Version classiqueVersion mobile

Dossier : Des vases pour les Athéniens

Résumés-Abstracts

Dossier : Des vases pour les Athéniens (VIe -IVe siècles avant notre ère)

Texte intégral

1Annie Verbanck-Piérard

2Sous les yeux d’Athéna et des Athéniens : vases, techniques et statut de l’artisan à l’Acropole

3C’est dans le foisonnement culturel de l’Athènes archaïque, principalement dans les années 530-480, que s’inscrivent la mise au point et le développement de techniques décoratives nouvelles par les potiers et les peintres du Céramique : non seulement l’invention de la figure rouge elle-même, mais aussi le perfectionnement de couleurs plus intenses et plus contrastées (vases bilingues, rouge corail, fond blanc, rehauts dorés, technique de Six…). Ces productions particulières ont été étudiées par Beth Cohen lors de l’exposition The Colors of Clay, présentée au Getty Museum en 2006. L’article actuel prolonge et complète les réflexions que j’ai proposées lors du colloque inaugural de cette exposition et publiées dans Lapatin 2008, p. 47-60. La présence de vases ainsi décorés est bien attestée sur l’Acropole, ce qui témoigne à la fois de leur succès auprès des consommateurs locaux et du désir des artisans de valoriser leurs créations, leurs « nouveaux produits », en hommage à leur déesse, Athéna Erganê. Un tel constat permet de démontrer à quel point cette recherche compétitive de qualité et de virtuosité peut être considérée comme un trait distinctif des céramistes d’Athènes, et combien elle était appréciée, à sa juste valeur, par le public athénien. Pareille expertise de la part des céramistes remet en cause la qualification de banausoi, qui ne convient pas pour l’époque archaïque.

4Mots-clés : Acropole, artisan, Athéna-Erganê, technê, valeur.

5New decorative techniques were invented and developed by potters and painters in the context of Athens’ intense cultural activity in the Archaic Age, especially between 530-480 B. C. Not only did they invent the red-figure technique but they also developed more intense and contrasting colours (bilingual vases, coral-red gloss, white ground, gilding, Six’s technique…). These specific productions were studied by Beth Cohen in the exhibition The Colors of Clay, presented at the Getty Museum in 2006. The current paper extends and complements my original paper given at the exhibition’s inaugural conference and published in Lapatin 2008, p. 47-60. As vases decorated in such a fashion are well attested on the Acropolis, this bears testimony to their success with local consumers and to the desire of artisans working in the Kerameikos to enhance their creations, their “new products” in honour of their goddess Athena Erganē. This observation helps to show how much this competitive need for quality and virtuosity should be considered a distinctive trait among Athenian potters and painters, and how much it was appreciated by the Athenian public. Indeed, such expertise among craftsmen invalidates the term banausoi which is an irrelevant notion in the context of the Archaic period.

6Keywords: Acropolis, craftsman, Athena-Erganē, technē, value.

7Victoria Sabetai

8The wedding vases of the Athenians: a view from sanctuaries and houses

9This paper discusses the ritual wedding vases (loutrophoros and nuptial lebes) from non-funerary settings, such as Attic sanctuaries and houses. It highlights their function, performative role and meaning in social rituals, such as the loutrophoria procession and looks at patterns of dedication in the various Attic sanctuaries where they were offered. Marriage vessels were unearthed in the Sanctuary of the Nymphe, the Acropolis, the Sanctuary of Nemesis at Rhamnous, the Sanctuary of Demeter and Kore at Eleusis, all sanctuaries of Artemis (Brauron, Halai, Mounichia), the cavesshrines for Pan and the Nymphs and the shrine of the Tritopatores. Random examples occur in sanctuaries of goddesses beyond Attica.

10Keywords: Attic sanctuaries, ritual wedding vases.

