Version classiqueVersion mobile

Dossier : Soigner par les lettres

Dossier : Soigner par les lettres : la bibliothérapie des Anciens

Annexe

Édition et traduction des chapitres sur l’anaphonèse : Oribase, Collections médicales, VI, 8-10

Antyllus, « On anaphônêsis », Edition and Translation of Three Chapters of Oribasius

Antoine Pietrobelli

Résumé

En annexe des six articles constituant ce dossier thématique, on trouve l’édition et la traduction de trois chapitres sur l’anaphonèse tirés du livre VI des Collections médicales d’Oribase (VI, 8 ; VI, 9 ; VI, 10) et attribués au médecin Antylle. L’édition du texte grec se fonde sur celle de Joannes Raeder (Corpus Medicorum Graecorum, Berlin-Leipzig, 1938), avec quelques corrections. Une nouvelle traduction française accompagne cet état du texte grec corrigé.

Texte intégral

1Ces trois chapitres des Collections médicales d’Oribase ont été édités et traduits en français par Charles Daremberg et Ulco Cats Bussemaker en 1851. Une nouvelle édition du texte grec, sans traduction, fut publiée par Joannes Raeder en 1928 dans le Corpus Medicorum Graecorum. Je présente ici une nouvelle édition critique, qui prend en compte les corrections textuelles proposée par Hermann Schöne dans un article de 1930, ainsi qu’une nouvelle traduction française de ce texte grec restauré. Pour que le lecteur puisse se repérer aisément, j'ai ajouté un découpage en paragraphes des chapitres 8 et 9 qui n’étaient pas dans l’édition de Raeder.

2Dg : Charles Daremberg, Ulco Cats Bussemaker, Œuvres d’Oribase, t. 1, Paris, 1851, p. 448-464.
Raeder : Joannes Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig et Berlin, 1928, p. 159, l. 3-164, l. 14
Schoene : Hermann Schöne, « Περὶ ὑγιεινῆς ἀναφωνήσεως bei Oribasius Coll. Med. VI 10 », Hermes 65, 1930, p. 92-105.

VI, 8

Περὶ ἀναφωνήσεως, τοῦ αὐτοῦ, ἐκ τοῦ δ΄ λόγου.

31. Γυμνάσιον μέν ἐστι θώρακος καὶ τῶν φωνητικῶν ὀργάνων ἀναφώνησις, καὶ πρό γε τούτων τῆς φυσικῆς θερμασίας, τὴν μὲν θερμασίαν αὔξουσα καὶ καθαίρουσα καὶ τονοῦσα καὶ λεπτύνουσα, τὰ δὲ τοῦ σώματος μέρη στερρὰ καὶ εὔτονα καὶ καθαρὰ καὶ δυσπαθῆ κατασκευάζουσα. 2. Χρώμεθα δ’ ἀναφωνήσει ποτὲ μὲν ὑπὲρ πάθους θεραπείας, ἤτοι φωνῆς κεκμηκυίας ἢ καὶ παντὸς τοῦ σώματος, ποτὲ δ’ ὑπὲρ διορθώσεως φωνῆς πεπονθυίας κατὰ πάθος ἢ ἐκ φύσεως. 3. Ἁρμόζει δὲ στομαχικοῖς ἐμέτοις, ὀξυρεγμιῶσι, φιλαπέπτοις, τοῖς πολυφλεγμάτοις δὲ κατάλληλος καὶ γυναιξὶ ταῖς ἐν κίσσῃ· 4. τοῖς δὲ περὶ κεφαλὴν πάθεσιν ἀνάρμοστος, συμπληρωτικόν τι ἔχουσα καὶ αὐτῆς καὶ τῶν ἐν αὐτῇ αἰσθητηρίων. 5. Ἁρμόζει καὶ ἀνορέκτοις καὶ ἀτρόφοις, μάλιστα δὲ παρέτοις καὶ ὑδρωπικοῖς καὶ ἀσθματικοῖς, ἀναλήψεσί τε ταῖς ἀπὸ νόσων καταλληλοτάτη. 6. Ἐπειδὴ δὲ καὶ φωνὴ κάμνει ποτὲ μὲν διὰ πολλὴν λαλιὰν καὶ ἄμετρον, ποτὲ δὲ διὰ βοῆς μέγεθος, ποτὲ δὲ δι’ ὀξύτητα καὶ συντονίαν, κάμνει δὲ καὶ διὰ σιωπήν, οἷον ἐπιλανθανομένη τῶν ἰδίων ἔργων, χρήσιμος ἐπὶ πᾶσι τοῖς εἰρημένοις ὁ τῆς ἀναφωνήσεως τρόπος, τὸ μὲν πλῆθος τῆς λαλιᾶς ἐπιδιαλύων, τὴν δ’ ἐκ τοῦ μεγέθους τῆς βοῆς γεγονυῖαν ἰωμένη βλάβην τῇ τε πραείᾳ καὶ ἠρέμα καθαιρέσει, τὴν δ’ὀξύτητα τῷ κατασπασμῷ πρὸς τοὺς βαρεῖς φθόγγους. 7. Ὁ δ’ ἐκ τῆς σιγῆς, εἰ καὶ μὴ κυρίως καλεῖται κάματος φωνῆς, ἀλλὰ τό γε ἀνάλογόν τι πέπονθε καμάτῳ· χρήσιμος καὶ ἐπὶ τούτου τοῦ εἴδους ἡ ἀναφώνησις, γυμνάζουσα τὴν φωνήν· ἢ καὶ τῶν ὀργάνων δὲ τῶν φωνητικῶν κεκμηκότων καὶ παντὸς τοῦ σώματος ἠτονηκότος ἢ κεκοπωμένου, χρήσιμος εἰς ἀποθεραπείαν.

