Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Première partie. Les fondements africains originels

Chapitre IV. L’économie

Texte intégral

1. LES PLANTES ALIMENTAIRES

1Longtemps avant l’arrivée de Lukéni, les habitants du Congo connaissaient déjà l’agriculture, mais rien ne nous permet de déterminer à partir de quelle époque.

  • 1 Pigafetta (1587), lib. II, cap. i ; voir aussi História do Reino do Congo (c. 1655), ms. anon. n° (...)

2Quand vinrent les Européens, les Congolais cultivaient trois sortes de céréales : le Massambala ou sorgho, le Massango ou millet à chandelle (pennisetum) et le Luco, (eleusine coracana) 1.

  • 2 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 117.

3Mais, selon un texte de la fin du xvie siècle, « leur nourriture quotidienne était l’igname »2.

  • 3 Cavazzi, lib. I, § 73.
  • 4 W. H Bentley, Pioneering on the Congo, vol. I, p. 121.
  • 5 J. Gossweiller, art. cit., p. 471.
  • 6 Pigafetta, lib. II, cap. i ; Jean François de Rome, Brève Relation (1648), (pp. 18 et 94 de l’éd. (...)
  • 7 Cf. D. N. McMaster, « Speculations on the coming of the banana to Uganda », in Uganda Journal, vol (...)

4Ils cultivaient aussi des bananes, dont deux espèces sont mentionnées par les auteurs anciens, le maiongio3, ou mankonda4, ou dihonjo5, la banane plantain (musa paradisiaca), et le niceffo, la banane telle qu’elle est connue en Europe aujourd’hui (musa sapientum) 6. Toutes deux ont été introduites à travers le continent, depuis l’océan Indien, à une époque inconnue7.

  • 8 Cf. Jean François de Rome, Brève Relation (1648) ; pp. 95-96, et Cavazzi (1654-1667) ; lib. I, § 5 (...)
  • 9 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 117 (texte de la fin (...)
  • 10 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 91, et Cavazzi (1654-1677), lib. I, § 66, 69 et 7 (...)
  • 11 Cf. K. Laman, The Kongo, t. I, p. 50. Aucun témoignage ancien n’en parle.

5Des légumineuses8, la canne à sucre9, les palmiers donnant de l’huile et le vin appelé malafo10, le safutier11 et de nombreuses espèces de cucurbi-tacées figuraient également au régime alimentaire congolais.

2. LES ANIMAUX DOMESTIQUES

  • 12 Aucune source ancienne ne parle du chien, mais comme il s’agit du plus commun des animaux domesUqu (...)
  • 13 Cf. História do Reino do Congo (c. 1655), ms. déjà cité.
  • 14 M.M.A., vol. VI, p. 378 (texte de 1619).
  • 15 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 117 (texte de 1595).
  • 16 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 98.
  • 17 Andrew BatteU (c. 1610), in E. G. Ravenstein, The Strange Adventures.... p. 63.
  • 18 Id., in op. cit., p. 53.
  • 19 Mentionné dans un texte de 1595 (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives (...)
  • 20 H H. Johnstone, « On the races of the Congo and the Portuguese Colonies in Western Africa », in Jo (...)

6On sait que les Congolais possédaient des animaux domestiques : le chien12, le bœuf, le mouton, la chèvre13 et la poule14 ; mais on ignore à partir de quelle époque. Au xvie siècle, ils avaient « une multitude innombrable » de bœufs et de moutons15. Seuls le roi et les « nobles » avaient droit au gros bétail16. D’ailleurs, les bovins ne prospéraient pas au Loango ; ceux qui étaient introduits au Congo par les Portugais mouraient17, sans doute à cause de la mouche tsé-tsé. Par contre, il y avait des chèvres et « une abondance de poules ». Au Mayombe, même les poules manquaient18. H. H. Johnstone et A. Barroso soutiennent que le cochon19 existait en Afrique bantoue avant l’arrivée des Européens20.

  • 21 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 198.

7Les Congolais ignoraient la traction animale. Leurs moutons ne donnaient pas de laine21.

3. L’AGRICULTURE

  • 22 Cavazzi, lib. I, § 52.
  • 23 Ibid., lib. I, § 159.
  • 24 La fumure et l’irrigation étaient toujours inconnues en 1918 (cf. José de Oliveira Ferreira Diniz, (...)

8Tous les travaux agricoles étaient effectués par les femmes. Selon Cavazzi, « les hommes refusent absolument d’y prêter la main »22. Cela est vrai pour les semailles, mais c’étaient tout de même des hommes (des gens du commun et non pas de la caste dirigeante) qui préparaient le sol, abattant et brûlant les arbres et la végétation23. La charrue était inconnue, ainsi que les principes de l’irrigation et de la fumure24.

  • 25 Jean François de Rome, Brève Relation (1648, p. 89).
  • 26 Cavazzi, lib. I, § 52.

