Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Troisième partie. L'influence européenne (Les mutations)

Chapitre XV. L’acculturation

Texte intégral

1. LES NOUVEAUX INSIGNES DE SOUVERAINETÉ

1Comme nous l’avons vu dans un précédent chapitre, les articles de fabrication européenne, que les Portugais introduisaient chez les Congolais en même temps que le christianisme, leur paraissaient tout aussi chargés de puissance sacrée que les paroles des missionnaires.

2Afin de rehausser l’éclat de leur majesté, les rois congolais n’ont pas hésité à choisir certains de ces objets comme insignes de souveraineté et même, parfois, à les substituer à des insignes traditionnels.

3Voici comment, dans le premier quart du xviie siècle, le roi se présentait à la vue de ses sujets :

  • 1 M.M.A., vol. VII, p. 382 (doc. de 1625).

4Il donnait audience « assis sur une chaise à dossier, de tissu cramoisi à clous dorés, posée sur un très beau tapis, le bas du corps somptueusement revêtu d’un riche tissu jaune du pays ; au cou, il avait de nombreuses chaînes d’or et des colliers de corail à même la peau ; il portait un manteau de damas jaune rayé de velours ; sur la tête, il avait une coiffure toute brodée d’or et la couronne royale ; aux doigts, beaucoup de beaux anneaux d’or. A sa droite, se tenait le Manilumbo, son favori le plus intime, qui est le premier dignitaire après le roi, avec un sceptre dans la main droite, et tenant de la gauche une queue de cheval, avec laquelle il chassait de temps à autre les mouches autour du roi »1.

  • 2 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 132 (texte de la fin (...)
  • 3 D’après Proyart, « Les rois de Kakongo ne peuvent posséder ni même toucher, des différentes marcha (...)
  • 4 Rui de Pina, Croniqua de el-Rey Dom Joham II, cap. lx.
  • 5 P.M., p. 200 et P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 107.
  • 6 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 123.

5La chaise remplace l’estrade ou le trône de l’époque pré-européenne, le tapis, la natte en fibres de palmiers2. Le roi porte toujours une étoffe indigène à même le corps et non un tissu européen, de crainte qu’un matériau étranger n’altère le caractère sacré de sa personne. Cette attitude typique se rencontre chez d’autres souverains d’Afrique3. Le chapeau du roi remplace le mpu, couvre-chef traditionnel tissé de feuilles de palme4. La couronne, évidemment d’origine européenne, n’est pas celle d’argent doré offerte plus tard, en 1648, par le pape Innocent X au roi D. Garcia II5, et emportée par les Portugais après la bataille d’Ambuíla. Notons au passage qu’à la fin du xixe siècle le roi aura pour toute coiffure un vieux casque colonial6.

  • 7 Rui de Pina, Croniqua, cap. lx, et M.M.A., vol. VII, p. 382 (texte de 1625).
  • 8 Cf. Andrew Battell, in E.G. Ravenstein, The Strange Adventures of Andrew Battell, p. 75 (« Le béta (...)

6Le chasse-mouche nsesa, que tenait le Mani-Lumbu debout à côté du roi, était traditionnellement une queue de buffle ; dès le xve siècle, c’est une queue de cheval7. Au xviie siècle, des quantités de queues de cheval seront importées de La Plata et vendues aux petits chefs au Congo et en Angola. Chaque queue valait deux esclaves8.

  • 9 Il remplaça la « bannière du Christ, offerte par les Portugais au roi D. João I en 1491 (cf. Rui d (...)

7Les Portugais firent cadeau au roi D. Afonso I d’un « étendard du Christ », lui assurant qu’il lui donnerait toujours la victoire sur ses ennemis9. Cet objet fait partie des insignes de souveraineté en 1624, mais il n’est pas mentionné après cette date. Voici comment le décrit un témoin d’alors :

  • 10 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. (...)

8« Avec l’aigle royal aux armes du Congo [...] il comportait cinq mains avec cinq épées, dans un écusson armé d’une croix et habit du Christ, en mémoire des mains que ce saint (sic) [D. Afonso I] vit lors de la bataille miraculeuse qu’il livra contre son frère »10.

  • 11 M.M.A., vol. I, p. 528.

9Si D. Afonso I croyait en la puissance de ce « fétiche » chrétien, il ne semble pas avoir pour autant renoncé à emmener, dans ses guerres, « en guise de bannières », « les peaux et les choses d’autrefois ». Le roi de Portugal le note dans une lettre qu’il lui adresse en 1529, et s’en dit « fort étonné »11.

2. L’ÉCHEC DE LA TENTATIVE DE TRANSFORMATION DES INSTITUTIONS JURIDIQUES

  • 12 João de Barros y fait allusion au Monomotapa (cf. João de Barros, Décadas da Asia, Lisbonne, 1552, (...)

10De même que dans de nombreuses autres sociétés africaines, on recourait à l’ordalie, chez les Congolais, pour désigner le coupable en cas de litige12.

  • 13 Cf. J. Gossweiller, « Nomes Indigenas de Plantas de Angola », in Agronomia Angolana, Luanda, n° 7 (...)
  • 14 Une description impressionnante d’une ordalie au Congo est donnée par Charles Jean-nest, Quatre An (...)

11L’ordalie traditionnelle consistait à obliger l’accusé à boire un breuvage contenant de l’écorce de l’arbre Nkaza (erythrophloeum Le-Testu (A. Chev.)13. Innocent, il devait résister au poison, coupable il succombait14.

  • 15 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo », in Bull de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. X (...)

12Malgré les tentatives des missionnaires pour l’extirper – à son couronnement, le roi devait promettre au père officiant d’y renoncer –, l’ordalie ne fut jamais abandonnée15.

  • 16 Cf. L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fas (...)

13En 1700, Bernardo da Gallo écrivait que « les nobles, les mariés et ceux qui communient habituellement ne prennent pas l’ingassa (Nkaza), mais se font remplacer, lorsqu’ils y sont obligés. D’autres ne veulent le prendre en aucune manière, sachant que c’est une chose païenne, diabolique, contre Dieu »16.

  • 17 Cf. L. Jadin, « Relation sur le Royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 (...)

14A la fin du xviiie siècle, l’usage en est redevenu général17.

  • 18 Instructions à Simão da Silva (1512), in M.M.A., vol. I, pp. 233-234.
  • 19 Livro das Ordenações Manuelinas, Lisbonne, éds. de 1512 ou 1513, 1514 et 1521.
  • 20 M.M.A., vol. I, p. 374.
  • 21 Ibid., pp. 233-234 (texte de 1512).
  • 22 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 202.
  • 23 João de Barros, Décadas da Asia, déc. I, liv. III, cap. x.