Sur l’anaphonèse d’Antyllos, tiré du 4e livre

41. L’anaphonèse est un exercice de la poitrine et des organes phonatoires, mais plus encore de la chaleur naturelle, parce qu’elle augmente, purge, intensifie et affine cette chaleur, tandis qu’elle rend les parties corporelles solides, toniques, pures et endurantes. 2. Nous avons recours à l’anaphonèse tantôt pour le traitement d’affections, que la voix soit fatiguée ou que ce soit le corps tout entier, tantôt pour rééduquer la voix, qu’elle soit affectée accidentellement ou naturellement. 3. L’anaphonèse convient à ceux qui ont des renvois œsophagiques, des aigreurs d’estomac ou qui sont sujets aux indigestions. Elle est également indiquée pour ceux qui ont beaucoup de flegme et pour les femmes enceintes sujettes aux envies. 4. Toutefois, elle ne convient pas aux affections de la tête, parce qu’elle a la propriété de remplir aussi bien la tête que les organes sensoriels qui y sont logés. 5. Elle convient également aux anorexiques, aux dénutris et bien plus encore aux paralytiques, aux hydropiques et aux asthmatiques ; enfin elle est très indiquée pour les convalescences qui suivent les maladies. 6. Or, puisque la voix est fatiguée tantôt à cause d’un bavardage intarissable, voire abusif, tantôt à cause de l’amplitude sonore des cris, tantôt à cause de son acuité et de son intensité ou qu’elle est aussi malade à cause du silence, ayant, pour ainsi dire, oublié ses propres fonctions, la méthode de l’anaphonèse est utile dans tous les cas cités : elle restaure un excès de bavardage ; elle guérit le dommage causé par l’amplitude sonore des cris, parce qu’elle nettoie en douceur et calmement ; elle guérit enfin le dommage des sons aigus parce qu’elle descend vers les sons graves. 7. Le mal qui résulte du silence, même s’il est improprement appelé « fatigue de la voix », a pourtant quelque chose de semblable à la fatigue. L’anaphonèse est aussi utile dans cette espèce d’épuisement, parce qu’elle entraîne la voix. Enfin, quand les organes phonatoires sont fatigués et que tout le corps a perdu son tonus ou qu’il est éreinté, elle est utile en fin de traitement.

VI, 9

Τίς ὁ τῆς ἀναφωνήσεως τρόπος· τοῦ αὐτοῦ, ἐκ τοῦ δ΄ λόγου.

  • 1 Restitui sec. Aetium (Libri medicinales III, 5 ; éd. Olivieri, in CMG VIII, 1, Leipzig-Berlin, 193 (...)

51. Δεῖ δὲ τὸν μέλλοντα ἀναφωνεῖν, κοιλίας ἀποδεδωκυίας τριψάμενον ἡσυχῇ, καὶ μάλιστα τὰ κάτω μέρη, τό τε πρόσωπον ἀποσπογγισάμενον ἢ ἀπονιψάμενον ἠρέμα τε προλαλήσαντα καὶ μέτρια διαστήσαντα <ἐκ τῶν ὕπνων>1, βέλτιον δὲ καὶ προπεριπατήσαντα, οὕτως ἐπὶ τὴν ἀναφώνησιν ἔρχεσθαι. 2. Ἀναφωνείτω δ’ ὁ μὲν οὐκ ἄπειρος παιδείας ἃ μέμνηται, καὶ ἃ δοκεῖ γλαφυρὰ εἶναι, καὶ ὅσα πολλὰς μεταβολὰς ἔχει λειότητός τε καὶ τραχύτητος· εἰ δ’ ἀνεπιστήμων ἐπῶν εἴη, ἰαμβεῖα λεγέτω· τρίτην δὲ χώραν ἐλεγεῖα ἐχέτω· τετάρτην δὲ μέλη. Ἄμεινον δ’ ἀποστοματίζειν ἤπερ ἀναγινώσκειν τὸν ἀναφωνοῦντα. 3. Δεῖ δὲ πρῶτα μὲν ἐπὶ τῶν βαρυτάτων φθόγγων ἀναφωνεῖν, ὡς οἷόν τε μάλιστα κατασπάσαντα τὴν φωνήν, εἶτα ἐπὶ τοὺς ὀξυτάτους φθόγγους ἀνάγειν, κἄπειτα μὴ ἐπὶ πολὺ διατρίψαντας ἐπὶ τῆς ὀξύτητος αὖθις ἀνακάμπτειν ὀπίσω, κατὰ βραχὺ ποιουμένους τὴν ὕφεσιν τῆς φωνῆς, ἄχρις ἂν ἐπὶ τὴν βαρυτάτην ἔλθωμεν, ἀφ’ ἧς ἠρξάμεθα. Μέτρον δὲ παρά τε τῆς δυνάμεως καὶ τῆς προθυμίας καὶ τοῦ ἔθους ληπτέον.

Quelle est la méthode de l’anaphonèse, du même, extrait du 4e livre.

61. Qui s’apprête à pratiquer l’anaphonèse doit, après avoir été à la selle, se faire frictionner doucement, en particulier les parties inférieures, s’éponger ou se nettoyer le visage, puis commencer à parler calmement pour dissiper en douceur <le sommeil>, mais ce qui est encore mieux est de faire une promenade, avant d’en venir à l’anaphonèse. 2. Celui qui n’est pas dénué d’éducation, qu’il pratique l’anaphonèse d’un texte connu par cœur, qui lui paraît élégant et qui comprend de nombreux changements de la douceur à l’impétuosité. Si l’on n’a connaissance d’aucun vers épique, qu’on récite des iambes, en troisième lieu de l’élégie et en quatrième lieu de la poésie lyrique. Pour qui pratique l’anaphonèse, il vaut mieux réciter par cœur que lire. 3. Il faut commencer l’anaphonèse à partir des notes les plus graves, en faisant descendre la voix autant que possible, puis monter vers les notes les plus aiguës, puis, sans passer trop de temps dans l’aigu, revenir à nouveau en arrière, en relâchant progressivement la voix, jusqu’à parvenir à la note la plus grave, par laquelle nous avions commencé. La durée est choisie en fonction de la force, de la motivation et de l’habitude.

IV, 10

Ἐκ τῶν Ἀντύλλου, περὶ ὑγιεινῆς ἀναφωνήσεως.

71. Τὴν διὰ τῆς φωνῆς γυμνασίαν κατὰ τρόπον ἀσκουμένην πείρᾳ μαθὼν ἁπάντων οὖσαν τῶν παραγγελμάτων ἀνυτικωτάτην εἰς ὑγείας ἀσφάλειάν τε καὶ φυλακήν, ἐσπούδασα τήν τε φύσιν τοῦ βοηθήματος καὶ τὰς μεθόδους κατ’ ἐμὴν δύναμιν ἀναγράψαι. Τίς δ’ ἐστὶν ὁ τῆς ἀληθινῆς περὶ φωνὴν ἀσκήσεως τρόπος εἰς σώματος βεβαίαν ὑγείαν καὶ πολυχρονιότητα, ῥητέον ἤδη.