9Pour travailler les champs, on se servait de la houe. « Ils grattent un peu la terre, assez pour recouvrir la semence. Moyennant cette légère fatigue, ils font des récoltes abondantes à condition que les pluies ne fassent pas défaut. Si le temps reste au sec, tout se dessèche et les gens sont réduits à une grande pénurie de vivres, car ils n’amassent pas de réserves pour l’avenir et ne sèment que le nécessaire »25. Parfois, une invasion de sauterelles anéantissait tout espoir de récolte26.

  • 27 História do Reino do Congo (c. 1655), ms. cité, f ° 13 (r°), et Cavazzi, lib. I, § 51 ; cf. aussi (...)
  • 28 Cavazzi, lib. I, § 52 et § 287.

10Si la terre donnait deux récoltes par an (sauf pour le sorgho et le millet, une fois l’an) 27, le bas peuple était obligé de se nourrir en partie de la cueillette, surtout juste avant la récolte de l’année28.

  • 29 M.M.A., vol. VI, p. 378.
  • 30 Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo (1716), p. 67. Les peuples de la vallée du Zamb (...)

11Malgré leurs « excellentes terres », écrit un témoin en 1619, souvent les Congolais « mouraient de faim parce que trop indolents pour les cultiver »29. Ils ne conservaient jamais la récolte d’une année à l’autre30.

4. LE TRAITEMENT DES PRODUITS ALIMENTAIRES. LA CUISINE

  • 31 Cavazzi, lib. I, § 285.
  • 32 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), pp. 89-90.

12Pour transformer leurs céréales en farine, les Congolais se servaient de mortiers en bois. Après avoir pilonné le grain dans le mortier, ils l’écrasent sur des pierres creuses jusqu’à le « réduire presque en farine »31. Pour préparer leur nourriture, « ils mettent une marmite d’eau sur le feu, et tandis que l’eau bout, ils y versent de la farine qu’ils retournent continuellement avec un bâtonnet ; ils en mettent jusqu’à ce que l’eau soit absorbée ; il en résulte une sorte de masse pâteuse, ou disons une sorte de polenta. On l’extrait de la marmite et on la laisse quelque temps couverte d’étoffes pour qu’elle durcisse un peu [...]. Elle ne se conserve pas plus de trois jours, car après elle se corrompt, devient aigre et n’est plus bonne à être mangée. Cette sorte de pain, ils l’appellent dans leur langue mfundi »32.

13On ignore dans quelle mesure les Congolais consommaient de la viande, mais ce devait être très peu.

  • 33 R. Howman, « The Native Labourer and his food », in NADA, Salisbury (Rhodésie), n° 19 (1942), pp. (...)
  • 34 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 522.

14Par ailleurs, on sait que les Africains tentaient de palier la monotonie de leur régime alimentaire par la consommation de légumes verts33. Dapper (1668) parle de l’usage « des herbes potagères insansi, imboa et insua » au Loango34.

5. LA PROPRIÉTÉ

  • 35 Giuseppe Simonetti, « Giacinto Brugiotti da Vetralla e la sua Missione al Congo (1651-1657) », in (...)

15La terre congolaise appartenait au roi, ou plutôt au royaume ; on la considérait comme inaliénable, même par le roi. A la mort d’un Congolais, ses biens immobiliers (maisons et terres) revenaient au roi ou aux chefs qui en disposaient à leur gré35. Cette règle excluait toute possibilité d’accumulation de capital par une famille à travers les générations.

  • 36 Giuseppe Simonetti, art. cit., loc. cit.
  • 37 Cavazzi, lib. I, § 327. Écrivant au début du xixe siècle, José Oliveira de Ferreira Diniz affirme (...)
  • 38 Ibid., lib. I, § 327. Cette règle ne s’appliquait pas au roi, ni à sa famille ou aux gouverneurs d (...)

16Un testateur pouvait certes léguer ses biens meubles à un héritier, qui jouirait de l’usufruit, mais seulement avec l’assentiment du roi ou du chef36. Cavazzi évoque un testament qu’il a rédigé pour un Congolais : celui-ci léguait à ses deux fils deux pagnes, une petite houe et quelques calebasses et pots ; à sa femme un seul pagne et un petit pot37. Une pratique interdisait, selon Cavazzi, à un seul individu de posséder plus de vingt chèvres, cochons ou moutons, et jamais plus d’une seule espèce à la fois ; s’il dépassait ce nombre, « il serait tué par envie »38.

  • 39 Giuseppe Simonetti, art. cit., loc. cit.
  • 40 Cité par J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 204, note.
  • 41 George M. Forster, « Peasant Society and the Image of the Limited Good », in American Anthropologi (...)

