Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Troisième partie. L'influence européenne (Les mutations)

Chapitre XVII. L’expansion portugaise dans l’ancien Angola (1575-1880)

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet les limites de la colonie de l’Angola, indiquées par le gouverneur dans son rappor (...)

1Le vaste territoire qui constitue aujourd’hui l’Angola est le fait du partage convenu par les grandes puissances à la conférence de Berlin en 1884-1885. Possesseurs en droit dès cette date, les Portugais n’ont pu imposer partout leur autorité qu’au terme des deux premières décennies du xxe siècle. Jusque vers 1880, le territoire sur lequel on peut dire qu’ils avaient maintenu depuis le xvie siècle une administration effective et ininterrompue, l’Angola d’alors, était limité à l’étroite langue de terre située entre le Bengo et le Cuanza, et s’étendant sur environ 300 km vers l’intérieur1.

2Le Benguela, englobé dans le nouvel Angola de la fin du xixe siècle, était auparavant un territoire séparé, au sud, avec lequel les Blancs de l’Angola ne communiquèrent que par mer jusqu’au milieu du xixe siècle.

  • 2 Gastão Sousa Dias, Os Portugueses em Angola, Lisbonne, 1959, p. 31.

3Le fait que le Cuanza est navigable pour de petites embarcations jusqu’à 200 km dans l’intérieur2 a sans doute été déterminant dans le choix que firent les Portugais de s’implanter dans la région de son embouchure.

  • 3 La lieue portugaise est de 5,92 km, cf. F. Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle, Par (...)
  • 4 M.M.A., vol. III, pp. 36-51, texte de la donation du 19-9-1571.

4En 1575, à l’instar de précédents pratiqués au Brésil, la couronne portugaise accorde à Paulo Dias de Novais, petit-fils de l’explorateur Bartolomeu Dias, une charte l’autorisant à conquérir, pour lui-même et ses héritiers, 35 lieues (environ 200 km)3 de côte au sud du Cuanza, et « aussi loin vers l’intérieur qu’il pourra pénétrer, en territoire déjà conquis [par les Portugais] »4. Elle lui octroie en outre la partie de la côte entre le Dande et le Cuanza, se réservant cependant de la reprendre après la mort de Novais. C’est dans cette dernière région seulement que les Portugais réussiront à s’implanter dans les siècles suivants. De la première, il ne sera pas question avant le xixe siècle.

  • 5 Cf. la lettre de Dias de Novais du 3-1-1578, in M.M.A., vol. IV, p. 294, et d’autres dans le même (...)
  • 6 M.M.A., vol. I, p. 432 (doc. de 1520), et aussi M.M.A., vol. I, p. 540 (doc. de 1530).

5Selon les termes de cette charte, l’intéressé était tenu de faire cultiver et mettre en valeur les terres conquises et de construire, dans les dix premières années, trois châteaux forts entre le Bengo et le Cuanza. Rien, dans le texte, ne laisse transparaître le véritable objectif en vue : les célèbres et chimériques « mines d’argent » de Cambambe5, dont la rumeur publique parlait depuis 15206.

  • 7 M.M.A., vol. II, p. 489 (doc. de 1562), et M.M.A., vol. II, p. 530 (doc. de 1565).
  • 8 Cf. J. C. Feo Cardoso, Memória contendo... a História dos Governadores... de Angola, Paris, 1825, (...)
  • 9 Domingos de Abren de Brito, « Sumario e Descripção do Reino de Angola... (1591) », in Felner, Um I (...)

6Ce n’est que le 20 février 1575 que Dias de Novais débarque à Luanda. Le pays ne lui est pas inconnu : il y a fait une première reconnaissance, qui lui a valu un séjour forcé à la cour du roi d’Angola (1562-1565)7. 700 hommes, tous « sujets d’élite » et bien armés l’accompagnent, selon une source8 ; 350 seulement selon une autre, plus sûre d’ailleurs – des trafiquants, des cordonniers et des tailleurs9.

  • 10 5 ou 6 selon un doc. de 1594, cf. M.M.A., vol. IV, p. 557.
  • 11 M.M.A., vol. III, p. 146 (doc. de 1576).
  • 12 M.M.A., vol. II, p. 518.
  • 13 M.M.A., vol. III, p. 145 (doc. de 1576).
  • 14 400 soldats, des munitions et des articles de commerce en 1578 ; 200 soldats et 22 000 cruzados en (...)

7Pendant trois ans10, il vit en paix avec le roi d’Angola et n’engage aucune action militaire, se contentant d’acheter et d’exporter comme esclaves, à la cadence de 12 000 par an, des délinquants que le roi d’Angola « vend pour ne pas les exécuter »11. Les missionnaires jésuites, qui accompagnent l’expédition, sont impatients de voir commencer la conquête car, selon leur nouvelle doctrine, l’évangélisation ne peut commencer qu’après la sujétion12. Ils reprochent à Novais d’être « trop mou et trop lent »13. En fait, ses hésitations sont dues à des difficultés financières, malgré l’aide fournie de Lisbonne par Jorge da Silva et Jerónimo Castanho. En lui octroyant la charte, la couronne s’était déclarée dégagée de toute responsabilité à cet égard, mais il n’en reçoit pas moins, entre 1578 et 1587, cinq apports nouveaux en hommes et en matériel, provenant soit de la couronne soit de particuliers14, ce qui prouve que le démarrage de son entreprise ne fut pas facile.

  • 15 M.M.A., vol. IV, pp. 558 et 572 (doc. de 1594).
  • 16 M.M.A., vol. III, p. 190 (doc. de 1580).
  • 17 Ibid., loc. cit.
  • 18 Ibid., loc. cit.

8L’année 1580 marque la fin de la période de coexistence pacifique avec le pouvoir indigène. Averti par un « mauvais Portugais » des véritables intentions de Novais15, le roi d’Angola fait tuer à sa cour 30 Portugais et saisit leurs marchandises, valant 20 000 cruzados16. Cet acte, « motivé par la convoitise »17, décide Novais « ... à renoncer à s’emparer des mines pacifiquement, parce que les Noirs sont de mauvaise foi, aussi bien le roi que les autres, et à les passer tous au fil de l’épée »18.

9Dès lors s’abat sur l’Angola l’impitoyable furie destructrice de ces nouveaux Conquistadores. Un missionnaire écrit en 1583 :

  • 19 M.M.A., vol. III, p. 248 (doc. de 1583).

10« ... cette année, les Portugais ont conquis la moitié du royaume d’Angola et battu quatre armées du roi. Des milliers de [ses] vassaux ont été tués et on s’est emparé des mines de sel, ce qui est le plus grave pour eux, car le sel leur sert de monnaie. D’innombrables esclaves ont été capturés [...] D’une armée, on a rapporté 619 nez des têtes coupées, et dans une autre il y a eu tant de victimes que les cadavres jonchaient le sol [...] Il n’est pas de guerre d’où les Portugais ne sortent enrichis, parce qu’ils s’emparent des esclaves, des boeufs, des moutons, du sel, de l’huile de palme, des porcs, des nattes de raphia qui servent de lits, et des pots »19.

  • 20 Cf. Cadornega, op. cit., t. I, pp. 124-127.

11Le principe de la colonisation systématique prévue par la charte est donc oublié : la guerre et le pillage se révèlent plus rentables que l’agriculture et le labeur pour assurer les moyens de subsistance. Ce ne sera pas avant 1625 que l’on verra les Blancs cultiver un peu de manioc. Pour d’autres cultures, il faut attendre le xixe siècle20.

  • 21 M.M.A., vol. I, pp. 485-487 (doc. de 1526).
  • 22 On peut se demander d’où venait l’argent envoyé d’Angola au cardinal D. Henrique (1578-1580), et d (...)

12Parvenus à Cambambe, les Portugais s’aperçoivent bien que les fameuses « mines » n’étaient qu’un mythe, comme l’avait dit Balthasar de Castro en 152621 ; mais on ne cessera pas d’y croire pour autant22.

  • 23 Fernão Guerreiro, Relações Annuais, vol. II, Evora, 1605, f° 125 r°, (t. I, p. 395, de l’éd. de Co (...)
  • 24 Cf. Fernão Guerreiro, op. cit., loc. cit., ainsi que M.M.A., vol. IV, pp. 442-452, et Francisco Ro (...)

13Après la mort de Novais, en 1589, la couronne reprend l’Angola et y nomme des gouverneurs. Pour administrer la conquista, on adopte le système d’encomiendas, appliqué par les Espagnols au Nouveau Monde. Chaque soba (chef indigène) est placé sous la tutelle d’un amo, sorte de « protecteur », qui est soit un missionnaire jésuite, soit un soldat blanc23. Le système engendre tant d’abus (l’amo extorquant à son soba des tributs excessifs) qu’il fait l’objet d’une vive polémique, qui sera portée jusque devant le roi, à Madrid24. En 1601, Philippe III d’Espagne en ordonne la suppression, les tributs (esclaves, nattes de raphia et vivres) devant désormais être versés directement au trésor du roi, c’est-à-dire au gouverneur.

  • 25 M.M.A., vol. V, p. 389 (doc. de 1607), et M.M.A., vol. V, p. 265 (doc. de 1607).
  • 26 2. M.M.A., vol. VI, p. 368 (doc. de 1619).

