Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Deuxième partie. Le contact avec les Européens (Les faits)

Chapitre IX. Le royaume du Congo et ses rois leurs rapports avec les Européens (1543-1654)

Texte intégral

1A la mort de D. Afonso, le royaume est plongé dans l’anarchie caractéristique des interrègnes en Afrique. Elle durera deux ans : les Portugais tenteront sans succès d’imposer un roi de leur choix, D. Pedro I (1543-1544 ?) ; le règne de D. Francisco I, qui lui succéda, fut également bref.

  • 1 M.M.A., vol. II, p. 301.

2Une période de relative stabilité politique suivra, avec D. Diogo I (1545-1561). Ce roi sut se montrer le maître de son pays, fit de son mieux pour contrôler, dans l’intérêt de ce dernier, l’activité des marchands portugais1, et surtout mit un frein à la trop grande ingerance des jésuites dans la vie traditionnelle congolaise.

  • 2 Ibid., vol. II, pp. 374-375. On reproche à D. Diogo de ne pas aller à la messe et de passer ses nu (...)

3Installés à São Salvador depuis 1548, les missionnaires de la Compagnie de Jésus s’appliquaient à discipliner le christianisme confus des Congolais. En 1555, D. Diogo, excédé par leurs reproches trop sévères à propos de sa vie licencieuse (de nouveau le problème de la polygamie), les expulsa de son royaume, avec de nombreux autres Européens2. On tolérera toujours certains Blancs et des membres du clergé régulier, plus accommodants à l’égard des mœurs du pays.

4Une nouvelle période de troubles s’ouvre à la mort de D. Diogo, en 1561 ; elle ne se terminera qu’en 1572.

  • 3 Cavazzi, lib. II, § 107 ; cf. aussi M.M.A., vol. II, pp. 474-475 et 533.

5D. Afonso II, placé sur le trône par les Portugais, sera aussitôt assassiné avec ceux qui l’ont soutenu, car les Congolais n’admettent point que soit bafouée leur coutume d’élire les rois3.

  • 4 M.M.A., vol. VI, p. 296 (Bernardo – les Jagas) ; Cavazzi, lib. II, § 108 (Henrique – les Anzicani) (...)

6Deux autres rois suivront : D. Bernardo I (1561-1567) et D. Henrique I (1567-1568). Tous deux mourront dans des guerres de frontières contre les Bateke et les Jagas4.

  • 5 Cf. E. G. Ravenstein, The Strange Adventures of Andrew Battell, pp. 119-120 ; Pigafetta, lib. II, (...)

7De 1561 à 1572, le Congo va en effet subir une longue série d’assauts de ses adversaires africains. L’année de l’avènement de D. Álvaro I (1568-1587), le pays est envahi et dévasté par les Jagas, tribu cannibale, organisée en bandes nomades et originaire d’outre-Cuango. São Salvador et ses églises sont détruits, le roi et sa cour contraints de se réfugier sur une île du Congo. Là, poussés par la famine, ils iront jusqu’à vendre les membres de la famille royale aux négriers de São Tomé5.

  • 6 Ibid., op. cit., pp. 119-120 et M.M.A., vol. III, p. 122.
  • 7 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 358, (Naukeurige Beschrijvinge p. 588).

8Une force expéditionnaire de 600 soldats blancs, envoyée par Lisbonne en 1571, chassera les Jagas et rétablira le malheureux D. Alvaro I sur son trône après deux ans d’efforts6. Reconnaissant de cette aide, il « ... offroit (sic) de se rendre vassal de la couronne portugaise et de lui payer un tribut annuel en esclaves ; mais le roi D. Sébastien refusera généreusement... »7.

  • 8 M.M.A., vol. VI, p. 438.
  • 9 Cf. Felner, Angola, p. 234, qui renvoie à un manuscrit inédit de la Bibliothèque d’Ajuda, Lisbonne (...)

9Les conquistadores portugais de l’Angola, installés à partir de 1575 à Luanda dans leur nouvelle colonie, tenteront, pour justifier leur désir de conquérir le Congo, de mettre en doute la réalité de ce « refus généreux »8mais on en a une preuve concrète : une lettre du chanoine Bras Corrêa, qui déclare avoir vu et lu la lettre de D. Sébastien à D. Álvaro I9.

