 20 % vont dans d’autres usines et 20 % tentent leur chance dans d’autres métiers, en particulier le petit commerce38. C’est aussi au village qu’ils reviennent en cas de grève prolongée ; les mécaniciens de Hongkong, quand ils obtiennent en avril 1920 une augmentation de 32 %, ne reprennent effectivement le travail que quand reviennent dans l’île les milliers de grévistes qui étaient repartis dans les districts ruraux du Guangdong39. Tel est aussi le cas des grévistes de la cotonnière San-xing à Changhai en février 192240, et quand en avril 1925 éclate à Qingdao la grève des filatures japonaises de coton, les filatures de soie de la même ville renvoient préventivement leurs ouvrières dans leur village en leur payant le voyage41.

  • 42 Lou Yee-wen, op. cit., p. 88.

12Où se faisaient enterrer de préférence les ouvriers ? L’état de la documentation ne permet pas de répondre à cette question de façon précise, mise à part l’indication que les chemins de fer accordaient à leur personnel le transport gratuit de leur cercueil, vraisemblablement pour le ramener à leur district d’origine42. On sait l’attachement des Chinois pour leurs tombeaux ancestraux, dont les petits monticules dispersés se rencontrent dans chaque coin de la terre chinoise. Pour pouvoir préciser à quel point les ouvriers sont déjà dissociés de leurs origines rurales, il serait fort intéressant de savoir quelle proportion d’entre eux accomplissait encore vers le village natal le dernier voyage, et combien se faisaient simplement enterrer à la ville.

***

13Si la paysannerie est bien la souche principale à partir de laquelle se forme à cette époque la classe ouvrière, celle-ci dérive aussi de deux autres groupes sociaux : les artisans qualifiés et la plèbe urbaine.

  • 43 Cette idée a été développée par Fei Hsiao-tung, China’s gentry, chap. vi.

14Il est très difficile de préciser dans quelle mesure l’industrie moderne chinoise a absorbé les artisans des anciens métiers ; l’histoire de l’artisanat chinois à l’époque moderne reste encore à écrire. Tout au plus faut-il faire remarquer que dans son ensemble la carte de l’industrie moderne, dont on a décrit précédemment les six zones essentielles, ne correspond que de très loin à celle de l’artisanat traditionnel et des manufactures anciennes, qui demeuraient encore fort actifs au début du xxe siècle. A de rares exceptions près, comme les filatures et tissages de Suzhou ou de Hangzhou, comme les décortiqueries de riz de Wuhan ou les minoteries de Tianjin et de Wuhan, comme les filatures de soie du Guangdong, les entreprises industrielles chinoises ne sont pas les héritières des anciens métiers, mais le produit de l’intervention de forces économiques externes, venues se greffer sur l’organisme national chinois à sa périphérie : ports ouverts, concessions ferroviaires et minières étrangères, etc. Les entreprises industrielles modernes n’ont donc guère été en mesure d’absorber, au moins directement, la main-d’œuvre libérée par la crise des métiers artisanaux concurrencés par elles, puisqu’elles se trouvaient souvent à des centaines de kilomètres de distance43.

  • 44 Parmi les 32 vieux ouvriers interrogés en 1957, 6 étaient fils d’artisans : 3 cheminots du Jing-han (...)

15Les artisans proprement dits ne représentent pour la classe ouvrière chinoise qu’un élément constitutif d’importance secondaire44.

16Les nouvelles entreprises industrielles, si elles s’étaient donc développées dans des régions sans traditions manufacturières, et si leur système de production leur avait permis de se contenter d’une main-d’œuvre paysanne à basse qualification du travail, avaient eu néanmoins besoin d’un minimum de personnel spécialisé. On avait dû faire venir celui-ci de régions souvent lointaines, et ces migrations à longue distance d’ouvriers qualifiés, en dépit de leur faiblesse numérique, ne furent pas sans influence sur la formation de la classe ouvrière chinoise ; elles fournirent au prolétariat bon nombre de ses cadres et favorisèrent son unification en tant que classe sur le plan national. Elles semèrent en revanche des germes de rivalités à caractère provincialiste, que les syndicats devront fréquemment dénoncer.

  • 45 Lin Sung-ho, op. cit., p. 18.
  • 46 Dossier Henry, Qingdao.
  • 47 IS, 1924, III, p. 494.
  • 48 CEB, 7 août 1926.

17Parfois, ces migrations de main-d’œuvre qualifiée ne faisaient que continuer des pratiques traditionnelles et perpétuaient l’antique spécialisation de tel ou tel district dans un métier particulier. Quand fut fondée l’usine Jiu-da, tous les charpentiers venaient de Shenxian, petit bourg du Zhili renommé pour cette activité45. De leur côté les ouvriers des abattoirs japonais de Qingdao étaient tous des musulmans du Shandong occidental, spécialisés traditionnellement dans cette profession46 ; ceux des fabriques d’encre de Changhai étaient originaires du xian de Wuyuan dans l’Anhui, dont cette industrie était un ancien monopole47. Ceux des manufactures changhaiennes de tapis venaient de Pékin et de Tianjin, où l’industrie du tapis était plus ancienne qu’à Changhai48.

  • 49 Les mines de Kaiping, futur noyau des houillères sino-britanniques de la K.M.A., furent fondées par (...)
  • 50 Wang Simine, op. cit., p. 83.
  • 51 MDN, 10 novembre 1922.
  • 52 Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1174 et 1176.
  • 53 CEM, novembre 1926 (Industrial Nantungchow).
  • 54 Entretien avec le cheminot du Jing-han Lin Mao-xiang, originaire lui-même du Fujian. Sur une liste (...)
  • 55 H. D. Fong, Cotton industry in China, p. 118.

18Parfois aussi, ces déplacements d’ouvriers qualifiés se faisaient en fonction de l’origine provinciale des promoteurs des nouvelles usines, car ceux-ci se plaisaient volontiers à emmener avec eux des compatriotes expérimentés ; on sait par exemple l’importance du capital marchand cantonais dans l’industrialisation de la Chine du Nord au début du xxe siècle49, et les mécaniciens qualifiés des usines nouvelles ou des mines et ateliers ferroviaires étaient souvent des cantonais eux aussi50. C’étaient également des spécialistes cantonais de Hongkong que les Britanniques avaient amenés avec eux quand ils avaient équipé à Tangshan les ateliers du Pékin-Moukden ou d’autres industries51. D’une façon plus générale, ces déplacements d’ouvriers qualifiés s’opéraient, comme il était normal, à partir des régions plus anciennement industrialisées, vers les centres industriels plus récents. C’était dans les ports du Sud, Canton, Ningbo, Fuzhou, Changhai, que des ouvriers chinois s’étaient pour la première fois initiés aux techniques industrielles occidentales, et en particulier à l’entretien et à la réparation des bateaux à machines, dès les années qui avaient suivi le traité de Nankin et l’ouverture de la Chine. C’était par conséquent des mécaniciens de Canton et de Ningbo qu’on avait fait venir quand s’étaient équipées les mines d’antimoine de Xinhua au Hunan, les aciéries de Hanyang, les houillères allemandes du Shandong à la fin du xixe siècle et au début du xxe52. C’étaient aussi des gens de Ningbo qu’avait recruté Zhang Qian quand en 1905 il avait créé les forges de Nantong53, et quand s’était ouverte au début du siècle la ligne française Pékin-Hankou, un certain nombre de mécaniciens avaient été recrutés à Fuzhou, où près de cinquante ans auparavant avait été fondé avec l’assistance technique d’officiers de marine français un arsenal moderne54. C’était de même à Changhai, un des plus anciens centres industriels modernes, que les fondateurs des cotonnières de Tianjin au lendemain de la Grande Guerre étaient venus recruter leurs ouvriers qualifiés55.

  • 56 Rh. Murphey, op. cit., p. 20.
  • 57 Parmi les 32 vieux ouvriers interrogés en 1957, 4 provenaient de cette catégorie : un ouvrier d’une (...)

19Mais il existe encore une autre source de recrutement pour la main-d’œuvre industrielle, c’est la « plèbe urbaine », c’est-à-dire les multiples catégories de pauvres gens des villes qui, souvent depuis des générations, parfois aussi très récemment, avaient quitté le village et tentaient de subsister à la ville dans le sillage des notables, riches marchands ou mandarins. Depuis le traité de Nankin, leur nombre avait crû rapidement dans les ports ouverts, dès avant l’industrialisation proprement dite56. Petits employés de boutiques, petits marchands dont le fond de commerce se limitait aux quelques objets qu’ils étalaient devant eux dans la rue, soldats licenciés, colporteurs, coolies prêts à s’engager à la journée pour n’importe quelle besogne, gardiens de nuit, bateliers, balayeurs, domestiques des riches familles, tous ces éléments instables et déclassés, sans cesse menacés par le chômage, allaient tenter de trouver un emploi plus stable sinon mieux rémunéré dans la grande industrie et les transports modernes57 ; c’est ce que confirment un certain nombre d’enquêtes (Tableau VI).

TABLEAU VI : Eléments originaires de la plèbe urbaine dans la classe ouvrière.

TABLEAU VI : Eléments originaires de la plèbe urbaine dans la classe ouvrière.
  • 58 Cf. ci-dessous chap. vi.

20Ces éléments déclassés de la plèbe urbaine, nombreux surtout dans un grand centre comme Changhai, y donnent à la classe ouvrière une coloration sociale assez particulière ; leurs penchants vers les formes d’organisations à demi clandestines, vers les fraternités ou bang-hui, dont certaines sont à la limite du lumpen-prolétariat, vers les bandes de gens sans aveu comme les célèbres « Bande verte » et « Bande rouge »58, freineront longtemps à Changhai le développement d’un véritable syndicalisme d’industrie, qui ne s’y enracinera guère de façon solide qu’après la grande grève de juin 1925.

