Version classiqueVersion mobile

Dossier : Aitia

Varia

L’épistémologie de Jean Bollack ou Bollack contre Bollack

Andrea Cozzo

Résumé

La philologische Wissenschaft de Jean Bollack vise à parvenir à « la bonne leçon » d’un texte et à l’« intention originale » de l’auteur, au sens fort de ces expressions. Elle est fondée sur trois éléments : l’identification des préjugés qui auraient conduit aux lectures erronées, l’analyse syntaxique du texte et la discussion des opinions des savants (ou critique dialectique). Mais, en aucun cas, la rigueur et l’érudition de Jean Bollack ne peuvent échapper à des présupposés non soumis à la discussion, en particulier à la conviction que le sens d’un texte se trouve dans les manuscrits que nous possédons (ou il est en tout cas récupérable à travers eux), à l’idée que les grands textes sont plus réflexifs que les autres, et à la notion d’originalité des auteurs par rapport à la tradition. En outre, Jean Bollack ne réfute pas toujours de manière critique l’opinion des savants auxquels il s’oppose ; simplement, il la refuse. Néanmoins, il fait constamment recours à une rhétorique du progrès scientifique et de la démarche scientifique.

Texte intégral

LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, L’OBJECTIF ET LA MÉTHODE

  • 1 Je présente ici, avec les nécessaires modifications, le texte lu au Colloque Sur la philologie. En (...)

1Je n’ai certainement pas la prétention d’analyser avec précision, en quelques pages1, l’épistémologie de Jean Bollack [désormais J. B.], savant méticuleux et d’une érudition étonnante et vertigineuse. La lecture de son œuvre est rendue ardue, autant par la quantité que par la complexité des concepts qu’elle utilise. De surcroît, cette œuvre embrasse, comme on le sait, le théâtre et la philosophie de la Grèce ancienne, l’herméneutique et la théorie de la littérature, l’histoire de la science philologique et de l’institution universitaire et, enfin, la littérature moderne et contemporaine.

  • 2 Pour J. B., le processus herméneutique, s’enrichissant de la contribution de la théorie de la litté (...)
  • 3 Je pense, par exemple, au travail de Bollack, Wismann 1975.
  • 4 Van Looy 1992.
  • 5 Bollack 2000, p. 39 : « La philologie établit d’abord le sens et surtout la littéralité des phrases (...)
  • 6 Bollack 2000, p. 126.
  • 7 Bollack 1990, I, p. XX.
  • 8 Bollack 1990, I, p. 5.
  • 9 Bollack 1990, I, p. 53.
  • 10 Bollack 2005, p. 6.
  • 11 Bollack 2000, p. 21.
  • 12 Bollack 1990, I, p. 53.

2Pour entrer immédiatement au cœur du sujet, je rappellerai d’abord que l’herméneutique philologique de Jean Bollack s’oppose à l’herméneutique philosophique (principalement à celle de H. G. Gadamer)2, mais l’on pourrait dire qu’il n’y a pas de philologue plus philosophe que notre savant, qui se réfère aussi bien à Gadamer qu’à Spinoza, Heidegger ou encore à Nietzsche et Ricœur pour discuter leurs interprétations de la Grèce ancienne3. C’est ce que suggère, par exemple, van Looy quand il écrit, en se référant à l’édition bollackienne de l’Œdipe roi, que « l’introduction (...) est un essai philosophique sur l’art de l’interprétation et la traduction d’un texte ancien »4. Cet objectif qui est de « comprendre les textes », J. B. le nomme de plusieurs façons : chercher à saisir le « sens »5, c’est-à-dire « ce que cela “veut dire” »6, mais aussi, par exemple, « la chose qu’est l’œuvre », c’est-à-dire « le comment du texte, et l’art »7, ou bien « l’originel »8 (dans le cas de la leçon manuscrite correcte), ou « l’authentique » et l’« intention originale, historiquement déterminée »9, ou « les points de vue de l’auteur »10. L’herméneutique « philologique » ou « critique » de J. B. – et précisément critique parce que philologique – s’interroge « sur ce qu’on dit : comment est-ce dit et produit et à quoi cela se réfère-t-il ? »11. La philologie, pour J. B., n’est pas seulement question de « données paléographiques » ou de position « sur la matière du texte »12, mais quelque chose de plus complexe qui doit être infatigablement conscient de soi, afin que son processus ne soit pas naïf (uniquement attentif à l’aspect technique) mais plutôt gouverné par une autoréfléxivité continue.

  • 13 Cf. Bollack 1997, p. 25.
  • 14 Bollack 2000, p. 155.

3Le travail de J. B. est un travail non pas de Altertumswissenschaft mais de philologische Wissenschaft13 : « Les mots qui sont dans les textes littéraires ne parlent pas en fait du “monde” ni de la “société”. À propos de la Grèce antique, on a toujours lu les textes comme s’ils parlaient du “monde” grec et on a évoqué ce monde comme si c’était là la Grèce : il figurait la contrainte d’un ordre qui expliquait les textes. Mais ce n’est qu’un préalable appelé à soutenir les points de vue choisis arbitrairement par les interprètes. Le “monde” que l’on construit vient leur conférer une autorité objective. Une lecture plus ouverte fait découvrir un arrangement autrement et souvent très librement constitué. Le monde est souvent plus inventé que reproduit. Les textes sont autant de systèmes nouveaux, introduits dans le cadre de représentations connues, en accord ou en désaccord avec elles, et s’y référant mais en les modifiant en profondeur »14.

  • 15 Bollack 1997, p. 96-97. Cf. les remarques précises que J. B. fait à propos de son édition de l’Œdip (...)
  • 16 Bollack 2000, p. 34.
  • 17 Bollack 2005, p. 5-6.

4Dans le domaine des textes, J. B. refuse le fossé qui existe souvent entre critique littéraire et critique textuelle et qui, d’un côté, restreint cette dernière à la « culture en serre de la correction ou de l’excision » et de l’autre exclut de la première « les conditions de la production du sens »15. C’est un refus des idées dominantes dans le domaine de la philologie, et Bollack le dit très clairement : « La philologie que je défends ici se heurte à la fois à un traditionalisme crasse, qui est international, et présent dans les milieux qu’on doit appeler humanistes, mais aussi aux modernistes, qui sont le plus souvent des anthropologues largement marqués par le structuralisme, et ceux-ci soumettent les textes à de nouveaux principes de classement, déterminant les mentalités, les modes de perception et les croyances, sans jamais remonter à la constitution de ces textes littéraires et sans laisser la place qui lui revient à la liberté d’invention »16. Pour revenir à cette liberté d’invention de chaque auteur à l’égard de la tradition, il est nécessaire que l’interprète contienne consciemment sa propre liberté et refuse toute autorité qui ne soit pas le texte même et le raisonnement sur lui : « la philologie autoréflexive, telle que je l’ai conçue avec quelques autres – dit J. B. – (...) ne se livre qu’à elle-même, elle s’arrache à tous les magistères »17.

  • 18 Bollack 2000, p. 131.
  • 19 Bollack 2000, p. 21.

5Il faut entreprendre alors une démarche spécifique : le point de vue scientifique sur une œuvre – et cela fait « qu’une interprétation peut être appelée “scientifique” » – est « d’en saisir la portée à sa naissance, avant les utilisations peut-être abusives. Le refus des préjugés vise un énoncé quasiment premier. La première exigence serait donc, comme ailleurs, d’éliminer l’arbitraire en l’objectivant, ce qui est le meilleur moyen de distinguer les approches appelées justement “subjectives” »18. Cela signifie qu’il est essentiel de « déchiffre[r] une interprétation déposée dans une lecture, avant de pouvoir interpréter à son tour, en un deuxième temps, et d’en évaluer la portée »19.

  • 20 Bollack 2000, p. 24.

6Je me concentre d’abord sur le premier mouvement. Voilà encore, à ce propos, les mots de Bollack lui-même : « ma méthode de lecture se caractérise fortement par une rationalité critique. Il y a toujours au bout de l’analyse le démontage de préjugés qui ont conduit aux erreurs de lecture. (...) Je peux me réclamer d’une forme de rationalisme mais seulement s’il est ouvert, s’il n’est pas dogmatique mais respectueux des positions particulières »20.

  • 21 Ici nous trouvons l’application de la notion-clef du livre de Habermas 1976.
  • 22 Bollack 1990, I, p. XIII.

