Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Première partie. Les fondements africains originels

Chapitre VI. Technologie et culture matérielle

Texte intégral

1. LE FER

  • 1 Cf. J. D. Clark, Prehistoric Cultures of North East Angola and their significance in Tropical Afri (...)

1On ignore à quelle époque le Bas-Congo a connu le fer, mais il est probable que ce fut dans les 500 premières années de notre ère. Dans la région de Dundo, dans le nord-est de l’Angola actuel, le carbone 14 a permis de situer le début de l’age du fer au premier siècle ap. J.-C.1.

  • 2 Francesco Maria Gioia, La Meravigliosa Conversione della regina Singa [sic], Naples, 1669, p. 136.
  • 3 Les dates proposées par G. A. Wainwright pour l’introduction du fer dans le Bas-Congo sont fondées (...)

2Il n’est guère vraisemblable que ce fut, comme certains l’ont prétendu, Lukéni et la conquête bakongo qui introduisirent le fer au sud du fleuve. La tradition orale de la généalogie des rois d’Angola, recueillie par Francesco Maria Gioia, rapporte que le fondateur de la dynastie était forgeron2. On est donc en droit de supposer que les Ambundu connaissaient le fer avant la conquête bakongo3.

  • 4 Cavazzi, lib. I, § 338.

3Peu de renseignements nous sont parvenus sur les méthodes employées par les Congolais pour réduire le minerai. Cavazzi (1654-1677) affirme qu’ils mettaient simplement la terre ferrugineuse « sur des braises »4. Mais on avait dit à Jeannest (1868) qu’à Bembe on se servait :

  • 5 Charles Jeannest, Quatre Années au Congo, Paris, 1883, p. 154. La description de Jeannest ne perme (...)

4« d’une longue cheminée en terre dans laquelle on empile le charbon de bois et du [minerai de] fer. Au bas se trouvent quatre orifices perpendiculaires, deux à deux, auxquels sont adaptés des soufflets en peau de chèvre. Entre ces quatre soufflets sont percés quatre autres trous par lesquels on recueille le fer en fusion »5.

5Pour travailler le fer, le forgeron congolais utilisait en guise de marteau,

  • 6 Sur les formes des soufflets et des fourneaux en Afrique (avec illustrations), cf. J. Bacellar Beb (...)
  • 7 Cf. J. Cuvelier, Relations sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 140 ; et aussi Ga (...)

6« un fer massif et gros de façon à remplir la main. Sa forme ressemblait presque à celle d’un clou ; l’enclume est une pièce de fer d’environ dix livres, placée à terre comme un morceau de bois. Sur cela, ils forgent ce qu’ils fabriquent. Le soufflet de forge est formé de certains morceaux de bois creux sur lesquels on a étendu une peau6. Ils soulèvent et abaissent cette peau avec la main et donnent ainsi du vent au feu ; cela leur réussit très bien et sans peine. Avec ces trois instruments ils font tout »7.

  • 8 Cf. Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116 ; Cavazzi, lib. I, g 338 et António Barro (...)

7Les Congolais semblent avoir ignoré la trempe8.

2. LE CUIVRE

  • 9 Cf. Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), éd. de l’Acad. Hist. Port., Lisbonn (...)

8La métallurgie du cuivre est attestée au Congo dès c. 15089, mais on ignore à quelle époque fut introduit l’art de travailler ce métal.

  • 10 R. L. Wannyn, L’Art ancien du Métal au Bas-Congo, Champles (Belgique), 1961, p. 48 ; cf. aussi K. (...)

9Selon R. Wannyn, les Congolais connaissaient la technique dite « de la cire perdue » pour couler des objets en cuivre10.

  • 11 Cf. Andrew Battell, in E. G Ravenstein, The Strange Adventures..., pp. 43-50 ; et aussi M.M.A., vo (...)

10On trouve des mines de cuivre indigènes à deux endroits dans l’ancien Congo : sur la rive droite du fleuve, à Mindouli (envron 100 km à l’ouest de Brazzaville), et sur la rive gauche à Bembe (quelque 70 km au sud de São Salvador). On vendait le cuivre de Mindouli aux Européens (Portugais et Hollandais) à Loango dès le début du xviie siècle11.

