Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Deuxième partie. Le contact avec les Européens (Les faits)

Chapitre X. La crise qui aboutit à la bataille d’Ambuila (1665). L’effondrement du royaume, l’anarchie et l’émiettement politique. L’incorporation finale a la colonie portugaise de l’Angola à la fin du xixe siècle (1649-1900)

Texte intégral

1La paix entre les Pays-Bas et le Portugal, en 1649, suivie du départ des Hollandais d’Angola et de la résurrection confiante du pouvoir portugais sur toute la côte, encouragera les Conquistadores de Luanda à reprendre le vieux projet de « satellisation » du Congo.

  • 1 Cette liste de conditions a-t-elle été inspirée par un capucin espagnol, comme le pense le P. A. B (...)
  • 2 M.M.A., vol. X, pp. 326-328 (document du 19-2-1649).

2Les nuages menaçants ne feront nullement fléchir D. Garcia II dans sa détermination de conserver son indépendance, et même ses relations amicales avec les Hollandais. Il envoya des ambassadeurs à Luanda proposer les conditions de paix suivantes1 : l’évêque du Congo devrait résider à São Salvador et non à Luanda (comme c’était le cas depuis le début du xviie siècle) ; toute l’administration ecclésiastique serait à nouveau centralisée à São Salvador (comme au xvie siècle) ; les missionnaires capucins auraient libre accès à son royaume ; l’intégrité territoriale du royaume serait respectée ; les Conquistadores de Luanda s’abstiendraient d’actes hostiles à l’égard du Congo, ou envers les sujets et vassaux du roi du Congo ; de justes prix seraient pratiqués dans les transactions commerciales avec les négociants de Luanda ; on cesserait d’inonder le Congo de zimbu importé de l’extérieur (Benguela et Brésil en l’occurrence) ; « des juges désintéressés » seraient établis en divers points du Congo pour examiner les esclaves vendus, afin de s’assurer s’ils étaient libres, volés ou réellement esclaves2.

  • 3 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambitila, Lisbonne, 1042, p. 94 (doc. n° II, texte de 1665).
  • 4 Ibid., p. 20, note 2. La première version est imprimée dans P.M., p. 200 ; la seconde (définitive) (...)

3A Luanda, ce projet de traité fut jugé impertinent, et on lui en substitua un autre, que D. Garcia refusa. Aussitôt, une armée fut envoyée pour mettre son royaume « à feu et à sang »3. Le roi s’empressa d’expédier une ambassade à Luanda pour capituler. Les termes du nouveau traité de paix étaient durs pour le Congo et, dans une version définitive, le roi de Portugal les atténua quelque peu4.

Carte de l’Éthiopie occidentale par J. H. ville, Paris, 1732. B.N. Paris, Ge DD 2987 (8251).

  • 5 Selon Cadornega, op. cit., t.I, pp. 53-61, un capitão-mor portugais et un chapelain iront s’instal (...)
  • 6 Cet article restera lettre morte en ce qui concerne le port de Pinda, dans le Soyo (à l’embouchure (...)

4Voici les principaux articles de ce traité (que le Congo ne ratifiera qu’en 1656) : le Soba d’Ambuila, un Dembo jusqu’alors (en principe) vassal du roi du Congo, dépendrait désormais de Luanda5 ; aucun Européen n’entrerait au Congo sans passer par le port de Luanda (ce qui excluait Hollandais et Espagnols) 6 ; le commerce à l’intérieur du Congo sera libre pour les Portugais, les tissus, le sel, et les esclaves, devront circuler sans être frappés de péages ; des droits d’entrée pourront être perçus uniquement à la frontière avec l’Angola ; les salaires des porteurs seraient fixés au montant qu’ils atteignaient autrefois, leurs charges seraient limitées à un poids convenu et ils ne devraient pas les abandonner à mi-chemin ; enfin, le Congo devait céder ses droits sur les terres situées au sud du fleuve Dande, c’est-à-dire celles qui confinaient à l’Angola. Elles comprenaient l’île de Luanda, d’où le Congo tirait sa monnaie, le zimbu. On proposait toutefois de laisser à D. Garcia II les dites terres et l’île, s’il acceptait de dévoiler aux Portugais l’emplacement de ses mines de cuivre et leur permettait de les exploiter. Dans l’un ou l’autre terme de l’alternative, il perdait une partie de sa souveraineté.

