Version classiqueVersion mobile

Histoire d’une drogue en sursis

 | 
Xavier Paulès

Conclusion

Texte intégral

1Après le recul très notable de la consommation d’opium obtenu grâce à l’application du plan de Dix ans à partir de 1906, la période suivant la chute de l’Empire est celle d’un renouveau, la disparition du pouvoir central empêchant désormais d’imposer une politique générale d’interdiction de la drogue. On assiste donc à une certaine « régionalisation » des politiques de l’opium, synonyme de légalisation lucrative par les seigneurs de la guerre qui émergent dès le milieu des années dix.

2Outre la donne politique, le contexte dans lequel s’inscrit le retour de l’opium possède deux caractéristiques nouvelles. Tout d’abord, grâce aux efforts de la diplomatie des Qing, les exportations d’Inde cessent, sauf de manière très marginale, d’alimenter la Chine. Les flux de la drogue vont désormais relier, à moindre coût, les provinces productrices de l’intérieur aux grands centres de consommation des villes de la côte. D’autre part, l’apparition d’une offre de drogues modernes (morphine, héroïne) ouvre la perspective que des consommateurs se tournent vers ces nouveautés plus commodes à utiliser.

3Pour étudier ce phénomène de « renaissance » de l’opium qui se produit à partir du milieu des années dix, il est apparu clairement qu’il convenait de renoncer à une étude de l’ensemble de la Chine, aussi prématurée qu’inadaptée à l’état des sources disponibles. C’est pourquoi ce travail a pris la tournure d’une monographie urbaine. Soucieux de traiter la question de l’opium sous toutes ses facettes, nous sommes partis du principe que l’étude de l’offre (politiques de l’opium des différentes autorités se succédant à Canton) et celle de la demande (la consommation) doivent se compléter et s’éclairer mutuellement.

4Nous allons revenir sur les résultats obtenus respectivement dans ces deux directions. Puis nous nous efforcerons d’en tirer les conclusions et de déterminer dans quelle mesure le cas cantonais peut être représentatif.

La question de l’offre

  • 1 Ma Mozhen, Dupin zai zhongguo, op. cit., p. 133-141.

5D’autres travaux ont déjà montré combien l’opium constitue, au plan national, un enjeu capital dans le processus d’émiettement politique puis dans l’entreprise de réunification menée par le Guomindang. À Canton, son importance n’est pas moindre pour les régimes politiques qui se succèdent durant les années 1912-1936. Livrés quasiment à eux-mêmes en raison de l’impuissance du pouvoir central à partir de 1915, chacun d’entre eux doit définir le statut à accorder à la drogue. Leur position peut varier de la prohibition la plus stricte à une exploitation intensive des ressources que la drogue peut procurer. Néanmoins, deux phases émergent : entre 1912 et 1923, la tendance générale, qui n’exclut pas des revirements, est à une montée progressive du laxisme. Après 1923, l’opium est légalisé de façon durable. On peut relever dans cette chronologie des politiques de l’opium une double originalité de Canton par rapport au reste du pays : d’un côté, une notable précocité dans le relâchement des mesures de prohibition, avec la mise en place par Long Jiguang dès 1915 du premier système officiel de vente de la drogue sous la République. Tandis qu’à l’inverse, entre 1920 et 1923, les efforts prohibitionnistes de Chen Jiongming constituent l’une des dernières tentatives (avec celles de Yan Xishan au Shanxi1) d’appliquer une prohibition absolue, objectif devenu irréaliste tant il paraît illusoire d’espérer tenir la province du Guangdong, source de bien des convoitises, en se privant de cette source de revenu.

6Nous avons mis en évidence que, contrairement à ce qu’on pourrait penser a priori, les périodes de prohibition de la drogue ne correspondent pas forcément à l’exercice du pouvoir par des autorités supposées progressistes et fondamentalement hostiles par principe à l’opium (révolutionnaires entre 1912-1913 et Guomindang en 1920-1929). Le meilleur exemple est bien sûr la mise en place d’un monopole officiel de l’opium à partir de 1923 et ses perfectionnements successifs dans la seconde moitié de la décennie, époque durant laquelle le Guomindang administre Canton et la province du Guangdong. Réciproquement, la mainmise d’un seigneur de la guerre n’entraîne pas nécessairement le déchaînement de la drogue. Particulièrement caractéristique est le cas des militaristes de la vieille clique du Guangxi (en place entre 1916 et 1920) : en matière d’opium, ils n’ont pas voulu ou pas osé franchir le pas que constituait l’officialisation des circuits, et la consommation semble être demeurée à leur époque d’une ampleur modeste.

