Version classiqueVersion mobile

Dossier : Soigner par les lettres

Dossier : Soigner par les lettres : la bibliothérapie des Anciens

Déclamer pour soigner son corps

L’anaphonèse chez Antylle et Oribase1

Declaiming in order to Heal One's Body: anaphonêsis in Antyllus and Oribasius

Antoine Pietrobelli

Résumé

Cet article se penche sur une pratique vocale ancienne aujourd’hui oubliée qui porte le nom d’« anaphonèse ». Curieusement, les indications les plus précises sur cette technique se trouvent dans un traité de médecine. Au livre VI des Collections médicales d’Oribase, on trouve trois chapitres (8, 9 et 10) sur l’anaphonèse attribués à Antylle, un médecin pneumatique de l’époque impériale. Les médecins anciens prescrivaient l’anaphonèse comme un remède pour certaines pathologies, mais aussi comme pratique de santé. Après une mise au point sur cet auteur peu connu, l’étude des trois chapitres est l’occasion d’explorer les modalités de cette technique de déclamation très en vogue chez l’élite romaine et utilisée par les orateurs, les comédiens, les chanteurs, les hérauts, mais aussi par les médecins. Enfin, le chapitre 10 d’Oribase ne semble pas devoir être attribué au médecin Antylle, mais plutôt à un phônaskos ou professionnel de la voix.

Texte intégral

  • 1 Au seuil de cette étude, je remercie chaleureusement Armelle Debru pour ses conseils bibliographiq (...)

1Nous sommes souvent étonnés, quand nous entendons à la radio, à la télévision ou sur internet les enregistrements des discours de Malraux ou de De Gaulle. La diction de ces voix graves et puissantes, lentes et musicales, nous est devenue complètement étrangère, voire exotique. Il y a encore cinquante ans avaient cours une technique vocale et une éloquence aujourd’hui complètement disparues. Les hommes politiques préfèrent désormais soigner leur image et leur « com », plutôt que leurs discours et leur élocution. Le cinéma et la télévision privilégient le ton de la conversation intime à celui de la déclamation publique, la phrase courte à la période longue. De nos jours, la plupart des performances vocales sont assistées par la technologie du micro et rares sont les niches – du moins en France – où l’art oratoire est encore pratiqué et valorisé, comme c’est le cas aux États-Unis, par exemple chez les prêcheurs évangélistes. Ces bouleversements sont assez récents à l’échelle de l’humanité. Quand ce ne furent pas les orateurs, les hommes politiques, les avocats, les acteurs et les chanteurs qui devaient se faire entendre d’un vaste public, ce furent les prêcheurs, prédicateurs, missionnaires ou pasteurs qui firent usage, pendant des siècles, de cette forme de grandiloquence.

  • 1 Cf. Athénée, Deipnosophistes 345c, 385b et 701b.

2Les Anciens, qui devaient prendre la parole en plein air, pendant plusieurs heures, devant des foules remuantes et bruyantes, avaient ainsi développé un art de la voix (phônaskia) et plusieurs techniques afin de l’entraîner. Cette étude porte sur l’ἀναφώνησις (anaphônêsis), un de ces exercices vocaux pratiqués par les Anciens. L’ἀναφώνησις, qui est souvent rendue en latin par vociferatio ou clamor, n’est pas évidente à définir. Le verbe ἀναφωνέω est parfois utilisé pour décrire le ton de voix que l’on adopte pour citer un auteur ou réciter ses vers1. L’ἀναφώνησις, que je désigne à présent par le mot français « anaphonèse », semble donc s’appliquer à une forme de ton soutenu et solennel ou encore à une voix de projection, qui diffère de celle qu’on utilise pour la conversation. Cet exercice de l’anaphonèse est souvent cité par les sources grecques et latines, mais la définition la plus développée de cet entraînement vocal se trouve curieusement chez un médecin. Oribase (ca 325-ca 395), dans ses Collections médicales, consacre trois chapitres du livre VI à l’anaphonèse et ces chapitres sont mis sous le nom du médecin Antylle.

  • 2 Voir Larizza Calabrò 1961, p. 71, l. 23.
  • 3 Cf. Galien, Méthode thérapeutique IV, 4 (X, 251K). Pour Galien, l’édition de référence est toujour (...)
  • 4 Soranos, Maladies des femmes I, 17 (éd. P. Burguière-D. Gourevitch I, 48, 51) ; I, 18 (Burg.-Gour. (...)
  • 5 Caelius Aurélien, Maladies chroniques II, 212 (G. Bendz 674, 1) ; III, 8 (G. Bendz 684, 2) et III, (...)
  • 6 Par ex., Galien, Hygiène V, 10, 40-43 (VI, 358-359 K= K. Koch, 158) et Lieux affectés IV, 11 (VIII (...)
  • 7 Plutarque, Préceptes de santé 16, Moralia 130b-c.
  • 8 Pline le Jeune, Lettres IX, 36.

3À nos yeux, il est assez inattendu de trouver cet exercice vocal de déclamation parmi l’arsenal thérapeutique des médecins. Pourtant dans les chapitres d’Oribase, l’anaphonèse est décrite autant comme un remède ou un traitement contre certaines pathologies que comme une pratique pour conserver la santé. Dès le traité hippocratique du Régime, les exercices vocaux (πόνοι φωνῆς) sont recommandés pour évacuer les humeurs et amincir les chairs (II, 61, 2 ; III, 78, 3). À l’époque impériale, l’ἀναφώνησις est prescrite par le médecin pneumatique Archigène2, par les médecins méthodiques Thessalos3, Soranos4, puis Caelius Aurélien (vocis exercitio)5 ou encore par Galien6. Des lettrés comme Plutarque7 et Pline le Jeune8 pratiquent cet exercice quotidiennement pour leur hygiène. Qu’est-ce au juste que l’anaphonèse ? En quoi cet exercice pouvait-il constituer une pratique de santé ? Quelle physiologie présidait à de telles prescriptions ? Et si la médecine grecque est dépassée et que notre société a perdu sa voix, en quoi cette pratique peut-elle encore nous intéresser ?

I. Antylle et son traité Sur les remèdes

  • 9 Sur Oribase et ses collections, voir Pietrobelli 2011, n. 17, p. 313.
  • 10 Ces chapitres 8 à 10 ont été édités en grec par Joannes Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 19 (...)
  • 11 Dans un autre contexte, j’ai montré l’importance des informations contenues dans ce livre VI pour (...)

4Les passages d’Antylle sur l’anaphonèse sont conservés au livre VI des Collections médicales d’Oribase, ouvrage initialement conçu en soixante livres, dans lequel le médecin païen se proposait, à la demande de l’empereur Julien dit l’Apostat, de rassembler les écrits des meilleurs médecins sur l’ensemble de l’art médical9. Les chapitres 8, 9 et 10 portent tous trois sur l’anaphonèse10 et s’insèrent dans un livre consacré aux activités physiques qui entrent dans le régime de santé des patients11. À ces trois textes, il faut ajouter un chapitre sur l’anaphonèse dans la Synopsis à Eusthate (I, 5) qui reprend en abrégé le chapitre VI, 10. Ce livre est un épitomé des Collections qu’Oribase dédia à son fils qui était chrétien. Le contenu des chapitres VI, 8 et VI, 9 d’Oribase est aussi compilé et résumé par Aétius d’Amida (Livres médicaux III, 5). Quant à Paul d’Égine (Épitomé I, 13), il reprend littéralement le résumé de la Synopsis à Eusthate.

  • 12 Sur Antylle, voir Lewy, Landsberg 1847 ; Wellmann 1894 ; Wellmann 1895, p. 109-115 ; Puschmann 19 (...)
  • 13 Des fragments d’Antylle se trouvent chez Oribase, Aétius d’Amida, Paul d’Égine, Stobée, Avicenne, (...)
  • 14 Dans un texte édité dans Cramer (1841, p. 196, l. 5), Antylle est cité à la fin d’une liste de méd (...)
  • 15 Voir Nicolaides 1799 ; Wolz 1842 ; Hirschberg 1906 ; Meyerhoff 1932 ; Sachs, Varelis 2001b. Mathia (...)
  • 16 Voir Grant 1960 ; Witt 2015.

5On sait bien peu de choses sur Antylle12 et il n’y a pas vraiment de nouveau depuis les travaux des philologues et des historiens de la médecine des deux derniers siècles. On peut dire qu’Antylle a été quelque peu délaissé. Il reste notamment à rassembler et à éditer tous ses fragments13, ce qui permettrait de mieux connaître ce médecin de premier plan14. Les travaux sur Antylle sont essentiellement le fait de médecins historiens de leur discipline, qui ont mis en avant les découvertes pionnières d’Antylle dans le domaine de la chirurgie : on doit à Antylle une description de la trachéotomie, de l’extraction de la cataracte ou encore une opération de l’anévrisme qui ont assuré sa renommée à travers les siècles. Les fragments de sa Chirurgie, tirés d’Oribase, Aétius et Paul d’Égine, ont été collectés et commentés à plusieurs reprises15. En revanche, ses écrits diététiques, qui figuraient dans un ouvrage Sur les remèdes (Περὶ βοηθημάτων), ont suscité très peu d’études16.

6Pourtant, les fragments diététiques d’Antylle nous mettent en prise directe avec une foule de realia et ses prescriptions pharmacologiques exhibent une grande variété d’ingrédients. Or ces indices pourraient, s’ils étaient étudiés systématiquement, permettre de mieux situer ce médecin de l’époque impériale. Antylle s’intéresse, par exemple, à la chambre du patient, à sa literie ou aux différents types de bains. Il nomme dans ses descriptions diététiques des activités sportives qu’il est seul à citer dans un tel contexte médical : l’usage du cerceau, la chironomie, le punching-ball, l’haltérophilie ou une forme de combat pratiqué contre des ombres (skiamachia). Grâce à Antylle, tout un pan de la vie quotidienne des Anciens s’ouvre à nous. De l’ensemble de ces réalités sociales, il y a peut-être lieu de tirer des renseignements pour mieux cerner le milieu culturel du médecin.

7De même, ses prescriptions pharmacologiques citent des ingrédients provenant de tout le bassin méditerranéen : cuir de Carthage, pariétaire d’Espagne, bitume de Judée (X, 12), sumac de Syrie (X, 22) ou dictame de Crète (X, 23). En cartographiant cette pharmacologie antyllienne, on pourrait définir son horizon géographique, surtout en comparant cette pharmacopée avec celle de Galien. Ce Grec vivait-il à Rome ou bien en Orient ? À la différence de bien des auteurs antiques, Antylle n’est pas nommé par sa cité d’origine. On trouve parfois dans l’érudition moderne « Antylle d’Alexandrie ». Cette provenance n’étant attestée par aucune source ancienne ni médiévale, elle semble s’être propagée à partir d’une notice moderne erronée.

  • 17 Il ne s’agit pas d’Antigène (cf. Nutton 1996 ; Petit 2012), mais bien d’Archigène d’Apamée.
  • 18 Voir Garofalo 2009.
  • 19 Pour une présentation des différentes thèses proposées, voir Grant 1960.

8Chronologiquement, Antylle se situe entre Archigène d’Apamée et Oribase. Un fragment d’Antylle conservé chez Oribase (IX, 23) cite Archigène17, qui meurt en 116/117 de notre ère. On ne peut toutefois, comme le faisait Wellmann, affirmer qu’Antylle est antérieur à Galien. Wellmann, pour faire cette affirmation, se fondait sur le Commentaire aux Humeurs de Galien, dont on sait aujourd’hui qu’il est un faux forgé au xvie siècle par Rasarius18. Tout au plus peut-on situer Antylle avant Oribase, soit dans la seconde moitié du iie siècle, soit au iiie siècle de notre ère19 ; en tout cas, avant Constantin, vu le mode de vie païen qu’il prescrit. Antylle a en outre été rattaché à l’école pneumatique.

