Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Première partie. État et caractères de la classe ouvrière chinoise en 1919

Chapitre premier. La Chine sociale et politique en 1919

Texte intégral

  • 1 Cf. W. W. Willoughby, China at the Conference, chap. vi.
  • 2 Sun Yat-sen, Le triple démisme, chap. i et ii.

1A la veille des manifestations d’étudiants et des grèves ouvrières du « Mouvement du 4 mai » qui constituent le point de départ de cette étude, les Grandes Puissances et les grands intérêts étrangers occupent en Chine une position prépondérante, que doit souligner sans tarder une esquisse même sommaire de la situation sociale, politique et économique du pays ; que l’on se borne à constater les atteintes à l’ « intégrité territoriale et administrative » de la Chine, comme le feront prudemment en 1922 les délégués à la Conférence de Washington sur la limitation des armements et les affaires d’Extrême-Orient1, que l’on s’élève comme le fera Sun Yat-sen dans ses leçons sur les Trois principes du peuple contre la « triple oppression politique, économique et ethnique » qu’imposent les Puissances à une Chine réduite à l’état de « hypocolonie »2, ou que l’on se rallie simplement, comme le feront dès 1919- 1920 les premiers marxistes chinois, à l’analyse classique de Lénine sur l’expansion de l’impérialisme dans les « semi-colonies » et dans les colonies, il s’agit toujours de la même réalité.

2Au cours du xixe siècle, à travers les phases successives de l’« ouverture » (1838-1860) et du « break-up » (1896-1898), les Puissances ont procédé à un véritable démembrement territorial de la Chine, démembrement dont la diversité des modalités juridiques (concessions, établissements, territoires à bail, zones ferroviaires à statut spécial, annexions coloniales), ne suffit guère à dissimuler l’ampleur.

  • 3 Les concessions étaient en principe établies à la suite d’un accord avec les autorités chinoises l (...)
  • 4 Liste complète dans CYB, 1921-1922, pp. 221-222.
  • 5 Cf. ci-dessous, chap. vii.
  • 6 SMCR, 1920 (682 000 personnes).
  • 7 Cf. pour une analyse détaillée du statut de la Concession internationale, le Rapport Feetham, part (...)
  • 8 W. W. Willoughby, Foreign rights..., chap. xvii.

3Concessions et établissements3 sont des quartiers de certains ports déclarés « ouverts » au commerce étranger, et où les Puissances ont substitué leur propre autorité administrative à celle de la Chine ; elles y rendent la justice, exercent la police, lèvent l’impôt. On compte en 1919 une trentaine de ces concessions4 ; leur nombre est donc plus réduit que celui des « ports ouverts » ou « ports à traité ». Certaines sont administrées sous le contrôle commun de plusieurs Puissances, par exemple à Changhai ou à Xiamen (Amoy), et la plupart par une seule d’entre elles. Six dépendent de la Grande-Bretagne (Canton, Hankou, Zhenjiang, Jiujiang, Tianjin, Niuzhuang), quatre de la France (Changhai, Canton, Hankou, Tianjin), quatre du Japon. C’est à Tianjin que l’émiettement est le plus poussé par l’existence de concessions britannique, française, japonaise, italienne, belge, auxquelles avant 1914 s’ajoutent les concessions allemande et austro-hongroise, réoccupées par la Chine lors de son entrée en guerre contre les Empires centraux en 1917, et la concession russe, à laquelle l’Union soviétique renoncera officiellement en 19195. La plus importante de ces enclaves occidentales est la concession internationale de Changhai, administrée par un Conseil municipal élu par les seuls contribuables non-chinois, au nombre de quelques milliers, alors que la population atteint presque 700 000 personnes en 19196 ; seuls ces électeurs sont consultés pour la ratification des décisions importantes (« bye-laws ») ainsi que pour le vote du budget annuel, alors que l’impôt frappe sans distinction tous les résidents de la concession. Avec ses multiples services administratifs, travaux publics, finances, police, centrale électrique, le Conseil municipal est un gouvernement en miniature qui emploie, on y reviendra, plusieurs milliers d’ouvriers chinois et d’employés de toute nationalité. La force publique est représentée par la « police internationale », dont les cadres sont britanniques et les membres sont sikhs, chinois, russes blancs, ainsi que par le corps des « Volontaires », résidents qui sont immédiatement mobilisables à l’appel du Conseil municipal ; il s’y ajoute les contingents d’armée de terre et d’infanterie de marine que les Puissances ont la latitude, sinon le droit strict, de faire stationner dans la concession et dont les effectifs s’enflent aux périodes de crise, comme ce sera le cas au printemps 1927. La justice est rendue, quand il s’agit d’affaires où sont impliqués des Chinois résidant dans la concession ou des étrangers sans statut d’exterritorialité, par un « Tribunal mixte » composé d’un juge chinois et éventuellement d’assesseurs étrangers de la nationalité de la partie étrangère en cause, et qui applique la loi chinoise ; ce tribunal est placé sous l’autorité du Conseil municipal, qui depuis 1911 nomme ses membres, même chinois, et dont la police et les services pénitentiaires exécutent les décisions7. Les « territoires à bail » sont des bases militaires que les Grandes Puissances s’étaient fait reconnaître au moment du break-up de 1896-1898, tant pour se surveiller mutuellement que pour défendre leurs investissements industriels et financiers sur le sol chinois. La péninsule du Liaodong, initialement accordée à la Russie, était depuis 1905 occupée par le Japon, de même que Qingdao d’où l’Allemagne avait été chassée par cette même puissance dès le début de la guerre de 1914. La France occupait la baie de Guangzhouwan à l’entrée du golfe du Tonkin, et la Grande- Bretagne Weihaiwei, qui faisait face à Port-Arthur de l’autre côté du golfe du Bohai ; cette dernière, à la faveur du break-up, avait également complété ses possessions insulaires de Hongkong par l’occupation « à bail » du district de Jiulong, sur la côte voisine. Sur tous ces territoires, la Chine ne conservait plus qu’une souveraineté toute théorique8.

  • 9 Cf. G. B. Endacott, A history of Hongkong, chap. v et vi.
  • 10 Ibid., p. 294-95. La population totale de Hongkong en 1921 se monte à 625 166 personnes, dont 610  (...)

4L’île de Hongkong, depuis le milieu du xixe siècle, était totalement détachée de la Chine et intégrée administrativement dans l’Empire colonial britannique en tant que « Colonie de la couronne »9. L’autorité y est détenue par le gouverneur, assisté d’un Conseil législatif et d’un Conseil exécutif dont la majorité des membres sont des hauts fonctionnaires, parmi lesquels le « secrétaire aux Affaires chinoises » ; celui-ci est spécialement chargé depuis 1913 de tous les problèmes que pose la présence d’une importante population chinoise dans la colonie10. D’un point de vue formel, il n’y aurait pas à tenir compte de Hongkong dans une étude de la République chinoise considérée dans ses limites d’Etat. Mais le moment est venu d’indiquer que, en raison des liens multiples et étroits qui existent alors entre le mouvement ouvrier cantonais et le mouvement ouvrier de Hongkong, comme d’ailleurs entre la bourgeoisie chinoise de Canton et la bourgeoisie chinoise de Hongkong, cette colonie a été délibérément incluse dans le cadre des présentes recherches.

  • 11 W. W. Willoughby, Foreign rights, p. 856.
  • 12 Ibid., p. 156 et 226 (lignes de Mandchourie) ; cf. aussi Me Murray, Treaties and agreements with C (...)
  • 13 W. W. Willoughby, Foreign rights, p. 227.
  • 14 Cf. ci-dessous, chap. viii (grève des mineurs de la K.M.A. de 1922).
  • 15 Contrairement à ceux de « concessions », « territoires à bail », « zones d’influence », qui étaien (...)
  • 16 W. W. Willoughby, Foreign rights, p. 854.
  • 17 « Même si ce droit ne nous a pas été reconnu par traité, l’amiral Evans a le droit de s’en servir (...)

5Ce véritable démembrement de fait du territoire chinois est encore aggravé par l’existence de ce qu’on peut appeler les « zones à statut spécial ». C’est le cas par exemple, depuis « l’expédition des huit nations » consécutive au soulèvement des Boxers, du « quartier des Légations » de Pékin, occupé militairement par les Puissances et entouré d’un « glacis » où toute construction est interdite aux Chinois ; en outre, tout le long des axes de communications qui relient la capitale à la mer, les Puissances ont le droit d’établir des garnisons permanentes11. On peut aussi ranger dans cette catégorie certaine des voies ferrées construites par des compagnies étrangères en Chine, par exemple la Compagnie russo-chinoise de l’Est chinois (« nord-mandchourien »), la Compagnie japonaise du S.M.R. (South manchurian railway) ou la Compagnie française du chemin de fer du Yunnan. Les accords obtenus au moment du break- up autorisaient ces sociétés à exercer dans un certain périmètre autour des voies des droits de caractère étatique (communications postales, patrouilles armées, impôts)12 ; depuis juillet 1917, le Gouverneur- général du Guandong, c’est-à-dire l’officier commandant les troupes japonaises de la péninsule du Liaodong, avait « le contrôle de la protection et de la surveillance des voies ferrées de Mandchourie méridionale »13. De même, la zone exploitée par les houillères sino-britanniques de la K.M.A., près de Tangshan, constituait une véritable enclave étrangère de fait ; la K.M.A. y exerçait la police au moyen de ses propres forces armées, auxquelles venaient se joindre en période d’agitation sociale les marines britanniques débarqués d’urgence sur le carreau de la mine14. Enfin les eaux intérieures chinoises peuvent elles aussi être considérées comme « zones à statut spécial »15, dans la mesure où les flottilles étrangères et même les navires de guerre dans le cas du Yangzi peuvent y circuler librement, acheminer des troupes dans l’intérieur de la Chine, continuer à mener la classique « politique de la canonière » du xixe siècle16. Telle est du moins la pratique courante, bien que la Chine n’y ait jamais consenti officiellement par traité17.

  • 18 La plupart des auteurs emploient indifféremment ces deux termes.
  • 19 W. W. Willoughby, ibid,, chap. xxii.
  • 20 Ils étaient en 1920 au nombre de 115, dont 22 français et 53 britanniques (CYB, 1921-1922, pp. 472 (...)
  • 21 CYB, 1921-22, p. 479 ; il existait en Chine, en 1920, 13 bureaux de postes français, 12 britanniqu (...)
  • 22 Ibid., p. 506 (liste de 10 stations émettrices japonaises, 1 américaine, 3 françaises, établies à (...)

6Au démembrement territorial de la Chine s’ajoute son démembrement politique, puisqu’un certain nombre de services publics et de rouages essentiels de l’Etat sont passés en tout ou en partie sous le contrôle direct ou indirect des Puissances. C’est le cas de la justice, en raison de l’existence d’un des plus anciens privilèges que se soient arrogés les Occidentaux en Chine, l’extraterritorialité ou exterritorialité18. Les nationaux des « Puissances à traité » échappent en effet à la juridiction ordinaire chinoise et ne sont justiciables que des tribunaux consulaires établis par les différentes Puissances dans les principaux ports ouverts, du moment qu’ils sont défendants contre un Chinois ou que leur adversaire est également un étranger, ou qu’il s’agit d’un cas criminel19. C’est aussi le cas des postes chinoises, service d’Etat dont le Directeur général est un Français depuis un accord passé au moment du break-up, et dont les charges de commissaires provinciaux sont occupés par des étrangers de nationalité diverse20. Les Grandes Puissances ont en outre établi en Chine dans les principales villes leurs propres bureaux de postes, administrés directement par elles et dont l’usage est ouvert au public sans distinction de nationalité21. Des stations émettrices de télégraphie sans fil fonctionnent à Changhai et dans les grandes villes sous leur autorité22.

  • 23 Ibid., p. 869 sq. (Liste nominative des inspecteurs des douanes dans les principaux ports).
  • 24 W. W. Willoughby, Foreign rights..., chap. xxx.
  • 25 CYB, 1921-22, pp. 248 sq.
  • 26 Cf. les chapitres « Finance » des différentes livraisons du CYB.
  • 27 En 1919 le gouvernement chinois évaluait sa dette étrangère à environ 1 200 000 000 yuans, et les (...)

7Les finances de l’Etat chinois sont, elles aussi, passées progressivement sous le contrôle des étrangers. Dès le traité de Nankin de 1842, le taux des droits de douanes avait été limité à 5 %, et la guerre des Tai-ping avait fourni aux Puissances l’occasion de prendre elles-mêmes en main la gestion de celles-ci ; un Inspectorat général des douanes avait été créé, dont les cadres dirigeants étaient tous étrangers23, et dont l’allégeance au gouvernement impérial, puis aux gouvernements républicains depuis 1912, n’était guère que nominale. Depuis la chute de l’Empire, et pour parfaire encore le contrôle étranger sur ce service public, les revenus encaissés par les inspecteurs des douanes étaient directement versés aux « Banques gardiennes » (Hongkong and Shanghai Banking Corporation, Yokohama Specie Bank, Banque de l’Indochine, etc.), qui les utilisaient pour assurer le service des divers emprunts et obligations financières de la Chine. Seul le surplus était mis à la disposition du gouvernement chinois, et seulement sur décision du Corps Diplomatique de Pékin24. En 1913, le gouvernement chinois avait aussi dû accepter la création d’une « Gabelle de Chine » sous contrôle étranger, dont les revenus seraient également versés aux Banques gardiennes25. Cette extension progressive du contrôle étranger sur les finances chinoises était allée de pair avec l’accroissement des obligations financières de la Chine à l’égard des Puissances, pendant les dernières années de l’Empire et le début de la République. Aux indemnités imposées à la Chine vaincue par le Japon en 1895 et par l’ensemble des Puissances en 1901 s’ajoutaient les emprunts contractés pour assurer le remboursement de celles-ci, ceux aussi qui devaient permettre, au moins en théorie, le développement ferroviaire ou minier de la Chine, ceux enfin par lesquels des gouvernements chinois cherchaient périodiquement à s’assurer des ressources nouvelles pour leur budget général. Ce n’est pas le lieu ici d’analyser même sommairement les caractères et la composition de cette dette chinoise26 ; il suffit d’indiquer que par son ampleur et par les servitudes qu’elle imposait aux gouvernements chinois27, elle constituait un lien de subordination de la Chine à l’égard des Puissances, lien non moins fort que les diverses dispositions des traités inégaux sur le plan juridique et politique.