7Or, puisque l’erreur est définie comme une lecture en-dessous de laquelle il y a des préjugés qui sont dictés par l’intérêt21, le catalogue le plus complet des lectures données au cours de l’histoire a une fonction heuristique fondamentale parce qu’il permet aux interprètes de maîtriser leur propre histoire à travers la conscience des médiations qui opèrent secrètement entre l’original et eux. Comme Bollack l’explicite, « la place accordée à la reconstitution de la discussion savante par l’analyse comparative des opinions a une nécessité épistémologique. Le travail, tendant à présenter aussi exhaustivement le débat scientifique, procède d’une finalité propre : montrer dans un cas particulier, pour une œuvre continûment présente dans le patrimoine culturel, ce que recouvrent des lectures qui ont eu cours, en relation avec la recherche du sens. – L’analyse de la tradition recouvre donc une large indépendance, elle reproduit systématiquement les points de vue qui ont présidé à l’élaboration des traductions, et rétablit, où la chose est possible, les orientations majeures des commentaires »22.

  • 23 Bollack 1990, I, p. XIV.

8Je profite de la clarté de Bollack pour le citer de nouveau à propos de la signification qu’a pour lui le fait de mentionner systématiquement commentaires, monographies, articles et scholies anciennes et byzantines : « Notre but était de reproduire la controverse, autour des problèmes, unité par unité, et point par point, dans la logique d’un déroulement où la présentation systématique en général domine. La reproduction de la polémique conduit mieux que tout autre point de vue vers l’objectivation de la discussion savante, et fait voir ses préalables et ses enjeux. L’analyse doxographique ne tend donc pas directement à fournir des matériaux à l’établissement du texte, ni même à la fixation du sens. Le but n’était pas d’établir un répertoire ou une réserve d’émendations ; lorsque le stock a été constitué, il doit illustrer une histoire, et avant tout les modalités transhistoriques de la compréhension. Le corpus éclaire le statut de l’autorité, les limitations sur lesquelles elle se fonde et qu’elle impose. La mise à nu du mécanisme est le moyen le plus efficace pour se libérer de son empire »23. Avec le travail sur le dossier des interprétations, nous sommes en présence de ce que J. B. appelle « historisation radicale », et qui constitue un mouvement d’auto-libération pour l’interprète moderne, fondé sur la conscience de soi.

  • 24 Bollack 1997, p. 94.

9Si, d’une part, les interprétations qui ont été données ne constituent pas « des approximations progressivement plus justes sur le chemin du vrai », de l’autre, toutefois, « outre que la justification de la matière, à savoir du texte retenu, ne peut se faire sans que soient reconnues et réfutées les raisons qui l’ont altérée, la matière elle-même ne se constitue qu’à mesure que l’interprétation s’impose contre d’autres (...). Une lecture, quelle qu’elle soit, ne se précise pas dans un vide de lectures. La bonne leçon ne s’affirme qu’affrontée, seule, à tous les possibles »24.

  • 25 Bollack 1997, p. 114.
  • 26 Bollack 2000, p. 176. C’est bien noté par Thouard 2003, p. 352.

10Le sens de « la bonne leçon », tout comme celui de la « bonne lecture », à vrai dire, ne m’apparaît pas clairement. Il en est de même lorsque le savant, ailleurs, utilise l’expression « la bonne lecture, celle qui conduit le plus loin »25. Ce qui me semble clair, en revanche, c’est que, pour J. B., on ne parvient à elles qu’à travers la confrontation des leçons ou des lectures déjà données et en retrouvant la raison qui explique la présence des lectures erronées parmi elles. La vérité – oui, la vérité, parce que c’est aussi ce mot que J. B. utilise – est en premier lieu l’élimination du faux : à la question directe, au cours d’un entretien avec Patrick Llored, « qu’est ce que la vérité pour le philologue que vous êtes ? », J. B. répond que « c’est d’abord de contester des “vérités” plaquées »26.

  • 27 Voilà une auto-description du travail de J. B. : « Ce à quoi je me suis accroché, en combattant les (...)
  • 28 Bollack 2000, p. 104-105.

11Nous avons rencontré les mots « contre », « affronté » et « réfuté ». Nous y retrouvons le concepts-clef de la pensée de J. B. Pour lui, en effet, la science a une dimension dialectique, structurée qu’elle est par la lutte contre quelque chose27 : « Sens contre sens » c’est, comme nous le savons, le titre d’un livre de notre savant. J. B. est en faveur de « l’interprétation unique (...) qui se laisse extrapoler (...) en grande partie contre la tradition interprétative ; les adaptations et les transcriptions ultérieures la reproduisent peu. Il faudrait montrer que l’interprétation des textes peut se proposer de retrouver une signification première mal connue, lui permettant de résister aux détériorations et de traverser l’épreuve du temps. Le sens dans ce cas est inscrit dans la lettre »28.

  • 29 Bollack 2000, p. 176.
  • 30 Cf. aussi Bollack 2000, p. 181 : « la grande lutte sur le terrain de l’interprétation, qui est bien (...)
  • 31 Bollack 2000, p. 46.
  • 32 Bollack 2000, p. 121-122.

12Une autre fois encore, Bollack dit : « contre quoi lutter sinon contre l’imposition du faux ! »29. J. B. veut se faire le paladin de la science-vérité. Il est animé d’une intention noble qui l’arme contre les interprétations qu’il considère comme fausses30. La vérité est élimination de l’erreur et du faux autant que l’objectivité est élimination de la subjectivité et le retour à « la chose même » (c’est-à-dire au texte original) est celle de « son utilisation »31. Les éliminations se produisent au travers de la dialectique : « en interrogeant les autres, on est amené à corriger le point de vue qu’on avait adopté ou bien à le maintenir ; dans ce cas, surtout si l’on découvre que la discussion est ancienne (...), on se demande quelles sont les raisons pour lesquelles l’opinion que maintenant l’on défend n’a pas été admise. On étudie alors les motivations d’un refus, qui dépassent les simples règles de l’art et de l’herméneutique. L’histoire de l’interprétation reste d’abord interne, classant les opinions et éclairant le déroulement d’une discussion sur un problème philologique, puis s’élargit, afin de mettre à nu les origines culturelles qui expliquent les œillères et les censures. Ainsi tout commence par une remise en question, le passage par un non-savoir radical. “Le sens ne serait-il pas encore autre ?”, voilà la seule question qui doive être posée ! Et en un deuxième temps, les résultats obtenus par une libération, sont mis sur le même plan que les hypothèses répertoriées. (...) la mise à l’épreuve est radicale, c’est-à-dire la volonté de discuter pour parvenir à un accord »32.

  • 33 Bollack 2000, p. 161-162. Sur les limites que la discussion poserait à l’arbitraire et à la subject (...)

13J. B. admet qu’« il y a évidemment dans l’acte et dans la démarche scientifique de la compréhension une part qui relève plutôt de l’imagination intellectuelle et de l’intuition et qui n’est pas directement vérifiable par une méthode, mais le fait même que les propositions qu’elle avance en fonction d’un résultat soient soumises aussitôt à une discussion, à un examen et à une confrontation comparative, répond entièrement au postulat d’un travail scientifique. La philologie se présente sous ce jour lorsqu’elle parvient à s’émanciper par une objectivation de la pratique, au-delà de la maîtrise des moyens requis pour son exercice. Elle peut alors prétendre expliciter les hypothèses de sens, quel que soit le mode de production, et se fixer comme finalité d’inclure à chaque pas la justification de ses décisions. La reconnaissance des assimilations fausses est éminemment scientifique. Elle dénonce les faux transferts, et l’anachronisme qui consiste à évaluer les résultats de la spéculation cosmologique sous l’angle des représentations issues de la science moderne, comme l’ont fait les positivistes du XIXe siècle. Mais ne l’est pas moins le doute méthodique sur le sens que l’on a obtenu et qui, trouvé ou proposé, exige qu’en dépit de toutes les précautions prises, on ne cesse de revenir en arrière et de se corriger. Le principe d’un sens univoque et déterminable dans les textes se confirme dans ces retours qui sont, le plus souvent, accomplis par une recherche commune et par les discussions à deux ou à plusieurs. Il n’y a pas de philologie critique en dehors de cette situation de mise à l’épreuve et de réflexion commune »33.

14Bref, l’historisation radicale et la critique dialectique opèrent dans la même perspective, parce que la vérité est ce qui résiste à la discussion et à la possibilité d’être conçu comme préjugé.

  • 34 Bollack 2000, p. 82.
  • 35 Bollack 2000, p. 83-84.

