Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre II. Effectifs et distribution de la classe ouvrière chinoise

Texte intégral

  • 1 La statistique du Nong-shang-bu (Ministère de l’Agriculture et du Commerce (Annuaire, 1re partie), (...)

1Il convient, avant de tenter le recensement de la population ouvrière chinoise en 1919, de préciser le sens donné ici à ce terme. On ne peut se satisfaire d’un critère purement technique, et ne prendre en considération que les ouvriers des entreprises industrielles modernisées et mécanisées ; on ne peut non plus recourir simplement à un critère numérique, comme le faisaient à cette époque un certain nombre d’enquêtes chinoises1 ; l’historien du mouvement ouvrier ne saurait en effet accepter d’exclure de son enquête des secteurs d’industrie peu mécanisés comme les mines et la manutention, ou largement représentés par de petites entreprises telles que les ateliers mécaniques de Changhai et de Canton et les imprimeries. Mineurs et dockers se sont révélés en effet, dès avant 1919, des éléments très actifs dans le domaine des luttes revendicatives et déjà de l’organisation ; mécaniciens et imprimeurs seront les premiers en 1919-1920 à se donner des syndicats ouvriers relativement dégagés du corporatisme des anciennes guildes.

2Le critère économique semble en définitive beaucoup plus satisfaisant, beaucoup mieux capable de définir les catégories de travailleurs qui participeront effectivement et de façon sensiblement homogène au mouvement ouvrier chinois pendant la période considérée. On est ainsi amené à prendre en considération les travailleurs salariés de la grande et moyenne production capitaliste et ceux des transports, dont l’activité est étroitement associée à cette dernière. Aucun d’eux n’est plus propriétaire de ses instruments de travail ni du produit de son travail, et ils exécutent ce dernier dans des conditions de complète subordination : c’est cette catégorie de travailleurs qui fera l’histoire du mouvement ouvrier chinois, qu’il s’agisse des ouvriers des cotonnières entièrement mécanisées ou des mineurs travaillant encore, pour la plupart, selon des techniques primitives, qu’il s’agisse des cheminots et des marins des lignes à vapeur, ou des dockers et portefaix. A toutes ces catégories, l’expérience conduit à ajouter les employés des services urbains divers (télécommunications, eaux, postes, transports en commun), et aussi les tireurs de rickshaws, malgré le caractère individuel de leur activité.

3Les travailleurs salariés des petits métiers urbains (coiffeurs, tailleurs, blanchisseurs) et de l’artisanat (vannerie, pinceaux, objets de bambou), les employés de boutiques, les métiers du bâtiment, ont par contre été laissés de côté, bien que du point de vue social leur situation ne soit pas très différente de celle des ouvriers des grandes entreprises et des transports modernes. Les travailleurs de ces catégories prendront sans doute part, à Changhai par exemple, aux grandes poussées de grèves comme celles du 4 mai 1919 ou du 30 mai 1925, et leurs actions revendicatives coïncideront souvent avec celles de leurs camarades des grandes usines modernes ou des petites et moyennes entreprises industrielles ; mais ils regardent vers le passé ; ils sont associés à un système de production et de services qui les rattachent à la Chine d’autrefois, et non aux forces nouvelles de la société chinoise. Ils sont des alliés du mouvement ouvrier chinois, plutôt qu’ils n’en sont partie intégrante.

  • 2 Wang Simine, Le travail des femmes et des enfants en Chine, pp. 61, 63, 65, 89.
  • 3 On estimait en 1925 qu’à Jinan 70 000 femmes et enfants travaillaient à domicile, contre 10 000 per (...)
  • 4 C’est ainsi que dans le xian de Pinghu, au Zhejiang, des ateliers ruraux de fabrication de bas avai (...)

4Il faut aussi tenir compte, pour tenter de délimiter le champ d’action du mouvement ouvrier chinois, de l’existence de formes marginales de la production industrielle capitaliste, qu’en toute rigueur économique on ne devrait pas dissocier de la grande industrie urbaine, mais dont en fait les travailleurs ne se manifestent que de façon très effacée. C’est le cas du travail urbain à domicile, très répandu à Changhai ou à Tianjin dans l’industrie des allumettes (fabrication et étiquetage des boîtes) ou dans celle du tricot2 ; ces travailleurs à domicile peuvent parfois constituer une fraction très importante de la population ouvrière d’un centre industriel3. C’est le cas aussi du machinisme rural et du travail rural à domicile, qui connaissent alors une grande vogue auprès des marchands chinois, surtout dans l’industrie textile4, et occupent dans les villages du Zhili, du Zhejiang, du Guangdong un grand nombre d’ouvriers ruraux. Ni les uns ni les autres, en raison de leur dispersion, et en dépit de leur exploitation directe par le capitalisme industriel des villes, n’étaient en mesure de jouer un grand rôle dans le mouvement ouvrier. On les négligera donc également.

5De cette classe ouvrière ainsi provisoirement délimitée, il n’est pas facile d’évaluer les effectifs au lendemain de la Grande Guerre. A l’imprécision et aux lacunes des documents viennent s’ajouter les incertitudes provenant du caractère même de l’emploi, incertitudes qui rendent vaine par avance, et scientifiquement contestable, toute tentative d’avancer des chiffres trop précis.

  • 5 Annuaire, I, pp. 9 à 141.

6Il n’existe pour cette période aucun recensement complet des ouvriers chinois. Le Nong-shang-bu (Ministère de l’Agriculture et du Commerce) du ressort duquel étaient les questions industrielles et ouvrières, a publié à Pékin jusqu’en 1920 des statistiques d’effectifs ouvriers par branches d’industrie (Tableau 1)5. Mais celles-ci ne portent que sur les entreprises de nationalité chinoise, ce qui en restreint déjà la portée dans un certain nombre de secteurs essentiels (coton, mines etc.). Par ailleurs ces données ne sont relativement complètes que jusqu’en 1915 ; l’aggravation des rivalités interprovinciales à partir de l’échec de la restauration monarchique tentée par Yuan Shi-kai coupe de la capitale un nombre croissant de provinces, qui ne figurent plus dans les statistiques ; ainsi s’explique le fait que, à part quelques exceptions indiquées dans le tableau ci-dessous, les chiffres des années 1916 à 1920 soient inférieurs, d’après le Nong-shang-bu, à ceux de 1915. En 1920 les rivalités entre du-jun s’aggravent au point que la publication de ces statistiques cesse complètement. Enfin il semble que le critère même envisagé par les services qui préparaient celles-ci soit peu clair. Il s’agit de toutes les entreprises de plus de sept ouvriers ; or un certain nombre de celles-ci n’étaient sûrement que des échoppes d’artisans ou de petits ateliers semi- ruraux comme le montrent les chiffres de 85 993 personnes pour le thé ou 42 892 pour la céramique et la poterie, chiffres qui manifestement ne peuvent d’appliquer aux seules entreprises modernes.

TABLEAU I. — Effectifs ouvriers des usines chinoises en 1915 et éventuellement pendant la meilleure année entre 1915 et 1920. (chiffres du Nong-shang-bu).

TABLEAU I. — Effectifs ouvriers des usines chinoises en 1915 et éventuellement pendant la meilleure année entre 1915 et 1920. (chiffres du Nong-shang-bu).
  • 6 Ce total tombe à 575 864 en 1916, 555 592 en 1917, 488 605 en 1918, 410 279 en 1919, alors que l’in (...)

Note (1)6

  • 7 Citée dans l’Annuaire, I, p. 15.
  • 8 Citée dans la Revue du Pacifique, septembre 1925 (Le prolétariat industriel en Chine), d’après le b (...)
  • 9 Citée par Nym Wales, The Chinese Labor movement, p. 9.
  • 10 MLR, septembre 1923.
  • 11 Cf. ci-dessous, chap. x.

7On dispose par ailleurs pour cette époque d’un certain nombre d’évaluations individuelles, dépourvues de l’illusoire précision des statistiques du Nong-shang-bu, mais dont il est également utile de tenir compte. La première est due à l’auteur japonais Nishikawa Kiishi et remonte à 19237 ; la seconde, qui dérive directement de la première comme le montre la similitude de la plupart des chiffre ; et date de la même année, est l’œuvre du leader syndicaliste japonais Sen Katayama8 ; la troisième, plus tardive, était incluse dans le rapport que présenta en 1927, à la IVe Conférence pan-chinoise du Travail, le dirigeant syndicaliste Su Zhao-zheng9 ; la quatrième enfin, la plus précise mais la moins sûre, et qui n’est reproduite ici que pour mieux illustrer les divergences qui existent entre auteurs, est basée sur des rapports consulaires américains et a été publiée en 1923 par le Ministère américain du travail10. Ces quatre estimations sont nettement postérieures à l’année 1919, à laquelle on tente de se placer ici. Pendant cette période, l’industrie chinoise avait continué, surtout dans les entreprises étrangères, son mouvement ascensionnel en dépit de quelques secousses11 ; ces chiffres, qui sauf pour la quatrième série comprennent aussi les entreprises étrangères, sont donc probablement trop forts pour 1919. Mais ils peuvent servir de points de repère :

TABLEAU II : Évaluations diverses des effectifs ouvriers chinois vers 1923-27.

TABLEAU II : Évaluations diverses des effectifs ouvriers chinois vers 1923-27.

8A l’intérieur des deux tableaux précédents, les incohérences sont nombreuses, de même que les lacunes ou les rubriques à caractère imprécis ou équivoque. Ainsi le Nong-shang-bu, qui fait large place à l’industrie pourtant exclusivement artisanale de la levure, ne compte séparément ni les ateliers d’albumine (œufs séchés), ni les minoteries, ni les cimenteries, malgré l’importance de ces trois industries modernes ; sans doute sont-elles rangées dans les « divers » de l’industrie alimentaire ou chimique. A propos des centrales électriques ou de la métallurgie, les différences entre ces évaluations atteignent des proportions si considérables que celles-ci ne méritent guère plus de crédit.

9C’est donc à son point de départ qu’il faut reprendre l’enquête, en examinant pour chaque secteur industriel les données particulières qu’il est possible de réunir.

10Très rares sont les recensements annuels du personnel ouvrier, comme ceux dont on dispose pour les cheminots ou les postiers. Rares aussi sont les estimations sérieuses basées sur des enquêtes directes, telles qu’il en existe pour les ateliers de tapis ou pour les mines de fer et la sidérurgie. Dans plusieurs cas, par exemple pour les cotonnières, les recensements par catégorie dont on dispose concernent une année postérieure à 1919 ; comme on connaît d’année en année le nombre des broches en activité, on a dû se contenter d’estimer le nombre d’ouvriers en 1919 en supposant constant le rapport broches-ouvriers. Souvent aussi, on ne connaît pour une industrie donnée que la production d’ensemble, et on ne dispose de chiffres d’effectifs que pour un certain nombre d’entreprises particulières ; dans ce cas, il faut à nouveau extrapoler, à partir du rapport existant dans ces entreprises entre les effectifs et la production ; c’est la méthode qui a été employée pour les mines de charbon. Il arrive enfin qu’on ne dispose que de listes d’usines, et qu’on n’en connaisse les effectifs précis que pour un petit nombre d’entre elles ; il faut alors se contenter d’évaluations plus hasardeuses encore, et plus d’une fois on s’abstiendra purement et simplement d’avancer un chiffre.

  • 12 Publiée dans le Manchuria and Mongolia Handbook et citée par la CWR (6 juin 1930).

11Une difficulté supplémentaire provient du fait que fréquemment les sources utilisées ne distinguent pas les ouvriers d’usine de ceux des petits ateliers, voire même des ouvriers agricoles. C’est le cas par exemple d’une enquête japonaise qui en 1926 évalue à 11 132 290 le nombre des ouvriers des trois provinces du Nord-Est12 pour 685 entreprises, chiffre manifestement beaucoup trop fort.

  • 13 Cf. ci-dessous, chap. iii.
  • 14 Cf. D. K. Lieu, The silk reeling industry in Shanghai.

12Il n’est même pas permis d’espérer pouvoir découvrir un jour des documents vraiment complets. Les conditions du recrutement et de l’emploi, et en particulier l’institution du bao-gong sur laquelle on reviendra13, étaient telles que même une entreprise aussi moderne que la K.M.A. (Kailan Mining Administration) ne pouvait connaître le nombre exact de ses ouvriers, puisqu’elle embauchait ceux-ci par l’intermédiaire de bao-gong-tou ou fournisseurs de main-d’œuvre. Même dans le cas du personnel engagé directement par les entreprises, comme les femmes des filatures de soie de Changhai, il était fréquent que le nombre d’ouvriers varie de jour en jour14 ; cette instabilité contribue aussi à rendre illusoire toute évaluation trop précise. Rares enfin étaient les secteurs pour lesquels le prolétariat industriel se distinguait rigoureusement des autres catégories de travailleurs : chemins de fer, cimenteries, électricité, constructions navales. Dans la majorité des cas, on a noté déjà que les industries modernes côtoyaient des formes marginales de travail industriel telles que le travail saisonnier, le travail à domicile, le machinisme rural à façon, la manufacture artisanale.

