Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Troisième partie. L'influence européenne (Les mutations)

Chapitre XIII. La ville de São Salvador

Texte intégral

1. LES DESCRIPTIONS DE LA VILLE

1La première est de Pigafetta (1587). Voici comment il vit la capitale, située au sommet d’un mont :

  • 1 En 1529, le roi de Portugal D. João III écrivait à D. Afonso I : « On me dit que vous avez des mur (...)
  • 2 Pigafetta, lib. II, cap. i (trad. fr. de W. Bal, p. 75).

2« La ville est bâtie dans un coin ou angle de ce sommet, exposée au sud. C’est Dom Afonso, le premier roi chrétien, qui la ceignit de murs1. Il réserva aux Portugais un emplacement séparé, également entouré de murs. Il fit enclore de même son palais et les maisons royales, laissant au milieu de ces deux enceintes un grand espace libre, où est construite l’église principale ; devant celle-ci est aménagée une place. Les portes, tant des habitations seigneuriales que des maisons portugaises, donnent sur les côtés de l’église. A l’entrée de la place, quelques grands seigneurs de la cour ont leurs demeures. Derrière l’église, la place s’achève en une rue étroite et munie d’une porte. Sortant par celle-ci, on trouve beaucoup de maisons du côté de l’est. Hors des murailles qui entourent les habitations royales et la ville portugaise, nombreuses sont les constructions appartenant à divers seigneurs, chacun occupant sans ordre l’emplacement qui lui plaît, de façon à habiter à proximité de la cour. Aussi ne peut-on déterminer la superficie de cette ville en dehors des deux enceintes, toute la campagne étant remplie de maisons rurales et de palais. Chaque seigneur, dans ses habitations, enclôt comme un village. Le pourtour de la ville portugaise mesure environ un mille, celui du quartier royal autant. Les murs sont très épais. La nuit, les portes ne sont pas fermées, ni même gardées »2.

  • 3 M.M.A., vol. V, p. 385.
  • 4 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 562.
  • 5 Cavazzi, lib. I, § 276.

3La description de Pigafetta est confirmée par un auteur de 16073 : la ville, ainsi que les emplacements réservés aux Portugais et à la cour, sont entourés de murailles de pierre. Au milieu du xviie siècle, le mur entourant le quartier de la cour est tombé en ruines et remplacé par une palissade en paille4. Anciennement, observe Cavazzi (1654-1667), « ... le palais royal [...] était entouré de murs faits de pierre et de chaux, mais le temps et la négligenee les ont livrés à la ruine, comme d’autres des édifices principaux »5.

4S’il se manifeste une certaine ségrégation résidentielle entre les deux races, le style des constructions européennes est copié avec timidité par les Congolais. Jean François de Rome le constate en 1648 :

  • 6 Jean François de Rome, Brève Relation, pp. 114-115.

5« Dans la ville de São Salvador, où il y a eu et où il y a des Portugais, on trouve beaucoup de maisons construites par eux. Ces maisons, fabriquées au moyen de longs et gros pieux, reliés par des branches et couverts de terre, possèdent des chambres très grandes et spacieuses. Les murs sont blanchis d’une craie blanche qu’on trouve dans le pays ; les chambres sont bien garnies de petites tables, chaises et draperies selon la mode européenne ; ainsi ces maisons ressemblent à celles de nos contrées, avec cette différence qu’elles n’ont pas d’étage. Suivant cet exemple, certains nobles congolais construisent de la même façon ; mais ceux qui construisent ainsi sont peu nombreux, car les gens sont peu portés à faire des édifices selon l’usage européen. Le roi possède de nombreuses maisons situées à l’intérieur d’un enclos de plus d’un mille et demi de tour. Ses maisons sont construites à la manière du pays et sont habitées par la reine, les dames et demoiselles d’honneur et ses servantes. Le roi habite une maison en bois avec un étage ; dans tout le Congo, il n’y a donc que le roi à posséder une maison à étage »6.

