Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927

 | 
Jean Chesneaux

Préface d’automne, ou la thèse revisitée (octobre 1998)

Texte intégral

  • 1 Soutenue en 1962, « déposée » en Faculté des Lettres dès 1953, cette thèse remonte pour l’essentie (...)

1Il vaut sans doute la peine, à quarante années de distance, de réexaminer les intentions sinon les ambitions qui furent celles de l’auteur quand il entreprit cet ouvrage, donc de définir « ex post » le moment à la fois professionnel et politique auquel appartenait ce dernier1. Même si, avec le recul, il reste bien difficile de dissocier les aspects intellectuels, idéologiques, personnels aussi de ces ambitions.

2Le choix du mouvement ouvrier chinois comme sujet de thèse de doctorat d’État, sous le patronage aussi redouté que prestigieux des professeurs Renouvin et Labrousse, visait plus largement ce qui était alors une terra incognita, une zone blanche de la mappemonde du savoir historique : la Chine du xxe siècle. Ce travail entendait obtenir et faire sanctionner, au niveau le plus élevé des rites universitaires, une légitimité intellectuelle à la fois pour la Chine dans le champ d’une histoire contemporaine alors presque exclusivement confinée aux pays d’Occident, et pour le xxe siècle dans le champ d’une sinologie alors identifiée à la seule Chine des grandes dynasties et de l’Antiquité.

3Mais pour l’auteur, membre actif du PCF et dont « l’entrée au parti » devait beaucoup à son séjour de janvier-juin 1948 dans une Chine déjà largement sous influence communiste, il s’agissait tout autant d’un projet politique. À savoir, donner droit de cité à la méthode marxiste dans le domaine des études historiques françaises ; telle était également l’ambition d’autres historiens de cette époque, tels Albert Soboul ou Jean Bouvier dont le travail de thèse — les sans-culotte de 1794, le Crédit Lyonnais — se situe dans les mêmes années 1950 ; celles de la « guerre froide », il faut le rappeler. Plus précisément, ce travail entendait démontrer, par l’exemple chinois, que le principe théorique du « rôle dirigeant de la classe ouvrière » dans les luttes politiques et le processus révolutionnaire était aussi à l’œuvre dans les pays peu et tardivement industrialisés ; ainsi se confirmerait la validité universelle du marxisme. L’auteur considérait ce principe comme allant de soi, et ne cherchait qu’à en élargir la mise en œuvre ; il ne songeait nullement à le mettre à l’épreuve de la réalité chinoise originale. La période 1919-1927, au demeurant, semblait se prêter assez bien à une démonstration qui n’aurait été possible ni pour la période précédente, celle de la révolution républicaine en Chine, ni pour la suivante, celle des luttes paysannes sous direction communiste.

4De ce fait, ce travail espérait renforcer la crédibilité, l’autorité politique du communisme chinois au pouvoir depuis 1949, par l’analyse approfondie d’une des étapes qui avaient préparé sa victoire. Œuvrant dans le champ particulier des études universitaires, il se voulait un acte de solidarité avec la révolution chinoise.

  • 2 La Fondation Rockefeller, activement impliquée dans le projet d’élargir à l’Asie le champ de reche (...)

5Ce projet intellectuel et ces visées politiques se confondaient d’ailleurs avec des ambitions personnelles de carrière et de reconnaissance, qui étaient d’ailleurs celles — avouées ou non — de tout candidat à un doctorat d’État. Les convictions de l’auteur ne l’avaient en rien détourné de ces réflexes « bourgeois » - terme alors en vogue dans le PCF. Il lui semblait au contraire que sa réussite personnelle, confirmée dès 1955 par une élection comme directeur d’études à la « VIe section » des Hautes Études, ne pouvait que servir ses idées et ses prises de position face à bien des adversaires dont certains restaient dans l’ombre2. Ce n’est que bien plus tard que l’auteur prit quelques distances vis-à-vis des jeux et des rites de l’institution académique, alors que dès 1968 il s’était éloigné sans retour de l’appareil du PCF ; il choisit de prendre en 1978 une retraite (très) anticipée, tant à l’Université Paris-VII qu’à l’EHESS.

***

  • 3 Voir Daniel Y.K. Kwann, Marxist intellectuals and the Chinese Labor Movement ; a study of Deng Zho (...)