  • 28 F. C. Remer, Foreign investments in China, p. 76 et passim.
  • 29 Cf. G. C. Allen et A. Donnithorne, Western enterprise in Far Eastern industrial development. Passi (...)
  • 30 Cf. F. C. Remer, op. cit., et G. C. Allen, op. cit. ; on reviendra, à propos de la population ouvr (...)
  • 31 F. C. Remer, op. cit., p. 202.

8La croissance rapide de la dette chinoise à partir du break-up n’est elle-même qu’un aspect particulier de la dépendance de l’économie chinoise vis-à-vis des grands intérêts étrangers à cette époque. Le total des investissements étrangers en Chine, d’après la seule enquête un peu poussée qui ait été conduite sur ce sujet, se montait en 1914 à 1 610 millions de dollars américains, dont 607 millions pour la Grande- Bretagne, 219 pour le Japon, 263 millions pour l’Allemagne, 269 pour la Russie, 171 pour la France et 49 pour les Etats-Unis. Il est vraisemblable qu’au début de 1919 ces chiffres n’avaient guère augmenté par rapport à 1914, à l’exception des investissements japonais28. La répartition géographique de ces intérêts étrangers continue, en 1919, à refléter le dessin des « zones d’influence » taillées dans le territoire chinois au moment du break-up. Les intérêts français, mis à part certaines entreprises de moyenne ou faible importance dans des villes comme Changhaï (Compagnie des tramways français) ou Tianjin, sont concentrés dans les trois provinces limitrophes de l’Indochine française ; les investissements britanniques sont importants dans le bassin moyen et inférieur du Yangzi (cotonnières, usines de tabac de la British & American Tobacco Co, compagnies de navigation etc.), mais aussi dans la grande plaine de Chine du Nord (mines de la K.M.A., mines du Peking Syndicate au Henan). Les groupes financiers japonais se sont implantés à Changhai avec les cotonnières de la Naigai Wata Kaisha, dans le Nord-Est avec le S.M.R., et les houillères de Fushun, à Tianjin et plus récemment au Shandong d’où ils viennent depuis 1914 d’évincer le grand capital allemand29. A considérer les secteurs de l’économie et non plus les régions, ces investissements étrangers se sont depuis la fin du xixe siècle orientés surtout, outre le commerce proprement dit, vers l’industrie légère (cotonnières, tabac et allumettes), vers les mines, vers les entreprises de conditionnement des produits d’exportation (oléagineux, poudre d’œufs, mise en balle du coton et de la laine bruts), vers les transports modernes et surtout les compagnies de navigation (Mitsui, Mitsubishi, Jardine & Matheson, Butterfield & Swire) vers les services publics (télécommunications, transports en commun, eaux, électricité)30. Enfin la dépendance économique de la Chine par rapport aux Puissances se marque au déficit de sa balance commerciale, déficit aggravé encore par la situation défavorable de la balance des comptes et non compensé par cette dernière comme c’est souvent le cas à cette époque pour les vieux pays d’Occident. Alors qu’à l’époque des guerres de l’opium c’était les étrangers qui cherchaient à équilibrer leurs achats en Chine, la situation s’est progressivement retournée pendant les années 1880- 1890 et l’excédent des achats chinois à l’étranger sur les ventes atteignait 320 millions de yuans en 1914 et encore 104 millions en 1918, malgré une passagère amélioration pendant la Grande Guerre31.

  • 32 Cf. leur liste dans CYB, 1921-22, p. 94.
  • 33 Cf. ci-dessous, appendice bibliographique.
  • 34 Cf. la liste des principaux d’entre eux, CYB, 1921-22, p. 559.
  • 35 Sur cette solidarité entre les missions et la politique des Puissances, cf. p. ex. J. Leclercq, Vi (...)

9La pénétration des Puissances en Chine s’est aussi effectuée, surtout depuis le break-up, dans le domaine culturel et religieux. Bien rares sont les étrangers résidant en Chine qui se sont sérieusement efforcés de se familiariser avec la langue et la civilisation chinoise, et la plupart d’entre eux, surtout dans les milieux d’affaires des ports ouverts, se satisfont des quelques mots de pidgin (sorte de sabir anglo-chinois) qui leur permettent de se faire comprendre de leurs domestiques, de leur tireur de rickshaw, du contremaître ou du garçon de bureau auxquels ils transmettent leurs ordres. Mais, en revanche, il existe en Chine un nombre important de journaux et de périodiques occidentaux, surtout anglo-saxons32, qui contribuent à donner à la vie sociale dans les grands ports son caractère colonial. Il est rare qu’ils exercent une influence sérieuse sur la bourgeoisie chinoise elle-même, comme c’est le cas pour la Milliard’s Review of the Far East33. Les Universités et Collèges étrangers en Chine sont au contraire orientés essentiellement vers le public chinois, et ne déguisent guère leur souci de préparer des générations de dirigeants politiques et économiques prêts à coopérer avec les Puissances dans le cadre de l’actuel statut international du pays34. La plupart de ces Universités et Collèges, ainsi que des hôpitaux étrangers établis un peu partout en Chine, sont des entreprises des missions catholiques et protestantes, et celles-ci ne dissocient guère non plus, sauf pour une mince frange libérale du protestantisme, l’avenir de leur œuvre d’évangélisation et le maintien de la prépondérance des Puissances35.

  • 36 Il suffit ici, pour l’intelligence du mouvement ouvrier chinois entre 1919 et 1927, d’enregistrer (...)
  • 37 Cf. CYB, 1921-22, p. 622 ;W. Levi, Modern China’s foreign relations, p. 139 et p. 152.
  • 38 CYB 1921-22, p. 625. C’est seulement en 1920, un an après la renonciation unilatérale par le gouve (...)
  • 39 H. B. Morse et H. F. McNair, Far Eastern International relations, chap. xxviii.
  • 40 Ibid.
  • 41 Cf. CYB, 1921-22, p. 683 sq. (texte des Vingt-et-une demandes).

10En 1919, les Puissances occidentales et le Japon occupent donc en Chine une position de force que symbolise pour l’opinion chinoise le terme de « traités inégaux », alors que la plupart des avantages que se sont assurés les Puissances ne reposent même pas sur la fragile base juridique de ces traités arrachés par l’intervention militaire36. Certes la Grande Guerre vient de modifier profondément l’équilibre intérieur du bloc des Puissances. L’Allemagne a été éliminée dès 1914 de ses possessions et établissements par la victoire du Japon, et a perdu l’ensemble de ses privilèges sur le sol chinois quand en 1917 la Chine est entrée en guerre du côté des pays de l’Entente ; il en a été de même pour les droits de l’Autriche-Hongrie à cette date : extraterritorialité, juridiction consulaire, part de l’indemnité des Boxers, etc. 37. Depuis la Révolution soviétique d’octobre, d’autre part, il subsiste encore à Pékin un ambassadeur tsariste reconnu comme tel par le Corps diplomatique et le gouvernement chinois, et qui conserve le bénéfice de tous les droits et privilèges internationaux auxquels participait jusqu’en 1917 le gouvernement russe38. Le chemin de fer de l’Est chinois, jusque-là exploité par une compagnie russe directement liée au gouvernement impérial, est depuis 1917 resté sous l’autorité du général Horvath, son directeur général, assisté depuis février 1919 d’une commission interalliée39. Mais à cette date, la Russie a déjà cessé d’être pour les Puissances prédominantes en Chine un véritable partenaire, et elles tendent plutôt à la considérer comme un terrain ouvert à leurs appétits. Le Japon, comme la France, pousse activement à l’intervention armée contre le pouvoir soviétique sur une grande échelle, à partir de Vladivostock occupé depuis juin 1918 par les alliés, et ces deux Puissances soutiennent dans ce but les entreprises de l’amiral Koltchak et de ses émules en Sibérie. Les Anglo-saxons, au contraire, ne s’associent à cette politique d’intervention qu’avec réticence, et pour peu de temps seulement40. La Révolution russe aggrave donc encore les tensions internes que la Grande Guerre a suscitées en Chine entre les Puissances. Dès 1915 en effet, le Japon, profitant de l’éclipse de la Grande-Bretagne en Extrême-Orient, avait présenté à Yuan Shi-kai ses « Vingt-et-une demandes », qui tendaient à faire de la Chine tout entière un protectorat japonais et à s’y assurer une « position spéciale » au détriment de ses rivaux41.

  • 42 En août 1920, par exemple, le Corps diplomatique débloquera à titre de « surplus de la gabelle » l (...)
  • 43 Le Corps diplomatique accorde alors au gouvernement « constitutionaliste » de Canton 13,7 % des re (...)

11Mais en 1919 ces dissensions internes, rendues plus aiguës par la diminution du nombre des Puissances intéressées, ne remettent pas du tout en cause l’attachement fondamental et solidaire de celles-ci aux droits et privilèges qu’elles détiennent en Chine. Le Corps Diplomatique de Pékin exerce en fait, sinon en droit, une stricte tutelle sur les affaires chinoises, ou tout au moins sur ce qu’en contrôle effectivement le gouvernement de Pékin ; il est l’expression même de cette solidarité des Puissances en Chine et dispose, en particulier par les pratiques du « surplus douanier » et du « surplus de la gabelle », d’un véritable droit de vie ou de mort sur les gouvernements chinois, tous tributaires de ses libéralités financières ; sa politique tendra systématiquement à maintenir au pouvoir et à soutenir matériellement par le jeu de ces « surplus » les groupes politico-militaires qui se succèderont au pouvoir à Pékin42, et au contraire à refuser aux gouvernements dissidents du Sud toute part des revenus douaniers, sauf pendant une brève période en 1918-192043.

***

12Depuis le milieu du xixe siècle et plus encore depuis le break-up de 1896-1898, cette pénétration progressive des Puissances a profondément ébranlé l’économie chinoise et l’ancienne société chinoise. La hiérarchie quadripartite établie entre les lettrés (shi), les paysans (nong), les artisans (gong) et les marchands (shang), pierre angulaire de la société confucéenne classique, est complètement bouleversée par l’apparition de nouveaux rapports économiques, surtout dans les villes, et par la crise brutale qui secoue les campagnes chinoises.

  • 44 Gong Jun, Développement de l’industrie, p. 95 et p. 114. Ces données du Nong-shang-bu, comme celle (...)
  • 45 On reviendra de façon approfondie au chapitre 11 sur l’état des entreprises industrielles de la bo (...)
  • 46 Zhu Xin-fan, Zhong-guo zi-ben-zhu-yi-zhi-fa-zhan (Le développement du capitalisme en Chine), p. 93 (...)
  • 47 Yan Zhong-ping, Statistiques, pp. 108-109.
  • 48 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 380, qui cite un rapport du Nong-shang-bu (Ministère d (...)

13A la veille du Mouvement du 4 mai, la production capitaliste et les rapports capitalistes tiennent déjà une place importante dans l’économie du pays. Une estimation du Nong-shang-bu (Ministère de l’Agriculture et du Commerce) évalue pour 1919 les investissements bancaires du capitalisme chinois à 204 millions de yuans (dont 169 millions pour les petites banques et boutiques de change traditionnelles et 35 millions pour les grandes banques modernes), les investissements industriels à 108 millions, les investissements commerciaux à 22 millions, les investissements dans les transports à 21 millions44. Il existe une bourgeoisie d’affaires déjà très active45 ; l’éclipse temporaire des Occidentaux sur les marchés d’Extrême-Orient pendant la Grande Guerre a ouvert pour elle un véritable « âge d’or », selon le mot de ses historiens, en dépit du fait que la concurrence japonaise s’était accrue plus rapidement encore à la faveur de cette éclipse46. De 1914 à 1918, le nombre des broches des cotonnières chinoises passe de 160 000 à 216 000 à Changhai, de 45 000 à 59 000 à Wuxi, de 40 000 à 61 000 à Nantong, le nombre des manufactures chinoises de tabac de Changhai passe de 2 à 9, et le nombre des dévidoirs des filatures de soie de Changhai de 14 000 à 18 00047. Le dynamisme de cette bourgeoisie chinoise se mesure par exemple au nombre des Chambres de commerce qui dès 1912 atteint 794, avec 196.336 membres affiliés. Elles ont continué à se développer à partir de la chute de l’Empire, et il en existe 1.262 en 1915, avec 245.728 membres affiliés48.

14Mais cette bourgeoisie moderne chinoise, dont des germes très vigoureux existaient déjà au xviiie siècle et même auparavant, et dont le développement avait été considérablement accéléré par le choc brutal entre la Chine et l’Occident depuis les guerres de l’opium, ne peut facilement faire avancer ses entreprises : elle est défavorisée par son caractère social composite, comme par les conditions inégales dans lesquelles elle affronte la concurrence des intérêts étrangers établis en Chine.

  • 49 Ce terme, d’origine portugaise (littéralement acheteurs), désignait les fondés de pouvoir chinois (...)
  • 50 Cf. sur le rôle respectif de ces trois souches de la bourgeoisie moderne, Marion Levy et ShihKuo-h (...)
  • 51 CWR, 5 août 1922.
  • 52 CWR, 10 mars 1923.
  • 53 Who’s who in China, édition de 1920, p. 155.
  • 54 Sur ces groupements corporatifs traditionnels, cf. ci-dessous, p. 172.
  • 55 CEB, 20 septembre 1924 (liste des associations affiliées à la Chambre de commerce chinoise de Shan (...)

15La fusion est en effet bien incomplète encore, au sein de cette bourgeoisie capitaliste, entre les éléments issus du grand commerce traditionnel, du sel ou du thé par exemple, les éléments compradors49 dont la fortune s’était faite dans le sillage des grandes banques et autres firmes occidentales, et les mandarins et notables confucéens qui à la fin du xixe siècle s’étaient hasardés à patronner et à subventionner les premières usines modernes de Chine50. Fang Jiao-bo et Song Han-zhang, deux des dirigeants de la Chambre de commerce chinoise de Changhai51, sont par exemple des représentants typiques des milieux commerçants maintenant orientés vers l’industrie et les transports modernes : l’un est petit-fils d’un marchand de soie et de thé du Zhejiang52, et l’autre fils d’un marchand de sel du Fujian53. Mais la ligne de partage n’est pas encore très nette entre cette bourgeoisie marchande orientée vers les industries modernes, et le grand commerce proprement dit, dont les représentants restent groupés dans de puissantes guildes comme celles du thé ou de la soie, et dans des associations régionales, les hui-guan, telles que les amicales régionales des cantonais ou des ningponais de Changhai54. Ces groupements traditionnels de marchands sont affiliés aux Chambres de commerce au même titre que les groupements économiques modernes comme ceux des banquiers ou des propriétaires de cotonnières55.