11Cet article porte sur les vases rituels nuptiaux (loutrophores et lebetes gamikoi) trouvés hors contexte funéraire, comme dans les sanctuaires et l’habitat attiques. Il met en évidence leur fonction, leur rôle performatif et leur signification dans des rituels sociaux comme la procession de la loutrophoria et s’intéresse aux modèles dédicatoires dans les divers sanctuaires de l’Attique où ils ont été consacrés. Des vases nuptiaux ont été trouvés dans le sanctuaire de Numphê, sur l’Acropole, au sanctuaire de Némésis à Rhamnonte, dans celui de Déméter et Koré à Éleusis, dans tous les sanctuaires d’Artémis (Brauron, Halai, Mounychie), dans les grottes-sanctuaires de Pan et des Nymphes et dans le sanctuaire des Tritopatores. Quelques exemples sont attestés dans des sanctuaires de déesses en dehors de l’Attique.

12Mots-clés : sanctuaires attiques, vases rituels de mariage.

13Kathleen Lynch

14Fine Ware Pottery from a Late Archaic House near the Athenian Agora

15A household well filled with debris from the clean-up after the Persian destruction of Athens provides evidence for drinking activities in a late Archaic Athenian house. Pottery used in wine drinking activities accounted for almost half of the deposit. Three or four sets of drinking cups attest to different modes of wine drinking, including the symposion. Iconography on the figured wares is simple – no mythological or erotic scenes – although some images have no parallels. Taken together, the images may reflect the interests of the homeowner. This archaeological context provides new insights into the practice of the symposion by an Athenian household.

16Keywords: Attic figured pottery, Athenian household, context, sympotic pottery.

17Un puits de maison rempli des débris provenant d’un déblaiement, suite à la destruction d’Athènes par les Perses, fournit un témoignage sur les activités liées à la boisson dans une maison athénienne de la période archaïque récente. La poterie utilisée pour boire le vin représente presque la moitié du dépôt. Trois ou quatre ensembles de coupes témoignent de différentes manières de boire le vin, incluant le symposion. L’iconographie sur ces vases figurés est simple – on ne rencontre ni scène mythologique ni scène érotique – quelques images néanmoins n’ont pas de parallèles. Considérées dans leur ensemble, les images peuvent refléter les intérêts du propriétaire. Ce contexte archéologique fournit de nouveaux aperçus sur la pratique du symposion dans une maison athénienne.

18Mots-clés : vases attiques, contexte d’habitat, vases de symposion.

19Norbert Eschbach

20Athenian Vases for whom? A new workshop of the late 4th century in the Athenian Kerameikos

21In 2010, the author had the opportunity to examine material found in a small rescue excavation in the area of the Demos Kerameis in 1966. More than 100 vases and thousands of fragments had been collected at that time from a sealed pit of a potter’s workshop. A certain range of typical defects is visible which leads to the conclusion that all the vases had been discarded after accidents during the production process. Their date is clearly limited to the end of the 4th century, therefore all the vases should come from one or maybe two collapsed kilns. Three dominant types of pottery were produced for three different groups of customers: Athenian officials, normal citizens and for export.

22Keywords: Athenian Kerameikos, potter’s kiln, workshop organization.

23En 2010, l’auteur a eu l’opportunité d’examiner le matériel provenant d’une petite fouille de sauvetage dans la région du dème Kerameis, exécutée en 1966. Plus de 100 vases et des milliers de fragments ont été alors rassemblés, provenant du puits fermé d’un atelier de potier. Un certain nombre de défauts caractéristiques permet de conclure que ces vases avaient été écartés à cause d’accidents survenus durant la phase de fabrication. Leur datation se situe manifestement à la fin du IVe siècle, donc tous les vases proviendraient d’un ou éventuellement de deux fours effondrés. Trois grands types de vases dominent dans la production destinée à trois groupes distincts de clients : des magistrats athéniens, des particuliers et l’exportation.

24Mots-clés : Céramique d’Athènes, four de potier, organisation de la production, atelier.

