Version classiqueVersion mobile

Dossier : Aitia

Résumés-Abstracts

Texte intégral

Alberto MAFFI

1Causalité et responsabilité dans le droit de la Grèce ancienne

2Cet article s’interroge sur l’usage et la signification des termes aitios et aitia dans les sources juridiques grecques du point de vue de la causalité dans ses rapports avec l’attribution de responsabilité. La première partie s’occupe des rapports entre causalité directe et causalité indirecte, surtout à la lumière de l’œuvre de Dieter Nörr. Dans la deuxième partie sont présentés deux cas d’espèce qui nous montrent comment est surgie en Grèce la notion juridique de cause : il s’agit de deux textes provenant de la Crète du début du Ve siècle. Le premier est un passage du Code de Gortyne qui se réfère à la responsabilité du mari en cas de divorce. Le deuxième est une clause du traité entre Gortyne et Rhittenia où l’on retrouve pour la première fois la locution aitias aitiasasthai, qui reviendra dans certains passages des plaidoyers attiques pour désigner l’accusé en tant que personne qui est la cause et en même temps le responsable du dommage subi par l’accusateur.

3Mots-clés : causalité, responsabilité, droit, Grèce, Antiquité.

4This article examines the use and meaning of the terms aitios and aitia in the Greek legal sources from the perspective of causality in its relations with the attribution of responsibility. The first part deals with the relationship between direct and indirect causation, especially in light of the work of Dieter Nörr. The second part presents two cases that show us how the legal concept of cause arose in Greece. They are two texts coming from Crete and dated in the early fifth century. The first is a passage of the Gortyn Code which refers to the husband’s responsibility in case of divorce. The second one is a clause in the treaty between the cities of Gortyn and Rhittenia, where we find for the first time the phrase aitias aitiasasthai, who will return in some passages of the Attic pleas to designate the accused as a person who is the cause and at the same time the responsible for the damages suffered by the accuser or by the community.

5Key words: causality, responsibility, law, Greece, Antiquity.

Catherine DARBO-PESCHANSKI

6De l’aitios juridique à l’aitia platonicienne. Quelques suggestions

7Cet article revient sur la répartition des rôles entre les Rois et les Éphètes au début de la loi de Dracon sur l’homicide par le biais du sens à donner à aitios. Dans « le fait d’être aitios », cette loi procédurale met en lumière le schème sémantique de « l’implication dans ». L’enquête passe alors à la tragédie en cherchant à montrer comment celle-ci crée différentes formes préfixées d’aitios/aitia qui lui permettent d’articuler les différentes relations des dieux et des hommes, notamment quand il est question d’homicide. Ainsi apparaissent de nouveaux sens comme « l’implication aux côtés de », « l’implication conjointe » et différentes façons de prendre part à un meurtre. Enfin, l’article suggère que la philosophie de Platon peut, au moins en partie, reposer sur une telle notion d’aitios/aitia quand elle élabore une notion de cause impliquant à la fois la combinaison et la hiérarchie entre les causes primaires et intelligentes, d’une part ; les causes secondaires ou auxiliaires, de l’autre.

8Mots-clés : part, implication, structure de l’action épique et tragique, cause première, causes auxiliaires

9This paper first returns to the interpretation of the Basileis’and the Ephetai’s respective roles at the beginning of Drakon’s law on the homicide, through the meaning of aitios. In “being aitios ” this procedural law highlights the semantic pattern of “the implication in”. Then the inquiry moves on to show how the tragedy creates many prefixed forms that develop this meaning in order to problematize the relationships of the gods and human beings, especially when homicides are concerned. Thus emerge various meanings such as “the implication with somebody”, “the common implication”, and different levels of participation in a murder. Finally, the paper suggests that the platonic philosophy can, at least partially, rely on such notion of aitios/aitia in elaborating a notion of cause, which implies both a combination and a hierarchy between the primary or intelligent and secondary or contributory causes.

10Key words: art, implication, structure of epic and tragic action, primary cause, contributory causes.

Laura PEPE

11Some Remarks on Homicide and Criminal Responsibility in Ancient Greece

12In the Homeric poems – although the notion that material and causal responsibility should be separated from moral responsibility begins to emerge – the principle of strict liability predominates. This is moreover true as far as homicide is concerned; when a man is killed, whether the killing is intentional or not, the victim’s relatives react with vengeance. With his law on homicide, towards the end of the seventh century BC, the Athenian legislator Drakon was the first to consider mens rea as a criterion to differentiate the penalties. The debate on criminal and, more generally, moral responsibility becomes urgent in the last years of the fifth century, when in the end the idea prevails that a merely material and causal agent can be considered neither responsible nor, consequently, guilty.