  • 56 CYB, 1926, p. 1220. Sur le rôle de ce personnage en 1925-1927, cf. ci-dessous, chap. xi et chap. x (...)
  • 57 CWR, 8 octobre 1921.
  • 58 Le petit-fils de Li Hong-zhang est président du Conseil d’administration de la C.M.S.N.Co (CWR, 29 (...)
  • 59 Cf. sur Zhang Qian, Shih Kuo-heng, op. cit., p. 31.

16Les grands compradors, liés politiquement et financièrement aux grandes Puissances, ne sont pas moins influents au sein des organisations bourgeoises, tels Yu Xia-qing à Changhai, très lié aux intérêts japonais56, ou Chen Lian-bo, président de la Chambre de commerce de Canton et en même temps un des principaux compradors de la puissante « Hongkong & Shanghai Banking corporation »57. Enfin, en 1919, des entreprises comme la China Merchant Steam Navigation Co (C.M.S.N. Co, Zhao-shang-ju), principale compagnie chinoise de navigation, ou les houillères de Anyuan, sont encore sous l’influence financière et personnelle des familles de leurs fondateurs, les grands mandarins Li Hong- zhang et Sheng Xuan-huai58. Zhang Qian, lettré confucéen qui avait été le promoteur à la fin de l’Empire de l’industrie moderne dans sa ville natale de Nantong, est en 1919 le représentant le plus honoré de cette fraction de la bourgeoisie encore bien mal dégagée de l’ancienne couche dirigeante et des notables ruraux59.

  • 60 W. W. Willoughby, Foreign rights, pp. 748-757.
  • 61 D. K. Lieu, China’s industries and finances, p. 129 sq. Cet auteur recense, vers 1925, 790 postes (...)
  • 62 Sur ces questions, cf. par exemple D. K. Lieu, The growth and industrialisation of Shanghai, p. 91 (...)
  • 63 D’après les chiffres du Nong-shang-bu (Gong Jun, Développement de l’industrie, p. 115), portant su (...)
  • 64 C’est ainsi que la firme Jardine & Matheson, étroitement liée à la Hongkong & Shanghai Banking Cor (...)
  • 65 Cf. ci-dessous, chap. II, une analyse détaillée de la production énergétique chinoise en 1919.
  • 66 En 1918, la part de la flotte commerciale chinoise dans le mouvement des ports de Chine est de 43  (...)

17Le jeune capitalisme chinois n’est pas non plus en mesure d’affronter dans de bonnes conditions la concurrence des firmes étrangères. Alors que ces dernières en sont exemptées au terme des traités du xixe siècle60, les marchandises chinoises doivent acquitter le li-jin, taxe de circulation intérieure qui se multiplie sur chaque itinéraire au hasard des appétits des autorités civiles et militaires locales61. Les entreprises chinoises sont en même temps empêchées, depuis le traité de Nankin, d’user de l’arme classique du protectionnisme, puisque les tarifs chinois ne peuvent dépasser 5 %. Souvent inexpérimentées et mal encadrées, elles souffrent aussi d’une sous-capitalisation chronique qui les met à la merci de la moindre mévente ou de la moindre hausse des matières premières62 ; la plupart d’entre elles sont de faible ou de moyenne importance63 et elles sont loin d’être appuyées par un solide appareil bancaire, alors que pour les sociétés britanniques ou japonaises établies en Chine la fusion entre capital bancaire et capital industriel est déjà réalisée depuis la fin du siècle précédent64. Les hommes d’affaires chinois, mêmes quand ils s’efforcent de concurrencer dans un secteur particulier de l’économie les intérêts étrangers, restent par ailleurs tributaires de ceux-ci pour leurs achats de machines, la Chine étant pratiquement dépourvue d’industrie mécanique : ils ne sont pas davantage indépendants en ce qui concerne les sources d’énergie, puisque les plus grandes houillères modernes, comme celles du Nord-Est, du Zhili ou du Henan, sont aux mains des intérêts britanniques ou japonais, de même que les plus grandes centrales électriques, celles de Changhai ou du Nord-Est65. Les industriels chinois sont enfin soumis aux intérêts étrangers pour la distribution de leurs produits, dans la mesure où la grosse majorité du tonnage passant par les ports chinois (y compris dans le bassin du Yangzi) est transporté sous pavillon étranger66. Les relatifs progrès accomplis pendant la Grande Guerre par le capitalisme chinois n’avaient pas suffi à le libérer de cette dépendance fondamentale.

18Parallèlement à la bourgeoisie industrielle moderne, et même avec plus d’ampleur puisqu’une bonne partie de ses employeurs étaient les mêmes firmes étrangères auxquelles se heurtait cette bourgeoisie, s’était constituée depuis la fin du xixe siècle en Chine une classe ouvrière moderne, qu’il suffit de mentionner ici pour mémoire ; on aura l’occasion d’y revenir.

  • 67 CYB, 1921-1922, chap. xx.
  • 68 Cf. par exemple les fréquentes mentions qui en sont faites dans les « éphémérides » de L. Wieger ((...)
  • 69 CYB, 1921-1922, p. 95 à 130 (liste établie d’après les déclarations de périodiques auprès des Post (...)
  • 70 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 379.
  • 71 Il n’existe pas de bonne étude d’histoire sociale sur les étudiants chinois à cette époque, ni sur (...)

19L’existence d’une nouvelle intelligentsia, souvent liée étroitement à la bourgeoisie mais néanmoins distincte, est un autre trait original de la société chinoise en 1919. Un système moderne d’éducation, dès les dernières années de la dynastie mandchoue, avait remplacé peu à peu les vieilles écoles confucianistes non seulement au niveau de l’enseignement supérieur, mais à celui de l’enseignement secondaire et technique67, et les enseignants, souvent groupés en associations locales ou provinciales, forment un groupe social très actif68. Il en est de même des journalistes, car il existe en 1919 près de neuf cents journaux et périodiques69. Les étudiants des Universités et écoles techniques modernes se sont eux aussi multipliés, surtout dans les grandes villes. On compte en 1915, d’après le gouvernement de Pékin, 129 739 établissements « modernes » d’enseignement, depuis les écoles primaires jusqu’aux Universités, avec 4 294 251 élèves, 198 976 professeurs et maîtres, et 235 372 diplômés70. Cette jeunesse des écoles va manifester dès le 4 mai 1919 et maintes fois par la suite son intérêt très vif pour les affaires de la nation71.

  • 72 Le recensement de 1912 fournit le chiffre de 361 000 000 personnes et celui de 1928, 474 000 000 p (...)
  • 73 Yan Zhong-ping, Statistiques, p. 123. Il va sans dire que cette évaluation est fort sujette à caut (...)
  • 74 Cf. l’analyse du système chinois des poids et mesures présentée par D. K. Lieu, China’s industries (...)
  • 75 L’extrême confusion du système monétaire chinois à cette époque ne traduit pas seulement le caract (...)

20Mais quelle que soit leur importance historique, ces groupes sociaux nés des transformations économiques n’ont encore qu’une bien faible importance numérique, au sein des quelque quatre cent ou cinq cent millions d’hommes qui composent l’immense Chine72. Ce sont les rapports économiques précapitalistes qui prédominent encore largement, non seulement à la campagne, mais aussi à la ville dans toutes les échoppes d’artisans et les boutiques de petits commerçants. Bien qu’elle échappe par nature à l’évaluation statistique, puisqu’elle alimente essentiellement les besoins familiaux et locaux, la production des tisserands de villages, des mineurs semi-paysans travaillant avec leur pic et leur panier, des fabriquants d’ustensiles domestiques en bambous ou d’aliments salés et séchés constitue certainement une part considérable de la production industrielle chinoise. En 1918, le Nong-shang-bu estimait à 7 300 000 tonnes la production des mines de charbon traditionnelles, contre 2 500 000 tonnes pour les mines modernes du capital chinois et 8 600 000 tonnes pour les mines étrangères de Chine73. Cette petite production précapitaliste, très importante dans l’industrie et encore quasi-universelle en agriculture, coexiste donc avec la grande production moderne du capitalisme chinois et étranger. Presque partout subsistent des rapports économiques caractérisés par leur étroitesse, par l’auto-consommation à l’échelon du district ou à la rigueur de la province. Il n’existe pas en 1919 de marché national chinois, comme le confirmeront les considérables disparités régionales qu’on constatera entre les salaires et entre les prix. La diversité des poids et mesures74, celle des monnaies75, sont autant d’indices significatifs de cet état d’émiettement de l’économie chinoise en 1919.

  • 76 Sur le déclin des guildes traditionnelles au début du xxe siècle, cf. ci-dessous, chap. vi.
  • 77 CWR, 30 septembre 1922 (d’après une étude de l’association des banquiers chinois).
  • 78 CEB, 16 janvier 1925.

21Mais toutes ces masses d’hommes dont l’activité économique s’apparente encore à la Chine du passé sont, elles aussi, profondément ébranlées. Artisans et commerçants voient s’amenuiser leur sphère d’activité et se relâcher la traditionnelle sécurité dont ils bénéficiaient au sein de leurs guildes76 ; la hausse régulière des prix depuis la fin de l’Empire et plus particulièrement pendant la Grande Guerre frappe sévèrement toutes les petites gens des villes. L’indice des prix de gros à Changhai est à 230,7 en 1919 pour la base 100 en 191477 ; à Canton, l’indice des prix de détail est à cette date à 136,4 par rapport à la même base78. La détérioration de l’économie paysanne est plus sensible encore.

  • 79 Cf. Mao Tse-toung, la Révolution chinoise et le parti communiste chinois (Œuvres choisies, t. III, (...)
  • 80 L’expression est de O. Lattimore (Inner Asian frontiers of China, p. 49). Cf. aussi Fei Hsiao-tung(...)

22Les termes de « régime féodal » ou « semi-féodal » qu’emploient couramment les historiens et hommes politiques chinois79, ont sans doute le défaut, pour le public européen, d’évoquer trop directement l’Occident médiéval et ses institutions politiques et sociales ; de fait, il y a déjà plus de deux mille ans que la Chine ne connaît plus l’investiture de fiefs par le seigneur ou une paysannerie de serfs légalement dépourvus de liberté personnelle. Mais ces termes ont néanmoins le mérite de souligner à quel point a persisté, encore en plein xxe siècle, la dépendance fondamentale de la paysannerie par rapport aux notables ruraux (shen-shi), qui sont à la fois maîtres de la terre, détenteurs effectifs de la puissance publique dans le village et le district, adeptes et dispensateurs jusqu’à une date toute récente de l’idéologie confucéenne officielle, et qui constituent donc une véritable classe dirigeante de « frères siamois »80.

  • 81 L’enquête de John L. Buck, portant sur 2 886 fermes et effectuée vers 1928, donne une moyenne de 2 (...)
  • 82 En 1917, le Nong-shang-bu recensait, sur 49 000 000 d’exploitants ruraux, 24 500 000 propriétaires (...)
  • 83 Cf. Chen Po-ta, op. cit., chap. 11 ; cf. aussi Annuaire, I, p. 451 (différents types de rente au J (...)
  • 84 CWR, 21 novembre 1925 (Unfavorable conditions in Northern Kiangsu).
  • 85 Cf. par exemple les souvenirs d’enfance du maréchal Zhu De (A. Smedley, The Great Road, pp. 16-18) (...)
  • 86 Cf. la description des forces armées des shen-shi du Hunan, dans le rapport que Mao Tse-toung cons (...)

23Il ne faut pas en effet ne prendre en considération que la petite dimension des exploitations chinoises et leur caractère essentiellement familial81. Ce n’est pas suffisant de constater que dans l’ensemble de la Chine le faire-valoir direct était sans doute alors le lot de la moitié environ des exploitants ruraux, les autres louant aux propriétaires fonciers la totalité ou au moins une partie de leurs terres82. En fait c’est bien l’ensemble de la paysannerie qui se trouve sous la dépendance économique directe des notables ruraux. Pour leurs fermiers, cette dépendance s’exprime essentiellement par la rente foncière, perçue soit en espèce soit en nature, et dont le taux peut être fixe ou proportionnel à la récolte, mais qui dépasse toujours la moitié de celle-ci. Il existe aussi toutes sortes d’obligations coutumières, de « cadeaux » au maître ou à son intendant, de journées de travail et autres prestations diverses83. Dans le Jiangsu septentrional, les fermiers doivent par exemple effectuer chaque mois deux ou trois journées entières de corvée dans le champ du propriétaire, apporter à son manoir un boisseau de grain et des pots de graisse, et payer pour utiliser son four et son moulin ; celui-ci tranche aussi les différends entre paysans84. Ceux des paysans qui exploitent leur propre terre subissent aussi la domination des shen-shi ; ils s’endettent auprès d’eux à des taux usuraires très élevés ; ce sont aussi les gros propriétaires qui collectent souvent l’impôt pour le compte des autorités du district, et qui sont tout puissants auprès du ya-men (bureau du magistrat local). Il s’y ajoute en outre les exactions de toute sorte que rien ne retient ces potentats villageois d’infliger aux petits paysans85, d’autant plus facilement que dans maintes régions ils entretiennent des forces armées privées avec l’assentiment des autorités86.

  • 87 Cf. Ρ A, octobre 1929 (The burdens of chinese peasantry). Les seules dépenses militaires de l’État (...)
  • 88 Exemple cité par Chen Po-ta, op. cit., p. 62.
  • 89 Dans les xian de Kunshan et de Nantong, pour la base 100 en 1905, le riz blanc passe en 1914 aux i (...)
  • 90 Cf. les données relatives aux xian (districts) de Kunshan et de Nantong au Jiangsu (Annuaire, I, p (...)

24Dès la fin du xixe siècle et plus nettement encore à l’époque de la Grande Guerre, les maux séculaires de la paysannerie chinoise se sont brusquement aggravés. Cette détérioration des rapports sociaux à la campagne résulte d’abord de l’accroissement constant des besoins financiers de l’Etat chinois, avant comme après la révolution de 1911 : dette extérieure, charges militaires, dépenses nouvelles qu’entraînent des administrations modernes confiées à un personnel d’Etat qui conserve les traditions mandarina les de gaspillage et d’inefficacité ; toutes ces charges retombent sur la paysannerie par l’intermédiaire de l’impôt foncier, que celui-ci soit payé par les shen-shi ou les petits paysans propriétaires87. En même temps se sont accrus, surtout autour des grandes villes modernes et dans les régions où progresse l’économie de marché, les appétits financiers des propriétaires fonciers résidant à la ville et entraînés ainsi à de multiples dépenses de luxe. Le taux de la rente foncière s’élève, quand elle est perçue en espèce ; dans un village voisin de Tianjin où depuis des générations la rente équivalait à un yuan par mou, elle passe en 1907 à trois yuans, en 1913 à six yuans88. Certes le prix des produits agricoles sur le marché s’élève aussi pendant cette période89, de même que le prix de la terre90, mais ces hausses n’intéressent que très faiblement la masse de la paysannerie.