  • 15 Cette brève description n’est en rien l’équivalent d’une étude historique sur le développement de l (...)

13S’il faut donc être très réservé, il n’en est pas moins nécessaire de tenter pour chaque branche d’industrie une description sommaire des effectifs ouvriers, et d’examiner aussi, chaque fois que ce sera possible, la nationalité du capital et la distribution géographique des entreprises. Ainsi sera dès maintenant soulignée l’importance, pour l’histoire du mouvement ouvrier chinois pendant toute cette période, du fait qu’une large partie du prolétariat chinois travaille directement pour le grand patronat étranger, et du fait que ce prolétariat est très inégalement réparti à travers la Chine15.

I. — L’INDUSTRIE TEXTILE

  • 16 Cf. G. C. Allen et A. Donnithorne, Western enterprise in Far Eastern industrial development, p. 166
  • 17 H. D. Fong, Cotton industry and trade in China, p. 114.
  • 18 Ibid., p. 8 (4 000 000 broches et 29 000 métiers en 1925, 1 800 000 broches et 16 000 métiers en 19 (...)
  • 19 En 1925, 133 000 personnes environ travaillaient dans les usines chinoises, 60 000 dans les usines (...)

14a) Le coton. Depuis que vers 1880 s’était installée à Changhai sous le patronage de Li Hong-zhang la première cotonnière chinoise moderne16, cette industrie avait accompli en Chine de rapides progrès. En 1925, elle emploiera environ 210 000 personnes17, et comme en 1919 le nombre des broches en activité était à peu près inférieur de moitié18, on peut estimer à 100 000 environ ses effectifs ouvriers. On peut par la même méthode estimer, en proportion du nombre des broches19, que plus de 60 000 de ces ouvriers travaillaient dans des usines chinoises, plus de 20 000 dans des usines japonaises, et 16 500 dans des usines britanniques.

  • 20 Les chiffres précis de distribution géographique en 1919 n’existent que pour les broches chinoises (...)

15Le groupe principal de ces cotonnières et donc de ces ouvriers se trouvait à Changhai et dans les bouches du Yangzi, région d’approvisionnement facile en machines et en matières premières, dotée de main-d’œuvre abondante et de capitaux fortement concentrés, et située à proximité d’une zone de grande culture de coton. A Changhai même se trouvaient réunies les 3 /4 des broches chinoises, la majorité des broches japonaises, la totalité des broches anglaises20. Dans toute la région des bouches de Yangzi, le jeune capitalisme chinois avait récemment fondé d’autres cotonnières : à Wuxi, à Suzhou, à Zhenjiang, ainsi que sur la rive Nord du fleuve à Nantong, à Haimen et dans l’île de Chon-ming (ce dernier groupe étant couramment appelé les cotonnières de « Tong-chong-hai »). A cette zone cotonnière on pouvait rattacher les usines de Ningbo et de Hangzhou au Zhejiang.

  • 21 CYB, 1919, p. 90.
  • 22 CEB, 17 juin 1921.

16Les deux autres foyers de l’industrie cotonnière moderne, moins anciens et moins fortement concentrés, étaient constitués d’une part par les « ports ouverts » du Nord, Qingdao et Tianjin, d’autre part par les capitales provinciales de la Chine centrale, Wuhan et Changsha. A Tianjin et plus encore à Qingdao, le capital cotonnier japonais tenait la place principale, en face d’une seule usine chinoise. Au Hunan et au Hubei les usines cotonnières chinoises remontaient aux premiers estais d’industrialisation de la Chine sous impulsion mandarinale à la fin du xixe siècle, et elles appartenaient encore aux gouvernements provinciaux21 ; le capital étranger n’était guère représenté dans cette région que par une cotonnière japonaise qui était en train de s’ouvrir à Hankou22.

  • 23 Sur le développement en Chine de l’industrie de la soie, cf. Gong Jun, op. cit., pp. 27 sq., 73 sq. (...)

17b) La soie. Dès la fin du xixe siècle, des filatures et tissages modernes de soie avaient commencé à concurrencer à Changhai et à Canton les antiques dévidoirs et métiers artisanaux dispersés à travers toutes les zones de sériciculture du pays23. Leur nombre avait crû considérablement pendant la première guerre mondiale.

  • 24 A Wuxi en 1925, 6 000 che occupaient 14 000 personnes (CEJ, oct. 1930, A statistical study of indus (...)
  • 25 Gong Jun, op. cit., p. 152.
  • 26 Cette estimation correspond pour le Guangdong à celle de F. Ho et H. D. Fong, Εxtent and effects of (...)

18Ici encore, on ne peut évaluer qu’indirectement le nombre d’ouvriers de cette industrie. En 1919, on ne connaît avec précision que le nombre des che, des dévidoirs à roue et la difficulté est accrue par le fait que dans la région du Yangzi le type d’appareil en usage occupait en moyenne 2,5 à 3 personnes, tandis que dans le Guangdong les dévidoirs employés, plus simples, n’occupaient guère plus d’une personne24. En tenant compte de cette différence, les quelque 160 000 che en activité en 191925, dans le Guangdong (135 000), à Changhai et Wuxi (23 000) et dans le Sichuan (4 000) représenteraient environ 200 000 personnes, dont 140 000 pour le Guangdong, 45 000 pour Changhai et 10 000 pour Wuxi26.

  • 27 Le CEJ (juin 1929, Labor conditions in Canton) considère qu’encore à cette date la majorité des fil (...)
  • 28 Un rapport consulaire britannique mentionne dans cette province, en 1924, 20 000 à 30 000 ouvriers (...)
  • 29 L’enquête japonaise citée ci-dessus p. 53 ne compte en 1924 que 130 000 ouvriers de la soie, mais c (...)

19En Chine, l’industrie de la soie ne s’était que très progressivement modernisée et mécanisée. Toutes les transitions existaient entre les très-petits ateliers urbains et ruraux et les filatures modernes de la banlieue de Changhai. Les effectifs proprement ouvriers ne peuvent donc être évalués avec autant de précision que pour les grandes cotonnières modernes, établies dans les ports ouverts sans guère d’attaches historiques avec les manufactures et les ateliers d’autrefois. Il est bien probable que les statistiques de che sur lesquelles ; ont été basées les évaluations précédentes comportent, au moins dans le Guangdong, un bon nombre de filatures purement artisanales27. Cette marge d’erreur, il est vrai, est partiellement corrigée par le fait que ces mêmes statistiques sont manifestement incomplètes pour le Shandong. quatrième région chinoise de l’industrie de la soie, où les filatures modernes étaient déjà nombreuses28. Mais le chiffre « théorique » de 200 000 auquel on est arrivé précédemment reste néanmoins trop fort, sans qu’il soit possible d’en éliminer avec précision le nombre des ouvriers des ateliers semi-artisanaux du Sud29.

  • 30 Gong Jun (op. cit., pp. 164-167) mentionne dans le Zhejiang quelque 2 000 métiers modernes, à Chang (...)

20Pour les tissages de soie, il n’existe que des données partielles et qui ne distinguent pas non plus entre les entreprises artisanales et industrielles30. Les métiers modernes employaient peut-être une dizaine de milliers d’ouvriers.

  • 31 En 1923, un recensement des autorités de la Concession Internationale de Changhai (cité par Kotenev(...)

21En raison de sa technique plus simple, de son caractère traditionnel, de l’importance de ses débouchés intérieurs, l’industrie de la soie avait gardé un caractère beaucoup plus national que l’industrie cotonnière. Mais, à Changhai au moins, un bon nombre des filatures de soie établies dans le faubourg ouvrier de Zhabei, au-delà de la gare du Nord, appartenaient à des firmes italiennes, françaises, britanniques, américaines, employant peut-être 15 000 à 20 000 personnes31.

  • 32 Sur l’industrie du tapis en Chine, cf. H. D. Fong, The Tientsin carpet industry et C. C. Chu et Th. (...)
  • 33 Fong (op. cit., p. 7) évalue à 4,2 en moyenne le nombre de personnes travaillant à chaque métier.
  • 34 Chu et Blaisdell, op. cit., p. 22 sq.
  • 35 Cf. CEB, 21 octobre 1921.

22c) Industrie du tapis. C’était à l’époque de la Grande Guerre que le vieil artisanat chinois du tapis s’était transformé en industrie exportatrice semi-modernisée, alors que les pays d’Occident se trouvaient coupés de leurs fournisseurs traditionnels du Moyen-Orient. Des firmes américaines, bientôt imitées par des entrepreneurs chinois, avaient fondé à Pékin et à Tianjin, à l’arrivée des laines de Mongolie, des ateliers assez importants32. A Tianjin en 1919, se trouvaient environ 700 métiers, occupant à peu près 3 000 personnes33. A Pékin, en 1923, des enquêteurs recensèrent 206 ateliers employant environ 6 000 personnes34. Le total ne dépasserait donc guère 10 000 personnes, même en comptant les quelques petites usines de tapis de Changhai35.

  • 36 Cf. Gong Jun, op. cit., pp. 168-176. L’effectif de l’usine de Moukden en 1926 était de 450 personne (...)

23L’industrie de la laine proprement dite, qui avait connu un certain essor à la veille de la Grande Guerre, avait ensuite périclité à l’exception de quelques ateliers de Tianjin et de la grande usine japonaise de Moukden « Tissage ; de Mandchourie et Mongolie »36. L’ensemble ne représentait sans doute que quelques milliers de personnes.

  • 37 Cf. H. D. Fong, Hosiery knitting in Tientsin, qui souligne pour cette ville l’importance du travail (...)
  • 38 Gong Jun (op. cit., p. 178) donne une liste d’usines de bas, filets, etc., utilisant en 1919 1 735 (...)
  • 39 Annuaire, I, p. 196. — Cf. aussi CEJ, juin 1928 (Flour mills in China).

24d) Bonneterie, confection, etc. Dans les « ports ouverts », l’occidentalisation des mœurs et en particulier du vêtement avait suscité depuis quelques années la multiplication des petits et moyens ateliers de bonneterie, de bas, de tricot, de serviettes de toilette. Leur évaluation est d’autant plus difficile que dans ce secteur les formes marginales de travail industriel étaient particulièrement importantes, en raison de la faible dimension des machines utilisées37. On peut peut-être évaluer leurs effectifs à 20 000 personnes, au moins pour Changhai, Tianjin et Wuhan38. L’industrie de la confection était encore presque exclusivement artisanale ; la seule exception était constituée par les grands ateliers d’Etat fabriquant à Tianjin et à Pékin des couvertures et des uniformes militaires39, qui occupaient quelque 4 000 personnes supplémentaires.

II — LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES

  • 40 Cf. CEJ, juillet 1933 (Flour industry in Kiangsu) et aussi Gong Jun, op. cit., p. 183 sq.
  • 41 Cf. CEJ, juin 1928 (op. cit.).
  • 42 A Wuxi en 1925, 30 minoteries emploient 2 000 ouvriers, soit une moyenne de 66 ouvriers par usine ( (...)
  • 43 Chiffre qui concorde avec celui de Nishikawa Kiishi pour 1924 (cf. ci-dessus, p. 56).

25a) Meunerie. Cette industrie était une de celles qui avaient le plus profité de l’éclipse temporaire des Occidentaux sur les marchés d’Extrême- Orient pendant la Grande Guerre. Les exportations chinoises de farine étaient en 1920 quarante fois plus importantes qu’en 191440 et pendant cette période le nombre des minoteries était passé de 75 à 11741. On peut considérer que chaque minoterie moderne occupait en moyenne une centaine d’ouvriers42, ce qui représenterait un total d’au moins 12 000 personnes43.

  • 44 Cf. CEJ, juin 1928.
  • 45 Cf. H. D. Fong, Grain trade and milling in Tientsin.

26La distribution géographique et la nationalité de ces usines reflétaient l’origine des matières premières et la provenance des capitaux44 ; 46 se trouvaient concentrées dans les trois provinces du Nord-Est, grosses productrices de blé, et une trentaine dans la région de Changhai. Par ailleurs près d’une vingtaine, parmi les plus importantes, appartenaient à des firmes étrangères, surtout japonaises. Mais dans la région productrice de blé de Chine du Nord, et par exemple à Tianjin, l’industrie meunière conservait encore sa structure artisanale traditionnelle45.

  • 46 Cf. Verne Dyson, The oil-mill outlook in China (CWR, 15 oct 1921). Cf. aussi Gong Jun, op. cit., p. (...)

27b) Huileries. On réunit ici sous une même rubrique les huiles alimentaires et les huiles industrielles, dont la production par machines hydrauliques avait fait des progrès considérables en Chine depuis la Grande Guerre46 ; la matière première était fournie par le soja, le sésame, l’arachide, la graine de coton et autres plantes oléagineuses dont la culture était très commune.

  • 47 y avait 60 huileries japonaises à Dairen en 1919 (Gong Jun, op. cit., p. 230) et 17 huileries japon (...)
  • 48 A Qingdao en 1921, 15 des 17 huileries japonaises citées précédemment occupaient 1 650 ouvriers (CW (...)
  • 49 CWK, 15 octobre 1921.

