Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Troisième partie. L'influence européenne (Les mutations)

Chapitre XI. Les conséquences de l’ouverture de la nouvelle frontière

Texte intégral

1. MENACE POUR L’ÉQUILIBRE INTÉRIEUR : EFFETS POLITIQUES ET SOCIAUX DU COMMERCE EUROPÉEN

1Jusqu’à l’arrivée des Européens, la frontière de la mer avait représenté pour les Congolais une protection, car ils pensaient que nul adversaire ne pouvait en surgir. L’arrivée des Blancs, confondue au premier abord avec le retour salutaire des ancêtres, revêtira rapidement une signification ambiguë lorsque les Congolais comprendront qu’il s’agit d’hommes et non de dieux, et que la générosité des Européens qui apportent l’Évangile du Christ et de somptueux cadeaux au roi n’est pas dénuée d’arrière-pensée. En échange du don de la Bonne Nouvelle, les Blancs s’attendent à une transformation radicale de la vie traditionnelle africaine, ce qui impliquera des contraintes de toutes sortes.

  • 1 Rui de Pina, Croniqua, cap. lviii.
  • 2 Cf. Instructions données à Simão da Silva, in M.M.A., vol. I, p. 239 (1512).

2Les premiers échanges matériels entre Congolais et Européens prirent la forme de cadeaux du roi de Portugal (surtout des tissus luxueux) auxquels le roi du Congo répondait à son tour par des présents (nattes de raphia et ivoire)1. Conformément à leur coutume, les rois du Congo s’attendaient à voir ce « commerce » se poursuivre ainsi entre souverains, chacun restant le maître de ses sujets ; et à en juger par les instructions données à ses agents, la cour de Lisbonne semble avoir voulu agir d’abord dans ce sens2.

3Pour les rois du Congo, le contrôle direct du commerce européen était une nécessité vitale, car, la possession d’objets européens conférant un surcroît de prestige et donc un certain pouvoir, il importait que la distribution en fût réglée conformément à la hiérarchie sociale. Autrement, tout l’édifice de la société risquait de s’écrouler.

4Malheureusement le Congo ne possédait aucun système centralisé de douanes, et la capitale se trouvait loin de la côte – source de biens européens.

5Si la cour de Lisbonne acceptait de respecter la structure sociale et la coutume locale en ne commerçant qu’avec le roi et ses agents, il n’en allait pas de même en ce qui concernait les marchands de l’île de São Tomé, qui bafouaient les usages africains avec une désinvolture délibérée : ils n’admettaient que le libre jeu du marché, dépouillé de toute considération politique ou hiérarchique.

6Le rôle de l’île de São Tomé dans le destin du Congo n’étant pas négligeable, examinons un instant son histoire.

  • 3 M.M.A., vol. I, p. 50.
  • 4 Dans la seconde moitié du xvie siècle, une maladie frappera la canne à sucre, et la concurrence de (...)
  • 5 M.M.A., vol. I, p. 183.
  • 6 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), éd. de l’Acad. Hist. Port., Lisbonne, 1 (...)
  • 7 M.M.A., vol. I, p. 320 (lettre de D. Afonso I, du 5-10-1514), et p. 359 (lettre de D. Afonso I, du (...)
  • 8 Cavazzi, lib. II, § 90.
  • 9 M.M.A., vol. I, p. 359.
  • 10 Ibid., p. 311 (lettre de 1514).

7Des colons portugais s’y implantent à partir de 14853 et très rapidement y développent la culture de la canne à sucre. Dans la première moitié du xvie siècle, São Tomé deviendra une riche colonie industrielle4et aura, de ce fait, des besoins croissants en main-d’œuvre pour les plantations. Dès 1500, les habitants reçoivent du roi de Portugal le privilège de commercer sur toute la côte, depuis le golfe de Guinée jusqu’au royaume du Congo5. Ils sont les premiers à organiser au Congo la traite, qui ne commence d’ailleurs vraiment qu’après 1510. Vers 1508, Duarte Pacheco Pereira écrit encore que « l’on n’obtient que peu d’esclaves de cette terre » 6. Non content de faire des affaires à Pinda, à l’embouchure du grand fleuve, le donataire de l’île, Fernão de Melo, traite également avec les Panzalungos7 (Mpanzalungu), « ennemis infidèles » de D. Afonso I, installés sur la rive droite du Bas-Congo8, et avec qui le roi est en guerre. Celui-ci s’en plaint en 1516 au roi de Portugal, se disant « scandalisé » d’un tel procédé9. Fernão de Melo, écrit D. Afonso I, lui dérobe les cadeaux envoyés de Lisbonne et le traite de « chien infidèle »10.

  • 11 Un document de 1546 préconise un commerce plus actif avec les populations au nord du fleuve et mêm (...)
  • 12 Cavazzi, 11b. II, § 131.

8Bien qu’aucun document ne nous soit parvenu à ce sujet, c’est probablement vers cette époque que les São-Toméens commencent à visiter également le Loango et l’Angola11. Au cours de la première moitié du xvie siècle, ils ont un commerce régulier avec l’Angola, et amènent le roi du Dongo, officiellement vassal du roi du Congo, à rapprocher sa capitale du port de Luanda, afin de mieux profiter de ce commerce12.

  • 13 M.M.A., vol. I, p. 404.
  • 14 Ibid., p. 527.

9La mobilité des Européens sur mer leur permet de commercer directement avec les vassaux de D. Afonso I vivant à la périphérie du royaume, ceux-là mêmes qui sont les plus susceptibles de se révolter contre l’autorité centrale, parce qu’ils en sont plus éloignés. Conscient de son infériorité, du fait qu’il est lié au continent, D. Afonso I écrit au roi D. Manuel en 1517, pour lui proposer naïvement « d’acheter un navire ». Ainsi libéré des tracasseries des São-Toméens, il éviterait en outre de payer des droits sur les esclaves exportés de son royaume13. Ce n’est qu’en 1529 qu’il recevra une réponse du successeur de D. Manuel, D. João III, qui se déclare « très surpris » par cette proposition puisque, ajoute-t-il perfidement, « les miens [navires] sont à vous »14 !

  • 15 Ibid., p. 429.
  • 16 P. Baesten, « Les Jésuites au Congo », in Précis historiques, t. 42 (1893), p. 108, et Orlandini, (...)
  • 17 M.M.A., vol. II, p.197.
  • 18 Ibid., p. 323. Selon un document de 1551, l’arrendamento de la traite à partir de São Tomé, pour l (...)

10Afin de freiner les abus des gens de São Tomé et de faire revivre le monopole royal, un décret portugais de 1519 limite aux navires du roi le droit de commercer avec le Congo15. Il ne sera pas respecté. En 1547, par l’intermédiaire d’un ambassadeur créole, Cornélio Gomes, un arrangement est conclu entre D. Diogo du Congo et D. João III de Portugal : ce dernier interdit à ses sujets de l’île de São Tomé tout commerce avec les tribus non soumises à São Salvador. De son côté, le roi du Congo s’engage à accorder la libre entrée dans ses ports et ses villes aux marchands portugais, qui viennent pacifiquement s’y livrer à leur commerce16. Un document de 1548 fait état de l’impunité avec laquelle les São-Toméens enfreignent les dispositions royales17. En 1553, le roi de Portugal publie un nouveau décret, où il rappelle avoir interdit, du vivant de D. Afonso I, tout commerce direct avec l’Angola. Il reconnaît que ce monarque lui avait demandé qu’il n’y eût de contact avec l’Angola que par terre (...fosse por terra...), à partir de São Salvador, note que cette interdiction n’a pas été observée et la renouvelle18.

  • 19 Pigafetta, lib. I, cap. iv et vii ; et aussi J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les a (...)

11Malgré les interventions loyales de Lisbonne en faveur du Congo, le commerce entre São Tomé et Luanda continuera et permettra au roi du Dongo (Angola) de se libérer complètement, vers le premier quart du xvie siècle, de ses liens d’allégeance envers le Congo19.

  • 20 L’inverse semble s’être produit dans le cas du Dahomey : en 1727, la capitale Abomey conquiert le (...)

12Son exemple amorce une tendance qui va se généraliser tout au long des xvie et xviie siècles : grâce au commerce européen, les populations périphériques et maritimes du royaume du Congo se libéreront peu à peu de la domination de l’empire de l’intérieur. Les anciens vassaux se feront courtiers, et tireront du commerce européen et de leur situation sur la côte une puissance qui leur permettra de rivaliser avec l’ancienne autorité, à laquelle ils refusent désormais de se soumettre20. Pendant la première moitié du xviie siècle, le Loango et le Soyo suivront l’exemple de l’Angola.

13Tout ceci ne fera qu’affaiblir le Congo, mais l’affranchissement des vassaux n’est pas le pire des effets du commerce européen : il y a la traite...

  • 21 M.M.A., vol. I, p. 470.

14Dans une lettre du 6 juillet 1526, D. Afonso I se plaint à D. João III que son royaume est en train de se désagréger : des marchands portugais « ... se répandent dans nos royaumes et seigneuries, en si grand nombre que beaucoup de vassaux que nous tenions sous notre autorité se soulèvent, car ils ont plus que nous de ces choses [les marchandises européennes], dont nous leur donnions auparavant assez pour les satisfaire et les garder soumis à notre suzeraineté et à notre juridiction. Il en est résulté un grand préjudice, tant pour le service de Dieu que pour la sécurité et l’ordre de notre royaume »21.

  • 22 Ibid., loc. cit.

15II y a plus encore : parmi les esclaves qu’exportent les négociants portugais, s’il y a bien des prisonniers de guerre, des hommes déjà esclaves, il se trouve aussi, écrit D. Afonso I, des « enfants de notre pays » (filhos da terra) et des « fils de nos nobles et de nos vassaux » (filhos de nossos fidalgos e vassallos) ainsi que « nos parents ». Des « voleurs et des hommes sans conscience les enlèvent, poussés par le désir d’avoir des choses et des marchandises de Portugal, dont ils sont avides ». Voyant la structure même de son État menacée par le commerce européen, D. Afonso I déclare n’avoir « besoin que de religieux et de quelques personnes pour enseigner dans les écoles », et ne plus vouloir « de négociants ni de marchandises, seulement du vin et de la farine pour le Saint Sacrement [...], car notre volonté est que, dans nos royaumes, il n’y ait plus de traite ni d’exportation d’esclaves »22.

  • 23 En 1554, Garcia de Resende écrit des Noirs du Congo :
    Uns aos outros se vendem
    & hd muitos merdadore (...)
  • 24 M.M.A., vol. I, pp. 489-490.

