Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Troisième partie. L'influence européenne (Les mutations)

Chapitre XVI. La Basse-Guinée aux xviiie et xixe siècles

Texte intégral

1. L’ESSOR DES ÉTATS COURTIERS

1La disparition, à la fin du xviie siècle, du royaume du Congo, sombrant dans l’anarchie qui suivit la bataille d’Ambuíla (1665), entraînera l’usage, de plus en plus répandu au siècle suivant, de l’expression « Basse-Guinée » pour désigner la côte occidentale, depuis le cap Lopez jusqu’à Luanda. Elle concerne plus particulièrement les anciens vassaux maritimes du grand empire de l’intérieur, transformés en États courtiers par ce processus de « désatellisation », dont nous avons relevé les premiers signes au xvie siècle.

  • 1 Sur l’histoire des Bateke, nous attendons la parution très prochaine de l’étude de Jan Vansina.
  • 2 M. Alfredo Margarido prépare actuellement une thèse sur l’histoire économique de l’empire Lunda.

2Les États courtiers formeront un écran entre les négociants européens (qui s’éloignent rarement de leurs bateaux au delà de la plage) et les deux nouveaux grands empires de l’intérieur, dont l’essor commence alors que le Congo est à son déclin : le royaume Bateke du Mucoco1 et l’empire Lunda du Muataianvo2.

3Du fait de leur fonction d’écluses réglant le commerce entre l’hinterland et la côte, l’organisation politique de ces États courtiers tiendra à des facteurs plus directement mercantiles que militaires ou charismatiques.

  • 3 Nous parlerons du Matamba et du Cassange au chapitre suivant.

4Ce sont : le Loango, le Kakongo, l’Angoï, le Soyo, le Mussul, le Matamba et le Cassange3. Ces deux derniers se trouvent repoussés dans l’intérieur, sur la frontière orientale de la colonie portugaise de l’Angola.

2. LE LOANGO

  • 4 Cf. E. G. Ravenstein, « A Sketch of the History of Kongo », in The Strange Adventures of Andrew Ba (...)
  • 5 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 518.
  • 6 Pigafetta, lib. I, cap. v.
  • 7 L’auteur d’un document de 1607 (cf. M.M.A., vol. V, pp. 241-242) affirme que le Kakongo et l’Angoï (...)
  • 8 L’abbé Proyart (1776) notera que « cette étendue de pays est divisée en plusieurs Royaumes, dont l (...)

5Les origines du royaume de Loango sont obscures. Avant de passer sous la domination congolaise4, ses habitants, cannibales selon une tradition rapportée par Dapper, vivaient en petites chefferies perpétuellement en guerre les unes contre les autres5. Le Loango est indépendant en 15876, sans doute depuis longtemps déjà. Malgré la perte, dans le premier quart du xviie siècle, de son hégémonie sur ses deux voisins, le Kakongo et l’Angoï7, il demeurera néanmoins tout au long des xviie et xviiie siècles le plus puissant des trois royaumes situés entre le cap Lopez et le fleuve Congo8.

  • 9 Abbé Proyart, op. cit., loc. cit.
  • 10 Cf. E. G. Ravenstein, op. cit., p. 42, note 6.
  • 11 Archives de la Marine, Paris, série BB4 1942. Le lieutenant Cordier à M. le Ministre, n° 7, Loango (...)
  • 12 Abbé Proyart, op. cit., p. 8.

6Proyart (1776) indique, comme limites du Loango, le « quatrième degré cinq minutes » de lat. sud, jusqu’à la rivière Luango Luisa9, l’actuelle Massabe (5° 1’de lat. sud) 10. En 1883, le lieutenant Cordier donne au royaume ancien des limites différentes : il s’étendait jadis, selon lui, de la rivière Longebonde au nord, jusqu’au Chiloango au sud. Mais du temps de Cordier, la souveraineté du roi ne s’exerçait que sur la partie de la côte située entre le Cuilu et Pointe Noire11. Au nord du Loango ancien se trouvait autrefois le royaume de Mayombe, à l’est le royaume Bateke et un autre royaume Mayombe12.

  • 13 Andrew Battell (1610), in E. G. Ravenstein, op. cit. Dapper affirme qu’il s’agit des frères du roi (...)
  • 14 O. Dapper, op. cit., p. 519.
  • 15 O. Dapper, op. cit., pp. 533-534.
  • 16 Abbé Proyart, op. cit., pp. 124-125.

7Les institutions politiques ressemblent à celles du Congo, sauf en ce qui concerne une coutume originale : la succession (matrilinéaire) passe en principe, par rotation, de l’un à l’autre des gouverneurs des quatre provinces, tous fils des sœurs du roi. Ces provinces sont : le Caya, le Mbuku, le Selanganga et le Kibanga13. Selon Proyart, la sœur et la mère du roi n’habitent pas la capitale, mais d’autres villes du pays. La capitale, nommée Buali, est située à un mille (hollandais) dans l’intérieur et elle est, selon Dapper (1668), de la grandeur d’Amsterdam « avant sa dernière extension »14. Le roi est entouré d’un Conseil d’État composé, toujours selon Dapper, de ministres portant les titres suivants : le Mani-Bomme, le Mani-Mambo, le Mani-Beloor ou Mani-Belullo, le Mani-Kinga, le Mani-Matta, etc. Chacun est gouverneur de province et en même temps chargé de fonctions administratives. Le principal, le Mani-Bomme est chargé des affaires de la mer, c’est-à-dire du commerce avec les Blancs. Le Mani-Beloor est une sorte de commissaire de police, chargé d’instruire les cas de sorcellerie et de soumettre les coupables à l’ordalie ; le Mani-Malta commande l’armée15. Proyart (1776), traduisant sans doute une évolution au cours du siècle qui sépare les deux témoignages, donne une liste différente : le Ma-Ngovo, le Ma-Npoutou, le Ma-Kaka, le Ma-Fouka et le Ma-Kimba. Le Ma-Ngovo est « ministre des Affaires étrangères et introducteur des étrangers à la cour » ; le Ma-Npoutou est « associé au département du Ma-Ngovo » ; le Ma-Kaka est « ministre de la Guerre et en même temps généralissime des armées » ; le Ma-Fouka, que « les François appellent Mafouque est le ministre du Commerce, il est aussi chargé de la police générale des marchés ». Le Ma-Kimba est « le grand-maître des eaux et forêts ; c’est lui qui a l’inspection sur tous les bateliers, les pêcheurs et les chasseurs et c’est à lui qu’on adresse le poisson et le gibier qu’on destine au Roi. On compte encore au nombre des ministres un Mani-Banza, un Mani-Belé et quelques autres dont on ignore les fonctions »16.