13Key words: criminal responsibility, material responsibility, strict liability, causality, Drakon.

14Dans les poèmes homériques – où commence à émerger le sentiment que la responsabilité matérielle et causale ne peut pas être séparée de la responsabilité morale – prédomine l’idée d’une responsabilité de type objectif. Cela est vrai aussi en ce qui concerne le meurtre : quand un homme est tué, indépendamment du fait que le meurtre soit volontaire ou non, la famille de la victime réagit en se vengeant. Avec sa loi sur le meurtre, vers la fin du VIIe siècle, le législateur athénien Dracon est le premier à envisager l’élément subjectif comme critère pour différencier la peine. Le débat sur la responsabilité pénale et, plus généralement, morale, prend de l’importance au cours des dernières années du Ve siècle, quand prévaut l’idée que l’agent matériel et purement causal ne peut pas être tenu responsable, ni, donc, coupable.

15Mots-clés : responsabilité pénale, responsabilité matérielle, responsabilité objective, causalité, Drakon.

Cristina VIANO

16Causalité et responsabilité chez Lysias et Aristote

17Dans ses discours, Lysias le « logographe » fait appel à des principes éthiques généraux qui témoignent d’une réflexion en cours sur la matière de la juridiction pénale, et donc de la rhétorique judiciaire, avant Aristote et sa théorie de l’action responsable. On se propose donc ici d’examiner l’emploi en acte que Lysias fait de la notion juridique et éthique de responsabilité et des notions annexes d’acte volontaire, de préméditation et d’intention, ainsi que les réflexions qu’elles lui inspirent, et de montrer les convergences indéniables avec la théorisation aristotélicienne de ces notions.

18Mots-clés : rhétorique judiciaire, responsabilité, préméditation, Aristote, Lysias.

19In his speeches, Lysias the ‘logographer’ quotes some general ethic principles which shows that he is considering the problems of penal law in his time. It reveals that even before Aristotle’s theorisation of voluntary action there was some theoretical reflection on those matters. We will examine the Lysias’use of ethical and juridical notion of responsibility and of connected notions, like voluntary action, premeditation and intention, in order to show an undeniable convergence with the Aristotelian theorisation.

20Key words: forensic rhetoric, responsibility, premeditation, Aristotle, Lysias.

Lucia CALBOLI MONTEFUSCO

21Αἴτιον and αἰτία in the theory of Status

22The mention of the words αἴτιον and αἰτία is very frequent inside the precepts that refer to the doctrine of the issues. Their use, however, is not consistent, because, according to the situation, their meaning is not the same. We actually need to distinguish between two different “reasons”: the “reason” that justifies a trial and the “reason” that justifies a deed. Some Latin authors try to specify and, in the first case, use the expression causa iudicii, in the second the expression causa facti. I will analyse the passages of Latin and Greek texts containing these words to single out difficulties and inconsistencies.

23Key words: status, circumstantiae, causa facti, causativum litis, ellipusa.

24À l’intérieur de la doctrine des états des causes (status), on rencontre plusieurs fois les mots αἴτιον et αἰτία. Leur emploi, toutefois, n’est pas toujours cohérent. On doit en effet distinguer la « raison » qui est la justification d’un procès de la « raison » qui est la justification d’une action. Les Latins se servent à ce propos de deux expressions différentes : dans le premier cas, ils parlent de « causa iudicii », dans le deuxième de « causa facti ». On cherchera donc à examiner les passages de textes grecs et latins où ces mots apparaissent pour y mettre en évidence les difficultés d’interprétation.

25Mots-clés : status, circumstantiae, causa facti, causativum litis, ellipusa.

Sarah OLSEN

26This article considers the visual representation of choral performance on the François vase. Putting aside the questions of temporal and narrative setting that have dominated discussions of the Theseus frieze, I contend that the vase offers us an illuminating image of choreia, which clearly articulates the relationships and differences between the choreographer (Theseus), the dancers (the fourteen youths) and non-dancing spectators (the sailors). Participation in choral dance is conceived as an activity that simultaneously supports individual expression and enacts group cohesion, a flexible performance dynamic consistent with Catherine Bell’s theoretical understanding of “ritualization.”

27Key words : choral dance, François vase, Theseus, ritual, geranos.

28Conceptualizing Choreia on the François Vase : Theseus and the Athenian Youths

29Cet article porte sur la dimension visuelle de la performance chorale représentée sur le Vase François. Laissant de côté les questions de temporalité et de narrativité qui ont dominé jusqu’à présent les analyses de la frise de Thésée, je fais l’hypothèse que le vase nous présente une image exemplaire de la choreia, en explicitant les relations et les différences entre le chorégraphe (Thésée), les danseurs (les quatorze jeunes gens) et les spectateurs non dansants (les marins). La participation à la danse chorale est conçue comme une activité qui permet l’expression individuelle, tout en renforçant la cohésion du groupe, une performance dynamique souple, en accord avec la notion théorique de “ritualisation” de Catherine Bell.