14Convaincu de l’inexistence des mines d’argent, le roi fait arrêter la conquête, « ... afin que continue pacifiquement l’achat d’esclaves et de tout ce que la terre peut donner »25. Sa tentative pour « figer » et « moraliser » la conquista restera sans effet pendant près d’un quart de siècle, car de 1603 à 1623 ce sont les gouverneurs eux-mêmes qui perpétuent les abus. Ils entreprennent des guerres contre les Noirs sans la moindre provocation, dans le seul but de capturer des esclaves26.

  • 27 Cf. Jan Vansina, « The Foundation of the Kingdom of Kasanje », in Journal of African History, vol. (...)

15Une bande de Jagas cannibales nomades, errant dans le pays, est embauchée comme « chiens de chasse » pour les y aider27. Au cours du premier quart du xviie siècle, ces Jagas fonderont dans l’est du pays le petit royaume de Cassange, qui durera jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle. Pendant tout le xviiie siècle, leur principale occupation de courtiers d’esclaves entre les Portugais et les populations de l’intérieur leur vaudra une notoriété sans rapport avec les dimensions réduites de leur État.

16Les habitants du Dongo, par contre, fuiront leur patrie. Certains se retireront jusqu’au delà du Cuango, pour finir par s’installer, entre 1700 et 1730, sur le sixième parallèle entre le 18e et le 21e degré de longitude est. Une de leurs traditions raconte ainsi leurs premiers contacts avec les Portugais :

  • 28 Rivière non identifiée.

17« Nos pères vivaient confortablement dans la plaine de Luabala28. Ils avaient des vaches et des cultures ; ils avaient des marais de sel et des bananiers.

18Tout à coup, ils virent sur la grande mer surgir un grand bateau. Ce bateau avait des ailes toutes blanches, étincelantes comme des couteaux.
Des hommes blancs sortirent de l’eau et dirent des paroles qu’on ne comprenait pas.

19Nos ancêtres prirent peur, ils dirent que c’étaient des Vumbis, des esprits revenants.

20On les repoussa à la mer par des volées de flèches. Mais les Vumbis crachèrent du feu avec un bruit de tonnerre. Beaucoup d’hommes furent tués. Nos ancêtres s’enfuirent.

21Les notables et les devins dirent que ces Vumbis étaient les anciens possesseurs de la terre.

22Nos pères quittèrent la plaine de Luabala, craignant le retour du bateau Ulungu.

23Ils se retirèrent sur la rivière Lucala. D’autres étaient restés près de la grande mer.

24Le bateau revint et des hommes blancs réapparurent. Ils demandaient des poules et des œufs ; ils donnaient des tissus et des perles.

25Les Blancs revinrent encore. Ils apportèrent du maïs et du manioc, des couteaux et des houes, des arachides et du tabac.

  • 29 Tradition orale fournie par Makunzu et recueillie par G. L. Haveaux, La tradition historique des B (...)

26De ce temps-là à nos jours, les Blancs ne nous apportèrent plus rien, sinon des guerres et des misères.
C’est à Luanda qu’ils nous apportèrent les arachides, le maïs et le manioc et la manière de cultiver »29.

  • 30 M.M.A., vol. VII, p. 78 (doc. de 1622-1623).
  • 31 M.M.A., vol. VIII, p. 242-243 (doc. de 1633).
  • 32 M.M.A., vol. VI, p. 370 (doc. de 1619).
  • 33 M.M.A., vol. VIII, p. 243 (doc. de 1633).
  • 34 Ibid., vol. VIII, p. 362 (doc. de 1625).

27Le pouvoir indigène démantelé en Angola, le pays devenu « un désert »30 et abandonné de ses habitants31, les Portugais s’aperçoivent que la guerre n’a pas seulement des avantages, car les marchés d’esclaves ont cessé32, leur prix a augmenté et il faut les chercher de plus en plus loin33. Sans un ordre indigène « en face », il ne peut y avoir de commerce et celui-ci se révèle désormais plus rentable que la guerre34. On essaie donc de faire la paix.

  • 35 Cité par Edmundo Correia Lopes, A Escravatura, Lisbonne, 1944, p. 99.

28Dans le premier quart du xviie siècle, le cycle initial des razzias s’achève et l’on voit se dessiner une politique de commerce « pacifique », qui va permettre à certains Portugais d’amasser de très grosses fortunes, comme l’affirme un témoin anonyme de 1643, qui « était absolument certain que ce royaume [l’Angola] permet à certains hommes de s’enrichir plus que l’Inde Orientale »35.

29Ce commerce « pacifique » n’hésitera cependant pas à faire appel à des moyens de coercition. Nous n’en voulons pour preuve que cette liste d’abus pratiqués par les délégués du gouverneur, chargés de l’administration dans l’intérieur, abus auxquels celui-ci tente de mettre fin vers 1625-1630. D’origine africaine, ces usages avaient été faussés par les Blancs à leur avantage. Ils employaient volontiers la violence pour transformer la structure sociale indigène, fondée sur la réciprocité, en un système d’exploitation économique. Voici donc les coutumes, qui donnaient lieu à des abus :

30D’abord le futa : c’est une sorte de tribut versé par un inférieur à un supérieur, en témoignage de soumission. Aucun soba n’abordait un délégué du gouverneur sans lui apporter un futa. Les délégués en abusaient et convoquaient les sobas sous des prétextes fantaisistes. De même, lorsque les délégués partaient en tournée auprès des sobas, ils les obligeaient par « force et violence » à donner le futa.

31Il y avait aussi le vestir (littéralement « habiller »). Les gouverneurs, ainsi que leurs délégués, envoyaient auprès des sobas un Macunze, « sorte d’ambassadeur » noir. Les candidats étaient nombreux pour cette mission lucrative. Le Macunze se rendait somptueusement vêtu auprès des sobas, s’asseyait sur un siège à dossier (cadeira de espaldas) et jouait le rôle du gouverneur ou du délégué. Il se disait venu pour recevoir la loanda (tribut) et, au moyen de milongas (accusations gratuites de fautes passibles d’une amende), exigeait du soba « au moins dix esclaves, et s’il n’était pas riche cinq », sans compter ceux qu’il fallait lui donner en plus, pour son compte personnel. Le soba était souvent obligé de céder ses propres femmes et ses esclaves.

32L’ocamba était une sorte de vente forcée. Le délégué du gouverneur envoyait aux sobas de sa juridiction un cadeau (vin, pagnes ou autres marchandises) sous couleur « d’amitié et de bonnes relations (boa correspondência) » et même si le soba refusait, il le poussait à accepter par de bonnes paroles, laissant le cadeau dans sa case. Mais si, au bout d’un certain temps, celui-ci oubliait de payer, « on exigeait de lui des esclaves dont la valeur était trois ou quatre fois plus grande que celle du cadeau ».

  • 36 Cf. Felner, Angola, pp. 471-472 (doc. de c. 1625).

33L’infuca est analogue à l’ocamba : on imposait au soba des marchandises à crédit puis, passé un certain délai, la créance était réclamée. S’il ne payait pas, le débiteur se voyait enlever ses femmes, ses enfants et ses vassaux comme esclaves. L’affaire se soldait par un bénéfice considérable pour le délégué du gouverneur36.

  • 37 Ibid., pp. 520-521.

34On ne se contenta pas de dénoncer ces abus. Afin de limiter les frictions entre Noirs et Blancs, on tenta d’interdire les marchés de l’intérieur (sertão) aux commerçants blancs. Seuls les pombeiros, noirs ou métis, pourraient les fréquenter37.

  • 38 D. Miguel António de Mello, « Relatório do Governo... » (Angola no começo do século xix) », in Bol (...)

35Ces louables résolutions resteront en grande partie sans effet, et les abus continueront jusqu’au xixe siècle. « Les délégués du gouverneur, et en général tous ceux qui vivent dans l’intérieur (sertão) », écrit le gouverneur D. Miguel António de Melo en 1802, « et y remplissent des fonctions publiques, volent énormément et oppriment cruellement les populations indigènes... »38.

36Malgré la politique de commerce pacifique, voulue par la métropole, les guerres n’en continuent pas moins, mais elles prendront désormais la forme soit de soulèvements des Noirs, soit d’expéditions punitives.

  • 39 Felner, Angola, p. 233.
  • 40 Ibid., p. 471.

37Dès le premier tiers du xviie siècle, la domination portugaise en Angola s’appuie sur quatre forts situés dans l’intérieur, chacun ayant sa garnison de troupes portugaises : Massangano, fondé en 1583 (le fort-clé) ; Muxima, fondé en 1599 ; Cambambe, fondé en 1604, et Ambaca, fondé en 1611. Ces forts étaient entourés d’une région tenue par des sobas vassaux du pouvoir de Luanda, lesquels étaient contraints, outre le paiement d’un tribut en esclaves, en nattes de raphia et en vivres39, de faire acte d’obéissance au cours d’une cérémonie appelée undamento : le soba se prosterne devant le gouverneur, qui jette sur lui un peu de « farine » de manioc, dont il se frotte la poitrine et les bras40.

  • 41 Ibid., p. 471.

38Au delà des territoires vassaux « fidèles » se trouvent les marchés où se rendent les pombeiros : Ambuíla, inauguré c. 1625 ; Dondo, c. 1625 ; Beja, c. 1625 ; Aco, c. 1627 ; et Pungo Andongo c. 162741.

  • 42 Cavazzi, lib. V, § 112.

39A Pungo Andongo règne un roi fantoche, choisi par les Portugais. Le véritable pouvoir indigène est représenté par la reine Jinga, repliée dans le Matamba, devenu son royaume à la place de l’Angola perdu42.