  • 17 Cf. M.M.A., vol. VI, p. 480, et Pierre van den Broecke, Voyages (1605), Amsterdam, 1705, p. 344.
  • 18 Cf. C. Vrijman, « Quelques notices sur l’histoire de la traite négrière des Hollandais », in Bulle (...)

8Les Portugais vont commercer au Loango dès 1575 environ, les Hollandais à partir du début du xviie siècle17. Ceux-ci sont les premiers à y pratiquer la traite, à partir de 163718.

  • 19 Cavazzi, lib. V, § 54-58.
  • 20 Cf. J. Cuvelier, Documents sur une Mission française au Kakongo (1766-1776), Mémoire I.R.C.B., t. (...)

9En 1663, le roi accepte de se faire baptiser par un capucin, le P. Bernardo Unghero19, mais cette tentative de christianisation, suivie d’une autre entre 1766 et 1776 par des missionnaires français, ne mena à aucun résultat durable20.

  • 21 L. Degrandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait dans les années 1786 et 1787, Paris, 18 (...)

10Vers la fin du xviiie siècle, le Loango connaît une décadence, dont profitent ses deux voisins, le Kakongo et l’Angoï. « La traite », écrit Degrandpré (1787), « se concentre à Malemba [port du Kakongo], Loango est le plus petit des trois royaumes »21.

  • 22 Cf. Document des Archives de la Marine cité ci-dessus.

11La fin de la traite, aux environs de 1860, lui portera le coup mortel ; en 1883, l’autorité du roi n’est guère admise qu’à Loango même, le port du pays. Par le « traité de Protectorat » proposé en cette même année par le lieutenant Cordier et signé par le roi, la France occupe toute la côte autrefois dominée par les rois de Buali22.

3. LE KAKONGO, L’ANGOÏ, LE SOYO ET LE MUSSUL

  • 23 M.M.A., vol. II, p. 38.
  • 24 M.M.A., vol. V, pp. 241-242.
  • 25 Cf. E. Bouët-Willaumez, Commerce et Traite des Noirs aux côtes occidentales d’Afrique, Paris, 1845 (...)

12Le Kakongo et l’Angoï apparaissent encore dans les titres du roi du Congo en 1539, apparemment comme vassaux, mais rien ne prouve qu’ils n’aient pas été déjà indépendants à cette date23. On sait avec certitude qu’ils l’étaient en 160724. Les ports des royaumes de Kakongo et d’Angoï sont respectivement Malemba et Cabinda. Pendant tout le xviiie siècle et la première moitié du xixe, la traite y sera florissante, et à Cabinda encore en 184525.

  • 26 M.M.A., vol. X, p. 115.
  • 27 Rosario del Parco (1760), in L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo et rite d’élection des ro (...)

13Le Soyo obtint son indépendance du Congo par une série de guerres qui durèrent de 1636 à 164826. Son essor se situera dans la seconde moitié du xviie siècle, il est dû surtout au commerce des Hollandais dans le port de Pinda. Rares sont les renseignements sur le Soyo au xviiie siècle ; les habitants sont réputés lusophobes27, et même xénophobes, exception faite des missionnaires capucins italiens.

  • 28 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1775, p. 124.
  • 29 Anon., Journal d’un Voyage sur les côtes d’Afrique et aux Indes d’Espagne..., Rouen, 1723, p. 218.
  • 30 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River or the Zaire in the year 1700 », in Churchill, A Collection (...)
  • 31 Abbé Proyart, op. cit., p. 124.
  • 32 D. Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin van Alstein, capitaine négrier, Mém. I.F.A.N., n° 71, Dakar, 1964 (...)
  • 33 Cf. J. Cuvelier, Documents sur une Mission française au Kakongo, 1766-1776, Mém. I.R.C.B., t. XXX, (...)
  • 34 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1071.

14Dans le Kakongo, l’Angoï et le Soyo, les principaux personnages qui composent l’entourage du roi portent des titres identiques. Le Mafouque est ministre du Commerce et chargé de la police générale des marchés au Kakongo28, arbitre des différends entre Noirs et Blancs en Angoï (1702-1706)29, chargé de l’accueil des Blancs au Soyo (1700)30. Le Mangofo est ministre des Affaires étrangères et introducteur des étrangers à la cour au Kakongo (1776)31, ce titre est simplement cité en Angoï (1766)32, nulle source n’en parle au Soyo. Le Machingue est mentionné dans les trois royaumes, mais ses fonctions ne sont pas spécifiées33. Quant au Mambouck et au Manibelle, ils n’apparaissent qu’au Kakongo et en Angoï34.

  • 35 Cf. Pigafetta (1587), lib. I, cap. viii (Pigafetta écrit « Motolo » ; Dapper (1688) l’appelle « un (...)
  • 36 Cadornega (1680-1681), in P.M., p. 270.
  • 37 Rosario del Parco (1760), in L. Jadin, « Aperçu... », art. cit., p. 384.
  • 38 Gastão Sousa Dias, Os Portugueses em Angola, p. 221.
  • 39 Ibid., op. cit., p. 294.
  • 40 Marquis de Sá da Bandeira, Faits et Considérations relatifs aux droits du Portugal sur les territo (...)
  • 41 Hélio A. Esteves Felgas, História do Congo Português, Carmona, 1958, p. 103.
  • 42 António Almeida, « Relações com os Dembos... », in I Congresso da História da Expansão Portuguesa (...)