15D. Afonso I, nous l’avons vu dans un chapitre précédent, avait voulu instaurer dans son royaume une justice à la portugaise18, mais il dut reconnaître que le code manuélin19 était trop compliqué pour servir de modèle20. Les Portugais désiraient introduire l’audition de témoins21, et Cuvelier prétend que cette innovation fut adoptée ; il en donne comme preuve une maxime recueillie par lui : Nkanu ye mbangi Kinkwika (sans témoins, il n’y a pas de procès)22. Pourtant, comme l’audition de témoins est attestée au Monomotapa par João de Barros (1552), il ne semble pas que cette pratique, au Congo, soit due à une influence portugaise23.

16Dans le domaine juridique, l’influence européenne n’aurait donc conduit à aucune mutation durable.

3. LES MODIFICATIONS DE L’HABILLEMENT

17C’est surtout dans l’apparence extérieure que l’influence des Européens se fit sentir, et cela très rapidement.

  • 24 Pigafetta, 11b. II, cap. vii (p. 119 de la traduction française de Willy Bal). Un texte de la fin (...)

18« Après que ce royaume eut reçu la foi chrétienne », dit Pigafetta (1587), « les grands de la cour commencèrent à s’habiller selon les usages des Portugais ; ils revêtirent des manteaux, des capes, des paletots d’écarlate et de soie, chacun selon ses moyens ; ils se mirent à se coiffer de chapeaux et de bonnets, à se chausser de sandales de velours et de cuir, de bottines à la mode portugaise [...] Les femmes aussi se vêtent à la portugaise, sauf qu’elles ne portent pas de manteau, mais elles se couvrent la tête d’un voile et posent par-dessus un bonnet de velours noir orné de joyaux et plusieurs chaînes d’or au cou »24.

  • 25 Ibid., p. 119 de l’édition citée.
  • 26 J. Cuvelier et L. Jadin, op. cit., loc. cit.

19Tout ce luxe est limité aux membres de la caste dirigeante. « Les hommes du peuple gardent l’ancien usage », c’est-à-dire qu’ils se vêtent d’« étoffes faites de palmes ». « Seules les dames de la cour s’ornent de la façon qu’on vient de décrire »25. « Les pauvres vont nu-pieds »26.

  • 27 Ibid., op. cit., p. 201.
  • 28 Cavazzi, lib. I, § 343.

20Nul doute que les tissus européens contribuèrent à rendre plus prononcé et plus matériellement évident un clivage social, auparavant moins fondé sur des facteurs économiques que politiques. « Par ostentation de richesse ou pour rehausser l’autorité royale, le roi change souvent d’habillement », note un témoin en 159527. « C’est par la diversité des habits qu’on distingue la qualité des gens », observe Cavazzi28.

  • 29 José de Oliveira Ferreira Diniz, Popufapões Indígenas de Angola, Coïmbre, 1918, p. 41.

21Curieusement, l’usage de ces tissus n’a pas fait apparaître la profession de tailleur, pas même au xxe siècle29.

4. LA RÉVOLUTION AGRICOLE

22Peu après avoir découvert le Congo, les Européens y apportèrent deux plantes alimentaires venues d’Amérique, qui seront universellement adoptées par les Congolais : le maïs et le manioc.

  • 30 Pigafetta, lib. II, cap. i.
  • 31 Cavazzi, lib. I, g 51.
  • 32 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 89.
  • 33 Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo, p. 68.
  • 34 J. Cuvelier, Documents sur une Mission Française au Kakongo, 1766-1776, in Mémoire I.R.C.B., t. XX (...)

23Le maïs est mentionné pour la première fois par Pigafetta (1587), qui en parle comme de « la plus vile » des céréales et celle que l’on donne aux porcs30. ; il n’était alors cultivé, semble-t-il, que par les Européens. Ce n’est qu’au milieu du xviie siècle qu’il deviendra la céréale « la plus commune »31, dont les Congolais « possèdent toujours une grande quantité »32. Mateo de Anguiano note en 1716 qu’ils en ont « en abondance »33. Il est cependant peu cultivé au nord du fleuve, où le climat est très humide ; en 1770, les Noirs de Kakongo en sèment « très peu »34.

  • 35 R. Portères, « Berceaux agricoles primaires sur le continent africain », in Journal of African His (...)
  • 36 Pierre Gourou, « Les Plantes alimentaires américaines en Afrique tropicale, Remarques Géographique (...)
  • 37 Cavazzi, lib. I, § 52.
  • 38 Pierre Gourou, art. cit., loc. cit.

24Le maïs a-t-il réellement opéré une révolution dans l’agriculture africaine ? Roland Portères le croit et l’appelle « briseur de famine et de disette »35 ; mais Pierre Gourou affirme que l’Afrique du xve siècle ne mourait pas de faim... qu’elle « avait de bonnes céréales »36. Cette opinion de Gourou est démentie par le témoignage de Cavazzi : « Les lamentations sans fin des paysans affamés attendriraient un cœur de pierre. Toute la journée, ils ne cessent de répéter cette douloureuse chanson, Imcafuanzale, Imcafuanzale, je meurs de faim, je meurs de faim »37. Il ne semble pas, comme l’affirme Gourou, que « les apports amérindiens ont été acceptés avec beaucoup d’entrain »38. Il fallut près d’un siècle pour que la culture du maïs se généralise dans l’Ancien Congo, et pourtant le maïs permet deux récoltes par an, ce qui n’était pas possible avec les céréales traditionnelles.

  • 39 Jean François de Rome, Brève Relation, éd. Bontinck, p. 90.
  • 40 Cavazzi, lib. I, § 87.
  • 41 Ibid., 286 (Gli habitatori delle spiagge cotidianamente se ne seruono in vece di pane).

25Plus profondément que le maïs, c’est le manioc qui, sans doute, révolutionna l’agriculture africaine. Jean François de Rome en a vu à São Salvador en 164839. Dans la seconde moitié du xviie siècle, il devient, selon Cavazzi, « universellement utilisé en diverses façons tant par la noblesse que par le peuple » 40, mais il semble qu’il ne s’agisse, ici encore, que des populations habitant près de la côte41.

  • 42 António Barroso, in A. Brásio, António Barroso, Missionário, Cientista, Missiólogo, Lisbonne, 1961 (...)
  • 43 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola (1792), vol. I, p. 139 (« La côte de Cabinda e (...)
  • 44 António Barroso, in A. Brásio, op. cit., p. 65.

26En 1889, le missionnaire António Barroso écrivait qu’à São Salvador il formait « la base de l’alimentation indigène et qu’on le préférait au maïs » 42. Au nord du fleuve, à Cabinda et à Malemba, le manioc est abondamment cultivé à la fin du xviiie siècle43. Dans la seconde moitié du xixe (1886), les céréales traditionnelles – sorgho, millet, pennisetum et éleusine – auront presque complètement disparu de l’économie congolaise44.