9Je voudrais réexaminer ici quelques pièces du dossier sur ce médecin pour approfondir nos connaissances à son sujet, en convoquant tout d’abord le témoignage latin de l’Anonyme de Bamberg :

Subsequente autem tempore facti sunt rationabiles potentes medici Deoclex, Praxacoras, Herophilos, Erasistratus, Asclepiades, Atheneus, Agathaneus, Ariston, Archigenes, Herodotus, Philominus, Antillus.

  • 20 Anonyme de Bamberg : Bambergensis Med. 1 (L. III. 8) ; éd. Sudhoff 1915, p. 411, l. 14-17 ; tr. fr (...)

Après Hippocrate, dans la suite des temps, comme importants médecins rationalistes, il y eut Dioclès, Praxagore, Hérophile, Érasistrate, Asclépiade, Athénée, Agathinos, Ariston, Archigène, Hérodote, Philoumène et Antylle20.

  • 21 Sur ce passage, voir von Staden 1989, T 16a p. 57 et p. 63-66 et van der Eijk 2000, vol. 1, T 13b, (...)

10Ce texte anonyme conservé dans un manuscrit du ixe siècle, puis repris par d’autres sources21, se donne comme un classement chronologique des médecins au sein de la secte à laquelle ils appartiennent. Un premier élément surprend : l’auteur de cette liste range les médecins pneumatiques comme Athénée, Agathinos ou Archigène dans la secte logique, dogmatique ou rationnelle. On peut même dire que les médecins les plus récents qui sont cités comme des successeurs d’Hippocrate dans l’école logique sont des médecins pneumatiques, comme si la secte rationaliste était devenue pneumatique à l’époque impériale.

  • 22 Agathinos est soigné par son élève Archigène ; cf. Aétios, Livres médicaux, III, 172 et Wellmann 1 (...)
  • 23 Agathinos lui dédie son De pulsibus ; cf. Galien, Sur la différence du pouls I, 11 (VIII, 751K) et (...)
  • 24 Pour une datation au iiie siècle, voir Guignard 1935, p. 386-387.
  • 25 Sur l’identification d’Ariston, voir von Staden 1989, p. 65.

11D’après cette notice, Antylle est donc le dernier représentant de la secte dogmatico-pneumatique. Il clôt une énumération qui est d’ordre chronologique. Après Hippocrate viennent des médecins du ive siècle avant notre ère comme Dioclès et Praxagoras, des médecins dont l’acmé se situe au iiie siècle avant notre ère, Hérophile et Érasistrate, puis Asclépiade qui vécut entre le iie et le ier siècle avant notre ère, et introduisit la médecine grecque à Rome ; Athénée d’Attale, fondateur de la secte pneumatique au ier siècle de notre ère, son disciple Agathinos de Sparte, un Ariston inconnu et deux disciples d’Agathinos, Archigène22 et Hérodote23. Selon la Souda, Archigène vécut sous Trajan (98-117). Quant à Philoumène, qui a peut-être lui aussi appartenu à l’école pneumatique, on estime qu’il a vécu soit au iie siècle, soit au iiie siècle24. Antylle serait, d’après cette liste, contemporain ou postérieur à Philoumène. Ce qui va également en ce sens, c’est que Galien cite tous ces médecins25, sauf les deux derniers. Antylle est donc contemporain de Galien (129-ca 216) ou plutôt postérieur à lui.

  • 26 Voir Grant 1960, p. 155-161.
  • 27 Léonidas d’Alexandrie, disciple d’Agathinos, est tenu pour le fondateur de l’école épisynthétique, (...)
  • 28 Voir Wellmann 1894 et 1895, p. 109-115.

12Antylle est rattaché à la secte logique par l’anonyme de Bamberg, mais il est aussi donné comme un successeur des plus éminents médecins pneumatiques. Cette filiation semble légitime quand on se penche sur les fragments conservés. L’appartenance à telle ou telle école médicale ne doit pas être perçue comme une attitude intransigeante et imperméable aux apports des autres sectes. R. L. Grant26 a relevé l’utilisation fréquente de la notion de poroi chez Antylle, une notion qu’il emprunte à la médecine méthodique, alors qu’il se réfère également à la doctrine de la pathologie humorale des dogmatiques, rejetée par les méthodiques. Certains médecins pneumatiques sont parfois aussi nommés éclectiques ou épisynthétiques27. Ils adoptent une démarche proche de l’éclectisme philosophique et médical de Galien. Les fragments d’Antylle présentent toutefois de grandes affinités avec la médecine pneumatique, comme l’a bien montré Max Wellmann28. Intéressons-nous de plus près à son traité Sur les remèdes, qui témoigne d’une étroite dépendance à l’égard des grands maîtres de l’école pneumatique.

  • 29 Oribase, Collections médicales IX, 12.
  • 30 Hérodote est aussi l’auteur d’un livre intitulé, Le Médecin ; cf. Galien, Commentaire aux Épidémie (...)
  • 31 Voir Wellmann 1894 ; Puschmann 1902 ; Grant 1960 ; Witt 2015.

13Athénée d’Attale, le fondateur de la secte, avait également composé un Περὶ βοηθημάτων en 30 livres29, tout comme le firent aussi Archigène et Hérodote30 après lui. On connaît assez bien, grâce aux indications des rubriques d’Oribase, la structure et le contenu des Remèdes d’Antylle31 :

14Livre I : περὶ τῶν ἔξωθεν προσπιπτόντων βοηθημάτων (cf. Orib. IX, 3)
Livre II : περὶ τῶν κενουμένων βοηθημάτων (Orib. VII, 7)
Livre III : περὶ τῶν προσφερομένων βοηθημάτων (Orib. IV, 11)
Livre IV : περὶ τῶν ποιουμένων βοηθημάτων (Orib. VI, 1)

15Le premier livre portait sur les traitements liés aux agents extérieurs (περὶ τῶν ἔξωθεν προσπιπτόντων βοηθημάτων), comme l’eau, l’air, les lieux, ainsi que sur les traitements qui agissent à l’extérieur du corps. Cette partie développait notamment une médecine météorologique et climatolologique dans la veine du traité hippocratique Airs, Eaux, Lieux. Le livre II portait sur les remèdes évacuants. Il consacrait une importante partie à la saignée, puis des développements sur les autres modes d’évacuation (hémagogue, sternutatoire, lacrymatoire, diurétique, sudorifique, etc.). Le livre III traitait des remèdes qu’on administre aux patients (aliments, boissons, collutoires). Enfin le livre IV, auquel appartiennent les trois sections sur l’anaphonèse, était consacré aux remèdes que le patient fait pour lui-même comme tous les exercices gymniques.

  • 32 Περὶ τῶν ἔξωθεν προσπιπτόντων βοηθημάτων (cf. Orib. X, 17 ; 10, 37) ; περὶ τῶν κενουμένων βοηθημάτ (...)
  • 33 Sur les liens entre stoïcisme et pneumatisme ; Galien, Sur la différence du pouls II, 10 (VIII, 63 (...)
  • 34 Galien, Sur les causes synectiques 2 (éd. M. C. Lyons, CMG Suppl. Or. II, Berlin, 1969, p. 55, l.  (...)
  • 35 Voir Verbeke 1945.
  • 36 Wellmann 1894 et 1895, p. 110-114.
  • 37 Pour une autre interprétation, voir Witt 2015, p. 68.

16Il se trouve que cette structure en quatre livres semble calquée sur celle des Remèdes d’Hérodote, du moins si l’on en croit le témoignage d’Oribase. Trois titres de livres sont, de fait, identiques chez Hérodote32 et Antylle. Une influence stoïcienne me semble perceptible dans la progression de ces deux ouvrages avec la distinction des remèdes provenant de l’extérieur et ceux qui dépendent proprement de nous33. On sait en effet qu’Athénée d’Attale fut un disciple de Posidonios d’Apamée34 et que les stoïciens accordaient une place considérable au pneuma dans leur physique35. Agathinos de Sparte avait composé un traité Sur le pouls qui théorisait cette action de l’air dans le corps humain. Enfin, Oribase cite souvent Antylle dans une séquence où il est associé à Hérodote (V, 28-30 ; VII, 7-8) ou à d’autres pneumatiques comme Héliodore (XLIV, 8). M. Wellmann36 a mis en lumière des passages parallèles attribués à Antylle chez Oribase, mais à Athénée d’Attale ou Archigène chez Aétios. Pour M. Wellmann, les Remèdes d’Antylle étaient un ouvrage de compilation des grands textes pneumatiques et les fragments qu’Oribase emprunte à Hérodote ou Héliodore sont tirés de l’encyclopédie d’Antylle37. Antylle aurait repris la structure et les passages importants des grands textes thérapeutiques de l’école pneumatique. Il est ainsi une des principales sources, voire un modèle pour Oribase.

II. Qu’est-ce que l’anaphonèse ?

  • 38 Sur l’anaphonèse, voir Finney 1966 ; Rousselle 1983 ; Melidis 2012 et à paraître.

17Le terme grec ἀναφώνησις38, souvent rendu en latin par vociferatio, est un terme technique. J’aurais pu le traduire par « déclamation », comme l’a fait Charles Daremberg dans sa traduction française d’Oribase ou par « vocifération » en suivant les traducteurs latins, mais j’ai voulu, en utilisant un décalque français déjà attesté dans notre langue, garder à cette pratique toute sa singularité et son étrangeté. Le mot désigne un exercice vocal spécifique, sur lequel les trois chapitres d’Oribase sont les témoignages les plus éclairants. Après avoir présenté brièvement le contenu et la visée de ces trois passages, j’aborderai la question de leur attribution à Antylle, avant de me pencher plus en détail sur les modalités pratiques de cet exercice.

1. Les trois passages d’Oribase

  • 39 Sur les pathologies de la voix, voir l’étude fouillée de Biville 1998.

18Le premier chapitre consacré à l’anaphonèse (VI, 8) envisage l’aspect thérapeutique de cet exercice de la poitrine et des organes de la voix. Le médecin Antylle définit les cas pathologiques où un tel exercice est utile. Il s’agit soit de guérir une maladie, soit de rééduquer la voix, soit de redonner du tonus au corps affaibli. L’auteur liste ainsi les indications et contre-indications d’un tel traitement. L’anaphonèse aide à réguler les problèmes de renvois œsophagiques, les digestions difficiles ou encore les envies des femmes enceintes. Il est indiqué pour les flegmatiques, les hydropiques et ceux qui souffrent de pathologie de la nutrition ou de la respiration. C’est encore un excellent exercice pour rééduquer une voix éraillée39. Le discours de ce chapitre est purement médical. Parmi les théories qui sous-tendent ce passage, notons un classement des patients en fonction de la pathologie humorale (πολυφλεγμάτοις) propre à l’école dogmatique, des notions comme la chaleur naturelle (φυσικὴ θερμασία) ou celle de τόνος (τονοῦσα, εὔτονα, συντονία, ἠτονηκότος), qui appartient à la physique stoïcienne. L’auteur propose quatre causes à l’extinction de voix et formule les bénéfices de l’anaphonèse en appliquant la célèbre loi hippocratique, des contraires remèdes des contraires (βοή/πραεία, ἡρέμα ; ὀξύτητα / βαρεῖς).

