Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Deuxième partie. Le contact avec les Européens (Les faits)

Chapitre VIII. Le règne de D. Afonso I « Apôtre du Congo » (1506-1543)

Texte intégral

  • 1 P.M., p. 175 (document de 1624) ; João de Burros l’appelle Panso Aquitima (Mpanzu a Kitima), (cf. (...)
  • 2 M.M.A., vol. I, p. 267 (lettre de D. Afonso aux grands du royaume, 1512).
  • 3 Nous écartons la version de Pigafetta (lib. II, cap. iii), qui nous semble suspecte. Selon lui, D. (...)

1Après la mort, en 1506, du roi D. João I, les grands du royaume avaient élu comme successeur un fils « bâtard », Mpanzu Nzinga1. Arguant d’un droit fictif de primogéniture2, D. Afonso, le fils aîné, contesta ce choix et tenta de s’imposer avec des partisans chrétiens3.

  • 4 M.M.A., vol. I, p. 262 (doc. de 1512). D’autres documents parlent de 37 (cf. M.M.A., vol. I, p. 26 (...)
  • 5 M.M.A., vol. I, pp. 263 et 268 (documents de 1512).

2Un affrontement épique devait avoir lieu entre chrétiens et païens : d’un côté Mpanzu Nzinga, avec « un nombre infini de gens », de l’autre Afonso avec trente-six compagnons chrétiens4. A grands cris, les chrétiens invoquaient les noms du Christ et de saint Jacques, et « aussitôt les adversaires fuyaient ». Interrogés plus tard sur les raisons de cette fuite précipitée, ils répondirent qu’ils avaient « vu dans l’air une croix blanche et le bienheureux apôtre saint Jacques, avec de nombreux cavaliers armés et vêtus de blanc, les combattre et les tuer »5.

  • 6 Cf. Bernardo da Gallo (1717), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’I (...)
  • 7 Pigafetta, lib. II, cap. iii.

3La tradition orale du début du xviiie siècle ramène cet événement à des proportions plus modestes : « ... au cours de la bataille comparut parmi les autres, dans l’armée chrétienne, un homme blanc pris pour saint Jacques »6. Il s’agissait sans doute d’un Portugais, monté sur un des rares chevaux qui avaient résisté à la mouche tsé-tsé. Quelques Portugais, on le sait, apportèrent leur aide au parti chrétien7, et leur seule présence semble avoir été décisive.

4Dans la bataille, Mpanzu Nzinga trouva la mort et le capitaine de l’armée païenne, « qui s’appelait Manibunda » (le Mani Vunda, selon toute probabilité), eut droit à la clémence de D. Afonso, qui lui infligea toutefois un châtiment, étendu à ses descendants : balayer l’église et la maintenir propre.

  • 8 « Et nous écrivons ceci avec [l’aide d’]un de nos Jeunes hommes de l’école, parce que nous n’osons (...)

5Après la victoire, D. Afonso réunit le peuple sur la grande place de la ville et fit un discours, qu’il rapporte textuellement au roi de Portugal dans une lettre écrite par son secrétaire noir, le 5 octobre 15148 :

  • 9 M.M.A., vol. I, pp. 298-299, lettre de D. Afonso au roi D. Manuel, 5 octobre 1514. La dernière phr (...)

6« Alors, mes frères, vous savez que pour ce qui est de la foi en laquelle nous avons cru jusqu’à présent, tout n’est qu’illusion et vent, parce que la vraie foi est celle de notre Seigneur Dieu, créateur du ciel et de la terre. Car il fit notre père Adam, et Eve, et les mit dans le paradis terrestre, et leur interdit de manger un fruit qui s’y trouvait. Par la séduction du diable, notre mère Ève alla le manger, enfreignant le commandement de Dieu. Elle pécha, puis fit pécher notre père Adam. C’est pourquoi nous sommes tous condamnés. Et puisqu’il leur suffit d’enfreindre un seul commandement pour se perdre, nous [le risquons] plus encore, qui en avons dix. Mais pour que vous sachiez combien Dieu est miséricordieux : voyant que notre perdition avait été causée par une femme, il a voulu que nous fussions sauvés par une autre, qui est la Vierge glorieuse, Notre Dame. C’est dans son précieux ventre qu’il voulut donner forme humaine à son saint fils, qui devait nous racheter et nous sauver. Celui-ci subit la passion et la mort pour notre salut, et laissa douze apôtres pour aller prêcher dans le monde entier et y enseigner sa Sainte Foi ; et [dire] que quiconque y croirait serait sauvé et accéderait à son Saint Royaume. Jusqu’ici, nous n’avions aucun moyen de connaître celui-ci ; maintenant qu’il [le Christ] nous a ouvert la voie du salut, réjouissez-vous tous d’être chrétiens, apprenez les choses de sa foi et suivez l’exemple de ceux qui sont ses serviteurs, qui observent une grande chasteté et vivent dans l’austérité et le jeûne, et mènent une très sainte vie. Quant aux pierres et aux morceaux de bois que vous adorez, [sachez que] notre Seigneur nous a donné les pierres pour faire des maisons et le bois pour le brûler.
Alors des hommes et des femmes, en nombre infini, se convertirent et devinrent chrétiens »9.

