Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Avant-propos

Texte intégral

1La tendance des sciences humaines à englober la planète entière dans leur champ d’activité est sans doute un des signes distinctifs de notre temps. Les profondes transformations politiques et sociales qui s’opèrent aujourd’hui en Asie, en Afrique, en Amérique latine, poussent tout naturellement les historiens, les géographes, les économistes, les sociologues à étendre à ces pays des travaux jusque-là essentiellement centrés sur l’Europe occidentale. Les méthodes et les instruments d’étude mis en œuvre permettent ainsi de relayer l’orientalisme traditionnel, qui ne cherchait qu’à décrire et analyser comme en vase clos les civilisations anciennes de l’Asie ; il devient en même temps possible d’aborder de l’intérieur les problèmes contemporains de ces pays, dont faute de pouvoir utiliser les matériaux originaux on devait se contenter d’étudier les relations avec l’Ouest dans le domaine politique, culturel ou commercial. C’est au souci d’asseoir sur une base historique solide la connaissance de la Chine contemporaine que répondent ces recherches sur l’histoire du mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927.

2La nécessité d’opérer la jonction entre l’histoire sociale du monde contemporain et la sinologie traditionnelle nous a semblé assez impérieuse, pour qu’il vaille la peine d’affronter des obstacles et des embûches dont il ne faut pas se dissimuler l’étendue.

3La principale de ces difficultés concerne — le travail d’un historien ne valant jamais que ce que valent ses sources — l’état de la documentation disponible. Il faut d’abord faire la part de ce qui est aujourd’hui inaccessible, et risque de le rester longtemps, à savoir les archives des grandes entreprises étrangères de Chine comme la Kailan Mining Administration, la British American Tobacco Co, ou les Tramways français de Changhai. La situation est la même, à peu d’exceptions près, pour les archives des autorités étrangères de Chine ; c’est ainsi que si nous avons eu la bonne fortune de pouvoir consulter à Changhai, grâce à l’obligeance de la Municipalité populaire, le rapport quotidien du Commissaire de police de la Concession internationale, nous avons vainement recherché les archives du Tribunal Mixte de cette même concession, alors que les extraits d’arrêts que publiait de temps à autre le North China Herald en soulignent l’intérêt considérable pour l’étude des conflits sociaux et des activités ouvrières.

4Il faut aussi faire la part de ce qui est incertain, voire même contradictoire, en particulier dans le domaine des chiffres. Nous n’avons pas cherché à dissimuler les problèmes qu’a posés la rédaction du chapitre II, qui se propose d’évaluer les effectifs du prolétariat chinois vers 1919 ou au moins de réunir les données disponibles en cette matière. Il n’existait pas alors en Chine d’organisme capable de présenter chaque année de solides séries chiffrées relatives à l’évolution de la production, au nombre des entreprises, aux effectifs ouvriers ; celles du Ministère de l’Agriculture et du Commerce (Nong-shang-bu) sont, on le verre, très peu sûres. Il n’existe pas non plus de statistiques systématiques relatives aux salaires, au coût de la vie, à la valeur de la monnaie, et il a fallu ici encore se contenter d’évaluations partielles et approximatives, quelle que soit l’importance de ces données pour l’histoire du mouvement ouvrier.

5Un autre obstacle à l’étude de cette période, ou du moins à la publication des résultats de cette étude, résulte paradoxalement de la cadence même à laquelle, depuis 1958, se succèdent en Chine populaire les volumes de matériaux historiques, surtout dans le domaine social et politique. Le mouvement pour le travail matériel des intellectuels entraîne depuis quelques années dans les usines bon nombre d’universitaires et d’étudiants, dont la venue facilite la publication de monographies d’entreprises basées à la fois sur les archives d’usines (dans les usines chinoises) et sur des entretiens avec de vieux ouvriers. L’activité des historiens chinois s’oriente aussi vers la publication de copieux matériaux (extraits de presse, brochures, souvenirs personnels, etc.), relatifs à un épisode comme le Mouvement du 4 mai ou à une région comme le Hunan. Notre travail, arrêté pour l’essentiel en 1960 et déposé officiellement à la Faculté au printemps 1961, n’a pu utiliser que très partiellement cette production qui se fait chaque année plus abondante ; il ne pouvait être question de le remettre constamment à jour, alors que la documentation chinoise relative au mouvement ouvrier est appelée à se renouveler profondément dans les dix années à venir.

