Version classiqueVersion mobile

Dossier : Les « mystères »

Résumés-Abstracts

Texte intégral

Dossier : Les « mystères » : questionner une catégorie

1Jan N. Bremmer

2Imperial mysteries

3The only article one can consult about the so-called imperial mysteries is the well-known 1965 article by the Leiden epigraphist Harry Pleket. This is still a very useful study, but most of his texts have been re-edited since and, as I hope, our insight into the mysteries itself has also increased somewhat. Yet it is remarkable that with all the attention to the mysteries, this article remains the only analysis of the available evidence regarding the imperial mysteries. In my analysis I will follow Pleket’s enumeration of the evidence but will try to advance somewhat beyond him. I will argue that the imperial mysteries displayed a family resemblance to the established mysteries, such as those of Eleusis and Samothrace, but were never very important.

4key words: Eleusinian mysteries, imperial mysteries, sebastophant, Walter Burkert

5Le seul article qui a étudié ce qu’on appelle les mystères impériaux est celui, bien connu, de Harry Pleket, l’épigraphiste de Leiden, paru en 1965. Cette étude continue d’être très utile, même si la plupart des textes examinés ont été réédités depuis et si notre connaissance des mystères s’est quelque peu améliorée depuis, du moins je l’espère. Il demeure toutefois remarquable que, en dépit de l’attention savante portée aux mystères, cet article soit la seule analyse de la documentation disponible sur les mystères impériaux. Dans mon étude, je reprends la liste des documents telle que H. Pleket l’a établie, mais je tente d’aller plus loin. Mon hypothèse est que les mystères impériaux présentent un air de famille avec des mystères bien établis, tels que ceux d’Éleusis et de Samothrace, mais qu’ils n’eurent jamais une grande importance.

6mots-clés : mystères éleusiniens, mystères impériaux, sébastophante, Walter Burkert

7Vinciane Pirenne Delforge

8Teletê peut-elle être déesse ? Note épigraphique (SEG 50, 168)

9Dans le calendrier sacrificiel de la tétrapole de Marathon (SEG 50, 168), le terme teletê au datif a été largement interprété comme la personnification du nom commun qui désigne une « célébration mystérique ». Cette occurrence épigraphique désignerait dès lors la déesse Teletê, à laquelle une offrande était prévue dans le calendrier en question. Afin d’évaluer la pertinence de cette interprétation, le présent article reprend le petit dossier de la Teletê personnifiée dans les différents types de documents où elle apparaît – littéraires, iconographiques, épigraphiques. Cette analyse conclut que c’est bien la teletê au sens d’une cérémonie – quelle qu’elle soit – et non une personnification que désigne l’entrée de la ligne 10 de la deuxième colonne du calendrier de Marathon.

10mots-clés : religion grecque, épigraphie grecque, calendrier sacrificiel, Teletê, culte à mystères

11In the sacrificial calendar of the Marathonian Tetrapolis (SEG 50, 168), the term teletê in the dative has been interpreted in past and current scholarship as the personification of the noun designating a “mystic celebration”. This occurrence of teletê would accordingly not allude to a ritual process, but rather to the goddess Telete receiving an offering. The present paper aims at confronting this interpretation with a reappraisal of the evidence concerning the divinisation of Telete – in literature, iconography, epigraphy. The analysis shows that the 10th line of the calendar (second column), containing the entry in question, must refer to a ceremony – whatever its precise character may have been – and not to a deity.

12key words: Greek religion, Greek epigraphy, sacrificial calendar, Telete, mystery cult

13Nicole Belayche

14Les hiérophantes marqueurs des « mystères » ? Le cas de l’Artémis éphésienne

15L’examen de la très riche épigraphie d’Éphèse démontre que la fonction de hiérophante dans les groupes courétiques qui pratiquaient les « mystères » de la déesse Artémis est tardive (iie siècle) et que sa primauté ne s’est affirmée que progressivement. En suivant l’évolution de cette fonction pas à pas, l’auteure conclut qu’elle s’inscrit dans le mouvement de hiérarchisation des élites au sein des sociétés civiques – en recourant à un titre prestigieux –, et qu’elle ne trahit pas de forme rituelle qui correspondrait à l’ajout d’un dévoilement pendant l’expérience mystérique. Ce dossier oblige à relativiser le recours systématique à une matrice éleusinienne dès qu’il est question de mystères à l’époque romaine. Il invite à examiner prudemment et, au cas par cas, la composante « mystérique » lorsqu’elle n’est postulée qu’à partir de titres d’agents rituels en – phantês.