  • 43 Cavazzi, lib. IV, § 22.
  • 44 Cavazzi, lib. V, § 107, et lib. II, § 6.
  • 45 Ibid., lib. V, § 109.
  • 46 Ibid., lib. V, § 109.

40Cette étonnante figure, qui parle d’ailleurs le portugais à la perfection43, domine toute l’histoire de l’Angola au xviie siècle. Pendant près de trente ans, elle oppose aux Portugais une inflexible hostilité. Adoptant les coutumes des Jagas, elle fait régner dans son Quilombo une atmosphère continuelle d’horreur et de terreur. Le cannibalisme et l’infanticide sont institutionnalisés. Imitant la fondatrice des rites Jaga, Tembandumba, elle pilonne un bébé dans un mortier pour en faire l’onguent magique conférant le courage guerrier44. Elle arrache le cœur d’enfants qu’on lui apporte et le dévore, ou bien, sans attendre qu’ils soient nés, éventre leur mère pour s’en emparer45. A tout propos, pour satisfaire ses caprices, elle fait exécuter des quantités de malheureux individus, puis oblige ses valets à nettoyer la place sous ses yeux en léchant le sang répandu46.

41Un Français, de Massiac, de passage à Luanda vers 1663, nous a laissé la description suivante de ses goûts insolites :

  • 47 P. Salmon, « Mémoire de la relation de voyage de M. de Massiac à Angola et à Buenos Aires », in Bu (...)

42« C’était une princesse fort guerrière et aymant grandement ses plesirs pour lesquels elle avoit toujours quantité de jeunes Noirs les mieux faits qu’elle pouvoit treuver, elle les faisoit ordinèrement habiller en femme et elle s’habiller en homme. Une de ses fantaisies estoit de vouloir qu’ils couchassent avec des jeunes Noires sans qu’ils s’en prévalussent en aucune manière, disant qu’elle vouloit qu’ils luy feussent fidèles dans le péril et dans l’occasion même »47.

  • 48 Sa principale source est l’ouvrage de Francesco Maria Gioia, La Meravigliosa conversione della Reg (...)

43La littérature française lui doit le sujet du roman de M. L. Castilhon, Zingha, reine d’Angola, Histoire africaine en deux parties, Paris, 176948.

  • 49 Cf. David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, Oxford, 1966, p. 108.

44L’occupation hollandaise de Luanda en 1641 immobilisera pendant sept ans les Portugais, tenus en état de siège dans l’intérieur. Enhardie, la reine Jinga s’allie aux Hollandais, revient sur ses terres perdues et harcèle les Portugais, réduits à la dernière extrémité49.

  • 50 Cavazzi, lib. VI, § 2.

45Après le départ des Hollandais en 1648, elle se replie de nouveau dans le Matamba, craignant la vengeance des nouveaux maîtres de Luanda. Mais ceux-ci adoptent envers elle une attitude conciliatrice : on cherche à la persuader d’abandonner ses coutumes inhumaines et d’accepter de recevoir des missionnaires. Selon Cavazzi, ce « désir de s’accommoder avec les barbares » serait moins motivé par un « zèle chrétien que par la nécessité »50 : il importait d’assurer l’approvisionnement en esclaves.

  • 51 Cadornega, t. III, p. 208.

46En 1657, d’un commun accord, le fleuve Lucala est accepté comme frontière entre l’Angola et le Matamba51.

  • 52 Cavazzi, lib. VI, § 4, § 22.
  • 53 Ibid., lib. VI, § 51 et 101. L’édifice avait 32,25 m de long, 10,50 m de large et 7,75 m de haut.
  • 54 Ibid., lib. VI, § 46.
  • 55 Ibid., lib. VI, § 80, et Cadornega, t. II, p. 224. Cadornega dit qu’elle envoyait des Noires à Lua (...)
  • 56 Ibid., VI, § 86.

47A partir de 1655, la reine Jinga abandonne par étapes successives ses rites barbares et, cédant à la persuasion des missionnaires capucins italiens, se laisse convertir au christianisme52. Elle fait construire une église en pierre, Santa-Maria-de-Matamba, terminée en 166353. Son Qui-lombo devient un modèle de piété54 ; de peur que l’oisiveté ne conduise les dames de sa cour au libertinage, elle fait venir de Luanda des femmes portugaises pour leur apprendre la broderie55. Lorsqu’elle reçoit des Blancs, elle fait préparer une table à l’européenne, avec de l’argenterie56.

  • 57 Ibid., lib. VI, § 109.
  • 58 Ibid., lib. VI, § 134.

48Cette situation édifiante durera onze ans : en 1663 elle mourait en odeur de sainteté à l’âge de 81 ans57. Alors le cannibalisme renaît, les missionnaires sont chassés, le christianisme oublié et la ville de Matamba détruite58. Désormais, ses habitants sombreront dans la plate routine des négociants en esclaves.

  • 59 Cadornega, t. II, pp. 314-329 et p. 546 note 80a.

49Au cours de la seconde moitié du xviie siècle, les Portugais n’étendront leur domination vers l’intérieur qu’une seule fois : grâce à la prise de Pungo Andongo en 167159. A cette seule exception près, ils se soucieront davantage de promouvoir le commerce pacifique sur les rives du Lucala et du Cuanza que d’engager des opérations militaires.

  • 60 Ibid., t. II, p. 375 et t. III, p. 217.
  • 61 Cavazzi, lib. VI, § 74, et Cadornega, t. II, p. 257.
  • 62 Cadornega, t. II, pp. 53-61.
  • 63 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambuíla, Lisbonne, 1942, p. 105.

50Un agent officiel du gouvernement de Luanda (capitão-mor) sera installé auprès des pouvoirs indigènes pour arbitrer, en collaboration avec eux, les différends survenus entre les Pombeiros et leurs clients, et pour veiller à la stabilité des prix. On les verra à Cassange (1678)60, à Matamba (1660)61 et à Ambuíla vers 164962. En 1658, le Cassange est considéré comme le principal marché de tout l’intérieur63.

  • 64 P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 143.
  • 65 Ms. cité par C. R. Boxer, The Golden Age of Brazil, Los Angeles, 1962, p. 4.

51Luanda connaît à cette époque son âge d’or : sa population (Noirs et Blancs) double entre 1641 et 1680, pour atteindre 40 000 habitants64. Celle de l’intérieur, par contre, décline gravement à cause, dit le Jésuite Manuel Fernandes (1670), des guerres intestines, des razzias pour capturer des esclaves, et des effets de la variole65.

52Dans la seconde moitié du xviie siècle, et pendant tout le xviiie, le principal souci des Portugais sera le Congo, bientôt la « Basse Guinée », demeurée ouverte au commerce non portugais. Bien qu’évincés de Luanda, les Hollandais n’en continuent pas moins à fréquenter impunément l’embouchure du grand fleuve, où ils sont bien accueillis par les Congolais, en dépit des promesses faites aux Portugais de chasser ces protestants hérétiques.

53Est-ce la concurrence étrangère si redoutée, plutôt que la convoitise des mines de cuivre de Bembe, qui est réellement à l’origine de la tension que les hommes de Luanda font monter pendant plus d’une décennie (1653-1665) contre les Congolais ? Les deux guerres qu’ils entreprennent contre le Congo (1665) et le Soyo (1670), malgré la défaite subie au cours de la dernière, font bien sombrer les pouvoirs noirs dans l’anarchie, mais ne résolvent pas le problème de la concurrence étrangère, qui ira en augmentant.

  • 66 Les négriers de la Compagnie Française de l’Assiente fréquentent le Loango, le Kakongo, le Cabinda (...)
  • 67 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, pp. 138-139.

54Le xviiie siècle verra les Français se joindre aux Hollandais. Les « nations du nord », comme les appellent les Portugais, oseront fréquenter toute la côte, depuis Loango jusqu’à Ambriz même66. Leur commerce concurrence victorieusement celui des Portugais sur deux points : d’une part, n’ayant pas de frontière terrestre à défendre, comme c’est le cas pour l’Angola, ces « intrus » n’hésiteront pas à vendre aux Noirs de la poudre et des armes à feu, ce qui est défendu aux négociants portugais afin de ne pas encourager de guerres entre Noirs ou contre les Blancs ; d’autre part, les agents des « nations du nord » achètent l’ivoire au prix du « marché », alors que ce commerce est en Angola un monopole royal et le prix, fixé par la couronne portugaise, inférieur à celui qu’acceptent de payer les « étrangers »67.

  • 68 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola (1792), vol. II, 15-16.
  • 69 Ibid., loc. cit.
  • 70 David Birmingham, op. cit., p. 154.
  • 71 Elias Alexandre da Silva Corrêa, op. cit., vol. II, p. 80, et P. Labarthe, Voyage à la côte de Gui (...)
  • 72 Elias Alexandre da Silva Correa, op. cit., vol. II, p. 105.

55Vers le milieu du xviiie siècle, la concurrence étrangère deviendra telle que le courant traditionnel d’esclaves des « provinces du nord », c’est-à-dire des régions au nord de Luanda, cessera de parvenir en Angola, parce qu’entièrement dévié vers les ports fréquentés par les « étrangers ». Pis encore, les marchandises de ces concurrents, « d’une qualité supérieure à la portugaise » et à des « prix accessibles », pénétreront de proche en proche jusqu’à Luanda même68. Pour tenter d’endiguer ce flux, les Portugais construiront en 1759 le fort de S. José d’Encoge, non loin d’Ambuíla69, dont l’efficacité ne durera que sept ans, jusqu’en 176670. Plus tard, en 1783, ils tenteront de nouveau de parer à la concurrence étrangère en fondant un fort à Cabinda71, mais la marine française les forcera à se retirer, au nom de la liberté de commerce, égale pour toutes les nations72.