11Voici comment Dapper (1668) décrit ce commerce :

  • 12 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 328 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 532).

12« Au mois de Septembre, une troupe de forgerons part pour Sundi [la province de Nsundi] et étant arrivez vers les montagnes où sont les mines de cuivre, y font travailler leurs esclaves. Ils fondent et purifient ce cuivre sur les lieux ; mais comme ils n’ont pas l’adresse de séparer les différents métaux, qui se mêlent quelquefois dans les entrailles de la terre, cela est cause que ce cuivre n’est pas fort pur [...] Ces forgerons retournent au mois de mai, apportant outre le cuivre quelques dents d’éléphant »12.

  • 13 P.M., p. 68 (texte de 1526).
  • 14 Sur les mines de cuivre de Bembe, cf. Fernando Mouta, « As Minas de Cobre do Congo », in Actividad (...)

13Dès 1536, on parle des mines de Bembe, encore qu’elles ne soient pas localisées avec précision par l’auteur du texte13. Elles feront l’objet de la convoitise des Européens de Luanda, qui tenteront à plusieurs reprises de s’en assurer l’exploitation, mais seront obstinément repoussés par les Congolais. Les litiges qu’elles suscitèrent devaient finalement conduire à la guerre et à l’écrasement du royaume du Congo par les Conquistadores de l’Angola. Les Européens ne réussiront toutefois à exploiter les mines que jusqu’en 185714.

3. LE TISSAGE

  • 15 Cavazzi, lib. I, § 340.
  • 16 J. Cuvelier, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 56. Sur le tissage de (...)

14Le métier à tisser congolais ne comportait ni ensouple, ni peigne, ni navette (discono). Le tisserand plantait en terre deux montants parallèles réunis par une traverse. Avec ce simple appareil, il tissait « des petits pagnes [de raphia] »15. Ils étaient si fins « qu’ils n’ont rien à envier à la soie », dit Laurent de Lucques (1700-1717) 16.

  • 17 Il est d’ailleurs attesté sur le plateau rhodésien vers 1514-1516 (cf. E. Axelson, South East Afri (...)
  • 18 M.M.A., vol. III, p. 248.
  • 19 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’oprès les archives romaines, p. 117.
  • 20 Fr. Raphael Castello de Vide, « Relação da Viagem que fizeram os padres missionários... (1780) », (...)
  • 21 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, Londres, 1914, p. 92.

15Le tissage du coton, s’il était moins répandu au Congo qu’en Angola, semble avoir été connu avant l’arrivée des Européens17. Un témoin de 1583 affirme que les Ambundu d’Angola savaient si bien tisser le coton « que cela paraissait tissu de Portugal »18. Un autre, de la fin du xvie siècle, parlant du Congo, affirme qu’« il y a des arbres qui produisent le coton. On ne l’emploie que très peu »19. En 1780, le missionnaire Castello de Vide a vu le coton filé à Mussul, à la frontière entre le Congo et l’Angola, près de Launda20. Et vers 1878, Weeks rapporte que les Noirs de São Salvador tissent et filent le coton21.

4. LA POTERIE

  • 22 Cavazzi, lib. I, § 341.
  • 23 Id., loc. cit. Un texte de la fin du xvie siècle affirme que « les ustensiles en terre ont été cui (...)
  • 24 Cf. Annales du Musée du Congo, Bruxelles (1907), t. II, fasc. I, p. 49.

16Le tour et le four étaient inconnus du potier congolais du xviie siècle22. Pour la cuisson, il entourait ses pots de paille, et y mettait le feu23. De nos jours, l’emploi du tour et du four est bien attesté au Congo, mais il n’est pas courant24.

5. LES ARMES

  • 25 Cavazzi, lib. I, § 319. Les épées et les machettes (scimittare), mentionnées par Cavazzi, sont d’i (...)
  • 26 Ces haches sont décrites par Cavazzi, lib. I, § 338. On a trouvé des haches crescenti-formes analo (...)
  • 27 Cavazzi, lib. I, § 319. Sur les armes des Congolais, cf. aussi M.M.A., vol. VI, p. 378 (texte de 1 (...)