  • 7 Cavazzi, lib. I, § 294.
  • 8 J. Cuvelier, Relations sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 55.
  • 9 [Hyacinthe de Bologne) La Pratique Missionnaire (1747), p. 147.

6Les emprunts au style de construction européen ne sont jamais allés très loin. Au milieu du xviie siècle, les maisons du duc de Bamba et du comte du Soyo possédaient de petites fenêtres7, et au début du xviiie le comte fit construire une maison en bois de deux étages8. Cette dernière innovation ne fut pas du goût du peuple du Soyo, qui se souleva et tua son chef « comme prévaricateur de la coutume des ancêtres »9.

7La grande muraille extérieure demeurait-elle encore intacte au milieu du xviie siècle ?

  • 10 O. Dapper, Description de l’Afrique, pp. 342-343 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 562).
  • 11 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 141.

8Selon Dapper (1668) « Il n’y a point de murailles autour de cette ville, si ce n’est d’un côté de devers le Midi, que le premier Roi Chrétien donna aux Portugais pour les mettre à couvert des insultes (pour qu’ils soient mieux protégés) »10. Est-ce l’invasion des Jagas ou le défaut d’entretien qui entraîna un délabrement graduel ? Pourtant, tout n’était pas encore détruit vers la fin du xixe siècle, car en 1879 Bentley découvre encore trois pans debout. La muraille avait de 15 à 20 pieds de haut (4,57 à 6,09 m) et une épaisseur de 2 pieds 6 pouces à 3 pieds (76 à 91 cm). Elle était construite en « grands morceaux d’hématite avec de la chaux et de gros blocs de calcaire pour servir d’armature »11.

9De même que Pigafetta, Dapper donne l’image d’une série d’habitations très dispersées. Bien qu’il soit question de rues il est douteux que le terme soit exact. Il devait s’agir plutôt de chemins.

  • 12 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 343 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 562).

10« Il [D. Afonso] fit aussi fermer de murailles son Palais, et toutes les maisons Royales qui sont aux environs, laissant une place vuide où l’on bâtit ensuite un Palais [hooft-kerk = cathédrale, dans le texte hollandais] et un cimetière. La cime de la montagne est occupée par des maisons bâties fort près l’une de l’autre : les personnes de qualité en possèdent la plus grand partie, et font des enceintes de bâtiments qui ressemblent à une petite ville. Les habitations des personnes du commun sont rangées de file, en diverses rues, elles sont assez grandes, mais les murailles ne sont que de paille ; excepté quelques-unes que les Portugais ont faites, dont les murs sont de brique [gestampie aerde = terre battue, dans le texte hollandais] et le toit de chaume. Le palais du Roi est aussi grand qu’une ville ordinaire, il est fermé de quatre murailles, celle qui regarde sur le cartier des Portugais est de chaux et de pierre, les autres ne sont que de paille, mais travaillée fort proprement. Les murailles des sales et des chambres sont ornées de tapisseries de paille nattées avec beaucoup d’art. Dans l’enceinte intérieure du Palais, il y a des jardins et des vergers embellis de berceaux et de pavillons fort beaux pour le païs, quoiqu’au fond ce ne soit pas grand chose. Il y a dix ou douze églises, la Cathédrale, sept chappelles dans la ville et trois églises dans le château du Prince [= le roi]. Il y a aussi un couvent de jésuites, où trois ou quatre de ces pères font tous les jours le Cathéchisme au peuple, et des écoles où l’on enseigne le Latin et le Portugais. Il y a deux fontaines l’une dans la rue de Saint-Jacques et l’autre dans une cour du Palais, qui fournissent abondance d’eau fraîche, sans qu’on se donne la peine de refaire les aqueducs [sic !] ou de les entretenir »12.