15Quant à la part positive de la vérité qu’on peut saisir, pour J. B. elle est donnée par l’analyse syntaxique. Comme il le dit très nettement, « la syntaxe n’offre pas d’ambiguité »34. À son avis, « la polysémie est toujours virtuelle. La bonne “construction” de la phrase (...) est en effet imposée par une décision de sens. Les autres interprétations sont (bien que rarement) des arrangements possibles de la même matière verbale. Mais ce ne sont que des arrangements, c’est-à-dire des constructions. La décision en faveur d’un déchiffrement est toujours univoque dans le contexte d’une convention qui l’implique. De plus, les progrès accomplis d’une étape à l’autre, au moyen de retouches apportées aux hypothèses et le resserrement de la cohérence syntaxique, éclairant la composition sémantique, apportent une preuve très forte en faveur de l’existence d’un terme du travail. On s’aperçoit alors que les difficultés sont surmontables et l’on avance vers un point où s’arrêter »35.

16Naturellement, à ce niveau, la discussion critique parmi les savants reste tout aussi fondamentale.

PRÉALABLES CONCERNANT LES CONDITIONS DE LA PRODUCTION ET DE LA TRANSMISSION DES TEXTES ET CONCEPTION DE LA SCIENCE, DE LA MÉTHODE ET DE LA DIALECTIQUE

17Ce qui précède a suffisamment donné, je l’espère, une idée de l’énorme attention que J. B. déploie pour maîtriser avec conscience les problèmes liés à son objet et au travail autour de lui. Ainsi, notre savant se donne pour but d’établir le texte original (ou vrai) et de comprendre son sens sans recourir à des éléments externes aux œuvres, mais à travers 1) le démontage des préjugés qui sont sous-jacents aux erreurs de lecture, en réfutant les raisons qui ont altéré le texte ou méconnu le sens, 2) l’analyse syntaxique qui ne peut être qu’univoque, et 3) la discussion critique (rationnelle) des argumentations produites qui donne ainsi aux savants la possibilité de s’opposer à la subjectivité involontaire de leurs pairs et qui détermine le progrès de la connaissance.

18Je rappellerai que rien de tout cela n’est évident ou nécessairement acceptable et je chercherai maintenant à montrer quelques-uns des présupposés que cette position sous-entend. D’abord, je noterai rapidement ceux qui concernent les conditions de production et de transmission des textes anciens, c’est-à-dire, en premier lieu, le fait que l’art possèderait une autonomie telle qu’on ne pourrait le déchiffrer qu’en se référant à ses œuvres, sans tenir compte des données sociales. Pourtant le présupposé et l’arbitraire que J. B. dénonçe dans les approches qui consistent à se référer au monde pour expliquer les textes n’ont-ils pas d’égal que son refus de ne pas s’y référer ?

  • 36 C’est, si je ne me trompe pas, l’unique élément d’historicité que Bollack reconnaît s’agissant de l (...)
  • 37 Bollack 2000, p. 44. Cf. Bollack 2006, p. 17 : « Tous les grands poètes incluent dans leur écrit un (...)
  • 38 Bollack 2006, p. 13. Le passage est significatif aussi dans ce qui suit : « Sinon, nous ne disposer (...)

19La même chose vaut, à mon avis, pour sa conviction relative à l’originalité des auteurs par rapport à la tradition36, aussi bien que pour son affirmation selon laquelle « les grands textes sont globalement plus réflexifs »37, ou que l’œuvre de Parménide, par exemple, « a visiblement été travaillée pour servir à une pratique savante de lecture, se mettant elle-même livresquement en scène comme les œuvres savent le faire partout d’elles-mêmes »38. Cette phrase n’est pas sans évoquer la définition qu’il est arrivé à J. B. de donner de lui-même comme « homme de livres » ; d’autres savant récuseraient de telles affirmations qui ne sont pas soumises à la négociation dialectique : elles sont simplement des présupposés, des présupposés très bollackiens.

  • 39 Kenney 1995, p. 3.

20Enfin, J. B. est convaincu qu’un texte auctorial a non seulement existé mais existe encore, celé dans nos manuscrits, et que, de plus, il est possible de l’atteindre. Dans ce cas aussi, il s’agit de croyances (et non de vérités) qu’on peut, si on veut, légitimement refuser (et non pas réfuter) à partir d’autres croyances elles aussi susceptibles d’être refusées (et non pas réfutées) : celle qui veut, par exemple, que personne ne puisse nous garantir que le texte original des manuscrits les plus anciens, qui sont séparés de l’original par de nombreux siècles, soit parvenu jusqu’à nous, surtout si l’on admet que nos manuscrits constituent seulement une partie de la tradition issue de l’original et que celle-ci pourrait en outre contenir des erreurs en un point quelconque de la transmission pré-archétypale – erreurs à propos desquelles quelqu’un a dit, très justement, que « dans la plupart des cas simplement nous n’avons pas les données pour les contrôler »39. Nous ne savons pas si les manuscrits du texte original sont vraiment parvenus jusqu’à nous, et nos idées du texte correct pourraient changer du tout au tout si nous possédions des manuscrits d’époques antérieures ou issus d’un autre centre de diffusion, et si nous ne possédions pas celui ou ceux dans lesquels nous trouvons la leçon qu’aujourd’hui nous acceptons comme étant la bonne.

21Je passe maintenant aux questions plus strictement épistémologiques (ou bien liées à la conception de la science). À ce niveau, je mentionnerai comme première croyance bollackienne le fait que le sens est dans le texte (c’est-à-dire précisément dans les manuscrits qui nous possédons), et que l’interprète se limite à le rétablir. De mon côté, je pense que, bien que le texte original ait eu son sens, dans les leçons des nos manuscrits, les interprètes (y compris ceux qui discutent de manière critique) en trouvent un qui, même s’il y a accord entre tous les savants, peut toujours être faux. À ce propos, je raconterai l’expérience que je propose souvent dans mes cours universitaires. Je fournis à mes étudiants, qui sur ce point sont naturaliter bollackiens, un texte poétique que j’ai moi-même façonné en secret au préalable en connectant des vers de poèmes différents, et, après avoir dit qu’il est d’un certain auteur, je demande de l’étudier, singulièrement et collectivement, jusqu’à l’interpréter correctement. Ils produisent toujours des bonnes argumentations explicatives de la cohérence (que nous savons inexistante) et du sens du texte en réussissant à donner une interprétation admissible. Naturellement, quand je découvre mon jeu, la chose ne m’attire pas la sympathie des étudiants, mais ils apprennent – je pense correctement – que le sens que nous trouvons est un produit de notre cerveau qui, postulant qu’il doit être dans le texte que nous possédons, peut finir par l’y trouver, en toute bonne foi, dans chaque cas : je pense donc que nous pourrions même avoir trouvé le sens originel, mais nous ne savons jamais si (ou quand) nous l’avons trouvé, parce que nous ne possédons pas les moyens de distinguer les argumentations unanimes qui atteignent la vérité de celles qui ne l’atteignent pas.

  • 40 Bollack 2000, p. 175-176.

22S’il faut déterminer le sens, non pas subjectif mais original, donc unique, du texte – univocité à laquelle se rapporte aussi l’idée de J. B. qui nous dit comment on lit, ou qui veut nous présenter la Grèce de personne –, la démarche scientifique demande, comme J. B. le disait, « la mise à l’épreuve (...) radicale, c’est-à-dire la volonté de discuter pour parvenir à un accord ». Le progrès est, précisément, la construction graduelle de cet accord qui se révèle donc, dans la pensée de J. B., très important. Ainsi, en polémiquant avec d’autres approches, il déclare : « mon combat contre le relativisme épistémologique ou contre ce que j’appelle le pluralisme dogmatique vise la possibilité de parvenir à un accord concernant le sens des textes qui pourrait être vérifié par les lecteurs et les interprètes ; or la possibilité même de parvenir à un accord sur le sens des textes est niée de façon générale aujourd’hui. L’accord sur une interprétation suppose un cadre de recherche commun et une entente sur les critères des découvertes possibles et, en fin de compte, sur un dépassement de la situation présente, si les conditions où le problème peut être posé n’ont pas été envisagées »40.

  • 41 Cf. Thouard 2003, p. 348-349 : « La philologie vise à comprendre les textes eux-mêmes, sans project (...)

23À ce propos, je voudrais faire quelques remarques. D’abord, je dirais que je suis sincèrement touché par l’exigence très belle, si je puis m’exprimer ainsi, de communication (ou, ce qui est la même chose, de communauté) que ces mots sous-entendent41. En deuxième lieu, et sans revenir à la question du « contre », il ne me semble pas que ce que J. B. appelle « pluralisme dogmatique » nie « la possibilité même de parvenir à l’accord » mais seulement la nécessité de le faire. Entre parenthèses, je ne trouve pas que cette position soit celle acceptée « de façon générale aujourd’hui » : ni parmi les savants, qui souvent se querellent chacun prétendant avoir non seulement montré mais même démontré quelque chose, ni parmi mes étudiants. Et puis, je voudrais aussi faire remarquer que les limites que la discussion donne à la subjectivité ne conduisent pas à la vérité, mais, dans le meilleur des cas, à l’intersubjectivité : l’accord signifie justement cela et nullement la vérité. En effet, comme j’espère l’avoir montré par le récit de mon expérience universitaire, on peut convenir de dire qu’une chose est vraie même si elle est, en réalité, fausse.