7En matière de politiques de l’opium, notre période s’ouvre avec la grande offensive menée par les Qing contre la drogue. À partir de 1906, dans le cadre du plan de Dix ans, le régime impérial s’appuie largement sur les élites cantonaises pour animer la lutte contre la consommation d’opium. Propagande, aide au sevrage ainsi que certaines tâches de surveillance sont prises en main par une association ad hoc (Guangdong jieyan zonghui, Association du Guangdong contre l’usage de l’opium) avec la bénédiction du gouverneur.

  • 2 M. Tsin, Nation, governance, and modernity, op. cit., p. 10-15.

8Toute action politique déterminée et cohérente contre l’opium ne cesse pas avec l’Empire à Canton. Entre 1912 et 1923, certaines autorités entreprennent réellement de lutter contre la consommation d’opium. Mais il faut signaler que, si l’objectif visé demeure identique à celui de l’époque impériale, la lutte ne s’organise plus de la même façon. Ainsi, lorsque le pouvoir politique cantonais entreprend de combattre systématiquement la drogue (en 1912-1913 et 1920-1923), il applique une méthode assez différente. L’accent porte plus sur la répression que sur la persuasion combinée à l’exemplarité des élites, credo de la stratégie impériale. À des méthodes plus musclées est associé un raccourcissement des délais accordés aux fumeurs pour renoncer à la drogue : le gouvernement révolutionnaire de Hu Hanmin n’attend qu’un an avant de décréter, dès janvier 1913, une prohibition absolue. L’implication directe des autorités est, d’autre part, de plus en plus importante, tandis que les associations organisées par les notables marquent nettement le pas. On peut voir là la manifestation d’un nouveau mode de gouvernement qui veut privilégier le lien direct entre les citoyens et le pouvoir politique, qui s’arroge la tâche de modeler la société en fonction d’un mot d’ordre général de progrès. Cela concerne du reste autant le domaine de la politique anti-opium que la réglementation de la prostitution, ou encore la promotion de l’hygiène2.

91923 représente une année-clé marquée par la légalisation durable de l’opium, l’ultime expérience de prohibition totale, menée par Chen Jiongming, ayant montré que l’opium est devenu une ressource dont il est suicidaire de se passer. Il convient pourtant de signaler que ni avant ni après 1923, les autorités ne légalisent les drogues nouvelles (comme morphine et héroïne) : jusqu’à l’occupation japonaise, elles rejettent, c’est une constante, tout compromis sur ce point.

10À partir de 1923, chaque équipe au pouvoir tâtonne, à la recherche du mode d’organisation du circuit de l’opium offrant des recettes les plus élevées possibles. Leur attention se porte en particulier sur l’équilibre optimum entre contrôle direct et sous-traitance à des fermiers. Song Ziwen parvient en 1925-1926 à profiter de la mise au pas des principaux chefs de guerre alliés au Guomindang et de la conquête de l’ensemble de la province pour établir un compromis que résume bien le principe de guandu shangban (« les autorités surveillent, les marchands gèrent »). Cette synthèse est rendue possible par le recours massif à des quotas de vente à différents niveaux du circuit (grossistes qui importent l’opium brut des provinces voisines, marchands qui afferment transport du brut, bouillage et vente dans des régions définies, fumeries). Ces agents sont pénalisés s’ils n’écoulent pas leur quota d’opium au terme d’une durée prévue. Cette pratique découle d’une attitude pragmatique vis-à-vis de la fraude qu’elle vise à domestiquer plutôt qu’à supprimer. Ce système incite en effet chaque marchand à faire tous les efforts pour atteindre et dépasser son quota. Au-delà du seuil fatidique, il reçoit certes des avantages licites supplémentaires ; mais surtout, s’ouvre alors la possibilité de se livrer à la fraude par coupage avec de l’opium de contrebande. La fraude se trouve ainsi astucieusement convertie en un élément moteur du système.

11Cette organisation des circuits s’impose dès 1926 et ne connaît plus, par la suite, que des ajustements relativement secondaires. Elle permet un spectaculaire décollage des recettes de l’opium. Même s’il est très difficile de l’estimer de façon rigoureuse, l’opium représente dès lors une partie très importante des revenus des autorités.

12Cependant, même alors, la question de l’opium ne peut se résumer à une recherche effrénée et sans nulle vergogne du profit maximal. Il est facile de se gausser des innombrables mesures de suppression jamais appliquées, des plans sophistiqués oubliés le lendemain de leur publication, des périphrases alambiquées pour désigner les fumeries et l’opium respectivement comme des « salons de désintoxication » et un « remède contre l’opiomanie ». Ces ruses assez dérisoires que l’on retrouve à toutes les périodes durant lesquelles l’opium est vendu légalement traduisent une réalité qui, elle, ne doit pas être négligée : la légalisation a, pour quiconque l’applique, un coût politique significatif en terme d’impopularité au Guangdong même, et constitue un handicap dans la course à la légitimité à laquelle se livrent les pouvoirs rivaux en Chine vis-à-vis de l’opinion chinoise, voire mondiale. Par exemple, entre 1931-1936, les revenus de l’opium nourrissent certes largement la puissance de Chen Jitang, lui permettant d’entretenir une force armée, seul gage de son autonomie, et de tenir en main le réseau des fidélités qu’il tisse autour de sa personne. Mais d’un autre côté, ils contribuent largement à discréditer son pouvoir face à celui de Nanjing qui peut commencer à mettre en avant dès 1935 les avancées qu’implique son plan de Six ans.