  • 45 Cf. Pierre Gourou, art. cit., pp. 57-58.
  • 46 Cavazzi, lib. I, § 51 (cf. aussi António Barroso (1886), in A. Bràsio, op. cit., p. 58).

27L’introduction du manioc fut-elle un bienfait pour les Congolais ? S’adaptant facilement à des sols et à des climats différents, inaccessible aux oiseaux déprédateurs, il présente néanmoins de graves inconvénients : très pauvre en protéines et en vitamines, il fait apparaître des maladies de malnutrition, telles que le kwashiorkor45. L’introduction parallèle, au xviie siècle, dont parle Cavazzi46, de l’arachide (arachis hypogoea) riche en protéines a sans doute pallié ces inconvénients, mais jusqu’à quel point ? Faute de données scientifiques, nous ne sommes pas en mesure de le déterminer.

  • 47 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 96. Cf. aussi W. R. Stanton, Grain Legumes in Afr (...)
  • 48 Jean François de Rome, op. cit., p. 96.
  • 49 Ibid., p. 94.
  • 50 Cavazzi, lib. I, § 79.
  • 51 Pigafetta, lib. II, cap. i, et Cadornega, op. cit., t. III, p. 370.
  • 52 Pigafetta, loc. cit.

28Les Européens introduisirent encore d’autres plantes alimentaires : les haricots américains (phaseolus vulgaris et phaseolus lunatus)47, la patate douce48, l’ananas49, le goyave50, le cocotier51 et les agrumes52.

  • 53 Cavazzi, lib. II, § 83.
  • 54 Jean François de Rome, Brève Relation, p. 91.
  • 55 Ibid., p. 91.
  • 56 M.M.A., vol. VI, pp. 375-377.
  • 57 Cf. G. Simonetti, « P. Giacinto Brugiotti da Vetralla e la sua missione al Congo », in Bol. soc. g (...)
  • 58 António Barroso, in A. Brásio, António Barroso..., p. 66.

29Le tabac53 et la vigne54 sont également introduits au milieu du xviie siècle, mais l’abondance de vin est telle, que les Portugais font arracher les ceps pour mieux vendre leur vin de la métropole et des Canaries en échange des esclaves55. En 1619, l’évêque Manuel Baptista pensait que les excès de vin mèneraient les Congolais à leur perdition56, et au milieu du siècle Giacinto Brugiotti da Vetralla parlait de leur « passion de fumer ; ils supporteraient plutôt la faim et la soif que d’être privés de fumer »57. Pourtant António Barroso notait, en 1886, que le Congolais prise plus qu’il ne fume58.

  • 59 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 99.
  • 60 H. H. Johnstone, « On the Races of the Congo and the Portuguese Colonies in Western Africa », in J (...)
  • 61 Cadornega (1680-1681), t. III, p. 352.
  • 62 António Barroso, in A. Brásio, António Barroso..., pp. 113-114.

30Parmi les animaux domestiques introduits de l’extérieur, on compte le chat59, le canard de Barbarie60, la dinde, l’oie et le pigeon61. A la fin du xixe siècle (1883), pour des raisons que l’on ignore (la tsé-tsé peut-être ?), le bœuf a disparu de São Salvador ; le mouton et la chèvre y sont rares62.

  • 63 Cf. Charles Jeannest, Quatre Années au Congo [1869-1873], Paris, 1883, pp. 266-267. Aucun de ces d (...)

31Dans la seconde moitié du xixe siècle, l’abolition de la traite oblige les Congolais à une reconversion de leur commerce traditionnel : ils doivent se tourner vers l’exportation de produits végétaux. Vers 1870, l’huile de palme devient l’une des principales exportations au nord du fleuve, l’arachide au sud63.

5. L’APPARITION DE MARCHANDS NOIRS

  • 64 Dans l’empire Luanda, le monopole royal du commerce est toujours en vigueur au milieu du xixe sièc (...)

32Dans l’Afrique traditionnelle, un individu n’avait aucune possibilité d’établir à titre privé des échanges avec des contrées éloignées. Tout commerce à longue distance était l’affaire du pouvoir, et son organisation faisait partie du domaine politique et non de l’économique64.

  • 65 Sur le mot Pombeiro, cf. l’étude très fouillée de Willy Bal, « Portugais Pombeiro, commerçant ambu (...)

33Au Congo, le contact européen a vite fait apparaître le Pombeiro65. Ce peut être un Blanc ou un Noir, le plus souvent c’est un Métis ; travaillant pour le compte de négociants portugais de São Salvador ou de Luanda, il voyage dans l’intérieur pour y échanger des tissus et autres objets contre des esclaves et de l’ivoire. Nous laisserons de côté le Pombeiro, lié au monde européen. Ce qui nous intéresse ici, c’est de déceler l’évolution de marchands noirs, distincts des agents du roi africain chargés de l’exécution d’opérations commerciales pour le compte de ce dernier.

  • 66 M.M.A., vol. I, pp. 489-490.

34En 1526, une lettre du roi D. Afonso I fait état de l’existence d’individus qui, mus « par l’envie immodérée qu’ils ont de posséder des marchandises de Portugal [...] et afin de satisfaire leur appétit démesuré, enlèvent de nombreux sujets libres [...] et les vendent aux négociants blancs »66. Plutôt que d’une ébauche de commerce privé, il s’agirait là d’un banditisme occasionnel.

35Vers la fin du xvie siècle, on voit poindre chez certains membres de la caste dirigeante congolaise une tendance à opérer des échanges à distance, par l’intermédiaire de leurs esclaves :

  • 67 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 135 (texte de la fin (...)

36« Ceux qui sont puissants ont un grand nombre d’esclaves qu’ils ont capturés à la guerre ou qu’ils ont achetés. Par ces esclaves, ils trafiquent en les envoyant aux marchés, où ils achètent ou vendent selon que l’ordonne leur maître »67.

37Ces « puissants » ne sont pas à proprement parler des commerçants : il s’agit en fait d’une organisation bureaucratique. Seuls ceux qui sont au sommet de la société peuvent se livrer au commerce ; nul autre ne peut y accéder, ni s’enrichir par ce moyen.

38Au milieu du xviie siècle, le marchand proprement dit n’a pas encore apparu dans le royaume du Congo :

  • 68 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 115.

39[Les gens du Congo] « sont fort étrangers au commerce et au trafic de marchandises. Il s’ensuit qu’ils n’accumulent pas d’argent [...] Les riches et les nobles, qui ont beaucoup d’esclaves et de possessions, font un peu de commerce... »68.