15Le Mussul, petite chefferie de la province de Mbamba au xvie siècle35, se voit appelé « marquisat » à la fin du xviie siècle, comme vassal du duc de Mbamba36. En dépit de sa proximité périlleuse de Luanda, il acquerra au milieu du xviiie siècle indépendance37 et puissance grâce au commerce des Anglais, qui fréquentent le port d’Ambriz à partir de 1760 environ38. En 1790-1791, voulant freiner cette concurrence étrangère et préjudiciable à leur propre commerce, les Portugais firent la guerre au Mussul39. Le marquis fut contraint de se déclarer pour un temps vassal de Luanda40, mais il devait bientôt reprendre son indépendance. En 1888, le « roi » de l’époque, D. Garcia, dut faire comme son prédécesseur41. Ce n’est pourtant que dix ans plus tard, en 1898, que les Portugais purent incorporer définitivement le Mussul à l’Angola42.

4. LES ÉTATS COURTIERS MARITIMES ET LE COMMERCE EUROPÉEN

  • 43 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 533.

16Dapper (1668) est le premier à faire allusion au personnage du courtier (makelaer)43, dont le rôle est décrit plus explicitement par un témoin anonyme de 1702-1706 :

  • 44 Anon., Journal d’un Vogage sur les côtes d’Afrique et aux Indes d’Espagne..., Rouen, 1723, p. 117 (...)

17« ... [Les courtiers] viennent trouver le Chef du Comptoir auquel ils disent qu’ils ont trouvé un Marchand qui a, par exemple, deux esclaves à vendre : ils conviennent avec lui qu’il en donne quatorze pièces de chacun. Le marché ainsi fait, ils y mettent une condition et disent au Chef : vous vous êtes engagé de me donner quatorze pièces de chacun des deux Noirs que je dois vous amener mais, si vous voulez que je vous en fasse venir d’autres, il faut, quand le Marchand auquel ils appartiennent viendra pour vous les vendre, que vous lui disiez que vous n’en voulez donner que sept pièces : je ferai en quelque sorte qu’il vous les laisse à ce prix et vous me remettrez les sept autres. Le Directeur est obligé de passer par là »44.

  • 45 L. Degrandpré, Vogage à la côte occidentale d’Afrique, Paris, 1801, t. II, p. 58.

18Ne confondons pas le courtier avec le marchand itinérant, le Mubiri ; le courtier, lui, ne voyage pas. Il peut s’agir d’un simple particulier, mais dans ce cas il n’osera pratiquer sa profession qu’assuré de la complaisance du pouvoir à son égard, et seulement après que le roi et les « grands » auront terminé leur propre commerce avec les Blancs de la manière la plus avantageuse. L’atout principal du courtier, par rapport au marchand de l’intérieur, est sa connaissance des habitudes européennes et de la langue portugaise, universellement utilisée par les négriers européens. Mais le courtier ignore l’écriture et la comptabilité écrite ; « ... on a beau faire, écrit Degrandpré, on ne les trompe jamais longtemps, excepté sur ce qui demande trop de mémoire, car ne sachant point écrire, ils ne peuvent tenir compte de rien »45.

  • 46 Abbé Proyart, op. cit., p. 158.

19D’ordinaire, les esclaves vendus aux Européens, dans les ports des États courtiers, proviennent d’autres ethnies dans l’intérieur. « Tout esclave né dans le Royaume est sous la protection de Mafouque et peut la réclamer contre son maître qui voudrait le vendre aux Européens, à moins qu’il ne lui en ait donné le droit par son inconduite... » 46.

20A l’arrivée d’un bateau européen, le préalable à toute transaction est la remise par son capitaine des « coutumes », consistant en une série de cadeaux au roi et aux membres de son entourage. L’importance de ces cadeaux varie en fonction du rang occupé dans la hiérarchie politique par celui qui les reçoit. La tarification des coutumes devient, en effet, un indice de la structuration politique de l’État courtier.

  • 47 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, Paris, 1723, p. 1070.

21A Loango, en 1703, où la monnaie est la macoutte (natte de raphia), la reine (il n’y a pas de roi) en reçoit 1 100 ; les fidalgues (notables de la cour) 750 chacun ; la mère et le fils du roi 280 pour tous deux ; le Manabaza, « capitaine de la côte » (sans doute le Mani-Bomme de Dapper), 140 ; l’interprète 30047.

  • 48 Ibid., p. 1071.

22En 1703-1714, à Molemba, port du Kakongo, le Mafouque, le Mangofo et le Mambouck reçoivent chacun moitié moins de « coutumes » que le roi ; le Manibelle, le « secrétaire » ou interprète, ne reçoit que deux pièces de tissu48.

  • 49 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 510.
  • 50 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1071.

23En 1700, à Cabinda, port de l’Angoï, le roi reçoit pour les « coutumes » 47 pièces, le Mafouque 31 1/2, le Machingue, le Mambouck et le Manibelle 17 chacun49, mais en 1703-1714 le Mambouck en reçoit autant que le roi, le Mafouque la moitié, le Manibelle un quart50.

  • 51 « Pièce – c’est aussi une sorte de monnaie de compte, ou plutôt de manière de compter, en usage pa (...)
  • 52 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 504 (Soyo-1700) ; Jacques Savary des Bruslons, op. (...)

24Après la remise des « coutumes », le roi et le capitaine s’entendent sur le prix en « pièces »51 à verser pour les esclaves52, et sur les mesures anglaises, portugaises ou autres à employer pour la longueur des tissus.

  • 53 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1069.

25A Loango, en 1703, on se sert du раu (en portugais = bâton), mais il y a un pau de la reine, de 28 pouces, celui des fidalgues n’a que 24 pouces et celui des particuliers 16 pouces 1/253.

  • 54 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 504.

26Au Soyo, en 1700, Barbot parle du fathom du prince, de 6 pieds 2 pouces, et du fathom du peuple de 5 pieds54.

  • 55 M.M.A., vol. II, p. 234.
  • 56 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1069.

27L’« ajustage » des mesures, afin d’avantager les « grands » par rapport au peuple dans les transactions commerciales, traduit une volonté des cadres politiques traditionnels de se défendre contre les effets désagrégeants et égalisateurs du commerce européen. Nous avons vu plus haut que le roi du Congo D. Diogo Ier avait déjà recouru à ce même expédient55. Les négociants européens se voient également obligés de consentir aux personnages politiques des prix inférieurs56.