***

21Trois modes de recrutement principaux des travailleurs industriels coexistent à cette époque. L’un, l’apprentissage sous contrat, se rencontre dans presque toutes les sociétés pré-capitalistes où l’industrie est organisée dans le cadre de communautés corporatives de petits producteurs ; il survit alors en Chine sous une forme dégradée dans certains secteurs de l’industrie moderne. L’autre, le recrutement par « forfaitaires de travail » (bao-gong-tou) dont les ouvriers sont entièrement dépendants, est particulièrement développé à Changhai, mais se rencontre aussi dans beaucoup d’autres régions. Le troisième, celui de l’embauche libre, qui s’accorde avec la liberté du marché du travail qui caractérise la production capitaliste, est donc encore loin d’être prédominant ; il fonctionne d’ailleurs souvent lui aussi à l’avantage des divers intermédiaires (tels que les contremaîtres) par lesquels les ouvriers embauchés doivent généralement passer.

  • 59 On reviendra ci-dessous (chap. vi) sur les guildes (gong-suo), à propos des traditions d’organisati (...)
  • 60 RIT, juillet 1923 (L’industrie et la main-d’œuvre en Chine).

22L’institution de l’apprentissage s’était tout naturellement transmise des guildes traditionnelles59 aux manufactures et aux ateliers partiellement mécanisés : petite mécanique, tissages, fabriques de tapis, teintureries etc. Mais la situation des apprentis s’y était en réalité profondément modifiée. « Sur ces cent vingt personnes, rapporte en 1923 un observateur à la suite de la visite d’une usine de tapis de Pékin, il n’y avait que quarante ouvriers proprement dits ; les autres étaient des apprentis, munis d’un contrat de trois ans pendant lesquels ils ne reçoivent guère que la nourriture et le logement. Originaires d’une autre province, à plusieurs centaines de kilomètres de leur pays, ces apprentis sont évidemment dans la main du patron qui les emploie. Il est clair qu’un grand nombre d’entre eux n’auront jamais la possibilité de devenir compagnons, à moins que l’industrie ne se développe. Beaucoup, à la fin de leur apprentissage, sont congédiés purement et simplement et se voient contraints d’accepter un travail non qualifié, par exemple tireurs de pousse-pousse... »60.

  • 61 Wang Simine, op. cit., p. 74 et p. 85. (Ateliers de tapis et de tricot de Tianjin).
  • 62 Cf. Annuaire, I, 582 (tableau des conditions d’apprentissage dans une quarantaine d’ateliers de Tia (...)
  • 63 H. D. Fong, Rayon and cotton weaving in Tientsin, p. 33.

23Les traits essentiels de cette description peuvent être étendus à tous les ateliers et usines de ce type. La condition de l’apprenti, telle qu’elle est définie par le contrat d’apprentissage (yi-tu he-tong), demeure fort sévère ; sa famille a dû présenter un « garant » (bao-ren)61, et pendant une période de trois ans, parfois quatre ans comme à Tianjin dans les ateliers mécaniques ou ceux du cuir62, il doit travailler pour un salaire quasi nominal, étant seulement logé et nourri. Les associations patronales, héritières des anciennes guildes mixtes, fixaient dans leurs règlements les obligations des apprentis. Dans les ateliers de tissage de Tianjin, par exemple63, l’apprentissage durait trois ans et quatre mois (trois ans et un festival) et l’apprenti n’avait de congé qu’à la cinquième lune lors de la fête des bateaux-dragons, à la fête de la lune, et au Nouvel An ; il lui était interdit de quitter l’atelier à une autre période, sauf cas de mariage ou de mort dans sa famille. S’il lui arrivait d’abandonner avant terme, sa famille s’était engagée par écrit à rembourser six yuans par mois pour les frais qu’il avait occasionnés à son maître.

24Mais la contre-partie de cette quasi-servitude à temps, c’est-à-dire l’assurance d’acquérir une qualification technique et de trouver ensuite un emploi dans la communauté corporative, avait en revanche complètement disparu. Le nombre des « apprends » de chaque atelier ou fabrique, comme le note le témoignage ci-dessus, était tel que la majorité d’entre eux ne pouvait avoir aucun espoir de devenir un jour un ouvrier qualifié, assuré d’un travail stable. C’est ce que confirment quelques autres exemples (Tableau VII).

TABLEAU VII : Proportion d’apprentis dans quelques usines.

TABLEAU VII : Proportion d’apprentis dans quelques usines.
  • 64 CEJ, février 1927 (Labor conditions in Chekiang).

25A Pékin, l’enquête déjà citée dans les ateliers de tapis révèle même que 78 d’entre eux employaient exclusivement des apprends. L’apprentissage était ainsi détourné totalement de sa fonction ancienne ; ce cadre coutumier n’était plus qu’un prétexte à l’emploi d’une main-d’œuvre enfantine à peine payée, dont le traditionnel contrat d’apprentissage continuait cependant à garantir l’entière docilité. Dans les ateliers semi-modernes d’une province comme le Zhejiang aux fortes traditions artisanales, par exemple dans les tissages64, l’apprentissage ne se maintenait que sous la même forme complètement dégradée : contrat de longue durée, très faible rémunération, aucune garantie d’emploi qualifié par la suite.

  • 65 Cf. nos entretiens avec les vieux ouvriers Liu Qing-zhou et Zuo Zhen-yun, de la cotonnière Yu-yuan (...)
  • 66 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 118. — En 1926, dans les six cotonnières de Tianjin, les « appre (...)
  • 67 H. D. Fong, ibid., p. 118.
  • 68 CEJ, octobre 1927 (Tangshan, an industrial town).
  • 69 Les deux usines de la compagnie chinoise d’allumettes « Dan-hua » employaient en 1926, l’une 500 «  (...)
  • 70 Dossier Henry, Hongkong et Pékin.
  • 71 Entretien avec l’ouvrier Li Quan-de, ancien charpentier du Jing-han.
  • 72 Wang Simine, op. cit., p. 54.
  • 73 Matériaux sur l’industrie moderne, I, p. 1194.
  • 74 Annuaire, I, p. 570.

26Dans certaines régions comme le Zhili, le Moyen-Yangzi, la région de Canton et Hongkong, les grandes entreprises industrielles modernes avaient aussi tiré parti ; l’ancienne institution de l’apprentissage pour s’assurer une main-d’œuvre docile et peu coûteuse. Les cotonnières de Tianjin, par exemple, utilisaient en grand nombre des enfants sous le nom de « main-d’œuvre stagiaire » (yang-cheng-gong) ; certains de ces apprentis, originaires de Tianjin même, étaient dits « main-d’œuvre A » (jia-gong) et conservaient le droit de fréquenter leur famille ; ceux qui venaient des xian ruraux du Zhili ou même de plus loin, dits « main-d’œuvre Β » ou yi-gong, étaient liés par un contrat beaucoup plus rigoureux, vêtus de bleu, logés et nourris pratiquement sans salaire65. Pour recruter ces derniers, les compagnies envoyaient dans les villages des agents spécialisés promettant aux familles, en échange du contrat à signer, un travail modéré, deux heures d’enseignement et une heure de culture physique par jour, et une somme rondelette en argent de poche, en plus des frais de voyage payés et de conditions confortables de logement et de nourriture66. « ... Ces apprentis, malheureusement, furent sévèrement traités après leur entrée à l’usine. Bon nombre d’entre eux moururent et furent enterrés dans le cimetière ouvrier à quelques kilomètres de l’usine... »67. Il en était de même à la cotonnière de Tangshan, fondée en 1922 et dont de tels « apprentis » formaient un tiers des effectifs totaux68, dans les usines d’allumettes de Tianjin et de Pékin69, dans les verreries de Hongkong et de Pékin70, dans les ateliers de la ligne du Jing-han71, dans les filatures de soie de Wuxi72, dans les cotonnières de Hankou73, etc. Dans toutes ces entreprises, les jeunes enfants étaient purement et simplement intégrés au processus de production moderne, sans égard pour leur âge ou pour leur soif supposée de connaissances professionnelles ; ils étaient répartis entre les équipes (ban) de jour et de nuit comme les autres ouvriers74.

  • 75 Ibid., I, p. 583.
  • 76 Cf. l’entretien avec l’ouvrier Ren Qi-xiang. Aux Presses commerciales, vers 1920, les apprentis ne (...)

27Ce « pseudo-apprentissage industriel » est donc surtout répandu dans des régions où existent de fortes traditions manufacturières et où les habitudes sociales anciennes restent vivantes : le Zhili, la Chine du centre, le Sud. A Changhai au contraire, à l’exception de quelques petits ateliers (teintureries, conserveries alimentaires)75 et du secteur de l’imprimerie76, il semble bien que le travail industriel des enfants ne se masque même plus de l’ancienne institution de l’apprentissage, et s’étale sans pudeur au grand jour. Mais, faute de documentation suffisamment complète pour chaque région industrielle, on doit se borner à pressentir cette différenciation géographique des formes du travail des enfants, sans pouvoir la décrire de façon satisfaisante et encore moins l’expliquer.

28Les usines textiles de Changhai sont au contraire la terre classique du recrutement par bao-gong ou « travail à forfait », système d’embauche également très répandu dans d’autres régions et d’autres branches d’industrie. Avec des variantes, le système du bao-gong se caractérise toujours par le fait que le patron de l’entreprise ou son directeur confient le recrutement du personnel à un intermédiaire, à qui ils délèguent en tout ou en partie leur autorité, et sous la dépendance financière et sociale duquel les ouvriers restent placés au cours de leur séjour dans l’entreprise.