  • 2 (l. 8) τεχνίτην Schoene : τέχνην codd. edd.
  • 3 (l. 9) Cf. Pseudo-Aristote, Problèmes, 11, 51, 904b27 : « la voix est de l’air qui a pris une cert (...)

82. ῾Υπὸ πνεύματος γίνεται πᾶσα φωνὴ κατ’ ἀναπνοὴν καὶ ἐκπνοὴν ταμιευομένου καὶ τυπωθέντος ὑπὸ τῶν εἰς αὐτὸ τοῦτο δεδημιουργημένων ὑπὸ τῆς φύσεως ὀργάνων, ὥστε αὐτῆς ὕλην μὲν εἶναι τὸν ἀναπνεόμενον ἀέρα, τεχνίτην2 δέ, εἰ χρὴ τοῦτον εἰπεῖν τὸν τρόπον, τὰ διαπλάττοντα τὸν ἀέρα μέρη τοῦ σώματος3. Ἀνάγκη δὴ οὖν τὰς ἀρετὰς καὶ κακίας αὐτῆς ἤτοι περὶ τὸ πνεῦμα ἢ περὶ τὰ τυποῦντα τοῦτο συμβαίνειν ὄργανα· ταῦτα δ’ ἐστὶν ἡ τῶν ἄκρων τῆς ἀρτηρίας τόπων, τῆς ἐπιγλωσσίδος ὀνομαζομένης, καὶ τῶν τοῦ στόματος μερῶν, γλώσσης, ὑπερῴας, ὀδόντων, χειλῶν σύμμετρος καὶ κατὰ τὴν ἐνέργειαν εὐδιοίκητος ἁρμονία. Διασκεπτέον οὖν, ὁποῖός τις ὢν ὁ ἀὴρ καὶ πῶς οἰκονομούμενος ἀρίστην ἀποδείκνυσι τὴν φωνήν.

  • 4 (l. 23) τῆς codd. : del. Dg Raeder
  • 5 (l. 24) ἐπὶ τὰς νήτας Schoene : ἐπίτασιν (ἐπίστασιν N) ἢ τὴν codd. edd.

93. Κατὰ μὲν τοὺς ὀξυτάτους τῶν φθόγγων συνθλίβεσθαι συμβαίνει καὶ στενοῦσθαι τόν τε τράχηλον καὶ τὸν ἀνθερεῶνα, προσπιεζομένων ἰσχυρῶς ἄνω τοῖς περὶ τὸν γαργαρεῶνα τόποις τῶν τελευταίων τῆς γλώσσης μερῶν, καὶ ἀναλόγως τὸ λοιπὸν σῶμα συνισχναίνεσθαι τοῖς προειρημένοις μέρεσι, σύμμετρόν τε τῇ διαστάσει τῶν τόπων ἀέρα διέρχεσθαι· κατὰ δὲ τὰς τῶν ὑπάτων ἐκφωνήσεις τε καὶ μελῳδίας τόν τε τράχηλον, ὡς οἷόν τε μάλιστα, διευρύνεσθαι καὶ πλατύνεσθαι, τὰ σώματά τε τῆς γλώττης τελευταῖα ἀπὸ τῶν κατὰ τὸν γαργαρεῶνα τόπων ἐπὶ μέγα διεστηκέναι, καὶ πολὺ δι’ αὐτῶν κατὰ τὴν ἀναφώνησιν ἐκφυσᾶσθαι πνεῦμα, τό τε λοιπὸν σῶμα πᾶν ἀνίεσθαι καὶ διὰ τὴν ἀραιότητα χαλᾶσθαι. Τὴν μὲν οὖν τῶν ὀξυτέρων φθόγγων γυμνασίαν καὶ τὴν ἄχρηστον τῆς4 ἀπὸ τῶν ὑπάτων κατὰ μικρὸν ἐπὶ τὰς νήτας5 παραυξήσεως φιλοτεχνίαν δεῖ πολλὰ χαίρειν ἐᾶν· τί γὰρ ἂν εἰς ἀσφάλειαν σώματος εὐμέλεια καὶ χρηστοφωνία συμβάλλοιτο ; Τὸν δὲ τῶν βαρυτέρων φθόγγων ἦχον ἀσκῶμεν.

  • 6 (l. 31) τε Schoene : δὲ codd. edd.

104. Φαίνεται γὰρ μεγίστη τις εἶναι μοῖρα καὶ κυριωτάτη πρὸς ἀρετὴν φωνῆς ἀὴρ ὡς πλεῖστος εἰς τὸ σῶμα κατ’ἀναπνοὴν ἑλκόμενος διά τε τῆς ἀρτηρίας καὶ τῶν ἄλλων τῶν εἰς τὴν ἐπιφάνειαν ἀνεστομωμένων ἀδήλων πόρων· τοῦτο δ’ ἂν γένοιτο μάλιστα ὑπὸ πολλῆς τῶν ἐπισπωμένων αὐτὸν ἀγγείων εὐρύτητος· ἡ δ’ εὐρύτης ὑπ’ ἀσκήσεως ἐπιμελοῦς γίνεται, διιστάντων τὲ6 καὶ διευρυνόντων ἐπίτηδες ἡμῶν τοὺς πόρους καὶ κατὰ μικρὸν ὡς πλεῖστον δέχεσθαι προσβιαζομένων καὶ πάλιν ἐκφυσᾶν ἀέρα· πάσας γὰρ ὀλίγου δεῖν τὰς ἀρετὰς τῆς ἐκφωνήσεως εὑρήσομεν ὑπὸ τοῦ περὶ τὸ πνεῦμα πλήθους ἐνεργουμένας.

  • 7 (l. 39) κολούοι Schoene : κωλύοι codd. edd.
  • 8 (l. 42) φωνασκοῦσι Schoene : φωνὰς ἀσκοῦσι codd. edd.