  • 10 Cf. infra, chap. xv, g 6.

7Que faut-il penser de ce curieux texte, apparemment de rédaction purement africaine, auquel nulle main européenne n’aurait prêté son concours ? Contrairement à certaines lettres, écrites par les rois du Congo au xixe siècle, et dont la syntaxe est très aléatoire10, celle de D. Afonso (ou de son secrétaire) ne semble pas très différente des lettres officielles portugaises de l’époque. Dans l’exposé de la religion chrétienne, on notera toutefois des antithèses stylisées (« ... un seul commandement... dix [commandements] – « ... perdition causée par une femme... sauvés par une autre... »), qui rappellent étrangement un catéchisme appris mécaniquement. On peut en dire autant des allusions aux pierres et aux morceaux de bois.

8Qu’avait, en fait, compris D. Afonso de cette nouvelle religion, qu’il venait de faire triompher, et que se passa-t-il en réalité lors de cette conversion en masse, qui survint sur la grande place, où il flétrit l’ancienne religion, disant que ce n’était que « vent et illusion » ?

  • 11 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 201.

9Il est malaisé de savoir comment, et en combien de temps, cette « révolution chrétienne » atteignit le peuple. Selon une tradition orale moderne, recueillie par Cuvelier en 1946, c’est le discours de D. Afonso qui inaugure, au Congo, la période connue sous le nom de Tandukia Nkangi, « la Période du Sauveur », « du Crucifix »11. Cette même tradition donne une autre version de la scène sur la grande place :

  • 12 Tout ceci est confirmé par Pigafetta, lib. II, cap. iii.
  • 13 J. Cuvelier, op. cit., p. 120, reprenant une tradition orale.
  • 14 J. Ibid., op. cit., pp. 120-121.

10D. Afonso convoqua tous les chefs du royaume. Il leur dit : « Cessez d’honorer les fétiches, de croire aux amulettes, maintenant que nous avons vu la croix du fils de Dieu. Quiconque les honore sera condamné à mort ». Les chefs acceptèrent cette loi12. Cependant une parente maternelle du roi n’en tint aucun compte et continua à porter au cou des amulettes13. Son exécution fut ordonnée par D. Afonso. Indignés, quelques chefs coururent prendre leur arcs et leurs flèches. D. Afonso sortit de son enceinte, tenant une croix entre ses mains. Il alla s’asseoir sur la grande place, les yeux au ciel. Les chefs tirèrent sur lui de nombreuses flèches, mais aucune ne l’atteignit. Stupéfaits, ils cessèrent de tirer. Alors le roi leur dit : « Vous voyez que Dieu l’emporte. J’ai condamné cette femme au nom de la religion souveraine. » Tous les chefs dirent alors qu’ils croyaient en Dieu et au Christ. D. Afonso leur remit des crucifix14.

  • 15 Cf. Giuseppe Monari da Modena (1711-1721), in Evaristo Gatti, Sulle Terre e sui Mari, Parme, 1931, (...)
  • 16 G. Balandier, La Vie quotidienne au Royaume du Congo du xvie au xviiie siècle, Paris, 1965, p. 271 (...)
  • 17 Pigafetta, lib. II, cap. ii.