16Dans une lettre du 18 octobre 1526, il parlera de la « convoitise démesurée » de ses sujets pour les marchandises européennes, qui les amène à enlever des nobles et des fils de nobles « la nuit, afin d’éviter d’être découverts »23. Pour parer à « ce grand mal » (et revenant sur l’intransigeance manifestée auparavant), il ordonne que tout esclave acheté par un Blanc soit inspecté par trois « gentilshommes et fonctionnaires de notre cour », pour s’assurer qu’il s’agit bien « d’un captif et non d’un homme libre »24.

  • 25 Cette réponse est peut-être la meilleure garantie de l’authenticité de la correspondance de D. Afo (...)
  • 26 M.M.A., vol. I, pp. 525-527.

17D. João III, qui ne répondra aux lettres de D. Afonso I qu’en 152925, traite alors de tous ces griefs avec une patience paternelle, mais non sans hypocrisie. D. Afonso I ne veut donc plus de traite, puisqu’elle dépeuple son royaume ? Si tel est son désir, qu’il en soit ainsi, mais « ... ce ne serait un honneur ni pour lui ni pour son royaume [...] que l’on dise qu’au Congo il n’y a pas de commerce et qu’il n’y va qu’un seul navire par an » (ce qui arrivera si le courant d’esclaves se tarit). Quelle gloire, au contraire, pour lui qu’une exportation annuelle de 10 000 esclaves, 10 000 manilles de cuivre et autant de défenses d’éléphants 1 Voilà qui veut dire : pas de marchandises sans fourniture d’esclaves, car c’est surtout d’esclaves qu’il s’agit. Ne pas vouloir de marchandises, écrit D. João III, serait pourtant contraire à la coutume de tous les pays, et « si l’un de vos grands pouvait se révolter contre vous, riche des marchandises de Portugal, qu’adviendrait-il de votre puissance et de votre grandeur ? »26. L’Europe chrétienne ne pouvait se montrer plus magistralement commerçante.

  • 27 Selon J. Vansina, (« Long Distance Trade Routes in Central Africa », in Journ. of Afr. Hist., vol. (...)

18Pour que la traite ne dépeuple pas le pays, D. João III suggère que l’on envoie acheter des esclaves dans les Pumbos (marchés de la frontière nord-est, près de ce que l’on appellera plus tard le Stanley Pool, et où sont vendus des Bateke) 27.

  • 28 Garcia Mendes de Castello Branco (1620), in M.M.A., vol. VI, p. 438. On ignore ce que peut être l’(...)
  • 29 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 350 (Naukeurige Beschrijvinge), p. 575.

19Au xviie siècle, en effet, les Congolais ne représenteront qu’une assez faible part dans le total des esclaves exportés. En 1620, Garcia Mendes de Castello Branco dira que les esclaves viennent surtout d’Ibare et de Bocanga (= Ocanga ?), et qu’en dehors de quelques malfaiteurs, le royaume du Congo ne fournit que des pagnes de raphia28. En 1668, Dapper remarquera que peu d’esclaves sortent des provinces congolaises du Soyo et de Mbamba. « Ce sont », dit-il, « des gens qui, étant accoutumez de vivre à leur aise, ne peuvent souffrir le travail et meurent dès qu’on les transporte en païs étranger ». Pour avoir de bons esclaves, il faut les chercher dans les terres de l’Angola, à Ambuíla (chez les Dembos), chez la reine Jinga et chez les Jagas29.

  • 30 Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, ms. espagnol 324 (38), I » 150 (v°), B.N.P
  • 31 L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. B (...)
  • 32 Cavazzi, lib. I, § 164. F. Cappelle (1642) récuse ce sombre réquisitoire de Cavazzi : « Il y en a (...)
  • 33 Il y avait aussi, il est vrai, l’ivoire et le cuivre, mais ils n’ont jamais occupé, sur la côte oc (...)

20Malgré cette faiblesse physique, qui protège apparemment les Congolais, un texte de 1656 est formel : « Avant d’être découvert, ce royaume [le Congo] était très peuplé, mais depuis l’introduction de la traite [...] par les Espagnols et les Portugais [...] il s’est dépeuplé [...]. On obtient des esclaves le plus souvent en les capturant par la guerre, et il en résulte qu’on provoque fréquemment des guerres, plutôt pour capturer des esclaves et se procurer ainsi des marchandises européennes que pour des raisons de politique ou de protection de l’État »30. C’est ce qui arrivera entre 1636 et 1645 : le roi du Congo, le comte du Soyo et le duc de Mbamba « se sont fait la guerre », rapporte Pieter Zegers Ouman (1643), « ce qui, en la plupart des cas, eut lieu à l’instigation des Portugais, qui en tirent bénéfice en achetant les captifs »31. Cavazzi notera que pour un collier de corail ou un peu de vin, il arrivait aux Congolais de vendre leurs propres parents, leurs enfants, leurs sœurs et leurs frères, jurant en même temps aux acheteurs qu’il s’agissait d’esclaves domestiques32. Le trafic instauré par les Européens devient une cause directe de guerres entre les Noirs et d’instabilité sociale. Plus on parvenait à capturer de prisonniers, plus le pouvoir d’achat augmentait, car dans l’économie africaine l’homme était le principal élément du commerce avec les Européens33.

2. PROBLÈMES SOULEVÉS PAR LE SYSTÈME ÉCONOMIQUE DE L’« AUTRE »

21Si le contact européen, sous forme d’échange de cadeaux entre les monarques portugais et congolais pouvait être inoffensif tant qu’il s’agissait de gestes symboliques et occasionnels, il se révéla beaucoup moins aisé d’instaurer un commerce régulier, et très difficile d’ajouter à l’échange d’objets matériels la rétribution des services rendus par les Européens.

  • 34 Rui de Pina, Croniqua, cap. lix.

22D’abord, il n’y avait pas de monnaie commune entre les deux civilisations. Le zimbu, monnaie congolaise, ne semble pas, en 1491 du moins, avoir cours hors de la capitale. Lorsque, cette année-là, l’ambassade portugaise partit de la côte pour São Salvador, « un noble vint à sa rencontre de la part du roi [...] pour ordonner dans tout son royaume de donner gratuitement aux chrétiens [les Européens, en l’occurrence], sous peine de mort, tout ce qu’ils voudraient ; et ainsi fut fait, car il est, dans ces régions, le roi le plus craint et par là même le plus aimé et le plus obéi. Forts de cet ordre, les Noirs qui accompagnaient l’ambassade firent beaucoup de mal à ceux des régions où ils passaient, leur prenant bien trop de choses, pourtant il ne se trouva presque personne pour s’en offenser ou seulement faire mauvaise figure »34. Ainsi, hors de la capitale, l’autorité royale se procurait par la force les ressources qui lui manquaient.

  • 35 Ibid.

23Une fois arrivés à São Salvador, les Portugais sont accueillis par un autre « noble » du roi, qui leur offre « des milliers de zimbu ». Il est significatif, cependant, qu’il leur fait aussi porter « de nombreux moutons, chèvres, poules, du sorgho, du miel, du vin de palme et des fruits »35.

24Toutes ces largesses ne représentent dans l’esprit du roi qu’un geste isolé et sentimental. Il ne prévoit pas qu’il va falloir le renouveler à échéances régulières, car autrement comment vivraient les religieux et les artisans qu’il avait si ardemment sollicités ? En effet, chacun des Européens ne possédera pas, comme les Noirs, un petit jardin et plusieurs femmes pour cultiver celui-ci.

  • 36 Vers la fin du xvie siècle, les missionnaires carmélites notaient que le roi avait « beaucoup de s (...)
  • 37 M.M.A., vol. I, p. 300 (lettre du 5-10-1514).
  • 38 Ibid., p. 316.
  • 39 Ibid., p. 306. Le lufuco est une mesure de zimbu, mais les sources se contredisent quant au nombre (...)

25Le successeur de D. João I, D. Afonso I, se trouve devant le même problème : le concept de salaire est inconnu au Congo36. Dans une lettre au roi de Portugal, écrite en 1514, il se plaint que les religieux viennent « tous les jours l’importuner et demander de l’argent [sic] »37. Quant aux artisans envoyés de Lisbonne, D. Afonso donnait au tuilier « tous les jours de l’argent », sans le voir faire quoi que ce soit38. Les maçons aussi demandaient constamment de l’argent : « pour chaque pierre [posée] nous leur donnons un ou deux lufucos [de zimbu] »39.

26La rétribution de services au moyen de cadeaux irréguliers entraîne rapidement des tensions et des jalousies parmi les Européens, ballottés entre l’incertitude et l’espérance quant aux intentions du roi, aux possibilités et aux limites de sa générosité.

  • 40 Instructions à Simão da Silva (1512), in M.M.A., vol. I, p. 239.

27Très bientôt, la cour de Lisbonne a essayé de mettre de l’ordre dans cette situation. Les instructions données à l’ambassade de Simão da Silva (1512) stipulent que, si le roi du Congo veut donner quelque chose aux membres de la mission, son chef, Simão da Silva « ne doit pas permettre que ces cadeaux soient plus importants que ce que nous [le roi de Portugal] versons à chacun par an »40.

  • 41 Ibid., pp. 238-239.
  • 42 Ibid., loc. cit.

28Il doit aussi empêcher ses hommes d’importuner ou d’« ennuyer » le roi en quémandant, et dire à celui-ci de « ne pas être gêné de repousser leurs demandes, car l’un des principaux buts de votre mission est de lui éviter les ennuis que nous savons très bien que lui causent ceux d’ici [les Portugais] par leurs sollicitations »41. « Nous sommes sûr », ajoute le roi, « qu’ils l’importunent avec beaucoup de désinvolture »42.

29Le problème réside moins dans le manque de moyens dont dispose le roi du Congo pour satisfaire ces quémandeurs, que dans sa trop grande générosité, comme il se doit chez un monarque africain : ses largesses inespérées et octroyées par à-coups ne font qu’exciter des convoitises inextinguibles chez les Européens, ecclésiastiques et autres. Les recommandations prévoyantes de la cour de Lisbonne ne suffiront pas, comme en témoigne la lettre de D. João III à D. Afonso I en 1529 – à y porter remède.

  • 43 M.M.A., vol. I, p. 522 (lettre de D. João III à D. Afonso I, en 1529).

30Les chapelains devront se présenter tous ensemble, avec leur vicaire, et le roi distribuera collectivement logements et vivres, la répartition étant faite ensuite par le vicaire. « Vous m’obligerez », écrit D. João III à D. Afonso I, « en ne donnant rien à personne individuellement, mais seulement à tous ensemble. Qu’ils soient bien approvisionnés, surtout en vivres, car pour le reste je sais bien qu’ils n’auront pas à se plaindre, vous avez coutume de faire toujours des cadeaux »43.