28Sur la côte, entre le Loango et le Soyo, on assiste à travers tout le xviiie siècle à une hausse constante du prix en « pièces » des esclaves :

  • 57 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 504.

29Note 5757

  • 58 Anon., Journal d’un Voyage sur les côtes d’Afrique et aux Indes... commencé en 1702 et fini en 170 (...)

30Note 5858

  • 59 D. Rinchon, Pierre-Ignace-Lievin Van Alstein, p. 109.

31Note 5959

  • 60 Ibid., p. 172.

32Note 6060

  • 61 Ibid., p. 253.

33Note 6161

  • 62 Ibid., p. 310.

34Note 6262

  • 63 Ibid., P. Labarthe, Voyage à la côte de Guinée..., Paris, 1803, pp. 291-293.

35Note 6363

36A ces chiffres, il faut encore ajouter les frais de courtage, de l’ordre de 20 % en moyenne.

  • 64 D. Rinchon, op. cit., p. 256.
  • 65 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola, vol. I, p. 54, note 2.

37Le négrier gantois Van Alstein note une hausse de 50 % du prix des esclaves entre 1763 et 176664. Même l’Angola, pourtant soumis au monopole portugais, n’échappe pas au mouvement, entraîné par la conjoncture extérieure. Elias Alexandre da Silva Corrêa écrivait vers 1792 que le prix des esclaves avait monté « ces derniers temps » de 30 ou 35 jusqu’à 55 mille reis65.

38Cette hausse était-elle due à une augmentation de la demande ou à une diminution de l’offre ? Les éléments qui permettent de répondre à cette question sont extrêmement fragiles, mais il semble bien que l’on assiste à un accroissement de la demande, qui dépasse largement les possibilités qu’ont les États courtiers de la satisfaire.

  • 66 D. Rinchon, op. cit., p. 256.
  • 67 Ibid., p. 308.

39A Loango en 1769, le marché est si peu fourni que les courtiers renoncent volontairement à une partie des « coutumes »66. La pénurie se fait également sentir en 1774 à Malemba, où les esclaves se vendent très chers67.

40D’autres raisons sont avancées à l’époque pour expliquer la hausse du prix des esclaves : la première est l’abaissement du prix des marchandises, consenti par certaines nations européennes, l’autre est l’âpre concurrence entre les capitaines des négriers. Voici ce qu’en dit Proyart (1776) :

  • 68 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 155.

41« Les esclaves sont actuellement beaucoup plus chers qu’autrefois, au moins pour les François ; car ils peuvent être chers relativement à une nation, et ne l’être pas pour une autre : les François, les Anglois et les Hollandois font également leurs échanges avec des marchandises, mais ces marchandises sont différentes ; en sorte que la chèreté des esclaves, pour une nation, dépend du prix qu’elle met elle-même aux marchandises qu’elle porte aux Nègres ; et ce prix, comme on l’imagine, doit varier à raison du plus ou moins d’intelligence qui règne entre les particuliers qui font le même commerce. Il leur seroit facile de ne payer les esclaves que leur juste valeur, et même au-dessous, s’il était plus permis d’exercer le monopole, et d’être injuste envers le Barbare et l’Étranger, qu’au préjudice du citoyen ; mais par la mésintelligence des Capitaines, tout le contraire arrive : les esclaves s’achètent comme à l’enchère, et plus que leur valeur. On fixe néanmoins quelquefois un prix raisonnable, qu’on convient de ne point excéder dans les achats, mais alors même chacun de son côté, désirant faire promptement sa traite, rend cette convention illusoire, par un accord tacite qu’il fait avec les Courtiers, de leur payer en secret un prix supérieur à celui dont ils seront convenus publiquement pour sauver les apparences. La chose en est aujourd’hui au point que les Nègres craignent eux-mêmes que les François ne prennent enfin le parti de renoncer à un commerce qui leur devient de jour en jour plus dispendieux »68.

  • 69 Le terme « Angole » ou « Angola » est employé par les Français, à l’époque, pour désigner non l’An (...)
  • 70 P. Labarthe, Voyage à la côte de Guinée, Paris, 1803, p. 198.
  • 71 L. Degrandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait en 1786 et 1787, Paris, 1801, t. I, pp. (...)
  • 72 Bryan Edwards, The History Civil and Commercial of the British Colonies in the West Indies, Dublin (...)

42Quelle était, en ce dernier tiers du xviiie siècle, la compétitivité des manufactures françaises sur cette côte, par rapport à celle des autres nations ? Les sources se contredisent : Proyart laisse entendre que les commerçants français sont désavantagés parce que leurs « prix de départ » sont trop élevés. Labarthe, parlant de la côte d’Angole69 en 1788, paraît le confirmer : « ... ils [les commerçants] apportent des objets de luxe qui ne procurent pas de débouché à nos denrées et à nos manufactures »70. Mais voici Degrandpré (1786-1787), qui déclare : « Les Français se sont emparés exclusivement du commerce d’Angola, parce que leurs manufactures leur fournissent les objets de traite à si bon marché, qu’ils pouvaient élever l’achat des esclaves à un prix qui ne permet pas aux autres nations d’entrer en concurrence »71. D’une enquête globale sur la traite internationale à travers l’Atlantique au xviiie siècle se dégagera la vérité que ces contradictions ne permettent pas d’établir. D’après un auteur anglais de ce xviiie siècle finissant, la rivalité commerciale sur la côte d’« Angole » se jouait surtout entre Français et Hollandais, les Anglais menant leurs affaires plus au nord72.

  • 73 Abbé Proyart, op. cit., p. 155.
  • 74 P. Labarthe, op. cit., p. 198.

43Tant Proyart que Labarthe déplorent les conséquences naturelles de la loi du marché – « la mésintelligence des Capitaines »73, « ils enchérissent les uns sur les autres »74. Proyart va jusqu’à déplorer l’absence de solidarité raciale entre les différentes nations européennes, car elle seule pourrait empêcher la loi du marché de jouer en faveur des États courtiers.