13Ceci explique que les autorités, tout en tentant d’en tirer le maximum de revenus, non seulement ne font rien pour décourager la diffusion de la propagande anti-opium, mais accompagnent leurs propres politiques de légalisation de discours hostiles à la drogue. D’autre part, elles s’efforcent souvent de contenir la consommation d’opium dans des limites jugées acceptables.

14Ainsi, en dépit de mesures concrètes qui la contredisent amplement, la rhétorique officielle anti-opium est très présente durant la période républicaine, à Canton comme dans le reste de la Chine. Les règlements qui définissent le fonctionnement des circuits de l’opium officiel sont précédés de professions de foi solennelles contre la drogue. Des manifestations anti-opium sont organisées par les autorités lors de périodes où la vente d’opium est tout à fait libre à Canton. Chaque écolier apprend de son maître comment les étrangers, malgré l’action héroïque de Lin Zexu, ont introduit le terrible poison.

15Pour ce qui est de conserver la consommation d’opium dans certaines limites, les différentes autorités cantonaises ne témoignent d’aucun souci de restreindre l’accès de la drogue à certaines catégories de la population. Les permis mis en circulation ne servent qu’à mieux contrôler la consommation à domicile du porteur.

16Elles s’attachent en réalité surtout à restreindre du mieux possible la visibilité de l’opium. Les mesures contraignantes touchent principalement les fumeries, parfois purement et simplement interdites, reléguées à un autre moment à Honam, une partie de la ville relativement périphérique. À d’autres époques, on interdit seulement à ces établissements de s’installer dans les rues les plus passantes. Des règlements empêchent aussi les fumeries de faire de la publicité dans la presse.

17En agissant de la sorte, les autorités ne satisfont certes pas aux revendications de la frange progressiste de la population, mais elles montrent, sinon de la mauvaise conscience, du moins un certain égard pour l’idée que l’opium est une pratique honteuse et nuisible. Comme elles le font en tolérant et même reprenant à leur compte la rhétorique anti-opium, elles contribuent donc aussi sous ce rapport à un processus de marginalisation de l’opium.

18Le volet « demande » de notre étude montre qu’on ne saurait sous-estimer les conséquences de cet état de fait.

Le versant de la demande

19Les acquis de l’étude de l’offre permettent de mieux mettre en perspective celle de la consommation d’opium à Canton, qui vient combler une lacune de l’historiographie consacrée à l’opium en Chine. Sur le plan de l’impact social de l’opium, il faut bien distinguer la réalité du discours. Cela permet d’abord de déblayer le terrain de quelques mythes encombrants, venus tout droit des écrits les plus hostiles à la drogue. Il n’est pas question ici de nier que la consommation de drogue cause des dommages très importants à la santé d’un nombre significatif de personnes, ni qu’elle grève parfois le budget de familles entières. L’opium est bien présent à Canton et il demeure un élément indissociable de la vie quotidienne de notre période.

20Pourtant, le contraste est grand entre les tirades alarmistes des militants de la lutte anti-opium sur les ravages exercés par l’opium et la réalité avérée de son impact. En effet, les pièces du puzzle de la description de la consommation d’opium que nous avons mis à jour dans différentes parties de notre travail se complètent bien pour former un tableau plutôt rassurant.

  • 3 Voir chapitre 7.

21Nous allons une dernière fois revenir à la situation au milieu des années trente, période où nos renseignements sont les plus nombreux. Rappelons qu’en confrontant les résultats du recensement de 1936-1937 et différentes autres estimations, nous avions dégagé la fourchette de 30 000 à 40 000 (avec une préférence pour sa partie haute) comme la plus crédible pour le nombre de fumeurs réguliers à Canton3.

  • 4 Voir chapitre 5.
  • 5 Les autorités du Guomindang tablent sur une clientèle d’une centaine de consommateurs en moyenne pa (...)

22D’autre part, comme nous l’avons vu4, le nombre moyen de fumeurs habituels par fumerie s’établit à une centaine5. Or, le nombre de fumeries avoisine les 350 dans la première moitié des années trente. Par conséquent, étant donné que la consommation à domicile peut être considérée comme un phénomène relativement marginal, la mise en rapport de ces deux données corrobore (100 × 350 = 35000) l’estimation de 30000 à 40000 fumeurs.