  • 44 A cette date, les nattes de raphia s’étaient substituées au zimbu pour des raisons que nous expose (...)
  • 45 P.M., pp. 270-271 (chamava fidalgos de tantos lepussos, e quem mais tinha, era mais aventajado).
  • 46 L. Jadin, « Le Clergé séculier et les capucins du Congo et d’Angola aux xviie et xviiie siècles », (...)

31La première référence à un « salaire » au Congo (et là encore il s’agit uniquement d’Européens) se trouve, semble-t-il, dans Cadornega (1680-1681). A certains Portugais résidant à São Salvador, le roi payait une pension (moradia) constituée par un certain nombre de nattes de raphia44, connues sous le nom d’empusos ou lepussos. « On appelait ces Portugais gentilshommes à tant de lepussos, et plus ils en avaient plus leur position sociale était élevée »45. Encore qu’on emploie ici le mot « pension », rien ne permet de savoir si celle-ci était versée avec une régularité systématique. On sait que D. Garcia II payait les chanoines de la cathédrale de São Salvador « tous les trois mois », mais « souvent avec du retard ». Les chanoines fermaient alors les églises pour obtenir satisfaction46.

  • 47 C’était tout le contraire au xixe siècle, dans le Dahomey où il existait une organisation économiq (...)
  • 48 François Pyrard de Laval, Voyages, seconde partie, Paris, 1615, pp. 379-380.
  • 49 J. Cuvelier, Documents sur une Mission française au Kakongo (1766-1776), p. 27.

32Les rares particuliers qui ont essayé de vivre dans cette Afrique des xvie, xviie et xviiie siècles, en achetant chaque jour leur nourriture se plaignaient amèrement du prix élevé de la vie47. De l’Angola, Pyrard de Laval dira en 1615 : « Il y fait fort cher vivre [...] Ce qui coûte dix sols en France en coûtera quarante au Brésil, mais cent sols là... »48. Les missionnaires français au Loango, en 1766, trouvent que « tout est extrêmement cher ici »49.

3. LUTTE ENTRE PORTUGAIS ET CONGOLAIS POUR CONTRÔLER LE COMMERCE DU PAYS

  • 50 Cf. M.M.A., vol. VI, p. 488 (texte de 1620). ... o comercio dos portugueses que hé do direito das (...)
  • 51 Cf. Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambuíla, pp. 84-95.

33Les Portugais ont toujours intérêt à ce que le commerce demeure régi, au Congo, par le libre jeu du marché, et qu’on ait le droit d’y circuler sans entraves et sans péages. La liberté de mouvement dans le royaume est considérée par eux comme un droit naturel50. Une des conditions de la paix imposée aux Congolais par les conquistadores de Luanda, en 1649, fut la liberté de commerce, sans obligation de payer des péages51.

34Pour conserver leur autorité sur le royaume, les rois congolais auraient dû restreindre le libre jeu du marché, contrôler le commerce européen et veiller à ce que les bénéfices n’en reviennent pas exclusivement aux Portugais. En cela, ils ont moins bien réussi que les rois du Dahomey, du Loango, de Cassange, ou les chefs des cités situées sur la moitié sud du plateau rhodésien : Zimbabwe, Khami et Dhlo Dhlo.

  • 52 M.M.A., vol. I, p. 528 (lettre de D. João III, de 1529), et Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de S (...)
  • 53 M.M.A., vol. VI, p. 72 (texte de 1622).
  • 54 Ibid., p. 108 (texte de 1612).
  • 55 Ibid., p. 471 (texte de 1620).
  • 56 Ibid., p. 383.

35Nous avons vu, dans un autre chapitre, comment les rois congolais contrôlaient étroitement la production de leur monnaie, le zimbu, sur l’île de Luanda. Or dès avant 1529 les Européens commencent à injecter dans le circuit économique congolais une monnaie analogue, importée du Bénin52. Au début du xviie siècle, ils en importaient du Benguela53, du Brésil54 et de l’Inde55. De ce fait, et malgré une interdiction royale (congolaise) frappant cette importation, « sa monnaie [du roi du Congo] est tellement dévalorisée qu’il perd les deux tiers de ses revenus », écrit l’évêque Manuel Baptista en 1619, et il ajoute que ces importations entraînent « le royaume à sa perte »56.

36Si les rois du Congo perdirent la bataille de la monnaie-coquillage, ils n’obtiendront que de piètres victoires dans leurs tentatives de contrôle des marchands européens.

  • 57 M.M.A., vol. II, p. 234.

37En 1549, D. Diogo I (1545-1561) est accusé par le capitaine de São Tomé de fermer les marchés où l’on achète de bons esclaves, et d’en ouvrir d’autres en des endroits moins propices. En outre, le roi attribue aux mesures des tissus « plus de longueur qu’elles n’en représentent habituellement au Portugal et dans les possessions portugaises, et qu’il n’était admis jusqu’alors au Congo ». Il majore les prix et fait payer les esclaves plus cher qu’avant57.

  • 58 Ibid., pp. 301-302.

38En 1553, le même roi interdit provisoirement les marchés et ferme tout accès aux marchands blancs, ce qui les rend furieux58.

  • 59 M.M.A., vol. VI, p. 437 (texte de 1620).
  • 60 Ibid., p. 383 (texte de 1619) ; cf. aussi M.M.A., vol. VI, p. 488 (texte de 1620).

39En 1620, D. Alvaro III (1615-1622) est également accusé de couper les chemins aux marchands blancs quand bon lui semble. « Et s’ils ne lui donnent pas de cadeaux, il ne les laisse pas passer, et ils sont retenus de longs jours, dépensant en partie ce qu’ils transportent, jusqu’à ce qu’il s’estime satisfait »59. Il impose de « lourdes taxes et exige des pots de vin qui augmentent chaque jour [...] Il en résulte de graves ennuis, des plaintes et des pertes »60.

  • 61 P.M., p. 274 (Cadornega).

40Enfin, D. Garcia II (1641-1661) fait payer aux négociants blancs de nombreux xicavos ou péages aux gués des fleuves61.

  • 62 M.M.A., vol. VI, p. 377 (texte de 1619).

41Malheureusement, ces tentatives pour encadrer et contrôler le commerce européen ne sont, en général, ni assez systématiques, ni assez régulières, ni assez rationnelles pour servir l’intérêt général du royaume. Ainsi, par réaction contre les tentatives de l’évêque Manuel Baptista, en visite à São Salvador en 1619, pour corriger les mœurs relâchées des Congolais, le roi et sa cour lui crient « qu’ils vont tuer tous les Blancs, qu’ils se moquent du baptême, de l’Église et du clergé, et veulent vivre en liberté ». Aux excommunications de l’Église, ils répondent par des « excommunications du pays », interdisant aux Blancs « eau, feu, bois de chauffage et fermant tous les marchés. Ils continuent ainsi pendant quelques jours, avec des hurlements, des clameurs, des cris de guerre jour et nuit, pour effrayer et laisser croire que tout est fini [...] et quand ceci leur passe, comme si de rien n’était, ils deviennent amicaux, quémandant du vin et d’autres choses, demandant pardon [...] et craignant les excommunications de l’Église »62.

42Devant ce comportement imprévisible, issu du dilemme que crée d’une part la peur de la religion des Blancs et, de l’autre, le désir d’affirmer l’autorité royale minée par le commerce européen, les marchands portugais, soucieux de leur seul intérêt, ne savent plus à quoi s’en tenir. Il leur devient difficile de conjecturer l’avenir, chose essentielle pour la réussite de leurs affaires.

  • 63 Ibid., p. 107 (texte de 1612).

43Dès 1612, la perception des péages semble avoir échappé au contrôle centralisé des rois. Selon un texte portant cette date, les marchands portugais sont obligés de payer des péages non seulement au roi du Congo, mais aussi au Mani-Bamba et au Mani-Soyo. « Pour passer une rivière (même des plus insignifiantes), ils paient des droits en fonction des charges portées par leurs esclaves »63.

  • 64 M.M.A., vol. II, p. 258.
  • 65 Ibid., pp. 76-77. Il convient de noter que les rois congolais conservèrent jusqu’en 1604 leur cont (...)

44Le dernier roi dont l’autorité se soit fait sentir sur tout le territoire du royaume, jusqu’à l’embouchure du Congo, semble avoir été D. Diogo I, dont un texte de 1550 dit qu’il contrôle tous les « ports et voies de communication »64. Avant lui, D. Afonso I avait aussi dominé son pays jusqu’à la mer. En 1539, un témoin déclare qu’il avait installé « des gardes à tous les ports et gués » entre São Salvador et le Soyo pour intercepter la correspondance des marchands portugais résidant dans la capitale65.

  • 66 Cf. Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola (1792), t. II, p. 177.

45Ce sont, en somme, les rois aux personnalités fortes – D. Afonso I (1506-1543), D. Diogo I (1545-1561) et D. Garcia II (1641-1661) – qui réussissent (et encore partiellement) à faire face aux problèmes posés par le commerce européen. Après la bataille d’Ambuíla (1665), et jusqu’à la fin du xviiie siècle encore, l’imposition de péages est la prérogative de chaque gouverneur de province, de chaque chef local66 ; l’autorité des rois ne s’étend guère en dehors de la capitale.

4. LA VENUE DES EUROPÉENS ET SES INCIDENCES SUR LES RAPPORTS DES CONGOLAIS AVEC LEURS VOISINS FRONTALIERS

46Du fait du malentendu fondamental concernant la nature du christianisme (dont nous avons déjà parlé), les Congolais en attendaient non pas un salut ultramondain, mais une augmentation de force temporelle. Aussi leur importait-il énormément que cette nouvelle puissance sacrée ne soit pas donnée à leurs adversaires déclarés ou éventuels.

  • 67 M.M.A., vol. I, p. 532 (lettre de D. João III, de 1529).
  • 68 M.M.A., vol. IV, p. 369.

47D. Afonso I essaiera d’empêcher que le roi d’Angola ne devienne chrétien, afin qu’il ne s’oppose pas à lui en rival67. Et un de ses successeurs interdira, en 1583, aux missionnaires carmélites de se rendre au royaume de Mucoco (chez les Bateke), pour les mêmes raisons68.