5Le roi optera pour le premier, sans pour autant renoncer définitivement à l’espoir de récupérer un jour ses possessions méridionales (espoir d’ailleurs parfaitement vain). Il préférait perdre l’île de Luanda et sa source de zimbu plutôt que de voir les Portugais s’implanter chez lui.

  • 7 Doc. I (1653), in Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambulla, p. 77.

6Malgré le choix de D. Garcia II, les hommes de Luanda ne renonceront pas, de leur côté, à la perspective alléchante de s’emparer des mines congolaises, fût-ce par la violence. A cette convoitise viendront s’ajouter d’autres soucis, et la menace d’une offensive générale se précisera. L’insoumission des sobas vassaux, à l’intérieur de l’Angola, entraîne une pénurie d’esclaves, seule source de revenus des habitants de Luanda. En 1653, les Luandais demandent au roi de Portugal l’autorisation de faire la guerre au Congo et à la reine Jinga. La réponse est hésitante mais non négative7.

  • 8 En 1655, le gouverneur envoie une armée contre le Congo, sous prétexte de violation du traité de p (...)
  • 9 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 75 (texte de 1664).
  • 10 Ibid., p. 76 (texte de 1664).

7La crise entre Luanda et São Salvador continue à se développer pendant une décennie avant l’explosion finale8. En 1664, le successeur de D. Garcia II, D. António I, réclame toujours au gouverneur de l’Angola les terres perdues et l’île de Luanda9. On lui répond qu’il doit d’abord céder ses mines, à quoi il réplique que « ces mines n’existent pas, et que même si elles existaient il ne les devrait à personne »10.

  • 11 Ibid., pp. 78-83 (texte de 1665). Du côté portugais, on fait état d’un prétendu projet espagnol d’ (...)

8En 1665, le ton de la querelle monte brusquement, les chanoines métis de São Salvador s’entremettent pour défendre la cause congolaise, et lorsqu’à Luanda on ordonne la mobilisation de l’armée afin d’intimider D. António I, ils protestent vigoureusement11.

9La guerre paraissant imminente, D. António I lance, le 13 juin 1665, une proclamation appelant ses sujets aux armes. Il enjoint :

  • 12 « Manifesto da Guerra de D. António I, ... » (13-1-1665), in P.M., pp. 244-245.

10« ... toute personne de quelque qualité qu’elle soit, noble ou artisan, pauvre ou riche, capable de porter des armes offensives, dans toutes les villes, villages et hameaux de mes royaumes, provinces et seigneuries, d’aller dans les dix prochains jours [...] s’enrôler auprès de ses capitaines, gouverneurs, ducs, comtes, marquis, etc. [...] [pour] partir défendre nos terres, propriétés, enfants et femmes, nos propres vies et nos libertés, dont la nation portugaise veut s’emparer pour les dominer »12.

  • 13 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambuila, p. 157 (document de 1666).

11Entre-temps, à Luanda, le gouverneur rédige tranquillement, à l’intention du commandant de l’armée, des instructions détaillées pour l’exploitation des mines13.

  • 14 Ibid., loc. cit.
  • 15 Ibid., p. 49 (texte de 1666).
  • 16 C. R. Boxer, art. cit., pp. 65-73. Ce chiffre de 100 000 serait-il exagéré ? Il est également cité (...)
  • 17 Ibid., art. cit.

12Le 29 octobre 166514, à Ulanga près d’Ambuila, les deux armées s’affrontent. Du côté portugais : 360 Portugais et 6 à 7 000 Noirs15 ; du côté congolais : 100 000 guerriers16, 190 métis armés de mousquets et une compagnie de 29 hommes blancs résidant à São Salvador17.

  • 18 Girolamo Merolla da Sorrento, Breve e Succinta Relatione, Naples, 1692, p. 328.
  • 19 Cf. Mercúrio Português com as novas do mês de Julho do ano 1666, B.N.L., Res. 110 v„ reproduit in (...)
  • 20 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 152 (texte de 1666).
  • 21 P.M., p. 200. Cette couronne aurait été par la suite rendue aux Congolais et, selon António de Alm (...)
  • 22 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 141 (texte de 1665).
  • 23 Cadornega, op. cit., t. I, p. 124, et J. C. Feo Cardozo, Memórias, p. 196.