  • 10 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guiné (1607) ». A ces Portugais, il faut ajouter que (...)
  • 11 M.M.A., vol. III, p. 375 (D. Alvaro II guerroyait avec ses oncles). Cf. Felner, Angola, p. 376.
  • 12 M.M.A., vol. IV, pp. 407, 437, et vol. VII, pp. 432-433, 461-462, 648-649 ; J. Cuvelier et L. Jadi (...)

10Des 600 soldats venus seconder D. Álvaro I, un certain nombre restera à São Salvador. Le soutien qu’apportent ces mercenaires et leurs successeurs à la monarchie10 en renforcera le pouvoir autocratique, et rendra plus tendus ses rapports avec la caste dirigeante. Pendant les quarante premières années du xviie siècle, São Salvador demeurera, grâce à l’appui de ces Européens, le centre dominant du royaume, malgré une constante instabilité politique11 et des révoltes sporadiques dans les provinces12.

  • 13 Biographie coloniale belge, t. II.

11Les interrègnes chaotiques se répètent à la mort de chaque roi. D. Álvaro I sera suivi de D. Álvaro II (1587-1614) ; D. Bernardo II (1614-1615) ; D. Álvaro III (1615-1622) ; D. Pedro II (1622-1624) ; D. Garcia I (1624-1626) ; D. Ambrósio I (1626-1631) ; D. Álvaro IV (1631-1636) ; D. Álvaro V (1636) et D. Álvaro VI (1636-1641) 13.

  • 14 La dynastie des Nlaza s’opposait à celle des Mpanzu, mais toutes deux descendaient de D. Afonso I (...)
  • 15 Cavazzi, lib. II, § 120.
  • 16 Cf. Bernardo da Gallo (1701-1709), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, d (...)
  • 17 P.M., p. 310 (doc. de 1691).

12D. Álvaro VI, premier roi de la dynastie des Nlaza14, pour mieux asseoir son pouvoir « usurpé »15, « envoya demander la couronne au souverain pontife, ce qui lui fut accordé avec une paternelle bonté », mais il mourut avant de recevoir la réponse de Rome, et ce fut son successeur, son frère D. Garcia II (1641-1661), qui profita de cette légitimité douteuse16. C’est sans doute de cette époque que date la sanglante rivalité entre les clans Mpanzu et Nlaza, qui va déchirer le Congo à la fin du xviie siècle17.

  • 18 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, 1668, p. 584. Il y eut, en 1636, en 1637 et en 1645, des guer (...)
  • 19 L’historien hollandais Barlaeus dira : « Inter Congenses potentissimus est Songensis », (cf. Caspa (...)

13En 1636, forte de ses rapports directs avec les Européens, la province du Soyo conquiert son indépendance. Son gouverneur, qui s’arroge le titre de « comte de Soyo », se réservera toutefois le droit de participer à l’élection des rois du Congo18. Ce sera le plus grand coup porté à l’intégrité territoriale du Congo depuis l’indépendance des provinces du Loango, du Kakongo et de l’Angoï. Du fait de sa situation maritime, lui permettant de contrôler le commerce vers l’intérieur, le Soyo va devenir puissant au point de rivaliser avec le Congo lui-même19.

  • 20 L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. B (...)
  • 21 Notons pourtant qu’en 1700, le prince du Soyo refusera de vendre des esclaves au Français Barbot, (...)

14A partir de 1602, des marchands hollandais commencent à fréquenter le grand fleuve20 et à concurrencer sérieusement les Portugais. Bien que ceux-ci les dénoncent comme hérétiques, les Congolais ne verront aucun inconvénient à commercer avec eux21. Politiquement, ils étaient parfaitement en droit d’essayer de profiter de cette rivalité, et ils y réussiront pendant un temps. Mais c’est bien dans cette compétition commerciale entre nations européennes qu’il faut chercher les causes du désastre qui frappera le Congo en 1665, car contre le défi économique, les Portugais n’auront d’autre arme que la guerre.

  • 22 Déjà, en 1591, Domingos de Abreu de Brito avait préconisé qu’un gouverneur blanc résidât au Congo (...)
  • 23 Également citées comme étant de Pemba ou de Oembo dans les documents de l’époque. Sur l’histoire d (...)