  • 42 Bollack 2000, p. 166.

24Quant à l’idée bollackienne, et pas seulement bollackienne, qu’un progrès existe et qu’une « solution scientifique » serait « un résultat obtenu progressivement, argumenté, vérifiable et donc susceptible de convaincre »42, je ne sais pas ce qu’y signifient des mots comme « progrès » et « vérification ». Même la prédiction effective, parce qu’elle peut être démentie, n’est pas preuve qu’on est dans le juste. Autre expérience : j’écris sur une feuille une séquence de nombres et vous avez déjà deviné le premier en disant qu’il est « trois » ; puis quelqu’un suppose que le suivant est « quatre », et je réponds que non. Alors il dit « cinq » : tu as deviné. « Deviné ? », dit-il, « pas du tout, j’ai une hypothèse et maintenant je vais la vérifier en disant que le prochain est sept ». Oui, c’est juste ; tu as deviné encore. « Non, comme je l’ai dit, je ne devine pas ; je fais des affirmations scientifiques : le suivant est neuf ». Moi : non, c’est incorrect ; donc tu avais précisement deviné. Mon interlocuteur ne se décourage pas ; il réfléchit un moment : « Onze ». Oui, c’est juste. « Treize ». Encore oui. « Dix-sept, dix-neuf, vingt-trois, vingt-neuf ». Oui, tu as deviné. « Deviné ? J’ai compris, plutôt : c’est la série des nombres premiers. Le suivant est donc trente-et-un ! ». Mais non ; tu t’es trompé : donc tu avais encore deviné et pas compris. Mon interlocuteur est dans une impasse : il ne comprend plus. Il tente avec « Trente-deux, trente-trois, trente-quatre, trente-cinq ». La réponse est toujours non : voulez-vous savoir quel est le numéro que j’avais écrit ? C’était deux-cent-quarante-huit, et le suivant encore était deux mille et un, et puis on recommencait dès trois : c’était là la loi de récursivité de ma série. Le fait que ces numéros ne soient pas interprétables avec les notions que nous utilisons pour catégoriser les nombres n’a aucune importance. On peut remarquer qu’il y a eu accord, sans aucune référence effective à la vérité ni à l’approximation de la vérité, c’est-à-dire au progrès, parce que supposer qu’il s’agissait de la série des nombres impairs n’était pas une amélioration de l’hypothèse première “nombres progressifs”, pas plus que l’hypothèse “nombres premiers” ne l’est de la précédente, même si les données qu’on allait découvrant semblaient les vérifier.

  • 43 Bollack 1990, I, p. XIX.
  • 44 Cf. Bollack 2000, p. 166.
  • 45 Cf. Bollack 2000, p. 75 et 76, où se trouvent les remarques critiques sur l’académisme qui fait l’a (...)
  • 46 Bollack 2000, p. 166.

25Je comprends que, quand J. B. demande qu’on établisse des critères de découverte et affirme que, dans la critique, « les propositions ne sont recevables que si elles restent dans les règles qui fondent le consensus savant » et que, sinon, « les conventions tacites qui régissent le débat exercent une autorité anonyme »43, il veut soustraire la science à l’arbitraire44. Toutefois, en définitive, n’en arrive-t-il pas à la soumettre à l’autorité des savants ? De plus, de quels savants ? Quels savants établiraient les « règles » ? Peut-être ceux que Bollack considère tels parce qu’ils approuvent l’idée qu’il ne faut pas croire à la polysémie mais qu’il faut croire à la nécessité de distinguer le vrai du faux45 ? Ou bien la majorité des savants ? Mais alors la science, ou mieux le critère de la science, serait une question de démocratie professorale ! Moi, j’ai suspecté que Bollack pense à la nécessité de l’unanimité obtenue à travers la discussion rationnelle – ce qui devrait à son tour faire l’objet d’accord préliminaire : qu’est-ce, en effet, qu’une discussion rationnelle ? Peut-être est-ce celle, dialectique, qui affronte, en vue de la réfutation, toutes les argumentations mises en jeu ? Mais, toutes les discussions de ce genre n’aboutissent pas à l’unanimité, parce que ce qui semble persuasif à quelqu’un, ne le semble pas à un autre, et souvent ce n’est pas le déroulement du raisonnement qui sépare vraiment les interlocuteurs, mais les préalables ou la position initiale des problèmes ; J. B. lui-même me semble d’accord sur ce point, parce qu’il dit que « les divergences intellectuelles ne concernent pas au fond la discussion elle-même, mais plutôt une définition préalable de l’objet qui déterminerait la manière de le traiter »46.

  • 47 Bollack 2000, p. 167.
  • 48 Bollack 2000, p. 76 et 167.

26Et puis je demande : pourquoi faudrait-il arrêter les « divergences intellectuelles » au niveau de « la définition préalable de l’objet » plutôt que les penser aussi à un niveau plus profond ? J. B. lui-aussi a ses préalables pré-intellectuels, c’est-à-dire éthiques, et sur eux il fonde sa définition, préalable, de l’objet de recherche. J. B. songe à une philologie libre de la répression du « domaine universitaire ou académique où certains types de discours liés aux pratiques d’une recherche – d’une forme de production scientifique – imposent des représentations conventionnelles, qui bloquent »47. L’apologie bollackienne de la discussion critique, comme la lutte contre l’idée de la polysémie, veut combattre le manque de communication qui règne dans l’académie contemporaine et le fait de conférer « à l’incompétence le droit de s’exprimer avec la même autorité que le savoir » parce que ce serait une fausse démocratie48 ; et encore, la défense de l’originalité d’un auteur en face de sa tradition est présentée quelquefois comme une critique adressée à l’indifférence que la globalisation répand. Je ne partage pas ce point de vue parce qu’il me semble encore trop lié à l’académie et à la globalisation par le technicisme qui, en dépit de l’éloge de la différence, devrait finalement soit conduire tout le monde aux mêmes résultats, soit taxer d’irrationalistes ceux qui ne sont pas convaincus.

27Je reviens à la question de la rationalité. Qui établirait la démarcation entre le rationnel et le non-rationnel ? Et, même si cela était possible sans aucun autoritarisme, cette “définition” devrait-elle valoir également pour les diverses générations de savants ? De quel droit ? La discussion qui prétendrait avoir trouvé tous « les critères de découverte possibles » (les italiques sont miennes) ne bloquerait-elle pas la recherche en la cristallisant en une seule direction ?

  • 49 Cf. Bollack 2000, p. 137, à propos de soi-même : « je dirais de ma propre histoire et de ma mémoire (...)
  • 50 Popper 1972, p. 112 : «cerca consapevolmente di fare di tutto, ogni qualvolta gli capiti una nuova (...)

28Or, cette conception de la science, par l’importance donnée au questionnement infatigable qui, étant donné que l’interprète ne cesse pas de se mettre en question49, soumet impartialement les solutions trouvées à l’« épreuve radicale » de la discussion critique et de la réfutation (« “Le sens ne serait-il pas encore autre ?”, voilà la seule question qui doive être posée ! », disait J. B.), me semble proche de celle de Karl R. Popper. Celui-ci voit comme caractéristique spécifique de la science celle d’être auto-corrective et de (devoir) faire des conjectures réfutables (mais qui résistent à la réfutation), et il voit le savant comme celui qui « tente consciemment de tout faire, chaque fois que lui arrive une nouvelle solution, pour la prendre en faute et pour découvrir en elle une erreur : il traite les solutions ou s’en approche de façon critique »50.

  • 51 Bollack 2000, p. 43.