28Le Nong-shang-bu avance en 1915 le chiffre de 18 000 ouvriers pour plus de 1 500 huileries ; ce chiffre comprend évidemment les ouvriers de petits ateliers artisanaux, mais cette erreur est corrigée par la croissance de l’industrie moderne de l’huile entre 1915 et 1919. Le Nong- shang-bu n’avait recensé que les huileries chinoises, mais les huileries étrangères, et surtout japonaises, situées à Changhai, à Qingdao et dans les ports du Nord-Est, étaient vraisemblablement au nombre d’une centaine47 ; en prenant une moyenne de 150 ouvriers par usine48, on arriverait pour les huileries étrangères à un total voisin de celui des huileries chinoises. Après Changhai et le Nord-Est (Dairen, Niuzhuang, Andong), la région de Wuhan était le troisième centre de cette industrie49.

  • 50 Gong Jun, op. cit., p. 146.
  • 51 Les exportations chinoises d’albumine représentaient en valeur 2 700 000 taëls en 1913 (CYB, 1919, (...)
  • 52 CYB, 1921, p. 760.
  • 53 C’était en particulier le cas des ateliers de la firme britannique « International Export Co » à Na (...)

29c) Fabriques d’albumine, décortiqueries de riz, sucreries, etc. Dès le début du xxe siècle, des firmes allemandes et britanniques avaient créé en Chine des usines de poudre d’œufs (albumine séchée)50 et leur nombre avait crû régulièrement avec les progrès de la demande sur le marché mondial51. Une liste incomplète52 donne pour 1920 les noms de 22 usines chinoises et 21 usines étrangères, dispersées dans les principaux ports ouverts. Le chiffre de 15 000 personnes avancé par Sen Katayama ne paraît pas invraisemblable, puisque certaines de ces entreprises dépassait le millier d’ouvriers53.

  • 54 En 1927 (CEJ, oct. 1927, A study of sugar industry in China), un recensement des principales usines (...)

30Alors que le sucre de consommation courante restait un produit essentiellement artisanal, quelques sucreries modernes avaient été fondées par des firmes japonaises ou russes en Mandchourie et par des firmes anglaises à Hongkong, respectivement à proximité des zones de la betterave et de la canne à sucre. Leur clientèle était limitée aux milieux occidentaux ou occidentalisés de Chine, et elles n’employaient sans doute que quelques milliers d’ouvriers54.

  • 55 Cf. Lin Sung-hο, Factory workers in Tangku (p. 16).
  • 56 Il y avait 41 décortiqueries modernes à Changhai en 1919 (CEB, 20 mai 1921), et 11 à Wuxi (CWK, 17 (...)

31Des ouvriers des innombrables salines et mines de sel de Chine, combien avaient dépassé le stade purement artisanal ? Sans doute une infime minorité seulement, comme les 600 ouvriers de la raffinerie moderne de sel Jiu-da, à Tanggu, l’avant-port de Tianjin55, qui firent quelques années plus tard l’objet d’une précieuse enquête sociologique à laquelle on se référera souvent. Il est tout aussi difficile de distinguer entre les ateliers modernes de décortiquerie de riz et de préparation du thé, et ceux qui gardaient un caractère purement artisanal. On sait seulement que quelques-unes de ces entreprises étaient déjà équipées de façon moderne56 ; mais quel chiffre avancer pour le nombre d’ouvriers qu’elles employaient ?

  • 57 CYB, 1921, pp. 761 et 766.
  • 58 Une brasserie de Changhai, par exemple, occupait 50 personnes en 1925 (recensement de Kotenev, op. (...)

32Déjà apparues à la veille de la Grande Guerre, les fabriques de conserves alimentaires, les brasseries et distilleries s’étaient multipliées à mesure que s’élargissait dans les ports ouverts la clientèle occidentale ou gagnée aux mœurs d’Occident. En 1920 existaient une vingtaine de conserveries de produits animaux ou végétaux, surtout chinoises, dans les grandes villes du Sud et une cinquantaine de brasseries, distilleries de vodka, fabriques de boissons gazeuses, appartenant à des propriétaires surtout étrangers installés dans tous les grands ports57. Leurs effectifs devaient être fort réduits58.

III — INDUSTRIES DIVERSES DE TRANSFORMATION

  • 59 Cf. Gong Jun, pp. 222-223. Cf. aussi The record in China of the B.A.T., brochure d’information édit (...)

33a) Tabac. En Chine comme dans les autres pays d’Asie et d’Afrique, la transformation des mœurs quotidiennes au contact des Européens s’était très tôt traduite par l’extension de l’usage du tabac sous forme de cigarettes. D’abord importées d’Europe et des Etats-Unis, celles-ci étaient dès avant 1914 fabriquées en Chine à bon marché dans des usines modernes, dont les principales appartenaient à la firme anglo-saxonne B.A.T. (British and American Tobacco Co), à la compagnie japonaise Toa (« Asie orientale ») et à la grande firme cantonaise Nan-jang Xiong-di (« Mers du Sud »)59.

  • 60 Gong Jun, op. cit., p. 222.
  • 61 CYB, 1921, p. 787.
  • 62 The record in China of the B.A.T., p. 10.
  • 63 L’enquête de XQN, dans son numéro spécial de mai 1920 sur les questions du travail, évalue à 20 000 (...)

34Le chiffre fourni par le Nong-shang-bu en 1917 pour les seules usines chinoises semble faible, puisque l’usine de Changhai de la Nan-yang occupait 8 000 personnes au lendemain de la Grande Guerre, et que cette firme possédait aussi de grandes usines à Canton et Hongkong60. Une liste incomplète du China Year Book donne pour 192061 les noms de 12 autres usines chinoises importantes employant du matériel moderne et de 17 usines étrangères, dont 3 appartenaient à la B.A.T. (Changhai, Hankou et Moukden) et 3 à la Toa (Tianjin, Moukden, Niuzhuang). Le seul personnel de la B.A.T. se montait alors à près de 25 000 personnes62 et le total des usines chinoises et étrangères de tabac ne devait donc guère être inférieur à 50 000 ouvriers et ouvrières63.

  • 64 Cf. sur l’industrie des allumettes Gong Jun, op. cit., pp. 198-205. Des listes incomplètes d’usines (...)
  • 65 Voici quelques exemples d’entreprises dont les effectifs exacts sont connus pour cette période : à (...)

35b) Allumettes. Il existait au lendemain de la Grande Guerre une centaine de fabriques d’allumettes, réparties dans toute la Chine et dont les principaux groupes se trouvaient au Guangdong, à Changhai, au Shandong, à Tianjin et dans le Nord-Est64 ; dans ces trois derniers centres prédominaient les fabriques japonaises. Le chiffre de 40 000 ouvriers et ouvrières n’est sans doute pas exagéré, car maintes usines occupaient plusieurs centaines d’ouvriers, sinon plus d’un millier65. Le chiffre de 17 000 ouvriers en 1916 fourni par le Nong-shang-bu ne concerne que les usines chinoises et la production avait certainement augmenté depuis cette date.

  • 66 Liste incomplète de 23 verreries et fabriques de céramique dans le CYB de 1921 (pp. 773-774). Le CY (...)

36c) Céramique et verrerie. Quelques usines modernes, japonaises dans le Nord et le Nord-Est, chinoises en général dans le reste du pays, étaient récemment apparues, bien que les ateliers artisanaux et semi-artisanaux, comme ceux du célèbre groupe de Jingdezhen au Jiangxi, continuassent à approvisionner la grande majorité des consommateurs. Leurs effectifs n’atteignaient sans doute que quelques milliers de personnes66.

  • 67 Liste incomplète d’usines dans le CYB de 1921 (p. 785).
  • 68 400 personnes pour une usine à Changhai en 1925 (Kotenev, op. cit., p. 306), 200 personnes pour une (...)

37d) Savon, papier, cuirs et peaux, etc. Sur la cinquantaine d’usines de savons modernes qui existaient en 1919 dans les grandes villes, une quinzaine appartenaient à des firmes étrangères parfois importantes comme la China Soap à Changhai ou une filiale de la Mitsui à Moukden67, mais la plupart de ces savonneries n’étaient que de dimensions moyennes, sinon petites68. L’ensemble représentait peut-être 5 000 personnes en prenant une moyenne de 100 ouvriers par usine.

  • 69 CYB, 1921, pp. 775 et 779.
  • 70 En 1925 au Zhejiang, une papeterie occupait 300 ouvriers (CEB, 12 sept. 1925). Quatre autres à Chan (...)

38C’est sans doute aussi à quelques milliers de personnes tout au plus que se montaient les effectifs des fabriques modernes de papier et des usines modernes de cuirs et peaux. Une liste incomplète de 1921 nomme 14 papeteries et 28 tanneries69, et ici encore il ne s’agissait que d’entreprises très moyennes70.

IV — INDUSTRIES DE BASE

  • 71 En 1925, les effectifs d’Anshan étaient de 6 000 personnes et ceux de Benxihu étaient de 3 000 pers (...)
  • 72 20 000 personnes travaillaient aux hauts fourneaux de Han-ye-ping en 1916 (CEJ, juin 1930, op. cit. (...)

39a) Métallurgie. Les deux seuls centres chinois de métallurgie lourde étaient celui du Nord-Est et celui du Hubei. On peut évaluer à 5 000 environ le nombre des ouvriers des hauts fourneaux de Benxihu et Anshan, contrôlés par la compagnie japonaise du S.M.R. (Chemin de fer de Mandchourie du Sud)71 et à 23 000 environ ceux des hauts fourneaux de Daye et Hanyang, appartenant au moins nominalement aux compagnies chinoises de Han-ye-ping et des Forges du Yangzi72.

  • 73 Annuaire, I, p. 188 (pour l’année 1926).
  • 74 Ibid., I, p. 188 (pour 1926).
  • 75 Ibid., I, p. 186 (pour 1924).
  • 76 Cf. Lowe Chuan-hua, Facing labor issues in China, p. 58.

40Les ateliers mécaniques, les petites fonderies et la petite métallurgie étaient beaucoup plus dispersés, au point qu’il est fort difficile d’en dresser un relevé précis. Des sondages, un peu postérieurs, recensent par exemple 2 920 personnes dans 17 ateliers mécaniques de Qingdao73, 703 personnes dans 8 ateliers de Tianjin74, 9 250 personnes dans 98 ateliers de Changhai75 ; il en était de même dans les autres grandes villes de Chine, par exemple à Canton où les ouvriers des multiples petits ateliers de l’île de Henan, au Sud de la ville, constituaient un des plus anciens et des plus vigoureux syndicats de la Chine moderne76. L’ensemble représentait peut-être en 1919 quelque 20 000 personnes.

  • 77 L’arsenal de Fuzhou, celui du Jiangnan, celui de Hanyang, avaient été fondés dans les années 1870-1 (...)
  • 78 Une liste officielle (Annuaire, I, p. 196) recense 5 000 ouvriers pour l’année 1924 dans les arsena (...)
  • 79 Liste de trois chantiers japonais et onze chantiers britanniques dans le CYB de 1921 (p. 767). Deux (...)

41b) Constructions navales et arsenaux. Les arsenaux militaires, aussi bien que les chantiers commerciaux chinois de constructions navales, étaient encore sous le contrôle des autorités chinoises qui, à la fin du xixe siècle, en avaient été les promotrices77. Leurs effectifs en 1924 78 étaient de 20 000 hommes environ, concentrés en quelques grandes entreprises comme les arsenaux de Dexian au Shandong et de Hanyang, le chantier naval du Jiangnan près de Changhai et celui de Fuzhou, l’une des plus anciennes entreprises modernes de Chine. Par ailleurs l’activité en Extrême-Orient des flottes commerciales japonaise et britannique y avait suscité la fondation d’une quinzaine de chantiers navals, parmi lesquels les chantiers japonais d’Andong, Dairen, Tianjin et les chantiers britanniques de Changhai, Xiamen, Tianjin, Hongkong79. C’était là de vastes entreprises employant chacune un ou plusieurs milliers d’ouvriers. Le total pour l’ensemble de cette catégorie, ne devait pas être inférieur à 45 000 personnes.

  • 80 Gong Jun, op. cit., p. 218 sq.
  • 81 La cimenterie de Tangshan occupait 2 000 ouvriers (Yeh Kung-cho, Industrial tour around Manchuria, (...)

42c) Cimenteries. L’industrie du ciment, liée techniquement aux possibilités d’approvisionnement en charbon en poudre, se répartissait dès avant 1914 entre les ports et les centres voisins des mines de charbon80. Les grandes cimenteries chinoises de Canton, Daye et Tangshan, la cimenterie japonaise de Dairen et les cimenteries britanniques de Macao et Jiulong employaient sans doute 5 000 à 6 000 ouvriers, si l’on déduit ce chiffre des données partielles disponibles81.

  • 82 Liste nominative dans le CYB, 1921, p. 768 sq.
  • 83 La centrale de la Concession internationale de Changhai employait en 1920 2 312 personnes (SMCK, 19 (...)
  • 84 China, a commercial and industrial Handbook, p. 420.