19Le chapitre VI, 9 explique en détail les modalités pratiques de l’anaphonèse : quand il faut la pratiquer, comment et combien de temps, j’y reviendrai. Le chapitre VI, 10 est beaucoup plus long que les deux précédents. Il se présente comme une démonstration autonome avec une introduction et une conclusion. Contrairement au chapitre VI, 8 et comme l’indique le titre de ce passage (περὶ ὑγιεινῆς ἀναφωνήσεως), l’anaphonèse est ici envisagée comme une pratique de santé et non comme un moyen thérapeutique ou un remède. Cet extrait défend une thèse bien précise, étayée par plusieurs arguments : pour l’auteur, le meilleur exercice gymnique que l’on puisse pratiquer, c’est l’anaphonèse. Cette démonstration comporte des considérations anatomiques et physiologiques, mais elle vise surtout à définir, dans un contexte polémique, la véritable méthode pour pratiquer cet exercice de santé.

20On perçoit donc deux perspectives différentes au sein de ces trois chapitres mis sous le nom d’Antylle : l’une est thérapeutique, l’autre hygiénique. On constate aussi que les chapitres VI, 9 et VI, 10 exposent tous deux les modalités pratiques de l’exercice vocal et que leur propos est redondant. Il est dès lors légitime de remettre en cause leur attribution à un même auteur, Antylle.

2. Les doutes de Schöne

  • 40 Schöne 1930.
  • 41 Aline Rousselle a intégré cette distinction (cf. Rousselle 1983, p. 151), A. Debru l’a également s (...)
  • 42 H. Schöne a pleinement conscience des problèmes de réécriture et d’attribution liés aux compilatio (...)

21Le premier philologue qui a émis des doutes sur l’attribution du chapitre VI, 10 à Antylle est Hermann Schöne. Dans un article de 193040, qui est une belle illustration de l’école philologique allemande, il a proposé plusieurs excellentes conjectures pour amender le texte oribasien de l’édition de Johannes Räder dans le CMG. Il a en outre argumenté afin de réfuter l’attribution du chapitre VI, 10 à Antylle. Dans l’appendice de ce dossier, j’ai présenté une nouvelle édition de ces chapitres ainsi qu’une traduction française, en tenant compte des corrections de Schöne. Ses arguments sur l’attribution du chapitre emportent également l’adhésion41. Il remarque en effet que les chapitres VI, 8 et 9 d’un côté et VI, 10 de l’autre portent sur un même sujet, mais ne proviennent pas d’une même source, car le troisième texte est construit comme une unité autonome avec une visée démonstrative qui lui est propre. Schöne constate également des différences stylistiques entre les deux groupes. Le troisième texte ne renferme, selon lui, aucune trace des enseignements de la secte pneumatique, à laquelle est rattaché Antylle. Pour lui, nous sommes donc face à « ein anonymes Stück ärztlicher Literatur » que le style42 permet de dater de l’époque impériale. Il propose ainsi trois solutions : 1) il s’agirait bien d’une citation tirée de la compilation Sur les remèdes d’Antylle et il faudrait comprendre le titre ἐκ τῶν Ἀντύλλου comme « tiré des livres d’Antylle », « tiré de la documentation d’Antylle » ; 2) il s’agirait d’un faux ; 3) il s’agirait d’un autre Antylle. De ces trois hypothèses logiques, seule la première me semble vraisemblable.

  • 43 Oribase, Collections médicales VI, 9 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 160, (...)
  • 44 Oribase, Collections médicales VI, 10 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 160 (...)

22Aux arguments avancés par Schöne, on peut en ajouter deux. Tout d’abord, Oribase a coutume de référencer avec une grande précision ses citations d’Antylle en indiquant le numéro du livre du Sur les remèdes, dont il tire son texte. Or cette mention n’apparaît pas pour le chapitre 10, ce qui peut paraître suspect : le texte était-il anonyme dans la compilation d’Antylle ? Était-il précédé d’une mention τοῦ αὐτοῦ (« du même ») qu’Oribase n’aurait pas cherché à préciser ? Était-il l’œuvre d’un auteur qu’il ne convenait pas de citer dans une encyclopédie médicale ? Il est difficile d’en juger. L’argument le plus probant pour réfuter l’attribution à Antylle est, à mon avis, que les deux textes définissent la technique de l’anaphonèse de façon opposée. L’auteur du chapitre VI, 943 conseille de commencer par des sons graves avant de s’élever dans les aigus, tandis que l’auteur du chapitre VI, 1044 proscrit toute montée dans les aigus et recommande de s’en tenir uniquement à des sons graves. Deux théories et pratiques de l’anaphonèse s’opposent : le texte VI, 10 critique la pratique définie par Antylle en VI, 9. Cette incompatibilité semble décisive pour montrer qu’il y a bien deux auteurs pour ces trois paragraphes. Quels sont les enjeux de ce débat sur les sons aigus ? Et quelles sont les modalités de ces différentes pratiques de l’anaphonèse ?

3. Modus operandi

23Malgré les différences d’auteur et de perspective, les trois chapitres d’Oribase permettent de définir et de circonscrire la pratique vocale de l’anaphonèse. Ce que nous disent tous ces textes, c’est que l’anaphonèse est avant un exercice (askêsis), un entraînement (gumnasion) de la voix, des organes qui la produisent, mais aussi du souffle et de la respiration. Mais quand et comment procéder ?

Quand ?

  • 45 Voir Oribase, Collections médicales VI, 9 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. (...)
  • 46 Foucault 1984, p. 140.

24Au début du chapitre 945, l’anaphonèse vient après une série d’activités dans le cadre d’un programme diététique. Michel Foucault a bien remarqué, dans son Histoire de la sexualité46, que les prescriptions diététiques des médecins anciens relevaient d’une « attention sérielle ». L’anaphonèse est prise au sein d’une séquence qui suit le sommeil, comme le suggère l’idée de se laver le visage, mais aussi la correction textuelle que je propose en vertu du témoignage d’Aétius, en ajoutant <ἐκ τῶν ὕπνων> (« pour dissiper en douceur < le sommeil > »), afin de donner du sens au texte d’Oribase. Cette correction peut être confortée par d’autres témoignages :

  • 47 Pseudo-Aristote, Problèmes XI, 901b (éd. et tr. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, t. II, p. 16)

Pseudo-Aristote : Καὶ πάντας ἂν ἴδοιμεν τοὺς φωνασκοῦντας, οἷον ὑποκριτὰς καὶ χορευτὰς καὶ τοὺς ἄλλους τοὺς τοιούτους, ἕωθέν τε καὶ νήστεις ὄντας τὰς μελέτας ποιουμένους47.
On peut même constater que tous ceux qui font métier de leur voix, comme les acteurs, les choristes et autres artistes de ce genre font leurs exercices à l’aurore et à jeun.

  • 48 Pline le Jeune, Lettres IX, 36 (éd. et tr. A.-M. Guillemin, Les Belles Lettres, Paris, 1928, t. II (...)

Pline le Jeune : Paulum redormio, dein ambulo, mox orationem Graecam Latinamue clare et intente non tam uocis causa quam stomachi lego; pariter tamen et illa firmatur. Iterum ambulo ungor exerceor lauor 48.
Je dors encore un peu, puis je me promène ; ensuite je lis un discours grec ou latin d’une voix haute et ferme non pas tant pour ma voix que pour mon œsophage, bien que l’un comme l’autre se voient renforcés. Puis je me promène encore, on me masse, je fais des exercices, je prends un bain.

  • 49 Oribase, Collections médicales VI, 8 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, (...)
  • 50 Sur l’apothérapie, voir Galien, Hygiène III, 2 ; Krumbacher 1920, p. 85 ; Debru 1996, p. 246-247. (...)

25L’anaphonèse se pratique le matin à jeun ou bien après la sieste. C’est un exercice qui accompagne le réveil et qui ménage une transition entre le sommeil et l’état de veille. Cet aspect sériel et séquentiel apparaît encore à la fin du chapitre 8 quand l’anaphonèse est qualifiée d’apothérapie49, c’est-à-dire en l’occurrence ici d’exercice de récupération après l’effort, comme peuvent l’être les étirements ou stretching50. Dans les séquences diététiques, l’anaphonèse apparaît au début ou à la fin, c’est un exercice transitionnel avant ou après un effort plus intense. La suite du chapitre 9 a souvent été citée par la critique. Elle a en effet de quoi surprendre dans la mesure où l’auteur donne des conseils sur le contenu des textes à réciter.

Quoi ?

  • 51 Oribase, Collections médicales VI, 9 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, (...)

26Le chapitre 951 donne en effet des instructions sur les textes qu’il faut utiliser : poésie épique, iambes, élégie et poésie lyrique. Mieux vaut réciter un texte appris par cœur que d’avoir les yeux rivés sur un livre et les mains occupées à le dérouler. Des critères stylistiques entrent également en jeu dans la déclamation et donc dans la thérapeutique : le texte doit être élégant et connaître plusieurs mouvements. L’auteur établit une hiérarchie des genres poétiques : les textes épiques sont les meilleurs, puis viennent la poésie iambique, l’élégie et enfin la poésie mélique. Pourquoi ces critères stylistiques sont-ils mentionnés par le médecin ? En quoi ont-ils une importance médicale ?

  • 52 Rousselle 1983, p. 154.
  • 53 Pigeaud 2009, p. 170-171.

27Ce qui diffère entre ces genres, c’est le rythme, comme l’a bien perçu Aline Rousselle. Elle écrit : « les vers épiques, les hexamètres sont ceux qui s’étirent avec régularité, sur la plus large respiration52 ». La liste semble progresser des formes où le vers est long et unique aux formes où les vers sont plus courts et mêlés. La différence entre ces genres tient surtout à la forme métrique du vers : hexamètre dactylique, vers iambique ou distique élégiaque. Il existe une étroite connexion entre la prosodie et le souffle. Avec Jackie Pigeaud53, on peut rappeler que le pouls des patients était, depuis Hérophile, mesuré par l’alternance de temps brefs et longs de la diastole et de la systole, comme dans la métrique : le pouls des nouveau-nés est un pyrrhique, celui des enfants un trochée, celui des adultes un spondée, le pouls des vieillards un iambe. Le mètre choisi a pour Antylle une incidence sur le travail du souffle et une action sur le corps puisqu’il est lui-même traversé et scandé par la circulation de l’air.

Comment ?

28Un exercice typique de l’anaphonèse consistait – toutes les sources en attestent – en une forme de vocalise suivant laquelle la voix montait progressivement depuis les graves jusqu’aux aigus pour redescendre ensuite dans les graves. Une telle pratique est attestée par d’autres sources qu’Antylle, on la trouve dans le traité musical de l’Harmonique de Ptolémée ou chez Cicéron :

  • 54 Ptolémée, Harmoniques III, 10 (éd. I. Düring, Gothembourg, 1930, p. 104-105 ; tr. Melidis à paraît (...)

Les intonations les plus graves contiennent à la fois le commencement et la fin de la voix ; le commencement car elles émanent du silence et la fin car elles retournent au silence, et cela parce que le plus grave est aussi le plus proche du niveau de disparition de la voix, alors que le plus aigu en est le plus éloigné. C’est pourquoi les gens qui travaillent leur voix commencent par chanter les notes les plus graves et quand ils sont en voie de terminer, ils cessent à nouveau par ces mêmes notes. Le niveau maximal, parce qu’il est le plus éloigné de la disparition vocale, devrait se réaliser dans les notes les plus aiguës, ces dernières étant aussi les plus éloignées du silence. De plus, c’est parce que les notes les plus graves sont émises par les lieux inférieurs, et au contraire les plus aiguës par les lieux supérieurs, que nous disons que les graves se projettent par les flancs, alors que les plus aiguës le font par les tempes54.