11Qui était cette « parente maternelle » ? De nombreuses sources affirment qu’il s’agissait de la propre mère de D. Afonso15. Pour M. Georges Balandier, il ne saurait en être ainsi, la tradition en question se rapportant vraisemblablement à « un rituel à implications magiques associé à l’établissement de tout nouveau règne »16. La description que donne Pigafetta du soutien apporté par la mère de D. Afonso à son fils, après qu’il eut été exilé par son père, semble lui donner raison : elle était, écrit-il, « toujours restée ferme dans la foi catholique »17. Était-ce la reine-mère, dont nous avons vu plus haut le rôle important dans la royauté africaine ? On pouvait en effet s’attendre à voir se rallier autour d’elle les adeptes des pratiques religieuses traditionnelles.

12La soumission des Congolais à la nouvelle religion sera justifiée rétrospectivement, comme le démontre une tradition courante au début du xviiie siècle, concernant le roi Nzinga Nkuwu (futur D. João I) avant l’arrivée des Européens :

  • 18 Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. (...)

13« ... étant vieux et décrépit, il n’avait plus le goût de sacrifier aux idoles, accablé déjà par la multitude des années et peut-être mû par des lumières surnaturelles [...] Les Congolais l’importunaient pour qu’il se levât et sacrifiât aux idoles, comme de coutume. « Laissez-moi tranquille, répondait le pauvre vieux ennuyé, laissez-moi tranquille, parce que ces choses que nous faisons sont de pures folies. De là viendra – et il désigna de sa main la direction de la mer occidentale – de là viendra le vrai sacrifice et la connaissance du vrai Dieu, et peut-être aurai-je le bonheur de le voir de mon temps. » Les Noirs croyaient qu’il divaguait comme un homme âgé, et ensuite ils virent que tout ce qu’il avait dit arriva.
Les Portugais arrivaient en effet peu de temps après dans la mer du Soyo »18.

14Ainsi, par un consentement prophétique, inséré a posteriori dans la tradition historique se rapportant au temps pré-chrétien, la révolution chrétienne se trouve en quelque sorte justifiée.

  • 19 Cf. Biographie coloniale belge, t. II, à « Afonso I ».

15Après la victoire sur son frère païen, D. Afonso I, l’« Apôtre du Congo » va régner pendant trente-cinq ans19.

  • 20 João de Barros, Décadas, Déc. I, LIb. III, cap. x.

16L’historien contemporain João de Barros dit de lui qu’il « ... fit preuve non seulement des vertus d’un prince chrétien, mais joua le rôle d’un apôtre, évangélisant et convertissant lui-même une grande partie de son peuple [...] Et pour mieux exercer cet office de prédicateur, il apprit à lire notre langue ; et il étudiait la vie du Christ et ses Évangiles, les vies des saints et autres doctrines catholiques qu’il pouvait apprendre avec l’aide de nos prêtres, et il expliquait tout cela à ce peuple barbare. Il envoya aussi au Portugal ses fils, ses petits-fils, ses neveux et quelques jeunes nobles, pour y apprendre à lire et écrire non seulement le portugais, mais aussi le latin et les textes sacrés »20.

  • 21 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 315, note 55.
  • 22 João de Barros, Déc. I, lib. III, cap. x.
  • 23 M.M.A., vol. I, p. 533 (lettre de D. João III de Portugal, de c. 1529).

17Comment ce « prince chrétien » avait-il résolu le problème de la polygamie, sur lequel avait achoppé son père ? Demeurait-il monogame ? Cuvelier, invoquant un texte de João de Barros, est de cet avis21. Quant à Barros lui-même, qui fait allusion au renvoi d’une concubine, il se réfère alors non pas à D. Afonso, mais à son père D. João I22. Nul témoignage ne nous est parvenu, qui permette de définir avec certitude la position de D. Afonso sur ce point ; le fait qu’il ait eu plus de trois cents petits-fils et arrière-petits-fils pourrait faire douter qu’il fût monogame, mais n’est pas une preuve23.

  • 24 M.M.A., vol. II, p. 326 (texte de 1553).
  • 25 M.M.A., vol. VI, p. 375 (lettre de Manuel Baptista, du 7-4-1619).

18Quel fut son comportement à l’égard de la coutume de l’inceste royal ? On l’ignore également, mais on sait que l’un de ses successeurs, D. Diogo (1545-1561), demandait à l’Église d’entériner par une dispense son mariage avec une parente proche24. Nous savons, par ailleurs, que l’inceste royal était toujours pratiqué au Congo au xviie siècle25. Sur ce point, la christianisation semble n’avoir rien changé.