6Cette étude doit donc être replacée dans son époque, celle où les milieux les plus divers, et pas seulement les intellectuels du PCF, faisaient preuve d’une immense confiance envers la Chine populaire ; il suffit de rappeler que le Grand Bond en Avant de 1958, dont les effets désastreux n’ont été que trop bien connus par la suite, fut salué en termes dithyrambiques par Lord Boyd-Orr, le Directeur-général de la FAO. Le travail ici revisité fut ainsi mené dans la complète connivence, il faut y insister, à l’égard des matériaux historiques et des analyses politiques en provenance de la Chine populaire ; sa bibliographie en témoigne. Mais dans le système chinois du Parti-État, l’étude de la période postérieure au Mouvement du 4 Mai (1919) et à la fondation du PCC était du seul ressort du Comité central, la compétence de l’institut d’histoire contemporaine de l’Académie des Sciences s’arrêtant à cette date. Très logiquement, si un séjour de cinq mois en Chine, en 1957, permit de recueillir d’utiles matériaux, ainsi au cours d’entretiens avec des vétérans du mouvement ouvrier ou en étant admis à consulter certains documents de la police anglaise de Shanghai, aucune occasion ne se présenta d’une discussion politique de fond sur la stratégie ouvrière du PCC dans la période étudiée. Ces problèmes étaient neibu (du domaine interne) ; l’histoire du Parti était l’affaire du Parti lui-même, et non celle des historiens. Il fallut s’accommoder de cette situation, et se borner aux indications des rares analyses communistes disponibles. Notamment l’Esquisse d’histoire du Mouvement ouvrier chinois du militant syndicaliste Deng Zhongxia, qui la rédigea à Moscou dans les années 1930 et dont on ne connut que bien plus tard la fin obscure, après son renvoi « à la base » par la direction du parti3.

  • 4 Voir le compte rendu de la thèse par Lucien Bianco, publié dans les Annales en 1963.
  • 5 L’intérêt du comparatisme asiatique est évoqué dans un entretien de l’auteur avec M. Nguyen Van Ky(...)

7Dans un contexte très politisé, ce respect du monopole historique revendiqué par le PCC permet sans doute d’expliquer le mieux les silences de la thèse dans un domaine pourtant très sensible : celui des activités du Komintern en Chine. Silence qui demeure une des grandes lacunes de ce travail, et lui fut reproché à juste titre4. Même à l’époque précédant la rupture sino-soviétique de 1960 - époque où se situaient les recherches de la thèse, les réticences des communistes chinois étaient manifestes envers les interventions des Borodine et consorts, qui furent souvent malheureuses et dont le souvenir n’est pas resté très agréable pour la fierté nationale chinoise. Cette solidarité méthodologique de auteur avec une historiographie communiste chinoise prisonnière de ses non-dits et nouée sur elle-même, explique sans doute aussi une autre lacune de son travail, au moins aussi surprenante à la relecture : l’absence de tout recours au comparatisme asiatique. Absence d’autant plus singulière que l’auteur, arrivé en Chine en 1948 au terme d’un long voyage d’étude dans le Moyen-Orient, l’Inde, le Sud-Est asiatique, s’est fermement réclamé par la suite de cette démarche comparative, notamment entre l’expérience révolutionnaire de la Chine et celle du Vietnam5. Le cas de l’Inde anglaise, notamment, se prêtait fort bien à un parallèle avec la Chine ; les années 1920 y avaient été également marquées par une montée très nette des luttes ouvrières.

  • 6 The making of the English working class, Londres, 1963. La traduction française n’en parut qu’en 1 (...)

8Avec le recul des ans, on mesure aussi les imprécisions du cadre conceptuel dans lequel se situait ce travail. On ne disposait pas alors des réflexions d’Alain Touraine sur les relations complexes entre conscience ouvrière et mouvement ouvrier, ni des études de Michel Verret sur la condition ouvrière. Ni du travail fondateur d’Edward G. Thompson6, qui à partir du cas anglais insiste sur le caractère évolutif de la classe ouvrière, considérée en tant que processus ; il ne parut que plus tard et fut d’ailleurs largement ignoré des marxistes français. Comme à tâtons, l’auteur s’en était tenu indifféremment aux catégories de classe ouvrière, de mouvement ouvrier, de condition ouvrière, de conscience ouvrière, considérées un peu comme solidaires sinon interchangeables : la classe ouvrière dans son en-soi historique se réalise politiquement dans le mouvement ouvrier, en s’appuyant sur les revendications nées de la condition ouvrière, le tout étant éclairé par l’éveil de la conscience de classe des travailleurs... Est-il excessif de dire que le travail présentement re-visité était d’une certaine manière venu trop tôt ? Issu directement du dynamisme du communisme chinois au pouvoir depuis 1949, il se trouvait ipso facto précéder les recherches théoriques sur le monde du travail, qui se développèrent en Occident à partir des années 1960, et tentèrent d’y éclairer une situation sociale aussi incertaine qu’éloignée du triomphalisme révolutionnaire de la Chine.

