Version classiqueVersion mobile

L’ancien royaume du Congo des origines à la fin du XIXe siècle

 | 
William Graham Lister Randles

Première partie. Les fondements africains originels

Chapitre III. La caste dirigeante, le conseil d’État, le Corps administratif et la garde royale

Texte intégral

1. LA CASTE DIRIGEANTE1

  • 1 Nous croyons qu’il est licite d’employer le terme « caste », d’après la définition qu’en donne Max (...)

1La société congolaise était constituée, d’une part, d’un petit groupe de conquérants dominateurs d’origine étrangère (les Bakongo, arrivés avec Lukéni) et, de l’autre, d’un groupe plus nombreux formant la masse de la population paysanne autochtone.

2Citons encore une fois ce texte capital de Bernardo da Gallo, qui écrivait au début du xviiie siècle :

  • 2 Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. (...)

3« ... il est nécessaire de savoir qu’il y a deux peuples dans ce royaume, un arrivé comme immigrant et l’autre vraiment du pays, celui-ci composé de soumis ou assujettis et l’autre de dominateurs. Les dominateurs sont ceux qui vinrent [...] avec le premier roi [...] Lukéni et ils s’appellent Essicongo [Bakongo] ou nobles congolais, habitants de la cité royale. Les autres, les soumis, sont ceux qui se trouvent dans le pays et ceux des provinces du royaume, lesquels s’appellent Akkata, Alumbu ou paysans et ruraux »2.

  • 3 Cavazzi, lib. I, § 159. Cavazzi donne au mot une forme plurielle italienne. Ce sont les Mobatta, d (...)

4Cavazzi (1654-1667) établit également une distinction entre Munesi-conghi [Bakongo], habitants des villes, et Mobati, habitants de la campagne3.

  • 4 H.R.C., in Felner, Angola, p. 377 (texte de c. 1655).
  • 5 Cf. Felner, Angola, pp. 473-476 (texte de 1619) ; P.M., pp. 174-179 (texte de 1624) ; P.M., pp. 35 (...)

5Bien que l’auteur de l’História do Reino do Congo assure que Lukéni avait ordonné à ses capitaines de se marier avec les filles des autochtones, « les nobles avec les nobles et les plébéiens avec les plébéiennes, tous portant l’ancien nom de Moxicongos »4, de nombreux témoignages tendent à prouver que l’élite bakongo avait su rester assez fermée5 par le maintien de liens de parenté avec la famille royale.

6Les capitales des provinces, avec chacune un gouverneur et un noyau de population bakongo, constituaient un quadrillage couvrant le pays et assurant la domination des conquérants sur les premiers occupants.

7Comme nous l’avons vu au premier chapitre, la population autochtone se composait en partie d’une race pygmoïde devenue aujourd’hui très rare, les Batwa, en partie d’une population bantoue, les Ambundu.

8Plusieurs témoins soulignent l’oppression exercée par les conquérants bakongo sur les populations soumises. Jean François de Rome (1648) note que :

  • 6 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116. Le pape Alexandre VII écrivit au roi D. Garc (...)

9« ... lorsqu’un personnage noble passe par un village, ces pauvres villageois doivent lui donner à manger à leurs frais, même quand il est accompagné de beaucoup de serviteurs. De fait, ils lui procureraient de la nourriture, mais ses serviteurs sont si insolents qu’ils n’attendent pas qu’on leur donne ce qu’ils demandent : avec grande brutalité ils se répandent dans les champs ; les uns les parcourent ici, d’autres là, ils dérobent des racines, des grains, des poules, des porcs et tout ce qui leur tombe sous la main. Ces pauvres gens en ressentent une extrême peine et douleur, mais ils n’osent s’y opposer, car ces larrons sont les esclaves d’un noble ; tout ce qu’ils peuvent faire c’est pleurer et pousser des cris au ciel. Cette coutume si mauvaise cause la destruction du royaume, car les gens, voyant leurs biens volés de cette façon, s’abstiennent de semer abondamment et d’élever de nombreux animaux domestiques ; ils préfèrent souffrir de la pénurie que de travailler pour les autres »6.

  • 7 J. Cuvelier et L. Jadin (L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 65) affirment, sans en d (...)
  • 8 Du Jarric, De l’Histoire des choses les plus mémorables... (seconde partie), Bordeaux, 1610, vol. (...)