  • 91 Le pétrole américain, dès la fin du xixe siècle, concurrence les huiles combustibles locales dans (...)

25Le déclin de l’artisanat rural est un autre facteur important de dégradation de la condition paysanne. Les tissages de coton ou de soie, la fabrication du papier ou des objets en bambous, la poterie grossière ou raffinée avaient de tout temps constitué pour l’économie paysanne une appréciable ressource d’appoint ; tantôt on n’avait affaire qu’à un artisanat rural de caractère complémentaire, occupant une partie du temps laissé libre par le travail des champs, tantôt il s’agissait déjà d’entreprises spécialisées et travaillant pour un marché plus ou moins étendu. Il semble bien, même en l’absence de travaux approfondis sur cette importante question, que l’artisanat rural, dès la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, soit durement frappé par la concurrence d’un certain nombre de produits importés ou fabriqués dans les usines modernes chinoises ou étrangères établies en Chine ; ces produits de la grande industrie lui ferment le marché des villes et viennent même le concurrencer dans les villages, surtout dans le bassin du Yangzi91.

  • 92 Agrarian China, pp. 94-101.
  • 93 Estimation du Comité international de lutte contre la famine, formé en 1920- 1921 par des missionn (...)
  • 94 Estimation (un peu postérieure à la date envisagée ici) de l’Union paysanne provinciale du Guangdo (...)
  • 95 Chiffres cités par l’Annuaire, I, p. 447 sq. Ces matériaux ne sont reproduits ici qu’à titre d’exe (...)

26Ainsi s’aggrave la dépendance de la petite paysannerie vis-à-vis des propriétaires fonciers et usuriers de villages, et la misère paysanne. Non seulement le taux de la rente foncière s’élève, comme on l’a déjà noté, mais la pratique de la garantie sur fermage, c’est-à-dire du versement obligatoire d’une importante somme en espèces par tout paysan désirant louer des terres, se répand de plus en plus92. La concentration foncière augmente, surtout au voisinage des grandes villes et des centres d’économie moderne, par l’élimination des petits propriétaires exploitants au profit des shen-shi et des gros usuriers. La proportion des paysans- propriétaires, qui en 1919 est d’environ 50 % pour l’ensemble de la Chine, tombe en effet à 32 % au Zhejiang, et au Jiangsu93, à 34,5 % au Guangdong94. L’exemple des deux xian (districts) ruraux de Kunshan et de Nantong, dans la région du Bas-Yangzi, qui ont fait l’objet vers 1925 d’une étude quantifiée approfondie pour les années 1905, 1914 et 1924, permet de saisir avec précision, au moins sur un cas particulier, l’aggravation de la condition paysanne à cette époque (figure n° 1)95.

Fig. i. — Détérioration de la condition paysanne au début du xixe siècle (d’après l’exemple des xian de Kunshan et de Nantong).

  • 96 Cf. W. Mallory, China, land of famine. Cf. aussi H. F. McNair, With the White Cross in China, jour (...)
  • 97 Cf. sur le recrutement paysan des travailleurs de l’industrie, ci-dessous, p. 85.
  • 98 Cf. V. Purcell, The Chinese in South-East Asia ; vers 1920, il y a 260 000 émigrés chinois aux Sia (...)
  • 99 CSPSR, octobre 1931 (Population movement to the North-Eastern provinces).
  • 100 RT, 1921, Wanhsien, p. 9.
  • 101 CWR, 18 juin 1921.
  • 102 Cf. par exemple les rapports locaux des commissaires des postes pour l’année 1918 (Report on the w (...)

27Cette crise sociale, qu’il serait intéressant de pouvoir comparer avec celles qui affectent cycliquement la Chine rurale et par exemple avec celle qui précède vers 1850 la révolution Tai-ping et les révoltes concomitantes des Nian et des Musulmans, met la paysannerie à la merci des calamités naturelles comme la grande sécheresse de 1920-21 en Chine du Nord, qui fera des millions de victimes96. Chaque mauvaise année précipite de nouvelles vagues de paysans pauvres vers les grandes villes industrielles97, vers les ports, les mines, les plantations coloniales des « Mers du Sud » (Nan-jang)98, vers le Nord-Est aussi, ouvert à l’émigration chinoise depuis l’extrême-fin seulement du xixe siècle. Il y aura 342 000 arrivées en Mandchourie par terre et par mer en 1923, première année pour laquelle la S.M.R. publie des statistiques d’émigration99. Mais d’autres paysans préfèrent la lutte au départ, et les sociétés secrètes traditionnelles connaissent vers 1920 un regain d’activité à travers toute la Chine, comme ces bandes du Sichuan dirigées par des prêtres taoïstes qui se réclament de la « Grande Paix » (Tai-ping) et qui attaquent Wanxian en mars 1921100, ou comme cette secte du Hubei occidental qui prêche le culte d’un Dieu vivant représenté par deux paysans qui se sont mis à sa tête101. Bien souvent, cette révolte élémentaire contre les représentants de l’ordre établi s’effectue tout simplement à travers l’activité des bandes de hors-la-loi (du-fei) qui se multiplient en Chine, surtout après la mort de Yuan Shi-kai102. En 1919, c’est donc toujours sous des formes « traditionnelles » que s’expriment l’amertume et la volonté de résistance de la paysannerie chinoise frappée de tant de maux ; encore cette résistance reste-t-elle, pour des raisons mal connues, bien en deçà de la vague d’agitation agraire des années 1850-1870. Le Mouvement du 4 mai éclate dans une période de « creux » du mouvement paysan chinois, qui ne retrouvera qu’en 1925-1927 le niveau de lutte atteint au temps des Tai-ping. La capacité de lutte politique de la paysannerie est à cette date loin d’être aussi manifeste qu’elle le sera quelques années plus tard, et il faut toujours tenir compte de ce fait quand on considère la participation relativement faible des campagnes aux mouvements révolutionnaires chinois comme ceux du 4 mai 1919 ou du 30 mai 1925.

  • 103 Cf. W. Eberhard, The Chinese festivals.
  • 104 Cf. O. Lang, La vie en Chine, particulièrement les chapitres iii, vi, x (vie familiale, relations (...)
  • 105 Cf. par exemple les personnages de jeunes intellectuels en révolte contre la société, qui figurent (...)

28A la veille du Mouvement du 4 mai, l’économie et la société chinoise présentent donc un caractère fondamental de transition, qui se retrouve aussi dans les mœurs et les habitudes sociales. Si depuis janvier 1912 c’est l’ère républicaine (Min-guo) qui est utilisée dans les documents officiels, la vie sociale continue à s’organiser en fonction des festivals lunaires traditionnels, Jour de l’An aux environs de février, Fête des bateaux-dragons à la cinquième lune, Fête de la mi-été à la huitième lune103. De même, dans les relations familiales et privées, les mœurs du passé prédominent encore non seulement dans les campagnes, mais très largement à la ville : les grandes familles (da-jia-ting) et l’autorité du père sur sa femme et ses enfants, le jeu des influences personnelles et les clientèles privées, le recours à des intermédiaires dans maints épisodes de la vie sociale pour ménager la « face » des parties en cause, et la présentation de coûteux cadeaux en nature et en espèce à ceux dont on sollicite l’appui ou les bons offices104. Ce n’est que parmi une très petite minorité d’intellectuels et de bourgeois occidentalisés qu’on cultive les thèmes de la liberté de l’individu ou de l’égalité de l’homme et de la femme, et qu’on s’attaque à toutes ces anciennes coutumes105.

***

  • 106 Liste des ministères, CYB, 1919, p. 304.
  • 107 Ibid., pp. 306-308. Cf. aussi Zhong-guo nian-jian (Annuaire de Chine), 1924, pp. 224-225. Le Jiang (...)
  • 108 F. Houn, Central government in China, p. 142.

29En 1919, la Chine est une République, mais l’appareil d’Etat n’est pas fondamentalement différent de ce qu’il était dans les dernières années de la dynastie mandchoue. Les ministères centraux sont au nombre de neuf, et parmi eux l’historien du mouvement ouvrier doit particulièrement noter le Ministère de l’Agriculture et du Commerce (Nong-shang-bu), de la compétence duquel relèvent les problèmes industriels et ouvriers, le Ministère des Communications (Jiao-tong-bu) qui supervise les chemins de fer, à l’exception des lignes étrangères comme celles du Nord-Est ou du Yunnan, les Ministères de la Guerre (Lu-jun-bu), et des Finances (Cai-zheng-bu), dont relèvent les arsenaux, les manufactures militaires, les imprimeries d’Etat, les hôtels des monnaies, et donc leur personnel106. L’administration locale est organisée dans le cadre des provinces (les dix-huit provinces traditionnelles auxquelles s’ajoutent le Xinjiang et les trois provinces du Nord-Est, Fengtian, Jilin et Heilongjiang) ; depuis 1914, les provinces sont elles-mêmes subdivisées en « circuits » (dao), qui remplacent les différentes classes de préfectures et sous-préfectures, et en districts (xian)107. La Révolution républicaine de 1912 n’a pas modifié non plus l’équilibre des forces sociales dans le pays ni remis en question la prépondérance des milieux conservateurs des villes et des campagnes, notables ruraux, anciens mandarins impériaux, chefs militaires, haute bourgeoisie modérée ; ce sont eux qui continuent à tenir en main l’appareil d’Etat. Le régime a le même caractère autoritaire que l’Empire des Mandchous, car les successeurs de Yuan Shi-kai ont continué comme lui-même à suspendre l’application de la Constitution libérale de 1912 et en particulier de la liberté d’association. Les partis politiques qui avaient fleuri en grand nombre dans l’enthousiasme de la Révolution républicaine ont disparu purement et simplement ou sont réduits à la clandestinité ; il n’existe plus que des formations politico-militaires et des « Clubs » civils, qui sont surtout des syndicats d’intérêts ne méritant guère le nom de partis, et qui se disputent le pouvoir à Pékin dans le cadre bien formel des institutions républicaines108.

  • 109 Li Chien-nung, Political history, chap. xi et xii, passim.
  • 110 Ibid., chap. xii.
  • 111 Ibid., pp. 383-384·
  • 112 L. Wieger, Chine moderne, t. IV, p. 21.

30Les principaux de ces groupes sont le club Anfu (du nom de la rue de Pékin où se trouvait son siège) du maréchal Duan Qi-rui, très lié au Japon, le clan du Zhili qui est plutôt orienté vers les puissances anglo-saxonnes, et le groupe du Fengtian dont le chef, le général Zhang Zuo-lin, est maître des trois provinces du Nord-Est ; parmi les formations civiles, les plus influentes sont la « clique des Communications » du banquier Liang Shi-yi, ancien secrétaire de la Présidence de la République sous Yuan Shi-kai, et la « clique des Recherches » qui groupe les amis de l’ancien réformateur Liang Qi-chao109. En 1919, c’est le parti Anfu qui domine à Pékin, associé au groupe des Communications. Il a évincé de la présidence de la République le général Feng Guo-zhang, chef du parti du Zhili, et y a installé l’incolore Xu Shi-chang, ancien haut fonctionnaire impérial et ancien collaborateur de Yuan. Il détient aussi la majorité au Parlement, dit « Parlement Anfu », qu’il a fait élire en 1918 après dissolution du « Vieux Parlement » de 1913, et si son chef Duan Qi-rui a formellement abandonné la présidence du Conseil, c’est pour y faire place à des personnages de second plan qui sont à sa dévotion110. L’aide financière importante qu’il a reçue en 1918 du Japon sous prétexte de soutenir l’effort de guerre chinois (« prêts Nishihara ») lui assure une existence facile ou relativement facile ; il a bien en main l’armée et peut compter sur la plupart des gouverneurs de province111. Il est significatif de son orientation politique qu’en septembre 1918 il ait fait déclarer fête nationale chômée l’anniversaire de Confucius, remettant ainsi en honneur la morale politique de soumission à l’ordre établie sur laquelle pendant des siècles s’était assise la domination des shen-shi112.

  • 113 Cf. ci-dessous, chap. xv.

31L’influence des militaires dans les affaires chinoises, déjà amorcée à la fin de l’Empire, n’a fait donc que s’accroître depuis 1912. Du jeu politique chinois semble se dégager une règle fondamentale, bien que non écrite, celle selon laquelle les courants et groupements politiques disposant de la force armée peuvent seuls accéder au pouvoir. C’est au nom de cette règle que les grands mandarins chinois vainqueurs des Tai-ping s’étaient imposés à la cour mandchoue dans les années 1870, que Kang You-wei et les « civils » réformateurs qui l’entouraient avaient été vaincus en 1898, que Yuan Shi-kai et ses épigones avaient évincé les républicains libéraux en 1912, que ces derniers ont tenté en 1917- 1918 de prendre leur revanche à Canton en constituant un directoire militaire113. Cette prééminence de l’élément militaire dans la vie publique se manifeste aussi nettement dans les provinces qu’au niveau du gouvernement central.

  • 114 Ce nom provient de la fusion des titres de du-du, porté par les gouverneurs de provinces au moment (...)
  • 115 En novembre 1921, Wu Pei-fu, un des chefs du parti Zhili, demandera par exemple 3 000 000 de yuans (...)
  • 116 Le prix de l’opium passe au Yunnan de 8 yuans l’once en 1916 à 0,80 yuans en 1920 (CWR, 3 avril 19 (...)
  • 117 En avril 1919, la presse révèle par exemple d’importants trafics d’armes françaises et américaines (...)
  • 118 CWR, 24 février 1923 (Mutiny cases in China since the Revolution).

32Les gouverneurs militaires de province, les du-ju114, éclipsent en effet de plus en plus leurs collègues civils et se constituent de véritables principautés autonomes, mettant à profit l’éclipse du pouvoir central à partir de la mort de Yuan Shi-kai. Ces « seigneurs de la guerre », comme on commence à les appeler, ne voient guère dans leur charge qu’une occasion de s’enrichir ; ils rançonnent les Chambres de commerce115, encouragent la culture de l’opium116, entreprennent sur une grande échelle la contre-bande des armes117 et équipent des armées provinciales turbulentes, toujours prêtes à se mutiner en cas de solde irrégulièrement versée118.