  • 69 Cf. J. Cuvelier, « L’Ancien Royaume du Congo d’après Pierre van den Broecke », in Bull. des Séance (...)
  • 70 Cavazzi, lib. IV, § 80.
  • 71 Cadornega, t. II, p. 271. Ceux que Burton rencontra au xixe siècle près de Calumbo, non loin de Lu (...)

40C’est au nord du fleuve que l’on voit s’esquisser une classe de marchands. Il s’agit des Mubires ou Mubiris, sans doute les Bavili, dont Pierre van den Broecke parle dès 1611, comme de sujets du roi d’Angoï69. Cavazzi (1654-1667) les assimile aux porteurs70 ; Cadornega (1680-1681) évoque les Pombeiros et les Mubiris, qui sont « comme des gitans »71.

  • 72 Cf. L. Jadin, « Les Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull-de l’inst. (...)

41Déjà, en 1642, F. Cappelle avait noté que les Noirs de Loango « ... s’en vont en groupes de quarante à cinquante hommes vers le Pombo [Pumbo – Bateke] et d’autres lieux, même au Congo et à Luanda, pour pratiquer le commerce »72.

  • 73 A notre connaissance, la première référence à des marchands agissant seuls date de la fin du xixe (...)

42Mais le témoignage de Cappelle ne permet pas de savoir avec certitude si ces groupes sont effectivement des Mubires, ni si leur initiative est d’ordre privé ou politique. Il faut attendre la fin du xviie siècle pour avoir des preuves plus solides de l’existence de marchands ; mais il s’agira alors toujours de groupes et jamais d’individus isolés73.

  • 74 Ralph Delgado, História de Angola, vol. IV, p. 73.
  • 75 L. Jadin, « Relation sur le Royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 17 (...)

43Voilà qu’en 1683 les Portugais de Luanda se plaignent que les Mubires (que dans le document de l’époque on appelle Mubins) viennent jusque dans le Matamba concurrencer efficacement leurs Pombeiros, en vendant des fusils et de la poudre qu’ils achètent aux négociants hollandais et français au Loango74. A la fin du xviiie siècle, les Mubires agissent en tant qu’intermédiaires dans la traite entre les régions de Nsundi, d’une part, le Soyo et le Cabinda de l’autre75. Ils traversent ainsi une grande partie de l’espace occupé par l’ancien royaume du Congo.

44Jusqu’à quel point ces marchands pratiquaient-ils le commerce pour s’enrichir ? Était-ce en effet pour eux une vocation ? Les remarques de Vansina au sujet des Bakuba d’aujourd’hui aident à situer le problème :

  • 76 J. Vansina, Le Royaume Kuba, Tervuren, 1964, p. 22.

45« ... les marchands n’y sont pas des professionnels, mais des hommes qui, devant un besoin urgent de richesses, ont entrepris le commerce dans un esprit de spéculation occasionnel. Une fois acquise la somme qu’ils convoitent, ils abandonnent le commerce. Il est frappant de voir que, dans un pays où le commerce est si florissant et où l’on peut s’enrichir en peu de temps, il n’y ait pas de marchands professionnels. La raison en est qu’une fois une certaine limite de richesse atteinte, l’accumulation de plus de capitaux n’a pas de raison d’être dans leur système de valeurs »76.

  • 77 Cf. António de Almeida, « Mais subsidios para a história dos reis do Congo », in Congresso do Mund (...)

46Malheureusement, pour intéressant qu’il eût été de le connaître, nous ne savons rien du « système de valeurs » des marchands du Congo ancien, même à la fin du xixe siècle. Toutefois, au tournant de ce siècle, une lettre du roi du Congo D. Henrique V (1896-1901), datée du 8 février 1901, prouve que les marchands congolais se trouvaient à tel point pris dans une économie à prix variables, qu’ils étaient conscients de la gêne que pouvait leur imposer la loi du marché. Les quatre destinataires de cette lettre s’étaient rendus à Luanda, pour se plaindre du fait que les négociants européens ne payaient plus les prix de naguère pour les denrées et matières premières d’origine congolaise. Bien que cette crise fût due à la conjoncture en Europe, on s’en était débarrassé, à Luanda, en leur expliquant – ce qui était faux, mais parfaitement vraisemblable pour un Africain de mentalité traditionnelle – que c’était le roi du Congo qui fixait les prix77. Ils s’étaient donc ensuite adressés à D. Henrique V, qui commence, dans sa réponse, par attirer leur attention sur « la crise contre laquelle nous luttons ». Il parle de la « baisse des denrées, dont le prix n’est plus celui auquel on les achetait auparavant ».

  • 78 L’amande du fruit du palmier à huile.
  • 79 António de Almeida, art. cit. Almeida croit à l’intervention de personnes « civilisées » (sic) dan (...)

47« ... ce n’est nullement ma faute, parce que le commerce est libre [...]. Bien que roi, je n’ai rien à voir avec ce que font les négociants [européens] et le gouvernement de Luanda [...] Je vous affirme donc que le commerce est libre et que les négociants portugais reçoivent des ordres de leurs patrons, conformément au prix du marché (conforme o cambio), et non pas du roi, ni de moi, ni du gouvernement [de Luanda]. La même chose nous arrive ici (café, maïs, cocnote78, ne valent presque rien), et c’est pourquoi tout le monde se consacre au commerce du caoutchouc. Et vous, pourquoi n’en faites-vous pas autant ? »79.

48Il semble assez curieux, et comme une ironie du sort, que le roi lui-même, personnage traditionnellement opposé à toute évolution vers une économie de marché, soit ainsi amené à la justifier auprès de ses sujets après l’avoir admise.

6. L’ALPHABETISATION

  • 80 Notons qu’au xixe siècle les Noirs d’Ambaca, en Angola, avaient leurs propres écoles. Cf. W. H. Be (...)

49Commencée au temps de D. Afonso I, l’alphabétisation ne semble pas avoir donné de résultats tangibles avant la fin du xvie siècle. Même alors, l’enseignement que dispensaient les missionnaires n’était suivi que par une petite minorité appartenant à la caste dirigeante. Jamais les Congolais ne parvinrent à organiser eux-mêmes l’instruction publique80.

50Les données sur le degré d’alphabétisation et sur sa diffusion sont rares et dispersées, et il est difficile d’en donner une image précise.

  • 81 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 135.

51Parlant de São Salvador, un témoin de la fin du xvie siècle note qu’« à présent ils [les Congolais] commencent à tenir école et à enseigner à lire et à écrire, à quoi ils sont fort affectionnés »81. Cet enseignement fut certainement encadré par les missionnaires.