29Cette idée popperienne et bollackienne de la science est certainement respectable mais ce n’est pas la seule, ainsi que J. B. semble le croire quand il dit que, entre l’appropriation philosophique à la Nietzsche et la science positive, il a simplement adhéré « malgré tout à la science »51. La démarche scientifique, disent par exemple d’autres épistémologues qui s’occupent des sciences “dures” (je pense en premier lieu à Thomas Samuel Kuhn ou à Paul Karl Feyerabend), est aussi celle de ruptures paradigmatiques. Selon cette façon de voir l’histoire de la science, celle-ci change plus profondément précisément quand la dialectique et la réfutation ne s’appliquent pas, parce que les argumentations différentes mises en jeu ne se rencontrent pas, autrement dit parce que, renvoyant à des façons différentes de poser le problème, elles s’avèrent incommensurables, exactement comme quand les psychologues présentent à leur public le célèbre dessin que, en fonction du point de vue (dans ce cas en sens littéral), certains voient comme un oison et d’autres comme un lapin. Tout n’est donc pas facile dans la confrontation qu’implique le jeu du contre et, par là, du virtuellement réfutable. Qu’on ait toujours à faire avec des points de vue, c’est clair pour moi, ne serait-ce qu’en observant ce qui se passe dans les sciences ‘dures’ où, par exemple dans la mécanique quantique, il existe une interprétation réaliste de l’indétermination (interprétation de Einstein), aussi bien qu’une interprétation non réaliste (interprétation de Copenhague). Du reste, géométrie et mathématiques aujourd’hui se déclinent au pluriel et, dans les sciences ‘psy’, ce ne sont plus la psychologie ou la psychanalyse mais les psychologies et les psychanalyses qui expliquent souvent différemment les mêmes données et qui s’organisent réciproquement non pas en opposition mais selon l’approche qui, à la suite du concept de bootstrap trouvé par Geoffrey Chew pour la physique des particules, vise la combinaison des modèles.

  • 52 Evans-Pritchard 2000, p. 75 et 234.

30En général, je rappelerai que les anthropologues nous apprennent que la rationalité ne va jamais sans des présupposés non-rationnels et qu’elle est pour chaque cas une cohérence logique, non pas absolue mais toujours prise dans certains cadres culturels : ainsi, par exemple, Evans-Pritchard montre que les Azandé, dans leurs croyances relatives à la prophétie oraculaire, à partir d’autres préjugés que les nôtres, font usage de « moyens rationnels » et d’« un système intellectuellement logique et cohérent » qui fonctionne parfaitement bien52.

  • 53 « Dans ma perspective, le texte cesse d’être un effet du langage ou le produit d’une société. (...) (...)
  • 54 Cf. les observations faites, de ce point de vue, par Calame à propos de J. B. : « la posture philos (...)
  • 55 Cf. Vernant 1996, chap. Un théâtre dans la cité. Entre autres, à propos de l’interprétation vernant (...)

31De la même manière qu’on ne peut pas comparer le système scientifique occidental avec le savoir oraculaire des Azandé (mais aussi des Grecs), de même on ne peut pas comparer des travaux qui cherchent dans les vers d’un poète l’originalité de son auteur – c’est précisément le cas de J. B.53 – avec ceux qui cherchent sa dépendance à l’égard du genre dans lequel il compose – par exemple C. Calame54 –, ou encore de phénomènes culturels plus généraux dans lesquels il s’inscrit – comme Vernant55.

  • 56 Bollack 1990, II, p. 179-180. En réalité la démonstration continue (et, à mon avis, sans être néces (...)

32Si le problème est d’établir une leçon, il n’en va pas autrement et il me semble que souvent on se trouve devant ce que les Sceptiques appelaient isostheneia, « l’équivalence de force », c’est-à-dire l’indécidabilité des argumentations. Par exemple, quand, à propos d’Œdipe roi (v. 273), en discutant la leçon ἡμῖν δὲ τοῖς ἄλλοισι Καδμείοις ὅσοις (« pour nous, les Cadméens, tant que nous sommes ») du manuscrit L et celle ὑμῖν δὲ τοῖς ἄλλοισι Καδμείοις ὅσοις (« pour vous, les Cadméens, tant que vous êtes ») du manuscrit A, Bollack opte pour la première, en affirmant que « l’argument de Elmsley [en faveur de ὑμῖν, parce qu’Œdipe, qui prononce le vers, n’est pas un Cadméen] n’est pas fondé si l’on considère le contexte », il le dit à partir de la considération des vers 258-268, dans lesquels, selon lui (mais je ne le vois pas), « Œdipe s’affirme précisément Cadméen par la filiation qu’il se construit »56. Mais, en procédant ainsi, Bollack lui-même ignore le vers 223, où Œdipe dit encore, dans la traduction de J. B., « Je proclame bien fort ceci pour vous tous, Cadméens (ὑμῖν προφωνῶ πᾶσι Καδμείοις τάδε) ».

  • 57 Bollack 1990, II, p. 179.
  • 58 Bollack 2000, p. 166.
  • 59 Je pense, par exemple, à quelque notation de Cassin 1980, p. 226 et 227, qui, à propos du De Meliss (...)

33Qu’on ne s’y méprenne pas : je ne veux pas affirmer que la leçon « juste » est l’autre (bien que je doive aussi avouer que je ne vois pas dans les vers 258-268 la filiation cadméenne qu’y voit Bollack), mais seulement que je suis disposé à admettre l’existence d’une perspective que je ne réussis pas à voir. À la rigueur, Bollack a vraiment introduit son choix en disant que « la perspective (les italiques sont miennes) change du tout au tout si l’on tient compte des vers » 258-26857 ; mais l’expression évidemment n’est pas utilisée au sens strict, et notre savant me semble croire qu’avec son choix nous avons affaire au contexte (nécessaire), et non à un contexte (possible). Ainsi, la proposition d’une perspective nouvelle a été immédiatement orientée vers la perspective correcte. J. B. a écrit quelque part qu’« on ne peut pas se contenter de proposer une interprétation nouvelle. Elle a beau être juste »58 ; je renverserais cette phrase en disant plutôt qu’on peut prétendre avoir trouvé l’interprétation juste, sans pouvoir dire, dans le meilleur des cas, qu’elle est neuve. Et cela vaut aussi, si l’on admet mes réflexions, pour les interprétations de J. B., qui, en effet, peuvent être considérées seulement comme une possibilité59.

  • 60 Bollack 2000, p. 84.

34Du reste, je pense que l’idée qu’il faut présenter une interprétation « juste » plaide contre l’autre idée, également bollackienne et déjà mentionnée, selon laquelle on devrait contribuer aux progrès « au moyen de retouches apportées aux hypothèses »60 : parce que, si une hypothèse nouvelle ne doit pas être proposée si elle n’est pas « juste », c’est-à-dire plus forte que les autres, comment serait-il jamais possible qu’elle le devienne graduellement, à travers des « retouches » ? En demandant que la « force » de la théorie soit le seul critère de son apparition, il est clair que, à moins d’avoir élaboré une hypothèse immédiatement plus forte que l’hypothèse dominante du moment, le progrès peut intéresser seulement cette dernière, qui est ainsi destinée à se perfectionner, mais son amélioration représente l’unique possibilité de progrès précisément parce qu’on a interdit les autres possibles.

35J’ai cité cet exemple pour soutenir aussi qu’aucune théorie interprétative ne tient compte de tous les éléments appelés « données ». En effet, il faudrait d’abord se mettre d’accord sur ces « données », puisqu’elles peuvent dépendre du contexte considéré comme pertinent ou non, et que le contexte peut être à la fois une « donnée » ou bien une hypothèse.

36En effet, la chose se fait encore plus complexe quand, pour revenir à la réflexion à partir d’un dessin, on présente une figure comme celle qu’à première vue certains adultes interprètent comme un chocolat et d’autres adultes comme une chambre sans paroi mais que des enfants voient comme un robot sans tête et sans jambes. Or, ce dessin, à mon avis, est plus pertinent que le précédent (oison/lapin) pour représenter le fonctionnement de la science puisque celle-ci ne se limite pas à ‘voir’ les données d’une certaine manière mais les voit aussi à la lumière d’un contexte qu’elle suppose, qu’elle ajoute.

  • 61 Bollack 2006, p. 12-13.

37Réfléchissons sur l’affirmation suivante de J. B. à propos du poème incomplet de Parménide : « Nous n’avons pas le livre, pas le tout. Une totalité mi-présente (à déchiffrer), mi-absente (à construire) se précise progressivement au cours du travail d’élucidation des phrases. La composition de l’ensemble a sa logique. La matière de cet ensemble est finalement assez étendue pour faire voir dans le détail ce qu’était le projet, et donc suffisante pour découvrir la signification de l’œuvre, pour son auteur, en son temps, dans la situation historique où elle a été conçue »61. En interprétant Parménide, J. B. adjoindra à nos données beaucoup d’éléments : était-il possible, et particulièrement en travaillant autour des fragments, de faire différemment ? Je crois que non. Aucune science ne peut éviter de le faire.

3. J. B. EST-IL BOLLACKIEN ?

38Mais à la fin, ou peut-être faudrait-il dire au commencement, y-a-t-il quelqu’un, J. B. compris, qui analyse effectivement de manière rationnelle (en réfutant dialectiquement) toutes les leçons ou toutes les interprétations ?

  • 62 . Bollack 1990, II, p. 194 et 193.
  • 63 Bollack 2006, p. 107.
  • 64 Bollack 1990, II, p. 194 est, du moins, ambigu, parce que, après avoir dit que quelqu’un « considèr (...)