11Nulle autre source ne parle d’aqueducs à São Salvador, et il est impossible de savoir à quelle époque ils auraient pu être construits. D’ailleurs, le mot employé dans le texte hollandais est slaet, il devait s’agir de conduits à ciel ouvert.

  • 13 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 527.

12En 1607, le Conseil de Philippe III, roi d’Espagne, examinant une demande du roi D. Alvaro III du Congo (1574-1614) désireux de recevoir des maçons et des forgerons, expliquait « qu’il ne convenait pas qu’il ait dans son royaume quelqu’un qui sache faire des travaux avec de la pierre et de la chaux, ni avec le fer, parce que ce serait l’occasion de quelque désobéissance ». En marge, de la main de Philippe III : « C’est bon »13.

  • 14 M.M.A., vol. I, p. 480 (lettre de D. Afonso I, du 25-8-1526).

13Cette précaution mesquine ne semble pas avoir gêné la construction d’ouvrages en pierre et en chaux dans la capitale. Dès 1526, D. Afonso I écrivait à Lisbonne qu’« en ce qui concerne les chaufourniers ou des hommes pour faire de la chaux, nous n’en avons pas besoin, car nous avons beaucoup d’hommes du pays [des Noirs] qui savent bien la faire »14. Peut-être y avait-il là un peu d’outrecuidance.

14Jean François de Rome (1648) donne une excellente image des villes congolaises au milieu du xviie siècle. Il décrit avec une précision relative la disposition des maisons par rapport aux « chemins », ainsi que la forme labyrinthique des habitations :

  • 15 Jean François de Rome, Brève Relation, trad. F. Bontinck, p. 113.

15« Dans les villes, les gens habitent des maisons qui ne sont pas alignées le long des rues. Leurs maisons se trouvent tellement retirées des rues que, dans celles-ci, on ne voit que les passants. Les gens construisent une sorte de mur, fait de paille et de pieux, semblable à une haute haie, entourant leur enclos dans sa longueur et sa largeur ; cette clôture est reliée à celle de leur voisin de sorte que les habitants, joignant leur enclos à celui de leur voisin, délimitent les deux côtés de la rue. Dans ces murs de clôture, ils aménagent une petite porte, par laquelle on entre dans une petite cour, entourée de toute part de murs de cette paille ; de cette cour on se rend dans une autre, par une porte si basse qu’en se baissant jusqu’à terre on peut à peine y passer. Cette porte est aménagée dans un coin de la cour, non pas vis-à-vis de l’autre porte, mais à l’écart ; de cette cour on pénètre de la même manière dans une autre et ainsi, pour arriver à l’habitation, on doit traverser successivement cinq ou six cours ; leur nombre étant plus ou moins élevé selon la condition de l’habitant. Ils font ces cours pour le cas où quelqu’un voudrait porter atteinte à leurs biens ou à leur personne. Voulant fuir, le malfaiteur ne trouvera pas si facilement par où sortir dans la rue, de façon que le propriétaire pourra l’attraper aisément »15.

16A titre de comparaison, voici la description que donnera, en 1776, l’abbé Proyart de la ville de Buali, capitale du Loango. Encore que moins flatteuse, cette description est très proche de celle de São Salvador par Jean François de Rome.

  • 16 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 218. L’aut (...)

17« Cette capitale, qui n’est pas comparable pour les édifices à nos plus pauvres villages, est d’une vaste étendue, et paraît assez peuplée ; elle est divisée en autant de petits hameaux qu’elle renferme de familles ; et chaque famille a auprès de son hameau une portion de terre qu’elle cultive pour sa subsistance. Les rues ou plutôt les sentiers de la ville sont multipliés à l’infini et si étroits que l’on ne saurait y passer deux de front. Il y croît une espèce d’herbe si haute qu’elle empêche en plusieurs endroits d’apercevoir les maisons. De loin, la ville ressemble à une forêt : on voit dans l’enceinte et aux environs quantité de plans de palmiers et de bananiers »16.