10L’esclavage existait-il au Congo avant l’arrivée des Européens ? Nul témoignage ne l’affirme explicitement7, mais celui de Du Jarric (1610) au sujet de l’Angola permet de le penser. Du Jarric distingue chez les Noirs d’Angola deux sortes d’esclaves : les uns, les quigicos, esclaves domestiques des gens libres et biens patrimoniaux de la murinda ou village, les autres, les mobicas, « acquis par droit de guerre, par achat, ou d’autre façon. Cette espèce aussi est fort ancienne parmi eux, dont même ils se servaient avant que les Portugais allassent trafiquer en ce pays-là »8.

  • 9 Cavazzi, lib. I, § 159.

11Selon Cavazzi (1654-1667), les Munesi-conghi ou Bakongo passaient leur journée à fumer du tabac et ne se livraient à aucun travail productif, dépendant entièrement de leurs esclaves domestiques pour tous leurs besoins9.

2. LE CONSEIL D’ÉTAT

  • 10 M.M.A., vol. II, p. 39 (« meu cõselho »).
  • 11 Ibid., p. 73 (« Dom Manuel... dos doze da nosa corte »).
  • 12 F. Cappelle, in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull. de (...)

12Dans une lettre de 1535, D. Afonso I (1506-1543) fait allusion à son « conseil »10, formé, d’après ce qu’il laisse entendre dans une autre lettre de 1539, de douze membres11. F. Cappelle (1642) et Dapper (1668) diront qu’ils sont « dix ou douze »12.

  • 13 Dapper, op. cit., p. 582.
  • 14 Ibid., op. cit., p. 576.

13Il s’agit, semble-t-il, d’un conseil bien plus constitutionnel que représentatif. Il joue un rôle important dans le choix du nouveau roi au moment des successions13 ; si ses membres sont chargés de l’exécution des ordres du roi14 (ce qui signifie qu’ils peuvent simultanément appartenir au corps administratif), ils se réservent un droit de regard sur ses actions, comme en témoigne F. Cappelle en 1642 :

  • 15 F. Cappelle, in L. Jadin, art. cit., loc. cit. L’Unde, chef des Maravi se trouvait entouré d’un co (...)

14« Le roi de Congo, de même que tous les autres grands chefs du pays, ne gouverne que selon les avis d’un conseil comprenant dix ou douze Noirs, membres choisis parmi les plus anciens de la ville de Congo, de sorte que la guerre ne peut être déclarée, des nobles nommés ou déposés, ni des chemins ouverts ou fermés, sans le consentement de ce conseil »15.

15Ces maigres données sont tout ce que nous avons pu découvrir concernant le conseil d’État.

3. LE CORPS ADMINISTRATIF

  • 16 On le constate chez les Bakuba (cf. J. Vansina, Le Royaume Kuba, Tervuren, 1964, pp. 122-134) ; en (...)

16Dans tous les grands États bantous, la royauté est flanquée d’un corps administratif de fonctionnaires, portant des titres honorifiques16.

  • 17 Le rôle social des prêtres au Congo est inconnu ; rien ne permet de savoir quels furent leurs rapp (...)
  • 18 Les Nkuluntu sont mentionnés par Cavazzi, lib. IV, § 3 (« Colunti ò gouvernatori deUe Libatte... » (...)
  • 19 On les envoyait apprendre l’étiquette de la cour ; ils étaient directement au service du roi et po (...)

17Ce corps administratif comprend les gouverneurs des provinces, les fonctionnaires de la cour et des prêtres chargés du culte des ancêtres17. Puis, à des échelons inférieurs, on trouve, sous l’autorité des gouverneurs de provinces (Mani), les chefs de village (Nkuluntu) 18 ; enfin, les neveux des « nobles » et des gouverneurs servent à la cour, comme pages19.

  • 20 H.R.C., (c. 1655), in Felner, Angola, p. 377. H en est de même au Ruanda, cf. M. de Hertefelt, et (...)
  • 21 Cavazzi, lib. II, § 88.
  • 22 P.M., p. 51 (lettre de D. Alonso I, de 1525).