  • 77 Entretien avec Mme Fang Lan-ying, entrée en 1928 à l’usine n° 3 de la compagnie cotonnière japonais (...)

29Un des cas les plus typiques était celui des ouvrières des cotonnières anglaises et japonaises de Changhai, tel que le décrit par exemple le témoignage suivant77 : la mère de l’ouvrière intéressée, restée veuve dans son village du Kompo, signa avec un agent recruteur (« lao-ban ») un contrat écrit par lequel elle s’engageait à ce que sa fille, alors âgée de treize ans, travaillât pendant trois ans sans réclamer de salaire, et en se contentant d’être logée, habillée et nourrie par le lao-ban. Ce dernier, dont la direction de l’usine japonaise avait payé tous les frais de voyage, visita également les districts ruraux voisins, vantant les beautés du travail industriel à Changhai ; de ces xian, il ramena une cinquantaine de jeunes filles, et autant de son propre village natal. Ces ouvrières, travaillant douze heures par jour à l’usine, venaient chaque jour à pied du local où il les gardait et y retournaient de même, sous la surveillance de son cuisinier et de ses autres domestiques ; elles restaient donc pendant trois années entières coupées tout à fait du monde extérieur, n’ayant que deux jours de liberté par an, à l’occasion du Nouvel An lunaire ; elles n’avaient en particulier aucun moyen de communiquer avec leur famille. En cas de maladie, leur « temps » était prolongé d’autant.

  • 78 Cf. les descriptions de Wang Simine (op. cit., pp. 16-18) ou de Lowe Chuanhua (Facing labor issues (...)
  • 79 C’est par exemple le cas prévu par le contrat suivant (cité par Wang Simine, op. cit., p. 17) :
    « Le (...)
  • 80 Zu-zhang était le terme employé dans les mines de Han-ye-ping (Fairbank et M. Banno, Japanese studi (...)
  • 81 Torgasheff, ibid.

30A quelques petites différences près, cette situation était celle de la grande majorité des ouvrières des cotonnières de Changhai78. Le lao-ban s’appelait parfois aussi bao-fan-zuo ou bao-gong-tou. Tantôt le salaire lui était directement versé par l’employeur, tantôt celui-ci se contentait d’effectuer une retenue sur ce salaire. Quand il en retenait la totalité, il s’était souvent engagé, en échange, à verser une certaine somme à la famille, soit lors de la signature du contrat, soit par tranches au début de chaque année79. Dans la plupart des mines modernes, chinoises ou étrangères, un grand nombre de mineurs étaient également embauchés sous le régime du bao-gong ; mais les agents recruteurs, bao-gong-tou, ba-tou, zu-zhang80 étaient en même temps de véritables sous-entrepreneurs, responsables devant les autorités de la mine de l’extraction d’une certaine quantité de charbon, et qui organisaient eux-mêmes le travail en se faisant seconder par leurs propres contremaîtres et surveillants ; « Le trait principal du système du bao-gong, selon la formule de Torgasheff, n’est rien d’autre qu’un judicieux transfert de toutes les responsabilités directes des propriétaires de la mine à l’égard des ouvriers, sur les épaules obligeantes des bao-gong-ren qui, il n’est pas besoin de l’ajouter, tiraient le plus grand profit de cet arrangement »81.

  • 82 Lin Hsiu-chuan, The Chunghsing coal mine.
  • 83 Archives B.I.T., C/1802/3 et C/1802/1 (rapports sur les mines de la K.M.A.). Cf. aussi sur le bao-g (...)
  • 84 NQ, juillet 1937 (Coal mining in China).

31Parfois ces forfaitaires n’étaient que de petits entrepreneurs encore régis par la concurrence ; aux mines de Zhongxing en 193182, 26 forfaitaires différents avaient passé contrat avec la compagnie, et employaient chacun 150 à 300 mineurs. Parfois au contraire ils constituaient de véritables puissances économiques, traitant presque d’égal à égal avec la direction de la mine, et ayant au-dessous d’eux une hiérarchie complexe de directeurs, sous-directeurs, contremaîtres, contremaîtres en second, jusqu’à l’unité de base (ban) de quelques dizaines d’hommes83. Une vacance de forfaitaire se payait jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de yuans vers 1930 dans les mines du Nord84.

  • 85 Archives B.I.T., C/1802/3. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 80 (à propos des mines de la K.M (...)

32Les bao-gong-tou, en général, nourrissaient et logeaient eux-mêmes leurs mineurs. La compagnie leur versait une masse globale de salaires correspondant à la quantité de charbon extraite et, avant de la distribuer aux ouvriers, ils retenaient leur commission d’embauche, puis le montant des frais de nourriture et de logement. Ils pratiquaient en même temps l’usure aux dépens des ouvriers et tenaient aussi des petits magasins, des fumeries d’opium, des maisons de jeu85, qui formaient autant de mailles d’un filet dont l’ouvrier avait bien peu de chances de jamais se dégager.

  • 86 Les termes de wai-gong et li-gong étaient les plus courants (Annuaire, passim).
  • 87 CEJ, avril 1930 (Mining labor in China).
  • 88 5 5 % dans les mines de la K.M.A., 66 % à Anshan, 80 % à Zichuan et à Jingxing (ibid.).
  • 89 Cf. ci-dessous, chap. IV.

33Cette main-d’œuvre forfaitaire, appelée aussi wai-gong ou « main-d’œuvre extérieure » (à l’administration de la mine), s’opposait aux li-gong ou « main-d’œuvre intérieure », placés directement sous l’autorité des compagnies et appelés aussi gu-gong (main-d’œuvre simplement embauchée)86. Il est naturellement très difficile, en raison même de la nature du système, de connaître h proportion de mineurs ainsi recrutés par bao-gong. En 1928, le directeur d’une mine chinoise de charbon du Shandong, interrogé par un enquêteur sur les effectifs de son personnel87, l’évalua d’abord à 5 000 ; ce chiffre paraissant peu compatible avec la forte production de la mine, il en avoua ensuite 17 000 autres, embauchés par bao-gong ; « ils n’ont rien à voir avec nous ; nous ne les payons pas directement, et nous ne savons rien du nombre exact des hommes placés sous l’autorité d’un forfaitaire ». Mais il n’est pas douteux que, dans les mines, le nombre des wai-gong était largement supérieur à celui des li-gong et atteignait parfois jusqu’à 75 % ou 80 % des effectifs totaux de la mine)88. On verra que les li-gong étaient généralement les ouvriers les plus qualifiés (charpentiers, mécaniciens, mineurs de fond, etc.)89.

  • 90 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 44-45. Cf. aussi l’entretien avec le marin Feng Rui.

34Le système de recrutement des marins de Canton et Hongkong par xi-ma-sha (déformation dans le patois populaire cantonais du terme anglais shipmaster), adopté en particulier par les compagnies britanniques ou japonaises de navigation faisant escale en Chine du Sud, était tout à fait comparable. Les xi-ma-sha90 étaient des sortes de bureaux de placement qui demandaient un versement préalable (de 10 yuans par exemple) aux marins qui avaient recours à leurs services ; ceux-ci s’engageaient à leur retourner une partie de leurs salaires (parfois jusqu’à la moitié) pendant une certaine période (six mois, un an ou plus) ; dans certains cas, les xi-ma-sha s’entendaient même avec la compagnie de navigation, qui leur versait directement la portion du salaire que le marin leur devait.

  • 91 Archives B.I.T., C/1803/1930 (rapport de nov. 1930 sur le travail chez les dockers). Cf. aussi l’en (...)
  • 92 Archives B.I.T., ibid.
  • 93 CEB, 7 novembre 1925.
  • 94 SCMP, 25 mai 1921.

35Chez les dockers des grands ports, le recrutement par bao-gong était la règle générale, de même que chez les coolies des grandes villes spécialisés dans les transports de marchandises91. Tantôt ces dockers et coolies étaient groupés en bandes d’une centaine de personnes, en bang dont le chef traitait seul avec le client ; tantôt ils dépendaient de puissantes agences spécialisées dans le travail à forfait, et qui comportaient toute une hiérarchie d’intermédiaires (da-bao, er-bao, san-bao, etc. c’est-à-dire forfaitaire en chef, second, en troisième), dont chacun effectuait d’ailleurs au passage son prélèvement sur la somme initialement destinée à rémunérer le travail92. Toutes les responsabilités de recrutement et de supervision de la tâche étaient, comme dans le cas des mineurs, transférées aux forfaitaires. Ceux-ci, quand ils ne travaillaient que sur une petite échelle, passaient des accords entre eux pour éviter la concurrence ; à Nankin, les chefs des bang de coolies porteurs de corbeilles s’étaient divisés la ville en secteurs et se faisaient mutuellement appel en cas de commande trop importante93 ; à Hongkong, les forfaitaires fournissant des coolies pour le réapprovisionnement en charbon des navires faisant escale s’étaient groupés en une puissante guilde patronale (bang) à qui s’adressaient directement les compagnies de navigation94.

  • 95 SMCR, 1921, pp. 1B et 15B.
  • 96 Entretien avec l’ouvrier Zhou Guo-qiang.
  • 97 Entretien avec les ouvrières Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying, anciennement employées à la B.A.T. à C (...)
  • 98 Entretien avec Lin Mao-xiang, ancien employé de la ligne du Jing-han.