39Les savants – même J. B. – se tiennent-ils à toutes les prétendues règles méthodologiques par eux-mêmes énoncées ? Ma réponse est non, parce qu’il ne me semble pas que toute discussion qui se veut rationnelle soit vraiment telle, ou peut-être faudrait-il dire qu’elle ne peut pas être telle ; et je suspecte que, si le même philologue se trouvait à refaire la même édition, il ne refairait pas nécessairement les mêmes choix, parce que les argumentations peuvent être menées en sens inverse, et alors la “rationnalité” d’un choix peut être seulement le poids qu’on lui assigne dans un cadre déterminé. Ce qui arrive, naturellement, aussi à J. B. : par exemple, au vers 294 d’Œdipe roi (ἀλλ’εἴ τι μὲν δὴ δείματός τ’[ou bien : γ’] ἔχει μέρος, « s’il lui reste encore [ou bien : tant soit peu] une parcelle de peur »), il accepte la leçon manuscrite τ’ (ε), en expliquant qu’« on peut voir dans la particule le signe de l’ellipse d’un premier terme plus global », contre le γ’ (ε), « venu (scil. : le) remplacer dans les éditions », qui considèrent τ’ (ε) « comme une simple faute, issue de γ’ (ε) »62, tandis que, dans Parménide fr. 2, 1, le savant accepte la correction de Karsten ἄγ’ἐγών à la place de la leçon ἄγε τῶν (reconnue, il me semble, comme possible), soit parce que nous aurions une corrélation du “moi” avec un “toi” qui suit (mais dans une incise), soit parce que « la différence paléographique n’est pas grande »63. Donc, dans le premier cas en admettant la leçon des manuscrits, ceux-ci seraient valables et la correction basée sur l’échange entre gamma et tau n’est pas favorablement acceptée ; dans le deuxième cas, la correction, bien que le texte manuscrit ne semble pas impossible64, est admise, si je ne me trompe pas, précisément à cause de la dite corrélation qui, en l’admettant, se créerait.

  • 65 Bollack 1990, IV, p. 1056, avec les références qui suivent dans le texte.

40Quant à la prétention de discussion rationnelle et réfutative, j’ai déjà présenté à titre d’exemple un cas où J. B. s’est limité à déclarer « non fondé » l’argument d’un autre philologue qui considérait un contexte différent. Maintenant je vais en produire un autre hautement représentatif, et pas seulement parce que le savant n’analyse pas dialectiquement (en réfutant), mais aussi pour d’autres raisons. Il s’agit de la discussion autour de quelques mots du vers 18 de l’Œdipe roi, à propos duquel, dans le Complément de notes du volume IV de son Commentaire, Bollack note « la difficulté de trancher, dans la tradition, entre δέ τε et δ’ἔτι »65, c’est-à-dire entre οἱ δέ τ’ᾐθέων (scil. : λεκτοί) et οἱ δ’ἔτ’ᾐθέων (entre « ceux-là, la fleur des jeunes hommes » et « et encore la fleur des jeunes hommes »). Bollack refuse le dernier choix, en commençant par dire que les savants qui ont opté pour lui ont été guidés par la conviction que l’expression δέ τε était uniquement réservée à l’épopée et était particulièrement inacceptable dans des vers parlés, comme dans le cas en question ; mais, il ajoute, « on n’a pas reconsidéré la possibilité de l’homérisme, bien qu’il soit assez vraisemblable, étant donné qu’il s’agit probablement de la distinction d’une catégorie (comme Iliade II, 90 : αἱ δέ τε ἔνθα [...]) et qu’en outre la classe des jeunes hommes est désignée par un terme lui-même épique (les garçons et les filles non mariées, Iliade XVIII, 567, 593, XXII, 127). C’est donc οἱ δέ τ’qu’il faut lire avec A, le correcteur de L, et la Souda, s.v. λεκτός » (les italiques sont miennes).

41Je remarque seulement en passant que, avec la préférence accordée ici à l’homérisme, Bollack me semble alors abandonner son but habituel, c’est-à-dire mettre en lumière les points qui peuvent être interprétés comme relevant de l’individualité poétique à l’égard de la tradition : à la vérité, cela ne m’étonne pas parce que, pour chaque règle générale qu’on se donne, on trouve toujours (et pour moi légitimement) la possibilité de ne pas y obéir dans quelque cas particulier, en considérant ce dernier comme une exception.

42Ce sur quoi je voudrais attirer l’attention c’est plutôt que, comme je le disais auparavant, il ne me semble pas y avoir une discussion critique, mais seulement un refus et une élégante hypothèse, acceptable oui mais, du moins à mon avis, pas du tout sûre. Toutefois l’impression que le texte bollackien donne, il me semble, est celle d’une démonstration, parce qu’il est construit avec une rhétorique de la vérité, c’est-à-dire de manière à produire un effet de vérité. Bien qu’on parte de la mise sous les yeux du lecteur de l’idée d’une « possibilité », déjà quelques mots plus tard, on se réfère à son contenu comme « assez vraisemblable », le vraisemblable étant à son tour basé (cf. « étant donné ») sur la prétention d’une probabilité (j’ai dit « prétention » parce que je ne vois pas sur quoi serait fondée la probabilité : ne faudrait-il pas dire, plutôt, précisément « peut-être » à la place de « probablement » ? Je comprends que nous sommes devant un usage commun du terme « probable », mais cela n’empêche pas que l’effet de vérité scientifique se produise) ; enfin le « donc » conclusif suivi du verbe de nécessité complète le procédé : en ayant lentement glissé du vocabulaire de la possibilité à celui de la certitude et de l’obligatoire, on laisse (ou mieux, on suggère) imaginer que quelque chose a été irréfutablement démontré. Je dirais, avec le language de Watzlawick, que nous sommes en présence d’une prophétie qui s’auto-détermine, ou peut-être, mieux, d’une affirmation qui s’auto-légitime.

  • 66 J’ai en donné quelques autres exemples ailleurs : Cf. Cozzo 2006, p. 155-158.
  • 67 Par exemple, Bollack 1990, II, p. 16 (les italiques sont miennes), commentaire au vers 16 : « L’amb (...)
  • 68 Cf. Bollack 1997, p. 94-95 (les italiques sont miennes), qui dit que, bien que soit vrai « qu’il ne (...)

43Qu’il soit clair que je ne veux pas dire qu’un savant, très scrupuleux et passionné de la vérité comme l’est J. B., tente de nous tromper ; je veux dire, plutôt, que nous nous trouvons devant le phénomène général par lequel la science, loin d’être, comme elle-même se voudrait en toute bonne foi, impartiale et démonstrative, se fait considérer (et se considère effectivement) comme telle grâce à l’utilisation du vocabulaire de l’impartialité et de la démonstration66. Des expressions récurrentes chez Bollack, pas moins que chez la plupart des autres savants (et peut-être davantage), du genre de « ceci est exclu »67, aboutissent au même résultat. En plus, contribue au même effet l’énorme somme de matériel que J. B., certainement avec beaucoup de mérite, mentionne. L’intime conviction que J. B manifeste dans la réfutation comme un moyen nécessaire pour convaincre68, donc l’utilisation de la réfutation comme outil rhétorique, peut faire partie du dispositif à travers lequel on croit qu’il est effectivement en train de réfuter. Si de telles remarques sont acceptables, alors on pourrait dire que J. B. lui-aussi procède, comme le fait toujours la science, par successions d’hypothèses qui restent telles, mais qui sont souvent présentées avec le vocabulaire “fort” de la démonstration jusqu’à les faire tenir pour vraies. La science ? Elle est, à mon avis, une question de rhétorique et de croyance, et non pas de vérité et de critique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE DE JEAN BOLLACK CITÉE

Bollack 1969 : Empédocle. Les Origines, tomes II-III, Paris, 1969.

Bollack 1990 : L’Œdipe roi de Sophocle. Le texte et ses interprétations, vol. I-IV, Lille, 1990.

Bollack 1997 : La Grèce de personne, Paris, 1997.

Bollack 2000 : Sens contre sens, Lyon, 2000.

Bollack 2005 : Dionysos et la tragédie. Commentaire des Bacchantes d’Euripide, Paris, 2005.

Bollack 2006 : Parménide, de l’Étant au Monde, Paris, 2006.

Bollack, Wismann 1975 : Jean Bollack, Heinz Wismann, « Heidegger l’incontournable », Actes de la recherche en sciences sociales 5-6, 1975, p. 157-161.

AUTRES TEXTES CITÉS

Calame 2007 : Claude Calame, Pratiques poétiques de la mémoire. Entretien avec Claude Calame, dans http://www.vox-poetica.org/entretiens/int Calame2007.html.