15Excédés par cette prétention à l’indépendance, et surtout inquiets de voir les Congolais en rapports avec d’autres Européens, les conquistadores de Luanda vont lentement mettre sur pied un projet d’intervention militaire, pour placer le Congo sous leur hégémonie22. A ce but, il s’en ajoute un autre : posséder les mines de cuivre exploitées par les Congolais à Bembe23.

  • 24 M.M.A., vol. IX, p. 29 (texte de 1643) et P.M., pp. 202-203 (texte de 1649).
  • 25 Sur la période de l’occupation hollandaise, cf. la thèse inédite de J. Mevis, De Hollandse Invloed (...)

16En 1641, aidés de guerriers Jagas, les conquistadores sont sur le point d’envahir le Congo24, mais les Hollandais occupent Luanda, réduisent à néant la puissance portugaise sur toute la côte, et pendant sept ans tiennent en état de siège ses représentants dans l’intérieur de l’Angola25.

Carte particuliere du royaume du Congo par Anville, Paris, 1731, B.N. Paris, Ge DD 2987 (8259).

  • 26 Cf. De Jonghe et Simar, « Archives Congolaises », in Revue congolaise, Bruxelles, 1912, p. 435.

17Cela constituera un sursis pour le Congo, et lui permettra de conserver pour un quart de siècle encore sa liberté et son indépendance. Cette même année voit monter sur le trône le plus grand de tous les monarques congolais après D. Afonso I : D. Garcia II (1641-1661), surnommé le Quimpaco (sorcier). Pendant son long règne, cet homme, qu’un contemporain décrira comme « rusé, politique, astucieux et finaud »26, tentera de résister par des manœuvres diplomatiques aux ingérences des Blancs dans les affaires de son royaume. Plus obéi à l’intérieur que ses prédécesseurs, il aura surtout des problèmes dans ses rapports avec les Européens.

  • 27 Ils sont envoyés de Rome en 1646.

18A sa cour, trois groupes rivaux, composés de Hollandais, de jésuites portugais, de capucins espagnols et italiens27, solliciteront tour à tour sa « coopération ». Chacun lui inspirera de grandes espérances, toujours suivies de violentes déceptions. Toute sa politique sera caractérisée par une haine viscérale pour les Portugais, en exceptant toutefois les jésuites de cette nationalité.

  • 28 M.M.A., vol. VIII, p. 585 (lettre de 1642). Les tentatives des Hollandais pour introduire le prote (...)

19Après leur victoire, les Hollandais lui font des ouvertures de paix et de bonne entente. Il répond avec enthousiasme, manifestant son accord pour un front commun contre « leurs ennemis », c’est-à-dire les Portugais. Mais il interdit prudemment aux Hollandais de construire des forts sur ses terres, et il refuse d’avoir à sa cour un ambassadeur ou un pasteur, « car, dit-il, je professe la vraie foi catholique et je me soumets à l’autorité du Saint Père, vicaire de Dieu. La méchanceté des Portugais, fondée sur leurs ambitions, ne suffit pas pour que j’abandonne la foi catholique, ni que j’expulse de mes terres et du royaume d’Angola [sic] les personnes spirituelles [les missionnaires] »28.

  • 29 Cette réprobation leur valut d’être persécutés par le gouverneur de l’Angola, Jo&o Correia de Sous (...)
  • 30 M.M.A., vol. VII, pp. 177-178.
  • 31 L’occupation hollandaise.
  • 32 M.M.A., vol. IX, pp. 17-18, lettre autographe de D. Garcia II, du 23-2-1643.

20En 1643, se rappelant que les jésuites, en Angola, avaient publiquement fustigé les conquistadores de Luanda29 pour le massacre de l’armée congolaise à Bumbe, près de la frontière, en 1623, lors d’une de leurs razzias périodiques30, D. Garcia II écrit de sa propre main au Recteur du collège des jésuites de Luanda, pour solliciter l’envoi de missionnaires « pour cultiver la vigne de Dieu ». Les jésuites, déclare-t-il, ont toujours été « favorables aux affaires de mon royaume ». « Ils ont été arrêtés et déportés pour avoir prêché la vérité aux hommes de Luanda, lesquels ne les écoutaient pas, jusqu’au moment où arriva le châtiment de Dieu »31, « Rien, enchaîne D. Garcia II, ne fait tant de tort aux hommes que l’ambition et l’orgueil. Celui-ci régnait à Luanda. C’est pourquoi il ne put jamais y avoir de paix avec notre royaume, car au lieu d’or, d’argent et autres choses qui servent de monnaie dans d’autres contrées, le matériel d’échange et la monnaie sont des esclaves, qui ne sont ni or ni tissu, mais des êtres humains. Notre malheur et celui de nos ancêtres est que notre naïveté a permis l’apparition de tant de maux dans nos royaumes [...] L’inégalité des armes nous a tout fait perdre, car devant la force il n’y a pas de droit qui tienne ». Il termine sa lettre en affirmant : « ma seule volonté est que mes terres soient indépendantes. C’est ma ferme intention, et même si je dois être foudroyé, je mourrai pour libérer ce qui m’appartient »32.