48Puissance sacrée et technique matérielle ne se distinguant guère pour eux, les Congolais n’ont pas tardé à solliciter l’aide de leurs prestigieux amis de la mer, avec leurs armes européennes, contre les populations de la frontière orientale, d’ethnie différente. La venue des Européens va tendre à conférer aux Congolais un rang plus élevé que celui de leurs voisins noirs.

  • 69 Rui de Pina, Croniqua, cap. lxiii ; et aussi J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, pp. 227-279, (...)
  • 70 M.M.A., vol. II, p. 59.
  • 71 Pigafetta, lib. I, cap. xii.
  • 72 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guinée » (1607).

49Dès 1491, les Portugais participent à une guerre contre les Bateke en aval du Stanley Pool (Nsanga et Mazinga)69 ; en 1536, Manuel Pacheco écrit que depuis cinq ans il aide D. Afonso I dans ses guerres70 ; en 1587, le roi du Congo et le duc de Mbata (la province orientale) ont à leur service des arquebusiers portugais71 ; un texte de 1607 laisse clairement entendre que l’autorité du roi n’est fondée que sur la présence de Portugais (avec leurs armes à feu) résidant dans la capitale72.

50Si les deux grandes nouveautés dans la vie des Congolais vont être désormais le christianisme et la traite, tous deux introduits par les Européens, il apparaîtra très vite aux négociants portugais que l’adhésion au premier compromet la bonne marche de la seconde, et voici pourquoi :

  • 73 Les exécutions arbitraires, nombreuses, quotidiennes, sont une des caractéristiques des anciens Ét (...)

51Puisque les principales sources d’esclaves sont soit des captifs pris au cours de guerres entre ethnies, soit des condamnés pour délits réels ou prétendus contre le pouvoir73, les acheteurs ne peuvent qu’encourager les frictions intertribales ou le despotisme tyrannique ; le cannibalisme guerrier leur offre aussi une source de choix, car les excédents de consommation alimentaire ou sacrificielle sont facilement vendus contre des tissus ou des objets de luxe.

  • 74 H.R.C, in Felner, Angola, p. 376.
  • 75 Raffaello Maffei da Volterra, Commentariorum Urbanorum, Rome, 1506, f° 138 (v°). Pigafetta laisse (...)

52Le cannibalisme existait-il chez les Congolais ? L’auteur de l’História do Reino do Congo (c. 1655) est formel : « Jamais chez eux [les Congolais] on ne mangeait de la chair humaine, pas même de ceux qu’ils tuaient en guerre, comme c’est la coutume générale en Angola, Matamba, Soyo, Loango, Anzicana et dans bien d’autres [royaumes] »74. Pourtant, Raffaello Maffei avait décrit comment, à l’arrivée des premiers Européens, le roi Nzinga Nkuwu avait invité les Portugais écœurés à manger les têtes rôties de sept hommes, qui s’étaient suicidés en leur honneur75.

53Cet incident prouve qu’à cette époque le comportement despotique des rois congolais ne différait pas de celui de leurs voisins.

  • 76 Pigafetta, lib. II, cap. vii ; M.M.A., vol. IV, p. 372 (texte de 1583).

54L’adhésion des Congolais aux valeurs de la religion chrétienne avait-elle eu pour conséquence d’atténuer chez eux le despotisme tyrannique typique des États africains, et d’éliminer le cannibalisme ? Les missionnaires ont certainement fait tout leur possible pour qu’il en soit ainsi. En substituant à leur notion du sacré celle des Européens, D. Afonso I et ses successeurs s’étaient-ils confiés à la puissance de leur Dieu, dont les armes à feu attestaient la supériorité ? Persuadés de l’efficacité de cette nouvelle garantie, avaient-ils accepté de renoncer aux traditionnelles exécutions gratuites, destinées à assurer le respect du pouvoir ? Deux sources déclarent, en effet, qu’au xvie siècle la peine de mort est devenue rare au Congo76.

  • 77 M.M.A., vol. I, p. 526 (doc. de 1529), et vol. II, p. 237 (doc. de 1549).

55Après avoir été très actifs à l’intérieur du pays dans le premier quart du xvie siècle, les organisateurs de la traite opéreront, après 1530, surtout aux frontières, chez les Bateke et en Angola, où le despotisme traditionnel reste encore en vigueur et par conséquent l’approvisionnement en esclaves mieux assuré77.

  • 78 M.M.A., vol. III, p. 146 (texte de 1576).
  • 79 Du Jarric, De l’Histoire des choses les plus mémorables..., Bordeaux, 1610, vol. II, p. 80.

56En 1576, les Portugais exportent de Luanda 12 000 esclaves par an : des délinquants que le roi d’Angola « vend pour ne pas les exécuter »78. Des délits infimes sont prétexte à condamnation. Selon Du Jarric, « ... quiconque toucherait à certaines courges, qu’il [le chef] tient pendues à ses palmes pour recueillir le vin qui en découle, est puni en se voyant rendu esclave avec tous les siens »79.

  • 80 M.M.A., vol. VI, p. 438.
  • 81 Sauf à l’occasion de guerres entre provinces.
  • 82 Manuel Correia de Leitão, qui voyagea sur les rives du Cuango en 1775, affirme que lors des guerre (...)

57En 1620, les marchands portugais portent la traite loin dans l’intérieur, chez les Bateke et jusque dans la boucle du Cuango80. L’activité des trafiquants d’esclaves se concentrera dans les régions périphériques du royaume du Congo ; celui-ci tendra à rester une enclave de relative tranquillité81 au milieu d’une contrée où régneront fièvreusement le despotisme arbitraire et l’agression permanente82.

58Pour autant que les Congolais aient adouci leurs mœurs en acceptant le christianisme, ils ne recevront hélas point des Européens le soutien escompté : les barbares « païens » continueront leurs pressions sur la frontière orientale, et les armes à feu des mercenaires blancs ne suffiront pas à les contenir.

  • 83 Pigafetta, lib. II, cap. iv.

59Entre 1561 et 1568, deux rois meurent dans des guerres contre les Bateke83. En cette dernière année, c’est l’invasion ravageuse des Jagas cannibales nomades venus de l’est.

  • 84 Les auteurs des xvie et xviie siècles n’ont pas manqué d’établir un parallèle avec les invasions d (...)

60Le phénomène des Jagas – la « barbarie » déferlant contre la « civilisation »84 – est-il proprement africain, ou une répercussion de l’arrivée des Européens ? L’invasion des Jagas fut-elle la conséquence des perturbations sociales engendrées par les esclavagistes dans les régions frontalières ? Les peuplades de l’extérieur enrageaient-elles de se voir exclues des pouvoirs conférés par le nouveau Dieu des Blancs, ainsi que le voulaient les Congolais ? S’agissait-il tout simplement d’une des multiples migrations comme en connaît l’Afrique depuis des siècles ? Ces hypothèses sont toutes aussi difficiles à prouver qu’à réfuter.

  • 85 Sur les Jagas en Angola et leur chef Kinguri, cf. J. Vansina, « The Foundation of the Kingdom of C (...)
  • 86 M.M.A., vol. VI, p. 283 (texte de 1617).
  • 87 Ibid., p. 368 (texte de 1619).

61En Angola, l’apparition des Jagas fera bien l’affaire des conquistadores, qui les prendront comme alliés85. Luis Mendes de Vasconcellos, gouverneur d’Angola de 1617 à 1621, dénonce son prédécesseur, qui les avait employés « [...] comme des chiens de chasse, pour se procurer indûment des esclaves »86. Au lieu de les expulser ce même Luis Mendes de Vasconcellos, écrit l’évêque Manuel Baptista, « ... a partie liée avec eux, et depuis plus de deux ans les mène à la guerre, leur faisant tuer et capturer d’innombrables innocents, non seulement contre les lois divine et naturelle, mais encore contre les instructions formelles de Votre Majesté »87.

  • 88 Sur les Jagas, cf. l’étude d’un ethnologue (fondée en grande partie sur des sources modernes), Har (...)
  • 89 Cf. M. Plancquaert, Les Jagas et les Bayakas du Kwango, Mémoire I.R.C.B., t. III, fasc. 1 (1932), (...)
  • 90 Il s’agit des Bangála et non des Bângala. Cette dernière forme provient d’une prononciation portug (...)
  • 91 Andrew Battell qui, entre 1601 et 1603, accompagna pendant un certain temps une bande de Jagas, le (...)
  • 92 Cf. la carte dans Marcel Soret, Les Kongo Nord-Occidentaux, Paris, 1959. En 1650, Jérôme de Montes (...)
  • 93 Cavazzi, lib. II, § 2.
  • 94 Id., loc. cit. (La terminaison en « i » provient du pluriel italien).
  • 95 Ravenstein, op. cit., p. 19.
  • 96 Domingos de Abreu de Brito, « Sumario e Descripção do Reino de Angola... (1591) », in Feiner, Um I (...)
  • 97 Cavazzi, lib. II, § 2.

62Mais qui sont ces Jagas, et d’où viennent-ils ? Culturellement, ils présentent des affinités avec les peuples Lunda et Luba88. Aujourd’hui, ils sont devenus les Bayaka du Cuango89, les Bangâla90 de Cassange91 et les Gangala, petit groupe situé autour de Mindouli (entre Brazzaville et Pointe Noire) 92. Cavazzi assimile d’ailleurs les Jagas aux Bayaka (Aiaccki) et aux Bangálas (Chimbangali) 93. Il note également qu’ils s’appelaient Nsidi ou Ngindi94. Battell observe « qu’ils [les Jagas] nous ont dit qu’ils étaient Gages ou Gindes »95. Domingos de Abreu de Brito (1591) fait allusion au roi des Guindas, qui s’était joint aux rois de Matamba, d’Angola et des Yaguas (Jagas) contre les Portugais en Angola96. Les Ngindi, Gindes et Guindas, ne sont-ils autres que les Jingas de Matamba, population qui habite aujourd’hui le district de Duque de Bragança ? Nous ignorons ce que peuvent représenter les Nsidi, mentionnés par Cavazzi, de même que les Giakasi ou les Engangiaghi qui seraient, selon le même auteur, les anciens noms des Jagas97.

  • 98 E. G. Ravenstein, The Strange Adventures of Andrew Battell, pp. 30-33, 84 et 149-153 ; cf. aussi F (...)
  • 99 Cavazzi, lib. II, § 7 à 10.
  • 100 Ibid., § 12.
  • 101 Cf. E. G. Ravenstein, op. cit., p. 33.