Cassin 1980 : Barbara Cassin, Si Parménide. Le Traité anonyme De Melisso Xenophane Gorgia. Édition critique et commentaire, Lille, 1980.

Cozzo 2006 : Andrea Cozzo, La tribù degli antichisti. Un’etnografia ad opera di un suo membro, Roma, 2006.

Evans-Pritchard 2000 : Edward Evan Evans-Pritchard, Stregoneria, oracoli e magia tra gli Azande, tr. it. Milano 2000 (= Witchcraft, Oracles and Magic among the Azande, 1937, abridged edition 1976).

Habermas 1976 : Jurgen Habermas, Connaissance et intérêt, trad. fr. Paris, 1976 (= Erkenntniss und Interesse, 1968).

Kenney 1995 : Edward John Kenney, Testo e metodo. Aspetti dell’edizione dei classici latini e greci nell’età del libro a stampa, tr. it. Roma, 1995 (= The Classical Text. Aspects of Editing in the Age of the Printed Book, 1974).

Popper 1972 : Karl Raimund Popper, Epistemologia, razionalità, libertà (1966) tr. it. Roma, 1972 (= Epistemology without a knowing subject, 1966-1968).

Thouard 2003 : Denis Thouard, « L’enjeu de la philologie », Critique 672, 2003, p. 346-359.

Van Looy 1992 : Herman Van Looy, « Compte rendu », AC 61, 1992, p. 209.

Vernant 1996 : Jean-Pierre Vernant, Entre mythe et politique, Paris, 1996.

Notes

1 Je présente ici, avec les nécessaires modifications, le texte lu au Colloque Sur la philologie. En hommage à Jean Bollack, organisé par l’Université Lille III (Lille 23-25 octobre 2008).

2 Pour J. B., le processus herméneutique, s’enrichissant de la contribution de la théorie de la littérature (par exemple, de celle de Peter Szondi), est plus complexe que pour Gadamer, parce qu’il faut « distinguer trois niveaux qui sans aucun doute interfèrent », à savoir « le dialogue déjà inscrit dans la formation originelle, puis celui, si l’on veut, que l’interprète entretient avec cette opération interne qu’il déchiffre (pour la comprendre), et enfin le dialogue que, plus près de Gadamer, il conduirait avec le résultat du déchiffrement, à savoir le contenu » (Cf. Bollack 2000, p. 90).

3 Je pense, par exemple, au travail de Bollack, Wismann 1975.

4 Van Looy 1992.

5 Bollack 2000, p. 39 : « La philologie établit d’abord le sens et surtout la littéralité des phrases et, s’il s’agit de textes philosophiques, elle doit presqu’autant que le philosophe, sinon plus, entrer dans le fond des questions traitées. C’est le terrain d’une rencontre de compétences ».

6 Bollack 2000, p. 126.

7 Bollack 1990, I, p. XX.

8 Bollack 1990, I, p. 5.

9 Bollack 1990, I, p. 53.

10 Bollack 2005, p. 6.

11 Bollack 2000, p. 21.

12 Bollack 1990, I, p. 53.

13 Cf. Bollack 1997, p. 25.

14 Bollack 2000, p. 155.

15 Bollack 1997, p. 96-97. Cf. les remarques précises que J. B. fait à propos de son édition de l’Œdipe roi : « L’édition du texte doit servir de base à un commentaire, destiné à éclairer une tradition de compréhension. L’exégèse s’appuie sur des données paléographiques ; elle en est tributaire, et doit se laisser guider par elles. Mais la tradition manuscrite porte de son côté les traces d’une activité savante et scolaire, qui peuvent être reconnues comme telles. Le commentaire, s’attachant à comprendre les préalables des commentaires anciens, met à nu les habitudes de lecture ; il situe, dans leur dépendance, des leçons, qui ne sont souvent que des conjectures, et permet ainsi d’évaluer les manuscrits et d’apprécier leurs apports. L’interprète est toujours pris entre une tradition qui est celle du texte, étant celle de sa transmission matérielle, dont il dépend, et une autre qui en est l’altération, souvent identifiable, qui le sépare du texte. On a ici tenté de tirer les conséquences, pour l’établissement du texte, d’un travail qui porte sur les positions interprétatives. (...) L’exégèse, au lieu d’être négative (come elle l’est aujourd’hui pour la plupart des Anglais), peut être positive en se laissant guider par la recherche du “sens”. L’authentique se démarque ; l’interpolation démarquée portera les traits d’une intervention et d’un intérêt historiques virtuellement identifiables. La recherche de l’authentique sépare les significations, l’une de l’autre ; elle ne s’accomode pas de l’observation pure du paléographe, ni de la position qu’elle implique sur la matière du texte. La difficulté n’a pas la même fonction. Dans la pratique philologique d’un Page ou d’un Dawe, elle est l’indice d’une altération ; elle témoigne d’une carence, dans une vision pathologique générale, alors que nous percevons la différence comme un instrument pour accéder à une intention originale, historiquement déterminée » (Bollack 1990, I, p. 52-53).

16 Bollack 2000, p. 34.

17 Bollack 2005, p. 5-6.

18 Bollack 2000, p. 131.

19 Bollack 2000, p. 21.

20 Bollack 2000, p. 24.

21 Ici nous trouvons l’application de la notion-clef du livre de Habermas 1976.

22 Bollack 1990, I, p. XIII.

23 Bollack 1990, I, p. XIV.

24 Bollack 1997, p. 94.

25 Bollack 1997, p. 114.

26 Bollack 2000, p. 176. C’est bien noté par Thouard 2003, p. 352.

27 Voilà une auto-description du travail de J. B. : « Ce à quoi je me suis accroché, en combattant les extrapolations mythiques qui bloquent considérablement la compréhension des textes, touche primordialement la syntaxe, l’arrangement grammatical des mots. Je joue ainsi une littéralité contre une autre » (Bollack 2000, p. 56).

28 Bollack 2000, p. 104-105.

29 Bollack 2000, p. 176.

30 Cf. aussi Bollack 2000, p. 181 : « la grande lutte sur le terrain de l’interprétation, qui est bien plus qu’un conflit, concerne les affirmations d’un contenu quelconque ».

31 Bollack 2000, p. 46.

32 Bollack 2000, p. 121-122.

33 Bollack 2000, p. 161-162. Sur les limites que la discussion poserait à l’arbitraire et à la subjectivité, cf. aussi Bollack 1997, p. 27 : « Le panorama de l’ensemble des solutions adoptées dans le passé présentait, si l’on voulait légitimer le choix qu’il y avait à faire, un avantage indiscutable. En un sens, c’est l’inventaire ou rien, puisque seule une proposition motivée se plaide et se discute ; la confrontation élimine l’arbitraire en contrôlant la subjectivité. Il fallait mettre en avant le critère rationnel et démonstratif d’un choix. Sa motivation est simultanément littéraire et technique ».

34 Bollack 2000, p. 82.

35 Bollack 2000, p. 83-84.

36 C’est, si je ne me trompe pas, l’unique élément d’historicité que Bollack reconnaît s’agissant de lui-même. Cf. Bollack 2000, p. 127 : « On quitte le domaine des utilisations, elles-mêmes historiques, avec le postulat d’une historisation radicale des conditions de production et de la création. Mon historicité intervient du seul fait de cet intérêt », et l’explication de ce passage qu’il m’a très gentiment donnée par email : « je m’oppose aux fausses universalisations, quelles que soient leur origine et leurs a priori. Par rapport à cette tradition, qui a presque toujours prévalu, je plaide pour l’histoire, les conditions de production d’une œuvre, avec un sujet qui est imprégné par son environnement culturel et s’en détache librement. En un deuxième temps, j’établis une symétrie entre ce point de vue lointain et le mien, actuel. Contre le préjugé des valeurs éternelles, je défends le travail particulier de l’auteur et la position prise par lui, et j’en fais autant par rapport à mon propre environnement. Je me “détache” aussi. En plus, et c’est important, je crois que c’est la différence d’un point de vue historique, sa particularité, qui font l’intérêt principal aujourd’hui, que c’est la raison de leur actualisation. Mon histoire personnelle, qui implique une rupture et une libération, m’a sûrement permis de comprendre les réactions d’un Eschyle ou d’un Euripide dans leur situation propre » (Jean Bollack email du 17-09-2008).

37 Bollack 2000, p. 44. Cf. Bollack 2006, p. 17 : « Tous les grands poètes incluent dans leur écrit une réflexion sur l’écriture, un art poétique dans la poésie ».

38 Bollack 2006, p. 13. Le passage est significatif aussi dans ce qui suit : « Sinon, nous ne disposerions pas de ce réseau dense d’interrelations verbales, qui permet de relier un noyau à une fin, et d’arriver au bout du compte à faire parler une cohérence, malgré les lacunes ».