  • 33 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 58.

21Cet enthousiasme pour les jésuites ne serait-il pas le fruit d’une subtile campagne, menée par les missionnaires de cet ordre, de retour à São Salvador depuis 1619, en faveur de leurs confrères souffrant en Angola sous l’occupant hollandais33 ?

  • 34 Cf. Joan Nieuhof, Memoravel Viagem Maritima e Terrestre ao Brasil, 1er édition hollandaise, Amster (...)
  • 35 Cadornega, História Geral das Guerras Angolanas (1680-1681), t. III, p. 298, et M.M.A., vol. X, p. (...)

22Toujours en cette même année 1643, la querelle entre le Soyo et le Congo incite chaque parti à essayer de rallier les Hollandais à sa cause. Le Soyo enverra des ambassadeurs noirs au Brésil et en Europe pour demander aux Hollandais de ne pas soutenir le Congo, mais la Compagnie des Indes Orientales refusera de prendre parti34. On sait que D. Garcia II envoya également des ambassadeurs en Europe chercher des appuis, mais on ignore comment ils furent reçus35.

23Est-ce par l’impartialité décevante des Hollandais dans ce différend, ou par les exhortations antiprotestantes des jésuites et des missionnaires capucins italiens et espagnols, que D. Garcia II fut amené à se détourner des Hollandais ? On l’ignore.

  • 36 M.M.A., vol. X, p. 333.
  • 37 Rappelons que le Portugal resta sous la souveraineté espagnole de 1580 à 1640.
  • 38 Lettre de D. Garcia II, du 5-10-1646, in M.M.A., vol. IX, pp. 450-451.
  • 39 M.M.A., vol. IX, pp. 452-453.
  • 40 Ibid., loc. cit. D. Garcia II avait déjà fait, semble-t-il, une proposition analogue aux Hollandai (...)
  • 41 M.M.A., vol. X, p. 431 (lettre de D. Garcia II, du 20-11-1649).
  • 42 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 273.

24Toujours est-il que D. Garcia II devint très hispanophile. Il écrivit (la lettre est écrite par Angelo de Valencia, capucin espagnol) 36 au roi d’Espagne Philippe IV, déplorant la restauration de l’indépendance portugaise (1640) et l’avènement de D. João IV de Portugal, qu’il appelle « le roi intrus »37. « Les Hollandais », observe-t-il, « pour autant qu’ils se prétendent nos amis, nous font le plus grand tort [...], car ils empêchent l’entrée de religieux catholiques ». « Pour éviter ces inconvénients », il serait reconnaissant à Philippe IV de bien vouloir faciliter le transport au Congo des capucins38. Annexée à cette lettre, et portant la même date, se trouve une « pétition » invitant tout simplement Philippe IV à « envoyer à Luanda une grande flotte suffisante (I) pour l’occuper39. Ainsi, semble-t-on espérer, les Hollandais hérétiques se verraient évincés de l’Angola et des parages du royaume du Congo. Comme appât, il suggérait l’envoi de « deux ou trois mineurs pour découvrir les mines d’or et d’argent [sic] qui existent dans le royaume »40. A ce « pieux » projet, Philippe IV ne répondra qu’en 1649, et par une dérobade41 ; les Hollandais hérétiques sont d’ailleurs à cette date déjà expulsés de l’Angola par les Portugais. L’idée de se servir des mines de cuivre comme arme diplomatique remonte au règne de D. Álvaro II (1587-1614), qui les proposait au pape en échange de missionnaires42.

  • 43 Elle date de l’époque (1580-1640) où le Portugal se trouvait sous la souveraineté espagnole ; elle (...)