63A l’époque des invasions, les Jagas ne pratiquaient ni l’agriculture ni l’élevage, ils vivaient principalement de pillage et mangeaient leurs prisonniers98. L’infanticide est institutionnalisé, afin d’empêcher toute tendance à la sédentarité, et pour donner à la bande un maximum de mobilité. Une série de tabous très stricts, appelés Quixilles, sont observés99, ils semblent procurer à la bande la solidarité et la cohésion normalement assurées par les rapports de parenté. Les groupes de Jagas sont composés en grande partie de captifs ou de recrues d’autres tribus100. Battell notait qu’il n’y avait que douze Jagas authentiques dans la bande qu’il accompagnait101.

  • 102 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 339 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 555).

64« ... lorsqu’ils ont gagné une victoire », dit Dapper, « ils choisissent les plus jeunes et les mieux faits d’entre les prisonniers, et les mettent à l’épreuve en tirant contre eux comme contre un but, en sorte pourtant que les flèches passent dessus ou autour de leur tête. Ils tuent et mangent ceux qui témoignent de la peur, mais pour ceux qui font paraître de l’intrépidité, ils leur percent le nez et les oreilles, leur arrachent les deux dents de devant de la mâchoire de dessus et les accoutument si fort à la barbarie, qu’ils surpassent bientôt leurs maîtres en cruauté »102.

  • 103 Andrew Battell (1610), in E. G. Ravenstein, The Strange Adventures..., pp. 19-20 ; O. Dapper, Desc (...)

65Une tradition invraisemblable, courante au xviie siècle, veut que les Jagas soient originaires de la Sierra Leone103. Or plusieurs descriptions de ce pays à la fin du xve et au début du xviie siècle parlent d’une invasion de « barbares » cannibales, les Sumbas, qui massacrent et mangent les autochtones « civilisés », les Sapes.

  • 104 Fernão Guerreiro, Relagóes Annuais, Lisbonne, 1605, t. II, f° 135 (r°).

66« Deux races de Noirs habitent cette province [Sierra Leone] une ancienne appelée Sapes, lesquels ont plus d’intelligence et de bon sens que tous ceux de la Guinée [...] L’autre race [...] est formée de Noirs très barbares et inhumains appelés Sumbas, ce qui veut dire mangeurs d’hommes [. :.] Ils ont détruit et conquis la plus grande partie [de la Sierra Leone] expulsant les anciens habitants, les Sapes. Ils mangeaient ceux qu’ils capturaient, les rois et la noblesse, laissant les jeunes pour en faire des soldats [dans leur armée]. Ils vendaient ceux qui restaient aux Portugais... »104.

  • 105 André Alvares de Almada, Tratado Breve dos Rios de Guiné (1594), éd. Luis Silveira, Lisbonne, 1946 (...)
  • 106 Balthezar Telles, Chronica da Companhia de Jesu, Pt II, Lisbonne, 1647, p. 641.

67La même opposition entre « barbares » et « civilisés » se retrouve chez un autre auteur au sujet d’une tribu de Guinée, les Bijagós, très belliqueux, habitant des îles dans le Rio Grande, et qui attaquent les Biafres, « faisant chez eux de grandes destructions et capturant beaucoup de gens »105. Du point de vue portugais, les Biafres sont les « civilisés », car les Portugais s’étaient établis dans leur capitale, Bijubá106.

  • 107 Martin Fernandes Enciso, Suma de Geografia, Séville, 1519, f° (fiiij), « ... la ciudad de Jaga q e (...)

68Est-ce dans le mot Bijagós qu’il faut voir l’origine du mot « Jaga », synonyme de « barbares », cannibales, envahisseurs ? Martin Fernandes Enciso, parlant de la Guinée en 1519, mentionne « la ville de Jaga », située dans le Rio Grande, mais il n’en dit pas davantage107. « Jaga » serait-il une forme primitivement employée par les Portugais au début du xvie siècle pour désigner les Bijagós ?

69Quoi qu’il en soit, et quelle que soit la vraie raison qui pousse les « Jagas » à envahir le Congo, les Congolais se trouvent dans une situation très difficile, pris entre deux adversaires dotés d’une plus grande mobilité qu’eux, l’un à l’ouest, avec ses voiliers rapides, qui « raccourcissent » la partie maritime de la périphérie du royaume, l’autre à l’est, libéré par le cannibalisme guerrier d’une sédentarité qui rend vulnérable.

  • 108 Les Jagas et les conquistadores de Luanda vont s’allier à plusieurs reprises contre les Congolais. (...)

70A partir de 1575, les hommes de la mer, jusqu’alors enracinés dans un autre monde, viendront s’implanter définitivement dans l’univers des Congolais, sur leur frontière méridionale. Ils leur poseront, au bout du compte, le même problème que les Jagas108.

  • 109 M.M.A., vol. III, pp. 36-51.
  • 110 Felner, Angola, pp. 105-106, et M.M.A., vol. II, pp. 459-461 ; et aussi Felner, op. cit., pp. 79, (...)
  • 111 M.M.A., vol. II, p. 141, et J. C. Feo Cardozo, Memórias..., p. 129.
  • 112 M.M.A., vol. IV, pp. 558 et 572 (texte de 1594).

71En 1571, la cour de Lisbonne autorisera Paulo Dias de Novais à conquérir pour lui-même et pour ses héritiers 35 lieues de côte au sud du Cuanza, et « aussi loin vers l’intérieur qu’il pourra pénétrer »109. Déjà, lors d’une première visite de Novais dans la capitale du roi d’Angola en 1562, le roi du Congo avait tenté, par des démarches faites à Lisbonne, d’empêcher ce contact direct entre les Blancs et ceux qu’il considérait comme ses vassaux110. En 1575, le Congo essaiera sans succès de provoquer une rupture entre les Noirs d’Angola et les Portugais, installés à Luanda cette même année111. En 1580, cette rupture se produira sans que la diplomatie congolaise y soit pour rien. En effet, un « mauvais » Portugais, un traître, avertit le roi d’Angola des vraies intentions de Novais, qui ne sont pas uniquement d’ordre commercial, car il vise à s’emparer des richesses du sous-sol angolais, en l’occurrence les chimériques mines d’argent de Cambambe112.

  • 113 Les combats sont menés, la plupart du temps, par une « guerra preta » – des guerriers noirs à la s (...)
  • 114 M.M.A., vol. IV, pp. 574-575 ; et aussi Domingos de Abreu de Brito, in Felner, op. cit., p. 41.

72La guerre qui s’ensuit est d’abord favorable aux conquistadores, qui lâchent sur la région du Dongo une vague de fureur meurtrière113. Mais en 1590 une coalition des rois d’Angola et de Matamba, avec l’appui du roi du Congo, inflige au successeur de Novais, Luis Serrão, une cuisante défaite114.

73Ce n’est qu’un échec temporaire ; la conquista de l’Angola continuera ; la déception à propos des mines d’argent sera compensée par les profits de la traite et, pendant la première moitié du xviie siècle, les Congolais regarderont avec une inquiétude croissante l’expansion militaire de leurs voisins blancs. La guerre luso-hollandaise n’apportera qu’un court répit de sept ans dans ce processus inexorable, qui aboutira à la bataille d’Ambuíla (1665), et qui n’aura d’autre frein que les difficultés des Portugais à mener des opérations militaires à de trop grandes distances de leurs bases autour de Luanda.

  • 115 Les Portugais les appellent tous gentios (païens).
  • 116 Cela ne durera pas, bien entendu, après la bataille d’Ambuíla.
  • 117 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 137.
  • 118 Cavazzi, lib. II, §. 83. A Luanda en 1650, il n’y en avait que 2 000 (ct. P. Hildebrand, Le martyr (...)
  • 119 M.M.A., vol. V, p. 386 (texte de 1607).

74Avec l’implantation européenne en Angola, amorcée dans le dernier quart du xvie siècle, deux sociétés blanches sensiblement différentes s’établiront dans l’univers des Congolais : d’une part, les Européens de Luanda, convaincus d’être les seuls représentants de la civilisation au milieu d’une barbarie indifférenciée, où Congolais, Jagas et autres tribus, ne se distinguent guère115 ; de l’autre, à São Salvador, une société originale de Blancs vivant en symbiose avec les Noirs, où ceux-ci admettent la tutelle des Européens dans les domaines de la religion et de l’éducation, et où les Blancs acceptent de vivre sous la souveraineté des rois congolais116. A la fin du xvie siècle, il y a là « 100 marchands portugais et plus de 1 000 autres natifs du Portugal »117 ; au milieu du xviie siècle, ils seront, selon Cavazzi, 4 000118. Certains de ces Portugais sont d’anciens membres de l’expédition de Francisco de Gouveia, restés dans le pays, d’autres sont venus à titre privé, d’autres encore sont des déserteurs de l’armée des conquistadores d’Angola119.

5. LE POIDS DE L’INTERVENTION DES EUROPÉENS RÉSIDANT A SÃO SALVADOR DANS LA POLITIQUE INTERNE DU PAYS

75Si les Portugais résidant à São Salvador n’ont pas hésité, à de nombreuses reprises, à s’immiscer dans la politique interne du Congo, leur ingérence ne donna lieu à aucune modification durable de la structure des institutions du royaume.

  • 120 M.M.A., vol. II, p. 105 (lettre de D. Afonso I, de 1540).
  • 121 Ibid., p. 275 (doc. du 18-7-1552) et p. 377 (doc. du 5-9-1553).
  • 122 Ibid., p. 543 (doc. de 1566) – « ... que este Rej dom Bernardo que agora Regna em Congo hé mãsebo (...)

76Nous avons déjà vu qu’ils avaient tenté d’assassiner D. Afonso I (1506-1543)120. Après avoir essayé sans succès d’imposer un roi de leur choix, D. Pedro I (1543-1544 ?), ils s’efforcèrent par deux fois de faire déposer D. Diogo I (1545-1561)121. Son successeur, D. Bernardo I (1561-1567), fut considéré par les Portugais comme plus malléable que D. Diogo I : « Il est jeune et très tolérant, et il n’est pas jaloux de ses prérogatives comme ses ancêtres »122.

77Pendant les premières décennies du xviie siècle, c’est de la seule présence des Portugais résidant à São Salvador que les rois tirent leur autorité. Un témoin de 1607 affirme que :

  • 123 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guiné » (1607).

78« ... le roi apprécie grandement la présence de ces Portugais dans sa capitale, aussi bien parce qu’ils apprennent à ses sujets à vivre en société, que parce qu’il s’appuie sur eux contre ses ennemis. Et c’est si important pour lui, qu’on sait qu’il aurait déjà été battu, si ses ennemis ne craignaient tant ces Portugais »123.