***

9Les réflexions précédentes ne relevant d’aucun esprit d’autopunition rétrospective, il n’est que juste de dire que le travail fut finalement mené à bon port, certes sans tout à fait atteindre à la majesté sereine dont, aimait à dire notre bon maître Charles-Ε. Perrin, doivent rayonner leçon d’agrégation et thèse de doctorat...

  • 7 Une traduction anglaise, due à la regrettée Hope M. Wright, fut publiée en 1968 à la Stanford Univ (...)

10Par un paradoxe fécond, cette étude qui se voulait si proche des analyses et des matériaux venant de Pékin tira grand profit du caractère sommaire et schématique de ces textes à finalité étroitement politique. L’auteur — encore que totalement inconscient de cette dichotomie — s’en tenait aux positions et à la « ligne » historique du PCC, en militant discipliné ; mais, en tant que chercheur explorant des terres presque inconnues, il lui fallait construire sous sa seule responsabilité l’objet de son étude, souvent ex nihilo. Le champ restait largement ouvert pour un examen détaillé, tant de la condition des travailleurs industriels que des formes et des étapes de la lutte ouvrière. Si les regards critiques qu’on peut y jeter à distance méritaient d’être explicités - c’est chose faite, il n’est nul besoin de revenir ici sur les avancées que représenta ce travail, pour la connaissance de l’histoire du mouvement ouvrier chinois. Il retint l’attention à ce titre, tant aux États-Unis qu’en Chine populaire7. La première de ses trois parties — tripartisme alors de rigueur chez les historiens - put réunir et mettre en ordre, si léger que fut son cadre théorique, une masse appréciable d’informations sur la structure de la classe ouvrière, ses modes de recrutement, ses conditions de travail. La seconde et la troisième parties, séparées par le moment politique majeur qu’est l’alliance de 1924 entre le Guomindang et le PCC, furent l’occasion de suivre par le menu, d’année en année et de mois en mois, l’essor, les reculées, l’épanouissement à Canton, Wuhan et Shanghai, finalement la débâcle du mouvement ouvrier chinois, à la fois comme force sociale et comme acteur politique. Sans embarras, la forme choisie fut celle de l’histoire « événementielle », terme qui n’avait pas dans les années 1950 la connotation très péjorative dans laquelle s’illustra plus tard le mouvement des Annales — lesquelles sont aujourd’hui bien moins véhémentes.

11Mais, pendant les huit années séparant le Mouvement du 4 Mai et le massacre des syndicalistes communistes de Shanghai par les gens du Guomindang, le mouvement ouvrier chinois n’avait pas vécu dans l’isolement. Il était partie intégrante de l’évolution historique générale de la Chine. Ici encore, tout était à construire au moins comme approche sommaire : les luttes entre « seigneurs de la guerre », la diversité des situations provinciales, le poids du patronat chinois et de la bourgeoisie chinoise, et plus encore la position dominante des Puissances en Chine. Le système dit des « Traités Inégaux » était alors à son apogée, du fait même de l’anarchie politique du pays ; Occidentaux et Japonais contrôlaient de près toute la vie publique chinoise, par un jeu d’interventions financières, militaires, juridiques, diplomatiques qui était aussi efficace que diversifié. À la relecture, l’accent mis ainsi sur la situation de dépendance internationale de la Chine (la « semi-colonie » de l’histoire marxiste) conserve semble-t-il toute sa force, comme analyse politique et aussi dans une perspective historiographique. La position dominante des Puissances modifiait lourdement la relation « naturelle » entre prolétariat industriel et forces capitalistes, au détriment du premier. Ce poids compte d’autant plus, que le système d’ensemble des Traités Inégaux, si visible entre les deux guerres sur tout le versant « moderne » de la vie chinoise, semble bien oublié des nouvelles générations d’historiens, à l’étranger comme en Chine même.