36Le recrutement par bao-gong était également courant dans maints autres secteurs de l’industrie et des transports modernes. La division des Travaux publics de la Municipalité de la concession internationale de Changhai y avait elle aussi fréquemment recours, tout en notant dans ses rapports annuels le mauvais rendement de la main-d’œuvre ainsi obtenue95. La compagnie française des tramways de Changhai l’utilisait pour une partie de son personnel96, de même que la B.A.T. pour l’empaquetage des cigarettes à la main (tandis que les ouvriers affectés aux machines étaient embauchés directement par la compagnie)97. Sur les voies ferrées, la main-d’œuvre la moins qualifiée, celle qui était chargée de la pose des rails et de l’entretien des voies, était également recrutée par bao-gong98.

37Ces diverses indications permettent-elles de tracer un tableau plus systématique de la diffusion du bao-gong selon les industries et selon les régions ? On peut probablement avancer que ce système semble d’autant plus communément répandu qu’il s’agit d’entreprises ou de sections d’entreprises où le niveau de qualification du travail était le plus bas. Les cheminots du service de la voie étaient ainsi recrutés, mais non ceux de la tracdon ou des ateliers de réparation ; les mineurs l’étaient en majorité, mais non les li-gong plus spécialisés. Mais l’extension du bao-gong, comme précédemment celle de l’apprentissage, semble aussi dépendre de facteurs plus difficilement saisissables, de caractère coutumier plutôt que directement économique ; comment ne pas noter par exemple que les cotonnières modernes de Tianjin, qui usent largement du jang-cheng-gong, du travail enfantin camouflé en « apprentissage industriel », ne pratiquent guère le bao-gong, alors que celles de Changhai font large usage du second et ignorent le premier. Le bao-gong semble également inconnu dans les filatures de soie de Changhai, même pour des ouvrières d’aussi basse qualification technique que celles des cotonnières et originaires des mêmes régions rurales misérables du Nord du Jiangsu.

  • 99 Tel était le cas par exemple à la fin du xixe siècle de la cotonnière britannique Rui-ji à Changhai(...)

38L’analyse historique des origines du bao-gong, qui seule permettrait de mieux préciser les particularités de sa diffusion et en particulier, l’importance de ce facteur social et coutumier, sortirait du cadre des présentes recherches. Cette analyse, qui n’a encore tenté aucun des historiens de la société chinoise moderne à la fin du xixe siècle, permettrait sans doute de souligner les liens qui existent entre ce système de recrutement et les conditions de fonctionnement des entreprises modernes occidentales de Chine (usines, mines, voies ferrées, compagnies de navigation). Les Occidentaux ignorant tout des coutumes et même de la langue du pays, le recours à des intermédiaires chinois sur qui ils se déchargeaient de toutes les questions de main-d’œuvre pouvait leur apparaître comme la solution la plus facile. Une étude concrète des débuts de ces entreprises étrangères ferait sans doute ressortir, de ce point de vue, la filiation qui a vraisemblablement existé entre les compradors des maisons de commerce et des banques à partir des guerres de l’opium et les forfaitaires (bao-gong-tou) appelés généralement contractors dans les documents anglo-saxons, et auxquels les firmes occidentales ont eu recours à mesure que s’accroissaient leurs besoins en personnel chinois. Plusieurs indices permettent même de penser que dans certains cas comprador et contractor ne formaient qu’une seule et même personne, en particulier dans les entreprises britanniques99.

  • 100 CSPSR, octobre 1933 (Grain trade and milling in Tientsin).
  • 101 CEB, 12 décembre 1925.
  • 102 CEM, avril 1926 (The Yunnan tin industry). Cf. aussi ΡA, mars 1947 (Social implications of tin-mini (...)
  • 103 NQ, avril 1937, The coal industry in China.

39Mais les origines du bao-gong industriel sont sans doute plus complexes encore. Elles ne se relient pas seulement aux pratiques des firmes occidentales établies en terre étrangères, mais aussi à l’organisation de l’embauche dans la Chine précapitaliste. Encore au début du xxe siècle, en effet, des systèmes voisins du bao-gong des grandes entreprises modernes se rencontraient fréquemment dans maints secteurs de la petite industrie manufacturière traditionnelle, où ne pouvaient pourtant intervenir les difficultés des entreprises occidentales à s’acclimater en Chine. C’est ainsi que les ouvriers des petites minoteries de Tianjin100 étaient recrutés par des agences ou guan-dian qui les logeaient et les nourissaient et en échange opéraient une retenue régulière sur leurs salaires une fois qu’elles leur avaient fourni du travail ; en période de chômage, ces agences continuaient à les loger, non à les nourrir. C’était aussi par bao-gong qu’étaient embauchés à Changsha les charpentiers, poseurs de briques, maçons, tailleurs de pierre et autres métiers du bâtiment101 ; les bao-gong-tou disposaient de plusieurs centaines de compagnons, parfois plusieurs milliers et fournissaient aux clients les effectifs désirés, en passant souvent par l’intermédiaire de « sous-forfaitaires ». Il en était de même pour les mineurs d’étain de Gejiu au Yunnan, qui travaillaient encore au xxe siècle selon des méthodes très archaïques et dans un contexte social purement traditionnel ; les propriétaires des mines envoyaient des agents recruteurs dans tous les xian ruraux du Yunnan et jusqu’au Guizhou ; chacun devait ramener environ 50 hommes et ceux-ci restaient sous son entière dépendance102. Chaque mine constituait un véritable camp retranché, gardé par des hommes armés, et dans l’enceinte duquel travaillait les mineurs. De même, dans les mines traditionnelles de charbon du Shanxi, les propriétaires envoyaient leurs agents recruter contre de belles promesses les vagabonds et chômeurs des villes, et les maintenaient dans une quasi-servitude jusqu’à l’hiver, sous la surveillance de leurs gardes privés. Ces hommes étaient appelés mai-shen-gong (« main-d’œuvre qui a vendu son corps »), ou si-gong (« main-d’œuvre morte »), par opposition à la main-d’œuvre libre ou « vivante » (huo-gong)103. Le système du bao-gong plonge donc de profondes racines dans la société féodale chinoise, même si c’est dans la grande industrie capitaliste étrangère qu’il s’est spectaculairement épanoui au début du xxe siècle.

  • 104 CEB, 9 octobre 1926. Cf. aussi CWR, 30 avril 1921.
  • 105 CEB, 12 décembre 1925 (à propos des ouvriers du bâtiment de Changsha) ; PPW, 15 octobre 1927 (à pro (...)

40Ces liens entre le bao-gong et la Chine traditionnelle sont soulignés par le fait que le recrutement par bao-gong semble avoir été également très important chez les ouvriers agricoles saisonniers. Des bandes de paysans sans terres et de vagabonds ruraux se formaient régulièrement au printemps sous la direction d’un chef-coolie, qui avait seul qualité pour les faire embaucher, et à qui l’employeur versait les salaires dont une partie seulement était ensuite reversée par lui à ses hommes104. Il y aurait d’autant plus intérêt à examiner ces origines rurales du bao-gong, qu’au xxe siècle les ouvriers de la grande industrie moderne sont, on l’a vu, des émigrés ruraux de fraîche date ; il semble que bien des bao-gong-tou étaient eux aussi d’origine rurale, et c’était souvent avec l’accord et l’aide active des notables ruraux (shen-shi) et des gros propriétaires fonciers qu’ils venaient au village effectuer leurs opérations de recrutement105. De ce point de vue, l’embauche des ouvriers par bao-gong apparaîtrait à nouveau comme le prolongement, à l’intérieur du monde de l’industrie moderne, des anciennes formes d’exploitation « semi-féodales » du travail humain qui à cette époque continuaient à prédominer dans la campagne chinoise. Mais pour approfondir cette hypothèse, c’est à son point de départ, au village, qu’il faudrait pouvoir saisir le fonctionnement du bao-gong, en même temps qu’à l’entreprise moderne où il aboutit.

  • 106 M. Harraf, directeur de la cotonnière britannique Ewo (filiale de Jardine & Matheson) déclarait en (...)
  • 107 Comme ce sera le cas vers 1930 pour les grandes mines étrangères comme celles de la K.M.A. ou de Fu (...)

41L’évolution du bao-gong au xxe siècle est actuellement aussi mal connue que ses origines, et seule une patiente utilisation de ce qu’il peut subsister d’archives chinoises d’entreprises permettra un jour de la préciser. Car si, pour l’essentiel, ce mode de recrutement s’est maintenu jusqu’au jie-fang de 1949, il n’en a pas moins évolué, il a connu des avances et des reculs, sous l’effet conjugué des changements de la politique patronale et des poussées du mouvement ouvrier. Une étude de la politique patronale en matière de bao-gong permettrait sans doute de saisir l’influence de deux préoccupations contradictoires : le souci d’élargir par commodité le champ du bao-gong106, et celui de le restreindre au contraire en vue d’élever la productivité du travail107. De son côté, le mouvement ouvrier ne cessera de faire pression pour l’abolition de ce mode de recrutement, et l’étude des périodes de pointe de la lutte ouvrière, comme la vague de grèves de 1921-22 ou celles de 1925-26, montrera que leurs résultats en ce domaine furent appréciables, sinon durables.

  • 108 Le système du cai (caporal) dans les mines du Nord-Vietnam et les plantations de caoutchouc du Sud- (...)