25La menace d’un recours à l’aide espagnole ou d’une invasion du Congo par ce pays deviendra, dans les années qui suivent, une arme que Portugais, Espagnols et Congolais vont employer à plusieurs reprises les uns contre les autres. C’est, à l’origine, une idée portugaise43.

  • 44 En 1649, le jésuite António de Couto parlera des « vaines espérances dans lesquelles vit D. Garcia (...)

26Le Portugal ayant recouvré son indépendance en 1640, les tuteurs espagnols de D. Garcia II voudraient retourner la menace espagnole contre les Portugais. Capucins espagnols et Congolais semblent avoir réellement nourri l’espoir de voir se matérialiser une intervention espagnole et anti-portugaise au Congo44.

27Dans ces démarches diplomatiques, il est impossible de savoir clairement jusqu’à quel point D. Garcia II resta maître de son jeu, ou fut au contraire manœuvré malgré lui par les Européens. Bien que les documents sur cette époque soient relativement abondants, rien ne permet de bien dégager l’aspect congolais du climat d’intrigues qui régnait alors à São Salvador.

28L’arrivée des capucins marquera le début d’un nouvel élan de ferveur chrétienne chez les Congolais, élan qui sera suivi, comme naguère, de désillusion de part et d’autre.

  • 45 M.M.A., vol. X, p. 137 (doc. de 1648). Il demandait également que soit excommunié quiconque tenter (...)
  • 46 Cf. P.M., p. 200 et P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 107.
  • 47 António de Almeida, « Subsidios para a História dos reis do Congo », in Congresso do Mundo Portugu (...)

29Un premier mouvement d’enthousiasme pour les capucins amènera D. Garcia II à en envoyer deux à Rome solliciter du pape un bref transformant la royauté élective en monarchie héréditaire45. Ainsi pensait-il mettre fin aux interrègnes anarchiques. Ne s’estimant pas habilité à accorder un tel bref, le Saint-Siège décidera d’envoyer à D. Garcia II, en compensation, une magnifique couronne bénie par le pape lui-même. Par économie, elle était d’argent doré et non d’or pur46. Malgré maintes péripéties, cette couronne se trouvait encore à São Salvador en 194047.

  • 48 Le gouverneur de Luanda ne prit pas ces lettres au sérieux.
  • 49 Cavazzi, lib. V, § 13-21.

30Le retour des capucins sans le bref espéré enflamma contre toute la mission la colère du roi déçu. D. Garcia II se détourna de la foi, et donna libre cours aux pratiques fétichistes. Les Portugais, toujours envieux des Italiens et des Espagnols, qu’ils considéraient comme des intrus, font répandre le bruit qu’il ne s’agit pas de religieux, mais de soldats déguisés, que leurs bagages contiennent des armes, et qu’ils vont s’emparer du royaume sous les yeux du monarque. Même une inspection des dits bagages, qui ne recèlent que des cadeaux pour le roi, ne désarme pas les calomniateurs. Sous leur influence, D. Garcia II se sert, encore une fois de « l’épouvantail espagnol » : il écrit à Luanda, alors libéré des Hollandais, deux lettres pleines d’accusations contre les capucins48. Seul, un incendie qui détruit le palais royal, mais laisse « miraculeusement » intactes les possessions de ces derniers, convaincra enfin le roi que les missionnaires sont vraiment les hommes de Dieu. Ils auront désormais toutes les facilités qu’ils désirent pour opérer49.

  • 50 Sur les Ngombos, cf. Cavazzi, lib. I, § 181.
  • 51 P.M., pp. 197-198.
  • 52 P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 232.

31En 1648, dans une proclamation solennelle, sans doute inspirée par eux, le roi les recommande à ses sujets, « ... car ils ne cherchent dans ces terres, ni dans le monde, ni or, ni argent, ni zimbu, ni esclaves, ni autres intérêts temporels ». Et il insiste : « Montrez-vous généreux avec eux ; donnez-leur l’aumône pour qu’ils puissent vivre et travailler dans notre royaume. Abandonnez vos concubinages, les fétiches, les engangas engombos50 [devins ou sorciers], les vols, les vexations, les haines, et cherchez à vivre chrétiennement »51. Un mois plus tard, le duc de Mbamba accuse réception de ce document, dont est muni chaque missionnaire capucin52.