  • 6 Voir chapitre premier.
  • 7 Cette dernière estimation correspond à la consommation moyenne déclarée par les patients de l’insti (...)

23Enfin, si l’on considère les estimations que nous avons faites, à partir d’autres sources, des quantités de yangao consommées chaque mois à Canton (de 4,4 à 9 tonnes d’opium préparé mensuel)6, si l’on admet qu’il y a 40000 fumeurs et que leur consommation moyenne est de 4,2 g par jour7, on retombe bien dans la fourchette (40000 × 30 × 4,2 = 5040000 g, soit 5 tonnes).

24Ce chiffre de 40 000 apparaît donc assez solidement établi par ce recoupement entre différentes parties de notre travail. Il correspond à moins de 4 % de fumeurs parmi la population totale. Il s’agit assurément d’un ordre de grandeur bien modeste qu’il convient de comparer avec les 15 % qui constituent une estimation plutôt prudente pour les années 1890. La baisse significative du nombre de fumeurs intervenue suite à la mise en œuvre du plan de 1906 ne semble donc pas avoir été remise fortement en cause durant les trente années suivantes. De ceci témoigne la disparition de la pratique consistant à offrir au visiteur de l’opium pour lui souhaiter la bienvenue. Encore fréquente à la fin du xixe siècle, elle disparaît sous la République en raison même du recul général de la consommation. Autre manifestation de ce recul, certains lieux publics tels que restaurants et maisons de thé cessent de proposer de l’opium à leurs clients.

25Au constat de la médiocre part des fumeurs dans la population, il faut ajouter que tous les fumeurs d’opium ne sont pas dépendants. Cela n’a rien d’étonnant lorsqu’on sait qu’existe parmi eux la conviction largement partagée que la consommation d’opium adéquate est celle qui reste en deçà du seuil de la dépendance. Il est aussi plus facile pour eux de se conformer à ces sages préceptes lorsqu’on sait que, si le yangao est dans les années vingt et trente nettement moins cher que lors de la décennie 1910, l’opium officiel reste une denrée lourdement taxée et dont la consommation régulière constitue une charge importante pour un budget modeste. Même s’il est vrai que des alternatives existent, comme le yantiao et l’opium de contrebande, le chiffre de la consommation quotidienne moyenne plausible (autour de quatre grammes) est assez bas pour laisser à penser qu’une bonne part des amateurs d’opium sont des fumeurs tout à fait occasionnels.

26Quant aux descriptions de fumeries obscures, d’une saleté repoussante et fréquentées surtout par des bandits, elles ne correspondent pas à la réalité d’une offre diversifiée. Les fumeries peuvent être classées en trois catégories : des fumeries à yantiao, rudimentaires, fréquentées par de pauvres gens sont susceptibles de correspondre au cliché mentionné. Elles forment un contraste avec les grandes fumeries installées sur plusieurs étages qui fournissent du bon opium dans un décor luxueux à une clientèle plutôt aisée. Entre ces deux extrêmes, les fumeries de quartier, de loin les plus nombreuses, où l’on fume de l’opium préparé (et non du yantiao) sont fréquentées par une clientèle assez mélangée.

27Les fumeurs apprécient énormément, de leur propre aveu, les fumeries comme de vrais lieux de sociabilité, où ils peuvent bavarder et se détendre. Les riches trouvent dans les belles fumeries l’occasion de manifester leur aisance en dépensant de coquettes sommes pour disposer de pipes renommées et d’opium d’une qualité supérieure. Ils peuvent s’attacher les services de jeunes femmes chargées de leur préparer les pipes (les yanhua), et combiner l’opium avec d’autres plaisirs (friandises, thé de prix, radio, massage). C’est donc très probablement parce que les fumeries sont des espaces agréables, nullement dangereux, qu’elles suscitent à ce point les foudres des contempteurs de la drogue. Elles sont sans nul doute susceptibles d’attirer par leurs agréments, et en particulier la présence des yanhua, des clients qui ne sont pas des fumeurs. Du reste l’une des raisons évoquées par les revues anti-opium pour expliquer l’importance de la fréquentation des fumeries n’est-elle pas qu’elles constituent un des seuls lieux de loisir accessibles à la population cantonaise, avec les bordels et les salles de jeu ?

28Leur concentration dans certains quartiers, en particulier Honam, au sud de la rivière des Perles, justifie un grand topos de la littérature anti-opium portant sur Canton : la description d’une visite à Honam, refuge de tous les vices. La concentration spécifique des fumeries à Honam est bien réelle dès le milieu des années vingt, et la présence de tripots contribue aussi à justifier une réputation sulfureuse. Mais, avec un effectif probable de 350 fumeries (pour un million d’habitants), l’espace cantonais dans son ensemble est pourtant loin d’être envahi par ces établissements, même s’il ne faut pas oublier que les faubourgs de la ville abritent des établissements clandestins dont le nombre est malaisé à établir. D’autre part, la consommation d’opium intervient, tout à fait légalement, dans des lieux tels que bordels, clubs ou hôtels. Enfin, certains fumeurs choisissent pour des raisons diverses de consommer plutôt chez eux.