42Quelle que soit la complexité des problèmes d’histoire sociale soulevés par le bao-gong, problèmes que d’ailleurs une étude comparative viendrait utilement éclairer108, il demeure que ce régime a fortement marqué la condition ouvrière à l’époque considérée ici ; il est responsable de l’imprécision fondamentale de toutes les données relatives non seulement aux effectifs mais aussi aux salaires. Il va jouer, dans la période où le mouvement ouvrier chinois prend une importance nationale et internationale, le rôle à la fois d’un stimulant et d’un frein. L’abolition de ce régime sera pour les syndicats un objectif fondamental ; ils ne chercheront pas tant à rendre complètement libre le marché du travail qu’à se substituer eux-mêmes aux recruteurs à forfait et à se faire reconnaître par le patronat le monopole de l’embauche, comme l’obtiendra le syndicat des marins de Hongkong après la grande grève de 1922. Mais par contre la dépendance, la demi-servitude dans laquelle ce régime maintient de nombreux travailleurs sera en même temps responsable de la faiblesse des mouvements revendicatifs, de la faiblesse surtout des organisations syndicales modernes dans maintes catégories.

43A côté des apprentis et des ouvriers-enfants recrutés sous la même dénomination, à côté des ouvriers recrutés par bao-gong, il y a la grande masse des travailleurs recrutés plus ou moins librement sur le marché du travail, et salariés directement par l’entreprise.

  • 109 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 118.
  • 110 MLR, août 1921, Labor unrest in China, p. 22. La parution de ces annonces dans les journaux du Huna (...)
  • 111 NCH, 9 juillet 1921.

44Il était parfois nécessaire aux usines d’organiser systématiquement le recrutement de ces embauchés libres, et d’envoyer dans les régions rurales des agents chargés de leur ramener les effectifs désirés. C’était le cas d’entreprises pressées de se développer brusquement, ou qui préféraient chercher à longue distance une main-d’œuvre rurale réputée plus docile ; la cotonnière Yu-yuan, de Tianjin, quand elle ouvrit en 1919, fit venir son personnel du Henan, voyage payé109 ; une cotonnière de Changhai, en 1920, s’efforça à grand renfort de publicité de faire venir des femmes du Hunan en leur proposant un salaire fixe (8 yuans par mois) garanti pendant trois ans110 ; la compagnie Han-ye-ping, de la même façon, envoyait ses agents (buttymen en pidgin) pour recruter de nouveaux effectifs dans les districts ruraux du Hunan méridional111.

  • 112 MDN, 27 mars 1924.
  • 113 MDN, 2 mars 1925.
  • 114 CSPSR, octobre 1931 (Population movement in the North-Eastern provinces of China).

45C’était à ce procédé qu’avaient recours en règle générale les compagnies japonaises de Chine du Nord-Est ; elles avaient ouvert des agences au Zhili et au Shandong, embauchaient sur place les coolies et organisaient leur départ. Les mines de Benxihu recrutaient par exemple dans les ports d’arrivée des émigrants, Dairen et Niuzhuang, plus de 100 ouvriers parcour à la belle saison112 ; le S.M.R. avait d’ailleurs établi des billets combinés par mer et rail à partir de Tianjin, Qingdao et Zhifu jusqu’aux gares principales du réseau113. Il ne s’agit toutefois là que de l’extrême frange de la classe ouvrière proprement dite, puisque la grande majorité de ces travailleurs chinois du Nord-Est n’étaient que des émigrés temporaires sinon saisonniers ; les chiffres d’arrivées et de départ établis à partir de 1923 par le S.M.R. sont suffisamment significatifs de cette instabilité, même s’ils s’appliquent à l’ensemble des émigrés sans distinguer ceux qui s’embauchaient dans l’industrie : 342033 arrivées et 240 565 départs en 1923, 572 648 arrivées et 323 566 départs en 1926114.

  • 115 Cf. p. ex. RIT, juillet 1923 (L’industrie et la main-d’œuvre en Chine) ; H.D. Lamson, Social pathol (...)
  • 116 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 118.
  • 117 H. D. Fong, Tientsin carpet industry..., p. 73.

46La plupart du temps, néanmoins, les embauchés libres étaient recrutés sur place, parmi la grande masse des chômeurs ou semi-chômeurs sans emploi stable, paysans émigrés ou déclassés urbains, qui se pressaient en foule dans tous les grands centres industriels. S’il est absolument vain d’avancer le moindre chiffre en ce qui concerne le chômage et le sous-emploi, en l’absence de toute statistique et de toute institution capable d’en établir, l’importance de « l’armée industrielle de réserve » est soulignée par tous les observateurs et enquêteurs contemporains115. Il n’y avait le plus souvent qu’à puiser directement dans cet immense réservoir, comme dans le cas de la cotonnière Hua-xing à Tianjin, où en 1928 un employé jetait chaque matin devant la porte fermée des poignées de fiches de bambou en nombre correspondant à celui des places vacantes, laissant entrer seulement les ouvriers qui avait pu par leur force ou leur adresse s’emparer du précieux objet116. Parfois aussi, surtout dans les petites et moyennes entreprises chinoises encore toutes pénétrées de l’importance traditionnelle des relations familiales et personnelles et où jouaient beaucoup les recommandations et les protections, les mian-zi wen-ti (questions de face), l’ouvrier arrivait à se faire embaucher sur présentation d’un ami ou parent du patron ou du directeur, ou grâce à l’entremise d’un camarade déjà dans la place ; sur 354 ouvriers des fabriques de tapis de Tianjin qui en 1929 firent l’objet d’une enquête, 165 avaient été embauchés comme parents ou amis d’un ouvrier déjà dans l’atelier et 71 sur présentation au patron par un parent ou un ami117.

  • 118 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 44-45.
  • 119 En 1921 à Hongkong, cette cotisation était de 1,50 yuan, soit environ 7 % du salaire (SCMP, 2 déc. (...)

47Plus rarement, l’intermédiaire était une agence spécialisée, qui présentait les uns aux autres employeurs et employés, mais sans maintenir ensuite ces derniers sous sa dépendance comme c’était le cas pour les différentes variantes du bao-gong. A Hongkong, par exemple, fonctionnaient des bureaux de placement pour marins, gérés soit par des entrepreneurs privés (les jun-zhu-guan), soit par des amicales de marins (les xiong-di-guan)118. Dans un cas comme dans l’autre, le marin s’y inscrivait, y cotisait régulièrement119, y logeait jusqu’à ce qu’il embarque, mais une fois embauché il devenait un salarié complètement indépendant, à l’inverse de ses camarades recrutés par les xi-ma-sha.

  • 120 Cette commission était d’un mois de salaire à la Compagnie française des tramways (témoignage de l’ (...)
  • 121 Témoignage de l’ouvrier Zhou Guo-qiang.
  • 122 NCH, 19 avril 1924.

48Mais, pour le plus grand nombre des « embauchés libres », l’intermédiaire normal était son futur supérieur hiérarchique, contremaître (gong-tou), surveillant (cha-tou), ou « number-one » (na-mo-wen en pidgin), bref le détenteur direct de l’autorité dans l’atelier. Ce n’était jamais sans versement préalable d’une importante commission, qui représentait souvent quinze jours ou même un mois de salaire, que ce puissant personnage consentait à embaucher les postulants120. Parfois, également, l’ouvrier était présenté au contremaître par un de ces intermédiaires professionnels qui intervenaient dans tant d’épisodes de la vie sociale chinoise, un de ces zhong-jian-ren (« entremetteur »), que les ouvriers dénommaient pittoresquement le qiao-liang (« poutre du pont »)121. S’il arrivait que l’ouvrier fût renvoyé quelques jours à peine après avoir versé le pot-de-vin habituel au contremaître, un incident ne manquait pas d’éclater ; en avril 1924, le Tribunal Mixte de Changhai condamna à cinq yuans d’amende un contremaître de la Compagnie du Gaz de la concession internationale, qui avait refusé de rendre à un ouvrier qu’il avait renvoyé quelques jours après l’embauche les cinq yuans versés par celui-ci, et qui l’avait fait battre par ses hommes de main122.

  • 123 Cf. ci-dessous, pp. 121 et 149.
  • 124 A. Wagner, Labour legislation in China, p. 53.
  • 125 Wang Simine, op. cit., pp. 48-49.

49Il n’était d’ailleurs pas rare que le contremaître, du bon vouloir duquel dépendait le maintien de l’ouvrier à l’usine, exigeât en compensation toute une série de cadeaux, de services, sinon une véritable dîme sur le salaire reçu par celui-ci123. La distinction entre embauchés libres et travailleurs dépendant d’un bao-gong-tou n’est donc pas aussi absolue qu’il ne le paraît au premier abord, et même la première de ces catégories n’était pas à l’abri de l’avidité des intermédiaires sans lesquels ils ne pouvaient trouver de travail. Un autre cas de spéculation parasitaire sur le travail industriel, dans lequel certains ont vu à juste titre une forme mineure du recrutement par bao-gong124, est la pratique des « remplaçantes » ; celle-ci consistait, par exemple dans les filatures de soie de Canton, en ce qu’un ouvrier ou une ouvrière régulièrement embauché dans une usine fasse exécuter son travail par une autre personne, tout en touchant lui-même son salaire et en ne versant au remplaçant qu’une partie de celui-ci125.

  • 126 Témoignages de l’ouvrier Zhou Guo-qiang (Compagnie des tramways français de Changhai), ou de l’ouvr (...)
  • 127 NQ, juillet 1937 (Coal industry in China).