  • 17 Cf. Pigafetta : « Chaque seigneur dans ses habitations enclot comme un village » ; Dapper : « ... (...)
  • 18 Cf. la description de São Salvador par Weeks (fin du xixe siècle) : « A São Salvador et dans les g (...)
  • 19 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 343 (Naukeurige Beschrijvinge, pp. 562-563). São Salvador (...)
  • 20 M.M.A., vol. V, p. 385.

18Cette agglomération de constructions éparses qu’est la ville africaine pré-coloniale est composée d’une série de compounds, pour employer le terme anglais17 (lumbu en kikongo)18. Seul le témoignage de Proyart donne à entendre explicitement que les champs cultivés se trouvent intégrés aux compounds. En allait-il ainsi à São Salvador ? Nous croyons être en droit de l’affirmer. Dapper dit en effet qu’à l’intérieur du compound royal il y avait « des jardins et des vergers » ; il note aussi que, la nuit, on enfermait les animaux domestiques « dans des parcs [heiningen = enclos, dans le texte hollandais] qui sont dans la ville près des maisons »19. Un texte de 1607 précise que la vallée au pied de la colline était « bien cultivée », mais son auteur ne spécifie pas si les champs appartenaient aux habitants du sommet20.

2. LA POPULATION

19Plusieurs auteurs donnent des estimations de la population de São Salvador aux xvie et xviie siècles :

  • 21 Raffaello Maffei da Volterra, Commentariorum Urbanorum, Rome, 1506, f° 138 (v°).

20Raffaello Maffei da Volterra (1506) 100 00021

  • 22 Pigafetta, lib. II, cap. i (la ville mesure dix milles – italiens – de périmètre).

21Pigafetta (1587) 100 00022

  • 23 M.M.A., vol. III, pp. 500-504.

22Texte anonyme (1595) 10 000 feux23

  • 24 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575.

23Dapper (1668) 40 00024

  • 25 Cavazzi, lib. I, g 154 (en temps de paix).

24Cavazzi (1654-1667) 60 00025.

25Si l’on tient compte de la tendance naturelle des auteurs à l’exagération, on peut admettre que la population devait être, vers le milieu du xviie siècle, de 20 à 30 000 habitants.

  • 26 Peter C. W. Gutkind, The Royal Capital of Buganda, Mouton et Cie, La Haye, 1963, p. 15.
  • 27 Lettre du 7 mars 1966. Notons au passage que la ville de Shoshong, capitale des Mangwato du Bechua (...)

26Pour donner un point de comparaison voici quelques chiffres concernant la population de la capitale du Buganda : 77 000 habitants en 1900 ; 60 000 en 1906 ; 77 000 en 1910. Et pourtant les recensements de 1911 et de 1948 ne donnent que 32 441 et 34 337 habitants, respectivement, ce qui tendrait à démontrer la fragilité des estimations26. M. Roger Summers conservateur du Musée National de Bulawayo (Rhodésie), pense que la population de Zimbabwe avant les invasions Nguni, vers 1830, ne devait guère dépasser 10 000 habitants27.

  • 28 Cherubino da Savona, cité par L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l (...)
  • 29 L. Jadin, « Relation sur le royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 17 (...)
  • 30 « Roteiro da Viagem ao Reino do Congo por A. J. Castro » (1845), in Bol. Soc. Geog. Lisboa, 2e sér (...)
  • 31 W. G. Grandy, « Report of the Progress of the Livingstone Congo Expedition », in R. Geog. Soc. Pro (...)
  • 32 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 139.
  • 33 A. Brásio, D. António Barroso, Missionário, Cientista, Missiólogo, Lisbonne, 1961, p. 104.
  • 34 Ibid., loc. cit.

