Version classiqueVersion mobile

Dossier : Aitia

Dossier : Aitia, causalité juridique, causalité philosophique

Introduction

Catherine Darbo-Peschanski et Cristina Viano

Texte intégral

  • 1 Cf. C. Viano, C. Natali, M. Zingano (éd.), Aitia I. Les quatre causes d’Aristote : origines et int (...)

1Le dossier Aitia juridique, Aitia philosophique contient certaines des contributions du colloque du même nom qui s’est tenu les 7-8 décembre 2012 à Paris, à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Ce colloque, organisé par le Centre Léon-Robin (UMR 8061), dans le cadre du PICS France/Italie/Brésil Aitia/Aitiai. Dépendance causale, responsabilité et nécessité dans la pensée antique (2011-2013), constitue une étape d’un plus ample projet concernant la naissance de la notion de causalité dans le monde antique, abordé selon différents contextes1. Il a été rendu possible grâce au soutien du CNRS, du Conseil scientifique de l’Université de Paris-IV Sorbonne et de l’Université de Venise Ca’ Foscari.

2La langue grecque distribue les termes du champ lexical d’aitia, à commencer par l’adjectif souche aitios, dans les domaines les plus variés de la culture qu’elle véhicule et sur une très longue période. Toutefois, deux de ces domaines, ont plus particulièrement été retenus ici : d’une part, celui « des choses de justice », les dikaia, qu’on ne saurait appeler sans réserve le droit, avec ses prolongements dans la rhétorique judiciaire, et, d’autre part, celui de la philosophie. L’un en effet parce que, le nom aitia y apparaît avec, notamment, les sens de responsabilité et de culpabilité mais y rencontre aussi les idées de cause du procès et de cause de l’acte incriminé ; l’autre parce que, sous ce vocable, s’y théorise explicitement la notion logique, épistémologique, physique et, s’agissant de l’acte, éthique, de cause.

3Des questions se posent alors, que les articles ici rassemblés, dans leur diversité, permettent de repérer.

4Ces deux domaines, la sphère juridique et la philosophie, sont-ils ceux que le champ grec lui-même privilégie pour développer la notion de causalité, ou bien, en tenant compte du continent où se déploie le vocabulaire de l’aitia, qu’il s’agisse des diverses formes de poésie (épique, lyrique, élégiaque, dramatique), des « histoires », qu’elles soient événementielles ou de la nature, des traités médicaux et de rhétorique, ou l’ensemble des inscriptions dont la diversité n’a d’égale que celle de la vie sociale des communautés grecques, faut-il en convoquer également d’autres ?

5C’est ce second choix que font Laura Pepe, en mettant les textes juridiques du Ve siècle dans le prolongement de la poésie homérique, et Catherine Darbo-Peschanski, en introduisant l’épopée homérique et la tragédie entre certaines inscriptions de toutes périodes et certains aspects de la cause platonicienne.

6Alberto Maffi, Lucia Calboli Montefusco et Cristina Viano, en revanche, jugent de la question dans des domaines précis. Le premier opte pour celui des textes juridiques, avec, pour exemples privilégiés, des inscriptions crétoises du Ve siècle avant notre ère. La seconde prend pour point d’observation la théorie des « états de causes » (staseis), originellement élaborée par des philosophes académiciens et péripatéticiens, qui, au sein de la rhétorique judiciaire hellénistique et romaine, étudie les divers types de situations judiciaires et les stratégies à déployer en fonction d’elles. La troisième, enfin, rapproche la rhétorique judiciaire classique et la philosophie d’Aristote : en l’occurrence, les plaidoyers de Lysias, d’une part ; la Rhétorique et les Éthiques, de l’autre.

7Autre question : celle de la pluralité des sens du vocabulaire de l’aitia. L’adjectif aitios qui est le premier né dans l’orbe de l’aisa (la part ; le lot) est-il d’emblée teinté des significations juridiques et morales que l’aitia revêtira plus tard (à partir du Ve siècle avant notre ère) et admet-il pour corollaires la subjectivation de la faute, les idées d’intentionnalité et de volonté ?

8Catherine Darbo-Peschanski essaie de garder en vue, dans le vocabulaire de l’aitia, le fondement sémantique minimal de la « prise de part » qui, à ses yeux, permet de saisir les transformations et ruptures futures au gré des changements historiques et sociaux dont la langue témoigne, que ce soit dans les périodes où tout ce qui existe est pensé en termes de justice et où ces schèmes fondamentaux sont réinterprétés en termes judiciaires ou moraux, ou lorsque ce n’est pas ou plus le cas et où d’autres interprétations se font jour.