16mots-clés : Éphèse, Artémis éphésienne, mystères, courète, hiérophante, hiérourgue

17The very rich epigraphic evidence from Ephesus demonstrates that the function of hierophant within the groups of Couretes who performed the “mysteries” of the goddess Artemis is a late one (second century). Moreover the primacy of hierophants within these groups was a progressive process. The paper follows evidence of the function closely along two centuries. It concludes that the evolution reflects the trend towards hierarchization within the social elites – appealing to a prestigious title –, and not the addition of a ritual function focused on a moment of “revelation” during the mysteric performance. This case study pleads for caution with systematic call for an Eleusinian model as soon as mysteries are on stage in the Roman period. It invites for analyzing carefully “mysteric” features when they are envisioned but after the title of ritual agents in –phantês.

18key words: Ephesos, Artemis Ephesia, mysteries, courete, hierophant, hierourgoi

19Anne-Françoise Jaccottet

20Les mystères dionysiaques pour penser les mystères antiques ?

21Le cas particulier des « mystères dionysiaques » permet de reprendre la réflexion sur les catégories antiques et modernes de « mystères ». L’analyse notamment du corpus épigraphique des associations dionysiaques débouche sur plusieurs perspectives : la liberté et la diversité rituelles attestées dans les rites mystériques associatifs mènent à ouvrir la définition des mystères et de l’initiation à la pluralité rituelle, dans l’esprit polythéiste, loin de toute unicité et universalité surimposée. Les réunions associatives, répétées, conduisent à repenser le rapport respectif de l’initiation, ponctuelle, et des mystères, susceptibles de se « rejouer » régulièrement entre initiés. L’analyse du vocabulaire en jeu va dans le sens d’une succession sémantique entre orgia et mustêria, au fil des siècles, bien plus que dans le sens d’une opposition rituelle entre ces deux familles linguistiques. Ces divers constats mènent à une réflexion sur la pluralité et la souplesse de la conception de « mystères », dans l’antiquité, et sur les conséquences à en tirer sur l’usage catégorisant moderne.

22mots-clés : Dionysos, mystères, initiation, orgia, association

23“Dionysiac mysteries” are a good case-study for a renewed reflection on the modern and ancient conception of “mysteries” in general. Examination of epigraphical testimonies of Dionysiac associations opens towards new perspectives. The ritual liberty and diversity attested for mysteric rites within associations is an invitation for envisioning a definition of mysteries and initiation that takes into account the ritual plurality coining a polytheistic frame, and not an unity and universality artificially imposed. The many meetings of the associations force to revisit the relation between the initiation, that is specific, and the mysteries that can be regularly re-acted with the same initiates. Attention to the relevant vocabulary leads to reconstruct a semantic succession along the time, rather than a ritual opposition between orgia and mustêria. These statements open towards a reflection on the plurality and flexibility of the ancient conception of “mysteries”, and on the subsequent conclusions one reaches on our modern, categorizing use.

24key words: Dionysos, mysteries, initiation, orgia, association

25Philippe Borgeaud

26Mystères et interférences. De Jan Bremmer aux Naassènes

27En se séparant du judaïsme le christianisme postule l’importance prophétique du judaïsme, devenu oracle annonciateur, inconscient de son importance, et ignorant sa vérité, donc condamnable. Il en va de même entre le mystère chrétien et les mystères « païens ». Le mystère chrétien n’a rien à voir avec les mystères païens, il ne se les approprie pas, ni n’en est « influencé ». Mais ceux-ci néanmoins, pour méprisables qu’ils soient, le préfigurent. Telle est la doctrine avancée par certains gnostiques, les Naassènes en particulier.