115. Οὔτε γὰρ ἰσχυρὸν ἄν τις φθέγξαιτο πώποτε, μὴ σφοδρῷ τῷ πνεύματι διὰ τὸ πλῆθος χρώμενος, οὔτε μέγα τι, μὴ τούτου περιουσίᾳ χορηγούμενος, οὔτε μακρὸν διατεῖνον χρόνον, εἰ μὴ τῷ μήκει τῆς φωνῆς ἐπαρκοίη τὸ τοῦ πνεύματος πλῆθος, οὔτε πυκνὸν ἢ λαμπρὸν ἢ πλῆρες, εἰ διὰ μικρότητα τῆς ἐμπνεύσεως καὶ ἀσθένειαν διάκενον καὶ σομφὸν καὶ χαῦνον ἐκπέμποι τὸν ἦχον, οὔτε ἂν ὁλοκλήρους καὶ σαφεῖς ἀποδοίη τὰς λέξεις, εἰ διὰ βραχύτητα τοῦ πνεύματος ὑποκλέπτοι καὶ κολούοι7 τὰ λεγόμενα καὶ μὴ δύναιτο ἐξαρκεῖν, οὔτε ἂν ἄλλο οὐδὲν κατορθώσειέ ποτε φωνῇ, μὴ πολλῷ καὶ δαψιλεῖ τῷ πνεύματι χρώμενος. Ἐπειδὴ τοίνυν φαίνεται μεγίστη μοῖρα πρὸς τὰς τῆς φωνῆς ἀρετὰς εἶναι τὸ πλῆθος τοῦ κατ’ ἀναπνοὴν ἀέρος, πρὸ πάντων τούτου τοῖς φωνασκοῦσι8 φροντιστέον· τίς δ’ ἐστὶν ὁ τρόπος αὐτοῦ τῆς ἐπιμελείας, ῥητέον.

  • 9 (l. 45) εἰσωθεῖται Schoene  : εἴσω ὠθεῖται codd. edd.
  • 10 (l. 47) ἀθροὺς μὲν Schoene  : ἀθροῦν μὲν Dg Raeder ἀθροῦμεν codd.
  • 11 (l. 52) Cf. Pseudo-Aristote,  Problèmes, XI, 16, 900b15-16 ; XI, 34, 903a27-28 et XI, 62, 906a3-4 (...)

126. Ἐπεὶ τοίνυν ἡ εἰς ἡμᾶς ὁλκὴ τοῦ πνεύματος διαστελλομένου τοῦ τε θώρακος καὶ τῆς κοιλίας καὶ τῶν καθ’ ὅλην τὴν σάρκα πόρων γίνεται βίᾳ γὰρ ὁ ἀὴρ εἰσωθεῖται9 πρὸς τὴν ὑπὸ τῆς διαστάσεως γεννηθεῖσαν εὐρυχωρίαν κατὰ τὴν φυσικὴν τοῦ πληροῦσθαι τὸ κενούμενον ἀνάγκην, ἀθροὺς μὲν10 εἰσερχόμενον διὰ ῥινῶν καὶ στόματος, πολὺ δὲ καὶ διὰ τῶν καθ’ ὅλην τὴν ἐπιφάνειαν πόρων, τοσούτῳ δὲ πλείονα δεξόμεθα τὸν ἔξωθεν εἰς ἑαυτοὺς ἀέρα, ὅσῳπερ ἂν μείζονα τὴν τῶν ἐφελκυσομένων αὐτὸν τόπων εὐρυχωρίαν ποιήσωμεν. Διὰ τοῦτο οἱ μὲν πυκνοὶ καὶ στενόποροι μικρόφωνοί τε καὶ τοῖς ἤχοις ἀσθενεῖς· οἱ δ’ ἀραιοὶ καὶ τοῖς ἀγγείοις ἀνεῳγότες ἰσχυρόφωνοι· παῖδές τε οὖν καὶ γυναῖκες καὶ εὐνοῦχοι τῶν ἀνδρῶν11 ἀσθενέστεροι περὶ φωνὴν διὰ στενότητα πόρων, καὶ οἱ ἄρρωστοι τῶν ὑγιαινόντων. Ἐπειδὴ τοίνυν ἀποδέδεικται, τῶν μὲν περὶ τὴν φωνὴν κατορθωμάτων αἴτιον εἶναι τὸ πλῆθος τοῦ κατ’ ἀναπνοὴν ἑλκομένου πνεύματος, τούτου δὲ τὴν τῶν πόρων εὐρύτητα καὶ διάστασιν, λοιπὸν ἂν εἴη σκοπεῖν, πῶς ἂν αὕτη γένοιτο.

  • 12 (l. 57) περισκαπτομένων correxi : περισακομένων codd. περισαρκομένων Schoene : περισαττομένων Dg R (...)
  • 13 (l. 58) αὐτoὺς (sc. τοὺς χιτῶνας) Schoene : αὐτὰς (sc. τὰς κοιλότητας) Schoene αὐτὸ codd. edd.
  • 14 (l. 59) δι’ del. Schoene.
  • 15 (l. 67) προδιαστήσει Schoene : προσδιαστήσει codd. edd.
  • 16 (l. 68) κενώσῃ Schoene : κενώσει codd. edd.