25Violaine Jeammet

26Des vases plastiques attiques pour les Athéniens du IVe siècle

27Au sein de l’abondante production de vases plastiques fabriqués à Athènes au IVe siècle et largement diffusés dans le Bassin méditerranéen, trois catégories spécifiques semblent former une production propre aux besoins cultuels des Athéniens : il s’agit des vases plastiques en forme d’amande, des vases figurant un enfant (Dionysos et/ ou Éros), et des loutrophores à appliques féminines en haut relief. Ces catégories, et notamment la dernière, sont vraisemblablement l’un des jalons qui permettent d’expliquer l’éclosion et l’explosion de la production des figurines improprement appelées Tanagras au XIXe siècle. Les scènes mythologiques peintes sur les vases grecs – expression de la pensée grecque par excellence – sont sans doute devenues trop complexes pour être comprises par les « nouveaux » Grecs de la période hellénistique. Ceci explique le passage à la figuration d’êtres humains (surtout des femmes et des enfants) reflétant les croyances que chacun voulait leur donner.

28Mots-clés : vase-figurine (vase plastique), figurines, Tanagras, ateliers, sanctuaire de Numphê.

29Among the mass of Attic plastic vases spread throughout of the Greek world in the 4th c. B. C., three categories seem to be particular to religious Athenian purposes. They are almond form plastic vases, figurine-vases with a child (Dionysos and/or Eros) and loutrophoroi adorned with women in high relief. In the third quarter of the 4th c. these figurine-vases particularly could constitute the connecting link between the last expression of pottery and the first “Tanagra” figurines in the real sense of that term (which is indeed a modern one). It shows anyway that Attic workshops seem to be as important as before. The very wide diffusion of these Athenian artefacts (figurinevases and “Tanagra” figurines) does indeed reflect the success of the new formula. Myth painted on Greek vases – the expression of Greek thought par excellence – maybe became too complex to be understood for the “new” Greeks of the Hellenistic period. It gave way, through plastic vases and clay sculpture, to the figuration of human being (especially women and children), reflecting the beliefs anyone wished to give them.

30Keywords: Plastic vase, figurine-vase, Tanagra figurines, workshops, sanctuary of Numphē.

31Jutta Stroszeck

32Plastic vases related to the Eleusinian cult from the Athenian Kerameikos

33This article treats three plastic vases that were found in Athens, at the beginning of the Sacred Street towards Eleusis. Two of the pieces and one terracotta statuette are taken from the same mould. They show a seated youth holding the hind legs of a piglet in one hand. The figures are surely initiates and probably even represent hearth-initiates. It is argued that they come from a workshop nearby producing for the clientele on the Sacred Way : travellers, participants in processions or even participants in funerals.

34Keywords: Kerameikos, potters’ production, Sacred Street, Eleusinian cult, plastic vases.

35Cet article présente trois vases plastiques trouvés à Athènes, au départ de la voie Sacrée en direction d’Éleusis. Deux d’entre eux et une statuette de terre cuite sont issus du même moule. Ils représentent un jeune homme assis qui tient d’une main un porcelet par une patte arrière. La figure est certainement celle d’un initié et représente le plus probablement un initié issu du foyer (Παῖς ἀφ’ἑστίας μυηθείς). On se propose ici de démontrer que les figurines proviennent d’un atelier situé à proximité de la voie Sacrée et travaillant pour la clientèle qui l’emprunte : voyageurs, participants à une procession ou même à des funérailles.

36Mots-clés : Céramique, production des potiers, voie Sacrée, culte éleusinien, vases plastiques.