50La grande majorité des embauchés libres se trouvaient donc eux aussi dans une situation extrêmement précaire, et restaient constamment à la merci d’une décision de renvoi arbitraire et sans appel prise par les contremaîtres et les surveillants. Seule une petite minorité de travailleurs, en raison de leur meilleure qualification ou aussi de leurs relations personnelles, étaient assurés d’un peu de stabilité dans leur emploi ; c’était les chang-gong (main-d’œuvre permanente), les zheng-shi-gong (maind’œuvre régulière), ou dans les mines les li-gong (main-d’œuvre intérieure)126. Cette catégorie, mieux payée que les lin-shi-gong (maind’œuvre provisoire), bénéficiait aussi d’avantages professionnels (secours médicaux, dédommagement en cas d’accident etc.). En principe, c’était la qualification professionnelle qui formait le critère distinctif, mais la carte ou le certificat de travailleur permanent, avec les avantages qui y étaient attachés, pouvaient facilement s’acheter à un contremaître complaisant ; la chose était par exemple courante aux mines de la K.M.A. où les surveillants vendaient des cartes de li-gong aux « travailleurs externes » désireux d’échapper au joug des forfaitaires127.

  • 128 Elle sera par exemple l’occasion d’un grave conflit entre les marchands de Canton et les syndicats (...)

51Dans les ateliers artisanaux traditionnels, c’était au contraire la stabilité de l’emploi qui était la règle ; ce n’était qu’à la période du Nouvel An lunaire que les patrons, en même temps qu’ils mettaient leurs comptes à jour et réglaient leurs dettes et leurs créances, pouvait renvoyer leur personnel et embaucher de nouveaux ouvriers. Il semble que cette pratique ait survécu, au moins dans les petites et moyennes entreprises modernes de nationalité chinoise128.

52L’origine paysanne de beaucoup d’ouvriers et l’importance du recrutement par apprentissage industriel ou par bao-gong sont en rapport direct avec le fait que ce prolétariat chinois des années 1920 est un prolétariat jeune. Il est normal que ce soit des jeunes gens, plus libres d’attaches de toutes sortes, qui partent à la ville en quête d’un emploi, vers des entreprises industrielles qui de leur côté sont pour la plupart de fondation très récente.

  • 129 Annuaire, I, p. 5 (d’après l’Annuaire provincial du Jiangsu de 1924).

53Les treize sondages ci-dessous, qui intéressent des régions et des industries très différentes, font en effet ressortir combien est basse la moyenne d’âge des travailleurs chinois, y compris dans des secteurs comme les mines, les chemins de fer, les rickshaws, dans lesquels le travail des enfants n’existe pratiquement pas. Quant aux usines textiles de Changhai, Hangzhou, Qingdao et Tianjin, où ce dernier tient au contraire une place importante, c’est en dessous de 20 ans que s’y situe l’âge moyen des travailleurs. Si l’on compare ces données à la répartition par tranches d’âge de la population du Jiangsu vers 1920129, si sujette à caution que soit cette dernière estimation, la jeunesse du prolétariat chinois apparaît de façon plus frappante encore (figure n° 2).

54La diversité des origines provinciales des ouvriers d’une même région et d’une même entreprise est un autre trait caractéristique du prolétariat des années 1920. C’est là l’effet à la fois des migrations d’ouvriers qualifiés, du recrutement systématique effectué à longue distance par les compagnies ou par les bao-gong-tou, et du mouvement spontané qui pousse vers les grands centres industriels le surplus de la population paysanne chinoise. Les neuf enquêtes réunies ci-dessous montrent clairement cette dispersion géographique des zones de recrutement des ouvriers ; la majorité de ceux-ci vient en général des xian ruraux de la province où se trouve l’entreprise considérée ; une notable minorité vient des provinces limitrophes sinon de plus loin encore ; seule une faible fraction est originaire de la ville industrielle elle-même (figure n° 3).

Fig. 2. — Répartition du prolétariat chinois par groupes d’âge
(d’après un certain nombre de sondages).

Fig. 3. — Lieu d’origine des ouvriers
(d’après un certain nombre de sondages).

CARTE N° 2. — Provinces d’origine des résidents chinois de la concession internationale de Changhai en 1920
(d’après SMCR, 1920).

55Ce brassage géographique de la population ouvrière chinoise est également souligné par un document comme la répartition par provinces d’origine des 682587 résidents chinois de la concession internationale de Changhai en 1920 (carte n° 2). Certes, il ne s’agit ici que de l’ensemble de cette population et non des seuls ouvriers ; il est néanmoins intéressant de noter que les originaires du Jiangsu ne représentent même pas la moitié de la population de la ville (42,8 %), et parmi eux, bien que cette précision ne soit pas fournie par les statistiques de la Municipalité, seule une faible proportion était sans doute née dans le xian même de Changhai. Non seulement les gens du Zhejiang, mais ceux du Zhili, du Hubei, du Guangdong formaient d’importantes minorités. L’examen de données relatives à des groupes plus homogènes ou plus restreints, tels que le tableau d’origine des 2 197 ouvriers et ouvrières d’une cotonnière de Changhai en 1925 (carte n° 3), la liste

CARTE N° 3. — Provinces ou districts d’origine des 2 197 ouvriers d’une cotonnière japonaise de Changhai (Annuaire, I, pp. 360-362).

56Pour les provinces autres que le Jiangsu, on n’a pas distingué les districts. Pour le Jiangsu, on n’a considéré que les principaux districts, et donné globalement les chiffres concernant le reste de la province, pour sa moitié Nord et pour sa moitié Sud. On remarquera que la proportion des femmes dépasse de beaucoup celle des hommes pour le « Kompo » et pour les districts voisins du lac Tai.

57nominative des 55 victimes de l’attentat du 7 février 1923 contre les cheminots du Jing-han avec leur lieu de naissance (carte n° 4), ou celle des présidents de 109 syndicats affiliés en 1925 au Syndicat général de Changhai (carte n° 5), permet de conclure dans le même sens. Si la majorité des ouvriers de cette cotonnière est originaire comme il est normal des xian ruraux du Jiangsu et en particulier de sa partie Nord, le Kompo, des noyaux importants de son personnel venaient également de l’Anhui, du Shandong, du Hunan. Si 36 cheminots victimes du 7 février venaient du Hubei, où se trouve la tête de ligne du Jing-han et en particulier des xian ruraux de Xiaogan et de Huangbei, districts populeux du Nord du Yangzi, 19 venaient de quatre autres provinces, dont un fort noyau pour le Fujian (dont on sait que l’arsenal de Fuzhou avait fourni des ouvriers qualifiés à la ligne du Jing-han). Quant aux présidents des syndicats de Changhai, moins de 10 % d’entre eux étaient originaires de la ville même ; beaucoup venaient de petites bourgades de l’estuaire du Yangzi, beaucoup du Zhejiang, tandis que l’Anhui, le Hubei, Canton, Tianjin avaient aussi fourni des groupes d’importance non négligeable.

CARTE N° 4. — Provinces ou districts d’origine des 55 cheminots de la gare de Jiang’an, victimes du massacre du 7 février 1923 (JDSZL, 1955, N° 1).
Chaque point représente un individu. Quand seule la province d’origine est connue, mais non la localité exacte, le ou les points sont encadrés.

  • 130 Yang et Tao, Standard of living..., p. 26

58La diversité de ces origines provinciales, si à la longue elle contribuera à souder la cohésion de la classe ouvrière sur le plan national, a aussi abouti à créer, dans un centre industriel ou une entreprise donnée, des groupes ou clans à caractère régionaliste ou provincialiste, souvent opposés par d’âpres rivalités, soulignées encore dans le Sud par les différences linguistiques. La vigueur de ces liens provinciaux, dont on notera l’influence qu’ils ont exercée sur l’orientation des grèves et aussi sur les formes d’organisation ouvrière, est également attestée sur le simple plan des mœurs privées par un sondage de 1928 portant sur les origines provinciales des conjoints de 230 familles ouvrières du quartier de Caojiadu, à Changhai ; ce document met en évidence la prédominance des ménages réunissant des gens de la même province et la rareté des ménages interprovinciaux, qu’il s’agisse d’ouvriers originaires du Jiangsu, du Hunan, du Shandong ou de l’Anhui130 (Tableau VIII).

CARTE N° 5. — Provinces d’origine de 109 Présidents de Syndicats affiliés en 1925 au Syndicat général de Changhai (Liste publiée dans Tang Hai, Zhong-guo laodong wen-ti, les problèmes du travail en Chine, pp. 510-520).
Comme pour la carte précédente, les cadres représentent les cas où n’est connue que la province d origine.

TABLEAU VIII : Origine provinciale des conjoints de 230 familles ouvrières de Changhai.

TABLEAU VIII : Origine provinciale des conjoints de 230 familles ouvrières de Changhai.

59Mais toutes ces inégalités et toutes ces divisions nées des différences d’origine sociale, de la multiplicité des modes de recrutement, de la diversité d’origine provinciale, s’effacent néanmoins devant la rigueur de la condition ouvrière commune. L’unification, la fusion de tous ces éléments disparates en un véritable prolétariat s’opèrent sous l’effet implacable des longues heures de travail, de la fréquence des accidents, de l’autorité brutale des surveillants, de la sévérité des contremaîtres, bref du travail industriel moderne.

Notes

1 Dans ce chapitre et dans ceux qui seront ensuite consacrés aux conditions du travail industriel, puis aux salaires et au niveau de vie, les lacunes de la documentation obligent à sortir légèrement des limites du « temps court » retenues dans cet ouvrage pour l’histoire du mouvement ouvrier (1919-1927), et à faire souvent usage de données un peu plus tardives. Cette extrapolation interdit évidemment toute étude des variations de la condition ouvrière à l’époque considérée, mais elle était inévitable en dépit du caractère légèrement composite du tableau ainsi esquissé.
Précisons aussi que dans ce chapitre et dans les deux suivants on n’a cherché qu’à fournir sur le prolétariat industriel chinois les données indispensables à l’intelligence de l’histoire du mouvement ouvrier, sans chercher à présenter un travail systématique de « sociologie industrielle ».

