Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Cf. Leo Frobenius (au génie quelque peu délirant), lui-même inspiré de Sir James Frazer. De Froben (...)

1L’idéologie du régicide institutionnel, que nous avons tenté de définir dans le second chapitre, connut ses premières formulations voici plus d’un demi-siècle1.

  • 2 André Malraux, Antimémoires, Paris, 1967, pp. 41-46.

2André Malraux raconte, dans ses Antimémoires2, que son père assista vers 1913 à un colloque, qui avait pour thème : « La permanence de l’homme à travers les civilisations ».

3Il fut surtout impressionné par l’intervention d’un savant allemand, le professeur Möllberg qui, très enthousiaste, esquissa à grands traits le fatalisme inexorable, la beauté même de la mort prédestinée du roi en Afrique.

4Nulle allusion à une révolte pour secouer la tyrannie du ciel.

5Möllberg voyait l’Africain pris dans « une grande structure mentale », qui tenait « pour absolue, inattaquable, une évidence particulière qui ordonne la vie ; et sans laquelle l’homme ne pourrait ni penser, ni agir ».

6« Elle saisit et possède l’homme, lui ne la possède jamais tout entière ».

7On protesta. L’homme n’avait-il pas en lui « quelque chose d’éternel sa part divine, son aptitude à mettre le monde en question... ? »

8Réplique de Möllberg : « Sisyphe aussi est éternel ».

9A cette vision ténébreuse d’un déterminisme fataliste et satisfait, l’Afrique n’avait-elle pas su opposer ses Ergaménès, Heilbringer de la liberté, encore que ce fût souvent dans un bain de sang ?

10En abordant notre recherche, nous avions pensé, après d’autres, que la coupure majeure dans l’histoire du Congo était le passage du temps « païen » au temps chrétien. Au terme de notre enquête, nous en sommes moins persuadés.

  • 3 Cf. le livre célèbre d’Octavio Paz, El Laberinto de la Soledad, Mexico, 1950, trad. franc. Paris, (...)

11Certes, le « sacré » des Blancs agit sur le système politico-religieux des Congolais, avec la même virulence qu’à la même époque les virus européens sur les populations du Nouveau Monde. Mais après avoir d’abord capitulé, les Congolais commencèrent à biaiser, à opposer une sourde résistance au christianisme. Cette fatale incapacité de choisir clairement l’une des deux idéologies en rejetant catégoriquement l’autre fut, pour l’Ancien Congo, une source de faiblesse, sa tragédie même. Comme le Mexique, sur un autre plan, il s’est engagé (le roi D. Garcia II surtout) dans le « labyrinthe de la solitude »3.

12A la différence de l’islamisme, diffusé en Afrique par voie de terre, le christianisme y est (sauf en Éthiopie) parvenu par mer. Cette provenance thalassienne donna naissance, dans l’esprit des Congolais, à une étrange équivoque concernant son message.

13Finalement, la révolution chrétienne a laissé davantage de traces dans la tradition orale que dans le style de vie des Congolais. Son empreinte demeura faible et s’accompagna d’un phénomène de double adhésion, pratiques chrétiennes et « païennes » coexistant sans qu’il y ait une prise de conscience de leur mutuelle incompatibilité.

14L’arrivée des Européens a bien amorcé le processus de désagrégation du royaume, la « désatellisation » des vassaux, leur transformation en États-courtiers, mais le véritable tournant, le commerce noir – non pas celui des Pombeiros portugais – intensif et largement diffusé, n’apparaît que bien plus tard, après l’effondrement du pouvoir central, en 1665.

15La coupure de 1665 – déstructuration politique suivie de l’implantation d’un réseau économique d’échanges – est-elle plus marquante que la « révolution » chrétienne de 1506 et l’ouverture d’une nouvelle frontière ? Nous sommes tenté de le croire.

16Pour que des groupes de commerçants noirs, partis de la côte, pussent faire passer leurs caravanes par l’intérieur, il fallait que le territoire traversé fût dépourvu d’un pouvoir fort et centralisé.

17Après l’abolition de la traite, l’extension des réseaux commerciaux, pendant longtemps consacrés au trafic d’hommes, ouvrit la voie à la production et au ramassage des produits végétaux, phénomène déjà rare dans l’Afrique pré-coloniale.

  • 4 Ce glissement ne représenterait-il pas assez bien le passage de la Gemeinschaft à la Gesellschaft, (...)

18Reste à savoir si le bien-être des populations était mieux servi par la cohérence politique, ou par une activité économique accrue. C’est là une question que nous ne tenterons pas de résoudre ici4.