37Cécile Jubier-Galinier

38La production « athénienne » du peintre de Sappho, entre création et routine

39La mise à jour de la liste des vases attribués au Peintre de Sappho provenant d’Athènes ou de l’Attique montre que la région représente environ 40 % des provenances connues pour cet artisan. La typologie est un critère essentiel car, outre la dizaine de lécythes attestés, ce marché concerne la totalité de ses vases rituels et funéraires, produits à l’attention de la population locale. Des images les plus convenues aux plus exceptionnelles témoignent de la diversité des goûts des clients et de la compétence de l’artisan. L’étude des contextes d’usage (tombes et sanctuaires), associée à celle du savoir-faire du peintre permet enfin d’envisager d’autres arguments que celui de l’originalité des images pour évaluer l’implication de la clientèle dans le processus de fabrication des offrandes. Si la présence de noms propres sur les plaques funéraires est depuis longtemps interprétée comme la preuve d’une commande, la combinaison inhabituelle entre un contexte, une forme et une iconographie constitue un nouvel indice que les études devront davantage envisager.

40Mots-clés : forme, iconographie, commande, rituel, sanctuaire, funéraire.

41The updating of vases attributed to the Sappho Painter, coming from Athens or Attica shows that the area represents 40 % of the distribution known for this craftsman. The typology is an essential criterion because, except for a few lekythoi from the abovementioned area, this market concerns the entire production of the painter’s ritual and funerary vases, made only to cater for the needs of the local population. The most conventional as well as the most exceptional images show both the great diversity of the customers’ tastes and the high skill of the painter. The study of the contexts – grave and sanctuary – associated with that of the savoir-faire of the painter points to other arguments besides the originality of images to assess the users’ implication in the making of the offerings. If the names on the funerary plaques have been from a long time understood as a proof of special commissions, the unusual combination between context, shape and iconography is a new indication that has to be further studied.

42Keywords: form, iconography, special commissions, ritual, sanctuary, funeral context.

43Annick Louis

44Les vies de Schliemann : l’autobiographie comme lieu de savoir

45La légende d’Heinrich Schliemann (1822-1890), l’archéologue autodidacte qui a excavé les sites des anciennes villes de Troie et Mycènes, repose sur le récit qu’il fit de sa carrière et de la naissance de sa vocation scientifique dans son autobiographie. L’analyse des quatre versions qu’il rédigea à différents moments de sa carrière montre une instrumentalisation du récit de vie, dont l’objectif semble être de se faire un nom dans le monde savant et de diffuser l’image du « self-made man homme de science » auprès du grand public. Notre analyse s’émancipe du débat autour de la véridicité de l’autobiographie de Schliemann, afin de mettre en évidence les enjeux narratifs de ce récit, ainsi que les perspectives qu’ils ouvrent à la réflexion sur l’histoire des sciences. Nous tenterons de saisir le fonctionnement de l’autobiographique entre l’espace public et l’archéologie, une discipline qui reste, à l’époque de Schliemann, en cours de définition et de professionnalisation.

46Mots-clés : Heinrich Schliemann, récit, autobiographie, histoire des sciences, archéologie.

47Heinrich Schliemann’s legend is based on the autobiography he wrote and published, where he explains the birth of his vocation. Famous for having established the site of the Homeric Troy, as self-educated archeologist, he instrumentalised the story of his life to legitimate his scientist position, and to impose himself to the public as a “self-made scientist man”. However, the study of the four versions of his autobiography shows that a narratologic approach opens new perspectives to the history of science. Archeology being, at the time, a discipline in course of definition, the case of Schliemann contributes to prove the central role played by narrative in social sciences at the end of the19th century.

48Keywords: Heinrich Schliemann, narrative, autobiography, history of sciences, archeology.