18Au Congo, les gouverneurs et les fonctionnaires de la cour n’étaient pas nommés à vie : ils dépendaient du roi, qui pouvait (théoriquement) les révoquer à tout moment20. Lors de la conquête de Lukéni, il existait une seule exception à cette règle : le gouverneur de Mbata21. Mais au xvie siècle, il recevait, lui aussi, sa charge du roi22.

  • 23 M.M.A., vol. VII, p. 382 (texte de 1625). Selon Weeks (1892), il ne devait jamais quitter l’encein (...)
  • 24 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, pp. 131 et 134 (texte d (...)
  • 25 Id., p. 526, note 3. A la fin du xixe siècle, il s’appelle Mfutila (cf. J. H. Weeks, op. cit., p. (...)
  • 26 M.M.A., vol. V, pp. 115 et 284 (textes de 1604 et de 1607).
  • 27 M.M.A., vol. I, p. 440 (texte de 1526).

19Aux xvie et xviie siècles, les fonctionnaires titrés de la cour étaient : a) le Mani-lumbu (Mani = Mwene, titre honorifique ; lumbu, enceinte, clos, demeure du chef), le majordome du roi, « le premier personnage après le roi »23 ; b) le Vangu Vangu ou Bangu Bangu ou Kibangubangu, qui exerçait la fonction de justicier suprême du roi24 ; c) le Mani-bembo, receveur d’impôts25 ; d) les Mani-pampas ou Mani-bampas, trésoriers26 ; e) le Mani-ssaba, sorte de « chef de police » (meirinho-mor en portugais) ; f) le Mani-punzo, dont on ignore les fonctions27. Il y en avait sans doute d’autres, mais leurs noms ne nous sont pas parvenus.

  • 28 Cf. J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 306.
  • 29 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, p. 43.

20A la fin du xixe siècle, le missionnaire anglais Weeks mentionne le Nemfilantu (mfila-ntu)28, sorte de premier ministre, dont le nom signifie : « celui qui se meut autour de la tête du roi » ou « celui sur les genoux duquel le roi peut poser sa tête »29.

  • 30 Id., p. 42.
  • 31 Id., loc. cit.
  • 32 Id., loc. cit.

21Toujours selon Weeks, le Nempangu (Mpangu) était l’émissaire du roi auprès des gouverneurs des provinces. Pour prouver qu’il était porteur des ordres du roi, il emportait le mpangu, ou sceptre, d’où son titre de Nempangu30. Le Nembila avait pour fonction de convoquer les chefs devant le roi31. Quant au Nejinguzioka, c’était également un messager32.

22Rien ne permet de savoir si ces fonctionnaires, dont les titres sont énumérés par Weeks, existaient déjà aux xvie et xviie siècles ; en tout cas, on peut certainement admettre que les messagers royaux sont une institution ancienne.

4. LA GARDE ROYALE

23Pour assurer sa propre protection et l’exécution de ses décisions, le roi du Congo avait une garde formée d’esclaves d’ethnies étrangères.

  • 33 Pigafetta, lib. II, cap. vii. Le roi de Quiteve (marche du Monomotapa) avait une garde de 200 à 30 (...)

24« Il [le roi] a une garde », dit Pigafetta (1587), « composée d’Anziques [Bateke] et d’hommes d’autres nations, qui se tient autour de son palais »33.

5. RÔLE POLITIQUE DE LA CASTE DIRIGEANTE, DU CONSEIL D’ÉTAT ET DU CORPS ADMINISTRATIF, ENTRE LE ROI ET LE PEUPLE

25En conséquence de leurs rapports de dominés à dominants, un inévitable esprit de contestation tend à opposer perpétuellement la caste dirigeante et le conseil d’État au roi, le peuple à la caste dirigeante et au conseil d’État.

  • 34 La tendance des rois à choisir des esclaves pour exécutants de leurs volontés est fréquemment atte (...)

26Si le roi a peu de personnalité, n’a guère d’envergure politique, il peut devenir l’instrument du conseil d’État, exprimant la volonté de la caste dirigeante, qui tient alors réellement les rênes du pouvoir. Si, par contre, le roi réussit à obtenir l’adhésion du peuple, il peut se sentir assez fort pour passer outre à une éventuelle opposition de la caste dirigeante et du conseil d’État. Les membres du corps administratif auront, dans ce cas, à choisir entre le roi et le conseil d’État, et s’ils optent pour celui-ci, ils risquent d’être chassés par celui-là qui les remplacera par des fonctionnaires recrutés ailleurs que dans le conseil d’État ; sans même puiser dans la caste dirigeante, il peut accorder charges et titres à de simples esclaves34.