29Les lamentations sur les fils de bonne famille forcés à fumer l’opium par leurs parents pour qu’ils restent à la maison et n’aillent pas dilapider la fortune familiale notamment dans les tripots constituent un autre élément à charge habituel du réquisitoire. De tels cas ont sans aucun doute existé, mais ils sont à rapporter à un contexte plus large et en particulier au constat bien établi d’un très net désintérêt pour l’opium parmi, d’une part, les élites cantonaises et, d’autre part, la jeunesse d’une façon générale (en dépit de ce qu’avancent des articles de journaux alarmistes brodant sur le thème de la montée de la consommation parmi les jeunes gens). La raison pour laquelle l’on commence à fumer est rarement à chercher dans ces étranges calculs des familles : les fumeurs commencent à consommerl’opium pour se détendre, pour soulager des douleurs physiques ou, dans le cas des travailleurs de force comme les tireurs de pousse-pousse, pour surmonter un labeur exténuant.

30Distinguer, comme nous venons de le faire, la réalité du discours anti-opium ne signifie pas seulement les opposer de façon statique. Dans le cas présent, il convient au contraire de les appréhender selon un rapport dynamique, en montrant qu’ils interagissent et qu’un processus de stigmatisation/marginalisation qui les engage tous les deux caractérise aussi le volet social de notre étude.

31Le discours officiel qui associe la position de sujétion de la Chine à la consommation d’opium par une partie importante de sa population, qui lie l’impérialisme étranger à la pénétration de l’opium, n’a pas peu contribué à détourner la population de la drogue. Mais il est vraisemblable que l’impact le plus grand a été celui de ce véritable « système de péjoration » qui s’applique, surtout à travers les images de propagande, aux fumeurs d’opium proprement dit. Aisément identifiable au moyen en particulier du matériel si caractéristique qui est associé à la consommation d’opium et à une maigreur squelettique faisant de lui un véritable « homme-crâne », le fumeur se prête d’autant mieux dans l’iconographie anti-opium à l’entreprise de stigmatisation qui consiste à lui associer la misère et le délabrement physique le plus extrême. Ce système de représentation du fumeur connaît un succès considérable, bien au-delà des seules publications spécialisées dans la propagande anti-opium. On peut affirmer que le fumeur maigre et pauvre devient un cliché sous la République. Cet état de fait porte en lui le germe d’une stigmatisation mortelle du fumeur qui contribue à expliquer le phénomène de fond de désaffection des élites que l’on peut observer dans la période qui nous intéresse. Confrontés à l’idée que la consommation d’opium est associée à la pauvreté, les membres des couches sociales favorisées ont tendance à s’abstenir de fumer, ce qui contribue à donner encore davantage à la population de fumeurs les traits que lui prête l’opinion publique. Par cette dialectique, la croyance en l’association entre opium et pauvreté se trouve donc renforcée. Le mythe du fumeur misérable se nourrit des transformations réelles de la population des fumeurs.

32Il est intéressant de préciser qu’au-delà de la seule désaffection des élites, la physionomie du groupe social des fumeurs obéit même plus largement à la loi suivante : plus l’on se situe bas dans la société, plus la proportion des fumeurs est élevée. Le groupe social des marchands, par exemple, subit une polarisation entre d’une part les tenanciers de boutiques, relativement à l’aise et peu concernés par l’opium et d’autre part les vendeurs à l’étal et colporteurs, qui sont nombreux à fumer. Enfin, en dehors des considérations de hiérarchie, la consommation se concentre dans certains secteurs de la population : personnes du sexe masculin et d’âge mûr. Les femmes s’avèrent en effet à peu près sept fois moins susceptibles de fumer que les hommes. Cet état de fait découle de l’idée assez répandue que la consommation des femmes est plus condamnable. Il découle aussi d’une logique strictement comptable : la consommation régulière d’opium représente une charge importante dans le budget d’une famille pauvre. Par conséquent, les épouses de coolies ayant recours à la drogue pour pouvoir mener à bien le travail épuisant qui représente la principale ressource du foyer ne peuvent se permettre de fumer comme leur mari.

33Enfin, les 25-45 ans représentent environ les trois quarts des fumeurs, et la désaffection parmi les moins de 25 ans est particulièrement nette à la fin des années trente. Le fait que les jeunes sont remarquablement peu réceptifs à la drogue semble bien confirmer que ce n’est visiblement plus « chic » de fumer.

  • 8 Lucie Olivova, « Tobacco smoking in Qing China », Asia Major, 18/1, 2005, p. 229-239.