17Comme armes, les Congolais employaient des arcs, des flèches, des lances, des sagaies, des haches et des couteaux (coltelli)25. Leur arc avait 5 ou 6 empans de long (1,14 à 1,37 m) et une corde de cuir de bêtes sauvages ou de boyaux. Le manche de la lance était de bois ou de canne lourde, la pointe en fer et empoisonnée. Les couteaux (réservés aux « nobles ») avaient 3 empans (68 cm) de long et étaient également empoisonnés. Quant à la sagaie, Cavazzi la compare à la pertuisane (partiggiana). La hache était en forme de demi-lune pointue, le manche étant adapté au milieu26. Un grand boucher, de peau très dure, protégeait tout le corps27.

6. LES OUTILS

  • 28 Ibid., lib. I. § 294, et lib. I, § 339. Cavazzi décrit ainsi l’herminette : « un pezzo di ferro in (...)

18Les Congolais ne connaissaient, en fait d’outils, que la houe et une sorte d’herminette pour couper le bois28.

7. LES HABITATIONS

  • 29 Ibid., lib. I. § 275.
  • 30 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 120 (texte de la fin du (...)
  • 31 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 114.
  • 32 Cavazzi, lib. I, § 275.
  • 33 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, op. cit., loc. cit.

19Les maisons congolaises étaient, selon Cavazzi, de forme carrée (circulaire en Angola) 29 ; les Noirs « les construisaient facilement avec des pieux et des herbes »30. La toiture était soit en chaume31, soit en feuilles de palmier32. Elles étaient ornées de nattes peintes à l’intérieur, « avaient belle apparence » et se révélaient « relativement confortables »33.

8. LE MOBILIER

  • 34 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 114. Cavazzi dit qu’on dormait simplement sur des (...)
  • 35 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 120 (texte de la fin du (...)
  • 36 Ibid., p. 132.

20Le lit congolais était « fait de pieux et de branches entrelacées, placé à une palme et demie du sol ; sur ce lit, on mettait une natte si finement tissée qu’elle semblait non pas une natte mais un tapis »34. Il n’y avait guère d’autres meubles : « une paire de calebasses pour le vin de palme, un vase pour cuire les aliments et un pot de terre [...] façonné et orné de dessins »35. Le roi était à peine mieux loti, son mobilier n’était « pas beaucoup plus important que celui des autres noirs »36.

9. L’HABILLEMENT

21Pigafetta (1587) décrit très minutieusement l’habillement des Congolais avant l’apparition des tissus européens :

  • 37 Il s’agit du serval ou du guépard, ou peut-être du chat doré, felis auratus (note de Willy Bal).

22« Anciennement, le roi et ses courtisans s’habillaient d’étoffes faites de palmes, [...] ils s’en couvraient le bas du corps en les retenant par une ceinture tissée de la même manière et finement travaillée ; par devant, comme ornements, leur pendaient à la façon d’un tablier des peaux de petits tigres37, de civettes, de zibelines, de martres et d’animaux semblables, auxquelles on laissait la forme de la tête. Pour un faste plus grand, ils jetaient, sur la chair nue des épaules, une sorte de rochet de forme ronde, [...] qui descendait plus bas que les genoux et qui était, à la façon d’un filet, de fins tissus de palme ; les mailles en étaient bordées de houppes effrangées d’un effet très gracieux. Ils rejetaient ce rochet sur l’épaule, ils portaient une queue de zèbre attachée à une manche pour la beauté et selon une très ancienne coutume de ces régions.

23Ils se coiffaient d’un petit bonnet, carré par le haut, de couleur rouge et jaune, qui leur couvrait le sommet de la tête et qui était un ornement plutôt qu’une défense contre l’air et le soleil. La plupart allaient nu-pieds, mais le roi et quelques grands portaient des chaussures à l’antique, comme on en voit aux statues romaines, et qui étaient faites de la même matière tirée des palmes.

