Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Troisième partie. L'influence européenne (Les mutations)

Chapitre XIV. Les routes commerciales et les produits échangés au Congo et dans les régions voisines aux xvie et xviie siècles

Texte intégral

1. LES ROUTES COMMERCIALES

  • 1 Cf. Pigafetta, lib. I, cap. v.

1La première route commerciale due au contact européen est celle qui relie la côte à São Salvador. Après 1530, elle sera prolongée jusqu’aux environs du Stanley Pool et aux abords du royaume Bateke1, qui va devenir l’un des principaux viviers de la traite pour toute la côte depuis le Loango jusqu’à Luanda.

  • 2 M.M.A., vol. II, pp. 157-205.

2Cette dernière ville commencera à jouer un rôle en tant que port d’exportation d’esclaves dès 1548, sinon avant, comme en témoigne l’enquête ordonnée cette année-là par le roi du Congo sur la chute (d’ailleurs temporaire) du nombre d’esclaves partis de l’embouchure du fleuve2.

3Vers la fin du xvie siècle, deux nouvelles routes vont sérieusement concurrencer celle qui longe le cours du Congo : l’une reliera le Stanley Pool directement à Luanda, l’autre à Loango.

  • 3 Cadornega, op. cit., t. III, p. 275.
  • 4 M.M.A., vol. VI, p. 105.
  • 5 Cadornega, op. cit., t. III, p. 275.
  • 6 Ibid., loc. cit.
  • 7 M.M.A., vol. VI, p. 53 (texte de 1612), et Pigafetta, lib. I, cap. VI.

4La route Luanda-Stanley Pool sera utilisée jusqu’en 1649 (fin de l’occupation hollandaise)3. Le commerce était aux mains des Blancs installés à Luanda, qui confiaient des marchandises à des pombeiros, marchands itinérants noirs ou métis. Selon un témoin de c. 1611, les bénéfices ne sont pas alors très élevés, car les pombeiros disparaissent souvent avec les marchandises4. Mais Cadornega (1680-1681), parlant de la période antérieure à l’occupation hollandaise (1641-1649), évoque les bénéfices énormes que les négociants portugais, faisant eux-mêmes le voyage, parvenaient à réaliser, et cela malgré les innombrables péages et impôts que percevaient les Congolais5. Les Portugais vendaient des bassines et des manilles de cuivre, des tambours (européens), des clochettes et des couteaux6, et achetaient des esclaves, des nattes de raphia et de l’ivoire7.

  • 8 Les deux nations ont des factoreries à Loango en 1620 (cf. M.M.A., vol. VI, p. 473).
  • 9 Pigafetta (lib. I, cap. ix) avait pourtant écrit (1587) des Noirs de Loango que « pour n’importe q (...)
  • 10 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 533.
  • 11 Ibid., p. 533.

5La route qui relie le Stanley Pool à Loango est décrite par Dapper en 1668, mais on ignore depuis quand elle existait – probablement pas avant le début du xviie siècle. Outre les esclaves, les Noirs de Loango vendaient aux factoreries européennes (portugaises et hollandaises)8 du cuivre (des mines de Mindouli), de l’ivoire, du plomb, de l’étain ( ?), du fer9 et des poils de queue d’éléphant. Ils remportent en sens inverse du sel, de l’huile de palme, des coutelas, des lits de plume de Silésie (édredons ?), des miroirs et des coussins10. Ce commerce, ajoute Dapper, serait bien plus florissant si une tribu de Jagas ne rendait la route dangereuse11.

  • 12 M.M.A., vol. VI, p. 104 (texte de c. 1612).
  • 13 Ibid., loc. cit. Réduit en poudre et malaxé avec de l’huile de palme, le tacula donne le fard Nkul (...)
  • 14 M.M.A., vol. VIII, p. 93 (texte de 1631).
  • 15 M.M.A., vol. VI, p. 479.

6Une des innovations les plus importantes des Européens est le commerce de cabotage, et en particulier celui que pratiquaient les Portugais entre Luanda et Loango : les bénéfices pouvaient aller, assure un témoin de c. 1612, jusqu’à 1 000 à 1 200 pour cent12. De Loango, on importait des nattes de raphia, de l’ivoire, des poils de queue d’éléphant, le bois de teinture appelé tacula (pterocarpus tinctorius Welw.)13 et du cuivre14. On payait ces produits avec de la verroterie, des tissus du Portugal et de l’Inde, des clochettes15.