137. Ἐπεὶ οὖν πᾶσα σώματος εὐρυχωρία καὶ κοιλότης κατὰ δύο τρόπους αὔξεται καὶ διίσταται κατὰ μικρὸν, ἤτοι τῶν περιεχόντων τὰς κοιλότητας χιτώνων περισκαπτομένων12 εἰς τὸ κύκλῳ πάντοθεν, ἢ τῶν ἐναρμοζομένων εἰς αὐτοὺς13 σωμάτων ἐκ προσαγωγῆς παραυξανομένων, [δι’]14 ἀμφοτέρων φροντιστέον ἡμῖν καὶ εὐρυντέον τοὺς πόρους. Πύκνωσιν μὲν δεῖ πᾶσαν καὶ τὰς ταύτης αἰτίας φεύγειν, ἀνίεσθαι δ’ ὡς μάλιστα, μὴ κατατεινόμενον εἰς μῆκος, κεχυμένον δ’ εἰς πλάτος διαφυλάττειν τὸν ὄγκον. Πρὸς δὲ τούτοις παραύξειν δεῖ τὸν ἀέρα, κατά τε τὰς εἰσπνοὰς κατὰ μικρὸν προσβιαζόμενον ἀναπνεῖν πλεῖον, προδιιστάντα ἐπίτηδες τὰ δεξόμενα αὐτὸν ἀγγεῖα, καὶ πάλιν πειρώμενον ἐκ προσαγωγῆς ὡς πλεῖστον ἐκκρίνειν εἰς τὸ ἔξω καὶ τὸ προεισεληλυθὸς πνεῦμα ἐκθλίβειν καὶ κενοῦν βιαιότερον· ἥ τε γὰρ τῆς σαρκὸς ἄνεσις καὶ χύσις παρέξεται τὴν εὐρύτητα τοῖς πόροις, ὅ τε κατὰ τὴν τοῦ πλείονος ἀέρος ἀναπνοὴν προσβιασμὸς ἐπὶ μεῖζον αὐτοὺς ἀεὶ προδιαστήσει15 πλάτος, ἥ τε κατὰ τὴν ἐκπνοὴν προσλιπάρησις τοῦ πλεῖστον ἀποδιδόναι τὸ πνεῦμα μεγάλως διίστησι τοὺς πόρους· ὅσῳ γὰρ ἄν τις μᾶλλον ἐπιτηδεύσας κενώσῃ16 τὸν θώρακα τοῦ πνεύματος κατὰ τὴν ἐκπνοήν, τοσούτῳ πλείονος ἀέρος πάλιν εἰς τὸν ἀντικαταχωρισμὸν τοῦ δεδαπανημένου δεήσεται.

148. Ἡ μὲν οὖν διὰ τῆς φωνῆς ἄσκησις ἀραιοῖ τὸ σῶμα τῇ διαστάσει τῶν πόρων, τὰ δ’ ἄλλα γυμνάσια πάντα πιλοῖ τὰς σάρκας καὶ πυκνοῖ καὶ συστρέφει· κἀκείνη μὲν κοῦφον ἀποτελεῖ τὸν ὄγκον διὰ τὴν τῶν μεταξὺ πόρων εὐρύτητα, ταῦτα δ’ ἐμβριθῆ καὶ στιβαρὸν καὶ βαρύν. Καὶ διὰ μὲν τῆς φωνασκίας ἐκ τῆς διὰ ταύτην γινομένης ἀραιότητος ἐνδοτικὴν καὶ πρὸς πᾶσαν ἐνέργειαν εὐμεταχείριστον πλαττομένην ἰδεῖν ἔστι τὴν σάρκα, διὰ δὲ τῶν ἄλλων γυμνασίων ἀντίτυπον καὶ σκληρὰν καὶ δυσαίσθητον· διὸ καὶ τὴν γνώμην ἠλιθιώτεροι γίνονται τῶν ἰδιωτῶν οἱ πολλοὶ τῶν ἀθλητῶν. Προκριτέον οὖν ἡ διὰ τῆς φωνασκίας ἄσκησις.

159. Πρῶτον μὲν γὰρ αὐταῖς ταῖς ἀναγνώσεσι καὶ προφοραῖς φανερὰς ποιεῖται τῶν πλεοναζόντων ὑγρῶν τὰς ἐκκρίσεις, τοῖς μὲν συντονώτερον ἀναγινώσκουσι μᾶλλον καὶ δι’ ἱδρώτων, τοῖς δ’ ἐπιεικέστερον ἐντεινομένοις διὰ τῆς ἀδήλου γινομένης ἀποφορᾶς καθ’ ὅλον τὸν ὄγκον, πᾶσι δ’ ὁμοίως διά τε τῆς κατὰ τὴν προφορὰν ἐκπνοῆς πολλῶν ἐκφυσωμένων ὑγρῶν.

1610. Καὶ κατὰ τὸν ἐπιγινόμενον ὑπὸ τῆς ἐκφωνήσεως ἐρεθισμὸν καὶ ἀπολεπτυσμὸν πολλῶν περιττωμάτων ἀναχρεμπτομένων καὶ πτυέλων καὶ μύξης καὶ φλέγματος προχωρούντων. Γίνεται δὲ καὶ κατὰ τὴν σύντονον ἀναπνοὴν ἐκ τῆς φωνασκίας κατασκευαζομένην, ἀνευρυνομένων τῶν ἀγγείων, ἀπανάλωσις πολλὴ τῶν ὑγρῶν ἀδήλως τε κατὰ τὴν ἐπιφάνειαν τοῦ σώματος καὶ διὰ ῥινῶν ἐκφυσωμένων καὶ διὰ στόματος.

  • 17 (l. 94) ἔγκαυσιν. Ὅτι μὲν οὖν διὰ τὴν ἀπανάλωσιν suppl. Schoene  : ἔγκαυσιν. Ὅτι μὲν οὖν τὴν ἀπανά (...)

1711. Τοῖς γε μὴν ἀναθερμασίας δεομένοις διὰ ψυχρότητα τίς ἂν ἄλλη προσφορωτέρα γένοιτο βοήθεια τῆς κατὰ τὴν ἠσκημένην ἀναπνοὴν ἐνεργείας ; τὸ γὰρ πνεῦμα τὴν ἐν ἡμῖν θερμασίαν τῷ πολυκινήτῳ τῆς φορᾶς κατὰ τὴν παράτριψιν ἐγείρει καὶ ζωπυρεῖ, τοσαύτην ἀποτελοῦν διὰ τὸ τῆς ἐνεργείας ἀδιάλειπτον ἐν τῷ σώματι πύρωσιν, ὥστε, εἰ μὴ παρ’ ἕκαστον ἀναψύχομεν ἑαυτοὺς τῇ διὰ τῆς ἀναπνοῆς καταψύξει, λαθεῖν ἂν ὅμοια παθόντας τοῖς εἰς πολλὴν ἐμπεσοῦσιν ἔγκαυσιν. Ὅτι μὲν οὖν διὰ τὴν ἀπανάλωσιν17 τῆς πλείονος ἐν ἡμῖν ὑγρασίας καὶ τὴν τῆς σφοδροτάτης καταψύξεως ἐπανόρθωσιν οἱ κατὰ τρόπον πεφωνασκηκότες καλῶς ἔχουσιν, εἴρηται.