39 Kenney 1995, p. 3.

40 Bollack 2000, p. 175-176.

41 Cf. Thouard 2003, p. 348-349 : « La philologie vise à comprendre les textes eux-mêmes, sans projecter une interprétation ni les modeler sur les attentes ; elle entend exhiber cette compréhension, ainsi offerte à la discussion et donc à la réfutation, pour constituer un savoir commun. (...) C’est que, en prônant le plus grand libéralisme apparent en matière de sens, chacun devant être libre de comprendre un texte à sa guise, on neutralise du même coup la possibilité de discuter, de s’opposer, d’argumenter. Tout devient équivalent, seul l’arbitraire décide en dernier recours du sens ».

42 Bollack 2000, p. 166.

43 Bollack 1990, I, p. XIX.

44 Cf. Bollack 2000, p. 166.

45 Cf. Bollack 2000, p. 75 et 76, où se trouvent les remarques critiques sur l’académisme qui fait l’apologie de l’indifférence et de la polysémie, sans poser la question « ni du vrai ni du faux », et qui « confère à l’incompétence le droit de s’exprimer avec la même autorité que le savoir ».

46 Bollack 2000, p. 166.

47 Bollack 2000, p. 167.

48 Bollack 2000, p. 76 et 167.

49 Cf. Bollack 2000, p. 137, à propos de soi-même : « je dirais de ma propre histoire et de ma mémoire qu’elles sont fortement impliquées dans l’intelligence des textes ; elles façonnent l’attente. Ensuite on entame le dialogue ; on se corrige s’il y a lieu ; on s’ouvre à d’autres inteprétations qui, si elles sont sérieuses, vous aident à le faire. On ne se déprend pas de soi-même, et on ne se fie pas non plus à soi, puisqu’il s’agit d’un autre. J’ai insisté parfois sur la place qu’il convient d’accorder à la subjectivité dans le processus heuristique. Le paradoxe n’est qu’apparent. On dispose avec elle d’un pôle, qui est comme le garant, et d’une suspension, d’une attente. Le non-savoir socratique en serait le pendant. On arrive à la chose avec les hypothèses suggérées par l’intérêt, accrues par la tradition, avec soi et avec l’autre ; et l’on se demande si ce n’est pas encore autre chose ».

50 Popper 1972, p. 112 : «cerca consapevolmente di fare di tutto, ogni qualvolta gli capiti una nuova soluzione, per coglierla in fallo e di scoprire in essa un errore: egli tratta o si avvicina alle proprie soluzioni criticamente».

51 Bollack 2000, p. 43.

52 Evans-Pritchard 2000, p. 75 et 234.

53 « Dans ma perspective, le texte cesse d’être un effet du langage ou le produit d’une société. (...) la critique philologique fait le progrès le plus important quand elle mesure la distance entre le dire et le dit. L’usage fait du langage par les auteurs que j’ai étudiés et déchiffrés (ils sont nombreux) apporte ainsi une preuve décisive contre Michel Foucault en faveur de l’existence d’un lieu dans la matière du discours, où se loge et où intervient un sujet historique » (Bollack 2000, p. 146).

54 Cf. les observations faites, de ce point de vue, par Calame à propos de J. B. : « la posture philosophique offerte par les travaux de Jean Bollack est à cet égard parfaitement significative. Fondée sur un prétendu retour aux principes fondant l’herméneutique de Schleiermacher, cette relecture insiste sur les interventions créatives et critiques d’un auteur à l’égard d’une tradition (Schleiermacher : “Le discours (Rede !) est l’expression d’une âme individuelle”) pour sous-estimer le poids du rôle joué par la langue (Schleiermacher : “La tâche est de comprendre le sens du discours à partir de la langue”). Une telle posture conduit à une sorte de sacralisation du sens originaire qui serait contenu dans le texte et dont l’accès serait assuré à la “philologie critique” par une anamnèse des différentes interprétations dont il a été l’objet. Autant le rejet de la polysémie constitutive de toute production langagière que l’ignorance de la réflexion sur la pragmatique de discours destinés à des circonstances d’énonciation définies dans l’espace et dans le temps impliquent une critique et un rejet de toute approche anthropologique des traces textuelles laissées par les manifestations discursives et culturelles de l’Antiquité. Par l’intermédiaire d’une rhétorique qui mêle les procédures assertives aux glissements énonciatifs l’attitude critique attribuée au nouveau philologue finit par se superposer à celle que l’on croit déceler chez l’auteur confronté à une tradition poétique ; La Grèce de personne devient la Grèce de Bollack » (Calame 2007).

55 Cf. Vernant 1996, chap. Un théâtre dans la cité. Entre autres, à propos de l’interprétation vernantienne du Dionysos des Bacchantes, Bollack 2000, p. 71, se limite à dire simplement qu’il serait « plus qu’invraisemblable » d’« admettre que l’artiste [scil. : Euripide] qui, dans chacune de ses tragédies, n’a rien fait d’autre que montrer qu’il n’y avait d’autre tragique que celui de la cruauté qu’exerce le puissant, quel qu’il soit, se soit, cette seule fois, prêté à remplir un office » (celui de « serviteur du dieu »). Vernant était-il, donc, un homme qui ne savait pas distinguer le vraisemblable de l’invraisemblable ? Moi, je le juge... peu vraisemblable. C’est seulement question de choix préalable et discutable seulement jusqu’à un certain point : chose que J. B. me semble, au contraire, admettre implicitement ailleurs, quand il affirme qu’il se « refuse à entrer dans une “altérité” trop connue, codifiée et intégrée » (Bollack 2000, p. 50, les italiques sont miennes). La lecture vernantienne qui, dans les mots de J. B., « cherche dans la croyance que l’on connaît un sens pour éclairer le scandale d’un dieu qui tue » (Bollack 2000, p. 71), n’est certainement pas obligée, mais n’est pas en elle-même impossible. Et si nous cherchons des éléments d’invention strictement euripidéenne dans les Bacchantes, nous ne devons pas nécessairement les trouver à ce niveau. Enfin pour moi, cela va sans dire, la « grande technicité » que J. B. à bon droit revendique pour ses analyses (Bollack 2000, p. 70) est exigée aussi dans le travail de type vernantien : seulement, il s’agit dans les deux cas de technicités différentes.

56 Bollack 1990, II, p. 179-180. En réalité la démonstration continue (et, à mon avis, sans être nécessairement convaincante) mais sous une forme pléonastique (« À cela s’ajoute, d’une part, que... ») ; la pièce que je suis en train d’examiner possède son autonomie.

57 Bollack 1990, II, p. 179.

58 Bollack 2000, p. 166.

59 Je pense, par exemple, à quelque notation de Cassin 1980, p. 226 et 227, qui, à propos du De Melisso Xenophane Gorgia 16, 14 e 15 de son édition, s’éloigne des choix de Bollack 1969 (respectivement III, p. 91 ; et II, p. 21 et III, p. 80) en disant que, contrairement à ce que Bollack soutient, dans le premier passage « il est non moins possible que (...) », et, dans le deuxième, l’option prise par Bollack qui pense que προσιοῦσαν est « la seule leçon possible », ne l’est pas, parce que – affirme-t-elle – « la leçon du manuscrit L fait également sens (...) ».

60 Bollack 2000, p. 84.

61 Bollack 2006, p. 12-13.

62 . Bollack 1990, II, p. 194 et 193.

63 Bollack 2006, p. 107.

64 Bollack 1990, II, p. 194 est, du moins, ambigu, parce que, après avoir dit que quelqu’un « considère τ’comme une simple faute, issue de γ’ (ε) », précise, sans rien dire sur sa position : « mais d’autres, insatisfaits de ce qu’ajoute la particule (cf. Wunder ou Dawe), se demandent si (...) » (les italiques sont de moi).

65 Bollack 1990, IV, p. 1056, avec les références qui suivent dans le texte.

66 J’ai en donné quelques autres exemples ailleurs : Cf. Cozzo 2006, p. 155-158.

67 Par exemple, Bollack 1990, II, p. 16 (les italiques sont miennes), commentaire au vers 16 : « L’ambiguité est exclue (quoi qu’on en dise, cf. Dawe) » ; et ibid, p. 66, commentaire aux vers 120 sq. : « Longo envisage la possibilité que (...). Elle est à écarter ».

68 Cf. Bollack 1997, p. 94-95 (les italiques sont miennes), qui dit que, bien que soit vrai « qu’il ne suffit pas de discuter pour convaincre », toutefois « la démonstration ne convaincrait pas si elle ne l’emportait pas par la réfutation ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search