  • 73 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, p. 134.
  • 74 Ibid., p. 137.
  • 75 Ibid., p. 134-135.
  • 76 Ibid., p. 137.
  • 77 Ibid., p. 154 ; Gastão Sousa Dias, sans donner de détails, attribue cette phase aiguë aux « irrégu (...)
  • 78 Cf. Cadornega, op. cit., t. II, p. 219, qui les appelle Mozuas, « vassaux d’un seigneur très puiss (...)

56L’analyse du nombre d’esclaves exportés annuellement de l’Angola révèle deux graves crises, l’une au début du xviiie siècle, l’autre à la fin. La première, apparente dès 168473, persiste jusqu’en 171774. Elle a deux causes, très probablement liées : l’une, les exigences du Cassange et du Matamba, désireux de tirer plus de profit des échanges avec les Portugais75 ; l’autre, la concurrence étrangère dans les ports du nord. C’est à cette époque que les Mubiris commencent à concurrencer les Pombeiros dans la zone d’influence commerciale des Portugais76. La seconde crise, brutale, se situe entre 1766 et 176977, elle n’aura son dénouement qu’après le début du xixe siècle. Parmi les causes, il y a certes toujours la concurrence étrangère, mais aussi un phénomène nouveau et significatif : le Cassange et le Matamba, surtout chasseurs d’esclaves pendant la seconde moitié du xviie siècle, se transforment, au cours de la première moitié du xviiie en États-courtiers, leur rôle devenant celui d’écluses par lesquelles passent les courants d’esclaves en provenance de l’empire Lunda. L’exportation d’esclaves par le Muataianvo, potentat suprême des Lundas, semble bien survenir au xviiie siècle, et non avant, puisque Cadornega (1681), le premier à faire allusion aux Lundas, affirme qu’à cette date leur commerce avec le Cassange se limitait au sel, qu’ils échangeaient contre des nattes de raphia. Leur situation par rapport au Cassange semble être alors assez subalterne, car les Jagas n’hésitent pas à retenir certains de leurs émissaires pour les manger78.

  • 79 Gastão Sousa Dias, art. cit., loc. cit.
  • 80 Ibid., art. cit., p. 4.

57Au milieu du xviiie siècle, les Lundas exportent des esclaves en quantité ; Manuel Correia Leitão en témoigne lors de sa visite au Cassange en 175579. Le contrôle rigoureux et profitable qu’exerce le Cassange sur le commerce à travers le Cuango est décrit par le gouverneur d’Angola en 1754 : « Ce Jaga [de Cassange] est puissant et ne permet à aucun Blanc d’approcher les rives du Cuango, ni d’entrer en contact avec les habitants de l’autre partie du fleuve. Il ne leur permet pas non plus de pénétrer sur son territoire, mais il fait du commerce avec eux et leur achète les Noirs au tiers du prix pour lequel il nous les vend »80.

  • 81 Ibid., art. cit., p. 16. Correla Leitão parle ici de la nation Malando, puis fait allusion au « Gr (...)

58Les Lundas manifestent une impatience croissante à l’égard des deux États-courtiers (le Matamba et le Cassange) et trouvent de plus en plus contestable ce rôle d’écluse (leur permettant non seulement de contrôler, mais aussi de rançonner le trafic d’esclaves), qu’ils s’étaient attribué et entendaient préserver, au point de vouloir interdire aux autres tout contact direct avec les Blancs. Déjà, en 1755, Correia Leitão fait état de l’hostilité des Lundas à l’égard du Cassange, « lequel aurait déjà été vaincu, sans les armes à feu et la poudre que lui fournissent les Portugais »81.

  • 82 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, p. 150.
  • 83 Cf. Hélio A. Esteves Felgas, As Populações Nativas do Congo Portuguis, Luanda, 1960, pp. 26-27.

59Entre 1761 et 1765, les Lundas exercent une pression militaire sur les populations habitant les rives du Cuango, et provoquent une invasion du territoire soumis aux Portugais par les Hungos et les Sossos82, ethnies qui finiront par s’établir dans les terres méridionales de l’ancien royaume du Congo – les districts actuels d’Uige et de Negage (Bahungos), de Damba et Pombo (Sossos), où ils se trouvent encore aujourd’hui83.

  • 84 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, p. 152.

60En 1767, les Lundas attaquent le Cassange et le Matamba, qui demandent en vain des secours aux Portugais84.

  • 85 Ibid., p. 154.
  • 86 M. Plancquaert, Les Jagas et les Bayakas du Kwango, Mémoire I.R.C.B., t. II, fasc. I (1932), pp. 8 (...)

61Un ressentiment, mêlé de jalousie et d’humiliation, à l’égard des États-courtiers jugés inférieurs et indûment soutenus par le « sacré technologique » des Blancs, avait sans doute incité les Lundas à cette riposte, qui visait à crever l’écran courtier afin d’accéder à ce nouveau pactole, que leur paraissait être le commerce européen. Leur geste n’est pas sans analogie avec celui des Jagas envahissant le Congo au xvie siècle. Dans une certaine mesure, ils atteignirent leur but : selon Birmingham, ils auraient établi un contact à travers le Congo avec les ports du nord, en contournant le Cassange et le Matamba, ainsi que le fort portugais d’Encoge85. On trouve un reflet de cette poussée des Lundas vers l’ouest dans les traditions orales des Bayakas et des Lundas du Muataianvo, relatant l’émigration et l’installation du chef Lunda, Mwene Putu Kasongo, sur la rive droite du Cuango, près de sa confluence avec le Nganga, vers 6° 30’de latitude sud86.

  • 87 Elias Alexandre da Silva Correa, História de Angola, vol. I, p. 61. La série de chiffres que donne (...)
  • 88 Cf. chap. xiv du présent ouvrage.

62Cela expliquerait la longue crise des exportations d’esclaves du port de Luanda. La moyenne exportée au cours du xviiie siècle n’est que de l’ordre de 8 000 individus87, donc très inférieure à celle du milieu du siècle précédent, qui était d’environ 15 00088.

  • 89 Giuseppe Monari da Modena, in Evaristo Gatti, Sulle Terre e sui Mari, Parme, 1931, p. 111.
  • 90 Rosario del Parco, in L. Jadin, « Aperçu de la situation du royaume du Congo... », in Bulletin de (...)
  • 91 P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 143.

63On mesure mieux encore le déclin de la fortune des Portugais en Angola au xviiie siècle à leur abandon progressif de Luanda : de 5 000 en 171189, leur nombre tombe à 500 en 176090. Ils étaient déjà 2 000 en 164191.

  • 92 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola, vol. I, p. 30.
  • 93 Afonso Taunay, « Subsidios para a História do Tráfico Africano », in Anais do Museu Paulista, t. X (...)

64En 1789, Elias Alexandre da Silva Corrêa dresse un bilan pessimiste de la situation des Blancs : les esclaves coûtent plus cher, les affaires vont mal, Luanda est en décadence, et lorsque les maisons tombent en ruine, on ne les reconstruit plus92. Du côté africain, la saignée démographique continue toujours. Selon un document officiel, la région d’Ambaca avait perdu en 1782 les deux tiers de ses habitants par suite des razzias pour capturer des esclaves93.

  • 94 Cette estimation pour le port de Luanda correspond aux chiffres d’Edmundo Correla Lopes, A Escrava (...)
  • 95 Alves J. A. Roçadas, La main-d’œuvre indigène en Angola, Lisbonne, 1914, p. 10 (IIIe Congrès Inter (...)
  • 96 J. J. Monteiro, Angola and the River Congo, Londres, 1875, vol. II, p. 67.
  • 97 Thomas Fowell Buxton, The African Slave Trade, Londres, 1839, pp. 1, 4 et 26.

65Ce n’est qu’après le début du xixe siècle que les choses iront mieux, mais pour les Blancs seulement. Pendant la première moitié du xixe siècle, la traite connaît un essor sans précédent : la moyenne annuelle de 8 000 esclaves exportés passera à 13 000 voire à 14 000 pour le premier tiers du xixe siècle94. Encore s’agit-il là de chiffres officiels qui ignorent la fraude. L’ancien gouverneur d’Angola, Alves Roçadas, exagère-t-il en avançant, comme montant global des exportations de l’Afrique portugaise occidentale, l’énorme nombre de 190 000 esclaves par an entre 1807 et 1819, puis 100 000 pour la période 1819-184795 ? Ce second nombre est répété par J. J. Monteiro pour la première moitié du xixe siècle96. Après s’être prudemment renseigné, Buxton estima en 1839 que plus de 150 000 esclaves traversaient l’Atlantique chaque année, le Brésil en important environ 100 000 et Cuba dans les 60 00097. Lloyd estime ainsi les exportations totales de l’Afrique occidentale :

661788 100 000

671810 85 000

681830 25 000

  • 98 Christopher Lloyd, The Navy and the Slave Trade, Londres, 1949, p. 275.