1812. Τό γε μὴν ξηρὸν ἢ τὸ θερμὸν ἐὰν ἐν τοῖς σώμασι πέρα τοῦ μετρίου δοκῇ πλεονάζειν, ὁ πολὺς διὰ τὴν εὐρύτητα τῶν πόρων κατὰ τὴν ἀναπνοὴν εἰσιὼν ἀὴρ ἀνυγραίνοι ἂν μάλιστα τὰ κατεξηραμμένα καὶ μαλάσσοι τὴν ὑπὸ τῆς ξηρασίας ἀπειργασμένην σκληρότητα, λεπτομερέστερος ὢν καὶ ὑγρότερος παντὸς ὕδατος. Τήν γε μὴν ἐν τοῖς σώμασι τοῦ μετρίου πλείονα θερμασίαν τί χρὴ λέγειν ὡς οὐδὲν ἂν καταψύξαι καὶ σβέσαι μᾶλλον τοῦ κατὰ τὴν ἀναπνοὴν ἑλκομένου διηνεκῶς ἀέρος ;

1913. Δεῖ τοίνυν ἀναγινώσκειν τε πολλάκις προφέρεσθαί τε, τὸ σῶμα πᾶν ἀνιέντας, καὶ κεχυμένης τῆς σαρκὸς εἰς ἀραίωσιν, διιστάντας ἐπίτηδες τήν τε ἀρτηρίαν καὶ τὰς ἄλλας διεξόδους τοῦ πνεύματος, κατὰ τὰς βαρυτάτας φθέγγεσθαι τῆς φωνῆς ἀπηχήσεις, τοῖς μὲν ἐπὶ τὰς νήτας ἐκ προσαγωγῆς φιλοτέχνως ἀναβαίνουσι φθόγγοις πολλὰ χαίρειν λέγοντας ἰσχύος μὲν γὰρ καὶ δυνάμεως καὶ ἐπιτάσεως πόρων ἀλλοτριώτατον φωνῆς ὀξύτης, εὐμελείᾳ δὲ καὶ ποικιλίᾳ φθόγγων μεταβολαῖς τε εὐκράτοις μελῶν πρόσφορον, ὧν οὐδὲν ἂν εἰς σώματος ὑγιεινὴν ἀσφάλειαν εὑρεθείη χρήσιμον, ταῖς δὲ κατὰ τὰς ὑπάτας ἐκφωνήσεσι πλατύνειν, ὡς οἷόν τε μάλιστα, τὸν ἦχον βιαζομένους.

2014. Φανερώταται γὰρ ἀπαναλώσεις γίνονται τῆς ἔνδον ὑγρασίας τοῖς ἀναγινώσκουσιν ἀκουστὸν ἢ διαλεγομένοις. Δηλοῖ δ’ ὅ τε θεωρούμενος ἐπὶ τῶν ἀναγινωσκόντων ἀθροῦς ἐκ τοῦ στόματος ἐξιὼν ἀτμὸς καὶ τῶν παλαιοτέρων χυμῶν αἱ κατὰ τὰς ἀποτεταγμένας ἑκάστῃ τῶν διεξόδων διεκκρινόμεναι περιττώσεις, οὐ μόνον κατὰ τὰς λεγομένας ἐκπνοάς, ἀλλὰ καὶ παραχρῆμα φανερῶς διά τε πτυέλων καὶ μύξης καὶ φλέγματος ἐν ταῖς ἀποχρέμψεσι, δι’ ὧν ἁπάντων ἀποτρίβεται τὸ σῶμα τὰς νοσοποιοὺς αἰτίας.

2115. Χρηστέον δὲ ταῖς εἰρημέναις τῆς φωνῆς ἐνεργείαις οὔτε εἰκῇ οὔτε ἀπερισκέπτως, καὶ μάλιστα τοῖς ἀσυνήθως ἐπὶ τὴν εἰρημένην ἄσκησιν ἐρχομένοις, ἀλλὰ μήτε φαύλων καὶ διεφθαρμένων μεστοὺς ὄντας ὑγρῶν μήτε ἐπὶ μεγάλαις τοῦ στομάχου καὶ φανεραῖς ἀπεψίαις ἐπὶ τὴν διὰ τῆς φωνῆς γυμνασίαν ἀφικνεῖσθαι, ὅπως ἂν μὴ πλείων ἀνάδοσις τῶν διεφθαρμένων ἀτμῶν εἰς τὸ σῶμα γένηται διὰ τῆς κατὰ τὴν εἰσπνοὴν καὶ πάλιν ἐκπνοὴν ἐνεργείας εὐτονωτέρας τε καὶ βιαιοτέρας γινομένης ἐν τῇ τῆς φωνῆς εἰς μέγεθος καὶ πλῆθος παραυξήσει.

D’Antyllos, sur l’anaphonèse pour la santé

221. Ayant appris par expérience que l’entraînement de la voix, quand il est pratiqué en règle, est la plus efficace de toutes les prescriptions pour garantir et conserver la santé, je me suis efforcé de décrire, dans la mesure de mes capacités, la nature et les méthodes de ce traitement. Il me faut dès lors exposer la véritable manière d’exercer sa voix afin de raffermir la santé du corps et de prolonger la vie.

232. Toute voix provient de l’air qui est distribué par inspiration et expiration et façonné par les organes créés à cet effet par la nature, de sorte que la matière de la voix, c’est l’air inspiré et que son artisan, s’il faut parler de cette façon, ce sont les parties du corps qui modèlent l’air. Il est donc nécessaire que les qualités et les défauts de la voix soient liés ou bien à l’air ou bien aux organes qui le façonnent. Et ces organes forment une harmonie symétrique depuis la partie supérieure de la trachée, qu’on appelle épiglotte, jusqu’aux parties de la bouche, la langue, le palais, les dents, les lèvres, une harmonie également en parfaite adéquation avec leur fonction. Il faut donc examiner dans quel état et suivant quelle configuration, l’air produit la meilleure voix.