  • 16 Cadornega, op. cit., t. II, pp. 53-61.
  • 17 Cavazzi, lib. IV, g 248 et lib. VI, § 74.
  • 18 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambulla, Lisbonne, 1942, p. 105.
  • 19 H. Capello et R. Ivens, De Benguella as Terras de Iácca, Lisbonne, 1881, vol. I, p. 290.

7Après la fin de l’occupation hollandaise de l’Angola, en 1649, d’autres routes se substitueront à la route Luanda-Stanley Pool : Luanda-Ambuíla (1649)16, Luanda-Matamba (1660)17 et surtout Luanda-Cassange (1658). Cette dernière deviendra rapidement la plus importante18 et le restera jusqu’au dernier quart du xixe siècle19.

2. LES ESCLAVES

8Le seul véritable produit d’exportation de la côte occidentale d’Afrique est l’homme. L’ivoire et le cuivre représentent peu de chose à côté de l’immense trafic de la traite. C’est l’esclave qui est aussi la véritable monnaie entre le monde africain et le monde extérieur :

  • 20 Texte de 1594, cité par Francisco Rodrigues, S. J., História da Companhia de Jesus na Assistência (...)

9« ... De même qu’en Europe la monnaie courante est d’or et d’argent frappée, et de même qu’au Brésil c’est le sucre, de même en Angola et dans les royaumes voisins ce sont les esclaves »20.

  • 21 Le premier texte à y faire allusion, à notre connaissance, date de 1622 (cf. M.M.A., vol. VII, p. (...)

10Puisque l’esclave est employé comme monnaie, il importe de pouvoir se référer à un étalon aux caractéristiques universellement admises. Ce sera le peça de Indias21, auquel correspondent deux définitions : l’une concernant la stature, l’autre l’âge de l’individu.

  • 22 Cf. José Ferreira Borges de Castro, Colecção dos Tratados, Convenções, Contratos..., Lisbonne, 185 (...)
  • 23 Sebastião Mendo Trigozo, « Memória sobre os pesos e medidas Portugueses e sobre a Introdução do Sy (...)
  • 24 P. Dieudonné Rinchon, La Traite et l’Esclavage des Congolais par les Européens, Wetteren, 1929, p. (...)
  • 25 Lúcio de Azevedo, Épocas de Portugal Económico, Lisbonne, 1929, p. 77.
  • 26 Edmundo Correia Lopes, A Escravatura, Lisbonne, 1943, p. 13.
  • 27 C. Vrijman, « Quelques notices sur l’histoire de la traite négrière des Hollandais », in Bulletin (...)

11Selon la première formule, le peça de Indias doit avoir sept quartas de vara de haut22. Combien mesurait la vara ?– 1,10 m affirme un auteur de 181523, ce qui donnerait un peça de 1,92 m. D’autres auteurs sont plus réalistes et parlent de : 1,82 m (Rinchon24), 1,75 m (Lùcio de Azevedo25 et Correia Lopes26) et 1,62 m (Vrijman27). Malheureusement, ces quatre derniers auteurs n’indiquent pas leurs sources. Il est vraisemblable que, lors de l’introduction du système métrique au Portugal, la vara avait été « ajustée » pour donner un rapport « arrondi » avec le mètre, alors qu’en fait elle correspondait à un peu moins de 1,10 m. D’ailleurs, rien ne permet d’affirmer que les mesures portugaises d’avant l’introduction du système métrique n’aient pas connu des variations à travers le temps.

  • 28 Jean Barbot, in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londres, 1735, vol. V, p. 571. Cf. (...)

12La seconde définition du peça de Indias est donnée par le Français Jean Barbot, au début du xviiie siècle : « Un peça de Indias représente un Noir de 15 à 25 ans. S’ils avaient entre 8 et 15 ans, ou entre 25 et 35, 3 comptaient pour 2 ; quant aux moins de 8 ans et ceux entre 35 et 45 ans, 2 comptaient pour 1. Les enfants à la mamelle ne comptaient pas. Les malades et les plus de 45 ans étaient évalués par des arbitres »28.