34S’il faut souligner la désaffection pour l’opium parmi les parties favorisées de la société, il convient de prendre bien garde d’y voir une chose inéluctable, le résultat d’un processus « naturel » selon lequel l’opium serait supposé, après avoir séduit les riches, être supplanté dans leurs rangs par des drogues plus modernes et ne plus concerner que les pauvres, les derniers venus de ses amateurs. Il est exact que les nouvelles pratiques de consommation ont tendance à pénétrer généralement dans les sociétés humaines « par le haut », mais il n’en reste pas moins que leur abandon par les élites n’est nullement une fatalité. Les cas abondent de pratiques qui se répandent dans l’ensemble de la population sans être pour autant abandonnées des privilégiés. La Chine de la fin des Qing offre l’exemple d’une société dont toutes les composantes fument avec le même enthousiasme le tabac, tandis que l’usage de priser, associé à l’utilisation d’un matériel aussi raffiné que coûteux, demeure lui spécifiquement attaché aux élites8. En réalité, la plupart des pratiques de consommation recèlent un « potentiel de sophistication » dont les élites peuvent jouer afin de continuer à se distinguer de la masse. L’opium s’y prête même particulièrement bien. Le choix de certaines marques (comme celles du monopole de Hong-Kong) ou des modes de consommation particuliers peuvent continuer à assumer sous la République la fonction de « créateur de distinction » comme la consommation d’opium le faisait en elle-même au début du xixe siècle. De plus, une lecture attentive des sources permet de découvrir que persiste parmi les fumeurs de l’époque républicaine un discours assez élaboré de valorisation de l’opium. Ce discours exalte entre autres la sophistication du rituel, le plaisir de la consommation collective et les rapports humains entre amateurs. Mais son idée principale est surtout que les plaisirs de la drogue ne débouchent pas forcément sur la dépendance, qu’il est possible de demeurer un consommateur « raisonnable ». De telles conceptions auraient pu contribuer elles aussi à assurer la pérennité de la consommation d’opium parmi les élites, si le système de péjoration que nous avons mis en évidence ne s’était pas puissamment affirmé.

Canton est-il un « modèle » ?

35Au terme d’une étude demeurée dans le cadre limité d’une grande ville chinoise se pose évidemment la question de sa portée au niveau national.

36Pour synthétiser, le « modèle cantonais » de la situation de l’opium entre 1906 et 1936 place deux contradictions face-à-face. La première est caractérisée par l’opposition entre, du côté de l’offre, un contexte globalement favorable à la reprise de la consommation (politiques poussant à maximiser les ventes, offre d’opium abondante et prix modéré) et le constat que, dans la réalité des faits, le niveau de la consommation reste bien en deçà de celui de la fin du xixe siècle. Cette situation surprenante a pour origine ce chef-d’œuvre de propagande que constitue la stigmatisation de l’opium, en particulier grâce au triomphe de la figure de l’homme-crâne. Or, celle-ci s’explique par une autre contradiction fondamentale qui fait que les autorités ont vis-à-vis de l’activisme anti-opium une attitude qui peut aller d’une bienveillante indifférence à un soutien marqué, quand bien même elles profitent largement des revenus de la drogue, si bien que le discours anti-opium peut se déchaîner durant toute la période et pénétrer en profondeur dans la société.

  • 9 La seule différence, à ne pas négliger, est que les drogues de synthèse sont vendues librement dura (...)

37Même si la période de l’occupation japonaise et les années 1945-1949 sont en dehors des bornes chronologiques de notre étude, tout laisse à croire que la situation ne change guère. Les données fondamentales restent en fait les mêmes, en particulier concernant l’attitude des autorités9. Le gouvernement collaborationniste de Wang Jingwei entonne les mêmes refrains hostiles à la drogue et ouvre, lui aussi, une clinique de désintoxication. Mais pendant ce temps, l’argent provenant des ventes légales d’opium alimente ses finances. De retour à Canton en 1945, le Guomindang a, lui aussi, bien trop besoin de fonds, à cause de la guerre civile, pour envisager de se passer de l’opium.

  • 10 Notons qu’une estimation par le consul du Portugal Morgado du nombre de fumeries à Canton début 193 (...)
  • 11 Wu Jian, Guangzhou neimu (Le dessous des cartes à Canton), s.l., s.éd., 1946. Particulièrement inté (...)
  • 12 Archives de la province du Guangdong, Série 206/1, dossier n° 36, rapport du 15 janvier 1952 relati (...)
  • 13 V. Ho, Understanding Canton, op. cit., p. 97-98.