49Marisa Tortorelli Ghidini

50Acque e anime nell’escatologia orfico-pitagorica

51Les textes des lamelles d’or orphiques appartenant à la série dite « de Mnémosynè » font état de deux types d’eau qui se différencient par dénomination et par qualité, et qui se caractérisent par des effets opposés, ce qui évoque une forme d’antithèse d’ascendance pythagoricienne : si les âmes qui boivent à la krênê interdite sont ramenées dans le cycle vital, les âmes qui boivent à la limnê avancent quant à elles « dans la gloire » le long de la voie sacrée. Cette antithèse présente une analogie avec l’idée platonicienne de la bifurcation, mais surtout avec la série décadique pythagoricienne. Aussi, la dichotomie à la fois éthique et chromatique attachée aux deux rivières de la Sibaritide, le Cratis (à l’eau claire) et le Sibaris (à l’eau sombre), trouve-t-elle un parallèle dans l’antithèse chromatique de tradition pythagoricienne. Une telle influence est d’autant plus évidente quand on considère que les eaux de ces deux rivières de Grande Grèce, en raison de l’hostilité des Pythagoriciens à Sibaris, se retrouvent qualifiées de manière inverse par rapport aux rivières du même nom qui traversaient les régions de l’Arcadie et de l’Achaïe. Les lamelles d’or, transférant du territoire à l’imaginaire la qualité opposée des deux types d’eau, confirment le lien étroit entre traditions historiques et croyances religieuses, notamment dans ce cas d’ascendance pythagoricienne.

52Mots-clés : lamelles d’or, pythagorisme, eschatologie orphique, imaginaire aquatique.

53In the “Mnemosyne” series of the Orphic golden lamellae, the presence of two waters, krēnē and limnē, different as regards denomination and quality, and with opposing effects, suggests a form of antithesis, which can be traced back to Pythagoras : souls drinking at the forbidden krēnē go back into the cycle of existences, while those that drink at Mynemosyne’s limnē proceed “glorious” along the sacred path. The antithesis bears analogies with the Platonic idea of the crossroads, and especially with the Pythagoraean decadic chart. At the same time, the white-dark ethical-chromatic dichotomy ascribed to the two rivers crossing the Sibaris area, Cratis (clear water) and Sibaris (dark water), reflects the chromatic antithesis of Pythagorean tradition. The influence is clearer if one considers that the waters of the two rivers from Megale Hellas, as a consequence of the anti-sybaritic attitude of the Pythagorean tradition, are inversely connoted compared to the homonymous rivers that cross Arcadia and Achaea. Shifting the opposition of waters from territory to the imagery, the golden lamellae confirm the strict connection between historical traditions and religious inspiration, especially of Pythagorean ancestry.

54Keywords: golden lamellae, Pythagorism, Orphic escatology, Water imagery.

55Giuseppina Paola Viscardi

56L’insostenibile “pesantezza” della saggezza. A proposito del baros/embaros di Munichia o sul sapere sacerdotale dell’uomo dotato di nous e phronêsis

57La figure de Baros/ Embaros, personnage mythique à l’origine du proverbe « je suis embaros », se rattache à l’institution d’un sacerdoce héréditaire à vie et du sacrifice de la chèvre dans le culte d’Artémis à Mounychie/Pirée. On réfléchit ici sur la nature du savoir sacerdotal d’Embaros analogue à celui du sophistês ek Thettalias, à celui des fils d’Asclépios et du hiereus kathartês de Mounychie. Embaros désignait probablement le « lourd ou influent » ou bien le « sage et avisé », titre du ministre du culte lors de l’entrée au service sacré de la déesse.

58Mots-clés : proverbe, savoir sacerdotal, sagesse étrangère, sacrifice, autorité.

59The mythical character Baros/Embaros, behind the proverb “I am embaros”, is linked with the double establishing of a hereditary and for life priesthood, and of the goat sacrifice in the Mounichia/Piraeus Artemis’ worship. The paper addresses the Embaros’ priestly knowledge. It seems like the sophistēs ek Thettalias’, the sons of Asclepius’and the Mounichia hiereus kathartēs ’ones. Probably Embaros meant either the “heavy/influential” or the “wise/sensible” man, the official title he received when joining the goddess’ service.

60Keywords: proverb, priestly knowledge, foreign wisdom, sacrifice, authority.