  • 29 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., t. I, art. « pièce ».

13Au xviiie siècle, le peça de Indias cessera de représenter un esclave : ce ne sera plus que la « pièce », étalon fictif, dégagé de toute référence à l’homme. Il faudra jusqu’à dix « pièces » pour un esclave29.

  • 30 M.M.A., vol. VII, p. 67.
  • 31 Ibid., loc. cit.
  • 32 Ibid., loc. cit.
  • 33 M.M.A., vol. IV, pp. 560-561 (texte de 1594).
  • 34 F. Cappelle (1642), in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Soyo, Congo, 1600-1675 », in Bu (...)
  • 35 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, t. I, p. 1067.

14Combien coûtait donc un esclave au xviie siècle ? En 1622, dans l’intérieur de l’Angola, 10 000 reis. Au marchand sur la côte il est vendu 22 000 reis, s’il est un peça de Indias30. Le même auteur note qu’un mouton vaut 8 000 reis, une vache 16 000, un chou entre 600 et 400, et 3 ou 4 œufs 20031. « Mais d’ordinaire, les Blancs entretiennent des troupes de guerriers noirs qui combattent pour eux, et tout ce qu’ils prennent est pour leur maître, ainsi les esclaves ne leur coûtent rien »32 – ce qui ne peut pas être tout à fait exact. En fait, le commerce joue un plus grand rôle que la guerre dans l’acquisition d’esclaves. Un jésuite contemporain note que « le nombre d’esclaves capturés à la guerre n’est rien en comparaison du nombre d’esclaves achetés sur les marchés »33. En 1642, le Hollandais F. Cappelle achetait au Congo (sur la côte) l’esclave à 15 000 reis34 ; la pièce d’Inde y coûtait au début du xviiie siècle, selon Savary, 20 000 reis35.

  • 36 Nous n’avons guère pu aller plus loin dans cette recherche que les auteurs de deux ouvrages classi (...)

15Quel pouvait être le volume annuel des exportations d’esclaves du Congo et des régions avoisinantes, et comment évoluait-il ? Nous disposons bien de données éparses sur ce sujet, mais elles ne permettent malheureusement pas d’apporter des réponses très satisfaisantes36.

16Les exportations se faisaient par trois points principaux : du Congo, par le port de Pinda à l’embouchure du fleuve ; de la région au nord du fleuve, par Loango et les ports voisins de Malemba et de Cabinda ; de l’Angola, par Luanda.

17Nous n’avons aucune statistique pour la région au nord du fleuve, où toutes les nations européennes pouvaient commercer librement. Quelques rares chiffres nous sont parvenus pour le Congo aux xvie et xviie siècles, mais aucun pour le xviiie et le xixe siècle. On en a davantage concernant l’Angola.

18Voici les chiffres que nous avons pu réunir pour le xvie et le xviie siècle :

  • 37 M.M.A., vol. II, p. 58.

19Note 3737

  • 38 Ibid., p. 200.

20Note 3838

  • 39 M.M.A., vol. III, p. 146.

21Note 3939

  • 40 Doc. anon. in Documentação Ultramarina Portuguesa, Lisbonne, 1962, vol. II, p. 201.

22Note 4040

  • 41 Domingos de Abreu de Brito (1591), in Feiner, Um Inquérito à Vida Administrativa e Económica de An (...)

23Note 4141

  • 42 André Velho da Fonseca (1611), in Archivos de Angola, sér. I, vol. III, pp. 71-90.

24Note 4242

  • 43 António Franco, Synopsis Annalium Societatis Jesu, Augsbourg, 1726, p. 260.

25Note 4343

  • 44 « A Little Foraine News... » (pièce d’actualité de l’époque), cité par C. R. Boxer, Salvador de Sd (...)

26Note 4444

  • 45 F. Cappelle, in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull, de (...)

27Note 4545

  • 46 Pieter Zegers Ouman, 1643, in ibid., p. 243.

28Note 4646

  • 47 Anon., Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, ms. espagnol, B.N.P., 324 (38), 150 (r°) (...)

29Note 4747

  • 48 Cavazzi, lib. I, § 154. Ce chiffre ne se rapporte, en apparence, qu’au Congo, mais il englobe vrai (...)