  • 75 Cf. R. T. Anstey, Britain and the Congo in the 19th Century, Oxford, 1962, pp. 19-20.
  • 76 Archives des Affaires étrangères, Gabon, Congo, vol. 89. Doc. s.d.n.l.

44Si l’ordre de prépondérance des nations européennes dans le commerce au nord du fleuve Congo au xviiie siècle reste encore à établir, au xixe, par contre, le rôle dominant de l’Angleterre ne fait aucun doute. Le commerce britannique avec les régions autour de l’embouchure du Congo passera d’un chiffre négligeable en 1807 jusqu’à atteindre la somme de 2 millions de livres en 188475. Vers cette date, un rapport français note qu’il avait triplé entre 1876 et 1883. Près de la moitié des exportations sont des cotonnades. Selon le même rapport : « Toutes les étoffes vendues au Congo viennent on le voit d’Angleterre. Les cotonnades de Manchester, de qualité très inférieure, mais d’un bon marché extraordinaire, rendent toute lutte impossible à la fabrique de Rouen. Il en est ainsi dans toute l’Afrique »76.

  • 77 Nous expliciterons davantage au chapitre suivant cette comparaison avec l’Angola.

45Théoriquement, la libre concurrence des nations européennes n’aurait dû jouer qu’au profit des États courtiers, y stimulant le développement social et économique davantage que dans l’Angola, soumis au monopole portugais77. Que se passait-il en réalité ?

  • 78 Abbé Proyart, op. cit., p. 159.

46« Le commerce qui s’exerce sur les côtes avec les étrangers n’intéresse », dit Proyart (1776), « [...] qu’un très petit nombre de Particuliers, qu’on peut regarder comme les riches et les puissants du Pays. Quant au peuple, ne connaissant de nécessité que celle de se nourrir et de se vêtir, et de la manière la plus grossière et la plus simple, il borne son commerce à bien peu de choses... » [suit une description des marchés traditionnels d’aliments locaux]78.

47Le commerce européen du temps de la traite n’a donc nulle influence directe sur la masse de la population et, exception faite de l’introduction des plantes alimentaires américaines, ne change en rien le niveau de vie de celle-ci. Son principal effet est d’ordre somptuaire et demeure restreint à quelques privilégiés. Il procure à ces rares bénéficiaires des plaisirs éphémères, satisfait leur désir de parader avec des babioles et des habits voyants, ou leur donne le goût des alcools forts et nocifs.

  • 79 Espèce de mousse de lichen utilisée pour la teinture.
  • 80 E. Bouët-Willaumez, Commerce et Traite des Noirs aux côtes occidentales d’Afrique, Paris, 1845, pp (...)

48L’abolition progressive de la traite, effective seulement aux environs de 1860, obligera les États courtiers à une reconversion salutaire de leur commerce traditionnel. Au lieu d’êtres humains, ils exporteront des produits végétaux : l’huile de palme, l’arachide, le sésame, l’orseille79, la gomme copal, le cocnot, la noix palmiste, le coton, le tabac, le café, le bois de construction et de teinture et, vers la fin du siècle (1884 environ), le caoutchouc80.

  • 81 Cf. le cas du Loango décrit par le lieutenant Cordier, Archives de la Marine, série BB, 1942, Loan (...)

49Contrairement à ce que l’on pouvait attendre, et bien qu’il intéresse une plus grande partie de la population qu’auparavant, ce commerce nouveau ne fera qu’accélérer le déclin politique des États courtiers. Dans le troisième quart du xixe siècle, leur organisation sociale apparaîtra comme totalement dissoute dans l’anarchie81. Pourtant, le volume des échanges avec les Européens ne fait qu’augmenter tout au long du xixe siècle.

50Assisterait-on en fait à une déstructuration sociale, accompagnée d’une intensification progressive des échanges commerciaux et d’une mobilisation croissante des ressources humaines et agricoles ? On serait mieux en droit de souscrire à ce paradoxe, s’il était possible de l’étayer par des témoignages sur la vie dans l’intérieur pendant le dernier tiers du xixe siècle. Malheureusement, à notre connaissance, aucune constatation n’éclaire directement le problème.

51Bastian (1857) nous offre cependant un précieux témoignage, qui explique comment certains marchands noirs réussissaient à passer en toute sécurité à travers des régions où le morcellement de l’organisation politique était poussé à l’extrême :

  • 82 Adolf Bastian, Ein Besuch in San Salvador, Brème, 1859, pp. 129-130.

52« Chaque peuple, en Afrique, s’est assuré le monopole du commerce à l’intérieur de ses frontières. Il reçoit les marchandises à sa frontière et les transporte jusqu’à celle du voisin suivant, moyennant une taxe de transit, à payer par le propriétaire. [...] En plusieurs points de ma route, on me signala que j’étais tenu par la loi de renvoyer mes gens et d’engager comme porteurs des habitants du pays. Ce n’est que récemment que quelques modifications sont intervenues, en raison de la nécessité de communications régulières avec la côte, pour le commerce avec les européens. Quelques tribus ont su acquérir une sorte d’impunité [...] soit par le paiement d’un tribut, soit par la crainte des maléfices de leurs sorciers ; c’est ainsi que pour certains articles précieux, comme l’ivoire par exemple, ils peuvent former une caravane qu’on laisse passer à travers les différents territoires. Bien entendu, il n’y a aucun espoir d’obtenir d’eux le moindre renseignement, car toute leur politique tend à entourer ce commerce du plus grand mystère »82.

  • 83 Des exemples analogues de l’immunité des commerçants africains en territoire étranger, assurée par (...)

53Les mêmes forces surnaturelles, qui avaient autrefois servi de support à l’organisation politique des États noirs, réapparaissent ici sous forme de sorcellerie, unissant et protégeant un corps de métier83.

  • 84 Archives des Affaires étrangères, Gabon. Congo. vol. 89, « Richesse de la vallée du Congo. Importa (...)