17Giacinto Brugiotti da Vetralla, qui corrobore Cavazzi sur ce point, affirme que ces coutumes expliquent pourquoi les Congolais ne cherchaient pas à accumuler des richesses39. « La politique du roi », écrit-il ailleurs, « tend à les maintenir dans la pauvreté »40. Si l’on en croit George M. Forster, cette attitude des Congolais serait typique de toute société paysanne, où beaucoup d’observateurs constatent une « mentalité de méfiance réciproque » (mentality of mutual distrust). A la différence de la nôtre, de telles sociétés restent attachées à la croyance que la somme des biens, dans l’univers, est immuable et qu’un individu ne peut s’enrichir qu’aux dépens de quelqu’un. Leur vision du monde semble fondée sur la notion de la rareté et non de l’infinité des biens que peut offrir la vie. Une personne ordinaire enrichie constitue une menace pour la communauté, d’où la mise en œuvre de mécanismes sociaux pour empêcher d’éventuels déséquilibres41.

  • 42 Nous verrons plus loin comment le commerce de biens européens échangés contre des esclaves va modi (...)

18Il y a certes des différences, des riches et des pauvres, mais c’est le pouvoir qui en décide. Ces inégalités entrent donc dans le cadre de la hiérarchie sociale et soulignent la gradation : menu peuple, grands du royaume, roi, ancêtres, héros-fondateur. Comme toute société traditionnelle, la société congolaise avait horreur du self-made man42.

6. LES COMMUNICATIONS

  • 43 M.M.A., vol. IV, p. 410 (texte de 1584). Au Buganda, les routes principales avaient 60 mètres de l (...)
  • 44 Ibid., loc. cit. ; Pigafetta, lib. II, cap. ii, et Cavazzi, lib. V, § 28.

19Les Congolais n’ayant ni bêtes de somme, ni véhicules, il n’y avait pas de routes, à proprement parler, au Congo. Les sentiers (« pas plus larges que le quart d’une canne »43 – c’est-à-dire entre 50 et 60 cm) étaient vite envahis par les broussailles. Lors du passage d’un personnage important, les chefs donnaient l’ordre de nettoyer et de dégager les chemins44.

  • 45 Cavazzi, lib. I, § 308.

20Il n’y avait pas non plus de vrais ponts. Il arrivait toutefois aux Congolais de tendre, d’une rive à l’autre d’un fleuve, des cordages faits de branches et de racines d’arbres entrelacées : ils traversaient à la nage, le corps à demi immergé, en s’y accrochant45.

  • 46 Pigafetta, lib. I, cap. IV.
  • 47 Andrew Battell (c. 1610), in E. G. Ravenstein, The Strange Adventures..., p. 42.

21Sur les fleuves, les Congolais se servaient de pirogues (lungu) pouvant transporter selon Pigafetta jusqu’à 200 personnes46. Quant à la mer, il ne semble pas qu’ils se soient aventurés plus loin que le trajet de Mombales à Kakongo, c’est-à-dire, pratiquement, d’un côté de l’embouchure du Congo à l’autre47.

7. LE COMMERCE

  • 48 Le commerce à longue distance existe en Afrique Centrale depuis le xiie siècle au moins. Cf. J. Hi (...)

22Il se divisait en deux types : les marchés locaux et les échanges à longue distance. On est en droit de penser que les Congolais les pratiquaient tous deux avant l’arrivée des Européens48.

  • 49 M.M.A., vol. III, p. 227.

23Dès 1582-1583, un témoin en Angola rapportait : « Outre les marchés particuliers que chaque chef organise sur ses terres, il y en a d’autres, généraux, à certaines époques, où l’on vient de partout »49.

  • 50 La Pratique Missionnaire, pp. 138-139. 10. Ibid., p. 139.
  • 51 Ibid., p. 139.

24Bien plus tard, en 1747, Hyacinthe de Bologne écrivait : « Parmi toute population un peu dense, on rencontre, comme en Europe, la coutume et l’usage des marchés »50. Les échanges s’y faisaient sans que les « prix » varient. « ... Et jamais, dit le même auteur, ne naissent ou encore moins ne s’étendent entre eux [les Noirs] des contestations, car le prix ou le troc de chaque chose est tellement bien déterminé et entendu, que jamais ne se produit ou ne se découvre une tromperie ou une fraude. Chose qui doit faire rougir les chrétiens »51.

  • 52 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres Royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 139.
  • 53 Id., p. 160. Un témoin de 1594 affirme bien qu’en Angola « ... les Noirs aiment beaucoup les march (...)

25Le roi de Loango, selon Proyart (1776), « fixe le prix des denrées »52. « Jamais [dans les marchés] on n’y marchande »53.

26Ainsi, sur de longues périodes, les prix des objets de production et de consommation locales ne variaient pas, ou à peine. Le libre jeu du marché est inconnu dans l’Afrique traditionnelle. Grâce à deux documents de la seconde moitié du xvie siècle et un du début du xxe, nous pouvons nous faire une idée des rapports de valeur entre différents objets échangés sur les marchés.