30Note 4848

  • 49 António de Oliveira Cadornega, op. cit., t. I, p. 254.

31Note 4949

  • 50 Ce recul est confirmé par un document de 7-11-1684 (cf. David Birmingham, Trade and Conflict in An (...)

32Tout ce qu’on peut conclure de ces maigres données, c’est que le nombre d’esclaves exportés a évolué de façon assez régulière. On assiste, au Congo, pendant la première moitié du xvie siècle, à une montée suivie d’un plafonnement au xviie. En Angola, après une montée spectaculaire à la fin du xvie siècle, il y a un fléchissement au début du xviie, puis une lente progression jusqu’à la seconde moitié du xviie siècle, où un recul s’amorce50.

3. L’IVOIRE

  • 51 Pigafetta, lib. I, cap. v.
  • 52 F. Cappelle (1642), in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in B (...)

33Il provenait surtout du Loango, du pays des Bateke51 et de la province de Mbamba52.

4. LE CUIVRE

  • 53 M.M.A., vol. I, pp. 303-305.
  • 54 Ibid., p. 476.

34Dès 1514, 2 300 manilles de cuivre sont exportées de l’embouchure du Congo53 ; en 1526, un bateau français cherche à en acheter54. Ce cuivre provient des fameuses mines de Bembe qui deviendront, dès le début du xviie siècle, l’objet de la convoitise des Portugais de Luanda, et l’une des principales causes de la guerre qui se termina par la défaite des Congolais à la bataille d’Ambuíla, en 1655.

  • 55 M.M.A., vol. VIII, p. 93.

35En 1631, le gouverneur de l’Angola, Fernão de Sousa, commence à importer du Kakongo à Luanda le cuivre des mines de Mindouli55. Mais avec l’occupation de l’Angola par les Hollandais, les Portugais se verront évincés des ports au nord de l’embouchure du Congo, parce qu’incapables de résister à la forte concurrence des Hollandais et des Français. Nous ignorons toutefois les quantités achetées par ces derniers, nulle donnée ne nous étant parvenue à ce sujet.

  • 56 Cf. E. Bowditch, An Account of the Discoveries of the Portuguese in the Interior of Angola and Moz (...)

36Dans le premier quart du xixe siècle, on verra le cuivre du Katanga arriver jusqu’à Luanda par le Cassange et à travers l’empire Lunda, mais on ne sait en quelles quantités56.

5. LES NATTES DE RAPHIA

  • 57 M.M.A., vol. VI, p. 104 (texte de 1612).
  • 58 Pigafetta (1587), lib. I, cap. v, et M.M.A., vol. VI, p. 53 (texte de c. 1611).
  • 59 Cadornega, op. cit., t. II, pp. 484 et 534-540. En 1649, Lisbonne avait opposé son veto à l’introd (...)

37Elles sont importées en Angola (Luanda) de Loango par mer57, et du Stanley Pool par terre58. En Angola, elles servent de monnaie, tant dans la communauté blanche que chez les Noirs. Les soldes des soldats portugais sont payées en cette matière jusqu’en 1694, date à laquelle on les remplace par une monnaie de cuivre59.

6. LE SEL

  • 60 M.M.A., vol. VI, p. 335 (texte de 1618).
  • 61 M.M.A., vol. IV, p. 550 (texte de 1594).
  • 62 M.M.A., vol. VI, p. 335 (texte de 1618), É o melhor dinheiro daquelle reino (Angola).

38Le sel est exporté de la côte vers l’intérieur, en sens inverse des nattes de raphia. En Angola, il vient principalement des mines de sel gemme de Demba (ou Ndemba), à environ 70 km de l’embouchure du Cuanza60. Les « pierres » de sel sont carrées (55 cm de côté) et aussi épaisses que la largeur de la main61. Le prix de l’unité était, en 1618, de 200 reis62.

  • 63 Pigafetta, lib. I, cap. v, et Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, B.N.P., ms. anon. es (...)
  • 64 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londr (...)

39Selon Pigafetta (1587) et un témoin de 1656, le roi du Congo envoyait du sel au royaume du Mucoco (l’Anzicana), chez les Bateke dans la région du Stanley Pool, mais on en ignore la provenance63. Serait-ce des salines dont parle Barbot (1700), situées près de l’embouchure du Congo, en un endroit où la préparation du sel pour l’envoyer vers l’intérieur constituait la principale activité des habitants64 ?