27Après la défaite d’Ambuíla et l’abandon temporaire de São Salvador à la fin du xviie siècle, les chiffres qui nous sont parvenus sont très variables : 35 000 habitants en 176028, mais 100 personnes et 22 cabanes seulement en 179529. En 1845, A. J. Castro compta plus de 3 000 huttes et estima la population à 18 000 habitants30. En 1873, une épidémie de variole la fit tomber brutalement31, et Bentley, en 1879, ne trouva que 200 cabanes et 50 autres dans un faubourg appelé Lilongo32. Lorsque le père António Barroso arrivera dans la capitale, le 13 février 1881, il n’y dénombrera qu’environ 600 âmes « pauvres et abattues »33. Vers 1889, la présence des missionnaires fera remonter le nombre des habitants à 3 50034.

  • 35 L. Jadin, « Relation sur le royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 17 (...)

28Il nous paraît utile d’ajouter ici les quelques rares estimations parvenues au sujet de la population des villes de province. Selon Dicomano (1795), les grands villages ou capitales de provinces (Banzas) comptaient 200 cabanes et plus ; il y en avait environ une cinquantaine dans les petits villages (Libatas)35.

  • 36 L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de L’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. X (...)
  • 37 L. Degrandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique..., Paris, 1801, t. I, p. 68. Dapper disait (...)

29En 1711, la population de la ville du Soyo fut estimée à 12 000 habitants36, celle de Loango en 1787 à 15 00037. L’essor de cette dernière contraste nettement avec la décadence de la capitale du Congo à la même époque.

3. PEUT-ON VRAIMENT PARLER DE « VILLE » A PROPOS DE SÃO SALVADOR ?

  • 38 Cf. V. Gordon Childe, « The Urban Revolution », in Town Planning Review, Liverpool, vol. XXI (1950 (...)
  • 39 V. Gordon Childe, « Civilisations, Cities, Towns », in Antiquity, vol. XXXI (1957), p. 37.
  • 40 Cf. Harry Pearson, « The Economy has no Surplus », in K. Polanyi et al., Trade and Market in the E (...)

30Les Congolais avaient-ils réalisé à São Salvador, au xviie siècle, ce que V. Gordon Childe appelle la « révolution urbaine »38 ? Voici la définition d’une ville selon Childe : « Une communauté, dont une part importante est composée d’administrateurs de métier, de fonctionnaires, de prêtres, d’artisans et de commerçants qui ne capturent ni ne cultivent leur propre nourriture, mais vivent du surplus de la production d’agriculteurs ou de pêcheurs vivant soit à l’intérieur de la ville, soit dans des villages en dehors des murs »39. Childe pensait au Proche-Orient de la Haute Antiquité, et il est douteux que l’exemple de l’Afrique lui soit jamais venu à l’esprit. La notion du « surplus », condition sine qua non, selon Childe, de l’existence de professions exercées « à plein temps » et, partant, de classes sociales, se révèle d’une grande complexité. Délicate et périlleuse à manier, elle est devenue le sujet d’âpres controverses40.

31Dans la société africaine, où l’on assiste à une spécialisation du travail selon le sexe – les travaux agricoles incombant aux femmes et l’artisanat étant pratiqué par les hommes –, le concept « childien » de « surplus » se trouve placé dans un contexte que cet auteur ignorait vraisemblablement.

  • 41 J. D. Clark, « Africa South of the Sahara », in R. J. Braidwood et G. R. Willey, Courses toward Ur (...)
  • 42 R. Summers, « Was Zimbabwe Civilized ? », in Conference on the Historg of the Central African Peop (...)

32Si l’on ne peut adopter comme critère du stade de l’« urbanisation » l’existence d’un « surplus », peut-on toujours considérer São Salvador comme une véritable ville ? Deux auteurs britanniques, qui se sont posé la même question au sujet de Zimbabwe, arrivent à des conclusions opposées. Pour J. D. Clark, l’Afrique méridionale traditionnelle n’est jamais parvenue au stade de « pleine urbanisation », Zimbabwe n’est qu’un « premier pas » vers ce stade41. Pour R. Summers, archéologue ayant beaucoup travaillé sur les lieux même et mûrement réfléchi à ce problème, Zimbabwe était « virtuellement une ville »42. Devant ces divergences, si subtilement nuancées, que dire ?