  • 119 Cf. dans les Who’s who des différentes livraisons du CYB des exemples nombreux de carrières admini (...)
  • 120 Wu Pei-fu, un des chefs du parti Zhili, avait par exemple obtenu le premier degré des examens conf (...)
  • 121 Cf. par exemple Sun Yat-sen, Xuan-ji (Œuvres choisies), p. 442 (lettre du 18 août 1922 aux membres (...)
  • 122 CYB, 1919, pp. 306-307. L’absence de toute monographie sur l’une ou l’autre de ces Assemblées prov (...)

33Ce progrès des forces centrifuges, déjà net en 1919 même s’il n’atteint pas le degré de confusion des années 1922-1925, ne peut être historiquement analysé sans tenir compte de la position prépondérante que les notables ruraux continuent à occuper dans la société chinoise et la vie politique chinoise. Maintenant qu’a disparu le solide appareil unitaire de la bureaucratie impériale, dans lequel beaucoup d’entre eux faisaient carrière, les shen-shi se satisfont d’exercer une influence dans le cadre de la province, sinon du xian, et ce repli traduit bien le caractère étroit de leurs activités économiques, c’est-à-dire de l’exploitation féodale et usuraire de la paysannerie. Ces notables ruraux, qui gardent sous leur contrôle les fonctions publiques locales comme celles de « préfet » (zhi-shi) de xian ou de « intendant de circuit » (dao-yin)119, sont dans l’ensemble en bons termes avec les du-jun, dont plusieurs sortent de leurs rangs si d’autres sont des soldats de fortune arrivés aux honneurs à la faveur de la Révolution de 1911120. Le mot d’ordre de « protéger le district et maintenir l’ordre parmi le peuple » (bao-jing an-min), si répandu alors dans les milieux modérés des provinces121, exprime à la fois les aspirations autoritaires des chefs militaires et le souci des notables ruraux de se prémunir à l’échelon local contre les progrès de l’agitation agraire. Shen-shi et du-jun collaborent au sein des Assemblées provinciales, créées par les Mandchous à la veille de leur chute, dissoutes par Yuan Shi-kai en 1914, et remises en activité à sa mort122.

  • 123 C’est ainsi que l’Assemblée provinciale du Shanxi proteste au début de 1921 contre un décret plaça (...)
  • 124 Fondés en 1912 (Yan Zhong-ping, Statistiques, p. 167).
  • 125 Ces deux cotonnières sont fondées en 1920 (Zhu Xin-fan, Zhong-guo zi-ben- zhu-yi-zhi fa-zhan, Le d (...)

34Le particularisme et le régionalisme restent très vivants dans ces Assemblées provinciales et s’affirment à maintes occasions dans les années qui suivent immédiatement la Grande Guerre123. Ces tendances influencent même, dans les provinces de l’intérieur, la jeune bourgeoisie d’affaires, et ce fait souligne à nouveau les liens que celle-ci conserve avec les milieux conservateurs ; maintes usines et mines modernes fondées à cette époque portent des noms à consonance provincialiste, comme les charbonnages Bao-Jin (« protection du Shanxi ») à Pingting124 où les cotonnières Yu-fong (prospérité du Henan) à Zhengzhou et Lu-fong (prospérité du Shandong) à Jinan125.

  • 126 Hu Sheng, Imperialism and Chinese politics, p. 230.
  • 127 Ibid., chap. v.

35En 1919, le contrôle de la vie politique chinoise appartient donc aux épigones militaires et civils de Yuan Shi-kai, solidement appuyés sur la couche des notables ruraux et des anciens mandarins ; ils sont soutenus en même temps par les intérêts étrangers en Chine. Le Japon protège directement les Anfu et le groupe des communications, vient de leur accorder d’importants subsides, et a placé des « conseillers » auprès d’eux, comme Sakatani pour les affaires financières, Ariga pour les affaires politiques et Aoki pour les affaires militaires126 ; d’une façon plus générale, l’ensemble des « Puissances à traité » continue, comme du temps de Yuan Shi-kai, à favoriser la présence à Pékin d’un « homme fort » capable de maintenir l’ordre en Chine et donc d’assurer la sauvegarde de leurs droits et privilèges127. En face de ce régime conservateur se dressent pourtant des forces d’opposition, sans doute dispersées et hésitantes, mais avec lesquelles il doit compter.

  • 128 Il n’existe aucune étude, même sommaire ou partielle, sur les sociétés secrètes chinoises au xxe s (...)
  • 129 Mao Tse-toung, Œuvres choisies, t. I, p. 21. Cf. aussi sur les Épées rouges et d’une façon général (...)
  • 130 Ma Zhao-jun, Histoire, pp. 76-77.

36Il faut mettre à part les sociétés secrètes traditionnelles comme la Triade dans le Sud, la Société des Aînés et des Anciens dans la région du Moyen Yangzi, les Bandes verte et rouge à Changhai, les Epées rouges du Henan et tant d’autres128. Elles aussi n’ont qu’une base régionale. Elles sont surtout influentes dans la paysannerie pauvre129, mais aussi dans les éléments déclassés des grandes villes, dans lesquels certaines d’entre elles comme les Bandes verte et rouge de Changhai, recrutent presque toutes leurs troupes130. Ces débris du Moyen Age chinois se situent en marge de la vie politique générale et ne sont pas directement associés à la solution des grandes questions qui se posent à la Chine en 1919. Mais les sociétés secrètes restent capables d’influencer profondément les masses populaires.

  • 131 J. K. Fairbank, China’s response to the West, pp. 239-254.
  • 132 Li Rui, Mao Ze-dong, p. 53 à 82.
  • 133 J. K. Fairbank, op. cit., ibid.
  • 134 CYB, 1923, P- 883.

37Le radicalisme intellectuel est au contraire un courant politique entièrement novateur, dans sa base sociale comme dans ses ambitions. Le groupe de professeurs et d’étudiants de Pékin qui en 1915 a fondé la « Nouvelle Jeunesse » (Xin Qing-nian) commence en 1919 à faire école dans tous les grands centres intellectuels et politiques chinois, en particulier à Changhai, à Wuhan, à Changsha, à Canton. Ses animateurs s’attaquent aux croyances et aux mœurs de l’ancienne Chine, préconisent l’usage de la langue populaire (bai-hua) en journalisme et en littérature à la place de l’antique wen-yan, demandent l’émancipation des femmes et l’essor des études scientifiques modernes131. En politique, leurs positions sont moins nettes ; Li Da-zhao et son disciple Mao Ze-dong regardent déjà du côté de l’Union soviétique132 ; Chen Du-xiu, qui comme eux s’est rallié aux thèses marxistes, est en même temps fortement influencé par la France et la Révolution française, au point de donner à sa revue un sous-titre imprimé en français, « La Jeunesse ». Hu Shi, un des promoteurs de la réforme littéraire, se tourne plutôt du côté des Puissances anglo-saxonnes133. L’importance de ces liens entre une partie de l’intelligentsia moderniste et l’Occident se note aussi à l’activité des cercles protestants chinois de l’Y.M.C.A. dont le secrétaire général, Yu Ri-zhang (David Yui) est une des principales figures de la bourgeoisie modérée de Changhai ; il sera en 1921 désigné comme « délégué civique » de la Chine à la Conférence de Washington, pour accompagner les délégués officiels du gouvernement de Pékin134.

  • 135 Le reflet de cette déception se retrouve par exemple dans des nouvelles de Lu Xun comme « Dans un (...)
  • 136 Cf. ci-dessous, chap. vi.
  • 137 Cf. AAAPS, 1930 (China’s use of the boycott as a political weapon).
  • 138 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 24.
  • 139 C’est ainsi que, le 7 mai 1920, l’Assemblée provinciale du Hubei suspend sa session régulière en s (...)
  • 140 Hu Sheng, op. cit., p. 242.
  • 141 CYB, 1921-1922, pp. 719-738·

38La bourgeoisie chinoise, vers 1919, figure aussi parmi les forces d’opposition au régime. Elle est amèrement déçue par l’échec de la Révolution républicaine135, en même temps qu’enhardie par les progrès économiques qu’elle a accomplis pendant la Grande Guerre. Elle souhaite la réunification de la Chine et l’effacement des cliques militaires au pouvoir à Pékin ; elle aspire en même temps à développer ses affaires et il est apparu depuis quelques années à Changhai des associations de « promotion industrielle », à Canton une « Société pour l’étude de la mécanique », au nom significatif136. Sur le plan international, cette bourgeoisie prend de plus en plus conscience de la situation de dépendance dans laquelle les Puissances occidentales et le Japon maintiennent la Chine. Le souvenir du boycott antijaponais de 1915 est resté tout proche137, de même que la campagne lancée alors pour la promotion des industries nationales138 ; on célèbre chaque année le 7 mai une « journée d’humiliation nationale » pour commémorer l’acceptation par Yuan Shi-kai des « Vingt-et-une demandes »139. Au printemps 1918, des manifestations d’étudiants annonciatrices de celles de mai 1919 et une campagne de presse ont protesté contre les accords financiers conclus alors entre Duan Qi-rui et le gouvernement japonais140. Au début de 1919, la pression de l’opinion publique et en particulier de la bourgeoisie moderne est assez forte pour que la délégation du gouvernement de Pékin à la Conférence de la paix à Versailles présente un long mémorandum qui comporte la renonciation des Puissances aux zones d’influence, le retrait des troupes et polices étrangères de Chine ainsi que des bureaux de postes étrangers, l’abolition de la juridiction consulaire et de l’exterritorialité, la restitution des territoires à bail, concessions et établissements, l’octroi à la Chine de l’autonomie douanière141.

  • 142 Sur l’Y.M.C.A. et en général sur les rapports du protestantisme avec l’éveil national de la Chine, (...)
  • 143 Cf. sur ces deux périodiques l’appendice bibliographique.
  • 144 Hu Sheng, op. cit., pp. 190-192.
  • 145 L’activité des Presses commerciales, la grande maison d’édition chinoise de cette époque, méritera (...)

39Mais l’attitude de cette bourgeoisie, tant envers l’Ouest qu’envers les forces de conservation sociale, est en réalité beaucoup plus complexe, beaucoup plus hésitante. Elle s’oppose à l’Occident, mais reste en même temps profondément attirée par lui, en particulier par l’intermédiaire des compradors qui sont nombreux dans ses rangs, par celui des anciens élèves des Universités occidentales, par celui aussi des éléments convertis au christianisme142. Il est très significatif qu’une revue de la bourgeoisie cultivée comme la Chinese Social and Political Science Review, fondée à Pékin par l’association du même nom, ait choisi de paraître en langue anglaise, l’année même où La Jeunesse commençait sa campagne pour le bai-hua. L’hebdomadaire américain libéral Weekly Review of the Far East (qui deviendra bientôt la China Weekly Review) est aussi une des lectures favorites de la bourgeoisie143. Cet occidentalisme s’était déjà manifesté en 1912, quand le gouvernement de Nankin s’était contenté d’assurer les Puissances de sa bonne volonté sans tenter le moins du monde de remettre en question leur position privilégiée en Chine144. Certes l’attitude de ces Puissances au lendemain de la Révolution, leur refus d’accorder au gouvernement provisoire le « surplus douanier » alors que Yuan Shi-kai, l’année suivante, se le voit attribuer et bénéficie des largesses du Consortium, ont provoqué d’amères désillusions. Mais cette bourgeoisie, vers 1919, reste encore très favorable à l’Ouest, et cela d’autant plus que pour elle la cause du progrès politique et économique, la cause de la lutte contre les forces d’Ancien Régime, se confond avec celle de la modernisation « à l’occidentale ». Elle regarde non seulement vers la science d’Occident145, mais vers les formes occidentales d’organisation politique et en particulier vers le parlementarisme, comme le montre le prestige qu’a conservé, surtout dans le Sud, la Constitution de 1912.

  • 146 Who’s who in China, Édition de 1920, p. 108 et p. 5.

40La bourgeoisie chinoise n’est pas non plus coupée radicalement des forces sociales conservatrices. Plusieurs de ses membres les plus illustres sont directement issus du mandarinat d’ancien régime, et fournissent un personnel politique de valeur aux cliques politico-militaires du Nord : c’est le cas d’hommes comme le banquier Liang Shi-yi ou l’industriel Zhang Qian, qui ont tous deux été ministres à Pékin depuis 1913, souvent à des postes importants146.

  • 147 Sur l’activité de Sun Yat-sen vers 1919, cf. J. Chesneaux, Sun Yat-sen, p. 171 sq.
  • 148 Cf. CYB, 1923, Who’s who.

41Les mêmes contradictions fondamentales, le même dualisme, caractérisent l’attitude et les activités politiques de Sun Yat-sen vers 1919. Ce dernier est fort du prestige que lui confèrent son activité révolutionnaire depuis plus de trente ans, ses fonctions éphémères de président de la République, et son opposition à Yuan Shi-kai147. Il dispose d’une organisation politique, le Parti révolutionnaire chinois (Zhong-hua ge-ming-dang), qui ne reprendra qu’en octobre 1919 le nom de Guo-min-dang sous lequel il avait déjà existé en 1912-1913 ; autour de lui se groupe une brillante équipe d’hommes politiques comme Liao Zhong-kai, originaire de la bourgeoisie chinoise d’outre-mer, Hu Han-min, qui vient d’une famille de shen-shi cantonais et qui a été gouverneur de sa province natale au lendemain de la révolution de 1911, Wang Jing-wei, intellectuel qui a longtemps sé ourné au Japon et en Occident148.

  • 149 La CWK organisera en 1922 parmi ses lecteurs, qui représentent essentiellement la bourgeoisie mode (...)
  • 150 Cf. Sun Yat-sen, Xuan-ji (Œuvres choisies), p. 339.
  • 151 « La première chose à faire est de restaurer le Parlement dans ses droits », déclare-t-il en févri (...)
  • 152 Ibid., p. 186 sq.

42Sun continue, comme les milieux de la bourgeoisie moderne qui mettent en lui toute leur confiance149 à considérer le système parlementaire occidental comme capable d assurer le relèvement et le progrès de la Chine, et s’est donné la peine d’y initier ses compatriotes en publiant une « Introduction à la démocratie » en 1917150 ; c’est cette conviction qui le conduit à réclamer la remise en vigueur intégrale de la Constitution républicaine de 1912151. Sur le plan économique, il achève la rédaction de son grandiose « Plan industriel » qui va être publié au cours de l’année 1919 et qui comporte la construction de 200 000 kilomètres de voies ferrées, l’ouverture de grands ports modernes, la multiplication des usines152.