32Il est certain que, dans leur mission au Congo, les capucins firent d’extraordinaires sacrifices pour la cause chrétienne. Pendant deux siècles, ils gagneront peu à peu la confiance des Congolais ; ils se feront réellement aimer et respecter, surtout de la caste dirigeante, laquelle est d’ailleurs parfaitement consciente des avantages politiques qu’elle peut trouver à les opposer aux sorciers traditionnels.

  • 53 Ibid., pp. 335-338.

33Lorsqu’en 1653 le capucin flamand Georges de Geel est assassiné, dans la province de Mbata, pour avoir essayé de mettre fin intempestivement à une cérémonie fétichiste, D. Garcia II ne veut rien de moins que faire brûler le village et mettre à mort tous les habitants, mais dissuadé d’exécuter ce dessein par les pères miséricordieux, il se contente de les faire vendre comme esclaves et embarquer pour Pernambouc53.

  • 54 Ibid., loc. cit.

34Il publie une nouvelle proclamation, avertissant ses sujets qu’ils ne doivent aucunement gêner les capucins dans leur travail. Il autorise ceux-ci à « ... détruire les idoles n’importe où qu’elles se trouvent, à poursuivre les faux prêtres et sorciers, et à extirper toutes les coutumes païennes et les cérémonies diaboliques... »54.

  • 55 Cf. Francisco Maria Gioia, La Meravigliosa Conversione della Regina Singa [sic], Naples, 1669, p. (...)
  • 56 Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo, p. 148.

35Pendant l’année suivante (1654), la sympathie de D. Garcia II pour les capucins devait se refroidir : il trouvait importunes leurs admonestations concernant la licence de sa vie privée. Quant à eux, ils se plaignaient de « ... persécutions et de mauvais traitements » pour avoir essayé de corriger « sa vie scandaleuse » (c’est toujours la vieille querelle sur la polygamie africaine), et pour lui avoir reproché de permettre les pratiques fétichistes dans de nombreuses villes de son royaume. Par ailleurs, il était assailli de nouveau par ses anciens soupçons : après tout, les capucins ne s’efforçaient-ils pas de livrer son royaume à l’Espagne55 ? Les créoles portugais résidant à São Salvador semblent l’avoir soigneusement entretenu dans cette pensée, afin d’en tirer parti dans leurs intrigues particulières56.

  • 57 La mission des capucins à São Salvador « sera pratiquement abandonnée vers 1775 », cf. L. Jadin, « (...)
  • 58 Cf. L. Jadin, « Relation de Boaventura dos Santos (1877) », in Bull, des Séances de l’Acad. Roy. d (...)

36Privés de l’appui du roi, les capucins se trouveront de plus en plus gênés dans leur mission. Ils n’abandonneront pas São Salvador, mais leurs efforts porteront désormais plutôt sur la conversion de la reine Jinga en Angola. Avec des hauts et des bas, la mission continuera à travailler dans la capitale jusqu’en 177557. La présence d’un missionnaire capucin est encore signalée au Congo en 187758.

Notes

1 M.M.A., vol. II, p. 301.

2 Ibid., vol. II, pp. 374-375. On reproche à D. Diogo de ne pas aller à la messe et de passer ses nuits chez un mulâtre, Luiz Pirez, où il « s’amuse et fait bombance » (cf. M.M.A., vol. II, p. 229). Certains témoignages laissent entendre que les jésuites se disposaient à renverser D. Diogo (cf. M.M.A., vol. II, pp. 275 et 377). Ils ne reviendront à São Salvador qu’en 1619.

3 Cavazzi, lib. II, § 107 ; cf. aussi M.M.A., vol. II, pp. 474-475 et 533.

4 M.M.A., vol. VI, p. 296 (Bernardo – les Jagas) ; Cavazzi, lib. II, § 108 (Henrique – les Anzicani) ; Pigafetta, lib. II, cap. iv (Henrique – les Anzicani).

5 Cf. E. G. Ravenstein, The Strange Adventures of Andrew Battell, pp. 119-120 ; Pigafetta, lib. II, cap. v ; et J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 125.

6 Ibid., op. cit., pp. 119-120 et M.M.A., vol. III, p. 122.

7 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 358, (Naukeurige Beschrijvinge p. 588).

8 M.M.A., vol. VI, p. 438.

9 Cf. Felner, Angola, p. 234, qui renvoie à un manuscrit inédit de la Bibliothèque d’Ajuda, Lisbonne. Il s’agit du Codice 51-VIII-31, fos 19-29, du t. II, document de 1628 ou 1629.