  • 26 M.M.A., vol. I, pp. 296-298.

19Nul document ne nous est parvenu pour nous expliquer comment D. Afonso « évangélisait et convertissait » son peuple, comme l’indique João de Barros. Dans une lettre datée du 5 octobre 1514, D. Afonso souhaite qu’on lui envoie « quelques bombardes et des fusils » pour pouvoir brûler « une grande maison d’idoles [fétiches]... car si on la brûlait sans l’aide des chrétiens [portugais] » il y aurait une révolte où il pourrait risquer sa vie. Comme les armes n’étaient pas arrivées, il dut brûler les idoles « le plus secrètement possible »26. C’est une preuve que le courant traditionaliste hostile à la nouvelle religion était encore loin d’être endigué.

  • 27 Ibid., vol. I, p. 300 (lettre du 5-10-1514).

20Son programme d’enseignement consistait à faire construire une grande enceinte de pieux et d’épines, où il enfermait 400 jeunes gens, enfants de la cour et des nobles, pour éviter qu’ils « ne sautent dehors et prennent la fuite ». Leur instruction est confiée à des prêtres portugais, logés dans une enceinte contiguë ; mais les quatre prêtres ne restèrent que « trois ou quatre jours », et deux demandèrent à rentrer aussitôt en métropole27. Serait-ce parce qu’ils ne parvenaient pas à imposer une discipline ?

  • 28 Ibid., vol. I, p. 356 (lettre de 1516).
  • 29 Ibid., vol. I, p. 533.
  • 30 Damião de Gois, Chronica do Felicissimo Rei Don Manuel, Pt. I, chap. LXXVI, Lisbonne, 1556 (trad. (...)
  • 31 Il retourna au Congo en 1521, mais mourut probablement avant 1534 (cf. Biographie Coloniale Belge, (...)
  • 32 Cf., ibid.

21Au Portugal, l’éducation des Congolais ne va pas non plus sans mal. Le 27 mai 1517, D. Afonso écrit au roi de Portugal pour répondre à une lettre de ce dernier, où il lui faisait savoir que les jeunes parents qu’il avait envoyés se faire instruire ne faisaient aucun progrès et qu’il ne fallait pas en envoyer d’autres. D. Afonso se déclare très peiné et recommande qu’ils soient « sévèrement châtiés ». Ce serait pour lui « une très grande honte » qu’ils n’aient plus la possibilité d’aller s’instruire au Portugal. Il répète « qu’ils doivent être châtiés et corrigés, car c’est par le travail qu’on atteint le royaume des cieux ». Il demande qu’ils soient dispersés à travers le Portugal, pour qu’ils ne restent pas ensemble28. La cour de Lisbonne semble s’être laissée quelque peu fléchir par cette plaidoirie, car le roi D. João III écrira en 1529 qu’il acceptera jusqu’à douze jeunes Congolais, dont il assurera l’instruction29. L’historien contemporain Damião de Gois rapporte que les étudiants congolais finirent par donner des preuves d’assiduité, car « beaucoup sortirent lettrés [des couvents et des maisons de personnes savantes et pieuses chargées de leur instruction] et tels que, par la suite, ils firent un travail très fructueux dans leur pays, y prêchant la foi catholique »30. Cela est vrai au moins de l’un d’entre eux, Henrique, un des fils de D. Afonso, qui fut sacré évêque à Rome en 151831. Un autre fils resta à Lisbonne et devint professeur d’humanités32.

  • 33 M.M.A., vol. I, p. 533.
  • 34 Ibid., vol. I, p. 362 (lettre de Rui d’Aguiar au roi D. Manuel, du 25-5-1516).

22Au Congo même, l’enthousiasme pour l’instruction ne faisait pas défaut. Le roi portugais D. Manuel écrira à D. Afonso, vers 1529, qu’on « lui vantait beaucoup la manière dont on enseignait dans les écoles, de nuit et de jour », mais il recommande des classes moins nombreuses, pour que l’enseignement soit meilleur33. Que sait-on au juste de ces écoles au Congo ? Assez peu de choses en fait. Selon Rui de Aguiar (1516), « de nombreux Congolais christianisés s’étaient répandus à travers le royaume pour y fonder des écoles, où ils enseignaient la sainte foi au peuple » ; une des sœurs de D. Afonso, une femme d’une soixantaine d’années et « qui sait très bien lire », était professeur dans une école de jeunes filles34.