43d) Centrales électriques. De petites et moyennes centrales thermiques existaient dans la plupart des villes importantes et dans tous les ports ouverts82. Les plus grandes étaient celles que les autorités étrangères administraient dans les concessions et autres zones à statut spécial83 ; à l’exception de celle que contrôlait le gouvernement provincial de Canton84, les centrales chinoises étaient en général fort petites. L’effectif des 68 centrales recensées en 1920 par le China Year Book était certainement supérieur aux 1 391 personnes du Nong-shang-bu, mais sans atteindre de loin les 100 000 ouvriers qu’évaluait en 1923 Nishikawa Kiishi.

  • 85 CSPSR, avril 1930 (Hopei pottery industry).
  • 86 Cf. liste de 44 briqueteries modernes dans le CYB de 1921 (p. 762), dont 21 japonaises, et 8 frança (...)
  • 87 Une briqueterie japonaise de Niuzhuang employait 350 personnes (Yeh Kung-cho, op. cit., p. 79). 8 b (...)

44e) Briques et tuiles. Si ce secteur reste principalement artisanal et rural85, des manufactures déjà importantes étaient apparues depuis quelques années dans le voisinage des grandes villes et des centres industriels : peut-être une cinquantaine86, situées surtout en Chine du Nord et dirigées le plus souvent par des firmes japonaises ou occidentales. Chacune employait quelques centaines d’ouvriers et le total représente sans doute 15 000 à 20 000 personnes87.

  • 88 Liste de 18 usines dans le CYB de 1921, p. 763 (dont 10 usines japonaises).

45f) Soude et produits chimiques. Il n’existait guère qu’une vingtaine d’usines modernes de produits chimiques, pour la plupart japonaises88, et concentrées dans les centres industriels sous influence japonaise (Qingdao, Moukden, Dairen). Leurs effectifs totaux, supérieurs aux 809 personnes recensées en 1915 par le Nong-shang-bu, devaient rester néanmoins très faibles.

V — INDUSTRIES DIVERSES

  • 89 Liste de 36 imprimeries japonaises et occidentales dans le CYB de 1921, p. 779.

46a) Imprimerie. Cette industrie, dont les titres de noblesse étaient en Chine plus anciens que ceux de l’Europe elle-même, était pour d’évidentes raisons restée principalement nationale. Toutefois les ordres missionnaires catholiques et protestants avaient eux aussi en Chine leurs imprimeries en caractères, de mêmes qu’un certain nombre de firmes japonaises. Les quotidiens et périodiques occidentaux établis dans les grandes villes avaient de leur côté leurs presses89.

  • 90 Les Presses commerciales (Shang-wu yin-shu-guan) avaient en 1921, d’après le Ministère de l’Agricul (...)
  • 91 Les Presses Commerciales occupaient 5 000 personnes vers 1925 (L’Estrange Malone, New China, 2e par (...)

47Certaines entreprises chinoises étaient de très grosses affaires, comme les célèbres Presses commerciales, qui avaient été le pionnier du mouvement de vulgarisation scientifique depuis le début du siècle et qui avaient des succursales à Changhai, Pékin, Hongkong ; au second rang venaient la firme changhaïenne des Éditions de Chine90 et l’imprimerie d’Etat du Ministère des Finances. En comptant les petites et moyennes entreprises, on peut peut-être évaluer le total à 30 000 personnes, si le chiffre de 11 000 imprimeurs pour la seule agglomération changhaïenne, avancé par l’enquête de la revue Xin Qing-nian en 1920, est digne de foi91.

  • 92 Liste de 12 ateliers principaux, dont 11 britanniques et un japonais, dans le CYB, 1921, p. 788.
  • 93 En 1925 les 4 ateliers de Hankou occupaient 9 000 ouvriers (CEB, 9 janv. 1925).

48b) Mise en balle de la laine et du coton. Le conditionnement industriel de la laine et du coton destinés à l’exportation était entièrement assuré par quelques grosses firmes britanniques équipées de presses hydrauliques qui dominaient de longue date le marché extérieur chinois : Jardine et Matheson, Mackenzie et Co, etc.92 ; ces ateliers étaient concentrés à Changhai, Tianjin, Hankou et occupaient peut-être 25 000 personnes93.

  • 94 Annuaire, I, p. 196.
  • 95 CEB, 22 novembre 1924.

49c) Hôtels des monnaies. Ils dépendaient nominalement du Ministère des Finances (Cai-zheng-bou) et en fait des du jun, maîtres des provinces. En 1924, d’après le Cai-zheng-bu, les seuls hôtels de monnaie de Tianjin, Wuchang, Nankin et Hangzhou employaient 4 000 personnes94 ; il faut y ajouter les effectifs des établissements existant dans d’autres importantes capitales provinciales, telle Changsha95.

VI — LES MINES

  • 96 Cf. Ellsworth Carlson, The Kaiping Mines ; W. Collins, Mineral enterprise in China.
  • 97 CYB, 1923, pp. 115 sq.
  • 98 On connaît aussi vers 1920 les effectifs d’un septième groupe de houillères, celles de la K.M.A., m (...)

50a) Mines de charbon. Depuis l’ouverture en 1878 des houillères de Kaiping sous le patronage de Li Hong-zhang96, toute une série de mines modernes chinoises, japonaises et britanniques s’étaient créées en Chine du Nord, du Nord-Est et du Centre. Si on ne dispose pas de données numériques pour l’ensemble de leur personnel vers 1919, leur production de charbon est assez bien connue97. Par ailleurs, pour les six mines dont on connait en même temps les effectifs, celles de Fushun et de Benxihu dans le Nord-Est, de Zichuan et de Fangzi au Shandong, de Jiaozuo au Henan, de Pingting au Shanxi, on peut constater une productivité moyenne d’à peu près 100 000 tonnes annuelles pour 1 350 hommes98.

TABLEAU III : Effectifs des mines modernes de charbon vers 1920.

TABLEAU III : Effectifs des mines modernes de charbon vers 1920.

51Ce chiffre permet d’évaluer au moins sommairement les effectifs des autres mines, à partir de leur production ; le total des six mines à effectif connu et des treize mines ou groupes de mines à effectif estimé représente à peu près 180 000 personnes (Tableau III).

52Ce chiffre de 180 000 mineurs des mines modernes est vraisemblablement inférieur à la réalité, car cinq des six mines à effectifs connus qui ont servi de base à l’évaluation précédente étaient des mines japonaises ou britanniques ; il est probable que les mines chinoises, moins bien équipées et moins bien encadrées, employaient proportionnellement un nombre d’hommes plus élevé.

  • 99 Torgasheff, Mining labor in China (CEJ, juin 1930) évalue en 1925 le nombre des mineurs de fer d’An (...)
  • 100 Leur production (340 000 t) était nettement inférieure en 1919 à celle d’Anshan, Benxihu et Daye (1 (...)

53b) Mines de minerais métalliques. Les mines de fer japonaises d’Anshan et de Benxihu, qui alimentaient les hauts fourneaux correspondants, et les mines de fer chinoises de Daye, qui alimentaient ceux de Hanyang, n’employaient guère plus de 6 000 personnes99. Les mines de fer du Shandong (Jinlingzhen) et celles de l’Anhui (Taiping et Fanchang), qui travaillaient pour l’exportation et étaient contrôlées plus ou moins directement par le Japon, n’en employaient probablement pas autant100.

  • 101 Annuaire, I, p. 206.

54Les seules mines de métaux non-ferreux qui fussent importantes et plus ou moins équipées à la moderne se trouvaient au Hunan, à Shui- koushan (plomb), à Xinhua et à Banxi (antimoine). La mine de Shui- koushan, propriété du gouvernement provincial, occupait 6 000 personnes en 1925101.

  • 102 Torgasheff (op. cit.) évalue à 120 000 le nombre des mineurs des mines métalliques archaïques, et à (...)

55Dans tout le reste de la Chine, de très nombreuses mines artisanales ou semi-artisanales continuaient à exploiter l’or en Mandchourie, le fer en Chine centrale, le cuivre et l’étain au Yunnan, le manganèse au Sud du Yangzi. Mais ces dizaines de milliers de mineurs ruraux, auxquels il faut ajouter les très nombreux mineurs de sel et les carriers, appartenaient sans doute davantage à la paysannerie qu’à la classe ouvrière, de même que les ouvriers des mines de charbon archaïques (« du-fa », c’est-à-dire employant les « méthodes locales »)102.

56Pour ne considérer que les quelque 200 000 mineurs des mines modernes, plus de la moitié travaillaient dans des mines étrangères : environ 11 5 000 mineurs de charbon et 7 à 8 000 mineurs de fer. Il faut en revanche noter que sauf exceptions (Kai-luan, Pingxiang), ces mines modernes étaient situées assez loin des grands centres ouvriers ou dans des zones marginales. Les mineurs ne joueront pas dans le mouvement ouvrier chinois le rôle de premier plan auquel leur nombre, leur forte concentration et leur subordination directe aux grandes firmes étrangères auraient pu les faire prétendre.

CARTE POLITIQUE ET SOCIALE DE CHANGHAI EN 1919-1927
(d’après la carte annexée au Feetham Report).

VII — TRANSPORTS

  • 103 Ministry of Communications, Statistics of government railways (volume annuel), Rubrique XL : « Empl (...)
  • 104 La région était alors occupée par les troupes alliées engagées dans « l’intervention » contre l’Uni (...)
  • 105 Deng Zhong-xia, qui avait personnellement travaillé à l’organisation de syndicats dans ces ateliers (...)

57a) Chemins de fer. Les voies ferrées placées sous l’autorité du Jiao-tong-bu (Ministère des Communications) employaient, en 1919, 73 651 personnes, d’après les statistiques officielles103. Il faut y ajouter, d’après la même source, environ 45 000 ouvriers des concessions ferroviaires étrangères établies sur le sol chinois : le chemin de fer de l’Est Chinois (C.E.R.) et le Sud-Mandchourien (la seconde des compagnies était japonaise et la première placée provisoirement en 1919 sous contrôle russo-international)104, le chemin de fer du Yunnan (français), la section britannique du Canton-Jiulong. Les chiffres précédents incluent le personnel des ateliers de réparation, dont les principaux étaient ceux de Changxindian au Sud de Pékin et de Jiang’an au Nord de Hankou, aux deux extrémités de la ligne Pékin-Hankou dite du Jing-han ; celui de Tangshan sur le « Jing-feng », (Pékin-Moukden), celui de Sifang près de Qingdao, celui de Xinhe près de Changsha, sur la section Nord du Canton-Hankou ; tous ces ateliers seront autant de foyers très actifs du mouvement ouvrier chinois, dès ses débuts105.

  • 106 L’isolement des mineurs, signalé précédemment, était ainsi partiellement atténué, et la coopération (...)

58Le réseau ferré chinois se caractérisait alors par sa discontinuité et son développement inégal. Les principaux axes (S.M.R., Jing-feng, Jing-han, Tianjin-Pukou ou « Jin-pu », Qingdao-Jinan ou « Jiao-ji »), n’étaient que très sommairement reliés entre eux ; leurs ramifications locales ou leurs embranchements desservaient surtout les centres miniers, telles la ligne Shijiazhuang-Taiyuan ou Zheng-Tai, la ligne Zhuzhou- Pingxiang, l’embranchement de Tangshan sur le Jing-feng ou l’embranchement de Boshan sur le Jiao-ji106. La ligne transversale dite du « Long- hai », au travers de la Grande Plaine, n’était encore qu’ébauchée : elle atteignait à l’Est Xuzhou sur le Jin-pu et s’arrêtait à l’Ouest un peu au-delà de Luoyang. Au Sud du Yangzi, on n’avait plus affaire à un réseau proprement dit, mais à un certain nombre de tronçons coupés les uns des autres : la ligne du Yunnan, se terminant à Haiphong et constituant un simple appendice de l’économie indochinoise, la section Nord de la ligne Hankou-Canton, dite (« Yue-han ») qui s’arrêtait dans le Hunan, les lignes Changhai-Nankin (dite « Hu-ning ») et Changhai-Hangzhou, la ligne provinciale Nanchang-Jiujiang ; ce n’est guère que dans la région de Canton qu’on rencontrait l’ébauche d’un réseau proprement dit, constitué par les trois lignes convergeant vers cette ville : Canton-Sanshui, Canton-Xuzhou (tronçon Sud du Canton-Hankou) et Canton-Jiulong (cette dernière ligne étant partiellement sous administration chinoise et partiellement sous administration britannique).

  • 107 Ministry of Communications, Report on the working of the Chinese Post Office, Changhai, annuel.

59b) Postes et télécommunications. Les Postes chinoises se trouvaient encore sous un régime de contrôle international analogue à celui des Douanes de Chine ; elles employaient en 1919, 28298 personnes107. Il faudrait y ajouter les employés des diverses compagnies privées, chinoises ou étrangères, de téléphone et de télégraphe, qui étaient établies dans les principaux ports ; ceci représentait peut-être quelques milliers de personnes.

  • 108 Cf. tableau II, ci-dessus, p. 56.
  • 109 Dans l’article Wo-men-de li-liang (Nos forces), cité p. 74.
  • 110 Ce tonnage était en 1920 de 104 000 000 t, dont 27 000 000 pour les vaisseaux chinois (CYB, 1921, p (...)