12C’est aussi le poids politique des Puissances en Chine, qui peut aider à expliquer un certain déséquilibre dans la documentation ici mise en œuvre, entre les sources occidentales (ainsi la China Weekly Review, les China Yearbook, le Police Daily Report de la Concession internationale de Shanghai) et les sources chinoises. Du fait de ce déséquilibre, ce travail date passablement, aux deux sens de ce terme. Les jeunes générations d’historiens occidentaux de la Chine, par leur formation sinologique comme par les facilités d’accès aux textes chinois, font beaucoup plus largement appel à ces derniers, que n’était naguère capable de le faire l’auteur. Et pourtant, si partiel et partial que soit cet angle de vision, le recours à des matériaux émanant des milieux occidentaux de Chine traduit bien la réalité historique des années 1920-1930, réalité encore si proche à l’époque où s’élaborait ce travail.

13Ce qui conduit à évoquer le recul dont devraient ou non disposer les historiens du xxe siècle. Depuis la création récente de l’Institut d Histoire du Temps Présent à Paris, il semble que la cause soit entendue. Les voix les plus autorisées, ainsi celle de René Rémond, ont affirmé la légitimité d’études historiques portant sur la période immédiatement contemporaine, et les chercheurs de l’IHTP ont montré comment, en contrepartie du recul qui leur faisait défaut, ils se trouvaient dans une situation privilégiée grâce aux témoignages oraux, aux matériaux fugitifs que dédaignent les archives officielles, et tout autant à la Stimmung, au contact direct avec l’ambiance et les mille détails d’une situation récente, lesquels ne sont anodins qu’en apparence. C’est là un très vieux débat. Rappelons que Voltaire entreprit dès 1727 son Histoire du règne de Charles XII, soit moins de dix ans après la mort de l’aventureux suédois. Quand le sujet de cette thèse fut déposé en Faculté, son « recul » n’était que d’un quart de siècle et les archives alors considérées comme sacro-saintes ne devaient y apporter qu’une contribution très marginale. C’est sans doute la situation jugée misérable de l’histoire contemporaine de Chine en France, qui amena les maîtres de la Sorbonne à fermer les yeux sur la témérité d’un jeune chercheur solitaire, témérité qu’on n’eut sans doute pas tolérée à propos de pays moins lointains.

***

  • 8 Pour une présentation d’ensemble de ces travaux, on peut se reporter aux bibliographies (réparties (...)

14Quarante années se sont écoulées, et c’est peu de dire que la Chine a profondément évolué, l’auteur peut-être aussi, et assurément les travaux historiques sur le mouvement ouvrier chinois. Mais notre préface rétrospective ne peut espérer présenter un « état », même sommaire, de ces nouvelles recherches ; et encore moins - souci pourtant légitime - s’interroger sur l’attention qu’ont pu apporter à l’ouvrage ici revisité ces travaux « successeurs ». Fait bien regrettable, les prouesses de l’informatique n’ont guère bénéficié aux « bibliographies descendantes », c’est-à- dire à un relevé aussi exhaustif que possible de toutes les citations et références ultérieures, dont un livre a pu faire l’objet à partir de sa publication. On se bornera ici à noter quelques titres et quelques axes de recherche, qui témoignent de l’intérêt que le mouvement ouvrier chinois continue à susciter, aux États-Unis et aussi en France, en Australie, à Hongkong, en Chine populaire bien évidemment8.

15Elles-mêmes très parcellaires, beaucoup d’analyses de la condition ouvrière avant 1949 semblent s’accorder autour du caractère disparate, instable et éclaté de ce qui ne serait plus qu’une ex-classe ouvrière. Ainsi à Shanghai dans les cotonnières, ou à Tianjin. C’est dans le cadre du lieu de travail, que ces chercheurs repèrent une combativité ouvrière elle-même marquée du signe de l’éphémère et du local ; cette référence à la workplace comme fait culturel semble évincer la catégorie de classe ouvrière.

  • 9 Ainsi Gael Hershatter, The workers of Tianjin, 1900-1949, Stanford University Press, 1986 ; Emily (...)
  • 10 Yvonne Preiswerk, Économie et rapports sociaux entres hommes et femmes - Economics and Gender, Gen (...)
  • 11 Un auteur comme Elisabeth Perry, dont l’œuvre ample et diverse sort du lot (voir l’ouvrage cité ci (...)