  • 35 Ibid., vol. I, p. 310 (lettre de D. Afonso, du 5-10-1516). Les autres Portugais tentèrent sans suc (...)
  • 36 Ibid., vol. I, p. 356 (lettre du 4-3-1516).
  • 37 Damião de Gois (1556), in M.M.A., vol. I, p. 374.
  • 38 Ibid., loc. cit.

23Jusqu’à quel point D. Afonso était-il vraiment lettré ? On sait qu’il lut les instructions données en 1512 à l’ambassadeur Simão da Silva (qui mourut en arrivant au Congo)35. Par les soins de cet ambassadeur, il reçut du roi de Portugal le code des lois portugaises (Ordenações Manuelinas) en cinq volumes, qu’il avait demandé36. Damião de Gois raconte qu’il a su par un Portugais, Balthasar de Castro, rentrant du Congo, que D. Afonso « les avait tous lus »37. Castro rapporta même une boutade du roi qui, ayant trouvé ces lois beaucoup trop complexes pour être appliquées au Congo, lui avait demandé : « Castro, quelle peine inflige-t-on, au Portugal, à celui qui pose les pieds par terre ? »38.

24L’érudition de D. Afonso est évoquée, sans doute avec trop de lyrisme, par Rui d’Aguiar dans une lettre du 25 mai 1516 au roi de Portugal, D. Manuel :

  • 39 M.M.A., vol. I, p. 361 (lettre de Rui d’Aguiar, au roi D. Manuel, du 25 mai 1516).

25« Quant à ses qualités de chrétien, sachez qu’il me semble, d’après la façon dont il parle, que ce n’est pas un homme, mais plutôt un ange, que le Seigneur a envoyé dans ce royaume [le Congo] pour le convertir ; car je vous assure que c’est lui qui nous instruit, et qu’il connaît mieux que nous autres les Prophètes, et l’Évangile de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et toutes les vies des Saints et toutes les choses de notre Sainte Mère l’Église [...] car il ne fait rien d’autre qu’étudier, et il lui arrive maintes fois de s’endormir sur ses livres, et souvent il oublie de manger et de boire pour parler des choses de Notre-Seigneur »39.

  • 40 M.M.A., vol. I, p. 235. Instructions à Simão da Silva (1512).
  • 41 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 302.
  • 42 Ibid., p. 303.
  • 43 Ibid., loc. cit.
  • 44 Ibid., p. 304.
  • 45 M.M.A., vol. I, pp. 244-246. Les titres de duc, comte, etc., ne deviendront d’usage courant que ve (...)

26Sous l’influence des Portugais40, la cour de São Salvador devint une imitation de la cour royale portugaise. Les membres du corps administratif prirent des titres comme mordomo (majordome)41, trinchante (écuyer chargé de découper les viandes)42, copeiro (échanson)43, camareiro (chambellan) 44 ; quant à la caste dirigeante, elle s’adjugera les titres de « comte », de « duc » et de « marquis », les provinces deviendront « comtés » et « marquisats »45.

  • 46 Ibid., vol. I, pp. 270-271.

27En 1513, encouragé par le roi de Portugal, D. Afonso prête serment d’obédience au pape, en qualité de prince chrétien46. Cet acte, qui établissait un lien direct entre São Salvador et le Saint Siège, vaudra au Congo, comme nous le verrons plus loin, une protection précieuse lorsque les conquistadores portugais, installés à Luanda en Angola chercheront, à partir de 1571, à étendre leur hégémonie à ce royaume.

  • 47 Ibid., vol. I, pp. 233-234 (Regimento de Simão da Silva). Il en recevra un.
  • 48 Ibid., vol. I, p. 523. Un chirurgien, un médecin et des médicaments lui avaient déjà été envoyés e (...)
  • 49 Ibid., vol. I, p. 523. Un chirurgien, un médecin et des médicaments lui avaient déjà été envoyés e (...)
  • 50 Ibid., vol. I, p. 338 (lettre du 31-5-1515).
  • 51 Ibid., vol. I, pp. 233-234 (Regimento de Simão da Silva, 1512). On ignore ce qu’étaient devenus le (...)
  • 52 Ibid., vol. I, pp. 306-316 (lettre du 5-10-1514).
  • 53 Ibid., vol. I, pp. 476-477 (lettre du 25-8-1526).