243. Lors de l’émission de sons très aigus, il se produit une compression et un resserrement du cou et de la gorge, étant donné que les parties postérieures de la langue viennent appuyer fortement vers le haut contre les parties qui entourent la luette, ainsi qu’un rétrécissement du reste du corps analogue à celui des parties que je viens de mentionner et le passage de l’air est proportionné à l’écartement de ces parties. En revanche, quand on déclame ou qu’on chante des sons très graves, le cou se dilate et s’élargit autant que possible, les parties postérieures de la langue s’écartent grandement des parties proches de la luette, une grande quantité d’air est soufflée à travers ces parties lors de l’anaphonèse, et tout le reste du corps se détend et se décontracte grâce à la porosité. Il faut donc absolument renoncer à s’entraîner dans les sons très aigus, ainsi qu’à la virtuosité inutile qui consiste à remonter peu à peu depuis les sons graves jusqu’aux aigus. Quelles seraient alors la bonne tonalité et la meilleure voix qui contribueraient à la préservation du corps ? Eh bien ! Exerçons-nous au ton des sons les plus graves.

254. Car il semble que l’élément le plus important et capital pour la qualité de la voix, c’est d’attirer autant d’air que possible dans le corps lors de l’inspiration à travers la trachée et les autres pores invisibles qui s’ouvrent à la surface <de la peau>. On peut surtout parvenir à ce résultat grâce à une grande dilatation des canaux qui attirent l’air. Or cette dilatation s’obtient par un exercice assidu qui consiste pour nous à la fois à distendre et à dilater suffisamment les pores, tout en les forçant petit à petit à accueillir puis, inversement, à souffler autant d’air que possible. Car nous allons découvrir que presque toutes les qualités de la phonation sont fonction de l’abondance de l’air.

265. En effet, personne ne pourrait jamais faire retentir une voix vigoureuse, sans que l’air soit puissant par sa quantité, ni une voix forte, sans que l’on s’en soit doté à profusion, ni jamais soutenir longtemps sa voix, si la quantité d’air était insuffisante pour la faire durer. Jamais il n’y aurait de voix dense, sonore ou pleine, si l’exiguïté et la faiblesse du souffle nous poussaient à émettre un son creux, sourd et inconsistant. On ne saurait prononcer des mots entiers et clairs, s’ils sont escamotés, coupés et qu’ils restent insuffisants à cause de la brièveté du souffle, sans capacité suffisante. Rien d’autre ne peut assurer la correction de la voix sans un souffle puissant et abondant. Ainsi, puisque l’élément le plus important pour les qualités de la voix, c’est la quantité de l’air qu’on inspire, les professionnels de la voix (phônaskountes) doivent s’en soucier par-dessus tout. Mais de quelle manière cultiver sa voix ? C’est ce qu’il reste à dire.

276. Eh bien, puisque l’attraction de l’air en nous se fait par dilatation de la poitrine, du ventre et des pores qui se trouvent partout dans la chair (car l’air est poussé avec force à l’intérieur vers l’espace libre généré par cette distension, selon la nécessité naturelle de remplissage du vide), il fait une irruption massive par les narines et la bouche et tout aussi abondante par les pores qui se trouvent partout sur la surface. Ainsi accueillerons-nous d’autant plus d’air extérieur en nous-mêmes que sera grand l’espace libre que nous ménagerons dans les parties qui vont l’aspirer. Pour cette raison, ceux qui ont la chair dense et dont les pores sont étroits ont une petite voix et produisent des sons faibles, tandis que ceux qui ont la chair poreuse et les canaux ouverts ont une voix vigoureuse. Par conséquent, à cause du resserrement des pores, les enfants, les femmes et les eunuques ont une voix plus faible que les hommes et les malades une voix plus faible que les gens en bonne santé. Et puisque il a été prouvé que c’est la quantité de l’air attiré lors de l’inspiration qui est responsable de la correction de la voix et que cette quantité dépend de la dilatation et la distension des pores, il nous resterait donc à examiner comment ce phénomène peut se produire.

287. Ainsi, puisque tout espace libre ou cavité d’un corps s’accroît ou se distend de deux façons, soit parce que les tuniques qui enveloppent les cavités se creusent en cercle dans toutes les directions, soit parce que les organes qui sont ajustés aux tuniques s’accroissent progressivement, il faut donc veiller à ces deux façons pour dilater les pores. Et il faut éviter toute congestion et tout ce qui la cause, détendre autant que possible et conserver la masse corporelle, non pas tendue en longueur, mais étirée en largeur. En outre, il faut augmenter la quantité d’air, en s’efforçant d’en aspirer petit à petit davantage lors de l’inspiration grâce à une distension préalable et suffisante des canaux qui vont l’accueillir et en essayant à l’inverse d’en rejeter à l’extérieur progressivement autant que possible jusqu’à comprimer et vider assez fort l’air préalablement introduit. Car la détente et l’étirement de la chair contribueront à la dilatation des pores. Se contraindre à inspirer une plus grande quantité d’air les distendra préalablement toujours de plus en plus en largeur. Enfin persévérer, lors de l’expiration, à rendre le plus d’air possible, distend considérablement les pores. Car plus on s’applique à vider l’air de sa poitrine lors de l’expiration, plus grande sera, inversement, la quantité d’air nécessaire au remplacement de l’air consommé.

298. Par conséquent, l’exercice de la voix rend le corps poreux grâce à la dilatation des pores, tandis que les autres exercices rendent les chairs compactes, denses et épaisses. Cet exercice rend la masse corporelle légère grâce à la dilatation des pores qui sont au milieu des chairs, tandis que ceux-là la rendent pesante, massive et lourde. De plus, on peut voir que la chair qui est façonnée par les exercices vocaux (phônaskias), du fait de la porosité qu’elle entraîne, est disposée et modulable pour toute sorte de fonctions, alors que celle qui est façonnée par les autres entraînements est résistante, dure et insensible. C’est pourquoi la plupart des athlètes ont l’intelligence plus obtuse que le commun des mortels. Il faut donc préférer s’entraîner par des exercices vocaux (phônaskias).

309. En effet, pendant les lectures et les anaphonèses elles-mêmes, cette pratique suscite tout d’abord manifestement une excrétion des humeurs qui sont en en excès : pour ceux qui lisent avec plus d’intensité, cette excrétion est plus abondante et se fait par la sueur, tandis que pour ceux qui y mettent une moindre intensité, elle se fait par une perspiration invisible repartie sur toute la masse corporelle ; mais pour les uns comme pour les autres, c’est par l’expiration que produit l’anaphonèse qu’est excrétée l’abondance d’humeurs qui s’exhalent ainsi.