79Pourtant, cette apparente dépendance, où se trouvaient les rois à l’égard des Portugais, ne s’institutionnalisera pas. De 1568 à 1641, année au cours de laquelle l’invasion hollandaise mettra fin provisoirement à la prépondérance des Portugais dans cette partie de l’Afrique, les rois congolais se montrent tantôt dociles, tantôt rebelles.

  • 124 Ibid., p. 439 (« e estava tão sojeito a nos e tão humilde até o tempo em que Matamba nos matou aqu (...)

80D. Alvaro I fut si reconnaissant de l’aide contre les Jagas que, selon Garcia Mendes de Castello Branco, il se montrait « déférent et humble » au point de trembler devant le nom des Portugais. Mais après la grande défaite de ceux-ci en Angola en 1590, contre les rois d’Angola et de Matamba, « il reprit de l’audace »124.

  • 125 M.M.A., vol. I, p. 437 (doc. de 1620).

81D. Alvaro III (1615-1622) fut considéré par les Portugais comme un « tyran », parce qu’il empêchait la libre circulation des Pombeiros à leur service125.

82Quant à D. Garcia II (1641-1661), nous avons vu qu’il fit preuve d’une hostilité féroce à l’égard des Portugais. Après la bataille d’Ambuíla (1665), les résidants européens abandonnèrent São Salvador, et les Portugais cesseront jusqu’au milieu du xixe siècle de s’occuper de la politique intérieure du Congo.

6. LE DÉCLIN DÉMOGRAPHIQUE

  • 126 Rui de Pina, Croniqua, cap. lvii – ... as gentes do dicto reino, que acharam sem conto.
  • 127 M.M.A., vol. I, p. 470, ... a nosa terra se despoua loda.

83Pour le xvie siècle et toute la période qui précède, les témoignages sur la population du Congo sont très fragmentaires. Le pays où abordèrent les Portugais à la fin du xve siècle leur parut « très peuplé »126. Mais, avec une étonnante rapidité, les effets de la traite se font sentir : dans une lettre de 1526 au roi de Portugal, D. Afonso I se plaint de la saignée en hommes qui en résulte127.

  • 128 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 166.

84A la fin du xvie siècle (1588), le Portugais Duarte Lopes déclare au pape Sixte Quint « qu’il y a au delà de deux millions de chrétiens baptisés » dans le royaume du Congo128. La population totale devait donc dépasser de beaucoup ce chiffre, mais peut-on y ajouter foi ?

85Les témoignages sont plus nombreux au milieu du xviie siècle ; d’après eux, la traite n’est pas le seul facteur de dépeuplement.

  • 129 M.M.A., vol. IX, p. 433.
  • 130 Jean François de Rome, Brève Relation (1648) (p. 85 de l’édition de François Bontinck). L’effet de (...)

86Si, en 1645, Bonaventura d’Alessano déclare le Congo regionem populatissimam129, Jean François de Rome fait état en 1648 d’une « dépopulation causée par les multiples guerres civiles qui se sont succédé dans le royaume et qui l’ont en grande partie détruit »130.

  • 131 Osservationi del Regno di Congo dell’anno 16S6, B.N.P., ms. espagnol 324 (38), f° 150 (v°). Cf. au (...)
  • 132 Osservationi..., f° 151 (r°) : Prima di esser stato discoperto quel Regno era abondantissima di ge (...)
  • 133 Cavazzi, lib. I, § 245.

87En 1655-1656 une épidémie sévit (la variole, sans doute), et en deux ans la population diminue de plus de moitié131. Il faut y ajouter les effets de la traite132. En 1659, une nouvelle épidémie se déclare133.

  • 134 L. Jadin, « Le Clergé séculier et les capucins du Congo et d’Angola aux xviie et xviiie siècles », (...)

88Giuseppe Maria da Busseto estime, en 1675, la population du Congo à deux millions et demi d’habitants134. Si les non-chrétiens sont compris dans ce nombre, il accuserait une baisse considérable par rapport à l’estimation de Lopes en 1588.

  • 135 L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fa (...)
  • 136 Ibid., p. 355.
  • 137 Communication personnelle.

89Un siècle plus tard (1775), la population du Congo serait, selon Cherubino da Savona qui présente des chiffres pour 21 provinces, de cinq millions135. C’est peut-être un peu exagéré, mais il n’est pas impossible qu’il y ait eu, comme le pense le chanoine Jadin, une certaine « poussée démographique »136. Vansina estime qu’elle est due à une généralisation de la culture des nouvelles plantes vivrières américaines : le maïs et le manioc137.

  • 138 Douglas Wheeler, « A Note on Smallpox in Angola », in Studia, nos 13-14 (1964), p. 356.
  • 139 W. G. Grandy, « Report of the Progress of the Livingstone Congo Expédition », in Rogai Geog. Soc. (...)

90En admettant que cet accroissement démographique ait eu lieu, le xixe siècle semble l’avoir définitivement coupé. La variole, introduite de nouveau à Ambrizette en 1864 par un navire de passage, fait de terribles ravages138. Elle apparaît encore en 1873, décimant la population de São Salvador139.

  • 140 L. Degrandpré, Voyages, Paris, 1801, t. I, p. 184.

91Au nord du fleuve, selon Degrandpré (1786-1787), « la traite continuelle ne cesse, malgré la polygamie et la fécondité des femmes, de dépeupler ces contrées »140.

  • 141 Nuno Alves Morgado, Aspectos da Evolução Demográfica da População da Antiga Provincia do Congo, 19 (...)
  • 142 Rappelons les épidémies de maladie du sommeil, qui ravagèrent la région du bas-fleuve, et même jus (...)

92Depuis l’abolition de la traite (effective à partir de 1860 environ) et l’ordre imposé par la pacification coloniale à la fin du xixe siècle, l’espace couvrant l’ancien royaume du Congo (sauf la partie située au nord du fleuve) demeure aujourd’hui une région de sous-peuplement, la population se situant entre 300 000 et 400 000 individus141 seulement142.

  • 143 Hélio Esteves Felgas, op. cit., p. 126.
  • 144 Ibid., loc. cit. En 1615, on estime la population chrétienne du Soyo à plus de 60 000 individus (c (...)
  • 145 Ibid., op. cit.
  • 146 Guy Fortems, op. cit., p. 6.
  • 147 Communication personnelle du professeur G. Sautter.

93La densité moyenne de peuplement au sud du fleuve est de 4,9 habitants au kilomètre carré143, et celle du Soyo – la région que les Portugais avaient jugée très peuplée à la fin du xve siècle – n’est que de 3,02144. Le littoral et les rives du Congo sont très faiblement habités, les densités les plus élevées se trouvant dans l’intérieur du pays145. Au nord du fleuve, la densité moyenne est sensiblement supérieure (27 habitants au km2), mais avec une répartition analogue : plus on s’en éloigne (jusqu’au Tshiloango), plus les densités augmentent, elles passent de 8 habitants au km à 21, puis à 48146. Les concentrations les plus fortes apparaissent en plusieurs noyaux périphériques147.

94Il serait intéressant de connaître les effets relatifs de la traite et des épidémies sur cet affaiblissement graduel de la démographie, mais les éléments dont on dispose sont trop fragmentaires pour qu’on puisse en tirer des conclusions.

Notes

1 Rui de Pina, Croniqua, cap. lviii.

2 Cf. Instructions données à Simão da Silva, in M.M.A., vol. I, p. 239 (1512).

3 M.M.A., vol. I, p. 50.

4 Dans la seconde moitié du xvie siècle, une maladie frappera la canne à sucre, et la concurrence des plantations du Brésil réduira considérablement l’importance de l’ile dans l’économie atlantique (cf. Serge Sauvageot, « Navigation de Lisbonne à l’Ile de São Tomé par un pilote portugais anonyme (vers 1545) », in Garcia de Orta, vol. 9, n° 1 (1961), pp. 123-138). Il y a aussi des révoltes d’esclaves (cf. F. Mauro, Le Portugal et l’Atlantique, Paris, 1957, p. 191). Dès la première moitié du xvie siècle, les habitants de l’Ile avaient un commerce de cabotage le long des côtes du golfe de Guinée, vendant dans un port les esclaves achetés dans un autre (cf. M.M.A., vol. iv, p. 131 (texte de 1519) et p. 145 (texte de 1529).

5 M.M.A., vol. I, p. 183.

6 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), éd. de l’Acad. Hist. Port., Lisbonne, 1954, p. 171.

7 M.M.A., vol. I, p. 320 (lettre de D. Afonso I, du 5-10-1514), et p. 359 (lettre de D. Afonso I, du 5-3-1516).

8 Cavazzi, lib. II, § 90.

9 M.M.A., vol. I, p. 359.

10 Ibid., p. 311 (lettre de 1514).

11 Un document de 1546 préconise un commerce plus actif avec les populations au nord du fleuve et même avec le Bateke (cf. M.M.A., vol. II, p. 237. Sur l’Angola, cf. aussi Pigafetta, 11b. II, cap. vii, et M.M.A., vol. V, pp. 387-388 (texte de 1602).

12 Cavazzi, 11b. II, § 131.

13 M.M.A., vol. I, p. 404.

14 Ibid., p. 527.

15 Ibid., p. 429.

16 P. Baesten, « Les Jésuites au Congo », in Précis historiques, t. 42 (1893), p. 108, et Orlandini, História Societatis Jesu, Cologne, 1615, lib. XIII, n° 62.

17 M.M.A., vol. II, p.197.

18 Ibid., p. 323. Selon un document de 1551, l’arrendamento de la traite à partir de São Tomé, pour les six années précédentes, avait été octroyé à condition qu’aucun navire ne fût envoyé en Angola, sauf si le Congo cessait de fournir des esclaves. Les rois du Congo se voyaient donc obligés de livrer leurs sujets pour que leur souveraineté soit respectée ! (cf. M.M.A., vol. II, p. 268).

19 Pigafetta, lib. I, cap. iv et vii ; et aussi J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 157 (texte de la fin du xvie siècle).

20 L’inverse semble s’être produit dans le cas du Dahomey : en 1727, la capitale Abomey conquiert le port de Whydah, situé sur la côte, après une tentative de ce dernier pour empêcher les Dahoméens d’avoir accès au commerce européen. Abomey est situé à 240 km de la côte, alors que São Salvador se trouve à 200 km seulement (cf. Rosemary Arnold, « A Port of Trade, Whydah on the Guinea Coast », in K. Polanyi, Trade and Market in the Early Empires, Free Press, Glencoe, 1957, pp. 156-175).