28Outre l’envoi de missionnaires, D. Afonso sollicite des rois de Portugal, dans ses lettres, une aide technique : un conseiller juridique, qui l’aiderait à introduire chez lui le système portugais de l’administration de la justice47, des médecins, des pharmaciens et des médicaments48 (qu’il obtiendra)49, enfin des artisans pour construire une école50. On lui avait déjà envoyé du Portugal (1512)51 des maçons, pour lui construire une demeure en pierre, un tuilier et un cordonnier, mais il se plaint qu’aucun d’eux n’ait jamais rien fait : les maçons s’étaient mis à acheter des esclaves, le tuilier « n’avait jamais voulu fabriquer de tuiles ni de briques », et le cordonnier, à qui il avait donné vingt peaux de chèvres, vingt de moutons et vingt d’autres bêtes, n’avait pas su ou voulu les utiliser52. De l’équipage d’un bateau français, capturé par les Portugais jaloux de leur monopole du commerce dans ces parages, D. Afonso avait pu récupérer un charpentier et un pilote « bon grammairien, qui pourrait instruire les membres de sa famille »53. L’incompétence des artisans portugais n’est pas expliquée, on ne peut guère l’attribuer qu’aux difficultés auxquelles se heurtait l’exercice d’un métier spécialisé dans un milieu social étranger.

29Les lettres de D. Afonso révèlent les déceptions d’un homme, qui avait donné toute son adhésion à la civilisation européenne, qui croyait encore à la bonne foi et à la générosité de son « frère » – c’est le mot qu’il emploie pour s’adresser au roi de Portugal –, mais qui se trouvait profondément surpris et peiné par le comportement intéressé, désinvolte, voire insolent, des Portugais résidant au Congo.

  • 54 Cf. la lettre de D. Afonso au pape, de 1512 (cf. M.M.A., vol. I, p. 272), où les ternies employés (...)
  • 55 L’historien de l’Angola, António de Oliveira de Cadornega, est un bel exemple de cette mentalité ( (...)

30La célèbre image d’une entente idyllique entre les deux royaumes, le Portugal et le Congo, dont parlent certains auteurs, n’a jamais existé, en fait, que dans le pieux projet du roi de Portugal D. João II (1495-1521), qui voulait se targuer devant le pape d’avoir fait rentrer dans la bergerie chrétienne un troupeau égaré54. Les notions confuses de la géographie de l’Afrique, qui avaient cours à la fin du xve siècle en Europe, induisaient les Portugais à considérer le Congo comme une marche distante du royaume du Prêtre Jean. Si les Congolais semblaient ignorer le nom du Christ, c’était sans doute parce que l’Evangile avait été oublié par certains peuples très éloignés des foyers de la civilisation. Lorsque plus tard (au xvie siècle) on s’aperçut que le christianisme ne s’était jamais diffusé nulle part en Afrique bantoue (ni d’ailleurs en Amérique) les Congolais, bien qu’officiellement « convertis », furent relégués par les Portugais (mais non pas par Rome), avec tous les autres Noirs, dans la catégorie de gentios (païens), terme qui sera à tel point opposé à l’idée de civilisation européenne que la phrase des Chansons de Geste « Chrétiens unt dreit e païens unt tort » retrouvera tout son sens, les chrétiens étant en l’occurrence uniquement les Portugais de Luanda55.

  • 56 João de Barros, Déc. I, lib. III, cap. xii.
  • 57 M.M.A., vol. II, p. 518 (texte de 1563).

31A travers le xvie siècle, l’image des Congolais présentés comme « des âmes élevées dans l’innocence de leurs premiers parents [Adam et Ève] qui, par la Foi et le Baptême mettent avec douceur et obéissance leur nuque sous le joug évangélique »56, fera place à celle que donnent des Noirs les jésuites : « ... bien que dociles, ils ont besoin de se soumettre à une autorité pour être bien convertis, car sans sujétion, ni eux, ni aucun autre peuple barbare, pour si bien disposé qu’il soit, ne pourra garder la foi : on le voit bien au Congo, où le christianisme a si mal tourné »57.