  • 82 M.M.A., vol. VI, p. 377.
  • 83 J. Cuvelier, « L’Ancien Congo d’après Pierre van den Broecke (1608-1612) », in Bull, des Séances d (...)
  • 84 L. Jadin, « Le clergé séculier et les capucins du Congo et d’Angola aux xvie et xviie siècles », i (...)
  • 85 Joan Nieuhof, Memorável Viagem Marítima et Terrestre ao Brasil..., 1re éd. hollandaise, Amsterdam, (...)
  • 86 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londr (...)
  • 87 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome (...)

52En 1619, l’évêque Manuel Baptista observait que « beaucoup de Congolais d’un certain rang savaient lire »82. Dans le Soyo, en 1610, Pierre van den Broecke a vu « huit ou dix écoles comme au Portugal. Tous les enfants apprennent le portugais et reçoivent l’instruction de cette langue »83. L’existence d’une école est attestée au Soyo, en 1660 et encore en 168984. En 1643, des ambassadeurs du Soyo, reçus par les Hollandais au Brésil, « comprenaient parfaitement le latin et firent divers discours érudits en cette langue »85. Le secrétaire du prince du Soyo sait lire et écrire le portugais en 170086 ; en 1775, c’est le prince lui-même qui est lettré87.

  • 88 Cavazzi, lib. II, § 81.
  • 89 Cf. à ce sujet, Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Paris, 1955, chap. VIII ; et aussi Claude- (...)

53Cette alphabétisation était, reconnaissons-le, limitée à São Salvador et aux capitales des provinces. L’écriture est néanmoins partout accueillie avec grand enthousiasme. « Beaucoup », dit Cavazzi, « après avoir appris à écrire les caractères européens [...] s’y habituent de façon stupéfiante. Ils posent leur planchette par terre, ou sur un genou et, dans cette posture, qui serait sans doute peu confortable pour nous, ils peuvent, car ils en ont l’habitude, rester immobiles plusieurs heures sans se fatiguer et sans sentir la moindre gêne »88. Était-ce le prestige « magique » de l’écriture, ou son utilité pratique, qui suscitait cet engouement89 ?

  • 90 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 131 (texte de la fin du (...)
  • 91 G. Simonetti, « Giacinto Brugiotti da Vetralla e la sua missione al Congo », in Bol. Soc. Geog. It (...)

54Les Congolais étaient si avides de s’instruire, qu’ils étaient capables de « vendre tout ce qu’ils avaient pour acheter un livre ou un manuscrit »90, qui pouvait leur coûter fort cher. Au milieu du xviie siècle, une feuille de papier valait l’équivalent d’une poule, aussi préférait-on se servir de feuilles de bananier, excellent substitut. Une grammaire ne coûtait pas moins de 10 écus, et le prix d’un missel était aussi élevé que celui d’un esclave91.

  • 92 Giacinto Brugiotti da Vetralla, in Violante Sugliano, « Il P. Giacinto e la sue missione al Congo  (...)

55Mais bientôt le pouvoir, craignant de voir se créer une intelligentzia rebelle, s’efforcera de freiner l’alphabétisation. « Aussitôt qu’ils sont arrivés à bien copier la grammaire, ou qu’ils ont appris à lire et à écrire le portugais, le roi leur fait cesser leurs études et les affecte à d’autres occupations »92.

  • 93 Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. (...)

56Au xviiie siècle, l’ardeur des Congolais à s’instruire diminue ; Bernardo da Gallo notait en 1710 qu’ils « apprennent à lire et à écrire, mais ceux-là sont peu nombreux et étudient peu »93.

57Fait significatif, il ne semble pas que les Congolais se soient jamais servis de l’écriture à des fins bureaucratiques. Elle n’avait, à leurs yeux, d’autre but que de leur communiquer le christianisme et le savoir des Européens.

  • 94 L. Jadin, « Recherches dans les archives et bibliothèques d’Italie et du Portugal sur l’Ancien Con (...)

58Au xixe siècle, la connaissance de l’écriture ne s’est pas perdue, mais elle demeure restreinte à l’entourage du roi. L. Jadin a publié en traduction française les lettres autographes du roi D. Garcia V au roi de Portugal, entre 1813 et 181594. António de Almeida a publié, de son côté, une série de lettres écrites en 1863 par D. Alvaro XIII. Ce roi régnait à São Salvador de 1858 à 1859, année où il fut chassé du trône par D. Pedro V (1859-1891) avec l’aide des Portugais. Il se réfugia à Nkunga, d’où il écrivait aux chefs des Dembos, se proclamant toujours roi du Congo, et les appelant à la révolte contre l’établissement des Portugais à Ambriz, qu’ils avaient occupé en 1856 : il voulait amener les Dembos à refuser de leur payer l’impôt et d’employer une monnaie de cuivre qu’ils avaient mise en circulation.

59La langue écrite du secrétaire de D. Alvaro XIII est un portugais très approximatif, très pénible à déchiffrer. Voici d’abord le portugais original, puis une tentative d’adaptation en portugais correct, et enfin une traduction française de sa lettre du 29 janvier 1863 :

6029 de janeiro de 1863 / Ao Dembo Fuqueaquitupa D. Gdepor muitos anu...

61Mandamento Saudamento mandamento dea [mor]

62Como vos e meu Dembo por que Pasado mui[o] Tempo não escrevere me atem agolla empo[rtanto] Ev Rei do Congo mando Co Frimo não dara o Dízimo do Rei de Portugal por que o Rei de Portugal Fa[zeré] couza novo o que não faz[ere]Nosos atempasado emportante vos Fazere Cogouegal De todos Dembos para Fazere guerra Foi no A Collo para quebera Fortareza Na Briz [...] Tambem vos Fazere Caria Foi Napereza Na Briz aCollo elle guerezo Sim Sim não quero Quebra Fortareza vos pormeteo os Seos povo n[ão] Não Fazere mais Negosio de maquata ev Fiqui porisso. Quando chegaramos mes deSetebro Fazere guerra.

63Subri No Reino do Congo tambem mando secreto para [...] Chegara aquim tambem Dembos Cada quai Dembo Cade anno 30 Siada por ev Rei de Congo o meu Secretario 15 Siadas com jelle deosa.

64Por Sua mildemente ev tambem não Farta Pelles deosa e Sima de 30 Siadas não Farta [Pelles] deosa Hoie 29 de Janeiro de 1863 ann.

  • 95 António de Almeida, « Subsidios para a História dos reis do Congo », in Congresso do Mundo Portugu (...)

65Do Rei do Congo D. Alvaro 1395.

66Adaptation en portugais moderne :

67Ao Dembo Fuquiaquitupa D. Gde por muitos anns...

68Mandamento saudamento mandamento de amor.

69Como vós sois meu dembo, porque desde hâ tante tempo até agora, me não escreveis ?