28mots-clés : mystères, interférence, Attis, gnostiques, naassènes

29Breaking away from Judaism, Christianity postulates the prophetic significance of Judaism. The Hebrew Bible becomes an oracle unaware of its importance, and ignoring its truth, something despicable. A similar process is going on between the Christian « mystery » and the pagan « mysteries »: the Christian mystery has nothing to do with the pagan mysteries. It does not appropriate them, nor is it “influenced” by them. But they are just foreshadowing them. Such is the doctrine advanced by some Gnostics, the Naasseni in particular.

30key words: mysteries, Naasseni, Attis, Gnostics

31Francesco Massa

32La notion de « mystères » au iie siècle de notre ère : regards païens et Christian turn

33L’article propose une enquête sur l’origine et les enjeux de la catégorie des « mystères païens », souvent utilisée dans l’historiographie moderne et contemporaine et largement dépendante d’une approche christianisante. Un survol historiographique permet d’abord de souligner que la notion des « mystères » est née dans le cadre des controverses entre catholiques et protestants, en particulier autour de la pureté originelle du premier christianisme et de sa subséquente dégénérescence au contact des religions des mondes grec et romain. L’analyse des sources antiques conduit ensuite à avancer l’hypothèse d’un changement sémantique qui s’opère dans la seconde moitié du iie siècle, lorsque les auteurs chrétiens s’évertuent à fabriquer une notion large et totalisante des « mystères païens », absente des réflexions des auteurs grecs.

34mots-clés : mystères païens, historiographie, Julius Pollux, Athénagore, Clément d’Alexandrie

35The paper aims to investigate the origin and issue at stake with the category of “pagan mysteries”, often used in modern and contemporary historiography and largely dependent on a Christian approach. Firstly a historiographic overview will highlight that the “mysteries” notion was born in the context of controversies between Catholics and Protestants, concerning namely the original purity of the ancient Christianity and its following degeneration through contact with the religions of the Greek and Roman worlds. The analysis of the evidence then allows to suppose a semantic change during the second half of the second century, when Christian authors try to produce an extensive category of “pagan mysteries”, which is absent in the reflections of Greek authors.

36key words: pagan mysteries, historiography, Julius Pollux, Athenagoras, Clement of Alexandria

Varia

37Karin Mackoviak

38L’autochtonie, la cité et les origines humaines : d’un discours politique à un discours cosmologique

39Les récits d’autochtonie de Grèce ancienne ont fait l’objet d’études exhaustives sur le plan politique, mais guère sur le plan cosmologique lequel éclairerait pourtant les représentations des origines humaines sous un autre angle. L’historien des religions et de la société doit s’en emparer pour en évaluer l’originalité. Mise en regard de l’univers présocratique, l’autochtonie s’interprète à l’époque archaïque dans le contexte d’une vision spécifique du monde, qui révèle la dimension cosmologique de la cité et de la créature humaine en Grèce ancienne.

40mots-clés : autochtonie, présocratique, cité, anthropogonie, cosmologie

41Ancient Greek myths referring to autochthony were hardly considered outside the political point of view although another understanding of such representations is possible – from a cosmological point of view. The historian of religions and society must take hold of this subject in order to reflect about its original feature. Compared with the cosmology of the Pre-Socratics, autochthony myths belong to an archaic world view in which the idea of polis acquires a fully cosmological sense and that of mankind another consistency.

42key words: autochthony, presocratic, city, cosmology

43Julián Gallego

44Edipo en Colono y la guerra civil en Atenas

45Cet article tente de repenser certaines questions examinées par Pierre Vidal-Naquet dans son essai sur Œdipe à Colone (1986) : le sens de l’opposition entre Athènes et Thèbes ; le statut obtenu par Œdipe à Athènes ; la mutation du héros sur la scène théâtrale. Puisque l’auteur insérait son étude dans la perspective de l’invention de « l’activité politique », en insistant notamment sur le problème de la stasis et sur le traitement spécifique de la tragédie à cet égard, j’essaie d’explorer comment la guerre civile et la division organisent l’intrigue de cette tragédie.