2 H. D. Fong, Tientsin carpet industry, p. 44.

3 Sur ces termes de wai-gong et de li-gong, cf. ci-dessous, p. 100.

4 Un vieux paysan d’un village voisin de Changhai, interrogé en 1931 par des étudiants (CEJ, oct. 1931, Effects of industrialization on village livelihood), leur déclarait : « Quand les usines se sont ouvertes dans le voisinage, le directeur envoya des hommes pour ramener des ouvriers du village. Plusieurs abandonnèrent la culture et partirent à l’usine... Plus tard les usines voulaient des ouvrières et en recrutèrent ici, ne laissant que nous les vieux pour travailler la terre à laquelle nous étions accoutumés ; le village s’est dépeuplé... ».

5 Kyong Bae-tsong, Industrial women in Wusih, p. 6.

6 SCMP, 13 janvier 1922.

7 Martyrs du Hounan, p. 109.

8 Nym Wales, Red Dust, p. 10.

9 A. L. Strong, China’s millions, p. 100.

10 Id., ibid., p. 89.

11 Su Zhao-zheng, p. 27.

12 Premier recueil des combattants, p. 43.

13 Il ne s’agit ici que de souligner l’origine paysanne de bien des ouvriers. La question de l’origine sociale des cadres syndicaux sera analysée plus systématiquement ci-dessous, chap. XV.

14 Sur les 985 li-gong de la mine de Zhongxing interrogés en 1931, 197 (soit 20,8 %) étaient de petits propriétaires, et 158 d’entre eux possédaient moins de dix mous (Lin Hsiu-chuan, op. cit.).

15 CWR, 21 novembre 1925 (Unfavorable conditions in Northern Kiangsu).

16 Dans une cotonnière de Changhai en 1925 (Annuaire, I, pp. 360-362), 579 hommes sur 861 (soit 65 %) et 798 femmes sur 1 336 (soit 59,2 %) étaient originaires du Kompo. Parmi les ouvrières des filatures de soie, Gong Jun (op. cit., p. 166) estime que 60 % venaient du Kompo.

17 « Les tireurs de rickshaws sont en majorité des fermiers ruinés qui sont venus à Changhai des districts ruraux où ils n’ont aucun moyen de gagner leur vie ; ils sont pour la plupart originaires du Kompo » (Municipal Gazette, 13 févr. 1934).

18 Annuaire, I, 365.

19 Cf. W. Mallory, China, land of famine (l’auteur fut un des animateurs de Y International famine relief commission organisée alors en Chine par les missions protestantes).

20 Cf. entretiens avec les ouvriers Liu Mo-guang, Liu Qing-zhou, Li Dian-qing, Zuo Zhen-yun, entrés en 1921 à la cotonnière Yu-yuan de Tianjin quand leur famille frappée par la famine arriva à la ville.

21 CEJ, juillet 1927 (Chinese labor migration to Manchuria).

22 Cf. Cmd, n° 2442 (rapport du consul Clenwell), p. 43 sq. A Fuzhou en 1925, l’afflux de paysans provoque une crise, le nombre de tireurs de rickshaws étant excessif par rapport au nombre de voitures (CEB, 2 mai 1925).

23 Lin Sung-hο, op. cit., p. 53.

24 Sur cette question, cf. ci-dessous, chap. V.

25 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 126.

26 Municipal Gazette, 13 février 1934.

27 RT, Changsha, 1926, p. 3.

28 MDN, 10 octobre 1918.

29 CEB, 5 février 1927.

30 CEB, 12 juillet 1924.

31 Yeh Kung-cho, An industrial tour around Manchuria, p. 27.

32 C. C. Chu et Th. Blaisdell, op. cit., p. 21.

33 Th. Tchou, Report on industrial and social survey, p. 15.

34 Cf. sur cette question, ch. v, p. 164.

35 Lin Sung-ho, op. cit., p. 61. Les dépenses de voyage, pour les ouvriers de Jiu-da gagnant de 115 à 140 yuans, représentent 6,6 % de leur budget, soit 8 yuans par an, et viennent au troisième rang après la nourriture et le vêtement (il s’agit d’ouvriers logés par l’entreprise). Elles tombent à 3,6 %, soit 4,80 yuans, pour ceux qui gagnent entre 165 et 190 yuans.

36 Lou Yee-wen, Les Œuvres sociales dans les chemins de fer chinois, p. 88.

37 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 168.

38 Lin Sung-ho, op. cit., p. 21.

39 NCH, 1er juin 1920.

40 NCH, 25 février 1922.

41 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 146.

42 Lou Yee-wen, op. cit., p. 88.

43 Cette idée a été développée par Fei Hsiao-tung, China’s gentry, chap. vi.

44 Parmi les 32 vieux ouvriers interrogés en 1957, 6 étaient fils d’artisans : 3 cheminots du Jing-han (fils d’un charpentier de Pékin, d’un chaudronnier de Pékin et d’un fabricant de chausson de Pékin), 1 marin de Canton (fils d’un menuisier de Hongkong), 1 cheminot du Long-hai (fils d’un tisserand de satin du Henan), 1 mineur de Kai-luan (fils d’un artisan de Tangshan). Il s’agit doncpour la plupart de travailleurs de transports, dont la qualification du travail était plus élevée et le lieu de travail moins éloigné des centres traditionnels d’artisanat. Mais 17 de ces vieux ouvriers étaient originaires de la paysannerie (6 mineurs sur 8, 5 ouvriers d’usine sur 12, 4 cheminots sur 9, 1 docker, 1 marin).

45 Lin Sung-ho, op. cit., p. 18.

46 Dossier Henry, Qingdao.

47 IS, 1924, III, p. 494.

48 CEB, 7 août 1926.

49 Les mines de Kaiping, futur noyau des houillères sino-britanniques de la K.M.A., furent fondées par un marchand cantonais (E. C. Carlson, The Kaiping Mines, pp. 4-5)

50 Wang Simine, op. cit., p. 83.

51 MDN, 10 novembre 1922.

52 Matériaux sur l’industrie moderne, II, pp. 1174 et 1176.

53 CEM, novembre 1926 (Industrial Nantungchow).

54 Entretien avec le cheminot du Jing-han Lin Mao-xiang, originaire lui-même du Fujian. Sur une liste nominative de 5 5 ouvriers du Jing-han tués par la troupe en février 1923, 12 venaient de Fuzhou (JDSZL, 1955, n° 1, Er-qi gong-chou, Vengeance contre les ouvriers le 7 février).

55 H. D. Fong, Cotton industry in China, p. 118.

56 Rh. Murphey, op. cit., p. 20.

57 Parmi les 32 vieux ouvriers interrogés en 1957, 4 provenaient de cette catégorie : un ouvrier d’une cotonnière de Changhai (fils d’un balayeur d’école), un mineur de Tangshan (fils d’un colporteur de Baoding), un imprimeur des Presses commerciales (fils d’un employé de boutique), et un ouvrier d’une cotonnière de Tianjin (fils d’un coolie de la ville).

58 Cf. ci-dessous chap. vi.

59 On reviendra ci-dessous (chap. vi) sur les guildes (gong-suo), à propos des traditions d’organisation du prolétariat en 1919.

60 RIT, juillet 1923 (L’industrie et la main-d’œuvre en Chine).

61 Wang Simine, op. cit., p. 74 et p. 85. (Ateliers de tapis et de tricot de Tianjin).

62 Cf. Annuaire, I, 582 (tableau des conditions d’apprentissage dans une quarantaine d’ateliers de Tianjin).

63 H. D. Fong, Rayon and cotton weaving in Tientsin, p. 33.

64 CEJ, février 1927 (Labor conditions in Chekiang).

65 Cf. nos entretiens avec les vieux ouvriers Liu Qing-zhou et Zuo Zhen-yun, de la cotonnière Yu-yuan de Tianjin.

66 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 118. — En 1926, dans les six cotonnières de Tianjin, les « apprentis » représentaient 3 500 personnes sur un effectif total de 13 100 (Annuaire, I, p. 570).

67 H. D. Fong, ibid., p. 118.

68 CEJ, octobre 1927 (Tangshan, an industrial town).

69 Les deux usines de la compagnie chinoise d’allumettes « Dan-hua » employaient en 1926, l’une 500 « apprentis » sur 1 000 employés, et l’autre 500 sur 800 (Annuaire, I, 572).

70 Dossier Henry, Hongkong et Pékin.

71 Entretien avec l’ouvrier Li Quan-de, ancien charpentier du Jing-han.

72 Wang Simine, op. cit., p. 54.

73 Matériaux sur l’industrie moderne, I, p. 1194.

74 Annuaire, I, p. 570.

75 Ibid., I, p. 583.

76 Cf. l’entretien avec l’ouvrier Ren Qi-xiang. Aux Presses commerciales, vers 1920, les apprentis ne signaient plus de contrat ; ils étaient payés (modiquement), mais n’étaient ni logés ni nourris ; ils n’étaient plus astreints aux servitudes de l’ancienne institution vis-à-vis des patrons, mais continuaient en revanche à recevoir une véritable formation professionnelle.

77 Entretien avec Mme Fang Lan-ying, entrée en 1928 à l’usine n° 3 de la compagnie cotonnière japonaise Naigai Wata Kaisha à Changhai.

78 Cf. les descriptions de Wang Simine (op. cit., pp. 16-18) ou de Lowe Chuanhua (Facing labor issues in China, p. 19), qui concordent dans l’ensemble avec le témoignage précédent.