13La bataille est furieuse et dure six heures (huit même selon d’autres témoins), mais les Portugais ont l’avantage de posséder deux pièces d’artillerie18 et remportent la victoire. D. António I, 400 nobles (dont 98 membres du corps administratif) 19 et 5 000 de ses sujets perdent la vie20. Les Portugais recueillent un butin considérable, entre autres la couronne que le pape Innocent X avait offerte à D. Garcia II en 164821. La tête de D. António I est ramenée à Luanda en « grand apparat funèbre »22, et enterrée dans la chapelle de Nossa Senhora da Nazaré, que le gouverneur André Vidal de Negreiros a fait ériger près de la ville pour commémorer la bataille23.

  • 24 O. de Bouveignes et J. Cuvelier, Jérôme de Montesarchio, apôtre du Vieux Congo, p. 174.
  • 25 Cf. L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fas (...)

14Parvenue au Congo, la nouvelle de la catastrophe provoqua une vague de colère contre tous les Européens24. Au Portugal, la victoire des Conquistadores fut mal accueillie. « Je sais », écrit Bernardo da Gallo (1700), « que le roi de Portugal fit tuer ceux qui avaient tué le roi D. António I et déposa le gouverneur d’Angola pour ne pas avoir empêché la chose »25.

  • 26 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 157 (texte de 1666).
  • 27 Cf. Francisco Travassos Valdez, Six Years of a Traveller’s Life in Western Africa, Londres, 1861, (...)
  • 28 A. Galvão, qui visita le site en 1915, trouva la mine abandonnée et les puits bouchés (cf. A. Galv (...)

15C’est peut-être à cause de toute cette réprobation que les vainqueurs n’ont pas cherché à occuper le pays ; ils se contentèrent de réduire à l’état de vassal le duc d’Oandu, seigneur des mines26. Curieusement, dans les années qui suivent, il ne sera plus question de ce pactole dont on avait tant attendu. Ce n’est que près de deux siècles plus tard, en 1856, que les Portugais réussiront effectivement à exploiter le cuivre de Bembe27, et encore pour quelques années seulement28.

  • 29 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 59.

16En 1667, Luanda signera une paix générale avec le Congo29.

  • 30 J. J. Lopes de Lima, « Sucessos do Reino do Congo no século xvii », in Annaes Maritimos e Coloniae (...)
  • 31 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome (...)

17La célèbre bataille d’Ambuíla marque la fin du royaume du Congo tel qu’il avait existé jusqu’alors. A partir de 1667, le pays va connaître trente ans d’anarchie et d’interminables guerres civiles30. Une grande partie de la « noblesse » étant disparue à Ambuíla, le pays se trouvait décapité de sa caste dirigeante. Il n’y avait plus d’État, mais uniquement un espace géographique habité par des populations inorganisées. Par suite de l’émiettement de l’autorité, le pays passait de six provinces au xvie siècle à vingt-deux au milieu du xviiie31.

  • 32 Bernardo da Gallo (1700), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. (...)

18« Beaucoup [de successeurs de D. António I] se soulevèrent pour régner. Ils se détruisirent l’un l’autre dans des guerres civiles. Elles furent si cruelles et implacables qu’en cinquante ans environ, plus de trente rois furent massacrés, [...] les provinces du royaume se soulevèrent également les unes contre les autres. Ne reconnaissant pas de chef suprême, on se faisait duc, marquis, comte, et ensuite, d’ordinaire, cela se terminait avec la tête aux pieds »32.

  • 33 P.M., pp. 254-255 (texte de 1672).
  • 34 Cf. Giuseppe Monari da Modena, in Evaristo Gatti, Sulle terre e sui mari, Parme, 1931, p. 126.

19Trois rois revendiquaient simultanément la souveraineté, chacun installé dans une région différente : un à São Salvador, un à Kibango et le troisième à Bula, sans parler du Soyo, devenu depuis longtemps indépendant. Seul, le comte du Soyo, resté à l’écart de la bataille d’Ambuíla, conservait à son pays un semblant de cohésion et de puissance, grâce à ses relations commerciales avec les Hollandais, qui lui fournissaient des armes33. En 1711, il possédait cinquante pièces d’artillerie34.

  • 35 P.M., pp. 254-255, et Cadornega, op. cit., t. II, pp. 262-284.
  • 36 Cadornega, op. cit., t. II, p. 361.
  • 37 P.M., pp. 287-309 (texte de 1690).