60c) Marins. On doit, faute de toute autre donnée, se borner à noter les évaluations générales déjà citées, comme celles de Sen Katayama (90 000) ou de Su Zhao-zheng (160 000)108. Deng Zhong-xia, autre militant syndicaliste de cette époque, évalue en 1924 leur nombre à 150 000109. En 1919, le tonnage en activité dans les eaux chinoises était sensiblement inférieur à celui de 1924110, et si l’évaluation de Deng était vraisemblable, le chiffre correspondant pour 1919 serait de 115 000 environ ; les chiffres de tonnage permettent également d’avancer que 25 % seulement de ces marins, soit 30 000 environ, servaient alors sous pavillon chinois.

  • 111 Annuaire, I, pp. 625-626.
  • 112 XQN, mai 1920.
  • 113 D’après XD, 4 juin 1924, il y avait en 1924 à Dairen 40 000 dockers alors que l’Annuaire en indique (...)

61d) Dockers, portefaix, etc. L’abondance et le bon marché de la main- d’œuvre chinoise non-qualifiée, fait sur lequel on reviendra plus longuement, ne rendait pas rentable dans les centres de production et de transit le transport mécanique des marchandises fabriquées, importées ou exportées. Le spectacle, au lieu des grues absentes, de ces longues files de coolies chargeant et déchargeant les navires et les trains a frappé alors tous les voyageurs étrangers, mais ici encore il faut se contenter d’estimations tentées assez arbitrairement par divers auteurs contemporains dans différentes villes : 12 800 dockers et manœuvres à Dairen en 1925, 5 000 à Tianjin en 1925, 4 000 à Hankou en 1925111, 47 000 à Changhai, 3 000 à Nankin, 4 000 à Wu-vi en 1920112. Ces estimations, qui ne sont pas toujours très concordantes, ne concernent d’ailleurs pas tous les grands ports, et les chiffres qu’elles fournissent sont d’autant plus incomplets113 qu’ils ne mentionnent que les dockers proprement dits, et non les coolies chargés d’autres travaux de manutention.

  • 114 Entretien avec le vieux docker de Changhai Zhong Sheng-fu. Cf. aussi ΕΕ, 24 février 1927 (étude sur (...)

62Pour cette catégorie d’ouvriers, seule entrait en jeu la force physique élémentaire. Mais ces formes de travail apparemment dépourvues de toute qualification étaient en fait nettement spécialisées, en fonction des différentes techniques employées. Les dockers et portefaix opérant à deux pour porter une charge à l’aide d’une perche de bambou se distinguaient de ceux qui fixaient par des cordes leur fardeau sur leur dos, de ceux qui utilisaient le fléau individuel élastique chargé à ses deux extrémités, de ceux qui poussaient une brouette ou qui halaient à plusieurs de petites voitures à bras ; il était très rare de passer d’une catégorie à l’autre114.

  • 115 Annuaire, I, p. 614 (cette source indique pour Changhai 500 000 rickshaws, ce qui est évidemment un (...)

63Une des corporations les plus nettement individualisée était la tumultueuse armée des tireurs de » pousse-pousse » ou rickshaws, dont le progrès des transports en commun n’avait pas encore menacé la prépondérance dans la plupart des grandes villes. Une liste incomplète en mentionne 55 000 pour Pékin, 50 000 pour Changhai, 8 000 pour Canton, etc.115.

64Au total, pour ces différentes catégories de coolies, il ne peut s’agir que d’évaluer un ordre de grandeur, et le chiffre de 300 000 hommes avancé par Su Shao-zheng en 1927 (cf. ci-dessus, tableau II), semble vraisemblable, sinon même un peu faible. Sur ce total, il est très difficile de fixer la proportion des manœuvres travaillant pour des compagnies étrangères ; on peut peut-être avancer, pour les dockers, la proportion de 75 % correspondant à celle des navires étrangers dans le tonnage total chinois ; presque tous les tireurs de rickshaws, en revanche, travaillaient pour une clientèle chinoise, mais beaucoup d’entre eux étaient administrativement soumis au contrôle des autorités des « concessions », auxquelles ils se heurtaient fréquemment.

  • 116 Cf. CYB, 1921, p. 788.

65e) Transports urbains et services urbains divers. Des compagnies étrangères de tramways existaient dans la plupart des ports ouverts, qu’elles fussent française et anglaise à Changhai, belge à Tianjin, japonaise à Dairen et Moukden, anglaise à Hongkong116. Dans toutes les grandes villes de la côte et de l’intérieur se trouvaient aussi des compagnies chinoises d’autobus.

  • 117 Le « Public Works Department » de la concession internationale de Changhai employait en avril 1919 (...)

66L’adduction d’eau dans les grandes villes était assurée par des compagnies privées étrangères (comme dans la concession française de Changhai) ou chinoises, et exceptionnellement par les autorités locales, comme c’était le cas pour le Conseil municipal de la Concession internationale de Changhai. Les ouvriers employés dans les divers services urbains (y compris l’évacuation des ordures, les travaux divers, etc.), représentaient environ 4 400 personnes pour la Concession internationale de Changhai117 ; sur quelles bases évaluer leurs effectifs pour l’ensemble de la Chine, et au moins pour l’ensemble des municipalités modernes ?

***

67La récapitulation des résultats obtenus pour les différentes catégories de travailleurs examinées ci-dessus permet d’arriver au total de 1 489 000 personnes. Il faut rappeler encore une fois qu’il ne s’agit là que d’une approximation très sommaire, et cela d’autant plus que pour un certain nombre d’industries légères comme les décortiqueries mécaniques de riz, les brasseries et distilleries, les raffineries de sel, les filatures et tissages de laine, la céramique, la verrerie, la papeterie, les cuirs et peaux, ainsi que pour les centrales électriques, les transports en commun et autres services urbains, on s’est abstenu d’avancer même un chiffre approché ; ces catégories ne figurent donc pas dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU IV : Effectifs ouvriers chinois vers 1919

TABLEAU IV : Effectifs ouvriers chinois vers 1919
  • 118 La place fait ici défaut pour comparer de façon approfondie les résultats du recensement précédent (...)

68Il s’agit donc de plus d’un million et demi de travailleurs industriels118, et près de la moitié d’entre eux étaient employés dans les entreprises étrangères établies en Chine. La proportion de ces derniers est de 44 % si l’on ne tient compte que des catégories incluses dans le tableau ci- dessus ; elle est sans doute un peu plus faible dans la réalité, car dans les industries légères et services urbains qu’on n’a pas fait figurer dans ce tableau faute de données numériques suffisantes (décortiquage de riz, verreries, transports urbains etc.), le capital chinois était largement majoritaire. On reviendra sur l’importance, dans le mouvement ouvrier chinois, de ce groupe des salariés des firmes étrangères, dont le poids propre est encore accru par le fait que ces dernières étaient les plus concentrées géographiquement et techniquement, et dominaient dans l’industrie lourde. Si on ne tient pas compte de la nationalité du capital, ce prolétariat chinois pris dans son ensemble se caractérise d’autre part par la prédominance des travailleurs de l’industrie légère et des transports ; ils représentent 78 % du total d’après le tableau précédent et davantage dans la réalité, puisque les industries et services omis dans ce tableau appartiennent presque tous à cette catégorie. Ce fait aura lui aussi une influence considérable sur les destinées du mouvement ouvrier chinois.

  • 119 Nous invitons le lecteur à se reporter à l’appendice cartographique placé à la fin du volume ; ses (...)
  • 120 Ces pourcentages ne sont que très approximatifs, puisqu’ils ont été calculés presque tous d’après l (...)

69Du point de vue géographique119, ce prolétariat chinois est groupé en six régions bien délimitées : la zone de Changhai et l’estuaire du Yangzi, Hongkong, Canton et son arrière-pays, l’axe central des provinces du Hubei et du Hunan, la dépression centrale du Shandong, la marge nord-orientale du Zhili, le Sud de la plaine du Nord-Est. Dans ces six zones se trouvaient concentrés 100 % des broches étrangères de coton et 95 % des broches chinoises, 100 % des filatures de soie étrangères et 98 % des filatures chinoises modernes, 100 % des minoteries étrangères et 75 % des minoteries chinoises, 100 % des huileries étrangères et la très grande majorité des huileries chinoises, 75 % des usines d’albumine, 100 % des manufactures de tabac, 90 % des usines étrangères d’allumettes et 50 % des usines chinoises, 100 % des hauts fourneaux, 93 % des chantiers navals étrangers et 90 % des chantiers chinois, 100 % des cimenteries, 97 % des briqueteries modernes étrangères et 83 % des briqueteries chinoises, 100 % des ateliers de mise en balle de la laine et du coton, 84 % des mines de charbon étrangères (mais seulement 16 % des mines chinoises), 100 % des mines étrangères de minerais métalliques et 70 % des mines chinoises120. Le degré de concentration géographique des entreprises étrangères est donc plus poussé encore que celui des entreprises chinoises à l’intérieur de ces six foyers de population ouvrière, dont il est utile de récapituler la composition. De ces régions industrielles, celle de Changhai et du Bas-Yangzi est certainement la plus importante par ses effectifs ouvriers comme par sa situation générale. Les activités du prolétariat changhaien sont déterminées par les deux fonctions fondamentales de la ville : grand commerce et industrie légère. Aux dockers et portefaix, aux marins et bateliers, aux ouvriers des chantiers navals, au personnel des entrepôts et des ateliers de mise en balle des peaux et du coton, se sont progressivement ajoutés les ouvriers des cotonnières, des filatures de soie, des minoteries et huileries, des manufactures d’allumettes et de tabac. Changhai enfin, comme principal centre intellectuel de la Chine, abrite en même temps un grand nombre d’imprimeries chinoises et étrangères, depuis les vastes établissements des Presses commerciales jusqu’aux petits ateliers de toute sorte.

  • 121 Sur le développement de Changhai et la différenciation des quartiers industriel », cf. surtout Rh. (...)

70La présence massive du prolétariat industriel à Changhai s’inscrit dans le dessin même de la ville121. Celle-ci, avant l’arrivée des étrangers, n’était qu’une agglomération d’importance très moyenne, dont subsistait en 1919 le « Quartier du Sud » (Nanshi) et ses rues traditionnelles enfermées dans une désuète muraille crénelée. Les grandes entreprises modernes s’étaient surtout développées autour de deux axes principaux, les deux rives du Huangpu et la « crique » de Suzhou. Le long du fleuve, en venant de la mer, on rencontrait d’abord les cotonnières, les docks, les entrepôts de Yangshupu (Yangtzepoo), sur le territoire de la Concession internationale ; c’est dans ce quartier que se trouvait aussi la principale centrale électrique de la ville, qui éclairait et fournissait en force motrice non seulement la concession mais bon nombre d’entreprises situées en territoire chinois. Sur la même rive, au-delà du « Bund » et de ses majestueux bâtiments d’affaires, quelques entreprises réapparaissaient au Sud, en particulier les docks et chantiers de construction navale du Jiangnan. De l’autre côté du Huangpu, la grosse agglomération industrielle de Pudong, avec ses cotonnières et ses manufactures de tabac, dont celle de la B.A.T., se reliait sans solution de continuité, en amont comme en aval, aux wharfs et aux godowns privés appartenant à tout ce qui portait un nom dans le monde des affaires d’Extrême-Orient : Mitsui, Jardine & Matheson, Standard Oil, K.M.A., Chinese Steam Merchant Navigation Co, etc.

71La crique de Suzhou, bourbeuse et maintenant de moins en moins navigable, avait pourtant elle aussi attiré depuis le début du xxe siècle de nombreuses usines modernes, aussi bien sur sa rive Sud, c’est-à-dire en territoire international, que sur sa rive Nord, en territoire chinois : cotonnières et filatures de soie de Hongkou, filatures de soie et imprimerie de Zhabei (où se trouvait aussi la principale gare, celle du Nord), cotonnières, entreprises de bonneteries, minoteries, huileries de Xiaoshadu et de Caojiadu.

  • 122 XQN, mai 1920.
  • 123 Wuxi en 1920 avait 14 filatures de soie modernes, 11 rizeries mécaniques, 5 minoteries modernes, 3 (...)
  • 124 Zhenjiang en 1921 (CWR, 4 juin 1921) avait une minoterie, une fabrique d’allumettes, une filature d (...)
  • 125 Il s’y trouvait en 1921 (RT, 1921, Shanghai, p. 43) 8 usines (cotonnières, minoteries, huileries) e (...)

72Au total, Changhai occupait certainement plusieurs centaines de milliers d’ouvriers et d’ouvrières de la grande industrie et des transports modernes, peut-être 300 000 si l’on accepte l’estimation de 1920122. Il faut y ajouter les quelques dizaines de milliers de travailleurs des foyers industriels secondaires du Bas-Yangzi, où depuis la fin du xixe siècle l’impulsion et l’exemple de Changhai avaient suscité la création de nombreuses usines et manufactures. Les cotonnières et les filatures de soie à vapeur, les huileries et les minoteries modernes avaient rénové les vieux centres urbains et artisanaux qu’étaient Wuxi123, Zhenjiang124, Suzhou et avaient également gagné les cités de la rive Nord, Nantong125, Chongming, Haimen.