38Sur le plan social, les données manquent singulièrement pour la période de la guerre10. Mais lorsqu’on scrute la période 1945-1949, l’impression demeure que l’opium occupe une place bien modeste. Ainsi, un intéressant document de 1946, qui se présente comme une peinture sans concession ni censure des misères de Canton, ne fait pas la moindre mention de l’opium11. En 1951, le recensement des fumeurs mené par le pouvoir communiste se traduit par l’inscription de seulement 5000 personnes environ12. On rejoint ici le constat de Virgil Ho selon qui rien n’autorise à dire que les communistes héritent d’une situation dramatique, sur le plan des drogues, au début des années 195013.

  • 14 L’hypothèse d’un début de fléchissement de la consommation d’opium ayant précédé le plan de Dix ans (...)

39Le cas cantonais incite donc à croire que la consommation d’opium, ravivée après la chute de l’Empire, n’a plus les mêmes caractéristiques qu’à la fin du xixe siècle. Sur ce plan, la période républicaine, caractérisée par une emprise beaucoup plus modeste de l’opium ne représente pas par un simple retour à la situation d’avant les édits de 190614.

  • 15 C’est ce que suggèrent les chiffres des cliniques de désintoxication qui ouvrent à Pékin et Shangha (...)

40Même si seuls des travaux supplémentaires pourront permettre de le confirmer, il n’est pas téméraire de supposer que cette tendance de fond à la marginalisation de la consommation d’opium selon les modalités que l’on a mises en évidence est probablement engagée de la même façon dans les principales villes du pays. La campagne de 1906-1912 y a donné des résultats aussi probants qu’à Canton. Durant toute la période, la population s’y trouve soumise sur les bancs des écoles, en lisant la presse, ou lors des campagnes organisées par les autorités ou les activistes, à des doses comparables d’une propagande anti-opium dont on sait le brio. Des données statistiques provenant d’autres grandes villes de l’est de la Chine suggèrent que le vieillissement et la paupérisation des fumeurs y sont engagés dans les mêmes proportions qu’à Canton15. Cependant, dans ces villes comme à Canton, il est vrai que les élans prohibitionnistes font face à d’autant moins d’opposition qu’ils heurtent considérablement moins d’intérêts que dans les zones productrices de pavot de l’intérieur de la Chine. Là, comme plus généralement dans les campagnes, la situation est probablement différente, et il est permis d’imaginer qu’on n’y suit le mouvement qu’avec un certain retard.

41Mais l’objection principale à la validité élargie du « modèle cantonais » serait l’ouverture particulièrement prononcée de Canton à l’influence étrangère du fait de liens privilégiés avec les Chinois d’Outre-mer et Hong-Kong, laquelle contribuerait à la singulariser y compris parmi les grandes villes chinoises. Elle ne semble pourtant pas recevable. Au début du xxe siècle, les élites de Canton étaient effectivement à l’avant-garde de la contestation anti-opium. Mais sur ce plan, la capitale du Guangdong s’efface tout à fait sous la République aux dépens de Shanghai. Le siège de l’ANAO, principale organisation anti-opium de l’époque républicaine, s’installe en 1924 à Shanghai. Nous l’avons signalé, Canton se distingue dès lors par une apathie remarquable dans le mouvement que l’ANAO fédère. L’idée d’une ville qui se singulariserait par une avance spéciale dans l’activisme et dans la pénétration des idées anti-opium semble à écarter.

42S’il y a une véritable originalité de Canton sous la République, elle réside probablement dans une imperméabilité notoire aux drogues nouvelles. Cette spécificité cantonaise mérite, au vu de l’intérêt de la question de la pénétration de ces substances, d’être questionnée. Pourquoi cette barrière efficace devant les drogues nouvelles qui progressent dans des villes d’importance comparable ? Plus que l’intransigeance des autorités vis-à-vis d’elles, ou que l’offre abondante d’opium à un prix abordable, c’est plutôt l’existence d’un produit de substitution à très bon marché, le yantiao, qui semble constituer le facteur essentiel. Certes, la consommation de dross par les coolies est un phénomène avéré au plan national. Mais son ampleur est justement très mal connue. Le choix de sa légalisation à Canton semble être la clé du problème. À cause de l’existence légale d’une drogue bon marché, commode d’emploi et aux effets puissants, les drogues de synthèse, qui possèdent les mêmes caractéristiques, se trouvent barrées. Le cas de Canton, et ce n’est pas son moindre intérêt, montre bien que la substitution à l’opium des drogues d’un genre nouveau comme elle se produit en particulier en Chine du Nord n’avait rien d’une fatalité. Ce processus doit faire l’objet d’un questionnement historique, lui aussi, en donnant toute son importance à l’étude sociale de la consommation des drogues.

  • 16 Wang Hongbin, Jindu shijian, op. cit., p. 478-490 ; Su Zhiliang, Zhongguo dupin shi, op. cit., p. 4 (...)