  • 5 On nous objectera l’existence d’esclaves, mais ni leur statut avant l’époque de la traite, ni la f (...)

19L’intégration politique de l’ancien royaume avait certes garanti à ses habitants une sécurité étendue à une aire très vaste, mais au prix d’un despotisme rigoureux dont la masse congolaise eut sans doute à subir l’oppression politique sans toutefois avoir à en supporter l’exploitation économique : il n’existait en effet ni organisation adéquate ni propriété privée faute de quoi ce régime ne disposait d’aucun moyen de coercition rationalisée sur le peuple5.

20A l’actif des influences européennes, on ne peut inscrire que l’introduction des plantes américaines. Pour le reste – métallurgie et tissage – il y eut régression.

21Sur la grande question que nous pose cette région d’Afrique, son histoire démographique, nous n’avons pu apporter que des réponses partielles et bien fragiles : nul indice de la densité de population avant l’arrivée des Européens, et nulle preuve satisfaisante d’une remontée du chiffre de la population due à l’introduction des plantes américaines ; nulle statistique sur la traite au nord du fleuve, et les chiffres concernant le port de Luanda ne tiennent pas compte de la fraude. C’est surtout sur cette vaste question d’histoire démographique, que devraient s’orienter de futures recherches.

  • 6 Karl Polanyi et al., Trade and Market in the Early Empires, Glencoe, Illinois, 1957 ; id., « Ports (...)

22Autre problème à approfondir par une étude comparée sur l’ensemble de l’Afrique : le rôle économique des États-courtiers, rôle que nous oserons assimiler à celui des Ports of Trade de Karl Polanyi6. On trouve d’ordinaire ces populations qui rançonnent en jouant le rôle d’écluses au bord de la mer. L’implantation des Portugais en Angola les a tout simplement rejetées dans l’intérieur. Elles existent toujours. Leur action médiatrice semble nécessaire à tout contact entre civilisations différentes.

23Pourquoi le royaume du Congo n’a-t-il pu se constituer lui-même en État-courtier entre les Européens, d’une part, et les empires Bateke et Lunda de l’autre ? Il se pourrait bien que l’une des conditions d’existence de l’État-courtier soit un territoire de dimensions limitées. Les moyens dont disposait l’Afrique traditionnelle pour administrer une aire aussi vaste que celle de l’ancien royaume du Congo n’étaient pas suffisants pour que, de la capitale, on puisse espérer tenir à l’écart les uns des autres, Européens et ethnies étrangères.

24Au début de cette recherche, nous avions nourri l’espoir de voir se former, à partir de l’énorme somme de documentation portugaise et italienne sur le sujet, une image claire du passé congolais. Il nous apparaît toujours indispensable de la dépouiller attentivement, mais nous avons acquis la conviction que seule l’archéologie est susceptible de faire surgir la réalité essentielle de ce passé. Les seuls grands tournants de l’histoire du continent noir ne sont-ils pas, en effet, l’apparition de l’agriculture et la connaissance du fer ?

Notes

1 Cf. Leo Frobenius (au génie quelque peu délirant), lui-même inspiré de Sir James Frazer. De Frobenius, voir surtout son dernier ouvrage, Erythräa, Berlin, 1932.

2 André Malraux, Antimémoires, Paris, 1967, pp. 41-46.

3 Cf. le livre célèbre d’Octavio Paz, El Laberinto de la Soledad, Mexico, 1950, trad. franc. Paris, 1959.

4 Ce glissement ne représenterait-il pas assez bien le passage de la Gemeinschaft à la Gesellschaft, selon la thèse célèbre de Ferdinand Tönnies ? Cf. traduction anglaise de Charles P. Loomis, Community and Association, International Library of Sociology and Social Reconstruction, Londres, 1955.

5 On nous objectera l’existence d’esclaves, mais ni leur statut avant l’époque de la traite, ni la façon de les « exploiter », ne peuvent se comparer à ce qui se passait avec les Noirs dans le Nouveau Monde.

6 Karl Polanyi et al., Trade and Market in the Early Empires, Glencoe, Illinois, 1957 ; id., « Ports of Trade in Early Societies », in Journal of Economic History, vol. XXIII, n° 1 (1963), pp. 30-45 ; et Anthony Leeds, « The Port of Trade in Pre-European India as an Ecological and Evolutionary Type », in Viola E. Garfield (éd.), Proceedings of the 1961 Annual Spring Meeting of the American Ethnological Society, University of Washington Press, Seattle, 1961, pp. 26-43.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par