7. LES PRODUITS EUROPÉENS IMPORTÉS

  • 65 M.M.A., vol. VI, p. 479 (texte de 1620). Il s’agit du Loango, mais on peut admettre qu’il en est d (...)
  • 66 Ibid., p. 479 (texte de 1620). Celle qu’on importe en Angola est d’origine vénitienne (cf. Pigafet (...)
  • 67 Ibid., p. 479 (texte de 1620).
  • 68 Ibid., p. 105 (texte de c. 1612) et Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Coll (...)
  • 69 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 114 (texte de la fin du (...)
  • 70 M.M.A., vol. VI, p. 471 (texte de 1620).
  • 71 Ibid., p. 108 (texte de c. 1612).
  • 72 Ibid., p. 105 (texte de 1612).
  • 73 Cadornega, op. cit., t. III, p. 217.
  • 74 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 593.
  • 75 Francesco Maria Gioia, La Meravigliosa Conversione della Regina Singa (sic), Naples, 1669, p. 175.
  • 76 Elias Alexandre da Silva Correia, História de Angola, vol. I, pp. 39-40.

40Les Européens importent des tissus européens et indiens65, de la verroterie66, des clochettes67, du vin des Canaries, de Madère et de Malaga68, du fer69 et des coquillages de l’Inde70 et du Brésil71. En Angola, les bénéfices sur le commerce du vin s’élevaient, au début du xviie siècle, à 500 % et les intéressés n’étaient pas tenus de payer des droits d’entrée72. Au milieu du siècle, on expédiera du vin à Cassange73 et jusque dans la région du Stanley Pool74. Le prix d’un barile de vin des Canaries est d’un esclave75. Au xviiie siècle, le vin sera remplacé par le geribita, eau-de-vie fabriquée avec de la canne à sucre76.

41Voici ce qu’écrivait Dapper au milieu du xviie siècle :

  • 77 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575.

42« La ville de S. Salvador est le centre commercial et le point de rencontre des marchands portugais dans ces régions, mais ils habitent tous en dehors de la ville. Les principales marchandises, celles que convoitent les habitants, sont les tissus persans, ou des tapis de table peints, appelés Kapes de Verdura, de petites poteries bleues, Birames ou Surats, des bassins de cuivre, des draps d’Angleterre, de grands Simbos de Lovando [zimbus de Luanda], des Boesjes [cauris], ainsi que quelque bimbeloterie, des bagues, des perles de verre, etc. »77.

  • 78 Doc. anon. reproduit par Felner, Angola, pp. 519-520. Nous considérons le covado (coudée), mesure (...)

43Vers 1625, on envoyait au marché d’Ambuila : 6,62 m de tissu de fabrication portugaise, 4,62 m de tissu anglais, 6,60 m de quatreno (tissu portugais probablement), 6 serviettes allemandes, 12 manteaux a capuchon de tissu grossier, 3,96 m de tissu teint à la cochenille, 3,96 m de velours et 5,96 m de damas, le tout accompagné des malafos (vin de palme) de rigueur78. Le malafo servait à sceller la transaction.

44Selon F. Cappelle, négociant hollandais, les marchandises les plus demandées et vendues pour la traite, en 1642, à l’embouchure du Congo, étaient les suivantes :

  1. Du tissu épais (vier loden) probablement pour pagnes de toutes couleurs, mais la plus grande partie en noir et en bleu.
  2. Ditto, en tissu de laine, avec des franges et des lignes (rapynen).
  3. Des camisoles de laine et coton, noires et bleues.
  4. De fins coraux ronds et longs pour colliers.
  5. Des sabres et poignards dorés de façon ordinaire ou argentés.
  6. De fins draps rouges à 10 florins l’aune, en grande quantité.
  7. Du drap bleu à six florins l’aune.
  8. Des perles de Venise, petites ou noires.
  9. Des chapeaux ordinaires.
  10. Des étoffes de soie.
  11. Gly potysen (des tamis ?).
  12. Du linge de Silésie.
  13. Des casiers à bouteilles ordinaires (fles kelders).
  14. Des couteaux.
  15. Des miroirs dorés n° 4 (avec cadre doré).
  16. Des tissus de lin renforcé, de très bonne qualité.
  17. Des chaînes en cuivre.
  18. Des couvertures blanches et rouges.
  19. Des vêtements, dits de São Tomé.
  20. Des fermetures de malles ou espèces de cadenas de coffres.
  21. Karsayen, tissus de laine avec des lignes vertes, rouges et noires, de bonne qualité79.
  • 80 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Collection of Voyages and Traoels, Londr (...)