  • 35 Cf. O Gouerno de Fernão de Sousa, cod. 51-VIII-30 fis. 25 à 27 (v) (doc. de 1631). Ms. de la Bibli (...)

27Au cours du premier tiers du xviie siècle, l’autorité personnelle du roi s’accroît dans la capitale, tandis que celle du conseil d’État et de la caste dirigeante va en déclinant. En 1632, l’entourage du roi Alvaro IV (1631-1636) est composé d’esclaves, car « il n’a plus confiance dans les nobles ni dans les conseillers qui ne le sont que de nom »35.

  • 36 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guiné » (1607).

28Il est probable que ce fut la présence, au service du roi, d’Européens avec leurs armes à feu qui lui permit de s’imposer de plus en plus. C’est « chose tellement importante pour lui », déclare un témoin de 1607, « qu’on sait qu’il aurait déjà été battu, si ses ennemis n’avaient pas une si grande crainte de ces Portugais »36.

29A la fin du xviiie siècle, alors que la grandeur du royaume du Congo n’est plus qu’un souvenir, la situation du roi est bien différente de ce qu’elle était presque deux siècles auparavant.

  • 37 Cf. L. Jadin, « Relation sur le royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano (1791-1795) », in Bull (...)

30« Son autorité », dit Raimondo da Dicomano (1795), « existe seulement dans son imagination et dans celle de ses conseillers [...]. Le roi n’a pas le droit de sortir hors de sa case sans le consentement de ses conseillers... »37.

  • 38 A. J. Castro, « Roteiro da Viagem ao Reino do Congo em Junho 1845 », in Bol. Soc. Geog. de Lisbonn (...)

31Au milieu du xixe siècle, la situation est sensiblement la même. En 1845, selon A. J. Castro, les provinces sont gouvernées par les parents du roi, « et chacun gouverne son État avec une indépendance absolue ». La seule prérogative du roi est de ratifier les condamnations à mort38.

*

  • 39 A Méroë, selon Diodore de Sicile (c. 60 av. J.-C), « ... il est d’usage qu’à la mort du roi tous s (...)

32Dans de nombreuses sociétés africaines, à la mort du souverain, les membres du corps administratif et un certain nombre de femmes, les siennes ou d’autres, sont enterrés avec lui, pour l’accompagner et le servir dans l’autre monde39.

33Dapper affirme que cette coutume existait dans le Congo pré-chrétien mais, selon lui, il s’agissait uniquement de l’enterrement de femmes :

  • 40 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 353 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 580). La même coutume es (...)

34« C’était anciennement la coutume que douze jeunes vierges s’enterrassent avec lui [le roi] toutes vives, pour aller le servir dans l’autre monde. On se battait pour être de ce nombre [...]. On est obligé au Christianisme de l’abolition d’une si cruelle coutume »40.

  • 41 Winwood Reade, Savage Africa, Londres, 1864, p. 358 (enterrement de femmes).

35Abolie durant l’époque de ferveur chrétienne, aux xvie et xviie siècles, la coutume ressuscita lors de la décadence du royaume, comme en témoigne Winwood Reade au milieu du xixe siècle41.

  • 42 Raffaello Maffei da Volterra, Commentariorum Urbanorum, libri XXXVIII, Rome, 1506, f° 138 (r°).

36Parlant du Congo pré-chrétien, un auteur italien du début du xvie siècle déclare que l’on enterre avec le roi des membres du corps administratif : « Ses ministres les plus chers suivent le roi défunt et se donnent eux-mêmes la mort, estimant qu’ils font cela par amour pour lui et pour continuer à le servir »42. Bien que le fait soit vraisemblable, la valeur de ce texte n’en est pas moins fragile, car il ressemble trop étroitement par le style au texte de Diodore déjà cité ; compte tenu du climat intellectuel de l’époque, il n’est pas impossible qu’il ait été simplement emprunté à l’auteur grec.