70Portanto, eu Rei do Congo mando e confirmo que vos não déis o dlzimo ao Rei de Portugal porque êsse soberano mandou fazer coisas novas que nunca foram feitas no tempo dos nossos antepassados.

71Portanto, tenciono congregar todos os dembos a-fim-de fazer a guerra e ir ao Icolo para quebrar a fortaleza do Ambriz.

72Guerreio, sim ; porque não quero a fortaleza, prometo-vos e aos vossos povos que a destruirei.

73Não fareis mais negôcio de maquata ; eu fico convencido disso. Quando chegar o mes de Setembro declararei a guerra.

74Saberei que no reino do Congo também eu mando. Aqui chegarão também todos os dembos, cada um deles, e em cada ano, trará 30 enxadas para mim, e 15 enxadas e uma pele de onça para o meu secretdrio.

75Peço humildemente que me não faltem também com as peles de onças ou de linces et com as 30 enxadas ; não faltem com as peles de onças.

  • 96 António de Almeida, art. cit., p. 509.

76[N Kunga] Hoje 29 de Janeiro de 1863/Do Rei do Congo Alvaro 13. (La lettre porte le sceau royal du Congo, en papier)96.

77Traduction en français :

78« Salut et amitié.

79Vous qui êtes mon Dembo, pourquoi y a-t-il si longtemps que vous ne m’avez écrit ?

80Or donc, en tant que Roi du Congo, je vous ordonne et j’insiste sur ce point, de ne pas verser la dîme au Roi de Portugal, car ce souverain a fait faire des choses qui n’ont jamais été faites du temps de nos ancêtres.

81Aussi ai-je l’intention de réunir tous les Dembos, afin de faire la guerre et d’aller vers l’Icolo pour détruire la forteresse d’Ambriz.

82Effectivement, je fais la guerre parce que je ne veux pas de cette forteresse, et je vous promets, à vous et à vos peuples, que je la détruirai.

  • 97 Pièces de monnaie portugaises en cuivre – cf. A. Bastian, Ein Besuch in San Salvador, Brême, 1859, (...)

83Je suis convaincu que vous n’emploierez plus de maquata97 pour le commerce. Quand viendra le mois de septembre, je déclarerai la guerre.

84Sachez que dans le Royaume du Congo je suis le Maître, moi aussi. Tous les dembos viendront ici. Tous les ans, chacun d’eux m’apportera 30 houes pour moi, 15 houes et une peau de panthère [léopard ?] pour mon secrétaire.

  • 98 Traduction de Mme S. Biberfeld.

85Je vous prie humblement de ne pas manquer de m’apporter les peaux de panthère ou de lynx et les 30 houes ; ne manquez pas de fournir les peaux de panthères »98.

  • 99 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres 1900, vol. I, p. 169.

86En 1879, Bentley observait que le secrétaire du roi D. Pedro V, D. Garcia, parlait et écrivait bien le portugais99. Mais on peut douter de la compétence du missionnaire anglais pour juger un texte portugais.

7. LES EMPRUNTS TECHNIQUES

87Si l’introduction des plantes américaines eut, en fait, une large répercussion sur l’agriculture au Congo, en revanche nulle introduction d’animal domestique n’y déclencha (comme celle du cheval en Amérique, par exemple) de révolution dans le mode de transports. Quatre siècles après l’arrivée des Européens, les Congolais ignorent toujours l’animal de bât, la traction animale, la charrue et la roue. La raison en est peut-être que la mouche tsé-tsé freine l’élevage et exclut la présence du cheval.

  • 100 J. Cuvelier et L Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 114 (texte de la fin du x (...)
  • 101 Charles Jeannest, Quatre Années au Congo [1869-1873], Paris, 1883, p. 154.
  • 102 Manuel Alfredo de Moraes Martins, Contactos de Cultura no Congo Português, Lisbonne, 1958, p. 34.
  • 103 Rob L. Wannyn, L’Art Ancien du Métal au Bas-Congo, Champles (Belgique), 1961, p. 60.

88Très vite, l’extraction du fer déclina près de la côte, les forgerons congolais préférant acheter de la ferraille européenne100. Si dans l’intérieur, à Bembe notamment, on s’y livrait encore au milieu du xixe siècle, comme en témoigne Jeannest101, la métallurgie indigène est aujourd’hui « une industrie complètement morte » ; partout, les forgerons se bornent à utiliser la ferraille européenne102. « L’art du forgeron est en décadence depuis le xviie siècle à tout le moins », écrit Rob Wannyn103.

  • 104 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, Londres, 1914, p. 92.

89L’apparition des tissus européens ne semble pas, du moins pas encore à la fin du xvie siècle, avoir porté un coup mortel à la filature et au tissage du coton local104, mais les techniques employées demeurent rudimentaires et n’accusent aucune influence européenne.

  • 105 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116.
  • 106 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 519.
  • 107 F. Cappelle (1642), in L. Jadin, « Bivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in B (...)
  • 108 J. Cuvelier, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 115. 10. Jean François (...)
  • 109 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 96.

90Au milieu du xviie siècle, les Congolais fabriquent eux-mêmes des clous105, mais ils achètent aux Européens de « gros loquets » (maelslot)106, « des fermetures de malles ou espèces de cadenas de coffres »107, des scies et des tarières108. A São Salvador, on fabrique des bougies avec de la cire – « il y en a plus que je n’aurais pensé », dit Jean François de Rome109.

91Si l’on considère les différents points évoqués, il ne semble pas que l’acculturation ait été bien profonde. Au moment du premier contact, l’écart entre les deux niveaux de connaissances techniques (européen et congolais) était déjà trop grand pour qu’une osmose puisse avoir lieu. La technique européenne apparaissait aux Congolais non comme telle, mais comme un pouvoir magique qu’il eût été vain de vouloir assimiler de façon rationnelle. Au lieu de l’apprendre, ils ont donc dû choisir d’acheter avec la plus humiliante des monnaies – des hommes – les biens qu’elle procurait. Ainsi l’évolution technique qui se dessinait chez eux (ils étaient parvenus à un stade assez proche de celui de l’Europe médiévale) s’est trouvée stoppée, puis on a assisté à une régression.

Notes

1 M.M.A., vol. VII, p. 382 (doc. de 1625).

2 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 132 (texte de la fin du xvie siècle), et João de Barros, Décadas da Asia, déc. I, liv. III, cap. ix.

3 D’après Proyart, « Les rois de Kakongo ne peuvent posséder ni même toucher, des différentes marchandises qui viennent d’Europe, que les métaux, les armes et les ouvrages en bois et en yvoire. Les Européens et les Nègres qui sont vêtus d’étoffes d’Europe ne sont pas admis dans leur Palais » (cf. abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 145). Le roi du Monomotapa, au xvie siècle, ne porte que des cotonnades fabriquées dans le pays ; ses nobles s’habillent de tissus importés d’Inde (cf. João de Barros, Décadas da Asia, déc. I, liv. X, cap. i).