43Si les résultats obtenus à Canton correspondent à une tendance de fond au niveau national et qu’on exclut comme peu probable un changement radical de la situation pendant la période 1937-1949, on peut remettre utilement en perspective les succès rapides de la politique anti-opium des communistes après 1949. Ces derniers sont, ordinairement, toujours expliqués à la seule lumière de facteurs politiques : unification du territoire national, disparition des concessions étrangères, action efficace du PCC et soutien actif des masses16. Si le but final, la suppression des drogues, est atteint si rapidement entre 1950 et 1952, c’est certes indiscutablement parce que le pouvoir communiste dispose désormais des moyens de contrôle et de propagande mis au point lors de la campagne des trois et des cinq Antis, en particulier les procès publics et les manifestations de masse.

44Mais en réalité, le fruit, parvenu à maturité, était alors prêt à être cueilli. Le groupe social des fumeurs d’opium, stigmatisé, très minoritaire, et recrutant essentiellement dans les strates les plus pauvres de la population, se trouvait d’autant moins apte à résister à l’action vigoureuse des communistes.

45C’est donc l’année 1906 qui sonne le glas de l’opium en inaugurant une politique de lutte contre la drogue dont les historiens s’accordent à qualifier les résultats de remarquables. La présente étude incite à penser que non seulement les coups portés alors à l’opium ont été terribles, mais qu’ils ont eu un impact durable et même irréversible. Malgré un regain de la consommation à partir de 1915 en raison d’un contexte politique redevenu très favorable, l’opium est demeuré sous la République une drogue en sursis, jusqu’à ce que la campagne du début des années 1950 lui assène le coup de grâce.

Notes

1 Ma Mozhen, Dupin zai zhongguo, op. cit., p. 133-141.

2 M. Tsin, Nation, governance, and modernity, op. cit., p. 10-15.

3 Voir chapitre 7.

4 Voir chapitre 5.

5 Les autorités du Guomindang tablent sur une clientèle d’une centaine de consommateurs en moyenne par fumerie lorsqu’elles s’efforcent de réorganiser l’offre des fumeries en avril 1937.

6 Voir chapitre premier.

7 Cette dernière estimation correspond à la consommation moyenne déclarée par les patients de l’institut de désintoxication de 1937. Elle est discutée dans le chapitre 7.

8 Lucie Olivova, « Tobacco smoking in Qing China », Asia Major, 18/1, 2005, p. 229-239.

9 La seule différence, à ne pas négliger, est que les drogues de synthèse sont vendues librement durant la période de l’occupation japonaise.

10 Notons qu’une estimation par le consul du Portugal Morgado du nombre de fumeries à Canton début 1939 se monte à peine à 115 : Mo Jiadu (Morgado), Cong guangzhou toushi zhanzheng (La guerre vue de Canton), Shanghai, Shanghai shehuikexueyuan chubanshe, 2000, p. 240. Il faut néanmoins tenir compte du fait que la population de Canton a subi une diminution importante du fait de l’arrivée des Japonais.

11 Wu Jian, Guangzhou neimu (Le dessous des cartes à Canton), s.l., s.éd., 1946. Particulièrement intéressante est cette liste (page 24) des « 20 beaucoup » (ershi duo) qui inclut les prostituées clandestines, les jeux de mah-jong, les chômeurs, les routes en mauvais état, les mendiants, les ordures, les impôts et taxes, les pétitions… sans faire mention de l’opium.

12 Archives de la province du Guangdong, Série 206/1, dossier n° 36, rapport du 15 janvier 1952 relatif à la suppression des drogues et de l’opium.

13 V. Ho, Understanding Canton, op. cit., p. 97-98.

14 L’hypothèse d’un début de fléchissement de la consommation d’opium ayant précédé le plan de Dix ans n’est pas du tout à exclure et sera peut-être mis en évidence par des travaux ultérieurs. Mais il est raisonnable d’affirmer que si ce recul a lieu, son ampleur ne saurait se comparer à celui qui intervient lors du plan.

15 C’est ce que suggèrent les chiffres des cliniques de désintoxication qui ouvrent à Pékin et Shanghai au milieu des années trente : Beipingshizhengfu mishuchu diyike tongjigu, Beipingshi tongji lanyao (Synthèse statistique de la ville de Pékin), Pékin, 1936, p. 85 ; CWR, 3 avr. 1937 ; Jinyan zhuankan, 1, juin 1936. On tire le même constat des données sur les personnes interpelées pour des infractions en rapport avec l’opium (l’écrasante majorité concerne des cas de consommation illicite) à Qingdao et Nanjing en 1930-1931 : Jinyan weiyuanhui gongbao (Journal officiel de la commission de suppression de l’opium), 7, juil. 1931, 9, sept. 1931, 11, nov. 1931.

16 Wang Hongbin, Jindu shijian, op. cit., p. 478-490 ; Su Zhiliang, Zhongguo dupin shi, op. cit., p. 466-471.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search