24Les pauvres et les gens du commun s’habillaient, depuis la ceinture, de la façon décrite, mais au moyen d’étoffes plus grossières, le haut du corps restant nu.

  • 38 Pigafetta, lib. II, cap. vii (pp. 118-119 de la trad. franç. de Willy Bal, 2e éd. revue, 1965).

25Les femmes se couvrent le bas du corps de trois bandes d’étoffe, l’une longue, descendant jusqu’aux talons, la seconde plus courte et la troisième plus courte encore et bordée de franges, chacune d’elles étant drapée en largeur et s’ouvrant à l’avant. Elles se couvrent la poitrine d’un corsage qui descend jusqu’à la ceinture. Ces vêtements sont faits des mêmes tissus de palme, ainsi que la cape qu’elles portent sur les épaules. Elles circulent le visage découvert et coiffées d’un bonnet semblable à celui des hommes. Les femmes de condition moyenne s’habillent aussi de cette façon, mais emploient des étoffes plus grossières. Quant aux esclaves et aux femmes du bas peuple, elles se couvrent seulement le bas du corps, le reste étant nu »38.

10. LES INSTRUMENTS DE MUSIQUE

  • 39 Cavazzi, lib. I, g 332 ; L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull. de l’Inst (...)

26Comme instruments de musique, les Congolais avaient des tambours, des trompettes en bois et en ivoire, des cordophones, des clochettes et des xylophones39.

  • 40 Cavazzi, lib. I, § 332.
  • 41 Ibid., loc. cit.
  • 42 M.M.A., vol. II, p. 528.
  • 43 Antonio Franco, Imagem da Virtude..., Evora, 1719, t. II, pp. 465-468.
  • 44 Garcia Simões, in M.M.A., vol. II, p. 139.
  • 45 Cf. J. Cuvelier, Relation..., p. 133. Illustré par R. L. Wannyn, L’Art ancien du métal au Bas-Cong (...)

27Les clochettes étaient appelées longa et on les frappait avec un bâtonnet de bois40 ; leur fabrication exigeait du sang humain41. On fait souvent allusion à ces instruments en Angola42, où l’on en trouvait, selon Franco, en cuivre43. Une variante de la clochette est le double gong, décrit par un missionnaire en Angola en 157544, et par Laurent de Lucques au Congo en 1700-1717 (en bois) 45.

  • 46 J. Kunst, « The Origin of the Kemanak », in Bijdragen tot de Taal-Land-en Volken-kunde (1960), vol (...)
  • 47 Rui de Pina, Croniqua del Rey Dom Joham II, cap. lx.

28La clochette serait-elle d’origine indonésienne, comme le pense J. Kunst46 ? Bien que le roi de Portugal ait envoyé en cadeau au roi du Congo, en 1491, « de grandes clochettes »47, nous ne pensons pas que le double gong ou la clochette aient été introduits par les Européens. Toutefois, les preuves qu’avance J. Kunst à l’appui de sa thèse nous paraissent trop ténues pour être acceptées sans réticences.

  • 48 Cf. Olga Boone, « Les Xylophones du Congo Belge », in Annales du Musée Royal du Congo Belge, Tervu (...)
  • 49 Rev. A. M. Jones, Africa and Indonesia, the evidence of the Xylophone and other Musical and Cultur (...)
  • 50 Cf. les comptes rendus du livre de Jones par Mantle Hood dans Man (1965) et par E. L. Heins, « Ind (...)

29Quant au xylophone48, on a voulu lui attribuer une origine indonésienne49, mais la question fait toujours l’objet de controverses50.

Notes

1 Cf. J. D. Clark, Prehistoric Cultures of North East Angola and their significance in Tropical Africa, Subsidios para a História, Arqueologia e Etnografia dos Povos da Lunda, Publicações Culturais n° 2 da Companhia de Diamantes de Angola, Lisbonne, 1963, p. 18a.