9Alberto Maffi rappelle la nette distinction que fait en général le droit entre, d’une part, l’imputation d’un effet au comportement humain physique ou psychique d’un sujet, laquelle constitue un lien de causalité, et, d’autre part, la responsabilité qui renvoie à la question de savoir si l’acteur doit subir les conséquences de l’acte qu’il a accompli ou provoqué. Pour ce qui est de l’usage et du sens du vocabulaire de l’aitia dans les textes juridiques grecs, il choisit de s’en tenir à la question de la responsabilité et c’est précisément dans ce cadre qu’à travers l’étude de deux exemples crétois, il conclut qu’en Grèce, la distinction entre causalité et responsabilité a pu être faite dans le domaine juridique, plus particulièrement dans le cadre du procès. Dans un autre registre technique qu’offrent les manuels et les traités de rhétorique consacrés aux « états de causes », Lucia Calboli Montefusco examine les situations où les sens d’aition et d’aitia sont difficiles à distinguer. À étudier les différentes étapes que ces manuels découpent dans le procès jusqu’au moment de la décision du juge (judicatio/krinomenon) et selon la formulation qu’en donne Augustin, aition désigne alors la causa iudicii : la raison mise en avant par le plaignant pour faire un procès, et l’aitia, la raison de l’acte incriminé (causa acti) qu’avance le défendant. Toutefois le détour par la question des circonstances (peristaseis) et de cas, comme celui d’Oreste, où c’est le défendant qui expose en premier la raison de son acte, l’auteur établit qu’aition et aitia échangent leur sens pour désigner tour à tour l’une et l’autre raison. Le seul cas où une telle interchangeabilité n’a pas cours est celui de la metathesis tês aitias où le défendant, sans nier qu’il a accompli l’acte incriminé, fait apparaître une raison (aitia) qui transfère la faute sur quelqu’un ou quelque chose d’autre et prétend par-là avoir agi justement.

10Laura Pepe et Cristina Viano s’interrogent à leur tour sur la cause comme responsabilité/culpabilité (aitia) mais cette fois, c’est soit, pour la première, en faisant une histoire de la notion de la période archaïque à la période classique ; soit, s’agissant de la seconde, en dressant en la matière un tableau comparatif des principes de la philosophie éthique de l’action, en acte chez Lysias et en théorie chez Aristote. En retraçant l’évolution de la notion depuis la conception largement objective d’une responsabilité en grande partie matérielle et causale, jusqu’au Ve siècle avant notre ère où elle entre dans un débat moral, en passant par sa subjectivation qui s’amorcerait dans la loi de Dracon sur l’homicide, Laura Pepe met en lumière un renversement final qui consiste à faire prévaloir la responsabilité morale, liée à la préméditation, l’intention et la volonté, sur la responsabilité matérielle et causale. Quant à Cristina Viano, en assimilant la pronoia de Lysias à la proairesis de la théorie aristotélicienne de l’action et la gnômê à sa cause et en montrant comment les cas d’actions accomplies « contre son gré » (akôn) et de « plein gré » (hekôn), qu’elle choisit appeler « volontaires » et « involontaires », elle constate que les plaidoyers de Lysias ont pu nourrir l’éthique d’Aristote et plaide pour une étude systématique de cet apport au-delà des convergences ponctuelles qu’on a coutume de relever notamment entre les plaidoyers du logographe et la Rhétorique du philosophe.

11Une dernière question que pourrait susciter la lecture des contributions recueillies tient à la diversité de leurs méthodes. Doit-on procéder à partir de notions reconnues par les droits modernes hérités du droit romain, afin de montrer les différences de la situation grecque en s’aidant d’une analyse serrée de cas concrets fournis par la documentation juridique comme le font Alberto Maffi et Laura Pepe de la cause et de la responsabilité ? Doit-on comme Lucia Calboli Montefusco et Catherine Darbo-Peschanski s’appuyer strictement sur la logique interne des textes et en essayant d’en expliquer les divergences et les différences ? Doit-on enfin rapprocher les textes théoriques explicites d’autres qui en sont donnés comme des analogues pratiques comme Cristina Viano, afin de montrer une participation commune à l’élaboration des concepts ? Sans doute n’y a-t-il pas lieu de choisir mais simplement de constater la complémentarité de ces approches pour éclairer la notion d’aitia au carrefour des domaines juridique et philosophique.

12C’est dans cette perspective et en se plaçant du point de vue de l’historien de la philosophie que Carlo Natali formule ses considérations finales : le dialogue entre les spécialistes de différentes disciplines de l’Antiquité peut révéler des perspectives nouvelles et contribuer ainsi à une description plus précise et plus subtile de ce monde de relations complexes et controversées qui est celui de la notion de cause à différentes époques.

Notes

1 Cf. C. Viano, C. Natali, M. Zingano (éd.), Aitia I. Les quatre causes d’Aristote : origines et interprétations, Louvain, 2013 (Coll. Aristote, Textes et Études) ; C. Natali, C. Viano (éd.), Aitia II. Avec ou sans Aristote : le débat sur les causes à l’âge hellénistique et impérial, Louvain, 2014 (Coll. Aristote, Textes et Études).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search