691840 35 00098

70Seules des estimations des exportations provenant d’Afrique occidentale au nord de l’équateur permettraient de savoir si les chiffres de Roçadas et de Monteiro sont démesurément gonflés. Celui de 190 000 l’est presque certainement. Les thèses que préparent actuellement Mme Susan Herlin Broadhead et Mlle Phyllis Wright éclairciront sans doute ce problème.

  • 99 Cf. le récit [de Pedro Joào Baptista] « Viagem de Angola para os Rios de Senna », in Annaes Maríti (...)
  • 100 Cf. J. C. Feo Cardozo, Memórias..., Paris, 1825, p. 300, et Arquivos de Angola, 2e série, vol. II, (...)

71Vers la fin du siècle, les Portugais réussissent à contourner le Cassange, comme les Luandas l’avaient fait quelques décennies plus tôt. Honorato da Costa, agent du gouverneur à Cassange, s’y emploie depuis 1797. Deux de ses pombeiros métis parviennent, entre 1802 et 1811 à traverser l’empire Lunda et atteignent le Mozambique99. En 1807, des émissaires du Muataianvo arrivent à Luanda, où ils sont reçus en grande pompe par le gouverneur100. L’essor de la traite dans la première moitié du xixe siècle est sans doute en partie la conséquence de cette suppression (d’ailleurs provisoire) de la barrière courtière.

  • 101 R. T. Anstey, Britain and the Congo in the 19th Century, p. 19.
  • 102 H. Capello et R. Ivens, De Angola a Contra Costa, Lisbonne, 1886, vol. I, p. 76.
  • 103 Alves J. A. Roçadas, La main-d’œuvre indigène en Angola, p. 12.

72A partir de 1840, la campagne internationale contre l’esclavage, et la surveillance préventive des eaux de l’Atlantique par la marine britannique101, étoufferont progressivement ce qui était depuis trois siècles la principale activité des Blancs en Angola. De son côté, le Portugal légifère dans ce sens : un décret de la métropole, de 1836, interdit le transport d’esclaves par mer ; un autre, de 1854, interdit leur entrée dans la colonie par voie de terre, c’est-à-dire venant de l’empire Lunda102. L’esclavage n’est officiellement aboli dans la colonie qu’en 1878103.

73Première conséquence de cette abolition : la population noire augmente dans l’intérieur. Voici le nombre d’habitants dans les principales circonscriptions soumises à l’autorité portugaise en 1819, 1845 et 1861 :

  • 104 J. C. Feo Cardoso, Memórias..., Paris, 1825, pp. 348-357.

74Note 104104

  • 105 J. J. Lopes de Lima, Ensaios, Lisbonne, 1846, vol. III, p. 4.

75Note 105105

  • 106 Sebastião Lopes de Calheiros e Menezes, Relatório do Governador Geral da Provincia de Angola refer (...)

76Note 106106

  • 107 J. J. Lopes de Lima, op. cit., loc. cit.
  • 108 Charles Vogel, Le Portugal et ses Colonies, Paris, 1860, p. 556.
  • 109 J. J. Monteiro, Angola and the River Congo, vol. II, p. 23.
  • 110 Lieutenant Cantaloub à l’amiral Ribourt, Montevideo, 20 oct. 1875, Archives de la Marine, série BB(...)
  • 111 Le commandant de la Pallas à M. le Ministre, Bahia, 18-8-1881, Archives de la Marine, série BB4 11 (...)

77En revanche, la population blanche décroît : Luanda a 1 601 habitants européens en 1845107, ils ne sont plus que 830 en 1851108. La ville paraîtra à Monteiro en 1858 « délabrée et abandonnée »109, et au lieutenant Cantaloub en 1875 « bien déchue de son ancienne splendeur »110. D’après un témoin français de 1881, sa population totale est tombée en 10 ans de 18 000 à 13 000 habitants111.

78De même que les États-courtiers du nord devant l’abolition de la traite, l’Angola parviendra petit à petit à effectuer sa reconversion économique. Celle-ci est ardemment prônée, dès 1839, par António de Saldanha da Gama, gouverneur de la colonie de 1807 à 1810.

  • 112 António de Saldanha da Gama, Memórias sobre as Colónias de Portugal situadas na Costa Ocidental da (...)

79« Comme l’abolition de la traite est une affaire, où l’Angleterre pense employer toute son influence politique [...] les Portugais devront très bientôt cesser de se livrer à ce trafic. Il n’est pas moins certain que, si le Gouvernement Portugais ne s’applique pas dès maintenant à opérer une reconversion du système économique propre à ses colonies, pour remplacer surtout le revenu du commerce des Noirs, celles-ci ne tarderont pas à être ruinées, et même peut-être tout à fait perdues pour le Portugal »112.

  • 113 Contre-amiral d’Auriac à M. le Ministre, Saint-Paul de Luanda, 1869, Archives de la Marine, série (...)
  • 114 Cf. F. Clément Egerton, Angola in Perspective, Londres, 1957, p. 84.

80Mais il faut attendre la seconde moitié du xixe siècle pour discerner les premiers signes d’une mutation. En 1869, le contre-amiral d’Auriac constate que Luanda « paraît s’animer un peu et entrer dans la voie du progrès commercial ». La cire, le gingembre, l’huile de palme, le café, l’ivoire, l’orseille, la gomme copal et l’arachide, sont exportés en grande quantité113. L’essor du caoutchouc commencera entre 1870 et 1883114.

81La renaissance progressive de la présence portugaise en Angola, au cours des deux premiers tiers du xixe siècle, se manifestera sur deux plans, l’un diplomatique, l’autre militaire.

  • 115 J. J. Lopes de Lima, Ensaios, vol. III, Lisbonne, 1846, pp. xxxviii, 4 et 131 ; cf. aussi F. T. Va (...)

82Nous nous occuperons d’abord de ce dernier : en 1838, les Portugais étendent leur domination jusqu’à englober dans l’Angola une partie du Matamba, le Quiloange Quiassama, dont ils font le nouveau district de Duque de Bragança115.

  • 116 Henrique Dias de Carvalho, O Jagado de Cassange, pp. 131-217.
  • 117 Commandant Didelot au Ministre de la Marine, Gabon, 4-12-1862, Archives de la Marine, série BB4 80 (...)
  • 118 H. Capello et R. Ivens, De Benguela às Terras de Iacca, Lisbonne, 1881, vol. I, p. 290 (« Les lutt (...)

83Entre 1850 et 1861, ils lancent des opérations militaires contre le Cassange, afin de lui ôter définitivement le monopole du commerce avec les pays d’outre-Cuango116. L’entreprise se solde par un demi-échec117. Le Cassange est d’ailleurs déjà en décadence118. Voici comment apparaissait à A. R. Neves en 1850 ce qui avait été, au xviiie siècle, le plus important centre commercial de l’intérieur :

  • 119 António Rodrigues Neves, Memória da Expedição a Cassange comandada pelo Major Salles Fereira em 18 (...)

84« J’ai été assez surpris par l’étendue de la foire de Cassange, en même temps que j’avais le cœur serré par l’état lamentable où il se trouvait : abandonné au début de la saison des pluies, les herbes [capim] avaient poussé si haut que les maisons y étaient à moitié enfouies : les rues plus ou moins droites, bordées de bananiers et d’autres arbres, tout se confondait : ici une porte défoncée, là d’autres grandes ouvertes, les maisons servant d’abri aux bêtes sauvages. Tout n’était que dévastation. Tel est le tableau qu’offrait la foire de Cassange »119.

  • 120 Henrique Dias de Carvalho, O Jagado de Cassange, pp. 406-407.

85De 1867 à 1883, le Cassange reste entièrement livré à lui-même, et jusqu’à la fin du siècle aucune autorité portugaise ne parvient à s’y imposer. Les difficultés des Portugais tiennent surtout aux faibles moyens dont ils disposent à de si grandes distances de Luanda120.

  • 121 R. T. Anstey, Britain and the Congo in the 19lh Century, p. 23.
  • 122 A. Galvão, « Relatório da minha viagem ao Congo », in Bol. Soc. Geog. de Lisboa, série 36, nos 4-6 (...)

86En 1856, ils occupent Ambriz pour prévenir la réalisation d’un projet anglais visant à s’emparer des mines de cuivre de Bembe et à les exploiter121, mais en 1858 ils se voient obligés de céder les droits d’exploitation à la Western Africa Copper Company. Ils occupent militairement la capitale du Congo, São Salvador, toute proche, de 1860 à 1866, se retirant cette année-là, lorsque l’exploitation des mines, décidément non rentable, est abandonnée122.

  • 123 R. T. Anstey, op. cit., p. 46.
  • 124 Cf. C. A. Bourgeois à M. le Ministre, 20 août 1870, Archives de la Marine, série BB4 889 ; contre- (...)

87L’offensive diplomatique que mènent les Portugais à partir de 1855 sera plus fructueuse que leurs opérations militaires. Comme nous l’avons déjà noté, c’est dès cette année-là que le Portugal revendique la partie de la côte s’étendant jusqu’à 5° 12’de latitude sud, c’est-à-dire juste au nord de Landana, englobant sous sa souveraineté l’embouchure du Congo123. En 1863, une carte officielle, dont les auteurs sont Sá de Bandeira et Fernando da Costa Leal, indique la frontière revendiquée comme acquise. La publication de cette carte (suivie de rééditions) suscite des commentaires inquiets de la part des autorités françaises124.