16La grande majorité de ces recherches historiques sont dues à des femmes9, et leur inspiration culturaliste se prolonge en un « gendérisme », attentif à bien différencier la situation des « genres » masculin et féminin. Débat majeur... Comme l’ont rappelé maints travaux récents, ainsi en économie10, le recours à la catégorie de gender — la langue anglaise évitant les ambiguïtés de notre terme « sexe » — met l’accent sur une dimension cardinale de la réalité sociale. Mais un certain féminisme « essentialiste », quasi intégriste, va beaucoup plus loin ; sous son influence, ces historiennes semblent trouver dans les femmes-ouvrières du xxe siècle comme une forme éminente et sublimée, à la fois de la condition ouvrière et de la condition féminine. Ne tendent-elles pas à considérer les groupes de « sororités » exclusivement féminins, modes élémentaires de solidarité d’atelier, comme une sorte de préfiguration de l’exigence de « non-mixité », si forte dans le Womens Lib des années 1970 ! En revanche, pour ces auteurs féministes, il semble que les aspects historisés, c’est-à-dire politisés de la lutte ouvrière, tendent à passer à l’arrière-plan, sinon à perdre tout intérêt11. Quand le champ de leurs études, ainsi Tianjin, correspond à des zones de « basse pression » du mouvement ouvrier, leur démarche culturaliste ne semble guère y prêter attention.

  • 12 L. Blanco et Y. Chevrier, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international : la Chine, (...)
  • 13 Sur ce dernier point voir Alain Roux, Grèves et politique à Shanghai, les désillusions, 1927-1932,(...)

17Cependant, ni aux États-Unis, ni en France avec le volume « Chine » du corpus dirigé par Jean Maitron12, la dimension proprement politique du mouvement ouvrier, et notamment des relations avec la stratégie communiste, ne sont laissés de côté. On a par exemple insisté sur la présence en Chine du Sud d’une culture communiste de messianisme ouvrier, mal contrôlée par la direction central du PCC, sur le poids du syndicalisme conservateur dans les centres industriels, sur les aspects contradictoires de la grande grève de 1925-1926 à Canton et Hongkong, et aussi sur les conditions difficiles de la lutte ouvrière sous direction communiste dans les années 1930, ainsi à Shanghai13. Les grands mouvements de masse des années 1925-1927, qui dominent toute la période, ne survivent pas seulement dans les romans d’André Malraux, restés de leur côté des best-sellers mondiaux, contre vents et marées.

  • 14 Voir Alain Roux, « Les historiens chinois et le mouvement ouvrier, un début de réévaluation », Par (...)
  • 15 Hypothèse que n’avait absolument pas envisagée l’auteur — il l’admet volontiers - quand, après de (...)

18Si les travaux et publications chinois sur l’histoire du mouvement ouvrier se sont multipliés de leur côté depuis la chute du maoïsme, beaucoup de volumes neibu devenant publics, la plupart de ces titres semblent rester prudemment dans le cadre des ziliao, des recueils de matériaux bruts ou semi-ouvrés qui depuis 1949 ont tenu tant de place dans la production historique de Chine populaire. Mais des travaux plus personnels ont aussi vu le jour, ainsi ceux de Zheng Qingsheng qui insiste notamment sur le rôle non-négligeable des syndicats modérés, naguère stigmatisés comme « jaunes » par l’historiographie communiste14. À soixante années de distance, les historiens de Chine populaire semblent tourner totalement le dos à leur ancienne attitude de sacralisation de la classe ouvrière. En viendront-ils à s’interroger sur les racines d’un certain « millénarisme prolétarien », qui dès les années 1920 imprégnait par exemple les textes de Deng Zhongxia et dont il n’y aurait sans doute pas à gratter beaucoup le vernis, pour y retrouver le millénarisme paysan des vieilles jacqueries et des rébellions dirigées par les anciennes sociétés secrètes de la Chine préindustrielle15 ?

19Le champ de la réflexion continue ainsi à s’élargir et à se renouveler, et l’auteur ne pourrait que se féliciter de voir arriver de nouvelles études, lui apportassent-elles un complet démenti. Il reste prêt à voir remis en cause ce que pouvait avoir de simpliste l’équation entre la classe ouvrière, le mouvement ouvrier, et l’action du parti communiste, équation sur laquelle reposait tout son travail. Il a pourtant le sentiment que, entre les travaux récents qui peuvent contribuer à cette remise en cause - avant tout pour la crise révolutionnaire de 1925-1927 – et ceux qui, attirés par les sirènes « post-modernes », ont préféré s’évader loin d’un champ politique qu’il est de bon ton de dédaigner, la balance n’est pas égale...