20Fort de ces armes, le comte conteste, en 1670, l’élection d’un nouveau roi à São Salvador ; son armée envahit la ville et s’y livre au pillage, surtout dans les établissements religieux. D. Raphaël, le roi pressenti, s’enfuit chercher asile à Luanda, où les Portugais consentent à le soutenir avec leur armée contre le comte. Ils sont victorieux et le comte est tué dans la bataille, mais, trop confiants et exaltés par leur succès, ils relâchent leur surveillance et sont anéantis par l’armée vaincue, revenue à l’attaque. D. Raphaël parvient à s’échapper et regagne São Salvador, où il s’installe sans être inquiété par les gens du Soyo35. Vers 1676, par reconnaissance pour les Portugais, il signe avec eux un accord leur cédant le « comté » du Soyo, avec le port de Pinda36. Les Portugais ne semblent pas avoir tenu compte de cette cession, car en 1690 ils signent une paix avec le Soyo. Il y est seulement prévu que le nouveau comte s’abstiendra de tenter par la force d’influencer les élections des rois du Congo37.

  • 38 Cf. J. Cuvelier, Relations sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), pp. 287-288 ; et Ber (...)

21En 1708, le Soyo est balayé à son tour par le vent de l’anarchie. Le peuple se soulève contre les chefs et le comte est assassiné38.

  • 39 P.M., p. 310 (texte de 1691).

22L’effondrement de l’autorité monarchique congolaise à la fin du xviie siècle s’explique en grande partie par la rivalité entre deux des principaux clans royaux : les Quimpanzos (Ki-mpanzu) et les Quimulazos (Ki-mulaza). La tradition ancienne accordait à ces deux familles le droit d’intervenir dans l’élection des nouveaux rois. La plus importante, celle que sa généalogie rendait la plus légitime, était celle des Quimpanzos. Les Quimulazos, de lignée abâtardie, s’étaient imposés par la violence, au détriment des Quimpanzos. Bien que liés à ces derniers par des mariages, ils demeuraient toujours leurs adversaires39.

  • 40 P.M., pp. 350-351 (texte de 1710) ; cf. aussi L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in (...)

23En 1678, le roi D. Daniel, résidant à São Salvador et de la famille des Quimpanzos, déclare la guerre au roi D. Garcia III, qui vivait à Kibango. Le hasard veut qu’en chemin il rencontre le roi de Bula, D. João. Son armée est battue et lui-même tué. São Salvador est incendié, ses églises, le palais royal et le collège des jésuites détruits, la ville est abandonnée par ses habitants jusqu’en 170340. Elle ne se relèvera jamais. Raimondo da Dicomano écrira en 1775 :

  • 41 L. Jadin, « Relation sur le Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bu (...)

24« ... que Votre Excellence ne croie pas que ce soit une cité comme celles d’Europe. Il n’y a pas de doute qu’autrefois il y eut quelque chose, on le voit par les ruines qui y existent jusqu’aujourd’hui. On peut voir les ruines du palais de l’évêque, des palais du roi, de la reine et du prince, tous très grands en pierre et en chaux. Mais maintenant tout est brousse [...] Toutes les cabanes qui existent à São Salvador ne sont pas plus que 22, toute la population ne monte pas à plus de cent personnes »41.

  • 42 J. J. Lopes de Lima, « Sucessos do Reino do Congo no século xvii », in Annaes maritimos e coloniae (...)

25A trois reprises, en 1690, 1691 et 1693, le roi de Portugal ordonne que le gouverneur de Luanda intervienne pour trouver une solution aux querelles des clans congolais42, mais il est peu probable qu’à Luanda ont ait pu ou voulu prendre une initiative dans ce sens.

  • 43 P.M., pp. 350-355 ; et aussi L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », pp. 424-427.

26Enfin, en 1694, D. Pedro IV d’Agoa Rosada (descendant par la ligne maternelle des Ki-mpanzu et par la paternelle des Ki-mulaza) est proclamé roi à Kibango. En 1696, il occupe de nouveau São Salvador, mais s’en retire peu après, par crainte d’un rival. En 1701, un missionnaire, le P. Francisco da Pavia, réussit à persuader les grands du royaume de lui jurer obéissance. En 1709, il reprend São Salvador, qu’il occupera définitivement, et en 1715 le roi de Bula fera sa soumission43.

  • 44 P.M., p. 355.
  • 45 In Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo, p. 461.
  • 46 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo... », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fas (...)