73Le développement industriel de Hongkong, ainsi que de Canton et de son arrière pays, s’ordonnait d’une part autour de leur activité commerciale, de l’autre autour de la sériciculture cantonaise. On a déjà souligné l’importance des filatures et tissages de la soie à Canton et dans les districts voisins tels que Shunde (« Shunteh »), Foshan (« Fatchan »), Jiangmen (« Kongmoon »), Nanhai (« Namhoi »), etc. Mais les autres entreprises industrielles proprement dites étaient rares à Canton, mis à part la centrale électrique, l’arsenal, la cimenterie provinciale et les dépôts des voies ferrées de la région ; les petits ateliers et manufactures prédominaient, par exemple ceux de la petite mécanique dans l’île de Henan.

74Hongkong de son côté, principal entrepôt britannique en Extrême- Orient, abritait les vastes chantiers de réparations de Butterfield & Swire (docks « Taikoo »), de W.S. Bailey & Co, etc. La concentration urbaine et l’abondance du capital marchand britannique et chinois y avaient également attiré des imprimeries, des fabriques d’allumettes, les manufactures de tabac de la compagnie Nan-yang et une importante cimenterie de la Compagnie « Green Island », située dans le faubourg de terre-ferme de Jiulong (cette compagnie exploitait une autre usine de ciment à Macao).

  • 126 Deng Zhong-xia, 1926-nian-zhi Guang-zhou gong-chao (La vague ouvrière à Canton en 1926), pp. 55-56  (...)

75Ce second noyau de population ouvrière, malgré son ancienneté plus grande, est sans doute numériquement inférieur à celui de Changhai et de sa région. Un syndicaliste, en 1926, évalue à 55 000 à peine les effectifs des travailleurs cantonais de l’industrie capitaliste, même en comptant ceux des manufactures semi-modernes126. Il faut y ajouter les ouvriers des filatures de soie de la région, ceux des entreprises modernes de Hongkong, et aussi, en dépit de leur mobilité, la plus grande partie des gens de mer, tant en raison de leurs origines cantonaises que parce que Hongkong était leur principal port d’attache. L’ensemble ne devait sans doute pas dépasser 200 000 personnes.

  • 127 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 38.

76Le foyer industriel du Hubei et du Hunan se confondait pratiquement avec la zone d’activité de la compagnie de « Han-ye-ping », vaste combinat industriel qui exploitait à la fois les houillères de Pingxiang, les mines de fer de Daye et les aciéries de Hanyang. Le charbon de Pingxiang venait par rail jusqu’à Wuchang, puis était transbordé de l’autre côté du Yangtsé ; la fonte et le minerai de Daye, que reliait au fleuve une courte voie ferrée, remontaient ensuite celui-ci par péniches. L’ensemble occupait, estime Deng Zhong-xia qui y fonda le premier grand syndicat d’industrie de l’histoire ouvrière chinoise127, près de 100 000 mineurs, métallurgistes, marins, dockers, portefaix.

  • 128 Pour la Chine centrale, de même que pour le Shandong, le Zhili et le Nord- Est, on ne dispose d’auc (...)

77Dans cette région du Hubei et du Hunan, l’importance des industries de base était aussi soulignée par la présence des mines de plomb et d’antimoine de Xinhua et de Shuikoushan, de la cimenterie de Daye, de l’arsenal d’Etat de Wuchang, des ateliers de chemin de fer de Xinhe et de Xujiapeng sur la branche Nord du Canton-Hankou et de Jiang’an à l’extrémité Sud du « Jing-han ». L’industrie légère, liée aux productions agricoles de la région, était représentée à Wuhan et à Changsha par des cotonnières chinoises et japonaises, des huileries, des minoteries, des manufactures de tabac (dont une importante succursale de la B.A.T.) et des ateliers britanniques de mise en balle du coton128.

78Ancienne zone d’influence allemande passée sous contrôle japonais, le Shandong reflétait dans son développement industriel cette prépondérance des activités étrangères et Jinan, la vieille capitale provinciale, avait été également entraînée dans ce mouvement. C’était la voie ferrée du Jiao-ji qui constituait l’axe central de cette quatrième zone industrielle ; cotonnière, minoteries, huileries, briqueteries, cimenteries, usines de produits chimiques et d’allumettes de Qingdao (pour la plupart japonaises) et de son faubourg ouvrier de Sifang, mines de Boshan, Zichuan, Fangzi, Jinlingzhen, minoteries, usines d’albumine, manufactures de tabac, ateliers de chemins de fer de Jinan, arsenal d’Etat de Dexian.

  • 129 Plus de 10 000 ouvriers y étaient recensés en 1926 dans les entreprises modernes (CEJ, oct. 1927, T (...)

79Le Zhili était loin de pouvoir se réclamer d’aussi anciennes traditions manufacturières que le Hunan, le Jiangsu ou le Guangdong ; l’industrialisation de sa marge nord-orientale était presque exclusivement le fait de l’ouverture aux intérêts étrangers du port de Tianjin et des mines de charbon de la région de Tangshan. A Tianjin, étaient concentrées un grand nombre d’entreprises chinoises, japonaises et britanniques : cotonnières, minoteries, huileries, ateliers de conserves d’œufs, manufactures de tabac, chantiers de construction navale, ateliers de mise en balle de la laine, ateliers de tapis. Il s’y ajoutait les nombreuses imprimeries chinoises et étrangères de Pékin et de Tianjin, les usines de sel et de soude de Tanggu, tandisqu’à Tangshan, centre administratif de la K.M.A., se trouvaient également le principal atelier du Jing-feng, une cimenterie, des poteries et huileries129.

  • 130 Cf. W. Young, Chinese labor migration to Manchuria (CEJ, juillet 1927).
  • 131 Cf. North Manchuria and the C.E.R. (rapport publié en 1922 par la compagnie). Cf. aussi Report on p (...)
  • 132 Il est très difficile, à défaut d’avoir pu consulter les sources locales en langue russe, de connaî (...)

80Dans le Nord-Est, sixième zone de concentration de la classe ouvrière chinoise, la solution de continuité était plus totale encore avec les traditions industrielles de l’ancienne Chine. Cette région, foyer de la dynastie mandchoue, ouverte depuis vingt années à peine à l’imigration chinoise130, s’était presque exclusivement développée autour des deux grandes voies ferrées du « Chemin de fer de l’Est chinois » (C.E.R.) et du Sud-mand-chourien (S.M.R.)131, et le capital étranger, russe au Nord et japonais au Sud, y occupait des positions prédominantes132. Ne faisait exception que le port de Niuzhuang (Yingkou), ouvert dès 1860 au commerce étranger, et où le capital marchand chinois avait dès avant 1914 créé des filatures de soie ou des huileries qui soutenaient d’ailleurs de plus en plus mal la concurrence avec les entreprises japonaises rivales établies à Dairen et à Andong. Dans tout le Sud de la Mandchourie, mise à part l’usine de Moukden de la B.A.T. les firmes japonaises occupaient des positions de premier plan : huileries, usines d’allumettes, briqueteries de Moukden et de Dairen, mines de Fushun, Benxihu, Anshan, chantiers navals de Dairen, hauts-fourneaux de Anshan et Benxihu.

81La très grosse majorité du prolétariat industriel chinois était donc concentré dans ces six zones. Ne restaient en dehors de celles-ci que les ouvriers des filatures de coton et de soie et les tisserands du Zhejiang, ceux des filatures de soie et des imprimeries du Sichuan, ceux des minoteries dispersées dans un grand nombre de villes moyennes du Yangzi et de la Grande Plaine, ceux des conserveries et de l’arsenal de Fuzhou, ceux des petites usines d’allumettes dispersées dans plusieurs centres urbains de Chine centrale, et les mineurs d’un certain nombre de houillères modernes du Zhili, du Henan, du Shandong et du Jiangsu ; l’ensemble ne dépassait sans doute guère 50 000 à 750 00 personnes. La polarisation de la classe ouvrière chinoise en quelques gros centres fortement concentrés, mais éloignés les uns des autres et ne communiquant que difficilement entre eux, est ainsi soulignée à nouveau.

  • 133 Sur la population de la Chine en 1919, cf. ci-dessus, p. 31.
  • 134 CYB, 1921, p. 21.

82Ces noyaux de population ouvrière, à l’échelle de l’immense Chine, ne représentaient sans doute qu’une fraction bien faible de la population chinoise, même pas 0,5 %133. Mais si on considère cette classe ouvrière sous l’angle de la concentration régionale et non plus sous l’angle national, son poids démographique propre apparaît comme beaucoup moins négligeable. Il n’est certes pas possible, faute de données précises, de calculer exactement pour chacune des six grandes régions industrielles le pourcentage de la population ouvrière par rapport à la population totale. A Changhai, si l’on admet l’évaluation de Xin Qing-nian (300 000 ouvriers et ouvrières), et celle des Postes chinoises (1 538 000 personnes)134, la classe ouvrière active représenterait à peu près 20 % de la population totale de l’agglomération. L’étude du mouvement ouvrier chinois ne devra jamais perdre de vue ces données de base que sont la faiblesse en absolu des effectifs ouvriers dans l’ensemble du pays, et leur poids propre dans les foyers restreints où ils sont concentrés.

Notes

1 La statistique du Nong-shang-bu (Ministère de l’Agriculture et du Commerce (Annuaire, 1re partie), ne prend en considération que les entreprises de plus de 7 ouvriers, et celles du gouvernement de Nankin, après 1928, celles de plus de 30 ouvriers (Fang Fu-an, Chinese labor, chap. ii). Les enqu tes japonaises du S.M.R. se limitent aux entreprises de plus de cinquante ouvriers (CEB, 22 nov. 1924).

2 Wang Simine, Le travail des femmes et des enfants en Chine, pp. 61, 63, 65, 89.

3 On estimait en 1925 qu’à Jinan 70 000 femmes et enfants travaillaient à domicile, contre 10 000 personnes dans les entreprises modernes et 30 000 dans les anciens ateliers artisanaux (CEB, 22 août 1925).

4 C’est ainsi que dans le xian de Pinghu, au Zhejiang, des ateliers ruraux de fabrication de bas avaient été installés dans les villages à partir de 1910, et occupaient en 1925 jusqu’à 10 000 personnes (Gong Jun, Développement de l’industrie, p. 99) ; les marchands-fabricants distribuaient les machines et la matière première, payaient le travail à la pièce, mais retenaient la location de la machine et un dépôt de garantie ; une machine valant 20 yuans était louée 1 yuan par mois. Ils refusaient de donner du travail aux ouvriers propriétaires de leur machine (Wang Simine, loc. cit., pp. 89-90).
Dans le xian de Gaoyang, près de Tianjin, les marchands de cette ville avaient commencé dès avant la révolution républicaine à louer dans la campagne des métiers à tisser, en fournissant les filés de coton ; ils occupaient vers 192 690 % de la population rurale de la région (Gong Jun, ibid., p. 100).
A Ningbo, vers 1925, une entreprise française employait des milliers de femmes à domicile dans les villages de la région, pour fabriquer des chapeaux sur des modèles demandés par Londres et Paris ; les chapeaux étaient finis dans ces capitales (CWR, 31 juin 1926). A Wuzhou, un marchand cantonais établit en 1922 une usine d’allumettes qui occupe 260 personnes sur place et plus d’un millier de femmes dans la campagne (RT, Wuchow, 1922, p. 15).

5 Annuaire, I, pp. 9 à 141.

6 Ce total tombe à 575 864 en 1916, 555 592 en 1917, 488 605 en 1918, 410 279 en 1919, alors que l’industrie chinoise était en pleine croissance. Ceci souligne bien le caractère de plus en plus incomplet de ces statistiques.

7 Citée dans l’Annuaire, I, p. 15.

8 Citée dans la Revue du Pacifique, septembre 1925 (Le prolétariat industriel en Chine), d’après le bulletin de l’I.S.R. (Internationale Syndicale Rouge) de décembre 1924.

9 Citée par Nym Wales, The Chinese Labor movement, p. 9.

10 MLR, septembre 1923.

11 Cf. ci-dessous, chap. x.

12 Publiée dans le Manchuria and Mongolia Handbook et citée par la CWR (6 juin 1930).

13 Cf. ci-dessous, chap. iii.

14 Cf. D. K. Lieu, The silk reeling industry in Shanghai.

15 Cette brève description n’est en rien l’équivalent d’une étude historique sur le développement de l’industrie moderne en Chine ; elle ne fait au contraire que souligner combien une telle étude fait aujourd’hui défaut. Cf. les esquisses sommaires de Gong Jun et de Zhu Xin-fan (en chinois) ainsi que de H. D. Fong, Franklin Ho, Nagano, K. Mitchell, citées dans la bibliographie de cet ouvrage.