46mots-clés : stasis, Thèbes, Athènes, division, unité

47This article attempts to rethink certain issues discussed by Pierre Vidal-Naquet in his essay on Oedipus at Colonus (1986): the meaning of the opposition between Athens and Thebes; the status obtained by Oedipus in Athens; the mutation of the hero on the theatrical scene. Since the author focused his study on “the invention of politics”, with particular emphasis on the problem of stasis and the prospect of tragedy in this regard, I propose to explore how civil war and division organize the plot of this tragedy.

48key words: stasis, Thebes, Athens, division, unity

49Étienne Helmer

50Réévaluer la réflexion grecque sur l’économie : de la science économique à la philosophie de l’économie

51Depuis la fin du xixe siècle, la plupart des historiens de la pensée économique estiment que les Grecs, étrangers à la rationalité scientifique moderne, n’ont pas eu de réflexion économique articulée et cohérente. Cette vision des choses ne résiste pourtant pas à l’analyse du cadre théorique commun sur fond duquel les philosophes des époques classique et hellénistique ont formulé les questions et les concepts leur permettant d’étudier les phénomènes, les pratiques et les institutions économiques. Le présent article expose les trois axes principaux de cette armature théorique, sans occulter la diversité des positions des différents auteurs ou des différentes écoles philosophiques.

52mots-clés : pensée antique de l’économie, philosophie économique, économie antique, oikonomia

53According to most of the historians of the economic thought since the end of the 19th century, Greeks were alien to the modern scientific rationality and had neither articulated nor coherent economic theories. My claim is that such a vision does not withstand the close study of the common theoretical framework within which the philosophers of the Classical and Hellenistic periods have framed specific issues and concepts to understand economic phenomena, practices and institutions. This paper outlines the three main components of this theoretical framework, and tries to give voice to the large range of positions held by the different philosophers or philosophical schools.

54key words: ancient economic thought, philosophy of economics, preclassical economics, oikonomia

55Stella Georgoudi

56L’écriture en action dans des règlements religieux des cités grecques

57Quelle est la place accordée par les Grecs à l’écrit, à la parole écrite, dans l’organisation de leur vie en communauté ? Pour reconsidérer cette question, souvent débattue, on propose ici une expérimentation qui prend pour exemple le statut de l’écriture dans certains règlements religieux. On explore ainsi les multiples aspects de cet acte de graphein, considéré comme un moyen indispensable pour établir des règles qui régissent les relations entre les hommes et leurs dieux.

58mots-clés : règlements religieux, écriture, graphô, sanctuaires, visibilité

59What is the place granted by Greeks to the act of writing in the organization of their public life? To reconsider this question, often debated, a experimentation is proposed in this article, taking as example the statute of writing in certain religious regulations. The multiple aspects of the act of graphein are explored, an act considered as an indispensable means to fix rules governing the relations between men and their gods.

60key words: religious regulations, writing, graphô, sanctuaries, visibility

61Françoise Frontisi-Ducroux

62Visages invisibles : retour à Cyrène

63Le cas des figures funéraires de Cyrène offre matière à une exploration du problème de la non-visiblité. Le dossier suscite trois types de réflexions, correspondant aux trois étapes de cet article. Tout d’abord l’histoire de la redécouverte de la cité antique de Cyrène révèle la difficulté qu’ont eue les découvreurs à voir ces œuvres atypiques que sont les statues sans visage de la nécropole. L’aprosopie, caractéristique d’une partie des exemplaires, a été inaperçue, voire niée, avant d’être tardivement reconnue. Ensuite l’originalité de cette forme de figuration a été ramenée à la notion d’aniconisme. Ce terme équivoque, désormais limité à des cas précis de non-figuration, inscrivait les figures « aprosopon » dans une vision évolutionniste, aujourd’hui caduque, de la figuration religieuse. Autre façon de ne pas reconnaître leur originalité : une solution au problème de la figuration de la non-visibilité de la mort. Enfin les nombreux spécimens qui sont dotés d’un visage invitent à s’interroger sur les autres signes pouvant prendre en charge la notion de non-visibilité, en particulier dans la représentation plastique de la figure funéraire.