27Cette fragile cohésion recouvrée représente au fond peu de chose. Des témoins parlent de « l’état de ruine de ce royaume » (1710) 44 ; « ... il n’est pas la moitié de ce qu’il a été », déclare Francisco da Pavia en 170545. En 1760, Rosario del Parco écrit que « le roi est fort pauvre et ses vassaux ne lui obéissent que peu ou pas du tout. Tous se conduisent comme des seigneurs absolus »46.

  • 47 Ibid.

28Encore que quelques capucins aient continué à y opérer, le Congo deviendra, dans la seconde moitié du xviiie siècle et jusqu’au milieu du xixe, une contrée oubliée et peu visitée par les Européens. La haine des Congolais pour les Portugais reste très vive. A São Salvador (1760), on « ne peut admettre aucun Blanc à demeure », et au Soyo des Noirs « ne veulent pas admettre d’autre prêtre [portugais] que le missionnaire [capucin] et refusent l’entrée aux Blancs portugais »47.

  • 48 Cf. L. Jadin, « Relation sur le Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », i (...)

29A la fin du xviiie siècle (1798), la situation du pays est toujours la même : « ... le roi [D. Henrique] n’a pas d’autorité parce qu’il n’a pas de soldats ni d’armes ». Il n’a « pas plus de 20 à 30 fusils », et « le duc de Bamba, le prince de Soyo, le duc de Lundo [Nsundi], le duc de Quina et le marquis de Mussulo », qui lui payaient anciennement l’impôt, se sont tous rebellés et « plus aucun ne paie encore quelque chose »48.

  • 49 A. J. Castro, « Roteiro da viagem ao reino do Congo por A. J. Castro, major da provincia de Angola (...)

30Après 1798, il faut attendre un demi-siècle et l’expédition de A. J. Castro à São Salvador pour se faire une idée un peu claire de l’état du pays. Parti de Luanda, Castro remarque qu’à part les capucins, aucun habitant de cette ville n’ose s’aventurer au Congo pour y faire du commerce. Les diverses provinces (il ne spécifie pas lesquelles) sont gouvernées par des parents du roi, mais chacun gouverne de façon indépendante et absolue, sauf pour les cas encourant la peine de mort, qui sont renvoyés à São Salvador. L’anarchie des années passées continue, car de temps en temps les chefs se révoltent et font la guerre au roi49.

  • 50 Kinsembo se trouvait à quatre heures de hamac au nordd’Ambriz (cf. Charles Jeannest, Quatre années (...)

31Un quart de siècle après le voyage de Castro, le témoignage d’un Français, Charles Jeannest, gérant d’une factorerie à Kinsembo (1869) 50, laisse entendre que le vieux royaume du Congo n’est pas encore mort, car à cet endroit de la côte, à plus de 200 km de São Salvador, l’autorité du roi se fait encore sentir, d’une manière peu efficace il est vrai, mais qui, à tout prendre, ne doit guère différer de ce qu’on pouvait constater à la périphérie du pays au milieu du xviie siècle.

  • 51 Il s’agit de D. Pedro IV (1859-1891).
  • 52 Probablement des mots portugais, employés abusivement par les Noirs, qui en ignorent le sens réel.
  • 53 Charles Jeannest, op. cit., pp. 36-37.

32« Le Mani-Congo51 est le grand roi de l’intérieur ; son autorité s’étend depuis le Congo [le fleuve] jusqu’au pays des Noirs de Mossouls [Mussul], entre Ambriz et Luanda, et fort loin dans l’intérieur [...]. Tous les rois et princes52 que nous voyons ne sont guère que des gouverneurs de province, à peu près émancipés. Nommés par leurs serfs sur la proposition des anciens, ils paient, dit-on, un tribut au Mani-Congo, moyennant quoi ils sont à peu près libres. Ce gouvernement serait une sorte de vaste système féodal. Les rois sont suzerains des princes de leurs tribus, qui leur servent de conseillers. Toute cette espèce de noblesse craint beaucoup le Mani-Congo que la plupart n’ont jamais vu, mais dont les soldats viennent, en certains cas, rares cependant, brûler les villages »53.

  • 54 Terme portugais d’origine africaine signifiant serviteur.
  • 55 Charles Jeannest, op. cit., p. 69.