  • 16 Jean Chesneaux et Richard C. Kagan, « The Chinese labor movement 1915- 1949 », International Socia (...)
  • 17 Lynda Schaffer, Mao and the workers : the Hunan labor movement 1920-1923, New York, 1982.

20Dans les années 1970, l’auteur de cette thèse, sollicité d’apporter sa contribution à une importante entreprise éditoriale, avait déjà, en collaboration avec un collègue américain, esquissé une révision critique de ses positions antérieures16 ; il avait déjà pris ses distances vis-à-vis d’un certain dogmatic laborism (expression proposée dans ce texte), qui voit dans la classe ouvrière un acteur historique « en-soi ». Ce gros chapitre, finalement exclu de l’œuvre à laquelle il était destiné, faisait notamment référence à l’étude très originale de Lynda Schaffer qui — rara avis — abordait en tant que fait politique le mouvement ouvrier du Hunan en 1920-192317 ; elle se démarquait nettement ainsi d’autres chercheuses anglo-saxonnes, dont on a déjà noté que leur sensibilité féministe et « gendériste » les oriente vers un culturalisme social largement dépolitisé. Mme Schaffer y montrait que, loin de s’enfermer dans une singularité prolétarienne classique et « classiste », le mouvement ouvrier de cette province rurale au profil vigoureux présentait déjà des aspects qui le rapprochaient du mouvement paysan : le recrutement même des travailleurs industriels, la pratique des milices syndicales armées, la tendance des ouvriers en grève à se replier dans les districts ruraux.

21Il faut encore noter, à propos des dimensions politiques du mouvement ouvrier, que le travail ici revisité, et tout autant les recherches plus récentes, vont être profondément remis en cause de toutes façons par la récente ouverture des archives du Komintern. L’extraordinaire minutie paperassière des services secrets de Moscou, assurés qu’étaient ceux-ci de leur pérennité et aussi, sans doute, sous l’influence des méthodes allemandes d’archivistique, a permis que soient conservés les rapports, les notes et circulaires de travail, les fiches individuelles de l’ensemble des agents du Komintern opérant en Chine dans les années 1920 et 1930. Il va être désormais possible d’évaluer sur une base documentaire solide la part respective des facteurs « nationaux » et « internationaux » dans les luttes ouvrières mi-syndicales et mi-politiques de cette période – celle même qui était l’objet des recherches de l’auteur Un récent colloque, tenu à Berlin en octobre 1998, a déjà montré quel immense « marché » s’ouvre ainsi ; au figuré mais aussi au propre, car l’exploitation financière de ces matériaux contribue heureusement à assurer la survie d’instituts russes de recherches, plutôt délaissés par la brutale et bruyante dérégulation intégrale de l’économie ex-soviétique.

***

22Qu’il se soit réalisé dans l’histoire-qui-se-fait, dans le devenir évolutif « passé » au fil du temps, ou qu’on cherche à en retracer l’histoire-qui- s’écrit, dans un effort cognitif pour appréhender ce passé, le cours du mouvement ouvrier chinois n’a jamais été un long fleuve tranquille...

Notes

1 Soutenue en 1962, « déposée » en Faculté des Lettres dès 1953, cette thèse remonte pour l’essentiel à 1955-1960, tant pour les recherches que pour la rédaction.

2 La Fondation Rockefeller, activement impliquée dans le projet d’élargir à l’Asie le champ de recherches de la vie Section, avait fait fortement pression sur Clemens Heller et Fernand Braudel, pour empêcher l’élection de l’auteur comme directeur d’études ; mais ils tinrent bon. Pour connaître cet épisode, il a fallu attendre la publication en 1988 du travail de Brigitte Mazon, Aux origines de l’EHESS, le rôle du mécénat américain, Paris, Le Cerf, 187 p., préface de Pierre Bourdieu.

3 Voir Daniel Y.K. Kwann, Marxist intellectuals and the Chinese Labor Movement ; a study of Deng Zhongxia (1894-1933), Seattle, University of Washington Press, 1997

4 Voir le compte rendu de la thèse par Lucien Bianco, publié dans les Annales en 1963.

5 L’intérêt du comparatisme asiatique est évoqué dans un entretien de l’auteur avec M. Nguyen Van Ky, publié en mars 1998 dans la Lettre de l’AFRASE (Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est).