  • 153 Dès juillet 1917, sont arrivés à Canton 305 anciens parlementaires (SCMP, 3 août 1917).
  • 154 Les travaux de démolition commencent en décembre 1918 (FER, févr. 1920).
  • 155 Cité par Li Chien-nung, Political history, p. 387.
  • 156 A. Kotenev, New lamps for old, p. 102.
  • 157 Li Chien-nung, Political history, p. 387.
  • 158 Ibid., pp. 390-393.

43La participation de Sun Yat-sen au gouvernement dissident qui s’est formé à Canton en 1917-1918 et qui fédère six provinces du Sud constitue de sa part un effort en ce sens, mais présente en même temps le même caractère contradictoire que les autres démarches politiques de la bourgeoisie. Ce gouvernement se réclame de la « protection de la constitution » et rappelle à Canton les membres du « Vieux Parlement » de 1913 qu’on venait de chasser de Pékin en juin 1917153. Il se consacre en même temps au développement économique du Guangdong, et entreprend par exemple la démolition de la vieille muraille féodale d’enceinte de Canton, geste symbolique de rupture avec le passé et d’expansion urbaine154. Mais ce gouvernement sudiste est soutenu surtout par des chefs militaires des provinces méridionales et par des notables modérés, qu’opposent aux Anfu des querelles personnelles beaucoup plus qu’un idéal de progrès politique. Sun Yat-sen, découragé, abandonne dès le début de l’année 1918 les fonctions de grand-maréchal qu’on lui avait confiées l’année précédente et part pour Changhai. « Même sous la bannière de la protection de la Constitution, les militaristes ne tenaient aucun compte de la loi ou de l’opinion publique », déclarera-t-il plus tard155. Le Parlement l’a élu néanmoins au collège des· sept Directeurs désigné en mai 1918 pour diriger le gouvernement dissident, mais il refuse de venir y siéger. La conduite des affaires du Sud est laissée à des chefs militaires locaux comme Lu Rong-ting, du-jun du Guangxi et dirigeant de la société secrète des Pavillons Noirs156, ou Tang Ji-yao du Yunnan, et à des politiciens modérés comme ceux du « Club des Sciences Politiques » ; parmi les chefs cantonais, seul le vénérable Wu Ting-fang, diplomate de la vieille école qui en 1911 avait fait partie du gouvernement républicain provisoire, peut passer pour relativement favorable aux idées du Sun Yat-sen et de son Parti révolutionnaire chinois157. Des deux gouvernements qui en 1919 se disputent l’autorité sur la République de Chine, le second n’est donc guère moins lié que le premier aux couches conservatrices, aux chefs militaires, aux notables ruraux ; les pourparlers qui s’engagent entre eux à Changhai en février 1919, et qui vont d’ailleurs rapidement avorter, ne préparent au mieux qu’un compromis entre gens du même bord158. Le Sud ne représente pas alors une alternative fondamentale au cours suivi par la politique chinoise depuis la chute des Mandchous, à l’intérieur comme à l’extérieur.

***

  • 159 Sun Yat-sen, Le triple démisme (traduction d’Élia), p. 12.
  • 160 On connaît l’importance de la littérature « sinophobe » qui fleurit en Chine au lendemain de la Gr (...)

44En 1919, c’est l’état de diversité, sinon de confusion, dans lequel se trouve la Chine qui frappe le plus les observateurs chinois et étrangers. L’Empire du Milieu n’est-il plus que du « sable dispersé », selon la formule de Sun Yat-sen159, n’est-il plus qu’un autre « homme malade » dont les Old China hands raillent sans merci les faiblesses160 ? L’état de morcellement de l’économie chinoise et la prédominance des échanges locaux ou régionaux à courte distance et des rapports d’auto-consommation ne sont plus masqués par la solide bureaucratie impériale ; la discontinuité de l’implantation économique des Occidentaux contribue encore à renforcer l’inégalité de développement économique des diverses régions et interdit la formation d’un marché national unifié.

  • 161 Cf. Li Chien-nung, Political History, passim.
  • 162 Cf. sur les diverses langues locales de la Chine, R. Forrest, The Chinese language, p. 194 sq.

45Sur le plan politique, se manifeste la même tendance fondamentale au morcellement régional, au polycentrisme. C’est dans un cadre provincial ou régional que s’étaient organisés les groupements révolutionnaires anti-mandchous161, et que se développent maintenant les entreprises centrifuges des du-jun. La Révolution républicaine de 1911 elle- même avait largement été l’affaire des provinces du Sud et du Centre, et c’est la faiblesse des appuis dont elle disposait au Nord du Yangzi qui pour une bonne part avait facilité en 1912 les manœuvres de Yuan Shi-kai. La dissidence des six provinces « constitutionnalistes » en 1917-18 avait la même signification. Ce caractère inachevé et fragile de l’unité chinoise est encore souligné par la diversité des langues parlées, surtout dans les régions situées au Sud du Yangzi162 ; les dialectes Wu du Bas-Yangzi, ceux du Fujian, le cantonais, le hakka, sont autant de véritables langues dont les usagers ne se comprennent absolument pas entre eux, s’ils n’ont pu consacrer à l’étude des caractères de longues années. Il faut pourtant noter que ce morcellement de fait de la Chine, s’il favorise dans l’immédiat les entreprises des du-jun, jouera aussi en faveur des forces de progrès et favorisera la formation de la base révolutionnaire de Canton, de même que plus tard celle des « Soviets chinois » du Jiangxi ou des zones autonomes de guérillas anti-japonaises.

  • 163 Ces associations avaient déjà, en décembre 1918, provoqué la réunion à Pékin d’une « Conférence na (...)

46Mais ce morcellement, ce polycentrisme, n’excluent nullement la vigueur du sentiment national et des aspirations à l’unité nationale ; c’est ce qu’ont montré en février 1919 les multiples adresses et résolutions votées dans tout le pays par les associations d’intellectuels ou les Chambres de commerce quand s’ouvrent à Changhai des pourparlers entre délégués des gouvernements de Pékin et de Canton en vue de la réunification du pays163. Le Mouvement du 4 mai va exprimer avec plus de force encore ces tendances unitaires.

47La Chine apparaît aussi en 1919 comme profondément dépourvue d’unité organique, d’homogénéité interne de ses structures sociales et politiques. L’examen même rapide des types de production, des courants d’idées ou des formes d’organisation politique a révélé les plus étonnants contrastes, la cohabitation des sociétés secrètes et de l’Y.M.C.A. ou celle de la corvée féodale et de la navigation à vapeur. Cette inégalité de développement interne, cette tendance constante aux contrastes, se retrouvera dans les caractères sociologiques de la classe ouvrière, et plus généralement dans les conditions historiques où pourra se développer et agir le mouvement ouvrier. La Chine de 1919 et des années suivantes est une Chine où les idées circulent « à la moderne » sur les chemins rapides de la télégraphie et de la grande presse, et peuvent en quelques jours mettre en mouvement des millions d’hommes à travers tout le pays comme ce sera le cas le 4 mai 1919 ou le 31 mai 1925 ; mais c’est en même temps une Chine où les marchandises, pour une large part, sont mises sur le marché avec les mêmes difficultés et dans le même rayon limité qu’en Europe avant la révolution capitaliste. Ce décalage, ce retard de la base économique par rapport aux superstructures politiques et intellectuelles avait déjà été une des causes principales de l’échec de la Révolution de 1911 ; il contribuera aussi à restreindre la portée des grandes vagues de fond de cette période, qu’on verra tourner court malgré leur ampleur, au moins dans l’immédiat.

48Ces caractères originaux ne s’expliquent qu’en fonction des deux grands problèmes qui se posent au pays, et dont l’un remonte seulement à plusieurs dizaines d’années tandis que l’autre est vieux de plusieurs millénaires : la situation prépondérante des Puissances étrangères et la domination politique et sociale des forces liées à l’exploitation agraire. Ce sont là les deux contradictions fondamentales à partir desquelles doit se développer la révolution chinoise, celles dont en 1919 la Chine attend encore la solution. Certes, le peuple chinois s’est déjà efforcé de mettre en échec la pénétration économique et politique des Puissances et de renverser le pouvoir médiéval des shen-shi et de leurs représentants politiques successifs au gouvernement central. Mais ces deux questions fondamentales de la politique chinoise sont restées jusque-là isolées l’une de l’autre. Les mouvements dirigés contre les étrangers, comme les Boxers, étaient conservateurs en politique intérieure. Les mouvements de progrès social et politique, comme les tentatives de réformes de 1898 ou la Révolution républicaine de 1911, n’avaient eu de leur côté à l’égard des grands intérêts étrangers qu’une attitude de conciliation et se résignaient tant bien que mal aux « traités inégaux ». La profonde originalité du « Mouvement du 4 mai » sera de s’attaquer de façon conjointe à ces deux problèmes essentiels.

49Le cours incertain qu’a suivi la révolution chinoise jusqu’en 1919 pose en même temps un problème de direction. Ni la bourgeoisie ni la paysannerie ni l’intelligentsia moderne n’ont jusqu’à présent réussi dans leurs entreprises pour résoudre l’une ou l’autre de ces deux contradictions. Les efforts de la paysannerie pour renverser le pouvoir mandchou et celui des shen-shi, et fonder en Chine avec les Tai-ping un Etat mi-moderne et mi-imprégné des souvenirs de la vieille communauté agraire ont échoué, de même qu’ont échoué ses luttes contre le pouvoir impérial avec les Nian ou sa résistance à la pénétration étrangère sous le pavillon des Boxers. La bourgeoisie et l’intellige tsia moderne ont de leur côté été vaincues en 1898 comme en 1911. En 1919, les forces profondes qui sont en mouvement dans l’opinion publique, et qui se sont déjà manifestées avec la poussée d’enthousiasme provoquée par la chute de l’Empire, ou avec la vague d’indignation qui a accompagné l’acceptation des Vingt-et-une Demandes en 1915, sont à la recherche d’un guide. Les échecs successifs de la paysannerie et de la bourgeoisie ont laissé la voie libre pour un nouveau prétendant à la direction de la révolution chinoise, la classe ouvrière.

50L’étude du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927 va permettre de préciser les caractères, les étapes, les modalités, de cette entrée du prolétariat industriel dans la vie politique et sociale chinoise. Par mouvement ouvrier, on entend ici l’ensemble des manifestations historiques de l’activité de la classe ouvrière et de sa capacité créatrice. Ces manifestations d’activité créatrice, insérées dans tout le devenir historique et donc indissociables de l’évolution historique de la Chine pendant la même période, comportent à la fois les tentatives des ouvriers pour modifier à leur profit, à court terme comme à long terme, le jeu des forces économiques, leur participation collective aux luttes politiques nationales et internationales, leur capacité de créer leurs propres organisations, mutuelles, syndicats, partis, et enfin l’élaboration, l’assimilation et la propagation d’une idéologie ouvrière.

51Ce sont les grandes grèves et manifestations ouvrières de mai-juin 1919, du « Mouvement du 4 mai », qui ont été retenues comme point de départ de cette étude qui sera menée jusqu’en avril 1927, jusqu’à la rupture brutale entre les organisations ouvrières et la droite du Guo-min-dang après leur commune victoire. Mais on ne peut examiner ces huit années de luttes ouvrières sans avoir au préalable analysé, au moins sommairement, l’état de la classe ouvrière chinoise en 1919, ses effectifs, ses origines sociales et ses modalités de recrutement, ses conditions de travail et sa rémunération, son niveau de vie, ainsi que l’expérience historique qu’à cette date elle a déjà accumulée en tant que classe.

Notes

1 Cf. W. W. Willoughby, China at the Conference, chap. vi.

2 Sun Yat-sen, Le triple démisme, chap. i et ii.

3 Les concessions étaient en principe établies à la suite d’un accord avec les autorités chinoises locales, et les établissements étaient nés d’une décision unilatérale des Puissances. Techniquement, les « concessions » de Changhai (internationale et française) étaient des établissements (W. W. Willoughby, Foreign rights and interests in China, chap. xix).

4 Liste complète dans CYB, 1921-1922, pp. 221-222.

5 Cf. ci-dessous, chap. vii.

6 SMCR, 1920 (682 000 personnes).

7 Cf. pour une analyse détaillée du statut de la Concession internationale, le Rapport Feetham, particulièrement la IIe partie. Cf. aussi A. Kotenev, Shanghai, its mixed Court and Council.

8 W. W. Willoughby, Foreign rights..., chap. xvii.

9 Cf. G. B. Endacott, A history of Hongkong, chap. v et vi.

10 Ibid., p. 294-95. La population totale de Hongkong en 1921 se monte à 625 166 personnes, dont 610 368 chinois (ibid., p. 289).

11 W. W. Willoughby, Foreign rights, p. 856.

12 Ibid., p. 156 et 226 (lignes de Mandchourie) ; cf. aussi Me Murray, Treaties and agreements with China, p. 457.

13 W. W. Willoughby, Foreign rights, p. 227.

14 Cf. ci-dessous, chap. viii (grève des mineurs de la K.M.A. de 1922).

15 Contrairement à ceux de « concessions », « territoires à bail », « zones d’influence », qui étaient d’usage courant en Chine à cette époque, le terme de « zones à statut spécial » est suggéré par nous, afin de mieux souligner la diversité de fait des modalités de démembrement de la Chine.

16 W. W. Willoughby, Foreign rights, p. 854.

17 « Même si ce droit ne nous a pas été reconnu par traité, l’amiral Evans a le droit de s’en servir quand les navires similaires des autres Puissances le font constamment », déclarait le Secrétaire d’État américain en 1903 après l’envoi d’une flotille de guerre sur le Haut-Yangzi (ibid.).

18 La plupart des auteurs emploient indifféremment ces deux termes.

19 W. W. Willoughby, ibid,, chap. xxii.

20 Ils étaient en 1920 au nombre de 115, dont 22 français et 53 britanniques (CYB, 1921-1922, pp. 472-73). Cf. (ibid., pp. 875-77) une liste nominale des commissaires provinciaux des Postes.

21 CYB, 1921-22, p. 479 ; il existait en Chine, en 1920, 13 bureaux de postes français, 12 britanniques, 124 aponais et 1 américain.

22 Ibid., p. 506 (liste de 10 stations émettrices japonaises, 1 américaine, 3 françaises, établies à Changhai, Kunming et Guangzhouwan, et 3 britanniques, dont 2 à Hongkong et 1 à Kachgar).