45En 1700, Jean Barbot vendait à Cabinda des annebases, des chaudrons de cuivre, des mousquets, de la poudre, des baftas noirs, des tapsels, des pintados, des étoffes de Guinée, du papier de Silésie, des nicanés, des couteaux, du drap écarlate, du corail, des liqueurs fortes, des bèges noirs, des perles de verre noires, des bassins d’étain et des cuillers du même métal80.

  • 81 Ibid., loc. cit.

46Les baftas, les tapsels, les pintados, les étoffes de Guinée et les nicanés sont des imitations de tissus indiens, faites en Hollande81. Les annebases sont des tissus également fabriqués en Hollande.

  • 82 Les épées sont importées en grande quantité par les Portugais et les Hollandais (cf. Jean François (...)
  • 83 Les arquebuses sont utilisées par le duc de Mbata en 1587 (cf. Pigafetta, lib. I, cap. xii). Jean (...)
  • 84 J. Cuvelier, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 115.
  • 85 Jean François de Rome, op. cit., p. 116.
  • 86 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, Paris 1723, t. I, p. 1067.

47A quelques exceptions près, les objets que vendent aux Noirs les Européens ne sont que des versions mieux travaillées de matériaux dont ils connaissaient déjà l’usage. Ainsi, les tissus concurrencent les nattes de raphia et les cotonnades indigènes ; les bassins de cuivre, le cuivre brut ; le vin des Canaries, le vin de palme ; la ferraille européenne, le fer indigène ; la vaisselle européenne, la poterie indigène ; les machettes et les épées d’Europe, les haches africaines82. Les seules introductions nouvelles sont les fusils83 et quelques outils : la scie, la tarière84, de gros loquets pour fermer les portes des églises et des maisons85, des aiguilles, des hameçons et des épingles86.

Notes

1 Cf. Pigafetta, lib. I, cap. v.

2 M.M.A., vol. II, pp. 157-205.

3 Cadornega, op. cit., t. III, p. 275.

4 M.M.A., vol. VI, p. 105.

5 Cadornega, op. cit., t. III, p. 275.

6 Ibid., loc. cit.

7 M.M.A., vol. VI, p. 53 (texte de 1612), et Pigafetta, lib. I, cap. VI.

8 Les deux nations ont des factoreries à Loango en 1620 (cf. M.M.A., vol. VI, p. 473).

9 Pigafetta (lib. I, cap. ix) avait pourtant écrit (1587) des Noirs de Loango que « pour n’importe quel clou de fer, on donne une défense d’éléphant ». Cette inversion du commerce du fer est intéressante : elle résulte de l’extension du commerce à longue distance. Ce fer, dit Dapper, vient de « mines fort éloignées » (cf. O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 532). Les allusions au plomb et à l’étain nous paraissent suspectes.

10 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 533.

11 Ibid., p. 533.

12 M.M.A., vol. VI, p. 104 (texte de c. 1612).

13 Ibid., loc. cit. Réduit en poudre et malaxé avec de l’huile de palme, le tacula donne le fard Nkula utilisé dans les cérémonies fétichistes des Noirs.

14 M.M.A., vol. VIII, p. 93 (texte de 1631).

15 M.M.A., vol. VI, p. 479.

16 Cadornega, op. cit., t. II, pp. 53-61.

17 Cavazzi, lib. IV, g 248 et lib. VI, § 74.

18 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambulla, Lisbonne, 1942, p. 105.

19 H. Capello et R. Ivens, De Benguella as Terras de Iácca, Lisbonne, 1881, vol. I, p. 290.

20 Texte de 1594, cité par Francisco Rodrigues, S. J., História da Companhia de Jesus na Assistência de Portugal, Porto, 1939, t. II, vol. II, p. 560.