6Certes, ces réserves n’empêchent pas qu’une abondante matière ne soit déjà à la disposition des chercheurs, tant en chinois qu’en russe et en anglais. Dans ces riches matériaux, la bibliographie que nous présentons indique que nous avons dû nous contenter d’un choix dicté par les circonstances. Les quatre mois que nous avons passés en Chine en 1957, grâce à l’aide de l’Association du peuple chinois pour les relations culturelles avec l’étranger et au concours du Centre national de la Recherche scientifique, nous ont permis de réunir des matériaux de grande valeur, mais n’ont pas suffi à remédier fondamentalement au déséquilibre d’une documentation qui reste surtout occidentale ; c’est ainsi que nous avons pu dépouiller intégralement trois périodiques ouvriers fort importants, Zhong-guo gong-ren (L’ouvrier chinois), Lao· dong-jie (Le monde du travail), et Xiang-dao (Le guide), mais que nous ne connaissons les autres journaux ouvriers chinois de cette période qu’à travers les inventaires qui en ont été récemment publiés à Pékin. Nous avons pu tirer presque intégralement parti des matériaux disponibles à Paris, Londres et Genève, et nous avons ainsi été amenés à citer dans la bibliographie des ouvrages d’intérêt relativement secondaire, alors que n’y figurent pas des livres fondamentaux comme celui de Cai He-sen sur l’histoire de l’opportunisme en Chine ou celui de Qu Qiu-bai sur l’histoire du mouvement ouvrier chinois (tous deux en langue chinoise), pour la seule raison que nous n’avons pu réussir à les consulter. De même, le nombre très réduit des références aux matériaux en langue russe et à l’historiographie soviétique n’est que le fruit d’une situation de fait, et est loin de rendre justice à l’importance des travaux d’histoire chinoise en langue russe, comme peut le confirmer l’examen même sommaire de la bibliographie de Skatchkov. Nous n’avons pu non plus entreprendre, même sommairement, l’étude des matériaux en langue japonaise.

7Un travail d’histoire est également tributaire de ses devanciers et de ses compagnons, et il vient généralement chercher auprès d’eux d’indispensables points d’appuis pour l’étude des « zones intermédiaires », que laisse partiellement dans l’ombre l’éclairage historique selon lequel s’oriente la recherche proprement dite. De ce point de vue, le niveau général auquel se situent aujourd’hui en Occident les recherches d’histoire moderne de Chine était loin de rendre la tâche facile. Il s’est avéré indispensable, pour situer dans son contexte général l’histoire du mouvement ouvrier chinois, de présenter en introduction un tableau d’ensemble de la vie sociale et politique chinoise vers 1919. Mais il a fallu ensuite se contenter de faire à ce contexte historique de brèves et provisoires références de seconde main, alors qu’il n’existe pas encore de bonnes études d’ensemble sur des problèmes comme le mouvement étudiant, le mouvement paysan, la crise des industries nationales chinoises, les relations entre la bourgeoisie nationale et le Guo-min-dang, le militarisme et le provincialisme, la politique de l’Internationale communiste en Chine. Certains des points d’appuis ainsi utilisés pour replacer le mouvement ouvrier dans l’évolution générale de la Chine pendant cette période se révéleront sans doute bien fragiles, quand la recherche historique aura davantage progressé dans cette direction.

8La date tardive à laquelle le mouvement ouvrier chinois s’est vraiment manifesté comme une force politique et sociale indépendante n’autorise pas l’historien à prendre beaucoup de recul. Avant 1919, en effet, si la classe ouvrière avait déjà accumulé une certaine expérience historique dont on décrira (chap. VI) les divers aspects, ses manifestations d’activité étaient restées extrêmement épisodiques et spontanées ; il était donc normal de concentrer la recherche sur la période postérieure au Mouvement du 4 mai. A trente-cinq ou quarante années de distance, on ne peut sans doute pas disposer encore d’informations aussi riches que celles dont peut tirer parti l’historien des Tai-ping ou celui du mouvement de réforme de Kang You-wei. Mais, à l’inverse, il demeure possible de faire appel au témoignage oral, au contact humain ; les entretiens que nous avons pu avoir en 1957 avec trente-deux vieux ouvriers chinois, qui presque tous furent témoins de l’activité du mouvement ouvrier en 1919-1927, ont été d’un grand profit, plus d’ailleurs pour la connaissance du contexte social que pour celle des événements politiques proprement dits.

9En revanche, quand il s’agit de l’étude par un historien français d’un des aspects de l’histoire sociale de la Chine moderne, le recul géographique, la « distanciation », n’apparaissent-ils pas comme excessifs ? L’étranger, l’homme venu de très loin, est-il ici dans une position d’infériorité ou de supériorité ? Certains ont invoqué le « privilège de l’étranger », la faculté pour ce dernier de saisir avec acuité, comme Arthur Young ou Tocqueville, les traits saillants d’une société au contact de laquelle il se trouve brusquement projeté. Il nous semble pourtant qu’il serait au contraire préférable d’insister sur le « privilège national », sur les avantages infinis que confèrent, pour une étude scientifique approfondie, une longue familiarité avec son propre peuple et tout cet acquis coutumier qui s’accumule en chaque homme dès son enfance. Mais privilège national ne signifie nullement monopole national.

