Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dossier : Soigner par les lettres

« Cura ut valeas »

Santé et épistolarité dans la correspondance de Cicéron1

« Cura ut valeas ». The Links between Health and Epistolarity in the Correspondence of Cicero

Emmanuelle Valette-Cagnac

Résumé

La correspondance de Cicéron révèle l’originalité des relations nouées par les Romains de l’époque tardo-républicaine entre les pratiques de santé, les pratiques épistolaires et la présentation de soi. Non seulement la santé joue un rôle-clé dans le fonctionnement pragmatique de la lettre, mais le récit de maladie contribue à la construction d’un « je » socialisé qui permet à Cicéron de partager les valeurs de ses correspondants. Réciproquement, les conseils qu’il adresse à ses destinataires sont inséparables d’un désir d’afficher son propre statut. Souci de soi et souci de l’autre apparaissent donc comme les deux facettes d’une même construction sociale. Cette correspondance témoigne d’autre part des vertus thérapeutiques prêtées à l’échange épistolaire et plus largement des liens étroits existant entre le corps, l’écriture et la lecture dans le monde romain.

Cicero’s letters reveal the special links between healthcare, epistolography and self-presentation during the late Roman Republic. Health is not only playing a key-role in the pragmatic functioning of the letter, but the narrating of the disease contributes also to the elaboration of a socialized « I », who asserts and shares his correspondents’ values. Reciprocally, the health advice given by Cicero to his addressees is inseparable from the desire to display his own social rank and authority. Self-concern and caring for others appear then as the two facets of a single social construction. Cicero’s correspondence also reveals the therapeutic virtues attributed to the epistolary exchange, and underlines the close link between body practices and writing/reading activities in the Roman world.