  • 58 Ibid., vol. II, p. 101 (lettre du 4-12-1540).

32D. Afonso se rendit compte qu’à Lisbonne on l’avait oublié, et qu’à la cour ses affaires étaient « en sommeil » (em calmaria)58.

  • 59 Ibid., vol. II, p. 105 (lettre du 17-12-1540).
  • 60 Ibid., vol. II, pp. 76-77.
  • 61 Ibid., vol. II, p. 104.

33Quelques semaines plus tard, il écrira que certains Portugais résidant dans le pays avaient tenté de l’assassiner dans l’église, alors qu’il entendait la messe, « ... uniquement pour que je meure et qu’ils puissent imposer un roi de leur choix »59. A l’automne de sa vie, D. Afonso vit s’installer la méfiance entre les Portugais de son royaume et lui-même, sans perdre pour autant ni sa foi chrétienne, ni sa confiance en son « frère » de Lisbonne. Il faisait retenir la correspondance portugaise destinée à la métropole, afin d’éviter toute chaîne parallèle au courrier royal60. Ses ennemis, de leur côté, s’employaient à empêcher ses lettres de parvenir à Lisbonne61.

  • 62 Pour la date de la mort de D. Afonso, cf. la lettre de D. Manuel à son frère, M.M.A., vol. II, pp. (...)

34D. Afonso mourra en 1543, et il ne semble pas que les textes de l’époque aient mentionné l’événement, du moins n’y trouve-t-on pas la moindre allusion62.

Notes

1 P.M., p. 175 (document de 1624) ; João de Burros l’appelle Panso Aquitima (Mpanzu a Kitima), (cf. João de Barros, Décadas, Déc. I, lib. III, cap. x).

2 M.M.A., vol. I, p. 267 (lettre de D. Afonso aux grands du royaume, 1512).

3 Nous écartons la version de Pigafetta (lib. II, cap. iii), qui nous semble suspecte. Selon lui, D. Afonso, usant de son « droit » de primogéniture, serait monté sur le trône normalement, et ce ne fut que par la suite que son frère païen contesta ce droit.

4 M.M.A., vol. I, p. 262 (doc. de 1512). D’autres documents parlent de 37 (cf. M.M.A., vol. I, p. 267 ; P.M., p. 175 ; João de Barros, Déc. I, lib. III, cap. x).

5 M.M.A., vol. I, pp. 263 et 268 (documents de 1512).

6 Cf. Bernardo da Gallo (1717), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 472.

7 Pigafetta, lib. II, cap. iii.

8 « Et nous écrivons ceci avec [l’aide d’]un de nos Jeunes hommes de l’école, parce que nous n’osons faire appel à aucun des hommes [blancs ?] qui sont ici, car aucun des plus instruits n’est sans reproche » (cf. M.M.A., vol. I, p. 322).

9 M.M.A., vol. I, pp. 298-299, lettre de D. Afonso au roi D. Manuel, 5 octobre 1514. La dernière phrase s’enchaîne aux autres sans aucune ponctuation.

10 Cf. infra, chap. xv, g 6.

11 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 201.

12 Tout ceci est confirmé par Pigafetta, lib. II, cap. iii.

13 J. Cuvelier, op. cit., p. 120, reprenant une tradition orale.

14 J. Ibid., op. cit., pp. 120-121.

15 Cf. Giuseppe Monari da Modena (1711-1721), in Evaristo Gatti, Sulle Terre e sui Mari, Parme, 1931, p. 130 ; Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Anto-niens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 471 ; P. Cherubino da Savona (1775), in L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV (1963), p. 460 ; Le roi du Congo, Garcia V, lettre du 26-11-1813, in L. Jadin, « Recherches sur les archives d’Angola », in Bull, des Séances de l’A.R.S.C, t. II, fasc. 6 (1956), pp. 961-968.

16 G. Balandier, La Vie quotidienne au Royaume du Congo du xvie au xviiie siècle, Paris, 1965, p. 271, note 14.

17 Pigafetta, lib. II, cap. ii.

18 Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull, de l’Inst. Hist. Belge, fasc. XXXIII (1961), p. 469.