  • 43 Cf. O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 562 (dix ou onze) ; L’évêque Francisco de Soveral en é (...)
  • 44 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 326.
  • 45 Le P. António Barroso en donnait les dimensions suivantes d’après les ruines qu’il a vues en 1881  (...)

33Que São Salvador ait, oui ou non, mérité le nom de ville au stade pré-chrétien (seules des fouilles archéologiques permettront d’en décider), peut-on le lui refuser au xviie siècle alors que l’on y trouvait au moins douze églises, construites pour la plupart en pierre43 ? L’une d’elles était la cathédrale, fondée entre 1517 et 152644, et dont les ruines existent encore aujourd’hui45. En 1798, Raimondo da Dicomano décrit ainsi les ruines qu’il avait vues – tout ce qui restait de la ville après les guerres civiles du xviiie siècle – :

  • 46 Le collège des jésuites fut construit en 1619-1625 (cf. L. Jadin, « Le Clergé séculier et les capu (...)
  • 47 Il s’agit de la Misericordia des capucins, construite entre 1654 et 1677 (cf. Cavazzi, lib. I, § 2 (...)
  • 48 L. Jadin, « Relation sur le Royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 17 (...)

34« On voit en effet les murs de la cathédrale, qui était grande et bien faite. On peut voir les ruines du palais de l’évêque, des palais du roi, de la reine et du prince, tous très grands en pierre et chaux. On voit les ruines des maisons des Pères de la Compagnie de Jésus et une église46, notre hospice47 et neuf autre églises, toutes très grandes, de pierre et de chaux. Mais maintenant tout est brousse. Actuellement le palais du roi n’est pas plus qu’une petite cabane de paille, comme celle des autres Noirs »48.

  • 49 L. Jadin, « L’Église de Ngonga Mbata », in Bull, des Séances de l’A.R.S.C, t. I, fasc. 4 (1955), p (...)

35Dans les provinces, on n’a retrouvé, en fait d’édifices en pierre, que les restes de l’église de Ngonga Mbata, découverts en 1937. Il s’agit d’une enceinte de pierres apportées du lit des rivières voisines et de terre battue. Sa mise à jour révélait un travail de construction qui « avait exigé l’aide de techniciens européens ». La partie dégagée avait 25,50 m de long, sur 10 m de large. L’église servait encore de sépulture au xviiie siècle49.

  • 50 Pierre van den Broecke, Voyages, Amsterdam, 1705, p. 315.

36Au Soyo, en 1605, il y avait « 4 ou 5 églises », d’après Pierre van den Broecke, mais il ne spécifie pas si elles étaient en pierre50.

Notes

1 En 1529, le roi de Portugal D. João III écrivait à D. Afonso I : « On me dit que vous avez des murailles en pierre très bien faites et à l’intérieur de nombreuses bonnes maisons en pierre et chaux ; je vous en prie, s’il est possible, ordonnez que ces murailles soient terminées tout autour le plus tôt possible. » (Cf. M.M.A., vol. I, p. 529-530).

2 Pigafetta, lib. II, cap. i (trad. fr. de W. Bal, p. 75).

3 M.M.A., vol. V, p. 385.

4 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 562.

5 Cavazzi, lib. I, § 276.

6 Jean François de Rome, Brève Relation, pp. 114-115.

7 Cavazzi, lib. I, § 294.

8 J. Cuvelier, Relations sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 55.

9 [Hyacinthe de Bologne) La Pratique Missionnaire (1747), p. 147.

10 O. Dapper, Description de l’Afrique, pp. 342-343 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 562).

11 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 141.