33A un moment donné, pendant le séjour de Jeannest, les caravanes d’ivoire ayant cessé d’arriver à la côte, il en demande aux Noirs la raison. Impossible d’obtenir des détails. Il apprend seulement que le Mani-Congo avait envoyé des ordres interdisant aux marchands de se rendre sur la côte avec leurs fétiches et leurs gris-gris. Privés de cette protection, plus aucun n’ose s’aventurer hors de chez lui. « Cette influence du roi de São Salvador », remarque Jeannest, « de cette espèce de demi-dieu invisible, se fait sentir jusqu’ici. Il n’y a pas encore bien longtemps, ses muleks54 étaient venus brûler les villages parce qu’on lui refusait le tribut, et les Noirs de la côte, épouvantés s’enfuyaient sans opposer de résistance. J’ai été témoin de ce fait »55.

  • 56 F. T. Valdez, Six Years of a Traveller’s Life in Western Africa, Londres, 1861, vol. II, pp. 81 et (...)

34En 1856, les Portugais avaient occupé Ambriz, tout près de Kinsembo, dans une nouvelle tentative pour atteindre les fameuses mines de cuivre de Bembe. Un certain D. Pedro Elelo, marquis de Katende, prétendant au trône congolais devenu vacant en 1858 par la mort du roi D. Henrique Lunga (1842-1858), parvint à persuader les Portugais d’Ambriz de soutenir sa cause. Ils le firent si bien, qu’ayant occupé militairement São Salvador en 1860, ils y demeurèrent jusqu’en 1866 et ne s’en retirèrent alors, que faute de soutien de la part des autorités de Luanda56.

35En 1878, une mission protestante de baptistes anglais vient s’installer à São Salvador, ce qui incite les Portugais – très inquiets déjà de la course qui s’était amorcée entre les autres nations européennes en vue du partage de l’Afrique – à y envoyer leur propre mission catholique.

  • 57 « Instruções confidenciais do Governo-Geral ao Padre António Barroso, 19-1-1881 », in A. Brásio, A (...)
  • 58 « Carta do Rei do Congo a D. Luis I, 17-2-1881 », in op. cit., p. 356.
  • 59 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, Londres 1914, p. 58. Nous pensons que la lettre dont par (...)

36Le chef de cette mission, le P. António Barroso, se souciera au moins autant des affaires politiques que du salut des âmes congolaises. En effet, selon les instructions confidentielles qui lui avaient été remises par le gouverneur de l’Angola, il devait « s’efforcer, par des moyens persuasifs et appropriés, de maintenir l’influence de la couronne portugaise dans ces régions et dans l’esprit du roi »57. On peut douter qu’il ait vraiment usé de moyens « appropriés » : le 17 février 1881, le roi du Congo envoie au roi de Portugal une lettre l’assurant de sa condition de « fidèle vassal et ami des Portugais et de leur roi »58. Si l’on en croit le missionnaire anglais Weeks, l’auteur de cette lettre (qui ne savait ni lire ni écrire) y aurait apposé sa signature en toute ignorance de sa teneur, pensant qu’il s’agissait d’un message de remerciement pour des cadeaux offerts par les autorités portugaises59.

37La mission anglaise se retira peu après, mais pour d’autres raisons que l’hostilité portugaise.

  • 60 E. Hertslet, A Map of Africa by Treaty, 3e éd., Londres, 1909, vol. II, pp. 591-592. Le traité fut (...)

38En 1884, les puissances coloniales, réunies à la Conférence de Berlin, traceront avec une complaisance tout arbitraire et une indifférence totale pour l’homogénéité ethnique des Bakongo, des frontières découpant l’ancien royaume du Congo en trois morceaux, placés chacun sous la tutelle de nations de culture différente. Par un traité du 14 février 1885, on décida que la frontière entre l’État Libre du Congo et l’Angola suivrait le parallèle joignant Noqui au Cuango60. São Salvador se trouvait donc désormais à l’intérieur de l’« Angola ».

  • 61 Hélio A. Esteves Felgas, História do Congo Português, Carmona (Angola), 1958, pp. 139-148.

39Même forts de cette attribution juridique, les Portugais ne parviendront pas à occuper la ville avant 1888, faute de moyens. Le nouveau « district du Congo portugais », créé en 1885 avec un résident à Cabinda, sera occupé lentement et ne sera « pacifié » par l’administration coloniale portugaise que vers 1918. Des rois continueront à « régner » à São Salvador, mais de façon purement symbolique61.

Notes

1 Cette liste de conditions a-t-elle été inspirée par un capucin espagnol, comme le pense le P. A. Brásio ? (cf. M.M.A., vol. X, p. 328).

2 M.M.A., vol. X, pp. 326-328 (document du 19-2-1649).

3 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambitila, Lisbonne, 1042, p. 94 (doc. n° II, texte de 1665).