88Un cartouche porte en français les « observations » suivantes :

89« La province d’Angola a pour limites maritimes le Rio Cacongo et le Cap Frio, ou plus exactement le 5e degré 12 minutes et le 18e degré de latitude méridionale. Voyez convention entre Portugal et la Grande-Bretagne du 19 février 1810. Convention entre ces mêmes puissances du 28 juillet 1817. Charte constitutionnelle de la Monarchie Portugaise du 29 avril 1826.

90…………………………………………………………………………………………

  • 125 Angola, Mappa coordinado pelo Visconde de Sá de Bandeira e Fernando da Costa Leal, Lisbonne, 1863, (...)

91En 1570 le roi du Congo a fait cession au roi de Portugal de toute la côte maritime comprise entre le Zaïre et l’île de Loanda »125.

92Les limites données à la colonie par les auteurs de la carte dépassent de loin celles admises par J. A. Carvalho e Menezes en 1834 :

  • 126 J. A. Carvalho e Menezes, Memôria Geográfica e Politica das Possessões Portuguesas n’Africa occide (...)

93« Sa frontière [de l’Angola] se trouve au nord du Fleuve Dande, dont l’embouchure est à 8° 29’, et s’étend jusqu’au Cabo Negro, à 15° 41’. Il touche au nord les terres du Marquis de Mossul et d’autres tributaires du roi du Congo, à l’est les Moluas et autres indigènes, et au sud les déserts... »126.

  • 127 Ibid., p. 4.

94Quant à Loango, Cabinda, Molembo, Ambriz, l’auteur ajoute : « Nous n’y avons pas de Colonies ni, comme il le faudrait sans doute, sur le grand fleuve Zaïre ou Congo »127.

95Les termes de la Convention entre le Portugal et la France, du 30 janvier 1786 sont, en fait, plus imprécis que ne le font croire les auteurs de la carte :

  • 128 Cf. José Ferreira Borges de Castro, Colecção dos Tratados, Convençôes, Contratos..., Lisbonne, 185 (...)

96La France « ne s’arroge pas le droit de contester ni de reconnaître les titres qu’expose la Cour de Portugal à la propriété, souveraineté et commerce de la côte d’Angola depuis le cap Padron [rive méridionale de l’embouchure du Congo] vers le sud exclusivement aux autres nations, mais consent que le commerce de ses sujets [de la France] sur ladite côte ne s’étende pas au sud du fleuve Zayre [le Congo] au delà du dit cap Padron, à condition que les autres nations n’étendent point le leur au delà du dit Cap »128.

97Le traité entre le Portugal et la Grande-Bretagne, du 19 février 1810, appuie la revendication portugaise concernant les territoires au nord du grand fleuve, que la France avait rejetée, mais ne donne aucune précision quant à la côte entre l’embouchure du Congo et Luanda :

  • 129 José Ferreira Borges de Castro, op. cit., t. IV, p. 409.

98« Il faut toutefois qu’il soit bien entendu que les stipulations du présent article ne seront pas considérées comme invalidant ou affectant en aucune façon les droits de la Couronne Portugaise sur les territoires de Cabinda et Molembo, lesquels ont été autrefois contestés par le Gouvernement Français... »129.

  • 130 Ibid., t. V, p. 329.
  • 131 Cf. Carta Constitucional da Monarchia Portugueza decretada e dada pelo Rei de Portugal et Algarves (...)

99Par le traité du 28 juillet 1817, entre la Grande-Bretagne et le Portugal, la possession du territoire s’étendant entre le 18e et le 8e degré de latitude fut reconnue à ce dernier. Quant aux territoires de Molembo et de Cabinda, situés entre 5° 12’et 8° de latitude sud, le Portugal déclarait pour sa part qu’il voulait uniquement réserver ses droits130. La charte constitutionnelle de la monarchie portugaise (29 avril 1826) affirmait unilatéralement que l’Angola, le Cabinda et le Molembo faisaient partie des possessions portugaises131.

  • 132 Cf. O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 358. Naukeurige Beschrijvinge p. 588. Feiner cite un d (...)

100Il n’existe, à notre connaissance, nul document contemporain faisant état d’une prétendue cession par le roi du Congo au roi du Portugal, en 1570, de la côte entre l’embouchure du Congo et l’île de Luanda. Comme nous l’avons vu plus haut, le roi D. Sebastião « refusa généreusement » une « proposition » de D. Âlvaro I de devenir son vassal132.

101Les puissances réunies au congrès de Berlin en 1884-1885 devaient finalement repousser la revendication portugaise de souveraineté jusqu’au 5e degré 12’de latitude sud, mais l’inlassable obstination du Portugal à reculer la frontière septentrionale de l’Angola devait néanmoins porter ses fruits, permettant un accroissement territorial considérable. Par l’acte de Berlin, il s’est vu attribuer la majeure partie de l’Ancien Royaume du Congo, territoire sur lequel il ne parviendra d’ailleurs à exercer une autorité effective que près de trois décennies plus tard.

102Tandis que le Portugal semblait réussir jusqu’à un certain point sa campagne diplomatique, son emprise réelle sur les populations de l’intérieur devait se relâcher au cours du dernier tiers du xixe siècle.

  • 133 Cf. António de Almeida, « Relaçòes com os Dembos », in Primeiro Congresso da História da Expansão (...)
  • 134 Cf. supra chap. xv, § 6.
  • 135 António de Almeida, art. cit., p. 81.
  • 136 Ibid., p. 73. L’arme est utilisée contre les Dembos dès 1907.

103Le Cassange ayant déjà échappé à son contrôle, voici qu’en 1872 la région des Dembos, aux portes même de Luanda, se soulève133. La révolte, attisée par l’ex-roi du Congo D. Álvaro XIII, éclate sur un refus de payer l’impôt aux autorités portugaises134. Les Portugais ne parviendront à soumettre les Dembos qu’en 1919135, et cela grâce à une invention dont on néglige trop l’importance pour la pacification coloniale, la mitrailleuse136.

  • 137 Henrique Galvão, História do nosso Tempo, Lisbonne, 1931. pp. 121-123 et 135.

104Lorsqu’en 1907 João de Almeida fit une reconnaissance de cette région, dont les habitants jouissaient depuis un quart de siècle d’une indépendance totale, il fut stupéfait d’y rencontrer une organisation et un mode de vie pénétrés d’influence européenne. Le pays était divisé en Concelhos, divisés à leur tour en Divisões. Les chefs avaient sous leurs ordres des soldats commandés par des capitães et cabos (capitaines et caporaux) qui, outre leurs fonctions militaires, surveillaient et dirigeaient les travaux agricoles ainsi que l’entretien des chemins. La région exportait du café vers Luanda ; les méthodes d’agriculture reflétaient celles en usage au Portugal ; la majeure partie de la population savait lire et écrire le portugais et le parlait couramment. Les hommes s’habillaient à l’européenne et les femmes se couvraient la poitrine. Les maisons possédaient des portes et des fenêtres et on y découvrait des chaises, des tables, des bancs, des armoires avec des tiroirs et des lits, dont certains à dosserets137.

  • 138 João de Almeida, Journal, cité par Henrique Galvão, op. cit., p. 143.

105Un chef Dembo, chez qui Almeida fut hébergé, lui rendit visite le soir de son arrivée, un livre sous le bras. « Eh bien ! » lui dit-il de but en blanc, « quels sont les principaux événements du règne de D. João II [roi de Portugal de 1482 à 1495] ? » Très surpris, Almeida lui en cita quelques-uns. « Il y a encore celui-ci, et celui-là, et encore celui-là », répliqua son interlocuteur, énumérant ceux qu’il avait omis138.

Seules les surfaces en blanc à l’intérieur des frontières indiquent l’occupation effective.

106Longtemps soumis aux pires souffrances et aux vexations de l’époque de la traite, en même temps qu’à une administration portugaise injuste et oppressive, les Dembos en sortirent, malgré tout, de loin plus évolués matériellement que les populations des États-courtiers.

Notes

1 Voir à ce sujet les limites de la colonie de l’Angola, indiquées par le gouverneur dans son rapport pour l’année 1861 (cf. Sebastião Lopes de Calheiros e Menezes, Relatório do Gover-nador Geral da Provincia..., Lisbonne, 1867, pp. 5-6). Le fort d’Encoge, construit en 1759 dans les terres méridionales de l’ancien royaume du Congo, ne devait représenter après 1853 qu’un élément symbolique de la présence portugaise. Cette année-là, les soldats de la garnison, qui n’avaient pas reçu de solde depuis trois ans, se révoltèrent et furent rappelés à Luanda. Francisco de Salles Ferreira, qui visita Encoge en 1854, n’y trouva que 14 soldats noirs encadrés par deux Blancs. La végétation avait tout envahi, mais les murailles du fort demeuraient intactes (cf. Francisco de Salles Ferreira, « Diario da Viagem para S. José de Encoge, feita em Dezembro de 1854 », in Annaes do Conselho Ultramarino (parte não oficial), Lisbonne, série II (1859), pp. 53-54.

2 Gastão Sousa Dias, Os Portugueses em Angola, Lisbonne, 1959, p. 31.

3 La lieue portugaise est de 5,92 km, cf. F. Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle, Paris 1957, p. lvii.