10 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guiné (1607) ». A ces Portugais, il faut ajouter quelques aventuriers privés et des déserteurs de l’armée des conquistadores en Angola. « ... On sait qu’il [le roi] aurait déjà été battu, si ses ennemis n’avaient une grande crainte de ces Portugais... »

11 M.M.A., vol. III, p. 375 (D. Alvaro II guerroyait avec ses oncles). Cf. Felner, Angola, p. 376.

12 M.M.A., vol. IV, pp. 407, 437, et vol. VII, pp. 432-433, 461-462, 648-649 ; J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, pp. 361-363 ; cf. aussi A. Franco, Synopsis Annalium Soc. Jesus, Augsbourg, 1726, pp. 241-248.

13 Biographie coloniale belge, t. II.

14 La dynastie des Nlaza s’opposait à celle des Mpanzu, mais toutes deux descendaient de D. Afonso I (cf. L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 351.

15 Cavazzi, lib. II, § 120.

16 Cf. Bernardo da Gallo (1701-1709), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 474.

17 P.M., p. 310 (doc. de 1691).

18 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, 1668, p. 584. Il y eut, en 1636, en 1637 et en 1645, des guerres entre le Congo et le Soyo, d’où ce dernier sortit vainqueur. Le long conflit se poursuivra jusqu’en 1648, le roi du Congo prétendant encore avoir le droit de « nommer » le comte, tandis que celui-ci ne lui reconnaissait que le droit de « confirmer » son titre (cf. M.M.A., vol. X, p. 115, document de 1648).

19 L’historien hollandais Barlaeus dira : « Inter Congenses potentissimus est Songensis », (cf. Caspar Barlaeus, Rerum per Octennium in Brasilia, Amsterdam, 1647, p. 246.

20 L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVI (1966), p. 138. Les Hollandais ne pratiquent vraiment la traite qu’à partir de 1637 (cf. C. Vrijman, « Quelques notices sur l’histoire de la traite négrière des Hollandais », in Bull, de la Sect. de Géographie, t. LI (1936), p. 110.

21 Notons pourtant qu’en 1700, le prince du Soyo refusera de vendre des esclaves au Français Barbot, sous prétexte que lui et ses compagnons n’étaient pas des « chrétiens », cf. Churchill, A Collection of Voyages and Travels, Londres, 1732, vol. V, p. 505.

22 Déjà, en 1591, Domingos de Abreu de Brito avait préconisé qu’un gouverneur blanc résidât au Congo (cf. Felner, Um Inquérito..., pp. 21-22.

23 Également citées comme étant de Pemba ou de Oembo dans les documents de l’époque. Sur l’histoire de ces mines, au sujet desquelles nous reviendrons d’ailleurs, cf. Fernando Mouta, « As Minas de Cobre do Congo », in Actividade Economica, n° 3 (1936), pp. 9-15. L’intérêt que portaient les Portugais à ces mines remonte à 1536 au moins, comme en témoigne un document de cette date, cf. M.M.A., vol. II, p. 59.

24 M.M.A., vol. IX, p. 29 (texte de 1643) et P.M., pp. 202-203 (texte de 1649).

25 Sur la période de l’occupation hollandaise, cf. la thèse inédite de J. Mevis, De Hollandse Invloed in Angola en het Oud-Koninkrijk Kongo, 1641-1648, thèse de licence, Louvain, 1957, que nous n’avons pas pu consulter. Le livre de K. Ratelband, De Nederlanders in Angola, Congo en São Tomé van 1600-1650, promis depuis 1955 à la Linschotenvereeniging n’a toujours pas paru.

26 Cf. De Jonghe et Simar, « Archives Congolaises », in Revue congolaise, Bruxelles, 1912, p. 435.

27 Ils sont envoyés de Rome en 1646.

28 M.M.A., vol. VIII, p. 585 (lettre de 1642). Les tentatives des Hollandais pour introduire le protestantisme n’eurent, semble-t-il, aucun succès au Congo. « Personne ne voulait les écouter », dira un missionnaire capucin en 1645 (cf. M.M.A., vol. IX, p. 287). Les Hollandais offrirent à D. Garcia II un livre en portugais « plein d’hérésies de Calvin et de Luther ». Le roi « se le fit lire par un confident » et, après qu’il eut compris ce qu’il y avait dedans le fit brûler en public (cf. Jean François de Rome, Brève Relation (1648), (p. 112 de l’édition de François Bontinck).