61Dyfri Williams

62Prometheus, Epimetheus and Pandora: from Athenian pottery to satyr-plays and cult On étudie dans cet article les représentations de Prométhée et Épiméthée dans la céramique attique entre les guerres médiques et la fin du Ve siècle, en abordant la question de leur interaction avec le drame satyrique et les cultes attiques. On commence par les connexions théâtrales possibles entre Prométhée et Héphaïstos, telles qu’elles apparaissent sur quatre vases, dont on suggère qu’ils sont liés à un drame satyrique, tel le Prométhée d’Eschyle (473/2 av. J. -C.). La confection de Pandora et sa remise aux hommes sont ensuite étudiées et les relations possibles avec la pièce de Sophocle Pandora ou les Marteleurs sont discutées. La « jarre » de Pandore est également prise en compte et une représentation jusque-là ignorée de la jarre dans un coffre est révélée. Enfin on suggère que les scènes incluant Prométhée et Épiméthée dans les représentations cultuelles du dernier quart du Ve siècle indiquent une renommée accrue pour ce couple à Athènes, qui confirmait leur réconciliation avec Zeus et les autres dieux Olympiens dans l’esprit des Athéniens.

63Mots-clés : Vases attiques, iconographie des vases, Prométhée, Épiméthée, Pandora, drame satyrique, Eschyle, Sophocle.

64This article examines representations of Prometheus and Epimetheus on Athenian vases from after the Persian Wars until the end of the fifth century BC, touching on the interplay with both Athenian satyr drama and cult. It begins with possible dramatic connections between Prometheus and Hephaistos, as seen from four vases, linking them tentatively with a satyr play, such as Aeschylus’ Prometheus (473/2 BC). The dressing of Pandora and her summoning are next considered and possible connections with Sophokles’ Pandora or the Hammerers discussed. Pandora’s “jar of evils” is also introduced and a previously unrecognized representation of the jar inside a chest revealed. Finally, it is suggested that the scenes involving Prometheus and Epimetheus in representations of cult in the last third of the fifth century indicate an increased profile for the pair at Athens, one that confirmed their reconciliation with Zeus and the other Olympian gods in the minds of Athenians.

65Keywords: Athenian vase, vase iconography, Prometheus, Epimetheus, Pandora, satyr plays, Aeschylus, Sophokles.

66Manuela Giordano

67Contamination et vengeance : pour une diachronie du miasma

68Dans cet article on examine à nouveau la question du miasma du point de vue de sa définition et de sa diachronie. On analyse les questions herméneutiques ouvertes par les modèles utilisés jusqu’à présent et on soutient que ces modèles ne sont pas assez adéquats pour expliquer la contamination et sa nature religieuse, juridique et politique. On propose de comprendre le phénomène du miasma à l’intérieur d’un modèle cosmologique interconnecté qui intègre les aspects mentionnés plus haut. Dans la seconde partie, l’article ébauche une diachronie du miasma d’Homère à l’Athènes classique. On considère à nouveau la question de l’absence du miasma chez Homère en l’expliquant par le statut de la vengeance comme norme en vigueur dans la société des poèmes. Le miasma est alors considéré comme une élaboration athénienne liée au code draconien et à l’effort de limiter l’initiative des familles dans un cadre procédural géré par la polis, où la contamination par le sang versé exprime une forme de blâme social et de réprobation éthico-religieuse tout en étant strictement réglée par la loi.

69Mots-clés : miasma, vengeance, Homère, lois de Dracon, homicide.

70This paper tackles the question of miasma, seen both in terms of definition and from an historical perspective. It is argued that the hermeneutics applied so far prove only partially adequate to account for the presence of religious as well as political and juridical aspects. It is therefore proposed to apprehend pollution within the frame of an interconnected cosmology maintaining that this allows us to understand more perspicuously the interaction of the above mentioned aspects. The second part of the paper deals with the still controversial question of the absence of miasma in Homer, and envisages it in the context of blood revenge, considered as the recognized norm to deal with the aftermath of the shedding of blood. Miasma is consequently interpreted as an Athenian elaboration, connected to Dracon’s law and its endeavour to come to terms with the predicament created by self-help in the matter of homicide. Strictly implemented by the law as it was, miasma functions as a deterrent factor, expressing at the same time social blame, and religious reprobation.