21 Le premier texte à y faire allusion, à notre connaissance, date de 1622 (cf. M.M.A., vol. VII, p. 67). Le mot peça, appliqué à un esclave, apparaît dès 1499 (cf. M.M.A., vol. I, p. 174). Les Indias sont les Indias de Castella – les possessions espagnoles dans le Nouveau Monde. On parle également de peça do Brasil (cf. Edmundo Correia Lopes, A escravatura, Lisbonne, 1943, p. 87, note 2).

22 Cf. José Ferreira Borges de Castro, Colecção dos Tratados, Convenções, Contratos..., Lisbonne, 1856, t. II, p. 48 (traité entre le Portugal et l’Espagne sur l’introduction des esclaves en Amérique espagnole, daté de 1696, ... pieças de Indias de la medida regular de 7 quartas no siendo viejos, ni con deffectos).

23 Sebastião Mendo Trigozo, « Memória sobre os pesos e medidas Portugueses e sobre a Introdução do Systema Metro-Decimal », in Memórias Económicas da Academia Real das Sciencias de Lisboa, Lisbonne, 1815, p. 383. Cf. aussi José Ferreira Borges de Castro, op. cit., t. IV, p. 158, « Colecção dos Tratados... desde 1640 até ao presente », texte qui confirme Trigozo.

24 P. Dieudonné Rinchon, La Traite et l’Esclavage des Congolais par les Européens, Wetteren, 1929, p. 82.

25 Lúcio de Azevedo, Épocas de Portugal Económico, Lisbonne, 1929, p. 77.

26 Edmundo Correia Lopes, A Escravatura, Lisbonne, 1943, p. 13.

27 C. Vrijman, « Quelques notices sur l’histoire de la traite négrière des Hollandais », in Bulletin de la Section de Géographie, t. 51 (1936), p. 107.

28 Jean Barbot, in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londres, 1735, vol. V, p. 571. Cf. aussi Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, Paris, 1723-1730, t. I, art. « pièce d’Inde ».

29 Jacques Savary des Bruslons, op. cit., t. I, art. « pièce ».

30 M.M.A., vol. VII, p. 67.

31 Ibid., loc. cit.

32 Ibid., loc. cit.

33 M.M.A., vol. IV, pp. 560-561 (texte de 1594).

34 F. Cappelle (1642), in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Soyo, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 223.

35 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, t. I, p. 1067.

36 Nous n’avons guère pu aller plus loin dans cette recherche que les auteurs de deux ouvrages classiques : Dieudonné Rinchon, La traite et l’esclavage des Congolais par les Européens, Wetteren, 1929, et Edmundo Correia Lopes, A Escravatura, subsidios para a sua História, Lisbonne, 1944.

37 M.M.A., vol. II, p. 58.

38 Ibid., p. 200.

39 M.M.A., vol. III, p. 146.

40 Doc. anon. in Documentação Ultramarina Portuguesa, Lisbonne, 1962, vol. II, p. 201.

41 Domingos de Abreu de Brito (1591), in Feiner, Um Inquérito à Vida Administrativa e Económica de Angola e do Brasil, em fins do século xvi, Coïmbre, 1931, p. 30. Le chiffre de Abreu de Brito est officiel, celui de l’auteur anonyme qui le précède correspond à l’estimation d’un particulier. Le chiffre officiel ne tient forcément pas compte des exportations clandestines, qui échappaient au fisc ; il est donc normal qu’il soit inférieur.

42 André Velho da Fonseca (1611), in Archivos de Angola, sér. I, vol. III, pp. 71-90.

43 António Franco, Synopsis Annalium Societatis Jesu, Augsbourg, 1726, p. 260.

44 « A Little Foraine News... » (pièce d’actualité de l’époque), cité par C. R. Boxer, Salvador de Sd and the Struggle for Brazil and Angola, Londres, 1952, p. 225, et O. Dapper, Naukeurige Beschrijuinge, p. 609.

45 F. Cappelle, in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 229. Le chanoine Jadin juge ce chiffre très exagéré.

46 Pieter Zegers Ouman, 1643, in ibid., p. 243.

47 Anon., Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, ms. espagnol, B.N.P., 324 (38), 150 (r°). L’auteur ajoute que le chiffre était naguère plus grand.