27Selon un document de 1563 :

  • 54 M.M.A., vol. II, p. 511.

1 « pierre » de sel = 3 chapons
3 « pierres » de sel = 1 chèvre ou 1 mouton
14 ou 15 « pierres » de sel = 1 bœuf ou 1 vache54.

28Selon un document de 1582-1583 :

  • 55 M.M.A., vol. III, p. 227. Au Loango, en 1776, la valeur d’un esclave varie entre 5 et 6 moutons (c (...)

2 poules = 1 chapon
2 chapons = 1 « pierre » de sel
2 « pierres » de sel = 1 mouton
5 moutons = 1 esclave ou 1 bœuf55.

29Au début du xxe siècle, chez les Ba-Huana, qui habitent les bords du Kwilu, les équivalences sont les suivantes :

  • 56 E. Torday et T. A. Joyce, « Notes on the Ethnography of the Ba-Huana », in Journal of the Roy. Ant (...)

20 mitako (barre de cuivre de 16,5 cm
de long et 3 mm de diamètre) = 1 poule
100 mitako = 1 « sel » (1 à 1,5 kg)
2 « sels » = 1 bouc
4 « sels » = 1 grande chèvre
10 à 20 « sels » = 1 esclave (femme)
20 « sels » = 1 esclave (homme)56

  • 57 Cf. à ce sujet, George Dalton, « Traditional Production in Primitive African Economies », in Quart (...)
  • 58 Cavazzi, lib. I, § 163. Le P. Mondaros (1569) a pu observer le même comportement au Monomotapa : « (...)

30Il est évident, d’après ces exemples, que les « prix » sont demeurés relativement stables pendant quatre siècles, cela parce que les conditions de l’offre et de la demande sur le marché n’avaient pas d’influence sur la production57. Même si le milieu écologique l’avait permis (le stockage de produits agricoles d’une saison à l’autre était inconnu), un individu plus entreprenant et songeant à faire jouer à son profit d’éventuels décalages entre l’offre et la demande eût été honni de tous. « L’avancement et la bonne fortune d’autrui », dit Cavazzi, « les piquent à vif ; ils éclatent en mille méchancetés, recourent aux insultes et persécutions, inventent des impostures, des calomnies, des violences et des perfidies pour s’opposer aux desseins d’un rival et pour les faire échouer, jusqu’à ce que celui-ci tombe en disgrâce auprès du roi ou des autorités, et qu’ils aient la certitude qu’il ne relèvera plus la tête »58.

  • 59 João de Andrade Corvo, Estudos sobre as Provincias Ultramarinas, Lisbonne, 1883, p. 130.

31Plus de deux siècles plus tard, il en était encore ainsi au Congo. Andrade Corvo observait à propos des Congolais, en 1883, que « si un noir, par son habileté ou son activité commerciale, amassait une petite fortune supérieure à la moyenne des autres, il était aussitôt accusé de sorcellerie et ses biens répartis entre tous »59. Ces sanctions sévères, prises contre « l’esprit d’entreprise » sont peut-être en fait la preuve même de l’apparition de ce phénomène au contact des Européens. Nous verrons dans un autre chapitre comment la découverte du commerce à l’européenne transformera en véritables crises, au début du xvie siècle, ces tensions remarquées par Cavazzi et Andrade Corvo.

  • 60 Une des principales sources de sel est constituée par les mines de sel gemme de Ndemba, situées à (...)
  • 61 Pigafetta, lib. I, cap. vi ; et aussi M.M.A., vol. VI, p. 104. Les palmiers à raphia se trouvent p (...)
  • 62 M.M.A., vol. II, p. 502 (texte de 1563).

32Le commerce à longue distance était contrôlé soit par le roi, soit par les gouverneurs des provinces. Le degré de monopole dont pouvait jouir le roi dépendait de son autorité sur les provinces ; il varie à travers l’histoire du royaume. Il s’agit, dans ce cas, d’échanges entre des régions d’écologie différente, n’ayant pas les mêmes produits. Ainsi le sel, provenant des salines et des mines de sel de la côte, transite vers l’intérieur60. Des régions de la forêt dense dans l’intérieur, notamment autour de Stanley Pool, des nattes de raphia partent vers la côte61. Un témoin de 1563 note que l’Angola étant plus riche que le Congo en gros bétail, on en exportait vers le nord en échange de marchandises portugaises62. Il est probable, mais non certain, que ce commerce de bovins existait avant la période européenne. Il est en tout cas impossible de savoir comment il était organisé, les Européens en ayant modifié les structures dès les premières années.