54Au lieu de diriger leur commerce de leurs bateaux ancrés en rade, selon la coutume du xviiie siècle, les négociants européens du siècle suivant installeront des comptoirs à terre. Vers 1884, deux maisons françaises, quatre hollandaises, une belge, quatre anglaises et une portugaise tiennent des comptoirs en une vingtaine de points entre Loango et Ambriz84.

  • 85 Cf. notre travail, « Pesquisa sobre a presença européia na bacia do Congo realizada em arquivos de (...)

55L’implantation des Européens sur le continent conduira inévitablement à des frictions avec les Noirs et, pour défendre leurs droits, les Européens appelleront à l’aide des bâtiments de guerre de leurs pays respectifs, croisant dans les eaux de l’Atlantique. C’est ainsi qu’il y aura, entre 1845 et 1884, toute une série d’expéditions punitives contre des chefs noirs de la côte, accusés de violences envers les gérants des comptoirs. En 1849, 1861, 1869 et 1875, les Anglais interviennent à l’embouchure du Congo. En 1849, ce sont les Portugais, au même endroit. Les Français débarquent à Landana en 187685.

56Cette situation anarchique, issue de l’émiettement et de la désagrégation de l’organisation politique indigène, demeure dangereusement ambiguë en termes de droit international. Elle ne se stabilisera que lorsque, à la suite de la Conférence de Berlin, les puissances européennes occuperont et « pacifieront » les régions qui leur seront assignées.

  • 86 R. T. Ansley, Britain and the Congo in the 19th century, p. 46.
  • 87 Cf. J. Scott Keltie, The Partition of Africa, Londres 1893, pp. 140-141. L’attitude de la France a (...)
  • 88 Cf. texte du traité, in R. T. Anstey, Britain and the Congo..., pp. 241-246.
  • 89 Des mouvements hostiles au traité se manifestèrent au Portugal et en Angleterre, mais pour des mot (...)

57La Conférence, convoquée en 1884 par Bismarck, eut pour origine immédiate le revirement soudain de la politique de l’Angleterre à l’égard d’une revendication portugaise, lancée dès 1855 et concernant la côte entre Ambriz et le 5e degré 12’de latitude sud86. Après l’avoir longtemps repoussée, en commun avec la France87, le ministre britannique des Affaires étrangères, Lord Granville, signa brusquement avec le Portugal, le 26 février 1884, un traité reconnaissant la souveraineté portugaise entre 5° 12’et 8° de latitude sud88. Bien que non ratifié par le Parlement britannique, cet acte suscita une tempête de protestations de toutes les autres puissances89 et précipita la convocation de la Conférence.

  • 90 On peut déjà reconnaître ce projet, sous une forme embryonnaire, dans un memorandum interdéparteme (...)

58Dès avant la signature, on pensait généralement que l’Angleterre, craignant de voir l’embouchure du Congo passer sous le contrôle de l’Association internationale, ou de la France, s’était décidée à se l’assurer à elle-même, mais par pays interposé – le Portugal, en l’occurrence90.

59L’ambassadeur de France à Lisbonne écrivait à Paris le 14 février 1883 :

  • 91 Archives de la Marine, série BB4 1943, M. de Laboulaye à M. Challemel-Lacour, 14 février 1883.

60« Les exigences du Gouvernement anglais [...] ont pour objet de lui assurer une sorte de suzeraineté sur un territoire que le Portugal ne serait admis à occuper qu’à titre de vassal »91.

61Dans son rapport à Paris le 18 mai 1883, le ministre de la République française à Bruxelles, le comte de Montebello, affirmait :

  • 92 Ibid., M. le comte de Montebello à Challemel-Lacour, 18 mai 1883.

62« Je sais en effet de source assez autorisée, par une personne qui, faisant partie de l’Association Internationale Africaine, et ayant beaucoup vécu en Angleterre, a conservé dans le pays des relations sérieuses, que Lord Granville n’a pas encore abandonné tout espoir de conclure avec un État aussi secondaire que le Portugal une convention, qui livre à sa discrétion un allié dont il est disposé à soutenir les vastes prétentions sur le sol africain, et dont il pourra user à sa guise »92.

63A Londres, l’ambassadeur de France estimait que l’Angleterre allait tout simplement se substituer au Portugal dans les parages en question :

  • 93 Ibid., M. Tissot à M. Fallières, Président du Conseil, 16 février 1883.

64« L’impression de la plupart de mes collègues est que l’Angleterre ne soutient les prétentions du Portugal que pour faire échec à nos projets d’établissement sur la rive droite du Congo, et quelques-uns d’entre eux vont jusqu’à supposer que le Cabinet de Londres pourrait bien avoir l’arrière-pensée de substituer plus tard son action, dans des circonstances données, à celle du Gouvernement de S.M.T.F. [le roi de Portugal] »93.

  • 94 Cf. texte du traité in R. T. Anstey, Britain and the Congo..., p. 241.

65Les rapports des trois ambassadeurs ne font pas état d’un fait significatif : l’Angleterre, tout en se montrant disposée à reconnaître la souveraineté portugaise sur le Congo, entendait assortir cette reconnaissance d’une exigence destinée à faire apparaître son initiative comme inspirée de sentiments d’équité et de justice envers d’autres nations : le Portugal serait tenu d’assurer à toutes les nations la liberté d’accès et de commerce dans les régions acquises par lui, sans y imposer de droits de douane94.

66C’était là pour l’Angleterre une générosité peu coûteuse, car ses produits manufacturés, aux prix hautement compétitifs n’avaient rien à craindre de ceux d’autres pays, moins industrialisés.

  • 95 S. E. Crowe, The Berlin West African Conference, Londres, 1942. pp. 148-149.

67La Conférence de Berlin, ayant mis en échec la politique libre-échangiste de l’Angleterre, en conserva néanmoins le principe, mais en confia l’application, dans l’embouchure du Congo à l’Etat indépendant. Celui-ci devint propriétaire de tout le bassin congolais, à condition de n’élever aucune barrière douanière à rencontre d’autres pays95.

  • 96 Alain Stenmans, La Reprise du Congo par la Belgique, Bruxelles, 1949, pp. 132-133.