4 Ibid., p. 20, note 2. La première version est imprimée dans P.M., p. 200 ; la seconde (définitive) par Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 84-95.

5 Selon Cadornega, op. cit., t.I, pp. 53-61, un capitão-mor portugais et un chapelain iront s’installer à Ambuila entre 1649 et 1681.

6 Cet article restera lettre morte en ce qui concerne le port de Pinda, dans le Soyo (à l’embouchure du Congo), car le comte du Soyo ne reconnaissait plus la souveraineté de São Salvador. Il continuera à accueillir à Pinda quiconque voudra y faire du commerce (cf. P. Hilde-brand, Le martyr Georges de Geel, p. 211).

7 Doc. I (1653), in Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambulla, p. 77.

8 En 1655, le gouverneur envoie une armée contre le Congo, sous prétexte de violation du traité de paix de 1649. Aucun combat n’a lieu, car le Congo donne satisfaction aux exigences portugaises (cf. Elias Alexandre da Silva Corrêa, História de Angola, t. I, pp. 271-272).

9 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 75 (texte de 1664).

10 Ibid., p. 76 (texte de 1664).

11 Ibid., pp. 78-83 (texte de 1665). Du côté portugais, on fait état d’un prétendu projet espagnol d’« envahir » incessamment le Congo, et également de l’attitude agressivement anti-portugaise des Congolais acharnés à « la ruine totale de la nation portugaise » (cf. C. R. Boxer, « Uma relação inédita e contemporânea da Batalha de Ambuila em 1665 », in Boi. Cult, do Museu de Angola, Luanda, n° 2 (1960), p. 66 ; et aussi Cavazzi, lib. II, g 23).

12 « Manifesto da Guerra de D. António I, ... » (13-1-1665), in P.M., pp. 244-245.

13 Gastão Sousa Dias, A Batalha de Ambuila, p. 157 (document de 1666).

14 Ibid., loc. cit.

15 Ibid., p. 49 (texte de 1666).

16 C. R. Boxer, art. cit., pp. 65-73. Ce chiffre de 100 000 serait-il exagéré ? Il est également cité dans un autre texte de 1666, reproduit par Gastão Sousa Dias, op. cit., pp. 151-153. Cavazzi (lib. II, g 123) parle de 100 000, et un chroniqueur des Archives de la Propagande (Rome) de 500 000, ce qui dépasse sûrement de beaucoup la réalité (cf. De Jonghe et Simar, « Archives Congolaises », in Revue Congolaise (1914), n° 4, p. 207).

17 Ibid., art. cit.

18 Girolamo Merolla da Sorrento, Breve e Succinta Relatione, Naples, 1692, p. 328.

19 Cf. Mercúrio Português com as novas do mês de Julho do ano 1666, B.N.L., Res. 110 v„ reproduit in Diogo Cão, IIIe série, n° 6, Lisbonne, 1936, p. 170.

20 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 152 (texte de 1666).

21 P.M., p. 200. Cette couronne aurait été par la suite rendue aux Congolais et, selon António de Almeida (1940), elle se trouve à São Salvador (cf. António de Almeida, « Subsidios para a História dos Reis do Congo », in Congresso do Mundo Português, Lisbonne, 1940, vol. VIII, p. 491).

22 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 141 (texte de 1665).

23 Cadornega, op. cit., t. I, p. 124, et J. C. Feo Cardozo, Memórias, p. 196.

24 O. de Bouveignes et J. Cuvelier, Jérôme de Montesarchio, apôtre du Vieux Congo, p. 174.

25 Cf. L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 479.

26 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 157 (texte de 1666).

27 Cf. Francisco Travassos Valdez, Six Years of a Traveller’s Life in Western Africa, Londres, 1861, vol. II, pp. 82 et 111 ; cf. aussi Fernando Mouta, « As Minas de Cobre do Congo », in Actividade Económica, n° 3 (1936), pp. 9-15.

28 A. Galvão, qui visita le site en 1915, trouva la mine abandonnée et les puits bouchés (cf. A. Galvão, « Relatório da minha viagem ao Congo », in Bol. Soc. Geog. de Lisboa, sér. 36, nos 4-6 (1918), p. 140.

29 Gastão Sousa Dias, op. cit., p. 59.

30 J. J. Lopes de Lima, « Sucessos do Reino do Congo no século xvii », in Annaes Maritimos e Coloniaes, Lisbonne, 1845, p. 198.