29 Cette réprobation leur valut d’être persécutés par le gouverneur de l’Angola, Jo&o Correia de Sousa, qui fit exiler au Brésil certains d’entre eux (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, pp. 454 et 459 ; cf. aussi A. Franco, Synopsis Annalium Soc. Jesus, pp. 235-236.

30 M.M.A., vol. VII, pp. 177-178.

31 L’occupation hollandaise.

32 M.M.A., vol. IX, pp. 17-18, lettre autographe de D. Garcia II, du 23-2-1643.

33 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 58.

34 Cf. Joan Nieuhof, Memoravel Viagem Maritima e Terrestre ao Brasil, 1er édition hollandaise, Amsterdam, 1682, trad. brés., São Paulo, 1942, p. 93, et Caspar Barlaeus, Rerum per Octennium in Brasilia..., Amsterdam, 1647, p. 244.

35 Cadornega, História Geral das Guerras Angolanas (1680-1681), t. III, p. 298, et M.M.A., vol. X, p. 95 (texte de 1648).

36 M.M.A., vol. X, p. 333.

37 Rappelons que le Portugal resta sous la souveraineté espagnole de 1580 à 1640.

38 Lettre de D. Garcia II, du 5-10-1646, in M.M.A., vol. IX, pp. 450-451.

39 M.M.A., vol. IX, pp. 452-453.

40 Ibid., loc. cit. D. Garcia II avait déjà fait, semble-t-il, une proposition analogue aux Hollandais, (cf. Cadornega, op. cit., t. III, p. 298).

41 M.M.A., vol. X, p. 431 (lettre de D. Garcia II, du 20-11-1649).

42 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 273.

43 Elle date de l’époque (1580-1640) où le Portugal se trouvait sous la souveraineté espagnole ; elle ne reflète que les ambitions des conquistadores de Luanda de voirréduire le Congo à la condition de colonie, comme l’Angola. En 1613, D. Alvaro II écrit qu’il a été « informé que les Portugais [au Congo] cherchent à provoquer la division entre lui et le roi d’Espagne, pour que celui-ci soit excité à faire la conquête du royaume du Congo. Quant à lui [D. Alvaro II], il a toujours témoigné de l’amitié pour ce roi et il a favorisé ses sujets » (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 331). Malgré la puissance du lobby des conquistadores de Luanda à Madrid, la cour a plutôt écouté les recommandations de Rome en faveur de la cause congolaise (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, op. cit., p. 359).

44 En 1649, le jésuite António de Couto parlera des « vaines espérances dans lesquelles vit D. Garcia II de voir venir une armada espagnole », cf. M.M.A., vol. X, p. 368.

45 M.M.A., vol. X, p. 137 (doc. de 1648). Il demandait également que soit excommunié quiconque tenterait de réintroduire la royauté élective.

46 Cf. P.M., p. 200 et P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 107.

47 António de Almeida, « Subsidios para a História dos reis do Congo », in Congresso do Mundo Português, vol. VIII, Lisbonne, 1940, p. 491.

48 Le gouverneur de Luanda ne prit pas ces lettres au sérieux.

49 Cavazzi, lib. V, § 13-21.

50 Sur les Ngombos, cf. Cavazzi, lib. I, § 181.

51 P.M., pp. 197-198.

52 P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, p. 232.

53 Ibid., pp. 335-338.

54 Ibid., loc. cit.

55 Cf. Francisco Maria Gioia, La Meravigliosa Conversione della Regina Singa [sic], Naples, 1669, p. 54 ; et aussi Cavazzi, lib. V, § 36 et 101.

56 Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo, p. 148.

57 La mission des capucins à São Salvador « sera pratiquement abandonnée vers 1775 », cf. L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 449.

58 Cf. L. Jadin, « Relation de Boaventura dos Santos (1877) », in Bull, des Séances de l’Acad. Roy. des Sc. Col, t. II, fasc. 6 (1956), pp. 981-990.

Table des illustrations

Légende Carte particuliere du royaume du Congo par Anville, Paris, 1731, B.N. Paris, Ge DD 2987 (8259).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search