21 M.M.A., vol. I, p. 470.

22 Ibid., loc. cit.

23 En 1554, Garcia de Resende écrit des Noirs du Congo :
Uns aos outros se vendem
& hd muitos merdadores
que nisso somente entendem
& hos enganam & prendem
& trazem aos tratadores.
Garcia de Resende, Miscellãnea, Evora, 1554 (p. 23 de l’édition de Coïmbre, 1914).
(« Ils se vendent les uns les autres /et il y a beaucoup de marchands /dont c’est la spécialité/qui les trompent, les capturent/et les amènent aux négriers. »)

24 M.M.A., vol. I, pp. 489-490.

25 Cette réponse est peut-être la meilleure garantie de l’authenticité de la correspondance de D. Afonso I. Les deux lettres que nous venons de citer, du 6-7-1526 et du 18-10-1526, sont écrites par son secrétaire noir, .João Teixeira. Cf. aussi la lettre de D. Afonso du 5-10-1514, écrite également par Teixeira. In M.M.A., vol. I, pp. 321-322.

26 M.M.A., vol. I, pp. 525-527.

27 Selon J. Vansina, (« Long Distance Trade Routes in Central Africa », in Journ. of Afr. Hist., vol. III, n° 3 (1962), p. 378, note 14), le mot Pumbo vient du mot kikongo désignant Stanley Pool. Cf. aussi Willy Bal, « Portugais Pombeiro, commerçant ambulant du sertão », in Annali dell’Instituto Universitario Orientale (Sezione romanza), Naples, vol. VII, 2 (1965), pp. 123-161 ; cf. aussi Van Wing, Éludes Bakongo. Histoire et Sociologie, p. 102. Van Wing précise que les Bakongo appellent les régions du Stanley Pool Mpumbu.

28 Garcia Mendes de Castello Branco (1620), in M.M.A., vol. VI, p. 438. On ignore ce que peut être l’Ibare, également mentionné par l’auteur de l’H.R.C. (cf. Felner, Angola, p. 375). Vansina (id., loc. cit.) note qu’Ibare est un mot qui s’applique à tout grand fleuve. Le même auteur identifie le Bocanga (qu’il a trouvé écrit Bozanga) avec le royaume de Nsese la Bosanga à l’est du lac Léopold II (Vansina, id., loc. cit.). Bocanga n’est autre, à notre avis, que le royaume Ocanga, près de la confluence du Cuango avec le Congo (cf. aussi M.M.A., vol. VI, p. 104, où Ibare et Ocanga sont cités ensemble).

29 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 350 (Naukeurige Beschrijvinge), p. 575.

30 Osservationi del Regno di Congo dell’anno 1656, ms. espagnol 324 (38), I » 150 (v°), B.N.P

31 L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 240.

32 Cavazzi, lib. I, § 164. F. Cappelle (1642) récuse ce sombre réquisitoire de Cavazzi : « Il y en a qui prétendent que les habitants d’Angola [où Cappelle englobe le Congo] sont brutaux au point que les parents vendraient leurs enfants, le mari sa femme, le frère sa sœur. Cela est faux et mensonger... » Cf. L. Jadin, « Les rivalités luso-néerlandaises au Soyo, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 226. Cappelle était un négociant d’esclaves qui resta peu de temps au Congo, tandis que Cavazzi y séjourna assez longuement.

33 Il y avait aussi, il est vrai, l’ivoire et le cuivre, mais ils n’ont jamais occupé, sur la côte occidentale, une place aussi prépondérante que l’esclave.

34 Rui de Pina, Croniqua, cap. lix.

35 Ibid.

36 Vers la fin du xvie siècle, les missionnaires carmélites notaient que le roi avait « beaucoup de serviteurs, mais à aucun il ne donne un salaire » : « ...personnene veut être le serviteur d’un autre pour un salaire. Les esclaves seuls travaillent et servent ». (Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, pp. 132 et 135.

37 M.M.A., vol. I, p. 300 (lettre du 5-10-1514).

38 Ibid., p. 316.

39 Ibid., p. 306. Le lufuco est une mesure de zimbu, mais les sources se contredisent quant au nombre de zimbu qu’il contient.

40 Instructions à Simão da Silva (1512), in M.M.A., vol. I, p. 239.

41 Ibid., pp. 238-239.

42 Ibid., loc. cit.

43 M.M.A., vol. I, p. 522 (lettre de D. João III à D. Afonso I, en 1529).

44 A cette date, les nattes de raphia s’étaient substituées au zimbu pour des raisons que nous exposerons plus loin. Le zimbu aura pourtant encore cours en 1775 (cf. L. Jadin, « Relation sur le royaume du Congo de Raimondo da Dicomano (1791-1795) », in Bull, de l’Acad. Roy. des Sc. Col., t. III, fasc. 2 (1957), p. 331).

45 P.M., pp. 270-271 (chamava fidalgos de tantos lepussos, e quem mais tinha, era mais aventajado).

46 L. Jadin, « Le Clergé séculier et les capucins du Congo et d’Angola aux xviie et xviiie siècles », in Bull, de l’Inst. Belge de Rome, t. XXXVI, fasc. 2 (1964), p. 218.

47 C’était tout le contraire au xixe siècle, dans le Dahomey où il existait une organisation économique exceptionnelle et une monnaie universelle permettant l’achat de vivres en petite quantité. Cf. K. Polanyi, Dahomey and the Slave Trade, Univ. of Washington Press, 1966, p. 91.

48 François Pyrard de Laval, Voyages, seconde partie, Paris, 1615, pp. 379-380.

49 J. Cuvelier, Documents sur une Mission française au Kakongo (1766-1776), p. 27.

50 Cf. M.M.A., vol. VI, p. 488 (texte de 1620). ... o comercio dos portugueses que hé do direito das gentes...

51 Cf. Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambuíla, pp. 84-95.

52 M.M.A., vol. I, p. 528 (lettre de D. João III, de 1529), et Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), éd. de l’Acad. Port, de Hist.., Lisbonne, 1954, p. 172. Il s’agit des igos (cauris).

53 M.M.A., vol. VI, p. 72 (texte de 1622).

54 Ibid., p. 108 (texte de 1612).

55 Ibid., p. 471 (texte de 1620).

56 Ibid., p. 383.

57 M.M.A., vol. II, p. 234.

58 Ibid., pp. 301-302.

59 M.M.A., vol. VI, p. 437 (texte de 1620).

60 Ibid., p. 383 (texte de 1619) ; cf. aussi M.M.A., vol. VI, p. 488 (texte de 1620).

61 P.M., p. 274 (Cadornega).

62 M.M.A., vol. VI, p. 377 (texte de 1619).

63 Ibid., p. 107 (texte de 1612).

64 M.M.A., vol. II, p. 258.

65 Ibid., pp. 76-77. Il convient de noter que les rois congolais conservèrent jusqu’en 1604 leur contrôle sur l’île de Luanda et ses pêcheries de zimbu (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 264 (texte de 1604).

66 Cf. Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola (1792), t. II, p. 177.

67 M.M.A., vol. I, p. 532 (lettre de D. João III, de 1529).

68 M.M.A., vol. IV, p. 369.

69 Rui de Pina, Croniqua, cap. lxiii ; et aussi J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, pp. 227-279, qui donne des extraits de tous les textes sur le sujet.

70 M.M.A., vol. II, p. 59.

71 Pigafetta, lib. I, cap. xii.

72 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guinée » (1607).

73 Les exécutions arbitraires, nombreuses, quotidiennes, sont une des caractéristiques des anciens États non chrétiens en Afrique. Dapper (1668) dit que chez le roi du Mucoco (Bateke) « ... on tue tous les jours, dans son palais, 200 esclaves, dont les uns sont des criminels et les autres ont été livrés en tribut. On apprête la chair de ces malheureux pour le dîner du roi et de ses courtisans [...] C’est pour eux un raffinement barbare de délicatesse, car on n’y manque ni de bêtes ni de provisions » (cf. O Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 592). Vers 1656, la reine Jinga (cannibale) de Matamba sacrifie « souvent 50 ou 60 victimes pour apaiser l’esprit de son frère » (cf. Cavazzi, lib. V, § 108). En 1563, António Mendes a vu le roi d’Angola ordonner l’exécution de 11 sorciers qui n’avaient pas su faire la pluie (cf. M.M.A., vol. II, p. 509). Chez le Muataianvo, roi des Lunda et encore grand exportateur d’esclaves en 1845, « il ne se passe pas un jour sans que des têtes tombent pour des fautes bien légères » (cf. Joaquim Rodrigues Grava, « Expedição ao Muataianvua », in Bol. Soc. Geog. Lisboa, 9e sér., n° 1 (1890), p. 453). Le premier jour de sa visite chez le roi zoulou, Chaka, en 1824, Fynn a vu 10 hommes exécutés sur un simple signe du doigt royal. Un autre jour, il a vu mourir 60 garçons de 12 ans « avant que le roi n’ait pris son petit déjeuner » (cf. The Diary of Henry Francis Fynn, éd. James Stuart et D. Mc Malcolm, Pietermaritzburg, 1950, pp. 28 et 78).

74 H.R.C, in Felner, Angola, p. 376.

75 Raffaello Maffei da Volterra, Commentariorum Urbanorum, Rome, 1506, f° 138 (v°). Pigafetta laisse entendre que les Bateke observaient encore des coutumes analogues au xvie siècle « [les Bateke] sont sincères, loyaux et simples au point de s’offrir à la mort pour la gloire du monde [visible], et pour plaire à leurs seigneurs ils leur donnent leur propre chair à manger ». (Cf. Pigafetta, lib. I, cap. v, p. 35 de la traduction française de Willy Bal).

76 Pigafetta, lib. II, cap. vii ; M.M.A., vol. IV, p. 372 (texte de 1583).

77 M.M.A., vol. I, p. 526 (doc. de 1529), et vol. II, p. 237 (doc. de 1549).

78 M.M.A., vol. III, p. 146 (texte de 1576).

79 Du Jarric, De l’Histoire des choses les plus mémorables..., Bordeaux, 1610, vol. II, p. 80.

80 M.M.A., vol. VI, p. 438.

81 Sauf à l’occasion de guerres entre provinces.

82 Manuel Correia de Leitão, qui voyagea sur les rives du Cuango en 1775, affirme que lors des guerres entre tribus pour capturer des esclaves, on ne vend même pas le dixième du nombre de ceux qui sont tués (não se vende nem o dizimo dos que morrerão) – cf. Gastão Sousa Dias, « Uma Viagem a Cassange nos meados do século xviii », in Bol. da Soc. de Geog. de Lisboa, sér. 56, nos 1-2 (1938), pp. 19-20.