4 M.M.A., vol. III, pp. 36-51, texte de la donation du 19-9-1571.

5 Cf. la lettre de Dias de Novais du 3-1-1578, in M.M.A., vol. IV, p. 294, et d’autres dans le même volume.

6 M.M.A., vol. I, p. 432 (doc. de 1520), et aussi M.M.A., vol. I, p. 540 (doc. de 1530).

7 M.M.A., vol. II, p. 489 (doc. de 1562), et M.M.A., vol. II, p. 530 (doc. de 1565).

8 Cf. J. C. Feo Cardoso, Memória contendo... a História dos Governadores... de Angola, Paris, 1825, p. 129.

9 Domingos de Abren de Brito, « Sumario e Descripção do Reino de Angola... (1591) », in Felner, Um Inquérito..., p. 23.

10 5 ou 6 selon un doc. de 1594, cf. M.M.A., vol. IV, p. 557.

11 M.M.A., vol. III, p. 146 (doc. de 1576).

12 M.M.A., vol. II, p. 518.

13 M.M.A., vol. III, p. 145 (doc. de 1576).

14 400 soldats, des munitions et des articles de commerce en 1578 ; 200 soldats et 22 000 cruzados en 1579-1580 ; 200 soldats en 1584 ; 90 soldats en 1586 et 150 en 1587 (cf. M.M.A., vol. IV, pp. 564-565). Un document anonyme de c. 1600 affirme qu’un million g medio de oro de la Hacienda Real fut dépensé pour la conquête de l’Angola, in Documentação Ultramarina Portuguesa, Centro de Estudos Históricos Ultramarinos, Lisbonne, 1962, vol. II, p. 204.

15 M.M.A., vol. IV, pp. 558 et 572 (doc. de 1594).

16 M.M.A., vol. III, p. 190 (doc. de 1580).

17 Ibid., loc. cit.

18 Ibid., loc. cit.

19 M.M.A., vol. III, p. 248 (doc. de 1583).

20 Cf. Cadornega, op. cit., t. I, pp. 124-127.

21 M.M.A., vol. I, pp. 485-487 (doc. de 1526).

22 On peut se demander d’où venait l’argent envoyé d’Angola au cardinal D. Henrique (1578-1580), et dont on a tait des calices (cf. Balthasar Telles, Chronica da Companhia de Jesus na Provincia de Portugal, 2e partie, Lisbonne 1647, liv. VI, cap. xxvii, pp. 621-622). Vraisemblablement de Potosi, clandestinement via Buenos Aires, port qui importait de nombreux esclaves d’Angola. « ... tout l’argent qui est au Brésil et en Angola vient de là », écrit Pyrard de Laval, Voyage (seconde partie), Paris, 1615, pp. 383-386.

23 Fernão Guerreiro, Relações Annuais, vol. II, Evora, 1605, f° 125 r°, (t. I, p. 395, de l’éd. de Coïmbre, 1930) ; et aussi M.M.A., vol. IV, pp. 353-354 (doc. de 1583).

24 Cf. Fernão Guerreiro, op. cit., loc. cit., ainsi que M.M.A., vol. IV, pp. 442-452, et Francisco Rodrigues, História da Companhia de Jesus na Assistência de Portugal, t. II, vol. II, pp. 535-548. Le Portugal est sous la souveraineté espagnole de 1580 à 1640.

25 M.M.A., vol. V, p. 389 (doc. de 1607), et M.M.A., vol. V, p. 265 (doc. de 1607).

26 2. M.M.A., vol. VI, p. 368 (doc. de 1619).

27 Cf. Jan Vansina, « The Foundation of the Kingdom of Kasanje », in Journal of African History, vol. IV, n° 3 (1963), pp. 355-374 ; et aussi M.M.A., vol. VI, p. 283 (doc. de 1617), et M.M.A., vol. VI, p. 368 (doc. de 1619).

28 Rivière non identifiée.

29 Tradition orale fournie par Makunzu et recueillie par G. L. Haveaux, La tradition historique des Bapende orientaux. Mémoire I.R.C.B., t. XXXVII, fasc. 1 (1954), pp. 47-48.

30 M.M.A., vol. VII, p. 78 (doc. de 1622-1623).

31 M.M.A., vol. VIII, p. 242-243 (doc. de 1633).

32 M.M.A., vol. VI, p. 370 (doc. de 1619).

33 M.M.A., vol. VIII, p. 243 (doc. de 1633).

34 Ibid., vol. VIII, p. 362 (doc. de 1625).

35 Cité par Edmundo Correia Lopes, A Escravatura, Lisbonne, 1944, p. 99.

36 Cf. Felner, Angola, pp. 471-472 (doc. de c. 1625).

37 Ibid., pp. 520-521.

38 D. Miguel António de Mello, « Relatório do Governo... » (Angola no começo do século xix) », in Boletim da Sociedade de Geografia de Lisboa, 5a série (1885), p. 553.

39 Felner, Angola, p. 233.

40 Ibid., p. 471.

41 Ibid., p. 471.

42 Cavazzi, lib. V, § 112.

43 Cavazzi, lib. IV, § 22.

44 Cavazzi, lib. V, § 107, et lib. II, § 6.

45 Ibid., lib. V, § 109.

46 Ibid., lib. V, § 109.

47 P. Salmon, « Mémoire de la relation de voyage de M. de Massiac à Angola et à Buenos Aires », in Bulletin des Séances de l’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, t. VI, fasc. 4 (1960), p. 594 ; et aussi Cadornega, t. I, p. 416.

48 Sa principale source est l’ouvrage de Francesco Maria Gioia, La Meravigliosa conversione della Regina Singa [sic], Naples, 1669, cf. O. de Bouveignes, « Sur la source d’un roman africain de 1769 », in Zaire, vol. II, n° 7 (1948), pp. 797-800.

49 Cf. David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, Oxford, 1966, p. 108.

50 Cavazzi, lib. VI, § 2.

51 Cadornega, t. III, p. 208.

52 Cavazzi, lib. VI, § 4, § 22.

53 Ibid., lib. VI, § 51 et 101. L’édifice avait 32,25 m de long, 10,50 m de large et 7,75 m de haut.

54 Ibid., lib. VI, § 46.

55 Ibid., lib. VI, § 80, et Cadornega, t. II, p. 224. Cadornega dit qu’elle envoyait des Noires à Luanda apprendre cet art.

56 Ibid., VI, § 86.

57 Ibid., lib. VI, § 109.

58 Ibid., lib. VI, § 134.

59 Cadornega, t. II, pp. 314-329 et p. 546 note 80a.

60 Ibid., t. II, p. 375 et t. III, p. 217.

61 Cavazzi, lib. VI, § 74, et Cadornega, t. II, p. 257.

62 Cadornega, t. II, pp. 53-61.

63 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambuíla, Lisbonne, 1942, p. 105.

64 P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 143.

65 Ms. cité par C. R. Boxer, The Golden Age of Brazil, Los Angeles, 1962, p. 4.

66 Les négriers de la Compagnie Française de l’Assiente fréquentent le Loango, le Kakongo, le Cabinda, à partir de 1703 (cf. Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, Paris, 1723-1730, pp. 1069-1070). Les Anglais fréquentent le Mussul à partir de 1758-1764, cf. Gastão Sousa Dias, Os Portugueses em Angola, Lisbonne, 1959, p. 221.

67 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, pp. 138-139.

68 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola (1792), vol. II, 15-16.

69 Ibid., loc. cit.

70 David Birmingham, op. cit., p. 154.

71 Elias Alexandre da Silva Corrêa, op. cit., vol. II, p. 80, et P. Labarthe, Voyage à la côte de Guinée, Paris 1803, pp. 187-188.

72 Elias Alexandre da Silva Correa, op. cit., vol. II, p. 105.

73 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, p. 134.

74 Ibid., p. 137.

75 Ibid., p. 134-135.

76 Ibid., p. 137.

77 Ibid., p. 154 ; Gastão Sousa Dias, sans donner de détails, attribue cette phase aiguë aux « irrégularités et abus » du contratador à qui avait été affermé le droit d’exporter des esclaves (cl. Gastão Sousa Dias, Os Portugueses em Angola, p. 203).

78 Cf. Cadornega, op. cit., t. II, p. 219, qui les appelle Mozuas, « vassaux d’un seigneur très puissant ». Mozua est une forme de Molua, terme par lequel seront couramment désignés les Lundas aux xviiie et xixe siècles. Manuel Correia Leitão (1755) fait allusion au « Grand Seigneur des Moluas... le Muataianvo », cf. Gastão Sousa Dias, « Uma viagem a Cassange nos meados do século xviii », in Boletim da Sociedade de Geografia de Lisboa, série 56, n° 1-2 (1938), p. 25.

79 Gastão Sousa Dias, art. cit., loc. cit.

80 Ibid., art. cit., p. 4.

81 Ibid., art. cit., p. 16. Correla Leitão parle ici de la nation Malando, puis fait allusion au « Grand Seigneur des Moluas, le Muataianvo », donnant à entendre qu’il s’agit d’ethnies différentes. Il nous semble licite de les assimiler, car A. C. P. Gamitto, lors de sa visite au roi Cazembe en 1832, appeUe ses sujets Lundas, Marundas, ou Arundas, ajoutant que l’héritier du roi devrait être fils d’une femme originaire des terres du Muataianvo, cf. A. C. P. Gamitto, O Muata Cazembe, Lisbonne, 1854, pp. 243 et 350.

82 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, p. 150.