37On notera que, dans certains cas, ceux qui accompagnent le roi le font de leur plein gré, alors que dans d’autres on les contraint à le suivre. Dans les premiers, il semble que la position religieuse du roi soit prépondérante, dans les seconds c’est le despotisme (représenté par le successeur du roi défunt) qui domine.

Notes

1 Nous croyons qu’il est licite d’employer le terme « caste », d’après la définition qu’en donne Max Weber (cf. H. H. Gerth et C. Wright Mills, From Max Weber, New York, 1958, pp. 188-190 et 396-415).

2 Bernardo da Gallo (1710), in L. Jadin, « Le Congo et la secte des Antoniens », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXIII (1961), p. 481.

3 Cavazzi, lib. I, § 159. Cavazzi donne au mot une forme plurielle italienne. Ce sont les Mobatta, dont parle Jérôme de Montesarchio (1650) : « gli Mobatta che é la gente della terre » (cf. O. de Bouveignes et J. Cuvelier, Jérôme de Montesarchio, Namur, 1951, p. 81). Mobatta est de toute évidence un mot singulier, le pluriel serait-il Akkata ?

4 H.R.C., in Felner, Angola, p. 377 (texte de c. 1655).

5 Cf. Felner, Angola, pp. 473-476 (texte de 1619) ; P.M., pp. 174-179 (texte de 1624) ; P.M., pp. 350-355 (texte de 1710) ; M.M.A., vol. X, pp. 124 et 484 (texte de 1650) ; O. de Bouveignes et J. Cuvelier, Jérôme de Montesarchio, Namur, 1951 ; A. J. Castro, « Roteiro da Viagem ao Congo » (1845), in Bol. Soc. Geog. Lisboa, 2e sér., n° 2 (1880), p. 66 (les provinces sont gouvernées par les parents du roi).

6 Jean François de Rome, Brève Relation (1648), p. 116. Le pape Alexandre VII écrivit au roi D. Garcia II (1641-1661) pour l’exhorter à mettre fin « aux vexations et oppressions de la noblesse envers les pauvres et les humbles », cf. P.M., p. 238. Naturellement, rien n’y fit.

7 J. Cuvelier et L. Jadin (L’Ancien Congo d’après les archives romaines, p. 65) affirment, sans en donner la référence, que des esclaves furent offerts par le roi D. João I aux Portugais lors de leurs premières visites. Nous ne connaissons personnellement aucun texte faisant allusion à un tel geste.

8 Du Jarric, De l’Histoire des choses les plus mémorables... (seconde partie), Bordeaux, 1610, vol. II, p. 79, et M.M.A., vol. III, p. 228 ; aussi Cavazzi, lib. I, $ 330.

9 Cavazzi, lib. I, § 159.

10 M.M.A., vol. II, p. 39 (« meu cõselho »).

11 Ibid., p. 73 (« Dom Manuel... dos doze da nosa corte »).

12 F. Cappelle, in L. Jadin, « Rivalités luso-néerlandaises au Sohio, Congo, 1600-1675 », in Bull. de l’Inst. Hist. Belge de Rome, fasc. XXXVII (1966), p. 228, et O. Dapper, Naukeurige Beschrijvinge, pp. 576 et 582.

13 Dapper, op. cit., p. 582.

14 Ibid., op. cit., p. 576.

15 F. Cappelle, in L. Jadin, art. cit., loc. cit. L’Unde, chef des Maravi se trouvait entouré d’un conseil analogue (cf. A. C. P. Gamitto, O Muata Cazembe, Lisbonne, 1854, p. 53).

16 On le constate chez les Bakuba (cf. J. Vansina, Le Royaume Kuba, Tervuren, 1964, pp. 122-134) ; en Angola (1680), cf. A. de Oliveira de Cadornega, História Geral das Guerras Ango-lanas (1680). t. I, pp. 28-29) ; au Buganda, (cf. J. Roscoe, The Baganda, chap. VIII, pp 232-270) et au Monomotapa (cf. A. Bocarro (1635), in G. M. Theal, Records of South Eastern Africa, vol. III, pp. 260-268).