64mots-clés : funéraire, visage, aniconisme, aprosopia

65The case of the funerary figures from Cyrene is a good one to explore the problem of non-visibility. From this dossier three kinds of reflexions arise, corresponding to the three parts of this article. First, the history of Cyrene’s rediscovery (an ancient city in Libya) reveals how difficult it was for the discoverers to see these atypical works, statues without a face found in the necropolis. The aprosopia, which characterises part of these statues, has been overlooked, even negated, before it was finally acknowledged. Second, the originality of this figurative form has been reduced to a kind of aniconism. This misleading term, now limited to specific cases of non-figuration, inscribed the “aprosopon” figures in an evolutionist conception of religious figuration, nowadays outdated. Another way of not seeing what was the originality of these statues : a solution to the problem of the figuration of death as non-visibility. Lastly, the numerous examples with a face invite us to reflect about the other signs which could take on the notion of non-visibility, in particular in sculptural representation of funerary figures.

66key words: funerary, face, aniconism, aprosopia

67Claudia Montepaone

68Timycha, donna filosofa, suo marito pitagorico e il tiranno: modelli di genere?

69La centralité de la sôphrosunê dans l’enseignement de Pythagore à ses disciples (femmes et hommes) est amplement illustrée par Jamblique. La présence d'un haut degré de sôphrosunê chez Timycha et Myllias et sa manifestation respective dans ces deux variantes de “genre”, est explicite dans le récit de leur réaction au pouvoir de Denis de Syracuse, à travers la signification de leurs comportements, opposés par antonomase mais en quelque sorte “isomorphes” à la structure du système tyrannique. Myllias et Timycha expriment d’une manière différente l’impossibilité d’expliquer la raison de l’interdiction de fouler aux pieds les fèves. Le premier le fait en parlant et reste à l’intérieur du logos, affirmant en même temps son caractère non-transgressible. La seconde le fait en agissant sur elle-même.

70mots-clés : mari, femme, éducation pythagoricienne, tyrannie, pythagorisme

71The importance of the sôphrosunê in Pythagora’s teaching to his pupils (male and female) is illustrated fully by Iamblichus. The higher degree of sôphrosunê in Timycha and Myllias is expressed by their two different reactions to the power of the tyrant of Syracuse. Myllias and Timycha express in two different ways their refusal to reveal why it is forbidden to step on broad beans: the former does it verbally, the latter does it by biting off her own tongue.

72key words: man, woman, pythagoric education, tyranny, pythagoreanism

73Andrea Taddei

74De la sociologie à l’anthropologie juridique. Les études de Louis Gernet sur le droit grec ancienL’œuvre intellectuelle de Louis Gernet est ici analysée pour construire une réflexion autour des relations entre sciences de l’antiquité, sociologie juridique et anthropologie juridique des années 1950 jusqu’à nos jours. Il s’agit de placer les études de Gernet sur le droit grec ancien à l’intérieur de son projet plus général d’enquête sur la société grecque, que les documents inédits nous permettent de reconstruire avec précision. Plus particulièrement, le façonnement et l’utilisation de la notion de « prédroit » dans les domaines de la sociologie juridique et de l’anthropologie juridique contemporaine nous permettent d’observer plusieurs formes de dialogue entre différentes disciplines et de clarifier la fonction que la notion de « prédroit » peut continuer à exercer, comme outil épistémologique, pour la compréhension de la société grecque antique.

75mots-clés : sciences de l’antiquité, prédroit, Louis Gernet, sociologie juridique, anthropologie juridique

76Based on the analysis of the intellectual work of Louis Gernet, this article aims to focus on the relationships between the fields of classics, sociology of law and legal anthropology, since the middle of the twentieth century until today. It is worth placing Gernet’s studies on Ancient Greek Law within the framework of a wider and larger research project on Ancient Greek Civilization, that we are able to restore starting from a work on his unpublished papers. More precisely, the patterning and use of the idea of “prédroit” in the field of sociology of law and contemporary legal anthropology can help both to retrace a dialogue among different disciplines, and to consider how the idea of “prédroit” provides a useful hermeneutical tool for understanding not only specific elements of Ancient Greek law, but also – more broadly – several aspects of ancient Greek civilization.

77key words: classics, Louis Gernet, legal sociology, anthropology of law

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search