  • 63 E. Dartevelle, Les N’Zimbu, monnaie du royaume du Congo, Bruxelles, 1953, p. 81.
  • 64 La première référence est de Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508) (éd. de l’A (...)
  • 65 M.M.A., vol. VI, p. 53 (doc. de 1611). De Luanda, on portait les charges de zimbu au Mani-Bamba, l (...)
  • 66 Duarte Pacheco Pereira, op. cit., loc. cit.
  • 67 Rui de Pina, Croniqua d’el Rey D. Joham II, cap. LIX.

33Un certain type de coquillage, appelé zimbu (olivancillaria nana)63 pêché dans l’île de Luanda par les Congolais64, était acheminé par terre vers la capitale de São Salvador65 où, selon Duarte Pacheco Pereira (c. 1508), ils avaient cours de monnaie66. En 1491, lors de la première visite des Portugais dans la capitale, le roi leur offrit « plusieurs milliers de zimbu », mais rien ne prouve explicitement qu’à cette époque le zimbu y servait à acheter des vivres, car il offrit également des moutons, du sorgho, des poules, du miel, du vin de palme et des fruits67. Il se peut qu’à l’époque pré-européenne, le zimbu n’ait servi, dans l’intérieur, que pour le commerce à longue distance.

  • 68 Pigafetta, lib. I, cap. V, et Marcellin de Atri, « Relation sur le Royaume du Congo, 1690-1700 », (...)

34Aux xvie et xviie siècles, la présence de coquillages marins est attestée jusque chez les Bateke68.

  • 69 Duarte Pacheco Pereira, op. cit., loc. cit.

35On ignore si l’encaissement, le contrôle et la distribution de cette monnaie étaient organisés de manière systématique. On peut en douter. Duarte Pacheco Pereira (c. 1508) écrivait que « ... lorsque le Mani-Congo [le roi du Congo] veut faire une grâce à certains de ses gentilshommes [fidalgos], ou récompenser d’un service qu’on lui a rendu, il ordonne de leur donner un certain nombre de zimbu... » 69. L’importance de ces dons devait dépendre de l’humeur du roi, plutôt que répondre à une tarification fixe.

  • 70 On aimerait savoir si l’on faisait appel aux talents de ce dernier pour maintenir une liaison bure (...)
  • 71 Domingos de Abreu de Brito, « Sumário e Descrição do Reino de Angola... », in Felner, Um Inquérito (...)

36D’autre part, on peut se demander comment le pouvoir, établi à São Salvador, parvenait à contrôler à distance la production de zimbu à Luanda. Pourtant, ce contrôle semble avoir été efficace, et s’être maintenu même après l’installation des Portugais à Luanda en 1575. Domingos de Abreu de Brito écrivait en 1591 que l’île de Luanda se trouvait sous l’autorité de trois gouverneurs : le Mani-Loanda, le Mani-Bamba et le Mani-Poso, assistés d’un Noir lettré70. « Les dits gouverneurs et agents ont reçu ordre du roi du Congo [...] de s’abstenir le plus possible de toute forme de communication avec les Portugais, ou avec leurs esclaves, afin de maintenir ceci [la production du zimbu] sous le couvert du secret, et de parer au danger qu’ils [les Portugais] en prennent connaissance »71.

  • 72 História do Reino do Congo (c. 1655), in Felner, Angola, p. 377.

37En dehors de la capitale, le zimbu n’a cours que dans les provinces du Soyo, du Mpemba, de Mbamba, de Oembo, et de Oandu. Plus à l’est dans les provinces de Mbata, Mpangu, Nsundi, Ocanga, ainsi que dans les régions de Sanga et Mazinga, ce sont les nattes de raphia qui servent de monnaie72. Le Congo ne possédait donc pas une monnaie unique.

8. L’ARTISANAT

  • 73 Ce critère fut, pour Gordon Childe, une des conditions de la « révolution urbaine » (cf. Gordon Ch (...)
  • 74 J. Cuvelier et L. Jadin, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 140, et Ca (...)
  • 75 A. C. P. Gamitto notait, à propos des Maraves, en 1831-1832, que les artisans (tisserands, forgero (...)

38Existait-il, chez les Bakongo des artisans vivant uniquement de leur métier73 ? Il semble bien que non. Les métiers de forgeron et de tisserand (des nattes de raphia) étaient exercés par la noblesse : les Munesi-Conghi (Bakongo), classe privilégiée, servie par ailleurs par des esclaves74. Selon Cavazzi, les Munesi-Conghi n’avaient un métier que pour meubler leur oisiveté75. C’est sans doute aller un peu loin. Il est certain, cependant, que si les Munesi-Conghi n’avaient pas besoin d’assurer leur subsistance par leur travail, celui-ci pouvait néanmoins garantir leur prestige et affermir leur position sociale, objectif éminemment souhaitable. Ce qu’il importe de souligner, c’est que le statut social privilégié est bien la condition, et non pas la conséquence de l’exercice d’un métier.