79 C’est par exemple le cas prévu par le contrat suivant (cité par Wang Simine, op. cit., p. 17) :
« Le soussigné X..., à cause des difficultés économiques, désire louer sa fille Y... à l’agent recruteur qui la conduira pour travailler dans la filature de coton à Changhai ; la location sera de trente dollars pour la durée de trois ans ; l’argent sera payé aux parents en trois tranches annuelles de dix dollars. L’enfant travaillant dans l’usine doit obéissance à l’agent recruteur. En cas de fuite ou de décès, le soussigné assume toute la responsabilité ; mais en cas de maladie, l’agent recruteur supportera les frais médicaux. Pendant la durée du contrat, la fillette sera habillée et nourrie par l’agent recruteur. Si le travail est interrompu pour une raison ou pour une autre, l’enfant devra fournir des prestations supplémentaires ».
La dure servitude de ces femmes et de ces fillettes embauchées par bao-gong dans les cotonnières de Changhai sera fréquemment évoquée par les romanciers réalistes de « l’école de gauche » dans les années 1930 ; cf. par exemple la nouvelle de Xia Yan, Bao-shen-gong (Main-d’œuvre forfaitaire), traduite en anglais dans Chinese literature, 1960, n° 8.

80 Zu-zhang était le terme employé dans les mines de Han-ye-ping (Fairbank et M. Banno, Japanese studies of Modern China, n° 7.11.18, citant un ouvrage japonais sur le système de bao-gong dans les mines de Chine centrale). En Chine du Nord, on disait bao-gong-tou, bao-tou-ren, ba-tou (Torgasheff, Mining labor in China, CEJ, mai 1930).

81 Torgasheff, ibid.

82 Lin Hsiu-chuan, The Chunghsing coal mine.

83 Archives B.I.T., C/1802/3 et C/1802/1 (rapports sur les mines de la K.M.A.). Cf. aussi sur le bao-gong dans les mines, Lowe Chuan-hua, op. cit., pp. 21-22, et Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 80 et iii.

84 NQ, juillet 1937 (Coal mining in China).

85 Archives B.I.T., C/1802/3. Cf. aussi Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 80 (à propos des mines de la K.M.A.).

86 Les termes de wai-gong et li-gong étaient les plus courants (Annuaire, passim).

87 CEJ, avril 1930 (Mining labor in China).

88 5 5 % dans les mines de la K.M.A., 66 % à Anshan, 80 % à Zichuan et à Jingxing (ibid.).

89 Cf. ci-dessous, chap. IV.

90 Cf. Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 44-45. Cf. aussi l’entretien avec le marin Feng Rui.

91 Archives B.I.T., C/1803/1930 (rapport de nov. 1930 sur le travail chez les dockers). Cf. aussi l’entretien avec le docker de Changhai, Zhong Sheng-fu.

92 Archives B.I.T., ibid.

93 CEB, 7 novembre 1925.

94 SCMP, 25 mai 1921.

95 SMCR, 1921, pp. 1B et 15B.

96 Entretien avec l’ouvrier Zhou Guo-qiang.

97 Entretien avec les ouvrières Zhao Jin-ying et Zhao Yin-ying, anciennement employées à la B.A.T. à Changhai.

98 Entretien avec Lin Mao-xiang, ancien employé de la ligne du Jing-han.

99 Tel était le cas par exemple à la fin du xixe siècle de la cotonnière britannique Rui-ji à Changhai (Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1236). Il en était de même, encore vers 1930, pour les grandes compagnies britanniques de navigation de Changhai (archives B.I.T., C/1803/20). A Hongkong vers 1920, les xi-ma-sha eux aussi étaient souvent des compradors des compagnies de navigation (SCMP, 25 janv. 1922).

100 CSPSR, octobre 1933 (Grain trade and milling in Tientsin).

101 CEB, 12 décembre 1925.

102 CEM, avril 1926 (The Yunnan tin industry). Cf. aussi ΡA, mars 1947 (Social implications of tin-mining industry in Yunnan).

103 NQ, avril 1937, The coal industry in China.

104 CEB, 9 octobre 1926. Cf. aussi CWR, 30 avril 1921.

105 CEB, 12 décembre 1925 (à propos des ouvriers du bâtiment de Changsha) ; PPW, 15 octobre 1927 (à propos des ouvriers des manufactures artisanales de tabac du Jiangxi). Xia Yan, dans le reportage romancé cité ci-dessus (p. 99), souligne que les bao-gong-tou étaient en général originaires du même district que les ouvriers qu’ils recrutaient.

106 M. Harraf, directeur de la cotonnière britannique Ewo (filiale de Jardine & Matheson) déclarait en 1923 à la commission d’enquête sur le travail des enfants : « les employés étaient autrefois payés directement ; nous cherchons maintenant à traiter à forfait (to contract) autant que possible » (Minutes de la Commission, séance du 22 juin 1923).

107 Comme ce sera le cas vers 1930 pour les grandes mines étrangères comme celles de la K.M.A. ou de Fushun (Lowe Chuan-hua, op. cit., p. 22).

108 Le système du cai (caporal) dans les mines du Nord-Vietnam et les plantations de caoutchouc du Sud-Vietnam à l’époque coloniale était pratiquement identique à celui du bao-gong (V. Thompson, Labor problems in South-East Asia, p. 201). Au Japon, les ouvrières des filatures étaient également recrutées par des intermédiaires qui ensuite prélevaient régulièrement une partie de leurs salaires (K. Saito, La protection ouvrière au Japon, p. 46). Les pays industriels d’Occident ont eux aussi connu des modes de recrutement analogues au xixe siècle, tels en France les « marchandeurs ».

109 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 118.

110 MLR, août 1921, Labor unrest in China, p. 22. La parution de ces annonces dans les journaux du Hunan déclencha en retour une violente campagne de presse de caractère régionaliste, protestant contre ces « manœuvres » pour attirer les Hounanais hors de chez eux.

111 NCH, 9 juillet 1921.

112 MDN, 27 mars 1924.

113 MDN, 2 mars 1925.

114 CSPSR, octobre 1931 (Population movement in the North-Eastern provinces of China).

115 Cf. p. ex. RIT, juillet 1923 (L’industrie et la main-d’œuvre en Chine) ; H.D. Lamson, Social pathology in China, p. 120 ; Lowe Chuan-hua, Facing labor issues..., p. 115, etc.

116 H. D. Fong, Cotton industry..., p. 118.

117 H. D. Fong, Tientsin carpet industry..., p. 73.

118 Deng Zhong-xia, Abrégé..., pp. 44-45.

119 En 1921 à Hongkong, cette cotisation était de 1,50 yuan, soit environ 7 % du salaire (SCMP, 2 déc. 1921).

120 Cette commission était d’un mois de salaire à la Compagnie française des tramways (témoignage de l’ouvrier Zhou Guo-qiang), et de quinze jours à la B.A.T. à Pudong (témoignage de l’ouvrière Zhao Jin-ying). A Tianjin, l’ouvrier Liu Qingzhou rapporte avoir versé quatre yuans à un contremaître pour être embauché.

121 Témoignage de l’ouvrier Zhou Guo-qiang.

122 NCH, 19 avril 1924.

123 Cf. ci-dessous, pp. 121 et 149.

124 A. Wagner, Labour legislation in China, p. 53.

125 Wang Simine, op. cit., pp. 48-49.

126 Témoignages de l’ouvrier Zhou Guo-qiang (Compagnie des tramways français de Changhai), ou de l’ouvrier Shen Bao-hua (ateliers de la ligne du Jing-han).

127 NQ, juillet 1937 (Coal industry in China).

128 Elle sera par exemple l’occasion d’un grave conflit entre les marchands de Canton et les syndicats ouvriers de cette ville, pendant l’hiver 1927 (cf. ci-dessous, chap. xiii).

129 Annuaire, I, p. 5 (d’après l’Annuaire provincial du Jiangsu de 1924).

130 Yang et Tao, Standard of living..., p. 26

Table des illustrations

Titre TABLEAU V : Eléments d’origine paysanne dans la classe ouvrière.
Légende Note (1)3
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende CARTE N° 1. —·District d’origine de 300 ouvriers du tapis de Tianjin en 1929.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre TABLEAU VI : Eléments originaires de la plèbe urbaine dans la classe ouvrière.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre TABLEAU VII : Proportion d’apprentis dans quelques usines.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 2. — Répartition du prolétariat chinois par groupes d’âge(d’après un certain nombre de sondages).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 3. — Lieu d’origine des ouvriers(d’après un certain nombre de sondages).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende CARTE N° 2. — Provinces d’origine des résidents chinois de la concession internationale de Changhai en 1920(d’après SMCR, 1920).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende CARTE N° 3. — Provinces ou districts d’origine des 2 197 ouvriers d’une cotonnière japonaise de Changhai (Annuaire, I, pp. 360-362).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende CARTE N° 4. — Provinces ou districts d’origine des 55 cheminots de la gare de Jiang’an, victimes du massacre du 7 février 1923 (JDSZL, 1955, N° 1).Chaque point représente un individu. Quand seule la province d’origine est connue, mais non la localité exacte, le ou les points sont encadrés.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende CARTE N° 5. — Provinces d’origine de 109 Présidents de Syndicats affiliés en 1925 au Syndicat général de Changhai (Liste publiée dans Tang Hai, Zhong-guo laodong wen-ti, les problèmes du travail en Chine, pp. 510-520).Comme pour la carte précédente, les cadres représentent les cas où n’est connue que la province d origine.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre TABLEAU VIII : Origine provinciale des conjoints de 230 familles ouvrières de Changhai.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/469/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search