83 Cf. Hélio A. Esteves Felgas, As Populações Nativas do Congo Portuguis, Luanda, 1960, pp. 26-27.

84 David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, p. 152.

85 Ibid., p. 154.

86 M. Plancquaert, Les Jagas et les Bayakas du Kwango, Mémoire I.R.C.B., t. II, fasc. I (1932), pp. 84-86.

87 Elias Alexandre da Silva Correa, História de Angola, vol. I, p. 61. La série de chiffres que donne Burningham tend à confirmer Corrêa, cf. Trade and Conflict in Angola, pp. 137, 141, et 154-155.

88 Cf. chap. xiv du présent ouvrage.

89 Giuseppe Monari da Modena, in Evaristo Gatti, Sulle Terre e sui Mari, Parme, 1931, p. 111.

90 Rosario del Parco, in L. Jadin, « Aperçu de la situation du royaume du Congo... », in Bulletin de l’Ins(. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 359. Il se peut que l’écart entre ces deux chiffres soit excessif, car selon des recensements de 1777 et 1778 la population blanche de l’ensemble de l’Angola se montait respectivement à 1 581 et 1 700 individus, cf. Oscar Soares Barata, « Aspectos das Condições demográficas de Angola », in Angola, Curso de Extensão Universitaria, Ano Lectivo 1963-1964, Lisbonne, s.d., p. 123. Il est certain que plus de la moitié des Blancs habitaient la capitale.

91 P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 143.

92 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola, vol. I, p. 30.

93 Afonso Taunay, « Subsidios para a História do Tráfico Africano », in Anais do Museu Paulista, t. X (1941), p. 212.

94 Cette estimation pour le port de Luanda correspond aux chiffres d’Edmundo Correla Lopes, A Escravatura, pp. 102-103. Pour l’Angola et le Benguela ensemble, la moyenne entre 1759 et 1803 était de 14 à 15 000 (cf. José Nicolau da Costa, Memórias clos rendimentos da real fazenda do reino de Angola e Capitania de Benguela até ao anno 1803, Lisbonne, 1804, cité par le marquis de Sá da Bandeira, O Trabalho rural africano, Lisbonne, 1873, p. 18), et de 22 000 pour la période 1816-1819 (cf. J. C. Feo Cardoso, Memórias..., Paris, 1825, p. 336).

95 Alves J. A. Roçadas, La main-d’œuvre indigène en Angola, Lisbonne, 1914, p. 10 (IIIe Congrès International d’Agriculture Tropicale, Londres, 1914). Les bénéfices réalisés par les trafiquants passaient de 30 % pendant la période de crise jusqu’à 200 et 300 %.

96 J. J. Monteiro, Angola and the River Congo, Londres, 1875, vol. II, p. 67.

97 Thomas Fowell Buxton, The African Slave Trade, Londres, 1839, pp. 1, 4 et 26.

98 Christopher Lloyd, The Navy and the Slave Trade, Londres, 1949, p. 275.

99 Cf. le récit [de Pedro Joào Baptista] « Viagem de Angola para os Rios de Senna », in Annaes Marítimos e Coloniaes, Lisbonne, 1823, n  5, pp. 162-190 ; n° 6, pp. 223-240 ; n° 7, pp. 278-297 ; n° 9, pp. 423-439 ; n° 10, pp. 493-506 ; n  11, pp. 538-552.

100 Cf. J. C. Feo Cardozo, Memórias..., Paris, 1825, p. 300, et Arquivos de Angola, 2e série, vol. II, n° 9-10 (1945), p. 220 ; cf. la lettre du gouverneur au Muataianvo, du 22 janvier 1808, in ibid., vol. cit., pp. 223-224.

101 R. T. Anstey, Britain and the Congo in the 19th Century, p. 19.

102 H. Capello et R. Ivens, De Angola a Contra Costa, Lisbonne, 1886, vol. I, p. 76.

103 Alves J. A. Roçadas, La main-d’œuvre indigène en Angola, p. 12.

104 J. C. Feo Cardoso, Memórias..., Paris, 1825, pp. 348-357.

105 J. J. Lopes de Lima, Ensaios, Lisbonne, 1846, vol. III, p. 4.

106 Sebastião Lopes de Calheiros e Menezes, Relatório do Governador Geral da Provincia de Angola referido ao anno de 1861, Lisbonne, 1867, pp. 10-11.

107 J. J. Lopes de Lima, op. cit., loc. cit.

108 Charles Vogel, Le Portugal et ses Colonies, Paris, 1860, p. 556.

109 J. J. Monteiro, Angola and the River Congo, vol. II, p. 23.

110 Lieutenant Cantaloub à l’amiral Ribourt, Montevideo, 20 oct. 1875, Archives de la Marine, série BB4 985.

111 Le commandant de la Pallas à M. le Ministre, Bahia, 18-8-1881, Archives de la Marine, série BB4 1132.

112 António de Saldanha da Gama, Memórias sobre as Colónias de Portugal situadas na Costa Ocidental da Africa, Paris, 1839, p. 55.

113 Contre-amiral d’Auriac à M. le Ministre, Saint-Paul de Luanda, 1869, Archives de la Marine, série BB4 889.

114 Cf. F. Clément Egerton, Angola in Perspective, Londres, 1957, p. 84.

115 J. J. Lopes de Lima, Ensaios, vol. III, Lisbonne, 1846, pp. xxxviii, 4 et 131 ; cf. aussi F. T. Valdez, Six Years of a Traveller’s Life in Western Africa, Londres, 1861, vol. II, p. 293, et surtout Henrique Dias de Carvalho, O Jagado de Cassange, Lisbonne, 1898, p. 112.

116 Henrique Dias de Carvalho, O Jagado de Cassange, pp. 131-217.

117 Commandant Didelot au Ministre de la Marine, Gabon, 4-12-1862, Archives de la Marine, série BB4 802 (« L’opération pour reprendre Cassange a tout à fait échoué »).

118 H. Capello et R. Ivens, De Benguela às Terras de Iacca, Lisbonne, 1881, vol. I, p. 290 (« Les luttes contre les Portugais en 1860 ont marqué le début de cette phase de décadence, qui s’est peu à peu aggravée avec les nombreuses querelles et les petites guerres entre les Jagas avides de pouvoir »).

119 António Rodrigues Neves, Memória da Expedição a Cassange comandada pelo Major Salles Fereira em 1850, Lisbonne, 1854, pp. 3, 35.

120 Henrique Dias de Carvalho, O Jagado de Cassange, pp. 406-407.

121 R. T. Anstey, Britain and the Congo in the 19lh Century, p. 23.

122 A. Galvão, « Relatório da minha viagem ao Congo », in Bol. Soc. Geog. de Lisboa, série 36, nos 4-6 (1918), p. 140.

123 R. T. Anstey, op. cit., p. 46.

124 Cf. C. A. Bourgeois à M. le Ministre, 20 août 1870, Archives de la Marine, série BB4 889 ; contre-amiral Ribourt a M. le Ministre, Vénus, en mer, 26 août 1876 ; Note sur une carte portugaise de l’Angola par le marquis de Sâ de Bandeira et Fernando da Costa Leal, 3e éd. Lisbonne, 1870, avec la carte annexe par A. Conrad, capitaine de vaisseau, Vénus, 25 août 1876. Archives de la Marine, série BB4 1060 ; lettre du R. P. Duparquet à M. le contre-amiral Ribourt, Landana, 28 déc. 1876, Archives de la Marine, série BB4 1073.

125 Angola, Mappa coordinado pelo Visconde de Sá de Bandeira e Fernando da Costa Leal, Lisbonne, 1863, B.N., Dépt. des Cartes et Plans, Fonds du Service Hydrographique, Portefeuille 114, Division 4, pièce 25.

126 J. A. Carvalho e Menezes, Memôria Geográfica e Politica das Possessões Portuguesas n’Africa occidental, Lisbonne, 1834, p. 1.

127 Ibid., p. 4.

128 Cf. José Ferreira Borges de Castro, Colecção dos Tratados, Convençôes, Contratos..., Lisbonne, 1856, t. III, pp. 417-419.

129 José Ferreira Borges de Castro, op. cit., t. IV, p. 409.

130 Ibid., t. V, p. 329.

131 Cf. Carta Constitucional da Monarchia Portugueza decretada e dada pelo Rei de Portugal et Algarves D. Pedro, Imperador do Brasil aos 29 de Abril 1826, Londres, 1828, p. 3.

132 Cf. O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 358. Naukeurige Beschrijvinge p. 588. Feiner cite un document de 1628 du chanoine Bras Corrêa, où celui-ci déclare avoir vu et lu la lettre de D. Sebastião au roi Alvaro I (cf. Felner, Angola, p. 234). Il s’agit du Códice 51-VIII-31 de la Bibliothèque d’Ajuda, Lisbonne, t. II, fos 19-29, doc. de 1628-1629.

133 Cf. António de Almeida, « Relaçòes com os Dembos », in Primeiro Congresso da História da Expansão Portuguesa no Mundo, Lisbonne, 1938, 4a secção, vol. III, pp. 59-70.

134 Cf. supra chap. xv, § 6.

135 António de Almeida, art. cit., p. 81.

136 Ibid., p. 73. L’arme est utilisée contre les Dembos dès 1907.

137 Henrique Galvão, História do nosso Tempo, Lisbonne, 1931. pp. 121-123 et 135.

138 João de Almeida, Journal, cité par Henrique Galvão, op. cit., p. 143.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Seules les surfaces en blanc à l’intérieur des frontières indiquent l’occupation effective.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search