19 Cf. Biographie coloniale belge, t. II, à « Afonso I ».

20 João de Barros, Décadas, Déc. I, LIb. III, cap. x.

21 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 315, note 55.

22 João de Barros, Déc. I, lib. III, cap. x.

23 M.M.A., vol. I, p. 533 (lettre de D. João III de Portugal, de c. 1529).

24 M.M.A., vol. II, p. 326 (texte de 1553).

25 M.M.A., vol. VI, p. 375 (lettre de Manuel Baptista, du 7-4-1619).

26 M.M.A., vol. I, pp. 296-298.

27 Ibid., vol. I, p. 300 (lettre du 5-10-1514).

28 Ibid., vol. I, p. 356 (lettre de 1516).

29 Ibid., vol. I, p. 533.

30 Damião de Gois, Chronica do Felicissimo Rei Don Manuel, Pt. I, chap. LXXVI, Lisbonne, 1556 (trad. franç, de Willy Bal, Le Royaume du Congo aux xv et xvie siècles, Bruxelles, 1963, p. 56.

31 Il retourna au Congo en 1521, mais mourut probablement avant 1534 (cf. Biographie Coloniale Belge, t. II, à « Henrique »).

32 Cf., ibid.

33 M.M.A., vol. I, p. 533.

34 Ibid., vol. I, p. 362 (lettre de Rui d’Aguiar au roi D. Manuel, du 25-5-1516).

35 Ibid., vol. I, p. 310 (lettre de D. Afonso, du 5-10-1516). Les autres Portugais tentèrent sans succès de l’en empêcher, craignant qu’il n’en fût fâché.

36 Ibid., vol. I, p. 356 (lettre du 4-3-1516).

37 Damião de Gois (1556), in M.M.A., vol. I, p. 374.

38 Ibid., loc. cit.

39 M.M.A., vol. I, p. 361 (lettre de Rui d’Aguiar, au roi D. Manuel, du 25 mai 1516).

40 M.M.A., vol. I, p. 235. Instructions à Simão da Silva (1512).

41 J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 302.

42 Ibid., p. 303.

43 Ibid., loc. cit.

44 Ibid., p. 304.

45 M.M.A., vol. I, pp. 244-246. Les titres de duc, comte, etc., ne deviendront d’usage courant que vers la fin du xvie siècle (cf. J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, pp. 186 et 195).

46 Ibid., vol. I, pp. 270-271.

47 Ibid., vol. I, pp. 233-234 (Regimento de Simão da Silva). Il en recevra un.

48 Ibid., vol. I, p. 523. Un chirurgien, un médecin et des médicaments lui avaient déjà été envoyés en 1512 (cf. M.M.A., vol. I, p. 253).

49 Ibid., vol. I, p. 523. Un chirurgien, un médecin et des médicaments lui avaient déjà été envoyés en 1512 (cf. M.M.A., vol. I, p. 253).

50 Ibid., vol. I, p. 338 (lettre du 31-5-1515).

51 Ibid., vol. I, pp. 233-234 (Regimento de Simão da Silva, 1512). On ignore ce qu’étaient devenus les artisans envoyés à son père D. João I.

52 Ibid., vol. I, pp. 306-316 (lettre du 5-10-1514).

53 Ibid., vol. I, pp. 476-477 (lettre du 25-8-1526).

54 Cf. la lettre de D. Afonso au pape, de 1512 (cf. M.M.A., vol. I, p. 272), où les ternies employés pour faire l’éloge des monarques portugais font douter de la spontanéité de l’inspiration de l’auteur. Il y est question des « grosses dépenses, des efforts et des peines pour envoyer des religieux au Congo ».

55 L’historien de l’Angola, António de Oliveira de Cadornega, est un bel exemple de cette mentalité (1680).

56 João de Barros, Déc. I, lib. III, cap. xii.

57 M.M.A., vol. II, p. 518 (texte de 1563).

58 Ibid., vol. II, p. 101 (lettre du 4-12-1540).

59 Ibid., vol. II, p. 105 (lettre du 17-12-1540).

60 Ibid., vol. II, pp. 76-77.

61 Ibid., vol. II, p. 104.

62 Pour la date de la mort de D. Afonso, cf. la lettre de D. Manuel à son frère, M.M.A., vol. II, pp. 120-124 (1543).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search