23 Ibid., p. 869 sq. (Liste nominative des inspecteurs des douanes dans les principaux ports).

24 W. W. Willoughby, Foreign rights..., chap. xxx.

25 CYB, 1921-22, pp. 248 sq.

26 Cf. les chapitres « Finance » des différentes livraisons du CYB.

27 En 1919 le gouvernement chinois évaluait sa dette étrangère à environ 1 200 000 000 yuans, et les remboursements et services d’intérêts effectués pendant l’année à 114 000 000 yuans (CYB, 1921-22, p. 237).

28 F. C. Remer, Foreign investments in China, p. 76 et passim.

29 Cf. G. C. Allen et A. Donnithorne, Western enterprise in Far Eastern industrial development. Passim »

30 Cf. F. C. Remer, op. cit., et G. C. Allen, op. cit. ; on reviendra, à propos de la population ouvrière chinoise (chap. 11), sur les différentes entreprises industrielles étrangères établies en Chine en 1919.

31 F. C. Remer, op. cit., p. 202.

32 Cf. leur liste dans CYB, 1921-22, p. 94.

33 Cf. ci-dessous, appendice bibliographique.

34 Cf. la liste des principaux d’entre eux, CYB, 1921-22, p. 559.

35 Sur cette solidarité entre les missions et la politique des Puissances, cf. p. ex. J. Leclercq, Vie du père Lebbe, passim, et Paul A. Varg, Missionaries, Chinese and diplomats, chap. iii et v.

36 Il suffit ici, pour l’intelligence du mouvement ouvrier chinois entre 1919 et 1927, d’enregistrer cette position de force sans envisager même brièvement les problèmes historiques que pose celle-ci. On n’a pas cherché par exemple à distinguer systématiquement ceux des privilèges occidentaux qui avaient été obtenus par un traité en forme (comme l’exterritorialité) et ceux qui ne résultaient que d’une décision unilatérale des Puissances. On n’a pas cherché non plus à montrer comment certains de ces privilèges, les plus anciens, correspondent aux nécessités de l’ère commerciale et ne cherchent qu’à garantir le mouvement des marchandises et celui des négociants (concessions, exterritorialité, limitation des tarifs douaniers), alors qu’une seconde série de privilèges (contrôle des finances, territoires à bail) reflètent à partir du break-up le souci des Puissances de garantir leurs investissements sur le sol chinois et de les protéger. Il appartient aussi aux historiens de la pénétration occidentale en Chine d’examiner si, comme le pense par exemple J. K. Fairbank (Trade and diplomacy on the China coast) l’appareil des traités inégaux n’est vraiment qu’une adaptation du système de relations avec les « barbares tributaires » et les commerçants arabes du Moyen Age, ou s’il ne représente pas plutôt dans l’histoire des relations entre la Chine et l’étranger un complet renversement d’équilibre au détriment de la Chine. De même, l’histoire de l’expression « traités inégaux » et de son rôle dans l’opinion publique chinoise reste encore à écrire.

37 Cf. CYB, 1921-22, p. 622 ;W. Levi, Modern China’s foreign relations, p. 139 et p. 152.

38 CYB 1921-22, p. 625. C’est seulement en 1920, un an après la renonciation unilatérale par le gouvernement soviétique aux anciens privilèges tsaristes, que le gouvernement chinois cessera de reconnaître le bénéfice de ceux-ci aux Russes blancs et à leurs organisations et représentants (ibid., pp. 628-29).

39 H. B. Morse et H. F. McNair, Far Eastern International relations, chap. xxviii.

40 Ibid.

41 Cf. CYB, 1921-22, p. 683 sq. (texte des Vingt-et-une demandes).

42 En août 1920, par exemple, le Corps diplomatique débloquera à titre de « surplus de la gabelle » la somme de 4 280 000 yuans, en prescrivant en détail l’utilisation des fonds (dépenses militaires, dépenses du gouvernement central, etc.) (CWR, 21 août 1920). En avril 1926, il débloquera 600 000 yuans sur le surplus douanier pour payer la police du gouvernement de Pékin et « maintenir le moral des forces capables de maintenir l’ordre » (CWK, 17 avril 1926).

43 Le Corps diplomatique accorde alors au gouvernement « constitutionaliste » de Canton 13,7 % des revenus perçus par les douanes maritimes de Chine, pourcentage correspondant au trafic des ports que celui-ci contrôle effectivement (CYB, 1921-22, p. 247). Mais cette allocation est suspendue quand au printemps 1920 les militaristes du Guangxi restent seuls maîtres de Canton ; par la suite, Sun Yat-sen, puis ses successeurs du gouvernement national, n’obtiendront plus jamais la moindre part du « surplus ».

44 Gong Jun, Développement de l’industrie, p. 95 et p. 114. Ces données du Nong-shang-bu, comme celles qu’on utilisera plus bas à propos des effectifs ouvriers (ci- dessous, p. 54), sont d’autant plus sujettes à caution que, à partir de la mort de Yuan Shi-kai, un nombre croissant de provinces n’envoient plus à Pékin que des renseignements incomplets ou même s’en abstiennent tout à fait. C’est ainsi que pour 1916 ces statistiques donnent des chiffres supérieurs à ceux de 1918 : 284 millions de yuans pour les investissements bancaires, 132 millions pour l’industrie, 20 et 23 millions pour le commerce et les transports, alors que la Chine est pendant la Grande Guerre en période d’expansion économique.

45 On reviendra de façon approfondie au chapitre 11 sur l’état des entreprises industrielles de la bourgeoisie chinoise en 1919.

46 Zhu Xin-fan, Zhong-guo zi-ben-zhu-yi-zhi-fa-zhan (Le développement du capitalisme en Chine), p. 93 à 100 (liste des principales entreprises industrielles fondées pendant cette période, avec leurs capitaux).

47 Yan Zhong-ping, Statistiques, pp. 108-109.

48 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 380, qui cite un rapport du Nong-shang-bu (Ministère de l’Agriculture et du Commerce). Il est vraisemblable que leur nombre a continué de croître pendant la Grande Guerre, à la faveur des progrès du capitalisme national chinois ; mais on a indiqué que les statistiques du Nong-shang-bu sont incomplètes à partir de 1916.

49 Ce terme, d’origine portugaise (littéralement acheteurs), désignait les fondés de pouvoir chinois des grandes banques et maisons de commerce étrangères établies en Chine.

50 Cf. sur le rôle respectif de ces trois souches de la bourgeoisie moderne, Marion Levy et ShihKuo-heng, The rise of the Chinese modern business class ; cf. aussi A. Feuer-werker, China’s early industrial development, Sheng Hsuan-huai and mandarin enterprise.

51 CWR, 5 août 1922.

52 CWR, 10 mars 1923.

53 Who’s who in China, édition de 1920, p. 155.

54 Sur ces groupements corporatifs traditionnels, cf. ci-dessous, p. 172.

55 CEB, 20 septembre 1924 (liste des associations affiliées à la Chambre de commerce chinoise de Shanghai).

56 CYB, 1926, p. 1220. Sur le rôle de ce personnage en 1925-1927, cf. ci-dessous, chap. xi et chap. xiv.

57 CWR, 8 octobre 1921.

58 Le petit-fils de Li Hong-zhang est président du Conseil d’administration de la C.M.S.N.Co (CWR, 29 déc. 1923), et le fils de Sheng Xuan-huai directeur général des mines d’Anyuan (XD, 2 déc. 1925).

59 Cf. sur Zhang Qian, Shih Kuo-heng, op. cit., p. 31.

60 W. W. Willoughby, Foreign rights, pp. 748-757.

61 D. K. Lieu, China’s industries and finances, p. 129 sq. Cet auteur recense, vers 1925, 790 postes de lijin.

62 Sur ces questions, cf. par exemple D. K. Lieu, The growth and industrialisation of Shanghai, p. 91 sq., et H. D. Fong, Industrial capital in China.

63 D’après les chiffres du Nong-shang-bu (Gong Jun, Développement de l’industrie, p. 115), portant sur un recensement de 956 entreprises chinoises effectué en 1918, 378 d’entre elles soit 40 % avaient un capital inférieur à 10 000 yuans, 275, soit 29 %, un capital de 10 000 à 50 000 yuans, 86 un capital de 50 000 à 100 000 yuans, 157 un capital de 100 000 à 500 000 yuans, 27 un capital de 500 000 à 1 000 000 yuans, 33 un capital supérieur à 1 000 000 yuans.

64 C’est ainsi que la firme Jardine & Matheson, étroitement liée à la Hongkong & Shanghai Banking Corporation, contrôle, outre ses lignes de navigation à vapeur, des cotonnières et des filatures de soie à Shanghai, des chantiers navals à Shanghai et Hongkong, les tramways de Hongkong, des compagnies d’assurance, et a une participation dans les houillères du Peking Syndicate au Henan (Yan Zhong-ping, Statistiques, pp. 255-257).

65 Cf. ci-dessous, chap. II, une analyse détaillée de la production énergétique chinoise en 1919.

66 En 1918, la part de la flotte commerciale chinoise dans le mouvement des ports de Chine est de 43 638 bâtiments et 17 000 000 tonnes, contre 54 782 bâtiments étrangers ayant transporté 57 000 000 t., soit moins du quart du tonnage total (Yan Zhong- ping, Statistiques, p. 221). Sur le Yangzi, cette même année, la C.M.S.N. Co, principale compagnie chinoise de navigation, n’a que 8 bâtiments en activité, contre 17 aux compagnies britanniques Jardine et Butterfield, et 14 à la principale compagnie japonaise (ibid., p. 248).

67 CYB, 1921-1922, chap. xx.

68 Cf. par exemple les fréquentes mentions qui en sont faites dans les « éphémérides » de L. Wieger (Chine moderne, passim.).

69 CYB, 1921-1922, p. 95 à 130 (liste établie d’après les déclarations de périodiques auprès des Postes chinoises). Cf. aussi Lin Shu-shen, Histoire du journalisme en Chine.

70 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 379.

71 Il n’existe pas de bonne étude d’histoire sociale sur les étudiants chinois à cette époque, ni sur l’intelligentsia en général. Cf. Kiang Wen-han, The Chinese student movement (surtout du point de vue intellectuel et politique) ; cf. aussi S. Tretiakov, A Chinese testament (autobiographie d’un étudiant chinois de l’époque du « 4 mai »).

72 Le recensement de 1912 fournit le chiffre de 361 000 000 personnes et celui de 1928, 474 000 000 personnes (Nan Ming I Liu, Contribution à l’étude de la population chinoise, p. 104 et III). Les Postes chinoises en 1921 évaluaient à 427 000 000 personnes la population de la Chine (CYB, 1921, p. 3). On peut supposer, puisque le recensement de 1953 a établi le chiffre de 582 000 000 pour la population de la Chine continentale (JAS, août 1957, The Chinese 1953 census), que ces données étaient inférieures à la réalité.

73 Yan Zhong-ping, Statistiques, p. 123. Il va sans dire que cette évaluation est fort sujette à caution.

74 Cf. l’analyse du système chinois des poids et mesures présentée par D. K. Lieu, China’s industries and finances, pp. 115-120. Les plus grandes inégalités existent de province à province. Le mou vaut en principe 6 000 pieds carrés, mais peut en valoir jusqu’à 17 000. Le tan (« picul »), unité de poids, vaut à Changhai 150 livres chinoises (jin) ou « catties », mais 1 200 livres au Yunnan ; picul et catty sont des termes de pidgin. Les équivalences adoptées par les Occidentaux de Chine à cette époque (1 mou = 1/15 d’hectare ; 1 catty = 604 grammes, 1 picul = 60,4 kilogrammes) ne sont donc guère plus que des conventions commodes. Cf. une table de ces équivalences, CYB, 1919, pp. 86-87.

75 L’extrême confusion du système monétaire chinois à cette époque ne traduit pas seulement le caractère local de la vie économique, mais le délabrement de l’appareil d’État depuis la chute de l’Empire et aussi les effets de la pénétration des grands intérêts étrangers. Cf. E. Kann, Currency in China, passim ; D. K. Lieu, China’s industries and finances, p. 37 sq. et p. 120 sq. ; CYB, 1919, pp. 360-364.
La base traditionnelle de la monnaie chinoise est le taël (liang), qui est un poids d’argent et dont il existe un grand nombre de variétés provinciales ; 100 « taëls douaniers » valent par exemple 101,75 taëls de Xiamen, 104,77 taëls de Jiujiang, 111,40 taëls de Changhai. Le taël n’est qu’une unité de compte, et non une monnaie réelle, mais on frappe des pièces de son sous-multiple la sapèque (en principe un millième de taël) ; la pièce de cuivre de 10 sapèques (centime de cuivre) est très répandue.
Il s’y ajoute les pièces d’argent étrangères (dollar mexicain, dollar de Hongkong, dollars espagnols des Philippines) utilisées depuis le milieu du xixe siècle dans les ports ouverts, le yuan ou dollar chinois que Yuan Shi-kai avait tenté d’imposer en 1914, le papier-monnaie des autorités civiles ou militaires provinciales à court de ressources, et les billets de banque étrangers, par exemple ceux de la Banque de Hongkong, très répandus dans le Guangdong.
La plus totale instabilité, dans le temps et dans l’espace, régit les rapports entre ces monnaies. Les taux d’échanges entre les diverses pièces d’argent varient constamment, mais aussi le taux d’échange entre le yuan et la monnaie divisionnaire d’argent (pièces de 10 ou 20 fen ou centièmes de yuan), et entre le yuan et la monnaie divisionnaire de cuivre. Particulièrement importante pour la classe ouvrière est la dévalorisation constante du centime de cuivre (cf. ci-dessous, chap. V), et la distinction entre le paiement des salaires par da-yang (grande monnaie) ou xiao-yang (petite monnaie). Dans le premier cas, on verse à l’ouvrier son salaire en pièces de un yuan, en complétant avec des pièces de monnaie divisionnaire. Dans le second cas, la somme, même supérieure à un yuan, est entièrement versée en pièces divisionnaires en ne tenant compte que de la valeur faciale de celles-ci, et non de leur dévaluation de fait par rapport aux pièces de un yuan. (S. D. Gamble, Peking, a social survey, p. 215).

76 Sur le déclin des guildes traditionnelles au début du xxe siècle, cf. ci-dessous, chap. vi.

77 CWR, 30 septembre 1922 (d’après une étude de l’association des banquiers chinois).

78 CEB, 16 janvier 1925.

79 Cf. Mao Tse-toung, la Révolution chinoise et le parti communiste chinois (Œuvres choisies, t. III, p. 91 sq.) cf. aussi Chen Po-ta, A study of land-rent in pre-libe- ration China.