30Mots-clés : danse chorale, vase François, Thésée, rituel, geranos.

Pierre VESPERINI

31Les λόγοι φιλόσοφοι face aux images

32Dans un passage du De Pythiae Oraculis de Plutarque, des notables lettrés en visite au sanctuaire de Delphes font assaut d’explications au fur et à mesure de leur promenade. L’article essaie de montrer comment les discours de la philosophia se positionnent par rapport aux images. Non pas dans un rapport d’élucidation qui prétendrait en dévoiler la vérité, mais dans un rapport de compétition, tantôt ludique, tantôt professionnelle, dont l’enjeu est une excellence indissociablement esthétique, artistique et intellectuelle.

33Mots-clés : philosophie antique, esthétique antique, art antique, mimésis, allégorie.

34In a passage from Plutarch’s De Pythiae Oraculis, learned noblemen visiting the sanctuary of Delphi provide multiple explanations as they walk along. The article tries to show how philosophia talks relate to images. They do not claim to unveil their truth; they compete with them, in a way that is sometimes playful, sometimes professional. What is at stake in this competition is inextricably aesthetic, artistic and intellectual.

35Key words: ancient philosophy, ancient aesthetics, ancient art, mimesis, allegory.

Fred S. NAIDEN

36Sacrificing “In the Greek Fashion”

37The practice of sacrifice (not confined to animal offerings) was the subject of crosscultural comparisons by Greek, Babylonian, and Roman writers, but these comparisons take an asymmetrical form, in which Babylonian reports of Greek sacrifice are sometimes condemnatory, and Roman references to Greek sacrifice are normative, if not laudatory. The explanation for this phenomenon has less to do with differences in ritual practice than with differences in conceptualization. These differences in conceptualization are greater than the ritual similarities would lead one to suppose.

38Key words: sacrifice, Babylonia, ritual, thusia, immolatio.

39La pratique du sacrifice (non confinée aux offrandes animales) a fait l’objet de comparaisons interculturelles par les écrivains grecs, babyloniens et romains, mais ces comparaisons prennent une forme asymétrique, dans laquelle les rapports babyloniens au sujet du sacrifice grec sont parfois réprobateurs et les références romaines au sacrifice grec sont normatives, si non approbatives. L’explication de ce phénomène a moins à voir avec les différences dans les pratiques rituelles qu’avec les différences de conceptualisation. Ces différences dans la conceptualisation sont plus grandes que l’on supposerait, compte tenu des similitudes rituelles.

40Mots-clés : sacrifice, Babylonie, rite, thusia, immolatio.

Angeliki PETROPOULOU

41Hieromênia and sacrifice during the Hyakinthia

42The holiday period at Sparta associated with the Hyakinthia is mentioned by Herodotus in connection with the ten days during which an Athenian embassy was detained there in 479 B. C., although, according to Polycrates, the Spartans celebrated the Hyakinthia for three days. The apparent contradiction between Herodotus and Polycrates can be accounted for, if one recalls that the actual festival often occupied part of a longer holiday called the hieromênia. A careful reading of the Herodotean text suggests that the Hyakinthia lasted at least nine days. We argue that during the period preceding the actual festival the Spartans set up tents in the shrine of Apollo at Amyklai in order to accommodate the κοπίς, the ritual dinner held on the second day of the festival. Lastly, we argue that the sacrifice of numerous goats to Apollo for the kopis was the chief feature of the festival, which ended with athletic games on the third day.

43Key words: hieromênia, skênai, kopis, βούθυτος ἁμέρα, agôn.

44La période de trêve associée à Sparte aux Hyakinthia est mentionnée par Hérodote à propos des dix jours durant lesquels une ambassade athénienne y fut retenue en 479 avant notre ère. Cependant, selon Polycrates, les Spartiates ne célébraient les Hyakinthia que pendant trois jours. La contradiction apparente entre Hérodote et Polycrate peut être surmontée si l’on rappelle que le festival proprement dit occupait souvent une partie d’une trêve plus longue nommée hieromênia. Une lecture attentive du texte d’Hérodote suggère que les Hyakinthia duraient au moins neuf jours. Nous avançons que pendant la période précédant le festival proprement dit les Spartiates montaient des tentes dans le sanctuaire d’Apollon à Amyclées, pour préparer la kopis, le diner rituel du second jour de la fête. Finalement, nous avançons que le sacrifice à Apollon d’un grand nombre de chèvres était le trait principal du festival, qui se terminait par des jeux olympiques le troisième jour.