17 Le rôle social des prêtres au Congo est inconnu ; rien ne permet de savoir quels furent leurs rapports avec le pouvoir. Lors de la christianisation, les rois rompirent, en principe, avec le religieux païen. Si, comme c’est probable, ils ont continué par la suite à observer les anciennes pratiques, nul écho ne nous en est parvenu dans les écrits des missionnaires, à qui, d’ailleurs, on aurait essayé de le cacher. Chez les Bakuba, le conseil – bangwoom incyaam – semble constituer une sorte de clergé officiel (cf. J. Vansina, Le Royaume Kuba, Tervuren, 1964, p. 99). Dans l’Angola moderne, le Nganga ou devin intervient dans les assemblées des anciens de la tribu pour trancher les différends en invoquant les esprits des ancêtres, mais on ignore la nature exacte de son rôle (cf. I, de Cerqueira, Vida Social Indigena na Colónia de Angola, Lisbonne, 1946, p. 11). Le rôle politico-religieux du Swikiro, ou médium-prêtre, chez les Shona de Rhodésie est plus clairement connu (cf. G. K. Garbett, « Religious Aspects of Politicai Succession among the valley Korekore, (N. Shona) », in E. Stokes and R. Brown, The Zambesian Past, Manchester University Press, 1965, pp. 137-170).

18 Les Nkuluntu sont mentionnés par Cavazzi, lib. IV, § 3 (« Colunti ò gouvernatori deUe Libatte... ») ; par Dionigi de Carli da Piacenza et Michel Angelo de Guattini da Reggio, Viaggio... nel regno del Congo (1666-1667), p. 111, (« ... il Sig. di quella Libatta, che in loro lingua chiamano Macolonto... ») ; et par Juan Garcia Mateo de Anguiano, La Misión del Congo (1716), p. 73 (« ... En la cuidades y villas tienen sus gobernadores, a quien llaman Coluntos, estos corren con los negocios civiles y criminales... »). Le nkuluntu correspondrait au Kubol chez les Bakuba (cf. J. Vansina, Le Royaume Kuba, Tervuren, 1964, pp. 87-90).

19 On les envoyait apprendre l’étiquette de la cour ; ils étaient directement au service du roi et portaient des messages. Leurs oncles versaient une pension au roi pendant la durée de leur séjour à la cour (cf. J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, p. 41). Nul témoignage ne signale cette pratique au Congo aux xvie et xviie siècles, mais on sait qu’elle est ancienne et très répandue en Afrique. On la constate au Buganda (cf. J. Roscoe, The Baganda, p. 205) et au Monomotapa au xviie siècle (cf. A. Bocarro (1635), in G. M. Theal, Records of South East Africa, vol. III, p. 267).

20 H.R.C., (c. 1655), in Felner, Angola, p. 377. H en est de même au Ruanda, cf. M. de Hertefelt, et al., Les Anciens Royaumes de la zone interlacustre méridionale, Ruanda, Burundi, Buha, Tervuren, 1962, p. 63.

21 Cavazzi, lib. II, § 88.

22 P.M., p. 51 (lettre de D. Alonso I, de 1525).

23 M.M.A., vol. VII, p. 382 (texte de 1625). Selon Weeks (1892), il ne devait jamais quitter l’enceinte royale (cf. J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, p. 42).

24 Cf. J. Cuvelier et L. Jadin, L’Ancien Congo d’après les archives romaines, pp. 131 et 134 (texte de la fin du xvie siècle). Ses fonctions correspondent à celles du « Président du Conseil Royal en Espagne ».

25 Id., p. 526, note 3. A la fin du xixe siècle, il s’appelle Mfutila (cf. J. H. Weeks, op. cit., p. 43),

26 M.M.A., vol. V, pp. 115 et 284 (textes de 1604 et de 1607).

27 M.M.A., vol. I, p. 440 (texte de 1526).

28 Cf. J. Cuvelier, L’Ancien Royaume du Congo, p. 306.

29 J. H. Weeks, Among the Primitive Bakongo, p. 43.

30 Id., p. 42.

31 Id., loc. cit.

32 Id., loc. cit.

33 Pigafetta, lib. II, cap. vii. Le roi de Quiteve (marche du Monomotapa) avait une garde de 200 à 300 hommes, appelée infices (cf. João dos Santos, Ethiopia Oriental, Evora, 1609 ; lib. I, cap. x, (t. I, p. 72 de l’éd. de Lisbonne, de 1891). Le roi du Dahomey avait une garde personnelle de 80 femmes (les célèbres Amazones), cf. Clado Ribeiro de Lessa, Viagem de Africa em o Reino de Dahomé escrita pelo Padre Vicente Ferreira Pires, no ano 1800, Biblioteca Pedagógica Brasileira, vol. 287, São Paulo, 1957, p. 74.