80 L’expression est de O. Lattimore (Inner Asian frontiers of China, p. 49). Cf. aussi Fei Hsiao-tung, China’s gentry, qui souligne bien ce caractère féodal de la société rurale chinoise jusqu’au xxe siècle. On sait qu’une autre école considère au contraire la société chinoise traditionnelle comme foncièrement « bureaucratique », la possession des titres mandarinaux constituant la base économique fondamentale de la classe dirigeante (cf. Chang Chung-li, The Chinese gentry).

81 L’enquête de John L. Buck, portant sur 2 886 fermes et effectuée vers 1928, donne une moyenne de 2,3 ha par exploitation, les 4/5 de celles-ci étant uniquement exploitées par le paysan aidé ou non d’autres membres de sa famille (The Chinese farm economy, p. 46 et p. 231-237). Cf. aussi le résultat d’un certain nombre d’enquêtes sur ce sujet dans R. H. Tawney, Land and labour in China, p. 41, note 3.

82 En 1917, le Nong-shang-bu recensait, sur 49 000 000 d’exploitants ruraux, 24 500 000 propriétaires, 14 000 000 fermiers partiels et 10 500 000 fermiers totaux (J. Lamb, The development of the agrarian movement in China, p. 19). Ces proportions sont voisines de l’estimation du Département central paysan du Guo-min-dang en 1927, qui répartit la population rurale chinoise en 150 millions de petits propriétaires, 136 millions de fermiers partiels ou totaux et 30 millions d’ouvriers agricoles (ibid., p. 14)·

83 Cf. Chen Po-ta, op. cit., chap. 11 ; cf. aussi Annuaire, I, p. 451 (différents types de rente au Jiangsu).

84 CWR, 21 novembre 1925 (Unfavorable conditions in Northern Kiangsu).

85 Cf. par exemple les souvenirs d’enfance du maréchal Zhu De (A. Smedley, The Great Road, pp. 16-18) décrivant la tyrannie exercée par la famille Ding, les gros propriétaires de l’endroit, sur les paysans de son village natal à la fin du xxxe siècle. Sur l’usure, cf. les exemples donnés dans Agrarian China, pp. 188-204.

86 Cf. la description des forces armées des shen-shi du Hunan, dans le rapport que Mao Tse-toung consacre en 1926 au mouvement paysan dans cette province (Œuvres choisies, pp. 47-48).

87 Cf. Ρ A, octobre 1929 (The burdens of chinese peasantry). Les seules dépenses militaires de l’État sont passées de 25 millions de yuans (ou l’équivalent) en 1893 à 203 millions de yuans en 1918.

88 Exemple cité par Chen Po-ta, op. cit., p. 62.

89 Dans les xian de Kunshan et de Nantong, pour la base 100 en 1905, le riz blanc passe en 1914 aux indices 157 et 140, en 1924 aux indices 296 et 228 (Annuaire, I, p. 450) ; voir ci-dessous, fig. 1.

90 Cf. les données relatives aux xian (districts) de Kunshan et de Nantong au Jiangsu (Annuaire, I, p. 449). Sur la base 100 en 1905, la terre de moyenne qualité est aux indices 189 et 140 en 1914, aux indices 369 et 242 en 1924. La terre de mauvaise qualité augmente encore davantage dans ces deux xian (indices 213 et 147 en 1914, 464 et 255 en 1924). Voir ci-dessous, fig. 1).

91 Le pétrole américain, dès la fin du xixe siècle, concurrence les huiles combustibles locales dans les villages du Sichuan (A. Smedley, op. cit., p. 53). Sur la crise de l’artisanat rural, cf. aussi les exemples cités par H. D. Fong, Rural industries in China, et dans Agrarian China, p. 224 à 247 (poterie du Shandong, brasserie du Jiangsu, filature et tissage de la soie de la région de Wuxi).

92 Agrarian China, pp. 94-101.

93 Estimation du Comité international de lutte contre la famine, formé en 1920- 1921 par des missionnaires protestants de Pékin (CWR, 25 oct. 1924).

94 Estimation (un peu postérieure à la date envisagée ici) de l’Union paysanne provinciale du Guangdong en 1926 (Lamb, op. cit., p. 21).

95 Chiffres cités par l’Annuaire, I, p. 447 sq. Ces matériaux ne sont reproduits ici qu’à titre d’exemple ; on n’a pas cherché à les exploiter systématiquement, et à commenter des phénomènes comme la relative stabilité de la couche des semi-fermiers, ou comme la diminution plus rapide des dimensions des exploitations de petits propriétaires.

96 Cf. W. Mallory, China, land of famine. Cf. aussi H. F. McNair, With the White Cross in China, journal of a famine relief worker.

97 Cf. sur le recrutement paysan des travailleurs de l’industrie, ci-dessous, p. 85.

98 Cf. V. Purcell, The Chinese in South-East Asia ; vers 1920, il y a 260 000 émigrés chinois aux Siam, 200 000 en Indochine française, plus d’un million en Malaisie, 800 000 en Indonésie.

99 CSPSR, octobre 1931 (Population movement to the North-Eastern provinces).

100 RT, 1921, Wanhsien, p. 9.

101 CWR, 18 juin 1921.

102 Cf. par exemple les rapports locaux des commissaires des postes pour l’année 1918 (Report on the working of the Chinese post office, 1918, passim) : les hors-la-loi attaquent au Shenxi 7 bureaux de postes et 66 agences, enlèvent au Shandong 2 receveurs des postes et 2 courriers, effectuent contre des établissements postaux 77 attaques au Hunan et 20 au Fujian, ainsi que 80 attentats de grand chemin au Yunnan et 39 au Fujian contre des courriers postaux.

103 Cf. W. Eberhard, The Chinese festivals.

104 Cf. O. Lang, La vie en Chine, particulièrement les chapitres iii, vi, x (vie familiale, relations sociales, nepotisme).

105 Cf. par exemple les personnages de jeunes intellectuels en révolte contre la société, qui figurent en grand nombre dans les romans et nouvelles de Lu Xun et un peu plus tard de Ba Jin (cf. le répertoire de J. Schyns, 1 500 chinese novels and plays).

106 Liste des ministères, CYB, 1919, p. 304.

107 Ibid., pp. 306-308. Cf. aussi Zhong-guo nian-jian (Annuaire de Chine), 1924, pp. 224-225. Le Jiangsu comprend par exemple cinq « circuits » (Annuaire, I, p. 2).

108 F. Houn, Central government in China, p. 142.

109 Li Chien-nung, Political history, chap. xi et xii, passim.

110 Ibid., chap. xii.

111 Ibid., pp. 383-384·

112 L. Wieger, Chine moderne, t. IV, p. 21.

113 Cf. ci-dessous, chap. xv.

114 Ce nom provient de la fusion des titres de du-du, porté par les gouverneurs de provinces au moment de la Révolution de 1911, et de jiang-jun, que Yuan Shi-kai leur avait conféré en 1914 (CYB, 1919, pp. 306-307).

115 En novembre 1921, Wu Pei-fu, un des chefs du parti Zhili, demandera par exemple 3 000 000 de yuans aux chambres de commerce de Wuhan pour couvrir ses dépenses militaires (CWR, 19 nov. 1921).

116 Le prix de l’opium passe au Yunnan de 8 yuans l’once en 1916 à 0,80 yuans en 1920 (CWR, 3 avril 1920). Cf. des exemples de culture forcée de l’opium par les seigneurs de la guerre dans Agrarian China, p. 118 à 131 (Gansu, Fujian, Yunnan).

117 En avril 1919, la presse révèle par exemple d’importants trafics d’armes françaises et américaines en direction du Hunan et du Guizhou (JWC, 24 avril 1919). Cette même année, la légation italienne de Pékin passe pour stocker d’importantes quantités d’armes provenant de surplus de la Grande Guerre (CWR, 18 avril 1924, Who sells guns to China’s war leaders ?).

118 CWR, 24 février 1923 (Mutiny cases in China since the Revolution).

119 Cf. dans les Who’s who des différentes livraisons du CYB des exemples nombreux de carrières administratives des notables.

120 Wu Pei-fu, un des chefs du parti Zhili, avait par exemple obtenu le premier degré des examens confucéens avant de s’orienter vers l’armée (CYB, 1923, p. 877). Au contraire Zhang Zuo-lin était un ancien chef de brigands, et Feng Guo-zhang un ancien musicien ambulant (A. Kotenev, New lamps for old, p. 102).

121 Cf. par exemple Sun Yat-sen, Xuan-ji (Œuvres choisies), p. 442 (lettre du 18 août 1922 aux membres du Guo-min-dang, condamnant les tendances provincialistes).

122 CYB, 1919, pp. 306-307. L’absence de toute monographie sur l’une ou l’autre de ces Assemblées provinciales interdit de pousser plus loin l’analyse de leur base sociale. Mais il semble bien que l’influence des shen-shi y était prépondérante, et non celle de la bourgeoisie moderne, contrairement à l’indication trop hâtive donnée dans un article des Annales (Économies, sociétés, civilisations), juillet 1954 (Les transformations de la société urbaine chinoise au lendemain de la Grande Guerre).

123 C’est ainsi que l’Assemblée provinciale du Shanxi proteste au début de 1921 contre un décret plaçant sous l’autorité du gouvernement central toutes les mines non-exploitées de la province, et déclare qu’elles appartiennent au peuple du Shanxi (CWK, 25 juin 1921). Les tendances régionalistes s’étaient aussi manifestées avec beaucoup de vigueur pendant l’été 1911 parmi les notables ruraux du Moyen-Yangzi (Ε-Tu Zen Sun, Chinese railways and British interests, pp. 117-119).

124 Fondés en 1912 (Yan Zhong-ping, Statistiques, p. 167).

125 Ces deux cotonnières sont fondées en 1920 (Zhu Xin-fan, Zhong-guo zi-ben- zhu-yi-zhi fa-zhan, Le développement du capitalisme en Chine, p. 96).

126 Hu Sheng, Imperialism and Chinese politics, p. 230.

127 Ibid., chap. v.

128 Il n’existe aucune étude, même sommaire ou partielle, sur les sociétés secrètes chinoises au xxe siècle. On trouvera ci-dessous, chap. vi, quelques indications sur leurs rapports avec les organisations ouvrières et quelques références à leur sujet.

129 Mao Tse-toung, Œuvres choisies, t. I, p. 21. Cf. aussi sur les Épées rouges et d’une façon générale sur les sociétés secrètes paysannes du nord du Yangzi, Li Da- zhao, Xuan-ji (Œuvres choisies), p. 564 sq.

130 Ma Zhao-jun, Histoire, pp. 76-77.

131 J. K. Fairbank, China’s response to the West, pp. 239-254.

132 Li Rui, Mao Ze-dong, p. 53 à 82.

133 J. K. Fairbank, op. cit., ibid.

134 CYB, 1923, P- 883.

135 Le reflet de cette déception se retrouve par exemple dans des nouvelles de Lu Xun comme « Dans un estaminet », ou « Le Misanthrope », écrites vers cette époque (Œuvres choisies, p. 129 et p. 155).

136 Cf. ci-dessous, chap. vi.

137 Cf. AAAPS, 1930 (China’s use of the boycott as a political weapon).

138 Chow Tse-tsung, The May Fourth movement, p. 24.

139 C’est ainsi que, le 7 mai 1920, l’Assemblée provinciale du Hubei suspend sa session régulière en signe de deuil (CWR, 15 mai 1920).

140 Hu Sheng, op. cit., p. 242.

141 CYB, 1921-1922, pp. 719-738·

142 Sur l’Y.M.C.A. et en général sur les rapports du protestantisme avec l’éveil national de la Chine, cf. P. Varg, op. cit., chap. vi.

143 Cf. sur ces deux périodiques l’appendice bibliographique.

144 Hu Sheng, op. cit., pp. 190-192.

145 L’activité des Presses commerciales, la grande maison d’édition chinoise de cette époque, mériterait une étude attentive. Cf. une chronologie détaillée du développement de cette firme depuis sa fondation en 1897, dans Matériaux sur l’édition, vol. complémentaire, p. 557 sq.

146 Who’s who in China, Édition de 1920, p. 108 et p. 5.

147 Sur l’activité de Sun Yat-sen vers 1919, cf. J. Chesneaux, Sun Yat-sen, p. 171 sq.

148 Cf. CYB, 1923, Who’s who.

149 La CWK organisera en 1922 parmi ses lecteurs, qui représentent essentiellement la bourgeoisie moderne chinoise de Changhai, un referendum sur « le plus grand Chinois vivant ». Les résultats, publiés dans la livraison du 6 janvier 1923 de cette revue, donnent le premier rang à Sun Yat-sen, devant Feng Yu-xiang, le « maréchal chrétien », et Wellington Koo, le négociateur chinois à la Conférence de Washington.

150 Cf. Sun Yat-sen, Xuan-ji (Œuvres choisies), p. 339.

151 « La première chose à faire est de restaurer le Parlement dans ses droits », déclare-t-il en février 1919 (ibid., p. 420).

152 Ibid., p. 186 sq.

153 Dès juillet 1917, sont arrivés à Canton 305 anciens parlementaires (SCMP, 3 août 1917).

154 Les travaux de démolition commencent en décembre 1918 (FER, févr. 1920).

155 Cité par Li Chien-nung, Political history, p. 387.

156 A. Kotenev, New lamps for old, p. 102.

157 Li Chien-nung, Political history, p. 387.

158 Ibid., pp. 390-393.

159 Sun Yat-sen, Le triple démisme (traduction d’Élia), p. 12.

160 On connaît l’importance de la littérature « sinophobe » qui fleurit en Chine au lendemain de la Grande Guerre dans les milieux de résidents occidentaux de Chine, et que représentent par exemple des auteurs comme A. Legendre, J. O. P. Bland (China, the pity of it) ou Rodney Gilbert (What’s wrong with China).

161 Cf. Li Chien-nung, Political History, passim.

162 Cf. sur les diverses langues locales de la Chine, R. Forrest, The Chinese language, p. 194 sq.

163 Ces associations avaient déjà, en décembre 1918, provoqué la réunion à Pékin d’une « Conférence nationale pour la paix » (L. Wieger, Chine moderne, t. VII, p. 22).

Table des illustrations

Légende Fig. i. — Détérioration de la condition paysanne au début du xixe siècle (d’après l’exemple des xian de Kunshan et de Nantong).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 539k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site