Notes

1 Pigafetta (1587), lib. II, cap. i ; voir aussi História do Reino do Congo (c. 1655), ms. anon. n° 8080 de la Bibliothèque Nationale de Lisbonne, cap. 12, f° 13 (r°). (Le passage relatif aux plantes alimentaires n’est pas reproduit parmi les extraits de ce manuscrit publiés par Felner, Angola, pp. 375-379) ; voir également Gavazzi, lib. I, § 51. L’auteur de l’História do Reino do Congo établit une distinction entre Massambala et Massamantira, le premier étant de couleur blanche et le second rouge. Cavazzi affirme que Massamanlira est le nom Kimbundu pour Massambala. Le mot Massamantira ne figure pas dans la liste des céréales africaines que donne R. Portères : « Les appellations des céréales en Afrique », in Journal d’Agriculture tropicale et de Botanique appliquée, Paris, vol. V (1958), nos 1 à 11 et vol. VI (1959), n°s 1 à 7 ; ni dans celle de John Gossweiller, « Nomes Indígenas de Plantas de Angola », in Agronomia Angolana, Luanda, n° 7 (1953) pp. 1-587.

2 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 117.

3 Cavazzi, lib. I, § 73.

4 W. H Bentley, Pioneering on the Congo, vol. I, p. 121.

5 J. Gossweiller, art. cit., p. 471.

6 Pigafetta, lib. II, cap. i ; Jean François de Rome, Brève Relation (1648), (pp. 18 et 94 de l’éd. de François Bontinck). Cavazzi, lib. I, g 83, et John Gossweiller, art. cit., p. 471.

7 Cf. D. N. McMaster, « Speculations on the coming of the banana to Uganda », in Uganda Journal, vol. 27, n° 2 (1963), p. 175.

8 Cf. Jean François de Rome, Brève Relation (1648) ; pp. 95-96, et Cavazzi (1654-1667) ; lib. I, § 51. Il s’agit du pois souterrain (Voanzeia subterranea), le pois d’Angola (Cajanus indica), le Wandu, dit pois du Congo (Cajanus cajan).

9 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 117 (texte de la fin du xvie siècle). Il semble prouvé que cette plante ne fut pas introduite par les Européens, du fait que sa présence est attestée 23 lieues au sud du cap Lopez, vers 1508, par Duarte Pacheco Pereira (cf. id., Esmeraldo de Situ Orbis, éd. Acad. Port. de Hist., Lisbonne, 1954, p. 163.

10 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 91, et Cavazzi (1654-1677), lib. I, § 66, 69 et 70. Il s’agit de elaeis guineensis, raphia vinifera, raphia gentili et raphia laurentii. Homero de Liz Abreu Velho et Joaquim Lopes Xabregas ont publié une carte de la distribution de elaeis guineensis en Angola dans Agronomia Angolana, n° 3 (1950), p. 134.

11 Cf. K. Laman, The Kongo, t. I, p. 50. Aucun témoignage ancien n’en parle.

12 Aucune source ancienne ne parle du chien, mais comme il s’agit du plus commun des animaux domesUques, que même les Hottentots et les Bochimans en possédaient, il y a tout lieu de supposer que les Congolais l’avaient aussi. Sur les animaux domestiques en Afrique, voir G. R. Boettger, Die Haustiere Afrikas, léna, 1958, et H. Kroll, « Die Haustiere der Bantu », in Zeitschrift für Ethnologie, t. 60 (1928), pp. 177-290.

13 Cf. História do Reino do Congo (c. 1655), ms. déjà cité.

14 M.M.A., vol. VI, p. 378 (texte de 1619).

15 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 117 (texte de 1595).

16 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 98.

17 Andrew BatteU (c. 1610), in E. G. Ravenstein, The Strange Adventures.... p. 63.

18 Id., in op. cit., p. 53.

19 Mentionné dans un texte de 1595 (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 198).

20 H H. Johnstone, « On the races of the Congo and the Portuguese Colonies in Western Africa », in Journal of the Anthropological Institute, vol. 13 (1883), p. 475 ; António Barroso, « O Congo, seu passado, presente e futuro » (1889), in A. Brásio, D. António Barroso, Missionário, Cientista, Missiólogo, p. 114.

21 J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 198.

22 Cavazzi, lib. I, § 52.

23 Ibid., lib. I, § 159.

24 La fumure et l’irrigation étaient toujours inconnues en 1918 (cf. José de Oliveira Ferreira Diniz, Populações Indigenas de Angola, Coimbre, 1918, p. 73.

25 Jean François de Rome, Brève Relation (1648, p. 89).

26 Cavazzi, lib. I, § 52.

27 História do Reino do Congo (c. 1655), ms. cité, f ° 13 (r°), et Cavazzi, lib. I, § 51 ; cf. aussi Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo (1716), p. 67.

