Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Première partie. Les fondements africains originels

Chapitre V. La fiscalité

Texte intégral

1Il s’agit là d’une notion assez vague au Congo, mais il faut bien aborder le thème, car c’est au fait qu’un tribut lui est versé, à la régularité des versements et à la façon plus ou moins rationnelle dont la perception en est organisée, que l’on peut évaluer le niveau de développement de l’État, l’emprise réelle du pouvoir central sur le territoire qu’il se targue de posséder.

2Les Congolais payaient un tribut à leur chef de village, celui-ci le faisait parvenir au gouverneur de la province, qui, à son tour, le remettait au roi. A chaque échelon, le responsable gardait pour lui un certain pourcentage.

  • 1 Dionigi de Carli da Piacenza et Michel Angelo de Guattini da Reggio, Relation Curieuse et Nouvelle (...)

3Au niveau du village, lors de la récolte, les femmes « ... assemblaient en un tas toutes les favéoles, en un autre le bled turc [maïs] et ainsi de reste, puis donnant au Macolonte [Nkuluntu] pour sa subsistance, et séparant ce qu’on destine à semer ; le reste est partagé par cabane, selon la quantité de gens qu’il y a »1.

  • 2 M.M.A., vol. V, p. 385.

4Au niveau de la province, voici ce qu’en dit un témoin de 1607 : « ... [le Mani-Soyo] est un grand seigneur, avec beaucoup de vassaux, et qui a sous son autorité d’autres seigneurs qui lui paient tribut ; et lui en paie un au roi du Congo »2.

  • 3 M.M.A., vol. I, p. 530 (texte de c. 1529) et Cavazzi, lib. II. § 73.
  • 4 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575, et P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, pp. 207- (...)
  • 5 História do Reino do Congo (c. 1655), in Felner, Angola, p. 377.
  • 6 O. Dapper, op. cit., loc. cit.
  • 7 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 199 (texte de 1595).

5Le tribut était payé tous les trois ans3 (une fois l’an après la révolution chrétienne de 1506, à la fête de saint Jacques, le 25 juillet)4. Il consistait en nattes de raphia, coquillages de Zimbu5, sorgho, bétail, chèvres, fruits, vin de palme6, ivoire, peaux d’animaux sauvages et esclaves7.

  • 8 Peter C. Lloyd, « The Politicai Structure of African Kingdoms », in ASA Monographs 2, Political Sy (...)

6Il ne semble nullement avoir servi à payer des services, ou le travail pour l’accomplissement de tâches spécifiques d’utilité publique. Le versement paraît avoir surtout une valeur symbolique, il souligne l’état de dépendance envers le roi de ceux qui le paient. Il n’est pas certain qu’il ait été employé à nourrir régulièrement les gens de la cour, et rien n’indique qu’il ait été considéré comme un fonds d’assistance auquel pouvaient faire appel ceux qui étaient dans le besoin (« insurance fund from which the needy may draw »)8.

  • 9 Osservationi del Regno di Congo dall’anno 1656, ms. anon. espagnol, 324, (38), f° 151 (r°), B.N.P.
  • 10 Id., loc. cit.

7Un texte de 1656 explique que « tout ce qu’apportent les vassaux, ils [le roi et les nobles] le répartissent dans les jours qui suivent parmi les mêmes vassaux, qui viennent le leur demander ; [c’est] comme s’ils s’estimaient honorés de s’être vus imposés (tributati) »9. Les nobles sont flattés d’être ainsi sollicités, car « c’est une honte parmi eux de refuser quelque chose qu’on vous demande, si on l’a chez soi »10.

  • 11 Cf. J. Vansina, « A Comparison of African Kingdoms », in Africa, vol. XXXII, n° 4 (1962), pp. 326- (...)

8L’objet de l’imposition du tribut est donc d’abord d’affirmer l’autorité du roi et des « nobles » sur les gens du commun, et de leur permettre aussi de se montrer munificents envers ces derniers. Il n’apparaît guère que comme un système de prestations symboliques garantissant le maintien des structures sociales11.

  • 12 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 133.

9La perception du tribut se faisait d’une manière qui n’était ni systématique, ni continue, ni ordonnée, cela faute de moyens appropriés : « ... il n’est pas fixe quant à la quantité », notaient les missionnaires carmélites à la fin du xvie siècle, « ... ils [les Noirs] apportent le plus qu’ils peuvent. Si le gouverneur [de la province] ne fait pas mieux, le roi lui fait une réprimande et lui enlève ses fonctions »12.

  • 13 Cavazzi, lib. II, § 75.

10« Pour percevoir le tribut », dit Cavazzi, « il faut presque toujours faire appel à la violence ; beaucoup de temps et une application considérable sont nécessaires. Pour percevoir ses droits sur les provinces les plus lointaines, le roi lui-même est obligé d’envoyer quelques cadeaux européens aux gouverneurs ; ces derniers en font autant à leur inférieurs. Si les agents chargés de la perception n’allaient pas munis de ces cadeaux, ils risqueraient leur vie. Toutefois ils agissent avec rigueur vis-à-vis des Mobati [le menu peuple], [...] et ceux-ci, opprimés par les vexations, se révoltent de temps à autre et leur donnent beaucoup de mal »13.