4 Rui de Pina, Croniqua de el-Rey Dom Joham II, cap. lx.

5 P.M., p. 200 et P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 107.

6 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 123.

7 Rui de Pina, Croniqua, cap. lx, et M.M.A., vol. VII, p. 382 (texte de 1625).

8 Cf. Andrew Battell, in E.G. Ravenstein, The Strange Adventures of Andrew Battell, p. 75 (« Le bétail européen, chevaux et vaches, s’est tellement développé dans le nouveau monde [l’Amérique du Sud] qu’on n’y hésite pas à tuer des bêtes, les unes pour leur peau, les autres pour leur queue »).

9 Il remplaça la « bannière du Christ, offerte par les Portugais au roi D. João I en 1491 (cf. Rui de Pina, Croniqua, cap. lxiii).

10 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), pp. 400 et 404.

11 M.M.A., vol. I, p. 528.

12 João de Barros y fait allusion au Monomotapa (cf. João de Barros, Décadas da Asia, Lisbonne, 1552, déc. I, liv. III, cap. x) ; J. Roscoe au Buganda (cf. J. Roscoe, The Baganda, Londres, 1911, p. 341).

13 Cf. J. Gossweiller, « Nomes Indigenas de Plantas de Angola », in Agronomia Angolana, Luanda, n° 7 (1953), p. 224.

14 Une description impressionnante d’une ordalie au Congo est donnée par Charles Jean-nest, Quatre Années au Congo, Paris, 1883, pp. 223-227. Pour la place de l’ordalie dans la rationalisation progressive du droit à travers l’histoire, cf. Max Weber on law in Economy and Society, trad. angl. d’Ed. Shils et de Max Rheinstein, Harvard Univ. Press, 1954, pp. 86-97.

15 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo », in Bull de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 400.

16 Cf. L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 463.

17 Cf. L. Jadin, « Relation sur le Royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bull, des Séances de l’A.R.S.C, vol. III, fasc. 2 (1957), p. 331.

18 Instructions à Simão da Silva (1512), in M.M.A., vol. I, pp. 233-234.

19 Livro das Ordenações Manuelinas, Lisbonne, éds. de 1512 ou 1513, 1514 et 1521.

20 M.M.A., vol. I, p. 374.

21 Ibid., pp. 233-234 (texte de 1512).

22 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 202.

23 João de Barros, Décadas da Asia, déc. I, liv. III, cap. x.

24 Pigafetta, 11b. II, cap. vii (p. 119 de la traduction française de Willy Bal). Un texte de la fin du xvie siècle donne une image analogue de l’habillement des Congolais : « Les nobles sont vêtus de soie ou d’autres étoffes fines et, sur la tête, ils portent des bonnets rouges, d’autres de velours, quelques-uns portent des chapeaux. Les femmes sont couvertes de la tête jusqu’aux pieds. Celles qui le peuvent portent un bandeau autour de la tête, ont le visage découvert et portent des chaussures » (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, pp. 142-143.

25 Ibid., p. 119 de l’édition citée.

26 J. Cuvelier et L. Jadin, op. cit., loc. cit.

27 Ibid., op. cit., p. 201.

28 Cavazzi, lib. I, § 343.

29 José de Oliveira Ferreira Diniz, Popufapões Indígenas de Angola, Coïmbre, 1918, p. 41.

30 Pigafetta, lib. II, cap. i.

31 Cavazzi, lib. I, g 51.

32 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 89.

33 Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo, p. 68.

34 J. Cuvelier, Documents sur une Mission Française au Kakongo, 1766-1776, in Mémoire I.R.C.B., t. XXX, fasc. 1 (1953), p. 50.

35 R. Portères, « Berceaux agricoles primaires sur le continent africain », in Journal of African History, vol. III, n° 2 (1962), p. 195.

36 Pierre Gourou, « Les Plantes alimentaires américaines en Afrique tropicale, Remarques Géographiques », in Actas do III Colóquio Internacional de Estudos Luso-Brasileiros, Lisbonne, 1959, vol. I, p. 52.

37 Cavazzi, lib. I, § 52.

38 Pierre Gourou, art. cit., loc. cit.

39 Jean François de Rome, Brève Relation, éd. Bontinck, p. 90.

40 Cavazzi, lib. I, § 87.

41 Ibid., 286 (Gli habitatori delle spiagge cotidianamente se ne seruono in vece di pane).

42 António Barroso, in A. Brásio, António Barroso, Missionário, Cientista, Missiólogo, Lisbonne, 1961, p. 118.

43 Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola (1792), vol. I, p. 139 (« La côte de Cabinda et de Molemba est couverte de plantations de cette racine, qui est rare en Angola »).

44 António Barroso, in A. Brásio, op. cit., p. 65.

45 Cf. Pierre Gourou, art. cit., pp. 57-58.

46 Cavazzi, lib. I, § 51 (cf. aussi António Barroso (1886), in A. Bràsio, op. cit., p. 58).

47 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 96. Cf. aussi W. R. Stanton, Grain Legumes in Africa, F.A.O., Rome, 1966, pp. 106-113.

48 Jean François de Rome, op. cit., p. 96.

49 Ibid., p. 94.

50 Cavazzi, lib. I, § 79.

51 Pigafetta, lib. II, cap. i, et Cadornega, op. cit., t. III, p. 370.

52 Pigafetta, loc. cit.

53 Cavazzi, lib. II, § 83.

54 Jean François de Rome, Brève Relation, p. 91.

55 Ibid., p. 91.

56 M.M.A., vol. VI, pp. 375-377.

57 Cf. G. Simonetti, « P. Giacinto Brugiotti da Vetralla e la sua missione al Congo », in Bol. soc. geog. ital. (1907), vol. VIII, p. 321.

58 António Barroso, in A. Brásio, António Barroso..., p. 66.

59 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 99.

60 H. H. Johnstone, « On the Races of the Congo and the Portuguese Colonies in Western Africa », in Journal of the Roy. Anthrop. Inst., vol. 13 (1883), p. 475, et J. K. Tuckey, Narrative to Explore the River Zaire (1816), Londres, 1818, p. 121.

61 Cadornega (1680-1681), t. III, p. 352.

62 António Barroso, in A. Brásio, António Barroso..., pp. 113-114.

63 Cf. Charles Jeannest, Quatre Années au Congo [1869-1873], Paris, 1883, pp. 266-267. Aucun de ces deux produits ne figure parmi les exportations en 1845 (cf. E. Bouët-Willaumez, Commerce et Traite des Noirs aux côtes occidentales d’Afrique, Paris 1845, p. 166.