16 Cf. G. C. Allen et A. Donnithorne, Western enterprise in Far Eastern industrial development, p. 166.

17 H. D. Fong, Cotton industry and trade in China, p. 114.

18 Ibid., p. 8 (4 000 000 broches et 29 000 métiers en 1925, 1 800 000 broches et 16 000 métiers en 1919).

19 En 1925, 133 000 personnes environ travaillaient dans les usines chinoises, 60 000 dans les usines japonaises, et 16 500 dans les usines britanniques (Fong, ibid., p. 13). Or en 1919 l’équipement des usines chinoises était inférieur de moitié environ, celui des usines japonaises inférieur des 2/3, celui des usines britanniques identique (Fong, ibid., p. 8).

20 Les chiffres précis de distribution géographique en 1919 n’existent que pour les broches chinoises (Fong, ibid., p. 16) ; 80 % se trouvaient dans le Jiangsu (bouches du Yangzi), 10 % dans le centre (Hankou et Changsha), 5 % dans les ports du Nord (Tianjin et Qingdao), 5 % au Zhejiang (Hangzhou et Ningbo). Au début de 1921 (CEB, 17 juin 1921), environ 60 % des broches japonaises se trouvaient à Changhai, 20 % à Tianjin et 20 % à Qingdao. Toutes les broches britanniques se trouvaient à Changhai (CYB, 1921, p. 762).

21 CYB, 1919, p. 90.

22 CEB, 17 juin 1921.

23 Sur le développement en Chine de l’industrie de la soie, cf. Gong Jun, op. cit., pp. 27 sq., 73 sq., 150 sq. ; Howard et Buswell, Silk industry in South China ; Tsing Tung-chun, La production et le commerce de la soie en Chine ; D. K. Lieu, The silk reeling industry in Changhai.

24 A Wuxi en 1925, 6 000 che occupaient 14 000 personnes (CEJ, oct. 1930, A statistical study of industry and lahor in China). A Changhai en 1927, 22 000 che occupaient 60 000 personnes (Gong Jun, op. cit., p. 159). Mais dans le district de Shunde près de Canton, 55 000 che n’occupaient que 65 000 personnes. (Howard et Buswell, op. cit., p. 25).

25 Gong Jun, op. cit., p. 152.

26 Cette estimation correspond pour le Guangdong à celle de F. Ho et H. D. Fong, Εxtent and effects of industrialization in China, p. 19, qui évaluent aussi à 140 000 environ le nombre des ouvriers de la soie au Guangdong.

27 Le CEJ (juin 1929, Labor conditions in Canton) considère qu’encore à cette date la majorité des filatures de soie de la région de Canton étaient artisanales.

28 Un rapport consulaire britannique mentionne dans cette province, en 1924, 20 000 à 30 000 ouvriers travaillant dans 42 filatures, la plupart modernes (Cmd- 2 442, p. 34).

29 L’enquête japonaise citée ci-dessus p. 53 ne compte en 1924 que 130 000 ouvriers de la soie, mais cette industrie venait alors d’être profondément affectée par une crise (cf. ci-dessous, ch. xiii).

30 Gong Jun (op. cit., pp. 164-167) mentionne dans le Zhejiang quelque 2 000 métiers modernes, à Changhai quelques centaines, de même qu’à Nankin, à Suzhou et à Chengdu. En 1922 se trouvaient à Hangzhou 7 000 ouvriers employés par 10 usines de tissage de soie (CEB, 29 mai 1922).

31 En 1923, un recensement des autorités de la Concession Internationale de Changhai (cité par Kotenev, Shanghai, its municipality and the Chinese, pp. 306-310) donne une liste de 27 filatures étrangères (6 italiennes, 5 françaises, 9 britanniques, 5 américaines) employant 23 000 personnes. De 1919 à 1923 le nombre total des che des filatures de soie n’avait guère varié (D. K. Lieu, Silk industry in Shanghai, p. 5) ; mais on peut néanmoins admettre qu’au moment de la crise de 1922-24 un certain nombre des filatures chinoises étaient passées aux mains des Occidentaux, et donc qu’en 1919 le nombre des ouvriers des filatures étrangères était moins élevé.

32 Sur l’industrie du tapis en Chine, cf. H. D. Fong, The Tientsin carpet industry et C. C. Chu et Th. C. Blaisdell, Peking rugs and Peking boys.

33 Fong (op. cit., p. 7) évalue à 4,2 en moyenne le nombre de personnes travaillant à chaque métier.

34 Chu et Blaisdell, op. cit., p. 22 sq.

35 Cf. CEB, 21 octobre 1921.

36 Cf. Gong Jun, op. cit., pp. 168-176. L’effectif de l’usine de Moukden en 1926 était de 450 personnes (MDN, 13 oct. 1926).

37 Cf. H. D. Fong, Hosiery knitting in Tientsin, qui souligne pour cette ville l’importance du travail à domicile. Cf. aussi ci-dessus, p. 52, note 3.

38 Gong Jun (op. cit., p. 178) donne une liste d’usines de bas, filets, etc., utilisant en 1919 1 735 machines. Wang Simine (Le travail industriel des femmes et des enfants en Chine, p. 82) avance pour Changhai le chiffre de 15 000 ouvrières de bonneterie, d’après une statistique légèrement postérieure de source patronale ; d’après le recensement reproduit par Kotenev (op. cit., p. 306 sq.), un certain nombre d’entre elles travaillaient dans des usines japonaises. De même à Hangzhou, en 1923, 3 ateliers de bonneterie occupaient 500 personnes (CEB, 21 juin 1924) et à Hankou en 1925 existaient 53 ateliers utilisant 1 167 machines (CEB, 16 janv. 1925).

39 Annuaire, I, p. 196. — Cf. aussi CEJ, juin 1928 (Flour mills in China).

40 Cf. CEJ, juillet 1933 (Flour industry in Kiangsu) et aussi Gong Jun, op. cit., p. 183 sq.

41 Cf. CEJ, juin 1928 (op. cit.).

42 A Wuxi en 1925, 30 minoteries emploient 2 000 ouvriers, soit une moyenne de 66 ouvriers par usine (CEB, 19 sept. 1925). A Changhai en 1926, 20 minoteries emploient 3 000 personnes, soit une moyenne de 150 (CEB, 1er avril 1926). A Jinan en 1925, les minoteries emploient en moyenne 80 à 100 ouvriers (CWR, 1er nov. 1925).

43 Chiffre qui concorde avec celui de Nishikawa Kiishi pour 1924 (cf. ci-dessus, p. 56).

44 Cf. CEJ, juin 1928.

45 Cf. H. D. Fong, Grain trade and milling in Tientsin.

46 Cf. Verne Dyson, The oil-mill outlook in China (CWR, 15 oct 1921). Cf. aussi Gong Jun, op. cit., p. 227 sq.

47 y avait 60 huileries japonaises à Dairen en 1919 (Gong Jun, op. cit., p. 230) et 17 huileries japonaises à Qingdao en 1921 (CWR, 2 oct. 1921). Une liste incomplète d’huileries pour 1920 (CYB, 1921, pp. 777-778) cite également 6 huileries japonaises situées dans d’autres villes, et quelques huileries établies par des firmes italiennes, américaines, britanniques.

48 A Qingdao en 1921, 15 des 17 huileries japonaises citées précédemment occupaient 1 650 ouvriers (CWR, 2 oct. 1921). A Wuhan en 1925, on comptait en moyenne 200 ouvriers par usine (CEB, 26 avril 1925).

49 CWK, 15 octobre 1921.

50 Gong Jun, op. cit., p. 146.

51 Les exportations chinoises d’albumine représentaient en valeur 2 700 000 taëls en 1913 (CYB, 1919, p. 178) et 24 000 000 taëls en 1920 (CYB, 1921, p. 1108).

52 CYB, 1921, p. 760.

53 C’était en particulier le cas des ateliers de la firme britannique « International Export Co » à Nankin (CYB, 1921, ibid.). D’autres usines étaient d’importance moyenne, comme par exemple deux usines japonaises de Qingdao qui en 1921 occupaient chacune 200 personnes (FER, mars 1921).

54 En 1927 (CEJ, oct. 1927, A study of sugar industry in China), un recensement des principales usines avançait le chiffre de 3 000 ouvriers environ. Les effectifs devaient être sensiblement les mêmes vers 1919, car la liste de sucreries publiée en 1921 par le CYB (p. 786) est très proche de la précédente.

55 Cf. Lin Sung-hο, Factory workers in Tangku (p. 16).

56 Il y avait 41 décortiqueries modernes à Changhai en 1919 (CEB, 20 mai 1921), et 11 à Wuxi (CWK, 17 juill. 1920). Le CYB nomme en 1921 (pp. 781 et 786) une soixantaine de décortiqueries modernes et six ateliers modernes de thé. Ces indications rendent suspects les chiffres du Nong-shang-bu cités ci-dessus, p. 55, chiffres qui semblent excessifs pour le thé et incomplets pour le riz.

57 CYB, 1921, pp. 761 et 766.

58 Une brasserie de Changhai, par exemple, occupait 50 personnes en 1925 (recensement de Kotenev, op. cit.).

59 Cf. Gong Jun, pp. 222-223. Cf. aussi The record in China of the B.A.T., brochure d’information éditée au lendemain de la Grande Guerre par cette compagnie.

60 Gong Jun, op. cit., p. 222.

61 CYB, 1921, p. 787.

62 The record in China of the B.A.T., p. 10.

63 L’enquête de XQN, dans son numéro spécial de mai 1920 sur les questions du travail, évalue à 20 000 le nombre des ouvriers du tabac à Changhai.

64 Cf. sur l’industrie des allumettes Gong Jun, op. cit., pp. 198-205. Des listes incomplètes d’usines sont publiées dans le CYB de 1921, pp. 776-777 (61 usines dont 10 japonaises) et dans le CEJ de juillet 1928, Match factories in China (63 usines en 1919).

65 Voici quelques exemples d’entreprises dont les effectifs exacts sont connus pour cette période : à Changhai, 4 usines d’allumettes emploient ensemble 2 900 personnes (Gong Jun, op. cit., p. 204) et une autre usine 2 400 personnes (dossier Henry, Changhai). A Hangzhou en 1925, une usine emploie 1 000 ouvriers (CEB, 17 avril 1926), de même qu’une usine de la même année (RT, Suchow, 1926, p. 2). A Jinan en 1925, deux usines emploient ensemble 1 500 ouvriers (CWR, 1er nov. 1925), etc.

66 Liste incomplète de 23 verreries et fabriques de céramique dans le CYB de 1921 (pp. 773-774). Le CYB de 1912 (p. 69) n’en comptait que 5. Ces usines n’avaient que des effectifs moyens : 320 personnes pour 7 verreries à Tianjin en 1925 (Annuaire, I, p. 190), 200 à 250 personnes par usine pour 4 verreries « assez importantes » de Changhai en 1926 (CEB, 12 juin 1926).

67 Liste incomplète d’usines dans le CYB de 1921 (p. 785).

68 400 personnes pour une usine à Changhai en 1925 (Kotenev, op. cit., p. 306), 200 personnes pour une usine à Tianjin (CEM, oct. 1926, Wages in Tientsin industries), 140 personnes pour quatre ateliers à Hangzhou en 1923 (CEB, 21 juin 1924).

69 CYB, 1921, pp. 775 et 779.

70 En 1925 au Zhejiang, une papeterie occupait 300 ouvriers (CEB, 12 sept. 1925). Quatre autres à Changhai en 1928 employaient chacune environ 170 personnes (CEJ, juin 1928, Paper manufacturing in China).

71 En 1925, les effectifs d’Anshan étaient de 6 000 personnes et ceux de Benxihu étaient de 3 000 personnes (CEJ, juin 1930, Mining labor in China). Or en 1919 la production de Benxihu était sensiblement la même et celle d’Anshan trois fois plus faible (CEJ, janv. 1928, Iron and steel industry in China), soit 2 000 ouvriers pour Anshan.

72 20 000 personnes travaillaient aux hauts fourneaux de Han-ye-ping en 1916 (CEJ, juin 1930, op. cit.), et en 1914 le personnel des Forges du Yangzi se montait à 3 000 personnes (Matériaux sur l’industrie moderne, II, p. 1187). La production de fer de ces deux centres n’avait guère augmenté en 1919 (CEJ, janv. 1928, op. cit.).

73 Annuaire, I, p. 188 (pour l’année 1926).

74 Ibid., I, p. 188 (pour 1926).

75 Ibid., I, p. 186 (pour 1924).

76 Cf. Lowe Chuan-hua, Facing labor issues in China, p. 58.

77 L’arsenal de Fuzhou, celui du Jiangnan, celui de Hanyang, avaient été fondés dans les années 1870-1890 par les vice-rois Zuo Zung-tang, Li Hong-zhang, Zhang Zhi-dong dans le cadre de la politique de Zi-qiang ou « auto-renforcement » (Teng Sse- et J. K. Fairbank, China’s response to the West, pp. 79 et iii).