2 Francesco Maria Gioia, La Meravigliosa Conversione della regina Singa [sic], Naples, 1669, p. 136.

3 Les dates proposées par G. A. Wainwright pour l’introduction du fer dans le Bas-Congo sont fondées sur des interprétations erronées de traditions orales rapportées par Cavazzi (cf. G. A. Wainwright, « The Coming of Iron to some African peoples », in Man, n° 61, 1942).

4 Cavazzi, lib. I, § 338.

5 Charles Jeannest, Quatre Années au Congo, Paris, 1883, p. 154. La description de Jeannest ne permet pas de savoir si le fourneau bakongo avait la forme d’un tronc de femme, comme ceux du Haut-Zambèze (Angola) et de Rhodésie ; (cf. J. Redinha, Campanha Etnográfica ao Alto Tschiboco (Alto Tschicapa), Publicações Culturais da Companhia de Diamantes de Angola, n° 19, Lisbonne, 1953, p. 140 (gravure), et Th. Bent, The Ruined Cities of Mashonaland, Londres, 1893, p. 308 (gravure).

6 Sur les formes des soufflets et des fourneaux en Afrique (avec illustrations), cf. J. Bacellar Bebiano, Notas sobre a siderurgia dos indigenas de Angola et de outras regiões africanas, Publicações Culturais da Companhia de Diamantes de Angola, n° 50, Lisbonne, 1960.

7 Cf. J. Cuvelier, Relations sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 140 ; et aussi Gavazzi, lib. I, § 338. Selon lui, l’enclume était une simple pierre.

8 Cf. Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116 ; Cavazzi, lib. I, g 338 et António Barroso (1889), in A. Brasio, António Barroso, Missionário, Cientista, Missiólogo, Lisbonne, 1961, p. 122. Les Baganda aussi, cf. J. Roscoe, The Baganda, Londres, 1911, p. 383.

9 Cf. Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508), éd. de l’Acad. Hist. Port., Lisbonne, 1954, p. 171 (« Il y a pas mal de cuivre excellent »).

10 R. L. Wannyn, L’Art ancien du Métal au Bas-Congo, Champles (Belgique), 1961, p. 48 ; cf. aussi K. Laman, The Kongo, t. I, p. 124. Au lieu de la cire, un morceau de plantain.

11 Cf. Andrew Battell, in E. G Ravenstein, The Strange Adventures..., pp. 43-50 ; et aussi M.M.A., vol. VIII, p. 93 (texte de 1631).

12 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 328 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 532).

13 P.M., p. 68 (texte de 1526).

14 Sur les mines de cuivre de Bembe, cf. Fernando Mouta, « As Minas de Cobre do Congo », in Actividade Económica, n° 3, Ano I (1936), pp. 9-15. Il existe d’autres gisements de cuivre dans la sierra de Canda et à Qulbocolo, entre Bembe et Maquela do Zombo.

15 Cavazzi, lib. I, § 340.

16 J. Cuvelier, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 56. Sur le tissage de raphia au Congo, cf. Hélène Loir, Le Tissage de raphia au Congo Belge, Tervuren, 1935.

17 Il est d’ailleurs attesté sur le plateau rhodésien vers 1514-1516 (cf. E. Axelson, South East Africa, 1488-1530, Londres, 1940, p. 278).

18 M.M.A., vol. III, p. 248.

19 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’oprès les archives romaines, p. 117.

20 Fr. Raphael Castello de Vide, « Relação da Viagem que fizeram os padres missionários... (1780) », in Annaes do Conselho Ultramarino (parte não oficial), série II, Lisbonne, 1859-1861, p. 65.

21 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, Londres, 1914, p. 92.

22 Cavazzi, lib. I, § 341.

23 Id., loc. cit. Un texte de la fin du xvie siècle affirme que « les ustensiles en terre ont été cuits au soleil, et qu’ils sont résistants comme les nôtres cuits au feu ». Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 120.

24 Cf. Annales du Musée du Congo, Bruxelles (1907), t. II, fasc. I, p. 49.

25 Cavazzi, lib. I, § 319. Les épées et les machettes (scimittare), mentionnées par Cavazzi, sont d’introduction européenne, cf. R. L. Wannyn, L’Art ancien du métal au Bas-Congo, pp. 60-63, et Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116.