10Il semble aussi légitime pour un Occidental d’étudier au niveau de la recherche fondamentale l’histoire sociale chinoise que pour un historien d’Extrême-Orient d’étudier la Révolution française. Certes, il ne peut être question d’égaler en richesse d’information ou en finesse d’analyse les travaux dont les historiens chinois sont capables quand il s’agit de leur propre pays. Mais une étude française du mouvement ouvrier chinois peut sans doute se proposer deux objectifs qui lui sont propres : d’une part aider la production historique française à sortir du cadre européen où elle s’est longtemps cantonnée et à se situer dans l’universel, d’autre part lui fournir des éléments pour une théorie comparative du rôle du mouvement ouvrier dans la société moderne.

11Ce travail n’est qu’un premier pas dans cette direction ; il ne vise qu’à ouvrir la voie à une école française de sinologie moderne dont l’activité éventuelle doit maintenir, à un niveau scientifique plus élevé et dans des conditions historiques nouvelles, l’intérêt traditionnel que, depuis les Encyclopédistes et auparavant, l’intelligence française porte aux choses et aux gens d’Extrême-Orient. Puisse-t-il susciter des vocations nouvelles qui tireront parti de cette première expérience, et développer chez les spécialistes français des sciences humaines, en dépit de ses imperfections, le goût des études chinoises modernes !

12Sur un plan plus technique, c’est ici le lieu d’indiquer que la transcription utilisée dans ce travail est le système pin-yin, tel qu’il a été adopté par l’Assemblée nationale de la République populaire de Chine en février 1958. Les noms géographiques ont été transcrits d’un seul tenant (exemple, Hankou) ; les noms de personnes et termes divers l’ont été sous la forme polysyllabique traditionnelle, à l’aide de traits d’union (exemple, Mao Ze-dong). Dans le cas d’un petit nombre de noms de personnes ou de lieu pour lesquels existe une forme occidentale consacrée par l’usage (telle que Sun Yat-sen, Pékin, Nankin, Canton, Hongkong, Macao, Dairen, Moukden, etc.), cette forme a été conservée par commodité. Quand la forme du pin-yin a été préférée à la forme occidentale usuelle, et que celle-ci en différait beaucoup (en particulier pour les dialectes méridionaux), cette dernière a été indiquée entre parenthèses quand il en est fait mention pour la première fois : Xiamen (Amoy), Gongbei (Lappa), Jiang Jie-shi (Tchiang Kai-chek), etc. Tous les noms et termes en pin-yin figurent dans le répertoire en caractères idéographiques qui se trouve à la fin du volume.

13L’usage du pin-yin déroutera sans doute certains, comme c’est souvent le cas pour les innovations techniques de toute sorte. Outre ses mérites intrinsèques (distinctions des aspirées et des non-aspirées, économie de lettres, etc), son emploi se justifie pourtant par la nécessité de plus en plus impérieuse, à mesure que s’élargit le domaine des études chinoises, d’unifier les quelque vingt transcriptions « nationales » (certains pays en comptent plusieurs) qui rendent presque impossible de consulter, sur une même question, un ouvrage anglais, français, tchèque, italien, allemand, polonais. Les commentaires officiels qui en 1957 ont accompagné les discussions sur le projet d’alphabet pin-yin se référaient d’ailleurs explicitement à sa capacité de « contribuer aux échanges culturels internationaux ».

14Que soient vivement remerciés, enfin, M. le Président Braudel et la vie section de l’Ecole Pratique des Hautes Études, dont les encouragements et le concours matériel ont tant aidé cet ouvrage à parvenir à bonne fin ; c’est en particulier grâce à l’activité méritoire de l’atelier de cartographie de la vie section qu’il a été possible de présenter les nombreuses cartes et figures qu’on trouvera dans le texte et en appendice. Ce travail doit beaucoup à la clairvoyance de M. le doyen Renou- vin, qui sut orienter vers l’histoire contemporaine de Chine un jeune agrégé à la vocation encore incertaine, et aux conseils de M. Labrousse, professeur à la Sorbonne. Il a aussi bénéficié, dans les bibliothèques de Paris, Londres, Genève, Moscou, Pékin, de concours dévoués dont la liste serait trop longue pour figurer ici. Une mention particulière doit cependant être faite, pour la Chine, de l’Association du peuple chinois pour les relations culturelles avec l’étranger, de la section d’histoire du syndicalisme de l’Ecole centrale de cadres de la Fédération générale des syndicats de Chine, de la commission d’histoire ouvrière du Syndicat général de Changhai, de la section des archives de la Municipalité populaire de Changhai, de la section syndicale des mines de Tangshan (ex-K.M.A.) pour Genève, de la bibliothèque du B.I.T. ; pour Londres, de la Bibliothèque du Foreign Office, de celle de Chatham House (Royal Institute of International Affaire), et de celle de la London School of Economics.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site