68En 1892, l’État indépendant parvint à arracher aux États signataires de l’Acte de Berlin, « après de multiples réticences » et « comme de guerre lasse », l’autorisation d’établir des droits d’entrée. Par un protocole, signé le 8 avril 1892, les trois puissances ayant des possessions dans la zone occidentale du bassin conventionnel – France, Portugal, État indépendant – décidèrent d’unifier leur régime douanier. Les droits de douane furent fixés à 6 % ad valorem sauf pour les armes, les munitions et la poudre, taxés à 10 %. L’exportation d’ivoire et de caoutchouc se vit frappée de 10 % ad valorem, celle de l’arachide, du café, du copal rouge, du copal blanc, de l’huile de palme, des noix palmistes et du sésame à 50 %96.

69Ce fut ainsi que la côte de l’ancienne Basse-Guinée passa de l’ère de la traite à celle de la colonisation.

Notes

1 Sur l’histoire des Bateke, nous attendons la parution très prochaine de l’étude de Jan Vansina.

2 M. Alfredo Margarido prépare actuellement une thèse sur l’histoire économique de l’empire Lunda.

3 Nous parlerons du Matamba et du Cassange au chapitre suivant.

4 Cf. E. G. Ravenstein, « A Sketch of the History of Kongo », in The Strange Adventures of Andrew Battel, p. 104. L’auteur ne donne pas ses sources.

5 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 518.

6 Pigafetta, lib. I, cap. v.

7 L’auteur d’un document de 1607 (cf. M.M.A., vol. V, pp. 241-242) affirme que le Kakongo et l’Angoï sont indépendants à cette date. Battell (1610) parle de l’Angoï comme de « la première province de Loango » (cf. E. G. Ravenstein, op. cit., p. 42). D’après ces deux témoignages, on peut situer l’indépendance de ces deux États vers le premier quart du xviie siècle.

8 L’abbé Proyart (1776) notera que « cette étendue de pays est divisée en plusieurs Royaumes, dont le plus remarquable est celui de Loango ». Cf. abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 7.

9 Abbé Proyart, op. cit., loc. cit.

10 Cf. E. G. Ravenstein, op. cit., p. 42, note 6.

11 Archives de la Marine, Paris, série BB4 1942. Le lieutenant Cordier à M. le Ministre, n° 7, Loango, 14 mars 1883, annexe D. « Situation politique du royaume de Loango et influence des Portugais sur cette côte ».

12 Abbé Proyart, op. cit., p. 8.

13 Andrew Battell (1610), in E. G. Ravenstein, op. cit. Dapper affirme qu’il s’agit des frères du roi (cf. Naukeurige Beschrijvinge, p. 329).

14 O. Dapper, op. cit., p. 519.

15 O. Dapper, op. cit., pp. 533-534.

16 Abbé Proyart, op. cit., pp. 124-125.

17 Cf. M.M.A., vol. VI, p. 480, et Pierre van den Broecke, Voyages (1605), Amsterdam, 1705, p. 344.

18 Cf. C. Vrijman, « Quelques notices sur l’histoire de la traite négrière des Hollandais », in Bulletin de la Section de Géographie, t. 51 (1936), p. 110.

19 Cavazzi, lib. V, § 54-58.

20 Cf. J. Cuvelier, Documents sur une Mission française au Kakongo (1766-1776), Mémoire I.R.C.B., t. XXX, fasc. I (1953).

21 L. Degrandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait dans les années 1786 et 1787, Paris, 1801, t. I, p. xxvi.

22 Cf. Document des Archives de la Marine cité ci-dessus.

23 M.M.A., vol. II, p. 38.

24 M.M.A., vol. V, pp. 241-242.

25 Cf. E. Bouët-Willaumez, Commerce et Traite des Noirs aux côtes occidentales d’Afrique, Paris, 1845, p. 164.

26 M.M.A., vol. X, p. 115.

27 Rosario del Parco (1760), in L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo et rite d’élection des rois en 1775 », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 375. Les habitants « refusent l’entrée aux Blancs portugais ».

28 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1775, p. 124.

29 Anon., Journal d’un Voyage sur les côtes d’Afrique et aux Indes d’Espagne..., Rouen, 1723, p. 218.

30 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River or the Zaire in the year 1700 », in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londres, 1732, vol. V, p. 503.

31 Abbé Proyart, op. cit., p. 124.

32 D. Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin van Alstein, capitaine négrier, Mém. I.F.A.N., n° 71, Dakar, 1964, p. 162.

33 Cf. J. Cuvelier, Documents sur une Mission française au Kakongo, 1766-1776, Mém. I.R.C.B., t. XXX, fasc. I (1963), p. 48 (Kakongo) ; Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, Paris, 1723-1730, p. 1071 (Angoï) ; Jean Barbot, in Churchill, op. cit., p. 503 (Soyo).

34 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1071.

35 Cf. Pigafetta (1587), lib. I, cap. viii (Pigafetta écrit « Motolo » ; Dapper (1688) l’appelle « un village », cf. O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 578).

36 Cadornega (1680-1681), in P.M., p. 270.

37 Rosario del Parco (1760), in L. Jadin, « Aperçu... », art. cit., p. 384.

38 Gastão Sousa Dias, Os Portugueses em Angola, p. 221.

39 Ibid., op. cit., p. 294.

40 Marquis de Sá da Bandeira, Faits et Considérations relatifs aux droits du Portugal sur les territoires de Molembo, Cabinda et d’Ambriz, Lisbonne, 1885, pp. 36-40.

41 Hélio A. Esteves Felgas, História do Congo Português, Carmona, 1958, p. 103.

42 António Almeida, « Relações com os Dembos... », in I Congresso da História da Expansão Portuguesa no Mundo, Lisbonne, 1938, 4a Secção, vol. III, p. 71.

43 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 533.

44 Anon., Journal d’un Vogage sur les côtes d’Afrique et aux Indes d’Espagne..., Rouen, 1723, p. 117 (voyage de 1702-1706).

45 L. Degrandpré, Vogage à la côte occidentale d’Afrique, Paris, 1801, t. II, p. 58.

46 Abbé Proyart, op. cit., p. 158.

47 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, Paris, 1723, p. 1070.

48 Ibid., p. 1071.

49 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 510.