28 Cavazzi, lib. I, § 52 et § 287.

29 M.M.A., vol. VI, p. 378.

30 Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo (1716), p. 67. Les peuples de la vallée du Zambèze par contre, ne voyaient jamais le fond de leurs greniers (quitûras) ; une récolte ne s’épuisant pas avant ia suivante (cf. António Gomes, « Viagem que fez... » (1648), in Studia, n° 3 (1959), p. 220).

31 Cavazzi, lib. I, § 285.

32 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), pp. 89-90.

33 R. Howman, « The Native Labourer and his food », in NADA, Salisbury (Rhodésie), n° 19 (1942), pp. 3-24.

34 O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, p. 522.

35 Giuseppe Simonetti, « Giacinto Brugiotti da Vetralla e la sua Missione al Congo (1651-1657) », in Boll. Soc. Geog. Ital., vol. VIII (1907), n » 5, p. 374. Un texte de 1619 précise que les rois sont « les héritiers universels de tous leurs vassaux ». Mais ils redistribuaient généreusement les biens des défunts à qui les sollicitait (cf. M.M.A., vol. VI, p. 382).

36 Giuseppe Simonetti, art. cit., loc. cit.

37 Cavazzi, lib. I, § 327. Écrivant au début du xixe siècle, José Oliveira de Ferreira Diniz affirme que l’usage de testaments est inconnu au Congo (cf. id., Populações Indígenas de Angola, Coïmbre, 1918, p. 88.

38 Ibid., lib. I, § 327. Cette règle ne s’appliquait pas au roi, ni à sa famille ou aux gouverneurs des provinces.

39 Giuseppe Simonetti, art. cit., loc. cit.

40 Cité par J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 204, note.

41 George M. Forster, « Peasant Society and the Image of the Limited Good », in American Anthropologist, vol. 67, n » 2 (1965), pp. 293-315.

42 Nous verrons plus loin comment le commerce de biens européens échangés contre des esclaves va modifier cette situation, au grand préjudice de l’équilibre social.

43 M.M.A., vol. IV, p. 410 (texte de 1584). Au Buganda, les routes principales avaient 60 mètres de large, les autres 8 mètres seulement, cf. J. Roscoe, The Baganda, p. 259.

44 Ibid., loc. cit. ; Pigafetta, lib. II, cap. ii, et Cavazzi, lib. V, § 28.

45 Cavazzi, lib. I, § 308.

46 Pigafetta, lib. I, cap. IV.

47 Andrew Battell (c. 1610), in E. G. Ravenstein, The Strange Adventures..., p. 42.

48 Le commerce à longue distance existe en Afrique Centrale depuis le xiie siècle au moins. Cf. J. Hiernaux, « Des fouilles à Katoto » (Katanga), in Actes du VIe Congrès panafricain de Préhistoire et de l’Étude du Quaternaire, Dakar, 1967 (sous presse).

49 M.M.A., vol. III, p. 227.

50 La Pratique Missionnaire, pp. 138-139. 10. Ibid., p. 139.

51 Ibid., p. 139.

52 Abbé Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres Royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 139.

53 Id., p. 160. Un témoin de 1594 affirme bien qu’en Angola « ... les Noirs aiment beaucoup les marchés (feiras) et aucune nation ne rivalisera avec eux pour acheter bon marché et vendre cher ». Mais il s’agit ici de commerce avec les Européens, et non entre Noirs (cf. M.M.A., vol. IV, p. 560.

54 M.M.A., vol. II, p. 511.

55 M.M.A., vol. III, p. 227. Au Loango, en 1776, la valeur d’un esclave varie entre 5 et 6 moutons (cf. J. Cuvelier, Documents sur une Mission française au Kakongo, 1766-1776, p. 27 ; cf. aussi D. Rinchon, Pierre Ignace Van Alstein, Capitaine négrier, I.F.A.N., Dakar, 1954, p. 172).

56 E. Torday et T. A. Joyce, « Notes on the Ethnography of the Ba-Huana », in Journal of the Roy. Anthropological Institute, vol. 36 (1906), p. 283. (Si l’on fait appel au crédit, on ignore l’usure ; aux Européens, on demande dix fois le prix attendu.) A titre de comparaison voici les rapports de valeur en vigueur au Buganda au tournant du siècle : 1 vache = 2 500 cauris ; 1 esclave mâle = 1 vache ; 1 esclave femelle = 4 ou 5 vaches ; 5 chèvres = 1 vache ; 1 chèvre = 20 poules ; 1 chèvre = 10 chapons. L’étalon des échanges est la vache (cf. J. Hoscoe, The Baganda, p. 456).

57 Cf. à ce sujet, George Dalton, « Traditional Production in Primitive African Economies », in Quarterly Journal of Economics, vol. 76 (1962), p. 374.