83 Pigafetta, lib. II, cap. iv.

84 Les auteurs des xvie et xviie siècles n’ont pas manqué d’établir un parallèle avec les invasions des barbares dans l’antiquité (cf. Pigafetta, lib. II, cap. v, et Cavazzi, lib. II, § 1).

85 Sur les Jagas en Angola et leur chef Kinguri, cf. J. Vansina, « The Foundation of the Kingdom of Cassange », in Journal of African History, vol. IV, n° 3 (1963), pp. 355-374.

86 M.M.A., vol. VI, p. 283 (texte de 1617).

87 Ibid., p. 368 (texte de 1619).

88 Sur les Jagas, cf. l’étude d’un ethnologue (fondée en grande partie sur des sources modernes), Hartmann C. Decker, « Die Jagazüge und das Königtum im mittleren Bantugebiet », in Zeitschrift für Ethnologie, t. 71 (1939), pp. 229-293, et J. Vansina, « More on the Invasions of Kongo and Angola by the Jaga and the Lunda », in Journal of African History, vol. vii, n° 3 (1966), pp. 421-429.

89 Cf. M. Plancquaert, Les Jagas et les Bayakas du Kwango, Mémoire I.R.C.B., t. III, fasc. 1 (1932), pp. 53-54.

90 Il s’agit des Bangála et non des Bângala. Cette dernière forme provient d’une prononciation portugaise déformatrice (cf. H. Dias de Carvalho, Expedição Portugueza ao Muataianvua, Etnografía e História Tradicional dos Povos da Lunda, Lisbonne, 1890, p. 85).

91 Andrew Battell qui, entre 1601 et 1603, accompagna pendant un certain temps une bande de Jagas, les appelle Imbangolas (cf. E. G. Ravenstein, The Strange Adventures of Andrew Battell, p. 84 (They are called Iagges by the Portugals, by themselves Imbangolas) ; voir aussi J. Vansina, « The Foundation of the Kingdom of Cassage », in Journ. of Afr. Hist., vol. IV, n° 3 (1963), p. 373).

92 Cf. la carte dans Marcel Soret, Les Kongo Nord-Occidentaux, Paris, 1959. En 1650, Jérôme de Montesarchio fait allusion à un pays contigu à celui du chef congolais le Mani-Masinga, au nord du fleuve, pays della ferocissima gente che mangia carn’humana chiamata Giagas (M.M.A, vol. X, p. 486). Notons que Cavazzi appelle le pays des Jagas de Cassange le t peUt Ganghella » (Cavazzi, lib. II, § 4, et lib. VII, § 31). Bangála et Gangala se confondent-ils ? Sur la Carte Ethnique de l’Afrique Équaloriale Française, feuille n° 1 (1955), l’auteur, Marcel Soret, désigne les Gangala par le nom de Bahangala.

93 Cavazzi, lib. II, § 2.

94 Id., loc. cit. (La terminaison en « i » provient du pluriel italien).

95 Ravenstein, op. cit., p. 19.

96 Domingos de Abreu de Brito, « Sumario e Descripção do Reino de Angola... (1591) », in Feiner, Um Inquérito à Vida Administrativa e Económica de Angola et do Brasil em fins do século xvi, Coïmbre, 1931, p. 41.

97 Cavazzi, lib. II, § 2.

98 E. G. Ravenstein, The Strange Adventures of Andrew Battell, pp. 30-33, 84 et 149-153 ; cf. aussi Feiner, Angola, p. 453 (texte de 1619).

99 Cavazzi, lib. II, § 7 à 10.

100 Ibid., § 12.

101 Cf. E. G. Ravenstein, op. cit., p. 33.

102 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 339 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 555).

103 Andrew Battell (1610), in E. G. Ravenstein, The Strange Adventures..., pp. 19-20 ; O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 339 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 555) ; et Cavazzi, lib. II, § 2.

104 Fernão Guerreiro, Relagóes Annuais, Lisbonne, 1605, t. II, f° 135 (r°).

105 André Alvares de Almada, Tratado Breve dos Rios de Guiné (1594), éd. Luis Silveira, Lisbonne, 1946, chap. x.

106 Balthezar Telles, Chronica da Companhia de Jesu, Pt II, Lisbonne, 1647, p. 641.

107 Martin Fernandes Enciso, Suma de Geografia, Séville, 1519, f° (fiiij), « ... la ciudad de Jaga q es grã pueblo e de mucha gête... ». Notons que nul texte ne nous est parvenu sur la Guinée pour la période entre 1519 (Enciso) et 1594 (Almada). Valentim Fernandes (1506-1510) |fait de Jaga la capitale de Mandimansa, roi de Mandinga, autrement dit l’ancien Mali (cf. Th. Monod, R. Mauny et A. Teixeira da Mota, Description de la côte occidentale d’Afrique (Sénégal au Cap de Mont, Archipels) par Valentim Fernandes, 1506-1510, Bissau (Guinée portugaise), 1951, p. 37).

108 Les Jagas et les conquistadores de Luanda vont s’allier à plusieurs reprises contre les Congolais. En 1622 (cf. M.M.A., vol. VII, p. 17, p. 178 et p. 294) ; en 1665 à la bataille d’Ambuíla, et en 1672 contre le Soyo (cf. L. Jadin, « Le Congo et la |secte des Antoniens » in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 473.

109 M.M.A., vol. III, pp. 36-51.

110 Felner, Angola, pp. 105-106, et M.M.A., vol. II, pp. 459-461 ; et aussi Felner, op. cit., pp. 79, 107 et 396-397 ; M.M.A., vol. II, pp. 465 et 496.

111 M.M.A., vol. II, p. 141, et J. C. Feo Cardozo, Memórias..., p. 129.

112 M.M.A., vol. IV, pp. 558 et 572 (texte de 1594).

113 Les combats sont menés, la plupart du temps, par une « guerra preta » – des guerriers noirs à la solde des Portugais. « Ils forment l’avant-garde et les Blancs restent à l’arrière, et ainsi les hommes blancs, qui sont peu nombreux, gagnent beaucoup de victoires » (cf. Domingos de Abreu de Brito, « Sumario e Descripção do Reino de Angola », in Felner, Um Inquérito..., p. 23).

114 M.M.A., vol. IV, pp. 574-575 ; et aussi Domingos de Abreu de Brito, in Felner, op. cit., p. 41.

115 Les Portugais les appellent tous gentios (païens).

116 Cela ne durera pas, bien entendu, après la bataille d’Ambuíla.

117 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 137.

118 Cavazzi, lib. II, §. 83. A Luanda en 1650, il n’y en avait que 2 000 (ct. P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 143).

119 M.M.A., vol. V, p. 386 (texte de 1607).

120 M.M.A., vol. II, p. 105 (lettre de D. Afonso I, de 1540).

121 Ibid., p. 275 (doc. du 18-7-1552) et p. 377 (doc. du 5-9-1553).

122 Ibid., p. 543 (doc. de 1566) – « ... que este Rej dom Bernardo que agora Regna em Congo hé mãsebo e mugto largo e não hé syozo como os seus êtrepassados »).

123 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guiné » (1607).

124 Ibid., p. 439 (« e estava tão sojeito a nos e tão humilde até o tempo em que Matamba nos matou aquella gente que tremia de nosso nome... com que se animou).

125 M.M.A., vol. I, p. 437 (doc. de 1620).

126 Rui de Pina, Croniqua, cap. lvii – ... as gentes do dicto reino, que acharam sem conto.

127 M.M.A., vol. I, p. 470, ... a nosa terra se despoua loda.

128 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 166.

129 M.M.A., vol. IX, p. 433.

130 Jean François de Rome, Brève Relation (1648) (p. 85 de l’édition de François Bontinck). L’effet des guerres civiles est également mentionné par l’auteur de l’História do Reino do Congo (c. 1655), in Felner, Angola, p. 375. Cf. aussi J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 166, note 2 (texte de 1657).

131 Osservationi del Regno di Congo dell’anno 16S6, B.N.P., ms. espagnol 324 (38), f° 150 (v°). Cf. aussi Cavazzi, lib. I, § 245, et J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 166, note 2.

132 Osservationi..., f° 151 (r°) : Prima di esser stato discoperto quel Regno era abondantissima di gente, ma essendouisi introdotto il contrato continuati di Schiaui di Spagnuoli e Portughesi por conduirli all’America (...) sono venuti a mancare all’Ingrosso...

133 Cavazzi, lib. I, § 245.

134 L. Jadin, « Le Clergé séculier et les capucins du Congo et d’Angola aux xviie et xviiie siècles », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVI (1964), p. 235.

135 L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), pp. 389-390. Nous ne savons pas comment le chanoine Jadin arrive au chiffre de six millions, cf. ibid., p. 355.

136 Ibid., p. 355.

137 Communication personnelle.

138 Douglas Wheeler, « A Note on Smallpox in Angola », in Studia, nos 13-14 (1964), p. 356.

139 W. G. Grandy, « Report of the Progress of the Livingstone Congo Expédition », in Rogai Geog. Soc. Proceedings, vol. 19 (1874-1875), pp. 78-105.

140 L. Degrandpré, Voyages, Paris, 1801, t. I, p. 184.

141 Nuno Alves Morgado, Aspectos da Evolução Demográfica da População da Antiga Provincia do Congo, 1949-1956, Lisbonne, 1959, pp. 12-13. Cf. aussi, John T. Tucker, Angola, the Land of the Blacksmith Prince, Londres-Toronto, 1933, p. 154 (355 000 kikongophones), et Hélio A. Esteves Felgas, As Populações Nativas do Congo Português, Luanda, 1960, p. 126.

142 Rappelons les épidémies de maladie du sommeil, qui ravagèrent la région du bas-fleuve, et même jusqu’à Ambriz, à la fin du xixe et au début du xxe siècle (cf. J. J. Monteiro, Angola and the River Congo, Londres, 1875, vol. I, p. 143 et Guy Fortems, La Densité de la Population dans le Bas-Fleuve et la Mayombe, Mém. de l’Acad. Roy. des Sc. d’Outre-Mer, Classe des Sc. Nat. et Méd., t. XI, fasc. 4 (1960), p. 75).

143 Hélio Esteves Felgas, op. cit., p. 126.

144 Ibid., loc. cit. En 1615, on estime la population chrétienne du Soyo à plus de 60 000 individus (cf. M.M.A., vol. VI, p. 247, texte de 1615). Elle n’en comprend aujourd’hui que 18 000.

145 Ibid., op. cit.

146 Guy Fortems, op. cit., p. 6.

147 Communication personnelle du professeur G. Sautter.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search