  • 55 Melidis à paraître.

29Konstantinos Melidis55 a souligné ce qu’apportait le texte du musicologue Ptolémée au dossier sur l’anaphonèse. Ptolémée met en lien la hauteur des notes avec les topoi ou résonateurs du corps, ce que nous appelons aujourd’hui « voix de tête » pour l’aigu ou « voix de poitrine » pour le grave. Cicéron rend compte de la même technique d’anaphonèse :

  • 56 Cicéron, De l’orateur I, 251 (éd. et tr. E. Courbaud, Les Belles Lettres, Paris, 1922, p. 91) : Ta (...)

Cependant, s’il m’en croit, l’aspirant orateur ne s’assujettira pas pour elle à mille soins, comme font les tragédiens grecs qui, plusieurs années durant, s’exercent à déclamer assis et qui, chaque jour, avant de paraître en public, ne manquent pas, d’abord couchés, de pousser graduellement leur voix vers le haut, puis, après l’avoir lancée, se tenant assis, de l’abaisser du ton le plus aigu jusqu’au ton le plus grave pour la recueillir et la faire rentrer comme en eux-mêmes56.

  • 57 Sur ce point, voir Rousselle 1983, p. 132.
  • 58 Voir Quintilien, Institution oratoire XI, 3.
  • 59 Vitruve, De l’architecture V, 3.
  • 60 Voir Rhétorique à Hérennius 21 (éd. et tr. G. Achard, Les Belles Lettres, Paris, 1989, p. 106) : F (...)
  • 61 Cicéron, De l’orateur III, 225 (éd. et tr. H. Bornecque et E. Courbaud, Les Belles Lettres, Paris, (...)

30Remarquons d’abord que Cicéron associe cette définition de l’anaphonèse à la pratique des tragédiens grecs. D’après Cicéron, l’anaphonèse se pratique d’abord couché ou assis plutôt que debout. La montée de la voix dans les aigus s’accompagne d’un passage de la position couchée à la position assise, d’une horizontalité du corps à la verticalité du torse. Les Anciens avaient observé que la position du décubitus dorsal facilitait la projection de la voix et le travail des muscles de la respiration, en raison du relâchement du reste des chairs57. L’avocat romain plaidait assis58 et Vitruve59 insiste sur l’importance de la salubrité des lieux où doivent être construits les théâtres, en raison de la dilatation des pores des spectateurs quand ils sont assis et jouissent des plaisirs du spectacle. D’après Cicéron, l’exercice vocal qui va du grave à l’aigu, puis de l’aigu au grave est une pratique importée du théâtre grec. La progression de ce mouvement mélodique ne se faisait pas sur la petite échelle d’une phrase ou d’un vers, mais plutôt à l’échelle d’un poème ou même d’un discours60. On pourrait même dire que cette progression se faisait à l’échelle de l’exercice. Cicéron, dans Sur l’orateur, rappelle que Gracchus avait quotidiennement un « homme muni d’une flûte d’ivoire lorsqu’il parlait en public ». « Il le faisait placer derrière lui, et ce musicien habile lui donnait rapidement la note destinée à le réveiller, s’il laissait tomber sa voix, ou à la retenir, s’il la forçait61 ». C’est par cette montée progressive de la gamme que l’on pourrait interpréter le préverbe ἀνα- de ἀναφώνησις. On pourrait aussi donner à ce préverbe le sens de « en arrière », « à rebours », il indiquerait dès lors le mouvement antagonique de montée puis de descente graduelle des sons.

31Le témoignage du texte de Cicéron porte le même dénigrement que le chapitre 10 sur une telle définition de l’exercice et cette position est partagée par Quintilien :

Nec tu intentionem uocis contempseris ; quam ueto te per gradus et certos modos extollere, deinde deprimere.

  • 62 Quintilien, Institution oratoire II, 15, 7 (éd. et tr. J. Cousin, Les Belles Lettres, Paris, 1976, (...)

Et ne dédaigne pas de te développer la voix ; défense pourtant de l’élever par degrés et par modulations régulières pour l’abaisser ensuite62.

32Cicéron conseille de renoncer aux pratiques des tragédiens et chanteurs grecs qui font monter leur voix dans les aigus et Quintilien interdit à son tour cette forme de vocalise à l’orateur en herbe. Ils déconseillent la montée dans l’aigu aux orateurs et à ceux qui plaident dans les assemblées et les tribunaux. On reconnaît la même thèse que celle défendue par l’auteur anonyme du chapitre 10 qui préconise de se dispenser « des modulations sonores et les inflexions bien tempérées du chant ». Notre auteur semble ainsi définir un exercice de l’anaphonèse plus proche de celui des orateurs que de celui des acteurs et chanteurs de la tragédie grecque. Les sources semblent indiquer qu’originellement, l’anaphonèse était une pratique des chanteurs et des professionnels de la voix, consistant à monter dans les aigus avant de revenir à des notes graves, mais qu’il existait une autre forme, spécifique aux orateurs et recommandée pour l’hygiène de chacun, qui se cantonnait aux sons graves et intermédiaires.

  • 63 Oribase, Collections médicales VI, 10 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 162 (...)

33L’auteur anonyme donne une autre indication sur la manière de commencer l’anaphonèse par un exercice préparatoire, un échauffement de la voix. Selon lui, la qualité de la voix est fonction de la quantité d’air inspiré et expiré. Il faut donc dilater les conduits, les pores et les cavités que l’air traverse pour accroître la capacité respiratoire et la performance vocale. Ce travail respiratoire de dilatation est un préalable nécessaire à la mise en voix63. Chez Galien et dans les Problèmes du pseudo-Alexandre d’Aphrodise, on trouve aussi mention de cet exercice de dilatation des pores qui précède l’anaphonèse :

  • 64 Galien, Lieux affectés I, 11 (VIII, 287 K ; tr. Ch. Daremberg légèrement modifiée) : Ἐνίοις δὲ ὀξυ (...)

Galien : Chez d’autres, la rupture [dans le poumon] a été précédée d’un mouvement de colère ou d’un cri ; chez d’autres, disputant le prix de la cithare ou de la tragédie, un éclat d’une voix aiguë et forte a rompu les vaisseaux, surtout quand ils se mettent à pousser des cris violents sans avoir préalablement amolli le poumon par l’anaphonèse64.

  • 65 Pseudo-Alexandre d’Aphrodise, Problèmes I, 119, 23 : Οἱ φωνασκοὶ δὲ παιανίζοντες προμαλακύνουσι τὰ (...)

Ps.-Alexandre d’Aphrodise : Les professionnels de la voix, quand ils chantent un péan, amollissent préalablement leurs organes respiratoires65.

  • 66 Sur ce concept de la médecine méthodique, voir Galien, Sur les sectes (I, 80K).

34Dans les trois passages, deux verbes de même racine et de même sens (προμαλάττω/προμαλακύνω) sont utilisés pour décrire cette étape préalable de ventilation du corps. La technique est rattachée par les deux auteurs aux pratiques des chanteurs. Il s’agit d’amollir auparavant ou d’assouplir les poumons et les voies respiratoires par un travail d’inspiration et d’expiration très profondes afin de dilater et de relâcher les pores et d’atteindre un status laxus66.

  • 67 L’exercice est déjà attesté dans les textes hippocratiques : Hippocrate, Régime II 64, 3 ; sur la (...)
  • 68 Galien, Hygiène III, 3 (VI, 172-174 K= Koch, 76-78).

35Pour achever cette présentation des techniques de l’anaphonèse, il faut mentionner un autre exercice qui lui est fréquemment associé : la rétention du souffle (κατάληψις πνεύματος/κατοχὴ πνεύματος/κατάσχεσις πνεύματος67). Cet exercice, bien décrit par Galien dans son Hygiène68, avait pour but d’amplifier et de fortifier la cage thoracique pour accroître sa réserve d’air et allonger le souffle. La rétention du souffle appartenait aussi à l’étape finale de l’entraînement gymnique et athlétique dénommée apothérapie.

  • 69 Voir Cicéron, De l’orateur III, 216 (éd. et tr. H. Bornecque, E. Courbaud, Les Belles Lettres, Par (...)
  • 70 Voir Cicéron, De l’orateur III, 216 (éd. et tr. H. Bornecque, E. Courbaud, Les Belles Lettres, Par (...)

36L’anaphonèse est un travail conjoint de la voix et du souffle qui fait intervenir autant une ligne mélodique avec une variation dans la hauteur des sons et une progression de leur lieu de résonance dans le corps (tête, gorge, poitrine), qu’un débit, un rythme et un volume sonore69. On le pratique à jeun, au réveil ou à la fin d’un exercice sportif comme apothérapie. On lit ou déclame un texte épique avec une forme de diction chantée qui monte puis descend la gamme, jusque dans les aigus pour les chanteurs, jusqu’aux sons intermédiaires pour les orateurs. L’entraînement de la voix par ces inflexions et modulations lui confère souplesse et élasticité, mais aussi puissance et assurance. Pour le dire avec les mots de Cicéron : « ce sont pour l’orateur, comme les couleurs dont le peintre dispose pour rendre les nuances70 ».

37Ce dossier sur l’anaphonèse fait intervenir des domaines qui ne communiquent plus si fluidement dans nos découpages contemporains : rhétorique, politique, droit, chant, musique, théâtre, poésie, médecine, santé et gymnastique. Sans vouloir absolument trancher la question, on peut se demander si l’auteur du chapitre 10 est un médecin comme Antylle et Oribase ou bien un phônaskos (« maître de voix »).

4. Un médecin ou un phônaskos ?

  • 71 Schöne 1930, p. 95.

38Si on admet, après Schöne, que le chapitre 10 n’est pas d’Antylle ou en tout cas du même auteur que les chapitres 8 et 9, puisqu’il s’adresse aux gens bien portants et qu’il défend une pratique de l’anaphonèse différente, voire opposée à celle de l’auteur du chapitre 9, on en vient à se demander à qui il faut rattacher cette démonstration sur les vertus de l’anaphonèse. Pour Schöne71, il s’agit d’un médecin et non d’un phônaskos (« kein berufmässiger Phônaskos »).

  • 72 Par ex., au phénomène de l’évaporation de l’élément humide, une théorie qui remonte à Anaxagore ou (...)

39Le texte VI, 10 peut effectivement se lire comme l’œuvre d’un médecin. Il fait l’apologie de l’anaphonèse comme du meilleur exercice gymnique et donne une définition d’une pratique salutaire de l’exercice. Il semble écrit dans la veine du Régime hippocratique, de l’Hygiène de Galien ou de ses traités Sur l’exercice de la petite balle et Thrasybule ou si l’hygiène relève de la médecine ou de la gymnastique. Tous ces traités d’hygiène sont écrits par des médecins pour ceux qui sont en bonne santé afin qu’ils adoptent un mode de vie qui la préserve. L’auteur utilise un vocabulaire technique médical assez pointu pour décrire des parties anatomiques (ἐπιγλωσσίδος, γαργαρεῶνα) ou des processus physiologiques (στενόποροι, ἀναψύχομεν, ὑγρασίας etc.). On relève plusieurs hapax dans ce texte (ἀναθερμασίας, ἀντικαταχωρισμόν) et un goût pour les formes composées (συνισχναίνεσθαι, ὑποκλέπτοι). L’auteur démontre ses connaissances anatomiques en évoquant les tuniques qui sont ajustées aux organes (§ 7). Il se réfère à des notions scientifiques72 et médicales bien connues, comme l’idée qu’il faut évacuer les humeurs en surplus et que l’anaphonèse favorise l’excrétion de ces résidus (§ 9 et 10). Cette idée que les exercices vocaux purgent le corps de ses humeurs peccantes est un héritage de la médecine hippocratique du Régime :

Ὁκόσοι δὲ πόνοι φωνῆς, ἢ λέξιες ἢ ἀναγνώσιες ἢ ᾠδαί, πάντες οὗτοι κινέουσι τὴν ψυχήν· κινεομένη δὲ θερμαίνεται καὶ ξηραίνεται, καὶ τὸ ὑγρὸν καταναλίσκει.