50 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1071.

51 « Pièce – c’est aussi une sorte de monnaie de compte, ou plutôt de manière de compter, en usage parmi les Nègres de la côte d’Angola en Afrique, particulièrement à Malembe et à Cabinda », cf. Jacques Savary des Bruslons, op. cit., art. « pièce ».

52 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 504 (Soyo-1700) ; Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1069 (Loango-début xviiie siècle).

53 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1069.

54 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 504.

55 M.M.A., vol. II, p. 234.

56 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., p. 1069.

57 Jean Barbot, in Churchill, Voyages, vol. V, p. 504.

58 Anon., Journal d’un Voyage sur les côtes d’Afrique et aux Indes... commencé en 1702 et fini en 1706, Bouen, 1723, p. 139, et Jacques Savary des Bruslons, op. cit., pp. 1069-1070.

59 D. Rinchon, Pierre-Ignace-Lievin Van Alstein, p. 109.

60 Ibid., p. 172.

61 Ibid., p. 253.

62 Ibid., p. 310.

63 Ibid., P. Labarthe, Voyage à la côte de Guinée..., Paris, 1803, pp. 291-293.

64 D. Rinchon, op. cit., p. 256.

65 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola, vol. I, p. 54, note 2.

66 D. Rinchon, op. cit., p. 256.

67 Ibid., p. 308.

68 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 155.

69 Le terme « Angole » ou « Angola » est employé par les Français, à l’époque, pour désigner non l’Angola portugais, mais la côte entre le Loango et Ambriz.

70 P. Labarthe, Voyage à la côte de Guinée, Paris, 1803, p. 198.

71 L. Degrandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait en 1786 et 1787, Paris, 1801, t. I, pp. xxii-xxiii.

72 Bryan Edwards, The History Civil and Commercial of the British Colonies in the West Indies, Dublin, 1793, vol. II, p. 50 (« Je pense que, du cap Lopez au fleuve Congo, le commerce est surtout accaparé par les Hollandais et les Français. Au sud du fleuve, les Européens ne font guère de commerce, sauf les Portugais »).

73 Abbé Proyart, op. cit., p. 155.

74 P. Labarthe, op. cit., p. 198.

75 Cf. R. T. Anstey, Britain and the Congo in the 19th Century, Oxford, 1962, pp. 19-20.

76 Archives des Affaires étrangères, Gabon, Congo, vol. 89. Doc. s.d.n.l.

77 Nous expliciterons davantage au chapitre suivant cette comparaison avec l’Angola.

78 Abbé Proyart, op. cit., p. 159.

79 Espèce de mousse de lichen utilisée pour la teinture.

80 E. Bouët-Willaumez, Commerce et Traite des Noirs aux côtes occidentales d’Afrique, Paris, 1845, pp. 163-171. Charles Jeannest, Quatre années au Congo [1869-1873], Paris, 1883, pp. 266-267, et Archives des Affaires étrangères, Gabon. Congo, vol. 89, « Richesse de la Vallée du Congo. Importance du Commerce », s.d.n.l. (vers 1884).

81 Cf. le cas du Loango décrit par le lieutenant Cordier, Archives de la Marine, série BB, 1942, Loango, 15 mars 1883 (« ... le roi Manimacosso ne représente plus qu’une autorité purement nominale, dépendant absolument de ses prétendus sujets... »).

82 Adolf Bastian, Ein Besuch in San Salvador, Brème, 1859, pp. 129-130.

83 Des exemples analogues de l’immunité des commerçants africains en territoire étranger, assurée par la sorcellerie, se trouvent ailleurs en Afrique, dans le sud de l’Angola et au Nigéria – cf. Ingeborg Schonberg-Lothholz, « Die Karawanenreisen der Tjaka um 1900 », in Estudos Etnográficos 1, Memorias e Trabaihos do Instituto de Investigação Ciêntifica de Angola, 2, Luanda, 1960, pp. 109-128 ; et Simon Ottenberg, « Ibo Oracles and Intergroup Relations », in South-western Journal of Anthropologg, vol. 14, n° 3 (1958), pp. 295-317.

84 Archives des Affaires étrangères, Gabon. Congo. vol. 89, « Richesse de la vallée du Congo. Importance du Commerce », s.d.n.l.

85 Cf. notre travail, « Pesquisa sobre a presença européia na bacia do Congo realizada em arquivos de Paris » [1850-1884], in Boletim da Filmoteca Porluguesa, n° 20, Lisbonne, 1962, pp. 44, 46 et 47-56 ; cf. aussi R. T. Anstey, Britain and the Congo in the 19th Century, Oxford, 1962, pp. 16-17.

86 R. T. Ansley, Britain and the Congo in the 19th century, p. 46.

87 Cf. J. Scott Keltie, The Partition of Africa, Londres 1893, pp. 140-141. L’attitude de la France apparaît dans les pièces conservées dans les archives de la Marine française, cf. notre travail « Pesquisa sobre a présença européia... », in revue citée, pp. 31-118.

88 Cf. texte du traité, in R. T. Anstey, Britain and the Congo..., pp. 241-246.

89 Des mouvements hostiles au traité se manifestèrent au Portugal et en Angleterre, mais pour des motifs diamétralement opposés.

90 On peut déjà reconnaître ce projet, sous une forme embryonnaire, dans un memorandum interdépartemental, daté du 28 avril 1858, du fonctionnaire du Foreign Office W. H. Wylde, cf. R. T. Anstey, Britain and the Congo..., pp. 51-52.

91 Archives de la Marine, série BB4 1943, M. de Laboulaye à M. Challemel-Lacour, 14 février 1883.

92 Ibid., M. le comte de Montebello à Challemel-Lacour, 18 mai 1883.

93 Ibid., M. Tissot à M. Fallières, Président du Conseil, 16 février 1883.

94 Cf. texte du traité in R. T. Anstey, Britain and the Congo..., p. 241.

95 S. E. Crowe, The Berlin West African Conference, Londres, 1942. pp. 148-149.

96 Alain Stenmans, La Reprise du Congo par la Belgique, Bruxelles, 1949, pp. 132-133.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search