3110. De plus, lorsque surviennent l’excitation et l’amaigrissement dus à la mise en voix, il y a beaucoup de résidus qui sont expectorés et les postillons, le mucus et le flegme s’évacuent. Il se produit aussi, quand l’intensité de la respiration a été bien préparée par les exercices vocaux (phônaskia) et que les canaux sont dilatés, une grande dépense d’humeurs, qui s’exhalent imperceptiblement à la surface du corps, autant que par le nez et la bouche.

3211. Pour ceux qui, à cause du froid, ont besoin de réchauffement, quel traitement serait mieux indiqué que l’activité de cet exercice respiratoire ? En effet, l’air, dans son incessant mouvement de passage, active et avive, par son frottement, la chaleur qui est en nous ; il crée par cette activité ininterrompue un tel incendie dans le corps que, si à chaque instant nous ne nous refroidissions pas par le rafraichissement dû à l’inspiration, sans nous en apercevoir nous serions dans le même état que ceux qui sont pris d’un grand <accès de chaleur. Que c’est par la dépense> du surplus d’humeurs qui est en nous et par la correction d’un refroidissement plus intense, que ceux qui ont éduqué leur voix selon les règles se portent bien, cela a été dit. 12. Du reste, si le sec et le chaud semblent prédominer excessivement dans les corps, l’air qui sort en abondance grâce à la dilatation des pores lors de la respiration pourra humidifier davantage les zones desséchées et ramollir la dureté causée par la sécheresse, l’air étant plus subtil et plus humide que n’importe quelle eau. Quant à la chaleur excessive qui s’empare des corps, que pourrait-on nommer de plus apte à la refroidir et à l’éteindre que l’air attiré d’une manière continue pendant l’inspiration ?

3313. Il faut donc lire et déclamer régulièrement, en détendant tout le corps et quand la chair s’est étirée jusqu’à être poreuse, en dilatant la trachée et les autres conduits de l’air, il faut faire retentir les sonorités dans les notes les plus graves de la voix. Il faut renoncer aux sons qui tirent leur virtuosité d’une montée progressive vers les aigus (car l’acuité de la voix est ce qu’il y a de plus contraire à la force, à la puissance et à la dilatation des pores, tandis qu’elle est indiquée pour la tonalité juste, les modulations sonores et les inflexions bien tempérées du chant ; mais pour rien de tout cela, on a pu découvrir une utilité pour garantir la santé du corps) ; enfin il faut donner autant que possible de la latitude au son en le limitant à la phonation des notes graves.

3414. Car il est tout à fait manifeste qu’il y a des dépenses de chaleur interne chez ceux qui lisent ou discutent à haute voix. En témoignent aussi la vapeur que l’on voit sortir en masse de la bouche de ceux qui lisent ou encore les résidus d’humeurs retenues depuis longtemps qui sont excrétés par des conduits respectifs, non seulement par ce qu’on appelle l’expiration, mais aussi immédiatement et d’une manière perceptible, par les postillons, le mucus et le flegme lors de l’expectoration. Or grâce à toutes ces sécrétions, le corps se débarrasse des causes de maladie.

3515. Il ne faut pas employer au hasard ni inconsidérément les activités vocales qui ont été mentionnées, surtout pour ceux qui n’ont pas l’habitude de se livrer à cet exercice. Et il ne faut pratiquer cet entraînement vocal ni quand on est plein d’humeurs mauvaises ou corrompues ni quand on souffre manifestement de problèmes importants de digestions dans l’estomac, afin d’éviter que ne se produise une trop grande distribution des vapeurs corrompues dans le corps à cause des activités alternées de l’inspiration et de l’expiration qui s’intensifient et se renforcent, quand on augmente la voix en amplitude et en volume.

Notes

1 Restitui sec. Aetium (Libri medicinales III, 5 ; éd. Olivieri, in CMG VIII, 1, Leipzig-Berlin, 1935, p. 159, l. 30).

2 (l. 8) τεχνίτην Schoene : τέχνην codd. edd.

3 (l. 9) Cf. Pseudo-Aristote, Problèmes, 11, 51, 904b27 : « la voix est de l’air qui a pris une certaine forme » (éd. et tr. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, t. II, p. 26).

4 (l. 23) τῆς codd. : del. Dg Raeder

5 (l. 24) ἐπὶ τὰς νήτας Schoene : ἐπίτασιν (ἐπίστασιν N) ἢ τὴν codd. edd.

6 (l. 31) τε Schoene : δὲ codd. edd.

7 (l. 39) κολούοι Schoene : κωλύοι codd. edd.

8 (l. 42) φωνασκοῦσι Schoene : φωνὰς ἀσκοῦσι codd. edd.

9 (l. 45) εἰσωθεῖται Schoene  : εἴσω ὠθεῖται codd. edd.

10 (l. 47) ἀθροὺς μὲν Schoene  : ἀθροῦν μὲν Dg Raeder ἀθροῦμεν codd.

11 (l. 52) Cf. Pseudo-Aristote,  Problèmes, XI, 16, 900b15-16 ; XI, 34, 903a27-28 et XI, 62, 906a3-4 (éd. et tr. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, t. II, p. 13, 21 et 29).

12 (l. 57) περισκαπτομένων correxi : περισακομένων codd. περισαρκομένων Schoene : περισαττομένων Dg Raeder.

13 (l. 58) αὐτoὺς (sc. τοὺς χιτῶνας) Schoene : αὐτὰς (sc. τὰς κοιλότητας) Schoene αὐτὸ codd. edd.

14 (l. 59) δι’ del. Schoene.

15 (l. 67) προδιαστήσει Schoene : προσδιαστήσει codd. edd.

16 (l. 68) κενώσῃ Schoene : κενώσει codd. edd.

17 (l. 94) ἔγκαυσιν. Ὅτι μὲν οὖν διὰ τὴν ἀπανάλωσιν suppl. Schoene  : ἔγκαυσιν. Ὅτι μὲν οὖν τὴν ἀπανάλωσιν suppl. Raeder ἔγκαυσιν τὴν γοῦν ἀπανάλωσιν suppl. Dg lac. codd.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search