  • 73 Hippocrate, Régime II, 61, 2 (éd. et tr. R. Joly, Les Belles Lettres, Paris, 1967, p. 62).

Tous les exercices de la voix, discours, lectures ou chant, agitent l’âme, qui, par son agitation, s’échauffe, se dessèche et consume l’humidité73.

Φωνῆς δὲ πόνος ἐπιτήδειον· κένωσιν γὰρ τοῦ ὑγροῦ ποιεύμενος ἀραιοῖ τὴν σάρκα.

  • 74 Hippocrate, Régime III, 78, 3 (éd. et tr. R. Joly, Les Belles Lettres, Paris, 1967, p. 88).

L’exercice de la voix convient aussi, car, évacuant l’humide, il allège la chair74.

  • 75 Debru 1996, p. 178-210.
  • 76 Hippocrate, Régime I, 26, 3 (éd. et tr. R. Joly, Les Belles Lettres, Paris, 1967, p. 35, l. 7-10).
  • 77 Grant 1960, p. 172.
  • 78 voir Debru 1996, p. 199.
  • 79 Rousselle 1983, p. 152.
  • 80 Voir Rousselle 1983, p. 142-151 et Biville 1998, p. 65-66.
  • 81 Par ex., Galien, Lieux affectés IV, 9 (VIII, 266-267K).

40L’auteur intègre dans sa doxographie l’idée stoïcienne de l’horror vacui ou de la non-existence du vide, quand il emploie l’expression κατὰ τὴν φυσικὴν τοῦ πληροῦσθαι τὸ κενούμενον ἀνάγκην (« selon la nécessité naturelle de remplissage du vide »). Ce texte offre un précieux témoignage pour comprendre le phénomène de la chaleur innée et sa corrélation avec le pneuma dans les représentations anciennes : « l’air (pneuma) dans son incessant mouvement de passage, active et avive, par son frottement, la chaleur interne ». Cette célèbre formule a été citée dans l’érudition moderne pour définir les principes de l’école pneumatique, sans qu’on sache réellement si l’auteur est un médecin appartenant à cette secte. Ce qui ressort enfin de ce texte, c’est l’importance accordée aux poroi invisibles qui s’ouvrent à la surface de la peau ou des organes et au phénomène qu’on appelle perspiration ou respiration pansomatique. Cette théorie, à laquelle Armelle Debru75 a consacré de belles pages, certains l’attribuent à Philistion de Locres, mais on trouve dès le Régime hippocratique l’idée que « la qualité de la voix dépend des pores du souffle » ou encore « des pores où l’air se meut »76. R. L. Grant77 interprète la recherche de la dilatation des pores comme une trace de la médecine méthodique, mais cette notion était assez généralement répandue depuis Hippocrate. Elle est très utilisée par Épicure ou plus tard par Galien78. Toutefois, si l’auteur du chapitre 10 est un médecin contemporain ou postérieur à Galien, il ignore ses travaux sur les mécanismes de la voix comme l’a bien montré A. Rousselle79. Il est scientifiquement antérieur à Galien, puisqu’il ne tient pas compte de ses découvertes anatomiques sur les muscles à l’œuvre dans la phonation80, découvertes qui le firent connaître publiquement à Rome à grands coups de scandale et d’éclat. Galien81 avait bien distingué les organes et les muscles qui intervenaient dans la voix et ceux qui intervenaient dans la parole, alors que l’auteur anonyme les confond.

  • 82 Wellmann 1895.

41Ces éléments convergent pour faire de notre auteur un médecin et même un membre de l’école pneumatique, puisque son texte fut intégré dans la compilation d’Antylle. Outre l’importance déterminante du pneuma dans cet extrait et l’influence des concepts stoïciens, il faut ajouter que contrairement au chapitre VI, 8 d’Antylle, on ne trouve nulle part de référence à la classification humorale des individus propre à l’école dogmatique. Il est plutôt question des qualités élémentaires (« pour ceux qui, pour cause de froideur, ont besoin de réchauffement », « si le sec et le chaud semblent prédominer excessivement dans les corps »), ce qui est, d’après M. Wellmann82, un trait caractéristique de l’école pneumatique.

  • 83 Galien, Sur la composition des médicaments selon les lieux II (XII, 534K) cité et traduit par Well (...)
  • 84 RE II, 2, Stuttgart-Weimar, 1896, col. 2034-2036.
  • 85 Voir Oribase, Collections médicales. Livres incertains 39 (éd. J. Raeder, in CMG VI 2, 2, Leipzig- (...)

42Antylle aurait-il dès lors cité un des grands maîtres de la secte, comme Athénée ou Archigène ? Archigène est critiqué par Galien pour son style négligé83 et ce ne serait pas faire justice à la qualité rhétorique du chapitre 10 que de le lui attribuer. Athénée d’Attale serait un meilleur candidat. En lisant la notice que M. Wellmann84 a consacrée à ce médecin, on est frappé par les recoupements possibles : Athénée a subi l’influence du stoïcisme de Chrysippe, il insiste sur le rôle prépondérant du pneuma et son lien avec la chaleur innée, il privilégie les quatre qualités élémentaires ; il accorde un rôle important aux poroi imperceptibles dans le processus de la respiration. Enfin, Athénée se faisait une haute idée de la médecine. Considérant que tout homme devait être médecin, il militait pour l’introduction des cours de médecine dans l’éducation des enfants à partir de l’âge de quatorze ans85. Étant donné que l’anaphonèse était un exercice d’école, on pourrait concevoir qu’avec un tel texte, Athénée ait fait passer des notions médicales de base, attachant une pratique de santé à cet exercice propre aux écoles de rhétorique. L’hypothèse d’un médecin pneumatique est sans doute la plus probable, mais on doit aussi envisager l’alternative rejetée avec autorité par H. Schöne. Et si l’auteur était un phônaskos, un de ses professionnels de la voix ayant reçu une solide formation médicale ?

  • 86 Oribase, Collections médicales VI, 8 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, (...)

43On peut d’abord élever un doute sur la perspective de M. Wellmann qui a déduit du chapitre anonyme plusieurs préceptes de l’école pneumatique, alors qu’on ne sait véritablement qui est l’auteur du texte. De plus, on trouve dans un passage de Plutarque sur l’anaphonèse un passage parallèle avec le chapitre VI, 886 :

Plutarque : Ἡ δὲ φωνή, τοῦ πνεύματος οὖσα κίνησις, οὐκ ἐπιπολαίως ἀλλ’ ὥσπερ ἐν πηγαῖς περὶ τὰ σπλάγχνα ῥωννυμένη, τὸ θερμὸν αὔξει καὶ λεπτύνει τὸ αἷμα, καὶ πᾶσαν μὲν ἐκκαθαίρει φλέβα, πᾶσαν δ’ ἀρτηρίαν ἀνοίγει, σύστασιν δὲ καὶ πῆξιν ὑγρότητος οὐκ ἐᾷ περιττωματικῆς ὥσπερ ὑποστάθμην ἐγγενέσθαι τοῖς τὴν τροφὴν παραλαμβάνουσι καὶ κατεργαζομένοις ἀγγείοις. Διὸ δεῖ μάλιστα ποιεῖν ἑαυτοὺς τούτῳ τῷ γυμνασίῳ συνήθεις καὶ συντρόφους ἐνδελεχῶς λέγοντας, ἂν δ’ ᾖ τις ὑποψία τοῦ σώματος ἐνδεέστερον ἢ κοπωδέστερον ἔχοντος, ἀναγιγνώσκοντας ἢ ἀναφωνοῦντας.

  • 87 Plutarque, Préceptes de santé 16, Moralia 130b-c (éd. et tr. J. Defradas, J. Hani et R. Klaerr, Le (...)

Quant à la voix, qui est un mouvement du souffle, si on la fortifie non pas superficiellement, mais pour ainsi dire à sa source au niveau des viscères, elle augmente la chaleur, éclaircit le sang, nettoie chaque veine, ouvre chaque artère, et empêche qu’il y ait condensation et solidification d’humeur superflue formant une sorte de dépôt dans les vaisseaux qui reçoivent et transforment la nourriture. C’est pourquoi il faut tout particulièrement se rendre cet exercice usuel et familier en déclamant continuellement et, si l’on soupçonne son corps d’éprouver quelque faiblesse ou fatigue, en lisant ou en parlant à haute voix87.

  • 88 Sur cette polémique contre les athlètes qui est un topos littéraire depuis Xénophane de Colophon o (...)

44Plutarque reprend donc le discours médical sur la déclamation, en exprimant en termes voisins l’idée que la chaleur interne est renforcée et purifiée par cet exercice vocal. Ces intersections entre culture lettrée et savoir médical montrent que la médecine faisait partie de la culture de tout homme éduqué à l’époque impériale, ce qui pourrait orienter l’attribution du texte à un phônaskos formé à la médecine pneumatique. La thèse défendue s’inscrit dans un contexte polémique contre les autres pratiques gymniques, notamment celle des athlètes à « l’intelligence obtuse » (§ 8), afin d’affirmer la supériorité de l’anaphonèse pour l’entretien du corps. Il s’agit de sculpter, par la respiration, un corps lettré plus détendu, plus aéré et plus subtil que le corps des athlètes qui est pesant, lourd et compact88.

45Au début de son texte, l’auteur souligne qu’il fonde ses dires sur son expérience personnelle. Il se réfère par trois fois à la phônaskia et une fois aux phônaskountes – si l’on adopte l’heureuse conjecture de Schöne – pour définir une nouvelle approche de cet exercice d’entraînement vocal. L’auteur semble donc défendre et illustrer un art de la phônaskia et donc peut-être aussi une catégorie professionnelle, une discipline, celle des phônaskoi.

  • 89 Voir Krumbacher 1920, p. 21-29 et Plutarque, Vie de Démosthène 7, 1-2.
  • 90 Melidis 2012.
  • 91 Palladius, Commentaire aux Épidémies VI d’Hippocrate 17 (éd. Dietz, 93, 31-33).
  • 92 Eustathe, Commentaire à l’Iliade I, 624, 17.
  • 93 Phrynichos l’Atticiste, Préparation sophistique (éd. De Borries, Leipzig, 1911, p. 86, l. 9) ; voi (...)

46Cette pratique de la formation vocale est attestée dès l’époque classique chez Platon (Lois 665e), ou à travers l’exemple de Démosthène qui prit des cours de voix auprès de l’acteur comique Satyros89. L’art de la phônaskia était cultivé par les orateurs, les acteurs de tragédie, de comédie ou de mime, les choreutes, les citharèdes, les poètes, les mélographes ou encore les hérauts. Souvent cet art est mentionné comme agonistique, c’est-à-dire comme spécifique à ceux qui rivalisent dans des concours. Attestée en Grèce classique, la phônaskia connut une nouvelle ferveur à l’époque impériale, avec l’institutionnalisation de la profession des phônaskoi, comme l’a montré la récente thèse de Konstantinos Melidis90. Les lexiques nous renseignent sur un vocabulaire propre à cette profession qui parle de voix de bouc (« tragos ») pour une voix grave et rocailleuse91, de voix dendruazousa92 ou arborescente, sans qu’on sache ce que cela signifie ; ils utilisent le verbe lêkuthizein pour décrire l’émission d’un son creux comme s’il était projeté dans un lécythe93. L’auteur du chapitre 10 convoque une batterie de mots techniques propres à la musique qu’il est difficile de traduire avec exactitude (ἀπήχησις, ἐκφώνησις, εὐμέλεια, etc.) ainsi qu’une variété de qualificatifs pour la voix, dont les nuances nous échappent.