26 Ces haches sont décrites par Cavazzi, lib. I, § 338. On a trouvé des haches crescenti-formes analogues dans les fouilles de Haoulti (Éthiopie), datées entre le iiie siècle av. J.-C. et le 1er siècle ap. J.-C. (cf. H. de Contenson, « Les fouilles à Haoulti en 1959 », in Annales d’Éthiopie, t. V (1963), pl. L et LII) ; ainsi que dans les ruines de Khami (xviie siècle), Rhodésie (cf. K. R. Robinson, Khami Ruins, Cambridge, 1959, p. 119 et pl. XV et XXVIII).

27 Cavazzi, lib. I, § 319. Sur les armes des Congolais, cf. aussi M.M.A., vol. VI, p. 378 (texte de 1619).

28 Ibid., lib. I. § 294, et lib. I, § 339. Cavazzi décrit ainsi l’herminette : « un pezzo di ferro in modo di Scarpello ».

29 Ibid., lib. I. § 275.

30 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 120 (texte de la fin du xvie siècle).

31 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 114.

32 Cavazzi, lib. I, § 275.

33 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, op. cit., loc. cit.

34 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 114. Cavazzi dit qu’on dormait simplement sur des nattes (cf. Cavazzi, lib. I, § 294). Winwood Reade affirme en 1864 que les lits, au Congo, sont frappés d’un impôt (cf. Winwood Reade, Savage Africa, Londres, 1964, p. 358).

35 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 120 (texte de la fin du xvie siècle).

36 Ibid., p. 132.

37 Il s’agit du serval ou du guépard, ou peut-être du chat doré, felis auratus (note de Willy Bal).

38 Pigafetta, lib. II, cap. vii (pp. 118-119 de la trad. franç. de Willy Bal, 2e éd. revue, 1965).

39 Cavazzi, lib. I, g 332 ; L. Jadin, « Aperçu de la situation du Congo en 1775 », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXV, p. 401 (texte de 1624) ; Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 124 (cordophones) ; M.M.A., vol. III, p. 139, texte de 1575, (cordophones) ; cf. aussi, sur les tambours, Olga Boone, « Les tambours du Congo Belge et du Ruanda Urundi », Annales du Musée Royal du Congo Belge, Tervuren, 1951. Sur les cordophones, cf. J. S. Laurenty, « Les Cordophones du Congo Belge et du Ruanda Urundl », in id., 1960.

40 Cavazzi, lib. I, § 332.

41 Ibid., loc. cit.

42 M.M.A., vol. II, p. 528.

43 Antonio Franco, Imagem da Virtude..., Evora, 1719, t. II, pp. 465-468.

44 Garcia Simões, in M.M.A., vol. II, p. 139.

45 Cf. J. Cuvelier, Relation..., p. 133. Illustré par R. L. Wannyn, L’Art ancien du métal au Bas-Congo, pl. XXXI. On en a trouvé en fer dans les fouilles à Zimbabwe en Rhodésie (cf. Th. Bent, The Ruined Cities of Mashonaland, Londres, 1893, p. 212. Il n’est pas certain qu’ils soient de fabrication locale.

46 J. Kunst, « The Origin of the Kemanak », in Bijdragen tot de Taal-Land-en Volken-kunde (1960), vol. 116, 2e afl., pp. 263-269.

47 Rui de Pina, Croniqua del Rey Dom Joham II, cap. lx.

48 Cf. Olga Boone, « Les Xylophones du Congo Belge », in Annales du Musée Royal du Congo Belge, Tervuren, 1936.

49 Rev. A. M. Jones, Africa and Indonesia, the evidence of the Xylophone and other Musical and Cultural Factors, Leiden, 1964.

50 Cf. les comptes rendus du livre de Jones par Mantle Hood dans Man (1965) et par E. L. Heins, « Indonesian Colonisation of West and Central Africa ? », in Bijdragen tot de Taal-Land-en Volkenkunde, vol. 122 (1966), pp. 274-282.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search