34 La tendance des rois à choisir des esclaves pour exécutants de leurs volontés est fréquemment attestée en Afrique. La notant au sujet de l’Angola, Cadornega (1680) remarque que, du fait de sa condition d’esclave, l’élu n’avait pas de vassaux (entendons ici « clients »), avec qui il pourrai ! conspirer contre le roi (cf. A. de Oliveira de Cadornega, História Geral das Guerras Angolanas, t. III, p. 253). Le premier roi de Cazembe (marche orientale de l’empire Lunda) était « un fils d’esclave » du Mutaianvo, le roi des Lundas. Il avait été nommé par celui-ci intendant des salines dans une région de l’empire, avant de revendiquer son indépendance (cf. Pedro João Baptista, « Lembrança da partida do Muata Yanvo para terra do Cazembe Caquinhata, [1810], in Annaes Maritimos e Coloniaes (1843), p. 437.

35 Cf. O Gouerno de Fernão de Sousa, cod. 51-VIII-30 fis. 25 à 27 (v) (doc. de 1631). Ms. de la Bibliothèque d’Ajuda, Lisbonne, cité par Maria Adélia Victor de Mendonça, O Governo de Fernão de Sousa em Angola, 1624-1630, thèse dactylographiée, Coïmbre, 1963, p. 327. Nous sommes reconnaissant à Monsieur Alfredo Margarido de nous avoir permis de consulter l’exemplaire en sa possession.

36 M.M.A., vol. V, p. 386, « Relação da Costa da Guiné » (1607).

37 Cf. L. Jadin, « Relation sur le royaume du Congo du P. Raimondo da Dicomano (1791-1795) », in Bulletin des Séances de l’A.R.S.C, nouv. sér., vol. III, n° 2 (1957), p. 328.

38 A. J. Castro, « Roteiro da Viagem ao Reino do Congo em Junho 1845 », in Bol. Soc. Geog. de Lisbonne, 2e sér., n° 2 (1880), p. 66.

39 A Méroë, selon Diodore de Sicile (c. 60 av. J.-C), « ... il est d’usage qu’à la mort du roi tous ses amis se laissent mourir volontairement ; ils croient par là donner des témoignages glorieux de leur affection sincère ». (Cf. Diodore de Sicile, liv. III, chap. vu). L’archéologie confirme Diodore : pendant le « Middle Kingdom » (2150-1770 av. J.-C), les rois de Cush étaient accompagnés dans la mort par des centaines de serviteurs, enterrés avec eux (cf. G. A. Reisner, in Harvard African Studies, vol. V (1923), pp. 67 et sq. Au Quiteve (1609), chez les Jagas de Cassange (1659), au Janjero (1615) au sud de l’Éthiopie et au Buganda (fin du xixe siècle), les serviteurs destinés à servir le roi défunt dans son autre vie ne se suicidaient pas, ils étaient mis à mort par le successeur (cf. João dos Santos, Ethiopia Oriental, Evora, 1609, lib. I, cap. vu, t. I, p. 60 de l’éd. de Lisbonne, 1891 ; Cavazzi, lib. VII, § 42 ; G. W. B. Huntingford, Some Records of Ethiopia, Hakluyt Society, Londres, 1954, p. 160 ; J. Roscoe, The Baganda, p. 106). Sur la même coutume chez d’autres peuples en Afrique, cf. P. Hadfield, Traits of Divine Kingship in Africa, chap. VI, et chez les Bantous du sud-est, Olof Petterson, Chiefs and Gods, Lund, 1953, pp. 301-303.

40 O. Dapper, Description de l’Afrique, p. 353 (Naukeurige Beschrijvinge, p. 580). La même coutume est attestée chez les Bateke au xviie siècle (cf. M.M.A., vol. IV, p. 369).

41 Winwood Reade, Savage Africa, Londres, 1864, p. 358 (enterrement de femmes).

42 Raffaello Maffei da Volterra, Commentariorum Urbanorum, libri XXXVIII, Rome, 1506, f° 138 (r°).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search