47En interdisant la montée dans les aigus et les trilles virtuoses, l’auteur se place du côté de Cicéron et de Quintilien dans la polémique. Il défend une phônaskia destinée à ceux qui investissent les activités du forum et prennent la parole en public, sans proprement chanter. Or on peut lire le chapitre 10 d’Oribase comme un beau morceau d’art oratoire. Il est tout d’abord rigoureusement composé avec un exorde, une argumentation solidement chevillée par des transitions et une conclusion récapitulant les points de la démonstration, avant d’énoncer quelques mises en garde. L’auteur maîtrise l’art de la formule quand il qualifie l’air de phusis et les organes phonatoires de technitês de la voix ou quand il dit que l’air est : « plus subtil et plus humide que n’importe quelle eau » (λεπτομερέστερος ὢν καὶ ὑγρότερος παντὸς ὕδατος).

  • 94 Voir Rousselle 1983, p. 139 et Melidis 2012.
  • 95 Diogène Laërce, Vie et doctrine des philosophes célèbres II, 103-104 (éd. Marcovich, Stuttgart-Lei (...)
  • 96 Melidis 2012.
  • 97 Voir Souda θ 151 (éd. Adler, Leipzig, 1931, p. 695-696) ; sur Théodore de Gadara, voir Grube 1959 (...)

48Son talent rhétorique peut se mesurer à la longue période dans laquelle il énonce l’idée que c’est la quantité de l’air brassé qui est cause de la qualité de la voix (§ 5). Cette période élégante, balancée de groupes ternaires qui se répondent en antithèses, est relancée à cinq reprises par la négation οὔτε et elle s’étire sur neuf lignes. Les qualités de la voix exprimées dans les principales sont soumises à chaque fois à des conditions qui sont formulées en des membres dont la longueur va croissant puis décroissant comme pour mimer le mouvement de la respiration. Cette construction syntaxique est une belle illustration de la période longue sans reprise d’inspiration qui fut remise au goût du jour à l’époque impériale par la rhétorique néo-attique94. Cet éloge de l’anaphonèse serait ainsi la prose d’un phônaskos, un sophiste enseignant des techniques vocales en même temps que la rhétorique. Le seul traité en la matière qui nous est connu, sans être préservé, est celui d’un certain Théodore, dont Diogène Laërce95 (II, 103-104), nous rapporte qu’il avait composé un φωνασκικὸν βιβλίον πάγκαλον (« un livre de toute beauté sur l’art de la voix »). C’est la seule chose que l’on sache de ce Théodore. Mais K. Melidis96 a proposé une identification de ce Théodore avec Théodore de Gadara, un sophiste qui fut le maître de rhétorique de Tibère97. Pouvons-nous dès lors attribuer le passage cité par Antylle et Oribase à Théodore de Gadara ou à ce Théodore phônaskos mentionné par Diogène Laërce ? On trouverait certes une explication à l’anonymat de la source dans la compilation médicale d’Antylle, mais ce serait trop imprudent.

49En l’état actuel, la question reste indécidable et elle n’est même peut-être pas légitime dans ce cas où Oribase compile Antylle qui compile lui-même d’autres compilations. Si elle mérite d’être posée, c’est dans l’idée de montrer une porosité entre les disciplines qui amenaient les Anciens à penser cet exercice vocal et lettré comme une hygiène de vie, une pratique de santé. Le destinataire d’un tel texte est un homme de l’élite romaine impériale astreint à des obligations publiques et qui se démarque par sa paideia, c’est-à-dire une culture encyclopédique in utraque lingua, qui englobe la grammaire, la rhétorique, la philosophie, les mathématiques, la géométrie, la musique, l’astronomie et la médecine. L’anaphonèse est présentée dans le chapitre 10 comme le meilleur exercice gymnique dans le cadre d’une polémique bien connue des intellectuels contre les athlètes. Sa définition est également établie en réaction à la pratique des chanteurs et des tragédiens grecs. Le texte semble ainsi s’adresser à un Romain cultivé maîtrisant le grec et le latin qui prend une part active à la vie politique et juridique de l’Empire. L’entraînement de la voix et la pratique de la déclamation étaient des conditions nécessaires à l’exercice du pouvoir, tout comme un marqueur social de la classe dominante.

  • 98 Avicenne, Canon I, 3, 2, 2 et Averroès, Colliget VI, 2.
  • 99 Girolamo Mercuriale, De l’art de la gymnastique III, 7 et VI, 5-6 (éd et tr. C. Pennuto, V. Nutton (...)

50La pratique de l’anaphonèse s’est maintenue dans la médecine arabe comme en témoignent Avicenne ou Averroès98. Le médecin antiquaire Girolamo Mercuriale (1530-1606) fournit au xvie siècle des notices érudites synthétisant les informations antiques et médiévales sur cette pratique ancienne99. Au xviiie siècle, elle ne fait plus du tout partie des compétences ni des prescriptions médicales. L’article « anaphonèse » de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert évacue ainsi la définition du terme : « quoi qu’il en soit, il est constant que l’action fréquente de l’inspiration et de l’expiration dans le chant, peut nuire ou servir à la santé dans plusieurs circonstances, sur lesquelles les acteurs de l’opéra nous donneraient de meilleurs mémoires que la Faculté de Médecine ». Au siècle des Lumières, l’anaphonèse n’appartenait plus à la thérapeutique ni aux connaissances médicales, mais ces techniques vocales étaient toujours en vigueur chez les acteurs et les chanteurs d’opéra. L’assise physiologique et théorique qui légitimait l’anaphonèse en tant que pratique de santé n’est plus d’actualité, mais l’idée d’intégrer des exercices de souffle et de voix dans la formation des futurs enseignants, juristes et politiques ou dans la thérapeutique des malades ne semble pas si saugrenue dans le contexte contemporain. Comme le fit Démosthène, comme au temps de Cicéron ou dans la France du xviiie siècle, c’est toutefois du côté des chanteurs et des acteurs qu’il faudrait chercher pour recréer une expérience vive de l’anaphonèse, à moins que ce ne soit du côté du pranayama du yoga.

Bibliographie

L’abréviation K renvoie à l’édition de C. G. Kühn, Galeni opera omnia, 21 vol., Leipzig, 1821-1833.

Les abréviations CMG et CML renvoient aux éditions du Corpus Medicorum Graecorum et du Corpus Medicorum Latinorum de Berlin.

Agasse 2008 : Jean-Michel Agasse, « Philosophie et morale du corps dans le De arte gymnastica », in Alessandro Arcangeli, Vivian Nutton (ed.), Girolamo Mercuriale. Medicina e cultura nell’Europa del cinquecento, Firenze, p. 159-173.

Barns, Zilliacus 1967 : John W. Barns, Henri Zilliacus, The Antinoopolis Papyri 3, London, p. 58-60, n° 128.

Biville 1998 : Frédérique Biville, « Pathologie de la voix », in Armelle Debru, Guy Sabbah (éd.), Nommer la maladie. Recherches sur le lexique gréco-latin de la pathologie, Mémoire du centre Jean Palerne XVII, Saint-Étienne, p. 63-82.

Cramer 1841 : John A. Cramer, Anecdota graeca e codd. manuscriptis bibliothecae regiae Parisiensis, t. IV, Oxford.

Debru 1996 : Armelle Debru, Le Corps respirant : la pensée physiologique chez Galien, Leiden.

Diels 1906 : Hermann Diels, Die Handschriften der antiken Ärzte, II. Teil. Die übrigen griechischen Ärzte ausser Hippokrates und Galenos, Berlin, p. 15.

Finney 1966 : Gretchen Finney, « Medical theories of vocal exercise and health », Bulletin of the History of Medecine 40, p. 395-406.

Foucault 1984 : Michel Foucault, Histoire de la sexualité, t. II « L’usage des plaisirs », Paris.

Garofalo 2009 : Ivan Garofalo, « Il falso commento di Galeno al De humoribus e un saggio di edizione del vero », in Ivan Garofalo, Alessandro Lami, Amneris Roselli (ed.), Sulla tradizione indiretta dei testi medici greci, Atti del II seminario internazionale di Siena (Certosa di Pontignano, 19-20 septembre 2008), Pisa-Roma, p. 201-218.

Gourevitch 1995 : Danielle Gourevitch, « La médecine dans le monde romain », in Mirko D. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident. 1. Antiquité et Moyen Âge, Paris, p. 95-122.

Grant 1960 : Richard L. Grant, « Antyllus and his medical works », Bulletin of the History of Medicine 34, p. 154-174.

Grube 1959 : George M. A. Grube, « Theodorus of Gadara », AJPh 80, 4, p. 337-365.

Guignard 1935 : Ch. Guignard, « La date du traité iologique anonyme περὶ τῶν ἰοβόλων θηρίων καὶ δηλητηρίων φαρμάκων », RhM 156, 3-4, p. 379-387.

Haberling 1935 : Wilhelm Haberling, « Der Hygieniker und Sportarzt Antyllos », Klinische Wochenschrift 14, 45, p. 1615-1619.

Hawley 2010 : Robert Hawley, « Three fragments of Antyllus in Syriac Transaltion », in Françoise Briquel Chatonnet, Muriel Debié (éd.), Sur les pas des Araméens chrétiens. Mélanges offerts à Alain Desreumaux, Paris, p. 241-256.

Hirschberg 1906 : Julius Hirschberg, « Die Staroperation nach Antyllos », Centrallblatt für Augenheilkunde 30, p. 97-100 (non consulté).

König 2005 : Jason König, Athletics and literature in the Roman Empire, Cambridge, p. 280-281.

Krumbacher 1920 : Armin Krumbacher, Die Stimmbildung der Reder, Diss. Würzburg.

Kudlien 1964 : Fridolf Kudlien, s. v. « Antyllos » n° 2, Der kleine Pauly, Bd. 1, Stuttgart, col. 415-416.

Larizza Calabrò 1961 : Giselda Larizza Calabrò, « Frammenti inediti di Archigene », BollClass n. s. 9, p. 67-72.

Lewy, Landsberg 1847 : A. Lewy, M. Landsberg, « Über die Bedeutung des Antyllus, Philagrius und Posidonius in der Geschichte der Heilkunde », Janus 2, p. 298-329 et 744-758 (non consulté).

Marganne 1981 : Marie-Hélène Marganne, Inventaire analytique des papyrus grecs de médecine, Genève, p. 99-100.

Melidis 2012 : Konstantinos Melidis, Recherches sur les professionnels de la voix dans l'antiquité grecque et romaine. Lexercice de la voix : phonaskoi et phonaskia, thèse de doctorat de l'université Paris-Sorbonne, Paris.

Melidis à paraître : Konstantinos Melidis, « Quelle vocalité ? Deux exercices vocaux de l'antiquité grecque et romaine », in Marie-Hélène Delavaud-Roux (éd.), Corps et voix dans les danses du théâtre antique, Actes du colloque international de Brest (28-29 septembre 2012).

Meyerhoff 1932 : Max Meyerhoff, « L’opération de la cataracte du chirurgien Antylle d’Alexandrie », in Livre d’or pour le jubilé du Prof. Papayoannou, Le Caire, p. 115 sq. (non consulté).