31 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 390.

32 Bernardo da Gallo (1700), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 475.

33 P.M., pp. 254-255 (texte de 1672).

34 Cf. Giuseppe Monari da Modena, in Evaristo Gatti, Sulle terre e sui mari, Parme, 1931, p. 126.

35 P.M., pp. 254-255, et Cadornega, op. cit., t. II, pp. 262-284.

36 Cadornega, op. cit., t. II, p. 361.

37 P.M., pp. 287-309 (texte de 1690).

38 Cf. J. Cuvelier, Relations sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), pp. 287-288 ; et Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 531.

39 P.M., p. 310 (texte de 1691).

40 P.M., pp. 350-351 (texte de 1710) ; cf. aussi L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 424.

41 L. Jadin, « Relation sur le Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bull, des Séances de l’Acad. Roy. des Sc. Col, t. III, fasc. I (1957), p. 320.

42 J. J. Lopes de Lima, « Sucessos do Reino do Congo no século xvii », in Annaes maritimos e coloniaes, Lisbonne, 1845, p. 198.

43 P.M., pp. 350-355 ; et aussi L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », pp. 424-427.

44 P.M., p. 355.

45 In Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo, p. 461.

46 Cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo... », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 370.

47 Ibid.

48 Cf. L. Jadin, « Relation sur le Congo du P. Raimondo da Dicomano, missionnaire de 1791 à 1795 », in Bull, des Séances de l’Acad. Roy. des Sc. Col, t. III, fasc. 2 (1957), pp. 328-329.

49 A. J. Castro, « Roteiro da viagem ao reino do Congo por A. J. Castro, major da provincia de Angola, em Junho 1845 », in Bol. Soc. Geog. de Lisboa, sér. 2, n° 2 (1880), pp. 53-67.

50 Kinsembo se trouvait à quatre heures de hamac au nordd’Ambriz (cf. Charles Jeannest, Quatre années au Congo, Paris, 1883, p. 45).

51 Il s’agit de D. Pedro IV (1859-1891).

52 Probablement des mots portugais, employés abusivement par les Noirs, qui en ignorent le sens réel.

53 Charles Jeannest, op. cit., pp. 36-37.

54 Terme portugais d’origine africaine signifiant serviteur.

55 Charles Jeannest, op. cit., p. 69.

56 F. T. Valdez, Six Years of a Traveller’s Life in Western Africa, Londres, 1861, vol. II, pp. 81 et 111 ; R. F. Burton, Two Trips to Gorilla Land and the Cataracts of the Congo, Londres, 1876, vol. IL p. 45 ; W. H. Bentley, Pioneering on the Congo, Londres, 1900, vol. I, pp. 141-142 ; J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, Londres, 1914, p. 37 ; António de Almeida, « Subsidios para a História dos reis do Congo », in Congresso do Mando Português, Lisbonne, 1940, vol. VIII, pp. 485-511 ; et Hélio A. Esteves Felgas, História do Congo Português, Carmona (Angola), 1958, p. 112.

57 « Instruções confidenciais do Governo-Geral ao Padre António Barroso, 19-1-1881 », in A. Brásio, António Barroso, missionário, cientista, missiólogo, Lisbonne, 1961, p. 352.

58 « Carta do Rei do Congo a D. Luis I, 17-2-1881 », in op. cit., p. 356.

59 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, Londres 1914, p. 58. Nous pensons que la lettre dont parle Weeks est celle du 17-2-1881 ; il pourrait également s’agir d’une autre lettre, de la même teneur mais ne portant pas la même date. Weeks affirme que celle dont il prit connaissance avait été imprimée dans la revue belge Le Mouvement Géographique, au cours de l’année 1884. Nous avons parcouru les numéros de cette année-là, sans trouver trace de la lettre en question.

60 E. Hertslet, A Map of Africa by Treaty, 3e éd., Londres, 1909, vol. II, pp. 591-592. Le traité fut légèrement modifié par la Convention du 25 mai 1891 (cf. ibid., pp. 594-596), toujours en vigueur. (Cf. aussi J. C. Keltie, The Partition of Africa, Londres, 1893, p. 212.)

61 Hélio A. Esteves Felgas, História do Congo Português, Carmona (Angola), 1958, pp. 139-148.

Table des illustrations

Légende Carte de l’Éthiopie occidentale par J. H. ville, Paris, 1732. B.N. Paris, Ge DD 2987 (8251).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search