48 Cavazzi, lib. I, § 154. Ce chiffre ne se rapporte, en apparence, qu’au Congo, mais il englobe vraisemblablement aussi l’Angola, à moins qu’il ne concerne simplement l’exportation par Luanda.

49 António de Oliveira Cadornega, op. cit., t. I, p. 254.

50 Ce recul est confirmé par un document de 7-11-1684 (cf. David Birmingham, Trade and Conflict in Angola, Oxford, 1966, p. 134.

51 Pigafetta, lib. I, cap. v.

52 F. Cappelle (1642), in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 226.

53 M.M.A., vol. I, pp. 303-305.

54 Ibid., p. 476.

55 M.M.A., vol. VIII, p. 93.

56 Cf. E. Bowditch, An Account of the Discoveries of the Portuguese in the Interior of Angola and Mozambique, Londres, 1825, p. 20.

57 M.M.A., vol. VI, p. 104 (texte de 1612).

58 Pigafetta (1587), lib. I, cap. v, et M.M.A., vol. VI, p. 53 (texte de c. 1611).

59 Cadornega, op. cit., t. II, pp. 484 et 534-540. En 1649, Lisbonne avait opposé son veto à l’introduction de la monnaie de cuivre.

60 M.M.A., vol. VI, p. 335 (texte de 1618).

61 M.M.A., vol. IV, p. 550 (texte de 1594).

62 M.M.A., vol. VI, p. 335 (texte de 1618), É o melhor dinheiro daquelle reino (Angola).

63 Pigafetta, lib. I, cap. v, et Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, B.N.P., ms. anon. espagnol n° 324 (38), f° 150 (v°).

64 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londres, 1732, vol. V, p. 509. On sait que des salines existaient le long de la côte, au nord de Luanda. Cf. M.M.A., vol. VI, p. 55 (texte de 1611).

65 M.M.A., vol. VI, p. 479 (texte de 1620). Il s’agit du Loango, mais on peut admettre qu’il en est de même en Angola. Des tissus indiens parvenaient déjà au Congo en 1512 (cf. M.M.A., vol. I, p. 249).

66 Ibid., p. 479 (texte de 1620). Celle qu’on importe en Angola est d’origine vénitienne (cf. Pigafetta, lib. I, cap. vii).

67 Ibid., p. 479 (texte de 1620).

68 Ibid., p. 105 (texte de c. 1612) et Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londres, 1732, vol. V, p. 514.

69 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 114 (texte de la fin du xvie siècle) (« du vieux fer et des clous »).

70 M.M.A., vol. VI, p. 471 (texte de 1620).

71 Ibid., p. 108 (texte de c. 1612).

72 Ibid., p. 105 (texte de 1612).

73 Cadornega, op. cit., t. III, p. 217.

74 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 593.

75 Francesco Maria Gioia, La Meravigliosa Conversione della Regina Singa (sic), Naples, 1669, p. 175.

76 Elias Alexandre da Silva Correia, História de Angola, vol. I, pp. 39-40.

77 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575.

78 Doc. anon. reproduit par Felner, Angola, pp. 519-520. Nous considérons le covado (coudée), mesure utilisée dans le texte, représentant 0,66 m, conformément à l’indication donnée par A. Brásio, M.M.A., vol. VIII, p. 75, note.

79 L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), pp. 228-229.

80 Jean Barbot, « A Voyage to Congo River », in Churchill, A Collection of Voyages and Traoels, Londres, 1732, p. 511.

81 Ibid., loc. cit.

82 Les épées sont importées en grande quantité par les Portugais et les Hollandais (cf. Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116).

83 Les arquebuses sont utilisées par le duc de Mbata en 1587 (cf. Pigafetta, lib. I, cap. xii). Jean François de Rome constate l’usage de mousquets « introduits depuis un certain temps » (cf. Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 131). En 1656, on apprend qu’ils se font rares, faute de poudre et de gens sachant les manier (cf. Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, t° 150 r°).

84 J. Cuvelier, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 115.

85 Jean François de Rome, op. cit., p. 116.

86 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire Universel de Commerce, Paris 1723, t. I, p. 1067.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre xvie siècle
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/343/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre xviie siècle
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/343/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search