Nicolaides 1799 : Panaiota Nicolaides, Antylli, veteris chirurgi, τὰ λείψανα, Diss. Halle.

Nutton 1996 : Vivian Nutton, s. v. « Antyllos » n° 2, Der neue Pauly. Enzyklopädie der Antike, Bd. 1, Stuttgart-Weimar, col. 817-818.

Petit 2012 : Caroline Petit, s. v. « Antyllos », in John Wiley (ed.), The Encyclopedia of Ancient History (en ligne).

Pietrobelli 2011 : Antoine Pietrobelli, « La scientia sexualis des médecins grecs : histoire et enjeux du corpus Peri aphrodisiôn », Mètis N. S. 9, p. 309-338.

Pigeaud 2009 : Jackie Pigeaud, Poésie du corps, Paris.

Puschmann 1902 : Theodor Puschmann, Handbuch zur Geschichte der Medizin, t. I, Jena, p. 483-488.

Rousselle 1983 : Aline Rousselle, « Parole et inspiration. Le travail de la voix dans le monde romain », HPLS 5, p. 129-157.

Sachs, Varelis 2001a : Michael Sachs, Gerasimos Varelis, « Der griechische Arzt und Chirurg Antyllos (2. Jh. N. Chr.) und seine Bedeutung für die Entwicklung der operativen Chirurgie », Würzburger medizinhistorische Mitteilungen 20, p. 43-60.

Sachs, Varelis 2001b : Michael Sachs, Gerasimos Varelis, « ‘Ἀντύλλου χειρουργούμενα’ Die chirurgischen Schriften des Antyllos (2. Jh. N. Chr.) », Würzburger medizinhistorische Mitteilungen 20, p. 61-86.

Schöne 1930 : Hermann Schöne, « Περὶ ὑγιεινῆς ἀναφωνήσεως bei Oribasius Coll. Med. VI 10 », Hermes 65, p. 92-105.

Sezgin 1970 : Fuat Sezgin, Geschichte der arabischen Schriftums, Bd III, Leiden, , p. 63-64.

Sudhoff 1915 : Karl Sudhoff, « Ein Bamberger historisch-propädeutisches Fragment », Archiv für Geschichte der Medizin 8, p. 410-413.

Ullmann 1970 : Manfred Ullmann, Die Medizin im Islam, Leiden, p. 78.

Van der Eijk 2000 : Philip van der Eijk, Diocles of Carystus. A Collection of the Fragments with Translation and Commentary, 2 vol., Leiden.

Verbeke 1945 : Gérard Verbeke, L’Évolution de la théorie du pneuma du stoïcisme à Saint Augustin. Étude philosophique, Paris-Louvain.

Visa-Ondarçuhu 1999 : Valérie Visa-Ondarçuhu, L’image de l’athlète d’Homère à la fin du Ve siècle avant J.-C., Paris.

Von Staden 1989 : Heinrich von Staden, Herophilus. The Art of Medicine in Early Alexandria, Cambridge.

Wellmann 1894 : Max Wellmann, s. v. « Antyllos » n° 3, R. E. I, 2, München, col. 2644-2645.

Wellmann 1895 : Max Wellmann, Die pneumatische Schule bis auf Archigenes in ihrer Entwicklung dargestellt, Berlin.

Witt 2015 : Mathias Witt, « Ein medizinischer Papyrus mit Kolumnentitel ? Bemerkungen zu einem Exzerpt aus Antyllos περὶ βοηθημάτων im Antinoopolis-Papyrus III 128 », APF 61, 1, p. 53-73.

Wolz 1842 : Friedrich C. Wolz, Antylli veteris chirurgi quae apud Oribasium libro XLIV, XLV et L leguntur fragmenta, Jena.

Woerther 2013 : Frédérique Woerther, Apollodore de Pergame, Théodore de Gadara, Fragments et témoignages, Paris.

Notes

1 Au seuil de cette étude, je remercie chaleureusement Armelle Debru pour ses conseils bibliographiques et Konstantinos Melidis qui a eu la générosité de me faire part des pages de sa thèse et d’un article encore inédit sur l’anaphonèse. Cette étude a aussi bénéficié des remarques des savants réunis à la journée d’étude rémoise du 16 mai 2014 et de celles des participants de la master class « Antiquité Territoire des Écarts » qui a eu lieu à l’université Paris Diderot, le 16 janvier 2016. Que tous soient remerciés pour leur apport à cette enquête. J’ai donné une édition critique et une nouvelle traduction des trois chapitres d’Oribase et Antylle sur l’anaphonèse à la fin de ce dossier. Par souci d’économie, je renvoie donc le lecteur à cette annexe pour citer ces textes.

1 Cf. Athénée, Deipnosophistes 345c, 385b et 701b.

2 Voir Larizza Calabrò 1961, p. 71, l. 23.

3 Cf. Galien, Méthode thérapeutique IV, 4 (X, 251K). Pour Galien, l’édition de référence est toujours celle de C. G. Kühn, en 21 volumes, parue à Leipzig entre 1821 et 1833. Elle est ici, comme il est d’usage, abrégée en K.

4 Soranos, Maladies des femmes I, 17 (éd. P. Burguière-D. Gourevitch I, 48, 51) ; I, 18 (Burg.-Gour. I, 53, 8) ; II, 11 (Burg.-Gour. II, 53, 8) ; III, 2 (Burg.-Gour. III, 8, 65) ; III, 5 (Burg.-Gour. III, 29, 100) ; III, 11 (Burg.-Gour. III, 41, 49) ; III, 13 (Burg.-Gour. III, 49, 70) et III, 2 (Burg.-Gour. III, 8, 65).

5 Caelius Aurélien, Maladies chroniques II, 212 (G. Bendz 674, 1) ; III, 8 (G. Bendz 684, 2) et III, 87 (G. Bendz 730, 24). 

6 Par ex., Galien, Hygiène V, 10, 40-43 (VI, 358-359 K= K. Koch, 158) et Lieux affectés IV, 11 (VIII, 287-288K).

7 Plutarque, Préceptes de santé 16, Moralia 130b-c.

8 Pline le Jeune, Lettres IX, 36.

9 Sur Oribase et ses collections, voir Pietrobelli 2011, n. 17, p. 313.

10 Ces chapitres 8 à 10 ont été édités en grec par Joannes Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, l. 3-164, l. 14.

11 Dans un autre contexte, j’ai montré l’importance des informations contenues dans ce livre VI pour défendre la paideia grecque, c’est-à-dire le paganisme et sa vision de l’homme ou encore l’emploi du temps et le mode de vie du riche païen cultivé, à une époque où le modèle chrétien s’imposait avec violence et ruinait les équilibres anciens, notamment entre l’âme et le corps ; voir Pietrobelli 2011.

12 Sur Antylle, voir Lewy, Landsberg 1847 ; Wellmann 1894 ; Wellmann 1895, p. 109-115 ; Puschmann 1902 ; Hirschberg 1906 ; Haberling 1935 ; Grant 1960 ; Kudlien 1964 ; Nutton 1996 ; Sezgin 1970 ; Sachs, Varelis 2001a et 2001b ; König 2005 ; Petit 2012 ; Witt 2015.

13 Des fragments d’Antylle se trouvent chez Oribase, Aétius d’Amida, Paul d’Égine, Stobée, Avicenne, Rāzī ou dans la Collection chirurgicale de Nicétas ; voir Diels 1906 ; Nicolaides 1799 ; Wellmann 1894 ; Sezgin 1970 ; Ullmann 1970. On peut ajouter un papyrus d’Antinoopolis (cf. Barns, Zilliacus 1967 ; Marganne 1981 et Witt 2015) et trois fragments conservés en syriaque (cf. Hawley 2010).

14 Dans un texte édité dans Cramer (1841, p. 196, l. 5), Antylle est cité à la fin d’une liste de médecins illustres (Démocrite, Hippocrate, Dioscoride, Archigène, Rufus, Galien, Philagrius, Théon, Alexandre d’Aphrodise, Alexandre de Tralles, Démosthène, Sévèros, Philouménos, Dioclès, Dionidès, Antylle). Cette liste de médecins apparaît au f. 358v du Bodleianus Auct. II, 11.

15 Voir Nicolaides 1799 ; Wolz 1842 ; Hirschberg 1906 ; Meyerhoff 1932 ; Sachs, Varelis 2001b. Mathias Witt annonce une nouvelle édition des fragments chirurgicaux grecs et arabes ; cf. Witt 2015, p. 55, n. 5.

16 Voir Grant 1960 ; Witt 2015.

17 Il ne s’agit pas d’Antigène (cf. Nutton 1996 ; Petit 2012), mais bien d’Archigène d’Apamée.

18 Voir Garofalo 2009.

19 Pour une présentation des différentes thèses proposées, voir Grant 1960.

20 Anonyme de Bamberg : Bambergensis Med. 1 (L. III. 8) ; éd. Sudhoff 1915, p. 411, l. 14-17 ; tr. fr. Gourevitch 1995, p. 104.

21 Sur ce passage, voir von Staden 1989, T 16a p. 57 et p. 63-66 et van der Eijk 2000, vol. 1, T 13b, p. 13 et commentaire vol. 2, p. 20-21, voir aussi le T 13f, vol. 1, p. 17 et vol. 2, p. 23.

22 Agathinos est soigné par son élève Archigène ; cf. Aétios, Livres médicaux, III, 172 et Wellmann 1895, p. 12.

23 Agathinos lui dédie son De pulsibus ; cf. Galien, Sur la différence du pouls I, 11 (VIII, 751K) et Wellmann 1895, p. 12.

24 Pour une datation au iiie siècle, voir Guignard 1935, p. 386-387.

25 Sur l’identification d’Ariston, voir von Staden 1989, p. 65.

26 Voir Grant 1960, p. 155-161.

27 Léonidas d’Alexandrie, disciple d’Agathinos, est tenu pour le fondateur de l’école épisynthétique, voir pseudo-Galien, Définitions médicales 14 (XIX, 353K) ; pseudo- Galien, Le Médecin. Introduction IV, 3 (éd. C. Petit, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 10, l. 8-9) et Caelius Aurélien, Maladies aiguës II, 1, 7 (éd. G. Bendz, p. 134, l. 14).

28 Voir Wellmann 1894 et 1895, p. 109-115.

29 Oribase, Collections médicales IX, 12.

30 Hérodote est aussi l’auteur d’un livre intitulé, Le Médecin ; cf. Galien, Commentaire aux Épidémies VI, 2, 47 (XVIIA, 999K).

31 Voir Wellmann 1894 ; Puschmann 1902 ; Grant 1960 ; Witt 2015.

32 Περὶ τῶν ἔξωθεν προσπιπτόντων βοηθημάτων (cf. Orib. X, 17 ; 10, 37) ; περὶ τῶν κενουμένων βοηθημάτων (Orib. VIII, 7) ; περὶ τῶν ποιουμένων βοηθημάτων (VI, 20).

33 Sur les liens entre stoïcisme et pneumatisme ; Galien, Sur la différence du pouls II, 10 (VIII, 631K) et III, 1 (VIII, 642K). L’opposition centrale entre remèdes pour vider et remèdes à administrer pourrait également rappeler la binarité qui structure la médecine méthodique.