58 Cavazzi, lib. I, § 163. Le P. Mondaros (1569) a pu observer le même comportement au Monomotapa : « ... et s’il arrive que l’un d’entre eux soit plus diligent et plus économe et arrive ainsi à réunir une plus grande fortune ou plus de vivres, on s’empresse de le diffamer pour pouvoir les lui prendre ; on se demande comment il se fait que celui-là a plus de sorgho (milho) qu’un autre, et on ne pense pas à l’attribuer à son habileté ou à son travail ; souvent même on va jusqu’à le tuer pour tout prendre, et il en va de même du bétail... » ( cf. G. M. Theal, Records of South Eastern Africa, Cape Town, 1899, vol. III, p. 182).

59 João de Andrade Corvo, Estudos sobre as Provincias Ultramarinas, Lisbonne, 1883, p. 130.

60 Une des principales sources de sel est constituée par les mines de sel gemme de Ndemba, situées à 70 km environ de l’embouchure du Cuanza, en Angola (cf. M.M.A., vol. IV, p. 550, texte de 1594).

61 Pigafetta, lib. I, cap. vi ; et aussi M.M.A., vol. VI, p. 104. Les palmiers à raphia se trouvent principalement dans les zones de forêt dense (cf. J. Gossweiler, « Nomes Indígenas de Plantas de Angola in Agronomia Angolana, n° 7 (1953), pp. 499-502.

62 M.M.A., vol. II, p. 502 (texte de 1563).

63 E. Dartevelle, Les N’Zimbu, monnaie du royaume du Congo, Bruxelles, 1953, p. 81.

64 La première référence est de Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis (c. 1508) (éd. de l’Acad. Port. de Hist., Lisbonne, 1954, p. 172). Une poule valait 50 zimbu, une chèvre 300. La pêche au zimbu était faite exclusivement par des femmes, et avec beaucoup de peine, car l’eau était très froide (cf. Cadornega (1680), t. II, p. 270 et t. III, p. 41 note).

65 M.M.A., vol. VI, p. 53 (doc. de 1611). De Luanda, on portait les charges de zimbu au Mani-Bamba, le gouverneur de la province de Mbamba, d’où elles étaient expédiées au roi.

66 Duarte Pacheco Pereira, op. cit., loc. cit.

67 Rui de Pina, Croniqua d’el Rey D. Joham II, cap. LIX.

68 Pigafetta, lib. I, cap. V, et Marcellin de Atri, « Relation sur le Royaume du Congo, 1690-1700 », in Cahiers Ngonge, n° 5 (1960), p. 60. Ces auteurs ne précisent pas s’il s’agit de zimbu ou d’une autre espèce de coquillage.

69 Duarte Pacheco Pereira, op. cit., loc. cit.

70 On aimerait savoir si l’on faisait appel aux talents de ce dernier pour maintenir une liaison bureaucratique entre São Salvador et Luanda et contrôler le transport du zimbu. Malheureusement, les documents du temps ne permettent pas de conclure quoi que ce soit à ce sujet.

71 Domingos de Abreu de Brito, « Sumário e Descrição do Reino de Angola... », in Felner, Um Inquérito à Vida Administrativa e Económica de Angola e do Brasil do século xvi, Coïmbre, 1931, p. 48 ; cf. aussi Pigafetta, lib. I, cap. iv. L'Ile de Luanda restera nominalement sous contrôle congolais Jusqu'en 1649, année où le dernier gouverneur sera expulsé par les Portugais de Luanda (cf. M.M.A., vol. X, p. 358). Il semble pourtant que les rois du Congo en ont perdu le contrôle effectif avant cette date — vers 1604 (cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L'Ancien Congo d'après les archives romaines, p. 264, texte de 1604).

72 História do Reino do Congo (c. 1655), in Felner, Angola, p. 377.

73 Ce critère fut, pour Gordon Childe, une des conditions de la « révolution urbaine » (cf. Gordon Childe, « The Urban Revolution », in Town Planning Review, Liverpool, vol. XXI (1950), pp. 13-17).

74 J. Cuvelier et L. Jadin, Relation sur le Congo du P. Laurent de Lucques (1700-1717), p. 140, et Cavazzi, lib. I, § 159. Selon Cavazzi (lib. I, § 338), un des premiers rois du Congo était forgeron. Le travail domestique, et en particulier la nourriture, était assuré, pour les artisans Bakongo, par les femmes.

75 A. C. P. Gamitto notait, à propos des Maraves, en 1831-1832, que les artisans (tisserands, forgerons et vanniers) « s’y adonnent [à leur métier] plus pour se distraire que pour gagner leur vie (...) Ils ne travaillent pas exclusivement à leurs métiers respectifs, mais s’occupent simultanément de l’agriculture » (cf. A. C. P. Gamitto, O Muata Cazembe, Lisbonne, 1854, pp. 52 et 74).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search