12 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 343 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 562).

13 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 527.

14 M.M.A., vol. I, p. 480 (lettre de D. Afonso I, du 25-8-1526).

15 Jean François de Rome, Brève Relation, trad. F. Bontinck, p. 113.

16 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 218. L’auteur dit ailleurs dans son ouvrage (p. 54) que « les villes ne sont a proprement parler que de grands villages ».

17 Cf. Pigafetta : « Chaque seigneur dans ses habitations enclot comme un village » ; Dapper : « ... des enceintes de bâtiments qui ressemblent à une petite ville » ; Proyart : « ... elle [la ville] est divisée en autant de petits hameaux qu’elle renferme de familles ».

18 Cf. la description de São Salvador par Weeks (fin du xixe siècle) : « A São Salvador et dans les grandes villes des environs, [...] il y a une ébauche de rues régulières ou de ruelles entre les compounds, lumbu, pl. tumbu [...] Dans les villes plus petites et dans les villages, [...] on n’élève pas de clôture autour des maisons des chefs, ni autour des groupes de maisons appartenant aux notables » (cf. J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, p. 94).

19 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 343 (Naukeurige Beschrijvinge, pp. 562-563). São Salvador était-il au fond si différent des villes européennes au Moyen Age ? D’après R. Romano et J. Le Goff, « Les jardins dans les villes ne représentent pas seulement – jusqu’aux xvie/xviie siècles– des lieux d’agrément : la campagne est encore dans la ville et le paysan vit à l’intérieur de celle-ci et, parfois, les « villes » du Moyen Age doivent être considérées, dans une certaine mesure, comme des agglomérations de paysans qui sortent travailler » (cf. R. Romano et J. Le Goff, « Paysages et Peuplement rural en Europe après le xie siècle », in Études Rurales, 17 (1965), p. 10).

20 M.M.A., vol. V, p. 385.

21 Raffaello Maffei da Volterra, Commentariorum Urbanorum, Rome, 1506, f° 138 (v°).

22 Pigafetta, lib. II, cap. i (la ville mesure dix milles – italiens – de périmètre).

23 M.M.A., vol. III, pp. 500-504.

24 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575.

25 Cavazzi, lib. I, g 154 (en temps de paix).

26 Peter C. W. Gutkind, The Royal Capital of Buganda, Mouton et Cie, La Haye, 1963, p. 15.

27 Lettre du 7 mars 1966. Notons au passage que la ville de Shoshong, capitale des Mangwato du Bechuanaland, aurait eu jusqu’en 1874 une population de 30 000 habitants selon diverses estimations de voyageurs blancs (cf. E. C. Tabler, The Far Interior, Cape Town, 1955, p. 19).

28 Cherubino da Savona, cité par L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 378.

29 L. Jadin, « Relation sur le royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bull, des Séances de rA.R.S.C, vol. III, fasc. 2 (1957), p. 320.

30 « Roteiro da Viagem ao Reino do Congo por A. J. Castro » (1845), in Bol. Soc. Geog. Lisboa, 2e sér., n° 2 (1880), p. 63.

31 W. G. Grandy, « Report of the Progress of the Livingstone Congo Expedition », in R. Geog. Soc. Proceedings, vol. 19 (1874-1875), p. 102.

32 W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 139.

33 A. Brásio, D. António Barroso, Missionário, Cientista, Missiólogo, Lisbonne, 1961, p. 104.

34 Ibid., loc. cit.

35 L. Jadin, « Relation sur le royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bull, des Séances de l’A.R.S.C, vol. III, n° 2 (1957), p. 319.

36 L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de L’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 557 (Source : Laurent de Lucques).

37 L. Degrandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique..., Paris, 1801, t. I, p. 68. Dapper disait en 1668 qu’elle était de la taille d’Amsterdam « avant sa dernière expansion » (Naukeurige Beschrijvinge, p. 519).