78 Une liste officielle (Annuaire, I, p. 196) recense 5 000 ouvriers pour l’année 1924 dans les arsenaux de l’armée de terre et 3 000 dans ceux de la marine. Mais ces chiffres sont certainement beaucoup trop faibles ; c’est ainsi que sur cette liste ne figurent pas les arsenaux de Jinan, Kaifeng, Taiyuan, Changsha, qui en 1922 occupaient 2 000 ouvriers environ (CYB, 1923, pp. 592-594), ni celui de Canton qui en 1922 en occupait 800 (XD, 15 oct. 1921). Cette liste donne pour l’arsenal de Hanyang 2 335 ouvriers, alors que le CYB de 1923 (loc. cit.) en indique 5 000. Enfin la liste de l’Annuaire ne mentionne pas les arsenaux de Moukden, Baoding, Xi’an, Nankin, Chengdu, Kun- ming, qui devaient occuper environ 3 000 personnes si on compare leur production à celle des arsenaux précédents. L’ensemble des arsenaux de l’armée et de la marine représenterait donc environ 15 000 ouvriers. Il faut y ajouter (Annuaire, I, p. 188), les 5 500 ouvriers des deux chantiers chinois de construction navale de Changhai.

79 Liste de trois chantiers japonais et onze chantiers britanniques dans le CYB de 1921 (p. 767). Deux chantiers britanniques de Changhai employaient en 1920 2 500 ouvriers (enquête de XQN, mai 1920), et les docks de Butterfield and Swire à Hongkong avaient, en 1924, 4 000 ouvriers (dossier Henry).

80 Gong Jun, op. cit., p. 218 sq.

81 La cimenterie de Tangshan occupait 2 000 ouvriers (Yeh Kung-cho, Industrial tour around Manchuria, p. 77) et celle de Canton 350 ouvriers (CWK, 20 mai 1922, The cement industry in China). Or d’après cette dernière étude, ces deux usines produisaient respectivement 3 000 et 550 barils par jour, tandis que les autres cimenteries en produisaient environ 4 000 au total et auraient donc employé environ 3 000 personnes.

82 Liste nominative dans le CYB, 1921, p. 768 sq.

83 La centrale de la Concession internationale de Changhai employait en 1920 2 312 personnes (SMCK, 1921, p. 20). Celle de Moukden, soit une parmi celles de la zone du S.M.R., en employait 400 (CEJ, mars 1928, Industrial works in Mukden).

84 China, a commercial and industrial Handbook, p. 420.

85 CSPSR, avril 1930 (Hopei pottery industry).

86 Cf. liste de 44 briqueteries modernes dans le CYB de 1921 (p. 762), dont 21 japonaises, et 8 françaises, anglaises, etc.

87 Une briqueterie japonaise de Niuzhuang employait 350 personnes (Yeh Kung-cho, op. cit., p. 79). 8 briqueteries japonaises de Qingdao en 1921 employaient chacune environ 150 personnes (FER, mars 1921). 5 briqueteries de Moukden employaient en 1926 1 000 personnes en tout (MDN, 17 juin 1926).

88 Liste de 18 usines dans le CYB de 1921, p. 763 (dont 10 usines japonaises).

89 Liste de 36 imprimeries japonaises et occidentales dans le CYB de 1921, p. 779.

90 Les Presses commerciales (Shang-wu yin-shu-guan) avaient en 1921, d’après le Ministère de l’Agriculture et du Commerce, un capital de 2 000 000 yuans, et les Éditions de Chine (Zhong-hua shu-ju) un capital de 1 000 000 yuans, alors que celui des autres imprimeries de Changhai et des presses de province se limitait à quelques dizaines de milliers de yuans (FER, oct. 1921).

91 Les Presses Commerciales occupaient 5 000 personnes vers 1925 (L’Estrange Malone, New China, 2e partie, p. 7), et en 1924 l’imprimerie d’État de Pékin en employait 1 700 (Annuaire, I, p. 196). D’après le recensement de la Concession internationale cité en 1925 par Kotenev (op. cit., p. 306), une imprimerie japonaise de Changhai employait 150 personnes, et une imprimerie britannique 360 personnes.

92 Liste de 12 ateliers principaux, dont 11 britanniques et un japonais, dans le CYB, 1921, p. 788.

93 En 1925 les 4 ateliers de Hankou occupaient 9 000 ouvriers (CEB, 9 janv. 1925).

94 Annuaire, I, p. 196.

95 CEB, 22 novembre 1924.

96 Cf. Ellsworth Carlson, The Kaiping Mines ; W. Collins, Mineral enterprise in China.

97 CYB, 1923, pp. 115 sq.

98 On connaît aussi vers 1920 les effectifs d’un septième groupe de houillères, celles de la K.M.A., mais avec beaucoup plus d’incertitude. En effet le chiffre de 50 000 personnes donné par Deng Zhong-xia (Abrégé..., p. 79) au moment de la grève de 1922 correspond à peu près (1 100 personnes pour 100 000 t) aux effectifs des six autres mines connues ; mais celui de 25 000 personnes en 1920 (CEB, 7 janv. 1922) est beaucoup trop faible, puisqu’il correspond à une productivité de 100 000 t pour 570 personnes). Deng Zhong-xia, témoin direct, est davantage digne de foi, et le second chiffre ne représente peut-être que les mineurs embauchés directement par la K.M.A., à l’exclusion de ceux qui étaient recrutés par bao-gong.

99 Torgasheff, Mining labor in China (CEJ, juin 1930) évalue en 1925 le nombre des mineurs de fer d’Anshan et de Benxihu à 2 350 et ceux de Daye à 2 500. En 1919, la production de Daye était supérieure de 33 % à celle de 1925, celle des deux mines du Fengtian était sensiblement la même (CEJ, janv. 1928, Iron and steel industry in China).

100 Leur production (340 000 t) était nettement inférieure en 1919 à celle d’Anshan, Benxihu et Daye (1 000 000 t au total) (CEJ, janv. 1928, ibid.) ; mais leur technique inférieure occupait proportionnellement plus de main-d’œuvre.

101 Annuaire, I, p. 206.

102 Torgasheff (op. cit.) évalue à 120 000 le nombre des mineurs des mines métalliques archaïques, et à 650 000 celui des mineurs des petites mines de charbon.

103 Ministry of Communications, Statistics of government railways (volume annuel), Rubrique XL : « Employées ». Les effectifs des lignes étrangères ne figurent que dans le rapport de 1922, mais ils étaient vraisemblablement les mêmes en 1919 puisque la longueur de ces lignes ne s’était pas modifiée.

104 La région était alors occupée par les troupes alliées engagées dans « l’intervention » contre l’Union soviétique.

105 Deng Zhong-xia, qui avait personnellement travaillé à l’organisation de syndicats dans ces ateliers, remarque que les chiffres fournis par les statistiques officielles sont très inférieurs à ceux que lui fournissait sa propre expérience : l’atelier de Changxindian aurait employé 3 000 ouvriers et non 700 comme l’indiquait le Jiao- tong-bu, celui de Tangshan, 2 000 et non 370, etc. (Deng Zhong-xia, Wo-men- de li-liang (Nos forces), article écrit en 1924 et réimprimé dans les Matériaux sur le mouvement ouvrier, p. 4).

106 L’isolement des mineurs, signalé précédemment, était ainsi partiellement atténué, et la coopération entre mineurs et cheminots s’organisera pendant les grandes poussées de grèves en 1922, 1925, 1927.

107 Ministry of Communications, Report on the working of the Chinese Post Office, Changhai, annuel.

108 Cf. tableau II, ci-dessus, p. 56.

109 Dans l’article Wo-men-de li-liang (Nos forces), cité p. 74.

110 Ce tonnage était en 1920 de 104 000 000 t, dont 27 000 000 pour les vaisseaux chinois (CYB, 1921, p. 1030). En 1924, il était monté à 141 000 000 t (CYB, 1926, p. 822).

111 Annuaire, I, pp. 625-626.

112 XQN, mai 1920.

113 D’après XD, 4 juin 1924, il y avait en 1924 à Dairen 40 000 dockers alors que l’Annuaire en indique 12 500 pour 1925.

114 Entretien avec le vieux docker de Changhai Zhong Sheng-fu. Cf. aussi ΕΕ, 24 février 1927 (étude sur les différentes catégories de portefaix sur les routes du Sud-Ouest).

115 Annuaire, I, p. 614 (cette source indique pour Changhai 500 000 rickshaws, ce qui est évidemment une faute d’impression).

116 Cf. CYB, 1921, p. 788.

117 Le « Public Works Department » de la concession internationale de Changhai employait en avril 1919 (mois d’embauche la plus importante) 5 26 artisans, 238 contremaîtres, 3 456 manœuvres et 159 balayeurs (SMCR, 1919, p. 168).

118 La place fait ici défaut pour comparer de façon approfondie les résultats du recensement précédent et les chiffres fournis d’une part par le Nong-shang-bu, de l’autre par les estimations réunies au tableau II. Les données du Nong-shang-bu semblent assez sûres, mais mal utilisables du fait qu’elles excluent les entreprises étrangères et incluent des entreprises artisanales chinoises. Les évaluations de Nishikawa Kiishi et de Su Zhao-zheng se trouvent elles aussi confirmées dans la plupart des cas, mais parfois aussi semblent très exagérées (métallurgie, électricité, tabac, etc.).

119 Nous invitons le lecteur à se reporter à l’appendice cartographique placé à la fin du volume ; ses deux séries de cartes sont consacrées à la distribution géographique de chaque grande industrie, et à l’activité industrielle de chaque grande région économique.

120 Ces pourcentages ne sont que très approximatifs, puisqu’ils ont été calculés presque tous d’après les listes d’usines (elles-mêmes incomplètes) du CYB sans pouvoir tenir compte de l’importance relative de ces usines. Seuls les pourcentages relatifs au coton, à la soie, aux hauts fourneaux, au ciment, aux mines, ont été établis en fonction de la production ou de la capacité de production.

121 Sur le développement de Changhai et la différenciation des quartiers industriel », cf. surtout Rh. Murphey, Shanghai, key to modem China (importante bibliographie chinoise et anglo-saxonne). Cf. aussi notre carte en hors-texte, pp. 72-73.

122 XQN, mai 1920.

123 Wuxi en 1920 avait 14 filatures de soie modernes, 11 rizeries mécaniques, 5 minoteries modernes, 3 cotonnières, 2 huileries, une brasserie, une centrale électrique, qui employaient plus de 30 000 ouvriers (CWR, 17 juill. 1920 et 4 sept. 1920).

124 Zhenjiang en 1921 (CWR, 4 juin 1921) avait une minoterie, une fabrique d’allumettes, une filature de soie, 5 savonneries, 2 grandes huileries, etc.

125 Il s’y trouvait en 1921 (RT, 1921, Shanghai, p. 43) 8 usines (cotonnières, minoteries, huileries) et le prix du mou de terrain y était passé de 100 yuans en 1910 à 1 000 taëls en 1921.

126 Deng Zhong-xia, 1926-nian-zhi Guang-zhou gong-chao (La vague ouvrière à Canton en 1926), pp. 55-56 : 17 000 travailleurs de l’industrie, 25 000 travailleurs des manufactures, 13 000 dockers.

127 Deng Zhong-xia, Abrégé..., p. 38.

128 Pour la Chine centrale, de même que pour le Shandong, le Zhili et le Nord- Est, on ne dispose d’aucune estimation contemporaine des effectifs ouvriers, même approximative. Nous n’avons pas cherché à y suppléer en redistribuant par régions les chiffres déjà très peu sûrs qui ont été établis ci-dessus pour chaque catégorie industrielle. Il suffira d’indiquer que le Nord-Est venait sans doute en tête, suivi dans l’ordre par le Hubei-Hunan, le Zhili, le Shandong.

129 Plus de 10 000 ouvriers y étaient recensés en 1926 dans les entreprises modernes (CEJ, oct. 1927, Tangshan, an industrial town).

130 Cf. W. Young, Chinese labor migration to Manchuria (CEJ, juillet 1927).

131 Cf. North Manchuria and the C.E.R. (rapport publié en 1922 par la compagnie). Cf. aussi Report on progress in Manchuria 1907-1928, publié à Dairen en 1929 par le S.M.R.

132 Il est très difficile, à défaut d’avoir pu consulter les sources locales en langue russe, de connaître le sort des nombreuses huileries, minoteries, distilleries, etc., signalées à Harbin et dans les autres centres de Mandchourie du Nord avant 1914 par les volumes du CYB. Sans doute certaines étaient-elles restées sous le contrôle d’éléments russes blancs, tandis que d’autres étaient passées en des mains chinoises.

133 Sur la population de la Chine en 1919, cf. ci-dessus, p. 31.

134 CYB, 1921, p. 21.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. — Effectifs ouvriers des usines chinoises en 1915 et éventuellement pendant la meilleure année entre 1915 et 1920. (chiffres du Nong-shang-bu).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Note (1)6
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre TABLEAU II : Évaluations diverses des effectifs ouvriers chinois vers 1923-27.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre TABLEAU III : Effectifs des mines modernes de charbon vers 1920.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende CARTE POLITIQUE ET SOCIALE DE CHANGHAI EN 1919-1927(d’après la carte annexée au Feetham Report).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre TABLEAU IV : Effectifs ouvriers chinois vers 1919
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 422k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site