  • 14 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 120 (texte de la fin du (...)

11Les missionnaires carmélites avaient noté, à la fin du xvie siècle, que les Congolais construisaient leurs villages « à une certaine distance des chemins publics, de crainte que les voyageurs ne leur mangent ce qu’ils ont, en particulier les serviteurs du roi, qui partout où ils passent se considèrent possesseurs de toute chose »14.

  • 15 M.M.A., vol. I, p. 530.

12Après la christianisation, au début du xvie siècle, le roi de Portugal D. João III avait suggéré (c. 1529) au roi D. Afonso I l’introduction de livres de comptes, pour systématiser la fiscalité, et pour que « votre tribut soit recueilli avec moins d’oppression »15. Cette suggestion n’eut pas de suite.

  • 16 Cavazzi, lib. II, g 75.

13La perception du tribut, note Cavazzi, est plus aléatoire sur les confins du royaume, « là où ne parvient pas le bras de la justice ». Dans certaines provinces, « la répugnance des sujets à admettre l’autorité des agents bakongo (mociconghi) envoyés chez eux est telle, qu’il s’avère finalement nécessaire de réduire leur orgueil par les armes... »16.

14Voilà qui dénonce un état de tension constante, à la limite de la crise, entre gouvernants et gouvernés. L’administration se rapproche singulièrement de l’oppression, la liberté n’est qu’anarchie.

  • 17 J. Cuvelier, Documents sur une Mission Française au Kakongo, 1766-1776, pp. 49-50.

15Les missionnaires français confirment cette situation en ce qui concerne le Loango en 1770, où d’ailleurs le poids du pouvoir paraît plus docilement supporté. Le roi « n’a point d’impôts déterminés par rapport aux habitants du pays ; ils sont persuadés que tous leurs biens appartiennent au roy, à qui ils en font souvent des présents, qui ne sont cependant pas tout à fait gratuits, car s’ils négligeoient d’en envoyer au roy, il feroit enlever luy même tout ce qu’il jugeroit à propos de s’approprier. Il arrive même souvent que les officiers ou les enfants du roy vont à son insu enlever dans les villages les fruits, les volailles, etc. sans qu’on ose leur résister, ce qui entretient l’indolence de ces peuples. Ils ne cultivent que leur pur nécessaire, parce qu’ils savent que s’ils avoient quelque chose de plus, il leur serait enlevé »17.

  • 18 L’abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 121.

16L’abbé Proyart, qui reproduit cette observation, la commente avec son esprit de rationaliste du xviiie siècle : « Cette forme d’administration, comme on l’imagine aisément étouffe jusqu’au germe de l’émulation : les arts ne se perfectionnent point, tout languit. En supposant même le Roi unique propriétaire de tout le royaume, si ses Sujets, en lui payant une taxe fixe, à raison des terres qu’ils cultivoient, pouvoient se permettre, comme les fermiers de nos seigneurs, de recueillir en paix le fruit de leurs travaux et de leur industrie, de riches plaines qui sont abandonnées seraient bientôt cultivées avec soin, ou couvertes de bestiaux : le Prince en serait plus riche et les peuples jouiraient »18. Proyart, il faut le dire, n’est jamais allé en Afrique.

  • 19 Cf. Melville Herskovits, Dahomey, An Ancien West African Kingdom, New York, 1938, vol. I, chap. vi (...)

17Ce défaut de régularité dans la fiscalité congolaise, les prestations n’étant du reste nullement calculées en fonction des moyens des contribuables, semble être dû surtout au faible niveau de rationalité atteint par le pouvoir dans l’administration du pays. Le Dahomey ancien, de la première moitié du xixe siècle, avait su développer un appareil fiscal autrement rationnel : on y utilisait un système de notation au moyen de petits cailloux et on procédait à un recensement des ressources agricoles du royaume, tout cela sans disposer de l’écriture19.

  • 20 A propos de la notation, un seul fait nous est rapporté : lorsque les premiers missionnaires tenta (...)

18Nul témoignage, à notre connaissance, n’atteste l’existence au Congo d’un système de notation ayant pour objet l’enregistrement des tributs, même lorsque l’alphabétisation eut commencé à se développer20.

  • 21 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575.
  • 22 Cf. Cadornega (1680-1681), in P.M., p. 286 ; R. E. Dennett, At the Back of the Black Man’s Mind, p (...)
  • 23 Cf. L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fas (...)
  • 24 Selon Luis de Sousa (História de São Domingos, Pt. II, Lisbonne, 1662, liv. VI, cap. xii, p. 249), (...)

19Les Congolais possédaient-ils des mesures ? Dapper affirme que seuls les Portugais se servaient de poids et de mesures21. Ce n’est pas tout à fait vrai, mais on ignorait la référence à un étalon fixe, établi par le pouvoir. La mesure des céréales était la mu-tete, un panier porté sur la tête22. Une autre est l’ingallo, mais on ignore ce qu’elle représente23. Le zimbu est mesuré en fundas, lifucos et cofos, chacun étant un multiple de l’autre, mais les diverses sources qui en font état se contredisent sur le nombre de zimbus contenu dans chaque mesure24. Et le système fiscal ne semble d’ailleurs en tenir aucun compte.