38 Cf. V. Gordon Childe, « The Urban Revolution », in Town Planning Review, Liverpool, vol. XXI (1950), pp. 3-17. Voir aussi, du même auteur, La Naissance de la Civilisation, Paris, 1964, trad, franc, de Man makes Himself, chap, vii, « La révolution urbaine ».

39 V. Gordon Childe, « Civilisations, Cities, Towns », in Antiquity, vol. XXXI (1957), p. 37.

40 Cf. Harry Pearson, « The Economy has no Surplus », in K. Polanyi et al., Trade and Market in the Early Empires, Glencoe, 1957 ; Marvin Harris, « The Economy has no Surplus ? », American Anthropologist, vol. 61, n° 2 (1959), pp. 185-199 ; Robert L. Carneiro, in Johannes Wilbert (ed.), The Evolution of Native Horticultural Systems in South America, Causes and Consequences, a Symposium, Caracas, 1961. Pour une approche originale de ce problème, cf. Ester Boserup, The Conditions of Agricultural Growth, Londres, 1965.

41 J. D. Clark, « Africa South of the Sahara », in R. J. Braidwood et G. R. Willey, Courses toward Urban Life, Edinbourgh, s.d. (1962), p. 29.

42 R. Summers, « Was Zimbabwe Civilized ? », in Conference on the Historg of the Central African Peoples, Lusaka, 1963, p. 5 (ronéotypé – sans pagination continue. A la Bibliothèque des Études Africaines, Sorbonne).

43 Cf. O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 562 (dix ou onze) ; L’évêque Francisco de Soveral en énumère 9 en 1640 (cf. M.M.A., vol. VIII, p. 443) ; Jean François de Rome 6 en 1648 (cf. Brève Relation, éd. F. Bontinck, pp. 109-111), A. J. Castro les ruines de 12 en 1845 (cf. A. J. Castro, « Roteiro da Viagem ao reino do Congo em 1845 », in Bol. Soc. Geog. Lisboa, 2e sér., n° 2 (1880), p. 63).

44 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 326.

45 Le P. António Barroso en donnait les dimensions suivantes d’après les ruines qu’il a vues en 1881 : 35,61 m de long et 12,61 m de large (cf. António Brásio, António Barroso, Missionário, Cientista, Missiólogo, Lisbonne, 1961, p. 7. En 1619, l’évêque Manuel Baptista l’avait décrite comme étant « de grandeur moyenne, très pauvrement construite, avec un toit en chaume, sans chœur ni sacristie et ayant un clocher inachevé » (cf. M.M.A., vol. VI, p. 415).

46 Le collège des jésuites fut construit en 1619-1625 (cf. L. Jadin, « Le Clergé séculier et les capucins du Congo et d’Angola aux xviie et xviiie siècles », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVI (1964), p. 200).

47 Il s’agit de la Misericordia des capucins, construite entre 1654 et 1677 (cf. Cavazzi, lib. I, § 276).

48 L. Jadin, « Relation sur le Royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bull, des Séances de l’A.R.S.C, vol. III, fasc. 2 (1957), p. 320. En 1845, lors de la visite de A. j. Castro, le roi habite encore une paillote : « ... il a en cours la construction d’une autre maison en bois, mais comme il n’y a que deux charpentiers qui y travaillent, je ne crois pas qu’elle soit prête de son vivant, car il a plus de soixante-dix ans » (cf. A. J. Castro, art. cit., p. 63). En 1863, lorsque les Portugais occupèrent São Salvador, ils construisirent pour le roi de l’époque une maison européenne (cf. W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, p. 141).

49 L. Jadin, « L’Église de Ngonga Mbata », in Bull, des Séances de l’A.R.S.C, t. I, fasc. 4 (1955), pp. 1000-1005.

50 Pierre van den Broecke, Voyages, Amsterdam, 1705, p. 315.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search