34 Galien, Sur les causes synectiques 2 (éd. M. C. Lyons, CMG Suppl. Or. II, Berlin, 1969, p. 55, l. 4-7).

35 Voir Verbeke 1945.

36 Wellmann 1894 et 1895, p. 110-114.

37 Pour une autre interprétation, voir Witt 2015, p. 68.

38 Sur l’anaphonèse, voir Finney 1966 ; Rousselle 1983 ; Melidis 2012 et à paraître.

39 Sur les pathologies de la voix, voir l’étude fouillée de Biville 1998.

40 Schöne 1930.

41 Aline Rousselle a intégré cette distinction (cf. Rousselle 1983, p. 151), A. Debru l’a également signalée (cf. Debru 1996, p. 251), mais peu de savants y ont en réalité prêté attention : en général, on puise indifféremment au contenu de ces trois chapitres sans douter de l’authenticité de VI, 10.

42 H. Schöne a pleinement conscience des problèmes de réécriture et d’attribution liés aux compilations antyllienne et oribasienne.

43 Oribase, Collections médicales VI, 9 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 160, l. 4-8) ; voir Annexe VI, 9, 3.

44 Oribase, Collections médicales VI, 10 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 160, l. 38-p. 161, l. 1 et p. 163, l. 25-35) ; voir Annexe VI, 10, 3 et 13.

45 Voir Oribase, Collections médicales VI, 9 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, l. 28-34) et Annexe VI, 9, 1.

46 Foucault 1984, p. 140.

47 Pseudo-Aristote, Problèmes XI, 901b (éd. et tr. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, t. II, p. 16).

48 Pline le Jeune, Lettres IX, 36 (éd. et tr. A.-M. Guillemin, Les Belles Lettres, Paris, 1928, t. III, p. 107).

49 Oribase, Collections médicales VI, 8 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, l. 26-27), voir Annexe VI, 8, 7.

50 Sur l’apothérapie, voir Galien, Hygiène III, 2 ; Krumbacher 1920, p. 85 ; Debru 1996, p. 246-247. Parmi les exercices d’apothérapie qui forment la partie finale de tout entraînement sportif, on peut citer la friction, les étirements ou la rétention du souffle. L’apothérapie peut aussi constituer une technique de remise en forme après une grosse fatigue ; voir Oribase, Collections médicales VIII, 6, 10.

51 Oribase, Collections médicales VI, 9 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, l. 34-p. 160, l. 4) et Annexe VI, 9, 2.

52 Rousselle 1983, p. 154.

53 Pigeaud 2009, p. 170-171.

54 Ptolémée, Harmoniques III, 10 (éd. I. Düring, Gothembourg, 1930, p. 104-105 ; tr. Melidis à paraître) : Αἵ τε βαρύταται τάσεις τὴν ἀρχὴν περιέχουσι τῆς φωνῆς καὶ τὸ τέλος, τὴν μὲν ὡς ἀπὸ τῆς σιωπῆς, τὸ δὲ ὡς ἐπὶ τὴν σιωπήν, ὅτι τὸ μὲν βαρύτατον ἐγγυτάτω τοῦ τῆς φωνῆς ἀφανισμοῦ, τὸ δὲ ὀξύτατον ἀπωτάτω. Διόπερ οἱ φωνασκοῦντες ἄρχονταί τε μελῳδεῖν ἀπὸ τῶν βαρυτάτων φθόγγων καὶ καταπαυόμενοι λήγουσιν ἐπ’ αὐτούς. Αἱ δὲ μεσουρανήσεις, ἅτε δὴ τὸ πλεῖστον ἀπέχουσαι τῶν ἀφανισμῶν, κατὰ τοὺς ὀξυτάτους ἂν τάσσοιντο φθόγγους πλεῖστον καὶ αὐτοὺς ἀπέχοντας τῆς σιωπῆς. ἔτι δὲ ἐπειδήπερ τὰς μὲν βαρυτάτας τῶν φωνῶν οἱ κάτω τόποι ποιοῦσι, τὰς δὲ ὀξυτάτας οἱ ἄνω, διὸ καὶ τὰς μὲν βαρυτάτας τάσεις ἀπὸ τῶν λαγόνων φέρεσθαί φαμεν, τὰς δὲ ὀξυτάτας ἀπὸ τῶν κροτάφων.

55 Melidis à paraître.

56 Cicéron, De l’orateur I, 251 (éd. et tr. E. Courbaud, Les Belles Lettres, Paris, 1922, p. 91) : Tamen me auctore nemo dicendi studiosus Graecorum more tragoedorum uoci seruiet, qui et annos compluris sedentes declamitant et cotidie, ante quam pronuntient, uocem cubantes sensim excitant eandemque, cum egerunt, sedentes ab acutissimo sono usque ad grauissimum sonum recipiunt et quasi quodam modo conligunt.

57 Sur ce point, voir Rousselle 1983, p. 132.

58 Voir Quintilien, Institution oratoire XI, 3.

59 Vitruve, De l’architecture V, 3.

60 Voir Rhétorique à Hérennius 21 (éd. et tr. G. Achard, Les Belles Lettres, Paris, 1989, p. 106) : Firmam ergo maxime poterimus in dicendo uocem conseruare si quam maxime sedata et depressa uoce principia dicemus. Nam laeditur arteria si, antequam uoce leni permulsa est, acri clamore conpletur (« Quand on parlera, le meilleur moyen pour conserver de la résistance à la voix sera de prononcer l’exorde du ton le plus calme et le plus retenu que possible. En effet, on blesse la trachée si, avant de la caresser par de douces intonations, on l’enfle d’une voix éclatante ») ; ou Quintilien, Institution oratoire II, 15, 7 (éd. et tr. J. Cousin, Les Belles Lettres, Paris, 1976, p. 61) : Quid ergo ? A clamore protinus et a summa contentione vox tua incipiet ? Vsque eo naturale est paulatim incitari, ut litigantes quoque a sermone incipiant, ad vociferationem transeant (« Mais, dis-moi, ta voix débutera-t-elle par des cris incontinent, sur le registre le plus haut ? Il est tellement naturel de s’animer progressivement que les plaideurs mêmes commencent sur le ton de la conversation avant de passer aux éclats de voix »).

61 Cicéron, De l’orateur III, 225 (éd. et tr. H. Bornecque et E. Courbaud, Les Belles Lettres, Paris, 1930, p. 95).

62 Quintilien, Institution oratoire II, 15, 7 (éd. et tr. J. Cousin, Les Belles Lettres, Paris, 1976, p. 61).

63 Oribase, Collections médicales VI, 10 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 162, l. 13-24) et Annexe VI, 10, 7.

64 Galien, Lieux affectés I, 11 (VIII, 287 K ; tr. Ch. Daremberg légèrement modifiée) : Ἐνίοις δὲ ὀξυθυμία μετὰ κραυγῆς προηγήσατο, καί τισιν ἑτέροις ἀγωνιζομένοις κιθαρῳδίαν, ἢ τραγῳδίαν, ἡ ὀξεῖα καὶ μεγάλη φωνὴ διέῤῥηξεν ἀγγεῖα, καὶ μάλισθ’ ὅτ’ ἂν ἄνευ τοῦ προμαλάξαι ταῖς ἀναφωνήσεσι τὰ κατὰ τὸν πνεύμονα βιαίως κραυγάσωσιν.

65 Pseudo-Alexandre d’Aphrodise, Problèmes I, 119, 23 : Οἱ φωνασκοὶ δὲ παιανίζοντες προμαλακύνουσι τὰ ἀναπνευστικά.

66 Sur ce concept de la médecine méthodique, voir Galien, Sur les sectes (I, 80K).

67 L’exercice est déjà attesté dans les textes hippocratiques : Hippocrate, Régime II 64, 3 ; sur la rétention du souffle, voir Debru 1996, p. 246-247 et Melidis à paraître.

68 Galien, Hygiène III, 3 (VI, 172-174 K= Koch, 76-78).

69 Voir Cicéron, De l’orateur III, 216 (éd. et tr. H. Bornecque, E. Courbaud, Les Belles Lettres, Paris, 1930, p. 90) ; Quintilien, Institution oratoire XI, 3, 17 (éd. et tr. J. Cousin, Les Belles Lettres, Paris, 1979, p. 226).

70 Voir Cicéron, De l’orateur III, 216 (éd. et tr. H. Bornecque, E. Courbaud, Les Belles Lettres, Paris, 1930, p. 90) : hi sunt actori, ut pictori, expositi ad variandum colores.

71 Schöne 1930, p. 95.

72 Par ex., au phénomène de l’évaporation de l’élément humide, une théorie qui remonte à Anaxagore ou Démocrite ; voir Debru 1996, p. 189, n. 46.

73 Hippocrate, Régime II, 61, 2 (éd. et tr. R. Joly, Les Belles Lettres, Paris, 1967, p. 62).

74 Hippocrate, Régime III, 78, 3 (éd. et tr. R. Joly, Les Belles Lettres, Paris, 1967, p. 88).

75 Debru 1996, p. 178-210.

76 Hippocrate, Régime I, 26, 3 (éd. et tr. R. Joly, Les Belles Lettres, Paris, 1967, p. 35, l. 7-10).

77 Grant 1960, p. 172.

78 voir Debru 1996, p. 199.

79 Rousselle 1983, p. 152.

80 Voir Rousselle 1983, p. 142-151 et Biville 1998, p. 65-66.

81 Par ex., Galien, Lieux affectés IV, 9 (VIII, 266-267K).

82 Wellmann 1895.

83 Galien, Sur la composition des médicaments selon les lieux II (XII, 534K) cité et traduit par Wellmann 1895, p. 20.

84 RE II, 2, Stuttgart-Weimar, 1896, col. 2034-2036.

85 Voir Oribase, Collections médicales. Livres incertains 39 (éd. J. Raeder, in CMG VI 2, 2, Leipzig-Berlin, 1933, p. 139, l. 19-29).

86 Oribase, Collections médicales VI, 8 (éd. J. Raeder, in CMG VI 1, 1, Leipzig-Berlin, 1928, p. 159, l. 4-8) ; voir Annexe VI, 8, 1.

87 Plutarque, Préceptes de santé 16, Moralia 130b-c (éd. et tr. J. Defradas, J. Hani et R. Klaerr, Les Belles Lettres, Paris, 1985, p. 118-119).

88 Sur cette polémique contre les athlètes qui est un topos littéraire depuis Xénophane de Colophon ou l’Autolykos d’Euripide, voir Visa-Ondarçuhu 1999, p. 229-246.

89 Voir Krumbacher 1920, p. 21-29 et Plutarque, Vie de Démosthène 7, 1-2.

90 Melidis 2012.

91 Palladius, Commentaire aux Épidémies VI d’Hippocrate 17 (éd. Dietz, 93, 31-33).

92 Eustathe, Commentaire à l’Iliade I, 624, 17.

93 Phrynichos l’Atticiste, Préparation sophistique (éd. De Borries, Leipzig, 1911, p. 86, l. 9) ; voir aussi la voix de coq ou voix de fausset mentionnée par Quintilien, Institution oratoire XI, 3.

94 Voir Rousselle 1983, p. 139 et Melidis 2012.

95 Diogène Laërce, Vie et doctrine des philosophes célèbres II, 103-104 (éd. Marcovich, Stuttgart-Leipzig, 1999, p. 162, l. 9-10).

96 Melidis 2012.

97 Voir Souda θ 151 (éd. Adler, Leipzig, 1931, p. 695-696) ; sur Théodore de Gadara, voir Grube 1959 et Woerther 2013.

98 Avicenne, Canon I, 3, 2, 2 et Averroès, Colliget VI, 2.

99 Girolamo Mercuriale, De l’art de la gymnastique III, 7 et VI, 5-6 (éd et tr. C. Pennuto, V. Nutton, Firenze, 2008, p. 362-371 et p. 633-649) ; voir aussi Agasse 2008.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search