20Soulignons, une fois de plus, que le tribut, fixé et perçu de façon assez peu rationnelle, est moins un impôt qu’un « hommage », en quelque sorte, un témoignage d’allégeance plus ou moins librement consenti, à l’égard du gouverneur ou du roi et de l’autorité qu’ils représentent.

Notes

1 Dionigi de Carli da Piacenza et Michel Angelo de Guattini da Reggio, Relation Curieuse et Nouvelle d’un Voyage de Congo... (1666-1667), Lyon, 1680, p. 125.

2 M.M.A., vol. V, p. 385.

3 M.M.A., vol. I, p. 530 (texte de c. 1529) et Cavazzi, lib. II. § 73.

4 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575, et P. Hildebrand, Le martyr Georges de Geel, pp. 207-209. Une source de la fin du xvie siècle parle de deux lois par an (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 135).

5 História do Reino do Congo (c. 1655), in Felner, Angola, p. 377.

6 O. Dapper, op. cit., loc. cit.

7 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 199 (texte de 1595).

8 Peter C. Lloyd, « The Politicai Structure of African Kingdoms », in ASA Monographs 2, Political Systems and the Distribution of Power, Londres, 1965, p. 78.

9 Osservationi del Regno di Congo dall’anno 1656, ms. anon. espagnol, 324, (38), f° 151 (r°), B.N.P.

10 Id., loc. cit.

11 Cf. J. Vansina, « A Comparison of African Kingdoms », in Africa, vol. XXXII, n° 4 (1962), pp. 326-330 ; cf. aussi les observations perspicaces de George Dalton sur la « redistribution » dans les sociétés traditionnelles : George Dalton, « Traditional Production in Primitive African Economies », in Quarterly Journal of Economics, vol. 76 (1962), pp. 360-378.
Au Monomotapa, au milieu du xvie siècle, le paiement d’un tribut n’est pas attesté, mais « tous les membres de sa cour [du roi] et les capitaines des guerriers, chacun avec tous les siens, étaient tenus de lui donner sept jours sur trente de travail dans ses champs ou ailleurs. [...] Dans les foires également les marchands prélèvent en sa faveur une petite partie de leurs marchandises, mais sans que celui qui ne s’acquitte pas de ce paiement se voie infliger d’autre peine que l’interdiction de se présenter devant lui, Monomotapa, ce qu’ils considèrent comme un grand malheur ». (Cf. João de Barros, Décadas da Asia, Lisbonne, 1552, Déc. I, liv. X, cap. i).
Les sujets de la reine Jinga, en Angola (vers 1660) étaient astreints à trois jours de corvée par semaine pour cultiver les terres royales (cf. Cavazzi, lib. VI, § 91).

12 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 133.

13 Cavazzi, lib. II, § 75.

14 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 120 (texte de la fin du xvie siècle).

15 M.M.A., vol. I, p. 530.

16 Cavazzi, lib. II, g 75.

17 J. Cuvelier, Documents sur une Mission Française au Kakongo, 1766-1776, pp. 49-50.

18 L’abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 121.

19 Cf. Melville Herskovits, Dahomey, An Ancien West African Kingdom, New York, 1938, vol. I, chap. vii ; cf. aussi, au sujet de l’Inde pré-coloniale, Walter C. Neale, « Reciprocity and Redistribution in an Indian Village », in K. Polanyi, et al., Trade and Market in the Early Empires New York, 1965, pp. 218-235.

20 A propos de la notation, un seul fait nous est rapporté : lorsque les premiers missionnaires tentaient, à la fin du xve siècle, d’expliquer les principes du christianisme à la reine Dona Leonor, femme du roi Nzinga Nkuwu, elle les fixait en sa mémoire à l’aide « de petits cailloux qu’elle disposait sur l’estrade, ce qui est leur procédé mnémotechnique » (a sua arte memorativa), (cf. Rui de Pina, Croniqua, cap. LXIII).

21 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 575.

22 Cf. Cadornega (1680-1681), in P.M., p. 286 ; R. E. Dennett, At the Back of the Black Man’s Mind, p. 73 ; J. Van Wing et C. Penders, Le plus Ancien Dictionnaire Bantou (1652), Bruxelles, 1928.

23 Cf. L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII, Bruxelles, 1961, p. 572.

24 Selon Luis de Sousa (História de São Domingos, Pt. II, Lisbonne, 1662, liv. VI, cap. xii, p. 249), un cofo contient 10 000 zimbus. (Ce texte se rapporte probablement au début du xvie siècle). Selon Marcellin d’Atri (1690-1700) c’est au lifuco que correspond ce nombre (cf. Id., « Relation sur le Royaume de Congo, 1690-1700 », in Cahiers Ngonge, n  5 (1960), p. 13.)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search