45Mots-clés : hieromênia, skênai, kopis, βούθυτος ἁμέρα, agôn.

Carmine PISANO

46Aspasia « maestro di retorica »

47Dans le Ménexène et dans le contexte d’une parodie d’oraison funèbre, Aspasie apparaît comme « maître de vérité » à la fois pour Socrate et pour Périclès. Dans cet article, il s’agit de montrer que dans le dialogue platonicien, Aspasie représente la figure « vraisemblable » d’une parole, celle dont l’autorité est fondée sur la capacité d’emprise : la parole « séductrice » de l’hétaïre. La parodie platonicienne ne vise pas ce type de parole mais les rhéteurs, comme Périclès, qui utilisent la parole d’Aspasie pour enchanter l’auditoire avec des mots creux et grandiloquents.

48Mots-clés : Aspasie, rhétorique, genre, fonction, autorité.

49In the Menexenus, Aspasia appears as “master of rhetoric” of both Socrates and Pericles in the context of a parody of the funeral eulogy. In this article, we try to demonstrate that, in the Platonic dialogue, Aspasia represents the “likely” figure of a word, whose authority is based on its power of emprise: the “seductive” word of the hetaira. The Platonic parody in not against this kind of speech, but against the rhetoricians, such as Pericles, who use the Aspasia’s word to enchant listeners with empty and magniloquent words.

50Keywords: Aspasia, rhetoric, gender, function, authority.

César Sierra MARTÍN

51Cuando Heríódoto muestra el Tucídides que lleva dentro : consideraciones sobre Herodotos VII, 107 y VIII, 111

52L’historiographie française s’est efforcée de souligner les différences entre les Histoires d’Hérodote et La Guerre du Péloponnèse de Thucydide. Pour autant, il existe également d’importants parallèlismes entre les deux œuvres qui méritent toute notre attention. L’objectif de cet article est d’identifier ces points de rencontre et de les relier au contexte intellectuel dans lesquel les deux écritures se sont développées, la sophistique. Pour étayer l’argument, nous présenterons deux extraits d’Hérodote très proches de l’écriture thucydidéenne : le siège d’Andros et la prise d’Eïon.

53Mots clés : Hérodote, Thucydide, Andros, Eïon.

54Modern historiography has tried to underline the differences between the works by Herodotus and Thucydides. However, there are also evident parallels in both works, parallels that deserve special attention. Therefore, this paper aims to point out the connections between Herodotus and Thucydides and to analyse the great influence that the Sophists had on them. In order to show it we will study two examples taken from Herodotus : the siege of Andros and Eïon making.

55Key words: Herodotus, Thucydides, Andros, Eïon.

Andrea COZZO

56L’épistémologie de Jean Bollack ou Bollack contre Bollack

57La philologische Wissenschaft de Jean Bollack vise à parvenir à « la bonne leçon » d’un texte et à l’« intention originale » de l’auteur, au sens fort de ces expressions. Elle est fondée sur trois éléments : l’identification des préjugés qui auraient conduit aux lectures erronées, l’analyse syntaxique du texte et la discussion des opinions des savants (ou critique dialectique). Mais, en aucun cas, la rigueur et l’érudition de Jean Bollack ne peuvent échapper à des présupposés non soumis à la discussion, en particulier à la conviction que le sens d’un texte se trouve dans les manuscrits que nous possédons (ou il est en tout cas récupérable à travers eux), à l’idée que les grands textes sont plus réflexifs que les autres, et à la notion d’originalité des auteurs par rapport à la tradition. En outre, Jean Bollack ne réfute pas toujours de manière critique l’opinion des savants auxquels il s’oppose ; simplement, il la refuse. Néanmoins, il fait constamment recours à une rhétorique du progrès scientifique et de la démarche scientifique.

58Mots-clés : Jean Bollack, épistémologie, philologie, interprétation des textes.

59Jean Bollack’s philologische Wissenschaft aims to reach the “good lesson” of a text and to get the “original intent” of its author, in the true sense of these expressions. It is based on three main elements: the identification of biases that would lead to an incorrect interpretation; the syntactic analysis of the text and the discussion of the points of view of other scholars (i.e. a dialectical criticism). Bollack – despite his accuracy – does not question his own assumptions : 1) that the sense of a text is in the manuscripts we possess (or – in any case – it is recoverable through them); 2) the idea that the great texts are more insightful than others; and 3) the notion of originality of the authors compared to the tradition. Furthermore, Jean Bollack does not always refute the opinions of other scholars; sometimes he simply refuses to acknowledge them. Finally, he makes a constant recourse to a rhetoric of scientific progress, scientific approach etc.

60Keywords: Jean Bollack, epistemology, philology, interpretation of texts.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search