64 Dans l’empire Luanda, le monopole royal du commerce est toujours en vigueur au milieu du xixe siècle, malgré le développement considérable des échanges avec l’Angola et le Mozambique (cf. Joaquim Rodrigues Graça, « Expedição ao Muatayanvua (1843-1845) », in Bol. Soc. Geog. Lisboa, 9e sér., n° 1 (1890), p. 446), et A.C.P. Gamitto, O Muata Cazembe, Lisbonne, 1854, p. 360 : « Le Muata a fait du commerce son propre monopole, qu’il s’agisse des échanges avec les marchands qui viennent sur son territoire, ou d’expédier ses produits à l’exté-rieur pour les vendre là où il sait qu’ils trouveront preneur »). Sur la problématique générale de la question, cf. George Dalton, « Traditional Production in Primitive African Economies », in Quarterly Journal of Economics, vol. 76 (1962), pp. 360-378.

65 Sur le mot Pombeiro, cf. l’étude très fouillée de Willy Bal, « Portugais Pombeiro, commerçant ambulant du sertão », in Annali dell’Instituto Universitario Orientale (sezione romanza), Naples, t. VII, n° 2 (1965), pp. 123-161.

66 M.M.A., vol. I, pp. 489-490.

67 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 135 (texte de la fin du xvie siècle).

68 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 115.

69 Cf. J. Cuvelier, « L’Ancien Royaume du Congo d’après Pierre van den Broecke », in Bull. des Séances de l’A.R.S.C, t. I, fasc. 2 (1955), p. 408.

70 Cavazzi, lib. IV, § 80.

71 Cadornega, t. II, p. 271. Ceux que Burton rencontra au xixe siècle près de Calumbo, non loin de Luanda, étaient « des forgerons qui, comme les gitans, s’éclipsent lorsqu’il est question de payer des impôts. On ne les méprise pas, mais ils appartiennent à une caste séparée ». (Cf. R. F. Burton, Two Trips to Gorillaland and the Cataracts of the Congo, Londres, 1876, Pt II, p. 37.

72 Cf. L. Jadin, « Les Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull-de l’inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 230.

73 A notre connaissance, la première référence à des marchands agissant seuls date de la fin du xixe siècle. Il s’agit des Bangála de Cassange : « La plus grande ambition d’un Mungála est de posséder une banza (compound), entouré d’esclaves. 11 travaille à cette fin durant des années, obtenant une pièce de tissu aujourd’hui, un esclave demain, jusqu’à ce que, les ayant réunis en quantité suffisante, il s’établisse définitivement afin d’envoyer ses esclaves trafiquer pour lui ». Cf. H. Capello et R. Ivens, De Benguella as Terras de Iácca, Lisbonne, 1881, vol. I, p. 295.

74 Ralph Delgado, História de Angola, vol. IV, p. 73.

75 L. Jadin, « Relation sur le Royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bull, des Séances de l’Acad. Roy. des Sc. Col., t. III, fasc. 2 (1957), p. 334.

76 J. Vansina, Le Royaume Kuba, Tervuren, 1964, p. 22.

77 Cf. António de Almeida, « Mais subsidios para a história dos reis do Congo », in Congresso do Mundo Português, Lisbonne, 1940, vol. VIII, pp. 643-696.

78 L’amande du fruit du palmier à huile.

79 António de Almeida, art. cit. Almeida croit à l’intervention de personnes « civilisées » (sic) dans la composition de cette lettre.

80 Notons qu’au xixe siècle les Noirs d’Ambaca, en Angola, avaient leurs propres écoles. Cf. W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 170.

81 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 135.

82 M.M.A., vol. VI, p. 377.

83 J. Cuvelier, « L’Ancien Congo d’après Pierre van den Broecke (1608-1612) », in Bull, des Séances de l’A.R.S.C, t. I, fasc. 2 (1955), p. 183.

84 L. Jadin, « Le clergé séculier et les capucins du Congo et d’Angola aux xvie et xviie siècles », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, p. 223 et p. 247.

85 Joan Nieuhof, Memorável Viagem Marítima et Terrestre ao Brasil..., 1re éd. hollandaise, Amsterdam, 1682, trad. brés. São Paulo, 1942, p. 94.

86 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londres, 1732, vol. V, p. 503.

87 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 380.

88 Cavazzi, lib. II, § 81.

89 Cf. à ce sujet, Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Paris, 1955, chap. VIII ; et aussi Claude-Hélène Perrot, « Premières années de l’implantation du christianisme au Lesotho, 1833-1847 », in Cahiers d’Études Africaines, vol. IV, n » 1 (1963), pp. 110-122.

90 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 131 (texte de la fin du xvie siècle).

91 G. Simonetti, « Giacinto Brugiotti da Vetralla e la sua missione al Congo », in Bol. Soc. Geog. Ital., série IV (1907), vol. VIII, n° 5, p. 377.

92 Giacinto Brugiotti da Vetralla, in Violante Sugliano, « Il P. Giacinto e la sue missione al Congo », in L’Italia Francescana, IV, Rome (1929), p. 538 (texte du milieu du xviie siècle).

93 Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 483.

94 L. Jadin, « Recherches dans les archives et bibliothèques d’Italie et du Portugal sur l’Ancien Congo – II. Lettres de D. Garcia V, 1813-1815 », in Bull. des Séances de l’A.R.S.C, t. II, fasc. 6 (1952), pp. 961-968.

95 António de Almeida, « Subsidios para a História dos reis do Congo », in Congresso do Mundo Português, Lisbonne, 1940, vol. VIII, p. 508.

96 António de Almeida, art. cit., p. 509.

97 Pièces de monnaie portugaises en cuivre – cf. A. Bastian, Ein Besuch in San Salvador, Brême, 1859, p. 191.

98 Traduction de Mme S. Biberfeld.

99 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres 1900, vol. I, p. 169.

100 J. Cuvelier et L Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 114 (texte de la fin du xvie siècle) ; António Barroso, « O Congo, seu passado, presente e futuro » (1889), in A Bràsio, António Barroso..., p. 123.

101 Charles Jeannest, Quatre Années au Congo [1869-1873], Paris, 1883, p. 154.

102 Manuel Alfredo de Moraes Martins, Contactos de Cultura no Congo Português, Lisbonne, 1958, p. 34.

103 Rob L. Wannyn, L’Art Ancien du Métal au Bas-Congo, Champles (Belgique), 1961, p. 60.

104 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, Londres, 1914, p. 92.

105 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116.

106 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 519.

107 F. Cappelle (1642), in L. Jadin, « Bivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 229.

108 J. Cuvelier, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 115. 10. Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 96.

109 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 96.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par