71Keywords: miasma, blood revenge, Homer, Dracon’s law, homicide.

72César Fornis

73Cynisca l’Eurypontide : genre, autorité et richesse dans la Sparte impériale du début du IVe siècle avant notre ère

74Cynisca représente l’exemple parfait des nouvelles valeurs, nullement conformes à la pensée de Lycurgue, en vogue dans la Sparte impériale que régissait son frère Agésilas II. Propriétaire d’un patrimoine personnel, Cynisca a investi sa richesse dans l’élevage d’excellents chevaux de course qui lui ont permis de devenir la première femme à obtenir la victoire lors des jeux olympiques. L’instrumentalisation de ses deux victoires et les somptueuses offrandes qu’elle a dédiées tant dans le sanctuaire panhellénique que dans ceux de sa propre cité révèlent la volonté de Cynisca de marquer de son empreinte une société lacédémonienne qui a fini par l’héroïser et l’ériger en modèle pour les jeunes filles spartiates.

75Mots-clés : Cynisca, femme, Sparte, prestige, autorité, richesse, jeux olympiques, héroïsation.

76Cynisca may be considered a perfect example of the new values, no longer tied up with the thinking of Lycurgus, that came to prevail in the imperial Sparta ruled over by her brother, Agesilaus II. Owner of a personal patrimony, Cynisca invested her wealth in breeding excellent racehorses that allowed her to become the first woman to win at the Olympics. The instrumentalization of her two victories and the sumptuous offerings that she made in the panhellenic sanctuary, as well as those in Sparta, reveal Cynisca´s determination to make her mark on a Lacedemonian society that, in the end, heroizes her and raises her up as a model for young Spartiate girls.

77Keywords: Cynisca, woman, Sparta, prestige, authority, wealth, Olympics, heroization.

78Philippe Akar

79Pleurer comme un homme à la fin de la République romaine, ou comment construire l’autorité par les larmes

80De nombreuses sources sur la fin de la République montrent que les hommes pleuraient fréquemment et qu’il s’agissait d’une pratique encadrée. Les larmes des hommes étaient le plus souvent de larmes de supplication, c’est-à-dire un geste de dégradation volontaire, servant à construire l’autorité de celui à qui elles étaient adressées et qui ne pleurait jamais. Mais nos sources nous ont également transmis quelques cas de magistrats pleurant afin de rétablir leur autorité sur des citoyens qui devaient en principe leur obéir. Le magistrat pleurait dans un contexte militaire, afin de persuader les soldats soit de s’engager dans une sédition, soit d’y renoncer. De plus, les larmes s’intégraient à un discours, conçu comme une performance. Elles venaient accroître l’efficacité de la partie verbalisée du discours, afin d’opérer un retournement de l’opinion des soldats. Les larmes contribuaient ainsi à restaurer l’autorité du magistrat, en démontrant sa capacité à user un type de langage perçu ordinairement comme incompatible avec l’exercice d’une autorité.

81Mots-clés : larmes, discours, autorité, magistrat, genre.

82Numerous works about the end of the Republic show that men cried frequently and that it was a controlled practice. Most of the time, men’s tears were tears of pleading, that is, a voluntary gesture of humiliation, meant to reinforce the authority of the one to whom the tears were addressed, and who never cried. Nevertheless, there were exceptions to this model: our sources passed on to us some cases of magistrates crying in front of citizens who were supposed to obey them. The magistrate cried in a military context to persuade the soldiers either to initiate or abandon a revolt. Furthermore, tears were an integral part of speeches, conceived as performances. They served to increase the efficiency of the verbal part of the speech, to bring about a reversal of the soldiers’ opinion. In this way, tears contributed to the restoration of the authority of the magistrate, by demonstrating his capacity to use a type of language usually perceived as incompatible with the exercise of authority.

83Keywords: tears, speech, authority, magistrate, gender.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search