6 The making of the English working class, Londres, 1963. La traduction française n’en parut qu’en 1988 au Seuil, ce qui dit beaucoup

7 Une traduction anglaise, due à la regrettée Hope M. Wright, fut publiée en 1968 à la Stanford University Press ; une version chinoise, à laquelle Fauteur n’a pas eu accès, a largement circulé sous la forme d’un volume neibu (réservé à la circulation interne parmi les membres du PCC). Les éditions « Progress » de Moscou avaient de leur côté envisagé dans les années 1970 une traduction russe, qui ne semble pas avoir abouti pour des motifs politiques.

8 Pour une présentation d’ensemble de ces travaux, on peut se reporter aux bibliographies (réparties entre les chapitres) du volume de Elisabeth Perry, Shanghai on strike the politics of Chinese labor, Stanford University Press, 1993. Voir aussi le bilan plus ancien de Ming K. Chan, Historiography of the Chinese labor movement, Stanford University Press, 1981.

9 Ainsi Gael Hershatter, The workers of Tianjin, 1900-1949, Stanford University Press, 1986 ; Emily Honig, Sisters and strangers, women in the Shanghai cotton mills, 1919-1949, stanford university press, 1986 ; Janet Salaff, Daughters of Hongkong : Filial piety or power in the family ?, Cambridge University Press, 1981.

10 Yvonne Preiswerk, Économie et rapports sociaux entres hommes et femmes - Economics and Gender, Genève et Berne, Commission suisse pour l’UNESCO, 1998. Exemple classique, la « Révolution verte » tant célébrée par le productivisme à l’occidentale a lourdement creusé l’écart entre hommes et femmes, dans les villages d’Afrique ou d’Inde.

11 Un auteur comme Elisabeth Perry, dont l’œuvre ample et diverse sort du lot (voir l’ouvrage cité ci-dessus, note 8), semble rester soucieuse, en revanche, de ne pas dissocier radicalement histoire sociale et histoire politique.

12 L. Blanco et Y. Chevrier, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international : la Chine, Paris, 1985.

13 Sur ce dernier point voir Alain Roux, Grèves et politique à Shanghai, les désillusions, 1927-1932, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995.

14 Voir Alain Roux, « Les historiens chinois et le mouvement ouvrier, un début de réévaluation », Paris, Études chinoises, vol. VII, n° 2, automne 1988. Cet article, même sommaire, a permis à l’auteur de découvrir que des passages de sa thèse figuraient dans des recueils de ziliao. Il n’y a guère lieu de s’en offusquer, comme certains ont sans doute été tentés de le faire... On sait depuis longtemps que les catégories historiographiques chinoises ne correspondent pas aux nôtres. Dans leur ensemble, les indications données ici sur l’état des recherches relatives à l’histoire du mouvement ouvrier chinois doivent beaucoup à l’obligeance du professeur Alain Roux. Qu’il soit vivement remercié d’avoir permis cette reprise de contact à l’auteur, dont depuis des années l’activité s’était orientée dans de tout autres directions.

15 Hypothèse que n’avait absolument pas envisagée l’auteur — il l’admet volontiers - quand, après de longues recherches consacrées à l’histoire ouvrière, il s’était orienté vers l’étude de ces formes archaïques de lutte sociale (Mouvements populaires et sociétés secrètes dans la Chine des xixe et xxe siècles, ouvrage collectif dirigé par Jean Chesneaux et Feiling Davis, Paris, François Maspero, 1970).

16 Jean Chesneaux et Richard C. Kagan, « The Chinese labor movement 1915- 1949 », International Social Science Review, vol. 58, n° 2, printemps 1982. Ce gros article représente un avatar, au sens précis du terme, d’un chapitre destiné aux volumes 12-13 de la Cambridge History of China, préparés sous les auspices de l’Université d’Harvard. Le texte avait été élaboré et envoyé dans les délais et les dimensions convenues avec le regretté professeur Fairbank. Mais, sans aucune explication, il fut ensuite retourné à son auteur ; le volume double de cette série, relatif à la période 1912-1949, n’accueillit que des chapitres français dont les signatures soulevaient sans doute moins d’objections à Harvard.

17 Lynda Schaffer, Mao and the workers : the Hunan labor movement 1920-1923, New York, 1982.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site